AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Pré-au-Lard ~¤~ :: Forêt Interdite
Page 26 sur 28
Avec les Sombrals
Aller à la page : Précédent  1 ... 14 ... 25, 26, 27, 28  Suivant
Celeste Harriman
Gryffondor
Gryffondor

Re: Avec les Sombrals

Message par : Celeste Harriman, Dim 30 Oct 2016 - 19:49


-Pourquoi tu souris? Ca te fait rire?

-...
*Après tout, il y a de quoi, non ?*
Il faut que j'arrête et surtout que je me calme. Qui pourrait trouver une telle situation situation amusante...A part....Un fou?


-Je te parle, réponds moi! Et comment tu peux les caresser?

-...
*Mon cher Albus...Si tu savais...*


-comment tu les vois, les sombrals? T'as vu quelqu'un mourir?
*Je t'ais pourtant dit que je ne POUVAIS pas en parler. Ca me met toujours en...en...*
Je sais pas. Je sais pas ce que c'est comme sentiment. Je sais pas et je m'en fous.



-Pourquoi tu réagis comme ça? Il y a quoi, je te fais rire?! T'es venue pour te moquer ou bien?? REPONDS!!


-...

C'est une pression au cœur que je ressens. Comme si l'on m'avais planté un pieu dans la poitrine.Je lui dit quelque chose,mais je pense  le contraire.... Je ne veux pas être méchante.... Je veux pas qu'il me prenne pour...Un monstre. Et c'est mal parti.Je le fixe. Il me regarde.Il est en colère. Il est dégoûté. Il me déteste. Comme tout le monde... Comme tous ceux à qui je parle....Ça finit toujours comme ça.

C'est comme si je n'étais qu'une ....Poupée...Que quelqu'un d'autre....contrôle. Dès que je suis face à mon passé.....Cette impression resurgit....
*Ce sentiment....De la douleur....De la peur peut-être?*


-Ghhh....AAAAAAAAAAAAAAHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHH!!!!!......Ca fait trop...Mal....

Je lâche un cri.Je tombe à genoux.Et je fond en larmes.C'est tout. Mon passé est quelque chose de.....Enfin.Certain ont vécu pire que moi, donc je n'ai pas à me plaindre.Je crois.Pourtant...

En réalité, ce garçon, je l'admire. Il a réussi à se sortir du deuil et d'autres obstacles, et maintenant en parle à la folle que je suis....Il est incroyablement fort.
*Il y arrive, tandis que moi, eh bien non! Je suis tellement minable....*

Pendant que je me lamentais....Albus s'était accroupit à ma hauteur.Je m'en veux énormément de l'avoir blessé.Je ferais mieux de le laisser seul.
*Le laisser seul et disparaître. Disparaître de sa vue et de sa vie...*

Doit certainement de dire que....Je n'en sait rien, en fait.Agrippant mon pull au niveau de mon cœur, je murmure:

-Désolé Albus....Pardonne-moi....

Alors je me relève,me retourne et pars en courant. M'enfuir est la meilleure des solutions.
Revenir en haut Aller en bas
Albus Lupin
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Avec les Sombrals

Message par : Albus Lupin, Dim 30 Oct 2016 - 22:40


Silence, silence et encore silence ...
Il ne comprenait plus rien mais rien du tout... *je suis aller peut-être trop fort... je devrais peut être m'excuser... Après tout je ne la connais pas... Elle doit avoir ses raisons, de bonnes raisons...*

Mais soudain, elle s'écroule en poussant un terrible cri brisant le silence de la forêt ... un cri à glacé le sang...
"Ghhh....AAAAAAAAAAAAAAHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHH!!!!!......Ca fait trop...Mal...."

Mais il se passe quoi? Mais elle a quoi? Albus ne savait pas quoi faire... Il s'approcha d'elle, s'accroupissant à sa hauteur. Il avait peur, il regrettait de s'être emporter juste avant, il voulait parler mais il ne put rien dire.

Soudain elle parla:
"Désolé Albus....Pardonne-moi...."

Elle se releva et parti en courant.

Il était figé un instant. Mais il parti quand même plus vite que l'éclair! Il courait à une vitesse incroyable, plus vite que jamais. Il l'aperçu enfin. Une ombre dans la forêt. Il criait à en plus pouvoir:
"Céleste! Ceeeeeeeeeleste!!! Reste attends!!! Reviens!!!! Je veux te parler!!!!"

Elle ne s'arrêta pas... Elle continuait.

"Céleste je tiens à toi, fais pas ça, restes!!"

Elle courrait de plus belle mais elle trébucha. Il prit peur et alla vers elle. Elle était allongé par terre. Il la pris par les épaules et lui demanda:
"Ça va?? Ça va??  S'il te plaît réponds moi? Céleste..."
Revenir en haut Aller en bas
Celeste Harriman
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Avec les Sombrals

Message par : Celeste Harriman, Dim 30 Oct 2016 - 23:55


-Céleste! Ceeeeeeeeeleste!!! Reste attends!!! Reviens!!!! Je veux te parler!!!!

*Moi non.*
Je continue à courir. Je crois que jamais je n'ai fuis aussi....Vite.Peu importe. Il fallait juste qu' Albus ne puisse pas me rattraper. Je cours, un point c'est tout. Je cours à en perdre le souffle. Je n'aime pas le sport; me voilà servie.

-Céleste je tiens à toi, fais pas ça, reste!!


*Ouais, ouais. Jte crois....
Je n'ai pas besoin de lui. Ni de personne. Je n'ai aucune envie de lui faire du mal !J'accélère ma course. A en faire éclater mon coeur et mes poumons....Je me retourne pour voir si Albus à maintenu la cadence. C'est alors que ma cheville se tord...Et je m'écroule à terre.
*ET MER**!!!*

-Ça va?? Ça va??  S'il te plaît réponds moi? Céleste...

Il me prends par les épaules. Je pense que c'est pour me forcer à le regarder.Malgré tout, je tourne la tête.Il insiste.Je n'ai aucune envie de lui révéler la source de mes problèmes.C'est mon droit, non?Je finis par grogner:

-C'est bon.J'vais bien. Ya RIEN.

Evidemment, il est totalement perdu et paniqué. Mais il n'y a rien à faire. C'est la vie. Certes, c'est nul, mais c'est comme ça. Et même si je lui raconte tout mes problèmes.... Il risque d'avoir encore plus peur de moi....Et ma famille.Il continue de me harceler de questions. Je regarde ma cheville endolorie.J'essuie mes joues trempées avec ma manche, et je marmonne.

-C'est une longue histoire,tu vois?Des...problèmes de f-famille...Je peux pas en parler.

Evidemment, il avait déjà entendu ces mots.Il me le fait remarquer.Exaspéré, il soupire. Il veux vraiment me faire cracher le morceau.Mais si je commence, il va trouver cette histoire tellement étrange qu'il va vouloir TOUT entendre. Or même moi ne connais toute la vérité.Après un long silence, je me lance:

-Je vais te raconter une histoire: Il était une fois, dans un royaume pas si lointain, il y a pas si longtemps, une petite fille normale. Où pas tant que ça. En effet, sa maman était une sorcière. Une gentille sorcière. Malheureusement, cette grande sorcière ne pouvait garder sa fille. Elle fit alors appel à sa grande soeur , une maléfique sorcière pratiquant la magie noire. La pauvre enfant -une sang mêlée- devait subir l'horrible femme....Celle-ci lui enseignait toutes sortes de choses comme par exemple se méfier de tout  et détester chaque petite chose du monde....Y compris ses propres parents -elle l'a manipulait quoi- Du coup, quand la mère à  appris cette histoire, elle à essayé d'y remédier....Mais toute la famille était derrière la soeur....et lui donnait raison.Alors la mère, le père et leur fille essayèrent de s'enfuir....Et essayent toujours...

Je m'arrête.J'en ai déjà trop dit.Une larme vient glisser sur mon visage. Albus me fixe. Il tiens quelques propos très embrouillés, puis je continue:

-Au fil du temps, la petite fille fut éduquée comme l'entendait la soeur de sa mère, qui était sa marraine.Etrangement, l'enfant était retrouvée avec quelques bleus et égratignures un peu partout lorsque sa mère la retrouvait, le soir. La marraine racontait que la petite fille était turbulente. Mais c'était une toute autre raison....

Je m'arrête de nouveau....Je ne peux continuer.Il a réussi à me faire parler.Il a encore des questions...Mais c'est finit.Je ne dirait plus rien.STOP.
Revenir en haut Aller en bas
Albus Lupin
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Avec les Sombrals

Message par : Albus Lupin, Lun 31 Oct 2016 - 1:08


Elle résiste, elle ne veut pas se tourner vers lui pour le regarder. *au moins elle va bien quoi que sa cheville a l'air d'avoir morflé un petit peu*

Enfin elle finit par lâcher:
"C'est bon.J'vais bien. Ya RIEN."

Elle est froid avec lui... pourquoi l'a-t-il rejoint tout compte fait... Il se le demande. Il est pourtant apeuré, il veut s'assurer que tout va bien.

"Qu'est-ce que t'as? Ça va?  T'as des problèmes? Tout va bien? Je m'inquiète pour toi tu sais..."

Elle ne répond rien et après un petit silence elle marmona:
"C'est une longue histoire,tu vois?Des...problèmes de f-famille...Je peux pas en parler."
"Tu l'as déjà dis..."
Il soupira... Il était triste, pourquoi elle ne se confiait pas à lui? Elle n'avait dont pas confiance? Ne tenait pas à lui? Ne l'appréciait pas? Tant de questions sans réponse pour le jeune Albus...

"Je vais te raconter une histoire: Il était une fois, dans un royaume pas si lointain, il y a pas si longtemps, une petite fille normale. Où pas tant que ça. En effet, sa maman était une sorcière. Une gentille sorcière. Malheureusement, cette grande sorcière ne pouvait garder sa fille. Elle fit alors appel à sa grande soeur , une maléfique sorcière pratiquant la magie noire. La pauvre enfant -une sang mêlée- devait subir l'horrible femme....Celle-ci lui enseignait toutes sortes de choses comme par exemple se méfier de tout  et détester chaque petite chose du monde....Y compris ses propres parents -elle l'a manipulait quoi- Du coup, quand la mère à  appris cette histoire, elle à essayé d'y remédier....Mais toute la famille était derrière la soeur....et lui donnait raison.Alors la mère, le père et leur fille essayèrent de s'enfuir....Et essayent toujours..."

Elle en pleure. Comment aurait-il pu penser à ça! *Elle  m'intrigue et je compathie tellement... La pauvre, je veux l'aider!* pensais-t-Il.

"Au fil du temps, la petite fille fut éduquée comme l'entendait la soeur de sa mère, qui était sa marraine.Etrangement, l'enfant était retrouvée avec quelques bleus et égratignures un peu partout lorsque sa mère la retrouvait, le soir. La marraine racontait que la petite fille était turbulente. Mais c'était une toute autre raison...."

La pauvre, il  ne pouvait que compatir!

"Je ne veux pas savoir plus... je  vois bien ce que ça te fais... je suis désolé... je ne voulais pas te rendre triste loin de là... je ne voulais que te connaître, tu es une fille si sympathique... je t'aime beaucoup tu sais... je t'apprécie énormément. Ton histoire est triste et incroyable mais si tu ne veux plus en parler je comprends."

Il la pris par la main.
"Parce que finalement je veux juste que tu sois heureuse! Après ton passé tu le mérites, n'en parlons plus."

Il essuya ses perles de larmes coulant sur son  visage. Il s'assit à côté d'elle et la serra dans ses bras puis la regarda avec un grand sourire.
"Et maintenant, on fait quoi?"
Revenir en haut Aller en bas
Celeste Harriman
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Avec les Sombrals

Message par : Celeste Harriman, Mer 2 Nov 2016 - 19:58


-Je ne veux pas savoir plus... je  vois bien ce que ça te fais... je suis désolé... je ne voulais pas te rendre triste loin de là... je ne voulais que te connaître, tu es une fille si sympathique... je t'aime beaucoup tu sais... je t'apprécie énormément. Ton histoire est triste et incroyable mais si tu ne veux plus en parler je comprends.


*Ouf, il a deviné.*Je suis soulagée. Il me prend par la main et me serre dans ces bras. C'est plutôt réconfortant.

-Et maintenant, on fait quoi?

En voilà une bonne question.Je n'en ai strictement aucune idée. Et en réalité, je n'ai pas vraiment envie de revoir les sombrals, bien qu'ils me semblent gentils comme tout. Je réfléchis. Une minute. Deux minutes. Cinq minutes. Dix minutes. J'attends qu'il propose quelque chose. Mais il n'a pas l'air décidé. Je déclare donc:

-Que proposez vous, Mr. Lupin ?

Après m'avoir bafouillé quelques mots, je comprends qu'il veut retourner au près des bêtes que l'on a abandonnées plus tôt dans la journée. Je lui explique calmement que j'ai eu ma dose d'aventure pour aujourd'hui. Et que je serais ravie que l'on retourne les voir, un jour. Après un petit silence, il me demande si je voudrais sortir de la forêt. J'accepte:

-Je veux bien. J'aimerais tellement revoir les sombrals, tu sais, mais je crois que pour le moment..... Ca va aller.

Heureusement qu'Albus est compréhensif. Il se lève. Je fais de même. Heureusement pour moi, ma cheville n'a pas l'air d'être cassée ou quoi que ce soit. Nous commençons alors à retourner en direction de l'école. Je commence à questionner Albus sur toutes sortes de choses pour éviter qu'un sinistre silence s'installe de nouveau.

-Dis moi, Albus....A part les sombrals, qu'aimes-tu ? As-tu des passions?

J'attends ces réponses avec impatience. Lorsqu'il parle enfin, je l'écoute avec attention. C'est vrai que je ne connais presque rien de lui.C'est l'occasion parfaite.

-Et....Tes amis, pourquoi ne leurs as tu rien dis au sujet des sombrals?

J'avais envie de lui demander quelle est sa date d'anniversaire ou sa couleur préférée, sa nourriture favorite -les chocogrenouilles???- ou l'animal qu'il apprécie le plus,  ou même d'autres questions banales et inutiles, mais c'est celle-ci qui m'intéresse. C'est aussi une des premières choses qui m'est venue à l'esprit. Il commence alors à me parler du groupe avec qui il passe la majorité de son temps, me raconte leurs défauts et leurs qualités,
et tout un tas de petites choses pour finir par répondre à la question qui me tracassais depuis pas mal de temps. A peine a-t-il fini sa phrase que l'on ce retrouve à l'orée du bois. C'est le moment de nous quitter.
Revenir en haut Aller en bas
Albus Lupin
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Avec les Sombrals

Message par : Albus Lupin, Mer 2 Nov 2016 - 21:22


Un silence suivit sa phrase... Un long silence.

Celeste finit par parler, peut être attendait-elle une initiative de sa part?

"Que proposez vous, Mr. Lupin ?"

*hum elle me vouvoie, c'est plutôt drôle et flatteur.* pensa-t-il.

"bah, bah peut être... Allez les revoir? Je sais pas sinon où aller..." bafouilla-t-il.

Elle rejette l'invitation gentiment. *Peut être trop tôt...*
Il proposa alors:
"Rentrons alors, sortons de la forêt."
Elle accepta:
"Je veux bien. J'aimerais tellement revoir les sombrals, tu sais, mais je crois que pour le moment..... Ca va aller."

Il se releva et l'aida timidement à faire de même. Ils retournèrent sur le chemin de l'école.
Elle demanda:
"Dis moi, Albus....A part les sombrals, qu'aimes-tu ? As-tu des passions?"

"Oh biensûr, ne vas pas penser que je n'aime qu'eux! Loin de là. J'adore le Quidditch, vraiment c'est mon sport préféré et je voudrais en faire à l'école ou plus tard. J'en fais souvent avec mon père, ce sont mes meilleurs moments. J'aime aussi beaucoup sortir avec mes amis dans le parc ou rester avec eux dans la salle commune. Sinon je m'intéresse un peu à la magie noir mais ça c'est pour l'affronter... Tu vois, si ma carrière sportive n'a pas lieu, auror me semble bien!"

Elle était absorbée par ce qu'il disait!
Enfin elle lui reposa une question:
"Et....Tes amis, pourquoi ne leurs as tu rien dis au sujet des sombrals?"

Il trouvait cette question étrnage, enfin bbon il passa outre.

"Oh je n'aime pas mettre ça sur le tapis. Je suis pas du genre "oh bonjour je peux voir les sombrals se sont mes amis, ils m'adorent!"... Non tu vois je préfère avoir un petit jardin secret, que personne ne sache vraiment tout sur moi... En plus les gens apitoyaient sur mon sort. Je ne veux pas de cela! Je ne veux pas qu'on sache tout sur moi... Enfin pour l'instant je ne veux pas, peut être plus tard, à la bonne personne."


Ils étaient arrivés au bout du chemin, on voyait le château et le lac. Il était temps de se quitter.
"Hum, malgré tout, j'ai aimé ce rendez-vous... Tu es très sympathique. J'espère te revoir bientôt, ça me manquerait de plus te voir!"

Il lui souriait à présent et lui fit la bise délicatement avant de s'en aller, traînant des pieds et les cheveux au vent.

Fin du RP
Revenir en haut Aller en bas
Aileen O'Leary
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Avec les Sombrals

Message par : Aileen O'Leary, Sam 3 Déc 2016 - 17:13


Retenue - Punition inhumaine visant l'humiliation de l'élève par son professeur. Avec le fabuleux Ian Benbow


Il y avait une multitude de chose qu'Aileen appréciait faire le samedi soir, lire, écrire, boire un verre avec Nya, sortir se balader et sentir le doux vent de la nuit sur sa peau.

Avoir une retenue avec son professeur de DCFM et nettoyer les crottes de Sombral ne faisait pas parti de ces choses.

Mais bon, il fallait dire qu'elle l'avait un peu cherché, elle éviterai de s'en prendre trop durement à des bébés pouffys par le futur. Ils ne tenaient pas leur langues ces gamins....Et puis, si une soirée un peu crade pouvait sauver ce qu'il y avait derrière...Elle n'allait pas s'en plaindre.

Il y avait aussi eu le coup d'adrénaline non négligeable lors de sa rencontre avec Kyara. Cette professeure était intelligente, c'était le moins qu'on puisse dire, dommage qu'elle n'appréciait pas plus que ça la matière qu'elle enseignait. La rousse n'aurait pas craché sur un deuxième débat.

L'irlandaise était arrivée en avance, 15 minutes même, histoire de montrer sa bonne volonté et sa (fausse) culpabilité. S'en sortir avec une tape sur les doigts, un peu de mépris de son professeur, s'en était presque trop facile. Tout le réseau qu'elle s'était monté, ses cours de tutorat en échange d'informations, son chantage envers les plus jeunes, c'était un jeu qu'elle jouait pour passer le temps, casser l'ennui.

Bon, elle n'allait pas cracher sur l'agréable sensation qui venait avec la connaissance des secrets de la vie des autres, du pouvoir qu'elle avait désormais sur eux, mais ce n'était pas ce qui la motivait réellement.

Elle désirait un challenge.

Quelque chose qui la stimulerait autant que ses passages dans les ruelles de l'Allée des Embrûmes, que ses rencontres avec les mangemorts, que sa rencontre avec Vhagar.

Quelque chose qui ne semblait malheureusement pas exister à Poudlard.

Elle allait donc prendre son mal en patience, faire sa retenue, graduer comme une petite élève sage et normale, et partir chercher l'aventure si celle-ci ne se présentait pas à elle.
Revenir en haut Aller en bas
Ian Benbow
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Legilimens
Occlumens


Re: Avec les Sombrals

Message par : Ian Benbow, Dim 4 Déc 2016 - 13:53


Une retenue. Ce n'est pas exactement le genre de chose que j'ai l'habitude de faire, je préfère laisser ma place à d'autres. Je passe bien assez de temps avec les morveux en journée que pour avoir envie de me les taper en soirée. Alors que je suis supposé me trouver dans un bar, verre de whisky en main et jolie fille sous la table. Cette fois-ci, c'est différent. Depuis l'annonce de cette retenue par Kyara, je n'ai qu'une seule hâte : me confronter à la rouquine, O'Leary de son petit nom. Elle a déjà suivit mes cours, c'est une bonne élève. Une Serpentard, qui plus est. Mais elle a deconné. Et ça, ce n'est pas le genre de chose que j'apprécie.

Elle s'est servie de mon cours pour faire chanter un camarade, elle a essayé de lui soutirer des informations sur moi et, le pire, c'est qu'elle a été trop idiote pour éviter de se faire prendre. Blanchet lui est tombé dessus, et m'a refilé la retenue. Ce qui m'arrange, ça me permettra de découvrir ce que cette garce souhaitait découvrir à mon propos. Elle n'a aucune raison de me suspecter pour quoique ce soit. À moins que Liderick ait ouvert sa grande gu**le. Ce qui est fort probable. Le gamin n'est vraiment pas malin, trop sentimental. La rouquine est canon, elle a très bien pu lui faire un petit numéro de séduction.

J'ai la cabane en visuel, la nuit commencent à tomber et, pourtant, je peux distinguer les cheveux roux de l'étudiante depuis ma position. Elle l'avait dit elle-même, dur de rester discret avec des cheveux pareils. Je garde un rythme lent, je suis très calme. J'ai été énervé, lorsque j'ai appris ce que faisait O'Leary, mais depuis j'ai retrouvé mes esprits. Il fait froid, je porte une grosse veste d'hiver bleu avec un pantalon noir, chaussures assorties à la veste. Mes mains sont coincés dans les poches de la veste. J'y suis. Je ne m'arrête pas, la dépasse et lui lance quelques mots.

- Suis-moi.

Sans un regard, je poursuis. L'enclos des sombrals n'est pas très loin, à quelques dizaines de mètres de la lisière de la forêt. Nous avançons en silence jusqu'à arrivé à destination. L'espace est éclairé par le clair de lune, la nuit est entièrement tombée maintenant. Nous sommes en hiver, la nuit vient de plus en plus tôt. La lumière est suffisante, bien que les arbres alentours ne permettent pas un éclairage optimal. À quelques mètres de nous, une cage enfermant un chien, vivant, couché et pleurnichant dans sa petite prison, il doit savoir ce qui l'attend. Je m'arrête, regarde les quatre sombrals présent à l'intérieur de l'enclos puis me tourne vers O'Leary.

- Je ne sais pas si tu peux les voir, mais il y a quatre sombrals dans l'enclos, évite de leur marcher dessus. Rire moqueur. Comme nous n'avons plus de garde chasse, l'enclos n'a plus été nettoyé depuis longtemps, je me suis dit que ça te ferait les pieds de t'en charger. Commence par leur donner à manger, il y a 20 kg de viande là-bas.. Je montre du doigts le chien. Apporte leur. Ha, et tue le chien, je crois qu'ils préfèrent les carcasses.

Un sourire sadique s'étale sur mon visage. Je sors un couteau de ma poche et le dépose dans la main droite de la Serpentard. Premier petit test, histoire de voir si elle a un peu de cran. Je me déplace vers l'animal apeuré.

- Aussi, je pense que nous devons discuter. Pourquoi poses-tu des questions sur moi ? Je t'intéresse tant que ça ?..
Revenir en haut Aller en bas
Aileen O'Leary
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Avec les Sombrals

Message par : Aileen O'Leary, Dim 4 Déc 2016 - 20:09


Quelques minutes d'attente plus tard et déjà son professeur arrivait. Il semblait habillé chaudement, comme s'il n'était pas habitué au froid mordant de l'Angleterre. De son côté, Aileen portait une vieille robe, des bas chauds et une veste en laine qu'elle pourrait jeter. Sa baguette était soigneusement rangée dans la poche arrière de son pantalon, comme à son habitude. La rousse n'avait pas réussi à s'en défaire, sans baguette elle se sentait nue, vulnérable.

Ian arriva à sa hauteur, et la dépassa en grognant un :

-Suis moi.

L'irlandaise emboîta donc le pas, admirant le dos de son professeur au passage. Plus grand qu'elle, mais pas vraiment plus vieux. Ils engageaient encore des poussins à Poudlard?

Quelques minutes plus tard, ils étaient à côté de l'enclos des Sombrals. Quatre majestueuses créatures s'y prélassaient. Quatre majestueuses créatures qui mettaient Aileen assez mal à l'aise. Comme si le fait de les voir était une déclaration de culpabilité, leur présence lui rappelant sans cesse le corps d'O'Connor se liquéfiant sous ses yeux. Proche de l'enclos, un chien pleurait, grattait, tentait de s'échapper de la présence des bêtes de morts. La rousse ne pouvait pas vraiment le blâmer.

Ian, lui restait imperturbable.

- Je ne sais pas si tu peux les voir, mais il y a quatre sombrals dans l'enclos, évite de leur marcher dessus.

Premier beug. Devait-elle admettre au professeur qu'elle pouvait les voir? Elle pourrait difficilement faire semblant du contraire, ne tenant pas particulièrement à coller les Sombrals de trop prêt. Les créatures magiques avaient le mauvais penchant de ne pas l'apprécier après tout.

-Comme nous n'avons plus de garde chasse, l'enclos n'a plus été nettoyé depuis longtemps, je me suis dit que ça te ferait les pieds de t'en charger. Commence par leur donner à manger, il y a 20 kg de viande là-bas.. Apporte leur. Ha, et tue le chien, je crois qu'ils préfèrent les carcasses.

Deuxième beug. Tuer le chien? Ian lui remit un couteau dans sa main droite.

Devrait-elle agir comme une élève normale, rouspéter, voir pleurer. Dire qu'elle ne serait jamais capable de faire du mal à un quelconque être vivant. Passer pour beaucoup plus faible, inutile. Peut-être qu'elle se ferait un peu torturer puis relâchée, oubliée tout de suite après.

Elle regarda le chien droit dans les yeux, ce dernier pleurnichait, braillait, faisait un bruit insoutenable.

Était-ce un test pour juger si elle était saine d'esprit?

Un regard rapide à son professeur lui signala qu'il ne s'agissait pas là d'une mauvaise blague...

Soupir.

Elle voulait en finir le plus vite possible, retourner dans sa chambre bien au chaud lire un bon livre. Le chien allait mourir de toute façon, par elle, par les Sombrals, par Ian ou par le temps. Autant lui donner une mort rapide. Dissimulant le couteau dans la manche, Aileen s'approcha du chien, calme, sereine, et commença par s'agenouiller pour lui flatter le haut de la tête. Si ce dernier tremblait, cela allait rendre l'opération beaucoup plus ardue.

- Aussi, je pense que nous devons discuter. Pourquoi poses-tu des questions sur moi ? Je t'intéresse tant que ça ?..

La rousse haussa un sourcil, Ian était prof, il devait s'attendre à ce que ses élèves s'intéressent à lui. Elle ravala une remarque sarcastique, pour dire avec un haussement d'épaule :

-Vous êtes un professeur assez jeune et pourtant Sergeï a cru bon de vous confier le cours de DCFM. Il y a de quoi intéresser quelqu'un non?

Le chien était maintenant plus calme, parfait. Repérant sa gorge, Aileen saisit la tête du chien d'un geste vif la tira par en arrière, et trancha d'un coup sec. Le sang coula. Ah, ça c'était nouveau, l'odeur, le gémissement bref. Dire que les moldus tuaient ainsi....Aucune classe. La rousse mit sa manche devant son visage avant de se relever. Elle n'appréciait pas plus qu'il fallait l'odeur saline qui lui envahissait ses narines.

-Je le traîne dans l'enclot des Sombrals c'est ça? Je met le bousier ou par après?
Revenir en haut Aller en bas
Ian Benbow
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Legilimens
Occlumens


Re: Avec les Sombrals

Message par : Ian Benbow, Mar 6 Déc 2016 - 18:24


Elle caresse le chien. Pathétique. Tranche lui la gorge sans hésiter au lieu de venir lui gratté l'oreille comme s'il était ton animal de compagnie. Un bon coup sec et c'est terminé, on en reparle plus. Les femmes font trop dans la dentelle, c'est désolant. D'ailleurs, j'attend aussi qu'elle réponde à mes interrogations. Je veux savoir la raison de son enquête. Je veux savoir si elle sait quelque chose. Je doute de la sincérité de la réponse à venir. Elle va sûrement me sortir un truc qui ne veut rien dire, pour m'embrouiller l'esprit.

- Vous êtes un professeur assez jeune et pourtant Sergeï a cru bon de vous confier le cours de DCFM. Il y a de quoi intéresser quelqu'un non? Le Professeur Kholov corrigeais-je d'un ton ferme.

Qu'est-ce que je disais ? Elle tente de noyer le poisson. Sauf qu'elle n'utilise pas la technique attendue. Au lieu d'essayer de me submerger d'info confuses, elle essaie de me flatter. La séduction. Elle ira loin, la rouquine. Elle a déjà compris que le meilleur atout d'une femme est son corps. Malheureusement, elle se trompe de cible. Je serai un citoyen lambda, ça marcherait peut-être. Mais je suis Professeur. Et les Professeur ne couchent pas avec leur élève. Je sais ce que Kholov réserve aux enseignants qui touchent aux élèves. Et j'en veux pas.

Sa phrase donne l'impression de me mettre en valeur, pourtant je sens comme un double-sens. Quelque chose de caché, une pensée, comme si elle doutait de mes capacités. Elle n'est pas la seule, j'en suis certain. 24 ans. Sur ce coup, mon âge joue en ma défaveurs. Je ne suis pas un prodige de la baguette, les gens ne me connaissent pas. Je n'ai aucune réputation de grand dueliste, vu que je n'ai jamais participé aux tournois dans la discipline. Trop occupé à faire la manche dans la rue, sûrement. Du coup, je peux comprendre les élèves. Je sors un peu de nul part. À moi de faire mes preuves. Je pense que j'ai marqué des points avec mes cours, peut-être pas suffisamment.

Elle bouge. Le chien pleurniche puis plus rien. Elle l'avait calmé et venait d'en finir en quelques secondes. Aucune hésitation. Le geste fut précis. J'ai cru que ça lui prendrait plus d'effort. Avec ses caresses et tout ça. Au final, elle ne s'était pas laissée attendrir, elle voulait juste le calmer. Elle ne m'impressionne pas pour autant, même Liderick aurait pu faire ce petit numéro. J'ai hâte de voir la suite.

- Je le traîne dans l'enclot des Sombrals c'est ça? Je met le bousier ou par après?

Je regarde vers l'enclos, il n'est pas si loin, moins d'une dizaine de mètres. Son centre, lui, se trouve à une vingtaine de mètres. Les sombrals sont éparpillés à l'intérieur. Je les regarde, repensant à la raison de ma capacité à les voir. La cause en est simple ; l'hiver. Quand on vit dans la rue, votre pire ennemie est le froid. Bien au-dessus de la faim. J'ai bien faillit mourrir cette nuit-là. Contrairement à une bonne dizaine de mes compagnons de rue qui, eux, sont bel et bien décédés.

- Oui. Au centre de l'enclos. Le bousier, sort le juste de l'enclos. Tape ça.. là par exemple. Je montre dû doigts un espace un peu à gauche de l'entrée de l'enclos. On le dégagera par après avec nos baguettes.

Je la laisse tirer le cleps en silence. Ça lui prend du temps. Parce que c'est une fille, et qu'elle n'a pas beaucoup de force, et que sans baguette la vie devient soudainement plus compliquée. Ça doit être épuisant, j'imagine même pas les efforts qu'elle doit produire. À peine le chien abandonné au centre de l'habitat, les sombrals se jettent dessus. Ils en arrachent plusieurs bout, très facilement. Comme nous mordons dans une pâte. Je siffle un coup et invite O'Leary à me rejoindre d'un signe de la main.

- Maintenant, occupes-toi de la Mer**. Commence ici, que je puisses te parler. Je l'observe s'écarter vers ses nouveaux amis. Moi qui pensais que tu t'intéressais à moi pour mes beaux yeux. Comme ton amie O'Neal. Elle m'a même écrit une lettre d'amour. Je rigole bruyamment, me moquant ouvertement de la Gryffondor.

Je sais qu'elle et O'Leary sont amies, du coup, j'espère l'énerver un peu avec ce genre de phrase. Je l'observe, faire ses tâches sans baguette, et me demande si elle l'a prise avec elle. Je lui ai dit de ne pas l'emporter, mais si elle me ressemble un tant soit peu, elle doit l'avoir sur elle. Un sorcier ne se sépare jamais de sa baguette. Principe de base.

- Je suppose que tu as ta baguette sur toi. On va mettre un peu de piment dans cette retenue. On va lier La Défense contre les forces du mal à cette petite séance de soin aux créatures magiques. Tu vas continuer à nettoyer l'enclos, sauf que de temps en temps je t'attaquerai. Tu devras sortir ta baguette et te protéger. Ensuite, tu ranges ta baguette et je t'attaque à nouveau sans prévenir. Ça va t'aider à travailler tes réflexes. Un rire hautain et je sors ma baguette de la poche dans laquelle elle était cachée.

Je la pointe vers un sceau se trouvant à ma droite, je fais léviter de la bouse à l'intérieur et lance un #Incendio afin de me faire un petit feu. Ça réchauffe.

- Revenons-en à ta petite enquête.. que t'as appris ton gentil petit pouffy ?

Petit silence. #Diffindo.
Revenir en haut Aller en bas
Aileen O'Leary
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Avec les Sombrals

Message par : Aileen O'Leary, Ven 9 Déc 2016 - 4:23


Et voilà qu'il la corrigeait sur sa familiarité avec le directeur. Hypocrisie? Soucis de la hiérarchie? À avoir su qu'elle aurait pu en apprendre davantage sur son professeur en ayant une retenue, Aileen se serait probablement mise dans le trouble plus tôt.

Ou peut-être pas, le chantage avait ses charmes que l'observation de pouvait égaler.

Le chien égorgé, la rousse observa de plus prêt les réactions de Benbow. De l'intérêt? De l'indifférence? Aucune trace de dégoût par contre, comme s'il était déjà habitué à ce genre de violence.

- Oui. Au centre de l'enclos. Le bousier, sort le juste de l'enclos. Tape ça.. là par exemple. On le dégagera par après avec nos baguettes.

Aileen haussa un sourcil, cette retenue était risible. Égorger un chien, déplacer du bousier simplement pour le plaisir de bouger ce dernier, qu'allait être la prochaine tache? Empiler des orties ? Faire une pyramide de rochers? Elle s'exécuta néanmoins sans se plaindre, le plus vite elle obéirait aux ordres, le plus vite elle pourrait retrouver des lectures plus intéressantes.

Premier obstacle.

L'irlandaise n'était pas particulièrement forte, elle n'était pas de celle qui appréciait le sport. Au grand dam de Vhagar d'ailleurs, ce dernier trouvait son endurance risible. Il fallait pourtant qu'elle transporte la carcasse du chien dans l'enclos pour que les Sombrals puissent manger. L'acte lui prit quelques minutes d'efforts laborieux...Ouais...Peut-être que le Nordique avait raison après tout, elle n'était décidément pas assez en forme. Elle lui demanderait quelques exercices pour pallier à cela la prochaine fois qu'ils se verraient.

La carcasse amenée au milieu de l'enclos, les chevaux de mort se jetèrent dessus, la déchirant à pleine dent. C'est à ce moment qu'Ian décida qu'il avait assez attendu et la siffla. La rousse le fusilla du regard, elle n'était pas un chien, pas besoin de l'appeler ainsi.

- Maintenant, occupes-toi de la Mer**. Commence ici, que je puisses te parler.  Moi qui pensais que tu t'intéressais à moi pour mes beaux yeux. Comme ton amie O'Neal. Elle m'a même écrit une lettre d'amour.

Aileen partit à rire. Nya ne s'était résignée à écrire la-dite lettre que sous action d'Azaël, et sous une forte dose d'alcool. Elle avait entendu les plaintes de son amie sur le sujet pendant plusieurs jours. Si Ian avait pris le tout sérieusement, elle le plaignait. Son rire semblait toutefois signifier le contraire, l'irlandaise lui répondit donc au tac au tac.

-Comment ne pas être intéressée par vos beaux yeux M.Benbow? Vous ne vous rendez pas compte que tout ceci n'était qu'une simple manigance pour vous avoir en tête à tête. Après tout les efforts que j'ai fait vous auriez pu au moins choisir un endroit plus...romantique pour notre rendez-vous.

Elle se permit même de lui faire un clin d’œil. Les hommes étaient assez simple. Pour peu qu'une minette avec un peu de poitrine ou un beau visage les complimentes et ils perdaient tout leurs moyens. Il faut dire qu'ils ne pensaient pas juste avec leur cerveau les pauvres, un autre organe occupait beaucoup de leurs pensées. Et cet organe était si facilement influençable....

Remarque lancée, Aileen retourna à son dur labeur, déplacer des excréments à mains nues. Elle n'eut néanmoins pas le temps d'en déplacer beaucoup que déjà son professeur continuait.

- Je suppose que tu as ta baguette sur toi. On va mettre un peu de piment dans cette retenue. On va lier La Défense contre les forces du mal à cette petite séance de soin aux créatures magiques. Tu vas continuer à nettoyer l'enclos, sauf que de temps en temps je t'attaquerai. Tu devras sortir ta baguette et te protéger. Ensuite, tu ranges ta baguette et je t'attaque à nouveau sans prévenir. Ça va t'aider à travailler tes réflexes.

Ohhhh, voilà qui était déjà plus intéressant. Elle allait presqu'avoir un cours privé avec sa retenue. Aileen fit un grand sourire, sincère pour une fois, à son professeur, avant de glisser sa baguette dans la poche de sa robe. Finalement elle n'était peut-être pas si mal tombée que ça...

- Revenons-en à ta petite enquête.. que t'as appris ton gentil petit pouffy ?

La rousse s'apprêtait à lui répondre que déjà il lui lança un Diffindo. Oh ce n'était pas bien méchant, cela déchira juste un peu sa robe au niveau de sa taille. L'irlandaise haussa un sourcil avant de dire.

-S'il y a des vêtements qui doivent être enlevés, je préférerai le faire moi-même M.Benbow. Vous ne voudriez pas que Kholov apprenne vos frasques après tout...

Elle était néanmoins davantage sur ses gardes à présent. Ian ne blaguait pas et elle serait chanceuse si elle s'en sortait avec un simple vêtement déchiré la prochaine fois. Retournant à son tas de bousier, elle enchaîna pour répondre à son professeur :

-Pour ce qui est du gentil, innocent pouffy, il m'a juste confirmée que vous étiez un professeur aussi compétent que vous étiez attirant. Rien de plus vraiment, qu'est-ce qu'un 2e année pourrait savoir sur vous après tout?

Un sourire en coin. Allait-il jouer avec elle?
Revenir en haut Aller en bas
Ian Benbow
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Legilimens
Occlumens


Re: Avec les Sombrals

Message par : Ian Benbow, Mar 13 Déc 2016 - 16:20


Elle est sûr d'elle, de sa beauté. Peut-être même un peu trop. Mais c'est bien, elle est assez maligne que pour comprendre que son physique avantageux peut être utilisé comme une arme. Pas contre moi, bien sûr. Je suis trop vieux pour me faire berner par une étudiante comme O'Leary. Je sais très bien qu'elle joue un rôle, qu'elle n'est pas particulièrement intéressée. Elle veut juste se sentir belle, sentir l'excitation monter chez l'autre. Malheureusement pour elle, rien ne montera chez moi ce soir.

- comment ne pas être intéressée par vos beaux yeux M.Benbow? Vous ne vous rendez pas compte que tout ceci n'était qu'une simple manigance pour vous avoir en tête à tête. Après tout les efforts que j'ai fait vous auriez pu au moins choisir un endroit plus...romantique pour notre rendez-vous.

L'ironie de ces propos est évidente. Pourtant, je reconnais que la rouquine en a dans le pantalon pour me parler comme ça. Je n'ai pas souvenir d'avoir déjà parler comme ça a l'une de mes professeurs lors de mon passage dans cette école. Et pourtant, il y en avait des sexy. Tout autant que le sont Malicia et Alhena. Tout autant que je le suis pour les jeunes filles. Je les vois, me dévisager en classe. Pauvre folle. Elles croient vraiment que je vais m'intéresser à elles. Pitoyables.

Mon sortilège fend l'air. Il se dirige très rapidement vers l'élève. Cette dernière n'esquisse aucun mouvement et se laisse toucher par le sortilège. Heureusement pour elle, je n'ai pas visé son corps mais le tissus de sa robe. Cette dernière se déchire légèrement, la peau n'est pas, encore, visible. Elle n'a pas l'air si décontenancé que ça, comme si ça ne lui faisait pas peur. Peut-être pense t-elle que je n'oserai pas lui faire du mal. Par peur des représailles. C'est mal me connaître, rouquine.

- S'il y a des vêtements qui doivent être enlevés, je préférerai le faire moi-même M.Benbow. Vous ne voudriez pas que Kholov apprenne vos frasques après tout..

Je ne peux retenir un rire fracassant. Je ne sais pas trop si c'est une menace. Je ne pense pas, elle m'a l'air plus intelligente que ça. Elle joue à la grande aussi, et ça c'est drôle. Elle me sort des mots que, j'en suis sur, elle n'assumera jamais. Elle me cherche, elle tente de me séduire en pensant que je me tiendrai à l'écart, refusant simplement ses avances. T'es mal tombé, rouquine. J'ai pas le temps de répondre qu'elle enchaîne déjà avec autre chose, tout en se remettant au boulot.

- Pour ce qui est du gentil, innocent pouffy, il m'a juste confirmée que vous étiez un professeur aussi compétent que vous étiez attirant. Rien de plus vraiment, qu'est-ce qu'un 2e année pourrait savoir sur vous après tout? Je souris, jouant la personne intimidée par le compliment.

Je décide de jouer le gars qui plonge dedans. Je fais celui qui se fait avoir, qui se laisse séduire et trompé par son élève. Hâte de voir sa tête quand elle comprendra que je me fous de sa gueule depuis le début. Puis, j'ai envie de voir jusqu'où elle est capable d'aller. Pas très loin, selon moi, mais soyons-en sûr.

- Rien du tout. D'où mon étonnement quand j'ai appris que tu t'étais tourné vers cet imbécile pour en apprendre plus sur moi. Je te pensais plus.. intelligente. J'ai dû te sûr-estimer. My bad.. ajoutais-je en français. Et ça m'a surpris, parce que je me trompe rarement sur les gens.

Je réfléchis quelques instants, préparant les réponses qui vont suivre. C'est ma toute première retenue, je sais pas trop comment c'est censé se passer. J'ai jamais été aussi loin dans les punitions lorsque j'étais élève. Je pense que je ne suis pas censé m'amuser comme je le fais maintenant. Faut dire que l'élève est divertissante, et que l'ajout des sortilèges me permet de me divertir.

- Du coup, je réfléchissais et je me suis dit, et si ce n'était pas sa première fois. Et si, Miss O'Leary, s'amusait enfaite à faire chanter ce petit jaune depuis plus longtemps ? Et s'il n'y avait pas que ce petit Poufsoufle ? Haaaa. Tant de questions. Ça m'empêche presque de dormir le soir.

Ho oui, j'y ai bien réfléchis à cette histoire. Et c'est normal, quand quelqu'un essaie de s'immiscer dans ma vie, j'essaie de découvrir pourquoi et comment. Hors, je ne comprends pas pourquoi s'en prendre à ce Pouffy. Très rapidement, j'en suis venu à la conclusion que ce gamin devait être une source d'information pour elle, un de ses petits oiseaux. Il tend l'oreille pour elle et elle, de l'autre côté, lui offre une contrepartie. Laquelle ? J'en sais rien. Je l'ai dit, elle a été assez maligne pour comprendre que son physique est un avantage. C'est sûrement comme ça qu'elle fait. Elle lui fait croire des choses qui n'arriveront jamais ?

- Du coup, tu les enlèves quand tes vêtements ? J'attends. Je souris. #Furunculus. Elle sera beaucoup moins belle comme ça.
Revenir en haut Aller en bas
Aileen O'Leary
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Avec les Sombrals

Message par : Aileen O'Leary, Mar 13 Déc 2016 - 17:31


Un étrange jeu se déroulait proche de l’enclos des Sombrals. Un jeu du chat et de la souris, d’Ian et d’Aileen, de deux sorciers persuadés d’être chats alors qu’ils n’étaient que la souris de l’autre. L’impudence d’une jeunesse remplie de vitalité.

Aileen a enfin trouvé un moyen de ne pas s’ennuyer, son professeur rentre dans la danse, va-t-elle s’en sortir indemne ? Elle sait pertinemment qu’elle risque l’expulsion si son réseau est découvert, le monde ne désirant pas un second Jedusor. Charismatique, il avait réussi à séduire son entourage en faisant passer ses magouilles par son réseau. Non pas qu’Aileen ai une quelconque intention de vouloir imiter le seigneur des ténèbres, mais elle ne pouvait nier l’efficacité de certaines de ses méthodes.

Ian, de son côté, à l’air totalement à l’aise dans la situation. Riant et souriant aux compliments sarcastiques de la rousse. Pour lui, elle n’était probablement qu’un petit poussin, un bébé qui ne réussirait pas à la charmer. Pour elle, il est un défi inespéré qui commence à sérieusement l’intéresser.

- Rien du tout. D'où mon étonnement quand j'ai appris que tu t'étais tourné vers cet imbécile pour en apprendre plus sur moi. Je te pensais plus.. intelligente. J'ai dû te sûr-estimer. My bad.. ajoutais-je en français. Et ça m'a surpris, parce que je me trompe rarement sur les gens.


Et voilà qu’il la complimente à son tour, n’hésitant pas à parler français pour appuyer son point. Oh la rousse pourrait parfaitement continuer à jouer la demeurée, faire la c**ne qui a foiré son coup, trop obnubilée par le professeur en face d’elle. Ou elle pourrait continuer à piquer Ian. Oui, c’était pas mal plus divertissant.

- Vous voyez à quel état vous me réduisez M.Benbow? À devoir intimider des 2e années dans l’espoir vain d’apprendre quelque chose sur vous.

Ton dramatique, sarcasme évident. Parce que le pouffy ne lui servait pas réellement à avoir des informations sur son professeur. Si elle en voulait réellement, elle serait allée voir ses deux Aurors préférés.

- Du coup, je réfléchissais et je me suis dit, et si ce n'était pas sa première fois. Et si, Miss O'Leary, s'amusait enfaite à faire chanter ce petit jaune depuis plus longtemps ? Et s'il n'y avait pas que ce petit Poufsoufle ? Haaaa. Tant de questions. Ça m'empêche presque de dormir le soir.


Aileen sourit. Ian était le premier à se rapprocher de la vérité. À croire qu’il avait simplement fallut son arrivée à Poudlard pour trouver ce qui était caché depuis 3-4 années. L’adrénaline commençait à monter, son professeur l’intéressait de plus en plus…Comme quoi le français N’était pas juste un beau visage.

- Flattée d’apprendre que je vous occupe la nuit, presqu’au point de vous empêcher de dormir. Pourrais-je vous suggérer quelques façons de vous détendre? Il y a de multiples moyens de libérer des endorphines.

Aileen concentra toute son attention vers son professeur cette fois-ci, cela faisait quelques temps depuis son dernier sort…Il devait probablement préparer de quoi. Les excréments bougeaient beaucoup plus lentement.

- Du coup, tu les enlèves quand tes vêtements ? J'attends.


Il parlait de ses vêtements, comme pour la distraire du sort qu’il lança et qu’elle para d’un #Protego. Elle l’avait vu venir celui-là.

- Un Furunculus ? Mon apparence vous distrait à ce point M.Benbow que vous ayez besoin de l’enlaidir? Et dire que vous venez juste de me demander de me déshabiller…La vue aurait été gâchée.


Pour le moment, elle ne faisait que répliquer à son professeur…il était peut-être temps qu’elle passe à l’attaque? Elle lança un rapide #Calda sur ses vêtements, afin que ceux-ci la tiennent au chaud avant de ranger sa baguette dans la poche de son pantalon cette fois-ci. Puis, d’un geste rapide, elle enleva sa robe pour révéler une camisole noire serrée et son vieux jean troué.

- Vous savez M.Benbow, il ne faut pas tant se concentrer sur les vêtements qui sont portés que sur ceux qui ont été oubliés.

Elle lui fit un clin d’œil avant de retourner à sa tâche salissante. Le laissant seul avec ses questions quelques moments.

- Si je peux me permettre M.Benbow, qu’est-ce qu’un français vient faire à Poudlard? Pour quelqu’un de votre carrure, enseigner à Beaux Bâtons ne serait qu’un jeu d’enfant. Il paraît aussi que les étudiantes y sont beaucoup plus charmantes que celles de Poudlard.


Sa baguette la démangeait, elle voulait le faire tomber de son piédestal, ou lui lancer de la substance brune au visage. La rousse prit néanmoins son mal en patience, son temps viendrait. Pour le moment, il fallait simplement jouer. Voir si ce dernier allait craquer. Elle n’allait pas se jeter à ses pieds si cela arrivait, bien au contraire….
Revenir en haut Aller en bas
Ian Benbow
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Legilimens
Occlumens


Re: Avec les Sombrals

Message par : Ian Benbow, Mar 27 Déc 2016 - 11:29


Elle continue de s'amuser, elle ne se laisse pas faire. Le genre de chose que j'apprécie, c'est une battante çà se voit. Enfin, une battante à son niveau. Selon moi, quand on grandit dans une riche famille, entre les murs chauffés à l'excès d'un manoir, on n'est pas vraiment un battant. Moi je le suis, moi j'ai appris la vie à la dure, je sais ce que c'est que de passer le repas des jours durant. La seule chose que la jeune Aileen a du passer, c'est plus que probablement l'un de ses goûter. Et c'est pour ce genre de chose qu'elle devait se battre. Son goûter, la dernière paire de chaussure à la mode. Rien qui ne met sa vie en péril. Rien qui ne la pousse au bord d'un précipice imaginaire, risquant une chute mortel.

- Vous voyez à quel état vous me réduisez M.Benbow? À devoir intimider des 2e années dans l’espoir vain d’apprendre quelque chose sur vous.

Je sens le sarcasme, l'ironie de ses propos. Elle ne s'en cache pas, elle le fait ouvertement. Elle se moque, et ce qui devrait m'enerver finit par m'amuser. J'en souris, du coin de la bouche seulement, n'abusons pas. J'ai envie de le lui dire, que si elle veut apprendre quelque chose sur moi, il suffit de demander. Mais je suis certain que ses questions seront gênantes, trop poussés pour que je puisses me permettre d'y répondre avec franchise. Autant éviter de me mettre dans une situation où je devrai mentir. Qui plus est, je suis l'autorité ici, c'est moi le chef, celui qui décide. Le sujet de discutions dépend de moi, et non de elle. Elle ne peut me forcer à rien, moi à tout. Ou presque.

- Flattée d’apprendre que je vous occupe la nuit, presqu’au point de vous empêcher de dormir. Pourrais-je vous suggérer quelques façons de vous détendre? Il y a de multiples moyens de libérer des endorphines.

Cette fois-ci, je ne cache mon plus rire. Je le laissé éclater au grand jour, bruyant et surtout sincère. Elle est drôle, cette petite. Elle ose tout. Chaque fois, je pense qu'elle n'osera jamais aller plus loin, mais elle y va quand même. Et elle arrive aussi à changer de sujet, ne répondant pas à mes interrogations. Elle est forte, vraiment. Elle devient audacieuse aussi, elle me laisse penser à des choses interdites. Sans néanmoins m'en faire part explicitement.

J'ai bien envie de lui dire que d'autres personnes, plus expérimentés qu'elle, prennent très grand soin de mes endorphines, mais je décide de ne rien en faire. Ça serait jouer son jeu. J'ai envie d'y jouer, mais ça serait oublier que c'est à moi de dicter le rythme, de créer le jeu.

Mon sortilège file dans sa direction, mais elle le stoppe sans aucun problème. Un protego, je pense. Aussitôt, elle s'en allait dans une nouvelle réponse, qui se voulait provocante bien entendu.

- Un Furunculus ? Mon apparence vous distrait à ce point M.Benbow que vous ayez besoin de l’enlaidir? Et dire que vous venez juste de me demander de me déshabiller…La vue aurait été gâchée.

Décidément, ce sourire en coin ne me quitte plus. Je le laisse revenir à nouveau. Et encore une fois, elle s'amuse à pousser le bouchon encore un peu plus loin. Elle retire sa robe, portant maintenant des vêtements de civils, non-conforme aux règlements de Poudlard, bien entendu. Pourtant, ce n'est pas à ça que je pense. Ce à quoi je pense, c'est à ses vêtements que j'ai envie de déchirer, cette fille que j'ai envie de prendre ici et maintenant. Elle a réussi à m'atteindre, les femmes y arrivent toujours. Je suis faible. Face à elle, je perds toute volonté. Je m'approche d'un pas rapide. Contre la barrière, c'est là que ça va se passer. Je suis sûr qu'elle aime le sexe violent. Elle va en avoir pour son argent, ça va être rapide mais intense, je le sens.

Elle s'est remise au travail, je l'observe de dos et m'arrête. Je suis toujours à l'extérieur de l'enclos, mais proche de l'entrée. Sans trop savoir comment, j'ai réussi à reprendre le dessus. Je sens que je me calme, même si mon excitation est toujours visible. Je me penche en avant et pose les avants-bras sur la barrière encadrant l'enclos. Histoire d'éviter d'être grillé par l'élève.

Je crois que j'ai raté une partie de la conversation. Il me semble avoir entendu sa voix, sans rien comprendre. Sûrement trop loin dans mon imagination salace.

- Si je peux me permettre M.Benbow, qu’est-ce qu’un français vient faire à Poudlard? Pour quelqu’un de votre carrure, enseigner à Beaux Bâtons ne serait qu’un jeu d’enfant. Il paraît aussi que les étudiantes y sont beaucoup plus charmantes que celles de Poudlard.

Voilà qu'on revient complètement à la réalité. Déjà, elle me traite de français. Je ne sais pas pourquoi elle croit ça, mais ça fait mal. Puis elle arrive encore à placer une petite pique, sous entendant, encore une fois, que j'étais du genre à charmer les élèves. Non mais vraiment, je ne sais pas d'où me vient cette réputation, mais ça n'arrête pas. Tout le monde semble penser que je suis ce genre de Professeur. Bon, c'est vrai que là j'étais à deux doigts de lui sauter dessus, mais au final ce sont les actes qui comptes, et je ne lui ai rien fait. Pas encore.

- Moi français ? Ça me heurte, O'Leary, que tu puisses penser une seule seconde que je suis un français. Ils sont bêtes et arrogants, j'en suis l'exact opposé. Bon, arrogant je le suis peut-être en fin de compte. Et arrête les faux compliments, je ne suis pas si facile à amadouer. Enfaite, si je le suis. Mais faut pas le dire.

Je dois reprendre les rennes, ici. La rouquine s'est approprié la parole, dirigeant la conversation comme bon lui semble. Et ça me dérange. Je l'ai déjà dit, c'est moi le chef ici et c'est à moi d'en apprendre plus sur la rouquine et non à elle d'essayer de me percer à jour.

- Je vois que tu aimes jouer avec moi, je suppose que ton petit jeu de séduction à beaucoup d'effet sur tout les petits puceaux qui peuplent ce château, mais avec moi ça ne marchera pas. Je la fixe. Il fait de plus en plus sombre, mais je suis toujours capable de la voir. Même si, bientôt, elle ne sera plus qu'une ombre au milieu de l'enclos. Jouons carte sur table, veux-tu ?! Tu recherche quelques choses sur moi. Je suis disposé à te le dire, étonnamment je commence à t'apprécier. Faut dire que t'as du cran.

C'est faux, je ne suis disposé à rien du tout. Juste à découvrir ce que cette petite fouine rousse cherche à savoir.

- Mais avant ça, j'aimerai en apprendre un peu plus sur toi. Qui es-tu, Aileen ? Est-ce que tu as des adultes qui te conseil ? C'est important, d'être entouré de personne qui ont de l'expérience. Tout comme Liderick, elle a du potentiel. Mais ce n'est pas suffisant, il faut quelqu'un pour guider ce potentiel. Quelqu'un avec de l'expérience, celle d'une vie compliquée. L'exact opposé de ce qu'on pu vivre jusqu'à maintenant des adolescents comme O'Leary ou Liderick.
Revenir en haut Aller en bas
Aileen O'Leary
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Avec les Sombrals

Message par : Aileen O'Leary, Jeu 29 Déc 2016 - 0:57


Le professeur ne semblait pas plus prêt de tomber qu'elle. Soit Aileen était arrivé à le faire sourire, rire, se rapprocher, mais rien de bien concluant. Il se rapprocha de l'entrée pour simplement s'arrêter devant, comme s'il stoppait son fil de pensée, comme s'il se ressaisissait après une longue transe.

Raté.

La rousse gardait toujours la baguette proche, prête à la sortir si Ian se décidait à faire un autre coup fourré. Ce dernier ne semblait néanmoins pas prêt de l'attaquer. Du moins pas avec des sortilèges, avec des mots c'était autre chose.

- Moi français ? Ça me heurte, O'Leary, que tu puisses penser une seule seconde que je suis un français. Ils sont bêtes et arrogants, j'en suis l'exact opposé. Et arrête les faux compliments, je ne suis pas si facile à amadouer.

Ahhhh voilà ce qui avait stoppé net le professeur, elle s'était trompée sur son origine. Au pire. Elle avait largement le temps de se reprendre, la retenue ne semblant pas prête de se terminer. Mais elle devait accorder que son professeur résistait assez bien à ses avances, avait-il une quelconque morale? Un code l'empêchant de coucher avec ses étudiantes?

-Milles excuses M.Benbow, j'ai du mal m'informer à votre sujet. Et je ne vois absolument pas de quoi vous parlez pour les faux compliments. Vous avez 24 ans, à cet âge la majorité des sorciers sont encore en formation, dans des petites jobines au ministère dans l'espoir vain de se faire embaucher comme Auror. Et pourtant, vous, vous avez réussi à devenir professeur à Poudlard dans une matière nécessitant autant de connaissances pratiques que théoriques. Il y a là largement de quoi piquer l'intérêt.

La tirade, bien que délivrée sous le même ton joueur que la rousse utilisait depuis le début de leur conversation, était sérieuse. Il était jeune, il était intéressant, il était même désirable. Il lui donnait presqu'envie de se mettre sérieusement sur son cas, de le séduire, de le tenter. Elle aimait ceux qui lui résistaient.


- Je vois que tu aimes jouer avec moi, je suppose que ton petit jeu de séduction à beaucoup d'effet sur tout les petits puceaux qui peuplent ce château, mais avec moi ça ne marchera pas. Jouons carte sur table, veux-tu ?! Tu recherche quelques choses sur moi. Je suis disposé à te le dire, étonnamment je commence à t'apprécier. Faut dire que t'as du cran.


Cette fois-ci ce fût au tour d'Aileen de rire honnêtement. Elle? Séduire des puceaux de Poudlard? Il devait bien mal la connaître. Les seuls étudiants qui avaient réellement intéressés Aileen étaient des étudiantes. Les jeunes hommes de Poudlard ne lui donnant guère envie de s'aventurer avec eux avec leurs balbutiements, leur innocence feinte et leur désir qui dégoulinait presque sur de l'obsession. Aileen profita donc de la pleine attention que lui donnait Ian pour répliquer :

- Qui voudrait séduire les puceaux de Poudlard? J'ai bien peur de manquer d'intérêt envers ceux qui perdent tout leur  moyens lorsqu'une fille les regarde. Les pucelles et les séduisants professeurs de Défense contre les Forces du mal par contre c'est autre chose.  

Elle n'eut néanmoins pas le temps de répliquer davantage que déjà son partenaire continuait :

- Mais avant ça, j'aimerai en apprendre un peu plus sur toi. Qui es-tu, Aileen ? Est-ce que tu as des adultes qui te conseil ? C'est important, d'être entouré de personne qui ont de l'expérience.

Pour la première fois depuis le début de leur conversation, Aileen se figea. Elle s'attendait à tout, sauf à ce qu'il lui pose des questions sur ses mentors. Et ça, ce n'était pas quelque chose dont elle désirait parler.

Après tout, elle était supposée lui dire quoi? Oh M.Benbow vous voyez, j'ai pour mentor un Auror qui me fait tuer sorciers et moldus dans les ruelles de l'Allée des Embrumes et une mangemort habillée de cuir croisée une soirée ou j'avais les vêtements déchirés qui s'amuse à m'apprendre comment me défendre.

Non, jamais.

Elle ne trahirait jamais dragon et 87, ne serait-ce qu'en les mentionnant. Autant jouer la conne. Autant ruiner sa soirée. Autant risquer l'expulsion.

-Au risque de vous décevoir M.Benbow, les adultes ne s'arrêtent pas réellement pour me conseiller. Après tout, qui s'intéresserait à une petite comme moi?

Une ombre, elle se devait de redevenir une des ombres qui habitaient le château. Arrêter de vouloir jouer au personnage principal.

-Pour ce que je suis, je pense que vous le savez déjà. Une petite étudiante banale qui est allée trop loin et qui se mérite une retenue. C'est tout.

La rousse retourna à sa basse besogne, désirant terminer au plus vite la retenue et s'échapper.
Revenir en haut Aller en bas
Ian Benbow
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Legilimens
Occlumens


Re: Avec les Sombrals

Message par : Ian Benbow, Ven 30 Déc 2016 - 11:30


Une envie de tout savoir, de tout découvrir. La curiosité est un vilain défaut, que je possède. Comme beaucoup d'autres. Presque tout le monde, au final. Je n'ai encore jamais connu quelqu'un qui ne soit pas curieux. O'Leary, par exemple, l'est. Elle cherche des renseignements sur une personne qui désire ne rien partager avec elle. Ça fait d'elle une sacré curieuse. Je le suis aussi. Même si la situation actuelle exige que je le sois. Même si, dans le fond, je ne suis pas obligé de savoir pourquoi elle essaie d'en découvrir plus sur moi. C'est juste de la curiosité. Je pourrai laisser tomber, de toute manière elle ne trouvera jamais rien. Mais non, j'ai envie de savoir.


- Milles excuses M.Benbow, j'ai du mal m'informer à votre sujet. Et je ne vois absolument pas de quoi vous parlez pour les faux compliments. Vous avez 24 ans, à cet âge la majorité des sorciers sont encore en formation, dans des petites jobines au ministère dans l'espoir vain de se faire embaucher comme Auror. Et pourtant, vous, vous avez réussi à devenir professeur à Poudlard dans une matière nécessitant autant de connaissances pratiques que théoriques. Il y a là largement de quoi piquer l'intérêt

Elle persiste. J'ai envie d'éclater de rire, pour de vrai. Elle sait que je sais qu'elle se fout de la gueule, mais elle continue avec son histoire d'homme intéressant. Elle est presque convaincante, un naïf se laisserait avoir. Il accepterait ses compliments, se laisserait lécher les couilles par la rouquine et lui dirait de s'en aller vaquer à ses occupations. Parce qu'un homme flatté, par une jolie femme qui plus est, est un homme content. Nous aimons être complimentes sur notre force, sur comment nous arrivons à nous démarquer des autres. Et c'est justement ce qu'O'Leary me fait en ce moment. Et même si je sais que ce qu'elle dit est vrai, après tout je suis bel et bien au dessus du lot, je sais aussi que ce n'est pas pour cette raison qu'elle cherche à en savoir plus sur moi.

Au vue de l'évolution de la situation, je sais que je n'aurai pas ma réponse à cette question ce soir. Je l'aurai d'une autre manière, un autre jour. Elle parlera, elles le font toutes. Il me suffit juste de rester patient.

- Qui voudrait séduire les puceaux de Poudlard? J'ai bien peur de manquer d'intérêt envers ceux qui perdent tout leur moyens lorsqu'une fille les regarde. Les pucelles et les séduisants professeurs de Défense contre les Forces du mal par contre c'est autre chose.

Je souris en réponse. Elle continue sa phase de séduction. Elle sait se rendre intéressante et doit arriver à ses fins à presque tout les coups. Franchement doué. Dans une mauvaise journée, je pourrai même me laisser avoir par son tour de charme. J'ai faillit être piégé d'ailleurs. Je ne sais pas qui lui a appris ça, mais il a bien fait. Une femme dangereuse est une femme qui sait se servir de ses charmes. Nul besoin d'être puissante quand on est assez intelligente pour séduire et manipuler. J'ai presque envie de l'applaudir, pour lui montrer que j'apprécie son talent.

Bizarrement, en entendant ma question, la rouquine se stoppe quelques petites secondes avant de reprendre, comme si de rien était. Je n'arrive pas à donner un sens à cet arrêt. La question inattendue ? Mais laquelle ? Sur qui elle est ou sur les adultes sur qui elles se reposent ?

- Au risque de vous décevoir M.Benbow, les adultes ne s'arrêtent pas réellement pour me conseiller. Après tout, qui s'intéresserait à une petite comme moi?

Cette fois, je n'arrive pas à dire si elle essaie de m'embrouille ou pas.

- Je doute être le premier à voir en toi un sacré potentiel O'Leary. Avec un peu d'aide, tu peux devenir une sorcière de renom. Malheureusement, je n'ai pas le temps de m'occuper de toi.. Petit silence. Enfin. De ta formation privée, je veux dire. J'essaie un clin d'œil, même si je suis presque sur qu'elle ne le discernera pas. Je peux toujours me renseigner, voir si quelqu'un se sent de t'apprendre ce qu'est la vraie vie. Je ricane.

Je connais bien quelques personnes d'un assez bon niveau qui devrait être prêt à aider une jeune sorcière ayant besoin d'expérience. Vhagar et Jean, par exemple.

- Pour ce que je suis, je pense que vous le savez déjà. Une petite étudiante banale qui est allée trop loin et qui se mérite une retenue. C'est tout.

Oui, ça, encore une fois, je suis persuadé que c'est une connerie. On a tous un passé, peu importe notre âge, notre profession, notre rang social. De ce que je sais d'elle, je dirai qu'O'Leary vient d'une riche famille de sorcier. Sang pur ou pas, j'en sais rien. Probablement des irlandais vu le nom.

- N'essaie pas de m'embrouiller comme tu le fais avec les autres. T'es gêné de me parler de ta vie ? Tant mieux, ça veut dire que ça cache quelques choses d'intéressant. Je me tais quelques secondes. C'est de nos pires expériences que l'on apprend le plus. Ceux qui grandissent au chaud dans leur petit manoir finissent rarement en haut de la pyramide. La richesse, penser que tout leur est acquis.. ça les rends faible, les ramollit. Moi, par exemple, j'ai vécu dans la rue pendant 4 ans. Et si, lorsque je le vivais, je ne rêvais que d'une chose : oublier cette partie de ma vie, maintenant que j'en suis sorti, je ne changerai rien. Je revivrai cette période exactement comme je l'ai fais. Parce que ça m'a forgé un caractère, ça m'a permis d'être là où je suis aujourd'hui.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Avec les Sombrals

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 26 sur 28

 Avec les Sombrals

Aller à la page : Précédent  1 ... 14 ... 25, 26, 27, 28  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Pré-au-Lard ~¤~ :: Forêt Interdite-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.