AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Chemin de Traverse
Page 19 sur 19
Un peu d'air...
Aller à la page : Précédent  1 ... 11 ... 17, 18, 19
Damien J. Eales
Gryffondor
Gryffondor

Re: Un peu d'air...

Message par : Damien J. Eales, Sam 20 Mai 2017 - 17:42


--------Passé. Présent. Futur ? - [PV avec Chloé Greenwood.]



Nul besoin de réfléchir au sujet de cette jeune femme sur laquelle mon regard s'était arrêté. Je savais. Un léger sourire en coin s'était formé sur mes lèvres, le même que ce jour là, lorsque le Choixpeau avait finalement annoncé son verdict d'une voix tonitruante, réalisant alors que je venais d'être envoyé dans la maison qui avait vue mon défunt grand frère grandir. D'un pas affirmé, j'avais rejoint la table des Gryffondor pour assister à la suite de la cérémonie, avec une attention particulière pour celle dont le regard avait croisé le mien. Chloé Greenwood, une Serdaigle, que le jeune Damien et l'actuel observaient en silence. Quels étaient les probabilités pour que je la recroise de la sorte ? Quand bien même ce n'était pas la seule et unique fois que nous nous étions vus.

Sans perdre de temps, je m'élançais en sa direction de façon nonchalante, me sentant guidé vers elle comme ce fut le cas il y a de cela des années, lorsque j'avais à peine treize ans... Je me trouvais là, debout dans la salle de cours de défense contre les forces du mal, les mains derrière la nuque, en train de pivoter dans tout les sens à la recherche d'un partenaire de duel. Pourquoi était-ce si difficile de trouver quelqu'un aujourd'hui ? D'habitude je n'avais aucun mal, mais là... je passais donc en revue les visages qui s'offraient à moi, mais aucun ne me semblait bien transcendant. Alors que j'étais en proie au désespoir, soupirant avec force, je fis demi-tour, prêt à sélectionner quelqu'un purement au hasard lorsque je trouvais enfin...   


Chloé était entrée dans mon champ de vision et maintenant que j'y pensais, bien que nous avions des cours communs, je n'avais jamais véritablement pris la peine de lui parler quand bien même j'étais du genre social. Mais malgré ça, quelque chose avait captivé mon attention, comme lors de mon premier jour à Poudlard, sans que je ne puisse pour autant mettre le doigt dessus... Chassant toutes pensées de mon esprit, je fis retomber mes bras le long de mon corps et j’affranchissais finalement la distance nous séparant, me positionnant face à elle, lui offrant un large sourire étincelant pour prononcer une phrase, une simple phrase pour engager la conversation, d'un ton chaleureux.


D A M I E N ---E A L E S
Salut Chloé !


Ces mots résonnèrent dans mes souvenirs, mais également ici, au Chemin de Traverse étant donné que je venais réellement de les prononcer à l'attention de la jeune femme que la hasard avait décidé de placer ici, au même endroit que moi, le même jour, à croire que c'était bien trop gros pour être vrai. Et pourtant... le passé semblait ressurgir d'un seul coup à sa simple vue, quelque chose qui ne m'arrivait pourtant pas en croiser d'anciens visages. Je me permis alors de m'installer lentement à ses côtés, l'observant pendant quelques instants comme si je ne croyais pas moi-même à ce que je voyais.   

Et là où dans le passé, je n'avais rien prononcer de plus après l'avoir salué, ayant patiemment attendu qu'elle prenne la parole pour poursuivre une conversation, en ce moment précis, je me sentais d'humeur à sur-enchérir, à pointer du doigt l'ironie de ses retrouvailles ici, sur le Chemin de Traverse, dans une ambiance parfaitement calme et teintée de nostalgie.


D A M I E N ---E A L E S
C'est assez amusant de se retrouver comme ça, par pur hasard. Comment tu vas depuis tout ce temps ?



DAMIEN J. EALES.--------


Revenir en haut Aller en bas
Chloé Greenwood
avatar
Serdaigle
Serdaigle

Re: Un peu d'air...

Message par : Chloé Greenwood, Dim 21 Mai 2017 - 3:24


Treize ans après, il avait toujours ce sourire à faire fondre un coeur des plus glacés. C'était peut-être l'une des premières choses qu'elle avait aimé chez lui, alors qu'elle ne lui avait encore jamais adressé la parole. Il avait eu ce sourire, déjà, le jour de sa répartition. Assis sur le tabouret, le Choixpeau avait crié le nom de sa maison - celle des rouges et or. A ce moment précis, son visage s'était illuminé de ce sourire si particulier, tendre et sincère à la fois. Chloé Greenwood en avait presque perdu le fil de ses pensées, ce jour-là. Elle pivotait son visage, suivant au centimètre près son chemin jusqu'à la table des Gryffondor et le regarda s'asseoir auprès de ses camarades. Il souriait encore. Et elle, elle décida d'arrêter de rêver et de se re-concentrer sur le moment présent. Ce genre de garçon, ça ne restait pas avec les gens comme elle. Et le Choixpeau ne fit que confirmer ce qu'elle avait pensé, en l'envoyant à Serdaigle quelques dizaines de minutes après. Est-ce qu'il avait suivi sa répartition, comme la Greenwood avait suivit la sienne? Avait-il remarqué quelque chose de particulier chez elle?

La vélane n'eut jamais la réponse à ses questions, bien qu'elle avait pensé pouvoir les obtenir le jour où il avait fait le premier pas vers elle, dans un cours de Défense contre les Forces du Mal. À l'époque, et malgré son don, Chloé ne faisait pas partie des gens populaires. Elle aimait rester dans son coin, calmement. Les exercices en groupe étaient toujours une corvée pour elle. Mais pas ce jour-là. Pas le jour où Damien Jones Eales avait décidé de lui adresser son sourire, pour la première fois. L'ex Serdaigle se souvenait qu'à ce moment-là, son coeur avait du manquer une dizaine de battements.

Treize ans après, quand elle l'avait revu sur le Chemin de Traverse, le sourire qu'il lui avait adressé au loin avait encore chamboulé le rythme de son coeur. A mesure qu'il se rapprochait d'elle, assise sur son banc, le souvenir du cours de Défense contre les Forces du Mal se fit plus intense.

Elle le revoyait, se diriger vers elle alors qu'il avait cherché un partenaire pendant cinq bonnes minutes avant de la remarquer. Et là, quand il était arrivé à sa hauteur, il avait recommencé. Ses lèvres avaient dévoilé ses dents blanches, parfaitement alignées. Chloé ne put s'empêcher de lui rendre son sourire. Un an environ s'était écoulé depuis la première fois où elle l'avait aperçu. Depuis, la Serdaigle de l'époque ne l'avait croisé que rapidement dans les couloirs, réfléchissant sans arrêt aux méthodes qu'elle aurait pu employer pour provoquer une discussion. Mais elle n'avait jamais rien osé faire. Alors, elle avait attendu, patiemment. Jusqu'à ce jour, où il avait ouvert la bouche pour la saluer.

Alors qu'elle avait passé tant de temps à chercher son regard dans la Grande Salle, elle s'était surprise à le fuir presque, de peur qu'il ne lise en elle tout le bien qu'elle pensait de lui, alors qu'elle ne le connaissait même pas. La jeune fille, elle, lui avait juste rendu un « Salut, Damien Jones Eales » d'une voix douce, ponctué d'un nouveau sourire.

Elle avait utilisé cette même voix douce et ces exacts mêmes mots, assise sur le banc du Chemin de Traverse. L'ancien Gryffondor était là, à quelques centimètres d'elle à peine, et mit quelques secondes avant de décider de s'asseoir un peu plus près encore. Une nouvelle fois, sans vraiment savoir pourquoi, la jeune femme fuyait son regard, mais ne put s'empêcher de lui sourire. Comme une gamine de treize ans. Alors, lorsqu'il reprit la parole pour lui demander de ses nouvelles, la vélane leva la tête vers lui, et décida de le regarder dans les yeux et de le serrer affectueusement contre elle. Elle était heureuse de le revoir, et elle voulait qu'il le sente. Elle voulait le sentir, elle aussi. Car, depuis sa sortie d'Azkaban, le bonheur avait pris la fuite.

« C'est vraiment dingue qu'on arrive à se retrouver ici, aujourd'hui, parmi tout ce monde! T'as pas changé, toi, en tout cas. »

La vélane marque une pause. Elle n'allait quand même pas lui parler de son sourire, si?

« Je t'ai reconnu grâce à ton sourire. »

Et bien si, elle l'avait fait. En rigolant en plus. Une petite voix dans sa tête commençait à lui crier des insultes, assenant de changer de sujet.

« Hm, écoute, je sais pas trop par où commencer, ça fait des années qu'on ne s'est pas vus... Il s'en est passé, des choses après Poudlard. J'ai été Auror pendant quelques mois, et après... »

Azkaban lui revient en tête à la manière d'une gifle en pleine figure. Comment pouvait-elle lui raconter ce qu'elle était devenue, alors qu'elle avait passé les 6 dernières années de sa vie en prison? Et, surtout, qu'allait-elle bien pouvoir lui dire, après avoir arrêté de parler aussi subitement?

« Et après, la vie a suivi son cours. »

Sa voix s'était durcie, et elle sentait ses souvenirs douloureux refaire déjà surface. Elle avait perdu son sourire, mais tenta de recentrer la conversation sur lui.

« Toi aussi tu rêvais d'être Auror, non? Tu m'en avais parlé, je m'en souviens... Pendant un cours où on avait fait équipe, tous les deux... »

Chloé fit semblant de réfléchir. Elle se souvenait de chaque instant de ce cours. C'était peut-être l'un des seuls dont elle se rappelait, d'ailleurs.

« C'était un cours de Défense contre les Forces du Mal, non? »

Ironique, n'est-ce-pas?
Revenir en haut Aller en bas
Damien J. Eales
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Un peu d'air...

Message par : Damien J. Eales, Dim 21 Mai 2017 - 16:52


--------Passé. Présent. Futur ? - [PV avec Chloé Greenwood.]



Une scène du passé se rejouait devant moi, respectant le moindre mot, la moindre phrase, la moindre virgule pour l'instant. Mais le script fut remanié au moment où je m'étais installé à ses côtés, lui demandant de ses nouvelles et obtenant en guise de réponse une accolade. Son étreinte affectueuse se refermait sur moi, m'offrant un sentiment des plus appréciable. Trop longtemps j'avais été plongé dans la froideur de la solitude de mon propre chef, oubliant totalement la chaleur des plus agréables, se rependant dans tout le corps à la suite de ce genre d'instant partagé avec autrui. Me laissant emporter par tout cela, je me décidais enfin à la serrer contre moi également, étant heureux de la retrouver après tout ce temps quand bien même les moments que nous avions passer ensemble ne se comptaient que sur les doigts d'une main.

Suite à cela, la jeune femme m'adressant la parole, soulignant également le fait que ces retrouvailles relevaient presque de l'impossible, étant donné la foule qu'il y avait en ce jour, sur le Chemin de Traverse. Et pourtant... malgré ça, nos regards avaient fini par se croiser, comme ce fut le cas lors de notre répartition et à d'autres occasions. A croire qu'un certain magnétisme s’exerçait entre nous, nous permettant de nous retrouver dans ce genre d'instant, ce même m'ayant pousser à me focaliser sur elle lors de notre premier jour à Poudlard pour je ne sais quelle raison.


Et en parlant de raison, celle qui avait fait qu'elle m'avait reconnu me fit échapper un rire. Non pas le genre moqueur auquel j'avais été abonné pendant si longtemps, non, le genre qui était franc et sincère. De plus, me reconnaitre grâce à mon sourire n'était pas commun, généralement, c'était mes yeux qui avaient tendance à marquer un peu plus les esprits, étant d'un bleu assez peu commun, directement hérité de ma défunte mère. Pour ma part, je l'avais reconnue à son visage, ayant une excellente mémoire visuelle et n'ayant de toutes façon jamais oublié le sien. Les changements étaient minimes chez elle, bien que je pouvais dire qu'elle arborait une coupe de cheveux différentes - comme c'était mon cas d'ailleurs, en plus de la barbe, cela allait de soit que je ne l'avais pas lors de ma dernière année à Poudlard -  mais n'enlevant absolument rien au charme qu'elle possédait.  


D A M I E N ---E A L E S
Assez original comme méthode pour reconnaitre, mais ça marche super bien visiblement !


Clôturant ma phrase par un léger rire, je m'arrêtais lorsqu'elle prit la parole à nouveau, apprenant avec surprise qu'elle avait été Auror. Je l'avais été également, bien que mon aventure au Ministère fut assez brève au final, m'étant rapidement plonger dans mes vices pour devenir une personne que je m’efforce à présent de ne plus être, dans le but de ne plus avoir honte de m'observer dans un miroir, chose qui n'est pas encore totalement gagnée. Mais mon attention ne fut pas captée par le fait qu'elle avait eu le même emploi que moi. Non. C'était quelque chose qui semblait bien plus profond, bien plus grave... cette voix qui s'était durcie pendant un instant, ce genre d'intonation, cette façon de passer sur un autre sujet assez rapidement...

J'agissais exactement de la même façon lorsque je voulais omettre mon secret, le fait que j'avais succombé au mal que j'utilisais pour combattre ce même mal. Elle avait visiblement quelque chose à cacher ou du moins, elle avait vécue quelque chose de peu appréciable. Certaines personnes feraient sans doute tout pour lui tirer les vers du nez, mais je n'étais pas de ceux là, je respectais ce genre de choix et puis, insister autant alors que nous ne nous connaissons pas véritablement était totalement déplacé. Je feignais donc le fait de n'avoir rien compris, répondant avec entrain à sa question.




D A M I E N ---E A L E S
C'était bien mon rêve. Et je l'ai d'ailleurs accomplis, même si comme toi, cela n'a duré que quelques mois. Certaines choses ont fait que j'ai abandonner ce métier.


Cette chose était le début de ma croisade, celle dans laquelle je m'étais lancé, épaulé par des disciples directement hérité de mon grand-père, dans le but d'éradiquer un par un les Mangemorts... ce que je n'avais pas réussi d'ailleurs, à croire que mes phases de justiciers solitaires étaient toujours voués à l'échec. Je me rappelais encore lorsque peu de temps après la fin de ma scolarité à Poudlard, je m'étais mis en tête de tenter d'arrêter les Mage Noirs pour les livrer au Ministère... comment avais-je pu être aussi stupide, naïf, aussi confiant vis à vis de mes capacités ? L'envie de soupirer se présentait, mais à sa place, un sourire se forma sur mes lèvres en constatant qu'elle n'avait pas oubliée le cours où nous nous étions véritablement adresser la parole pour la première fois. 


D A M I E N ---E A L E S
Exact ! Je me souviens très bien de ce cours d'ailleurs.


L'adolescent que j'étais n'avait pas perdu de temps après les salutations échangé avec la Serdaigle, ayant directement tendu sa main vers elle, toujours ce même sourire aux lèvres pour finalement prononcer quelques mots, se disant qu'ils auraient le temps de parler plus une fois la réponse de la jeune fille donnée, « Ça te dirais d'être ma partenaire ? ».



DAMIEN J. EALES.--------


Revenir en haut Aller en bas
Chloé Greenwood
avatar
Serdaigle
Serdaigle

Re: Un peu d'air...

Message par : Chloé Greenwood, Lun 22 Mai 2017 - 3:57


Il était étrange que son coeur batte aussi fort dans sa poitrine en cet instant. Elle qui avait passé des années à se demander si elle en avait encore un. Pourtant, Damien, en un seul regard, avait réussi à remettre en marche cette mécanique un peu désordonnée. Certains rouages devaient être un peu usés, mais c'était comme si son retour avait débloqué la machine. Chloé ressentait à nouveau des choses qu'elle ne s'était plus autorisé depuis bien longtemps. En quelques minutes de retrouvailles, il avait réveillé ce qu'il restait de plus heureux en elle - des souvenirs auxquels elle n'avait pas pensé pendant des années.

Mais la partie sombre d'elle-même ne semblait pas pour autant décidée à la laisser profiter de ce bonheur éphémère. Ses démons étaient toujours là, quelque part dans un coin de sa tête. Et même le rire doux de l'ancien Gryffondor ne pouvait pas les écarter. La Greenwood avait fait partie de l'ordre des Mages Noirs. Elle ne voyait pas bien comment retrouver un vieux copain comme si de rien n'était. Elle avait du mal à être naturelle, car elle savait que ce morceau de sa vie pouvait resurgir à n'importe quel moment dans la conversation. Et, même si elle ne le connaissait pas tant que ça au final, la jeune femme voulait le protéger d'elle.

Peut-être l'avait-il compris, puisqu'il ne releva pas sa tentative désespérée et ridicule de changer de sujet. Pourtant, quand sa voix s'était refroidie lorsqu'elle avait failli parler de son passer, Chloé avait bien vu son regard changer. Il avait saisi quelque chose, elle en était certaine. Mais surtout, il semblait avoir déchiffré qu'il ne fallait pas insister. Au fond d'elle, l'ex Serdaigle se sentit soulagée.

D'autant plus que, lui aussi semblait avoir ses secrets. « Certaines choses » l'avaient apparemment détourné de son rêve de toujours. Certaines choses, hein? La jeune femme se reconnaissait presque en lui, dans les moments où elle essayait de rester le plus vague possible sur le contenu des dernières années de sa vie. Et s'ils étaient en fait bien plus semblables qu'ils ne le pensaient?

Elle ne dit mot, respectant à son tour ses envies de mystère. Après tout, Chloé aimait bien ça. Elle préférait prendre son temps pour connaître les gens. Même si, au final, tous ceux qui s'étaient un tant soit peu ouverts à elle étaient tous partis à leur manière, la laissant plus seule que jamais.

Mais Damien, c'était un peu différent. La vélane pouvait compter les prénoms chers à son coeur sur les doigts d'une main. Et celui de Damien n'avait jamais vraiment quitté sa tête. Après toutes ces années, il était encore là. Il n'était pas parti. Et il n'était pas mort, non plus. Alors, peut-être était-ce un signe pour lui montrer qu'elle pouvait juste accepter son retour dans sa vie? La jeune femme sourit en se rendant compte qu'elle allait un peu trop vite. Ils s'étaient juste croisés par hasard sur le Chemin de Traverse. Il n'y avait probablement aucun signe à voir là-dedans.

Et pourtant... Lui aussi lui confia avoir un souvenir très clair de ce fameux cours de Défense contre les Forces du Mal, où ils s'étaient adressés la parole pour la première fois. Mais ce qui avait marqué Chloé n'était pas sa demande de faire équipe avec elle, non. Ce dont elle se rappelait, c'était de sa main tendue devant elle. Elle se voyait encore avoir levé les yeux vers lui, comme pour lui demander s'il était sûr de ce qu'il faisait. Et, comme son sourire ne l'avait pas quitté pendant qu'elle hésitait, elle avait décidé de poser délicatement sa main dans la sienne, avant de lui répondre d'une voix douce. « Avec plaisir ».

Les consignes de l'exercice auquel ils avaient du se plier ce jour-là étaient également encore très claires dans son esprit. Il s'agissait d'un entrainement au duel afin qu'ils puissent travailler aussi bien en attaque qu'en défense. Alors que le professeur de l'époque donnait les consignes, ils avaient imité les élèves autour d'eux, s'éloignant à nouveau pour se positionner l'un en face de l'autre.

« Tu te rappelles, le premier sortilège que tu m'avais lancé, après qu'on se soit salués pour le duel? Tu m'avais sacrément surprise... Mais j'avais quand même su répliquer! »

Elle souriait de nouveau. La compagnie du jeune homme tout près d'elle était plaisante. Et, surtout, se souvenir avec lui était plaisant. Pourtant, alors qu'elle se rappelait de leur premier face à face, une autre vision, nettement plus floue, s'imposa à elle. Elle revit ses yeux, posés sur elle, dans la salle de cours de Poudlard. Elle plongea son regard dans le sien de l'homme assis sur le banc à ses côtés. Ce regard. Il lui semblait l'avoir revu, après avoir leur départ de l'école, en septième année. Mais de manière bien différente que leur rencontre impromptue sur le Chemin de Traverse. Elle avait cet étrange sentiment que le duel du cours de Défense contre les Forces du Mal n'était pas le seul qui les avait opposés... Elle regardait toujours Damien, intensément, tentant de rassembler ses esprits. Il devait se demander ce qui lui arrivait. Elle ne disait plus rien et semblait figée dans le temps.

À mesure que les secondes passaient, tout s'éclaircissait un peu plus.

Chloé avait bien revu Damien, après leur sortie de Poudlard. Elle avait bel et bien recroisé son regard. Mais il n'avait sans doute aucune idée que c'était elle. Parce que ce jour-là, elle avait un masque sur le visage.
Revenir en haut Aller en bas
Damien J. Eales
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Un peu d'air...

Message par : Damien J. Eales, Mar 23 Mai 2017 - 2:22


--------Passé. Présent. Futur ? - [PV avec Chloé Greenwood.]



Une ancienne connaissance. C'était tout ce qu'il m'avait fallu pour sortir de ma morosité devenue habituelle pour me retrouver un peu plus, pour être à nouveau moi-même ne serais-ce qu'un instant. Pourquoi ? Comment ? Deux questions qui ne trouveront pas de réponse, comme celle que je me posais concernant ces souvenirs en compagnie de Chloé qui était si nets, si précis, quand bien même il s'agissait de quelque chose d'aussi anodin qu'un cours passé ensemble. C'était bien l'un des seuls dont je me souvenais intégralement. Non, le seul. Mais au final, fallait-il réellement que je me pose ce genre de question ? Tout ce qui importait étant le fait qu'auprès d'elle, je me sentais bien. Je me sentais vivant, contrairement à ces derniers temps et cela me procurait un bien fou. Alors même si tout ceci était éphémère, il fallait que je profite du fait de l'avoir retrouver et avec elle, retrouver Damien Eales.

Ce même Damien Eales que je pensais avoir assassiné, enterré à la manière de toutes ces personnes que j'avais mis six pieds sous terre et dont le sang tâchais à jamais mes mains impures. Mais au final, il était toujours là, quelque part, ne demandant visiblement qu'à ressurgir, à ne former plus qu'un avec cette part d'ombre qui avait jusque là dominée, pour retrouver l'équilibre, afin d'être bien plus proche de ce jeune adolescent qui avait ressentis une certaine joie lors de ce cours de Défense contre les forces du mal, lorsque la Serdaigle se tenant à mes côtés avait placée sa main dans la sienne en acceptant sa proposition d'une voix douce. Cet instant avait d'ailleurs duré quelques secondes, quelques secondes durant lesquels il n'y avait pas eu le moindre mot, juste un échange de regard.


Ce moment avait néanmoins été brisé par la voix du professeur m'ayant ramener sur terre, ayant fait un bref rappel des règles d'un duel, suivis des consignes à suivre. Comme les autres, nous avions placé de la distance entre nous tout en restant l'un face à l'autre. Et à ce moment là, je me souvenais précisément de ce que je lui avais dis, au mot près. « Vas-y à fond, n'ai pas peur de me blesser. J'aimerais devenir Auror plus tard, alors il faut déjà que je m'apprête. Et si jamais... on a une bonne infirmière, non ? », rigolant ensuite de bon cœur suite à ma dernière phrase, j'avais placé mes mains derrière ma nuque, attendant patiemment le moment du duel.

Et à présent nous étions là, deux adultes ayant visiblement chacun ses secrets, le genre qui ne pouvait visiblement pas être dévoilé à n'importe qui, qui ne devais pas, afin de ne rien gâcher de ce moment. Du moins, c'était ainsi que j’interprétais la phrase de Chloé et bien entendu, je pouvais me tromper, mais j'en doutais fortement. J'avais tant eu l'habitude d'employer ce ton, cette façon de changer de sujet et toutes ces petites choses qui ne pouvaient tromper mon regard, que j'en étais persuadé.

Mais n'étant pas homme à forcer les autres, je n'allais rien faire, tout comme elle n'avait rien fait alors que je lui avais offert sur un plateau d'argent le fait qu'il s'était passé certaines choses dans ma vie, des choses m'ayant pousser à stopper ma carrière d'Auror, ce que je regrettais à présent puisque c'était à partir de là que tout était parti en vrille pour moi. Mais ressasser le passé était inutile, je ne faisait que ça durant mon temps libre, autant ne pas le faire maintenant.

Même si je n'eut pas d'autre choix que de le faire vu la conversation que j'entretenais avec l'ancienne Serdaigle, mais là, c'était dans un contexte bien plus agréable, largement plus plaisant. Je me souvenais en effet du premier sortilège que je lui avais lancer, comment l'oublier d'ailleurs, tant celui-ci était... original ?



D A M I E N ---E A L E S
C'était un maléfice des dents de lapin ! Je m'en souviens, tout les élèves utilisaient des sortilèges bien plus traditionnels autour de nous et moi... j'ai utilisé ça dès que le prof' nous a fait débuter notre duel. Heureusement que tu l'as dévié d'ailleurs, ça aurait été du gâchis de te faire subir ça !


... Venais-je de la complimenter, comme ça, sans même m'en rendre compte sur le moment ? Oui. Totalement même. Mais quand bien même je me sentais légèrement stupide de l'avoir fait comme ça, il n'y avait aucune honte à avoir après tout. Tout comme je n'avais eu aucune honte à utiliser ce sortilège si grotesque contre elle lors de notre affrontement. Un affrontement qui était plaisant, agréable, bon enfant... à des années lumières de ceux que j'avais pu avoir par la suite, dont certains avaient failli me couter la vie, notamment ceux disputé peu de temps après mon année scolaire. Je me souvenais encore d'un s'étant déroulé contre un Mangemort, le seul que j'avais eu contre l'un d'entre eux en dehors de mes années Auror.

Je m'en souvenais parfaitement, ce jour-là, mon corps était meurtris de précédents affrontements que j'avais eu avec des Mages Noirs, un bandage protégeant une plaie assez fraiche que je m'étais faite à l'épaule, m'handicapant fortement. Et il avait fallu que je tombe nez à nez avec cette personne... bien différente de ceux que j'avais combattu autre fois, car elle, était officiellement affilié à l'ordre des Mangemort contrairement à ceux contre qui je luttais d'habitude... c'était la seule fois où j'aurais vraiment pu mourir, ou j'aurais même dû mourir. Mais pour une raison qui m'échappait, le destin en avait visiblement décider autrement en m'épargnant. Sans doute avais-je encore des choses à accomplir dans ma vie.



D A M I E N ---E A L E S
Ça fait plaisir de te revoir, en tout cas.


J'avais prononcé cette phrase comme ça, au moment même où elle m'avait traverser l'esprit. Et je le pensais sincèrement d'ailleurs, voulant en connaitre un peu plus sur cette fille que je n'avais que trop peu vu à Poudlard et dont pourtant, je me souvenais encore parfaitement bien des années plus tard.



DAMIEN J. EALES.--------


Revenir en haut Aller en bas
Chloé Greenwood
avatar
Serdaigle
Serdaigle

Re: Un peu d'air...

Message par : Chloé Greenwood, Ven 26 Mai 2017 - 3:21


Tous ses efforts pour paraître normale l'espace d'un après-midi, d'une heure, d'un instant, s'évanouirent en quelques secondes à peine. C'était comme si tous ses démons, qu'elle avait tenté de cacher pendant tout ce temps, étaient réapparus d'un coup. Sans qu'elle ne puisse les remettre à leur place.

En regardant Damien, elle se revoyait, en face de lui, lors du cours de Défense contre les Forces du Mal. Elle l'entendait presque lui confier ses ambitions de devenir Auror. Lui demander de ne pas avoir peur de le blesser. Sa voix résonnait encore contre ses tympans. Elle pouvait le revoir braquer sa baguette magique contre elle, pour lancer son premier sortilège. Lui aussi s'en souvenait très bien, aujourd'hui. Mais Chloé, trop bouleversée par ce qu'elle venait de comprendre, l'entendit à peine, au loin, formuler un compliment à son encontre.

Dès qu'elle fermait les yeux, elle quittait la salle de cours pour se retrouver dans un endroit beaucoup plus sombre. Beaucoup plus froid. Beaucoup plus noir. La seule similarité entre ces deux moments du passé était qu'à chaque fois, Damien braquait sa baguette sur elle. Une fois en tant qu'ami. L'autre foi en tant qu'ennemi. Sauf qu'il n'en avait aucune idée, pour le moment.

La Greenwood sentait un vent de panique souffler en elle. Devait-elle lui dire? Devait-elle lui confier les plus sombres parties de sa vie alors que Damien avait été la seule personne à lui apporter quelques minutes de bonheur pendant ces dernières années? Devait-elle prendre le risque de le faire fuir? D'attiser sa rancoeur? Sa peine? Sa colère? Après tout, elle ne le connaissait même pas. Comment allait-il réagir quand elle lui annoncerait qu'elle était celle derrière le masque?

Pour le peu qu'elle se souvenait de ce moment, elle s'était retrouvée en face à face avec lui. Pour la deuxième fois de leur vie. À ce moment là de sa vie, Chloé était bien trop perturbée pour parvenir à faire la différence entre ce qui était bien; ce qui était mal. Aveuglée par la haine et l'incompréhension, elle n'avait même pas cherché à reconnaître Damien, ce jour-là. Il était juste tombé sur sa route. Au mauvais endroit. Mais surtout au mauvais moment. Et les blessures qui ornaient déjà son corps n'avaient rien pour pousser Chloé à l'épargner. S'il souffrait, autant en terminer tout de suite, non?

Non. Ca ne s'était pas passé comme ça. Ce jour-là, elle l'avait laissé partir. Pourquoi? Est-ce que même son double, aussi sombre qu'il était, avait compris que Damien et elle étaient destinés à se revoir?

Il fallait qu'elle lui dise. Elle ne pouvait pas lui mentir. Dans sa quête de rédemption, la seule erreur aurait été de se taire. Elle devait juste faire l'impasse sur ses craintes.

Plus facile à dire qu'à faire.
Au moment où elle reprenait ses esprits, il cherchait son regard.

« Ça fait plaisir de te revoir, en tout cas. »

Tout le plaisir de Chloé avait été subitement gâché par son passé.
Elle releva le visage vers lui, mais n'osait pas le regarder dans les yeux. Elle fuyait son regard. Car, dans ses prunelles, elle ne voyait que de belles choses. Elle arrivait à s'imaginer un avenir à nouveau alors que, jusqu'à présent, elle ne s'était autorisée qu'à vivre avec son passé, pour en souffrir autant qu'elle le méritait. Avec ou sans lui, peu importe, mais surtout grâce à lui, elle s'imaginait grandir jusqu'à vieillir. Mais comment un homme comme lui pourrait-il vouloir d'un monstre comme elle?

« Damien... Je... Je crois qu'il faut qu'on parle... De quelque chose qui s'est passé... avant. C'était il y a longtemps. Je suis désolée... »

Malgré tout ses efforts pour rester stable, sa voix avait tremblé. Elle savait qu'il suffirait de quelques secondes à Damien pour comprendre. Autant de temps qu'il avait fallu à son passé pour la surprendre de nouveau.
Revenir en haut Aller en bas
Damien J. Eales
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Un peu d'air...

Message par : Damien J. Eales, Mer 7 Juin 2017 - 16:57


--------Passé. Présent. Futur ? - [PV avec Chloé Greenwood.]



Cet instant de bonheur partagé avec Chloé semblait s'être déjà fané. Son regard ne partait plus à la recherche du mien, pire encore, il tentait de le fuir. Mais pourquoi ? Pourquoi ce changement brutal de comportement envers moi ? La réponse fut apportée par la principale intéressée qui, lorsqu'elle ouvra la bouche, me plongea dans le doute. De quoi voulait-elle parler ? Que s'était-il passé ? A quoi bon s'excuser ? Toutes ces questions me poussèrent à la réflexion, éveillèrent mes sens m'aidant à en trouver un à toute cette histoire. Cette voix... la sienne... cette même qui avait tremblée lorsqu'elle s'était adressée à moi... c'était sur celle-ci que je devais me focaliser et non sur ce qu'elle venait de m'apprendre. Car je l'avais déjà entendue, j'en étais désormais persuadé. Bien que jamais je ne l'aurais reconnue si l'ancienne Serdaigle ne m'avait pas aiguiller sur le fait qu'on devait parler d'un moment passé dont elle était désolée.

En mettant cela avec ce que j'avais compris lorsqu'elle avait à peine abordée son passé, le doute n'était plus permis... cette personne qui, dissimulée sous un masque, avait essayer de me tuer se trouvait à mes côté en ce moment-même. Leurs voix étaient parfaitement identique bien qu'exprimant des émotions totalement opposées. Pourquoi avait-elle sombré à ce point ? Je n'en avais aucunes idées. Après tout, sans tout les indices qu'elle avait semer lors de ses discours, jamais je ne m'en serais douté et je n'aurais même jamais fait le rapprochement. Et elle se doutait très certainement que je l'avais fait en ce moment même, craignant sans doute ma réaction vis à vis de tout ceci.


Il y a quelques mois de cela à peine, elle aurait en effet pu craindre ma réaction, mais je n'étais plus le même homme, tout ce que je cherchais à présent était la rédemption et l'équilibre. Ainsi, je ne pouvais pas condamner une personne qui se trouvait être sur le même chemin que moi, qui avait elle aussi fait des choses horribles et qui voulait visiblement mettre tout ceci derrière elle. Je fis alors quelque chose à laquelle la Greenwood ne s'attendait sans doute pas du tout, posant délicatement ma main sur l'une de ses épaules, cherchant son regard du mien qui était ampli d'une certaine douceur pour l’apaiser, accompagné d'un léger sourire en coin.


D A M I E N ---E A L E S
Ce qui s'est passé ce jour-là n'a aucune importance. J'ai moi aussi fait des choses atroces dans le passé, un passé qui n'est pas si lointain, malheureusement.


Bien que j'étais persuadé de faire le bien en tuant les Mages Noirs qui me tombaient sous la main, le constat était là : durant cette période, je n'étais nul autre qu'un tueur s'étant trouvé le parfait alibi pour assouvir ses pulsions sous couvert d'une noble cause qui ne l'était absolument pas lorsque l'on réfléchissait bien. Je ne valais pas mieux qu'un Mangemort, tuant eux aussi au nom de leurs causes. Et j'avais sans doute, dans le tas, commis des crimes sur des personnes qui devaient être innocentes sans même m'en être rendu compte sur le moment même...

Du coup, juger Chloé était quelque chose de tout à fait impensable, quelque chose qui serait totalement hypocrite au final. D'autant plus que son regard parlait bien plus que les mots, elle regrettait amèrement ce qu'elle avait fait, j'en étais parfaitement persuadé, cette lueur ne pouvait pas du tout me mentir puisqu'il s'agissait de celle que j'avais également lorsque je repensais à tout ces évènements tragiques que j'avais causé.

Nous étions finalement bien plus proche que nous ne l'aurions pu penser au premier abord, ayant eu un parcours qui semblait différent, mais qui était pourtant parfaitement similaire. Même si je me doutait que les raisons nous ayant tout deux pousser sur le chemin de la haine et la mort étaient parfaitement différentes. Mais dans l'immédiat, je ne souhaitait pas lui faire aborder ce sujet et ne voulait pas l'aborder non plus. Certaines plaies étant encore trop fraiches, je ne voulais pas prendre le risque de les ouvrir à nouveau. Je me recentrais alors sur mon amie, mon regard toujours dans le sien.



D A M I E N ---E A L E S
Donc tu n'as pas à t'en faire, je ne vais pas te juger pour ce que tu as pu être et ce que tu as pu me faire. Et puis en parlant de ça... tu m'as épargné alors que tu aurais très bien pu me tuer facilement, non ?


Je me revoyais, quelques années auparavant, quand je venais tout juste de quitter Poudlard. Mon corps était meurtris, couvert de blessures que je devais à plusieurs affrontements assez rapprocher face à des Mages Noirs contre lesquels j'avais voulu me mesurer. Et là, dans la pénombre, je me trouvais face à mon premier Mangemort, face à une personne contre laquelle j'avais grand mal à lutter. Mon corps commençait de plus en plus à faiblir, mon épaule m'arrachant un hurlement de douleur après avoir lancer un puissant sortilège qui, visiblement, m'en demandait bien trop physiquement. Mais même si j'avais pu lutter jusqu'alors, ma respiration haletante et mes jambes commençant à supporter difficilement mon poids étaient là pour m'indiquer que ma vie touchait à son terme. Que cette bataille était celle de trop et que rien n'allait pouvoir me sauver de ce qui allait arriver.

Et ce qui devait arriver arriva finalement, mon corps n'en pouvait plus, ma jambe droite me lâchant totalement et m'obligeant à mettre un genou au sol sans lâcher du regard le masque dissimulant cette personne que je pensais ne pas connaitre à ce moment-là, cette personne à qui je lançais un regard de défi, ricanant ensuite de manière sèche tout en me tenant cette épaule me faisant un mal de chien, mais qui n'allait plus être un problème pour longtemps. En attendant mon sort, je me souviens alors lui avoir simplement dit de le faire, sachant pertinemment qu'un éclair vert viendrait me frapper quelques instants plus tard... et pourtant si j'avais su... car si tel était le cas, je ne serais pas là, au moment présent face à la brune, toujours sur ce même banc, me permettant une petite plaisanterie pour dédramatiser l'atmosphère.



D A M I E N ---E A L E S
D'ailleurs, pour le genoux à terre, prends pas ça pour un signe de domination, c'était juste ma jambe qui a lâchée. Du coup tu ne reverras plus jamais ça.


Plaisanter de cette situation passée était sans doute ce qu'il y avait de mieux pour lui prouver que je ne lui en tenait pas rigueur, me mettant à rire légèrement suite à ma propre phrase et ne faisant qu'appuyer tout ceci. Et finalement, je me rendais compte que le plaisir de l'avoir retrouver n'était absolument pas gâcher par ce genre de révélation. Avais-je donc finalement réussi à gagner en maturité ou était-ce dû à autre chose ?



DAMIEN J. EALES.--------


Revenir en haut Aller en bas
Chloé Greenwood
avatar
Serdaigle
Serdaigle

Re: Un peu d'air...

Message par : Chloé Greenwood, Ven 9 Juin 2017 - 2:29


Il existe pire que le sentiment de haïr quelqu'un au point d'avoir envie de le faire disparaître de sa vie, comme ça, par magie. Se haïr soit-même est, sans aucun doute, beaucoup plus déchirant. D'abord parce que cela impose de se retrouver en face à face avec sa propre personne. Il s'agit de se confronter à ses erreurs les plus douloureux, de s'opposer à ses incertitudes les plus profondes, de contrer ses faiblesses les plus tenaces, à tel point qu'il devient compliqué de vivre avec cette présence - la vôtre. Certaines personnes y arrivent parfaitement. Pour d'autres, c'est beaucoup plus compliqué.

D'aussi loin qu'elle se souvienne, Chloé n'avait jamais eu une très haute estime d'elle-même — aussi surprenant que cela puisse paraître pour une vélane. Elle était sans arrêt la proie du doute, et des tonnes de questions se plaisaient à brouiller son esprit en permanence. Quoiqu'elle puisse faire. Jusqu'à ce qu'elle décide de devenir Mangemort. À cette période de sa vie, elle avait été persuadée de se diriger sur la bonne route, même si tous les panneaux indiquaient un chemin opposé, beaucoup plus paisible. Elle avait opté pour la voie du mal et ce choix lui revenait en pleine figure, un peu à la manière d'un boomerang. La jeune femme aurait souhaité que la vie soit plus clémente avec elle, d'autant plus qu'elle se donnait corps et âme à la rédemption.

Mais, Damien était apparu. Et quand il était question de lui, la Greenwood se refusait à penser au pardon, puisqu'elle même n'arriverait probablement jamais à tourner la page sur ce qu'elle avait fait. Bien sûr, elle avait épargné l'ex Gryffondor. Bien sûr, il était encore vivant — sûrement grâce à elle. Aucun autre Mage Noir n'aurait été si miséricordieux. À croire que ce lien mystique qui s'était tissé en eux depuis Poudlard ne s'était jamais défait. À croire que le destin appréciait vraiment de s'amuser avec ses marionnettes. Mais ce n'était pas au destin qu'elle en voulait. La personne qu'elle détestait le plus à cet instant, c'était elle-même. Mais, alors qu'elle sentait déjà ses yeux se remplir de larmes qu'elle se refusait à montrer, elle sentit une douce caresse sur son épaule. Un geste tendre et chaleureux qui remplit son coeur d'un sentiment qu'elle ne connaissait plus. Elle tourna la tête vers l'auteur de cette accolade délicate. Sur le visage de Damien s'était dessiné un sourire qu'elle savait sincère.

Elle ne discernait aucune haine dans son regard. Aucune rancoeur. Aucun remord. Aucun regret. Aucune colère. Juste une empathie véritable, qu'il confirma avec ses mots. Sa voix ne criait pas, et pourtant, Chloé s'était attendue à ce qu'il hurle. Son corps ne bougeait pas, alors qu'elle avait pensé qu'il partirait à la minute où la vérité aurait été déposée. Ses yeux ne la quittaient pas, alors que son regard avaient toutes les raisons de s'enfuir. Damien semblait y lire tous les messages qu'elle tentait de faire passer. Tous ces sous-entendus qui ne pouvaient être exprimés avec des mots. Il la comprenait. Mieux; il s'identifiait à ce qu'elle avait fait à travers un passé qui, selon ses dires, ne semblait guère plus glorieux que celui de la Greenwood.

Chloé resta muette pendant longtemps. À chaque fois que Damien terminait une phrase pour laisser sa voix retomber, elle espérait qu'il reprendrait la parole. Car seuls ses mots parvenaient à l'apaiser en défaisant les nœuds de son ventre. Alors, quand il plaisanta sur le duel qui les avait opposé, la vélane ne put retenir son rire d'enfant, même si des gouttes d'eau salées menaçaient encore de tomber de ses yeux. Elle avait juste envie de le prendre dans ses bras. Pour une fois, elle préférait laisser cette forte envie à l'état de pulsion. Car il était temps pour elle de s'ouvrir à lui. Elle prit une grande inspiration. Plongea son regard doré dans le sien, s'y perdit quelques instants avant de prendre la parole. Sa voix était basse, car personne ne devait entendre leur conversation.

— Je ne sais pas comment tu peux me pardonner ça... Damien, je suis désolée de t'avoir fait du mal. Je... J'ai failli te tuer...

Un sanglot l'empêcha de continuer pendant quelques secondes. Le barrage dans ses yeux semblait avoir lâché et son sourire l'avait définitivement quittée.

— J'y arrive pas. À me pardonner. Pourtant, j'ai payé pour ce que j'ai fait... Six années de ma vie à Azkaban. Et une bonne partie de mon âme. Ça me semble pas mal, comme monnaie d'échange, non? Mais ça ne suffit pas. Ça ne suffira jamais. Toi, je t'ai épargné, mais il y en a d'autres... Enfin... Ça reste... encré en moi.

La jeune femme baissa les yeux sur son bras droit, soigneusement caché sous une veste à manche longue. Dessous, dormait la marque des Ténèbres. Elle savait que Damien le devinerait. Les larmes coulaient silencieusement sur son visage, désormais. C'était la première fois qu'elle se confiait à un ami depuis sa sortie. Bien sûr, elle avait parlé de tout ça avec Artemis Lhow lors de son audition, mais c'était différent. Il n'était pas quelqu'un qui comptait, juste un Auror qui avait tout vu du monstre en elle. Damien le voyait-il, lui aussi?

— Les gens m'ont reconnu, dans la rue. Certains me reconnaissent encore. J'ai l'impression que je ne m'en sortirai jamais... Pardonne-moi si je t'ai déçu...

Et, soudainement, elle laissa tout s'en aller. Tout ce dégoût qu'elle se réservait, tous les regrets qu'elle avait, tout ce qu'elle avait gardé en elle pendant si longtemps... La Greenwood avait puisé dans ses dernières ressources pour tenter de paraître forte, aux yeux de tous. Car qui donc voudrait du pardon d'un Mangemort? Qui voudrait l'entendre se justifier? S'excuser? Personne, jamais.

Elle n'y arrivait plus. Plus toute seule. Elle avait besoin d'un pilier sur lequel se reposer. Elle avait été forte trop longtemps. Le haut de son corps se laissa tomber sur Damien. La tête sur son épaule, Chloé passa un de ses bras autour de lui. Son autre main se posa sur la sienne.

— Pardon...

Ce mot résonnait dans sa tête. Ce n'était pas seulement à lui qu'elle demandait pardon. À elle aussi. Et surtout, à tous ces gens à qui elle ne l'avait jamais dit, à tous ces gens à qui elle avait détruit la vie.

Tout ce qu'elle espérait désormais, c'était qu'il ne la rejette pas. Car ça, elle ne savait pas si elle serait capable de le supporter.
Revenir en haut Aller en bas
Damien J. Eales
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Un peu d'air...

Message par : Damien J. Eales, Sam 10 Juin 2017 - 20:06


--------Passé. Présent. Futur ? - [PV avec Chloé Greenwood.]



Ce qui avait débuté comme de simples retrouvailles entre personnes ne s'étant plus vues depuis les années Poudlard commençait à prendre une tournure beaucoup plus grave, beaucoup plus sombre que les quelques souvenirs que nous pensions avoir en commun. Quelques mots et quelques regards s'étaient montrer suffisant pour comprendre le passé de chacun d'entre nous, passé peu reluisant et qui ne ferait, à coup sûr, aucuns envieux. D'un côté se trouvait l'ancienne Mangemort et de l'autre l'ancien chasseur de Mage Noirs. Deux appellations bien différentes et qui, sur le papier, avaient des buts drastiquement opposé pour finalement n'être qu'une seule et même chose : une personne ayant commise des choses atroces, ayant fait couler le sang d'innocents et détruit des familles.

Avec tout ce sang sur nos mains, la quête de la rédemption allait être longue et périlleuse, peut-être même totalement impossible, mais il fallait pourtant essayer. C'était en tout cas ma façon de voir les choses, car après avoir fait tout ce que j'avais pu faire durant ma vie, le pire était de se morfondre, de m'enfermer dans ma désolation sans tenter d'améliorer un peu la situation, d'au moins équilibrer la balance en aidant quelques personnes autour de moi, d'au moins me dire que je n'ai pas accomplit que des méfaits. C'est pourquoi ma quête n'aurait jamais de véritable fin, si ce n'est celle de mes jours. Ça allait être un combat de chaque instant, que j'allais mener de jour en jour avec l'espoir de pouvoir enfin vivre avec sans trop penser à tout cela.  


Et le fait d'être dans cette phase de reconstruction me donnait la légitimité pour comprendre parfaitement Chloé qui était dans une passe similaire à la mienne. Il m'était si aisé de savoir ce qui lui passait à l'esprit, de savoir ce qu'elle traversait, tellement aisé que c'était presque comme si nous ne formions qu'un seul être finalement. Pour tout ça, je ne pouvais pas la haïr, pas alors qu'elle se trouvait déjà à terre et que je pouvais être cette main qui l'attraperais pour l'aider à se remettre debout. Lui tourner le dos reviendrait à me tourner le dos et je ne devais plus le faire, plus maintenant. D'autant qu'il y avait toujours cette connexion plus qu'étrange entre elle et moi, ce lien invisible nous ayant pousser à nous rencontrer à plusieurs reprises, à plusieurs étapes charnières de notre vie. Comme si les dès étaient jeter depuis le début et que le moment présent était un tournant dans ce que nous allions vivre tout les deux.

Mon attitude ainsi que mes paroles semblaient l'avoir apaiser. Du moins, elle ne cherchait plus à échapper à mon regard et le calme semblait d'apparence l'avoir regagnée, bien que je sentais que Chloe pouvait craquer à tout instant. Un échange de regard suffit ensuite à faire passer énormément de choses, à lui faire comprendre que je n'allais pas la juger ni la repousser, que bien que nous ne nous connaissions pas véritablement, vu notre passé commun et notre situation actuelle, je serais là pour elle.

Des éclats de rire. Ce fut la réponse qu'elle me donna suite à ma plaisanterie, le genre de réponse qui était parfaitement satisfaisante et qui était celle que je préférais. Car malgré le coté éphémère de ce moment, il s'en était dégager une sensation agréable, bien plus que l'instant d'après où l'ancienne Serdaigle s'adressa à moi pour finalement céder totalement à toutes ces émotions qui la submergeaient, qui depuis tout à l'heure menaçaient de s'écrouler d'un instant à l'autre.



D A M I E N ---E A L E S
Ne t'excuses pas. Pas quand j'ai également ma part de responsabilités là-dedans.


Impossible de la laisser se blâmer quand j'étais loin d'être exemplaire. Ce jour-là, je m'en souvenais particulièrement, j'avais traquer un Mangemort, je l'avais traquer elle pour ensuite faire tout mon possible pour provoquer cet affrontement dans le but de blesser gravement ce que je considérais comme le mal absolu, ce que je ne considérais plus comme des êtres humains, mais bien comme de vulgaires insectes néfastes à la race humaine. Et même si mon but, à ce moment-là, était de la livrer aux autorités, au fond de moi... je savais que si le duel avait tourné en ma faveur, je ne me serais jamais contenter de ça, j'aurais plonger à ce moment-là dans ma folie en la tuant froidement...

Ainsi ne pouvais-je lui en vouloir, car se trouver du coté du mal à ce moment-là ne désignait pas la brune comme étant automatiquement coupable, non, les choses étaient bien plus subtiles que cela et au final, il ne s'agissait que d'un affrontement qu'aucun de nous deux n'avaient refuser, qu'aucun de nous deux ne comptait terminer en laissant l'autre en vie. Et pourtant à ce niveau, Chloé avait fait preuve de plus de clémence en m'épargnant, en me laissant vivre encore de nombreuses années durant lesquelles j'étais pourtant devenu ce que j'avais toujours jurer de combattre.

Mon attention se recentra à nouveau totalement sur la jeune femme semblant être de plus en plus à bout de forces, m'en apprenant un peu plus sur son passé ainsi que ses doutes et peines. Sa situation n'était clairement pas facile à vivre, le poids des morts qu'elle avait causée pesant sur ses épaules jusqu'à la mener au point de rupture, baissant ensuite les yeux vers ce que je pouvais aisément deviner comme étant cette maudite marque, celle qui resterait à jamais gravée en elle pour lui rappeler jusqu'à la fin de ses jours ce qu'elle était autrefois.



D A M I E N ---E A L E S
Je sais que d'autres n'ont pas eu la chance que j'ai eu. Mais tu ne dois pas baisser les bras pour autant. Si tu as briser des vies, assures-toi d'en aider d'autres, tente de retrouver un certain équilibre même si je sais parfaitement que ça n'effacera jamais le passé, que ça ne te fera pas oublier. Ça t'aidera à le supporter et ensuite le temps fera son effet. Comme tu l'as dis, tu as déjà perdue une partie de ton âme, alors tu dois faire tout ton possible pour conserver la partie restante.


Bien que je m'adressais à l'ancienne bleu et bronze, j'avais quelques part l'impression que ces mots que je venais de prononcer s'adressait également à une partie de moi, tentant de l'atteindre au passage, de lui faire comprendre ce message essentiel pour réussir à vivre malgré tout. Comme si au passage, je tentais de m'auto-convaincre qu'il s'agissait bien là de la marche à suivre. Et il fallait que je le fasse, pour Chloé, pour tenter de lui apporter la force qu'il lui manquait visiblement pour traverser cette épreuve des plus difficiles. Si difficile qu'après quelques dernières paroles de sa part, elle s'effondra, laissant le haut de son corps chuter en avant, sa tête se posant sur mon épaule, passant ensuite l'un de ses bras autour de mon corps et plaçant sa main sur l'une de miennes.

Instinctivement, la main qu'elle venait d'aggriper saisit délicatement la sienne tandis que mon bras imita le sien, lui enroulant les épaules pour la resserrer contre moi. Pour moi elle n'était pas un monstre, elle était d'ailleurs tout ce qu'il y avait de plus humain à en juger par ses erreurs et ses émotions actuellement. Et je n'avais pas besoin de lui faire comprendre qu'elle ne me décevait pas, mon comportement vis à vis d'elle actuellement devait suffire à lui faire comprendre, à lui faire comprendre plein de choses qu'il était inutile de traduire avec des mots.

Et quand bien même je le désirais, cela se serait avérer bien moins parlant. Mais malgré tout ceci, je prit tout de même soin de lui adresser la parole une fois de plus, légèrement, si légèrement qu'on avait l'impression que cette phrase avait simplement été soufflée de façon apaisante.



D A M I E N ---E A L E S
Si tu as besoin de moi, je serais là. Je te le promet.


Les mots d'un homme qui n'était rien de plus qu'une vague connaissance au final ne valaient peut-être rien, mais je ne pouvais pas ignorer cet appel à l'aide de sa part, ignorer cette détresse dans laquelle elle se trouvait et qui me touchait forcément de par la similitude avec ce que je traversais actuellement également.



DAMIEN J. EALES.--------


Revenir en haut Aller en bas
Chloé Greenwood
avatar
Serdaigle
Serdaigle

Re: Un peu d'air...

Message par : Chloé Greenwood, Mer 14 Juin 2017 - 16:31


Une douceur qui n'avait d'égal que sa gentillesse. Damien ne la repoussa pas. Jamais. Ce mouvement de recul que Chloé attendait tant n'arriva pas. Au contraire. Il s'était rapproché d'elle, la couvrant de paroles rassurantes, de regards compréhensifs, et de délicatesse. L'ex Gryffondor agissait exactement selon les besoins du monstre de vélane qui se trouvait devant elle. Il lui donnait, sans même s'en rendre compte, une nouvelle raison de vivre. Une chance de se repentir. Il lui ouvrait une porte pour qu'elle puisse sortir de ce passé qui la hantait. Et le mieux dans tout ça, c'est qu'il voulait bien s'en échapper avec elle.

Et puis, il décida d'aller au-delà des mots, en lui rendant ce contact physique dont elle avait tant besoin. Il ne retira pas sa main lorsqu'elle la posa sur la sienne. Il ne s'éloigna pas lorsqu'elle utilisa son corps comme un pilier. Il ne fuit pas quand elle lui demanda pardon. Il restait près d'elle. Il était là, avec sa belle gueule, son sourire à en faire tomber plus d'une. Et puis ses yeux. Elle les aimait déjà. Il était là, avec ses mots. C'était tout ce qui comptait.

Il y eut aussi cette promesse. Ça ressemblait à un engagement. En était-ce un? Avait-il perçu, lui aussi, ce lien qui se tissait entre eux et se renforçait à mesure que les vérités sur leurs vies respectives se révélaient? Voulait-il qu'elle reste dans sa vie, tout comme elle avait envie qu'il reste dans la sienne? Peu importe de quelle manière. Elle avait juste besoin de son amitié.

Ses derniers mots ne passèrent pas inaperçus. Chloé les entendit et s'en impregna. Ces paroles étaient la seule chose qu'elle avait, à présent. Le seul détail, au milieu de la foule pressée du Chemin de Traverse, sur lequel elle pouvait s'appuyer. Car oui, les anciens élèves de Poudlard n'étaient que deux détails, assis sur le banc de la rue commerçante. Personne autour ne leur prêtait attention. Personne ne les voyait, et eux avaient presque l'impression d'être seuls au milieu de tout ce monde. Seuls Damien, sa douceur et ses mots comptaient. C'était comme si rien d'autre n'avait plus d'importance. Elle s'éloigna légèrement de son étreinte pour essuyer ses yeux mouillés. Et puis il fallait bien qu'elle parle, elle aussi.

— Je te promets que je ne te décevrai plus. Et que je serai là, moi aussi, dit-elle dans un sourire timide avant d'ajouter. Merci... Tu ne sais pas combien ça compte pour moi, ce que tu viens de dire. Combien ça me touche.

Sa colonne vertébrale à nouveau droite, la vélane reprenait doucement conscience du monde qui l'entourait. De tous ces gens qui marchaient en vitesse accélérée, dont les voix étaient à la fois si proches et si loin. Ils ne pouvaient pas rester là. Ce lieu n'était aucunement propice pour rattraper tout le temps qu'ils avaient perdu, toutes ces années qu'ils avaient encore à se raconter. Pour renforcer ce lien invisible entre eux.

D'un mouvement lent, elle se leva pour se mettre en face de Damien. Elle cherchait son regard, encore. Et le trouva. Elle tendit sa main vers lui.

— Et si on allait ailleurs?

Peu important où, en vérité. L'idée était juste de partir. Sa main n'attendait que celle de Damien. Comme pour conforter la promesse qu'il lui avait faite.
Revenir en haut Aller en bas
Damien J. Eales
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Un peu d'air...

Message par : Damien J. Eales, Jeu 15 Juin 2017 - 16:26


--------Passé. Présent. Futur ? - [PV avec Chloé Greenwood.]



Mes mots, mes gestes, mon être. Cet ensemble venait de redonner de la force à l'ancienne Serdaigle que je ne laisserais pas seule dans cette épreuve. Qu'importe ce qu'elle avait pu faire, ce qu'elle avait pu être. Car face à moi ne se trouvait pas une Mangemort, bien au contraire même, je voyais une personne bien plus belle qu'elle ne le pensait être, quelques instants et paroles à peine avaient suffit à me le faire comprendre. Restait maintenant à lui faire comprendre cela, chose que j'allais m'atteler à faire. Car je comptais bien lui permettre d'accéder à sa rédemption, d'atteindre ce stade de paix envers elle-même pour pouvoir avancer dans la vie, pouvoir conserver le peu d'âme qu'il lui restait.

Je m'y étais engagé, lui faisant la promesse d'être là pour elle, une occasion pour moi de redevenir un homme de parole. Ainsi je pourrais être l'épaule sur laquelle elle pourra s'appuyer et inversement, car bien que je ne le montrais pas, j'avais également besoin d'aide pour oublier mes démons passés. A travers sa délivrance, je trouverais la mienne. Le lien invisible qui nous unissait depuis le début venait de se resserrer d'un seul coup, si fort qu'à présent nos mouvements devaient être coordonner pour avancer, ne pouvant plus le faire en solitaire. 


De ce premier jour à Poudlard jusqu'à maintenant, tant de choses s'étaient dérouler dans notre vie, de bonnes, mais surtout de mauvaises choses, tant de changements avaient eu lieu dans notre psychologie et pourtant, ce lien, lui, était rester inchangé. Comportant toujours cette part de mystère des plus intrigantes... Mais un retour à la réalité s'effectua lorsque Chloé commença légèrement à se détacher de moi, essuyant ses yeux humides pour se mettre à prononcer des mots m'arrachant un sourire semblable à celui qu'elle arborait, heureux de l'entendre me promettre de se reprendre, qu'elle acceptait mon aide, moi qui n'était après tout qu'une connaissance de Poudlard. Même si...

Sans le savoir, la Greenwood me coupa dans ma réflexion, se redressant de tout son long, son regard plongé dans le mien et sa main tendue en ma direction, désirant se rendre ailleurs. Chose qui paraissait judicieuse puisque, bien que j'avais tendance à l'oublier, nous nous trouvions sur le Chemin de Traverse, visible de tous bien que personnes ne faisaient attention à nous et que l'inverse était également vrai. Le besoin de se retrouver à un endroit un peu plus privé se faisait donc ressentir, un endroit où nous serions libre de parler de ce que nous voulions sans être déranger.

Ma main se dirigea donc vers la sienne, l'attrapant avec délicatesse tout en me redressant face à la brune, observant cette dernière pendant un instant pour finalement lui lancer quelques mots d'un ton chaleureux.



D A M I E N ---E A L E S
Allons-y.


Où ? Qu'importe au final. Marcher ou transplaner m'était totalement égal. L'important étant de passer un peu de temps avec Chloé.


FIN--------


Revenir en haut Aller en bas
Alice Grant
avatar
Modération RPGSerdaigle
Modération RPG
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Un peu d'air...

Message par : Alice Grant, Lun 3 Juil 2017 - 2:04


PV le Chapelier
Musique

Mince. Qu'est-ce que tu fais là? Tu t'arrêtes pour jeter un regard perdu autour de toi. Ah, le Chemin. Tu as encore marché sans regarder où tu allais. Soupir. Ça t'arrive dès que tu sors pour trouver un peu d'air. Mais celui-là est lourd, chargé de canicule. Tes yeux noirs se posent sur le ciel qui se recouvre de nuages. Il ne pleut pas encore. Ça ne saurait tarder. L'humidité flotte déjà sur la rue. Tu as hâte que les gouttes rafraîchissent enfin l'atmosphère, et nettoient les rues, tes souvenirs, les toits, ton esprit. Pour les rendre brillants, éclatants, sans magouilles, sans flammes, sans tuiles brisées, sans folie. Mais ça n'a pas tant de pouvoir. Il faudrait un ouragan pour tout laver. C'est ça, une véritable tempête. T'es pas sûre d'avoir envie que ça arrive vraiment.

On te bouscule,
T'entends le juron d'un sorcier pressé
Voler à ton oreille.
C'est vrai que tu as osé t'arrêter dans une rue passante.
Tu titubes.
Un peu trop pour un coup d'épaule.
T'es fatiguée.
Tu crois que.
Ça fait trop longtemps que la notion de sommeil t'a échappée.

Tu t'écartes pour t'asseoir sur une marche de pas de porte
Parce que t'as pas l'impression de pouvoir mettre un pieds devant l'autre sans tomber.
Si tu t'endors,
Est-ce qu'on te réveillera?
Un coup d’œil aux sorciers
Que tu as vu détourner le regard devant un racket
Accélérer le pas face à une agression
Non, on ne te réveillera pas
On laissera la pluie le faire
Tu pourrais bien crever même,
Quelle importance ahah
Oui, quelle foutue importance pour eux
Si une gamine s'endort sur le Chemin de Traverse
C'est qu'elle est fatiguée.
Faut la laisser.

Bras appuyés sur tes genoux écartés,
Tu sors ton paquet de cartes
Et tes mains se mettent à les manipuler
De longues minutes
Des mouvements travaillés et répétés
Pourtant tes doigts se font maladroits
Tes yeux se ferment sur la rue
La musique des pas te berce
Et avec les gouttes qui tombent dans une douce mélodie
Les chaussures accélèrent
Tandis que les 42 rectangles colorés
Glissent sur le sol trempé.
Revenir en haut Aller en bas
Leo Keats Gold
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Métamorphomage


Re: Un peu d'air...

Message par : Leo Keats Gold, Jeu 20 Juil 2017 - 3:23





Je me suis oublié.e cet après-midi, j'ai flâné, puis les jambes ont accéléré. Sans plus pouvoir s'arrêter.
J'ai marché comme si ça faisait des années que je ne l'avais pas fait. Des années que je n'avais pas senti ça. Y a eu Ailyne. Et les sens.
La conscience. Ailyne et la vie qui m'ont de nouveau habité pour un instant. Et la redescente s'amorce. Le quotidien rattrape. Alors je pars devant. Je prends un peu d'avance. Le temps de souffler. De respirer un peu. J'ai besoin d'un instant.
Pour me reprendre.
Me souvenir de ce que ça fait de respirer.
Pour ne pas complètement y retourner.
Pour espérer un jour ne plus avoir à cacher le creux de mes coudes.

Alors plein de sentiments je marche. Ca sent la pluie. L'odeur juste avant, un mélange de menthe et de métal rouillé. Ça sent la pluie, la fin de journée, l'abandon des rues au profit de la famille. Pour toi ça sent surtout la liberté. D'être qui tu es sans regards, sans jugement. D'être, d'oublier. De faire comme si tout était accepté, comme si tu ne manquais pas de te faire agresser à chaque pas à l’extérieur.
Comme si personne n'avait décidé aujourd'hui de s'en prendre aux gens comme toi. Alors t'as laissé ton corps faire, dans une ruelle sombre. C'est de plus en plus naturel, et la forme se prend seul.
T'as laissé ton corps danser, se changer, avant de reprendre la route méconnaissable.
Les remords à quelques pas derrière.
Le temps d'une après-midi.
D'une promenade.
D'un sourire.

T'étais tellement concentré sur tout ce qui t'entourait que tu as failli ne pas les voir. Les cartes à tes pieds. T'as failli marcher dessus sans les voir, et continuer. Mais le plic a sonné de traviole. Alors tu t'es arrêté. T'as pas tout de suite regardé à qui elles appartenaient, tu les as rassemblées. Ranger. Comme des petits soldats. Puis t'as levé la tête. Vers elle. Et tu l'as reconnu. Endormie comme un rien, personne ne la voyant. Tu l'as reconnu alors tu t'es assis.e à ses côtés. Méconnaissable. Et t'as enlevé ta veste. Que t'as posé sur ses épaules.
T'étais plus petit.e quand tu prenais cette apparence. Celle qui t'allait le mieux.
Alors la veste lui allait.

T'as attrapé une cigarette dans une de tes poches que t'as allumé alors que la pluie commençait à tomber.
Que le porche vous abritait.
Et tu t'es mis.e à fredonner.  
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Un peu d'air...

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 19 sur 19

 Un peu d'air...

Aller à la page : Précédent  1 ... 11 ... 17, 18, 19

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Chemin de Traverse-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.