AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Chemin de Traverse
Page 6 sur 21
Sur le banc
Aller à la page : Précédent  1 ... 5, 6, 7 ... 13 ... 21  Suivant
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
Selena Grimm
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle

Re: Sur le banc

Message par : Selena Grimm, Jeu 15 Mar - 19:42


Morphaie avait du se rendre au Chemin de Traverse car elle avait besoin d'un ouvrage bien particulier pour ses cours. Aussi la librairie était le seul endroit où elle pouvait les trouver sans trop de soucis. Elle s'était allée sans doute trop car elle ressortit de la boutique avec toute une pile de livres relativement volumineux. La pile lui arrivait sous les yeux lui voilant un peu la vue et ce qui se passait devant elle.
Marchant avec précaution dans la ruelle, elle heurta de plein fouet une personne. Le choc fut si violent qu'elle tomba à la renverse sur les pavés, les livres éparpillés tout autour d'elle. Elle ignorait qui elle venait de bousculer de la sorte.

La personne se retourna alors sur elle. Morphaie s'attendait à se faire incendier par cette personne mais au lieu de cela le jeune homme se montra courtois et galant avec elle. Son visage lui disait quelque chose. Elle l'avait déjà rencontré mais elle ne se souvenait plus où...
Il s'enquérit de son état savoir si le choc n'avait pas été trop dur pour elle. La jeune pouffy baissa les yeux et le rouge lui monta aux joues. Intimidée et totalement désolée de l'incident, elle lui répondit alors qu'ensemble, ils ramassaient les livres à terre.


Je vais bien merci. Mais ce serait plutôt à moi de vous demander si tout va bien. J'ai certainement dû vous faire mal...

Leurs regards se rencontrèrent et Morphaie rougit un peu plus. Tous les ouvrages en main, les deux jeunes gens se dirigèrent vers un banc non loin. Déposant les livres sur celui ci, la pile fut reconstituée. Morphaie était assise à côté de ce jeune homme dont le prénom ne lui revenait pas en mémoire.
Ce dernier prit alors la parole et demanda si elle étudiait à Poudlard. Morphaie acquiesça d'un geste de la tête avant d'en ajouter un peu plus. Il est vrai qu'aujourd'hui, elle ne portait pas sa tenue de sorcière aussi il était difficile de savoir dans quelle maison elle était.


Effectivement, je suis élève à Poudlard dans la maison des Poufsouffles...

C'est alors qu'elle se souvint où l'avoir déjà croisé. A l'école... Non pas dans un cours mais dans la salle commune des pouffies lors d'une soirée que sa préfète Azuline avait organisée en l'honneur de la St Valentin. S'il était dans la salle commune, cela signifiait qu'il ne pouvait être qu'un pouffy lui aussi. Morphaie fut alors soulagée qu'il ne fut pas un serpy car elle tombait sous son charme.

Je me nomme Morphaie et vous?

Dit elle en se souvenant ne pas s'être présentée. Par la même occasion, cela lui permettait de connaitre le prénom de ce jeune homme. Après tout, sa mère lui avait toujours dit que lorsqu'on est une jeune fille bien élevée, on se doit de se présenter à son interlocuteur. Elle attendit alors sa réponse.
Revenir en haut Aller en bas
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
Selena Grimm
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle

Sujet temporaire (auto par Chris)

Message par : Selena Grimm, Jeu 15 Mar - 20:48


Devant la question sur son identité lancée par la jeune demoiselle, l'inconnu se présenta sous le nom de Tom enfin plutôt de Thomas mais que depuis sa naissance son diminutif avait toujours été utilisé par les autres. Morphaie sourit. Elle pouvait enfin mettre un prénom sur son visage.
Se mordant la lèvre inférieur, elle le regarda une brève seconde avant de fixer ses mains jointes qui serraient un pan de sa robe. Elle se rendit alors compte des nombreuses égratinures dûes à sa chute et également de la goutte de sang qui perlait sur l'un de ses doigts qu'elle porta à sa bouche pour faire cesser le sang de couler.
N'ayant pas de pansements ni de mouchoir avec elle, elle n'avait pas trouvé d'autres solutions. En même c'était toujours le premier réflexe que de porter aux lèvres une petite plaie sur les doigts. Tom put alors se rendre compte que Morphaie s'était blessée béninement en tombant. Il y avait eu plus de peur que de mal et il n'est pas rare de se faire mal sans s'en rendre compte immédiatement.


Vous préférez que je vous appelle Thomas ou Tom?

Demanda t-elle tout en continuant à boire son propre sang qui finit par arrêter de couler assez rapidement comme pour détourner le sujet sur son état. Elle allait bien et ne voulait pas l'inquiéter pour si peu donc autant passer sur sa petite blessure.

Je ne crois pas vous avoir remercier pour m'avoir aidée à ramasser tous mes livres... Aussi merci beaucoup de votre aide.

Morphaie était très grandement intimidée par lui. Aussi dès qu'elle levait les yeux et croisait son regard, elle s'empourprait avant de baisser le regard aussitôt. La jeune pouffy le vouvoyait car il était un peu plus âgé qu'elle et qu'en plus elle lui était rentrée dedans maladroitement. Mais il y avait autre chose...
Thomas lui plaisait. Elle n'aurait jamais pensé ce matin en se levant qu'en allant chercher ses livres, elle bousculerait quelqu'un et qu'elle en tomberait amoureuse. Si on lui avait dit cela, elle serait sans doute restée dans le fond de son lit par crainte de rencontrer l'amour...
Revenir en haut Aller en bas
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
Selena Grimm
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle

Re: Sur le banc

Message par : Selena Grimm, Ven 16 Mar - 20:56


Thomas fit un clin d'oeil à la jeune fille après que celle ci lui ait posé une question sur quel nom utiliser. Ses joues s'empourpèrent un peu plus, et elle baissa le regard. Morphaie rougit encore plus quand il avoua qu'il l'aimait bien. Elle pensait amicalement biensur car il était plus vieux qu'elle, elle était loin de se douter que ce qu'elle ressentait pouvait être réciproque.
Lui laissant le choix sur la façon de le nommer, Tom lui demanda alors si elle pouvait arrêter de le vouvoyer et à la place le toutoyer. Il est vrai que le vouvoyement à tendance à vieillir les personnes. Aussi Morphaie releva doucement ses yeux noisettes avant d'ajouter timidement, la voix à peine audible.


D'accord comme vous... enfin comme tu voudras, Thomas...

Dit elle en murmurant son prénom à la fin de la phrase marquant ainsi son choix. Elle avait choisi Thomas car elle préférait pour le moment utiliser son prénom complet mais peut être que par la suite quand ils se connaitront un peu mieux utilisera t-elle son diminutif.
Tom lui demanda alors si cela lui disait de changer de sujet. Il est vrai qu'ils avaient commencé par discuter de la scolarité de la jeune fille à Poudlard puis l'échange habituel des présentations. Morphaie lui sourit alors doucement.


Je désirai me rendre à la boutique d'animaux, voudrais tu m'accompagner? Nous pourrions discuter ainsi tout en marchant

Morphaie tentait de lui faire comprendre qu'elle avait d'autres amplettes à faire et qu'elle serait heureuse qu'il lui tienne compagnie pendant ce temps. Après tout, sa timidité ne lui donnait que rarement l'occasion de discuter avec d'autres personnes...
Revenir en haut Aller en bas
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
Selena Grimm
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle

.

Message par : Selena Grimm, Sam 17 Mar - 14:28


Tom accepta l'invitation de la jeune fille à l'accompagner à la boutique d'animaux magiques. Morphaie sourit à l'écoute de cette réponse. Un nouveau clin d'oeil de la part du jeune homme la fit rougir encore. Ils se levèrent finalement du banc où ils étaient assis à bavarder de tout et surtout de rien.
Morphaie récupéra sa pile de livre. Décidement, elle était bien trop haute et trop lourde pour la jeune fille. Lui cachant la vue, Tom put comprendre alors la raison qui avait fait qu'elle lui avait foncé dedans sans même le voir. Il avait alors l'occasion de se montrer galant et lui proposer son aide, chose qu'elle ne refuserait pas bien entendu.
Fort heureusement la boutique n'était pas loin, aussi il n'y avait pas beaucoup à marcher, une petite vingtaine de mètres tout au plus. Ils arrivèrent alors devant la boutique d'animaux magiques.


[hrp: Suite dans la boutique]
Revenir en haut Aller en bas
Juliet Lennox
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) :
Permis de Transplanage



Re: Sur le banc

Message par : Juliet Lennox, Ven 30 Mar - 23:15


Feat Yun

Un an que je n'étais pas revenue ici, dans le Chemin de Traverse. C'était un peu là que tout avait commencé. En Nouvelle-Zélande, les sorciers étaient rares, et se procurer une baguette, ou ne serait-ce qu'un simple ingrédient nécessaire à la préparation d'une potion des plus courantes était très difficile. D'ailleurs, Mihael et moi avions amassé pas mal de produits magiques, car "on ne savait jamais". Donc oui, on pouvait dire que c'était ici que mon entrée dans le monde de la sorcellerie s'était effectuée, bien que j'aie toujours baigné dans un océan de légendes, d'histoires et autres relatant les affaires du monde magique quels que soient les siècles.

Je m'étais assise sur un banc, en plein milieu de l'allée, pour pouvoir observer les autres faire leurs emplettes. Observer. Voilà qui était passionnant, du moins pour moi. Regarder les attitudes gens, ce qu'ils achetaient, les vitrines devant lesquelles ils s'arrêtaient, tout en se laissant dorer au soleil, cachée derrière de grosses lunettes noires qui me donnaient l'air stupide. J'avais décidé que ce serait mon occupation de l'après-midi, occupation entrecoupée d'une courte pause pour savourer un délicieux sundae signé Fortarôme (since...). Certes, je commençais à devenir fortement addictive aux délicieuses glaces du Chemin de Traverse, et certes, je n'avais toujours pas de travail, mais d'ici peu je devais passer mon permis de transplanage, et également me décider à trouver un appartement convenable, au lieu de loger dans d'économiques -et miteux- hôtels moldus.
J'avais beau être plutôt douée pour me fourrer dans des ennuis pas possibles et me jeter tête baissée dans le danger, il m'était beaucoup plus difficile d'assumer la lourde tâche qui consistait à "devenir enfin adulte", c'est à dire entrer dans la vie active.

Perdue dans mes pensées en même temps que dans la contemplation des passants, sous un soleil plus que radieux, je ne remarquais pas la boule de poils brune qui s'était frayé un chemin jusqu'à mon banc, malgré mon esprit animal. Ce ne fut que quand le chien buta contre mes jambes que je ne me rendis compte de sa présence, que j'accueillis avec un grand sourire. Habituée à des bestioles plus étranges et attirantes, revoir un simple terrier me surprenait un peu. Je me mis à le frotter entre ses deux oreilles, et lorsqu'il laissa voir son ventre, quémandant des caresses, que je vis qu'il avait une queue fourchue, me rendant en même temps compte que c'était en fait un Croup.
Déstabilisée de ne pas l'avoir noté avant, je n'en laissait pourtant rien paraître, et allongea le curieux animal sous mes genoux, sous le regard intrigué des sorciers présents, qui devaient se demander pourquoi je cajolais la bestiole que je ne connaissais pas. Bien loin de moi l'idée de lui sourire bêtement en lui parlant comme à un bambin de quelques mois, auquel on adresse de petits "gouzigouzi" totalement stupides. Un sourire discret sur mes lèvres, je me contentais de passer mes doigts sur la fourrure légèrement ondulée du croup. Le seul contact que j'avais eu avant celui-ci, en dehors du minimum que m'imposait l'achat de quelques petites choses, était celui de mon frère, Mihael, et de Thor.
La chaleur amicale et franche de l'animal me faisait un bien fou. D'ailleurs, je n'avais pas le moins du monde pensé au fait que le chien devait bien avoir un maître, qui était sûrement en train de rechercher son fidèle compagnon...
Revenir en haut Aller en bas
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
Juliet Lennox
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) :
Permis de Transplanage



Re: Sur le banc

Message par : Juliet Lennox, Mar 3 Avr - 10:29


Je m'attardais toujours sur le banc, délaissant mon observation attentive des passants, et cela pour une raison bien précise : le Croup, qui semblait apprécier mes caresses, était resté tranquillement affalé sur mes genoux serrés, et je continuais pour cette raison à le grattouiller amicalement. Étant un animal de la famille des canidés, la créature ressemblant à un Terrier avait à peu près les mêmes réactions que les coyotes, et je parvenais assez à le comprendre. Bien sûr, et bien qu'étant plus subtil que le nôtre, le langage qu'utilisait le chien ne permettait pas de poser trop de questions, ou d'exprimer son identité, mais je m'en contentais.

Tout à fait concentrée sur le petit animal, j'avais baissé les yeux, et je ne vis pas tout de suite le jeune homme qui s'approchait, avec l'intention visible d'atteindre le banc où j'avais élu domicile. Je l'entendis seulement marcher vers moi, et à ce moment-là je me mis en devoir de l'examiner du regard. Il venait de s'accroupir devant le Croup et donc devant moi, et je ne pu m'empêcher de trouver la situation cocasse. Le jeune homme avait du me confondre avec quelqu'un d'autre, car je ne voyais pas le moins du monde pourquoi il était là, me faisant face.


- Qu'es-tu venu faire ici, hein Raijin. Tu ne peux embêter les gens de la sorte, je te l'ai déjà dit pourtant.
Il se mit à caresser l'animal, à qui il s'adressait avec une familiarité qui me fit comprendre que c'était bien son maître, où du moins qu'ils avaient passé beaucoup de temps ensemble. Puis il leva son visage vers moi, et c'est à ce moment que je me rendis compte qu'il était albinos. Aujourd'hui, mon cerveau devait avoir quelques dysfonctionnements, car je ratais même les choses les plus évidentes. A Poudlard, je croisais quelquefois des élèves atteints de la même maladie, l'albinisme, mais je n'y faisais guère attention. Et puis, vu tous les évènements qui tombaient sur vous comme la foudre, c'était difficile de se concentrer sur quelque chose d'autre que soi-même.
Mais là, je ne pouvais pas m'empêcher d'observer le garçon, totalement fascinée. Lorsqu'il était tête baissée, penché sur son compagnon, j'avais cru que ses cheveux étaient blond platine, et qu'à cause de l'éclat du soleil ils avaient paru blancs. Sauf que c'était bien leur couleur, d'un blanc immaculé comme la neige. Ses yeux de rubis luisaient d'un éclat serein. Une pensée me vint, destinée à Abyss, causée par les yeux si étranges de l'inconnu. Mon amie avait, quant à elle, des yeux vairons, magnifiques... Je ne l'avais pas vu depuis un an, et une bouffée de mélancolie m'envahit, que j'essayais de juguler, pour me concentrer sur le garçon. Il était élancé, mince, et on voyait trois piercings à son oreille gauche. Me surprenant, il tenta un petit sourire amical à mon attention.

- Désolé pour lui, j'espère qu'il ne vous a pas embêté? Mon nom est Yun, et lui, c'est Raijin. Belle journée n'est-ce pas ?

Je manquais de m'étouffer de rire devant la question si banale du prénommé Yun, mais, en me mordant la lèvre, je réussis à conserver un peu de sérieux, même si je devinais que mes prunelles devaient luire d'un éclat rieur, comme toujours lorsque je m'amusais. Cela changeait beaucoup de d'habitude... Pour moi, les relations se forgeaient autour d'un bon combat contre des araignées géantes ou un épouvantard, si possible.

Le sorcier ne semblait pas avoir l'habitude de discuter, vu son approche un peu trop forcée. Je ne pu résister à l'envie de me moquer de lui. Gentiment.

- Non, il ne m'a pas embêté, bien sûr ! Moi c'est Gabriel, ou Ithylis, comme tu veux, après tout, je m'en fous. On peut dire qu'il fait beau, mais je me demande ce que tu aurais dit si il aurait plu. Et puis, du point de vue d'un escargot, je dirais que c'est un sale temps et qu'il faudrait vite que j'aille me planquer pour pas finir carbonisé. Enfin, une approche classique, c'est pas si grave...

Je me rendis alors compte qu'à part Abygael, peu de gens appréciaient cet humour qui nous caractérisait, elle et moi. Il y avait donc un certain risque que Yun se vexe, ce dont je n'avais absolument pas envie, étant donné que cela faisait plusieurs semaines que je n'avais pas eu une véritable conversation avec un sorcier. Sa venue m'était agréable, et son Croup me rassurait, d'autant plus que la trop grande proximité du garçon m'était dérangeante, surtout que je n'avais jamais aimé que l'on me touche, allant jusqu'à blesser ceux qui s'y risquaient durant mes premières années à l'école la plus célèbre de magie. Mais les temps changeaient, et maintenant que j'arrivais enfin à m'accepter dans mon entièreté, preuve étant que j'énonçais mon second prénom, peut-être que le contact me dérangerait moins ? L'espoir n'avait jamais fait de mal à personne cependant je préférais ne pas m'y fier. J'avais été déçue trop souvent...

Décidément, en ce moment j'étais vraiment trop distraite ! Revoir mon pays natal semblait m'avoir fait du bien, mais il fallait que j'arrête de trop réfléchir, et que j'agisse à l'instinct, comme j'en avais toujours eu l'habitude. J'adressais un sourire radieux à Yun, et décidais de garder Raijin sur mes genoux. Le familier et son maître avaient tous les deux de magnifiques prénoms, et le fait que l’albinos se serve de la mythologie japonaise pour nommer son chien le fit monter dans mon estime. D'autant plus que Raijin était le dieu japonais du tonnerre et de la foudre, comme l'était Thor dans la mythologie germanique. Cela acheva de me mettre en confiance, et je fis signe à mon interlocuteur de s'asseoir à côté de moi, plutôt que de rester accroupi, position pas très confortable qui me mettait mal à l'aise.


Dernière édition par Ithylis McQuinn le Jeu 5 Avr - 1:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
Juliet Lennox
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) :
Permis de Transplanage



Re: Sur le banc

Message par : Juliet Lennox, Jeu 5 Avr - 21:42


Yun s'assit à côté de moi, avec un soupir de soulagement qui voulait tout dire. Il n'était pas difficile de savoir que se tenir accroupi, même pour une courte période, est assez désagréable, et que cela se transforme en torture lorsqu'on prolonge un certain temps cette situation. Je n'ajoutais rien, après ça, et lui non plus. Plutôt bavarde, ce silence me gênait quelque peu, d'autant plus que nous étions soumis au regard des passants. Cela ne me faisait rien, mais la curiosité mal placée est une des choses qui m'exaspère, surtout lorsqu'elle concerne de parfaits inconnus. Bien sûr, j'avais tendance à poser beaucoup trop de questions, et à être très curieuse, moi aussi, surtout lorsque mon interlocuteur m'intéressait...
En l’occurrence, j'avais décidé de me tenir un peu mieux, et de le laisser me parler plutôt que de monopoliser la conversation. Sauf que là, le jeune homme ne semblait pas très disposé à faire connaissance... Il marmonna quelque chose que je ne compris pas, vu son ton bas et la langue étrangère qu'il avait employé, et immédiatement Raijin, avec un semblant de mauvaise humeur, sauta par terre et se réfugia aux pieds de son maître.

Yun, après avoir lancé l'ordre incompréhensible à son compagnon, détourna son attention, pour la fixer sur moi. Pendant de longues et désagréables secondes, il me dévisagea du regard, l'air toutefois perdu dans ses pensées, avant d'essayer de poursuivre la discussion, pourtant déjà mal engagée.

- Tu as l’air de lui plaire et il a l’air de te plaire. Aurais-tu des animaux ? C’est ma grande passion. Surtout les rares, qui sont – soit dit-en passant – les plus dangereux. D’ailleurs, certains m’en ont laissés quelques souvenirs.
Le jeune homme semblait avoir fait des efforts pour trouver un sujet de conversation intéressant, sauf que je ne pouvais pas évoquer le sujet. Avouer à un inconnu qu'en Nouvelle-Zélande m'attendait un Noir des Hébrides qui ne crachait pas sur la viande de provenance humaine, c'était signer l'arrêt de mort de Thor. Et aussi celui de Meel et moi, par la même occasion. Or, je tenais beaucoup à la vie.
Je pouvais évidemment parler des hiboux, chouettes, aigles, chiens-loups, et autres animaux moins inoffensifs qui avaient élus domicile dans le domaine McQuinn, mais je n'avais aucune envie de raconter ma vie en long, en large et en travers à une personne que je connaissais depuis à peine quelques minutes. Cependant, le sorcier semblant prendre sur lui pour tâcher d'avoir l'air sociable, aussi me devais-je de faire à mon tour des efforts. Sans avoir l'air conne, merci bien.
Et puis, je ne pouvais pas dire que Yun m'ennuyait, car par les évocations de ses goûts et expériences, il avait piqué ma curiosité...

- Vraiment ? Moi aussi, j'aime beaucoup les animaux. Raijin m'a assez surpris, je n'ai plus l'habitude des créatures aussi, disons, "ordinaires". Enfin, bref. De toute façon, à partir du moment où l'on possède un animal, on peut être sûr d'avoir les cicatrices et petites blessures qui vont avec. Et je suis d'accord, la plupart des bestioles les plus intéressantes sont considérées à tort comme dangereuses, alors que c'est quasiment tout le temps faux.
J'avais parlé d'un ton léger et naturel, pour ne pas mettre mal à l'aise mon interlocuteur, qui avait déjà l'air assez gêné comme ça. Il m'amusait beaucoup, autant par ses tentatives de maintenir une discussion déclinante dès son commencement que par la rougeur imperceptible qui colorait ses joues d'une pâleur lunaire.
Me penchant d'un air intéressé sur le visage du garçon, un sourire joyeux éclairant mon visage, je poursuivis :

- Dis... Est-ce que par hasard, tu n'aurais pas étudié à Poudlard ?
Sa réponse m'intéressait au plus haut point, car peut-être l'avais-je déjà croisé dans un couloir, ou près du lac de l'école de magie, et, à cause d'un caprice de ma mémoire, cela ne me reviendrait qu'après sa confirmation. Et puis, évoquer les souvenirs d'études là-bas pouvait toujours faire un bon sujet pour discuter, d'autant plus que les aventures ne manquaient pas dans cette académie si particulière. J'y avais passé beaucoup de bons moments, quoique considérés comme dangereux par les gens normaux. Moi, je les trouvais juste distrayants...
Revenir en haut Aller en bas
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
Juliet Lennox
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) :
Permis de Transplanage



Re: Sur le banc

Message par : Juliet Lennox, Ven 20 Avr - 10:26


Ma question n'avait rien d'exceptionnel, mais rester tout le temps dans le sensationnel était assez difficile, et, de plus, me faisait assez mal à la tête, au bout d'un moment. Peut-être Yun avait-il étudié à Durmstrang, à BeauxBâtons ou une autre école de sorcellerie, cependant mon espoir était mince. Poudlard était l'académie de magie la plus connue, et bon nombre de jeunes sorciers la choisissait malgré l'endroit où ils habitaient, souvent assez loin. Mais bon, avec le transplanage, la poudre de Cheminette et même les moyens de transport moldus, il n'était pas bien difficile de se déplacer rapidement. Je soufflais sur une de mes mèches blondes, tandis qu'un sourire apparaissait sur le visage de mon interlocuteur, en même temps qu'il répondait :

- Comme la plupart des sorciers de la région oui. J’étais chez les Gryffondor. Une très bonne maison soit dit-en passant. Et toi, tu étais où ?


Waaaah la chance ! Je ne pus m'empêcher d'envier le jeune homme. Moi-même j'avais atterri à Serpentard, alors que j'aurais voulu rejoindre les rouges et ors. Les membres de ma maison avaient une très forte tendance à se montrer exaspérants et méprisants à la fois, et à haïr les Sangs de Bourbe, les Cracmols, les Moldus... Bref, une grande partie de la terre. On a beau croire que ce sont des préjugés, c'est à peu près ça, sauf exception. Je n'avais aucune idée du pourquoi j'avais échoué chez les serpents, mais c'était comme ça. Au fil des ans, j'avais réussi à m'y faire, me persuadant que c'était mieux que d'échouer chez les Poufsouffles comme Abyss. Elle n'avait vraiment pas eu de chance, elle. Mais bon, le fait que le Choixpeau m'avait précisé qu'en allant chez les verts et argents j'avais de grande chance d'atteindre une position sociale élevée m'était resté en travers de la gorge. D'ailleurs, Albus Severus Potter avait confié dans son livre autobiographique, « Mon père a sauvé le monde », que le vieux chapeau pensant écoutait les demandes de ceux sur lequel il était posé. Ouais ben il serait temps de le remplacer, ce Choixpeau, il devient trop vieux pour ce genre de choses, parce que là il fait mal son boulot.

Finalement, il m'était plutôt facile de parler avec ce garçon qui exerçait sur ma curiosité quasi sans limite une attirance sans pareille. La conversation était fluide, évidente, comme lorsque des rencontres se faisaient et que des relations fluctuaient, lors de ma scolarité à Poudlard. En ce temps-là, parler avec de parfaits inconnus étaient plus que naturel. Encore une particularité étrange du monde magique : tous se parlaient et discutaient gaiement sans se connaître et sans aucun incident qui les avait mené à converser.
Je pensais à tout ça sous le regard du sorcier qui m'examinait du regard. Cela me mettait assez mal-à-l'aise d'être ainsi dévisagée, mais je tentais de conserver mon calme et de me plier à l'examen silencieux de Yun. Quand il eut fini, celui-ci reprit la parole, avant que j'ai même eu le temps de répondre à la précédente.

- Désolé de mon impolitesse, mais, qu’es-tu venue faire ici ?

Cette fois, au lieu de rester muette en méditant sur des choses n'ayant que peu de rapport avec la situation, je choisis de saisir ma chance et de répondre dès qu'il eut fini de parler, avec un léger rire vu les précautions et les formules fleuries du garçon, tandis que celui-ci quittait sa lourde cape noire et allumait une cigarette à l'aide de sa baguette. En le voyant faire, je manquais de gémir à cause de mon manque, qu'il avait ravivé en sortant du tabac, mais je me repris et lui répondis :


- Pourquoi ce serait impoli ? Et bien, je suis venue pour chercher du travail, et également passer mon permis de transplanage, mais aussi tout simplement pour profiter du temps.

Je marquais un temps d'arrêt, le regard perdu dans le vide en observant du coin de l’œil mon compagnon. C'est vrai qu'il faisait beau, avec un soleil clair dont les rayons lumineux réchauffaient ma peau. Entre temps, j'avais enlevé mes lunettes, qui m'avaient jusque là servi à me donner un air loufoque destiné à provoquer les regards surpris et désapprobateurs des passants. Qui continuaient pourtant à lorgner le banc. Avec un soupir, je me mis à leur jeter des regards souverains et réussis à les éloigner. Alors je changeais de position pour me trouver face à Yun, un sourire gai étirant mes lèvres, et je poursuivis avec entrain :

- Tu as beaucoup de chance d'être allé à Gryffondor, personnellement j'étais à Serpentard, et je n'ai jamais vraiment réussi à m'intégrer complètement.

Je glissais une mèche quasiment blanche derrière mon oreille et pliais mes jambes dénudés. J'avais en effet enfilé un short et un simple tee-shirt pour deux raisons simples : primo avoir droit au confort, deuxio pour ne pas mourir de chaud. C'était tout à fait suffisant. Le Gryffondor était vêtu quant à lui d'un jean troué et d'un haut blanc et uniforme. Apparemment, le jeune homme était prévoyant et tourné vers l'efficacité, ce qui me plut infiniment.

Je fouillais dans mes poches avec frénésie, pour constater que mon habituel paquet de cigarettes n'y était pas. Mon interlocuteur m'avait fait envie en allumant lui-même de quoi fumer, et comme par hasard, c'était la première fois que je les oubliais. D'ordinaire, je détestais demander quoi que ce soit, question de fierté personnelle, mais pour contribuer à mon addiction, j'étais prête à faire une exception. M'étouffant mentalement quant à la bêtise de ma future action, je pris cependant la parole.

- 'Scuse mais tu voudrais bien me passer une clope ? J'ai légèrement oublié les miennes.

On ressentait assez dans ma dernière phrase une sorte d'exaspération que j'avais envers moi-même, que j'essayais de masquer. Pour me calmer un peu, je me vengeais en observant attentivement à mon tour Yun, bien que je l'avais déjà fait. Enfin, avec le peu d'informations que j'avais récolté entre temps, je pouvais bien me le permettre, non ? D'autant plus que le sorcier était remarquable, par son physique peu commun et aussi avenant. Ouais, 'fin dans ma tête ça veut simplement dire qu'il est trop beau... Et il me semble que niveau caractère, il a également de la chance. Pour une fois que je tombe pas sur un psychopathe ou un abruti égocentrique, c'est bienvenu !

Les cheveux et les yeux de mon interlocuteur m'intriguaient : probablement, il était albinos, mais peut-être qu'à cause d'une quelconque expérience magique ils avaient pris cette couleur, qui sait ? Ensuite, Yun possédait des anneaux à son oreille, que j'avais déjà remarqué, mais cela ne m'avait pas encore frappé, puisque je n'avais fait qu'échanger quelques mots avec lui. Physiquement, nous nous ressemblions assez : moi-même possédais des cheveux blonds presque blancs, une peau pâle, des piercings, lui avait des cheveux blancs, et la musculature fine qui jouait sous ses habits me faisait penser que lui-aussi devait être friand d'action. De plus, il fumait aussi, et n'allait donc pas me faire de commentaires désobligeants sur cette sale habitude. A vrai dire, la seule chose qui nous différenciait vraiment était la couleur de nos yeux, puisque lui les avait rouges et moi bleus.
Je choisis de le questionner pour ne pas faire s'éterniser un silence qui finirait par devenir trop pesant.

- D'ailleurs, toi, tu travailles ? Et pendant qu'on y est, que penses-tu du Ministère ?

Les questions n'avaient aucun rapport, mais autant la première était surtout d'usage, autant la deuxième m'intéressait. Moi-même je trouvais que les alliances Mangemorts/Aurors/Ordre du Phénix étaient devenus monnaie courante, et que tout cela n'avait plus aucun sens, d'autant plus que se succédaient au pouvoir des membres de ces trois groupes. Tout ça n'était que calcul et manipulation, et les valeurs perdaient un peu trop de leur sens. Cependant, j'avais tout de même pris la décision de participer un jour à ce manège insensé, qui m'exaltait malgré-moi, sûrement à cause de ma soif d'action et mon caractère un peu trop calculateur par moment...

Revenir en haut Aller en bas
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
Contenu sponsorisé

Re: Sur le banc

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 6 sur 21

 Sur le banc

Aller à la page : Précédent  1 ... 5, 6, 7 ... 13 ... 21  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Chemin de Traverse-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.