AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Pré-au-Lard ~¤~ :: Forêt Interdite
Page 40 sur 41
Au fond de la forêt
Aller à la page : Précédent  1 ... 21 ... 39, 40, 41  Suivant
Eurydice Wildsmith
Serpentard
Serpentard

Re: Au fond de la forêt

Message par : Eurydice Wildsmith, Mar 7 Mar - 20:13


En cette belle soirée, Eurydice avait décidé de prendre l'air. Dès que la nuit tombée, Poudlard se transformait en marre humaine de part l'animation qu'il y régnait. Le bruit était assourdissant et les rires fusaient de partout. La serpentard n'arrivait décidément pas à s'habituer à ses effusions de chaleur qu'elle préférait fuir. * mais bon sang, tu devrais t'amuser un peu ! Quelle rigidité !*

« Pas de préfets à l'horizon » murmura-t-elle.

Elle allait trouver une autre activité plus attrayante qui intimait de l'obscurité et finit par s'éloigner du château. La forêt Interdite apparût bientôt devant ses yeux ébahis. Cela lui rappelait quelques souvenirs lointains.
*Comment suis-je arrivée ici ? A force de bavarder me voilà au bord de l'Interdit*
Des crépitements se faisaient entendre en elle mêlés à ce désir étrange qui l'empêchait de dormir.
Soudain, une lumière mouvante scintilla au loin ce qui l'intrigua fortement. * Si je peux la voir c'est que cela doit être une sacrée intensité*
La jeune femme se demandait qui pouvait bien se balader à une heure pareille. Une curiosité s'empara d'elle et celle-ci se mit en quête de la petite lumière qui déjà s’enfonçait dans les fourrées.
*Il faudrait que tu te bouges ma petite si tu ne veux pas te faire distancer*

Un brin téméraire, elle poursuivit l'inconnu mais le perdit de vue. Il s'était évaporé si vite.  Elle en éprouva une certaine déception.
La lune s'était déjà élevée dans le ciel depuis un bon moment. *Quel doux éclairage que celui de la nuit * songea-t-elle.
Le temps était plus frais et ses joues rosissaient chaque fois un peu plus. La Miss voulait se tenir en garde contre cette traîtresse de forêt qui pouvait receler de choses, de créatures dont elle n'aurait pas voulu connaître l'existence. Il était déjà trop tard pour des regrets car déjà celle-ci engloutissait ses pensées. Elle errait à l'aveuglette ne sachant trop où aller, décidant de ne pas trop attirer l'attention. Un peu de magie n'aurait pas été de trop.
L'inconnu ne devait pas être bien loin si elle avait pu l'apercevoir de l'orée de la forêt. Cela ne pouvait pas être une bête, enfin c'est ce qu'elle s'imaginait.
Au bout de ce qui lui parut une éternité, dans ce silence pesant, elle entendit le bruit d'une chute à quelques mètres de là. Ce qui la fit sursauter.
Un visage familier se dessina dans la noirceur de la nuit.
Louis était étendu par terre avec une sale mine *que je qualifierai de terrifié !*

« Et alors ? Que fait un agneau dans la forêt ? C'est toi qui perturbe la nuit avec ton aveuglement de tout à l'heure ? Je pense que je ne suis pas la seule à t'avoir remarqué. Enfin je l'espère pour nous parce que sinon je sens qu'on va pas s'en tirer avec une simple retenue vu le boucan que tu nous fais très cher. »

Elle ne pouvait cacher son engouement à l'idée de le trouver là. Drôle de coïncidence.

Elle ajouta précipitamment : « Bonsoir, J'espère ne pas t'avoir fait peur. Qu'est-ce-que tu faisais? » Tout en lui tendant la main pour l'aider à se relever avec un léger clin d’œil pour l'usage du français qu'il n'avait pas dû voir à cause de l'épais brouillard. *chacun son tour pour le ridicule !*

Un peu de compagnie ne serait pas de refus. Elle lui sourit se remémorant la bataille de la dernière fois. Des cercles de buées sortaient de sa bouche par intermittence. La brunette se rendit bien compte qu'elle apparaissait de nulle part comme un fantôme. Il y avait comme une ambiance féerique et tout à la fois inquiétante dans ces bois.
Revenir en haut Aller en bas
Louis Ruisseau
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Au fond de la forêt

Message par : Louis Ruisseau, Mer 15 Mar - 22:12


Toujours à terre, Louis fut rassurer d'entre la voix enjouée de la fameuse Serpentard, Eurydice. Que faisait-elle ici ? Etait-elle elle aussi partie à la recherche des centaures ou avait-elle des intentions moins nobles ? Après tout, il était normal que dans cette situation, Louis pense au pire.

"Tu crois que...que des loups-garous ou des chaporouges... ou pire des acromentules !"

Voilà qu'il devenait bègue. Louis se releva et se frotta les mains pleines d'épines et de terres. Le Serdaigle replaça correctement son capuchon et sa cape pour reprendre une apparence présentable, même dans cet endroit.

"Bonsoir à toi aussi. Dieu ! Ce que tu as pu me faire peur. Figures toi que je voulais rencontrer les centaures. Mais, ils sont introuvables dans cette maudite forêt. Et toi, que fais-tu ici ?"

Eurydice, lui avait fait un léger clin d’œil, ce qui avait réussi à apaiser un peu sa peur. Bien qu'il fit comme-ci de rien n'était. L'avantage de cette rencontre c'était que désormais il n'était plus seul. Et si jamais une créature cherchait une proie, ils seraient en mesure de la repousser plus facilement à deux.

"Tu sais, tu as eu de la chance, un peu plus et je t'aurais jeter un Maléfice Cuisant" mentit Louis en essayant de conserver fierté.

La buée qui sortait de la bouche du Serdaigle s'évanouissait dans l'obscurité qui les entourait. Étaient-ils perdu tout les deux maintenant ? Louis s'avoua complètement vaincu par la Forêt Interdite et dû demander l'aide d'Eurydice à contre-cœur, en ravalant le peu de fierté qu'il lui restait.

"Comment rejoindre le château ? Je refuse de passer la nuit ici."

La panique le saisissait de nouveau. Il finirait par faire un arrêt cardiaque. Et voilà qu'il s'en voulait à lui-même d'avoir été assez stupide pour penser qu'il pourrait trouver les centaures, seul. Louis aurait bien aimé remonter le temps et être dans son lit.

Le duo, il ne trouvait pas d'autres mots pour se le décrire intérieurement, devait quitter les lieux au plus vite, sans quoi ils finiraient tout les deux transis de froid ou pire dévorer par les bêtes féroces de ces bois.
Revenir en haut Aller en bas
Eurydice Wildsmith
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Au fond de la forêt

Message par : Eurydice Wildsmith, Jeu 16 Mar - 20:03


Louis avait l'air d'avoir aperçu des monstres terrifiants alors qu'elle n'avait absolument rien croisé sur le chemin trop concentrée sur sa traque. Elle fut désappointée par tant d'inquiétudes. * Qui va se faire dévorer ?*

"Bonsoir à toi aussi. Dieu ! Ce que tu as pu me faire peur. Figures toi que je voulais rencontrer les centaures. Mais, ils sont introuvables dans cette maudite forêt. Et toi, que fais-tu ici ?"


« Moi je t'ai suivi c'est déjà très bien d'avoir pu te retrouver. Je pensais avoir perdu la trace de l'inconnu qui n'en était pas un.
Les centaures ? Je vois que tu as toujours autant de perspicacité ! »
lui répondit-elle avec un demi-sourire.
Son français était toujours aussi savoureux. *Jalousie quand tu nous tiens. Quelle plaie. *

Il faut avouer que sa motivation était certes pas des plus nobles non plus. *que vais-je faire de ma curiosité ?*
La température baissait à toute allure glaçant les deux jeunes gens. Ignorant la l'affirmation du serdaigle elle répliqua :

« Je pense que c'est plus prudent de ne pas rallumer la lumière pour ne pas attirer tes amis les bêtes. » ironisa-t-elle. Si on ne pouvait plus se permettre quelques familiarités.
L'idée ne l'enchantait pas plus que cela de devoir se battre avec des créatures dérangées sur leur territoire.

« Si tu as une boussole avec toi cela ne devrait pas être compliqué. Sinon il nous faut absolument trouver la bonne direction. Il faudrait avoir une vue d'ensemble!Tu es bon grimpeur ou on utilise un sortilège de propulsion dans les airs à tour de rôle ? » dit-elle en le narguant.

Elle ne savait pas vraiment si la hauteur serait suffisante pour permettre de les aider à bien dans leur manœuvre et surtout il subsistait une petite question est pas des moindres : comment contrôler l'atterrissage pour qu'il ne soit pas catastrophique ?
Plus sérieusement la petite brune ajouta :

«  Je l'ai testé que sur quelques mètres mais avec de l'intensité, je pense qu'on peut aller assez haut. Qu'est-ce-que tu en penses ? Une meilleure idée? »
L'Anglaise se garda de lui dire qu'il y avait eu une fracture et quelques contusions. C'était peut-être leur meilleure chance et elle n'était pas du genre passive ou patiente.

Un périple s'annonçait pour rentrer au château. Elle espérait sincèrement qu'ils n'étaient pas si loin et qu'ils arriveraient avant l'aurore.
La notion du temps s'était évanouie en même temps que son excitation. *quelle heure peut-il bien être maintenant ?*

Elle avait l'impression que des paire d'yeux l'observaient cachées derrière chaque branche. Une sensation désagréable lui parcourut l'échine.
Elle pensa à se nicher dans un arbre jusqu'au petit matin.
Eurydice retourna quelques années en arrière quand elle était toujours perchée dans on ne sait quel arbre dans les parcs. On venait toujours la déloger et protester contre toutes ses blessures. *minimes je puis l'assurer*
C'était une perspective alléchante mais pas certain que cela plaise au Français qui n'avait pas l'air très amoureux de la forêt et du côté champêtre, sans parler du danger qui les guettait et qu'elle ne semblait pas encore réaliser.
Revenir en haut Aller en bas
Mangemort 33
avatar
Mangemort
Mangemort
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Pour Nyx

Message par : Mangemort 33, Sam 10 Juin - 18:19




RP privé avec Azaël
LA Accordé


33, j'arrive plus à respirer. Je suis en train de me noyer, je suis enfouie sous la glace. Est-ce que tu peux venir me chercher ? Là-bas, dans ce monde si particulier. Fais-moi ressurgir dans la réalité. Fais en sorte qu'on soit de nouveau réunis, qu'on ait pas besoin de se parler pas message interposé.

Mais 33, arrête de courir. On est essoufflé, nos poumons sont en train de cramer. Tu ne veux pas faire comme tout le monde ? Simplement marcher quand tu te promènes. D'ailleurs, pourquoi t'es venu ici ? Y a rien là où tu nous traines. C'est juste une forêt avec des dangers. C'est le meilleur endroit pour se faire démasquer. C'est le premier endroit où on peut croiser un Mangemort et tu... Ah non j'ai rien dit.  

Il y a eu un bruit l'ami. Je te jure, il y a eu un bruit. Allons voir, tu n'as pas trop le choix de toute manière. C'est pas comme si tu pouvais t'opposer à moi, à nous.
Mes pas sont furtifs, la pénombre me couvre. Je peux apercevoir une ombre. On dirait un gamin, difficile à reconnaitre de loin. Rapprochons-nous...

Doucement, je le suis. Il s'assoit sur un tronc d'arbre, comme s'il attendait quelqu'un. Peut-être qu'il est triste ? 33 est-ce qu'on fait quelque chose pour lui ?

Allons lui parler

Lentement, je me laisse éclairer par la lune. Elle berce mes pas et je m'avance jusqu'à lui. Je prends place à ses côtés. A-t-il peur de moi ?

Je m'appelle Azaël et toi ?

Je souris même s'il ne le voit pas. J'aurais pu m'appeler Mangemort A ou B, au fond, quelle est la différence ? Je peux très bien m'appeler Azaël aussi.

Tu as l'air de t'ennuyer. Est-ce que tu veux faire un jeu ?

Tu sais 33, je ne sais pas trop quoi lui dire au gamin. Tu ne veux pas prendre la suite ? Sinon on risquerait de se retrouver à jouer à cache-cache, à grimper aux arbres. Il n'y aurait aucune raison à cela hormis une panne d'inspiration.

Le monde s'efface la nuit, 33. Regarde, je suis perdu sans toi. Il y a un enfant à mes côtés avec qui je tente de communiquer. Je voudrais lui dire des mots, mais j'ai peur qu'ils soient vides de sens. Alors je détourne la conversion, dans une atmosphère des plus ridicules.
Je pourrais lui faire découvrir la bonne voie, mais j'ai l'impression que je fais les choses de travers. Ce n'est pas un combat, ce sont des mots qu'on tente de faire fonctionner. Et les miens tournent à l'envers. J'ai du mal à savoir quoi faire, j'ai du mal à comprendre pourquoi on s'accroche l'un à l'autre. Je suis moi, tu es 33 et nous sommes la même personne.

Alors pourquoi ça ne fonctionne pas ?

Revenir en haut Aller en bas
Azaël Peverell
avatar
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Au fond de la forêt

Message par : Azaël Peverell, Mer 21 Juin - 16:12


Nouvelle nuit dehors. T’as vraiment besoin d’air en ce moment. T’as de plus en plus de mal à rester enfermé. Les journées de cours te paraissent interminables et sans le moindre intérêt. T’as pas l’impression de respirer autant qu’il le faut dans le château. Même à ton boulot, qui pourrait pourtant difficilement mieux te convenir. La dernière fois que t’as squatté le parc, tu t’es fait chopé par Lival et une Aurore. Alors tu préfères éviter maintenant.

Tu t’enfonces dans la Forêt Interdite. Bouteille et baguette allumée à la main. T’avances sans réellement savoir dans quelle direction. Tu ne cherches pas d’endroit particulier, juste un endroit pour te poser. De préférence loin du territoire des Centaures, parce que t’as pas franchement envie d’en recroiser un vu comment ça a fini la dernière fois. Mais cette fois-ci, t’es seul. Tu peux gérer beaucoup mieux.

Tu finis par t’asseoir sur un tronc d’arbre. Juste histoire d’être posé. Les branches des arbres au dessus de toi te cachent en quasi-totalité le ciel étoilé. Mais quelques petites éclaircies dans les feuilles te permettent de t’assurer que tes amies brillent toujours et qu’elles tiennent leur poste afin de veiller sur toi. C’est rassurant. Du moins à tes yeux. Elles éloignent un peu la solitude, permettent de profiter de la nuit grâce à leurs lueurs. Elles sont toujours là, témoins muettes des actions de ceux qui osent affronter les ténèbres et le silence de la nuit.

Quelques gorgées d’alcool coulent dans ta gorge tandis que tu restes perdu dans tes pensées, sans même te soucier des bruits de la Forêt qui t’entourent. Jusqu’à ce qu’une silhouette s’approche, et vienne s’installer à tes côtés. Léger regard pour la personne. Masquée. T’as pas le moindre mouvement de recul. Tu commences à avoir l’habitude de voir débarquer des Mages Noirs dans les moments les plus impromptus. Et t’as jamais vraiment eu à en avoir peur. Tu connais même l’identité de deux d’entre eux. Alors, même si tu restes un peu méfiant, t’es plutôt détendu. L’alcool joue sans doute aussi. Léger haussement de sourcil lorsque l’autre se présente.

- Non, je suis Azaël. Qui es-tu ?

Parce que la voix te dit quelque chose, vaguement. T’es juste incapable de la replacer dans son contexte. Un jeu est proposé. Est-ce que réellement tu t’ennuies ? Non, pas vraiment. T’es juste… Bien, pour une fois. Tu te sens enfin respirer, dans cette nuit qui t’entoure et te recouvre. Mais t’es pas contre une activité. Après tout, ça peut toujours être amusant. Quoi que, la dernière fois qu’un Mangemort voulait jouer avec toi, c’était plutôt avec tes yeux pour faire une partie de bille. Heureusement que 91 est intervenu.

- Ca dépend, quel genre de jeu ? Y’a des règles ?

Toujours se méfier. Toujours demander les règles du jeu avant de le lancer. Parce qu’après on peut perdre bien plus que la partie. Donc il faut se tenir au courant, voir ce qu’on est prêt à abandonner pour un amusement léger. D’autant plus que ce Mangemort t’es totalement inconnu. Tu ne te souviens même pas de sa présence dans la Cabane Hurlante. Donc tu ignores tout de ses potentielles réactions.
Revenir en haut Aller en bas
Mangemort 33
avatar
Mangemort
Mangemort
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Au fond de la forêt

Message par : Mangemort 33, Ven 7 Juil - 6:23




Les sens se sont effacés. Il y a une odeur de brûlé. Comme si les âmes s'étaient consumées petit à petit derrière cette haine du miroir. Le pouvoir est un poison qui s'insuffle dans les veines. Il nous pousse vers les pires démons. Il accentue les vertus alléchantes des vices.

Parfois, je me demande comment les gens en arrivent là. Je les juge, je les observe, je les critique et pourtant, je me rends vite compte que je ne suis pas mieux qu'eux. Au fond, peut-être que ma simple pensée envers eux, n'est qu'un reflet de moi-même. Est-ce peut être ma façon de me donner bonne conscience que de voir que les autres font pareil, même peut-être pire ?

_Parce qu'au fond, ne sommes-nous pas tous attiré par le principe même d'interdit ?

Il n'y a qu'une seule règle. Ne pas se faire prendre.

Avec lui c'est facile. Il n'est pas difficile à cerner au niveau de ses goûts pour les jeux. Pas trop de contrainte, ou alors une qui plaît bien. Il faut aussi que ça soit amusant, alléchant et surtout dans ses cordes. Il faut le faire gagner sans qu'il y ait des risques. Alors quand on joue avec lui, autant être dans son équipe plutôt que son adversaire.

Je m'approche, sourire aux lèvres. Un murmure s'envole dans l'air. Va-t-il le faire ? J'espère bien, parce que je sais qu'il en est capable. Que même, ça pourrait lui faire plaisir.

Si tu gagnes, tu auras même une très belle récompense.

Et si vous réfléchissez assez bien, que vous comprenez d'autant plus les sens. Il vous suffit d'entrer dans cette pièce et d'entendre la fin de l'histoire qui se déroulera dans une autre vie. Pour voir de quelle récompense je parle. Mais comme il est très probable que vous ne compreniez pas cela, vous resterez sur votre fin. Tout comme lui.

Je me lève, viens me poser dos contre un arbre. Mangemort détendu. La peur, la crainte oui. L'effroi certainement pas. Ce n'est pas ce que je recherche. Je préfère quand c'est plus fin, sain peut-être. Même si la situation, n'a rien d'être saine. Parce que si vous comprenez l'étendue de la folie qui se respire dans l'air.
_Vous aussi, vous seriez en train de vous étouffer... De trop vivre.
Revenir en haut Aller en bas
Azaël Peverell
avatar
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Au fond de la forêt

Message par : Azaël Peverell, Sam 15 Juil - 15:19


La règle énoncée te plaît bien. C'est même davantage une règle de vie qu'une règle de jeu à tes yeux. Bon, il t'est déjà arrivé de te faire prendre plus d'une fois lors de certaines de tes escapades. Mais ils y en a aussi beaucoup qui se sont parfaitement bien déroulées. Après tout, tu ne peux pas non plus avoir la poisse tout le temps, ce serait vite lourd à porter sinon. Tu hoches légèrement la tête avec un sourire, attendant avec une curiosité non dissimulée ce en quoi consisterait le jeu. Les consignes sont bientôt données. Elles ne font qu'élargir ton sourire. Voilà un jeu qui te plaît bien. Durant lequel tu vas pouvoir t'amuser. Pas prise de tête pour deux mornilles.

Et comme si cela ne suffisait pas à te motiver, la promesse d'une récompense arrive juste après. Que demande le peuple ? Tu viens de tomber sur une masquée qui sait exactement comment réagir face à toi alors qu'elle est à tes côtés depuis moins de dix minutes. Si ça c'est pas beau. Pas besoin de négocier quoi que ce soit. Pas besoin de te chercher des excuses pour la prochaine fois où tu la croiseras. Parce que tu sais pertinemment que tu peux gagner ce jeu, et tu vas te faire une joie de le faire pour lui prouver qu'elle a bien fait de se tourner vers toi pour une mission de ce genre.

Mais t'es quand même un peu curieux. Non pas que ça va changer quoi que ce soit à ce que tu vas faire, mais t'as envie d'en savoir plus. T'es un vrai gosse au final. Quand on te parle d'une récompense, t'as le mot "surprise" qui clignote dans la tête. Sauf que tu t'en tapes royalement de la surprise. Enfin non, tu te tapes royalement du concept de surprise. Tu veux ta récompense, parce que t'as pas l'habitude d'en avoir. T'es plutôt du genre à récolter les punitions normalement. Mais l'effet de surprise, t'es franchement pas obligé de l'avoir. Du coup tu lâches avec un petit sourire et un air que tu veux innocent :

- J'crois que j'aime bien ton jeu. Mais tu parles de quel genre de récompense ?

La curiosité est peut être un vilain défaut. Mais d'un autre côté, t'en es blindé, de défaut. Alors un de plus ou un de moins... Au moins, tu ne cherches pas à les cacher comme la tripotée d'hypocrites que sont les autres.
Revenir en haut Aller en bas
Mangemort 33
avatar
Mangemort
Mangemort
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Au fond de la forêt

Message par : Mangemort 33, Lun 31 Juil - 4:58




Il veut savoir. Derrière mon masque, j'étire mes fines lèvres. C'est compréhensible, au fond peut-être que je demanderai la même chose si j'étais à sa place. Tout vouloir savoir, tout connaitre à l'avance. Aimer et haïr les surprises en même temps.

Cependant, je ne vais pas lui dire. Tout simplement parce que sa récompense reste en suspens. Peut-être que cela sera une info, peut-être une énigme à résoudre ou un bien matériel. Il va falloir que je redouble d'imagination pour que cela lui plaise, s'il gagne notre jeu. Mais étrangement, je pense qu'il ne peut pas échouer à cette mission déguisée.

Un genre de récompense qui te fera te sentir exceptionnel.

Je lève la tête vers le ciel. Tu sais 33, c'est tellement étrange d'être là, avec lui. J'ai comme l'impression d'être plus légère. J'ai comme l'impression que les doutes se sont envolés. Parce que tu sais, j'arrive pas à m'enlever de la tête que je continue de faire n'importe quoi.
J'ai des inquiétudes, des angoisses quand je suis sur le terrain. Je ne sais pas si j'empreinte le bon chemin. Si le maître approuvera nos choix. J'ai peur aussi, peur pour le reste. Des gens que je risque de mettre en danger. Parce que derrière ce masque, cette cruauté, y a un humain qui s'est juste perdu dans la masse.

Peut-être que c'est ça, justement, qui fait le plus mal. Savoir qu'on fonce droit dans le danger, qu'on va de l'autre côté des limites, que ça nous fait plaisir mais que ça n'a rien de moral. Au fond, c'est peut-être tout simplement ça la folie. Savoir que ce que l'on fait est fou, mais le faire quand même.

Si tu gagnes, je saurai te trouver. Continue à profiter de l'air frais.

Je m'éloigne lentement. Les étoiles gouvernent le monde, la lune vieille sur nous. J'ai encore des choses à faire. Je dois découvrir d'autres mondes, une nouvelle atmosphère éphémère. Nous devons vivre une pièce 33, où peut-être que le corps et nous, échangerons nos places.

Fin du RP

Revenir en haut Aller en bas
Asteria Rosier
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Au fond de la forêt

Message par : Asteria Rosier, Mar 8 Aoû - 14:34


RP avec Aoi Baskerville et Artemis Lhow

Aujourd’hui était un jour parfait, et un jour parfait est fait pour être savouré. Ou gâché. Asteria avait choisi la première option, du moins c’est ce qu’elle pensait. Levée de bonne heure, mais pas trop, elle avait pu profiter du parc et de ses lueurs matinales sans être dérangée par les autres élèves. Une balade au bord du lac avec son chat, quelques petites foulées rapides, des étirements et enfin un délicieux petit-déj. Ensuite elle avait filé à son cours de sortilèges. Ce n’était pas sa matière préférée (manier la baguette était loin d’être son point fort, même si elle avait nettement rattrapé son retard de première année), mais elle aimait apprendre et faisait tout pour réussir.

Le fameux cours ne s’était pas si bien passé que ça. Asteria s’était pris ses lacunes en pleine tête et avait réalisé qu’elle devait s’entraîner beaucoup plus que les autres si elle souhaitait arriver à leur niveau. Mais loin d’être découragée comme elle avait pu l’être dans ses premières années Poudlariennes, elle avait pris la décision de bosser à fond les sorts et d’y consacrer au moins une après-midi par semaine, si les cours le lui permettaient. Seule ou avec d’autres, si elle trouvait des volontaires. Pour l’instant, elle se contenterait d’être seule, par flemme de contact humain. Elle hésitait à proposer à Galway - celui qu’elle considérait comme son meilleur (et quasi unique) ami depuis l’instant même où elle avait posé les pieds dans le Poudlard Express en première année et l’avait rencontré – mais il était depuis peu préfet de leur maison et elle le savait relativement occupé par ses nouvelles fonctions. Peut-être une prochaine fois.

La matinée suivit son cours et la rouquine passa de classes en classes. Elle avait uniquement Etude des moldus l’après-midi et elle comptait bien en profiter pour s’entrainer ensuite. Elle hésitait entre un coin calme près de Pré-au-Lard ou allait carrément dans la forêt. Elle opta pour le deuxième lieu, plus approprié et plus calme.
Entourée d’arbre et du silence reposant de la nature, Asteria réfléchissait à quel sort elle allait pouvoir jeter. Elle ne savait pas par où commencer, ni comment procéder à son entrainement. Elle regrettait maintenant d’y être allée seule, quand on est pas douée, mieux vaut être encadrée.  Elle décida de commencer par du simple, simple qu’elle ne maîtrisait pas vraiment pourtant. Ensuite elle verrait.

Tout d’abord, être concentrée. Pour cela, la rouquine se débarrassa de ses chaussures et enfouit ses pieds nus sous la terre. Les yeux fermés, baguette en main, elle cala sa respiration au doux bruit des arbres sous le vent. Maintenant qu’elle se sentait unie avec la nature, qu’elle ne faisait qu’un avec elle et sa baguette, elle se sentait prête. Elle allait essayer de lancer un Aguamenti, rien de bien compliqué en soi, mais réussir à faire jaillir un jet puissant pouvait l’être. Elle leva le bras gauche, porteur de l’arme, et prononça haut et fort :

#Aguamenti

Rien. Pas même une goutte d’eau. Elle respira calmement tout en s’étirant. Elle était dans les meilleures conditions pour réussir, il n’y avait pas de raison d’échouer.

#Aguamenti


Un fin coulis d’eau sortit de sa baguette. Cela ne dura qu’une seconde mais ce fut assez pour donner le sourire à la rouquine.

#Aguamenti !

Un jet légèrement plus fort et une chouille plus long.

#Aguamenti !


Le même que précédemment. Mais Asteria ne se découragea pas. Il fallait persévérer si elle voulait réussir un jour.
Revenir en haut Aller en bas
Aoi Baskerville
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Au fond de la forêt

Message par : Aoi Baskerville, Mer 16 Aoû - 17:09


Entraînement ministériel
PV avec Asteria Rosier et Artemis Lhow

C’était une journée éblouissante. Le soleil semblait briller deux fois plus fort dans le ciel écossais sans nuage et sous lui, le lac noir reflétait chaque rayon comme un diamant. Mais ce n’était pas parce que la luminosité du parc manquait de lui brûler la rétine qu’Aoi était rentrée sous le couvert des arbres de la forêt interdite. A vrai dire, elle n’avait même pas vraiment conscience d’y avoir pénétré, elle ne l’aurait jamais fait si elle avait été pleinement concentrée sur là où la menait ses pas. Elle était en fait absorbée par la relecture frénétique de ses petites fiches de révisions totalement superflues. Elle les connaissait par cœur, chaque tournure de phrase, chaque mot, chaque signe de ponctuation, elle avait même pris la peine de les traduire mentalement en japonais. Malgré tout cela, elle continuait à les lire, inlassablement. Peut-être espérait-elle qu’au bout d’un moment, elle connaitrait tellement bien la théorie que la pratique ne serait plus qu’un jeu d’enfant ? Mais au fond d’elle, elle savait que sans entraînement, elle ne pourrait pas réussir l’épreuve d’Enchantements aussi bien qu’elle l’aurait voulu.

Dans le courant de la journée, elle avait assisté à l’un des derniers cours de l’année avant de début des BUSE. Comme à son habitude, elle avait brillé durant la partie théorique, abreuvant ses camarades désabusés de connaissances qu’ils n’acquerraient pas avant un ou deux ans. Cependant, durant la partie pratique, le cauchemar habituel s’était répété. Lorsqu’elle arrivait à lancer son sortilège, il y avait une chance sur deux que ce dernier ne touche même pas sa cible. Et savoir qu’elle avait de forte chances d’échouer ne l’aidait pas à se concentrer, au contraire, sa main tremblait, et avec elle, sa baguette. En bref, un désastre. Alors elle révisait pour se détendre, se rassurer. Un peu plus tôt dans l’après-midi, avant de descendre dans le parc faire le plein de vitamine D, elle avait potassé à nouveau un sujet de BUSE, une épreuve d’Enchantement inscrite dans les annales. Note maximale, aucune surprise. Mais cela ne suffisait pas. Une sorcière qui ne savait pas jeter correctement un sort, étai-ce toujours une sorcière ?

Sans s’en apercevoir, elle s’était enfoncée loin dans la forêt. Autour d’elle, l’atmosphère était chargée d’humidité, sentait la terre et l’écorce. Le gazouillement d’oiseaux lointains brisait de temps à autre le silence lourd qui régnait sous la voûte de feuilles. Mais le bruit qui fit relever le nez de la japonaise de ses fiches fut tout autre. Une voix résonnait parmi les arbres, une voix forte et claire. Intriguée, la brune suivit ce son, qu’elle ne trouvait pas inquiétant malgré l’endroit où elle était. Elle ne mit pas longtemps pour en trouver la source et, de derrière le tronc d’un hêtre, elle observa la jeune sorcière qui lui faisait face. Les pieds nus enfoncés dans le sol, elle lançait un sortilège d’eau encore et encore. Aoi se dit que ce n’était sans doute pas pour arroser le lichen, mais plutôt pour s’entraîner, et il fallait dire qu’elle s’en sortait plutôt pas mal. La bleue, totalement découragée, ne savait même pas si elle-même serait capable de produire la moindre goutte d’eau.

Rangeant ses petites feuilles dans l’une de ses poches, elle sortit sa baguette de l’autre. En la détaillant, elle se souvenait d’à quel point elle avait été heureuse le jour où elle l’avait achetée, quatre ans plus tôt. Elle aurait vite déchanté à l’époque si elle avait su a quel point son maniement allait se révéler compliqué. Gardant ses chaussures, elle se mit en position. Brandissant sa baguette devant elle, elle prononça clairement, mais pas trop fort tout de même, la formule. #Aguamenti. Un fin filet d’eau, à peine suffisant pour remplir un verre, surgit du bout de la baguette. L’aiglonne ne savait pas si elle devait être fière d’avoir au moins réussi son enchantement, ou si elle devait être affligée par son risible résultat. Se penchant derrière son arbre, elle vit que l’autre fille, une Serpentard d’après son uniforme, s’en sortait mieux qu’elle. Décidée, et un petit peu refroidie, elle recommença. #Aguamenti. Rien ne sortit. Butée, elle réitéra. Il le fallait, sa note d’Enchantement en dépendait.
Revenir en haut Aller en bas
Artemis Lhow
avatar
Modération RPGGryffondor
Modération RPG
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Legilimens


Re: Au fond de la forêt

Message par : Artemis Lhow, Mer 16 Aoû - 22:35


Leçons ministérielles

avec Asteria Rosier et Aoi Baskerville

Secoué. C'est sans doute le terme le plus adapté à la situation. Secoué et j'irais même jusqu'à dire bien remonté. Quelqu'un, sans que je sache ni comment ni pourquoi, s'était amusé à effacer certains de mes souvenirs. Au delà de la meurtrissure créée par cette odieuse intrusion en mon esprit, la personne ayant fait cela a également blessé cette pauvre Josephine qui n'avait pourtant rien demandé à personne...

J'ai certains ennemis, c'est certains, qui seraient heureux de me faire oublier certaines choses ou de me faire souffrir en jouant avec mes souvenirs. Mais pourquoi effacer les souvenirs d'un flirt amoureux ? Pourquoi s'en prendre à cette pauvre fille ? Un nœud se forme au fond de ma gorge tandis que j'avance dans le parc direction le portail. Mon regard vague et incertain se pose sur une ombre mouvante qui s'enfonce à travers les souches de la forêt interdite.

Pourtant elle porte bien son nom cette forêt, non ? La forêt « interdite » ... c'est peut-être parce que l'accès y est interdit ... mais visiblement la nouvelle génération ne semblait faire que peu de chose des règles. A vrai dire, cela ne pouvait tomber plus mal, il allait avoir droit à une leçon de morale de magnitude 7. Il ou elle d'ailleurs, la démarche est plutôt féminine et sans un bruit je me lance derrière cette ombre encore lointaine. Bien entendu, je m'empare de Symfonia et me désillusionne en pénétrant la forêt me fit à mes oreilles pour suivre la trace de l'inconscient.

Quelques minutes plus tard, je rejoins l'élève en question qui s'avère bien être une fille. Je reste à l'ombre d'un tronc comme elle le fait pour observer une tierce personne. Décidément c'est la journée ... quelques mots lancés comme un sortilège et voilà la première ombre qui se tourne en ma direction. Me cachant à nouveau derrière ma souche, je tends l'oreille pour comprendre ce qui se passe. Quelques secondes et un murmure. Un sortilège à nouveau. La curiosité l'emporte et je passe la tête pour observer la jeune fille tenter de réaliser un sortilège ... sans effet.

Sa main tremble et bien qu'elle s'acharne rien ne semble fonctionner et rien ne bouge autour d'elle. Je me faufile à travers l'ombre des arbres pour aller observer cette tierce personne. Une autre jeune fille qui semble vouloir arroser la végétation environnante. Toutes deux semblent être en quatrième ou cinquième année d'étude et toutes deux semblent s’entraîner à l'utilisation de sortilèges. Et bien que la seconde se débrouille mieux que la première, c'est encore loin d'être parfait.

Je m'avance doucement entre les deux femmes, quelques mètres et une rangée de troncs les séparent seulement. J'annule l'enchantement, reprenant contenance et redevenant visible aux yeux des deux demoiselles. Ni l'une ni l'autre ne semble avoir remarqué ma présence. Je me racle la gorge discrètement afin de leur faire tourner le regard avant de commencer ...

« Vous vous y prenez très mal mesdemoiselles et la forêt interdite n'est sans doute pas le meilleur endroit pour une séance d'entrainement improvisée. »

Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Ulysse Daiklan
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Au fond de la forêt

Message par : Ulysse Daiklan, Mer 11 Oct - 18:11


Welcome France

Violet  & Ulysse






Footing usuel.

Je m’aventure comme à mon habitude dans la forêt interdite. Beaucoup dirons que j’ai de la chance d’en être toujours revenu en un morceau, mais en vérité il suffit de savoir quels chemins emprunter. On navigue un peu puis on arrive de plus en plus loin. Puis quand on a évité les accromentules et que les centaures ont compris que vous n’êtes pas un danger… tout va mieux. Enfin y’a toujours des dangers mais beaucoup moins.

Mais aujourd’hui j’ai réussis à aller plus loin que d’habitude. Probablement parce qu’au lieu de m’arrêter et faire demi-tours, je me suis mis à marcher sans arrêter jusqu’à l’orée d’une clairière. D’habitude je fais du sport pour me vider l’esprit, mais là impossible, un visage rassurant me vient immédiatement en tête en arrivant ici. Il faut que je l’emmène.

Je fais demi tours jusqu’au château et retourne dans mes dortoirs. Je pense qu’on était plus proche de pré-au-lard que du château vu le temps que je mets pour revenir. Bon bah on partira de là-bas, au moins pas de soucis.

Une douche, puis je m’habille un peu correctement. Après tout en automne il fait un peu froid, je mets donc mon sweat rouge aux motifs Gryffondor avec un jean et des baskets. Je vais jusqu’à la volière pour que Kowl envois ma lettre puis repart. Bon ça me laisse un peu de temps pour tout préparer. Tant mieux.

Je récupère mes affaires de dessin puis descend aux cuisines récupérer de quoi manger et boire. J’en prends bien plus qu’il n’en faut mais bon… mieux vaux trop que pas assez. Puis y’a de tout. Sucré, salé, alcool, soft, absolument tout. Ça va être lourd comme pas permis mais tant pis. Il est l’heure de toute façon.

Je me rends à l’extérieur de Poudlard et transplaner immédiatement au centre de Pré-au-lard. Je repose mon sac lourd comme pas permit quand une voix m’interpelle.

- Tu sais, t’es magicien, tu peux utiliser un wingardium.


Je cherche la voix à l’accent prononcé jusqu’à remarquer une paire d’yeux bleu emmitouflés entre un bonnet et une écharpe. Mon sourire s’agrandis quand je comprends qui c’est.

- Fleur ! Mais qu’est-ce que tu fais là ?

La jeune fille éclate de rire sans que je comprenne pourquoi. La dernière fois que je l’ai vu c’est quand ce sale gosse nous a gavé. Autant dire que j’suis content de la voir dans un autre contexte.

- B’jour à toi aussi Ulysse. J’vais bien merci, et toi ?


Je rougis en comprenant sa taquinerie. A chaque fois que je le croise j’suis plus étonné de sa présence qu’autre chose. Mais en même temps, c’est fou qu’elle soit presque toujours là à des moments opportuns pour me donner des conseils. On dirait presque que c’est écris et pensé à l’avance. Ahah. Evidemment je gratte ma nuque gênée avant qu’elle se décide à répondre.

- Sinon j’ai déménagé en Écosse parce qu’ma nouvelle copine habitait vers là. J’pense j’vais quand même rester pendant quelques temps.

Mon sourire ne peut que s’agrandir. Trop bien je vais pouvoir la faire interv…. La voir. La voir plus souvent.

-Eh mais c’est trop bien ! Tu fais quoi aujourd’hui ? J’ai donné rendez-vous à ma copine pour qu’on aille dans la forêt, tu veux venir ? J’ai découvert un petit coin sympa ce matin.

Un cheveu dans la soupe. Totalement. Mais bon ça fait tellement longtemps que je l’ai pas vu, aussi. Puis je pense pas que ça dérange Violet, c’pas comme si elle était vraiment gênante. Apparemment ma demande ne dérange pas non plus Fleur qui m’accompagne jusqu’au bord de la forêt, désigné point de rendez-vous, en faisant léviter mon sac. C’est vrai que c’est vachement plus pratique.

- Bon bah, plus qu’à l’attendre !

On continue encore de parler de ce qu’il s’est passé dans nos vies le temps que la demoiselle arrive. En vrai, j’ai intérêt de me méfier avec la française nouvellement célibataire. Faudrait être aveugle pour ne pas voir qu’elle est charmante, et avec le soleil qui brille haut dans le ciel, c'est immanquable. Même si je ne suis pas du tout son genre. Vraiment pas.

Mais Violet, si.



Dernière édition par Ulysse Daiklan le Jeu 12 Oct - 22:13, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Violet O'Toole
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Au fond de la forêt

Message par : Violet O'Toole, Jeu 12 Oct - 9:11


« La coquille vide ainsi soumise… », un bruissement suivi d’un bruit sec caractéristiques me tirèrent avec un léger sursaut de ma lecture. Une autre bleue, à l’opposé, de l’autre coté de la pièce, profitant elle aussi du calme qui régnait dans les dortoirs en cette mi journée leva les yeux de son ouvrage. Les miens se posèrent sur elle, cherchant à glaner quelques informations avant de prendre la peine de me lever pour un hibou égaré.
Tac.
Elle désigna la fenêtre du menton sans un mot puis retourna à son livre. Avec un soupir douloureux, je me hissais sur les coudes et pivotais pour me retrouver assise au bord du lit. Levant le mystère sur l’intrus qui frappait au carreau, je reconnaissais aussitôt Kowl, son grand-duc dont mon Rouge et Or était si fier. D’abord, je souriais, posant mes pieds sur les pavés glacés, puis mon sourire s’effaçait alors que j’initiais un mouvement vers la fenêtre ; et s’il s’était passé…quelque chose ? Ou peut-être qu’il a des trucs à me dire ? Est-ce que c’est grave ? Tout en déglutissant, je tournais la poignée, laissant entrer quelques secondes le froid automnal. Je récupérais le parchemin et récompensais l’animal de quelques vers de farine qu’il acceptait humblement, l’expression toujours aussi grave. Puis la majestueuse bête reprenait son envol.

Fébrile, je déroulais le papier jaunit qui m’était adressé et au fur et à mesure de ma lecture, mon sourire revenait. C’est qu’il était distingué à l’écrit, le garçon. Bon, pas qu’il ne le soit pas à l’oral, mais il était plus spontané. Sa lettre était très mignonne et je la pliais soigneusement, la glissant dans le livre qui m’occupait quelques secondes plus tôt, glissant ce dernier sous mon matelas… Il avait raison, on ne s’était pas vus depuis quelques jours ; pas de cours communs et beaucoup de travail à fournir en dehors de ceux-ci. C’est à peine si on s’était aperçu pendant les repas et aux interclasses. Et, à moi aussi il me manquait… j’étais prise d’un pincement à chaque fois que j’avais l’occasion de le croiser, devant systématiquement le laisser aussitôt.

J’avais beau être avachie dans mon lit, à peine décemment habillée, il y de cela exactement deux minutes et trente sept secondes –ah, trente neuf maintenant.-, ce rendez-vous me faisant un bien fou avant même d’y être. Je n’osais jamais faire le premier pas, peur de ne pas être la bienvenue au bon moment. Je m’arrêtais, scrutant le décor apocalyptique qu’étais mon lit. Comment pouvait-on être aussi bordélique sans même dépasser des limites de son espace personnel dans un dortoir commun ? Je devrais écrire un livre, je pense que c’est un don. A coté du mien, le lit de Mered, qui sentait la rose fraîche et qui était arrangé comme dans les magazines de décoration moldus m’arrachait un grognement de dépit. Bon, une paire de collants noirs bien épais, un short en jean… celui là sera bien. Un débardeur noir, une chemise en flanelle bien chaude dans les tons rouges, mon gilet fétiche : parfait.

Enfilant tout ça tant bien que mal en sautillant sur place, lançant des regards désolés à ma collègue aiglon qui ne pouvait pas louper le spectacle, je fini par venir à bout de l’habillage. Les cheveux, ça irait très bien comme ils étaient ; libres. Mes bottes plates en cuir foncé aux pieds, je faisais le point sur le contenu de mon sac. Mes affaires de dessin… c’était une requête étonnante et l’euphorie du moment m’avait empêchée de tergiverser dessus. Bon, soit, je faisais confiance à mon Lion. Tout était déjà dans mon cabas.

Khowly, qui trépignait déjà dans tous les sens à mes pieds à peine mes chaussures chaussées, rejoignit rapidement mon épaule. Les températures avaient chutées, mais il était équipé en conséquence. Et au pire, il avait prit l’habitude de se retirer dans une poche ou mon bagage si il voulait piquer un somme. C'est-à-dire régulièrement. Un tour sur ma tête le temps de couvrir mon cou de ma longue écharpe pleine de couleurs et c’était parti.

Je trottinais dans les couloirs, des guilis dans le ventre et le sourire aux lèvres. Fredonnant les aventures de Brian Boru, je passais d’escaliers en escaliers, pour me retrouver dans le grand hall, puis sur le pont, et enfin à la sortie de Poudlard. Une vrille et un craquement plus tard, j’étais à Pré Au Lard, à l’endroit indiqué, à quelques mètres près. Passant mes mains sur ma figure et soufflant un coup, je me retournais pour voir si j’apercevais Ulysse.

Une vague d’émotions contradictoires m’envahit ; il était là, et ça, ça avait poussé mon cœur dans le vide. Par contre, il n’était pas seul, et une superbe fille l’accompagnait. Qui était-elle ? De prime abord, elle était grande ; ce que je n’étais pas. Mince ; ce que je n’étais pas tellement non plus. Féminine ; pas compliqué de l’être mieux que moi. Et les deux semblaient en grande conversation, souriants et riants ensemble. Khowly lançait un gémissement dépité, affichant le même regard assorti que moi à ce moment là. Je devrais étudier la capacité de mimétisme des boursouflets de plus près… Puis, retournant sa veste comme le petit truc déloyal qu’il était, il descendit de mon épaule, esquivant habilement mes tentatives de capture, et fonça en roulant jusqu’aux pieds du Gryffond pour lui faire le même cirque que pendant la conférence !

Je me précipitais vers eux, manquant de tomber à l’arrivée, me rattrapant lamentablement sur Ulysse –qui, heureusement, était solide ♥- et je capturais la boule de fourrure bleue dans ma main qui ne tenait pas le bras de mon amoureux. Relevant la tête vers les deux individus, soufflant théâtralement sur les mèches de cheveux qui encombraient mon visage aux pommettes écarlates –au cas où la situation n’était pas déjà assez explicite-, je lançais un « Désolée ! » accompagné d’un petit rire nerveux. « Ça va vous deux ?! Je suis à l’heure ? », nouveau rire nerveux.
Revenir en haut Aller en bas
Ulysse Daiklan
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Au fond de la forêt

Message par : Ulysse Daiklan, Jeu 12 Oct - 22:16


Violet & Ulysse

Mon L.A et celui de Fleur accordé ♥






L’air frai traverse nos cheveux tandis que Fleur me raconte l’histoire de sa dernière rupture – Très drôle d’ailleurs- avec une demoiselle qui avait apparemment tout pour elle, sauf son fanatisme des licornes. Je comprends pas, c’est beau les licornes quand même… Bon bah pas grave.

- Et me v’là libre comme l’air. Oh un boursouflet !

Je baisse la tête et effectivement un boursouflet cours vers nous. Comme sa propriétaire d’ailleurs. Mon sourire s’étire mais je panique en la voyant chuter.A peine le temps de me baisser qu’elle se rattrape sur moi, Khowly avec. Quand elle se relève elle a l’air… nerveuse.

- Désolée ! Ça va vous deux ?! Je suis à l’heure ?

Son rire tout gêné me fait agrandir mon sourire, surtout vu le rouge qui semble vouloir prendre son visage en otage. Je me baisse pour l’embrasser. Non mais oh, je vais pas dire non à mon bisou quand même ! Puis je me relève et remarque le regard étonné de Fleur. Je fais un sourire et regarde ma Bleue.

- Coucou toi. Pas de soucis, je te présente…

- Fleur enchantée. Ça va et toi ?

J’écoute d’un air surpris la française me couper la parole. J’écoute et je la regarde, ce qu’elle ne fait pas, le regard visé sur Violet. Elle a l’air de l’apprécier c’est cool ! Moi qui aurais pu craindre qu’elles ne s’entendent pas, tout va bien. Je laisse Violet se présenter elle-même, ça ferait un peu vieux-jeu autrement, regardant à nouveau dans sa direction.

- Allez on y va ! C’est qu’à une quinzaine de minutes de marche.


Je m’en vais prendre le sac que je vois dans les mains de ma chérie et continue de faire léviter le mien. Rha petit gentleman que je suis. Je prends quelques pas d’avance en ouvrant la marche, Fleur commençant à faire connaissance avec ma petite amie. Je n’écoute pas tellement leur conversation plutôt concentrée à essayer de retrouver le chemin. Au bout d’un moment je me retourne quand même vers elles voir un peu ce qu’il se passe.

- Et du coup j’viens d’arriver en Écosse, j’aurais besoin de quelqu’un pour m’faire visiter. Ca t’dis ?


Je lance un regard étonné aux deux puis fronce les sourcils vers la française qui me lance un regard de… Défis ? Oh non. Elle est pas sérieuse ? Je sais qu’on était très compétitifs en Irlande mais là, c’est ma petite amie et… bref, je gagnerais. Sans chercher plus que ça je m’avance vers ma petite amie et lui prends la main d’un air le plus naturel possible.

- D’ailleurs Violet aussi est allée en Irlande ! Tant de points communs.


Oui. Je dis d’ailleurs alors que ça n’a aucun rapport. On s’en fiche, au moins je m’impose dans la conversation d’une façon pas du tout naturelle mais tant pis. Au moins je suis là. Je vois Fleur plisser les yeux comme si la mettait en défi alors que... Non, laisse juste ma copine tranquille ! Rho. Bon. Oh heu.

- Bon je vous propose on arrive à la clairière, on dessine un peu en buvant l’apéro tout ça. J’ai tout pris.


Un sourire sur les lèvres prends place tandis que je sens un truc se tortiller dans mon cou. Et je vois bien ma pote me regarder avec un grand sourire. Elle aurait pu me dire que mon Botruc – Théo – avait décidé de nous suivre. Oui elle aurait pu.

Mais elle ne l’a pas fait.


Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Violet O'Toole
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Au fond de la forêt

Message par : Violet O'Toole, Ven 13 Oct - 20:05


« Fleur enchantée. Ça va et toi ? », coupant l'herbe sous le pied du Rouge et Or. Mes yeux font un rapide aller retour de lui à elle, et d'elle à lui, un petit sourire amusé en coin. Je bredouille un « Violet, enchantée aussi, je... je vais bien, merci ! », Ulysse reprend la parole pour nous inciter à le suivre. J'admets que m’engouffrer comme ça dans la forêt interdite, même en pleine journée, ne me met pas très à l'aise... Je pose ma main sur le manche de ma baguette, instinctivement, alors que mon amoureux vient, en toute galanterie, prendre mon sac. Qu'est-ce qu'il lui arrive ?!

Le beau blond ouvre la marche, et Fleur, donc, commence à faire la conversation. Ça m'arrange, je suis plutôt nulle pour ça.
« Alors, ça fait longtemps qu't'es à Poudlard ? », je baisse les yeux et souris, sa façon de manger les mots est assez touchante et contraste beaucoup avec son physique sans l'ombre d'un défaut.  
« En fait... Je suis revenue cet été, j'y ais fait seulement ma première année avant ça. », enchainer, vite, pour éviter les questions. « Tu es à Poudlard toi aussi ?! Non..? », non, je l'aurais croisée et remarquée. Et Ulysse m'en aurait parlé... il m'en aurait parlé hein ? Et peut-être qu'elle est plus âgée que nous, et peut-être qu'elle va être vexée que j'ai pu la prendre pour une élèv... Son rire me tire de mon début de panique :
« Nan ! Pas du tout, j'suis à Beauxbâtons ! », oh, cela expliquait l'accent. Le même que Mered !
« J'étais avec une fille qu'habitait dans l'coin, enfin, avant... », elle me lance un clin d’œil... explicite ?! Rougissant, je lui souris, plus par politesse qu'autre chose, assez déstabilisée par l'approche, quoiqu'elle soit pas déplaisante... « Et du coup j’viens d’arriver en Écosse, j’aurais besoin de quelqu’un pour m’faire visiter. Ca t’dis ? », avant que je puisse bafouiller quelque chose comme quoi l’Écosse n'est pas exactement mon pays natal, Ulysse intervient, prenant ma main, visiblement un peu contrarié...
« D’ailleurs Violet aussi est allée en Irlande ! Tant de points communs. »
« A vrai dire, je suis un peu plus qu'allée en Irlande... », je me tourne vers la jeune-femme ; « ... j'y ais grandis et mes parents y vivent encore ! », un grand sourire sincère fend mon visage. Le Lion serait-il devenu amnésique ?
« Bon je vous propose on arrive à la clairière, on dessine un peu en buvant l’apéro tout ça. J’ai tout pris. », joli programme...

L'endroit est vraiment superbe. Paradoxe flagrant avec l'ambiance si particulière de cette forêt, comme une bulle au milieu de l'atmosphère pesante du bois... Je regarde mon Gryffond, les yeux légèrement plissés et la tête penchée, posant ma main dans son cou ;
« T'as l'air nerveux... Ça va ?! », je sens qu'il est... bizarre, mais je n'arrive pas à saisir pourquoi. J'attends sa réponse mais je suis interrompue par un truc qui me fait retirer ma main précipitamment avec un court gémissement un peu trop aigüe à mon gout. Tenant cette main dans l'autre, je m'exclame à l'unisson avec Fleur ;
« - T'as...
- c'est...
- un...
- ton...
- Botruc...
- nan...?
- dans le cou ! », je me retourne vers la jolie brune fendue d'un large sourire assez innocent pour qu'on puisse presque y croire et j'éclate de rire. « Tu l'avais vu ?! », je prends la petite créature dans mes mains ; « Hey, désolée de t'avoir criée dessus toi... », relevant les yeux vers Ulysse ; « Alors, tu me caches des choses...? », je lui souris, plutôt attendrie que réellement irritée.
Revenir en haut Aller en bas
Ulysse Daiklan
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Au fond de la forêt

Message par : Ulysse Daiklan, Mar 17 Oct - 10:45


Violet  & Ulysse

Mon L.A et celui de Fleur accordé ♥





Je grimace.

Allez Ulysse, bravo. A peine un truc et tu te trompes, d’ailleurs Fleur ne manque pas l’action vu le sourire moqueur qu’elle m’adresse. Non mais sérieusement. On tarde pas a arriver à la clairière.

- T'as l'air nerveux... Ça va ?!

Nerveux ? Non. Pas le temps de répondre que je l’entends crier, ma baguette aux aguets prêt à envoyer un stupéfix au premier qui s’approchera. Mais non. Apparemment c’est autre chose qui a décidé de traumatiser les filles.

Théo, Théo, Théo. Je l’ai pas depuis longtemps m’enfin. Je le vois décider de sortir de sa cachette avant de descendre le long de mon bras.

- Tu l'avais vu ?!


Ah oui d’accord, elle s’en fiche. Visiblement l’idée de savoir si les beaux yeux bleus de Fleur ont vu la même chose qu’elle est bien plus attrayante. Hmf okay. Ne pas se vexer Ulysse, même avec l’air totalement nargueur de la française. Calme down.

- Hey, désolée de t'avoir criée dessus toi...


Ah bah voilà, même lui il me trahit, rejoignant les mains de Violet. Moi qui voulait être avec elle pour me sortir un peu l’esprit. Je regarde la petite boule de bois très très contente là où elle est et sourit. C’est que c’est mignon ces petites créatures.

- Alors, tu me caches des choses...?


Je lève les sourcils en entendant ça. De quoi ? J’ai rien caché moi ! Ah mais d’accord elle parle de Théo ok. Heureusement, son regard me calme et m’apaise. Je sais pas pourquoi je suis comme ça en ce moments. J’ai juste l’impression d’être… à côté de la plaque. C’est fou.

- Excuse-moi. Je te présente Théo ! Je l’ai gagné grâce à une loterie dans ma maison.


Je fais un sourire gêné, me passant encore la main dans la nuque quand je vois l’autre s’apprêter à ouvrir la bouche pour m’interrompre. Un regard d’avertissement qui bizarrement fonctionne. Je lâche un soupire et pose mon sac par terre.

- Ulysse, t’es le meilleur !

Ah bah comme quoi il en faut peu pour faire chaud au cœur. A peine le temps de sortir l’apéritif – surtout les bières – que cette exclamation avait fait se rapprocher la française.  Visiblement quelque chose qu’on a tous les trois en commun. Attendez, trop tôt pour boire ? Il n’est jamais trop tôt pour boire, surtout en ce moments.

Je m’assois sur la grande couverture étendue par terre que j’ai volé à la salle commune. Après tout si elles sont là, c’est pour se servir non ? J’en profite pour sortir mes carnets de croquis esc. Et les poser dans un coin, avant de regarder les filles qui me font face. Alors… apprendre à lancer une conversation partie une.

- Alors… Vous avez fait quoi aujourd’hui ?


Donc je disais partie une : ne pas faire comme moi. Je me retiens de me frapper le front avec la main et en profite pour récupérer des chips. Sérieusement, plus débile que moi tu meurs. Vivement qu’on dessine. Je regarde ma chérie à coté de moi. Ca me fais plaisir de partager ce moment avec elle. Puis au moins, je saurais enfin comment elle dessine.

Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Contenu sponsorisé

Re: Au fond de la forêt

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 40 sur 41

 Au fond de la forêt

Aller à la page : Précédent  1 ... 21 ... 39, 40, 41  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Pré-au-Lard ~¤~ :: Forêt Interdite-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.