AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Pré-au-Lard ~¤~ :: Forêt Interdite
Page 28 sur 28
Avec les Sombrals
Aller à la page : Précédent  1 ... 15 ... 26, 27, 28
Madilyn Nebulo
Poufsouffle
Poufsouffle

Re: Avec les Sombrals

Message par : Madilyn Nebulo, Dim 11 Fév 2018 - 17:10


PV 33

Assise sur un rocher solitaire, les yeux perdus dans la blancheur sélénite, t'as la tête vide, les pensées fuyantes, la cervelle percée. Même ton regard n'a plus de fond, tu t'es fait statue de roche sous l'aube rosée. Un vent matinal t'effleurant ne te fait même pas frissonner. La nature en l'aurore sous le ciel carné s'est parée de blancs draps, les nuages ont comme pris l'ascenseur direction la terre.
Ce paysage pourrait être tellement beau, mais c'est si lunaire, désert de l'espace abandonné par les étoiles.

Neige vierge, lisse, à une exception laissée par tes seules empreintes, pureté souillée. Dans la blancheur se reflète les ombres, silhouettes squelettiques des arbres morts, un corbeau qui passe, annonciateur de la fin de la nuit. Bientôt tu devras te lever et repartir mais pas encore. T'as trop de temps à perdre.

Un flocon atterrit sur ta main, éphémère, et meurt en silence après avoir fait un si grand voyage, né des nuages pour s'éteindre sur une terre si loin d'être la promise. Une terre brumeuse, floue et folle, noire et fumeuse. Une terre vaste et étriquée, sale et tachée. Une terre chaotique, à nettoyer.

Là-bas, une feuille morte, laisse sa trace creusée dans la douceur enneigée au sol. Les autres, ses soeurs, constellant le parterre, ont givré.

Tu attends la renaissance solaire, et un signe.
Revenir en haut Aller en bas
Mangemort 33
avatar
Mangemort à la retraite
Mangemort
à la retraite
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Avec les Sombrals

Message par : Mangemort 33, Dim 18 Fév 2018 - 0:14




PV Madilyn

C'est comme une âme qui brûle. Une super nova qui se dirige droit vers la terre. Une nuée d'étoiles, de couleurs qui filent dans le ciel. Un dessin majestueux de ténèbres qui ne s'arrêtent pas. Le squelette prend possession d'un soupire, sous un masque il s'avance dans un nuage de fumée. Les mondes sont atrophiés par le silence, la lourdeur des sens envahit l'air.
Le mirage écarlate se prélasse à se promener, chose étrange. La recherche d'un idéal, d'une enfant à faire frémir jusqu'à la peur. Ce n'est que de la chair, de la fout*e chair à canon.

La glace ronge les arbres, la neige refroidit les coeurs. Il n'y a rien de chaleureux, juste un vide intersidéral et une blancheur de porcelaine. C'était comme si l'univers était vidé de sa raison. Les flocons dansaient et aux yeux des enfants, ils étaient beaux et innocents.
Une simple pluie de pensées, gelée, qui tombe et fait mourir la beauté naturelle. Une cruauté hivernale, une beauté froide propre à la femme aux lèvres rouges, à celle qui détruit.
Derrière son masque, 33 se demande si un jour, elle rencontrera ce type de femme. Parce que c'est toujours amusant de jouer avec les plus têtus, les plus téméraires.

Pousser à bout, pour les voir sombrer dans la folie.
C'était ça le plus plaisant.

Enfant, ne meurs pas maintenant



Revenir en haut Aller en bas
Madilyn Nebulo
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Année à Poudlard : Quatrième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Avec les Sombrals

Message par : Madilyn Nebulo, Sam 24 Fév 2018 - 19:07


Un léger frétillement dans les branches éteintes, un trouble dans les feuilles évanouies par le givre. La nature morte à petit feu secouée de spasmes imperceptibles annonciateurs d’une proche présence, silencieuse. Le signe tant désiré peut-être, un animal courageux ou inconscient, affrontant le froid meurtrier, un animal dont la vie n’est plus qu’un compte à rebours par ces temps blancs. Ou quelqu’un, un observateur muet, un promeneur audacieux solitaire. Présage de quoi, de rien... Une ombre, tache d’encre sur la page blanche sylvestre, une salissure bucolique, la tienne, tu souilles la blancheur pure. Lactescence trompeuse, dont la poudre, poussière amère, signe la fin des couleurs chaudes automnales, et l’arrivée de la saison froide et solitaire. Une triste période propice à de tristes moments, mais pour toi, quelle différence ? Seule et affligée, une âme torturée sans aspirations, et ce hiver comme été.

Par ces flocons, ils semblent que ce sont les étoiles qui tombent, retournant à leur dérisoire forme première, grains blancs éphémères qui fondent au premier contact terrien. Ou bien ce sont des larmes de déesses à l’humeur mélodramatique et aux hauts cris et pleurs. De la neige au goût de sang, feutrant les pas et offrant le silence aux plus francs assassins. C’est le temps des sanglots et des fins. C’est ton temps de gloire, une piètre gloire.

La silhouette fauteuse du trouble fameux, secouant la nature endormie émerge, sans visage. Tu devines de quoi il en est et acceptes silencieusement la sentence que t’envoie le sort. Tu voulais un signe. Le voilà.

Enfant, ne meurs pas maintenant.

Immobile, tu laisses tes yeux dans les étoiles frigorifiées et laisse un temps le silence répondre à l’injonction, supplique de vie, étonnante pour un ange de mort.

Ma vie ne s’ôtera pas ce soir, sauf si c’est elle que vous venez chercher.

Mais tu en doutes. Un ton trop chaud, une intimation poétique, tu devrais réviser tes fondements. Si le mal était ailleurs ? Tu détournes ton regard des cieux illuminés pour le poser sur un masque impersonnel cachant peut-être une clef inattendue.
Revenir en haut Aller en bas
Mangemort 33
avatar
Mangemort à la retraite
Mangemort
à la retraite
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Avec les Sombrals

Message par : Mangemort 33, Lun 12 Mar 2018 - 20:28




La vie est amère, elle ne laisse que peu de porte de sortie. Simplement une nuit étoilée, pour pouvoir rêver d'un avenir incertain. Impensable vérité qui se prélasse, qui caresse les fleurs de peau et les souris ébranlés.
Sans masque, elle profite d'une vie certaine. Avec, elle embrase les mondes d'une mort imminente. La peur règne, elle s'insuffle dans les oreilles de chacun sans aucun sens. Une mélancolie tardive qui s'apprête à tuer sans précédent.

Non, je cherchais simplement la lune...

Les mots s'empourprent dans l'ombre. Elle sent lentement les vapeurs d'un univers qui s'effondrera bientôt. Elle en rigolera bientôt, écrasée dans sa propre main. Des barrières qui tombent devant un monument impérial qu'est sa cause. Une bataille pour laquelle les pires chemins étaient à prendre.
Les seules victimes, c'est vous-même

Nous ne sommes pas des monstres. Si ta cause est juste à tes yeux, dis-toi que la nôtre l'est pour nous. Ne juge pas sans comprendre ce que nous sommes vraiment.
_Ne t'obstine pas

Les brises d'une explosion qui s'entend. Un bruit de grincement, une branche qui se brise. Elle va et vient, entre les soupires et les sourires. Elle reste de marbre devant la beauté qu'est la nuit. Et puis, un jour, elle s'effondre parce que c'est l'heure de renaître.
Elle disparaît du rêve, pour laisser de l'espoir sur des lèvres.

Départ de 33
Malheureusement, je dois écourter ce RP. Sincèrement désolée.

Revenir en haut Aller en bas
Madilyn Nebulo
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Année à Poudlard : Quatrième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Avec les Sombrals

Message par : Madilyn Nebulo, Sam 31 Mar 2018 - 17:23


Tu le sens et tu le sais, ça ne se résume pas qu'à un masque. Une aspiration. Un espoir éteint. Peut-être qu'un jour pour t'effacer, tu emmureras ton esprit derrière un masque de fer, un masque de mystère.
Mais... Masque. Mort. Ne riment pas ensemble. Et si... ? Si l'ombre était la vraie lumière ? La seule poésie ?

Non, je cherchais simplement la lune...

Automatiquement, tes yeux se portent vers celle qui gouvernent les noirs cieux, ronde et silencieuse. De tes doigts, il te semble la toucher, mais ce n'est qu'illusion, comme le reste. Et son sourire plein fait écho à ton regard rétréci par la noirceur de la nuit, et sa lueur pâle se reflète sur la froideur du masque chuchoteur.
Onirisme. Poésie. Tes maîtres mots. Et si... ?

Elle est là, comme toujours.


Nous ne sommes pas des monstres. Si ta cause est juste à tes yeux, dis-toi que la nôtre l'est pour nous. Ne juge pas sans comprendre ce que nous sommes vraiment.

Touchée dans le cœur.
Tes lèvres s'entrouvrent, tes yeux se tournent, et ton visage figé capture la compréhension et le soupçon de culpabilité qui pèse de son emprise sur tes frêles épaules. Mais quelle est ta cause ? Tu es juste perdue dans un dédale rempli d'aspirations et de vagues à contre-sens que tu ne comprends même pas, entre masques, oiseaux de feu et badges scintillants. Tu n'es qu'une ombre grise sans grandes idées, aux opinions en point d'interrogation. Monstres ? Ce sont peut-être cette foule du silence aux espoirs morts et mornes. Aux jugements froids et vides.
Et la silhouette masquée se meurt dans la nuit, se confond avec la lune tant cherchée.


Fin du RP, dommage mais merci ^^
Revenir en haut Aller en bas
Lizzie Bennet
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Manumagie (Niveau 1)
Loup-garou


Re: Avec les Sombrals

Message par : Lizzie Bennet, Dim 15 Juil 2018 - 15:00


post unique

J’ai reçu une lettre, une lettre qui me trouble. Je croyais avoir réussi à disparaître, à disparaître complètement. Je ne sais pas tout à fait si c’est véritablement ce que je souhaitais. Mais quoiqu’il en soit, elle est là, aujourd’hui. Une écriture impeccable, une calligraphie dont l’autorité même était effrayante, et pourtant si bizarrement attrayante.

Citation :
Elizabeth,


Tu n’avais pas le droit de partir. Pas comme ça. Pas quand nous avions déjà perdu Kitty. Jane. Mary. Les perdre n’a pas été aisé pour toi, sans doute. Mais cela ne l’était pas pour nous non plus, et nous ne méritions pas ta disparition. C’était égoïste. J’ignore combien de temps tu comptes nous éviter encore, alors que tu t’affiches partout en société. Tu ne te rends compte de rien, ou alors, tu t’en fous, tout simplement. Papa a été placé à Sainte Mangouste ; Maman le disait sénile, quand il parlait de toi. Je ne comprenais pas, au début, mais il faut dire que tu ne t’es pas tenue assez éloignée pour que ta trace soit si difficile à remonter. Il n’a rien à y faire, et rien ne justifie que tu joues avec la mémoire des autres pour adoucir les tiennes. Tu es grande maintenant. Alors arrête tes c*nneries et rentre. Il est temps.

Aussi idéaliste que cela puisse sembler, je compte sur toi.
Lydia.

Les mots s’enroulent les uns autour des autres ; muette, je les répète, le regard trouble. Elle a raison. Je sais qu’elle a raison. J’ai voulu me protéger plus que les protéger, au fond. Je dois aller rectifier mes torts auprès d’eux. Je dois leur présenter les jumeaux. Je le leur dois, et je me le dois… enfin, je crois. On mérite plus de vérité, en tout cas, et il est hors de question d’attendre le prochain enterrement pour aller les retrouver.

Prenant la plume, j’esquisse donc une brève réponse pour ma petite soeur, qui semble avoir gagné en courage et vigueur chaque année depuis notre séparation.

Citation :
Lydia,

Tu as raison. Ces distances… C’est lâche de ma part. Donne-moi un lieu de rendez-vous, une heure. Je viendrai. J’aurais du le faire plus tôt.

Pardon.
Lizzie
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Contenu sponsorisé

Re: Avec les Sombrals

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 28 sur 28

 Avec les Sombrals

Aller à la page : Précédent  1 ... 15 ... 26, 27, 28

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Pré-au-Lard ~¤~ :: Forêt Interdite-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.