AccueilPortailRechercherS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Les couloirs
Page 40 sur 42
Couloir du 2ème étage
Aller à la page : Précédent  1 ... 21 ... 39, 40, 41, 42  Suivant
Elhiya Ellis
PersonnelSte-Mangouste
Personnel
Ste-Mangouste

Couloir du 2ème étage - Page 40 Empty
Re: Couloir du 2ème étage
Elhiya Ellis, le  Sam 30 Déc 2017 - 18:15


Purr more whine less



Plus d'un mois et demi sans réponse on reprend
En cas de soucis MP
Pv Mered
LA accordé pour tout le rp
LA de Jace
Suite de

Bonnet à pompom vissé sur la tête, grimoire sous le bras, lunettes sur le nez,  sac sur le dos, je profitait d'un inter-cours pour rendre à la bibliothèque. Avec une semaine de retard sur la date de retour initial, j'avais même esquivé Jace qui me demandait qui m'avait offert mon nouveau couvre chef. Le bouquin avant les explications.

Surtout que venir lui dire que je m’étais réveillée le samedi de la semaine passée avec un mal de crâne affreux, la bouche pâteuse et toute habillée dans mon lit l'aurait tellement fait rire que j'en aurai eu pour un moment. Du coup, l'histoire du pompom découvert dans mon salon attendrait un peu.

D'ailleurs maintenant que j'y pensais, j'avais bien envoyé un hibou de remerciement à la prénommée Mered, mais je ne l'avais encore revue. Son prénom ainsi que le souvenir flou de son minois me disaient vaguement quelque chose mais je n'avais réussi à savoir quoi. J'aurai pu lui demander d’où je la connaissais, mais en fait c'était un simple détail sans importance. C’était pas comme si elle m'avait sauvé la vie et que je devais à tout pris lui vouer mon admiration éternelle. De toute façon, c’était une chose que je ne possédais pas.

En plus, ce qui m'avait étonnée dans l'histoire, c’était qu'elle m'avait répondu par la suite. M'informant que je pouvais être un danger pour les moldus mais que je devais faire attention à mes élans d'affection Un mélange de morale et de mise en garde tendre. Ça m'avait fait pas mal rire, mais je n'avais pas pris le temps de lui rétorquer que je n'avais guère besoin de nouveaux chaperon. Mes deux petits serpents préfères me suffisaient amplement.

Du coup, j'avais passé la semaine avec son chapeau de laine sur le haut de ma tête sans la chercher particulièrement. J'avais, vite fait, levé le nez sur les autres tables lors du repas dans la grande salle mais rien  de plus. De base, une rousse c’était visible. Mais j'en voyais aucune.

Résultat, aujourd'hui, ma seule et unique inquiétude était de rendre l'ouvrage que j'avais à peine fini de lire, et le plus rapidement possible histoire de profiter un peu de mon temps libre. J'en ferai certainement très mauvais usage, à glander sur mon lit ou les pieds dans l'herbe à  laisser divaguer mes pensées. Mais ce serait parfait.

Me faufilant entre les élèves, je grimpais les escalier deux à  deux pour me débarrasser de mon fardeau. J'avais du bousculer quelques personnes sans m'excuser mais ma course trouva sa fin au 2 ème étage du château face à un escalier qui n'était plus la.. exaspérée, je soupirais et attendais avec le petit groupe d’étudiants bloqué avec moi. Machinalement je jetais un coup d’œil à mes compagnons de fortune
Invité
Anonymous
Invité

Couloir du 2ème étage - Page 40 Empty
Re: Couloir du 2ème étage
Invité, le  Dim 31 Déc 2017 - 17:37

rp avec Elhi
suite d'ici

Atchoum ! Saleté de rhume ! Je me le coltinais depuis trois-quatre jour celui-là. Le contrecoup de l’abandon de mon couvre-chef douillet pour acheter la coopération d’une fille éméchée. Elle avait dû se sentir mal le lendemain de sa beuverie la blonde, une journée à se requinquer et elle était sur pied. Et moi, je reniflais sans arrêt avec mon nez de clown depuis cette escapade pour ses bêtises, la vie était vraiment trop injuste. Oui j’aurai pu aller à l’infirmerie pour me rétablir plus vite mais non, j’assumerai ma stupidité qui à passer une semaine avec la face comme une pivoine.

Déjà pas d’humeur à me laisser enquiquinée, croyez bien que fiévreuse, c’était pire au niveau de ma sensibilité. Un moindre grain de sable et c’était l’envolée de l’aigle dans les bronches ! Le pauvre Serpentard n’avait rien demandé à ma sortie de cours de potion. Certainement pas de se faire crier dessus mais bon il rigolait et je croyais qu’il se payait ma tête.  Mauvaise idée de chercher des noises en état de faiblesse, son aguamenti avait refroidi mes velléités d’en découdre. Je n’avais répliqué que par des éternuements m’attirant plus de raillerie de sa part. J’le retrouverai guérie pour mettre les points sur les i.

Fatiguée je suivis la foule de mes camarades de classe. Ils devaient bien savoir où se passerait la suite de la journée, mon cerveau l’ignorait. Enfin Il l’avait su mais l’avais oublié. Démarche de zombie, traits tirés par le manque de sommeil, je fis mon mouton de Panurge. Guidée par un radar défectueux, mes émeraudes fixèrent le sol et quand on ne regarde pas devant soi en marchant, on finit par rentrer dans quelque chose, quelqu’un en l’occurrence ici. Ils avaient quoi les gens à s’arrêter sur le chemin là ! Relevant la tête pour découvrir le.la coupable de ce carambolage, je découvris un bonnet connu. Mon vieil ami !

Il n’était pas seul, il était avec sa nouvelle propriétaire qui me faisait face d’un air étonné. La Mered classique se serait excuser pour ce contact inopiné, la malade n’en avait que faire et ne voyait en cette fille que le parfait bouc émissaire responsable de sa crève. Inversion des rôles Elhiya, à toi de me supporter désormais. Bon courage, la rousse mal foutue était moins commode qu’une personne saoule. T’allais t’en apercevoir à ton insu, je me souvenais de tous les détails de la soirée londonienne en plus. C’toi qui voulais des bisous et des câlins. Qu’il en soit ainsi boucle d’or. La malice au coin des lèvres, je lançai le jeu.

« Coucou chadon, combent bas-du debuis la derbière fois ? Boi j'ai chobé ube crèbe combe tu b... », peux le voir devais-je terminer néanmoins ça ne c’était pas déroulé de la sorte.

Mon pif avait un truc le dérangeant et choisit ce moment pour me faire éternuer. Résultat, des postillons sur le front de la belle. Là j’étais mal et j’étais rouge de chaleur et de honte. J’extirpai un mouchoir de ma poche et lui essuyai le haut de son crâne.

« Désolée Elhiya, je suis bas en forbe... Oh la bosse est bardie ! D'es blus jolie sobre. »

Avait-elle compris ne serait-ce qu’un mot de mon charabia ? Je lui aurai bien fait un truc sans parole comme une étreinte cependant j’étais pas certaine que ça soit le moment idéal. Après ça pouvait être un super remède aussi. A méditer…

Traduction:
 
Elhiya Ellis
Elhiya Ellis
PersonnelSte-Mangouste
Personnel
Ste-Mangouste
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Furet)


Couloir du 2ème étage - Page 40 Empty
Re: Couloir du 2ème étage
Elhiya Ellis, le  Ven 5 Jan 2018 - 15:44


Purr more whine less



Pv Mered
LA accordé à cette dernière pour tout le rp
Suite de


Les escaliers étaient d’une lenteur, plus ça allait plus il y’avait d’élèves entassés. Avec ce contre temps, la bibliothèque allait être fermée et je me prendrais encore un jour de pénalité sur mon rendu. Perspective peut enthousiasmante…. Un peu comme les mots qui m’étais actuellement adressé. Un chatdon c’était quoi ? Sourcils arqués, je me retournerais pour apercevoir une tête rousse en proie à un sacré rhume de toute évidence. J’avais pouffé. Désolée, c’était facile, comment une sorcière pouvait prendre froid quand on pouvait se jeter des calda en cas de besoin ? même pas le temps de lui demander qu’elle m’éternuait dessus. Charmant vraiment. Et son mouchoir là, elle empirait tout à me coller ses microbes par tout…

Je la chasssais elle et son mouchoir d’un mouvement de main, comme si ça avait été une mouche gênant et esquissais une moue réprobatrice

–Ahhh, arrête ça, laisse ton détritus de mouchoir dans ta poche, vaux mieux

Le revers de ma manche effaçait les traces qu’elle pouvait m’avoir laissée –voir étalées- avec son mouchoir et je faisais un petit effort de sociabilisation. Après tout, elle m’avait ramené chez moi, et m’avait confiée son bonnet, c’était surement pour ça qu’elle était malade. Une aiglonne a qui a froid aux neurones ça tombait forcement en rade. Je souriais doucement, retirant le couvre-chef de ma tête pour le lui callé sur le sien

– Garde partagée si tu veux, c’est pas moi qui en est le plus besoin en ce moment…

De un c’était un fait qu’elle ne pouvait nier, de deux, avec son uniforme je la reconnaissais enfin : c’était la fille du cours d’histoire de la magie qui s’enflammait pour rien et qui matait la prof. Du coup c’était encore plus bizarre qu’elle ait voulu joueur aux mamans l’autre nuit. Le regard espiègle je plantais mes yeux dans ses prunelles, reprenant plus amusée qu’autre chose.

– Je me disais bien que je t’avais vu quelque part. Ton nom me disait rien, mais là avec la tenue de Serdaigle… On a eu cours ensemble c’est ça ? T’es vachement plus agréable hors du château en fait. A quoi on doit ça ? Trêve chez les moldus ou truc du genre

Je me souvenais qu’elle faisait partie des gens qui voulait garder le Secret actif, qu’elle s’était enflammée, et que mon préfet avait sur enchéri derrière. Avec Galway ça s’était arrangé juste en restant sous des étoiles et en échangeant quelques mots, avec elle, je trouvais amusant qu’une simple soirée trop alcoolisée puisse la rendre plus docile. Mais après tout pourquoi pas… Fouillant dans mon sac, je lui tendais un paquet de mouchoir.

- On est bonne pour échanger les rôles je crois. Tiens prends ça. Tu veux un chocolat chaud pour te requinquer un peu. J’en connait un super qui te remettra vite sur pied. Bon il te fera vite dormir aussi mais ça fonctionne pas mal. Promis pas d’alcool de dedans

D’un clin d’œil amusé je lui donnais le paquet de mouchoirs en papiers qui ne vivraient pas plus de 10 minutes à ce rythme.
Invité
Anonymous
Invité

Couloir du 2ème étage - Page 40 Empty
Re: Couloir du 2ème étage
Invité, le  Lun 8 Jan 2018 - 18:07

LA mutuel à présent

hrpg:
 

Les bonnes intentions ne sont pas toujours récompensées. Voulant me rattraper de ma boulette, Elhiya me repoussa moi et mon détritus de mouchoir… Au moins le déchet n’était pas moi et j’avais gagné un sourire. J’avais surtout récupéré mon bonnet ! Mon précieux et adoré couvre-chef avait rejoint ma tête. Il m’apportait une douce chaleur et quelques cheveux blonds aussi. Va pour le partage la blonde mais garde ta tignasse. Ses cheveux me chatouillèrent le nez et hop nouvel éternuement et pluie de salive sur la belle.

« Vraiment désolée… Et merci pour le bonnet, c’est sans doute un peu tard vue mon état par contre. »

Oui la prévention c’est avant l’arrivée des ennuis et pas après mais l’intention était louable et malgré notre différend en Histoire de la Magie, je commençais à apprécier la Miss. D’ailleurs elle m’avait enfin reconnu. Elle devait se demander pourquoi j’avais agi si gentiment avec elle malgré nos divergences d’idées. Non pas de trêve chez les moldus, raté. On pouvait ne pas être d’accord sans se détester, il existait une marge quand même.

« Ouais c’est bien moi… Ben tu m’as pas laissé le choix, j’allais pas prendre le risque que tu dévoiles le secret magique. T’aurai pu sortir ta baguette et lancer un sort ou encore te faire chopper par les flics et leur tenir un discours sur notre monde. » voire les attaquer avec la magie ou autres joyeusetés peu louables imaginais-je à la va-vite. « Puis d’accord ou non, tu restes un être humain et non mon ennemie. », continuais-je souriante.

Peut-être pas mon amie non plus, fallait pas pousser. Disons que malade, j’étais prête à fermer les yeux sur un point de vue différent pour gagner un peu d’attention. La blonde était du genre jolie dans son uniforme vert et argent. Bien plus que dans sa tenue de dépravée sortant de soirée alcoolisée. Des mouchoirs c’était cool, un chocolat chaud encore mieux et en prime, je risquais de dormir. Par-fait !

« Je ne demande qu’à dormir. Avec cette crève, j’ai la tête comme une pastèque et je dors pas la nuit. Dis, tu viendras me border et me faire un bisou si je m’assoupis ? », terminais-je avec un rictus malicieux.

Malade mais pas stupide la Mered. Vous allez croire que je désirais profiter de la situation. Allons vous me connaissez assez pour savoir que c’était totalement mon genre. Oups ! Vous savez bien que je suis adorable et innocente.
Elhiya Ellis
Elhiya Ellis
PersonnelSte-Mangouste
Personnel
Ste-Mangouste
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Furet)


Couloir du 2ème étage - Page 40 Empty
Re: Couloir du 2ème étage
Elhiya Ellis, le  Mer 10 Jan 2018 - 21:51


Purr more whine less



Pv Mered
LA accordé à cette dernière pour tout le rp
Suite de

Ahhhh, mais ahhh fallait qu' elle arrête d'eternuer celle-ci, sauf si elle avait décidé de me filer une douche, mais vu son état, je préférais nettement passer mon tour. Voilà obligée de m'essuyer du revers de ma seconde manche. Elle allait finir par me contaminer en plus de m'obliger à décrypter ce qu' elle racontait..

Pas bien certaine d'avoir tout compris à ce qu'elle avait essayé de raconter. Un vague discours sur le secret, sur les flics, sur pas être son enemie, mais le sens de tout ça était très vague. Resultat: je souriais gentillement sans comprendre. Parfois valait mieux garder le silence non?

Quoi qu'elle perdait pas le Nord la rouquine là. Elle venait bien de parler de la border non? Je lui avais adressé un clin d'oeil amusé avant de reporter mon attention sur les escaliers.

-j'te dois bien ca après tout non? Un chocolat chaud puis au lit, bisou et dodo non?

Ca faisait très maman pour le coup et ça me faisait marrer. Par contre la rousse à bonnet pouvait quand même s'assoir sur le baby sitting vu qu' on était pas dans la même maison. Hors de question de troquer ma cravate verte pour l'image de la fille hautaine et superieurement intelligente. Le côté méprisant et suffisant je gerais, le reste je m en passais. Je ferai une très mauvaise fausse bleue de toute façon.

En tout cas, dans un premier temps j'avais le microbe sur pattes à réchauffer. Un #calda sur son nez rougit, j'espérais qu'elle m'arroserait pas une nouvelle fois. Je lui attrapais le bras et l'embarquais avec moi pour qu' elle descende.

-Avant que tu contamines tout le monde, direction les cuisines. J'vais te faire la boisson de ma mère tu dormira comme un bébé. Et si t'es sage, j'te ramènerai à ton dortoir avec en prime un câlin . Maiiiis que si t es sage!"

À ouai. Jouer les nounous j'aimais bien, faudrait que je creuse un peu plus dans cette direction peut être... Pour le moment direction au rez de chaussé
Invité
Anonymous
Invité

Couloir du 2ème étage - Page 40 Empty
Re: Couloir du 2ème étage
Invité, le  Ven 12 Jan 2018 - 1:43

J’en savais rien moi si elle m’était redevable la Miss, chacun possédait ses critères là-dessus. Pour un parchemin dépanné certaines personnes vous offraient leur reconnaissance éternelle et pour une vie sauvée vous ne pouviez avoir qu’un simple merci. Et puis qu’elle importance ? Dans mon état plus que déplorable, j’étais prête à accepter une attention de quiconque tant que ce n’était ni un homme ni la vipère, plutôt crever dans d’atroces éternuements que cela. Elhiya ne rentrer pas dans ces critères rédhibitoires, à mon grand bonheur.

Un sort pour me réchauffer à défauts de ses bras, dommage. Pas très intelligent… Ma tête de pivoine n’était pas assez claire pour lui indiquer que j’avais de la fièvre ? J’étais déjà en chaleur, et vous faite pas d’idée bandes d’esprits mal placés, et la blonde raugmenta ma température corporelle. Atchoum ! Ça avait pas marché son truc, j’espérais que son remède de sa mère serait plus efficace. La pauvre, je lui crachais dessus bien que j’appréciais ses gestes.

« Gros dodo même. Emmène-moi où tu veux et sache que je suis toujours sage, très sage même. »

Elle n’avait encore du comprendre qu’un mot sur trois mais mon large sourire parlait pour moi. Sage voulait dire câlin, très sage signifiait gros câlin non ? Ma logique était parfaite. Mon dortoir, son dortoir, ses bras, ses genoux, elle choisissait. En vérité vous connaissiez bien mon côté dévergondé mais pas ma camarade. Tombera-t-elle dans le piège de l’aigle ? On verra bien. D’abord la cuisine qu’elle avait dit le chaton. Elle m’attrapa le bras pour me guider, rapidement ce fut mes doigts qui se lièrent aux siens. Douce tiédeur qu’elle dégageait, ma guérison était en marche.

Descendre les escaliers en étant si faible c’était dangereux. Ma main de libre aurait dû s’appuyer contre le mur pour trouver un équilibre, le pompon était bien plus attirant. En fait j’étais comme la verte, admirative de mon bonnet. Maman m’avait appris qu’on regardait devant soi en marchant. A quoi bon quand un avait mieux à faire et une distraction sur la tête ? Peut-être que ça aurait pu éviter la suite si je l’avais écouté.

Mes pieds ratèrent un échelon, entrainant ma chute la tête la première. Réflexe de survie, je lâchai la belle et mis mes bras en avant pour me protéger. Par chance, nous étions quasiment arrivées au rez-de-chaussée m’empêchant un mémorable gadin. Par contre, mon front heurta le sol malgré tout et mon ex couvre-chef gisait tel un cadavre à mes côtés. Allongée par terre, j’avais un mal de crâne supplémentaire à présent, merci petite bosse. Elhiya s’accroupit et me regarda comme si un drame venait de se produire.

« Si tu te demandes, oui ça fait mal. J’pense pouvoir me relever et poursuivre notre chemin mais seulement si tu me fais un bisou magique sur ma blessure ! Sinon tu vas devoir aller chercher l’infirmière. Tu vas pas me laisser toute seule hein ? »

Sourire ravageur voire coquin. Je vous jure, pas sortable, j’étais incroyable. Pourtant je savais que les Serpentard n’étaient pas de bonnes amoureuses. A croire que je n’avais pas retenu les leçons du passé. Et dire que je voulais l'étriper pour son comportement en cours, les temps changeaient.
Elhiya Ellis
Elhiya Ellis
PersonnelSte-Mangouste
Personnel
Ste-Mangouste
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Furet)


Couloir du 2ème étage - Page 40 Empty
Re: Couloir du 2ème étage
Elhiya Ellis, le  Lun 15 Jan 2018 - 20:29



Purr more whine less



Pv Mered
LA accordé à cette dernière pour tout le rp
Suite de

Un nouvel éternuement.. la pauvre rouquine était franchement pas en état y'avait pas à dire... et surtout je comprenais à peine plus ce qu' elle me racontait. Il me semblait qu'elle avait dit que je devais être sage. D'u  n sourcil relevé je  gardais le silence, me demandant dans quel monde elle pensait que je pouvais vouloir être indisciplinée avec elle. Alors d'accord elle était jolie quand elle n'était pas malade, mais là c'etait quand même une limite que je me voyais mal franchir. Le rhume,  j'veux dire hein..

Enfin, comme elle me suivait en souriant, je me voyais mal lui poser des questions supplémentaires dont les réponses m'auraient semblé incompréhensible dans tous les cas. Nous descendions les escaliers à sa vitesse fiévreuse, son équilibre me semblait précaire, surtout qu' moment où elle avait décidé de prendre ma main au lieu de mon bras. Je ne fis pas la remarque. Si ca pouvait nous faire atteindre les cuisines plus rapidement ca m'arrageait. Elle me semblait bien malzfd, la pulpe de ses doigts me paraissaient gelés. Peut être juste une impression...

Quoi que non. Elle devait être vraiment en proie à une température élevée pour commencer à s'amuser de son pompom à son tour. L'image était mignonne et risible, mais le traversée des escaliers s'averait complexe si elle ne regardait pas où elle mettait ses pieds. J'allais la prévenir, quand dans un faux mouvement voilà que la belle aiglonne prenait son envol majestueusement vers le sol du rez-de-chaussé.

Réflexe primaire: rigoler sous cape. C'etait pas drôle, vu le bruit elle avait du se faire mal la pauvre. Mais je pouffais quand même. Navrée, qui ne le ferait en même temps? Je la rejoignais à toute hâte, on ne savait jamais, à finir la tête directement sur le carrelage, je pouvais être soupçonnée de tentative de meurtre. Bah quoi, j'suis une verte, et dans la tête des gens c'est forcément toujours notre faute. .

Du coup, accroupie à son niveau, je décallais doucement quelques mèches de cheveux flamboyantes et regardais l'étendu des dégâts. Un soupir de soulagement m'échappait: ce n'etait qu'une bosse.  Un sortilège de soulagement ferai l'affaire. D'un sourire à son attention, je sortais ma baguette pour m'occuper de ce petit bobo.

-Pas sure t'avoir tout compris.. En tout cas tu t'es pas loupée, c'est malin.. #curo as velnus .. voilà ca devrait aller mieux. Quoi que vu ce sourire malicieux ca me semblait aller pas trop mal

J'avais rit doucement et lui collait un bisou sur la joue. Elle avait bien réclamé ce genre de geste non? Ou alors j'avais franchement rien compris. En tout cas, de mes lèvres posées délicatement sur sa peau trop chaude, je ne pariais pas trop sur le temps d'éveil possible de la rouquine. La boisson lactee avec la recette de ma mère ne pourrait que lui faire du bien.

En me relevant, je verifiais la proximité de la cuisine et lui tendais la main pour l'aider à se relever

-Allez viens, on est pas loin. Je pense que t'es bonne pour une bonne nuit de sommeil après

D'un sourire encourageant, j'avais cette fois ci entremêlé mes doigts aux siens en rapportant son bras capturé près de moi. Au moins je lui éviterai peut être une autre chute. Poussant le ventail de la cuisine, je la lachais devant un des bancs faisant face à la lourde table de bois et lui souriais doucement.

-Soit sage, je m'occupe du reste

De toute façon, vu son état, je doutais qu'elle puisse faire grand chose . . De quelques coups de baguette j'amenais devant elle deux mugs vides, et du côté de la cuisinière je ramenais tout mon nécessaire (lait, crème chocolat en morceau, caramel). Ce truc était hypercalorifique, la quantité de sucre assumait rapidement, mais avec le repos et les câlins c'était ce que je connaissais de mieux pour la fièvre et le rhume. Une fois le tout bien mélangé je lui servais sa tasse, puis la mienne, rajoutais de la chantilly et lui tendais le tout avec un sourire.

-C'est très chaud, c'est fait exprès. Ca va te faire monter en température pour te faire suffisamment transpirer et te faire perdre quelques points de fièvre.

Voilà que je maternais une fille de mon âge... on aura tout vu..
Invité
Anonymous
Invité

Couloir du 2ème étage - Page 40 Empty
Re: Couloir du 2ème étage
Invité, le  Ven 19 Jan 2018 - 14:49

Maman bobo, aide-moi. T’étais pas Anna toi, t’étais une blonde ! T’étais qui au fait ? Ah oui Elhiya, le choc m’avait provoqué une mini amnésie passagère. Elle me lança un sortilège et je sentis la douleur s’atténuer, très pratique cette maman de rechange. En prime j’avais même eu droit à mon bisou ! Avec de la chance, je lui refilerai ma crève comme ça je m’occuperai d’elle plus tard. Ce petit jeu commençait à me plaire. Bien sûr que je te suivrai où tu voulais beauté, emmène-moi.

Elle m’aida à me relever. Ce fut pas une mince affaire de se hisser sur mes jambes courbaturées, c’était peut-être une grippe que j’avais attrapé finalement. Tremblotante, je m’agrippai à ma béquille de fortune. Non seulement pour ne plus tomber mais aussi pour chercher un peu de chaleur, j’avais froid désormais… Souvent femme varie hein, maudit état fiévreux ! La distance me séparant de la cuisine me parut être si longue que je m’endormis presque dans les bras de la belle. Mon fessier toucha un banc me sortant de mon assoupissement.

Assise j’observais la verte et argent s’agitait. Je savais pas ce qu’elle faisait néanmoins elle faisait trop de bruit ! Ca résonnait dans ma tête, les chocs des tasses entre elles puis sur le plan de travail. Cesse ça bordel ! Je plaçai mes mains sur mes oreilles puis mon menton sur la table. Mon regard avait changé, elle avait réveillé les tambours de mon crâne qui jouait une symphonie des plus désagréables. Fusillade.

« P*tain mais arrête ton boucan là ! Tu empires les choses ! T’étais pas censée me soigner… ? »

L’adorable jeune femme avait laissé place à un dragon s’égosillant. Assez peu commode de base, la maladie amplifiait mon sale caractère. Désolée  Elhiya, j’espére que tu comprendras que c’était pas contre toi et que j’appréciais grandement tes attentions. Ah les relations humaines… Tout ce ramdam terminé, un mug vint se poser devant moi. De quoi se faire pardonner ? Goûtons. Délicieux, excuses acceptées Miss. Un sourire de remerciement et une envie de pioncer soudaine.

« Ça fait du bien. Bon dodo maintenant. »

Voilà que je m’allongeai sur le banc. Peu confortable mais il avait la joie d’être à portée. Lieu inadapté pour du repos, brouhaha incessant et manque de rebords aussi. Dans un mouvement brusque je glissai et paf par terre ! Décidément dans la famille pas doué je voudrai la fille. Je me redressant comme je pouvais, mes émeraudes supplièrent ma camarade.

« Ça vaut pas un bon lit ou une banquette. Tu peux me ramener dans ma salle commune steuplait ? Seule, j’aurai pas la force de faire trois mètres… »




Elhiya Ellis
Elhiya Ellis
PersonnelSte-Mangouste
Personnel
Ste-Mangouste
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Furet)


Couloir du 2ème étage - Page 40 Empty
Re: Couloir du 2ème étage
Elhiya Ellis, le  Mar 23 Jan 2018 - 15:39


Purr more whine less



Pv Mered
LA accordé à cette dernière pour tout le rp
Suite de

Mais quelle mauvaise humeur que voilà. Hurler quand on avait mal à la tête ne faisait qu’empirer les choses, elle le savait la belle enrhumée ? Et puis, hausser la voix sur moi n’avait jamais eu vraiment d’impact, mon père avait dû trop s’égosiller en fait pour que ça puisse faire autre chose que me faire pouffer doucement de rire. Quelle vilaine patiente que voilà, et dire que j’étais toute sage et toute gentille, à peine moqueuse –enfin pas ouvertement-. Au moins la boisson était bien accueillie et ne tarderait pas à faire son effet.

Nouveau pouffement de rire en la voyant prendre le banc en bois pour un matelas, en plus d’un mal de crane, d’une fièvre carabinée, elle était bonne pour un sacré mal de dos si je la laissais là. Ou… un mal de fesse vu sa nouvelle chute... Une vrai plaie cette fille, comment elle avait pu rouler comme ça ? Les microbes c’était vraiment le mal incarné, limite pire qu’un maléfice si on regardait bien.. Mais toute sa lucidité ne l’avait pas encore échappé, le bon souvenir de quelque chose de moelleux arrivait à s’exprimer, rendant la supplique amusante. Qu’est ce qui m’empêchait de la laisser là, sur le carrelage de la cuisine au bon soin d’un elfe de maison ou d’un gourmand nocturne ? Qu’on ne vienne pas me parler de bonne Conscience, elle s’était fait la malle un mois avant Noel et je me sentais très bien sans pour tout dire.

Alors on allait dire que c’était le principe de « un prêté pour un rendu » qui me faisait me pencher à son niveau pour l’aider à se relever et qui la soutenait d’une main sur sa taille. Elle était bien capable de chuter une nouvelle fois si je ne serai pas encore de béquille, et pour le coup, je sentais les remontrances venir le lendemain matin.

-Allez, appuis toi sur moi, je vais te ramener, t’as intérêt à connaitre le mot de passe de ton stupide heurtoir, sinon je te traine jusqu’aux cachots, c’est plus prêt et nettement plus simple d’acces

Nous, on ne se la pétait pas avec une énigme qui te forçait à dormir dehors si t’étais complétement bourré ou à moitié mort. On avait un mur, qui se contentait de s’ouvrir quand on lui disait ce qu’il voulait entendre. Rien de plus. Et surtout, on n’avait pas une multitudes d’escaliers à monter, à peine 5 minutes de marche depuis la cuisine. Ouai voilà c’était LA solution, bifurquer directement en sous-sol et la transformer en burritos géant avec mes couettes, par contre, pas dit que ça puisse passer tranquillement de ramener une Bleue dans un nid de vipère. Déjà, avec son uniforme bronze et bleuâtre, ce n’était pas très discret. Je pouvais toujours lui enlever sa cravate, mais vu son état, elle serait capable de se méprendre sur mes intentions. En tout cas, moi, je verrai forcément un truc louche si on venait fourrer ses mains un peu trop prêt sur mon chemisier. Non pas que ça puisse me gêner en soit, juste qu’avec la crève, on avait généralement d’autres besoins bien plus simple.

Enfin, lui fourrant son bonnet dans sa main libre, je la faisais sortir de la cuisine, entreprenant la longue et calamiteuse ascension des escaliers capricieux. Un soupir m’échappait pendant que je regardais tout ce que nous avions à gravir. Depuis les pieds des grands escaliers, ca me semblait encore plus haut…

–Nan, mais quelle idée d’être aussi haut ? Evite de tomber, car je te préviens, je t’installe dans la première salle de classe abandonnée que je trouve, j’suis sûre qu’il y’en a au premier étage en plus.

Ça aussi c’était une idée, j’pouvais la poser contre un mur, et aller vérifier vite fait les pièces une par une dans le doute. Je me rappelais qu’un tableau, un peu plus haut, au 4ème étage gardait une pièce secrète, ça pouvait parfaitement faire l’affaire, quoi que…. Y’avait nettement plus proche de nous, maintenant que j’y pensais. Mopsus, dans les cachots gardait quelque chose de semblable suivant les bruits de couloirs. C’était parfait ! Pas besoin de trop marcher, et la rouquine ne me claquerait pas entre les doigts.

Sans prévenir, je faisais volte-face avec mon poids mort accroché sur mon flan pour la trainer au niveau des sous-sol. La descente était forcément plus simple, même si je me demandais comme elle faisait pour ne pas se prendre un mur dans la tête quand nous tournions pour arriver face au tableau que je cherchais. L’ancien sorcier vêtu d’une toge blanche sursauta à nous arriver, nous scrutant de la tête au pied avant de nous demander le mot de passe.

-ca par exemple

C’était tellement ridicule que je ne pouvais pas l’oublier. Comme quoi, l'amour de l'histoire de la magie et des trucs inutile de mon ex pouvait servir. je me rappelais même plus quand il m'avait parlé de ce mot de passe, mais c'était resté. Le tableau pivota, nous laissant passer dans la pièce qu’il cachait. Le confort était sommaire, mais au moins ça évitait un nouvel accident. Un sofa, une table, des chaises, une bibliothèque où 2 pauvres livres trainaient… ça aurait pu être pire quand même. J’abandonnais Mered sur un siège, la regardant tanguer dangereusement et allumais les bougies restantes d’un coup de baguette.

-Fin de trajet pour toi je crois. J’vais voir pour essayer de rendre ça plus confortable.

Un molliare devrait faire l’affaire pour avoir un semblant de lit moelleux, un amplificatum sur son écharpe pour en faire une couverture aussi. Solution de secours, mais c'était mieux que la laisser par terre non?
Invité
Anonymous
Invité

Couloir du 2ème étage - Page 40 Empty
Re: Couloir du 2ème étage
Invité, le  Mar 30 Jan 2018 - 22:32

Bouille d’ange de sortie, sourire aguicheur, elle ne pouvait pas résister à ma demande. Ma probable tête rougie par la fièvre jouait pas en ma faveur par contre, ben même par pitié, je prenais son attention. Je comptais pas faire la difficile dans mon piteux état. Je désirais seulement retrouvais une lit, une couette et des heures de sommeil. En sa compagnie, ça serait un bonus appréciable sinon tant pis, je me contenterai du beurre et de son argent, patience pour la crémière.

Elle avait dit oui ! Comment j’étais heureuse de rester avec la blonde. Possible que je déchante en voyant sa tête devant le heurtoir quand nous saurions bloquée dehors. Chaque problème en son temps, déjà se préoccuper de gravir les escaliers. Oui c’était haut, tu croyais quoi Elhiya ? Les sages volent pas au ras du sol comme des serpents, fais pas ta jalouse et estime toi privilégiée d’aller jusqu’à la salle commune des aigles. Je lui tirai la langue en guise de mécontentement.

« Chuttttt ! Tu parles trop fort… Ça va j’vais pas tomber si tu me tiens, me prends pas pour un boulet de Serpentard… Tais-toi et monte. »

Malade ne signifiait en rien docile. Fallait pas qu’elle me cherche de trop la Miss non plus, je tenais pas debout je vous l’accorde mais mon caractère pétait la forme. J’y avais peut-être été un peu fort, ma camarade m’éloigna des marches et pris la direction des cachots. Trop faible pour me défendre, je la laissai me trimballer jusqu’à… un tableau ?! Je l’avais contaminé plus vite que prévu on dirait. Elle avait besoin de dormir elle aussi, sa lucidité avait disparu. Peut-être pas au final, où diable m’avait-elle emmené ?

L’œuvre fit place à une sorte de chambre d’étudiant mais sans lit. Pourquoi me punir de la sorte ? Avais-je été trop méchante dans mes remarques ? La verte et argent me posa sur un siège et je commençais à baliser. Allait-elle m’attacher ? Me fouetter ?! Rien de tout cela, simplement me dorloter. Adorable fille que voilà, je n’oublierai pas de la remercier une fois rétablie. Quelques sortilèges plus tard, j’étais au chaud dans mon écharpe sans avoir oublier d’enfiler mon bonnet adoré. Morphée n’allait pas tarder à venir me chercher…

« Merci Elhiya, à toute à l’heure… »

Un énorme bâillement plus tard et tournai ma tête face au mur. Elle pouvait ma sortir une réponse que j’étais déjà en train de rêver de nos retrouvailles. Oui, je voulais la revoir ce soir et me rendre au diner en sa compagnie. A toute à l’heure c’était pas assez clair ? Je verrai bien si ses neurones fonctionnaient. Bonne nuit les amis.
Elhiya Ellis
Elhiya Ellis
PersonnelSte-Mangouste
Personnel
Ste-Mangouste
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Furet)


Couloir du 2ème étage - Page 40 Empty
Re: Couloir du 2ème étage
Elhiya Ellis, le  Mer 31 Jan 2018 - 12:01


Purr more whine less



Pv Mered
LA accordé à cette dernière pour tout le rp
Suite de

C’était qu’il était agressif cet oiseau de proie à ne pas se laisser faire j’avais quasi hésité à la planter dans un couloir, contre un mur, ou même devant l’accès à notre salle commune pour que quelques verts ne lui fasse sa fête. Mais malgré ses jérémiades elle avait suivi la belle, jusqu’à se laisser installer sur son lit de fortune. Amusée, j’avais bordé sa couette-écharpe correctement, que la chaleur puisse se diffuser correctement et s’occuper de sa fièvre.

Nul doute que la concoction de maman ferait son effet et la bercerait dans quelques songes sucrés. J’avais toujours aimé cette version amélioré du simple chocolat viennois et espérais que la rouquine, malgré sa mauvaise humeur et son nez rougi ait pu se délecter des mélanges des saveurs suaves. Mais la question attendrait, Morphée entendant son appel était venu la capturer et la berçait déjà au creux de ses bras. Quelle chanceuse, avec moi, le bellâtre grec se faisait bien plus capricieux, me forçant à chercher refuges en d’autres aspirations.

D’un bisou sur la tête  après avoir remonté son couvrant jusqu’à ses épaules, je pouffais doucement en soufflant deux des 4 bougies allumées.

–Bonne nuit, à plus tard

Je m’éclipsais discrètement, prenant soin de ne pas faire claquer le tableau derrière mes pas, avec cette histoire, je pouvais dire adieu à mon retour de bouquin dans les temps à la bibliothèque, j’étais bonne pour retourner dans mes dortoirs et abandonner l’ouvrage dans un coin. Avec un peu de chance peut-être que le sommeil se ferait clément et accepterait de venir me rendre visite rapidement même si j’en doutais. Au pire, au detour de mes insomnies, je pourrais passer la tête pas se tableau pour vérifier que l’aiglonne n’ait pas fini par atterrir sur le sol. Elle pourra remercier mes fichues habitudes à pouponner la prochaine fois qu’on se verrait.

D’ailleurs, elle avait dit « A tout à l’heure », non ? J’étais bien curieuse de savoir ce qui a traversé son esprit enfiévré pour conclure ça… Enfin, tant qu’elle s’attendait pas à ce que je vienne la réveiller demain matin avec un bol de café et des croissants ça m’allait. Mes capacités de mignonneries et servilités avaient tout de même des limites.

[Fin du Rp – Merci Mered, et à très vite  ]
Invité
Anonymous
Invité

Couloir du 2ème étage - Page 40 Empty
Re: Couloir du 2ème étage
Invité, le  Lun 5 Fév 2018 - 2:17

A croire que j'aime ce sujet
rp avec Arty
LA mutuel accordé pour toute la durée du rp
Mered a encore 17 ans ici (faut terminer en beauté Razz)


Un clown qui ne faisait plus rire


Poudlard en juin entrait dans sa phase de confinement, les cinquièmes et les dernières années avaient déjà la tête dans, respectivement, leurs BUSE et ASPIC. Il était facile d’identifier les élèves concernés par les examens, livres à la main et stress sur le visage ne trompaient personne. Bien sûr, il y avait bien les cancres qui préféraient flâner dans le parc ou encore les amoureux des bouquins de tout âge mais globalement j’avais bon. Et entre tous, il y avait moi, petite rousse déambulant dans un couloir en direction de la bibliothèque. J’adorais lire mais pas un manuel de potion. Je vous laisse me ranger dans la catégorie adéquate sachant que j’avais déjà passe mes BUSE il y a deux ans.

Je marchais d’un pas soutenu, pressée d’atteindre ma destination. Le temps m’était précieux, les hostilités attaquaient dès la semaine prochaine. Je commençais par ma bête noire, les potions. Loin d’être l’idéal pour se mettre en confiance mais je préférais ça à devoir conclure par cette épreuve. Je redoutais le jour J et j’étais pressée à la fois, impatiente de me débarrasser définitivement de cette matière. Cette joyeuse perspective me donna le sourire. Chose qui disparut au virage suivant lorsqu’un individu me percuta violement et me fit chuter.

Les fesses par terre, je fis un bilan rapide de ce carambolage. Une première victime, une rousse au sol, légèrement blessée au postérieur avec un hématome. Une seconde gisant à quelques mètres, une trottinette, bras cassé, guidon quoi, allongée et inerte, état semi-critique, elle survivra. Enfin le responsable de cet accident, un homme brun debout, me fusillant du regard, en pleine forme quoi. Blaireau chanceux, lui aussi j’étais bien contente de le supprimer de ma vie à la fin de ma scolarité. Non sans une énième altercation, histoire qu’il comprenne qui était l’élite du binôme. Car oui, ce type pensait me dominer, le naïf. Je me relevai, l’heure de clôturer les comptes avait sonné.

« Trottinette en intérieur, ta connerie n’a décidément aucune limite Artemis. A l’image de ton immaturité tu vas me dire, j’sais pas pourquoi j’espérais une amélioration de ta part depuis le cours de Benbow. Enfin bref, j’ai pas une minute à t’accorder tu m’excuseras d’avoir envie de bosser j’espère. Je sais que cette notion t’est inconnue et que je t’en demande beaucoup pardon, je vais utiliser des mots plus simples : casse-toi ! »

Artemis Wildsmith
Artemis Wildsmith
Poufsouffle
Poufsouffle
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Étude des moldus

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou


Couloir du 2ème étage - Page 40 Empty
Re: Couloir du 2ème étage
Artemis Wildsmith, le  Lun 5 Fév 2018 - 22:49

Qu’est-ce qu’elle lui voulait encore ? Un problème ? Elle était toujours là quand il fallait pas, une sorte de chewing gum collé à la semelle de sa chaussure dont il n’arrivait plus à se débarrasser. Partout maintenant, elle le suivait. Est-ce qu’il devait s’inquiéter ? L’aimait-elle trop pour sa propre sécurité ? Que devait-il faire ? Parce qu’on en a vu des histoires d’amour qui commencent ainsi. Parce qu’elle venait d’abîmer Meryl de jalousie en plus, la bougresse. C’est ça le problème avec les gens qui réclamaient toujours de l’attention de la part des indifférents, ils ne vous lâchent décidément jamais. Alors Arty se met à grogner, franchement, il était plutôt de bonne humeur. Grâce aux journées ensoleillées ou la perspective des vacances, allez savoir. Il ne s’était pas énervé contre elle à lui cracher dessus les bras remuant en l’air. Il aurait pu. Mais un coup d’œil rapide autour de lui, lui avait rappelé qu’il était seul à cet instant. Parfois, il oublie qu’Azaël est à ses côtés, alors juste comme ça, aujourd’hui, il avait tout de suite vérifié. De la prudence. Parce que l’incongrue rencontre ne se passerait pas tout à fait de la même façon. Avec ou sans Aza. Ici, sans.
Toutes ces secondes tandis que la voix nasillarde de la rousse traversait le couloir et allait réveiller les oreilles endormies des tableaux accrochés. Certainement pas les siennes à lui, il s’en contrefichait totalement. Adand ressemblait plus à un poisson dans son bocal qu’à une quelconque figure Poudlarienne lui faisant la leçon. Il n’écoute pas un mot de ce qu’elle dit.

Tout ce qu’il pense c’est qu’elle est toujours là. Même derrière les virages qu’il emprunte maintenant. Elle devait le suivre, à tous les coups. C’était impossible de tomber autant sur quelqu’un qu’on n’appréciait pas. Surtout quelqu’un qui le mettait en danger. N’avait-il pas demandé une mesure d’éloignement ? Il lève les yeux au plafond, il avait complètement oublié d’adresser un courrier à la direction pour signaler le comportement violent de la Serdaigle. Tant pis pour lui. Il soupire alors en regardant Meryl agonisant à ses côtés. Odette tirée, elle trouvait toujours les bons mots pour consoler les objets violentés d’Arty. Comme une infirmière à domicile, c’en était presque mignon. Un #Reparo plus tard, la patinette retrouvait sa jeunesse d’antan dans les mains de l’adolescent. Maintenant, il pouvait quitter sa bouille exaspérée pour servir à Mered son plus beau sourire malicieux – c’est qu’il préparait un mauvais coup, peut-être, ou en tout cas une provocation comme il les aimait.

« Non mais j’sais pas Adand trouve toi un mec quoi ! » Ou une fille. Après tout, juste quelqu’un pour qu’elle lui lâche les baskets. Tout simplement. « Pourquoi tu m’suis tout le temps ? Tu veux t’battre ou… ? » ou serait-elle intéressée par autre chose qu’il laisse se suspendre dans les airs comme ça, sans mettre vraiment de mots dessus. C’est un peu le principe des histoires d’amour je t’aime moi non plus et vas-y que j’te cours après pour m’enfuir. Elle venait de lui dire de se casser. Mais déjà, on ne lui disait jamais quoi faire, et devait-il prendre ses mots au pied de la lettre ou les interpréter autrement ? A vrai dire, là, il penchait plus pour le autrement. Largement plus drôle de prêter à Mered un crush sur lui plutôt que de la violence gratuite. Laissez le rêver à sa célébrité et son charme naturel.
Invité
Anonymous
Invité

Couloir du 2ème étage - Page 40 Empty
Re: Couloir du 2ème étage
Invité, le  Mar 6 Fév 2018 - 16:08

J’avais oublié un égo surdimensionné de la part du blaireau. Il avait cru que je le suivais, que je l’espionnais comme si sa misérable vie avait un quelconque intérêt à mes yeux. Le filer pour m’apercevoir qu’il ne ratait aucune occasion de faire le pitre, qu’il passait plus de temps avec sa nounou d’Azaël qu’à réviser, pour ne rien apprendre que je savais déjà en fait. Non merci, mon temps était plus précieux que ça, je comptais pas faire une année bonus au château. Étrangement calme face à ce type, je déballai mon argumentaire.

« Je te rappelle que c’est toi qui me colle à la peau Artemis, pire qu’une sangsue. Pourquoi me battre avec toi ? A chaque fois t’as été l’initiateur de la baston. En plus t’attendais bien que je sois désarmée avant, belle preuve de courage. J’ai pas envie d’abimer ta jolie bouille… »

Il voulait jouer le brave petit, très bien alors jouons. Concours du rictus le plus vicieux, sur ce terrain je possédais un avantage certains. C’était tellement facile de manipuler un mec quand vous possédiez une paire de seins et un joli postérieur. Tous les mêmes rapaces, sauf qu’en ce jour, le blaireau ferait la proie et moi le prédateur. Le faire décamper en courant tel un gosse découvrant une araignée était bien plus drôle qu’un duel. Besoin de légèreté dans ce monde oppressant histoire d’évacuer la pression des examens. Distrais-moi le clown !

« Mais Arty, j’ai trouvé un mec… », sobriquet ridicule pour l’amadouer et regard aguicheur, let’s play ! Je m’approchai de lui doucement jusqu’à le faire reculer contre une paroi. Bloqué, je plaçai mes deux mains aux dessus de ses épaules pour l’empêcher de s’échapper. « Alors beau gosse, que penses-tu des filles rousses ? J’trouve pas mal les bruns aux cheveux ébouriffés moi. Attends, je vais t’arranger ça. », je le décoiffai de ma main droite, on le croyait sorti du lit. « Je sais, j’aurai pu te l’avouer dès le début ça nous aurait évité des affrontements. »

Pas simple de garder son sérieux dans de telles circonstances. L’exercice improvisé était idéal pour tester mes capacités de self-control : sourire mais ne pas rire, utiliser des mots sans paraitre ironique, blesser sans frapper, du moins pour le moment. J’avais pas zappé que son cas était irrécupérable. Sur l’échelle de l’incompétence des hommes, il était dans le négatif. Pris de court, le jaune et noir était bouche bée. Il ne devait pas s’attendre à de telles paroles de ma part. Par contre, je ne m’amuserai pas longtemps. Juste assez pour me divertir, après je le jetterai comme une vieille chaussette.

« T’as perdu ta langue ? »

Je le préférais silencieux, sans parler il causait peu de dégâts. Cependat j’avais hâte d’entendre sa réaction, ma curiosité de Serdaigle le souhaitait.
Artemis Wildsmith
Artemis Wildsmith
Poufsouffle
Poufsouffle
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Étude des moldus

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou


Couloir du 2ème étage - Page 40 Empty
Re: Couloir du 2ème étage
Artemis Wildsmith, le  Mer 7 Fév 2018 - 12:41

C’est vrai qu’il avait une jolie bouille. Un clin d’œil et un sourire satisfait apparaissent sur son visage d’ange, le compliment ne le laisse pas indifférent. Est-ce qu’il avait écouté ce que la rousse avait dit juste avant ? Certainement pas, comme d’habitude, il s’en contrefichait. Il ne prenait que ce qui lui faisait plaisir, une sorte d’oreille sélective, tout simplement. Par contre, la suite de l’échange lui fit immédiatement froncer les sourcils. Cette fois, ces tympans furent grands ouverts, ses yeux aussi. Il ne comprenait pas tout à fait ce qui était en train de se dérouler devant lui. Pourquoi elle le regardait comme ça ? Elle avait un truc dans l’œil peut-être ? Besoin d’aide ? Mais qu’est-ce qu’elle fait ? Elle est devenue folle ? Ouste, va-t-en, m’approche pas tu me fais peur ! Aza ? Aza ! Parce qu’en plus il y avait un léger problème de taille. C’est que c’était une géante à côté de lui. Elle l’encadre de ses mains. Mais c’est un véritable guet-apens ! Fuyons ! Un regard aux alentours pour voir qu’il était seul avec cette cinglée dans le couloir. Gloups. Il savait qu’il était absolument charmant, mais de là à attirer Adand, peut-être pas. D’un autre côté, et ses yeux interrogatifs qui s’illuminent le comprirent aussi, c’est vrai qu’elle agissait bizarrement avec lui, à toujours lui chercher des noises. Finalement, ce n’était pas si étonnant qu’elle ait le béguin pour lui.

Maintenant elle l’interrogeait. Ce qu’il pensait des filles rousses. « Heu bah. » Rien de particulier à vrai dire, ce n’était pas ce qui l’intéressait le plus dans la vie quoi, du tout même. Et vas-y-pas qu’elle lui caresse les cheveux. C’est le pompon. Il est prêt à céder à la panique. Non pas que le toucher l’effraie, mais il a trop peur de froisser les sentiments de la Serdaigle. Elle allait être déçue, à tous les coups, ne voyez-vous pas comment elle le kiffe ? Le gamin est totalement perdu, il a envie de se moquer d’elle, de rire à gorge déployée, mais on connaît tous les réactions extrêmes des filles amoureusement désespérées, et Arty n’avait pas envie d’avoir ça sur la conscience – je sais oui, notez que la narratrice de ce Poufsouffle est une fille, et que donc, tout propos misogyne n’est que fictif. Alors il soupire. Il était coincé. A trop vouloir lui faire plaisir il allait se retrouver dans un lit avec elle. Berk. Mais c’est son côté magnanimement généreux, il n’aime pas dire non – vous aussi vous souriez ?
Parce qu’il est gay, le petit. Gay & amoureux. Il le sait maintenant et l’assume parfaitement, cela ne lui a jamais posé aucun problème, le regard des autres non plus.

Avait-il perdu sa langue ? « Heu non. Par contre je vais la garder dans ma bouche, si ça ne te dérange pas bien sûr. » D’ailleurs, il tente de la ravaler intérieurement, surtout ne pas tenter la rouquine qui se jetterait sur lui. Par pitié, tout sauf ça. Il fallait calmer ses ardeurs à l’Aiglonne, absolument, et rapidement. Et puis, c’est que Meryl allait être sacrément jalouse. Il pose ses deux mains sur les épaules de la jeune femme. La repousse légèrement. « Bon, okay Mered. Écoute, j’pense qu’on va faire une petite pause là. Respirer tous les deux. Trop de passion ici. » Surtout, aucun geste brutal, ne pas brusquer l’amoureuse, sans quoi il était bon pour sa furie. A cette pensée, une de ces mains s’élève pour aller faire un pat pat sur le sommet du crâne de la Bleue & Bronze. Rester délicat et attentionné avant de l’envoyer balader. Tout à fait, c’est bien Arty, continue comme ça.

Ses pupilles vagabondent alors sur le visage de l’autre. Quand même, quelque chose clochait. D’un coup, comme ça, elle lui révélait ses sentiments. Qu’ils soient véritables, il pouvait le comprendre, c’est difficile de lui résister. Mais qu’ils s’expriment si soudainement. Il y avait baleine sous caillou. La mâchoire du Blaireautin se crispe. Il avait trouvé. Ses neurones venaient de s’illuminer.
Mered était une victime de l’amour.
Comme la dernière fois. Décidément cette jeune fille passait son temps à être victimisée par la magie. Déjà, être enfermée dans le corps d’un mulot, ça n’avait pas été folichon, mais alors là. Être ensorcelée de façon à révéler ses sentiments les plus profonds. Pas facile quand même. Il lance alors un regard compatissant à la rouquine. Il allait l’aider.
Comme la dernière fois.
« Ne bouge pas.» Gestes délicats, lents, prendre soin de la victime. Il s’empare doucement d’Odette qui devait traîner dans sa poche arrière. Innocemment, il revient la pointer sur le front de l’amoureuse éperdue. « T’as été ensorcelée. Reste calme. Je gère. » Parce qu’on n’est pas sans ignorer qu’Arty est un brillant sorcier, que ses remèdes sont fabuleux. Oui, vous l’avez compris. Mered n’avait rien à craindre. Du tout. Mais il ne devait pas traîner, ainsi avant qu’elle n’explose, il chuchote un merveilleux et forcément guérissant #Finite Incantatem.
Invité
Anonymous
Invité

Couloir du 2ème étage - Page 40 Empty
Re: Couloir du 2ème étage
Invité, le  Mer 7 Fév 2018 - 19:16

Bingo ! Je venais de le mettre bien mal le blaireau, bien plus que si je lui avais lancé un bon sortilège des familles. La violence ne servait à rien contre lui, c’était en fait un sentimental, un classique Poufsouffle quoi, répugnant. Y croyait-il vraiment ? Le pauvre risquait de tomber de haut à la fin de ce jeu de dupe quand il apprendrait que seules les filles avaient un attrait pour moi et que je considérais les hommes comme des m*rdes, surtout sa personne d’ailleurs. Seul Galway était différent et un peu Reyes pour l’excellent goût de son déguisement en femme rousse.

Il hésitait, il sentait sans doute venir l’entourloupe. Je remis une couche de sourire hypocrite juste pour lui, je détestais ça mais c’était à l’image du véritable amour que j’éprouvais pour ce garçon. Lui faire miroiter que je le kiffais pour mieux le blesser dans la chute finale, plan diabolique digne d’un démon, la sorcière aux cheveux de feu s’apprêtait à frapper. Ah voilà qu’il me touche, gentiment hein, les épaules. Il était préférable qu’il ne tente rien de fou s’il ne souhaitait pas avoir à faire à Sérénité qui n’attendait que ça. Tentative pour calmer mes fausses pulsions, j’avais hâte de le voir à l’œuvre. Montre-moi comment tu gères une situation critique.

Ohoh, c’était pas la réaction attendue. Une énième fois il m’avait eu par surprise, baguette sur mon front. Mon subterfuge était trop gros, il m’avait démasqué à coup sûr ! Aïe, à bout portant ça risquait de piquer un peu. Visage fermé, j’avais le trouillomètre à zéro. « Arty, c’est pas la solution… », voix chevrotante pour tenter de lui faire baisse son arme. Je l’avais pas non plus, j’espérais simplement ne pas manger un je-ne-sais-quoi m’abimant. Il était probablement rempli de bonnes intentions même si je craignais qu’il fasse une bêtise pour changer. Toujours être sur ses gardes, davantage en compagnie d’un idiot pareil. Je te préviens poulet, si tu te rates et ne me tues pas, j’attrape Sérénité et je t’envoie six pieds sous terre ! Je fermais les yeux à son incantation priant pour qu’il soit raisonnable.

Quelques secondes plus tard, j’entendis son Finite incantatem. Je poussai un ouf de soulagement en rouvrant mes émeraudes, pour une fois il avait utilisé ses neurones. Ne lui laissant pas le temps de se lancer dans une autre idée loufoque, je saisis sa main pour que son morceau de bois pointe le sol. Cette frayeur ne m’avait pas suffi à arrêter ce divertissement, trop curieuse de voir jusqu’où irait sa naïveté. Il ne pourrait résister à mon charme, c’était moi l’ensorceleuse et la maitresse du jeu. Il finira quand je l’aurai décidé, pas avant de lui avoir donné une dernière leçon en guise de cadeau d’adieu.

« Tu m’as fait peur Arty ! J’ai cru que t’allais me lancer un sort… », moue boudeuse déçue, mode victime activée. « Tu vas devoir te faire pardonner ! C’toi qui m’a ensorcelé avec ta bouille d’ange,  espèce de tombeur. Pour t’excuser de cet affront, y a pas cinquante solutions, tu dois me faire un bisou ! D’abord sur la joue, on verra si tu mérites plus après… »

Regardez-moi ce sourire ravageur. Mon index droit marqué l’emplacement précis où le baiser était désiré. Timide, je l’aidai en rapprochant ma pommette de ses lèvres. Allait-il céder ?

Contenu sponsorisé

Couloir du 2ème étage - Page 40 Empty
Re: Couloir du 2ème étage
Contenu sponsorisé, le  

Page 40 sur 42

 Couloir du 2ème étage

Aller à la page : Précédent  1 ... 21 ... 39, 40, 41, 42  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Les couloirs-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright Bureau RPG.