AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Pré-au-Lard ~¤~ :: Rues de Pré-au-Lard
Page 46 sur 49
Le parc de Pré-Au-Lard
Aller à la page : Précédent  1 ... 24 ... 45, 46, 47, 48, 49  Suivant
Elhiya Ellis
Responsable RPGSerpentard
Responsable RPG
Serpentard

Re: Le parc de Pré-Au-Lard

Message par : Elhiya Ellis, Dim 22 Oct 2017, 15:07


Regarder un élève s'entrainer sur un de ses propres dessins était quelque chose d'assez.. étrange. L'enseignement ne l'avait jamais tenté, elle n'avait pas la patience pour ça. Et quand en plus on savait qu'on pouvait avoir des questions stupide ou des demandes incompréhensible, autant dire que ce n'était pas une éventualité de carrière qui intéressait Elhiya. Assise sur son banc, elle avait cependant regardé le jeune homme faire, dodelinant de la tête, se demandant s'il voulait qu'elle lui donne un bon point. De toute évidence il était satisfait de son essai, et attendait son approbation. Situation étrange.

Alors la blonde avait acquiescé d un signe de tête en lui adressant un sourire en coin.


"Moui, si tu comptes faire de la pyrogravure ca devrait pouvoir le faire"

Ce n'était pas une activité moldue ça? La pyrogravure? Surtout qu'en plus il devait bien y avoir un sort pour directement graver des motifs sur n'importe quelle matière, ou n'importe quel support sans s'encombrer d'un incendio à minimiser. Simples détails sur lesquels la Verte ne voulait pas se pencher. Elle avait sorti sa baguette et la pointais sur une feuille morte en train de virevolter au dessus d'eux

"#Incendio"

La feuille s'enflamma et se consuma aussi rapidement qu'elle avait prit feu. L'avantage de cet élément était de pouvoir se nourrir d'absolument tout ce qui composait ce monde, le restreindre pour en faire de fines lignes sur un bout de papier n'avait pas vraiment de sens à ses yeux. Seconde feuille, même sentence, autant dire que c'était ennuyeux... Troisième feuille, même chose. Ou presque.

Le bout de nature en perdition n'avait pas eu le temps de partir en cendre, chutant rapidement vers le sol, se mêlant à un buisson devenant.. ardent...

*Merveilleux*

Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Donovan Draconile
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Le parc de Pré-Au-Lard

Message par : Donovan Draconile, Dim 22 Oct 2017, 19:57


"Tu t'es moqué de moi pour du vent et tu fous le feu à un buisson, Félicitations Mlle " Lança-t-il à la Verte mélangeant rire et inquiétude.
C'est vrai que même s'il maitrisait plus ou moins le feu, il ne contrôlait pas l'eau pour le diminuer. D'ailleurs cette mésaventure le fit penser qu'il devrait s'y connaitre un minimum dans le contrôle des incendies. Il réfléchissait mais ne voyait rien lui venir à l'esprit en terme de solutions à l'accident provoqué par sa consœur d'une maison différente. Il sorti sa baguette. Comment pouvait-il calmer la situation, sans parler de faire totalement disparaître le brasier incendiaire créé par cette jeune fille, en effet le faire disparaître semblait totalement inimaginable à ce moment là, mais peut être qu'il pouvait... mais bien sur, il pouvais le réduire.
"REDUCTO"
Il lança le sort sur les flammes qui diminuèrent à vue d'oeil mais qui arrivaient au niveau de ses genoux.
Revenir en haut Aller en bas
Elhiya Ellis
avatar
Responsable RPGSerpentard
Responsable RPG
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Furet)


Re: Le parc de Pré-Au-Lard

Message par : Elhiya Ellis, Lun 23 Oct 2017, 17:00


Rictus amusé et regard froid à l'égard du jaune qui venait parader en se moquant de sa prestation. Elhiya, elle, aimait bien son buisson ardent, il était joli, se consumait relativement vite et finirait par atteindre l'arbuste à coté de lui, mais ses flammes étaient jolies. dansantes au grés du vent, jusqu'à ce qu'un reducto n'en vienne lui donner une taille risible, lui arrachant un soupire d'exaspération

"Ca va.. Panique pas.. #aguamenti"

Comme si il y avait une raison quelconque de paniquer. Franchement ridicule, il était sorcier ou non? en 7ème année, ou il a passé son temps au fond de la classe à dormir? C'était à se demander

"J'ai peut-être fouttu le feu à un buisson en tout cas moi je flippe pas bêtement. Si on a apprit à faire du feu, on a apprit à faire de l'eau aussi hein... Avant de t'entrainer à la pyrogravure, tu devrais peut être penser à voir d'autre sortilège que ce qui pourrait enflammer n importe quoi non? "

Non pas que la blonde se sentait concernée, juste que le manque de logique l'étonnait pas mal. A quoi bon s’exercer sur un sortilège dont on n avais pas la capacité de corriger?
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Donovan Draconile
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Le parc de Pré-Au-Lard

Message par : Donovan Draconile, Lun 23 Oct 2017, 17:30


Elle comptait lui faire des remarques désobligeantes à chaque action qu'il allait faire. Elle avait mis le feu et elle lui reprochait de l'avoir éteint. Non mais il y a une différence entre faire une bêtise et voir qu'elle peut devenir dangereuse. En plus, elle lui reprocha de s'entrainer a faire des sorts de feu, mais lui il n'avait cramé qu'un pan de cape très facilement réparable, un buisson c'est une autre paire de manches. De plus, pourquoi est ce qu'elle parlait de pyrogravure celle la? Il ne voulait pas faire de pyrogravure, il s'en fichait de la pyrogravure, lui il voulait maitriser le feu. Cette fois il en avait marre et allait lui dire.
"Ecoutes, je ne veux pas paraître rabat-joie ou autre mais tu as failli mettre le feu a un buisson, je réagit immédiatement et tu me le reproche? Déjà que ton attitude n'est pas des plus chaleureuse depuis ton arrivée, tu pourrais arrêter les commentaire de 1ère année. Oui j'ai fais une erreur au départ, mais cette erreur je t'ai prouvé que c'était un accident. Tout ce que je te demande c'est d'être un peu plus cool, pour ne pas avoir une ambiance pourrie. Merci"
Revenir en haut Aller en bas
Elhiya Ellis
avatar
Responsable RPGSerpentard
Responsable RPG
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Furet)


Re: Le parc de Pré-Au-Lard

Message par : Elhiya Ellis, Mer 25 Oct 2017, 16:54


Ah les Jaunes.. Ade’, Marjo’, Castielle, Drago’, Arty’ -hum nan plus Arty-.. Elle avait toujours eu tendance à les aimer énormément. Leur joie de vivre, leur pétillement, leur chaleur et leur sourire lumineux. Sauf qu’en ce moment ça ne marchait plus trop. L’espèce d’aura spéciale bonne humeur s’était un peu fané à leur contact au final. Et prétendre qu’on avait toujours envie d’être pollué de bonnes intentions et de douceurs n’était pas valable pour les inconnus. Donc que le Donovan ne soit pas ravi de sa facon de communiquer lui importait peut en fait.

D’ailleurs, elle avait même souri mesquinement, lui adressant un regard pétillant de malice


« Moooh c’est mignon. Tu voulais peut etre un calin et un bisou aussi non ? J’suis désolee, si on m’a pas mis dans ta maison ça doit être pour quelque chose. »

D’un clin d’œil moqueur, la blondinette était parti voir le buisson de plus près. Il ne restait plus que des branchages morts… Tant pis ce n’était pas la fin du monde non plus

« Au pire ca aura fait fuir quelques bestioles. Et puis toi qui voulais des trucs fin à cramer, les petites branches ne te conviennent pas ? »

Alors non, Elhiya ne se radoucissait pas, mais comme de toute évidence il fallait partager ce parc, autant qu’elle lui trouve de quoi s’amuser non ? Ainsi elle pourrait retourner à sa quiétude rapidement
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Donovan Draconile
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Le parc de Pré-Au-Lard

Message par : Donovan Draconile, Mer 25 Oct 2017, 17:35


Il fallait l'avouer, elle avait de la répartie l'artiste et il y avait bien un type d'humour dont lequel Donovan était friand c'était le sarcasme. Elle l'avait convaincu, ils allaient pouvoir cohabiter sur cette partie du terrain. Maintenant que le buisson avait cramé, et la plupart de ses exercices finis il se posa des questions sur ce qui venait de se passer. Il imaginait la pagaille si le parc entier avait pris feu, comment auraient-ils fait? Mais bon, il faut avouer que rien ne s'était passé de grave, tout était bien calme désormais.
Bon qu'allait-il faire maintenant? Il ne savait plus, peut-être pouvait-il commencer à faire la discussion.
" Dis moi Elhyia, Si tu avais champ-libre avec du feu tu ferais quoi? "
Revenir en haut Aller en bas
Elhiya Ellis
avatar
Responsable RPGSerpentard
Responsable RPG
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Furet)


Re: Le parc de Pré-Au-Lard

Message par : Elhiya Ellis, Jeu 26 Oct 2017, 15:56


C’était lui qui se radoucissait, qui devenait intrigué, attiré. D’une seule réplique naturelle alors que ses doigts solitaires tâtonnaient les branchages brulés. De l’encre naturelle, un fusain fragile avait lequel elle aurait pu croquer cette jolie soirée. Oui, la nuit était superbe, malgré l’élément perturbateur se complaisant dans un stéréotype adorable d’élève de Poufsouffle. Il avait posé une question qui sur ses lèvres avait fait fleurir un léger sourire.

Que ferait-elle si elle pouvait maitriser l’élément du feu à sa guise ? Le voir danser autour d’elle, léchant ses doigts d’une douce caresse, courant derrière ses pieds tel un familier ? ou au contraire exploiter sa force destructrice brute ? En fait, le feu était un élément dur à maitriser, et même à représenter. C’était une puissance tellement versatile, capable de se retourner contre son créateur en une fraction de seconde, alors qu’il était si beau, si doux en apparence..

Choix complexe. Frottant ses doigts couvert de particules brulées, la blondinette avait tourné les yeux vers le brun en souriant amusée


« Idéalement pouvoir contenir sa forme en un élémentaire capable de me suivre et obéir serait plus intéressant que raser des contrées entière. Qu’en ferais tu toi ? Un moyen de faire disparaitre les vêtements de la surface de la terre ? »

D’un clin d’œil moqueur, elle avait ramené à elle son nécessaire de dessin. Ce qui lui plaisait le pplus dans cet élément était toute la complexité qui l’entourait : sauvage mais amicale. Dangereux mais chaleureux. Nuancé de plusieurs teintes de couleurs, juste insaisissable réelement
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Donovan Draconile
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Le parc de Pré-Au-Lard

Message par : Donovan Draconile, Sam 28 Oct 2017, 19:58


Elle avait mis un certain temps a répondre mais la question avait pour avantage d'avoir fait sourire la jeune fille. Pendant qu'elle réfléchissait Donovan admirait le paysage, avec toute cette agitation il n'avait jamais vraiment pris le temps de l'observer. Une faible brise traversait l'air tandis que le ciel parsemé d'étoile apportait une lumière tamisée. D'ici il réussit à reconnaitre la Grande Ourse, l'étoile Bételgeuse et même la constellation du Pégase. Il aimait la nuit, calme, étoilée, silencieuse, secrète et mystérieuse. Il avait lu dans un journal moldu que l'on connait mieux l'espace environnant que le fond des océans de cette planète. Mais il n'était pas sûr de la véracité de ces faits. Pour lui l'espace était infini et personne n'en viendrait à bout alors que la planète étant une sphère, un jour, lorsque le monde aura les capacités de le faire, on pourra savoir ce que l'on veut sur les fonds marins. Il fut sorti de son rêve par un ululement de chouette qui le fit sursauter.  Il n'aimait pas ça les oiseaux, pourtant il était bien obligé de les supporter pour avoir son courrier. Mais ce n'est pas grave, il arrivait toujours à se procurer ses lettres.
Il se mit à penser à la question qu'il venait de poser à cette charmante jeune fille. Qu'allait-elle répondre? Il ne voulais pas avoir de préjugés mais à voir la couleur annoncée par la tenue de l'élève, il pensait qu'elle allait lui répondre qu'elle cramerai tout le pays et qu'elle se placerait au pouvoir ou pour être seule sans être déranger vu comment elle avait réagi au début de leur rencontre. Mais après tout, il pouvait se trompé. Et c'était le cas, il se trompait sur toute la ligne. Non seulement il avait porté un mauvais jugement sur cette fille mais en plus il s'avérait qu'elle pensait la même chose que lui. De plus elle avait même fait preuve d'humour en le taquinant sur l'accident de début de soirée. Elle était sympathique au final.

"Euh... moi? Non je ne ferais pas disparaître tout les vêtements la planète"
dit-il d'un ton amusé.
"Je pense que je le voudrais comme toi, je le voudrais comme allié, savoir le faire naître, lui donner forme, le faire se déplacer à ma guise avec un simple mouvement de poignet, et une chose que je ne sais pas forcément faire comme tu as pu le voir, l'éteindre s'il n'est pas de moi et qu'il devient dangereux. "

Donovan ponctua sa phrase en se penchant pour ramasser un des fusains de la jeune fille et le lui tendre.
Revenir en haut Aller en bas
Elhiya Ellis
avatar
Responsable RPGSerpentard
Responsable RPG
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Furet)


Re: Le parc de Pré-Au-Lard

Message par : Elhiya Ellis, Jeu 02 Nov 2017, 15:53


Spoiler:
 

Un nouveau fusain tendu, comme une proposition au dessin, pourtant, il n’y avait comme model que l’étendu d’eau reflétant la lune d’argent, et certainement pas assez de tranquillité pour en saisir une essence correct. Et puis, si on réfléchissait, un fusain n’était qu’un bout de bois cramé, quelque chose crée grâce à la combustion très certainement non maitrisée du feu de prime à bord. Dodelinant de la tête la blondinette avait souri, amusée au propos du jaune. Elle faisait tourner entre ses doigts le morceau de charbon en le fixant[/i)

« Eteindre le feu ? C’est comme tout, si tu te laisses submerger tu risques d’avoir des difficultés. Je suppose que c’est un détail qui peut nourrir l’attrait de cet élément non ? Si faible à la naissance et incontrôlable dès qu’il se développe »

Un peu comme les ombres, les pensées s’effilochant chaque nuit, ou les mensonges gardés cachés. Généralement, tout partait d’un rien, d’une simple flammèche d’allumette, d’une étincelle destructrice capable de progresser de seconde en seconde. Tout comme cette feuille morte virevoltante qui avait embrasé le buisson. Si l’élément n’avait pas été contenu il aurait pris de l’ampleur, jusqu’à ne plus pouvoir être contrôlable.

« .. Comme beaucoup de chose en fait.. »

Les propos s’étaient échappés, nullement adressé au jeune homme, ils avaient cependant trouvé le moyen de s’élever et s’exprimer. Eux aussi, de toute évidence avait besoin de se manifester. A trop faire semblant que tout allait pour le meilleur du monde, quelques mots naturels se frayaient un chemin hors de la barrière de ses lèvres. Comme si devoir faire avec une Conscience récalcitrante n’était pas suffisant. Quoi qu’elle disait rien celle-ci pour une fois, au contraire même, elle se taisait complètement, laissant la blondinette tranquille les yeux perdus dans son bout de bois calciné.

Un soupir s’échappait alors qu’elle refermait les doigts sur son fusain et adressait un regard malicieux au Jaune et noir. Lui il avait envie de jouer avec le feu, et elle, de s’occuper l’esprit. Elle avait ramené deux feuilles mortes au sol et était partie la poser sur le rivage du lac du parc, soufflant dessus pour les faire voguer au loin. D’un léger #incendio, la première feuille s’enflamma transportée par la seconde pas encore touchée. Le regard fixé sur les petites flammes dansant sur l’eau Elhiya répondait plus ou moins à la question du brun


« Au pire, si tu ne sais pas le maitriser, il te suffit de t’en servir là où tu sais qu’il sera forcément canalisé »

Et l’enfermer,
Le cloitrer,
L’étouffer,
Jusqu’à ce qu’il dépérisse de lui-même.
Du feu ou des ombres, les deux fonctionnaient surement pareil.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Keira Sanders
avatar
LégendeSerpentard
Légende
Serpentard
Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de transplanage


Re: Le parc de Pré-Au-Lard

Message par : Keira Sanders, Jeu 04 Jan 2018, 18:59


Deux mois sans réponse, si souci, me MP Wink
suite de ce RP, avec Shela Diggle

Après quatre bouchées de poisson, Keira était arrivée à la conclusion suivante : le repas qui leur avait été servi était bon, mais pas excellent. Il valait le prix d'une petite taverne, sans approcher la gastronomie réelle, celle qui fait danser les papilles à la saveur des épices et arômes. Elle n'en était pas mécontente : bien qu'élevée dans un milieu où l'on lui tendait sur un petit plateau tout ce qu'elle souhaitait, dès qu'il s'agissait de remplir son estomac, la jeune femme n'était pas difficile. Sans doute l'une des seules choses pour lesquelles elle ne faisait pas preuve d'une sélectivité hors du commun, avait-elle une fois songé. C'était inexplicable. La logique aurait voulu, qu'en tant que gamine gâtée, elle fut difficile et capricieuse sur tous les plans. Mais logique il n'y avait pas toujours ; ce trait était sans l'ombre d'un doute né d'un désir de sa narratrice de manger des aliments plus variés sans avoir à se forcer. En autres termes, de la vie par procuration.

Rien au cours de ce dîner n'avait particulièrement déçue la brune. Elle n'avait pas eu beaucoup d'attentes, au sens où elle n'avait imaginé aucun scénario. Elle faisait partie des rationnels - ou plutôt de ceux qui pensaient l'être - qui se jetaient à l'eau sans envisager toutes les possibilités et se tourmenter l'esprit de questions. Les deux sorcières avaient pas mal brisé la glace ; Plusieurs actions à la fois, en l’occurrence manger, écouter, parler, raconter, observer, et se tenir, impliquaient qu'on avait oublié la moitié de la demie-heure précédente dès qu'on était sortie de la taverne, direction une petite promenade digestive dans le parc du fameux village sorcier. Pour éviter les maladresses, elle se remémorait les principaux sujets abordés.  Elle se souvint avoir discuté de leurs passions respectives. La caméléon avait alors expliqué qu'elle peignait, mais que plus qu'une passion, c'était un passe-temps. Au fond, elle n'avait jamais su si elle aimait cette activité à ce point. Elle n'en avait juste pas encore trouvé d'autre. En évitant soigneusement d'aborder le sujet des nombres et de leur prédiction de l'avenir, elle mentionna aussi la préparation de potions, expliquant à quel point il était satisfaisant de terminer sa petite oeuvre en bouteille. La blonde, elle, aimait les histoires. L'esprit de la brune s'illumina alors, repensant à ce moment.

« Tu imaginais quoi, sur la plage, le jour où nous nous sommes rencontrées ? » Sur ces mots, elle plongea ses yeux foncés dans ceux de son interlocutrice. Peut-être n'avait-elle rien imaginé, mais elle était curieuse de savoir le type d'histoire qu'elle avait pu mentalement lui tracer. La confronter à la réalité. Elle était sans doute tombée sur autre chose que ce qu'elle eut cru trouver ; tout comme Keira elle-même. Au fond, cette relation ne semblait pas avoir de sens. C'était réellement tordu ; comme un secret que l'on souhaitait à demi garder enfoui, mais également relevé au grand jour.


Dernière édition par Keira Sanders le Jeu 18 Jan 2018, 10:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Shela Diggle
avatar
Modération RPGSerpentard
Modération RPG
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Le parc de Pré-Au-Lard

Message par : Shela Diggle, Dim 14 Jan 2018, 12:49


Peindre est pareil au contage, il s'agit de rapporter une histoire, le support importe peu. Poser des mots des couleurs, décrire avec un pinceau plongé dans du vert de l'indigo du roux, créer le mouvement par allitérations entrecoupées de pointillisme - le pointillisme, voilà l'une des seules techniques dont le nom m'est à la fois connu et reconnaissable devant une oeuvre. La peinture comme une aimable façon de se distraire selon ses dires, insidieuse curiosité, se surprendre à souhaiter découvrir les façonnages de sa main. L'art je crois est une affaire intime à soi, et il serait très provocant de demander à voir; pour découvrir, pour entrer dans ce bout là d'un quelqu'un, il faut s'y faire inviter, attendre une permission, c'est une mise à nue. Comme il ne viendrait à l'idée de personne de demander à ce que l'on se déshabille entièrement devant elle, il ne devrait pas passer par la tête de quiconque de réclamer l'exposition d'une chose créée. Ne pas gémir d'un refus. Discussion se poursuit en sortant du petit restaurant, avoir choisit de goûter l'air, quitter table chaleur fond sonore, dehors le ciel darde le monde d'un gris agréable, le parc est presque vide à cette heure-ci. Fouler le gravier des chemins en remarquant que même chaussée, préférer l'herbe dense. Les potions ensuite, penser que si elle en tire satisfaction, c'est qu'elle doit être d'une certaine habileté. Aimer soi-même l'effet générateur des potions, mais s'y intéresser trop distraitement pour y développer une faculté particulière; aussi souvent les résultats se sont soldés par des échecs joyeux.

Racines, pourrait cette rencontre être racine au maintenant ? rencontre sur les dunes sablées, la nuit la mer l'inexistence du reste du monde, est-ce un événement presque extérieur, dénué de liens désormais, ou a-t-il encore place ? Il m'est important. Sans doute a-t-il alors une appartenance à ce que l'on vit ici. Keira a une belle question, et se remémorer le mieux possible les détails, parfois pour retrouver le reste il suffit de l'odeur. Iodé, l'air, et venteux un peu. Pas vrai ? Et elle, d'abord lointaine, comme une ombre qui aurait pu disparaître en un battement de paupière, se souvenir de n'avoir trop espéré pouvoir lui parler tant elle semblait volage. Et ensuite à lui échanger son souffle une voyageuse que je ne retrouverai pas perdue sur un rivage quelconque, qui s'en irait, une fille de nuit. Froncer sourcils, concentrée. Je t'avais imaginé beaucoup de couleurs, quelqu'un de sage, portant peu d'intérêt aux soucis dérisoires, pas de fratrie parce que la solitude te va mieux sans le besoin d'autrui pour être, il n'y a de rapport direct mais avoir eu envie de, après tout une histoire n'a besoin de logique. Que tu avais sauté l'enfance en en gardant l'innocence, que tu ne pourrais être la conquête de personne, que toi seule conquiers - je trouve ça en particulier assez juste. De candides mots mais soudain rougir fortement, embarrassée, sans avoir de mots autour du nous elle et moi, n'en avoir jamais mis, venir de lancer une bombe au milieu d'une tranquillité. Se maudire intérieurement, tenter de trouver autre chose autre chose, vite, tu as déjà essayé la salle de bain des préfets ? elle devait en avoir les accès, mais se rendre compte qu'à nouveau le sujet pouvait porter à confusion, et serrer les paupières un instant, espérant qu'elle n'y trouve rien d'étrange.
Revenir en haut Aller en bas
Keira Sanders
avatar
LégendeSerpentard
Légende
Serpentard
Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de transplanage


Re: Le parc de Pré-Au-Lard

Message par : Keira Sanders, Lun 15 Jan 2018, 10:38


Un peu surprise de l'impression qu'elle avait pu donner, Keira souriait dans son fort intérieur, sans laisser sa satisfaction paraître. Il y avait bien longtemps qu'elle croyait que plus personne n'avait cette forte impression d'elle - à croire qu'elle se trompait. Entendre ces mots, toi seule conquiers en particulier, faisait l'effet d'une bonne tisane chaude devant un feu de cheminée en hiver. C'était comme une revanche sur elle-même, une preuve que, puisqu'elle n'avait pas lâché, tout rentrait dans l'ordre et que malgré les précédents commérages à l'école, l'on ne la voyait pas comme une faible. Ou peut-être plus. De toute manière, toute cette histoire était bien derrière elle. Plus d'insomnies, plus de cauchemars ; plus de pilules, plus de maison des fous. Sa petite vie reprenait doucement son train, et malgré deux années de réclusion, elle rattrapait son retard comme une reine. La brune décida de passer sous silence son avis sur cette petite histoire, en particulier que non, ce n'était pas si vrai ; qu'elle était un poil plus influençable qu'elle-même le croyait, preuve étant qu'elle était ici-même aujourd'hui, contre ses propres convictions ; qu'elle n'était pas innocente, et, après une période si terne et ses pouvoirs bloqués, pas si colorée que cela. Qu'elle était plutôt tarentule, à l'image de son petit compagnon argenté. Qu'elle pouvait mordre, et qu'elle avait déjà mordu. Mais tout cela, ce n'étaient pas des choses à dire lors d'un rendez-vous amoureux, pas vrai ?

C'étaient des éléments à omettre.
D'un sens, c'était donc mentir sur soi.

Keira était donc malhonnête, mais elle pensa, à cet instant, que rien n'était grave. Tout le monde enjolivait sans cesse sa réalité. Tout le monde n'affichait que ce qu'il y avait de positif en lui. Jamais, jamais nous étions obligés de tout conter. Un changement de sujet se précipita ; il n'y avait qu'à sauter sur la perche tendue. « Oui, souvent. J'utilisais rarement la salle de bain normale. » car pourquoi se priver d'un luxe qui nous était offert ? pourquoi se mélanger à la plèbe alors que l'on pouvait être tranquille dans de grands bains à bulles ? « Mais... on se demande tous comment, le mot de passe fait souvent fuite. On y est pas si seuls qu'on le pense. Mais c'est toujours mieux. » Dans l'air, des flocons se mirent à valser, chutant depuis le ciel comme de petites plumes. « En Hiver, tout semble plus paisible, comme endormi. Cela me repose, » ajoutait-elle en attrapant un flocon sur le bout du doigt avant de se lever. Ainsi vêtue, l'air contre sa peau aurait tout aussi bien pu sortir d'un congélateur qu'elle n'aurait pas eu plus froid. « Je pense que nous ferions mieux de marcher pour nous mettre à l'abris, ou au moins nous réchauffer. » Ses souliers non adaptés à ce temps de glace firent les premiers pas en avant dans le parc. « Poudlard, c'est bientôt terminé. C'est étrange, n'est-ce pas, après sept années dans le même château, avec les mêmes camarades ? Tu sais ce que tu vas devenir ? » - ouvrir ainsi la discussion, car n'était pas désirée une ballade pourvue de silence.
Revenir en haut Aller en bas
Shela Diggle
avatar
Modération RPGSerpentard
Modération RPG
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Le parc de Pré-Au-Lard

Message par : Shela Diggle, Mar 16 Jan 2018, 19:38


Sans relever aucune ambiguïté ou bizarrerie à ce prompt changement de conversation, elle continue naturellement vers la salle de bain, me permettant de souffler. N'y avoir pas tant profité pendant sa période préfectorale personnelle, avoir un certain amour pour les douches en huis clos, la vapeur chaude bavant sur la peau, le jet en cascade le son surtout, le rugissement de l'eau contre les oreilles, y passer probablement trop de temps. Sourire discrètement à son faux étonnement, avoir possiblement participé au cheminement d'un mot de passe, murmures étouffés aux croisements des couloirs - en supposant que certains le vendent, être bien innocente dans cette délivrance. Elle, préfère un bain à une douche, vaste terrain, peut être qu'elle aime nager. Faire grimper des châteaux de mousse, donner à l'eau, une odeur une couleur, peinture liquide, s'imaginer. Un bras vers le ciel, délicat mouvement, cueillir un flocon. Tout autour, le gris s'épaissit, les choses deviennent étouffées. Comme aspirées dans la neige.
Es-tu une fille du silence ?
l'hiver est silencieux
comme endormi
cherche-tu aussi le sommeil, toujours ? le sommeil plus que toute autre chose

Hocher la tête, un abris quelque part, dans le parc il y a, non loin de là, un kiosque hexagonal, tout en fer, aux ornements soignés. L'heure et le temps empêchent de l'apercevoir, il est comme effacé, pas de trace de son existence, et parfois commencer à recréer le monde avec une prétendue ignorance, ce que l'on ne voit n'existe pas, marcher au hasard. Diriger le mouvement vers cet abris, s'approcher de Keira, trop ? il n'y a aucune sûreté de l'assez, du dépassé territoire, ne rien connaître, n'avoir d'équilibre. Se demander si elle l'a, l'équilibre, si elle sait où est le trop, si elle avance comme soi les yeux bandés. N'avoir jamais eu à réfléchir à la spontanéité, est-ce encore de la spontanéité après réflexion. Le centre d'une foule est silencieux si l'on s'y perd, seul, le centre d'une foule fait le bruit que l'on fait lorsque l'on a peur de la solitude, tard le soir, c'est un bruit vide, un silence finalement. Les flocons n'ont pas cette précipitation
les flocons sont un silence véritable
Savoir la suite
Battre des mains, le souffle se hache et s'achève l'apaisement, la suite, puisqu'il ne peut y en avoir, nouveau contrat déterminé, dénué de volontariat, et puis, comment raconter ? c'est si facile, d'esquiver, de prétendre, et d'un jour disparaître. Pas de mot, et plus rien, un coup frappé, pouf, il n'y a plus. Mais les gestes trahiraient. Un jour dans les gestes elle devinerait, elle saurait, elle n'aurait besoin de mots ou de leur absence, il va falloir. Tu sais. Et sur le ton de la légèreté, pas la morsure, pas la terrible dispute entre ma non-volonté, l'ordre imposé, délivrer oui, bizarre. Je crois que ça va me manquer. Des choses sûres autour de moi. Je ne veux pas perdre ce monde nos épaules se frôlent en marchant, et lui offrir un regard, s'il te plaît, soupir qui se désagrège, comme les soupirs après-pleurs, dégringolant, je vais faire le service militaire, c'est comique tant je suis faible, c'est imposé, parce que je sais pas me guider, trop évaporée, besoin d'un cadre, apparemment et si certes il n'y a rien d'autres, qu'un mur blanc après la fin de l'école, la tentative peut être d'échouer pour y revenir, forcée, mais ceci n'est pas un choix, c'est un non ferme, c'est une évidence dont je suis certaine deux ans. Souhaiter pleurer mais ne pouvoir, après tout ne pouvoir accrocher les gens, ils doivent pouvoir se défaire, ils doivent être libres. Se frotter les yeux, et toi ? et toi, qu'en dis-tu ? et toi, tu souhaiteras encore dîner, un jour, des jours ?
plus tard et ailleurs
le kiosque se dessine
Revenir en haut Aller en bas
Keira Sanders
avatar
LégendeSerpentard
Légende
Serpentard
Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de transplanage


Re: Le parc de Pré-Au-Lard

Message par : Keira Sanders, Jeu 18 Jan 2018, 10:57


D'un œil étrange, Keira regardait son interlocutrice. Elle ne comprenait pas, ne saisissait pas ce qui ne faisait partie de son monde, mais ne poserait pas plus des questions que cela. Quand bien même l'idée lui paraissait stupide tant elle fermerait de portes à la blonde. Pour ce qui était de, probablement, ne plus se voir pendant une période de temps, elle s'en était toujours doutée. Les amours d'école se terminaient le dernier jour de classe dans la plupart des cas. De rares exceptions survenaient, réussissaient à laisser leurs âmes soudées malgré les éloignements divers, mais il ne fallait pas se voiler la face. La brune faisait déjà trop d'exceptions à elle seule pour que celle-ci lui soit accordée. Hochant vaguement la tête, le regard fixé sur un abris non loin, elle répondait sans trop se mouiller, « cela te fermera des portes » mais elle comprenait le sentiment que de ne pas savoir ce qu'on voulait devenir. Sept années pour trouver une idée, et ce n'était qu'au dernier moment que Keira avait eu la sienne. Comme si l'ampoule grillée avait décidé, dans un dernier souffle, de se rallumer pour la lui souffler.

« Je pense me pencher sur la potion. Il faut que je trouve un mentor. » Mais qui donc voudrait prendre de son temps pour enseigner à une fille à l'allure lugubre et au cœur entouré de glace ? Dans tout entretien, il faut au moins paraître sympathique et souriant afin de décupler ses chances d'être retenu. Si elle pouvait faire semblant de tordre ses lèvres en arc, elle ne pouvait changer sa personnalité. Il lui fallait trouver un sorcier qui la comprendrait ; un individu qui aime avoir sa tranquillité.

L'abris grinçait lorsqu'elle en tirait la forte, à l'intérieur, il régnait du sombre. Par surprise, il y avait trop peu de toiles d'araignées. Les lieux devaient souvent être usés, notamment par des gamins qui murmuraient et s'imaginaient invincibles. C'était étroit, le genre d'endroit que l'on imagine toujours dans le coin d'un jardin de château ; là où le jardinier range ses pelles et arrosoirs. L'air à l'intérieur était glacial, mais au moins, les parois bloquaient les courants d'air ainsi que les flocons qui tombaient plus fort et plus fort. Dans la pénombre, Keira déposa un baiser, et, peut-être parce qu'il était plus simple de parler lorsqu'on ne distinguait pas tous les traits d'autrui, « il est probable que notre dernier retour via le poudlard express nous sépare, mais jamais je ne pourrai t'oublier ».

Tu as retourné ma vie.
Tu m'as fait découvrir une moi nouvelle.
Revenir en haut Aller en bas
Shela Diggle
avatar
Modération RPGSerpentard
Modération RPG
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Le parc de Pré-Au-Lard

Message par : Shela Diggle, Ven 19 Jan 2018, 10:43


Dans un épais silence, le monde a été avalé, il n'y a même d'empreinte sur le sol, personne n'est fautif ou alors tout le monde. C'est un songe, on en est certain, parce qu'on ne contrôle pas tout à fait, les bras n'obéissent plus, on doit suivre la trame, et de toute façon, à la fin, il y a l'éveil, l'on ne s'en rend tout de suite compte mais rien n'a existé, ou bien qu'ailleurs. Dans un épais silence avancer, oreilles bourdonnantes, figée malgré la marche, séparée de soi, flotter à quelques centimètres de là, étrangère
les nuages gris aussi, ne bougent plus, c'est qu'il y en a tant qu'on n'en saisit les mouvements, c'est une nouvelle voûte céleste, un paysage du haut, ils auraient pu avoir l'air furieux mais sont lasses, si lasses
suspendu le temps

Les gens il faut les laisser, partir venir disparaître, les gens tiennent à cette liberté aussi, alors il ne faut esquisser aucun geste, aucun geste pour retenir; dans retenir, déjà la répétition de trop. Il ne faut ciller, simplement offrir l'épais silence, offrir la plus grande chose offrir, ce qu'autrui seul peut donner, la liberté de s'affranchir des autres. Alors tapisser sa poitrine de feutre noir, effet buvard, mimer l'absence, pour n'intervenir dans son libre arbitre, pour ne rien influencer, tapisser de feutre le corps tout entier, absorber tout, c'est misérable, les flocons s'achèvent sur le sol, délivrés de leur chute
voûte grise
couper court à tout souvenir, et étonnamment y parvenir, il n'y a plus rien, plus rien que l'épais silence, les sons absorbés, mangés par la neige, à quelques centimètres, la part qui résistera au feutre noir dans la poitrine - ce sera tard, tard, un bombardement retardé, arrêt
laisser les gens s'en aller après tout, ce n'est pas elle qui a entamé procession vers l'ailleurs

tôle grise et sur les yeux une muraille, qu'il est drôle d'appeler cela un abris, il faudrait préciser à quoi, souhaiter, un abris à l'état d'éveil à la conscience, ici mais n'être certaine que ce soit à cause du temps, un froid paisible, sur les lèvres sentir un instant sa peau. Son odeur se perd ensuite, comme tout le reste, comme avalée par l'épais silence ou la neige - les deux sont similaires. Ne pas oublier n'est pas une consolation, c'est un silence de plus, et il ne peut y avoir de consolation, mais au fond de soi, au fond de soi penser, parce qu'il s'agit de quelque chose qui bouge encore, un dernier bruit, une pensée qui n'a pas été avalée, penser, moi non plus je n'oublierai.


Fin du RP
Revenir en haut Aller en bas
Aya Lennox
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-garou
Legilimens



Re: Le parc de Pré-Au-Lard

Message par : Aya Lennox, Lun 22 Jan 2018, 15:35


Suite du RP avec Partner
LA piqué, si problème, c'est pas mon problème Ange

Les deux s'étaient donnés rendez-vous au parc. Il était surtout question, pour Aya, de prendre le temps de réfléchir. Mais aussi d'attendre que le môme finisse son service.
Petit à petit, la nuit tombait sur Pré-au-Lard et le monde qui occupait les rues s'échappait à l'intérieur des maisons ou retournait vers le château. Quelques fois, on en croisait certains, pour qui la soirée ne faisait que commencer.
Mais la plupart des âmes préféraient se perdre dans la nuit ou au contraire, se protéger de ce que celle-ci souhaitait cacher.

Aya faisait partie des seconds. Mais ce soir-là, son point de chute n'était pas le même. Les mains liées entre elles, elle attendait, assise sur un banc. Le môme ne devrait pas tarder. Même si elle n'en savait rien, finalement. Elle n'était pas franchement au point avec les horaires. Et s'en fichait pas mal, elle avait le temps.
Après quelques temps d'attente, une silhouette se dessina dans le crépuscule. Aya redressa à peine le menton et s'adressa directement à celui qui s'approchait, et prenait place à ses côtés sur le banc.
- Notre futur compagnon s'y connait suffisamment en technologie moldue. Mais je n'ai pas envie de le payer. Il est trop arrogant, trop pénible. Il a essayé de me faire croire que l'idée du cambriolage venait de lui.
Elle soupira. Ce qu'elle essayait de dire, c'était que...
- Bref, t'as pas à t'inquiéter. Tu seras payé. Mais si tu es trop inquiet, si tu me fais pas confiance, j'suis prête à faire un serment.
Ses mirettes se portèrent alors sur le gosse. Oui, là, c'était un peu plus sérieux. En espérant qu'il l'était aussi.
- Je comprends que tu veuilles pas te faire rouler. Et j'estime également le mériter en retour. Tu crois pas ? Voilà pourquoi j'ai réfléchi à l'idée du serment.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Le parc de Pré-Au-Lard

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 46 sur 49

 Le parc de Pré-Au-Lard

Aller à la page : Précédent  1 ... 24 ... 45, 46, 47, 48, 49  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Pré-au-Lard ~¤~ :: Rues de Pré-au-Lard-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.