AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Pré-au-Lard ~¤~ :: Rues de Pré-au-Lard
Page 4 sur 50
Dans les rues de Pré-Au-Lard
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5 ... 27 ... 50  Suivant
Eurora
LégendePoufsouffle
Légende
Poufsouffle

Re: Dans les rues de Pré-Au-Lard

Message par : Eurora, Dim 05 Oct 2008, 16:22


Depuis sa perte de conscience, Eurora n’avait plus rien suivi du tout de tout ce qui l’entourait. Elle n’avait plus que conscience que d’elle-même et encore. Son esprit semblait pour le moment emprisonné dans un corps contaminé. Celui-ci tentait de se battre de l’intérieur contre ces intrusions qui tentait de l’avoir, de la gagner… Autant dire qu’elle était mal en point car, pour le moment, son corps ne parvenait que tout juste à tenir la bataille. Elle semblait tiraillée de toute part de l’intérieur. D’un côté, de l’autre, d’avant, d’arrière…

Elle semblait flotter dans ce qui appartenait ni à l’Espace ni au Temps. Dans un espace hors de tous temps où le temps n’avait aucune consonance, aucune répercussion. Elle voyait une lumière blanche au loin, elle semblait se trouver dans un large tunnel noir et au bout se trouvait La Lumière… La Lumière. Elle se sentait irrésistiblement attirée malgré son esprit qu’elle sentait résister. Derrière elle, elle sentait la présence de tout ceux auquel elle tenait, de sa famille et de ses ami(e)s… Mais au devant, il y avait l’Espoir de la Libération. Il y avait un appel.

Il y avait aussi un autre appel. Celui-ci la tenait ancrée vers l’arrière… Vers sa Vie.


Un murmure aussi. Des murmures. « Tiens bon Eurora, tiens le fil, tiens le fermement… ». Elle laissa son esprit se confiner à l’espace de ses propres frontières tandis que son corps se contaminait peu à peu par un vilain poison qui la rongeait de l’intérieur. Elle se confina dans son esprit, laissant son corps se faire porter par deux personnes, elles bien présentent dans la réalité, bien qu’elle l’ignorait. De son côté, Eurora tentait de résister par l’esprit, tentait de conserver son esprit sain, néant de tout poison… La lumière blanche au bout du tunnel, exemple d’un espoir inespéré, l’attirait irrésistiblement. Mais un filament la retenait à la vie tandis que progressivement se tissait un lien vers l’autre bout du tunnel… Pourtant, le filament la rattachant à la vie était fort, puissant de ses dernières volontés. Elle résistait au plus fort qu’elle pouvait contre le Mort qui frappait à la porte… Tant qu’elle pouvait, elle résistait. Pourtant, la lumière au bout du tunnel semblait toute proche, trop proche. « Eurora, nous sommes là. Résiste, reviens vers nous… ». C’était des voix qui l’appelaient vers l’arrière. Des voix appartenant au monde des vivants, des voix qu’elle reconnaissait. Toutes. Ou du moins quelques-unes car toutes ces voix semblaient un murmure bourdonnant à ses oreilles et les distinguer les unes des autres aurait semblé un véritable casse-tête. Et elle ne voulait pas s’embrouiller l’esprit. Au devant au contraire, tout semblait si simple. Il n’y avait que cette Lumière, cet espoir. Pourtant, le fil la rattachant à toutes ces voix, à la Vie, tenait encore, la fortifiait… Elle le sentait la tirer, l’empêcher de baisser les bras et de marcher à la rencontre de la Lumière blanche au bout du tunnel… Pour le moment, le fil tenait en tous cas. Le dernier fil de l’Espoir.

"Tiens bon... Reste avec nous...", lui soufflait sa conscience.

... Tout ceci se déroulait dans l'esprit d'Eurora pendant le trajet jusqu'à la Noble Maison d'Adreas.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Re: Dans les rues de Pré-Au-Lard

Message par : Invité, Dim 02 Nov 2008, 19:52


[RP with Mlle Drayry]

En cette glaciale soirée d'automne, où les vagues s'abattaient telles des coups de massue sur la forteresse d'Azkaban, XXI tournait en rond, seul dans sa chambre froide. Il était en manque d'âmes, en manque d'activités, en manque de tout... Les légumes qui croupissaient un peu plus haut ne ressentaient plus aucun sentiment qui était digne de l'attention du faucheur d'âme. C'est ainsi qu'il avait décidé de rassasier sa soif moribonde, en allant faire un tour à Pré-au-Lard, village certes peu habité mais qui dégageait une joie qui faisait ressentir à XXI beaucoup d'avidité, de part le flux de sorciers qui s'y rendaient. Mais il y avait aussi ce morceaux de parchemin, qui avait atterri dans sa chambre, et qui sentait le bonheur à des kilomètres à la ronde. Apparament, il venait de Pré-au-Lard. Heureusement que rien n'était encore finit. Il y avait dehors pleins de gens heureux qui seraient pour le détraqueur un régal presque utopique. Tant qu'il y en a...

C'est ainsi qu'il se mit à glisser sur les dalles, maintenant de glace dû à son passage, des rues de Pré-au-Lard, lieu où cette force de joie devait se trouver à cette heure-ci. XXI avait affaire à une sorte de rendez-vous avec plusieurs personnes regorgant de bonheur, qui, aux yeux du faucheur d'âmes, devait finir dans les conditions les plus moribondes qu'il espérait qu'il soit dans un futur proche, très proche...

Il s'arrêta dans l'ombre d'un magasin en ruine, abandonné et miteux. Un endroit qui devint en plus de celà froid et sombre, comme si les ténèbres avaient décidé d'y habiter. Un mendiant, qui était singulièrement poisseux, fut un amuse-gueule pour XXI, jusqu'à ce que sa victime s'étende sur les dalles, blanc comme un linge, mort de peur. Il grelotait et faiblissait d'avantage, pendant que le temps filait, impossible à arrêter. Puis plus rien. Son corps gisait, inerte, dans cette ruelle miteuse. Préférant un endroit plus propice à la joie et au bonheur, XXI allait changé d'endroit, lorsqu'il vit une présence arrivée dans sa direction. Pour ne pas retarder l'échéance qu'allait subir cette personne, XXI vint à sa recontre, mais fut écarté de son but par une présence argenté qui flottait en l'air, mené par la baguette que brandissait la silhouette, maintenant devenue de chair. Le lynx argenté tournait autour de son propriétaire, et XXI le suivait de son regard cagoulé, à l'affut d'un moindre geste qui se voudrait douloureux pour lui. Il attendit, sentant bizarrement que cette présence lui valait plus de bien que de mal...


Dernière édition par Détraqueur XXI le Lun 03 Nov 2008, 17:28, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Atana Markoff
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de transplanage
Vélane



Re: Dans les rues de Pré-Au-Lard

Message par : Atana Markoff, Lun 03 Nov 2008, 14:27


Drayry se tenait droite, plaqué contre le mur dans le recoin le plus sombre de cette ruelle. Elle attendait que le temps défile lentement. Son regard était fixé sur le corps étendu et grelottant d’un mendiant prit dans les vents glacials de cette nuit d’octobre. Elle l’avait récupéré au détour d’un chemin du par cet l’avait laissé tomber ici en guise de bienvenue pour le détraqueur. Certes il y avait mieux comme âme heureuse mais ce n’était que l’amuse gueule… Le visage impassible et la main crispée sur sa baguette Drayry attendait…

Quelques jours auparavant :

Drayry se tenait sur la péninsule la plus avancée dans la mer qui faisait face à Azkaban. Le vent lui fouettait le visage et l’eau l’aspergeait de part en part. Immobile, à regarder l’îlot qui se dessinait au loin Drayry réfléchissait une dernière fois à son plan… Elle ne savait si il pourrait aboutir mais elle ferait tout pour… Elle avait besoin d’un détraqueur et elle savait que ces créatures n’avait ni maître ni d’ordre à suivre… Ils agissaient selon leur envie, leur bénéfice et de ce que cela leur apportaient… Une âme ne se refusait jamais… Drayry se demandait seulement ce que lui voudrait en échange le détraqueur…

Elle plissa ses yeux et fit s’envoler le hibou noir et petit. Il portait autour de la patte une lettre fermée du sceaux familiale. La jeune fille n’avait pas raconté masse de chose sur le parchemin. Une simple date, un lieu, une heure. Et l’avait faite tremper dans une potion de bonheur. Elle espérait ainsi l’attirait par la soif de chaleur et de gaieté. Elle resta là à regarder le hibou s’envoler difficilement jusqu’aux grands murs de la prison jusqu’à ce qu’il disparaisse de sa vue. Elle remit sa capuche en place et resserra contre elle sa cape. Elle se détourna et jeta un dernier coup d’œil à la mer et au bâtiment avant de transplanner à l’entrée de Poudlard …

Dans la ruelle sombre de pré au lard :

Un vent vif s’empara de Drayry et lui glaça jusqu'à ce qui lui sembla les os. Même si elle avait prévu le coup en emmenant sa cape d’hiver elle avait l’impression que ce froid si surnaturelle ne pouvait être contré. Elle frissonna malgré et se plaqua un peu plus contre le mur. Un fin sourire apparut sur ses lèvres lorsqu’elle vit l’ombre mortuaire du détraqueur flotter au dessus des pavés de la ruelle. Drayry le regarda s’emparer de l’âme du pauvre, ou pas, mendiant qui finit par retomber inerte, blanc comme un linge, une expression de terreur figé sur le visage quelque peu masqué par les traits fatigué de l’homme…

Tout fois Drayry ne put se résoudre à laisser le détraqueur aller jusqu’au bout de sa requête et fit jaillir son patronus Lynx entre la victime et son bourreau… Elle s’avança vers lui sans aucune peur ni aucune crainte. Elle savait que si elle se laissait aller il pourrait prendre rapidement le dessus sur elle. Elle pensait donc à un bonheur singulier, à un souvenir heureux qui n’appartenait qu’à elle ou plutôt qu’à eux. Elle sortit de la pénombre et, un sourire moqueur aux lèvres, s’avança vers la créature…

Je ne vous dit pas bonsoir… cette soirée n’a pas vraiment commença comme vous l’auriez souhaitez n’est-ce pas…


Sachant que le détraqueur ne pourrait lui répondre Drayry continua :

J’ai un marché à vous proposez…

Elle fit une pause et garda son lynx devant elle et se trouvait à présent accroupi aux côtés du mendiant. Elle lui toucha le pouls et même si celui-ci était relativement faible, il battait toujours. Elle se releva et dit d’un ton froid mais ni cassant, ni menaçant :

J’ai besoin de votre aide… Je dois faire tuer un homme… et bien sur je ne peux le faire moi-même vous en comprendrez les raisons j’en suis sur… Et de toute évidence on ne pourra pas vous envoyez à Azkaban pour votre crime…

Ironisa-t-elle avant de faire un pas vers lui et de se redresser.

Ne cherchez pas à prendre le dessus sur moi vous ne me faites pas peur et j’ai déjà combattu des créatures telle que vous… Je veux juste savoir si vous marchez avec moi…


C’était osé et certainement inconscient d’agir de la sorte mais Drayry avait besoin du Détraqueur pour supprimer cet homme bien trop dangereux pour eux. La créature en face d’elle pouvait avoir autant d’âme qu’elle voulait alors pourquoi aider cette jeune fille un peu trop sur d’elle ? Peut-être parce qu’elle lui proposait une âme des plus noirs et des plus complaisante dans cette noirceur… en somme une âme tellement délicieuse que le détraqueur en voudra encore plus… mais c’était un risque à prendre… Toujours baguette en main et regard fixe sur cette masse informe qui composait le visage du Détraqueur Drayry attendait une quelconque forme de réponse…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Re: Dans les rues de Pré-Au-Lard

Message par : Invité, Lun 03 Nov 2008, 17:51


... Et il avait raison. Cette dudit présence avait besoin de lui. Besoin de XXI, le grand faucheur d'âmes au service des ténèbres, qui englobait le monde de son brouillard mortel... Pourtant, cette personne semblait être du côté adverse, de part son âme, qui était pure et sans bavure... Et aussi de part son attitude, avec son côté méprisant et bon qu'à aider les gens et à défendre le bien.

La sorcière lui proposa un marché. La plan avait tout pour satisfaire XXI, mais un détail le gêna, et le fit réfléchir un peu plus longtemps que prévu. Etait-ce un piège ? Pourquoi une ennemie souhaitait la mort de quelqu'un ? Toutes ces questions fit douter XXI et l'empêcha à se prononcer tout de suite. D'un côté, ôter une âme à un humain était tout ce qu'il y avait de sûpreme dans la hiérarchie du mal, aux yeux des faucheurs d'âmes... Alors, pourquoi pas ?

C'est après quelques pauvres minutes, remplies de mal et de sombres desseins, que XXI fit un mouvement de sa cape et tendit sa main putride vers la sorcière, comme une sorte de pacte solennel. La magicienne faillit faire un bond de quelques centimètres en arrière, voyant cette chose pleine de croûtes dépassée du drap noir que portait le détraqueur. Ce qui donna à ce dernier davantage envie de tenter quelque chose envers cette sorcière, mais le lynx rodant toujours, il ne voulut pas prendre le risque.

-Je crois que l'on va se passer des formes officielles, dit la sorcière avec dégoût. Très bien, je vais donc vous expliquez comment cela va se passez...

XXI écouta attentivement, sa cape frémissant dans la légère brise, comme prise d'excitation, signe que les ténèbres allaient une fois de plus frappé...
Revenir en haut Aller en bas
Atana Markoff
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de transplanage
Vélane



Re: Dans les rues de Pré-Au-Lard

Message par : Atana Markoff, Lun 03 Nov 2008, 20:35


Drayry maudit celui qui à penser à créer les Détraqueurs sans visage... Elle ne pouvait pas savoir à quoi il pensait, si il penchait en faveur de sa requête ou si sa longue méditation était pour savoir de quelle façon il allait l'achever, après une mort lente et douloureuse ou plutôt rapide mais des non moins forte ... La jeune femme resta sur ses gardes et dressait son Lynx entre elle et lui... Certes ce n'était pas une façon très poli que de tenir en joute une personne, ou plutôt une créature, avec qui on veux passer un pacte. Mais c'était la seul façon pour elle de se protéger car on ne peut pas dire que les détraqueur était des ... choses de confiance!

Lorsque le Détraqueur sortit sa main putride de sous sa manche drayry recula effaré de devoir toucher cette chose. Elle ne put réprimer une grimace de dégoût et lui dit:


Je crois que l'on va se passer des formes officielles. Très bien, je vais donc vous expliquez comment cela va se passez...

Elle refit un pas en avant et se demanda si le truc devant elle comprenait au moins ce qu'elle voulait lui dire. Non pas qu'elle voulait lui manquer de respect mais... enfaite si. Elle ne savait pas si les détraqueur était doté d'un cerveau qu'on pourrait qualifier de normal et avec la capacité de penser et non guider seulement par leur soif d'âme ... Elle remonta sa cape et maudit son idée de rencontrer un gardien d'Azkaban à cette heure où la température avoisinait les 5°. Elle reprit:

Il s'appelle Karnov Ivanovski, voici sa photo précisa Drayry en montra le protrait d'un homme plutôt pas mal pour son âge, les tempes grisonnante. Il est russe et avoisine les 40 ans. En somme il n'a pas encore dépassé la date limite et je suis sur que vous vous régalerez avec... je ne vous direz pas les raisons personnelles qui me pousse à agir de la sorte mais il est clair qu'elles sont justifiable est assez importante pour que je vous le demande. Vous comprendrez qe je ne peux le faire moi même de part mon statut de professeur à Poudlard...

*Ou tout simplement mon Statut de membre de l'ordre...* pensa la jeune fille. Elle se doutait que le détraqueur aurait vite compris son identité caché mais elle n'allait pas se donner la peine de lui avouer pour son simple plaisir...

Il ne doit pas rester envie et comme je suis gentille, vous n'aurez pas à vous déplacer jusqu'à là bas... Il doit venir dans les quartiers du Londres Sorcier la semaine prochaine pour un soi disant séminaire de magie ancienne ... Il descendra à l'hotel du Gryffon D'argent chambre 305... Après à vous de voir comment vous ferez...


Elle n'allait pas lui mâcher encore plus le travail ... Elle releva la tête et planta son regard dans... la capuche du détraqueur et finit son petit monologue par un :

Vous êtes partant?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Re: Dans les rues de Pré-Au-Lard

Message par : Invité, Mer 05 Nov 2008, 15:06


Le détraqueur se pencha alors vers la magicienne, de sorte qu'il puisse entendre en quoi consisterai son putride travail. Il en frémissait à l'avance.... Toute cette joie que cette personne devait ressentir, même au plus profond d'elle... Cela en devenait jouissif. Mais pas pour la sorcière, qui se rapprochait davantage de son lynx, mal-à-l'aise d'avoir affaire à XXI.

Après lui avoir montré tout ce dont le faucheur d'âme aurait besoin pour accomplir sa noble tâche, avec photo de la victime à l'appui et informations personnelles, la magicienne, qui se rendit encore plus froide qu'auparavant, dit sur un ton de dégoût :

- Vous êtes partant ?

*Alors comme ça j'ai le droit de donner mon accord à deux fois ? Elle doit vraiment appartenir à la magie blanche, alors, pour avoir autant de doutes inconscients sur la mort de ce futur légume...* Et, sur cette agréable pensée qui le mena à espérer avoir à infliger son baiser à cette sorcière, qui était attachée aux "grandes" vertues du monde, XXI hocha lentement la tête, en signe d'approbation...

L'atmosphère froide se fit accompagnée d'un vent brumeux qui souleva les feuilles mortes et les emmena en direction de la colline de Poudlard. L'avenir serait, aux yeux de XXI, plus sombre et plus noir qu'avant, grâce aux faucheurs d'âmes qui serait une aide indispensable pour les deux camps... Et, sur cette pensée obscure, XXI n'en demandant pas plus, il commença à partir dans les rues ténébreuses de Pré-au-Lard, cherchant une moindre victime, aussi triste que joyeuse, à se mettre sous les lèvres... La magicienne le suivit des yeux, avec un regard de profonde répugnance mêlée à un soulagement improbable, et commença à faire demi-tour quand...

- Attendez !
Revenir en haut Aller en bas
Atana Markoff
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de transplanage
Vélane



Re: Dans les rues de Pré-Au-Lard

Message par : Atana Markoff, Mer 05 Nov 2008, 17:52


DRayry ne s'était pas attendu qu'au fil de ses paroles le détraqueur se rapproche d'elle. Par instinct de survie elle rapprocha son Lynx de la créature jusqu'à se qu'il lui frôle ce qui lui servait de cape. Ainsi il calmerait sans doute ses ardeurs... Drayry réprima une nouvelle fois cette vague de dégoût qui la prit, décidément parler avec un détraqueur n'était pas la meilleur idée qu'elle est eut jusqu'ici... Elle porta une main dsicrète à son nez et toussa légèrement. Maintenant elle pouvait affirmer ce que signifait "sentir la mort"... et ça n'avait rien d'agréable, a vari dire ce n'était assurément pas le but recherché...

Elle fit un pas en arrière et regarda la forme flottante qui restait fixement face à elle, Drayry aurait juré qu'il était en train de réfléchir... Après tout ils étaient peut-être doué de pensée et là pour la jeune fille ça aurait été la découverte du siècle... Après ce qui lui sembla une ère de la période glaciaire la créature acquiesça pour montrer son approbation. Drayry lécha échapper un petit soupir de soulagement. Elle le regarda partir toujours aussi lentement et galçant l'atmosphère à son passage.

Drayry tourna la tête vers les stalactites et les fenêtres pleines de givre. Elle baissa son regard vers le mendiant qui était de plus en plus blanc. Drayry repporta son regard sur le détraqueur et fit un pas dans sa direction:

Attendez!

Elle défit son Lynx et lui dit en le regardant:

Vous pouvez vous régalez même si je doute qu'il soit de votre goût...


Elle indiqua l'homme au sol d'un mouvement de tête avant de rabattre sa capuche et s'emmitouler un peu plus dans sa cape. Elle regarda la créature et lui lança:

Ca fut un ... plaisir de traiter avec vous... au déplaisir de vous revoir...


Puis elle transplanna pour un se mettre au chaud, et deux fuir loin des pensées maheureuses qui l'envahissait peu à peu au contact du détraqueur. Elle lui avait laissé la vie de cette homme car elle ne valait plus grand chose et que Drayry n'avait pas envie de s'en occuper. Il allait de toute façon mourire alors autant le faire comme un petit avant goût pour le détraqueur... cadeau aurait été un grand mot mais c'était l'idée...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Re: Dans les rues de Pré-Au-Lard

Message par : Invité, Mer 05 Nov 2008, 18:16


La voix de la magicienne fit glisser le détraqueur en sens inverse et il s'arrêta là où il se trouvait auparavant, le corps du mendiant toujours auprès de la sorcière.

- Vous pouvez vous régalez, même si je doute qu'il soit de votre goût...

Ces quelques mots firent presque changer le point de vue que XXI avait au sujet de cette magicienne. *Elle est de magie blanche ou pas ? A moins que ce soit tout simplement un cadeau de remerciement pour mes putrides services...*. En tous les cas, si le faucheur d'âmes était un humain, on aurait eu pu y lire l'incompréhension sur son visage, mais n'étant pas cela, la sorcière ne put savoir ce que la créature ressentait. Puis cette dernière transplana, disparaissant dans les ténèbres, laissant XXI achevé l'homme qui grelotait sur les dalles rendues de glace de par sa présence.

La faucheur d'âme aspira le peu de bonheur qu'il restait dans le corps de l'être humain, puis, décidant de venir à bout de sa souffrance et de son désespoir, XXI enleva sa capuche de ses mains moribondes et infligea à sa victime son ultime baiser. Du bout de ses lèvres, il l'embrassa, et, le mendiant, qui était allongé par terre, tremblant de peur, devint de marbre, et son regard perdit la lueur du peu de vie qu'il lui restait.

Satisfait de son acte, mais ayant une faim qui semblait être insatiable, XXI se retourna et partit glisser dans une autre ruelle sombre de Pré-au-Lard, dans le but s'assouvir sa soif, toujours plus grandissante à chaque minute que le temps laissait derrière lui.
Revenir en haut Aller en bas
Mangemort 56
avatar
Mangemort à la retraite
Mangemort
à la retraite
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Dans les rues de Pré-Au-Lard

Message par : Mangemort 56, Sam 13 Déc 2008, 20:21


Les rues de Pré-Au-Lard étaient désertes à cette heure ; pas un chat, pas une chouette ne montraient l'ombre d'une aile. A la mi Décembre, il n'était pas étonnant de voir tomber quelques timides flocons de neiges du ciel, mais ceux-ci n'étaient cependant pas assez costaud pour rester bien longtemps visibles. Le vent quant à lui semblait apprécier le calme du moment et en profitait pour faire crier haut et fort son nom. Même les arbres se pliaient légèrement face à lui et les flocons se laissaient emporter, s'accrochant parfois à certaines branches ou feuilles des grands chênes.
Malgré la fierté dans faisait preuve le vent, et les efforts qu'il déployait à être le seul entendu, on ne pouvait s'y m'éprendre... Un bruissement de cape avait raisonné dans les environs. Il y avait donc quelqu'un.

Ceci semblait très surprenant, d'autant plus qu'à présent le silence avait reprit sa place. Cette personne -si c'était bien à cela qu'était associé le bruit- n'avait sans aucun doute pas l'envie de se montrer, car elle était à présent totalement silencieuse.
Le vent se calma tout à coup, comme prit par une peur soudain et même les flocons se faisaient moins nombreux ! Comme par magie. Un hibou s'envola alors de la cime d'un arbre pour voler à travers le ciel et s'éloigner le plus loin possible, jusqu'à qu'on n'aperçoive de lui qu'un petit point noir dans ce ciel si sombre.

Impossible de s'y méprendre à cette heure. Une ombre courait à pas de loup à travers le village désert de Pré-Au-Lard, sa cape virevoltant derrière elle dans un bruissement. D'un brusque mouvement, la silhouette s'immobilisa alors et on avait l'impression que cette personne écoutait très attentivement les bruit alentours.
Cette ombre se retourna alors et on ne pu distinguer son visage car il était entièrement dissimulé par une capuche noire. Mais on ne pouvait par contre ignorer qu'elle tenait fermement sa baguette magique dans sa main gauche, comme prête à tous signes anormaux. Cette personne -quelle qu'elle soit- n'avait pas l'air très blanche et sa conscience ne semblait pas être tranquille.

En effet... Il s'agissait de Mangemort 56 ! Seul un Mangemort aurait pu se trouver ici à ce moment là, et surtout à cette heure là, où toutes les rues sont vides... Il y avait un long moment maintenant que 56 n'avait pas fait d'apparition et voir le sang couler lui manquait horriblement. Eh oui, bien méchant qu'on puisse le dire, Mangemort 56 cherchait à détruire.
Levant alors sa baguette au dessus de sa tête, la jeune fille lanca un sortilège informulé, comme pour défier quiconque cherchait à la démasquer par sa voix.

Une immense explosion retentie alors résonnant contre tous les murs se trouvant à proximités. Plusieurs arbres s'abattirent sur des magasins -vide à cette heure- ou sur des maisons abandonnées. Car c'était un endroit de Pré-Au-Lard qui était non-habité ; on disait que ce côté du village était maudit (ou hanté) et c'était une rumeur qui était en partie dû à 56 qui aimait beaucoup s'y rendre afin de s'exercer tranquillement. Bien entendu, elle s'exerçait aussi beaucoup sur d'autres mages. Bref, en cet instant elle se tenait sur ses gardes, getant le moindre signe de vie.
Elle était venue ici dans un seul but : Se remettre dans le coup après une petite absence. Elle avait hate de commencer réellement, cette petite explosion n'était qu'une introduction, une mise en apétit. 56 avait la haine. C'était cette haine qui la faisait vivre chaque jour, c'était avec cette haine qu'elle combattait chaque adversaire. Une haine de quoi? Demanderait-on. Une haine du monde! Une haine de tous ceux qui l'ont rejettés, tous ceux qui ont fait que sa vie est devenu un enfer pendant 20 longues et terribles années. Enfin, maintenant, grace à tout cela, 56 pouvait commencer à vivre véritablement, à pouvoir faire quelque chose de sa vie, quelque chose d'utile.
Mangemort 56 ne put retenir un cri de rage en leva à nouveau sa baguette. Une explosion, encore plus grande pouvait-on, retentit alors! Cette fois-ci une maison entière s'écroula faisant un rafus terrible. 56 du même se protéger derrière un arbre pour éviter de reçevoir les multiples fracas qui volaient en tout sens. Le bruit fut tellement fort que la Mangemorte crut un instant qu'elle avait perdu ouïe, l'écho se répéta tout au long du village se fracassant contre les murs.
Après ça cependant, Mangemort 56 ne ressentit qu'un tout petit poids se détacher d'elle pour la libérer. Elle n'était pas complètement soulagée ; jamais elle ne le sera...
Revenir en haut Aller en bas
Claire Wilson
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Dans les rues de Pré-Au-Lard

Message par : Claire Wilson, Sam 13 Déc 2008, 21:07


[RP Privé avec Mangemort 56]

Clicli marchait tranquillement par cette soirée de Décembre. Le ciel était sombre et seul les lampes qui éclairaient la rues permettaient à la jeune fille de ce frayer un chemin dans la clarté. Par cette froideur il était tout à fait normal que la demoiselle se retrouve toute seule dans cette rue déserte. Ses pas claquait sur les pierres de la rue et résonnait à cause de l'endroit qui n'était pas large et bordé de grand mur aux apparences anciennes. Comme à son habitude, la banquière essayait de ce vider l'esprit, de répondre aux différentes questions qu'elle pouvait se poser en marchant durant quelques minutes qui se transformaient souvent en quelques heures...

Ce soir, elle avait choisie de revenir dans les rues de Pré-au-Lard parce que depuis un certain elle repensait à Soraya avec qui elle c'était lié d'amitié non loin d'ici dans la cabane hurlante. C'était notamment pour cette raison qu'elle remuait la rue complètement endormie. Elle se remémora tous les bons moments qu'elle avait vécu ici et constata que son passé était vraiment mort depuis qu'elle était rentrée dans l'Ordre du Phénix. Depuis son entrée dans cette organisation "secrète" Clicli avait comme trouvé un sens à sa vie, de nouveaux amis à qui elle tenait déjà beaucoup, parmi eux il y avait Atana qui était devenue sa colocataire et sa confidente. Ensemble, la banquière savait qu'elle pouvait vaincre beaucoup de chose, mais ce soir la jeune fille marchait depuis particulièrement longtemps et qu'elle avait choisi les rues de Pré-au-Lard ce n'était pas anodin. Elle avait gagné l'amitié de certaine personne ici malheureusement perdue aujourd'hui. En pensant à tout ça, Clicli faisait référence à Sandra qui avait réapparu comme par magie lors de sa petite fête organisée chez sa nouvelle maison. Bref, tous ces souvenirs remontaient dans sa mémoire attribuant à chacun d'entre eux une question souvent difficile à répondre...

Alors qu'elle était plongé dans ça petite vie peut-être inutile dans le passé, un hibou fendit l'air de manière agiter, comme si on le pourchasser. Il remuer ses ailes si vite qu'on aurait cru que la mort le guettait. Croyant que la paranoïa s'emparait d'elle, Clicli continua sa marche la tête baisser. Elle arriva vers le Pré-au-Lard inhabitée, il faisait toujours aussi froid et quelques flocons recouvraient légèrement le sol de l'endroit. Heureusement qu'avant de partir, la jeune fille c'était protégé du froid à l'aide d'un sortilège plutôt efficace. Quand, tout à coup, une immense explosion retentit dans la ville. Des arbres se craquèrent, Clicli crut même entendre des vitrines se casser. On aurait dit des millions de bouts de vers qui venait de s'abattre sur le sol. Ni une, ni deux la jeune fille courut vers l'endroit d'où provenait la détonation. De rues s'offraient à elle et à vrai dire la banquière ne savait pas du tout où aller.

Comme un signe du destin, au même instant, un rire machiavélique perçu le silence qui était depuis quelques secondes redevenue en sourdine. C'était une femme, le rire était tellement aigu... Elle était à gauche, Clicli continua sa poursuite et d'un seul coup une autre détonation retentit. La puissance de cette dernière fit stopper la jeune fille qui commençait à avoir le cœur qui battait. Ce n'était pas son premier combat mais il y avait toujours cette appréhension devant l'inconnue qui allait se trouver face à elle.

Alors qu'on entendait toujours l'écho, Clicli vit bien malheureusement une source de lumière beaucoup trop importante à son goût pour une soirée de Décembre... Elle s'y dirigea et lorsqu'elle tourna au coin de la rue elle vit le chaos : plusieurs maison venait d'être détruite tout était en flammes, des bâtiments et des commerces qui c'était retrouver en miette. De nombreux morceau de verre était rependue par terre quiconque se couperai facilement rien qu'en touchant le sol... De nombreuse poutre en bois barraient la route. Et, au milieu de cet enfer se trouvait quelqu'un. C'était une femme vêtue de noir et d'une cape ainsi que d'un capuchon et un masque qui lui recouvrait le visage. C'était Mangemort 56. On lui avait toujours appris lors de son entraînement qu'il fallait garder son calme et essayer de capturer le mangemort.


"Mangemort 56, dis donc, ça fait pas mal de temps qu'on ne t'a pas vue... Tu n'arrivais plus à tenir le coup ? A croire que les mangemorts n'ont pas toujours la forme..."


Elle laissa sa phrase en suspend. L'intimidation était l'une des choses à retenir même si Clicli savait très bien que 56 n'en avait sûrement rien à faire et qu'elle allait rétorquer aussi méchamment que possible, Clicli elle même se sentait peut-être un peu plus rassuré de ce croire capable de ça.


"Qui es-tu vraiment 56 ? Tu ne vas pas me dire que tu as peur de moi tout de même..."


Il fallait trouver quelques choses, n'importe quoi qui pourrait fragiliser son adversaire et ainsi que la mangemorte soit en position de faiblesse, alors là, la combattante pourrait tenter quelque chose. *Vampirello Fléau*. Première chose, essayer de connaitre l'identité du mangemort, et c'est pourquoi la banquière avait fait appelle à ces chauves souris qui attaqueraient le visage de son adversaire. Peut-être que ainsi son masque pouvait tomber et révéler son identité.
Revenir en haut Aller en bas
Mangemort 56
avatar
Mangemort à la retraite
Mangemort
à la retraite
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Dans les rues de Pré-Au-Lard

Message par : Mangemort 56, Dim 14 Déc 2008, 12:04


Mangemort 56 reprenait peu à peu la main. La joie et l'euphorie de combattre reprirent leurs places en elle, se mêlant à la haine habituelle qui l'habitait. Enfin 56 redevenait Mangemort 56. Un de ses rares sourire apparut alors sur ses lèvres, un sourire satisfait. La mangemorte décida alors de faire quelque de plus constructif... Pourquoi pas attaquer quelqu'un carrément chez lui? Mmmh 56 trouvait l'idée séduisant ; voir l'expression d'un pauvre sorcier lorsqu'il serait tiré de son lit par la mort était une distraction plutôt sympathique. Alors que la jeune fille avait pris sa décision, elle entendit des pas au loin qui se rapprochaient dangeureusement dans sa direction. Mangemort 56 attendit calmement, sa respiration ce faisant cependant plus rauque à cause de l'adrénaline que provoquait chaques avant-combats. *Allez viens, viens voir la mort. Allez...* L'excitation de voir venir par elle-même sa victime s'entensifia et fit d'autant plus plaisir à 56.

Elle entendit maintenant les pas qui tournaient l'angle du mur ; ce qui permettra dans une seconde à 56 de connaitre l'identité du prochain malheureux qui se jetait dans la gueule du loup. *Chouette, à présent les Mangemorts n'ont même plus à aller chercher leurs proies : elles viennent d'elle-même!* Un pied fit son apparition près du mur, bientôt suivit d'une jambe ainsi que tout le reste du corp. Mangemort 56 ne put se retenir de lancer d'une voix étrangement rauque et grave :


- Tu ne peux plus t'en prendre à toi-même malheureux, c'est la mort qui t'attend à présent! Quelle imprudence d'aller à la source du boucan qui...

La voix de la jeune Mangemorte se cassa soudain, impossible de poursuivre. Une double surprise provoqua l'emballement du coeur de 56... Non seulement ce n'était pas une simple victime mais une membre de l'Ordre qui savait relativement se défendre, mais en plus il s'agissait d'une vieille connaissance de 56. Non. Ce n'était pas possible. Une telle situation ne pouvait exister... Mangemort 56 ne bougeait plus d'un poil, son cerveau semblait tourner à 100 à l'heure mais pourtant aucune solution possible ne lui venait en tête.
Il s'agissait en effet de Clicli. Mangemort 56 et elle avait été très proches pendant un temps, tellement proche qu'elles avaient même songées à habiter ensemble en colocation. Elles avaient été comme deux meilleures amies jusqu'à que Mangemort 56 décide de partir subitement, sur un coup de tête, en laissant tout tomber. En ne donnant aucunes nouvelles. Elle était en effet partie à le recherche d'elle-même, à la recherche de sa véritable identité. Elle avait changé. Puis elle était revenu voir Clicli il y a peu, pour lui dire qu'elle ne l'avait pas oublié mais que le destin en avait décidé autrement. Puis elle était partie en promettant de lui donner des nouvelles, ce qu'elle avait fait. Récemment encore, la jeune fille était même venue à la pendaison crémaillère de son amie qui avait finalement emménagé avec celle qui avait remplacé 56 : Atana. La nouvelle meilleure amie de Clicli. Mangemort 56 en avait ressentit un certain agacement mais avait été tout de même extrêment contente pour son amie. Evidemment la vie ne s'était pas arrêté de tourné par son simple départ...
Mangemort 56 pensait exactement ceci jusqu'à ce que Clicli ne décide de la rejetter... C'était la seule personne que 56 avait gardé dans son coeur faute d'un sentiment trop grand en son égard et pourtant, celle-ci en avait décidé autrement. Il y a peu elle avait en effet brisé leur amitié, Atana avait remplacé 56 et à première vue il n'y avait pas assez de place pour deux. Tout d'abord le coeur de 56 s'était une nouvelle fois brisé et la jeune fille avait eu mal ; mais ensuite elle en avait éprouvé un soulagement. C'était vrai que son coeur avait été rejetté et torturé de nombreuses fois à tel point que cette fois-ci il avait été vaincu. Mangemort 56 savait qu'à présent elle ne pourrait plus souffrir, son coeur avait disparut, il était trop faible pour rester.
De toute façon, la jeune fille n'avait jamais beaucoup sentit ses sentiments. Elle considérait que c'était un signe de faiblesse, c'est pourquoi elle s'efforçait sans cesse de refouler tout cela dans un seul : La haine. Et puis maintenant qu'elle n'en avait plus, elle savait que c'était sa nouvelle force. Peut-être ne pouvait-elle empêcher aussi la souffrance de s'installer, mais elle faisait tout pour l'enlever.


La jeune 56 en était là dans ses réflexions lorsqu'elle entendit la voix de Clicli, très lointaine, qui essayait sans succès de la déstabiliser. 56 pensa soudainement que ce n'était pas necessaire : elle l'était déjà. Et ceci l'énerva d'autant plus ! Comment cela se faisait-il qu'elle se laisse déborder par de récentes souffrances. Elle devait combattre! Et répondre cruellement à cette membre "quelconque" de l'Ordre qui tentait de l'insulter! Mangemort 56 éprouva alors une telle haine à son égard! Puis, tout à coup, un sourire apparut sur ses lèvres... Elle allait pouvoir se vanger! Elle voulait faire souffrir Clicli comme elle-même avait souffert récemment à cose d'elle. Ceci était une force innestimable d'autant plus que la membre de l'Ordre ne savait pas qui elle combattait alors elle serait sans aucun doute plus faible de 56.

- Oh! Alors c'est comme cela que l'Ordre interprête la longue absence d'un Mangemort ? Pour ta gouverne sache que je ne te dévoilerai pas la cause de cette absence mais que tu ferais mieux de t'en méfier... Nous savons trouver nos renseignements dans des lieux sûrs! Et nous renouvellons nos forces par des moyens plus qu'efficace héhé.

Tout cela n'était sans aucun fondement, mais 56 espèrait faire naître un peu de crainte chez Clicli. Après tout, elle aurait très bien pu se rendre à l'étranger pour une affaire secrete qui serait capable de neutraliser les membres de l'Ordre. Cependant la deuxième partie de ses paroles était vraie : 56 avait réellement trouvé une nouvelle force, elle était devenu une nouvelle Mangemorte : elle avait vaincu ses sentiment, elle avait vaincu l'amour. La Mangemorte écouta ensuite les dernières paroles de son adversaire et elle eut un doute. Peut-être Clicli se doutait-elle de quelque chose? Car elle lui demandait à présent son identité en lui demandant si elle avait peur.
*Bon ça suffit reprends-toi! Elle ne sait rien et tu ne lui donnera pas cette joie de connaître la vérité!* pensa alors 56. Elle serra plus fort sa baguette dans sa main gauche en se demandant vaguement si Clicli se souvenait qu'elle était gauchère... C'est alors que cette dernière lui envoya une vague de chauves souries à la figure, afin de pouvoit dévoiler son identité.
Mangemort 56 poussa un cri de rage tellement fort qu'elle se surprit elle-même. Elle leva sa baguette et jeta des "Stupéfix" en peu partout en se sentant complêtement stupide. Son cri était à glacer les os, à tel point que quelques chauves souries prirent peur et les seules courageuse furent stupéfixées par 56.


- Je n'ai pas peur de toi Clicli. Mais tu ne sauras jamais ma véritable identité, je ferais tout pour. 56 rajusta nerveusement sa capuche sur sa tête. Qu'est-ce que tu fais ici à cette heure ? Tu me dérange ! Ta présence ici m'énerve!

Mangemort 56 fixa sa rivale avec une intensité peu commune. Son cerveau, à nouveau, tournait extrêmement vite. Puis prenant soudain une décisions, elle le va sa baguette très vite et lanca un sort :

- Endoloris!!
Comme si elle avait deviné la défense de son ennemie, 56 lanca un après-sortilège tout de suite :
- Fustigeaflamma!!

Une immense langue de feu surgit alors à l'extremité de sa baguette et Mangemort 56 fouetta sans vigueur la Membre de l'Ordre. Elle agitait son fouet sans s'arrêter, cherchant à atteindre toutes les parties possibles du corps de son ex-amie... Un étrange sentiment s'empara d'elle tout à coup... Elle voulait lui faire mal, elle voulait se défouler sur elle, elle voulait se vanger!! ...Elle voulait la tuer.
Revenir en haut Aller en bas
Claire Wilson
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Dans les rues de Pré-Au-Lard

Message par : Claire Wilson, Mar 23 Déc 2008, 14:07


HJ > Désolée pour les fautes, j'ai pas le temps de corriger, je le ferai plus tard

Le feu se rependait de plus en plus vite, mais il était impossible pour la jeune Clicli de l'arrêter tout de suite, il fallait s'occuper du Mangemort. Heureusement qu'elle connaissait bien cette endroit de la ville pour savoir qu'a cette heure il ne pouvait y avoir personne d'autre que 56 et Clicli, c'était déjà une bonne chose, pas de victime à sauver. Lorsqu'elle se trouva devant la mangemorte, elle commença à parler avec tant d'aisance que la banquière ne put s'empêcher de rire intérieurement, dans leur formation de combat ils apprenait à formuler des phrases toutes faites ? Mais quelque chose l'arrêta dans ces paroles et la membre de l'Ordre ne put s'empêcher de froncer les sourcils, encore une fois de rire :

"Alors 56, tu es trop apeuré ? Tu t'attendais à essayer de tuer quelqu'un qui n'avait pas de baguette et qui ne pouvait pas se défendre ? Tu n'as pas été préparé à combattre quelqu'un qui savait se défendre. Je rêve où tu as peur ?"


Cette question n'attendait pas de réponse, tout comme ça phrase entière. A quoi sa servait de polémiquer avec un mangemort de toute façon ils ont tout le temps raison. C'est vrai, c'est pas bien de tuer et de bruler des gens sans raison apparente ? C'était sur le combat allez commencer. Ce n'était pas son premier en tant que combattante du bien, mais il y avait toujours un risque : celui de ce faire tuer. Là n'étais pas la question, car il y avait quelque chose de "familier" dans l'attitude de la dite mangemorte, quelque chose qui dérangeais légèrement la jeune Clicli. La phrase qu'avait dit Clicli était non seulement un moyen de ce persuader elle même de quoi elle était capable mais aussi un petit moyen de déstabiliser quelqu'un, même si elle savait très bien que ça ne marcherai surement pas.

56 parla et pour être honnête, la combattante sans ficher totalement, on lui avait appris lors de son entrainement de ne pas se laisser distraire, ni par le mangemort, ni par les gestes, ni pas les mots. C'était le cas à présent. Clicli n'écoutait que d'une seul oreille, sans vraiment prendre attention.


" Oh! Alors c'est comme cela que l'Ordre interprète la longue absence d'un Mangemort ? Pour ta gouverne sache que je ne te dévoilerai pas la cause de cette absence mais que tu ferais mieux de t'en méfier... Nous savons trouver nos renseignements dans des lieux sûrs! Et nous renouvelons nos forces par des moyens plus qu'efficace héhé.

-Écoute, si ça peu te faire plaisir, j'en ai fichtrement rien à faire, tu n'as qu'une grande bouche 56, sait tu donc te battre au lieu de causer ?"

C'est comme ça qu'elle avait envoyé des oiseau sur son visage pour le voir. Bien sur, c'était en vain, mais il fallait toujours essayer dans la vie. Mangemort 56 cria, on ne sait pas trop pour qu'elle raison, mais sa ça pouvait lui faire plaisir... *Tiens, mangemort 56 est gauchère ? Sa me rappelle quelqu'un... Noon, pas possible, trop lâche pour être ça* Sans faire trop attention à ce détail, Clicli se tenait prête pour une riposte. Sauf si, connaissant les attitudes mangemoresque, 56 allez s'enfuir sans rien dire.


"Je n'ai pas peur de toi Clicli. Mais tu ne sauras jamais ma véritable identité, je ferais tout pour. Qu'est-ce que tu fais ici à cette heure ? Tu me dérange ! Ta présence ici m'énerve!

- Pi-to-yable. Si vous saviez tout ce qu'on sait. Enfin bref. Je sais que ma présence te dérange, ça doit faire bizarre que je bouscule tes petits plans normalement si "infaillible" Tu allais t'enfuir en courant comme une lâche après avoir tout brûler ?"


Si Mangemort 56 réagirai à ce mot c'était une piste supplémentaire par rapport à son identité. En tant que membre de l'Ordre il fallait faire attention au moindre détail, et même si ce n'était que le fait que la mangemorte tienne la baguette de la main gauche, il fallait tout de même vérifier. Sa expliquerai pas mal de chose, et sa fonderai son attitude personnel, quoi que, elle était déjà fondé et complètement argumenté. Alors comme ça, Clicli la dérangeais, première nouvelle, d'habitude les mangemorts n'ont pas ce point faible. On aura tout vue !



" Endoloris!!


La rapidité, c'était un point fort lors d'un combat, si jamais elle en parlais avec Atana elle développerai tout ça dans leur pièce secrète. Clicli réussit à faire une roulade sur la gauche bien rapide, evitant de justesse le sortilège. *Bouduuh, j'aime pas ce sortilège. Hé Oh ! Tu connais le sens de "Sortilège impardonnable" Crénondédiou* A peine eut-elle le temps de penser à tout ça que la mangemorte continua dans sa lancé de sortilège :


" Fustigeaflamma!!"


*Danger ! Danger ! Celui là non plus je l'aime pas trop*
Vite, Clicli tourna la tête et remarqua un tonneau pas encore brûler de taille assez imposante :

"Accio tonneau"


Clicli se retrouva derrière un grand tonneau, accroupie. Mais la rapidité de son adversaire pris le dessus, elle n'eut pas tout à fait le temps de complètement se cacher derrière l'imposant bout de bois qui n'allait pas tarder à prendre complètement feu. Son bras fut toucher et la banquière fut gravement brûler au bras gauche. Heureusement, elle était droitière elle. La Gryffondor ne put s'empêcher de faire une grosse grimace. Accroupie elle se recula du tonneau en feu pour éviter de cramer avec. Sa lui donna d'ailleurs une idée pour la suite du combat :


"Waddiwasi"


Et hop, le tonneau en feu tout droit en direction de son adversaire à une vitesse incroyablement rapide. Elle n'avait pas perdu la main avec ce sort qu'elle appréciait beaucoup. Elle se tenait le bras gauche légérement... douloureux. Clicli avait confiance en son endurance même si lui manquait un bras. Qu'allait t-il se passer à présent ?
Revenir en haut Aller en bas
Mangemort 56
avatar
Mangemort à la retraite
Mangemort
à la retraite
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Dans les rues de Pré-Au-Lard

Message par : Mangemort 56, Sam 10 Jan 2009, 23:30


[Excuse-moi du retard! Les fêtes de fin d'année.. On sait tous ce que c'est Wink ]

La provocation marchait peut-être beaucoup du côté des forces obscures mais l'Ordre de phénix ne manquait jamais d'y répondre par la même occasion et en essayant sans succès d'irriter son ennemi. C'est pourquoi les paroles que prononça Clicli n'eurent aucun effet sur Mangemort 56 ; cette dernière se contenta de sourire. Clicli voulait se montrer plus courageuse qu'elle ne l'était. C'était peut-être un moyen de se donner véritablement de l'assurance... Enfin! Les astuces des membres de l'Ordre les regardaient.
56 observa ensuite la défense que montrait Clicli face a son sortilège impardonnable, puis sa vaine fuite pour échapper a la langue de feu. Malgré tout ce raffut, Mangemort 56 ne put feindre d'ignorer les paroles que prononça ensuite la membre de l'Ordre... Elle la traita de lache!
A peine 56 commençait-elle à bouillonner de fureur que le tonneau enflammé fonça vers elle ; envoyé évidemment par Clicli. Mangemort 56 ne fit que se décaler pour le laisser passer et elle l'entendit ensuite s'écraser contre un mur en produisant un petite explosion. Un sourire d'ironie à peine perceptible fit son apparition sur les lèvres de 56, et cette dernière parla alors avec un ton plein de mépris.


- Une lâche? Moi? Comment peux-tu oser m'insulter alors que ce que tu avance ne repose sur rien! Tu ne sais même pas quels étaient mes projets pour ce soir. Une lâche!? Tu me fais bien rire! Justement je pensais à l'instant que cette insulte correspondait parfaitement à une civile qui se nomme Clicli.. Ah tiens, comment toi! N'est-ce pas? Ne t'ai-tu pas fais qualifiée de la sorte dernièrement? Rappelle-toi bien, je suis sûre de ce que je dévoile.

Mangemort 56 voulait faire tout le mal du monde à cette personne, CETTE personne qui avait eu le malheur de gagner son amitié autrefois. Qui avait eu le pouvoir de jouer avec ses sentiments, qui avait détenue la clef de son coeur.. Ah!! Quelle honte! 56 s'en voulait tellement. Il fallait qu'elle supprime tous ses souvenirs, qu'elle supprime tout ce qui pourrait lui rappeler cette faiblesse passée... Qu'elle supprime cette fille. La Mangemorte n'attendit aucune réponse de la part de cette membre de l'Ordre, c'est pourquoi elle s'empressa de lui jeter un sort, le plus vite et agilement possible.

- Everte Statis !! s'écria-t-elle avec rage.

Elle voulait que la jeune fille se fasse mal en étant si violemment projetée, qu'elle subisse tout le mal qu'elle lui avait fait subir ; même si pour 56 ce n'était pas des blessures physiques.

-Ose encore me traiter de lâche et... Et je te poursuivrai pour te torturer jusqu'à la fin de ta vie. Je ne te lâcherai plus jamais, je te suivrerai à la trace jusqu'à pouvoir te faire payer ; j'en mettrai ma vie en danger car de toute façon je ne pourrai vivre tranquille en te sachant respirer.. Alors donne-moi une seule raison de le faire en re-prononçant ce mot.

Mangemort 56 releva sa baguette encore une fois et elle prononça ce sortilège informulé avec toute l'envie du monde qu'il atteigne sa cible... Jamais encore elle n'avait ressentit une telle fureur, une telle haine, une telle envie de tuer. Elle ne se reconnaissait même plus elle-même. Et pourtant cette nouvelle 56, si remontée, si motivée, lui plaisait plutôt beaucoup.

- Sectumsempra!!

Il fallait qu'elle réussisse! Il fallait qu'elle supprime tout cela, il fallait que cette... cette fille qu'elle méprisait plus que tout, souffre. Souffre énormément. Que toute sa propre souffrance ce retourne contre cette membre de l'Ordre.
Alors. Pour la première fois depuis des années... 56 laissa échapper une larme.. une toute petite larme qui fut caché dans l'ombre que projetait sa capuche. Pourtant ce phénomène c'était produit encore récemment alors que la Mangemorte pensait ne pouvoir jamais en faire couler. Et tout cela était à cause de la jeune fille qui se trouvait devant elle en se moment, de cette jeune fille qui défendait stupidement les forces blanches. Cette jeune fille avait provoqué un phénomène qui ne s'était jamais produit de toute sa vie ; et même deux fois en très peu de temps.
La Mangemorte eut honte d'elle encore une fois. Comment pouvait-elle éprouver encore quelque chose? Non... C'était une larme de haine.
Mangemort 56 poussa un soupire et fixa son adversaire.
Revenir en haut Aller en bas
Claire Wilson
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Dans les rues de Pré-Au-Lard

Message par : Claire Wilson, Mar 10 Fév 2009, 10:19


Il y avait sur le visage de Clicli une grimace peu courante chez elle. Le doute planait dans son esprit. Il y avait devant elle une mangemorte, combattante de la magie noire qui faisait tout pour rendre la vie des gens un peu plus difficile, répandent derrière eux le chaos, la mort et toute ces choses qui ne devrai pas exister dans la vie, toutes ses choses pour quoi la jeune femme avait choisi de se battre. Une mangemorte, comment était-ce possible d'être ainsi, de vouloir... tuer ? Cette femme qui se tenait devant la Gryffondor n'avait pas hésité une seule seconde à lui envoyer un sortilège impardonnable, de lui infliger la chose la plus horrible qui pouvait arriver à quelqu'un. Utilisant ce qu'elle avait appris avec Ourson durant son entrainement, la jeune femme avait réussi tant bien que mal à éviter une majorité des sortilèges lancés mais là n'était pas vraiment ce pourquoi la demoiselle doutait, il y avait trop d'indice conduisant à son ancienne amie. D'ailleurs peut-être était-ce elle qui se trouvait sous cette cagoule et c'était ça qui dérangeai grandement la jeune fille.

Trop de question c'était immiscer à l'intérieur de l'esprit de la jeune fille, chose qui n'était pas très bon lors d'un combat, surtout lorsque son adversaire était particulièrement dérangé du cerveau. Elle regarda 56, la haine qu'elle éprouvait se ressentait à des kilomètres, son esprit, ses pensées dépassait l'envie de tuer. Elle voulait que la jeune fille souffre, meurt, c'était une vengeance. Un sortilège fila droit sur Clicli qui réussi de justesse à l'éviter et s'écartant sur le côté, la lumière jaune qu'avait produit l'Everte Statis de son adversaire passa à quelques centimètres de son oreille. Et, déjà, la mangemorte avait lancée se sortilège réputé pour son atrocité. * Alors là, si tu crois que je vais me laisser faire, tu te fourre le doigt dans l'œil, et jusqu'au coude ma vieille !* Clicli brandit sa baguette aussi vite qu'elle le put et lança un "Protego" bien placé qui lui permit d'éviter le maudit.

Baguette devant elle et regard figé sur 56, le membre de l'Ordre refusait à nouveau de lancer un sortilège. C'était inutile et totalement impossible de continuer dans de pareille condition, non pas à cause de l'énorme blessure que la demoiselle avait sur le bras, mais plutôt à cause des nombreuses phrases qu'avait été dite par la mangemorte, les nombreux geste et la haine qui l'enivrait. C'était elle, Sandra, son ancienne meilleure amie. Elle repensa à tout les moments qu'elles avaient passés ensemble.


"Je sais qui tu es 56, et je refuse de te combattre encore. Tu as été mon amie et même si tu m'as fait beaucoup trop de mal et que je t'en veux tu restes au fond de moi, une personne que j'ai beaucoup apprécié. Toute cette haine qu'il y a en toi est tellement... les mots me manque San... 56. Si je dois t'appeler ainsi maintenant."


Elle la regarda l'espace d'un instant et appela un des Elfes de l'Ordre qui apparut dans un "Plop" imperceptible à cause du feu qui craquelait sans cesse le bois des environs. Elle prit par la main la petite créature et partit au Q.G de l'Ordre du Phénix, de manière à faire son rapport à Mione.


[HJ, désolée pour cette fin 56. Tu m'as autoriser à découvrir ton identité donc voilà. Je termine le RP parce que, comme tu le sais j'ai eu quelques soucis ces derniers temps, et puis répondre au bout d'un mois, c'est pas top. On se refait un vrai combat un de ses quatre Wink Désolée pour la médiocrité du RP aussi hein.]
Revenir en haut Aller en bas
Adreas
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage





Re: Dans les rues de Pré-Au-Lard

Message par : Adreas, Lun 16 Fév 2009, 01:12


Adreas somnolait dans le Quartier privé des Aurors, elle était là depuis près de quatre heures. Cet après-midi, elle s'était consacrée à la lecture d'un manuel de Potions, elle faisait des heures supplémentaires à l'hôpital, en plus de son job à Poudlard où elle passait son temps dans son cachot à préparer des filtres, et jugeait ceux de ses élèves. Cet après-midi là, une note entra subitement dans la salle. Adreas la saisit au vol et la parcouru rapidement des yeux. L'affaire semblait urgente, un combat dont un sorcier avait été témoin dans les rues de pré-au-lard. Il opposait visiblement deux sorcières, l'un vêtue telle un Mangemort, et une autre vêtue normalement. Sa main reposa la note sur le bureau ovale qui prenait la partie centrale de la pièce, elle souhaitait qu'un de ses collègues voit la note à son retour, et en prévision d'un probable appel à l'aide elle envoya son patronus aller prévenir Eurora qu'elle savait chez elle, pas loin du lieu où se déroulait l'action.
Adreas se précipita dans la salle de transport, elle prit sa baguette, une cape un peu plus chaude et transplana immédiatement
~*Plop*~ Elle se retrouva directement sur le pavé des allées parcourant le village, l'atmosphère n'était pas plus lourde ou plus morne, signe habituel de la présence d'un Mangemort, et chose rassurante, aucune Marque des Ténèbres ne flottait dans le ciel, pas encore. L'auror à cette pensée pressa le pas, elle courut presque jusqu'à trouver le lieu de l'attaque, elle vit à une centaine de mètres d'elle deux femmes, l'une vêtue d'une cape noire, l'autre accompagnée d'un elfe de maison, cette dernière s'évanouit dans un craquement familier, un transplanage. Adreas acheva d'arriver devant la mangemorte, la femme se tenait là, elle ne semblait ni trop blessée, ni épuisée. Mais il y avait quelque chose dans son attitude qui dévoilait une certaine faiblesse.. *Peut-être le bon moment* se dit Adreas. La capuche obscurcissant le visage de son adversaire, la professeur se décida de passer à l'action, inutile de parler.. Les témoignages suffisaient pour vouloir mettre hors d'état de nuire la combattante.

- Expelliarmus.

Le rayon de lumière filait droit en direction de la silhouette encapuchonnée, Adreas n'avait pas voulu un effet de surprise elle avait prononcé la formule à voix haute se contentant d'un sortilège basique, mais elle ne savait pas encore ce que pouvait lui réserver la suite des évènements.
Revenir en haut Aller en bas
Mangemort 56
avatar
Mangemort à la retraite
Mangemort
à la retraite
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Dans les rues de Pré-Au-Lard

Message par : Mangemort 56, Lun 16 Fév 2009, 03:05


Mangemort 56 attendait toujours une réaction de son aversaire lorsque celle-ci abaissa sa baguette... 56 en fut tellement surprise qu'il lui fit seulement quelques secondes avant de pouvoir envisager utiliser cette réaction pour devancer le combat. Mais avant qu'elle ai pu faire un geste, 56 comprit qu'il y avait quelque chose de changé dans le regard de son ex-amie. Soudainement une lueur apparut au fond du regard de cette dernière, et la Mangemorte devina que Clicli avait enfin découvert son identité. Elle recoinaissait se façon de la regarder ; mélangé en ce moment à une stupeur non maitrisé. A présent elles étaient au même stade.
Cependant Clicli refusa tout net de continuer ; elle n'avait pas le courage de tout détruire. Elle n'était pas habitée par cette douleur si atroce qu'il faille s'en débarasser à tout prix, comme le vivait 56. Une douleur de haine, une douleur produite par quelqu'un qui nous était cher. Cette jeune mangemorte avait besoin d'en finir, Clicli ne devait pas partir... 56 devait effacer tout cela ; l'enterrer n'avait pas été la bonne solution. ..Comment réagir? Mangemort 56 resta stupéfaite un instant, rien que le temps qui suffit à Clicli pour appeler son elfe et s'enfuir avec lui.
..Et même après. La jeune femme ne savait que faire, ne savait que penser. Tout cela était si compliqué! Pourquoi Clicli avait-elle choisit cette vie? Tout aurait été plus simple si les deux jeunes filles avaient suivient le même chemin. 56 en était là dans ses réflexions. Elle avait presque décidé de finalement tenter d'oublier, de vivre comme si Clicli n'existait pas. Ce serait trop dur de passer sa vie à la pourchasser. ...Trop dur.

Tout à coup, alors que Mangemort 56 s'apprêtait à transplaner, une ombre jaillit du coin de rue. La Mangemorte n'était pas d'humeur à continuer le combat, c'est pourquoi elle soupira elle reconnaissant une Auror. En effet si la mémoire de 56 ne défaillait pas, il s'agissait d'Adréas. Cette dernière lui avait cependant envoyé un sortilège pendant qu'elle lui tournait le dos et c'est pourquoi il fut impossible à 56 de se défendre convenablement. Sa baguette commençait à lui échapper des mains lorsqu'elle parvint de justesse à la ratrapper et à se réfugier derrière un débrit de maison qu'elle avait antérieurement ravagée.
La jeune femme se releva aussitôt qu'elle pensât que le sortilège fut entièrement évité. Aussi vite que possible elle s'exclama alors :


- Everte Statis!

C'était la première chose à laquelle elle avait pensé. La jeune 56 put remettre ses idées en ordre, puis lancer à la catonnade :

- Alors? C'est des manières ça? Attaquer par derrière, namého! Où sont passées les courtoisies de nos chers ennemis?

Attendant baguette levée, Mangemort 56 sentit sa force lui revenir petit à petit. Mais tout comme le danger qui venait de se présenter, elle se demanda aussi si elle parviendrait à se défendre seule longtemps si d'autres Aurors décidaient aussi de pointer leur nez...


[Le rp n'est plus privée xD Vous pouvez vous joindre^^]


Dernière édition par Mangemort 56 le Mar 17 Fév 2009, 12:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Dans les rues de Pré-Au-Lard

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 4 sur 50

 Dans les rues de Pré-Au-Lard

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5 ... 27 ... 50  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Pré-au-Lard ~¤~ :: Rues de Pré-au-Lard-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.