AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Chemin de Traverse
Page 18 sur 20
Sur le banc
Aller à la page : Précédent  1 ... 10 ... 17, 18, 19, 20  Suivant
Amy Anderson
Gryffondor
Gryffondor

Re: Sur le banc

Message par : Amy Anderson, Lun 30 Mai 2016 - 18:06


La fin d'année se rapprochait, et Amy avait vu ses provisions d'ingrédients pour potions, d'encres et autres broutilles disparaître à vue de nez. Elle était donc venue sur le Chemin de Traverse afin de remplir de nouveau ses sacs de cours... Elle avait fait dans l'efficace, car à presque un mois des vacances, les devoirs s'allégeaient — excepté pour les élèves qui passaient leurs examens, pauvre d'eux.
Après ses courses rapides, elle prit possession d'un banc qui se trouvait sur un beau coin ensoleillé. Sentir le soleil sur la peau la fit frissonner, et elle sourit de plaisir.
Elle sortit de son sac un parchemin et sa plume, et profita de ce sympathique temps mort en weekend pour rédiger une lettre à sa mère. Elles se reverraient toutes deux bientôt, et elle se tardait de partir en voyage avec elle pendant l'été. Qui sait quelle destination elles choisiraient ?
Alors qu'elle était en pleine écriture de sa correspondance épistolaire, elle aperçut un jeune homme qu'elle connaissait bien au bout de la rue... Elle mit une seconde avant de se rappeler quand elle l'avait déjà rencontré, quand elle se souvint de leur étrange présence à tous deux dans les toilettes de Mimi Geignarde. Ils avaient tous les deux lieu de se plaindre à ce moment-là, et elle se rappelait même de l'arrivée brusque de son frère jumeau avec qui il semblait être en désaccord. Elle se demanda ce qu'il était advenu de lui.
Elle se leva alors, mit les mains en visière à cause du soleil aveuglant, puis lui fit signe de la main avant de l'interpeller :

- Esteban ? Coucou ! Qu'est-ce que tu fais donc là ?

Elle l'invita d'une tape à la rejoindre sur le banc, tandis qu'elle se rasseyait.
Revenir en haut Aller en bas
Esteban R. Lefebvre
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Métamorphomage


Re: Sur le banc

Message par : Esteban R. Lefebvre, Mar 31 Mai 2016 - 17:49


RP avec A. Anderson

Le chemin de Traverse

Il marche lentement. Une démarche ridicule qui a fait retourner plus d'un Sorcier. Spectateurs : une lueur curieuse brille dans leur regard. Oh mais, il s'en contrefiche.
Ne comptez pas sur lui pour être gêné par tant d'attention ; il aime ça !


Arrête ce cirque Rory. Tu me fais honte.

Un sourire mutin déchira les zygomatiques du fameux Rory. Si cette phrase avait été dite par une autre personne hors de son cercle familial, il aurait fait une crise monumentale ! Voilà, il s'agit de son frère, Kevin.
Esteban est un dramaqueen dans l'âme.
Pas possible autrement quand on est manichéen. Il vénère l'optimisme et adule le Pessimisme...


T'inquiète, j'suis magnifique !

Il passe délicatement sa main dans ses mèches vénitiennes. La tête haute, le dos droit. On ne peut combattre sa nature : il est un Séducteur.
Ne lui dites surtout pas "ça va les chevilles" ? Car oui, elles vont bien.
La Modestie est sa fidèle compagne !
Il est comparable à un pingouin ; ne sachant pas aligner le pied droit puis le gauche. Désynchronisation simultanée.
C'est à cause du Vampire : Shela Diggle. Depuis cette fameuse journée à Oxford Street, Esteban n'est plus le même.
Espèce de... Poison .
Ne sais-tu pas que son hyperactivité est déjà en soi un problème majeur ?
Naaan. Il fallait que Mlle en rajoute un peu plus dans son cerveau détraqué.

Il ne faut pas croire que l'hyperactivité se limite à un débit de parole incessant ; des mouvements articulaire-ment pantin. Non. Des picotements sur sa peau : pour cause, ce fluide dévastateur coule toujours dans ses veines.
Jusqu'à l'âge de six ans, le Français ne pouvait pas dormir plus de trois heures au risque de mourir dans son sommeil...

Esteban ? Coucou !

Gné ? L'interpellé cherche la source de cette voix. Au vu de sa... petite taille, cela se complique. Quand il voit cette petite bouille gryffondorienne, il y a une cassure quelque part parce que...
Awn... AMYYYYY ! Ma 'tit Madeleiiiine !!
Argh ! C'est trop aigu... Sans plus attendre il court la rejoindre, manquant à plusieurs reprises de s'étaler face la première sur le sol. Une fois près d'elle, il l'enserre dans une étreinte ferme. Heureux de la revoir.

Qu'est-ce que tu fais donc là ?
Euh... Quoi ?! Pourquoi tu me poses cette question ?
Il s'assoit sur le banc, la petite main dans la sienne. Il ne fait pas fi des pans de sa robe de sorcier mauve ornée de motifs ethniques jaunes qui gisent lamentablement par terre.
Qu'est-ce que tu insinues ? J'fais rien d'mal !

De mieux en mieux ! Ses joues sont brusquement rouges. Pourquoi ressent-il un tel embarras ? Il rit, nerveux.
Je... euh... J'fais ci, j'fais ça ! La vie est belle alors j'en profite. 'Fin, il fait beau aujourd'hui non ? Me dégourdir les jambes me fait beaucoup de bien. J'me dandine, j'cours, j'saute et j-

Aaaaah ! STOOP. Dites-lui de se taire !
Désoulééé ! Quand j'suis stressé, j'parle encore et encore sans pouvoir m'arrêter. Tu vois j'sais même pas pourquoi j'suis comme ça. 'Fin, j'me sens bizarre ses derniers temps. J'ai l'impression d'être dans un autre monde...
Revenir en haut Aller en bas
Amy Anderson
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Sur le banc

Message par : Amy Anderson, Mer 1 Juin 2016 - 19:30


Amy rit au débit sans fin de son cher ami. Sa question était tout à fait innocente, basée seulement sur l'intérêt de ses activités ; ici ou ailleurs. Mais il semble prendre cette déclaration interrogative beaucoup trop au sérieux, et allonge de longues phrases les joues rouges. Lui qui affichait quelques secondes auparavant des gestes plein d'assurance, dans ses étreintes, ses sourires, et même sa démarche, paraît maintenant avoir perdu toute sa confiance. Elle s'empresse de le rassurer :

- Hahaha, ne t'inquiète pas autant ! Moi aussi je suis seulement là pour acheter des fournitures et profiter du beau temps... Enfin l'été arrive et ça fait tellement plaisir ! Hâte d'être en vacances.

Elle le taquine alors :

- Mais peut-être que toi, justement, tu es là pour quelques affaires plus suspicieuses...

Elle le regarde avec un air malicieux puis explose de rire. Puis elle reprend un air grave, en réalisant soudain la dernière phrase qu'il a prononcée. Elle a beau être jeune, elle a énormément mûri ces derniers temps. Au fond, elle reste cette petite fille de treize ans candide, mais elle a beaucoup expérimenté et appris, et elle sait tenir des conversations avec sérieux. Elle-même s'étonne de cette maturité récemment gagnée. Mais elle s'en réjouit plus qu'autre chose.

- Oh, quelque chose va mal ? Qu'est-ce qu'il s'est passé pour que tu te sentes bizarre ? Si tu es d'humeur et qui tu veux m'en parler, je suis tout à fait ouverte...
Revenir en haut Aller en bas
Esteban R. Lefebvre
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Métamorphomage


Re: Sur le banc

Message par : Esteban R. Lefebvre, Jeu 2 Juin 2016 - 20:03


Le Petit Géant ignore l'ignominie

Ses mains tremblent légèrement : son teint pâle, preuve de nervosité. Il baisse la tête ; elle est trop lourde. Gargantuesque-ment chargée de fardeaux. Il est las. Un rire le fait relever ce poids mort. Amy. Son rire n'est pas moqueur.
La comprend-il ? Sans doute. Elle n'arbore pas ce sourire crispé ; signe d'une stupéfaction effroyable. Pour elle il n'est pas fou... Elle est si adorable !

Ses lèvres s'étirent lentement. Elles cherchent à marquer leur passage sur ses yeux éteints. Rassuré, le jeune homme mêle son rire aux zestes infantiles : une Alchimie surprenante s'établit. Il ne peut s'empêcher de lui ébouriffer tendrement les cheveux.

Mais peut-être que toi, justement, tu es là pour quelques affaires plus suspicieuses.
Oh Merlin ! Comment fait-elle pour être aussi naturelle avec lui ?
Joueur, il la bouscule doucement avec son coude. Un léger soupir franchit ses lèvres : il n'est plus angoissé. Quel sens de la déduction Amy ! Figure-toi que je m'adonne à de nouvelles expérimentations sur le cerveau humain.
Impossible d'être sérieux. Il est Frankenstein doublé d'une faculté intellectuelle-subalterne.

Oh, quelque chose va mal ? Qu'est-ce qu'il s'est passé pour que tu te sentes bizarre ?
Je... Rien de spécial. Doit-il lui dire ; lui parler de ses peurs ; de son côté sombre qui ne veut plus être une partie de sa personnalité, mais Lui ? Non. Mais c'est si tentant...
'Fin, parler ne va pas m'aider, mais je serais moins oppressé...

Alors, il lui raconte : son hyperactivité qui l'empoisonne. Sa paranoïa démentielle. Sa claustrophobie qui l'enchaîne parfois dans un étau rassurant. De son amour pour Grewn. Cette fille qui semble superficielle, mais qui a un cœur en or. Qu'il n'arrive pas aimer parce qu'il est incapable d'éprouver ce genre de sentiment. Et qu'en dépit de tous ses maux, il ne se sent pas mal, seulement las. Il a peur de se retrouver dans l'état catatonique de ses trois ans. Peut-être que la métamorphomagie l'a aidé à dévoiler son vrai Lui.

Il termine son récit avec un sourire serein : finalement, cela lui a fait du bien. Puis il se lève en entraînant la petite Lionne.
Cessons de parler de ça maintenant. Viens on va faire un tour, et tu vas en profiter pour me faire part des expériences suspicieuses qui t'amènent ici !
Revenir en haut Aller en bas
Amy Anderson
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Sur le banc

Message par : Amy Anderson, Ven 3 Juin 2016 - 22:52


Malgré sa réponse blagueuse sur ses prétendues recherches sur le cerveau humain, Amy sent qu'Esteban est tendu. Il semble ailleurs, et tellement confus. Il lui suffit de lui proposer de se livrer à elle pour que son masque se brise et qu'il lui révèle tout. Ca fait du mal à sa chère amie rouquine de le savoir aussi mal. Ce n'est pas simplement un passage compliqué qu'il traverse, mais une véritable tornade. Il doit être très courageux et fort pour réussir à supporter tout cela. Mais sûrement que ce n'est pas le cas... Amy se met à espérer que des personnes sont là pour lui dans cette épreuve et que si ce n'est pas le cas, il saura où la trouver.
Elle écoute tout son récit sans un mot, le visage grave, se contentant de secouer la tête de temps en temps. Elle devient véritablement inquiète pour lui. Sa vie semble un fardeau et elle aimerait tant pouvoir l'aider. Elle n'a jamais subi ce genre de soucis, mais elle sait au moins que la solitude n'est jamais la solution. Elle espère de toutes ses forces que tout cela s'arrangera bien vite, car malgré sa volonté, elle sait que du haut de ses treize ans, elle n'est pas d'une grande aide. Elle aurait aimé pouvoir offrir plus.
Mais sa simple écoute et ses quelques mots compatissants tels que "Oh, je suis désolée", "Ce que tu vis est terrible" ou "Je suis là pour toi", peu nombreux mais sincères, paraissent néanmoins lui avoir suffi, du moins pour l'instant.
Il sourit d'un air reconnaissant puis en se levant, lui demande pour rigoler quelle événement tordu amène la jeune fille ici. Elle comprend le message et sait qu'il lui faut maintenant changer de sujet ; au moins sait-il à présent qu'elle sera toujours disponible au moindre besoin d'écoute et de compassion, mais également là pour parler d'autre chose quand il lui faut simplement rire et se changer les idées. Elle décide alors de lui faire relever les deux commissures de ses lèves et raconte à son tour :

- Oh, tex expériences humaines sont super intéressantes, mais moi j'ai encore mieux, j'enquête sur les cannibaleS... Figure-toi que j'hésite à rejoindre leurs troupes !
Revenir en haut Aller en bas
Esteban R. Lefebvre
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Métamorphomage


Re: Sur le banc

Message par : Esteban R. Lefebvre, Ven 10 Juin 2016 - 23:12


À chacun ses tentations

Oh, tes expériences humaines sont super intéressantes, mais moi j'ai encore mieux, j'enquête sur les cannibales... Figure-toi que j'hésite à rejoindre leurs troupes !

Tout d'abord, il la dévisage, étonné. Puis il rit face à cette déclaration des plus inattendues.
Il la savait taquine, et c'est avec une petite tape sur sa tête de préado qu'il la réprimande gentiment. Un air faussement réprobateur
Qu'elle est mignonne ! Une pseudo adolescente à laquelle il éprouve énormément d'attachement.


Ah bon p'tite Madeleine ? J'ignorais que tu te prêtais à ce genre de loisirs. 'Fin tu en es encore au stade de... découverte.
Quelle bonne plaisanterie ! Imaginer cette petite créature se livrer à ce genre de plaisir malsain lui donne brusquement envie de vomir.

Il respire longuement, les yeux tournés vers le ciel sans nuages ou presque. Le bleu est définitivement une couleur aux nuances chatoyantes ; emplie de fraîcheur et d'une tendresse intense. Un coup d'œil vers elle le fait oublier ce moment gênant.

Il sourit largement, puis il entoure ses épaules de ses bras frêles.

J'aimerai que tu me parles de toi Amy, mais avant j'vais te présenter quelqu'un...Bon sang ! Il l'avait complètement oublié. C'est en le voyant, là, debout soutenu par le mur qu'il se souvient de sa présence. Quel frère indigne !

Cependant, il ne réfrène pas son envie de rire. Sa main essaye tant bien que mal de cacher les tremblements de cette bouche moqueuse : en vain.

Finalement, il prend à nouveau la main d'Amy puis il rejoint son frère qui lui lance un regard interrogateur et son sourire se fait amusé.

kev' j'te présente Amy, ma très chère amie ! Amy voici Kevin mon grand-frère.

Et de deux ! Gabriel puis Kevin. Qui sera le prochain ou la prochaine ?

Le Frère tend sa main à la petite Lionne. Conspirateur, il déclare amusé et taquin :

Salut Amy, enchanté de te voir enfin. Rory aime parler de toi ce qui est étonnant venant de lui. Monsieur je suis nombriliste.

La ferme ! Bon puisque les présentations sont faites... Dis-moi Amy, as-tu des choses à faire ? Si tu veux j'peux t'accompagner.
Revenir en haut Aller en bas
Amy Anderson
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Sur le banc

Message par : Amy Anderson, Mar 5 Juil 2016 - 19:20


Esteban affiche une mine étonnée face à sa plaisanterie, puis la taquine à son tour :

- Ah bon p'tite Madeleine ? J'ignorais que tu te prêtais à ce genre de loisirs. 'Fin tu en es encore au stade de... découverte.

Un petit silence s'installe doucement entre les deux, mais rien de gênant ; pendant qu'elle le fixe, son ami ferme les yeux et se laisse imprégner de la douceur du début d'été. Assis tous les deux sur un banc sous un ciel ensoleillé, elle se dit qu'elle a de nombreuses raison d'être heureuse. Il est vrai que la période estivale agit de beaucoup sur son humeur, elle qui a toujours aimé la chaleur qui apparaît à la mi-année, elle est tout à fait joyeuse à ce moment-là. Cette vision de son ami respirant le bon air de cette rue animée, et la joie qui l'habite à la simple venue de l'été lui fait rappeler une chanson moldue qu'elle avait entendue petite :

"Le temps est bon, le ciel est bleu, j'ai des amis qui sont aussi des amoureux..."

Tout à coup, le jeune Lefebvre se retourne vers elle puis lui entoure ses épaules de ses bras. Il prend alors parole :

- J'aimerai que tu me parles de toi Amy, mais avant j'vais te présenter quelqu'un...

Il l'amène auprès d'un jeune homme qui attendait près d'ici contre un mur, l'air enjoué.

- Kev' j'te présente Amy, ma très chère amie ! Amy voici Kevin mon grand-frère. , ajoute-t-il en désignant les deux personnages.

L'interpellé Kevin serre alors la petite main frêle d'Amy puis lui sourit.

- Salut Amy, enchanté de te voir enfin. Rory aime parler de toi ce qui est étonnant venant de lui. Monsieur je suis nombriliste.

-La ferme ! Bon puisque les présentations sont faites... Dis-moi Amy, as-tu des choses à faire ? Si tu veux j'peux t'accompagner, le coupe son petit frère.

Après ces quelques minutes de mutisme, Amy ouvre enfin la bouche. Ses premiers mots étonnent les deux frangins puis les font rire :

- Rory ?, demande-t-elle en regardant le dénommé ainsi d'un sourire moqueur. C'est mignon ce petit surnom... Mieux que Baban n'est-ce pas ?

Elle rit puis poursuit :

- Enchantée, Kevin ! Etrange que Rory parle de moi effectivement, je suis plutôt flattée ! (Elle rit.) Je n'ai rien à faire là tout de suite, à vrai dire j'ai justement fini toutes mes commissions... Donc si vous avez prévu quoi que ce soit, je vous accompagnerais bien !
Revenir en haut Aller en bas
Azénor Philaester
avatar
DirectionGryffondor
Direction
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Coyote
Legilimens


Re: Sur le banc

Message par : Azénor Philaester, Sam 10 Sep 2016 - 18:11


Je me permet de poster puisque le sujet à l'air abandonné. / PV avec Anthony Adams; suite de ce rp. Oh et merci Antho pour tes félicitations, et aussi pour le fou rire que j'm suis pris. Oh et puis je pars du principe qu'on a fait un transplanage d'escorte sinon ça aurait été chaud de se retrouver.


Ma tout à fait subtile demande (eh oh, pas de commentaire), a je crois, aboutie. En gros je suis arrivée à mes fins. Je le sais parce que Antho sourie, le sourire en mode "bon qu'est-ce-que je ferais pas pour être un gentleman".
- Si on allait dans le Chemin de Traverse ? On pourra parler plus tranquillement !

Bon c'est vrai que transplaner, puis changer d'apparence, en pleine rue, sous la vue de moldu, c'est pas top. Pas trop trop conseiller comme on dit dans l'milieu. Très vite, on trouve une ruelle à l'abri des regards.
J'aime pas transplaner. Personne n'aime. J'aime bien le concept, mais à chaque fois, je peux pas m'empêcher de repenser à ce qu'il m'est arrivé un jour, en compagnie d'Hayleah. J'ai plus du tout envie de rire. J'ai peur, ça prend le dessus presque, et je sers la main d'Antho si fort que j'espère qu'il ne se doute de rien.
Après avoir eu l'impression que mon être se scindait en trente cinq parties différentes, et après avoir senti mes organes remonté jusque dans ma gorge...On y est. Ouf, mon dieu merci, tout s'est bien passé. Plus de raison de faire la gueule. On se retrouve devant un banc, perdu au milieu du dédale du Chemin de Traverse. Il y a du bruit, le sorciers et sorcières sont nombreux, des enfants gambadent presque pendant que des chats se promènent ici et là. Lieu très bien choisit je dois dire. Je m’assois sur le banc, et je me remet de mes émotions. Anthony ne doit pas voir que je suis quelque peu bouleversée.
- Voilà, on sera plus tranquille ici !
Très juste. On était encore bras dessus bras dessous jusqu'alors. Je lâche la prise que j'avais sur sa main, et je me retrouve à côté de lui. Maintenant en face. Je le regarde, et je lui fais comprendre que j'ai vraaaaiment envie qu'il me montre son beau husky.
- Bon, normalement, je me transforme pas pour le spectacle mais bon...
Cool, je suis une privilégiée.

La transformation est certes magique, mais fulgurante, époustouflante, magnifique. Il n'a pas tord, son lui husky est vraiment beau. Le voilà qu'il ouvre les yeux. Je subjugue. Il a de magnifiques yeux vairons, un vert, un bleu. Le chien me regarde dans les yeux. C'est sans doute parce que je sais que c'est lui, mais je reconnais vraiment Anthony. Peut-être à cause de l’épi qu'il a sur la tête, aussi bien humain que chien.
Je ne peux pas m'en empêcher. Il faut que je le touche. C'est Antho quand même, alors j'abuse pas. J'approche délicatement ma main de sa tête, et je le caresse entre ses oreilles. Ok, alors en plus d'être beau, monsieur est tout doux. J'ai presque envie de déposer un bisou sur sa joue, tien comment on dit une jour pour les chiens? Mais c'est Antho, c'est pas correct enfin. Il doit attendre que je me prononce quand même. Je sais qu'Antho est toujours Antho. Qu'il a des envies d'animal mais qu'il pense comme il pense. Qu'il comprend comme Antho le vrai, si je puis dire.
- Bon d'accord, à vrai dire je suis assez subjuguée. T'es magnifique comme ça Antho.

Un dernière petite caresse, et d'un coup, il redevient Anthony l'humain, tout aussi charmant je dois dire.



Revenir en haut Aller en bas
Anthony Adams
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Husky


Re: Sur le banc

Message par : Anthony Adams, Lun 12 Sep 2016 - 23:55


C'est comme si, l'espace d'un instant, Azénor avait oublié qui était ce chien. Elle s'approchait puis le flatta d'une caresse entre les oreilles. Le chien émit un petit grognement de contentement.  Un vrai dragueur ce chien.

- Bon d'accord, à vrai dire je suis assez subjuguée. T'es magnifique comme ça Antho.

Les oreilles du chien avait entendu une voix douce qui l'apaisait. Antho, lui, compris parfaitement ce qu'elle avait dit. Il ne put s'empêcher de rire en l'entendant. Ce qui se traduisit par un espèce d'aboiement de joie venant du chien, et un pseudo sourire se dessina sur la gueule du husky. C'était ce qu'on pouvait appeler "super mignon dsfhdskjhdsfkjhf". A peu près. Une dernière caresse, puis le chien se mit sur les deux pattes arrière. Il se trouva presque à la même taille qu'Azénor et Anthony reprit sa forme normale, tout sourire.

- Tu vois, je te l'avais dit ! Je dois avouer que tu l'es pas mal aussi ! Oups.

Ça lui avait échappé. Vous savez, c'est comme quand au resto, le serveur vous dit bon appétit, par habitude, vous avez tendance à répondre "Merci, vous aussi". Bah là, c'était pareil. Pas qu'il disait à tout le monde qu'ils étaient magnifiques mais... Bref, il se mordit la lèvre.  Il chercha un moyen de tourner ça à la dérision mais... Nan, ça aurait été encore plus ridicule.

Il remarqua qu'ils étaient en fait étrangement près. Ils ne s'étaient pas beaucoup éloignés avant qu'il se retransforme. Et ce qui peut paraitre normal pour un chien et un humain, peut le paraître beaucoup moins pour deux humains en fait. Le gérant d'Olly fit dont un petit pas en arrière. Pas très grand, il ne voulait pas trop s'éloigner non plus. Il regardait toujours Azénor dans les yeux, tout comme le chien, quelques secondes auparavant. Le soleil reflète dans ses yeux amandes, leur donnant des jolis reflets verts. Il paraît. Il se massa la main qu'Azénor avait tenu pendant le transplanage. Elle lui avait broyé la main.

- T'aime pas transplaner ? demanda-t'il sans aucune transition, en se massant la main. T'aurais dû me dire, j'aurai prévu une main de rechange !

Il marqua une nouvelle pause pour détacher enfin son regard de la jeune fille et regarder sa main endolorie. Bon, fait rassurant, elle ressemblait encore à une main normale. Heureusement, ça l'aurait bien emm*rdé. Juste quand il avait formé un groupe, ça aurait été con de ne plus pouvoir jouer. M'enfin passons. Il y a quelques minutes, elle lui avait dit qu'elle avait l'intention de devenir elle aussi animagus. D'essayer du moins.

- Tu as déjà recherché ton double animal ? Tu l'as déjà trouvé ?

Le jeune homme s'assit sur le banc qui se trouvait là en invitant Azénor à faire de même avec un petit signe de la tête. Il avait besoin de s'asseoir, avec le transplanage et sa métamorphose l'avait un peu mis à mal. Quel crétin il avait été en acceptant ce que lui avait demandé Azénor. Pourquoi il avait fait ça déjà ? Aucune idée, ça faisait parti des erreurs de la vie. Le genre qu'on regrettait pas trop longtemps. On se disait juste que c'était une conn*rie et qu'on devrait penser à réfléchir avant d'agir. Puis ça passait et on recommençait... A chaque fois on se dit que c'est la dernière mais... Nan, il suffit de beaux yeux, d'un défi ou d'une envie soudaine, et paf, on recommençait. M'enfin, en attendant il était pas super bien et il avait mal à la main.
Revenir en haut Aller en bas
Azénor Philaester
avatar
DirectionGryffondor
Direction
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Coyote
Legilimens


Re: Sur le banc

Message par : Azénor Philaester, Sam 17 Sep 2016 - 13:34



Juste avant de redevenir le lui humain, Antho avait aboyé (bizarre dit comme ça? Oui.), ce que je prends comme un petit rire. Oupsi. Le voilà lui, tout aussi beau en chien qu'en humain (oh oui bon ça va)
- Tu vois, je te l'avais dit ! Je dois avouer que tu l'es pas mal aussi !

Malaise. Il a pas dis que j'étais assez pas mal du tout aussi là quand même? Oh non les joues rouges. Hum, fais comme si t'avais pas entendu Azé. Souris, les gens aiment bien les femmes qui sourient. Il s'est mordu la lèvre, je meuuurs. Tout comme je fixais e beau husky, et bien je fixe Antho, droit dans les yeux. Il a un joli regard, de jolis yeux. Je l'aime bien enfait Antho. C'est un mec qui à l'air simple, cool, qui n'a pas l'air de se prendre la tête. En plus, il est pas désagréable à regarder hein, comme on dit.
Il se masse la main. Ah oui mince, j'ai du la serrer trop fort... Eh bon t'es un mec ou pas? (cliché)

- T'aimes pas transplaner ? T'aurais dû me dire, j'aurai prévu une main de rechange !
Ne pas aborder ce sujet merci. Beaucoup trop émotionnel. Mais fait comme si ça ne t'atteignais pas Az'.
- Longue histoire. Je baisse le regard pour la première fois depuis de longues secondes, voire minutes. Qui sait? De toute manière le temps est éphémère, et on a rien à faire aujourd'hui. Du moins pour ma part.
Je n'ai pas le temps de me plonger d'avantage dans mes souvenirs qu'il reprend, heureusement, la parole:

- Tu as déjà recherché ton double animal ? Tu l'as déjà trouvé ?
- Disons que j'y ai déjà pensé. Mais j'attends de finir mes études à Poudlard pour vraiment envisager de m'y plonger entièrement. J'en ai parlé avec Evan mon prof de méta. Tu le sais, mais c'est pas facile de trouver son double animal. Si ça se trouve, j'y arriverais pas!
Le jaune s’assoit sur le banc et m'invite à faire de même. Soit. Je m’assois à sa droite. Je souffle un bon coup. Ça fait du bien, je me sens chez moi, quand je suis sur le Chemin de Traverse. Je sais pas si c'est ma tête qui divague ou si vraiment l'atmosphère magique est plus agréable. Ici je peux être totalement moi, je peux être la meilleure partie de moi.
Il fait beau en plus. Le soleil est de la partie, mais quelques nuages pointent le bout de leur nez. Peut-être qu'il va pleuvoir tout à l'heure? J'aime bien la pluie. Enfaite j'adore la pluie. C'est doux, et agréable aussi. Et puis par contre bah c'est mouillé.

Revenir en haut Aller en bas
Anthony Adams
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Husky


Re: Sur le banc

Message par : Anthony Adams, Sam 24 Sep 2016 - 1:08


Anthony avait pris l'habitude de déceler des "trucs" chez les autres. Il analysait, observait, déduisait, trouvait des choses cachées, les devinait. Et la réaction qu'il avait vu après sa réflexion sur le transplanage avait fait comprendre à Antho qu'elle avait un réel problème avec le transplanage. Pas seulement parce qu'elle aimait pas la sensation. C'était bien plus profond, quelque chose était arrivé. "Longue histoire". Pour ne pas dire "histoire que je préfère oublier". Il n'insista pas, c'était pas la peine. Cette fille avait pas mal de secrets en fait. Pas mal d'histoires. Les animagus semblaient un terrain plus sûr. Il n'y avait rien derrière, juste une envie, un espoir et un besoin de réponse.

- Disons que j'y ai déjà pensé. Mais j'attends de finir mes études à Poudlard pour vraiment envisager de m'y plonger entièrement. J'en ai parlé avec Evan mon prof de méta. Tu le sais, mais c'est pas facile de trouver son double animal. Si ça se trouve, j'y arriverais pas !

Anthony n'avait jamais parlé avec ses profs. A vrai dire, il les évitait. Bien que la métamorphose soit l'une des seules matières qu'il suivait réellement. C'était une matière qui le passionnait réellement et, même s'il ne bossait pas, il arrivait toujours à se taper des très bonne notes. D'ailleurs, il bossait jamais. C'était le genre de type énervant qui, en cours, ne foutait rien, n'allait pas trop en cours, mais pourtant réussissait. Il avait certes, pas des notes extraordinaires, malgré tout, il avait réussit à avoir un magnifique O aux ASPIC's, car, sur les derniers mois de cours, il s'était dit que ça serait intelligent de se présenter en classe histoire de. Ça avait suffit. C'est donc comme ça, qu'il avait fait croire à sa scolarité exemplaire. A côté de lui, la jeune fille s'asseyait en soufflant. Comme si, pour la première fois depuis longtemps, elle se posait, comme si, elle se sentait bien. Antho lui ne s'était pas posé depuis longtemps. Il ne savait même plus comment ça faisait. Ceci dit, il n'avait pas non plus envie de se poser. Trop de choses remontraient s'il le faisait. Il le savait. Finalement, son regard vert vint se reposer sur la jeune fille. Peu importe ce qu'il se passait, il en revenait toujours là. Il était comme aimanté... Attiré.

- Tu veux essayer là ? C'est pas forcément le bon endroit mais...

Ta gu*ule. Pour réussir à trouver son double animal, il fallait être détendu. Extrêmement détendu. Il fallait réussir à faire le vide dans sa tête pour laisse une chance à son double de rentrer. Il fallait être dans un endroit où on se sentait parfaitement bien, où on pouvait se permettre de partir pendant plusieurs minutes. Anthony avait fait ça seul, chez lui. Le jour où on lui avait expliqué comment faire, il avait essayé. Et ça avait marché, il était parti dans ces montagnes qu'il connaissait par cœur. Bref, pour faire ça, il fallait se sentir bien. C'était certainement pas le bon moment, en plus de ne pas être le bon endroit...

- ...Parfois, il suffit que ça soit le bon moment.

Mais qu'est-ce qu'il disait b*rdel ? Les yeux d'Anthony ne se détachaient pas d'Azénor. Il n'arrivait pas. Et ses mots passaient sans filtre. Il disait ce qui lui passait par la tête. Qui était incroyablement vide actuellement. Il se facepalmait mentalement, mais lui, il était là, impassible, regard tourné vers cette fille qu'il avait rencontré aujourd'hui même. Il avait certainement ce genre de regard pénétrant qu'il pouvait avoir quand il analysait une personne. Alors même qu'il n'analysait rien. Il était juste... Scotché.
Revenir en haut Aller en bas
Azénor Philaester
avatar
DirectionGryffondor
Direction
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Coyote
Legilimens


Re: Sur le banc

Message par : Azénor Philaester, Mar 4 Oct 2016 - 23:24


Disculpeme por mi retraso (sisi les cours d'espagnol depuis la 6ème)


- Tu veux essayer là ? C'est pas forcément le bon endroit mais...
Essayer. Là. Maintenant. Pardon? Vous pouvez répéter la question? Mais il est malade c'pelo!
Il s'arrête un instant, s'abandonne à ses pensées puis continue:
- ...Parfois, il suffit que ça soit le bon moment.

Le bon moment. Comment on sait quand c'est le bon moment. Est-ce-que l'on peut être vraiment prêt pour quelque chose? On a toujours de quoi faire. On est jamais sur. Jamais persuadé. Et là vous me diriez que deux plus deux font quatre. Oui bravo, mais c'est la science. C'est prouvé, car démontré. Et puis au final, qui a inventé le mot quatre? Et si le quatre avait été en réalité le huit. C'est toujours pareil. Jamais sur. C'est comme la vie. Peut-être qu'on vit tous des rêves à longueur de journées. Peut-être que les êtres humains n'existent pas et qu'on se rêve une vie selon nos soit disant envies. C'est comme la vue. Le regard. La façon de voir. La couleur de la vie. Peut-être que les personnes aux yeux bleus voient leur rouge en ton vert, mais qu'ils appellent cela du rouge, alors que toi, avec tes yeux marrons, tu vois ton rouge en rouge alors qu'il est leur vert , mais que tu appelles cela le rouge.
On peut toujours mieux faire. La perfection ça n'existe pas. Ou alors, c'est un hasard.

Il me fixe. Me regarde dans le blanc des yeux comme on dit. Il explore mon âme pendant que je m'enivre à songer à mes espérances. Faire le vide? Comment veux-tu que je fasse le vide dans ma tête alors que je n'arrive même pas à m'endormir le soir. Pensées plein la tête. Tous les soirs. Comme d'habitude. Ce genre de choses que tu vois avant de t'endormir. Les pensées les plus irréalistes. C'est les rêves. Les vrais. Pas ces trucs chelou que tu vois dans la nuit. Pas quand tu te retrouves en duel face contre un troll, habillée d'un pyjama de lapin moldu. Non. Les rêves c'est ce qu'on imagine avant de plonger dans l'au delà. C'est ce qui n'arrivera jamais.

- Je...Ok.
J'aurais voulu refuser, lui dire que c'est pas l'endroit, pas le moment, pas maintenant. C'est vrai, je me sens bien. Mais pas assez -I guess- pour trouver mon double animal. Mais pourquoi pas? Au pire. Voilà.
Je me réinstalle confortablement sur le banc. Ferme mes yeux. Souffle un bon coup. J'essaie de vider ma tête.

Impossible.
Flash-Back.
Il est où?

Montée d'adrénaline. Stress. Sueur. STOP.
J'ouvre les yeux, je me ramène à la normale.
- J'peux pas, j'arrive pas! Je peux pas...Faire le vide...Je...Stop.
Essoufflée, fatiguée, énervée. J'aurai pas du.
J'arrive plus à penser à autre chose. C'est connu. Plus tu prévois, moins ça arrive. Plus tu veux oublier, plus t'y penses. C'est normal. Arrêtes de penser à lui. Beh t'es marrant, mais y'a "lui" dans la phrase.

Désormais confuse. Il doit pas comprendre ma réaction. Je m'explique. Je m'excuse.
- Désolée, je ne suis pas ... Enfin c'est pas contre toi tu sais, c'est juste que d'essayer de penser à rien, ça me fait penser à plein de trucs, le genre de pensées tu sais les pires quoi. Alors je me suis remémoré plein de chose, des choses qui me font... peurje crois, et du coup...Faut que j'arrête de parler. Hum.
Moment de mal aise. Je me racle la gorge. Et puis. Je plonge mon regard dans celui d'Anthony.
- Un jour j'y arriverai.

Revenir en haut Aller en bas
Anthony Adams
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Husky


Re: Sur le banc

Message par : Anthony Adams, Mer 12 Oct 2016 - 22:45


Désoléééééééééééééééééééééééééééééééééééééééééééééééééééééééééééé du temps de réponse
________________________________________________________

De mon humble avis de narrateur, Anthony avait été un peu c*n dans le précédent RP. Et de l'humble avis d'Antho il... se traitait de stupide hobbit joufflu et parlait d'anneau unique. Un peu bizarre. Mais rassurez vous, c'était dans sa tête. Quand à son apparence extérieure, d'un avis commun il avait vraiment l'air c*n à la regarder dans le blanc des yeux comme si... Nan rien. Il y a des choses comme ça qu'il vaut mieux pas dire. Ou écrire. 'fin bref. Malgré tout, ou malgré elle, elle avait essayé de trouver son double. En plein milieu d'une rue marchande. Logique. En plus d'être quasi impossible, le fait d'essayer avait l'air d'avoir paniqué Azénor. Et m*rde c'était malin.

- J'peux pas, j'arrive pas! Je peux pas...Faire le vide...Je...Stop.

Sans vraiment réfléchir, sans vraiment se contrôler, Anthony tend une main vers Azénor, avant de se raviser. Elle reprend la parole.

- Désolée, je ne suis pas ... Enfin c'est pas contre toi tu sais, c'est juste que d'essayer de penser à rien, ça me fait penser à plein de trucs, le genre de pensées tu sais les pires quoi. Alors je me suis remémoré plein de chose, des choses qui me font... peur je crois, et du coup...Faut que j'arrête de parler. Hum.

Puis finalement il craque, il pose une de ses mains sur une main de la jeune fille pour la serrer légèrement (la main hein...). Il est enfin sortit de sa torpeur. Comme si le contact l'avait surpris. Il ne s'y attendait, alors même qu'il avait initié le mouvement. Ou pas. C'était quelqu'un d'autre qui avait pris possession de son corps. Un double humain. C'était lui mais... Pas lui. C'était complètement c*n (oui ce mot revient souvent). La prochaine fois, quand je pars en théorie fumeuse, arrêtez moi. Pour votre bien. S'il vous plait.

- Un jour j'y arriverai.

Elle s'est tournée vers moi. Elle a ce regard de fou. Qui me fait chavirer. Ah oui, j'ai pris la place du narrateur, il dit un peu de la m*rde ces derniers temps. Du coup, pour une raison qui m'a échappé, je suis là, face à Azénor. Avec une main posée sur la sienne. Comment on en est arrivés là, j'en ai aucune idée. Je me souviens pas trop de comment j'en suis arrivé là, il paraitrait que je l'ai fait inconsciemment selon les dires de l'autre. M'enfin on est pas là pour épiloguer. Faut avancer. Avancer ouais... "Un jour j'y arriverai". Je sais pas trop ce qui se passe là. Lyne me manque. Et je sais pas si j'essaye de compenser son absence ou si... 'fin vous voyez quoi. Roooo. Si elle me plait voilà. Z'êtes contents ?

J'en sais rien. Je sais plus où j'en suis. J'ai besoin de toi comme d'une infirmière que tu répares ma tête et mes sentiments qui fonctionnent plus bien. Que tu refasses mes stocks de sérotonine que tu me dises que c'est rien... Mais qu'est-ce que je raconte moi ? Bref, j'étais perdu dans mes pensées, perdu dans ma vie, perdu dans mes sentiments, perdu dans ses yeux. En gros là, je m'étale pour vous dire que je sais rien. C'est fou ce qu'on peut dire des choses quand on a rien à dire.


- Certainement !

J'essaye d'être enjoué. Vraiment j'essaye. Mais à la place, il y a cet espèce de ton à moitié mélancolique qui sort, associé à un air un peu triste, parce que j'ai pensé à elle... A Ailyne. J'ai besoin de toi comme d'une infirmière... Je sais pas pourquoi j'ai cette phrase en tête. Encore un truc que je sais pas. Pour changer. Pour une raison qui m'échappe (encore), la fille devant moi est en train de briser ce mince bouclier que je m'étais construit pour oublie Lyne, pour oublier ma solitude. Mais là, tout revient. C'est comme si toute la Terre pesait sur mes épaules maintenant. Un vent de tristitude m'avait envahi maintenant. Pas moyen d'être enjoué alors que j'étais bien. 'fin, c'était il y a 30 secondes en fait.

- Je suis idiot désolé, j'aurai pas dû te demander ça. Prends ton temps, tu finiras forcément par trouver... J'ai mis du temps avant de trouver comment faire.

Il avait plus rien à dire. Tout ça lui avait cloué le bec. Profitez, c'est pas souvent. Il se sentait c*n (oui, encore) et avait juste envie de fuir. Mais il était accroché là. Il voulait pas bouger, beaucoup plus qu'il ne voulait fuir pour oublier cette sensation. Du coup, il resta là. Sans pouvoir décrocher son regard des yeux d'Azénor, sans pouvoir retirer sa main qui se trouvait là. Sans pouvoir rien faire. Encore une fois. Rien.
Revenir en haut Aller en bas
Azénor Philaester
avatar
DirectionGryffondor
Direction
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Coyote
Legilimens


Re: Sur le banc

Message par : Azénor Philaester, Ven 21 Oct 2016 - 15:07


Me too!


Une main. C'est ce dont j'avais besoin. Reviens.
Elle est revenue. Un peu comme un boomerang. Se poser sur ma main à moi. J'ai une sensation étrange. Comme une boule dans le ventre, des papillons dans le cœur. Je...Ne m'y attendais pas. Sans doute. Confuse et perdue. C'est ça. Je regarde nos mains, l'une dans l'autre. C'est étrange, ça aurait du être gênant.
Et puis je lève les yeux. Les yeux sont le miroir de l'âme c'est connu. J'suis un livre ouvert, nue et sans couverture. Il me lit sans aucune retenue. Ça doit bien faire une éternité que j'essaie de trouver les mots pour expliquer ce que je ressens. Vous savez, quand on croise le regard de quelqu'un et que c'est comme si on était attiré, comme aimanté même par cette personne. On la fixe sans cligner et on sourit bêtement. On explore son regard et la dernière chose dont on a envie c'est de s'arrêter. Le reste, tout, autour c'est dérisoire, futile, oublié. Juste lui, ses yeux, son regard, c'est physique, psychique, jouissif.

Don't.


- Certainement !

You did.

Préoccupé, le garçon est. Par qui, quoi. Je sais pas, on s'connait pas. C'était quoi ça? Ça rime à quoi? Faut que je me ressaisisse. C'était rien. Et puis y'a Darnel. A la maison. La valeur sure. il m'aime lui vraiment. Trop? Non non...non.
- Je suis idiot désolé, j'aurai pas dû te demander ça. Prends ton temps, tu finiras forcément par trouver... J'ai mis du temps avant de trouver comment faire.

Oh mais ma main; toujours recueillie dans la sienne. Je suis prise d'un frisson du bout de mes doigts pieds jusqu'au dessus de ma tête. Je ressers l'étreinte de nos mains, un peu. C'est son regard. Sa présence. Sa main. Qui me font tout oublier. Qui me font aller mieux. Si j'avais su, je me serais procurer un Anthony avant. Je sourie. Doucement. Tout en ne le lâchant pas des yeux. Le genre de sourire sincère qu'on fait sans s'en rendre compte. Celui qui, accompagné d'un regard, dévoile bien plus que de simple mots.
On se tient la main, on se dévore des eux. J'ai pas l'impression de faire quelque chose de mal. J'ai au contraire d'être exactement à ma place, comme si c'était évident et attendu. Tout tracé d'avance.

- Qu'est-ce que...Il se passe quoi là?

Mais. Non. J'ai pas. Dis. Ça. Si? Non? Non. Mais si. Mince. Quoi? Non? Pourquoi? Hein? Mer**.
C'est pas le genre de truc à dire Azé, non! Faut laisser planer le doute, l'incertitude, c'est le but. Et si je me fais des films? Quels films? Je sais pas. Je sais plus. Rien.
J'enlève ma main pour passer mes doigts contre mon visage. Je reste quelques secondes cachées dessous, puis je sors de ma cachette. Découverte.


Revenir en haut Aller en bas
Anthony Adams
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Husky


Re: Sur le banc

Message par : Anthony Adams, Dim 23 Oct 2016 - 0:44


HRP : "Bref, je me tape souvent des barres en te lisant et notre rp qui dure depuis les vacances d'été bah j'ai pas envie de le finir au final." De 1 : Merci, ça fait suuuper plaisir. Et de 2 : Je suis fan de ce RP, j'ai aucune envie de le terminer et j'adoooooore ton écriture.
HRP 2 : " je me serais procurer un Anthony avant" Ça m'a tué.

_________________________________

C'était imperceptible. Presque. C'était léger mais c'était là. Légèrement, très légèrement, elle lui serrait la main un peu plus. Anthony sourit un peu à cette sensation. Sans lui écraser la main comme elle avait put le faire pendant le transplanage, son étreinte était un peu plus importante, un peu plus... Charnel. Ils étaient restés comme ça une éternité. Ou peut-être 10 secondes. Le temps suspendait son cours là, juste là, à cet instant. Les yeux dans les yeux. Pourquoi ? Aucune idée. Antho il faisait ça juste parce qu'il se sentait bien comme ça. Il sentait la douce chaleur de la main d'Azénor l'entourer. Il sentait les yeux de la jeune fille de dévorer. Il voyait un sourire ce dessiné. Soulignant la beauté de son visage, illuminant ce visage si doux. Première fois depuis longtemps qu'Anthony voyait ce genre de sourire. Un sourire rempli de sincérité. Le sourire qu'on ne contrôle pas, qui apparait juste parce que tu te sentais bien. D'ailleurs, en voyant ce sourire, Anthony aussi eu un sourire. Une expression qui était apparue sans qu'il le veuille.

- Qu'est-ce que...Il se passe quoi là?

Et elle rompt le contact. Visuel et tactile. Elle enlève sa main pour se cacher le visage. Comme une enfant qui aurait été pris à faire une bêtise. Anthony la laisse faire, ne dis rien. Il aurait bien voulu répondre mais... Pour répondre quoi ? Il savait pas non plus ce qui se passait. Il savait juste que... Tout allait bien. Quand elle avait retiré sa main, Antho lui, n'avait pas bougé la sienne. Elle était retombée sur la cuisse de la jeune fille, naturellement. Sans contrôle.

Voilà ce qui se passait. Ils perdaient le contrôle. Tous les deux. D'un commun accord tacite. Voire même involontaire. Tout allait bien. Azénor n'était pas noyée. Leurs vêtements étaient enfin secs et... Ils étaient bien là. Encore une éternité puis, elle refait surface. Se dévoile à nouveau. Sa beauté le frappe. Encore une fois. Encore plus. Elle a cette expression d'incompréhension et de questionnement. Questions auxquelles Antho n'avait aucune réponse à lui apporter. Il était comme hypnotisé. Il voulait parler mais... Aucun son ne sortait. Il n'avait pas de mot. Il paraitrait qu'avec les yeux, on pouvait parler. Certes, il voyait plein de choses dans les yeux d'Azénor, mais au bout d'un moment, le silence devenait pesant pour l'animagus.

- Aucune idée, dit-il finalement en chuchotant.

Les mots s'échappaient difficilement. Il avala sa salive tout aussi difficilement en détournant légèrement les yeux, en regardant un point un peu derrière la jeune fille. Juste pour regarder un peu ailleurs, pour se détacher un peu de ses yeux de fou qui le faisait chavirer. Regarder ailleurs lui permettait de reprendre un peu ses esprits. Mais pas d'avoir une réponse. Finalement, au bout de quelques secondes (encore), il retomba sur les yeux de la Gryffy. Hypnotisante. Cette fille était hypnotisante. Il avait envie de fuir, autant qu'il avait envie de rester, de se rapprocher, la prendre dans les bras, être proche d'elle. Ce qu'il ressentait lui faisait peur. Il parait que pour vaincre sa peur, il fallait l'affronter. Alors doucement, il s'approche et finit par poser un léger baiser sur les lèvres d'Azénor. Le contact dure très peu de temps, juste le temps de poser ses lèvres sur celle de la jeune femme et de s'écarter. Rompre tout contact.

- Je...

Il aurait voulu dire un truc. Genre "Désolé", ou "Oups", ou même "J'ai glissé chef". Mais non. Rien de tout ça n'était vrai. Il n'était pas du tout désolé. Il se passait un truc en ce moment. Impossible de savoir quoi. C'était sa seule réponse. La seule manière qu'il avait trouvé d'exprimer ce qu'il ressentait actuellement. Il n'avait pas envie de penser aux répercutions. Si ça se trouve, elle était en couple et il allait se prendre une gifle monumentale. Si ça se trouve, ça allait déboucher sur quelque chose. Si ça se trouve, il n'y allait rien avoir après. Il s'en foutait en fait. Pour une fois depuis des mois il se sentait bien. Il rouvrit les yeux qui s'était fermé pendant ce court baiser.

- C'est étrange les rencontres, finit-il par lancer toujours en chuchotant comme si sa voix c'était fait la malle.

Il y a de cela quelques... Heures ? Minutes ? Elle l'engueulait parce qu'il l'avait sorti de l'eau. Chacun pensait avoir à faire à des moldus puis... Puis les voilà maintenant, quelque part dans le Chemin de Traverse, comme deux adolescents à s'embrasser sur un banc.
Revenir en haut Aller en bas
Azénor Philaester
avatar
DirectionGryffondor
Direction
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Coyote
Legilimens


Re: Sur le banc

Message par : Azénor Philaester, Lun 24 Oct 2016 - 22:33


Merci tout plein c:




La face dans les paumes. Je ne remarque pas tout de suite qu'il a la main sur ma cuisse. Encore quelque chose qui aurait dû être gênant. Mais non. Toujours pas. Je me redresse, doucement. En passant les doigts sur mes sourcils, mes joues puis mes lèvres. Et je relève le regard. Encore. Même rengaine. Je me noie encore dans ses yeux qui hésitent encore entre le bleu et le vert. Je me sens transportée dans un voyage sans fin. Je vois des montagnes et des nuages. Je vois la mer et la pluie. Je vois Anthony. Mais pourquoi. Pourquoi lui? Pourquoi pas Darnel? Pourquoi maintenant? Mais tu étais où tout ce temps?

silence

On dit souvent que le silence n'est plus gênant à partir du moment où la relation va de soi. Alors on va de soi. N'est-ce-pas. Nous allons de soi. Toi et moi. Je me demande ce qu'il voit dans mes yeux. Ce qu'il interprète. Un regard ça ne trompe pas. C'est d'ailleurs le seul moment où on ne peut pas mentir. On peut se forcer à sourire. On peut se forcer à se lever. On peut se forcer à mentir, pour dissimuler la vérité. Le regard c'est l'essence de ce qui est sincère.

soudain

Il chuchote:
- Aucune idée.

Il détourne le regard. Pourquoi. J'aurais pu rester des heures à inventer son passé dans ses yeux étoilés, explorer son futur et vivre son présent. Qu'est-ce-qu'il y a derrière moi pour que ça vaille le coup de rompre notre idylle. Ou alors ce n'est pas réciproque. Ou alors je le mets juste mal à l'aise avec mes yeux remplis d'envie. "Aucune idée". Ça veut tout et rien dire. Surtout rien dire en y réfléchissant bien. Là maintenant c'est un peu gênant. Vous savez le moment où vous vous rendez compte que c'est que dans un sens.
Et puis ses yeux se reposent au fin fond des miens, comme s'ils rentraient à la maison. Apaisés. Détendus. Finalement, on a peut-être une alchimie.
Il aime faire battre mon cœur. Des hauts et des bas. Mais plus de haut que de bas. Mais c'était sans compter ce qui suit. Il s'approche et dépose un baiser sur mes lèvres. Si je m'y attendais? Non. Si je le voulais? Je ne sais pas. Je ne sais plus. Que dire. J'ai pas le temps de lui rendre son étreinte qu'il s'écarte déjà. Je ne pense même pas à Darnel. Mais je ne suis pas ce genre de fille. Tant pis, on verra plus tard. Je me sens vidée. Rien à dire. Rien ne peut sortir. Mais d'ailleurs, je suis censée faire quoi. Je ne sourie même pas, bouleversée. Qu'une envie. Recommencer. Plus fort. Pour voir l'effet que ça fait. Que ça me fait.
- Je...
Ah. Lui non plus, ne sait que dire. Et puis finalement je sourie, amusée. De me yeux malicieux j'englobe son regard -encore. Je ne sais même pas ce que ça signifie, tout ça. Il y a quelques temps je me préoccupais juste de courir. Et puis me voilà avec un 'inconnu' qui me sauve de la noyade, puis qui m'embrasse.
- C'est étrange les rencontres,chuchote-il.
Tu l'a dis. C'est tout à fait ce que j'étais en train de me dire. J’acquiesce d'un petit rire presque insonore -pour une fois- et je ne quitte pas son regard.

rain

Et là, comme sortit de nulle part, l'orage gronde. Mon réflexe est de lever la tête vers le ciel. Mais quelle heure est-il? Le soleil a déjà commencé son évasion. Et puis, il commence à pleuvoir, comme quand on tombe amoureux. Doucement au début, puis tout d'un coup. On est en plein cliché. Assis tous les deux sur un banc. Les cheveux, les habits trempés. Tout ça pour ça, et rebelote.Les gens autours qui se hâtent. Les premières étoiles apparaissent, et on peut voir la lune pointer le bout de son nez, entre deux nuages obscures.
Les yeux dans les yeux. Dans un élan impensé, je prends la main d'Anthony, la sert fort et l'encadre des deux miennes.
- On peut rester là? J'adore la pluie.

Ça peut paraître bizarre, mais tant pis. C'est vrai. J'adore la pluie. J'adore aussi la nuit. Alors j'adore la pluie sous la nuit. Enfait je me sens comme dans une petite bulle. Accompagnée de la meilleure des façons et entretenue par la nature qui nous montre ses prouesses innombrables. Mes cheveux dégoulinent. Je n'ai même pas froid. Pour rien au monde je changerais quoi que ce soit. Je suis juste...à ma place.

heureuse


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Sur le banc

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 18 sur 20

 Sur le banc

Aller à la page : Précédent  1 ... 10 ... 17, 18, 19, 20  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Chemin de Traverse-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.