AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Autres Lieux Magiques ~¤~ :: A l'étranger
Page 10 sur 11
Afrique - Région des grands lacs
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... , 9, 10, 11  Suivant
Heather Wells
Serpentard
Serpentard

Re: Afrique - Région des grands lacs

Message par : Heather Wells, Ven 20 Fév 2015 - 23:28


Head shot ! La garde chasse visait vraiment trop bien ! Déjà que l'éruptif avait pas l'air dans son assiette à cause du dernier sortilège qu'il s'était prit, l'aresto momentum de la jeune femme l'acheva en quelque sorte. En effet, désormais, il se déplaçait au ralentit. L'élève dont Heather ne connaissait pas le nom fit rapetisser la créature et l'Irlandaise put l'attraper.

- Dîtes les filles, vous êtes pas un peu imprudentes de chasser sans adulte, surtout une créature aussi dangereuse ? Venez je vous ramène au château pih on dépose la bébête au zoo juste avant.

Elle appela alors son elfe qui se matérialisa devant elles rapidement. La créature semblait inquiète, pensant sans doute sa maîtresse en danger mais se calma bien vite quand elle vit que la situation était en réalité sous contrôle.

- Quand vous êtes prêtes les filles, fit la garde chasse tandis que son elfe attrapa les mains de tout le monde.
Revenir en haut Aller en bas
Izsa Hilswood
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Afrique - Région des grands lacs

Message par : Izsa Hilswood, Sam 21 Fév 2015 - 0:44


Et voilà, l'Ensoporis était décidément une valeur sûre. Et en plus de cela, la silhouette qu'elles avaient aperçut tout à l'heure s'en était mêlée. Et c'était pas n'importe qui ! Heather Wells en personne, aka la Garde-Chasse au mucus de veracrasse. C'était  la fois une bonne et une mauvaise nouvelle.

Bonne parce que, même si elles s'en sortaient bien, les deux élèves ne seraient pas en mesure de s'occuper d'un Eruptif s'il se mettait brusquement à les charger. Mauvaise, parce que si elle se la jouait Proulx, la récompense allait leur filer sous le nez.

Inis réagit au quart de tour, ignorant sans aucun doute toutes les réflexions de sa camarade. Elle envoya un Reducto bien senti sur ce rhinocéros déjà bien affaiblit, et le réduit à l'état de peluche. Il aurait presque pu paraitre mignon comme cela. Presque.
Évidemment, Wells prit les devants. Si elle osait récupérer la poudre de la corne sans en leur passer une part....

- Dîtes les filles, vous êtes pas un peu imprudentes de chasser sans adulte, surtout une créature aussi dangereuse ? Venez je vous ramène au château pih on dépose la bébête au zoo juste avant.

Izsa haussa les épaules. Au moins, la garde chasse avait dit "on" ; elle ne leur volerait pas tout les lauriers, c'était une bonne nouvelle.

- Comme tu as pu le voir, on se débrouillait pas mal sans toi.

Le tutoiement était venu assez naturellement. La jeune femme n'était pas beaucoup plus vieille qu'elle, elles avaient même partager quelques années à Poudlard ensemble.
Un elfe apparu peu de temps après. A croire que tous les membres du personnel avaient leur serviteur personnel.

- Quand vous êtes prêtes les filles.

Finalement, l'incrustation d'Heather n'était pas si mauvaise que ça. Elle leur économiserait le Portoloin. Izsa se laissa faire, et l'elfe les ramena dans leur très cher Écosse, avec le froid, la pluie et le vent.

[Fin du RP]
Revenir en haut Aller en bas
Malena Kane
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de transplanage


Re: Afrique - Région des grands lacs

Message par : Malena Kane, Ven 25 Mar 2016 - 23:15


RP Malena - Crystal


Un début de nuit comme partout sur la Terre. À peine le soleil commençait-il à flirter avec l’horizon, qu’on caressait déjà le ciel de premiers coups de pinceaux avec de la peinture bleue-nuit. Un peu couleur rêve éveillé avec une odeur d’été et de corps découverts. Ce genre de couleur qui / Mal se demandait comment yel pourrait la confectionner et en abuser à chaque moment de la journée - même le jour. Un monde bleu-nuit éternel, ça manquait un peu de nuance ? - non, y avait une infinité de mouvements à déceler dans cette couleur, peut-être un peu d’inconstance alors, peut-être, mais ce soir-là, ouais pourquoi pas, cette perspective lui plaisait bien.

Puis. On s’était amusé-e à laisser, ici et là sur le ciel, un grain d’éclat séché pour sublimer le tout : une étoile. Deux étoiles. Trois étoi/ chat. Yel s’essayait à les attraper avec ses doigts avant d’abandonner d’une moue déçue et coquine : Avec toutes les échelles du monde, on restait toujours trop petit-e. À la limite, les effleurer, on pourrait peut-être qui sait, mais les attraper… faudrait des ailes de dragon ? Mal en avait l’âme, mais, lui manquait encore quelques trucs -dont les ailes, pour paraitre vrai dragon et aller chatouiller les étoiles avec sa langue râpeuse et sucrée : Mal avait une langue sucrée - parfois enflammée.

Peut-être qu’une étoile ce serait échouée dans le lac… Braver les hautes herbes comme s’il s’agissait de nuages. Et foncer. Foncer vers le lac qui avait prit les teintes du ciel. Ou peut-être que c’était LE ciel… on dit toujours que le monde tourne de travers, mais peut-être que c’est nous qui regardons à l’envers ? Ah, y avait bien une étoile, et même plusieurs qui avaient chaviré dans l’eau ! Une étoile. Deux étoiles. Trois étoi/ chat. Yel s’essayait à les attraper avec ses doigts, entra dans l’eau à force d’échec, excité-e comme un félin. C’était agréable : l’eau qui léchait la peau à travers les vêtements.

Tenter de les attraper. Encore. Et Encore. Mais avec moins de détermination. Juste pour le jeu. Pour le fun. Reflet qui vogue sur l’eau couleur bleue-nuit. Plonger son regard dans son regard. Se regarder. S’analyser. Se sourire. Traits incertains et sauvages qui échappent à toute forme de précision, de caractérisation. Étirement, fissures. Soudain. Un mouvement des lèvres. Les lèvres de son double dansant se mirent à bouger pour chuchoter qui es-tu Mal ?, murmurer qui es-tu Mal ?, demander qui es-tu Mal ?, crier QUI ES-TU MAL ? Des mots, une phrase, une question. Qui es-tu. Et en guise de réponse, un sourire, un p*tain de sourire délicieux amusé fuyant coquin compl / chat. Plonger ses pattes dans l’eau, brouiller les reflets et les étoiles, et rire, rire.

P*tain.
C’était bon. Un début de nuit comme partout sur la Terre.
Un début de nuit en Afrique.
Revenir en haut Aller en bas
Crystal M. Ertz
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de transplanage


Re: Afrique - Région des grands lacs

Message par : Crystal M. Ertz, Jeu 31 Mar 2016 - 22:14


PV- Malena Kane


Les plus belles expériences se font souvent à partir de pas grand chose. La frontière fine entre l'ordinaire et l'incroyable était difficilement palpable et il était sans doute inconscient d'essayer de la trouver. Il était préférable de se laisser porter par le Temps, par le cours des choses et d'en admirer la Beauté, comme on voit défiler le paysage du haut d'un Balai. Essayer de le modifier ne servirait qu'à nous faire tomber sans au final n'avoir rien changé. Même s'il était plaisant de parfois le penser, l'Homme n'avait aucun pouvoir réel. Y croire pouvait rassurer ou donner de l'importance. Accepter d'être un grain de poussière parmi d'autre était plus difficile, mais il était ensuite beaucoup plus facile de voler et voyager.

Ce furent les premières pensées de la jeune femme lorsqu'elle débarqua au soleil couchant sur le paysage africain. Face à la Nature, grande et majestueuse, elle se sentait toute petite et presque ridicule. C'est à peine si elle ne se sentait pas indigne d'être là, être faible et insignifiant qu'elle était. Les derniers rayons du soleil flamboyant lui permirent d'admirer pendant quelques minutes la splendeur des lieux. Un silence bienveillant l'entourait, et l'odeur des herbes hautes la détendirent complètement. Lorsque le jour s'éteignit enfin, l'Alchimiste s'assit sur le sol et ferma les yeux, dans un désir de capter l'instant. En Angleterre, la pollution, des pensées et des gens, l'étouffait sans cesse. La peur lui collait à la peau à chaque pas qu'elle franchissait dehors et sa fatigue allait en crescendo de semaines en semaines. Morte vivante? Si jeune, ç'aurait été dommage. La vie est injuste oui, mais elle l'est pour beaucoup de gens. Chacun doit faire face à ses propres démons et s'en débarrasser à sa manière. Sa manière à elle, c'était de fuir, l'espace d'une journée, d'une nuit. Décision lâche mais délicieuse, quelle importance?

L'endroit ne ressemblait à rien de ce qu'elle ne connaissait. C'était comme découvrir un autre univers, plus pur, non souillé par les âmes trop corrompues de la plupart des sorciers occidentaux. Le temps s'arrêtait, sa respiration se fit lente. Liberté. Espoir. Bonheur. Il serait difficile de partir. Puis, un éclat de rire. Il jaillit de nulle part. Avait-elle rit? Rouvrant les yeux, la sorcière resta fixe. Et là, encore, un rire. Et le son de l'eau perturbée dans sa quiétude. Quelqu'un était là, tout près. Ami ou Ennemi? Se redressant, la jeune femme porta sa main droite à sa ceinture, prête à saisir sa baguette en cas de danger. Mais dans un endroit pareil, et après avoir entendu ce rire, sa curiosité prenait le dessus. Lentement, elle se retourna et commença à avancer. Suivre ce bruit était facile. Affronter ce qu'elle allait trouver pourrait l'être moins. La lumière de Dame Lune donnait une toute autre dimension à l'environnement autour d'elle. C'est avec délice que la jeune brune redécouvrait la scène sous cet angle nouveau, tout en ayant cette fois un objectif en tête.

Après un temps indéterminé, elle finit par découvrir la forme d'un lac qui semblait s'étendre à l'infini devant elle. Il était entouré d'herbes hautes protectrices, qui ajoutait un relief étonnant et fascinant. Si elle avait été peintre, ç'aurait sans nul doute été sa plus belle toile. Et au milieu de tout cela se dressait une silhouette, qui tel un chat semblait perdu dans un jeu impossible et irrésistible d'atteindre les étoiles. Situation unique. Que faire? Son cœur lui dicta la réponse et ses jambes prirent le relais, avant même que la réponse n'atteigne sa conscience. Le danger n'existait pas ici ou du moins, pas maintenant. Elle s'avançait dans les herbes, celles-ci caressant sa jambe comme pour confirmer sa pensée. Arrivée au début du lac, le mouvement cessa. La drôle de silhouette, féline adulte et enfantine, ne semblait pas avoir remarqué qu'on l'épiait. Et pourtant. Crystal ne pouvait détacher son regard. C'était beau à voir, comme une poésie qu'on aurait étalée sur une toile avec les couleurs profondes de la nuit.

- A trop vouloir toucher les étoiles, on finit par se noyer.

Elle avait lâché avec une voix douce et presque sans volume, comme un souffle de vent. Les mots étaient sortis sans qu'elle n'y réfléchisse vraiment. Alors qu'elle même n'y croyait pas au fond. A voir la silhouette jouer ainsi, l'Alchimiste se dit qu'il était possible d'atteindre les étoiles. Toucher l'Idée était parfois plus beau que de toucher la Chose. Tout dépendait de ce que la Personne décidait d'en faire.

Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Malena Kane
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de transplanage


Re: Afrique - Région des grands lacs

Message par : Malena Kane, Mer 27 Avr 2016 - 1:16


On jouait une symphonie d’odeur : silence, poussière de sable, étoiles, humidité, marques de bêtes qui se battent pour la domination d’un territoire, essence, parfum végétal, sang, transpiration, mégot de cigarette, vent frais…

Voilà à quoi se résumait, en partie ce soir-là, la région des grands lacs d’Afrique. Toujours à à bassiner dans les eaux, Mal humait la musique odorante qui se promenait ici et là, avec attention et curiosité. Tout cela réveillait des envies animales / griffer, filou, une étoile qui s’approchait trop / tandis que s’imposait doucement, comme une pétale de fleur qui se pose sur l’eau, une sensation simple de liberté.

Un moment lucide qui échappe à la raison.
C’est ça, d’Être ? Juste ça ? Cela y ressemblait.
Cette sensation de pleine existence, Léna l’avait déjà ressentie au cimetière avec Liz, dans une ruelle abandonnée avec une inconnue, devant un magasin moldu, ou encore dans un rêve (?) en pleine fusion DragonPlanétaire. Autant de moment où la vie avait été là, elle avait vibré partout, dans chaque cellule.
Cette fois, c’était différent.
Moins incendie. Juste des flammes qui réchauffent.

Moment de transition où l’être humain commence à ne faire qu’un avec la Nature. Appel des Terres. Du 1er monde. La musique continuait, berçait son enfant qui recommence à naître. Phénix.

- A trop vouloir toucher les étoiles, on finit par se noyer.
Les mots étaient venus par l’arrière.
Sourire. À trop vouloir toucher les étoiles, on finit par se noyer. À retourner cette phrase à l’intérieur de sa bouche, Mal en percevait l’idée vertigineuse, un fil qui reliait deux points à extrême distance. À trop vouloir toucher les étoiles, on finit par se noyer.
Mal était charmé-e.
Yel, ses sens ouverts, avait capté les pas de celle qui avait lâché voyelles et consonnes -Tac tac sur l’air - mais ne s’était pas retourné-e. Yel se sentait en… sécurité ? Oui, en sécurité. Rien ne pouvait lui arriver, yel en était convaincu-e.
Étrange sensation.

Douce voix, souffle qu’habitait cette ombre sur ombre, fine silhouette dansante immobile en suivant la cadence des hautes herbes poussées par la respiration de la Terre. Malgré la lune, lo mi-sauvage mi-humain, ne parvenait pas à voir correctement son visage. Lui vint alors à l’esprit qu’il s’agissait peut-être d’un… esprit. L’esprit du lac ?
T’être que c’est ces étoiles?, et qu’elle veut les garder pour elle ?
- Pourquoi se priver quand les étoiles sont à portée de main ? Regarder les étoiles. Les effleurer. Ça ne te dit pas de venir discuter ici ? On a les idées plus éclairées. Mais ça, tu le sais déjà, esprit du lac.
Revenir en haut Aller en bas
Crystal M. Ertz
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de transplanage


Re: Afrique - Région des grands lacs

Message par : Crystal M. Ertz, Lun 2 Mai 2016 - 17:28



L'instant était unique, magnifique. C'était comme observer avec ferveur une peinture qui semblait avoir milles choses à offrir. L'œil était trop faible et le cerveau trop lent pour tout enregistrer, pour tout analyser. Prise dans un tel moment, Crystal se sentait privilégiée, intimidée et étrangement sereine. Les bruits de sa respiration, de l'eau qui clapotait sous les mouvements de l'inconnu(e), de l'herbe qui pliait et du vent qui chantait faiblement semblaient caresser ses oreilles et l'invitait à entrer dans l'eau. Les odeurs auxquelles l'Alchimiste ne s'habituaient pas tant elles étaient riches lui donnaient envie de rester ici pour toujours.

Elle était là, elle aussi. Cette silhouette qui troublait le paysage. Intruse ou Compagnon? La brunette se mordit la lèvre, plus curieuse qu'apeurée. La conversation, c'est elle qui l'avait ouverte. C'était tout elle, d'ouvrir la bouche sans réfléchir. Un jour certain, ça la tuera. Mais ce jour n'était pas aujourd'hui. Les étoiles étaient trop brillantes et l'air trop bon.

- Pourquoi se priver quand les étoiles sont à portée de main ? Ça ne te dit pas de venir discuter ici ? On a les idées plus éclairées.

Elle était donc réelle. Elle avait parlé. Mais la voix, si mystérieuse et envoutante, ne semblait pas humaine. Jamais elle n'avait entendu une telle tonalité. Peut-être était l'endroit qui jouait avec sa tête, ou peut être  pas. Quoi qu'il en soit, Crystal se retrouvait dans l'obligation de répondre ou d'agir. Comment pourrait-elle faire demi tour face à cette force étrange que dégageait la silhouette dans le lac? Laissant son instinct premier la guider, la jeune femme s'avança dans l'eau. Elle entrait dans une autre dimension. Elle avait les pieds, puis les genoux, le torse et bientôt la poitrine entourée par la force et l'infatigable élément.

Sa respiration se fit plus saccadée. Légère panique. Fort malvenue dans cette si jolie toile. La silhouette était fort proche. Ce n'était pas elle qui la terrifiait. C'était l'eau. Oppressante. Envahissante. Etouffante. Elle avait peur. Son expérience avec cet élément était quasi-nul. Jamais elle n'aurait pensé en avoir peur. Jamais. Pourquoi alors? Sa voix resta bloquée. Sortir. Qu'on arrête que la serrer ainsi. Air, où étais tu? Elle fit un pas pour faire demi-tour. Mais plouf. La voilà entièrement dans l'eau. Le faux-pas. La tête sous l'eau. Angoisse. Elle avait pied, mais ne les sentait plus tant la panique l'envahissait. Et toi silhouette, comment réagirais tu?




Dernière édition par Crystal M. Ertz le Dim 5 Juin 2016 - 21:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Malena Kane
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de transplanage


Re: Afrique - Région des grands lacs

Message par : Malena Kane, Dim 5 Juin 2016 - 2:59


Temps de cathedral.
Le temps suspendu, celui qu’on ne voit ni passer,
ni défiler.
Le temps s’est arrêté au feu rouge pour se laisser filer à la perpendiculaire.
Le temps qui regarde le temps c’est du temps qui prend son temps et qui cesse d’exister.

Les lieux avaient repoussé le temps hors de ses frontières
pour laisser la rencontre, entre un toi qui se prend pour un chat
et une être que tu prends pour l’esprit du lac, se faire.
Se faire doucement, simplement,
comme une bobine de laine qu’on déroule.

Même si ça te démange, tu as arrêté de chasser les étoiles car elle avance.
Vers toi, l’esprit du lac avance.
Tu baignes toujours dans l’eau et dans ton état heureux et elle avance encore,
un peu plus, et finit par se confondre avec ce ciel tombé
d’en haut.

Elle glisse comme une vague à la surface de l’eau et, avec ses bras continue d’avancer et
d’élargir ton sourire.

Je suis venu-e de la vallée et toi de la mer,
tu as l’odeur du sable…


Et avant même que tu puisses la toucher,
se retourne, fuit, tombe tête première dans l’eau.
Là, sans te poser de questions, tu lui sautes dessus.
C’était pour jouer nah ?

Attrape esprit du lac.
Qui réagit pas.
Attrape esprit du lac.
Qui ne réagit toujours pas.
Touche esprit du lac avec la paume de la main…

Et la ramener hors de l’eau.
« Bah, je t’ai touché-e… t’as pas senti…? C'est toi qui doit m'attraper mainte... »
Oh. Mais.
Tu viens de remarquer.
Tu la touches.
Tu touches l’esprit du lac. C’est dingue.
« Je pensais pas qu’on pouvait toucher un esprit du lac… whooooo »
Revenir en haut Aller en bas
Crystal M. Ertz
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de transplanage


Re: Afrique - Région des grands lacs

Message par : Crystal M. Ertz, Sam 11 Juin 2016 - 18:15




Être engloutie toute entière, avalée par quelque chose de plus fort que soi et ne rien pouvoir faire. Pourquoi lui avait-on menti ? Tout être humain normal se devait, pour survivre dans ce monde ardu, d'avoir des réflexes de survie, des montées d'adrénalines, ça faisait partie du matériel de base de l'humanoïde fonctionnel, non? Alors, pourquoi chez elle, il n'y avait rien? Le vide, l'absence totale de réaction. Ce n'était pourtant pas comme si elle avait accepté de se laisser emporter loin de cette vie si étrange. Elle savait qu'elle voulait vivre et sentait qu'elle crevait de peur de mourir. La solution n'était pas belle à regarder, si bien que la jeune femme refusait de la voir en face. Elle était simplement terrifiée pour se battre, encore une fois. Sa rencontre avec les mangemorts devait avoir laissé une trace profonde, plus marquante qu'elle ne l'aurait cru. Cette sensation d'impuissance, de fatalisme qu'elle avait ressentie cette nuit-là ne s'effacerait pas si facilement. Il était si facile de nier ce qui était arrivé, en se disant que pire était arrivé à d'autre, qu'il y avait tellement de personnes qui souffraient plus qu'elle en ce jour.

Toujours plongée dans l'eau, bloquée par une panique disproportionnée, l'Apprentie Alchimiste prit conscience qu'elle avait un problème. Comme l'eau qui était en train de la serrer, les événements du monde magique l'étouffaient à petit feu. Combien de temps pourrait-elle tenir? Que devait-elle faire pour survivre à ça? Et soudainement, une main la fit remonter à la surface. Air bienvenu. Crystal toussa, plusieurs fois, le regard un peu fou et perdu. Elle se sentait vivante, et tremblante. Il fallait remercier l'inconnu(e) qui venait de la sortir de ce tête-à-tête inattendu.

- Bah, je t’ai touché-e… t’as pas senti…? C'est toi qui doit m'attraper mainte...

Il a commencé avant que tu ne puisses dire un mot. Mais était-ce il ou elle? Des cheveux sombres et mouillés, une peau pâle, des yeux qui brillaient comme animés des étoiles nouvellement capturée, une silhouette grande et fine. Crystal n'avait jamais rencontré de personnage aussi curieux que celui-là. Un personnage qui marchait sur les normes et les déformait avec grâce et fluidité. Bien que le cadre était enchanteur, la jeune femme était persuadée qu'elle était réellement tombée sur quelqu'un d'exceptionnel, et de très troublant. Elle était toujours confuse par les pensées qui étaient remontées à la surface lorsque son corps était lui au fond, si bien qu'elle se contentait de fixer bêtement la personne qui l'avait si joliment sauvée.

- Je pensais pas qu’on pouvait toucher un esprit du lac… whooooo

Si avant, elle s'était sentie confuse, ce n'était rien par rapport à maintenant. Esprit du lac? Elle écarta fébrilement les mèches de cheveux humides qui obstruaient son champ de vision et par réflexe, posa sa main sur sa cuisse, à l'endroit où reposait sa baguette, on était jamais trop prudent. Le personnage ne semblait pourtant pas agressif, plutôt...joueur. Mais quelle genre de personne avait l'idée de venir se perdre au beau milieu de l'Afrique pour jouer avec les étoiles (à part elle) ? Elle fit un pas prudent sur le côté, puis deux, histoire de s'écarter un peu et avoir une marge de manœuvre.

- Heu, ouai. Tu m'as touchée une fois, mais ça ne se reproduira pas.

Elle garderait les remerciements pour plus tard, une fois qu'elle aura comprit la situation dans laquelle elle avait mis les pieds.


Dernière édition par Crystal M. Ertz le Lun 29 Aoû 2016 - 15:50, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Malena Kane
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de transplanage


Re: Afrique - Région des grands lacs

Message par : Malena Kane, Sam 13 Aoû 2016 - 4:15


Un lac, son Esprit, un Coeur d’enfant.
Pour Mal, rien ne semblait plus beau qu’aujourd’hui. La nuit tombait encore, encore, elle tombait comme un rideau de plume, éventrée par des millions d’étoiles. L’instant présent avait une couleur d’été de printemps venue du fond d’la nuit Africaine, et il y avait cette clameur chuchotée qui étourdissait les muscles et la tête. La pensée à cette heure était invisible des radars satellitaires, on se laissait seulement porter par les sensations.

«  - Heu, ouais. Tu m'as touchée une fois, mais ça ne se reproduira pas. »

Mise en garde ? Un sourire malicieux s’étendit sur les lèvres du petit Dragon. Un défi, voilà comment yel le prenait, le comprenait. L’Esprit du Lac l’invitait à réessayer. Cette fois-ci, elle ne s’y ferait pas prendre. C’est ce qu'elle semblait dire, à demi-mots. « - Eh bien, nous verrons bien… », lançait-yel, la surface du lac déjà troublée par le déplacement du Chat.

Quelques centimètres parcourus, les yeux de Mal se plantaient dans ceux de l’Esprit du Lac. Yel y cherchait cette lueur malicieuse… cachée par les ombres de la méfiance. Le doute lo prit, durant une ou deux secondes. Mal détendit alors ses muscles, se déshabilla de sa posture de chasseur. Yel se laissa porter par les ondes aquatiques, à fleur d’éveil, à la limite du rêve tant ce moment paraissait si simple, merveilleux.

« - De quoi as-tu peur, Esprit du Lac ? »
Revenir en haut Aller en bas
Crystal M. Ertz
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de transplanage


Re: Afrique - Région des grands lacs

Message par : Crystal M. Ertz, Lun 29 Aoû 2016 - 15:50



L'étrangeté de la situation eu l'étrange bénéfice de calmer la panique qui avait bloqué ses muscles et ses pensées. L'ondulation légère de l'eau qui se cassait sur elle agissait comme une berceuse que sa mère aurait pu lui chanter. Sauf qu'elle ne serait jamais assez à l'aise ici pour se permettre de s'endormir. Les étoiles qui se reflétaient sur la surface lui criaient de profiter du moment et d'arrêter d'être cette poupée de chiffon tremblante prête à partir en fumée à la moindre étincelle. Elle ne serait pas en Afrique tous les jours et les souvenirs qu'elle garderait de cette escapade, elle devait se les forger maintenant.

La silhouette s'était remise en mouvement, avançant vers elle avec lenteur et souplesse, un chasseur chassant sa proie. La sorcière eu énormément de mal à ne pas sortir sa baguette mais le cadre idyllique de cet endroit l'aida à calmer ses réflexes et sa peur. Puis tout à coup, l'ombre chasseresse s'arrêta net avant même d'avoir essayé d'attaquer.

- De quoi as-tu peur, Esprit du Lac ?

La phrase résonnait. Esprit du Lac ou pas Esprit du Lac, la brunette ne s'était jamais sentie aussi concernée par une Question. De quoi avait elle peur? La réponse à cette question pouvait expliquer sa vie depuis sa naissance. Crystal avait pratiquement grandit dans la peur et l'isolement. Même si son sourire pouvait duper certaines personnes dont elle dans ses bons jours, elle ne pouvait pas prétendre que la peur n'était qu'un mot vide de sens pour elle.

- J'ai peur de tout. Crystal détourna la tête, la leva pour fixer les vraies étoiles, jalousement gardées loin de sa portée. J'ai peur du noir, du chaos, du désordre. J'ai peur de ce que je suis, de ce que je n'ai pas la force de devenir. J'ai peur du futur et de ce qui m'attends. J'ai peur du passé et des ombres qui peuvent en resurgir. J'ai peur de l'eau qui m'étouffe et du bonheur qui semble si temporaire.

Elle semblait ne parler à personne. Ces mots s'étaient accumulés dans sa tête depuis tellement longtemps qu'elle pensait qu'elle n'aurait jamais su les faire sortir. Et pourtant, les voilà qui surgissaient comme par magie. Ils flottaient dans l'air et la libéraient un peu. Une de ses chaînes venait de se briser. Comme portée par ce sentiment, la sorcière s'avança vers l'ombre divinement éclairée par les perles du ciel. Elle s'arrêta à quelques centimètres et approcha son visage près du sien, cherchant une connexion directe vers son âme.

- Aide moi à avoir moins peur.

Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Malena Kane
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de transplanage


Re: Afrique - Région des grands lacs

Message par : Malena Kane, Sam 10 Sep 2016 - 0:33


Pourquoi
y a-t-il de la lumière dans le guili-guili du soir
et pourquoi
il fait si noir partout dehors sauf ici, le lac ?


C’est drôle comme en quelques secondes, dans un regard, pouvait passer une saison entière d’émotions. Une vie entière, pratiquement. En quelques secondes seulement. Comme la douleur qui disparait du jour au lendemain, puis revient un autre jour sans avoir annoncer son retour, l’air est très agréable aujourd’hui, pensa  soudainement Mal d’une sensation à une autre. Mal, Mal qui, en jouant à chat avec Esprit du Lac, avait peut-être attrapé quelque chose de bien plus important.

- J’ai peur de tout. J'ai peur du noir, du chaos, du désordre, souffla-t-elle en priant la lumière des étoiles de la laisser entrer dans cette chambre magique. J'ai peur de ce que je suis, de ce que je n'ai pas la force de devenir. J'ai peur du futur et de ce qui m'attends. J'ai peur du passé et des ombres qui peuvent en resurgir. J'ai peur de l'eau qui m'étouffe et du bonheur qui semble si temporaire.

Mal ne bougeait pas, la vision parfois trouble. Le reflet de la lumière des étoiles n’apparaissait plus qu’une à la surface de l’eau, mais comme des dizaines et des dizaines de petites lucioles affolées, folles, amusées qui dansaient comme des bulles de champagne au grès du courant.

- Aide moi à avoir moins peur, chuchota Esprit du Lac à quelques centimètres de son visage. Elle était vraiment belle. À dire vrai, Mal le pensait depuis le début, mais comme un chat, n’y avait pas fait grande attention. Or, maintenant, elle resplendissait d’une telle lueur cristal, brute, et si fragile à la fois, que lo jeune Serdy reçut un coup brutal au coeur.

Est-ce que si on embrasse un Esprit du Lac
est-ce qu’il disparait ?

Pourquoi se poser la question. Le chat glissa une patte sur le bras d’Esprit du lac,  et sur les lèvres de celle-ci, y déposa les siennes une deux trois secondes avant de reculer, ravi-e de son audace.

« - Ferme les yeux, fais moi confiance ? »
Et Yel lui prit les deux mains, à la fois fermement et tendrement comme pour dire
« je suis là, je ne t’abandonne pas »
Petit à petit,
Yel s’enfonça dans le lac, le haut du corps, puis la tête.
Le menton, la bouche, le nez…

Pourquoi
y a-t-il de la lumière dans le guili-guili du soir
et pourquoi
il fait si noir partout dehors sauf ici, le lac ?
Revenir en haut Aller en bas
Crystal M. Ertz
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de transplanage


Re: Afrique - Région des grands lacs

Message par : Crystal M. Ertz, Sam 1 Oct 2016 - 16:12




Pourquoi l'Être humain avait-il été doté d'émotions? Ne serait-il pas beaucoup plus fonctionnel si tout un chacun vivait froidement et efficacement? La peur pouvait freiner une personne pendant des années, gaspillant ainsi un temps précieux que cette personne aurait pu passer à faire quelque chose de constructif pour la société. Les émotions étaient le grain de sable dans l'engrenage de la vie. Du temps perdu, de l'énergie gaspillée voilà tout ce que Crystal y voyait à cet instant précis, alors que ses mots flottaient encore dans l'air. Cela ne lui ressemblait pourtant pas, elle qui était d'ordinaire plus optimiste que la moyenne. Elle était en vrac. Peut-être était ce l'endroit qui la rendait comme ça, ou peut-être était l'Ombre qui la regardait maintenant de si près.

La main de l'Ombre la touche. Elle est réelle. Mais ce qui suit juste après ça semble être tout l'inverse. Un baiser. Furtif. L'espace de juste un instant, un pic de chaleur qui ne doit rien à l'atmosphère africaine. La jeune femme ne dit rien, elle ne sait pas quoi dire. Ce contact a réveillé des émotions biens plus chaleureuses que la peur et que le doute.

- Ferme les yeux, fais moi confiance ?

Elle voulait lui crier que non mais elle sentait le contraire. Était-il trop tard pour partir maintenant? S'échapper de ce rêve-cauchemar avant de découvrir quelle facette allait l'emporter à la fin? Vis Pourquoi? Vis Juste ça. Une impulsion d'une poussière de seconde lui suffit pour faire son choix. De toute manière, elle fuyait depuis trop longtemps et était fatiguée. Courir encore ne résoudrait rien. De plus, sa curiosité face à ce jeu de nuit lui suffirait.

Leurs deux mains se joignent, fermes et décidées tandis que leurs corps se laissent doucement attirer dans l'eau. Pourquoi l'Être humain avait-il été doté d'émotions? Elle entrevoyait une réponse. Pour vivre tout simplement. Une vie mécanique et sans remous ne valait pas la peine d'être vécue. Une personne n'en devenait une que lorsqu'elle apprend à aimer, à avoir peur, à être curieux. Son menton touche l'eau, Crystal ferme les yeux par réflexe. Ses mains serrèrent les mains de l'Ombre alors qu'elle continue sa descente. Une peur pouvait elle être bénéfique? Son coeur battait furieusement dans sa poitrine et ses pulsations semblaient se répandre dans l'eau. Entièrement immergée, elle est tentée de retourner vers le début du lac où la profondeur est moins profonde et moins terrifiante.

Enfin, elle se décide à ouvrir les yeux. Elle se sent sourire et observe les environs sombres. Rien ne semble vouloir l'attaquer par ici et pourtant, c'est un autre monde qu'elle aperçoit pour la première fois. Elle lâche ses mains et fait de petits mouvements, fascinées de voir la force de l'eau qui freine ses bras. L'air manquant, elle remonte à la surface et prend une grande goulée d'air frais. Sa peur s'est envolée et ses chaines se sont brisées. Elle attends que l'Autre remonte puis s'approche à nouveau, ses pieds toujours en mouvement pour ne pas couler, puis rapproche ses lèvres une seconde fois et l'embrasse quelques secondes.

- Merci.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Malena Kane
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de transplanage


Re: Afrique - Région des grands lacs

Message par : Malena Kane, Mer 18 Jan 2017 - 11:00


Là-bas en ville,
où l’amour est un chien de l’Enfer
ils sont tous soûls et paniqués
par cette morsure
qui arrache la peau de leur fleur
et ils se défoncent le crâne
pour s’empêcher de griller les feux rouges.


Ils s’enfonçaient doucement sous les profondeurs de l’eau. Malena sentait la peur vibrer chez l’Esprit du Lac qui se laissait néanmoins emmener. En fonction de la pression de ses mains, les émotions de la jeune femme abondaient jusqu’à yel avec une intensité variable. Mais toujours avec une sincérité, une brillance déroutante. Et, étrangement, le contact de l’eau sur la peau de Mal avait aussi changé.

Plonger dans l’eau ce n’est pas plonger dans le silence. C’est entrer dans un univers nouveau que l’on a parfaitement connu et que l’on a oublié. C’est retourné en arrière, vers le passé. C’est tordre le cou au temps qui passe, au temps, ce Roi intraitable, invincible, que rien n’arrête. En un instant, le Monde en son ensemble redevient un objet nouveau, un rêve physique, sensible. Un vertige sensoriel

comme ont pu l’être les collisions avec Comète
comme ont pu l’être ces lèvres mouillées sur ces lèvres mouillées,
un gigantesque vertige vers le néant,
(Aide moi à avoir moins peur), et voilà que c’est Malena
qui a peur maintenant,
la mécanique du Chat déréglée par la mécanique anarchique du cœur,
attrapé.e par un glissement de terrain,
aucune évasion à la réalité
– Merci,
qu’elle souffle
comme le vent souffle
et emporte tout.

Là-bas en ville,
où l’amour est un chien de l’Enfer
ils sont tous soûls et paniqués
par cette morsure
qui arrache la peau de leur fleur
et ils se défoncent le crâne
pour s’empêcher de griller les feux rouges.

Ici au cœur le lac d’Afrique,
l’amour est une étoile chaude qui sourit
et on lui rend son sourire
et on a peur
et il s’échappe comme des chevaux sauvages dans les plaines
du grand Ouest.


[Fin du RP]
Revenir en haut Aller en bas
Ariana Hastings
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Afrique - Région des grands lacs

Message par : Ariana Hastings, Dim 26 Mar 2017 - 23:54


[RP Unique qui se déroule plusieurs mois avant le grand retour d'Ariana en Angleterre, lors de sa vie en ermite au fin fond de l'Afrique.]


Ariana était morte, elle en était certaine, il ne pouvait pas en être autrement. Elle avait le souvenir très clair de s'être endormie, d'avoir plongé dans une stupeur sans fin, et de ne s'être réveillée que pour hanter le monde et ses habitants. Sa tête lui faisait mal, cognait fort, mais son corps semblait si léger, la sensation était presque agréable. Elle était allongée sur un matelas de fortune dans une cabane assez similaire à son propre refuge d'ermite. Pendant un instant, son esprit se détacha et alla rejoindre celui de Kira. Sa sœur, sa très chère sœur qui l'accueillit à bras ouverts. Mais seulement pendant un instant, parce que bien vite son esprit était de retour, la plongeant précipitamment sur la terre ferme. Elle était donc condamnée à errer sur Terre, c'était ça ? Peut-être une dernière action à accomplir, une histoire inachevée… Ariana ouvrit les yeux. Ils étaient clos jusqu'à présent ? Elle ne savait plus. Tout était flou, tout était vague, tout était gris. Elle se leva soudainement. Elle avait un but, une mission à terminer avant de pouvoir rejoindre Kira.

Il y avait deux autres matelas dans la cabane, l'un vide, l'autre occupé. Par une femme. Elle dormait. Ou peut-être était-elle morte elle aussi ? Les morts peuvent-ils voir les autres morts ? Et les vivants ? Est-ce que les vivants peuvent voir les morts ? Non, sûrement pas. Ariana était-elle… un fantôme ? Ou peut-être juste un esprit ? Elle repensa aux fantômes qui hantent les couloirs de Poudlard, leurs corps translucides se déplaçant à quelques centimètres au-dessus du sol. Ariana semblait pourtant tout en chair et en os, et elle ne flottait pas. Peut-être que les fantômes se sentent ainsi, humains. Elle avait entendu parler, lu une histoire sur un fantôme qui pensait toujours être vivant. Peut-être que la différence n'est pas si grande après tout…

La jeune fille jeta un coup d’œil autour d'elle. La porte. Elle voulait trouver la porte, sortir de cette cabane à la chaleur étouffante ! Les fantômes du château n'utilisent pas les portes. Non, ils passent à travers les murs. Ariana fit un pas en avant vers le mur le plus proche. Un mur de bois et de terre séchée. Première tentative. Elle posa sa main timidement sur la cloison. Elle pouvait toucher la matière, elle ne passait pas au travers. Peut-être avec plus de force. Elle recula un tout petit peu, pris de l'élan, et fonça, s’aplatissant tête la première contre le mur, et tombant en arrière. Elle s'était cognée violemment, elle le sentit, son crâne criant de douleur pendant les quelques secondes avant que tout ne devienne noir.

La nuit était déjà tombée quand Ariana se réveilla à nouveau. Elle ressentit immédiatement la grosse bosse sur son front, et la douleur lancinante à l'arrière de son crâne, mais le flou et la confusion du début de la journée avait disparu. Elle n'était pas morte. Elle se souvenait avoir rejoint ce village la veille. Elle avait lu l'histoire des sorcières africaines dans un de ses livres, et avait eu la brillante idée d'aller essayer d'en rencontrer une. La veille femme qu'elle avait trouvé était certainement plus chamane que sorcière dans le sens où les européens l'entendent, et elle avait fait boire une drôle de mixture à Ariana. Une mixture entre les potions magiques des sorciers et la drogue moldue. Un goût étrange, une sensation de flottement, et des hallucinations un peu trop réalistes.

Ariana soupira et frotta la bosse sur son front. Elle n'était peut-être pas réellement morte dans le sens où son corps était toujours sur Terre et très en forme – plus ou moins – mais elle n'était pas certaine d'être vraiment vivante…


EDIT: Je viens de remarquer, plusieurs semaines plus tard, que j'avais oublié tout un paragraphe de ce RP...
Revenir en haut Aller en bas
Damien J. Eales
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Afrique - Région des grands lacs

Message par : Damien J. Eales, Mar 18 Avr 2017 - 5:04


--------En quête de vérité (RP Flashback) - [PV avec  Ariana Hastings.]


Combien de temps s'était-il écoulé depuis que je m'étais lancé un pèlerinage à travers le monde, à la recherche de ma famille maternelle, les seules personnes qu'il me restait au monde à présent ? Bien trop longtemps et pour l'heure, je n'avais absolument rien trouver de concrets, seulement quelques petits indices qui m'envoyaient à chaque fois à l'autre côté du globe. A en croire que cela devenait une mauvaise blague, semblable à celle de ce jeu moldu, Mario, dans lequel le plombier n'avait de cesse de se voir répéter que sa princesse se trouvait dans un autre château.

Sauf que dans ce cas-là, il s'agissait de ma famille qui se trouvait dans une autre maison. Mais je ne baissais pas les bras après tout, je ne pouvais PAS baisser les bras. Que ferais-je de ma vie si je ne parvenait pas à les retrouver eux, que ma mère avait toujours bien prit soin d'éloigner de ses enfants. Et pour quelles raisons d'ailleurs ? J'avais pleinement confiance en ma mère et en ses actes, me doutant qu'elle agissait toujours dans notre intérêt, comparer à mon bon à rien de père, mais là... cela n'avait pas de sens. Mes grands-parents ne pouvaient pas être des personnes monstrueuses, car si tel était le cas, comment auraient-il pu mettre au monde un être aussi merveilleux que ma défunte mère ?


Mais je n'avais pas le temps de penser à ça, pas maintenant en tout cas, tant que je me trouvais dans ce foutu désert aride de l'Afrique qui commençait petit à petit à avoir raison de moi, pourtant simplement vêtu d'un pantalon court et d'un débardeur bleu clair. J'allais rapidement devoir trouver quelque chose, un lieu où m'abriter pour me reposer et peut-être trouver des personnes pouvant me donner un indice sur cet étrange signe que j'avais fini par trouver dans le dernier village que j'avais rencontré, il y a de cela... quelques jours ou semaines, je n'en savais rien, le temps me semblait être une notion si vaste en ce moment...

Tout ce que je savais, c'est qu'il était plus que temps que tout ceci se termine, que je finisse par toucher mon but du bout des doigts, mais par moment, j'avais la nette impression qu'ils voulaient simplement me tester, voir si je méritait de les rencontrer ce qui était absolument perché et irrationnel de ma part, car pourquoi agir de la sorte ? Quand bien même je n'avais de cesse de recevoir des "énigmes", comme justement cette chose ne ressemblant à rien de ce que j'avais pu voir durant ma courte vie.

Mais alors que je commençais à désespérer, sentant en plus de ça mes forces me quitter petit à petit, une forme commençait à se dessiner au loin. Intrigué, je fini par m'approcher de plus en plus, gardant néanmoins une main dans la poche contenant ma baguette au cas où je devrais faire usage de la magie, ce dont je doutait fortement, mais la prudence était toujours de mise, surtout dans ce genre de lieu où une erreur pouvait rapidement être fatale...

C'est donc dans cette configuration que je m'avance, commençant de plus en plus à distinguer cette forme qui me semble être une cabane... enfin ! Soit j'y trouverais quelqu'un, soit je pourrais m'y abriter dedans pendant un certain temps afin de me reposer pour partir de nuit. Dans tout les cas, j'étais gagnant. En peu de temps, je fini par arriver devant la porte de cet abri, prenant mes précautions en tapant délicatement dessus, prenant rapidement la parole.



D A M I E N ---E A L E S
Excuses-moi... pourrais-je vous poser quelques questions ? Je n'en ai pas pour longtemps et c'est assez important pour moi.


Loin de moi l'idée de raconter ma vie, d'autant plus que je parlais potentiellement dans le vide, mais je n'avais absolument pas envie de paraitre grossier ou même de donner l'impression d'être dangereux. Non, je voulais donner l'image de quelqu'un de bienveillant voulant juste parler de cet étrange symbole que j'avais fini par trouver, afin de savoir si cela pouvait me mener sur une piste pour ENFIN trouver ma famille.

DAMIEN J. EALES.--------


Revenir en haut Aller en bas
Ariana Hastings
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Afrique - Région des grands lacs

Message par : Ariana Hastings, Mar 2 Mai 2017 - 17:31


HRPG:
 


Ariana avait réussi à ne pas croiser une seule âme, à ne pas avoir un seul contact humain en deux semaines – son record personnel. Elle était allée au village pour quelques provisions seize jours auparavant et vivait depuis en réclusion totale. La dernière lettre de sa mère et Malia datait de presque un mois déjà, et elle ne pouvait se souvenir de la dernière fois où elle avait écrit à quelqu'un d'autre – ni Seth ni même un(e) ami(e) de Poudlard. C'était ce qu'elle voulait, être seule. Seule avec ses pensées, seule avec ses souvenirs, seule avec son deuil et sa tristesse. Kira était toujours avec elle. Pas physiquement ni littéralement bien sûr, mais elle était là, une espèce de présence mystique toujours aux côtés d'Ariana, lui tenant compagnie même dans sa plus grande solitude.

Elle s'était levée tard ce matin-là, avait pris le temps d'aller se baigner dans le petit lac à deux kilomètres de sa cabane. L'eau fraîche sur sa peau lui avait fait du bien, avait réveillé ses sens. Elle avait grandi avec la peau blanche des anglais qui voient à peine le soleil, mais avait désormais un bronzage presque permanent, et une peau plus brune qu'elle ne l'avait jamais vu sur elle-même. Elle se sentait belle dans cet endroit, belle et libre. Elle devenait femme.

En rentrant elle s'installa confortablement sur son lit (qui lui servait aussi de canapé, de sofa, de chaise, et de l'unique siège de sa cabane), le dos contre ses nombreux coussins colorés – coussins qu'elle avait cousu elle-même, il fallait bien s'occuper – et les fesses sur ses couvertures tout aussi colorées. Elle avait déjà lu tous ses anciens livres de Poudlard trois fois chacun mais, non seulement elle ne s'en lassait pas, elle n'avait également pas grand chose d'autre à lire. Elle attrapa donc Réussir ses sortilèges et sortit sa baguette afin de s'entraîner sur les sorts qu'elle maîtrisait le moins bien.

Plusieurs sortilèges d'apparition et sa cabane remplie d'objets inutiles plus tard, Ariana fut surprise par des coups donnés contre la porte, comme si… comme si quelqu'un venait frapper chez elle ? Quelqu'un avait trouvé sa cabane au milieu de nulle part et voulait… socialiser ? La jeune fille secoua la tête pour chasser cette idée, non elle avait mal entendu, la solitude commençait à lui monter au cerveau et elle avait des hallucinations.


« Excusez-moi... pourrais-je vous poser quelques questions ? Je n'en ai pas pour longtemps et c'est assez important pour moi. »

Cette fois, Ariana sursauta. Elle n'était pas folle, il y avait bien quelqu'un dehors. Elle dissimula en vitesse toute trace de magie et glissa sa baguette dans sa manche – juste au cas où – avant d'ouvrir la porte. Un homme était là, avec l'air fatigué de celui qui vient de faire plusieurs jours de voyage et a besoin de repos. Ariana le regarda de haut en bas, il y avait toujours une partie d'elle convaincue que tout cela n'était qu'une hallucination. Elle tendit une main hésitante, prête à toucher l'inconnu pour s'assurer de sa présence réelle, avant de se rétracter, ça aurait été juste bizarre de faire ça. Elle continua simplement de le fixer avant de se souvenir qu'elle aussi était douée de parole.

« Euh… Bonjour ? »
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Afrique - Région des grands lacs

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 10 sur 11

 Afrique - Région des grands lacs

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... , 9, 10, 11  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Autres Lieux Magiques ~¤~ :: A l'étranger-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.