AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Pré-au-Lard ~¤~ :: Rues de Pré-au-Lard
Page 6 sur 8
Combat dans la Grotte
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
Evan
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard

Re: Combat dans la Grotte

Message par : Evan, Mer 4 Jan 2017 - 16:27


LA des deux loustics

14h pointait le bout de ses secondes. Pas de traces d'Azaël. je laissais échapper un soupir. Peut-être avait-il décidé d'aller voir Kholov ? Ça me ferait bien chier, bien qu'il s'en sortirait avec une moins grande peine. Maintenant que j'avais planifié notre excursion, j'espérais qu'il viendrait quand même. Je décidais d'attendre quelques minutes, il m'avait déjà fait tellement d'affronts, qu'il avait peut-être décidé d'arriver en retard.

Je n'eus que quelques minutes à attendre pour voir enfin sa tronche entacher le paysage. Et il était accompagné... De Nya. Décidément, ils étaient inséparables ces deux là. Je lui avais pourtant dit qu'elle n'avait pas à venir. Si elle croyait que j'allais changer d'avis. Je n'aimais pas qu'elle joue avec mes nerfs. Elle allait être servie.

Mallette dans la main gauche. Baguette dans la droite. Je laissais un soupir sortir quand ils arrivèrent près de moi. Il eut au moins le mérite de me saluer.

- Azaël... Nya... Roméo et Juliette du monde sorcier...

Je les toisais du regard quelques secondes. Elle n'avait pas compris les règles du jeu. Ou peut-être avait-elle seulement fait l'erreur de croire qu'elle pouvait participer ? Qu'elle était autre chose qu'un pion ? Je penchais la tête sur le côté, une demie seconde. Je fis un geste rapide vers elle.

- Au revoir Nya... Repulso !

Le sortilège frappa de plein fouet la lionne qui décolla plusieurs mètres en arrière, lâchant la main de son bien aimé. Pas le temps de laisser une réaction à son énergumène de mec, j'attrapais son poignet dans la foulée.

*CRAC*
Revenir en haut Aller en bas
Nya O'Neal
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Combat dans la Grotte

Message par : Nya O'Neal, Jeu 5 Jan 2017 - 2:22


Encore une fois, le professeur de métamorphose n’avait pas l’air particulièrement heureux de me trouver là, aux bras d’Azaël. S’il s’attendait à ce que je le laisse le torturer sans tenter de m’interposer (aussi brève et vaine soit la tentative en question), il ne me connaissait vraiment pas et était complètement à côté de la plaque. Je haussai les épaules à sa remarque. Je n’avais pas particulièrement envie de me suicider pour rester aux côtés de mon camarade, non. De toute façon, on risquait de se faire tuer bien assez tôt, l’un comme l’autre. Le couple de l’année, sérieusement. Il avait suffi de quoi, une semaine, pour qu’on se retrouve déjà dans une situation impossible?

Je n’eus même pas le temps de réagir. Evan pointa sa baguette dans ma direction et m’envoya bouler plusieurs mètres plus loin. Évidemment, j’avais eu vite fait de lâcher la main d’Azaël, que je n’avais pas envie d’entraîner dans mon vol plané. Je savais pertinemment ce qui allait s’en suivre et me relevait donc le plus rapidement possible… Mais trop tard. Je courus dans la direction opposée, mais les deux jeunes hommes avaient déjà disparu.

« Meeeeerde! »

Non seulement je n’allais pas pouvoir être présente aux côtés de mon petit ami, mais en plus, j’avais atterri sur mon bras et allais probablement m’en tirer avec un bel hématome - ce qui n'était probablement rien en comparaison à ce que le vert et argent allait subir. En tout cas maintenant, une chose était certaine : je méprisais ce prof au plus haut point. Comme si un étudiant, aussi expérimenté soit-il, avait la moindre chance contre lui… Tous des foutus lâches, toujours à s’en prendre à du monde qui ne pourrait pas de défendre de toute façon. Quelle belle mentalité.

Peut-être légèrement secouée, je passai quelques minutes figée sur place, à essayer de trouver une solution. Les sorciers qui défilaient autour de moi me dévisageait comme si j’étais la dernière des folles, mais je n’en avais strictement rien à faire. Il fallait que je trouve un moyen de rejoindre le serpent… Après un certain temps, je finis toutefois par me rendre à l’évidence : je ne pouvais plus rien faire, il allait falloir qu’il se débrouille tout seul… Quoi qu’il arrive, je serai là pour ramasser les morceaux par la suite. Résignée, je pris donc la direction du château.

Fin du RP pour ma part
Revenir en haut Aller en bas
Evan
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Fourchelang
Occlumens


Re: Combat dans la Grotte

Message par : Evan, Lun 13 Mar 2017 - 15:52





Métamorphosons-nous.
With Lilou


LA mutuel.

J'avais reçu quelques jours plus tôt, dans ma volière au château, un message des plus surprenants. Dans le sens où, il était bien rare que d'anciens élèves de l'école prennent contact avec moi. Le plus souvent j'avais affaire à des étudiants en quête d'orientation dans leurs recherches. Mais là, c'était une toute autre missive qui m'était parvenue, me demandant de l'aide dans une quête pour devenir animagus.

J'avais donc répondu favorablement à cette demande. Après tout j'avais bien aidé Hugh à maitriser son don de Métamorphomage en repoussant ses limites, je devrais être capable de faire de même avec cette inconnue qui avait obtenu la meilleure note possible à ses ASPICS. Nous avions décidé de nous retrouver ce samedi à 17h dans Pré-au-Lard.

J'avais quitté mon appartement un peu en avance, le temps de descendre tranquillement le chemin. Puis j'aimais être ponctuel. A part ce que j'avais lu dans les archives j'ignorais tout de cette dénommée Lilou, que cela soit de la maison dans laquelle elle avait été jusqu'à quoi elle pouvait bien ressembler.

Dehors, la nuit s'aventurait déjà sur une journée qui avait été bien belle. D'ailleurs les températures étaient encore des plus agréables malgré le soleil déclinant rapidement. Comme souvent, j'avais opté pour un accoutrement bien sombre, telle la nuit, un tee-shirt manches courtes épousant mon corps et mes baguettes rangées dans mon jean.

En descendant, j'imaginais les étoiles chantantes qui avaient hâte qu'on ne leur donne l'autorisation d'entrer en piste. Alors que le toit des chaumières prenaient forme sous mes yeux. J'étais pensif, admirateur, sous ce ciel qui me couvait. Décemment, je ne me voyais pas l'aider au milieu des ruelles ou bons nombres de personnes pouvaient passer et empêcher sa concentration qui se devait être optimale.

Alors, je comptais l'emmener non loin, dans un lieur à l'écart et suffisamment discret pour ne pas être dérangés. Elle m'avait dit avoir déjà trouvé son animal intérieur, et c'était bien là une étape importante pour elle. La suite ne serait pas sans travail de sa part, mais je ne doutais pas qu'elle pourrait y arriver. Puis, bien que loup-garou, j'avais d'abord été moi même animagus, aussi je connaissais très bien le processus par lequel elle devait passer.

Arrivé sur la place de Pré-au-Lard, je restais posé près d'un mur entre deux boutiques. J'avais un peu d'avance, du coup je prenais le temps d'observer ceux qui vaquaient à droite à gauche. Je cherchais une femme seule, peut-être me repérerait-elle en premier.
Revenir en haut Aller en bas
Lilou Fantozzi
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Combat dans la Grotte

Message par : Lilou Fantozzi, Lun 13 Mar 2017 - 16:30


"La nuit tous les papillons sont gris" avec Evan.

Le train avait eu du retard. Encore. Pourquoi même les trains magiques étaient-ils aussi en retard que les trains moldus ? Seul Merlin le savait. Enfin.

Lilou se dirigeait d'un pas assuré vers le lieu fixé par Evan pour le rendez-vous. Pour l'occasion, elle s'était habillée avec l'une de ses créations : une courte robe noire, dont les voiles en dentelle tombaient sur ses épaules dénudées. Elle portait une paire de bottines confortables, et des bas-résilles. En regardant bien, l'on pouvait apercevoir l'une des lanières de son porte-jarretelle. Elle apparaissait à chaque enjambée. La jeune femme pressait le pas : des foulées rapides. Un souffle saccadé.

Elle avait attaché ses cheveux bruns en chignon, mais des mèches rebelles se lovaient dans le creux de son cou pâle. Elle s'était discrètement maquillée afin de mettre en valeur ses yeux bleus métalliques et ses lèvres pulpeuses. Un peu de fard, un peu de rouge à lèvres. Rien de plus, rien de trop. Il était rare que la jeune femme se maquillât. Aujourd'hui, elle voulait faire bonne impression. Après tout, elle ne connaissait pas EVan, et au vu de son passif, il valait mieux qu'elle se montrât sous son meilleur jour. S'il en existait bel et bien un.

Elle marchait, essoufflée, son manteau en cuir pendant sur le coin de son bras, à côté de son sac, immense. Lilou n'était plus vraiment certaine de vouloir prendre des leçons particulières, surtout à cette heure. Le soleil s'était couché à l'horizon, et le ciel marine commençait à se perler d'étoiles. L'atmosphère était rassurante, la température était douce. Les chaumières de Pré-au-Lard commençaient à s'endormir paisiblement, se préparant à passer une nuit sans histoire.

Lilou parvint au lieu de rendez-vous. A son plus grand étonnement, elle aperçut la silhouette un homme. Elle se dit que ça ne pouvait être que lui, et personne d'autre. Elle s'approcha. A la lueur des lumières, elle distingua le visage d'Evan. Il ne devait pas être plus vieux qu'elle : une dizaine d'années semblaient les séparer. Et il n'était pas vilain, il fallait l'avouer. Il était habillé simplement, contrairement à certains professeurs qu'elle avait pu avoir qui ne sortaient pas sans leur cartable en cuir et leurs petits souliers bien cirés. En bons petits soldats. Evan portait un tee-shirt. Un jean.

Lilou appréhendait cette rencontre. D'habitude, elle se fichait éperdument de ce que les autres pensaient d'elle. C'était probablement la raison pour laquelle son comportement n'était généralement pas socialement adapté. Cependant, elle craignait de ne pas être à la hauteur, cette fois-ci. Et elle avait besoin de lui.
Elle s'avança un peu timidement vers lui et lui tendit la main :

"Bonjour. Je suis Lilou Fantozzi. Je vous prie de m'excuser, mon train avait du retard." Se présenta-t-elle, le souffle coupé par l'effort, ce qui faisait davantage ressortir son accent italien.
Revenir en haut Aller en bas
Evan
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Fourchelang
Occlumens


Re: Combat dans la Grotte

Message par : Evan, Lun 13 Mar 2017 - 17:37







Tantôt mon regard se perdait dans les passants, ceux en famille qui s'extasiaient au devant des devantures alléchantes, les écoliers qui profitaient du week-end pour dépenser leur argent de poche, ou encore quelques sorciers qui semblaient en perdition dans ce monde. Et, tantôt, j'observais ce ciel où les premières étoiles forçaient le passage pour pouvoir montrer leur éclat en première.

C'est là que je la vis. Du moins, sa silhouette divine prenait ma direction. Une brune magnifique qui attira immédiatement mon regard et redéfinit ma définition du Désir. Habillée dans une robe noire qui la peignait en Sublime, elle avançait non sans me laisser une impression des plus savoureuses. Comme si elle était la première étoile à parer le ciel et que mon regard avait le droit de la croquer.

Mon visage s'orna d'un sourire que je ne cherchais pour rien au monde à réprimer. Si l'on s'était retrouvé pour un rendez-vous galant que je n'aurais souhaité qu'elle soit différente. Une odeur de perfection accompagnait chacun de ses pas, jusqu'à temps qu'elle s'arrête près de moi. Là, je naviguais à ses yeux et y laissait un instant mes amarres. Comme l'envie de ne pas en décrocher. Pourtant, hormis mon sourire, j'essayais de ne rien laisser paraître.

La beauté du ciel m'était sorti de la tête. J'avais envie de lui poser mille et une question, bien que je me disais que j'aurais un aperçu de réponses dans la suite. Ce qui l'enchantait de rouge à lèvre m'appelait comme une mélopée chantée par un piano, faisant de l'Anodin un morceau de Virtuose auquel je me retrouvais avoir envie d'y plonger mes lèvres.  

Je constatais une légère gêne en elle, j'en souriais davantage. Elle me tendit sa main dont je m'emparais avec délicatesse, comme d'un trésor entrevu que je voulais chérir. Je lui aurais volontiers fait la bise pour m'enivrer de son parfum, peut-être plus tard. Enfin, non. Si je devais poser mes lèvres sur elle, ça ne serait pas que sur ses joues. Et j'étais là à regarder les siennes qui me murmuraient des mots interdits. Je reprenais mon calme, chassant ces pensées, reprenant la direction initiale de notre entrevue. Son accent n'était pas sans me rappeler celui de Jade. Italien, ce qui l'enveloppait de davantage de charme encore.

- Enchanté Lilou ! Je suis Evan ! Aucun problème pour le retard, je sais ce que c'est ! On peut se tutoyer ?!

Ma question était purement rhétorique. Je n'aimais pas le vouvoiement, et ce, avec n'importe qui ! Alors je comptais bien la tutoyer et j'espérais qu'elle en ferait de même. Je me plongeais dans ses yeux enivrants et continuais, souriant.

- Pour bien t'exercer, tu as besoin de calme et de concentration ! Je te propose d'aller dans les hauteurs ! Il y a quelques grottes non loin, où nous serons tranquilles ! Cela sera bien mieux que dans le coin où bon nombre de gens pourraient altérer ta concentration !
Revenir en haut Aller en bas
Lilou Fantozzi
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Combat dans la Grotte

Message par : Lilou Fantozzi, Lun 13 Mar 2017 - 18:40



Alors qu'elle réprimait les tremblements qui parcouraient son corps frêle, Evan lui sourit et se montra avenant. Il lui proposa de se tutoyer, et attrapa sa main avec douceur. Lilou acquiesça d'un signe de tête. Maladroitement, elle le serra, un peu énergiquement, dans le but de ne pas laisser transparaître son malaise. Ce dernier se dissipa rapidement lorsqu'il lui décrocha un sourire des plus charmeurs.

Décidément, elle ne rencontrait que les professeurs les plus originaux de Poudlard ! Entre sa première entrevue avec Cliodhna Quinn qui s'était littéralement jetée sur elle pour l'embrasser au cours d'une soirée trop arrosée, et sa rencontre avec Malicia Evans qui n'était pas la dernière à boire et à pratiquer des cours qui s'inscrivaient toujours des les limites de la légalité, Lilou commençait à apprécier le corps enseignant de Poudlard. Dommage qu'elle n'ait pas eût elle-même de tels professeurs ! Evan ne décrochait pas ses yeux des siens, et son sourire aurait certainement pu faire concurrence à la lueur des étoiles. Un feu incontrôlable crépita sur les pommettes de Lilou. Evan la sortit de ses rêveries en lui disant :

"Pour bien t'exercer, tu as besoin de calme et de concentration !" Lilou pensa immédiatement que la concentration n'était pas son point fort, bien au contraire. Son imaginaire fertile vagabondait chaque heure dans les contrées insondables de son inconscient. De façon parfaitement incontrôlable. Très tôt, ses parents l'avaient emmenée voir un médecin. Ils se plaignaient sans cesse de ses humeurs changeante, de ses gestes maladroits et incontrôlés, de son dynamisme, et surtout, de son inattention perpétuelle. Tel un papillon, son esprit errait de pétales de rêves en pistils de songes. Après quelques séances chez un psychiatre, le verdict était tombé brutalement. Les médecins avaient essayé de la droguer, pour la rendre plus "normale". Rien n'avait fonctionné, et Lilou n'en n'avait jamais été plus heureuse. Elle ne percevait pas cette affection comme un montre tortionnaire, au contraire, elle aimait laisser son esprit s'envoler à la moindre occasion. Elle Cet envol était la source de son bonheur, la raison pour laquelle elle souriait pour rien.

"Je te propose d'aller dans les hauteurs ! Il y a quelques grottes non loin, où nous serons tranquilles ! Cela sera bien mieux que dans le coin où bon nombre de gens pourraient altérer ta concentration !" Evan ne se rendait pas compte à quel point il avait visé juste. Lilou, qui ne réfléchissait que très peu à ses actes et leurs conséquences, accepta. Après tout, ce n'était pas comme si un parfait inconnu qu'elle contactée deux jours plus tôt lui avait proposé de s'isoler dans une grotte sombre, dans un contexte de guerre perpétuelle entre le bien et les mangemorts. Aucun risque.

"Allons-y." Dit-elle, enthousiaste.

Ils se trouvèrent bientôt près d'une grotte sombre, sur les hauteurs. Personne ne viendrait les déranger ici. Ils étaient seuls. Lilou commença alors à discourir et lui présenter son projet plus en détails.

"Je te remercie sincèrement d'avoir accepté. Voilà quelques temps déjà que je m'applique à devenir animagus. J'ai pour ça lu beaucoup à la bibliothèque de Londres. J'ai repris mes anciens manuels de métamorphose et de DCFM...mais rien n'y fait. Dès que j'essaie de me transformer ça...ça ne fonctionne pas ! Et ça si fait mal ! J'ai littéralement l'impression que mon corps se décompose, et à chaque fois, j'espère ne pas perdre un bout de moi...C'est très énervant, parce que j'ai vraiment envie de réussir !"

Elle réalisa soudain qu'elle ne s'était pas vraiment présenté, ni présentés les raisons pour lesquelles elle voulait devenir animagus.

"Comme tu l'as certainement lu dans les archives, j'ai été virée de Poudlard, à seize ans. J'ai jamais été une bonne élève, enfin, si au début dans les deux premières années...Après ça s'est compliqué, et je crois que ma directrice de maison devait s'arracher les cheveux avec moi...J'ai fait perdre énormément de points à Gryffondor. Il faut dire qu'entre les bagarres, les farces...et les vestiaires des joueurs de quidditch, j'y suis pas allée de main morte. J'étais une vraie peste, à cette époque. Je te dirais pas que je me suis assagie. J'ai mis beaucoup de temps avant de savoir ce que je voulais, et qui j'étais. J'ai repassé mes aspics à 22 ans et me remettre dans les études, ça n'a pas été facile. Pas du tout."

Elle reprit son souffle.

"Aujourd'hui, j'ai deux désirs : devenir styliste, et devenir animagus. Styliste, c'est un rêve d'enfant. Animagus...c'est pour avoir une corde de plus à mon arc, pouvoir explorer le monde comme personne ne pourra jamais l'explorer sous cette forme. J'ai envie d'apprendre à réveiller l'animal qui est moi, c'est essentiel. C'est comme de rallumer la flamme qui s'est éteinte après toutes ces années."
Revenir en haut Aller en bas
Evan
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Fourchelang
Occlumens


Re: Combat dans la Grotte

Message par : Evan, Mar 14 Mar 2017 - 7:33







"Allons-y."

Ces quelques mots suffirent à m'enthousiasmer davantage. Je m'étais demandé si elle serait réticente ou non à l'idée d'aller un peu à l'écart. Loin de moi l'idée d'être seul avec elle, bien qu'elle était des plus enivrantes, car elle se présentait à moi comme un met exquis qui donnait envie d'être goûté. Mais bien parce que tout don nécessitait une concentration absolue, et qu'étant perfectionniste dans l'âme, je n'avais pas accepté de l'aider pour qu'elle échoue. Je préférais donc que l'on soit dans un endroit paisible où rien ne viendrait altérer sa concentration.

Quand bien même devrais-je y passer la nuit à l'aider, à l'aiguiller, à la calmer pour se concentrer que je le ferais. Et si toutes les étoiles devaient s'approprier le ciel le temps qu'elle y arrive, alors je resterais près d'elle, sans rechigner. Nous quittions alors le petit village pour gagner les hauteurs environnantes. De là où s'offraient des vues saisissantes sur les alentours. Quelques vestiges neigeux se dessinaient dans le lointain, éclairés par les premiers rayons lunaires qui parlaient timidement.

Elle me remercie d'avoir accepté, ce que je trouvais tout naturel. J'écoute attentivement chacun de ses mots comme si elle était un abreuvoir auquel je voulais laisser attacher mes lèvres. Pour l'instant c'était ses mots que je buvais, mais je ne doutais pas que bien d'autres délices je pouvais y trouver, comme une rivière de la réjouissance à sa bouche, qui laisserait une odeur impalpable et définirait bien des mots.

J'écoute ses échecs, qui sont tout ce qu'il y a de plus normal. Cela me rappelait mes premières transformations en loup-garou, mon Dieu que ça avait été compliqué et déchirant ! Encore aujourd'hui, parfois, je ressentais des douleurs atroces dans la métamorphose de mon corps, et je savais que si l'esprit n'était pas totalement focalisé sur la finalité de la transformation, l'échec n'était alors pas loin. Comme les douleurs.

J'écoute ensuite son passif. Je n'étais pas là pour la juger, mais ça m'arracha un léger rire quand elle évoqua le fait qu'elle avait fait perdre plein de points à Gryffondor. Si un rouge pouvait se manifester cette saison pour ralentir leurs ardeurs, ça serait pas mal. J'aimais le côté rebelle qu'elle affichait, moi-même j'avais fait bien des conneries pendant ma scolarité, et j'en faisais encore plus maintenant que j'étais prof'.

Elle me fait part ensuite de son chemin depuis qu'elle avait quitté l'école, et tout son projet de devenir animagus qui avait prit forme petit à petit dans sa tête. J'écoutais son envie de devenir styliste, qui témoignait d'une bonne dose de créativité, et j'appréciais sa métaphore finale sur son désir de devenir animagus. Je lui envoyais un nouveau sourire avant de lui répondre.

- Aucun problème tu sais ! J'espère sincèrement pouvoir t'aider à accomplir ce cheminement ! Tu as l'air débrouillarde et de ce que je comprends, tu n'as plus qu'un palier à franchir pour y arriver ! C'est le plus dur certes, mais je ne doute pas qu'on va arriver à débloquer cela ! Et je vois parfaitement ce que tu veux dire pour les douleurs quand tu essaies vainement. C'est là l'étape la plus compliquée, et la plus douloureuse aussi les premières fois. Avec le temps cela s'atténuera, mais c'est vraiment un concept qu'il va falloir que tu assimiles, accepter la douleur physique afin de l'atténuer mentalement ! J'imagine que c'est plus facile à dire qu'à faire, mais savoir occulter la douleur, du moins, l'accepter comme une étape du processus, va t'aider à atteindre ton but !

Je me taisais un instant, me tenais face elle et prenais ses deux mains dans les miennes, comme pour m'assurer que j'avais toute sa confiance et qu'elle comprenait la nécessité de tout ce que je lui disais. Je repris.

- Pour ce qui est de ta scolarité, tu sais, on ne peut pas dire que j'ai vraiment été un exemple non plus ! J'ai quelques problèmes avec  les règles, encore aujourd'hui, et je dois dire que j'ai un penchant pour les interdits. Je me taisais quelques secondes, après cette phrase à double sens, comme pour qu'elle comprenne qu'avec moi, la fin de notre journée pourrait atteindre bien des rivages savoureux si elle le désirait aussi. Et oui, j'imagine que cela n'a pas dû être simple de repartir dans tes études après avoir été renvoyée, mais cela témoigne de ton ambition et je ne peux que saluer cela !

Je marquais une nouvelle pause, restant ancré à ses yeux somptueux, alors que la parure du ciel se faisait plus présente et nous contemplait silencieusement.

- Bon, avant que l'on s'exerce, surtout, n'hésite pas à t'arrêter si tu en ressens le besoin ! Il n'y a aucune honte à cela ! L'essentiel étant que tu restes focalisée sur ton objectif, et que devoir reprendre tes esprits ou ton souffle ne sera en aucun cas un frein à la réussite finale. Garde confiance en toi, à chaque instant, et la concentration t'apportera le reste ! Mais avant, parle-moi un peu de ton animal, que je puisse t'aiguiller du mieux possible dans ton accomplissement !

Je continuais de lui sourire, plus pour qu'elle ait confiance que pour la charmer. Bien que je jouais un peu sur les deux tableaux. Elle n'avait rien à envier à la beauté des étoiles et j'imaginais qu'une nuit près d'elle ne pouvait qu'être une symphonie merveilleuse. Où se joueraient bien des compositions qui éveilleraient les sens, étalées sous celles qui scintillent jusqu'aux lueurs de l'aube, où je me réveillerais avec attaché à mes pensées, ses lèvres rougeoyantes que j'aurais épousé bien des fois, les emportant sur des notes aux tempos variés et endiablés.
Revenir en haut Aller en bas
Lilou Fantozzi
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Combat dans la Grotte

Message par : Lilou Fantozzi, Mar 14 Mar 2017 - 14:44


Maintenant qu'ils étaient seuls, les cours particuliers allaient pouvoir prendre forme. Evan avait écouté attentivement la brune, sans ciller d'un cil lorsqu'il avait plongé ses yeux dans les siens. Il semblait tout aussi passionné par ses prunelles que par le discours, comme s'il cherchait à créer un lien, une connexion entre eux. Il répondit avec attention à son discours :

"Aucun problème tu sais ! J'espère sincèrement pouvoir t'aider à accomplir ce cheminement ! Tu as l'air débrouillarde et de ce que je comprends, tu n'as plus qu'un palier à franchir pour y arriver !" Lilou laissa échapper un petit rire étouffé malgré elle. "C'est le plus dur certes, mais je ne doute pas qu'on va arriver à débloquer cela ! Et je vois parfaitement ce que tu veux dire pour les douleurs quand tu essaies vainement. C'est là l'étape la plus compliquée, et la plus douloureuse aussi les premières fois. Avec le temps cela s'atténuera, mais c'est vraiment un concept qu'il va falloir que tu assimiles, accepter la douleur physique afin de l'atténuer mentalement ! J'imagine que c'est plus facile à dire qu'à faire, mais savoir occulter la douleur, du moins, l'accepter comme une étape du processus, va t'aider à atteindre ton but !"

"Je te remercie, mais pour être tout à fait franche avec toi, je ne suis pas vraiment ce que l'on peut appeler une fille "débrouillarde". Certes, je vais de l'avant, j'ai de l'ambition et de je déborde d'optimisme, mais débrouillarde...Pas vraiment. Et ce n'est pas de la fausse modestie de ma part. Je ne suis pas non plus quelqu'un de modeste." Le reprit Lilou. "Je...te fais confiance pour m'aider à débloquer tout ça. Je t'avoue que je ne m'attendais pas à éprouver une telle...come se dice ? Une telle douleur. J'ai jamais eu à souffrir dans ma vie. Peut-être que c'est pour ça que je ne sais pas gérer. Comment on fait pour apprendre à vivre avec la douleur ? Comment on fait pour devenir quelqu'un de fort, quelqu'un qui peut supporter ses peines ? C'est ça que j'aurais dû me poser comme question, depuis le début..." Lui demanda-t-elle.

Evan continua de la rassurer, en lui parlant de lui et de sa scolarité. Lilou n'écoutait qu'à demi, soudainement plongé dans un profond questionnement existentiel : à part à la mort de sa mère, elle n'avait jamais eu à souffrir. Ou peut-être que si, mais qu'elle n'en n'avait jamais eu conscience jusqu'à présent. La vérité la frappa comme si elle venait d'être explosée contre un mur. Il se tut un instant. Lilou ne comprit pas pourquoi, mais elle retint que tous les deux avaient en commun un goût immodéré pour l'interdit. Au moment même où il prononça ce mot qu'elle chérissait tant, elle se raccrocha à son discours, et à la prunelle de ses yeux.

"Et oui, j'imagine que cela n'a pas dû être simple de repartir dans tes études après avoir été renvoyée, mais cela témoigne de ton ambition et je ne peux que saluer cela !"
La complimenta-t-il.

Dehors, la nuit avait à présent couvert de son manteau sombre la voûte céleste. Il faisait encore doux, même si doucement, la température déclinait. L'échine de Lilou fut parcourut d'un léger frisson.

"Là encore, je n'ai pas l'intention de jouer la carte de la fausse modestie. Ce n'était ni simple, ni évident, mais ce qui a été compliqué ça a surtout été de trouver la motivation de le passer, cet examen ! J'ai toujours eu des facilités à comprendre les choses, mais les mettre en forme, c'est un autre problème. J'avais, à ce moment-là, surtout besoin de me prouver à moi-même que je pouvais le faire. Je pouvais être diplômée, comme les autres, et réussir à accomplir mes rêves. Ne pas suivre la voie toute tracée qui s'ouvrait devant moi..." Lilou s'arrêta là. Elle n'avait pas l'intention d'en dire davantage. Lui révéler que son père était un riche moldu, dans le contexte actuel, était risqué. Elle connaissait suffisamment les professeurs de Poudlard pour savoir que parmi eux se terraient des amis des mangemorts, partageant leur idéaux et leurs valeurs. Elle n'avait pas l'intention de lui exposer sa vie de presque née moldue, puisque sa propre mère s'était coupée de l'ensemble de sa famille lorsqu'elle avait épousé son père. Pas par amour. Pour l'argent. Et ça, la famille sorcière ne l'avait pas accepté. Elle avait donc vécu une partie de sa vie ignorant tout du monde magique et de ses pouvoirs, comme une née moldue. Pour les sorciers de sang pur aux noires idéaux, elle était une aberration de la nature. Pour les moldus aux idées tout aussi néfastes, elle était une aberration. Son statut de métisse, elle l'avait toujours porté en elle comme un héritage précieux, mais difficile à porter. Ni moldue, ni sorcière, entre les deux, comme sa langue, qui voguait entre l'Italie et l'Angleterre.

Evan la rassura pour de bon lorsqu'il lui expliqua qu'elle pourrait s'arrêter si elle n'y arrivait pas. Il lui souriait, et dans ses yeux, les éclats des étoiles scintillaient : "Bon, avant que l'on s'exerce, surtout, n'hésite pas à t'arrêter si tu en ressens le besoin ! Il n'y a aucune honte à cela ! L'essentiel étant que tu restes focalisée sur ton objectif, et que devoir reprendre tes esprits ou ton souffle ne sera en aucun cas un frein à la réussite finale. Garde confiance en toi, à chaque instant, et la concentration t'apportera le reste ! Mais avant, parle-moi un peu de ton animal, que je puisse t'aiguiller du mieux possible dans ton accomplissement !"

"Je n'ai pas peur de m'arrêter, j'ai peur de ne pas savoir m'arrêter...Comme je te l'ai dit, j'ai quelques problèmes à me poser des limites. Encore plus à accepter celles des autres..." Lui exposa Lilou. A cette pensée, elle ne put s'empêcher de sourire.

"Mon animal est un papillon. Attends, je t'ai amené ça !"
Elle lui sortit alors le dessin qu'elle avait réalisé quelques semaines plus tôt.

"J'étais dans la villa familiale quand j'ai dessiné ça. C'était un moment extraordinaire, le rencontrer pour la première fois. Je ne sais pas nommer le sentiment que j'ai ressenti...ni en Anglais, ni en Italien."

Elle lui expliqua alors qu'il s'agissait d'un papillon exotique. Elle lui montra ses recherches griffonnées sur un parchemin. "C'est un morpho. C'est l'un des plus grands papillon qui existe. Il est capable d'effrayer les oiseaux grâce à ses ailes qui imitent leurs yeux. Je suis sûre que c'est lui, parce que ses ailes ont exactement la même couleur que mes yeux...Laisse-moi te montrer ce qu'il se passe quand j'essaie de me transformer."

Lilou s'assit sur le sol frais et herbeux. Elle souffla calmement. Inspiration. Expiration. Elle tentait de faire le vide de ses émotions, comme si elle était seule sur terre, en harmonie avec elle-même. Elle concentra son esprit sur le papillon, même si il lui fut excessivement difficile de se débarrasser de l'image d'Evan. Elle le vit. Elle vit ses ailes. Soudain, son imaginaire l'emporta dans les affres de sa conscience. Elle se sentait absorbée, plongée dans un rêve à demi-éveillée. Elle se trouvait dans la pièce où elle avait aperçut son papillon la première fois : une pièce noire, au centre de laquelle un miroir était éclairé. Dans le reflet : les ailes bleues argentées. Lilou tendait sa main, et le papillon s'avançait, il traversait la paroi en verre, fragile et cassante. Le miroir explosait, et des éclats se plantaient dans son corps, tandis qu'au même moment, le papillon se logeait dans son coeur. Ils ne faisaient pas un. Il était là, à l'intérieur, elle pouvait le voir, le sentir. Mais elle restait elle, et il restait lui. Pas de transformation. Pour autant, son corps était écorché par les éclats qui s'étaient plantés. Du sang coulait sur sa peau blanche. Avec résignation, elle laissa le papillon s'évader de son corps, puis rouvrit les yeux.

Elle était au sol, son corps était parcouru de légers tremblements.


Dernière édition par Lilou Fantozzi le Mar 14 Mar 2017 - 20:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Evan
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Fourchelang
Occlumens


Re: Combat dans la Grotte

Message par : Evan, Mar 14 Mar 2017 - 17:27







Je scrutais son visage comme les facettes d'un diamant, que je voudrais observer inlassablement, subjugué par son éclat. Elle contredit mes premiers mots, j'en souris. Elle me parle de ses craintes concernant les douleurs, ce qui est compréhensible. Elle me demande comment c'était possible de vivre avec.

J'avais affronté tellement de choses. Des meurtres de sang froid, ma transformation en loup-garou, mon suicide raté. Mon corps était couvert de cicatrices, si bien que la douleur, je ne la ressentais presque plus. La magie la plus sombre m'avait marqué au fer rouge. Les pleines lune me rappelaient que je ne maitrisais presque rien, mais le fait que je sois toujours en vie me disait qu'il y avait une raison...

- Tu sais... commençais-je avec un ton léger. Souffrir fait partie de la vie. Dans tellement de choix que nous faisons, nous pouvons souffrir. Je pense que vivre, c'est accepté de souffrir, tout en sachant qu'on sera capable de se relever plus fort. Seul le Temps pourra atténuer tes douleurs. Mais si tu souhaites réellement te transformer, tu vas devoir aller plus loin que tu ne t'y autorises. Tu vas devoir t'infliger certainement la plus grande douleur de ta vie. Dans la vie, on a rien sans sacrifice. L'expérience fait que l'on devient fort. Mais avant cela, tu dois être convaincue que ta première transformation, quand bien même elle te laissera une douleur impérissable, est une nécessité. Mais si ça peut te rassurer je serais là, je pourrais calmer ta douleur si tu en as besoin. Ou faire quoi que ce soit pour toi si tu me le demandes... Mais il ne faut surtout pas que tu en aies peur, car c'est cela qui créer un blocage.

J'écoutais la suite de son récit. Il était vrai que de passer un diplôme, un examen, quel qu'il soit, relevait avant tout d'une fierté de soi, ou, du moins, d'une envie de se prouver que l'on est capable. J'écoutais ses nouvelles peurs et caressais ses mains machinalement, comme pour lui susurrer à l'oreille qu'elle n'aurait rien à craindre tant que j'étais près d'elle.

Je m'enfuyais dans son sourire qui dessinait avec encore plus de charme son visage angélique. Puis je la laissais parler un instant. Elle me parla de son animal, un papillon. Je l'imaginais parfaitement dans cet animal. Doux et insaisissable, léger et indomptable. Je récupérais le dessin qu'elle me tendit et écoutais son histoire, puis récupérais le parchemin sur lequel elle avait noté ses recherches.

Puis elle me dit de la laisser me montrer ce qu'il se passait quand elle essayait de se transformer. Nos mains se séparèrent et elle s'assit au sol. Je la regardais souffler, prendre sa concentration avant sa tentative. Ses yeux finirent par se fermer. Et je l'observais silencieusement entre ces deux mondes. Le réel où elle était et celui qu'elle souhaitait atteindre. Pour que les deux ne fassent qu'un.

Je voyais le tiraillement qui la parcourait, son combat de chaque instant. Quelques plaies sur son corps apparurent, signe qu'elle n'était pas loin d'arriver au bout. Mais finalement elle céda, et sa peau se retrouvait entacher de quelques coupures. Elle semblait parcourue de spasmes, aussi je me jetais au sol pour la soulever par les épaules et la serrer contre moi.  

- Hey, c'est fini ! Ça va aller ! Ne t'inquiète pas !

Tout en parlant je serrais sa tête contre mon torse tout en caressant ses cheveux, qu'elle comprenne qu'elle était en sécurité. Machinalement je penchais sa tête que je soutenait de ma main gauche, ma main droite effleurant sa joue, comme m'assurant qu'elle allait bien.

- Hey, c'est pas grave. Tu vas y arriver. Je crois en toi !

J'étais ancré à ses yeux bleutés, ma main droite toujours effleurant sa joue en caresses tendres. Je finissais par descendre ma tête près de la sienne, un instant sentant son souffle. Puis je joignais mes lèvres aux siennes, au Diable l'attente. Elle était un fruit délectable m’appelant depuis de trop longues minutes. Je l'entrainais alors dans un baiser passionné sans demi mesure que je ne voulais pas rompre, sous les étoiles nous berçant de leur bénédiction. Ma main droite quittant sa joue pour se poser sur son ventre, nos lèvres nouées dans une longue étreinte, que les étoiles enviaient.
Revenir en haut Aller en bas
Lilou Fantozzi
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Combat dans la Grotte

Message par : Lilou Fantozzi, Mar 14 Mar 2017 - 20:45


C'était un instant doux, un instant apaisant. Un baiser comme un pansement. Une cure non seulement pour son corps, mais aussi pour son coeur. Depuis quand ne l'avait-on pas embrassée ainsi ? Ils étaient lovés l'un contre l'autre, bercés par le crépuscule environnant. Seuls les astres étaient les témoins silencieux de leur union. Il avait caressé sa joue, puis sa main avait trouvé refuge sur son ventre. Lilou était encore sonnée par sa transformation, aussi, ses paupières demeuraient closes.

Elle percevait sa main, ses mots et ses gestes comme s'ils appartenaient à un rêve. Le corps de Lilou était ancré dans le réel, mais son esprit était toujours prisonnier de son fantasme idéel. Emportée par l'instant, par le plaisir, par les frissons qu'elle ressentait à chaque fois que leurs langues s'entrechoquaient, Lilou se laissait aller.

Son esprit l'emporta de nouveau, au coeur de son imaginaire. Elle était dans la pièce au miroir. Elle se trouva seule, face à elle-même. Elle faisait face à son reflet. Une nuée de papillons aux ailes métalliques tournoyaient autour d'elle. Dans un murmure, elle entendit cette phrase :

"Sono quella che ti fa male."

Lilou se sentit faillir. Elle était donc la seule source de sa propre souffrance. Lutter contre les autres, contre ses ennemis, contre ses amis, pour des causes que l'on chérit et que l'on aime, ça avait toujours été une évidence pour elle. Mais, comment allait-elle lutter contre elle-même ? Elle était avachie, dans la lumière blanche, tandis que des milliers d'ailes bleues erraient autour de sa personne.

"Non puoi distruggermi. Se occidieresti me, morissimo."
Pensa-t-elle alors.

Le miroir explosa. L'un des éclats atteignit sa poitrine. Etrangement, elle n'avait pas mal au coeur. Non. Son âme avait accusé le coup. Elle éprouva soudain un sentiment de tristesse immense, et des larmes coulèrent sur son torse, à torrent. Un deuxième éclat la frappa à l'épaule. Ses larmes gouttèrent de la plaie. Un troisième bout de verre la frappa. Elle se raidit. Elle eut soudain l'impression qu'il neigeait tant elle avait froid. Les larmes se cristallisèrent autours de ses plaies, sculptant son corps de glace.

"Evan è di destra. Debo vivre con la mia dolore."


C'est alors qu'elle ressentit la chaleur du corps d'Evan, la passion de leur baiser, qui venait d'embraser son coeur. Elle sentit en elle brûler ce feu intérieur. La glace fondit, et son double sortit du miroir. Elle s'agenouilla face à elle, et du bout des doigts, lui caressa la joue. Puis s'évapora dans un blizzard d'étincelles bleutées. Des milliers de papillon il n'en resta qu'un, qui vint se poser contre son torse. Dès qu'il la toucha, elle se sentit comme percée par des milliers d'éclats de verre. Elle ferma les yeux. Leurs corps ne firent plus qu'un.

Lorsque Lilou rouvrit les yeux, elle n'était plus humaine.
Revenir en haut Aller en bas
Evan
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Fourchelang
Occlumens


Re: Combat dans la Grotte

Message par : Evan, Ven 17 Mar 2017 - 9:01







J'avais imaginé ses lèvres réticentes, repousser les miennes avenantes. J'avais imaginé son corps froid comme les neiges des hivers les plus rugueux, en haut de glaciers montagneux. J'avais imaginé ses mains sur mon torse qui transformeraient mon envie en illusion et réduiraient cette délicieuse saveur au néant. J'avais imaginé ses yeux qui estomperaient tout voile de passion en lançant la foudre sur mon entreprise.

Mais non.

Ses lèvres fusionnèrent aux miennes comme à l'amant attendu depuis des jours sans sommeil. Nos langues se livrèrent à une danse ardente en s'épousant aux effluves de l'autre et de désirs multiples. Ma main sur son ventre laissait à sa peau une caresse chaleureuse, comme un rayon de soleil sous la fraîcheur de la nuit. Ses yeux clos comme les miens, nous étions bercés aux étoiles et à notre baiser qui laissait à la Passion un nouveau visage.

Les secondes se turent. L'horloge s'était arrêtée. Une autre chantait. Nos cœurs à l'unisson entre la Tendresse et la Fougue. Entre l'Irréel et l'Envie. Entre la Simplicité et la Douceur. Entre le Paradis entrevu et l'Enfer incertain d'un lendemain. Le vent se risquait, à laisser sur notre peau un léger frisson, qui n'altérait en rien la vénusté de ce poème né à nos lèvres. Où les rimes étaient les temps, laissés aux brèves éclats de secondes où comme une séparation officiait entre nos bouches gravées au parfum de l'autre, avant qu'elle ne soit remplacé par une nouvelle étreinte, bien plus forte encore.

Et nos lèvres ne se touchèrent plus.
La danse de nos langues s'était tut.
Comme si elle n'avait été que mirage.
Alors que pourtant sa fragrance demeurait intacte.
Sa vélocité.
Sa parole.

Et les étoiles murmurèrent.
Se concertèrent.
Et j'ouvris les yeux.
Et à l'humide naissant je vis ses ailes d'argent.
Et à mon regard s'offrit sa beauté.

Elle avait réussi. Je scrutais ses ailes virevoltantes qui semblaient être le miroir d'un ciel au crépuscule, parées d'un bleu changeant aux nuances multiples, sous les éclats des lumières qui heurtaient son corps. Petit papillon à la beauté de verre qu'un diamant n'aurait su égalé.

Je l'enveloppais d'un sourire, ma main auparavant sur son ventre à mi hauteur, comme pour accueillir sa splendeur. Beauté brune, beauté bleue. Perdu à la contempler, comme celles au-dessus qui discutaient encore, et je m'extasiais de cette perle céruléenne, que je couvais de mes yeux comme le joyau d'une couronne, qui animait mon regard de son étincelle.
Revenir en haut Aller en bas
Lilou Fantozzi
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Combat dans la Grotte

Message par : Lilou Fantozzi, Ven 17 Mar 2017 - 12:05


La vision de Lilou était différente : elle ne possédait plus une paire d'yeux, mais plutôt, une bonne centaine. Son champ de vision était plutôt réduit, bien qu'il soit plus perçant. Elle regarda Evan : il bougeait peut-être, elle n'aurait su dire. Elle ne semblait pas percevoir l'ensemble de ses mouvements. Elle avait une vision comme entrecoupée par des flash. Elle sortit sa trompe plusieurs fois, de façon parfaitement involontaire. Ses antennes s'agitèrent lorsqu'elles perçurent distinctement toutes les odeurs qui formaient un ensemble composite et harmonieux. Son parfum, dans le creux de son cou, une odeur légèrement âcre à d'autres endroits, et il y avait aussi son haleine. Enivrante.
Lilou s'approcha de lui et se posa maladroitement sur l'une de ses mains. Ses ailes se replièrent instantanément. Le revers de ses ailes, ses ocelles, formaient des dessins semblables aux yeux des chouettes. C'était certainement pour pouvoir s'en cacher. Elle contempla chaque parcelle de sa peau en détail. Elle humecta chaque recoin.

Puis, elle décida de quitter la grotte, juste l'espace d'un instant. Ses ailes virevoltaient au vent léger. Elle ne comprenait pas tout à fait comment les contrôler : elles semblaient voler en dehors de tout contrôle. Elle s'élança au-dessus de la pente qu'ils avaient gravie. Une avalanche d'herbes; de rochers et d'arbres. Un recoin sublime et silencieux. Elle embrasse le ciel et la lune du regard. Elle n'avait jamais senti une telle sensation de liberté. Elle avait l'impression que l'ensemble de son corps s'embrasait sous la caresse du vent. Elle pouvait sentir les mouvements rapides de ses ailes. Elle se sentait indubitablement libre, libre de se laisser voguer dans l'air et de laisser son corps fendre l'agréable zéphyr. Elle se laissa planer quelques instants, ferma les yeux, et fondit en piquée. Elle se laissa chuter, pour éprouver cette sensation d'adrénaline couler en elle. Du bout de sa trompe jusqu'à la pointe de ses ailes.

Lorsqu'elle rouvrit les yeux, elle était toujours vivante. Plus que jamais. Elle continuait de voler. Alors qu'elle pensait avoir parcouru plusieurs kilomètres, elle remonta pour chercher la grotte. Son champ de vision réduit, et les images entrecoupées l'empêchèrent tout d'abord de se repérer. Puis, elle l'aperçut enfin. Elle n'était pas si loin, à vol de chouette. Cependant, Lilou commençait à prendre froid. Elle se souvint soudain des manuels qu'elle avait lu sur les papillons : elle était un animal à sang froid. Il lui fallait absorber du soleil et de la chaleur, et vite ! Elle se hâta donc de retourner dans la grotte, et fonça sur Evan. Malencontreusement, elle amorça sa chute en même temps que sa métamorphose. Elle se sentit happée par son imaginaire, et se revit une fois encore face au miroir. Le verre se planta, les larmes coulèrent, puis gelèrent, formant un cocon de Glace tout autour d'elle à l'intérieur duquel, elle reprenait forme humaine.

Lorsqu'elle rouvrit les yeux, elle et Evan était à terre.

"Excuse-moi. Je crois que je ne me maîtrise pas encore..."

Elle se retint de lui faire remarquer qu'elle venait littéralement de lui tomber dessus.

"#Curo !" Prononça-t-elle en attrapant la baguette dissimulée dans l'un de ses bas.

Lilou avait toujours maîtrisé les sorts de soin avec une grande adresse : il fallait dire qu'avec son passif, elle l'avait exercé plus d'une fois.

"Tu viens ?" Demanda-t-elle à Evan en lui tendant la main pour l'aider à se relever. "Allons fêter ça !"

Elle attrapa sa main, et il la retint prisonnière de la sienne.

Au dehors, sous la voûte céleste étoilé,
le silence comme un éclat solitaire
luisait au ciel comme sur terre,
Et dans la fraîcheur de cette nuit sans pareil,
leur passion les chauffait tel un soleil.

Fin du RP Wink
Revenir en haut Aller en bas
Mangemort 39
avatar
Mangemort à la retraite
Mangemort
à la retraite
Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de Transplanage
Manumage (niveau 2)


Re: Combat dans la Grotte

Message par : Mangemort 39, Mar 21 Mar 2017 - 18:54


[PV Alexander Hurtson]

Il était tard. Il faisait nuit. Comme d’habitude, vous étiez en avance. Pré-au-Lard n’était pas bien loin, et vous préfériez de toute manière tâter le terrain. Eviter d’être surpris, tel était votre mot d’ordre. Un bon quart d’heure avant l’heure du rendez-vous, vous vous asseyiez sur une pierre, au sein même de la grotte. Pas de lumière. Vous n’en aviez pas besoin. Pas tout de suite. Même si ça vous faisait flipper.

Vous aviez beau pouvoir changer de visage à volonté, on ne vous refaisait pas. Vous étiez un trouillard de nature. Pour autant, vous tentiez de changer. Vous vous entraîniez. Baguette non sortie, vous vous concentriez pour occuper ces dernières minutes, et lancer un Lumos du bout de vos doigts. Difficile. L’éclat était léger. Presque impur. Il peinait à transpercer les ténèbres. Il sortait délicatement de votre main et vous n’osiez plus la bouger. Comme si un simple mouvement risquait d’éteindre cette fragile braise.

Elle s’éteignit de toute manière. C’était plus compliqué avec la lumière. Peut-être parce que vous vous sentiez oppressé par ce noir. Parce que vous paniquiez légèrement. Alors, vous vous forciez à souffler, à mettre de côté vos peurs. A vous dire que le noir ne représentait que la peur de l’inconnu. Et que vous ne pouviez avoir peur de l’inconnu, car l’inconnu, c’était vous.

Votre visage toujours changeant, vous y étiez habitué. Ce soir, vous aviez une fois de plus choisi de vous féminiser. Petite poitrine et cheveux courts, traits fins. Vous aimiez ressembler à une petite chose fragile. Vous en veniez même à réduire automatiquement la taille de ce qui trainait entre vos jambes. Vous vous sentiez à l’aise et commenciez à regretter de ne pas être né comme ça.

Petite brune aux yeux noirs et profonds, vous attendiez paisiblement. Vous pensiez peut-être pouvoir jouer de séduction sur le petit individu que vous aviez convoqué. Dont vous aviez remarqué les agissements dans la cabane hurlante, même si vous n’étiez pas censé vous y trouver. Vous aviez tout vu, tout entendu. Et lui, lui, oui, lui… Il méritait votre attention. C’est pourquoi, lorsque le bruit retentit à l’extérieur, vous lançâtes de nouveau votre Lumos pour éclairer faiblement votre visage.

- Viens

Vous ne saviez si vous parliez au vent ou à quelqu’un. Il vous suffisait d’attendre.
Revenir en haut Aller en bas
Alexander Hurtson
avatar
Préfet(e)/Poufsouffle
Préfet(e)/Poufsouffle
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de transplanage


Re: Combat dans la Grotte

Message par : Alexander Hurtson, Mar 21 Mar 2017 - 22:07


Avec les matricules 3 et 9

Tes mains abîmées après le passage d'un hibou un peu énervé te lancent encore un peu. Mais ce hibou inconnu n'était pas la chose la plus étrange de ces derniers jours. La chose qui t'avait surpris était ce qu'il tenait entre ses pattes. Un message, rédigé à la plume. Une plume toute aussi inconnue que le destinataire de cette mystérieuse missive. Dessus, il était écrit que tu avais été remarqué et que tes inclinations idéologiques intéressaient la personne t'ayant écrit.

Qui cela pouvait-il bien être? Un Mangemort? Ainsi, ils auraient décidés de te contacter? Ou alors est-ce un piège? Peu de personnes peuvent t'en vouloir à mort mais on ne sait jamais. Il y a toujours des barjes prêts à tout. D'ailleurs, parlons un peu de la capacité à être prêt à tout. Veux-tu vraiment assister à ce rendez-vous? Es-tu vraiment attiré par les idéaux de l'Ordre Noir ou bien es-tu plus aveuglé par la soif de pouvoir? A ta première rencontre, il est sûr et certain que c'était le cas. Maintenant, surtout après la prise d'otage dans cette cabane lors d'une soirée, tu doutes de plus en plus.

C'est vrai que la société est corrompue et qu'un petit coup de ménage ne ferait pas de mal. Il est vrai aussi que le secret magique est un carcan à la véritable puissance. Et puis d'un autre côté, tu te demandes quelles seront les conséquences pour la population non magique. Ton père étant un moldu, tu es un peu sensibilisé à son sort et à celui de sa communauté. Et lui est toujours là, l'ange démoniaque sempiternel qui te dictes de suivre la voie la plus ambitieuse, celle qui t'apportera le plus. Et donc celle qui te poussera à renier ta famille. C'est une crise idéologique qui te déchire. Des idées attirantes avec quelques points négatifs ou bien alors un renoncement total à tout ce que tu es et peut devenir. Tu espères que cette lettre vient bien de qui tu penses, afin de pouvoir affiner ton jugement une fois de plus.

C'est avec ces pensées que tu marches du bourg de Pré-au-Lard à la grotte où le rendez-vous a été donné. Tu arrives en vue de l'entrée quand le clocher de la ville sonne 20 heures. Tu ne pouvais pas décider d'être plus ponctuel que ceci. Un regard à droite et un autre à gauche t'indiquent qu'il n'y a personne dans le coin. Tu peux donc retirer ta cape d'invisibilité et la ranger dans le sac que tu as pris avec toi.

Tu respires un bon coup d'air pur et pénètres dans la pénombre de la caverne. C'est juste une pénombre car une silhouette est entrain de faire de la magie avec... sa main. Elle lance un appel dans le vide, sans que tu n'arrives à discerner si c'est pour toi ou pour elle. Tu t'approches et remarques qu'il s'agit d'une femme. Et d'une jolie femme de surcroît. Comme quoi, les Mangemorts ne sont pas tous des vieux croûtons perdus dans les idéaux d'autres époques. Car oui, il s'agit bien d'une Mangemort. La marque tatouée sur son avant-bras gauche laisse peu de doutes là-dessus.

Tu t'assoies sur le rocher face à elle et s'installe alors un silence gêné. Dois-tu entamer le dialogue? Et surtout, que dois-tu lui dire? Car c'est vrai que parler à une personne de cette stature et de cette position est très impressionnant. Et si elle s'énervait et te tuez? Combien de temps avant que quelqu'un ne trouve ton corps dans cette grotte? Il fallait donc être subtil et ne pas jouer à la tête brûlée. Cela t'avait déjà failli te coûter la vie sur un arbre dans un parc de Londres avec une autre masquée. Tu te racles la gorge et sors d'une voix mal assurée:

"Bonsoir. Merci de m'avoir proposé ce rendez-vous. C'est toujours un moment très marquant de se retrouver face à l'un d'entre vous."

Le peu de luminosité t'oppresse mais tu ne veux pas lancer de lumos pour ne pas paraître incommodant. Il ne faudrait pas qu'elle se sente agressée par un mouvement de baguette et la pénombre était sûrement quelque chose qu'elle souhaitait. C'était elle qui invitait et quand bien ce serait toi, c'est elle qui gère. Tu souhaites garder ta tête le plus longtemps possible.
Revenir en haut Aller en bas
Mangemort 39
avatar
Mangemort à la retraite
Mangemort
à la retraite
Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de Transplanage
Manumage (niveau 2)


Re: Combat dans la Grotte

Message par : Mangemort 39, Mar 21 Mar 2017 - 22:59


La silhouette se rapprocha mais vous n’y fîtes pas réellement attention. Votre attention, au contraire, se portait sur vos doigts. Vous tentiez de localiser d’où sortait la lumière. Comment elle venait. Et vous étiez tellement concentré sur cette recherche que la lumière faiblissait progressivement. Elle semblait se dérober à votre regard à mesure que vous la fixiez, et vous forciez un peu sur votre main. Vous concentriez votre énergie, votre flux magique, pour que la lumière soit plus forte.

Puis la silhouette, le jeune homme, commença à parler, et vous perdîtes toute concentration. Durant quelques secondes, la lumière s’éteignit, avant que, de votre baguette, vous lanciez un Lumos. Et la lumière fut.

Alors, vous offrîtes un sourire à ce charmant jeune homme avant de lui répondre d’un simple « Ah oui ? » et de croisez les jambes. Vous haussiez les sourcils. Puis votre regard dévia sur votre avant-bras découvert. Bien. Il savait à qui il avait affaire et n’était pas effrayé. C’était plutôt un bon début. Il fallait croire que les quelques mots raisonnables qu’il avait prononcés vous avaient bien aiguillés sur sa personnalité.

- Sais-tu qui je suis ?

Une simple question, adressée avec un sourire charmeur. Le Lumos ne permettait pas d’éclairer toute la caverne et cela vous convenait bien. Une grotte, un espace exigu et peu de lumières. Vous aimiez cette situation quelque peu malaisante pour un jeune garçon comme lui. Mais vous étiez ici pour le tester. Le pousser dans ses derniers retranchements. Connaître ses limites. Et peut-être les vôtres aussi.

En théorie il ne devait pas réellement vous connaître. Il ne pouvait pas avoir vu votre visage une fois précédente. Mais il pouvait donner des théories sur votre personne. Ou avoir entendu parler de votre matricule. Oh comme vous aimeriez qu’il en ait entendu parler. Qu’il soit en mesure de vous dire que vous étiez 39, facile de se souvenir cela commençait comme Triturer, et que vos collègues avaient déjà parlé de vous. A cette simple pensée, vos yeux noirs prirent une subite teinte dorée pus repassèrent naturellement à la couleur que vous leur aviez choisi pour la soirée. Autre question.

- Sais-tu surtout pourquoi tu m’intéresses ? Il pourrait se passer tout et n’importe quoi dans cette grotte…

Oh oui, surtout n’importe quoi, vous aimiez le n’importe quoi.
Revenir en haut Aller en bas
Alexander Hurtson
avatar
Préfet(e)/Poufsouffle
Préfet(e)/Poufsouffle
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de transplanage


Re: Combat dans la Grotte

Message par : Alexander Hurtson, Mer 29 Mar 2017 - 14:51


Elle ne prête pas attention à toi. Même pas un regard. Rien. Juste ses yeux concentrés sur sa main, contenant la lumière. Tu la regardes faire, te demandant quand est-ce qu'elle allait prendre conscience que tu étais là. Après tout, c'est elle qui t'avait invité. Tu n'avais pas envie d'être considéré comme un vulgaire pion que l'on peut balader. Tu veux pouvoir compter dans ce monde. Que ton nom soit inscrit quelque part et ne pas être considéré comme "l'homme qui a fait ça". Mais malheureusement, les Mangemorts ont un peu tendance à vous snober et à s'estimer aux autres sorciers. En même temps... Tu ne peux pas les en blâmer. Quand on possède autant de puissance, il faut s'en servir et en avoir conscience. Savoir que les autres n'y ont pas accès et que nous somme au dessus. Qui a dit que tu étais modeste?

La lumière s'éteint soudainement. Ta compagne de soirée vient de perdre sa concentration. Tes lèvres s'étirent en un sourire dans le noir. En espérant qu'elle ne puisse pas le voir. Mais cela prouve bien que tout le monde peut échouer. Belle leçon qu'elle vient de t'apporter involontairement. Même si elle est puissante, tout le monde a des faiblesses. Il s'agit juste de ne pas les laisser s'exprimer au mauvais moment. Elle agite sa baguette afin de lancer un lumos qui vous permet de nouveau de vous voir. "Sais-tu qui je suis ?"

Risque-t-elle de le prendre mal si tu lui dis que non? Tu ne l'as jamais rencontrée et puis elle est Mangemort, alors bien sur que tu ne connais pas son identité. Est-ce une question piège? Sa voix ne semble pas menaçante alors tu décides de répondre sincèrement:

" Vous êtes une Mangemort. Malheureusement je n'ai pas encore eu la chance ou la malchance de vous rencontrer. Quand à qui vous êtes en dehors de vos activités masquées, je dois vous avouer que je m'en fiche. Je parle actuellement avec la personne tatouée et c'est elle qui m'a convoqué. Néanmoins j'aimerai savoir comment on vous nomme chez les Mangemorts, afin que je puisse savoir à qui j'ai fait affaire.

Comme ça c'est clair, tu as décidé de t'affirmer un peu face à elle. Histoire de lui prouver que tu as du caractère et que tu en vaux la peine. Après, il ne faut pas qu'elle frappe trop fort non plus car sinon ta carapace risque de se fissurer. Tu es déterminé mais pas non plus infaillible. Elle reprend la parole et te pose une nouvelle question. "Sais-tu surtout pourquoi tu m’intéresses ? Il pourrait se passer tout et n’importe quoi dans cette grotte…"

Tout et n'importe quoi... Ta carapace commence à s'effriter. Est-ce une menace dissimulée? Qui te demande de faire attention à ce que tu fais car tu pourrais très bien laisser ta vie dans cette grotte? Ou alors est-ce un message d'espoir qui te dit de ne pas t'inquiéter. Difficile à deviner. Pour en avoir le coeur net, tu lui rétorques:

"Vous avez dit que j'étais là pour discuter de mon avenir et de l'avenir du monde. Et..." Ta voix se brise dans un élan de peur incontrôlée. Tu te ressaisis avant de reprendre. "Et quand vous dites n'importe quoi, qu'est-ce que vous voulez dire? M'avez-vous amené ici pour me faire du mal?

Instinctivement, ta main se porte à Clochette dans ta poche. Même si tu n'as aucune chance d'en réchapper si un combat se déclare, tu ne te rendras pas sans combattre.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Combat dans la Grotte

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 6 sur 8

 Combat dans la Grotte

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Pré-au-Lard ~¤~ :: Rues de Pré-au-Lard-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.