AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Chemin de Traverse
Page 2 sur 19
Un peu d'air...
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 10 ... 19  Suivant
James Waller
Gryffondor
Gryffondor

Re: Un peu d'air...

Message par : James Waller, Sam 16 Juil 2011, 21:24


La matinée était déjà bien entamée et le chemin de traverse était surpeuplé. Un nombre incroyable de sorciers et sorcières traversaient cette immense allée de boutique, s’arrêtant devant les vitrines ou s'engouffrant dans les échoppes. En voyant autant de monde, et en sachant qu'il aurait le plus grand des mals à se frayer une chemin, James Waller soupira d'avance. Il venait à peine de passer le passage du Chaudron Baveur qu'il était déjà exaspéré par autant de monde. Mais il n'avait pas vraiment le choix : il devait trés vite se trouver du travail.

En effet, James avait 20 ans. Il avait quitté Poudlard deux ans auparavant, et depuis, il vivait grâce à ses parents. Il n'avait pas réussit à trouver du travail. Tout les postes possibles qu'il convoitaient était occupés, à commencer par celui de professeur d'histoire de la magie à Poudlard. Il ne se faisait pas des masses d'illusions : beaucoup de personne plus qualifié que lui convoitaient aussi ce poste. Il s'était alors rabattus sur quelques boutiques magiques, mais aucune opportunité sérieuse.

Les mains dans les poches, il s'engagea dans l'allée principale, dans l'idée de refaire un tour des boutiques pour voir qui embauchait. Il avança sur quelques mètres, perdus dans ses pensées, avant de s'arrêter devant un apothicaire, en face d'un hôtel. Il fronça les sourcils devant la vitrine puis se rendit à l'évidence : il devait tout tester. Même s'il n'aimait pas particulièrement les potions.
Il haussa les épaules, puis allait se préparer à entrer dans la boutique quand quelqu'un le bouscula brutalement. Déstabilisé, il s'agrippa à un poteau juste à coté et se retourna, agacé, vers celui qui l'avait bousculé. Mais ce dernier, un homme, s'enfuyait déjà , essayant de se frayer un chemin dans la foule, un hibou à ses trousses. Il tenait quelque chose de serré contre lui et bousculait d'autres passants.


"Abruti, va" grommela James

Il se redressa et, tout en s'époussetant, il se dirigea vers la boutique, quand à nouveau, quelqu'un le bouscula. Ce coup ci, il se retourna brusquement pour voir qui l'avait percuté. Il se retrouva face à une jeune femme, d'à peu prés son âge. Elle semblait dans tout ses états. James se calma aussitôt.

"Euh...Vous allez bien ?"

A peine avait-il fini de parler que le déclic vint. Il se retourna aussitôt vers la direction qu'avait prise le voleur. Gêné par la foule, il n'était pas encore trop loin. Mais si personne ne se bougeait maintenant,on ne le rattraperais pas. Et surtout, une fois que le type serait loin de la foule, il pourrait transplaner.James détestait ce genre d'invidus et détestait les vols.Il avait très soudainement l'envie d'aider cette pauvre femme.

James se tourna rapidement vers la jeune femme et dit :

"Ne bougez pas d'ici !"

Il se lança alors à la poursuite du voleur, mais sans trop bousculer les passants. Il esquiva un groupe de gamins qui sortait d'une boutique, et s'excusa très rapidement auprès d'un vieil homme qu'il avait faillit percuter. Il poursuivit l'homme durant une minutes, en réussissant à ne pas se faire distancer. Ce n'était pas pour autant qu'il le rattrapait. Puis, une occasion se présenta. James vit le voleur disparaître soudainement, et un groupe de passant se réunir au même endroît. En s'approchant, James comprit que le voleur avait percuté quelqu'un. Quand il arriva à proximité du lieu de l'accident, le voleur venait juste de se relever et se dirigeait en courant vers une ruelle à proximité, tandis que la pauvre victime se relevait en grommelant. Le hibou qui suivait le voleur, lui repartit en arriére en voletant rapidement, sans aucun doute effrayé.

James tira sa baguette de sa poche et s'engouffra dans la ruelle. L'endroît était sombre et humide, et surtout, assez loin de la foule. Un lieu idéal pour disparaître. L'homme était encore là, mais il venait juste de s'arrêter. James brandit sa baguette et énonça :


"Petrificus Totalus !"

Un éclair rouge frappa le dos de l'homme, qui s'écroula dans un tas de cartons. James s'approcha assez vite du voleur et vit qu'il tenait un sac à main. James s'en empara et se dirigea vers l'autre bout de la ruelle, dans l'idée de faire le tour de la boutique à sa droite avant de revenir tranquillement sur l'allée principale. Il tendit sa baguette sur l'homme pétrifié et dit :

"Finite Incantatem !"

Il s'en alla aussitôt, tournant à droite et passant derrière une boutique. Il continua dans la ruelle et arriva sur l'allée principale. Tout en rangeant sa baguette, il remonta l'allée et retrouva assez vite la jeune femme, toujours au même endroît, son hibou voletant autour d'elle.

James s'approcha et lui tendit le sac.


"C'est à vous, je crois"

Il se sentait un peu fier, tout de même. Mais il le cacha et prit un air humble.


Revenir en haut Aller en bas
Amayelle
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Un peu d'air...

Message par : Amayelle, Mar 19 Juil 2011, 22:59


Choquée et paniquée étaient les deux adjectifs qui pouvaient traduire l'état dans lequel se trouvait la jaune femme. Après tout n'importe quelle personne censée aurait compris pourquoi. Elle venait de se faire agressée. On lui avait piqué son sac, cela n'était pas si important au final. Ce qui la perturbait c'était le fait de perdre sa baguette et son hibou. Cela était compréhensible, ce hibou était son seul et unique animal de compagnie. Son amie Miley lui avait offert. Depuis elle ne s'en était jamais séparé. Jamais il n'était parti comme cela auparavant. Elle s'était rendue au Chemin de Traverse dans l'espoir de trouver un toit pour la nuit et un travail, mais en raison des événements précédent, cela attendrait.

La jeune femme avait tout juste dix-huit printemps et n'était pas très sportive, mais elle ne resterait pas là à regarder ce voleur fuir. Cela était inconcevable pour la jeune femme. Il fallait qu'elle essaye, qu'elle essaye de le rattraper, qu'elle tente le tout pour le tout. Amayelle payerait le prix fort en cas d'échec, mais elle était prête à cela. La foule empêchait le voleur d'avancer aussi vite qu'il le voulait, ce qui était un point positif en faveur de la jeune femme. Mais cet inconvénient, la jeune femme l'avait aussi, cela rendait le jeu plus équitable.


Elle couru, couru, repoussant ses limites à leurs maximums. Puis quand elle n'arriva plus à respirer comme il fallait, elle s'arrêta devant un magasin. Elle prit appui sur la vitrine d'un apothicaire, regardant toujours cet inconnu qui avait « emprunté pour une durée indéterminée » son sac et tout son contenu. Si ce dernier comptait trouver de l'or, c'était raté. Par chance, elle n'avait pas eu le temps de se rendre à Gringott's avant. Ses économies étaient restées en sécurité dans son coffre. Cela la rassurait en partie, mais elle avait tout de même perdu sa baguette dans l'histoire. Cela la rendait malade. Un sorcier n'est rien sans sa baguette, désormais elle n'était plus rien. Un jeune homme d'environ la vingtaine d'année, jeta un regard sur le voleur, qui était coursé par le hibou de la jeune demoiselle. Cette dernière ne fit pas attention et bouscula cet inconnu tout en voulant avancer, pour rattraper le voleur.

Les deux protagonistes tombèrent à terre. Le jeune homme se releva et épousseta. Amayelle fit de même. Elle voulait s'excuser, mais le jeune homme fut plus rapide, il lui demanda si elle allait bien. Quelle question ! Avait-elle l'air d'aller bien ? Elle le regarda dans les yeux et dit :

« Non Monsieur, on m'a volé mon sac et mon hibou poursuit le voleur... »

Il dit alors :

« Ne bougez pas d'ici ! ».

Même si elle le désirait, elle ne pouvait bouger. Le jeune femme était sur les genoux. Elle reprenait son souffle. À peine eut-il fini sa phrase qu'elle vit ce beau jeune homme brun aux yeux bleus d'environ vingt ans s'élancer et courir en direction de la foule. Pourquoi ? Elle le regarda et constata qu'il se dirigeait vers le voleur. Cet homme avait un grand coeur. La foule était très dense, le voleur n'avait pas vite contrairement au jeune homme qui semblait très rapide et très agile. Les deux hommes étaient désormais trop loin, que se passait-il ? Amayelle aurait aimé être un animagus hibou pour voir ce qui se passait. Le jeune homme était-il en train de récupérer son sac ? Ou ce voleur l'avait-il blessé ? C'est le coeur remplit d'angoisse pour cet inconnu qu'elle resta là, près de la vitrine de l'apothicaire, comme lui avait dit ce jeune homme.

Le temps passa , une dizaine de minutes plus tard, Edelwyss était revenu près d'elle. Au moins il était en vie. Mais qu'était devenu ce mystérieux jeune homme?La réponse ne se fit pas attendre. Quelques instants plus tard, il arriva avec le sac de la jeune femme dans les main et dit : 

"C'est à vous, je crois".

Il était donc bel et bien parti courser le voleur. La jeune femme était heureuse mais gênée. Elle répondit :

«  Oui, je vous remercie. » tout en rougissant.

Elle fit une pause et demanda:

«  Que puis-je faire pour vous remercier? »


Dernière édition par Amayelle le Sam 23 Juil 2011, 12:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
James Waller
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Un peu d'air...

Message par : James Waller, Mer 20 Juil 2011, 23:07


James reprenait encore son souffle quand la jeune femme, aprés l'avoir remercié en rougissant, lui demanda ce qu'elle pouvait faire pour le remercier. Gêné à son tour, il hésita une seconde. Il n'aimait pas vraiment profiter de la reconnaissance des gens. Il répondit donc :

"Ce n'est pas la peine, c'est normal"

Il arréta une seconde. Son interlocutrice , qui était plutôt belle, il fallait l'admettre, était encore un peu choquée par le vol. Elle semblait de la même catégorie d'âge que James. Elle venait de sortir de Poudlard il y à peu. James proposa alors, dans l'idée de la calmer et d'en savoir plus sur elle :

"Que diriez vous d'aller au Chaudron Baveur prendre un verre ? Pour vous remettre de vos émotions" fit-il avec un léger demi-sourire non ironique, pour dédramatiser la situation.

Il se rendit compte qu'il espérait qu'elle allait accepter. Il se sentait...bien. Comme après une séance de sorts d'allégresse, au collége , quand vous n'avez plus aucun soucis en tête.
Il attendit donc la réponse de la jeune femme.
Revenir en haut Aller en bas
Amayelle
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Un peu d'air...

Message par : Amayelle, Sam 23 Juil 2011, 23:02


Je me trouvait là, près de celui qui m'avait récupérer mon sac. Il était bien plus beau de près que de loin. Ses yeux bleus, sa tignasse brune; son visage, bref il fallait que Mademoiselle Amayelle arrête de le regarder. Lorsqu'elle avait demander ce qu'elle pouvait faire pour le remercier, le silence se fit. Il ne savait pas quoi demander. Si il voulait de l'argent, elle serait dans une situation bien délicate. Enfin elle le payerait. Heureusement pour elle, le jeune homme ne semblait pas avare, loin de là.
Après hésitation et un court moment de silence il dit :

«  Ce n'est pas la peine, c'est normal. »

On lui avait donc enseigné certaines valeurs telle que la politesse, la galanterie. A cela vous ajouter le fait que le jeune homme était beau, et humble, comment aurait-elle pu refuser d'aller boire un verre avec ce dernier?Cela était impensable! Pire! Inimaginable. Elle était encore un peu sous le choc, mais la proposition du jeune homme mit fin à cela. Elle le regarda et lança :

«  Je vous suis avec plaisir, mais avant il faut que je passe retirer de l'argent à la banque et acheter des graines pour mon hibou, sinon ce dernier pourrait se montrer « dérangeant ». »
Revenir en haut Aller en bas
James Waller
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Un peu d'air...

Message par : James Waller, Ven 29 Juil 2011, 21:04


La jeune femme lui répondit :

« Je vous suis avec plaisir, mais avant il faut que je passe retirer de l'argent à la banque et acheter des graines pour mon hibou, sinon ce dernier pourrait se montrer « dérangeant ». »

Cette réponse l’enchanta au plus haut point. Oubliant totalement dans quelle idée il était venu à Traverse ce matin, il fit un sourire à son interlocutrice et répondit :

« Bien sûr, allons-y »

Ils se mirent donc en marche, traversant l’allée encombrée par tous les passants. Ils se frayèrent un chemin jusqu’au grand bâtiment de marbre blanc, la célèbre banque Gringott’s. James y était venu à plusieurs reprises : Pendant ses études, et une ou deux fois après. Son compte à lui était bien vide : Un peu plus d’un gallion. Ils entrèrent dans le bâtiment, passant devant un gobelin qui leur fit une petite courbette.
James retrouva l’atmosphère spéciale à Gringott’s. Une grande salle, remplie par deux allées de bureaux, face à face. Une dizaine de gobelins travaillaient, comptant des piles de monnaie, examinant des pièces ou lisant des grands livres reliés. Dans le cliquetis des pièces de monnaie, ils arrivèrent bientôt au grand bureau, ou les clients venaient faire une demande de retrait. James laissa donc passer Amayelle.
Pendant qu’elle demandait l’accès à son coffre, James repensa à l’état critique de son coffre. Il devait à tout prix se trouver un boulot. Ses parents ne vont pas l’aider toute sa vie ! De toute façon, il refuserait une telle situation.
Amayelle s’écarta du comptoir pendant que le gobelin allait ouvrir la porte menant aux grottes. Devinant qu’il ne pouvait pas l’accompagner, James lui fit un sourire pour lui signifier que ça ne le dérangeait pas et la regarda partir avec le gobelin. Il se replongea dans ses pensées sombres, appuyé contre un des pilonnes du hall.

Revenir en haut Aller en bas
Amayelle
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Un peu d'air...

Message par : Amayelle, Dim 07 Aoû 2011, 18:58


Les deux jeunes gens prirent le chemin de Gringott's marchant côte à côte. Ils ne se parlaient pas. Elle se contentait de le regarder. Il paraissait à peine plus âgé qu'elle, il était brun, avait des yeux bleus. Il était plutôt bien foutu. Il passa devant elle, et se fraya un chemin dans la foule jusqu'à la banque. Elle se contentait de le suivre. Ce jeune homme était galant... Une fois devant la banque elle s'arrêta un instant et lui demanda :

-Comment vous appelez-vous? Pourquoi avez-vous couru après ce voleur? Personne d'autre ne m'a aidé.... Votre geste m'a touché.

Elle s'arrêta un instant et dit :

- Oh, Que je suis mal polie, je ne me suis pas encore présentée. Je m'appelle Amayelle. Amayelle Turner. Votre visage me dit vaguement quelque chose. Vous n'auriez pas étudié à Poudlard?

Elle le regarda à nouveau rapidement, elle était sûre de l'avoir déjà vu quelque part... Elle attendit tranquillement la réponse du jeune homme, puis entra dans la banque. Elle demanda à aller à son coffre. Elle embarqua alors dans un petit wagonnet avec un gobelin, ce dernier lui ouvrit son coffre. Quand elle entra dans son coffre elle fut attristée de voir que ce dernier était quasiment vide. Elle attrapa un galion, puis remonta dans le wagonnet et regagna le hall de la banque. Elle le vit appuyé contre un pilonne de la banque. Elle lui fit un sourire et s'avança vers lui.

Elle demanda à son camarade :

- Vous avez un travail? J'en cherche... Mais jusqu'à présent je n'ai rien trouvé. Pour le moment mon père m'aide, mais je ne veux pas qu'il continue à se tuer à la tâche pour moi...

Puis les deux jeunes gens prirent la route de la boutique d'animaux magiques. Mademoiselle acheta ses graines, en donna à son hibou puis dit :

- Je vous suis au Bar, mais chacun paye sa part !
Revenir en haut Aller en bas
James Waller
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Un peu d'air...

Message par : James Waller, Mar 09 Aoû 2011, 21:39


La jeune fille le suivait , profitant du passage qu'il avait ouvert dans la foule. Elle lui demanda alors :

-Comment vous appelez-vous? Pourquoi avez-vous couru après ce voleur? Personne d'autre ne m'a aidé.... Votre geste m'a touché.

Elle s’arrêta un instant avant de continuer :

- Oh, Que je suis mal polie, je ne me suis pas encore présentée. Je m'appelle Amayelle. Amayelle Turner. Votre visage me dit vaguement quelque chose. Vous n'auriez pas étudié à Poudlard?

- Enchanté, je me nomme James Waller. J'ai couru après ce voleur, car je déteste ce genre de personnes. Vous aviez besoin d'aide, et je crois que j'étais l'un des seul à avoir compris la situation, alors...

Il était quelques peu gêné de faire l'éloge de soi et ne poursuivit pas.En tout cas,il enchaîna :

-Oui, j'étais à Poudlard il y à trois ans, à Gryffondor. Vous étiez dans quelle maison ?

Il entrèrent alors dans la banque [...]
James attendait donc , appuyé sur son pylône, qu'Amayelle ait fini de récupérer son argent. Il sortis de ses pensées sombres quand Amayelle revint des souterrains de Gringott's. Il l’accueilli avec un petit sourire. Elle lui dit alors :


- Vous avez un travail? J'en cherche... Mais jusqu'à présent je n'ai rien trouvé. Pour le moment mon père m'aide, mais je ne veux pas qu'il continue à se tuer à la tâche pour moi...

- Non, je n'en ai pas, hélas... répondit-il. Mes parents sont moldus...Ils ne peuvent pas vraiment m'aider. J'ai l'impression que ça devient de plus en plus dur pour des jeunes diplômes de trouver un métier....Enfin. Nous y allons ?

Ils rebroussèrent donc chemin, se frayant à nouveau un chemin dans la foule gigantesque de sorciers et sorcières. La foule se faisait de plus en plus dense. On pouvait voir, ici et là, de jeunes enfants achetant leurs fournitures. Ce qui n'était pas sans rappeler à James quelques bon souvenirs.
Ils s'arréterent d'abord à la ménagerie magique, afin qu'Amayelle prenne des graînes pour son hiboux. Une fois les achats effectués, elle lui dit qu'elle le suivait au bar, et que chacun payait sa part.


"Comme vous voudrez" fit James avec un sourire.

Ils reprirent donc route vers le début du Chemin de Traverse. Il se retournait souvent pour voir si la jeune femme arrivait à le suivre. Au bout de quelques minutes, il arrivèrent enfin au célèbre Chaudron Baveur, seul bar du Chemin de Traverse.

La petite pièce de l'établissement n'était pas trop remplie : c'était surtout un lieu de passage. James mena Amayelle à une table à l'écart du comptoir, ou ils seraient au calme.
Un serveur vint aussitôt prendre leurs commandes.


"Une bierraubeure, s'il vous plaît"

Il attendit donc qu'Amayelle ait passé commande.



Revenir en haut Aller en bas
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
Klea Ruz
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de transplanage



Re: Un peu d'air...

Message par : Klea Ruz, Lun 20 Fév 2012, 16:21


Klea ferma la porte de la boutique d'animaux magiques doucement, et l'odeur d'orchidée et de fleur d'oranger se dissipa aussitôt. La rue était animée, comme à son habitude à cette heure de la journée. C'était agréable, et la jeune fille se laissa aller quelques secondes, le visage orienté vers le soleil, à respirer fortement l'air frais de cette fin d'hiver. Entre ses bras, le mouvement du fléreur lui fit rappeler qu'elle venait d'acheter - c'était cruel à dire, mais pourtant vrai - un nouveau compagnon qui lui plaisait déjà. Jazz émit un petit grognement et essaya de se cacher sous sa poitrine, ce qui fit sourire Klea. Il avait de grandes oreilles et son poil était complètement noir, bien que les rayons du soleil dévoilait des reflets roux étonnants. Seule sa queue, aussi fournie que celle d'un lion, montrait que l'animal n'était pas un chat.

La jeune fille s'avança un peu dans la rue, à contre courant des sorciers qui commençaient déjà à rentrer. Au milieu de la foule, le petit animal s'agita et Klea dut vite s'échapper de la masse de personnes. Jazz était sensible aux personnes malveillantes, et il valait mieux pour lui qu'ils évitent les bains de foule. Elle resta alors un moment en marge de la rue, prête à attendre qu'il y ait moins de monde. Elle poussa un petit soupir et gratta affectueusement la tête de Jazz qui se mit à émettre un ronronnement beaucoup plus grave que celui d'un chat ; Klea sursauta.

Pas très loin, la Serdaigle repéra un banc, contre une boutique qui fermait. Ils seraient tranquille un bon moment de ce côté de la rue. Elle rejoignit l'endroit non sans difficulté, pestant contre les griffes aiguisées du fléreur qui s'enfonçaient dans sa peau à travers sa chemise.

- Relax, Max, on va juste s'asseoir là-bas,
souffla-t-elle à Jazz d'un ton réprobateur.

Lorsqu'elle atteignit enfin le banc, l'animal se calma et se roula en boule entre ses bras en couinant. Elle se promit de rentrer à Poudlard le plus rapidement possible - du moins lorsqu'elle sera certaine qu'elle pourra traverser la rue sans y laisser sa peau. A côté d'elle, un voyageur, dissimulé sous une cape miteuse, dormait à poings fermés. Il devait vraiment être fatigué pour parvenir à trouver le sommeil dans ce brouhaha. Klea regarda la rue. Des enfants couraient devant en hurlant, alors que leurs parents essayaient de les rattraper en essayant de gronder plus fort qu'eux. D'autres sorciers adolescents, sûrement à Poudlard, se tenaient la main en se jetant des regards pleins de sous-entendus qui donnèrent à Klea une envie de vomir. Des vieux sorciers marchaient encore gaiement en s'appuyant contre leur canne, papotant entre eux à propos des derniers balais sortis. Le Chemin de Traverse avait cette particularité d'être toujours le miroir d'une vie heureuse.

Klea s'étonna de voir un homme encapuchonné bousculer trois enfants avec un sourire mauvais. Lorsqu'il passa devant eux, sans leur adresser le moindre regard, le fléreur enfonça ses griffes dans les cuisses de la jeune fille en sifflant.

- Merci, Jazz, mais je n'avais pas besoin de toi pour savoir qu'il était mauvais,
grogna Klea.

L'animal fit cela plusieurs fois alors que la rue se vidait doucement. A côté d'eux, l'homme dormait toujours, à tel point que Klea commençait à se demander s'il était toujours vivant. Si elle avait osé, elle l'aurait secoué afin de vérifier. Comme s'il avait lu dans ses pensées, Jazz quitta les cuisses de la Serdaigle. Avant qu'elle n'ait pu le rattraper, il s'était déjà installé sur celle du voyageur, se léchant tranquillement le pelage comme s'il venait de trouver le meilleur coussin du monde.
Revenir en haut Aller en bas
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
Klea Ruz
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de transplanage



Re: Un peu d'air...

Message par : Klea Ruz, Mar 21 Fév 2012, 18:13


Quand le garçon se réveilla, pour le moins brusquement, Klea ne bougea pas. Se tenant bien droite à l'autre bout du banc, elle tenta tant bien que mal de ne pas attirer son attention. Le garçon ne semblait pas l'avoir remarquée. Il peina à ouvrir ses yeux, une expression béate sur le visage, et regarda autour de lui, ahuri. Visiblement, il n'avait pas prévu de s'endormir sur ce banc, et sortait d'un rêve des plus étranges. Klea eut un petit sourire amusé devant l'expression du voyageur. Il mit plus de temps encore à se rendre compte de la présence de Jazz sur ses cuisses, qui dormait comme un bienheureux, les pattes en l'air, sans aucune classe. L'homme retira d'abord sa capuche pour mieux voir l'animal. Klea fut surprise de ces cheveux d'un blanc immaculé qui l'éblouirent immédiatement. L'homme avait un air presque irréel. Elle ne parvenait pas tout à fait à voir son visage, mais il lui semblait que ses yeux étaient rouges. Pourtant il regarda Jazz avec un visage curieux plutôt calme et lui caressa la tête. Et puis l'homme tourna la tête.

Il n'avait pas véritablement les yeux rouges ; c'était surprenant de le regarder dans les yeux, et difficile de soutenir ce regard. Il avait un œil rouge et un œil bleu. Klea ne cilla pas. Elle se demandait secrètement si son œil rouge était aveugle ou s'il s'agissait d'une lentille. Il était difficile de lui donner un âge précis tant il ressemblait à une illusion.

- Euh… bonjour… C’est ton animal ?


Klea sembla se réveiller. Le voilà qui avait parlé, sans bouger pour autant, sa main parcourant toujours le pelage de Jazz. Elle regarda d'ailleurs celui-ci d'un air réprobateur. L'animal avait toujours cet air de bonheur profond collé sur le museau sous l'effet des caresses. Elle leva à nouveau la tête vers le voyageur :

- Je crois bien,
fit-elle en grommelant. Je suis désolée qu'il t'ait réveillé...

Elle regarda à nouveau le fléreur et ajouta :

- ...Et qu'il ne semble pas vouloir partir.


Les fléreurs avaient cette faculté de reconnaître les mauvaises personnes, et il semblait bien que celle-ci n'en était pas une. Si, d'ordinaire, elle se serait méfiée comme elle le faisait avec chaque être humain, elle était étonnement confiante et rassurée. La présence du fléreur à ses côtés serait une bonne chose, elle en était persuadée.

- Tu as dormi longtemps,
ajouta Klea en regardant au loin, comme si c'était un fait qui méritait d'être souligné.

Elle ne savait pas trop si elle devait tutoyer ou vouvoyer l'homme, mais elle s'importait peu de ce qu'il pouvait en penser. Tutoyer quelqu'un n'avait jamais tué, après tout. La lumière du coucher de Soleil la fit cligner des yeux. Elle n'avait aucune idée de l'heure qu'il était, et n'en avait strictement rien à faire.
Revenir en haut Aller en bas
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
Klea Ruz
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de transplanage



Re: Un peu d'air...

Message par : Klea Ruz, Jeu 23 Fév 2012, 20:32


- En effet, fit l'homme, je constate que j’ai fait plus que m’assoupir. Et non, mon œil rouge est naturel.

Klea se frappa mentalement. Elle devrait sans doute penser à corriger ce défaut qu'elle avait de toujours fixer les gens intensément. C'était génétique, son père avait cette même habitude, et cela lui faisait souvent peur lorsqu'elle était petite. La rue était beaucoup plus silencieuse. Les passants se faisait rares, les regardant de temps en temps avec l'air de se demander ce que deux personnes comme ça pouvaient bien faire sur ce banc. A côté d'elle, l'homme semblait méfiant, comme s'il essayait de deviner les aprioris de la jeune fille. Mais Klea n'en avait pas. On lui avait toujours apprit à ne pas se fier aux apparences et ses rencontres avaient confirmé cela. Elle ne savait pas trop ce qu'il faisait là, en piteux état et maigre comme un clou, avec son visage atypique et ses cheveux rares.

Puis il se leva, ce qui ft sursauté le fléreur qui se réfugia contre la Serdaigle. L'homme s'étira longuement et la regarda. Klea n'avait pas bougé, caressant machinalement l'animal qui décida se faire ses griffes son pull en laine. Finalement, il se rassit, comme si une force invisible le lui avait obligé, ou simplement par bonne conscience. Klea se demanda malgré elle si un être maléfique n'avait pas jeté sur le voyageur un Impero. Ses doutes s'évaporèrent quand l'homme tendit sa main.

- Je me présente, Yun. Et tu es ?

Bien qu'elle détestait le contact humain, elle fit un effort et accepta la main.

- Ta conscience, fit-elle sur un ton neutre, non sans un petit sourire. Et lui, c'est Jazz.

Les regards accentués des passants commençaient sérieusement à énerver la jeune fille qui se leva. Elle alla s'asseoir un peu plus loin, au bord d'une fontaine éteinte, et attendit que l'homme la rejoigne. Sa main chercha quelque chose dans le fond de sa sacoche et en sortit finalement un petit paquet de tabac. Elle se roula silencieusement une cigarette, releva une mèche de cheveux qui gênait sa vue et se tourna à nouveau vers le voyageur.

- Et toi,
ajouta-t-elle, intéressée, qu'est-ce que tu fais ici ? On dirait que tu reviens d'un périple difficile.

La jeune fille alluma sa cigarette d'un coup de baguette et laissa le fléreur sauter de ses genoux pour aller se balader.
Revenir en haut Aller en bas
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
Klea Ruz
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de transplanage



Message par : Klea Ruz, Mer 07 Mar 2012, 18:26


Yun ne tarda pas à rejoindre la jeune fille. Celle-ci surprit un regard et se demanda à quoi il pouvait bien penser en la regardant. Il avait un petit air suspicieux, comme s'il se méfiait. Klea se dit que ce ne devait pas être ça.

- Enchanté conscience même si j'en ai pas besoin,
fit-il en riant. Tu sais que c'est mauvais de fumer ?

Klea baissa les yeux en souriant. C'était sa grand-mère qui fumait, et elle même avait prit cette habitude qui s'était avérée être un bon remède contre les maux et la solitude. Aujourd'hui, on la regardait souvent de travers, en murmurant que c'était mauvais. Bien qu'elle en connaissait les dangers, elle ne se sentait pas capable de se priver d'un tel réconfort. Klea recracha doucement la fumée, s'amusant à faire des formes d'animaux avec sa baguette. Elle aimait bien inventer des histoires en créant des personnages qui se muaient dans la fumée, lorsqu'elle fumait très tard dans la nuit.

Lorsqu'elle eut posé sa question sur le périple de Yun, celui-ci se rapprocha et se mit face à elle. Klea eut un imperceptible mouvement de recul, réflexe de sa peur du moindre contact.

- Je suis juste de passage, répondit-il, et en effet, disons que je n'ai pas eu de jours faciles dernièrement. Et toi ? Qu'est-ce tu es venue faire ici ?

Klea acquiesça d'un signe de tête. Peut-être revenait-il d'une sorte de quête magique, dans laquelle il avait été amené à se battre contre des mangemorts, dans l'ultime but de briser elle-ne-savait quel objet magique non identifié pour sauver l'humanité. Ou alors il s'était battu contre des dragons sauvages qui l'avaient attaqué alors qu'il s'était mis en tête de voyager seul en marge du monde sorcier, et que la lutte avait été terrible. Ou alors il avait fait explosé un chaudron. Klea trouvait cette dernière solution moins héroïque et la raya mentalement. Elle évalua la question du jeune homme.

- Me balader,
dit-elle en haussant les épaules. Et accessoirement adopter Jazz.

Elle aperçut celui-ci qui reniflait un mur plutôt sale, et se tourna de nouveau vers Yun.

- Et sinon... « conscience », quel est ton prénom ? J'aime bien savoir qui m'habite.

La jeune fille ne se pressa pas de répondre doucement :

- Klea. Mais, comme tu peux le voir, je n'habite pas dans ta tête. J'étais toute serrée là dedans... Bien qu'il y ait de la place.


Elle eut un sourire taquin et ajouta en murmurant, d'un air qu'elle feignit très sérieux :

- Je suis partout, et même si je ne parle pas, je décide de tout ce que tu fais. Je contrôle ta propre justice morale, je te dicte ce qui est bon, et ce qui est mauvais. Je décide si tu juges bon de voler, ton envie de tuer, ta gourmandise, même. Tout !

Elle jeta sa tête en arrière avec un rire faussement mauvais et le regarda avec un sourire franc. Elle ne savait pas vraiment pourquoi elle se sentait si libre de vivre. Elle avait cette impression que rien ne pourrait jamais l'empêcher de faire ce qui lui plairait, que rien la retenait ici ou ailleurs, sur cette planète, et que peu importait ce qu'il pourrait lui arriver. Sa vie lui avait appris, et c'était peut-être une chose triste, que tout avait une fin. La sienne ne l'effrayait pas. Et elle s'en amusait.

- Mais sinon, je suis à Serdaigle. Je ne sais pas pourquoi je te donne ce détail, j'ai l'impression que les gens portent beaucoup d'importance à leur maison. C'est... Amusant.


Klea leva les yeux et fixa distraitement deux pigeons sur une gouttière.
Revenir en haut Aller en bas
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
Contenu sponsorisé

Re: Un peu d'air...

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 2 sur 19

 Un peu d'air...

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 10 ... 19  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Chemin de Traverse-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.