AccueilPortailPublications internesRechercherS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Les couloirs :: Salle sur Demande
Page 19 sur 19
Nuit des amoureux
Aller à la page : Précédent  1 ... 11 ... 17, 18, 19
Vanille Fleury
Serpentard
Serpentard

Nuit des amoureux - Page 19 Empty
Re: Nuit des amoureux
Vanille Fleury, le  Dim 28 Jan 2018, 19:58

/!/
pas de problème ^^

Il n'y avait plus grand chose autour, que la douceur de ses bras et ses lèvres si délicates qu'on aurait pu croire qu'elle se posait de sentiments contre les miennes. Mais je connaissais la véritable face cachée de ce cinéma. Mascarade, le cœur explose dans la poitrine alors que les sens s’affutent après s'être engourdit, éclat délicieux de son parfum sous mes lèvres. Mes yeux se ferment quand je le laisse voir en moi toute cette fragilité que mes yeux gardent prisonnière. Vulnérable enfant à la merci de ses amours. La raison à envie de crier que j'aurais bien pu résister plus longtemps mais je n'ai pas envie de jouer au jeu de la culpabilité. Je respire, je vis, j'offre. Dans impardonnables bêtises.

Accédant à ma demande il fait lentement glisser la fermeture de ma robe vers le bas alors que mes yeux se ferment. Pas un mot sur les cicatrices de mon corps, je l'en remercie intérieurement. Je ne joue pas les enfants marthyr ce soir, je n'ai pas envie de raconter mon histoire. Celle d'une petite fille trop triste aux dos lacérés, la robe blanche maculée de sang.

Il pose ses lèvres sur mon dos, je frissonne doucement alors que ma robe vient épouser le sol me laissant presque entièrement vulnérable à son regard. Il lance une excuse en l'air que j'attrape et savoure au vol. Ça sentait le cœur brisé à plein nez mais je me promettais de ne rien ajouter puisqu'il avait tenu parole et se taisant au sujet des marques de mon dos. Douce cruauté, j'allais donc remplacer une jolie demoiselle qui l'avait largué ou du moins lui avait fait du tort. Amusée par cette idée de devoir consoler le petit rouge et or de mon corps, je ne réalise pas tout de suite ce dont je vais également fait l'objet.

Les bras m'entourent dans une étreinte étrange que je ne repousse pas. Me laissant faire comme la vulgaire poupée de chiffon à laquelle je me laissais apparenté. Je n'avais plus grand chose à perdre de toute façon. Nyx m'avait volé mon corps, Peter avait terminé le travail, Arty m'avait volé ma dignité, si j'en avais encore une. Tout cela était maintenant résumé à l'habitude mais il n'était néanmoins encore que le quatrième et j'avais un peu peur sans vraiment en connaitre la raison. Baiser contre ma peau enflammée, ça aurait presque pu en être mignon si l'intention derrière avait eu quelque chose d'amoureuse. Mais non, il n'y avait là pas le moindre sentiment pour justifier un tel comportement, juste cet abus d'alcool qui transformait les envies en actes.

Face à face, diablesse au sourire d'ange, mes lèvres retrouvent les siennes d'un savoureux interdit. je m'oublie sous ses caresses alors que ses mains prennent possession de mon corps. Je me laisse lui appartenir sans barrière, consciente qu'il sera de toute façon bientôt bien trop tard pour faire marche arrière. Le réveil sera douloureux demain. Mon corps contre le sien dans une chaleur agréable au creux du ventre, je ne voulais pas voir cela s'arrêter, pas maintenant. Il se détache. Ses paroles prennent la forme d'un presque compliment alors que mes lèvres s'étirent d'un sourire timide. Ne t'arrête pas...

Le cœur bat doucement alors que les sentiments s'éveillent en moi. Je tombais amoureuse sans l'avoir voulu comme il m'arrivait si souvent. Je reconnaissais un peu trop bien les symptômes de cette maladie qui avait fait de moi son esclave. Incapable vraiment de ne rien ressentir alors qu'il embrasait tout mon être. Mes derniers vêtements rejoignent ma robe alors mes bras délicatement passent derrière son coup tant dis que je l'embrasse un peu plus passionnément collant mon corps au sien. Une main s'enfuit pour venir lui caresser la joue avant l’aveu. Je t'aime. Et je n'en pouvais rien. Je t'aime et tu allais me faire mal. Je t'aime. Mais un retour était impossible alors j'allais finir par oublier. Mes mains tentent de lui enlever son haut à lui aussi. Il serait temps de faire arme égale très cher.
Daemon Stebbins
Daemon Stebbins
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Nuit des amoureux - Page 19 Empty
Re: Nuit des amoureux
Daemon Stebbins, le  Mer 07 Fév 2018, 18:31

!!! Attention scène d'amour explicite !!!





Chair salvatrice...

Ellana Lyan- Daemon Stebbins
L.A à la demoiselle

“La débauche commence lorsqu'on dissocie l'amour et le plaisir et qu'on confond un verre avec une bouteille. ”

• ♫♫♫ Choix de Dey










Ma partenaire du jeu de ce soir m'avait répond de ne pas m'arrêter. Je lui obéissais alors immédiatement. Sans aucun ménagement j'ai commencé à m'approprier son pour cette unique nuit. Parce que si elle l'ignorait, moi j'en étais parfaitement conscient. Ce que je voulais en dehors de la satisfaction de mon côté primaire, c'était oublié celle qui m'avait déchiré le cœur avec ses crocs sans aucune pitié quelques jours plutôt. Mais surtout je voulais m'oublier moi parce que je ne supportais plus la souffrance et la haine que je lisais dans mon regard. J'avais besoin de fondre dans l'intimité de cette fille pour m'effacer complétement pour ne plus rien ressentir pendant quelques heures. Parce que le sexe avait cet effet extraordinaire sur moi, il me vidait la tête. Plus rien ne pouvait m'atteindre en dehors des gémissements de cette bouche que je prenais sans aucune douceur et les grognements de mon être pour ne pas aller assez vite dans l'atteinte du plaisir salvateur.

Puis il y avait eu ces mots que j'avais prononcer moi-même dans d'autres circonstances et qui, ici, dans la bouche de  ma condisciple d'un soir n'avait pas leur place. L'amour n'avait rien faire et si cette dernière se laissait emporter par ce sentiment, je n'y pouvais rien. Avec moi il n'y avait ni promesse et surtout plus de prince charmant ou non. Je ne recherchais que l’apaisement sexuel. Alors oui, j'avais entendu mais j'avais sciemment chois de les ignorer et de passer outre. La seule chose que je lui avais soufflé, était  :

- Tu es désirable, petite poupée.

Puis j'avais pensé au fond de moi :

* Déteste moi dés que tu le pourras petite poupée, parce que je ne serai qu'une cicatrice de plus sur ton cœur. Et si la prochaine fois, tu me vois , fuis loin. *

Mais cette vérité là, je n'étais pas capable de la livrer ni maintenant ni jamais.

J'avais donc continué à découvrir chaque parcelle de son corps. Et puis je l'avais entrainé vers le lit abandonné au milieu de la pièce. Il fallait dire que le décors autour de nous était minimaliste. Il y avait juste une cheminée en prime avait de réchauffer l'air et qui faisait danser nos ombres sur le mur. Celles de deux corps enlaçaient, qui se donnaient du plaisir. Celle d'un homme qui se repait d'une proie comme un rapace d'un lapin. Je ne faisais que prendre ce qu'elle me donnait. Certes, je lui offrait de la jouissance mais cela n'était qu’éphémère et nous le savions tous les deux.

Je m'étais retrouvé alors sur elle et j'avais empreinté le chemin conduisant à son intimité. Je n'avais eu aucun mal pour me l’accaparer et m'en délecter...




by Daemon



Dernière édition par Daemon Stebbins le Jeu 22 Fév 2018, 19:31, édité 1 fois
Vanille Fleury
Vanille Fleury
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Nuit des amoureux - Page 19 Empty
Re: Nuit des amoureux
Vanille Fleury, le  Ven 16 Fév 2018, 18:17

/!/

C'était si facile de milles et une fois, jouer les jeunes vierges effarouchées. S'habiller de robes blanches et laisser resplendir le sourire innocent. Parce que nous n'étiez que deux adolescents avec un peu trop d'alcool dans le sang, que je n'avais pas su dire non, cerveau embrouiller qui écarte les personnes aimées de mes idées. Je regretterais demain, ce soir j'aime à temps plein. Pas une seconde de répit. Il ne devait pas lui non plus en être à sa première fois alors que je me laissait délicatement fondre dans ses bras. Deux battements de cils innocents, regard d'enfant égarée qui ne sait pas ce qu'elle fait dans les bras de cet inconnu. Et les sentiments qui font doucement battre le cœur rendant mes intentions encore plus louable, le transformant en profiteur. Si simple.

Et il se fiche de mes mots, comme je l'ai fait avec elle à sa place. Désirable ? Sourire pour ne pas pleurer ; je crois que je le sais. Chaleur brulante, étouffante, deux marionnettes partenaire de la même danse. Amour non réciproque, c'était le même jeu depuis des siècles ; celui de la proie et du prédateur. Je découvrais avec horreur ne pas me retrouver dans le camps auquel j'avais aspiré. J'en aurais laissé le sel sur mes joues couler. Cœur battant, émotions vacant. J'ai peur.

Jouet, princesse découronnée
l'enveloppe ne m'appartient plus
déchéance précarisée
je ne suis plus maîtresse, déesse
et je tombe.
Pas de si haut au fond.

Le temps était à la guerre, mon corps tenait lieu de champs de bataille - en porterais-je les marques demain ? Je ne réfléchissais plus. Il n'y avait plus que lui, moi et cette mélodie incessante tournant en boucle dans ma tête alors que j'aurais voulu crier. gémissement de plaisir étranger à ma voix habituel, je devais être dans un autre monde. Arrivée d'un nouveau corps, inerte et doux cette fois. Prise au piège dans ce lit comme une nouvelle tombe, j'étais la jeune fille sacrifiée. J'expire un instant. Mon corps ne m'appartient déjà plus.

***

Essoufflée, le corps enfouit sous les draps. Je vient coller ma peau contre la sienne avant de fermer les yeux. La fatigue me tombe dessus un peu trop vite et je n'ai plus le temps que de prononcer quelques mots. Reste avec moi, je t'en prie. Même si ça ne sert peur être à rien. Pars pas, pas tout de suite. Et mes doigts effleurent le fond.
Daemon Stebbins
Daemon Stebbins
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Nuit des amoureux - Page 19 Empty
Re: Nuit des amoureux
Daemon Stebbins, le  Jeu 22 Fév 2018, 19:27

!!! Attention scène d'amour explicite !!!





Chair salvatrice...

Ellana Lyan- Daemon Stebbins
L.A à la demoiselle

“La débauche commence lorsqu'on dissocie l'amour et le plaisir et qu'on confond un verre avec une bouteille. ”

• ♫♫♫ Choix de Dey










Le corps à corps avec la poupée avait duré encore quelques minutes jusqu'à ce que mon être soit satisfait et repu. Même l'alcool dans le sang ne me faisait pas oublié la réalité de la chose. J'étais entrain de me servir d'elle pour oublier. Oublier la douleur du cœur, de la trahison de cet être que j'avais aimé plus que tout et qui m'avait bafouillé. Je n'aimais pas ce que je faisais. C'était pour cela que j'avais anesthésié ma conscience. Toutefois, c'était une illusion de plus. Je le savais et elle le savait. Après cette nuit, il n'y aurait plus rien de ce qui se serait produit. Quand je quitterais la pièce, nous reconnaitrions plus lorsque nous nous croiserions dans les couloir.

C'était ce genre d'accord tacite qui était convenu entre les rencontres de ce type. Je sentais sa chaleur se diffuser encore dans mon être bientôt l'explosion allait se faire. Je ne pouvais pas dire qu'elle ne me faisait aucun effet. Ca serait un mensonge éhonté. C'était une magnifique poupée, qui s'était retrouvée au mauvais moment au moment endroit et surtout avec la plus belle ordure de la soirée. Celui qui ne cherchait qu'à assouvir ses envies.

J'avais enfin atteint mon but. Ma colère et mon désir avait été comblé. Je m'étais décalé, m’apprêtant à me rhabiller rapidement. Hors d'haleine, je n'avais rien dit en écoutant la demande de ma partenaire d'une nuit. Je voyais la verte s'assoupir. J'avais soufflé un

- oui

Je savais qu'il ne durerait pas. Que je lui mentait. Mais je pouvais au moins lui donner cette illusion. Elle a fini de sombrer complètement. Je l'avais observé quelques minutes. Puis je m'étais préparé à prendre la poudre d'escampette. J'avais tiré le drap et sur elle et j'avais lâché :

- Pardon jolie poupée.

Puis j'avais quitté la pièce sans me retourner....

* Déteste moi dés que tu le pourras petite poupée, parce que je ne serai qu'une cicatrice de plus sur ton cœur. Et si la prochaine fois, tu me vois, fuis loin... *


( Fin du rp pour moi. Merci)




by Daemon

Vanille Fleury
Vanille Fleury
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Nuit des amoureux - Page 19 Empty
Re: Nuit des amoureux
Vanille Fleury, le  Jeu 01 Mar 2018, 07:08

J'ai fermé les yeux un peu trop tôt avec cette promesse de sa part qui assurait qu'il resterait. je voulais fuir dans le monde des songes avec la chaleur de son corps contre le mien, la douceur de ses baisers dans mes cheveux et son parfum qui me faisait étrangement tourner la tête. C'est le froid de la nuit qui me réveilla. Il était parti. Mon cœur se déchira. La couverture ramenée sur moi prouvait une attention délicatement honteuse de sa part. Le lâche avait fuit. Couchée sur le dos, j'avais du mal à respirer. La chaleur de nos ébats vibrait encore en moi sans que je n'arrive à trouver cela agréable. Je me sentais sale, seule et perdue. Mon prince d'une nuit m'avait été retirer. Je laissais les larmes couler sur mon visage de poupée. Un de plus, un de moins que cela pouvait-il donc changer ? Je hurlais mentalement.

Mon corps endoloris se vit lentement rhabiller alors que je titubais mes talons en main jusqu'à la porte. Dehors il faisait froid, j'avais peur, j'étais seule, le cœur en miette. mes doigts tremblant rechaussèrent mes tallons alors que je fuyais le château comme une Cendrillon qui serait restée après minuit. J'avais quelqu'un à trouvé. Une jeune fille que mon cerveau me persuada d'épouser. Les larmes n'avaient cessé de perler.


Fin du RP, merci ! ♥
Eden L. Maddox
Eden L. Maddox
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Matière optionnelle : Arithmancie

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Nuit des amoureux - Page 19 Empty
Re: Nuit des amoureux
Eden L. Maddox, le  Dim 30 Déc 2018, 21:56

L.A. Mutuel pour la durée du rp, parce que EnzAysha, voilà, quoi :mm: (RP PV).



Welcome to the new black parade.
   
Suite à plusieurs de nos conversations, qu’elles soient intimes ou non, nous nous étions enfin mis d’accord sur la date de notre petit échange de cadeau respectif. On voulait marquer nos corps d’un projet commun, ce soir et comme une promesse glissée à son oreille, le temps d’une convocation générale, je m’étais mis en tête de l’attendre devant la porte de la salle sur demande. Et puis, je me décide de jouer l’effet de surprise, alors, je ferme les paupières tout en imaginant un cocon douillet, une suite presque princière pour qu’elle puisse profiter en toute légalité d’un rêve presque éphémère, mais aussi durable dans le temps. Et lorsque j’ouvre les paupières, je m’empresse de pousser la porte pour découvrir les lieux. Une immense chambre aux nuances vert-bleuté avec des fenêtres factices pour nous donner l’illusion d’être comme dans une autre qui existerait vraiment. Au loin, quelques coussins devant une cheminée et ce grand lit de deux personnes couvert d’un drap de soie. Il ne me faut guère de temps aussi pour que j’entre dans la pièce, que je me décide de retirer mes chaussures pour pouvoir déposer ma veste et mon sac contre le lit. Lentement, je m’y allonge tout en regardant le plafond avec ce sourire qui ne quitte même plus mon visage. La seule chose que je trouve à faire, aussi, en attendant… C’est de prendre ma baguette et de la faire rouler entre mes doigts tout en pensant à elle, à nos nombreuses nuits que l’on a passé pendant ces derniers mois dans des endroits comme celui-ci, mais surtout au fait qu’elle me manquait déjà énormément depuis la dernière fois. D’un côté, ce petit instant de bonheur n’était pas de refus après ce que je venais de vivre depuis notre dernier moment à deux. Et puis, je me dis qu’il va falloir que je la mettes au courant de certaines choses, parce qu’il y a des choses que je ne veux pas que d’autres mauvaises langues le fasse à ma place, à commencer par cet imbécile d’Hartman qui m’avait rendu chèvre, la veille avec ses agissements assez fourbe. Chassant loin de mon être, l’idée de penser à cet idiot, je reporte mon attention sur la porte, me demandant si ma petite – amie ne s’était pas perdue en cours de route.

(c) ROGERS. & Melody(Bazzart)
Aysha Brayd
Aysha Brayd
Préfet(e)/Serdaigle
Préfet(e)/Serdaigle
Année à Poudlard : Septième année

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Nuit des amoureux - Page 19 Empty
Re: Nuit des amoureux
Aysha Brayd, le  Jeu 03 Jan 2019, 12:12

Il y avait cette sorte d'excitation confuse au creux de sa poitrine, qui la chatouillait à la veille d'une sorte de serment, quelques instants à peine avant qu'elle ne s'apprête à tracer dans sa peau la promesse d'une fidélité et d'un amour partagé. Elle sentait comme un picotement à l'endroit même où, quelques minutes plus tard, l'on graverait les lignes de leur rencontre, la poignée de main, le baiser qui avait conclu ce pacte silencieux. Et par instants, parfois, comme une fulgurance à peine perceptible, le doute rencontrait son enthousiasme, et elle prenait conscience de ce qu'elle allait faire, cette action irréversible. Mais rien n'était réellement irréversible. Et elle avait envie de faire des choses, des choses grandes et brûlantes d'anxiété, de risque, d'engagement. Elle voulait plonger tout droit dans cet abîme. Et ne plus revenir en arrière. Il lui fallait sortir de sa zone de confort au risque de s'y enfoncer si profondément qu'elle ne pourrait plus en ressortir et que seule une mèche de ses cheveux resterait visible dans ce marécage d'habitude. C'était assez grisant. Cela avait la même saveur que d'enfreindre le règlement. D'ailleurs, cette saveur était persistante depuis qu'elle avait rencontrée Enzo, comme si c'était le goût même de ses lèvres, un goût d'interdit, et pourtant...

Arrivée devant la porte, Aysha hésita. Elle posa sa main sur la poignée et se laisser le temps d'en apprécier la fraîcheur métallique, dans le silence de ce couloir. Elle imaginait Enzo derrière cette porte alors qu'il n'était peut-être même là, mais elle en doutait, lui qui était toujours à l'heure, et toujours là, où qu'elle aille, qui une omniprésence étrange. Elle se le figurait sur un lit ou debout, l'attendant avec ce même visage, ce même corps maintes fois exploré, prêt, lui sans aucun doute, à sceller leur affection dans l'épiderme. Il était sa barre fixe, elle s'y retenait si souvent pour éviter de sombrer, d'être emportée par une vague de doute, de questions, toujours, toujours.

Puis elle abaissa la poignée, et eut, pendant une brève seconde, envie de courir, de sortir de cet endroit et d'aller crier tout son être dehors. Elle ne savait pas pourquoi mais avait l'habitude de ces instants étranges, presque inexistants tellement ils étaient brefs, où elle se sentait prise d'une pulsion qui disparaissait aussitôt. Et qui ne la forçait jamais à rien. Ça n'était qu'une image, et une seconde après elle avait poussé la porte, sourire aux lèvres.

Il était bien là, allongé sur le lit, il releva la tête à l'instant même où elle mettait un pied sur le parquet, comme s'il avait su, comme s'il savait toujours où elle était, ce qu'elle faisait, comme si sa simple présence lui donnait cette décharge électrique qu'il chérissait peut-être. La chambre était belle et gracieuse. Aysha la traversa à pas légers, à pas de danseuse, le visage détendu par le calme et l'atmosphère rassurante qui régnait dans la pièce. Arrivée à la hauteur du lit elle laissa glisser ses doigts dans ceux d'Enzo, et lui offrit l'un de ces baisers furtifs, trop courts, mais doux, brefs, volatiles.

- Comment vas-tu ?

Car il lui avait semblé déceler sur son visage une sorte de ride, et dans ses yeux l'ombre d'un souvenir récent et désagréable, mais si éphémère, et qui avait disparu à l'instant où ses yeux s'étaient posés sur elle. Si bien qu'elle avait peut-être rêvé.
Eden L. Maddox
Eden L. Maddox
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Matière optionnelle : Arithmancie

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Nuit des amoureux - Page 19 Empty
Re: Nuit des amoureux
Eden L. Maddox, le  Sam 05 Jan 2019, 15:57


Welcome to the new black parade.
   
Lorsque je me permets des instants comme celui-ci, là où tout mes pensées se tournent vers une seule personne plutôt que vers un but précis. Je me rends compte de l’importance de cette fille dans ma vie, les choix qui m’ont poussé à faire d’elle, quelqu’un d’important aussi. Cette douce chaleur qui grimpe le long de ma peau, m’épouse l’épiderme comme si je portais des vêtements comme ceux que je porte aujourd’hui. Cette sensation m’imprègne d’une agréable envie de sourire et de profiter du peu de bonheur que j’arrive à ressentir pour une seule poignée de personnes. Tout mon être s’engourdit à l’idée de lui marquer la peau comme de la mienne, le tout pour prouver que mes paroles ne sont pas puériles, qu’elles sont murement réfléchies comme l’amour que j’éprouve envers cette fille. Toute sa personne, des cheveux jusqu’aux pieds, je l’ai aimée le coup d’un soir, au détour d’un couloir et à présent, avec le temps, je l’aime davantage. Un sourire nait sur mes lèvres alors que j’entortille de mes doigts, ma baguette dont j’ignore encore comment je l’ai reçu. Tout ce que j’sais, c’est que j’l’avais avec moi, ce jour-là, dans la cabane hurlante.

- « Huh… ?  »

Puis, la poignée de la pièce s’active et la porte reste malgré tout immobile quelques secondes. Intrigué, je me suis redressé pour m’assoir sur le lit avec la tête penchée sur le côté. Et si c’était une autre personne ? Et si elle s’était désistée ? … Lui aurait-je fait peur ? A-t-elle appris pour moi, ce « moi » que je lui cache depuis des mois… ? Alors, lentement, comme pour me rassurer, la porte s’ouvre et un visage illuminé par un sourire radieux, embellit le mien qui commence à se faire « livide » par le torrent de sentiments qui me bouleverse par moment. Entre-temps, je me suis recouché pour pouvoir soupirer d’aise tout en affichant un sourire satisfait sur le visage alors que je la suis du regard pendant qu’elle se déplace dans la pièce jusqu’à qu’elle soit près de moi. De ses doigts, elle effleure les miens pendant qu’elle me vole un tendre et chaste baiser. Et de mon côté, je ne peux me retenir de venir déposer l’une de mes mains sur sa joue pendant que mes pupilles verdoyantes rejoignent les siennes. Elle me demande comment je me sens aujourd’hui, comme si elle était capable de pouvoir lire en moi sans que je n’ai à prononcer le moindre mot… Et pourtant, il me devait de le faire pour être sûr qu’elle ne disparaisse pas et que je sois certain que je ne rêve pas .. ou plus.

- « Mmh … Étrangement bien, cependant… J’ai besoin de te confier quelque chose… Maintenant qu’on est que tous les deux. »

En premier lieu, je me redresse un peu pour éviter de se tordre encore le cou avec moi. Je m’approche doucement d’elle pour la faire venir contre moi tandis que je viens prendre ses mains en « otage » grâce aux miennes. Ensuite, je redresse ma tête dans sa direction juste avant de venir poser mon front contre le ventre de mon adorable préfète Serdaigle. Et seulement, à partir de cette instant-là, les mots « tabous » s’échappent de mes lèvres, lui racontant ainsi une majeur partie de ce que j’avais et j’ai sur le « cœur » aussi.

- « Il faut que tu saches que j’suis loin d’être un prince charmant parfait. … J’ai commis quelques nombreux délits… Beaucoup trop pour que je puisses les compter et j’ignore si je serais capable de m’arrêter. Cependant… Depuis que je t’ai rencontrée l’année dernière, je dois t’avouer que tu me fais perdre la tête… Au point où je ne me reconnais pas lorsque je suis avec toi.  »

Lentement, je déglutis avant de pousser sur mes jambes afin de pouvoir me redresser, venant prendre place devant elle en me tenant, enfin, debout.  De mes pouces, doucement, je lui caresse le dos de ses mains tandis que je laisse mon visage se mettre face au sien tout en gardant cet air sincère sur le visage. En toute honnêteté, j’voulais juste qu’elle prenne connaissance du « garçon » qui se tient en face d’elle à l’heure d’aujourd’hui, aussi.

- « Ce que je veux dire, c’est que tu fais de moi, un mec bien. Tu es un peu comme mon étoile, ma lumière dans mes ténèbres. Je ne sais comment l’expliquer autrement, Aysha, mais j’ai envie de faire tant de chose avec toi, que tu saches aussi pourquoi j’ai choisis, avec toi, qu’on se fasse, nos tatouages-là. Pour moi, tu es devenue au fil des mois, l’une de mes rares raisons de vivre.  »

Malgré ça, ça ne m’empêche pas de rougir très légèrement face à elle, si bien que je me mordille la lèvre inférieure. Puis, mes doigts se glissent autour de sa taille jusqu’à que je me permettes de l’enlacer un peu. Et pendant que je me mordille la lèvre inférieure, je suis certain de sentir mon cœur battre la chamade, comme s’il était prêt à tout rompre autour de lui, comme s’il était capable de traverser les murs, d’ébranler les fenêtres et de tout bousculer sur son passage.

- « En somme, j’veux juste te dire que… Même si je me suis laissé emporter « physiquement » par d’autres personnes, même si j’collectionne les bêtises aussi. Il n’y aura jamais deux nana dans ma vie. Tu es la seule exclusivité qui a droit à tous les privilèges avec moi. J’veux que tu sois la seule fille avec qui j’partage ma vie…  »

Et lorsque j’m’écoute parler, je ne peux m’empêcher de me sentir un peu bête aussi, d’avoir l’air aussi passionné, aussi épris par cette fille. Preuve qu’elle n’était véritablement pas « rien » à mes yeux, mais au contraire, qu’elle valait bien plus que tout le reste.

- « Et ce n'est pas des conneries comme Jackson, Evan, Elhiya ou Ethan qui vont m’empêcher de vouloir officialiser ce que j’ressens pour toi, ce soir. … Tu sais… Après toutes ces belles paroles que je n’ai que trop peu l’habitude d’avouer… »

Je ne peux m’empêcher de revenir caresser sa joue de l’une de mes mains, la droite, avant que mon pouce ne s’égare sur ses lèvres. Je ne peux me retenir, également, d’avoir une certaine tension qui me maintient sur la réserve. Comme si j’m’attendais à ce qu’elle se barre en courant, ce qui aura pour but de me rendre « encore plus dingue » vis-à-vis d’elle…

- « Sache que… Je t’aime d’un amour inconditionnel, ma belle. J’aimerais pouvoir te dire que nous deux, c’est éternel… Mais j’suis pas diseurs de bonnes aventures et je lis encore moins l’avenir. Tout ce que j’sais, c’est que j’veux profiter de chaque moments passés à tes côtés comme si c’était le premier jour de notre rencontre. »

Et sur ces mots, finalement, je m’approche d’elle avant de l’embrasser amoureusement, passionnément et tendrement sur les lèvres. Au même moment, mes paupières se ferment alors que je rapproche mon corps près du sien. Qu’elle sente que dans mon torse, mon cœur fait la fête et qu’elle mets mes émotions en pagaille. Au même titre que les Mangemorts, j’ai bien envie de dire que je serais quasi-prêt à mourir pour elle.

(c) ROGERS. & Melody(Bazzart)
Aysha Brayd
Aysha Brayd
Préfet(e)/Serdaigle
Préfet(e)/Serdaigle
Année à Poudlard : Septième année

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Nuit des amoureux - Page 19 Empty
Re: Nuit des amoureux
Aysha Brayd, le  Dim 20 Jan 2019, 17:38

Enzo avait laissé glisser sa main sur la joue ambrée de la jeune femme. Il semblait avoir quelque mot coincé au fond de la gorge, et qui voulait s'échapper, avec force, avec poigne. Aysha ne savait pas si elle voulait les entendre, elle ne savait pas ce qu'elle voulait savoir ou non. Mais elle n'était personne pour empêcher la fuite inexorable des paroles, qui étaient maîtresses de tout, maîtresse de son monde et depuis longtemps, ces mots qui avaient pris une place si grande, qui ne la lâchaient plus. Et s'il voulait se confier alors tout était contre elle, aussi bien son désir de vérité que sa curiosité, aussi bien son amour qui avait besoin d'être vrai, aussi bien son intégrité sans faille, ou bien celle qu'elle voulait prétendre, au moins.

Ainsi, au bout d'un an, il se confiait. Il avouait ses péchés. Aysha fixa ses prunelles dans les siennes, sans ciller, sans faiblesse désormais, et elle était prête à entendre ce qu'elle avait déjà entendu maintes fois de la bouche des autres. Ces autres qui lui avaient dit qu'il n'égalait pas son honnêteté, et qu'elle, si intègre et si sage, méritait un garçon plus sincère. Et pourtant, sincère il l'était. Et elle, sage, intègre, l'était-elle ? Elle se mirait de belles illusions, contemplant souvent son profil de jeune fille sans histoires, et bienveillante en plus de ça, préfète et qui faisait honneur à sa maison, toujours et sans égal. Tout cela n'était pas vrai. Pas toujours. Et qui était-elle pour lui reprocher des égards lubriques alors même qu'elle se laissait tenter par des desseins bien plus sombres, qui n'avaient rien à envier les désirs luxurieux d'Enzo ? Tout cela n'était rien.

Pourtant, on lui chuchotait à l'oreille qu'elle devait les lui reprocher, ces égards. Si elle ne disait rien, elle ne méritait rien, et ne pouvait rien cacher. Elle ne pouvait pas. Elle ne pouvait lui dire. Il lui parlait d'un amour, puissant, nouveau, exclusif, et tout cela faisait écho à ce qu'elle ressentait, bien sûr. Aysha esquissa un sourire muet en serrant les mains de celui dont la présence lui était si précieuse.

- J'ai entendu des choses, tu sais. Depuis le début, depuis le premier jour, depuis le premier baiser... Je ne sais pas ce qui, dans tout ça, était vrai ou non, et tu dis des noms que l'on m'a maintes fois opposés en me parlant de naïveté. Mais ce n'est pas ça, pas ça du tout. Je te souhaite fidèle bien sûr mais... Je ne suis personne pour t'empêcher certaines choses alors que...

Elle ne termina pas sa phrase, elle savait qu'elle ne le dirait pas. Personne ne pouvait se vanter de n'avoir aucun désir coupable, aucun dessein condamnable, de n'avoir que des volontés chastes et honnêtes. Et d'ailleurs, qui pouvait juger ce qui était coupable ou non ? Elle n'en avait pas le droit. Le poids de ses propres tentations l'en empêchait. Mais il y avait des choses qu'elle avait le droit de dire, et elle ne s'en priverait pas, car elles étaient vraies. Et le discours d'Enzo ne faisait que sceller tout cela.

- Je ne peux vivre sans toi. Je t'aiderai, je t'aiderai. Et tu m'aideras aussi, parce que je ne suis pas une oie blanche, et j'ai besoin de tu comme tu as besoin de moi. Et je crois qu'à nous deux nous pourrions pallier à tous ces égarements humains.

Elle laissa échapper un rire léger qui emplit l'espace un instant. La jalousie, qu'elle aurait cru voir apparaître à l'annonce de ces noms, dont certains lui étaient familiers, comme celui d'Ellana, ne se montrait pas. Peut-être atteignaient-ils un stade qui dépassait le physique, les corps. Peut-être que tout cela était plus fort.
Eden L. Maddox
Eden L. Maddox
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Matière optionnelle : Arithmancie

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Nuit des amoureux - Page 19 Empty
Re: Nuit des amoureux
Eden L. Maddox, le  Sam 26 Jan 2019, 02:49


 
 
 

We create our own fate
Every human being is a puzzle of need.
   You must become the missing piece.

Alors que la douceur de son discours s’annonce à mes oreilles, faisant battre mon cœur à la vitesse d’une trainée de poudre embrasé qui se dirige tout droit vers mon cœur. Je réalise, lentement, l’importance et la place qu’à cette fille dans ma vie. Bien sûr que je suis terrifié en voyant mes sentiments se prendre une gifle colossal au point de me remettre en question. Bien sûr que j’ai l’impression de me voir une deuxième gifle mental quand je me rends compte de la douceur de ses propos qu’elle avance avant de m’offrir l’occasion de continuer d’avancer à ses côtés. En ce moment-même, je suis le plus heureux des hommes. Et ce n’est pas peu dire puisque j’embrasse le dos de ses mains qui enlacent affectueusement les miennes. Je ne réponds, au début, qu’avec un sourire et pour finir, je lâche ses mains pour venir poser les miennes sur sa taille. Je réduis l’espace entre nous jusqu’à coller mon corps contre le sien alors que nous sommes debout. Et puis, d’un geste peu anodin, je m’approche de ses lèvres jusqu’à murmurer en douceur…

- « Tu ne crois pas si bien dire, chérie. J’compte bien m’occuper de toi pour autant que tu m’autoriseras à être à tes côtés pour des années et des années… Tu crois que ça vaut combien d’années, l’éternité ?  »

D’un sourire sincère, parce que j’ôte ce masque d’impassibilité avec elle, je l’embrasse sans la prévenir jusqu’à nous faire tomber sur le lit. Je l’accueille au-dessus de moi et glisse sa main dans ses cheveux avant de la regarder de ce regard pétillant qui m’est presque méconnaissable. Depuis que j’ai fais sa connaissance au beau milieu de ce couloir, elle est devenue ma raison de vivre, cet espoir que je ne connaissais pas. Elle me rappelle parfois que je peux être quelqu’un de responsable, d’attentionné et qui sait prendre soin des autres que quand le jeu en valait la chandelle. Et de la voir, ainsi, au-dessus de mon corps étendu, je ne peux que la trouver encore plus belle.

- « … Et puis, je compte bien te faire plaisir avec ce qu’on s’était dit à la grande salle. Enfin, si tu n’as pas changé d’avis à propos de nos tatouages…Hein ? »

Je sais bien aussi que je remets le couvert avec ça, mais j’suis comme ça. Inquiet que quand ça la concerne, elle et pas quelqu’un d’autre. Calmement, je porte une main à sa joue et la lui caresse de mon pouce jusqu’à venir embrasser son front. Et puis, je me rends compte aussi que mon cœur bat tellement fort dans mon torse que je m’étonne encore qu’il n’est pas pris la fuite.

- « Même s’il t’arriverait de te faire engloutir parmi les Ténèbres ou de briller parmi les Étoiles, quoi que le destin nous réserve, je n’espère qu’une chose vis-à-vis de nous deux… C’est… Quoi que tu décides faire, je te suivrais jusqu’au bout du monde, ainsi, j’imagine que c’est tout aussi réciproque… Pas vrai ?  »

Pour la première fois depuis des lustres aussi, je rougis sans difficulté face à elle parce que je ne peux plus nier le fait qu’elle est mignonne. Et même si nous sommes tout les deux, deux âmes sombres, je suis sûr d’une chose… J’ai l’impression que nous sommes belles et bien, deux âmes sœurs.
 
CODAGE PAR AMATIS
 
Aysha Brayd
Aysha Brayd
Préfet(e)/Serdaigle
Préfet(e)/Serdaigle
Année à Poudlard : Septième année

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Nuit des amoureux - Page 19 Empty
Re: Nuit des amoureux
Aysha Brayd, le  Sam 26 Jan 2019, 12:00

Enzo posa ses mains sur sa taille et Aysha esquissa un sourire, sincère. Quand elle était avec lui, elle oubliait tout, ou presque. Elle ne pouvait jamais se défaire vraiment de ce poids qui pesait en permanence sur ses épaules, de son angoisse, de son pragmatisme, de ses doutes. Mais dans ses bras ils paraissaient plus dérisoires, et c'était un repos salvateur. Elle se laissa entraîner avec lui sur le matelas et garda ses prunelles plantées dans les siennes avec un air espiègle.

- Oui, je le suis toujours.

C'était une manière de sceller sur leur peau leur union. Elle se promettait de garder cette marque jusqu'à ce que quelque chose les sépare, si ce devait arriver un jour, que ce soit l'ennui ou la mort, mais elle ne le souhaitait pas. Elle garderait Enzo sur sa peau jusqu'à ce qu'ils ne puissent plus partager leur vie. C'était tout un symbole. C'était une façon de dépasser sa peur de l'engagement, amoureux mais pas seulement, de l'engagement général. Alors que sa main dessinait des spirales sur sa joue, Enzo continua. Et à ses mots, Aysha tressaillit. Te faire engloutir dans les Ténèbres. Tout cela sonnait étrangement idoine. Mais il ne pouvait pas savoir. Personne ne lisait en elle comme dans un livre ouvert, et d'autant moins depuis un moment. C'était comme si tout autour d'elle lui criait qu'ils savaient, qu'ils connaissaient ses doutes, et qu'ils la poussaient à y plonger tout entière. Pourtant personne ne pouvait savoir. Elle ne s'était confiée qu'à une personne, une seule, et ce n'était même pas Enzo. Elle ne s'était confiée qu'à cet homme, qui de toute évidence était un Mangemort, mais qui s'était montré si rassurant qu'elle avait tout lâché. Il était le seul.

Aysha chassa ces pensées de son esprit. Ce n'était qu'une coïncidence, l'emploi de ce terme ne voulait rien dire, et elle n'était pas là pour penser à tout cela. Elle se redressa et s'assit sur le lit. Elle laissa glisser son regard sur le visage d'Enzo et ne put s'empêcher de sourire à nouveau.

- On y va ?

Elle était prête. Sceller les choses ainsi était comme se défier soi-même. Elle faisait face à ses appréhensions. Elle faisait quelque chose qu'elle n'avait jamais fait et tout cela faisait naître en elle une bouffée d'adrénaline. Elle laisserait Enzo marquer sa peau, marquer son corps, marquer cette nuit où ils s'étaient rencontrés dans un couloir froid.

- Par qui tu veux commencer ?
Eden L. Maddox
Eden L. Maddox
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Matière optionnelle : Arithmancie

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Nuit des amoureux - Page 19 Empty
Re: Nuit des amoureux
Eden L. Maddox, le  Mar 29 Jan 2019, 22:03


 
 
 

We create our own fate
Every human being is a puzzle of need.
   You must become the missing piece.
rp avec Aysha Brayd : L.A. Mutuel jusqu'à la fin du rp.

Comment je pourrais rester là des heures à la regarder, à la voir sourire sans jamais ne pouvoir me voir être lassé. Je l’aime pour sa faculté à pouvoir me supporter, à vouloir avancer les mains dans les mains comme si nous étions deux face au monde entier. Elle est mon univers, ma volonté de vivre et ma force de courage que personne n’avait réussis, jusqu’à aujourd’hui, à me faire exprimer. J’ai l’impression de me sentir me pousser des ailes lorsque je suis à ses côtés. J’aimerais tant pouvoir le crier sur les toits, clouer les lèvres des personnes qui cherchent encore à nous séparer. Pourtant, plus le temps passe, plus je m’attache et plus je me rends compte qu’elle n’est pas seulement un simple coup de foudre. Elle est « Ce coup » de foudre, celui qui m’électrice du toucher, du regard ou même aussi que d’un simple sourire. À chaque fois que je l’aperçois, c’est comme si je tombais amoureux d’elle, tout les jours, de toutes les manières possibles aussi. Et de son air espiègle, je dois avouer qu’elle me fait encore plus frissonner parce que j’adore encore plus la voir ainsi avec cette petite lueur dans le regard qui fait, que tout mon être semble être à sa merci. Intérieurement, je sais que j’ai longuement réfléchit à faire cette idée de tatouage en commun. J’avais tellement envie de pouvoir parader avec son nom inscrit sur mes côtes, peut-être même que j’espérais inconsciemment de la voir rougir, lorsque nos deux cadeaux post St-Valentin seront enfin gravé sur notre peau, même si ce n’est, peut-être pas de façon indélébile.

- « Mpfh…. »

Juste un soupire d’appréciation s’échappe de mes lèvres lorsqu’elle se redresse pour venir s’assoir à côté de moi. Moi, je me contente de me mettre sur le côté avant de que je ne me décide de réfléchir sur qui commence en premier. Ainsi, j’ai bien ma petite idée, pourquoi ne pas commencer le premier pour lui montrer que tout va bien, qu’avec moi, elle ne risque rien car j’utilise ce sort depuis des mois, maintenant.

- « Pourquoi pas moi, Mh ? »

Alors, naturellement, je me redresse pour me mettre assis et je retire mon tee-shirt avant d’attraper ma baguette. À l’aide du #Ländatill Fälligen, je laisse ces trois belles roses se dessiner à l’encre de chine sur mes côtes. L’une se remplit d’un bleu océanique, l’autre d’un vert aussi vert que celui de mes yeux et pour celle du milieu, un turquoise bien distinct. En dessous s’y joint un prénom qu’elle ne pouvait que connaitre puisque c’était le sien. Et dans la foulée, à l’aide du même sort, je me décide une tête de loup de forme géométrique sur le torse, à l’emplacement de mon cœur avec une croix renversée. Juste une façon et une manière de m’exprimer sur ce que je ressens de manière artistique aussi. S’en suit d’un autre que je place sur mon bras gauche, ne voulant pas perdre mes idées, même si le dessin en lui-même n’est pas explicite sur mes pensées. J’imagine, oui, que c’est tout un ballet visuel qui se joue devant elle, je ne cherche pas non plus à lui en mettre plein les yeux, j’ai juste besoin de laisser ma créativité parler, ce soir. Une fois le tout fini sur mon corps, je lève la tête vers elle et lui demande d’une façon toute aussi douce qu’auparavant…

- « Viens par-là, toi… Puisque c’est à ton tour, désormais. »

Au final, ma question venait tout simplement, de se changer en une requête muette. Je m’aventure auprès d’elle, me glisse au-dessus d’elle en l’intimant doucement de bien vouloir s’allonger. Ensuite, j’agrippe le bas de son haut pour doucement, le lui remonter. D’un baiser sur son ventre, je remonte mon visage jusqu’à ses lèvres où je me permets encore de lui voler un énième baiser avant que je ne prononce ce même sort que j’avais utilisé auparavant et frôle la peau du haut de son ventre, au-dessous de sa poitrine. Deux fleurs s’entrecroisent et pour y accessoiriser le tout, lorsque le tatouage fait partit intégralement de son corps, j’en profite pour sortir un collier avec pour pendentif, un A et un E entrelacé par le symbole de l’infini, celui-ci brillant d’une pierre turquoise en son milieu. Je le lui glisse autour du cou, laissant son cadeau se déposer au niveau de son cœur et pour éviter qu’elle ne l’aperçoive tout de suite, je l’embrasse une seconde fois, plus longuement jusqu’à coller mon front contre le sien. Désormais, oui, j’commence à vouloir de bonnes résolutions et de bonnes décisions avec elle. C’est elle que je veux, c’est elle qui me plait, c’est elle qui me rend dingue. C’est aussi elle qui fait de moi, l’homme le plus heureux de la Terre et qu’importe ce qu’on peut bien dire de moi, à présent, j’m’en fou royalement, elle m’est gravé sur la peau tout comme mon cœur et personne à part elle pourra me l’effacer aussi.

- « Et voilà, c’est fini, tu peux ouvrir les paupières. »

Je ris à ma propre bêtise, venant lui embrasser le coin de la joue jusqu’à venir m’allonger à côté d’elle tout en gardant un bras sur sa taille. Et sur mon visage, on peut aisément voir que je souris sincèrement. Avec elle, je ne faisais plus semblant. Et même si je me laisse attirer par les Ombres, je n’ai plus peur de me brûler les ailes par sa Lumière, elle est tout ce que j’espérais inconsciemment. Elle est celle qui me guide dans la pénombre de mes inquiétudes, de mes doutes et de mes craintes. Elle est cette chaleur qui, rien que d’un claquement de doigts, arrive à me rendre dingue. Je n’ai plus qu’un seul souhait en tête, désormais, c’est qu’un jour, qu’elle soit complètement mienne. Et il ne me reste plus qu’à prévoir ce que j’ai en tête depuis le début de cette merveilleuse journée aussi.
 
CODAGE PAR AMATIS
 
Aysha Brayd
Aysha Brayd
Préfet(e)/Serdaigle
Préfet(e)/Serdaigle
Année à Poudlard : Septième année

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Nuit des amoureux - Page 19 Empty
Re: Nuit des amoureux
Aysha Brayd, le  Dim 03 Mar 2019, 12:03

Enzo souhaitait commencer par lui, ce qui rassurait Aysha. Elle n'était pas forcément dans son élément, mais n'en était pas moins heureuse. Elle était simplement un peu anxieuse. Elle observa Enzo qui, d'un geste assuré, ôta son tee-shirt et dirigea sa baguette vers sa côte. Il semblait avoir fait ce geste des dizaines de fois. C'était un sort que la bleue n'avait jamais utilisé. Elle avait bien un tatouage déjà, mais c'était un tatouage moldu, ceux-là même qui étaient indélébiles et douloureux. En l'honneur de sa mère. Mais c'était bien le tatouage sorcier qu'elle expérimenterait cette fois. Elle regarda avec sa curiosité d'artiste les roses qui se dessinaient petit à petit sur sa peau pâle, avec une précision impressionnante. Le tracé était magnifique, et Enzo avec un don, indéniablement. Pour la dessinatrice qu'était Aysha, c'était d'autant plus visible. Elle contempla le dessin, trois roses entrelacées à la couleur de leur maison respective. Il était des plus symboliques. Le jeune homme ajouta deux autres motifs, sur son torse et sur son bras.

Puis, ce fut au tour d'Aysha. Elle avait envie de partir en courant, et de le laisser afire en même temps. C'était une sorte d'angoisse qui lui tordait les tripes, elle ne savait même pas pourquoi. L'idée de quelque chose de définitif était effrayante et grisante à la fois. Elle s'allongea et découvrit l'endroit même où Enzo procéderait à son art. Son peau était presque brûlante. Elle ferma les yeux et le laissa faire, légèrement tendue. Il l'embrassa et prononça son incantation. C'était une sensation bizarre, à des kilomètres du tatouage moldu. Elle ressentait un léger picotement à la surface de la peau. Du métal froid vint au contact de son cou et Enzo l'embrassa à nouveau. Puis il lui murmura d'ouvrir les yeux. La bleu attendit un instant avant de desceller ses paupières. Elle resta immobile, allongée sur le dos, Enzo à ses côtés. Elle passa enfin un doigt sur sa peau, à hauteur de la poitrine, là même où le dessin devait se trouver. Elle n'osait pas vraiment regarder.

Lorsqu'elle se redressa enfin, elle laissa courir ses yeux sur son torse, puis murmura un Accio miroir. Le petit miroir qui se trouvait sur un commode à l'entrée de la chambre vint se glisser entre ses doigts et elle put observer le dessin plus à son aise. Il était particulièrement beau. La jeune femme le contempla un long instant puis se tourna vers Enzo, qui était toujours allongé, et qui l'observait avec un sourire.

- C'est très beau, vraiment.

Le sourire qui s'étendit sur son visage était sincère. Elle était heureuse d'avoir pu ancrer sur sa peau leur relation. Ce qui n'avait été qu'une simple rencontre fortuite dans un couloir, un simple moyen d'oublier Luna, s'était transformé en quelque chose de bien plus grand.

Désolée, c'est court et extrêmement mal écrit, je crois que je suis dans un mauvais jour x)
Eden L. Maddox
Eden L. Maddox
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Matière optionnelle : Arithmancie

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Nuit des amoureux - Page 19 Empty
Re: Nuit des amoureux
Eden L. Maddox, le  Mar 05 Mar 2019, 11:04


 
 
 

We create our own fate
Every human being is a puzzle of need.
   You must become the missing piece.
rp avec Aysha Brayd : L.A. Mutuel jusqu'à la fin du rp.

(La même pour moi, j'crois, on se rattrapera à la prochaine :mm:)

Ce n’est peu dire que de l’apprécier à la voir ainsi, collée à moi. Dire qu’il y a quelques jours, Osvald tentait vainement de me mettre en garde contre elle. Tout comme ce Jackson, aussi, il y a quelques temps. Ça ne tient qu’à moi de le penser, mais qu’ont-ils tous, ces Serdaigles, à vouloir m’éloigner de ma copine. Lorsque mon regard se pose sur elle, je ne peux que sourire et apprécier la vue aussi. Ma main bouge lentement vers son visage pour lui caresser la joue de mon pouce. Quant à mes pupilles émeraude, elles parcourent chaque détails de sa belle bouille pendant que je m’installe à côté d’elle. Elle semble heureuse de son tatouage lorsque je la vois faire avec le petit miroir. Son sourire l’illumine davantage quand elle le trouve particulièrement beau.

- « Content de l'apprendre. »

Je suis assez content de moi et plus encore de la savoir heureuse. À cette occasion, j’en oublie aussi mes Sombres détails, me disant que je devrais peut-être garder ça secret pour une prochaine fois. En attendant, je m’approche d’elle doucement pour la reprendre dans mes bras, parce que je n’ai qu’une envie, c’est de profiter de ses câlins. Sa douceur, sa gentillesse et son air angélique m’ont particulièrement manqué depuis la dernière fois.

- « J'aimerais que le temps s'arrête, là, tout de suite. »

Parce que maintenant que j’ai droit à un peu d’intimité avec elle, j’en profite allègrement pour m’octroyer une petite « pause dans le temps », afin de profiter de chaque instants avec elle. Non, sans oublier de lui murmurer à l’oreille qu’elle est magnifique et qu’elle me plait encore plus de la voir ainsi.
 
CODAGE PAR AMATIS
 
Aysha Brayd
Aysha Brayd
Préfet(e)/Serdaigle
Préfet(e)/Serdaigle
Année à Poudlard : Septième année

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Nuit des amoureux - Page 19 Empty
Re: Nuit des amoureux
Aysha Brayd, le  Dim 31 Mar 2019, 13:12

Aysha ne pouvait s'empêcher de ressentir ce qui pesait sur ses épaules depuis quelques jours, et la compagnie d'Enzo ne parvenait pas à chasser ces pensées. Elle était comme sur un fil entre deux mondes. Elle savait de quel côté elle allait basculer, et se sentait presque coupable vis à vis d'Enzo. Il avait choisi une Aysha qui n'existait plus. Elle avait pris un tournant drastique, il y avait erreur sur la marchandise. Car même si elle était certaine, même si elle savait désormais qu'elle s'était trompée sur toute la ligne, elle restait consciente de ce que tout cela pouvait représenter aux yeux du monde. Elle-même avait eu tellement peur de tout cela. Elle avait été aveuglée. Et Enzo... Peut-être serait-il déçu, horrifié même, de tournant que prenaient ses idées. Elle n'était même pas sûre de parvenir à le convaincre de leur légitimité. A le convaincre comme on l'avait convaincue.

La bleue contempla le plafond un long instant. Elle sentait la présence d'Enzo à côté d'elle, pesante et rassurante à la fois. Elle ne comprenait pas comment il était possible d'être aussi paradoxale et contradictoire dans tous les instants de sa vie. Elle se maudissait presque de ne pas parvenir à éprouver des sentiments un tant soit peu cohérents, ou qui ne passaient par leur temps à se battre en duel, au minimum. Elle ne savait jamais où elle en était. Un instant durant, elle songea à parler de son père à Enzo, mais elle se ravisa. Cela avait été une hypothèse si furtive qu'il lui sembla l'oublier presque aussitôt. Elle ne savait pas pourquoi, se taire était comme un moyen de se protéger. Comme s'il aurait pu voir en ce récit le tournant qu'elle était en train de prendre. Elle voulait que sa relation avec Enzo reste une sorte de bulle dans laquelle se plonger, coupée du reste de sa vie. Elle savait qu'il ne l'aurait peut-être pas vu de cet oeil, que son comportement était facilement interprétable en un manque de confiance, de partage. Mais c'était avant tout pour les préserver qu'elle faisait cela. Elle voulait à tout prix protéger le frêle espace de paix qu'elle avait réussi à créer.

- Tu n'as pas peur de regretter ? demanda-t-elle comme pour faire taire son angoisse.

Si. Ou bien il n'en avait pas conscience. Il regretterait forcément. Quand il saurait.
Contenu sponsorisé

Nuit des amoureux - Page 19 Empty
Re: Nuit des amoureux
Contenu sponsorisé, le  

Page 19 sur 19

 Nuit des amoureux

Aller à la page : Précédent  1 ... 11 ... 17, 18, 19

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Les couloirs :: Salle sur Demande-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005.