AccueilPortailRechercherS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Pré-au-Lard ~¤~ :: Forêt Interdite
Page 44 sur 45
Au fond de la forêt
Aller à la page : Précédent  1 ... 23 ... 43, 44, 45  Suivant
Lizzie Cojocaru
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
En ligne

Au fond de la forêt - Page 44 Empty
Re: Au fond de la forêt
Lizzie Cojocaru, le  Ven 9 Nov - 18:12

(J’pique le LA d’Anna, en espérant qu’elle revienne parmi nous...)

Il suffit de deux essais à Kohane pour se débarrasser de son double. Un tir maladroit mais précis ; un corps qui s’efface, qui disparait... Je n’aime pas qu’elle ait eu à faire ça. Sans doute était-ce une mauvaise idée. Coupable et honteuse, j’essaie de me reprendre, de me focaliser moins sur les émotions que sur la réussite du sortilège en lui-même.

Je lui adresse un regard satisfait, suivi d’un pouce, suivi de deux, suivi de mots.
— Bravo, c’était beau Kohane !

Je sais pas pourquoi, avec elle ça peut pas rester simple, y a toujours ces trucs qui débordent hors de moi, qui n’attendent que ça. Elle les éveille, les appelle, et ils suivent la mélodie du joueur de flûte, le chant des sirènes grecques. Peut-être devrais-je me méfier : après tout, ces deux sons précèdent une mort imminente de ceux qui les suivent...

Me retournant vers Anna, je guette ses sortilèges, mais aussitôt Kohane me rappelle. Ah, c’est qu’elle ne peut se passer de mon attention, au fond... J’aime me le faire croire, en tout cas.

— On a toujours besoin de pratique, surtout pour pouvoir faire mouche du premier coup dans des situations d’urgence !

On va pas se mentir, si je leur apprends des sortilèges de combat, c’est pas pour qu’elles les réutilisent en cours de couture. En plus une lame pourpre c’est beaucoup trop grand, y a pas moyen de l’utiliser comme aiguille. A moins qu’il s’agisse du costume d’un éléphant ? Et encore...

Enfin bref. C’est pas tout ça mais si on veut survivre aux guerres à venir, il va falloir passer par plus que l'éveil Kuṇḍalinī. Même si conduire à la réalisation du Soi c’est cool hein, un petit moksha matinal c’est bien sympa, mais à choisir je préfère un mocha, enfin un café mocha quoi, en plus ça réveille bien aussi, j’vous jure on le sent jusqu'à la fontanelle.

Tandis qu’Anna s’entraine encore, je réfléchis un instant à la suite du « cours » de magie noire. Comment marteler leur canal sushumna ? Ah, je sais, je sais, je vais passer par les quatre chemins, ceux de l’Incompris, du Ténébreux, du Clone et du Salaud... et en les suivant, en les suivant je trouve la réponse en moi.

Abracadabra, avada kedavra, la réponse se trouve dans le sang... Et puisqu’on reste sur les sortilèges empreints de magie noire, et non les malédictions de magie noire, je sais ce qu’il me reste à faire.

— Vous avez sans doute entendu parler du Sectumsempra ; j’aimerais qu’on s’y essaie quelque peu. Mh, l’une de vous s’y connait en médicomagie ou pas des masses ?

Non mais parce qu’avant que je donne mon corps à la science, j’aimerais bien avoir une garantie de pas me vider de mon sang juste pour le plaisir d’abreuver l’herbe locale quoi.

Anna Keats
Anna Keats
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Au fond de la forêt - Page 44 Empty
Re: Au fond de la forêt
Anna Keats, le  Sam 10 Nov - 13:47

Cela faisait si longtemps ♥

Kohane, quel choix appréciable tu avais fait, d'un mouvement de tête je m'accordais à tes dires. Je n'aurais jamais pu lever ma baguette contre elles. Même sans affront, sans désir, ce sort marchait pour tuer, il fallait en avoir l'intention pour le déclencher. Penser à quelqu'un d'autre pouvait faire l'affaire, mais voir une seule lueur de ressemblance et s'en était fini de moi. Incapable de trahir.
Se combattre nous-même était donc une chose préférable dans cette situation. Ce combat pouvait signifier tant de choses différentes pour chacun de nous, selon l'image que l'on se faisait, la représentation de nos êtres. C'était cela qu'il fallait, désirer au plus profond de soi accomplir une forme de vengeance personnelle, sentir toute la haine accumulée pour tous les regrets, les défaites, les remords, les défauts, les non-dits, les hésitations, toutes ces choses qui nous défissent si bien mais que nous pouvons plus supporter.

Chacune est silencieuse, empreinte de l'atmosphère nocturne qui nous entoure, dissimulées dans nos pensées, nos souvenirs, nous laissions lentement monter l'étrange peine en nous, nous laissions grandir cette boule qui chaque instant nous dévore les entrailles. Celle qu'on oublie, mais qui se revive et nous heurte à vouloir s'arracher le cœur.
Lizzie est la première, comme à son habitude, elle montre le chemin, éclaire et indique. Une première tentative que je regarde du coin de l’œil, immobile et puis la seconde qui provoque un mouvement de recul, léger. Aucune trace, aucune goutte de sang, juste la silhouette copiée qui disparaît dans les ténèbres. J'avale ma salive douloureusement, je savais que cette chose n'existait pas pourtant je ne pouvais m’empêcher de détourner les yeux. C'était elle, la simple idée de la voir disparaître était douloureuse. Puis ce fut au tour de mon aînée, elle aussi du s'y reprendre à deux fois, mais en cet instant c'était un miroir que je fixais.

Je me voyais moi, dans toute mon imperfection. Tes cheveux trop longs qui te servent à cacher ton visage, cet air hautain qui croit toujours mieux savoir, qui croit pouvoir percer les cœurs alors que c'est le tien qui demande à être percé, cet éclat dans l’œil qui attend chaque jour qu'on lui tombe dessus, alors que tu mets trois années pour oser te lancer dans la moindre chose. Tes mains tenant une baguette, incapable de se lever devant la moindre difficulté. Une peureuse, c'est tout ce que tu es, une enfant dans un corps plus vieux qui n'a comme pensées que de se réfugier dans les jupes d'une mère ignorante. Cacher, dissimuler, toutes tes manipulations pour t'autopersuader d'être une je-ne-sais-quoi de rebelle. "Gladius Purpura" À côté, le sort me repousse d'un pas en arrière. Je murmure. « Encore. » Un masque que tu souhaites imiter, que tu penses porter alors que tu es la plus lisible des créatures, tu attires la pitié de ceux qui t'entoure. "Gladius Purpura" Échec. Résumé de ta vie ça ! Idiote qui ne comprend rien, obligée t'attendre que tout te soit donné, lui-même est obligé de t'avouer alors que tu dis le connaître, tu penses quoi... l'aimer ? Quelle blague, quel intérêt pourrais-tu avoir ? "Gladius Purpura" Pour lui, pour eux, rien en toi ne pourrait avoir une quelconque valeur, déchet. « La ferme ! » "Gladius Purpura"

Son visage disparaît, mon visage. Un léger sourire, celui qui traduit ma réussite mais une amertume au fond des yeux qui traduit mon mal-être. Mon regard se pose sur l'enseignante.

« C'est bon pour moi aussi »

Sectumsempra, non. Ignorance encore une fois. Mes sourcils se froncent à l’énonciation du mot, évidence de ma pensée. Puis la médicomagie. Je n'avais pas été mauvaise en cours mais cela remontait à ma première année à Poudlard, deux ans auparavant.  Revigor, Anapneo, Curo As Velnus, Reparo sellae contra tela, Brackium Emendo, Vulnera Satentur... Mais la maîtrise était encore bancale.

« Je connais quelques sorts basiques. Quels dégâts font ce sort ? »

Une légère inquiétude sur le visage, sa question signifiait que quelqu'un allait être blessé et correctement pour qu'elle demande cela par mesure préventive. Et selon quel genre de blessures, je ne serais peut-être pas en mesure de faire quoi que ce soit.
Gabriel Michaels
Gabriel Michaels
Poufsouffle (DC)
Poufsouffle (DC)
Année à Poudlard : Cinquième année

Matière optionnelle : Arithmancie

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Au fond de la forêt - Page 44 Empty
Re: Au fond de la forêt
Gabriel Michaels, le  Ven 18 Jan - 17:30

@Evan
Mon LA accordé
Suite de la route des carrosses
Tw maybe

Poufsouffle et héroïque dans la même phrase? Couplé ensemble? Nan mais soit un était pas réveillé, soit il était bourré. Les héros c'était soit disant les gryffondors. Les types qui agissaient avant de réfléchir, ou qui partaient directement à l'assaut de tout et n'importe quoi. J'avais rien a voir avec ca. Enfin il me semblait pas en tout cas et puis.. mon écharpe elle était noir et jaune pas rouge et or... il avait peut être besoin de lunettes en fait... ou d'un café.. genre ma tasse #accio café qui attend dans son carton (/love Theya si tu passes là). Truc rempli à fond bien sur ...

Mais il me semblait bien que je ne pouvais pas lui dire de se faire un tête à tête avec une cafetière italienne, car vla qu'il en venait à dire que c'était une super opportunité à pas refuser. Un prof en manque de cours particulier... c'était spécial quand même... C'était pas que j'avais autre chose à faire que le suivre dans la forêt mais en fait si.. et puis j'avais pas des masses envie de me refaire un sac à dos Dora l'exploratrice en peau d'acromentule, la cheville était pas vraiment d'accord avec l'idée.. surtout sans Rikka dans les parages ...

Mais bizarrement le "non merci" semblait pas une option valable car monsieur en manque de leçons à donner m'incitait à le suivre au milieu des bois... dit comme ca faisait franchement PedoBear... quoi qu'il m'avait pas proposé de bonbons.... du coup j'avais plusieurs autres options qui passaient en tête.... fallait franchement que j'arrête de lire des bouqins quand je rentrais chez moi après l'imagination criait au crime à venir à non stop...

Les mains dans les poches je suivais quand même. Pas envie de me choper des heures de colles pour avoir froissé l'égo d'un enseignant qui avait franchement rien d'autre à faire de sa journée que chercher à polluer la journée d'un élève. Les bouts de doigts se heurtaient à une sucette que je sortais de ma poche pour la dévetir d'un coup de dents pour la faire rouler sur la langue. Quitte à patienter autant que ce soit avec un peu degourmandise.

-Ouai bah .. les rencontres qui se font pas par hasard c est pas une citation d un bouquin moldu? car en vrai est facile de tout justifier avec ca. Genre aaaaaahhh un gnome explosif c est mon destin!!! Vous y croyez vraiment? C est un peu comme la divination... on fait dire aux chose ce qu' on veut nan? Z'êtes pas un peu vieux pour croire àca monsieur,

Mirettes qui posaient la question fatidique du : vous croyez pas au père noël quand même hein?
Evan
Evan
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Arithmancie

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Fourchelang
Occlumens
Loup-garou


Au fond de la forêt - Page 44 Empty
Re: Au fond de la forêt
Evan, le  Sam 19 Jan - 20:46






Je regardais mon jouet du jour, il avait pas intérêt à s'enfuir tien, sinon il pourrait me donner envie de le tuer plutôt que de seulement m'amuser avec lui. Il avait pas l'air farouche le type, certainement qu'il n'opposerait pas beaucoup de résistance, voir même pas du tout d'ailleurs, et c'était pas plus mal. Il serait facile à manipuler, ou a oublietter si j'en avais besoin. Au pire des cas, la forêt était suffisamment grande pour faire disparaître son corps dans un recoin sombre, ou donner à manger à une créature féroce terrée dans les profondeurs des entrailles de la sylve.

Les mains dans les poches, il suivait comme un bon petit toutou derrière son maître, une sucette dans la bouche comme s'il s'attendait presque à ce que je lui fasse visiter la forêt interdite en bon touriste prêt à prendre tous un tas de clichés souvenir pour afficher dans son dortoir. Il me désespérait déjà. Et je sentais qu'il risquait de devenir un ennui mortel quand bien même me défoulerait-il quelque peu.

Et voilà qu'il me déb*te une pseudo pensée philosophique, genre ce que je lui avais dit venait d'un livre. J'avais vraiment la tronche d'un type qui lisait les bouquins moldus ? Et ça tourne sur la divination, la matière que je jugeais la plus inutile au monde... Avant de sous-entendre que j'étais... vieux ? Vraiment ? Je lui lançais un regard noir avant de répondre.

« Je n'ai pas dit que j'y croyais... Juste que, sur l'instant, ça m'a permis de justifier le fait que je voulais que tu me suives dans la forêt... Et visiblement ça a marché... Après la divination, cette matière de pacotille ? Lire dans le mare du café et autres conneries du genre ? Non, c'est pas vraiment mon truc... Personnellement je préfère décider moi-même du destin de certaines personnes en influant sur leur vie vois-tu... Je vais te donner un exemple concret... »

Je m'étais tourné face à lui et avançais jusqu'à pouvoir le mettre en joue de ma baguette, de telle sorte à ce qu'elle s'appuie contre son torse, yeux dans les yeux, défiant son air stupide d'adolescent.

« Tu vois, là, je pourrais te balancer n'importe quel sortilège, et par conséquent c'est moi qui déciderait de ce qui t'arrive, et ça nulle tasse n'aurait pu le décider... Je suis seul maître de ce choix... Si tu as ta baguette, c'est le moment de la sortir, que tu puisses au moins te défendre... Mais, avant cela, j'ai une question petit... As-tu déjà vu de près ce que pouvait faire un sortilège dit de magie noire sur le corps et l'esprit ? Ou est-ce que tu te conformes aux dogmes enseignés sans chercher à voir plus loin que le bout de ton nez ? Car l'apprentissage n'est pas dans les livres d'histoire, il est dans les actes et les choix que l'on fait. »

L'envie me démangeait de plus en plus, de jouer avec lui et de lui balancer quelques sorts dans le seul but de le faire souffrir, d'oublier avec un peu de sa douleur les tréfonds de la mienne. Pourtant, j'espérais qu'il se défendrait, non pas que je m'attendais à ce qu'il me batte, mais ça justifierait un peu plus l'usage de la force pour l'après, et lui rappeler qu'il avait de quoi riposter de son côté. Au pire, je jouerais avec sa mémoire...
Gabriel Michaels
Gabriel Michaels
Poufsouffle (DC)
Poufsouffle (DC)
Année à Poudlard : Cinquième année

Matière optionnelle : Arithmancie

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Au fond de la forêt - Page 44 Empty
Re: Au fond de la forêt
Gabriel Michaels, le  Sam 19 Jan - 21:14

Un regard noir? C'était pas parfaitement cliché ça?  Le combo parfait forêt interdite/regard noir? Ça venait peut être de la le nom de la forêt noire..  c était vachement bon ce truc en plus, mais là je crois bien qu'il s'y connaissait pas des masses en pâtisserie le prof' de méta..  vu son amour pour le mare de café y'avait fort à parier qu'il était de mauvais poil car il avait pas mangé. Le petit déjeuner était le repas le plus important de la journée sinon on devenait comme lui là.. aigri ou sur les nerfs car on le traitait de vieux! Ah oui! C'était ca le problème!  Son âge!  J'oubliais toujours que les adultes n'aimaient pas qu'on leur dise qu'ils n'avaient plus 15ans.

Amusé, j'écoutais sa tirade en faisant passer la sucette d'une joue à l'autre en haussant les épaules. "Divination.. astrologie ... du pareil au même hein...". J'y avais jamais cru. Ni avant d'arriver à Poudlard ni maintenant. Pas une matière où j'accrochais. Les étoiles, les astres, les planètes..  des machins bien trop loin de la Terre pour m'y intéresser en fait. Alors le destin..  celui d'Amélie Poulain ou le mien...  Je doutais fort qu'il se trouvait dans une constellation quelconque.. du coup je risquais pas de le contredire exemple ou nous sous le nez. Enfin..  sur le torse.

J'aurai bien demandé depuis quand une baguette sur mon poitrail fournissait une justification quelconque, mais ayant dû supporter son dernier cours, j'avais cru voir qu' il était de ceux qui aimait discourir devant oratoire attentif. J'étais pas bien compliqué surtout le matin si tôt. Alors je voulais bien lui faire plaisir et esquisser un sourire en coin pendant..  je ne savais trop quoi. Ah si.. explication.. c'était à ce moment que ma narratrice trouvait bien plus simple ce genre de confrontation avec son infirmière car elle aurait fourré dans la bouche de l'enseignant sa sucette en se marrant. Mais moi je pouvais pas trop, quand bien même la situation avait de quoi être risible...

Du coup, les opales dans celles de l'enseignant j'écoutais attentivement ce qu'il racontait sans la moindre once de provocation, d'isolence ou indolence au plus grand désarroi de celle qui devait décrire mes gestes. Coup d'oeil entre l'homme et sa baguette sans bien comprendre l'intérêt de la mise à  l'épreuve.

-Bah j'ai jamais dit le contraire monsieur.. mais pour vous répondre.. hum non..  les bouqins sont supposés quand même nous offrir une approche assez explicite non? Mais... vous avez le droit de proposer ce genre d'exemple? Genre de la pratique et pas de la théorie? Parce qu' a ce compte pourquoi nous avoir filé des balles en mousse si vous avez le droit de nous proposer plus que ce qu'il y'à dans les grimoires?

Vraie question en fait. J avais reculé deux pas quand même. Question de précaution, une baguette sur la veste n'était pas grailent quelque chose de bien rassurant quand même.
Evan
Evan
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Arithmancie

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Fourchelang
Occlumens
Loup-garou


Au fond de la forêt - Page 44 Empty
Re: Au fond de la forêt
Evan, le  Sam 19 Jan - 22:04






Le mouflet avait l'air de porter autant dans son estime ce qui touchait à l'étude des astres que moi, soit un niveau très bas, voir inexistant. Non pas que les étoiles m'intéressaient pas loin de là, mais déblatérer tout un tas de conneries juste en les zieutant relevait davantage de la fantaisie que d'un savoir quelconque pour moi, et c'était à la porté de n'importe quel crétin sachant captiver un oratoire.

Fallait avouer que même si j'aimais regarder les luminaires s'évader lentement dans les ciels parfumés aux senteurs de printemps ou d'été, plus récemment cueilli à un délicieux soir d'automne au pied d'un arbre, j'avais davantage cherché des signes dans des cadavres et des séances de torture offertes généreusement sans consentement que dans l'alignement des perles lumineuses qui pouvait être totalement hasardeux.

J'écoute son petit discours sur le fait qu'il octroyait aux bouquins un certain crédit. Et s'il était vrai qu'ils avaient forcément un aspect ludique puisque c'était quand même leur but, le Ministère passait sous silence bien des sortilèges pouvant être utiles, sous prétexte que, soit disant, ceux-ci pourraient être mortels ou causer des séquelles graves ! Comme si je l'ignorais ?! pour la suite, difficile de lui expliquer que le choix des balles en mousse était une erreur de mon narrateur, sous peine d'installer une erreur 404 dans le récit.

« Oui... Les bouquins offrent une approche assez explicite, mais ils sont limités, il y a plein de sortilèges qui en sont bannis ou qui ne sont, au mieux, que murmurés. Pour ce que j'ai le droit de faire... Il y a deux catégories de personne dans la vie... Ceux qui suivent les règles, qui rentrent dans les clous et qui ne feront jamais rien d'extraordinaire au milieu de la banalité de leur vie... Et il y a ceux qui ne restent pas dans les clous, les visionnaires, les explorateurs, ceux qui cherchent à faire avancer le monde et non à le laisser stagner... Je fais partie de ceux-ci... Alors pour te répondre oui, je me donne le droit de proposer cela et d'offrir à mes élèves un éventail plus large en matière d'apprentissage de la magie... »

Je le voyais qui avait reculé de quelques pas comme s'il avait peur de la proximité que j'avais instauré, ou qu'il se préparait éventuellement à fuir. Pourtant, je gardais le même regard froid sur lui, qui lui signifiait qu'il n'avait pas intérêt à essayer de se barrer s'il voulait pas gagner une place de choix dans la chaine alimentaire de quelques créatures magiques.

« Pour les balles en mousse... C'était pour tester l'agilité et la réactivité en situation de danger, ou du moins en situation ou il faut savoir agir et répliquer rapidement... Je trouvais que les balles permettaient de bien retranscrire cela... Dis-moi... T'a-t-on déjà torturé ? »

Mon regard s'était fait plus... inquisiteur. A essayer de trouver une faille sur les traits de son esprit, un soupçon de peur peut-être. Comme pur lui annoncer subtilement ce qui allait arriver, et voir comment il réagirait. Peut-être arriverait-il à me faire changer d'avis, ou peut-être pas. Il avait un certain pouvoir, même si je restais celui qui tirerait les ficelles de son existence en cette matinée.
Gabriel Michaels
Gabriel Michaels
Poufsouffle (DC)
Poufsouffle (DC)
Année à Poudlard : Cinquième année

Matière optionnelle : Arithmancie

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Au fond de la forêt - Page 44 Empty
Re: Au fond de la forêt
Gabriel Michaels, le  Dim 20 Jan - 16:40

Les clous c'était bien quand même.. ca fixait les tableaux ou les meubles, sauf quand on était pas doué avec un marteau et qu' on prenait des doigts pour un clou. De un ca ne fixait rien et de deux ca faisait mal... mais là je m'égarais et je n'écoutais pas ce que mon enseignant me racontait. Fautr aux souvenir de la fois où il avait fallut monter nous même une armoire avec le fond qui devait tenir avec une quinzaine de clous. Ca avait fini avec plein de doigts écrasés et Abigail en panique à regreter d'avoir demandé aux garçons de l'orphelinat de l'aider. Donc... il disait quoi ?

Éventail d'apprentissage... blabla.. balle en mousse... blabla.. torture.. hein? Les sourcils se baissaient, dubitatifs, le demandant quelle était la logique la dedans.

-Bah non! Pourquoi on aurait fait ca?

Et qui déjà pour commencer? Mine circonspecte j'avais du papillonner des yeux une ou deux secondes avant de caller ma sucette sur le côté, arrondissant la joue gauche.

-C'est quoi cette question? Un sondage qui doit passer en dehors du château c est ca? Ce serait pas plus à l'infirmière de demander ce genre de chose? Genre pour un suivi post-traumatique?

Ca existait chez les sorciers ce genre de chose d'ailleurs? Le château s'était bien fait attaquer il y'avait quelques années, les élèves avaient peut être eu un coup de main psychologique sioge à l'événement. Mais pourquoi ce serait lui qui se chargerait de cocher des noms sur un listing? Pour faire un échange de service avec la blonde qui avait griffonné sur son teombino pendant le cours? Ça se tenait pas vraiment. .. mais pourquoi pas pas après tout..

-Et vous Monsieur?

Bah quoi... la curiosité parlait d'elle même de toute façon.
Evan
Evan
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Arithmancie

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Fourchelang
Occlumens
Loup-garou


Au fond de la forêt - Page 44 Empty
Re: Au fond de la forêt
Evan, le  Dim 20 Jan - 17:35






Plus je le regardais, et plus j'avais l'impression qu'il était ailleurs. Genre sa sucette était peut-être aromatisée aux herbes quoi, ou peut-être qu'il planait juste naturellement, je ne savais trop. Mais le fait était que je ne pouvais que me demander s'il se foutait pas de ma gueule ou si son air niais je m'en foutiste était juste une apparence qu'il tenait particulièrement bien.

Sa question laissa fragiliser l'air ambiant d'un léger rire échappé, tant la réponse pouvait être criante, bien qu'il semblait parfaitement englué sur sa planète insouciante au possible. Il me laissa un parallèle à l'infirmière qui serait davantage propice que moi pour ce genre de question. L'infirmière.

Je buguais un instant, m'évadant au tracé de ses lèvres pulpeuses épousées avidement, des courbes de son corps délicieuses avec lesquelles j'avais fusionné sur un scintillement d'étoiles qui avait nourri nos langues et épidermes en feu. J'esquissais un sourire, loin du monstre qui dormait non loin prêt à se réveiller dès que l'autre ouvrirait de nouveau la bouche, ce qui, évidemment, ne tarda pas.

« Moi ? » Surpris, j'éclatais d'un rire glacial. « J'ai été mis dans le coma il y a fort longtemps... Un duel qui s'était mal fini pour moi... Je me suis torturé aussi en sautant d'une falaise... Mais sinon, non, en général les gens ont plus peur de l'inverse quand ils découvrent qui je suis réellement... Maintenant, tu me demandes pourquoi on t'aurait torturé ? C'est sûr qu'à Poudlard il y a peu de chances que cela arrive, mais en dehors le monde peut vite être hostile, et plus d'un sorcier a connu une mésaventure, par exemple en se retrouvant dans la forêt interdite... »

Grand sourire, je voulais jouer avec lui, malgré son esprit qui semblait ô combien étriqué, quelque chose me disait qu'il pourrait me divertir autant que me surprendre.

« L'infirmière... » Murmure pour moi-même, perdu dans des gouttes d'azur. Et si elle pouvait être la lumière là où je me voyais perdu dans les ombres ? « Ce n'était pas un sondage non... Juste que, la douleur forge l'esprit et le corps... Et après un peu de torture, on sait forcément mieux qui l'on est et jusqu'où on est prêts à aller... Endoloris ! »

Le sort était parti soudainement, comme pour chasser les images néfastes dans ma tête, et l'avait frappé de plein fouet, voyant son corps balloté par quelques secousses. Pourtant, après seulement quelques furtives secondes, pas assez pour qu'il ne se torde de douleur au sol, je rompais le sortilège.

« Tu vois ce que je veux dire ? Tu as ressenti cette douleur dans tout ton corps ? Et cette magie que l'on enseigne pas à l'école... Tu peux t'endurcir auprès d'elle, voir plus grand, un demain différent, une magie différente... »

Je baissais ma baguette, comme pour lui dire que malgré ce petit choc survenu, je ne lui voulais pas de mal. Du moins, pas totalement.
Gabriel Michaels
Gabriel Michaels
Poufsouffle (DC)
Poufsouffle (DC)
Année à Poudlard : Cinquième année

Matière optionnelle : Arithmancie

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Au fond de la forêt - Page 44 Empty
Re: Au fond de la forêt
Gabriel Michaels, le  Dim 20 Jan - 18:26

Mon LA accordé

Un rire.  Étrangement je doutais fort qu'il y'avait quoi que ce soit de vraiment à s'enthousiasmer là dedans... encore moins avec la suite du laïus que j'avais écouté studieusement. Plus par habitude que par une quelconque impression de nécessité pour ne pas le  vexer. C'était le matin je rappelle, alors l'observation et la présence d'esprit c'était pas ce qu'il y'avait de plus présents. Pourtant au sourire de l'enseignant j'aurai possiblement pu me douter de quelque chose.

Mais bon... enfin si... mais trop tard.. far too late meme... au sortilège lancé dira-t-on par mégarde la douleur tordait les entrailles, se diffusait dans les pores de mon corps, les bribes de mon esprit. L'être parcourrut de spams non contrôlés s'arrêtait soudainement, me laissant essoufflé malgré le peu de temps subit. Penché en avant les mains sur les cuisses je relevais la tete, opales fixes sur l'enseignant, pour le coup totalement réveillé.

-J'ai jamais dit que je voulais des cours particulier, ni même connaître la magie noire de près ou de loin.

Les azurs plus sérieuses ne cillaient pas, soutenant son regard malgré la respiration encore perturbée qui tachait de se ressaisir. Je n'avais jamais été pour la violence qu' elle fut psychologique, physique ou même magique. J'avais toujours été contre, la trouvant injuste et inutile. Elle n'avait aucun sens, ne faisait rien avancer et ne prouvait que la bêtise humaine. Alors si c'était d'une pâle réplique de la baguette qu'il attendait, il serait déçu.

Je me redressais, encore un peu essoufflé et le fixait d'autant plus sérieusement.

-Vous voulez prouver quoi? Que l'enseignement scolaire est incomplet? Je ne me servirai pas de ma baguette contre vous. C'est complètement déséquilibré comme duel.

Néanmoins je l'avais tout de même en main. Elle était dans la poche et les doigts l'avaient croisée pendant le sortilège reçu. Impossible de prononcer un protego sur le coup, je doutais qu' elle me soit bien utile si mon interlocuteur avait décidé de me prouver qu'effectivement ce qu' on lisait dans les livres n'était pas assez détaillé.
Evan
Evan
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Arithmancie

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Fourchelang
Occlumens
Loup-garou


Au fond de la forêt - Page 44 Empty
Re: Au fond de la forêt
Evan, le  Dim 20 Jan - 20:40






Lui laisser entrevoir les notes du Possible, derrière les barrières dressées d'un Ministère de la magie suffoquant de ses propres limites, c'est ce que j'essayais d'apposer à ses yeux. En plus que de le brusquer dans mes gestes, sous mes pulsions nées pour calmer un peu l'ardeur de ma déchéance mentale. Entre le Bien et le Mal, je ne voyais plus trop où était la frontière.

Où se situait le pas à ne pas faire, alors que j'en avais déjà bien trop fait trop loin, du haut d'une falaise ou de précipices creusés à mes actes, ma vie était une suite amère de blessures, d'échecs, enrobés d'une odeur de Mort qui me suivait jusque dans mes cauchemars. Trop de sang laissé, trop de cicatrices encore présentes, trop d'Hier dilués dans le poison de mes idéaux. Que je n'en savais plus la saveur que pourrait avoir Demain.

Quand bien même, la belle aux cheveux de blés se présentait comme un rayon de soleil salvateur, je portais trop de démons pour être stable, pour prétendre à une rédemption quelconque, à paraître normal accroché à ses bras là ou elle me verrait certainement Monstre en découvrant toute la vérité. Pourtant, là, quelque part, à un souvenir de battement étouffé, demeurait l'idée d'un "Peut-être que", un contour d'horizon qui prendrait naissance à sa peau goûtée chaque matin.

Mais je n'y étais pas, j'en étais loin de ses effluves pailletées de Rêves, bordées de Paradis, touchant un Espoir que je ne savais pas s'il était chimérique ou bien possiblement palpable, si je n'étais qu'un égaré sous l'alcool de songes vertueux qui pourrait tomber bien plus bas encore à espérer entrevoir un élixir me fuyant depuis bien trop de temps appelé Bonheur. Je cillais à ses mots, sortant de ma torpeur mentale, rappelé à la réalité que j'avais créé en le voyant essoufflé.

« Je n'ai jamais dit que tu avais dit ça... Mais... C'est un exutoire vois-tu... »

Je ne pouvais décemment pas lui demander de comprendre mon monde, ce dérèglement d'aiguilles qui faisait de moi une carcasse instable pouvant ôter la vie juste par plaisir, ou s'effondrer devant une scène des plus humaines. Casse-tête effiloché et fissuré jusque dans mon âme, je pourrais lui expliquer qu'il ne comprendrait jamais. Les combats que je menais lui étaient inconnus, au mieux, il chercherait à apposer une lumière qui est sienne mais qui ne pourrait que sonner désespérément faux.

« Je ne cherche pas à prouver quelque chose... L'enseignement scolaire est incomplet c'est un fait, rien n'est à prouver... Et si tu étais en danger de mort te défendrais-tu ? Un combat est rarement équilibré, et devant la mort la question ne se pose pas. Ou tu es capable de réagir et de te battre pour ta survie, ou tu meurs et devient un nom égaré dans le Temps et pleuré potentiellement par quelques proches trop émotifs... Si je voulais te tuer tu crois que tu aurais le choix de te battre ? Non, l'instinct de survie prendrait le pas sur toutes tes autres fonctions... Tu te battrais, peu importe qui je suis, mais tu ne serais pas là à attendre la mort comme un déséquilibré... Il n'y a pas que la magie noire qui peut être mortelle... »

Je m'avançais d'un pas jusqu'à lui, l'attrapais à la nuque de ma main gauche alors que j'informulais un Numen Arma pour avancer une dague sous sa gorge de ma main droite en le maintenant fermement, le dévisageant plus férocement encore.

« Dans pareille situation que ferais-tu hein ? Tu crois que tu ne sortirais pas ta baguette ?! Essaye donc ! Je pourrais te trancher la gorge en une demi seconde ! »

Faisant voler les gestes aux mots, j'appuyais la lame sur le côté gauche de son cou jusqu'à voir perler une goutte de sang, espérant secouer un peu plus le garçon ignorant, le provoquant plus en avant.
Gabriel Michaels
Gabriel Michaels
Poufsouffle (DC)
Poufsouffle (DC)
Année à Poudlard : Cinquième année

Matière optionnelle : Arithmancie

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Au fond de la forêt - Page 44 Empty
Re: Au fond de la forêt
Gabriel Michaels, le  Dim 20 Jan - 21:23

Pour quelqu'un qui avait rien à prouver il se justifiait beaucoup . Ne serait ce que par l'Utilisation du mot exutoire. Certains faisaient du sport, lui disait clairement qu'il avait des hobbies différents.. pourquoi pas après tout ..  y en a qui faisaient de la peinture, des paillettes ou des gommettes, alors pourquoi pas .. Ça.. enfin... pas que je cautionnais ou cautionnerais un jour, mais j'étais pas spy et si je lui disais qu'il était bon pour une séance avec une des deux blondes du château qui touchaient à la medicomagie, j'étais sur que j'étais bon pour devenir un défouloir à son manque de gestion des émotions. Triste quand même ces personnes qui avaient besoin de créer des situations pour se senti mieux...

Néanmoins, plus que m'inquiéter pour sa stabilité mentale, je préférais m'enquerir de ma capacité à poster ma lettre et rentrer au château tranquillement. L'option "allez venez je vous offre un chocolat" ne passerait pas aussi bien qu' avec Rikka aussi je préférais ne pas le lâcher du regard. Son discours faisait sens et je n'avais rien sous la main pour le contredire. Surtout suite au laïus sur l'instinct à survie. Tout le monde savait ce genre de chose ..

Par contre, au lieu de continuer son baratin, c'était d'un autre exemple me faisant rater un battement de coeur qu'il m'offrait. J'avais vraiment la tête d'un élève qui semblait assidu au point de sortir des chemins bien tracés de l'éducation magique?  Car a mes yeux et au chant furieux des battements de mon coeur, il me semblait bien que non. Je grimacais à la pression de la lame sur ma gorge et deglutis avec difficulté. Pas facile de s'exprimer dans des conditions, instinct de survie ou non j'étais pacifique de base comme garçon et clairement pas coutumier aux confrontations quel qu'elles fussent.

-Jai déjà ma baguette en main..

Articuler la mâchoire serrée n'était vraiment pas pratique, mais à la respiration partie en berne, un coup de stress suivant, je ne faisais pas bien d'effort d'allocution ou même de réflexion comme pouvais le prouver le seul sortilège qui me venait en tête.

- .. et vu que vous y tenez..#Cortes Titilandus

Oui bah... c'était pas pire qu'essayer de transformer en poulet.  Si j'étais pas trop mauvais dans les sorts amusants, je n'avais pas pris le temps de réfléchir un instant  mais force était d'avouer que bien entendu personne n'attendait sciemment de devenir un gruyère en prônant être contre la brutalité. Quoi que se défendre à coup d'ivresse d'alcool suggérée c'était pas forcément plus intelligent .
Evan
Evan
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Arithmancie

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Fourchelang
Occlumens
Loup-garou


Au fond de la forêt - Page 44 Empty
Re: Au fond de la forêt
Evan, le  Lun 21 Jan - 10:36






Lui faire peur, essayer de le faire dérailler, qu'il voit le monde tel qu'il est et pas seulement comment il le compose dans son cerveau étriqué. Là, avec la lame coincée sous sa gorge près à la trancher et à le regarder se vider de son sang comme une fontaine, je le défiais pour qu'il réagisse d'une quelconque façon que ce soit.

Il arrive à me sortir quelques mots, comme quoi il a déjà sa baguette en main, m'arrachant un rictus satisfait, près à lui balancer « Alors sers-t-en ! », mais il me devance, et en l'espace d'une seconde tout devient plus flou. J'ai juste le temps d'entendre le sortilège prononcé que l'effet qui me monte à la tête me fait lâcher la pression sur sa gorge et reculer d'un pas maladroit.

Je sens des vapeurs d'alcool bien présentes dans ma tête et les pensées qui se floutent et se chevauchent en une cascade de n'importe quoi. Les arbres semblent bouger tout autour, et même le mouflet parait tomber sur lui même plusieurs fois de suite. J'essaye de chasser cette illusion d'optique devant mon regard d'un revers de la main, en vain.

« Put*** ! Sale petit *** ! »

Je m'accroupissais un instant, une main au sol et l'autre sur mon front, fermant les yeux en espérant que les effets s'estompent rapidement. Je n'avais pas envisagé un instant qu'il opterait pour un tel sortilège, mais qu'il essaierait davantage de me faire mal.

« Sincèrement Robert ? Tu pouvais pas balancer autre chose ? Tu mériterais que je te foute une raclée... Même si là je suis pas certain que j'y arriverais... Je voulais te faire boire... Euh, te faire voir ! Des sorts de magie noire ! T'es qu'un con... Qu'un incompétent ! Tu mérites pas que je t'entraine et si j'avais su je t'aurais fait sourire... Souffrir ! Plus ! Merd* ! »

Je rageais, m'en voulant d'avoir pris un sortilège aussi élémentaire de la part du blaireau qui me paraissait être qu'un gosse incapable de s'en sortir réellement s'il venait à être mis face à la Mort. J'aurais du le tabasser tiens, lui péter deux trois chicots de sa fausse gueule de BG.

« Va poster ta lettre foutu *** * ***** ! Et la prochaine fois je te ferais comprendre ce que c'est des vrais sortilèges ! Fous moi le camp ! »

J'avais hurlé les derniers mots, me relevant en pointant ma dague vers lui avec une envie de l'éviscérer et d'en faire de la charpie. Il pouvait être sûr que je n'oublierais pas cet affront, et valait mieux pour lui que je ne le retrouve pas sous un jour énervé ou cela se finirait bien plus mal pour sa gueule d'ange. Je faisais demi tour, essayant de rester à peu près droit malgré les effets dans mon cerveau, et partais dans les profondeurs de la forêt, une envie de meurtre toujours présente dans les veines, laissant le gamin à sa maudite lettre et son insuffisance de courage.

Fin du RP, merci à toi :kiss:
Elida Cestero
Elida Cestero
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Deuxième année

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Au fond de la forêt - Page 44 Empty
Re: Au fond de la forêt
Elida Cestero, le  Mer 27 Fév - 21:52

RP libéré, rp pv avec Charlotte Day

Le week-end, l'école est vraiment invivable. Trop de bruits inutiles et incessants. Le brouhaha incessant des conversations des élèves est trop grand pour que je puisse l'ignorer. Et si d'habitude je vais me réfugier au parc, aujourd'hui il y a trop de monde. Trop de bruit. Pas d'endroit où m'installer tranquillement avec un livre ou tout simplement regarder la nature sans être dérangée.
Plus qu'une solution : la Forêt Interdite. C'est certainement bruyant là-bas, mais c'est le bruit agréable de la nature, et non le bruit des paroles des élèves. Et puis c'est forcément moins bruyant et plus agréable d'être là plutôt qu'être dans le parc. Je commence à le connaître par coeur. Vivement la prochaine saison aussi, que j'ai des nouvelles choses à observer.

Je pars donc, après être passée au dortoir enfiler des bottes et un manteau et prendre mon sac, à Pré-Au-Lard pour m'enfoncer dans la Forêt Interdite. Une forêt sombre et peu accueillante pour certaines personnes aux premiers abords. Les arbres sont immenses, le sol est couvert de branches, de feuilles et de brindilles qui m'empêchent de marcher sur le sol sans faire de bruit comme j'en ai l'habitude. Le soleil traverse, comme au parc mais avec plus de difficultés, les branches et les feuilles des arbres. Ce n'est pas très lumineux, mais ce n'est pas sombre non plus. La forêt est bruyante elle aussi, presque autant que les élèves, mais c'est du bruit agréable : chant d'oiseaux, pas d'animaux sur le sol. Je souris malgré moi, ravie par ce spectacle. Je m'avance lentement, la main effleurant par-ci par-là les plantes qui sortent de la terre, touchant du bout des bois la mousse qui a poussé sur les quelques troncs couchés sur le sol, tandis que je fredonne une mélodie qui me revient de mon enfance où j'allais me promener avec mes parents.

Je m'avance et m'enfonce dans la forêt, perdue dans mes pensées, sans m'en rendre compte. Que fais-je là déjà? J'ai trouvé ce que je cherchais, du calme et la compagnie de la nature. Jugeant que je suis assez loin des autres, je m'installe sur le tronc d'un arbre effondré et laisse mon regard se perdre sur le spectacle de la nature. Mon esprit se perd dans des rêves et imagine des histoires inimaginables. C'est comme si je voyais les animaux qui auraient pu passer par là dans les formes des branches.
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
Elida Cestero
Elida Cestero
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Deuxième année

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Au fond de la forêt - Page 44 Empty
Re: Au fond de la forêt
Elida Cestero, le  Sam 9 Mar - 17:51

Les jeux de lumière forment dans les arbres de jolies images qui accompagnent mes pensées. En tournant la tête d'un côté, je vois une chose, de l'autre côté une autre. Je soutiens doucement tandis que le bruit de la forêt augmente. Des pas pressés retentissent. Je laisse mes pensées s'évader. Un petit animal qui en cuir un autre? En poussant plus loin, on peut imaginer... Un monstre qui cherche une proie. La forêt transforme la perception des bruits et des images, plus je passe du temps ici plus ça devient évident.

Une jeune fille fait soudain irruption dans cet endroit où je suis installée. Pieds nus. C'est peut-être elle qui courait? Je tourne la tête avec curiosité en l'observant. Rares sont les fois où une fille sans chaussures se promène en forêt. Surtout ici. Je n'ai pas le temps de la questionner, mais peut-être est-ce mieux ainsi car parfois ma curiosité a tendance à surprendre les gens, qu'elle prend la parole en premier.

"Salut… T’as pas vu passer un renard, y a genre deux minutes ?"

Un renard ... J'aime bien les renards, c'est beau mais un peu craintif. Quoique, j'en ai déjà caressé un, mais c'était un jour spécial.

"Un vrai, qui nous bouge, avec des pattes? Ou une image? Parce qu'avec la lumière et les plantes, on peut voir une tête, en se plaçant là où je suis, et avec un peu d'imagination. Mais si tu cherches un vrai, je n'en ai pas vu. C'est dommage d'ailleurs, j'aime beaucoup cet animal. Même s'il est un peu craintif, d'après ce que j'ai lu. Sauf s'il a faim. Les fermiers moldus le savent s'ils ont des poules."


Je me sens bête à cette phrase, elle cherche un renard et s'en fiche certainement de savoir tout ça. Trop d'informations n'est pas une bonne manière à prendre. Surtout si elle est pressée. Maintenant que les pas se sont arrêtés, je suis presque sûre que c'est elle qui courait. Sauf si le petit animal qui fuyait s'est fait attrapé. Ce qui serait dommage. Fin de l'histoire pour lui. Il faut bien que tout le monde se nourrisse!
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
Contenu sponsorisé

Au fond de la forêt - Page 44 Empty
Re: Au fond de la forêt
Contenu sponsorisé, le  

Page 44 sur 45

 Au fond de la forêt

Aller à la page : Précédent  1 ... 23 ... 43, 44, 45  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Pré-au-Lard ~¤~ :: Forêt Interdite-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright Bureau RPG.