AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Pré-au-Lard ~¤~ :: Rues de Pré-au-Lard
Page 49 sur 50
Dans les rues de Pré-Au-Lard
Aller à la page : Précédent  1 ... 26 ... 48, 49, 50  Suivant
Elenna Benson
Poufsouffle
Poufsouffle

Re: Dans les rues de Pré-Au-Lard

Message par : Elenna Benson, Jeu 29 Juin 2017 - 5:56


Rp unique.

Celui qui vit dans la crainte, ne sera jamais libre. (3)


P
ré-au-Lard était comme une deuxième maison pour moi. J’y avais vécu beaucoup de choses et pour cause, mon petit appartement y était situé. Ça avait été là mon premier chez moi, ma première maison, là que j’avais passé mes premières nuits seule mais aussi mes premières nuits en compagnie d’Alexander. Je tenais à ce petit village, à sa tranquillité et sa simplicité. Je marchais dans les rues que je connaissais comme ma poche, me rappelant les bons comme les mauvais souvenirs. Il y avait ces soirées de rêve entre amour ou amis puis ces nuits emplies de doutes et de craintes. Ici, j’y avais été agressée plusieurs fois, en tant qu’Elenna, comme en tant que Chef de l’Ordre du Phénix. J’y avais tout vécu, trop pour une seule vie.

Peu à peu, l’obscurité prenait de la marge sur notre monde et Pré-au-Lard était le meilleur exemple. J’avais choisi d’y continuer ma quête pour prévenir les habitants du village, pour leur faire comprendre que nous étions là, partout, à chaque coin de rue, à chaque maison, nous veillions sur eux comme nous le pouvions. Heureusement aujourd’hui, j’avais compris que nous n’étions pas si seuls que cela, que nos fidèles alliés prouvaient qu’il y avait de bonnes personnes encore aujourd’hui. Ils mettaient leur vie en danger, comme nous, peut-être même étaient-ils plus à découvert et pour cela, je les remerciais, de nous aider chaque jour. Du côté du bien comme du mal, il y avait des alliés partout, des gens qui préféraient s’impliquer plutôt que se cacher derrière un Ministère qui n’avait que faire d’eux.

Je m’armais une fois de plus de ma baguette magique et me mettais au travail dans les rues désertes du village. Je placardais sur chaque coin de mur les journaux et en laissais voleter sur le sol de Pré-au-Lard. Comme dans les autres endroits, les papiers étaient de simples gazettes jusqu’à ce que l’attention d’un sorcier ou autre soit attirée. Chaque écrit était accompagné de sortilèges qui assurait sa protection et sa position bien ancrée sur le mur. Sans attendre plus longtemps, je gagnais la place du village…




L'Étincelle




Messieurs, Mesdames, issus de la communauté magique ou ayant des liens de parentés ou familiales à cette communauté.

Nous affrontons encore aujourd'hui une période de terreur. La même qui s'est déroulée quelques années auparavant, et quelques siècles plus tôt. L'école de Poudlard a été attaqué. Certains enfants, étudiants, ont été pris en otage. Vos enfants. Votre famille. La menace est toujours plus grande en cette période de trouble. Un directeur disparu, des professeurs incapables de protéger leurs élèves : attention, ne remettons pas en cause la formation de ceux-ci mais plutôt l’incompétence des autorités du ministère à protéger et défendre ses citoyens contre la crainte et la peur. Le ministère se trompe d'ennemis. Les attaques, les arrestations sont en priorités contre ceux qui, comme vous, ne veulent plus vivre dans la peur, la terreur. L'Ordre du Phénix est là pour vous aider à vaincre, à vivre et non pas à survivre. Malheureusement, les autorités prennent nos actions de révolte contre l'obscurantisme et la peur comme un crime. Nous sommes des Hors la Loi aux yeux du ministère.

Et pourtant, que serait un monde où l'union entre le ministère et les Phénix serait possible ? Main dans la main, nous pouvons vous aider à vaincre votre peur, à vaincre cette doctrine. Les Mangemorts veulent certes, briser le secret magique. Mais leur unique but est de mieux asservir, pour former une "race supérieure" envers d'autres humains, sorciers, non-sorciers, issus de la communauté magique ou non. Nous sommes là pour défendre vos droits, nous battre en votre nom, s'assurer d'un monde meilleur pour tous les êtres vivants. Chacun à sa place dans le monde. Nos actions se trouvent limitées par un gouvernement qui nous cible, nous, citoyens de lumière, de paix et d'harmonie et qui ne cherche pas à prendre pour ennemis les vrais criminels et terroristes de notre temps. Les vrais coupables. Nous sommes tous Phénix au fond de nous. En tant que sorciers, en tant que défenseur de liberté et de fraternité.

Aujourd'hui, nous déclarons le Ministère coupable de ses actes. Coupable de l'insécurité qui règne dans la Communauté magique. Coupable de ne pas diriger ses recherches et ses élites vers les véritables criminels. Nous déclarons coupables les mages noirs, auteurs sanglants de tortures, de meurtres, de manipulations mentales et physiques, d'obscurantisme. Tout ce que nous voulons, c'est aider la Justice, aider la Communauté à vivre paisiblement. VOUS AIDER à obtenir ce que vous avez le droit d'avoir. En travaillant mains dans la main avec vous, nous pourrons faire de ce monde, un monde meilleur. Un monde emprunt d’honnêteté, de gloire, de justice. Un monde sain. Aidez-nous à protégez vos enfants, vos familles. Nous ne sommes pas des criminels, nous ne sommes pas des héros. Nous sommes seulement des boucliers levés contre la tyrannie et la suprématie. Brandissez-nous, boucliers, défendez vos valeurs face au Ministère. Demandez notre aide. Aidez nous à agir, plus rapidement, plus efficacement. Nos flammes punissent, nos larmes guérissent.






L'Ordre du Phénix

Codage de Louna ©


HRP : Un sortilège conditionnel a été lancé sur les tracts, ils ressemblent à des journaux banals jusqu'à ce qu’un sorcier ou un moldu en rapport avec la magie ou autre ne les touche.
Nous vous invitons à répondre à la suite des posts pour écrire la réaction de votre personnage s'il tombe sur l'un des tracts.
Revenir en haut Aller en bas
Aria Morrison
avatar
Modération RPGGryffondor
Modération RPG
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Dans les rues de Pré-Au-Lard

Message par : Aria Morrison, Dim 9 Juil 2017 - 16:37


RP avec Mered

Honorer son pari


Une belle journée s’annonçait aujourd’hui : du soleil et un peu de temps avec Mered au Pré-Au-Lard. Bien que j'en avais déjà entendu beaucoup parlé, je n'avais encore pas eu l'occasion d'y aller. J’étais donc super contente qu’elle me fasse visiter cet endroit. Une après-midi, juste entre ma grande sœur et moi. Que demander de plus ?  

Nous nous étions donc donné rendez-vous directement là-bas, plus précisément devant Les Trois Balais. Mais une fois arrivée là-bas, je ne la voyais pas. C'était pourtant bien là qu'elle m'avait dit de venir, non ? J'avais un doute maintenant... Bon, c'était peut-être mieux que j'aille jusqu'au bout de la rue, juste au cas où... Je la croiserais peut-être sur ma route ?

Malheureusement, sur mon chemin, je ne vois aucune rousse aux yeux verts et une fois arrivée au bout de la rue, je me dis que je ferais mieux de retourner aux Trois Balais et d'attendre là bas. Après tout, si j'avais ce nom en tête, c'est que ça devait être là-bas que nous devions nous retrouver. Donc demi-tour...

Je refais le chemin inverse et aperçois de loin une fille aux cheveux roux devant de la boutique Honeydukes. Je ne la vois que de dos, mais ça ne peut être qu’elle. Enfin... pour moi, c'était elle. Arrivée derrière la jeune fille, je lui lance toute joyeuse : « Coucou ! »
Revenir en haut Aller en bas
Mered Adand
avatar
Modération GSerdaigle
Modération G
Serdaigle
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Dans les rues de Pré-Au-Lard

Message par : Mered Adand, Mar 11 Juil 2017 - 18:42


rp avec Aria

Mered a 15 ans dans ce rp

Pré-au-lard. Village exclusivement composé de sorciers. Petit monde proche de l’école. Parfait pour se distraire un week-end. Se promener seule j’y étais habituée. Trop sans doute. Alors autant casser ma routine. J’avais proposé à Aria de m’accompagner. Petite sœur apprivoisée. Ne demandant qu’à découvrir les lieux. Un rendez-vous devant les Trois Balais. Tout était prêt. La laisser y aller était-il raisonnable ? Elle était débrouillarde la petite. J’voulais pas trop la dorloter. Voir ses capacités.

Jour J arrivé. Apprêtée telle une moldue. Honorer la météo. Clémente avec nous. Pas de robe émeraude cette fois-ci. Place à une jupe rouge sang et un débardeur blanc. Clin d’œil à sa maison. Signe d’appréciation. Chaussures noires confortables. Peu salissantes. Sac à dos blanc sans écusson. Du à notre première rencontre. Il était temps de prendre la route.

Marche sereine. Pas léger. Réjouie de passer mon après-midi avec cette gryffy. Réciprocité ? Fort probable. Attachement à cette fille. Prise sous mon aile. La protéger de la vie. Et lui faire découvrir le monde. Univers dangereux. Sans un guide. Rôle endossé avec fierté.

Arrivée. Place peu peuplée. Yeux balayant le paysage. Pas de trace de la tête connue. Direction le lieu prévu. Petite brune de dos devant moi. Quasi certaine de l’avoir trouver. Autre rousse devant elle. Salutations lancées à son encontre. Voix identifiée, plus de doute possible. Aria était là.

Rire étouffé. Comment tu as pu te tromper ? Et prendre cette femme pour ta sœur adorée ? Adulte interloquée. Je vins à la rescousse. Après l’avoir remercier, elle partit. Enfin réunies, j’observai la brunette. Sourire naissant devant cet ange. Envie de la taquiner. Encore.

« Alors Aria, on confond les rousses ? Tu veux que l’on rende visite au marchand de lunettes avant de commencer notre promenade ? »



Revenir en haut Aller en bas
Aria Morrison
avatar
Modération RPGGryffondor
Modération RPG
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Dans les rues de Pré-Au-Lard

Message par : Aria Morrison, Mar 18 Juil 2017 - 13:15


LA de la rousse


La personne en face de moi se retourne.
Le sourire qui était dessiné sur mes lèvres s’efface pour laisser place à de l’étonnement sur mon visage. La rousse me regarde d’un air étonné elle aussi. Je lui bafouille quelques mots :  

- Euh… pardon… Excusez-moi… je… je vous ai prise pour une autre.

Comment ais-je pu croire que c’était Mered ? Je me sens gênée, confuse, ne sachant pas quoi lui dire d’autres.

Mais une chose bizarre se produit. Une voix venir de surgir de je ne sais d’où. Une voix qui m’ait tellement familière. Et pourtant, les lèvres de cette femme ne bougent pas. Et c’est là que je comprends. Elle est là, je la vois, celle qui vient de me libérer de mon embarras. La vraie rousse que j’attendais, ma grande-sœur. Elle remercie la femme qui part. Puis elle me regarde et me dit en me taquinant : « Alors Aria, on confond les rousses ? Tu veux que l’on rende visite au marchand de lunettes avant de commencer notre promenade ? »

Je la serre dans mes bras, contente de la voir et lui réponds en rigolant : « Non mais j’y peux rien, de dos, on aurait dit toi ! ». J’éclate de rire, tellement je trouve la situation amusante.

Je ne tiens pas en place, débordant de joie et d’énergie. J’ai hâte qu’elle me fasse découvrir cet endroit que tout le monde parle. Je m’exclame alors : « Alors, on y va ? »
Revenir en haut Aller en bas
Mered Adand
avatar
Modération GSerdaigle
Modération G
Serdaigle
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Dans les rues de Pré-Au-Lard

Message par : Mered Adand, Sam 22 Juil 2017 - 21:30


Retour à un style d'écriture plus classique, je m'étais perdu dsl...

LA mutuel accordé pour la suite du rp

Aria était gênée et présenta ses excuses à la rousse prise pour moi. Débarrassée de cet intrus, elle se jeta dans mes bras et m’enlaça toute heureuse de me retrouver. J’avais pris l’habitude des contacts physiques avec cette fille, la brune avait le tactile facile. Je lui rendis son étreinte tout autant joyeuse de passer un moment en sa compagnie.

« Pas grave Aria, ça arrive. Enfin avoue que je suis plus jolie que cette fille non ? En plus je me suis habillée pour te faire honneur. », lui annonçais-je en étant atteinte de son rire si communicatif et bombant mon torse, fière de ma tenue.

Cette petite était une vraie puce ce jour-là. Pressée de déambuler, elle me remua comme si on avait le train à prendre.

« En route Aria ! Je vais te montrer ma boutique préférée en premier. », lui affirmais-je en saisissant sa main.

J’avais découvert ce magasin en première année. Il restait une étape incontournable lors de l’achat de mes fournitures scolaires. Lui plairait-il autant qu’à moi ? J’ignorais encore son état d’esprit, j’allais le découvrir en lui faisant visiter ce village. Qui étais-tu sœurette d’adoption ? En tout cas, je souhaitais la guider et lui faire profiter de ce moment passé toutes les deux.

Elle me transmettait de la chaleur. Sa peau si douce, elle était merveilleuse cette brune. Elle se laissait guider aveuglément et ne broncha en rien durant la marche. Arrivé sur place, j’étais tout autant admirative de cette devanture qui ne payait pas trop de mine mais dont les vitrines affichant plumes et parchemins en tout genre suffisaient à me mettre des étoiles dans les yeux.

« Je te présente Scribenpenne Aria. Je pense que tu as deviné ce qu’on y trouvait. C’est joli hein ? Et encore plus de l’intérieur, on entre ? », la questionnais-je tout en ouvrant la porte.

Revenir en haut Aller en bas
Aria Morrison
avatar
Modération RPGGryffondor
Modération RPG
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Dans les rues de Pré-Au-Lard

Message par : Aria Morrison, Lun 31 Juil 2017 - 8:55


LA mutuel accordé pour la suite du RP


Elle me rassure, comme à son habitude. Toujours gentille avec moi, toujours douce, toujours attentionnée. J’avais vraiment eu de la chance de l’avoir rencontré cet été au chemin de traverse. Elle me taquine encore une fois, me faisant rire. Je la regarde du haut de mes onze ans, la trouvant vraiment jolie. Elle m’indique qu’elle souhaite me montrer maintenant sa boutique préférée. Mes yeux s’illuminent immédiatement.

On se met en route et pendant ce temps-là, j’essaie d’imaginer où elle m’emmène. J’avais vu tout à l’heure des boutiques de vêtements, de confiseries et de balais. Serait-ce dans une de ces boutiques qu’elle m’emmène ? Elle venait de s’arrêter et j’ai pu connaitre la réponse à ma question. Je me dirige immédiatement près des fenêtres pour essayer de voir plus en détail, ce qui était en vitrine. Au même moment, Mered me dit :

« Je te présente Scribenpenne Aria. Je pense que tu as deviné ce qu’on y trouvait. C’est joli hein ? Et encore plus de l’intérieur, on entre ? »

Si je voyais et comprenais bien, il s’agissait d’un magasin de plumes et de parchemin. Je lui adresse un énorme sourire, heureuse qu’elle me fasse découvrir cette boutique. Elle venait d’ouvrir la porte et je m’empresse, en sautillant, d’entrer avec elle. Une fois à l’intérieur, j’étais émerveillée devant tant de choix, tant de plumes de toutes les couleurs. Il y en avait pour tous les goûts. Mes yeux s'arrêtent sur l'une d'entre elle. Elle m'attire me poussant à aller la voir de plus près. Elle était de couleur violette et était magnifique. Je l’admire en lâchant un « waouh ».
Revenir en haut Aller en bas
Mered Adand
avatar
Modération GSerdaigle
Modération G
Serdaigle
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Dans les rues de Pré-Au-Lard

Message par : Mered Adand, Sam 5 Aoû 2017 - 17:32


Bienvenue dans une partie de mon monde Aria ! J’adorais l’odeur des plumes, des parchemins, ces objets somme toute assez banals mais dans cette boutique c’était différent. Je pris le temps de poser mes yeux sur chaque article, émerveillée devant chacun, ce magasin sublimait l’art de l’écriture. J’étais heureuse dans cette environnement studieux néanmoins je me demandais si ça serait du goût d’Aria ?

A la voir, je n’avais pas de souci à me faire. Toute dents dehors elle m’imitait et se risqua même à en prendre dans ses mains pour ressentir leurs éclats. C’était une tactile et pas qu’avec les humains cette petite. Amusée, je la mis en garde malgré tout, « On touche avec les yeux Aria, c’est fragile attention. » C’était mon rôle de grande sœur aussi et j’y mettais du cœur. J’apprenais sur le tas, essayant de donner mon meilleur dans cette mission que je m’étais fixée.

La brune se stoppa comme si elle avant vu un fantôme, toute ébahie et sans dire un mot. Que diable se passait-il pour que ce moulin à parole se taise subitement ? Je m’approchai d’elle et je vis la raison, une plume couleur violette. Elle était superbe bien que pas trop à mon goût, je n’étais pas fan de sa teinte, ne jurant presque que le vert ou le blanc. Enfin, tant qu’elle lui plaisait, j’allais pas lui reprocher d’être différente. Je tenais mon cadeau souvenir.

« Prends–la Aria. Regarde-la de plus près car elle sera tienne dans quelques instants. Je te l’offre. », lui annonçais-je souriante.

***
Une fois l’achat effectué, nous sortîmes de l’échoppe. Notre balade commençait bien. J’étais satisfaite de lui avoir fait découvrir même si une enfant de onze ans avait probablement d’autres attentes lors d’une promenade en ville. Place à elle désormais, j’étais venu ici pour elle, Pré-au-Lard n’avait plus trop de secret pour moi. Dis-moi ce que tu souhaites faire, ton guide t’écoute.

« Que veux-tu voir maintenant Aria ? Envie de vêtements ? De boire un verre ? Manger ? Autre ? Je suis toute ouïe, exprime-toi. »

Revenir en haut Aller en bas
Aria Morrison
avatar
Modération RPGGryffondor
Modération RPG
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Dans les rues de Pré-Au-Lard

Message par : Aria Morrison, Mer 9 Aoû 2017 - 18:53


J’avais envie de toutes les toucher et de toutes les prendre dans mes mains mais Mered m’avait mise en garde d’être prudente « On touche avec les yeux ». J’avais donc fait un effort et n’avais touché à rien. Mais quand je me suis approchée de la plume de couleur violette, je suis restée admirative devant elle. Je la trouve tellement jolie que j’aurais voulu la prendre dans mes mains. Mered avait dû apercevoir que j’étais restée bloquée devant cette plume puisqu’elle m’annonce que je peux la prendre et la regarder de plus près. Mais elle me dit aussi qu’elle va me l’offrir. Mes yeux s’illuminent, j’ai l’impression d’être une petite fille gâtée. Je cours sauter dans ses bras pour la remercier et retourne près de la plume qui me plait. Au passage j’ai failli en faire tomber quelques-unes et je grimace. Fort heureusement, je n'ai pas fait de catastrophe. Je me tourne vers "mon précieux". Je la prend délicatement dans mes mains et je l’examine sous tous ses angles. La couleur était dégradée, passant du clair au foncé, tout simplement magnifique et Mered va me l’offrir. Son geste me fait vraiment trop plaisir.

Une fois dehors avec mon sachet à la main et un énorme sourire sur mon visage, je me jette dans les bras de ma grande-sœur de cœur pour la remercier. « Merci, merci, merci » lui lâchai-je vraiment reconnaissante. Lorsque je la libère, elle me demande ce que j’ai envie de faire maintenant, s’il y avait un lieu où j’aimerais aller. Des vêtements ? Boire un coup ? Manger ? Non, non, j’avais une autre idée en tête. Sans un mot, je lui attrape sa main et je l’entraîne vers la droite en courant quelques mètres. Je m’arrête devant une boutique à la façade rouge avec pour enseigne Zonko. Je la regarde toute enthousiaste en sautillant sur place et lui dis :

- C’est un magasin de farces et attrapes. On rentre ?

J’espère qu’elle aime ce genre de boutique. Moi, en tout cas, je suis impatiente d’y rentrer .
Revenir en haut Aller en bas
Mered Adand
avatar
Modération GSerdaigle
Modération G
Serdaigle
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Dans les rues de Pré-Au-Lard

Message par : Mered Adand, Mar 22 Aoû 2017 - 0:03


Des câlins encore et encore. Ça va je ne lui avais qu’offert une plume, rien de transcendant non plus. Assez pour la voir s’extasier une énième fois, un rien lui faisait plaisir venant de moi on dirait bien. Allez à elle de jouer, c’était son moment, de se dévoiler à moi, de me montrer ce qu’elle aimé hormis les pinceaux couleurs pourpres. Mon attente fut courte voire inexistante tant la petite m’entraîna en prenant ma main non loin de l’échoppe dédiée à l’écriture.

Un ressort sur pattes s’arrêta devant une façade rouge que je reconnus, Zonko. Aria me présenta le contenu de cette boutique et voulut y faire un tour. Mouais bon je m’attendais à mieux mais bon, je lui avais demandé son avis, je devais assumer.

« A toi l’honneur Miss. », lui dis-je en poussant la porte du magasin pour la laisser entrer la première.

Elle ne se fut pas prier et fini le côté studieux. L’ambiance était si différente de la précédente, je n’étais pas trop à l’aise. La brune l’avait-elle deviné à mon visage fermé malgré la joie régnant dans les lieux ? En tous cas, après un rapide tour des rayons elle me proposa de sortir. Oui go dehors ! De l’air frais et vite ! C’était vraiment pas mon truc ce genre d’articles, trop studieuse la Mered ? Ouais ben méfiez-vous, elle n’était pas aussi sage qu’elle le laisser paraître, suffisamment pour fuir l'amusement.

Bien qu’Aria ne fit aucune remarque, j’aperçus une moue sur sa bouille d’ange. Désolée ma jolie, ta grande sœur n’a pas réussi à prendre sur elle. Je pensais pouvoir le faire honnêtement mais en direct je vis que c’était pas jouable. Je savais pas du tout faire semblant… Bien décidé à me racheter, je connaissais un autre endroit exotique qui devrait lui plaire. C’est vrai qui n’aime pas les bonbons, surtout à onze ans ? Je promenais la gryffy jusque Honeydukes.

« Voilà de quoi se faire plaisir Aria, les caramels d’ici sont les meilleurs du monde ! T’aimes quoi toi ? Allez vient me montrer mais dévalise pas le magasin, je ramène pas dix kilos de friandises au château ! », la taquinais-je pour changer.

Je savais au moins qu’elle repartirait avec une Chocogrenouille, j’avais pas oublié notre pari en métamorphose. Les rouge et or avaient terminé devant les intellos Serdaigle. Trop sûre de nos forces, j'avais été puni, de quoi apprendre la modestie et de ne pas se fier aux apparences.

Revenir en haut Aller en bas
Aria Morrison
avatar
Modération RPGGryffondor
Modération RPG
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Dans les rues de Pré-Au-Lard

Message par : Aria Morrison, Mer 23 Aoû 2017 - 22:26


Je rentre dans la boutique de Zonko et je suis émerveillée devant tous ces articles de farces et attaques. Il y a plein d’enfants ici et apparemment, il est permis de toucher à tout. Des rires se font entendre partout dans le magasin. Joie et bonne humeur sont ici de rigueur, ça fait vraiment plaisir, j’aime cette ambiance de gaieté. J’ai envie de tout voir et je fais donc le tour des rayons. Je pense à Matthew, me disant que je suis sûre qu’il aurait adoré lui aussi. Le connaissant, il en aurait acheté et aurait très certainement réussi à me piéger avec l’une de ses trouvailles. Par contre, ce n’est pas du tout le cas de Mered qui n’est pas trop amusée d’être ici. C’est dommage, moi, ça me plaisait. J’essaie de ne pas trop lui montrer ma déception et l’entraine dehors.

Mais ma grande sœur de cœur me propose autre chose. Mon visage s’illumine de nouveau lorsqu’elle me parle de confiseries qu’elle va m’acheter et des caramels qui sont supers bons ici. Il faut que je les goute du coup ! Après m’avoir prévenu qu’il ne fallait pas dévaliser le magasin, elle m’entraine vers l’entrée du magasin et je la suis en sautillant, toute contente. Une fois à l’intérieur, je vois une énorme variété de confiseries. Il y en a tellement qu’il est difficile d’être raisonnable. « Choisir c’est renoncer », c’est une phrase que dit souvent mon père et elle prend tout son sens, ici dans cette boutique. Je regarde partout mais je suis perdue. Je me tourne alors vers Mered et lui demande :

- Qu’est-ce qu’on prend ? Je crois qu’il faut que tu choisisses à ma place Mered, sinon, je risque de te ruiner.

Avec une fausse petite moue et un air amusé, je la regarde, attendant qu’elle fasse le choix pour moi.
Revenir en haut Aller en bas
Mered Adand
avatar
Modération GSerdaigle
Modération G
Serdaigle
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Dans les rues de Pré-Au-Lard

Message par : Mered Adand, Dim 27 Aoû 2017 - 16:49


Nouvelle boutique, nouveau brouhaha, nouvelle odeur, nouvelle ambiance, même excitation de la part d’Aria. Rien ne pouvait lui retirer son bonheur ce jour-là visiblement. Elle se dispersait et courait partout, une tornade sur pattes la petite. Et voilà que j’aime celle-ci, et puis celle-là aussi et puis… stop ! On se calme Aria ! Un peu de discipline ! Je la fixais sévèrement quand elle arrêta sa course folle. Elle semblait avoir compris juste en me regardant et elle s’apaisa enfin. Elle décida de s’en remettre à moi pour choisir. Sage décision, j’avais pas envie de la gronder en public.

« On remplit le sac et on s’en va Aria, ni plus, ni moins ! », lui dis-je d'un ton un peu rude. Fallait poser les limites. En avant marche sœurette !

Je l’attrapai par la main et nous fûmes le tour du magasin de façon organisée. J’avais ouvert mon cabas et on le remplissait au fur et à mesure. Des caramels, des sucettes, des trucs moins connus, j’avais pas vraiment de limite. C’était pas très ruineux, j’avais pas peur d’exploser mon budget loisir, le seul souci c’était mon contenant. Il se remplissait trop vite ! On avait pris un peu de tout et il y avait plus de place quand nous arrivâmes devant la caisse et les Chocogrenouilles…

J’observais la petite qui me disait du regard j’en veux ! Non Aria fallait savoir être raisonnable, je l’avais prévenu d’entrée. Ma crédibilité était en jeu aussi, je devais pas craquer ! Néanmoins, en parlant de crédibilité, je me souvins de notre pari. Si j’en achetais pas, adieu la confiance mais si j’en prenais je brisais la règle donnée… Ouais ben valait mieux rester en bon terme que de montrer le mauvais exemple en ne respectant pas ma promesse ! J’ajoutai une friandise au panier et allai payer.

Une fois dehors, je donnai le chocolat magique à la brune. J’affichais un large sourire en voyant sa bouille d’ange, la force de l’innocence.

« Félicitation pour avoir battu les Serdaigles en cours Aria. Un pari est un pari, t’as pas cru que j’avais oublié quand même ? », l'interrogeais en pensant connaître la réponse.

Je scrutais le ciel qui commençait à s’assombrir, le jour touchait à sa fin, la fatigue me rappela aussi que nous nous étions bien promené. L’heure de rentrer avait sonné, on avait bien déambulait pour sa première visite. On reviendra plus tard, le village n’allait pas disparaitre dans la nuit.

« Toutes ses aventures m’ont épuisé Aria. Si on rentrait au château goûter ces confiseries dans la Grande Salle accompagné d’un bon vieux jus de citrouille ? Par contre c’est toi qui paye ta tournée hein ! », lui lançais-je en rigolant. Elle n’avait rien à débourser à l’école pour que l’on puisse boire un coup et elle le savait. Plus qu’à attendre sa décision.

Revenir en haut Aller en bas
Aria Morrison
avatar
Modération RPGGryffondor
Modération RPG
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Dans les rues de Pré-Au-Lard

Message par : Aria Morrison, Lun 28 Aoû 2017 - 15:59


Elle m’informe qu’on allait remplir le sac et qu’on partirait ensuite. Elle a bien dit tout le sac ? Oh bah ça va, je ne pensais pas qu’on repartirait avec un sac entier. Je la laisse donc choisir les confiseries, sagement. Nous passons entre les rayons et je vois qu’elle essaie de diversifier les bonbons pour essayer de prendre un peu de tout. Des caramels, des sucettes, des dragées surprises, des Fizwizbiz, des chocoballes et encore d’autres sortes que je ne connais pas. Je suis contente, exactement comme une petite fille est avec sa maman et qu'elle lui offre quelque chose parce qu’elle a été sage.

Une fois le cabas remplit, je marche en sautillant à côté de Mered, jusqu’au comptoir. Dessus, il y a plein de Chocogrenouilles. J’ouvre immédiatement grand les yeux. Elle n’en avait pas pris et moi, je les adore. En plus, je collectionne les cartes de sorciers et sorcières célèbres. Il y a quelques jours, j’avais eu Rowena Serdaigle.

Je sais que je ne devrais pas mais j’essaie de le lui faire comprendre grâce à mon petit regard attendrissant, le même que je fais à mon père quand je veux quelque chose. Et apparemment, ce regard ne fonctionne pas qu’avec mon lui, puisque Mered prend la boite de Chocogrenouille et la pose avec les autres friandises sur le comptoir. Mon visage s’illumine de nouveau. Je suis pressée de sortir du magasin mais il fallait que j’attende que Mered finisse de payer les achats.

Une fois dehors, elle me donne la boite de Chocogrenouille en souriant, puis me félicite d’avoir battu les Serdaigle. Je comprends immédiatement de quoi elle veut parler. Nous avions parié que celle qui finissait après l'autre aux Enigmes du cours de métamorphose, devrait offrir cette friandise à l'autre. Je me jette alors dans ses bras en la remerciant d'avoir tenu son pari.

Elle regarde le ciel et je constate en même temps qu’elle, qu’il commence à être tard. Elle me propose de rentrer au château pour déguster ces confiseries dans la grande salle, autour d’un jus de citrouille. C’est une excellente idée. J’allais faire un pas pour partir au moment où elle reprend la parole pour m’informer que c’est moi qui paie ma tournée. Je rigole, comprenant bien qu’elle plaisantait et lui répond :

- Pas de soucis, je t’offre autant de boissons que tu voudras, mais à condition que tu partages tout ce qu’il y a dans ton sac bien sûr !

Nous nous mettons ensuite en marche, direction le château.


Fin du RP pour nous deux
Merci Mered pour cette promenade et les confiseries :kiss:
Revenir en haut Aller en bas
Artemis O'Toole
avatar
Préfet(e)/Poufsouffle
Préfet(e)/Poufsouffle
Année à Poudlard : Sixième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Dans les rues de Pré-Au-Lard

Message par : Artemis O'Toole, Lun 28 Aoû 2017 - 23:02


Ayayaille
Un titre de Zaza
Avec
Aya et son LA


Non mais c’est-à-dire que j’ai l’impression qu’Arty passe littéralement sa vie à Pré-Au-Lard en ce moment. Et c’est que ça devient un peu compliqué de lui trouver des choses à faire. Alors là, on va partir au plus simple. Le petit Arty est actuellement assis sur un banc de Pré-au-Lard, lors d’une des fameuses sorties dans ce charmant village sorcier. Le banc était vide, comme la rue, enfin non pas totalement. Quelques élèves passaient dans cette rue toute mignonne, pour se balader en amoureux, faire quelques achats sorciers, se raconter les potins de la semaine. Une adolescence absolument, parfaitement banale. Et Artemis pour une raison qu’on ignore et qu’on veut ignorer est seul sur un banc. On aurait pu dire qu’il attendait quelqu’un, mais malheureusement, pas du tout. Enfin si, il attendait quelqu’un tout de même. Madame Aventure. Cette dernière était parfois longue et aimait particulièrement se faire attendre. C’est qu’elle se cachait parfois dans les recoins les plus inattendus qui soient. Le plus souvent, même, c’était qu’elle se cachait tellement que ça servait à rien d’essayer de la chercher. Elle arrivait comme ça, sur le moment, s’en crier gare. C’était pour essayer d’attirer Dame Aventure à lui, afin de vivre une histoire épique en cette fin d’après-midi. Après tout, on occupe le temps comme on peut, surtout quand on a quinze ans et qu’on est un peu… décalé.

Je reprends donc, le jeune Poufsouffle était tranquillement sur son banc, non accompagné et regardait le ciel. C’était marrant, le ciel à cette heure-ci de la journée commençait tout doucement à se décolorer, des teintes roses étaient apparues au loin. Mais elles allaient bientôt disparaître devant la ribambelle de nuages qui se formaient au loin, une sorte de bataillon qui semblait annoncer un orage. C’était pas cool les orages, le bruit, les éclairs tout ça. Arty devenait inquiet. Il fallait qu’il rentre avant qu’il ne pleuve, sans quoi il allait se retrouver tout mouillé et ses mèches rebelles se retrouveront aplaties sur sa bouille angélique, toutes moches. No way, il fallait absolument qu’il évite la pluie. Pourtant, il ne bougea pas de sa place, il avait senti un élan de flemme le parcourir alors qu’il imaginait tout le chemin à parcourir afin de rentrer à Poudlard. Il soupira. Soudainement, son regard fut attiré par un mouvement. Léger, imperceptible. Quelque chose venait de bouger sur les pavés de la rue. Il se redressa, guetta Dame Aventure qui venait peut-être de poindre le bout de son nez. Un sourire se dessinait sur son visage alors qu’il observait chaque pavé de la rue. Il était persuadé d’avoir entraperçu un petit quelque chose, infime.

C’est alors qu’il le revit, ce fameux mouvement. Sa bouille se transforma et son sourire disparut complètement. A la place, un air inquiet et dégoûté prit place sur son visage. Il n’avait jamais été de ceux qui ont la phobie des araignées, mais celle-là, clairement, n’était pas très belle, bien au contraire. C’était le genre de grosses araignées devant lesquelles tu cours pour t’enfuir de chez toi et refuse de remettre un pied dans ta maison, jamais au grand jamais. Le genre d’animal à huit pattes qui pique ou qui mord et qui peut faire mal.

- Oh. Mon. Dieu. Que tu es moche toi petite araignée ! Va-t-en ! Ouste !


Arty frissonna. Il ne pouvait pas mourir mordu par une araignée, c’était particulièrement nul comme mort, surtout pour un sorcier sur un banc de Pré-Au-Lard, il fallait qu’il trouve mieux. Pourtant, même s’il venait de parler à cette fameuse araignée pour lui donner envie de s’en aller, il ne pouvait détacher son regard d’elle. Il était comme hypnotisé. Il ne pouvait plus bouger, trop peur d’attirer son drôle de regard. C’est étrange parce que, d’un point de vue général, dans cette rue, il pouvait très bien écraser cette araignée et on n’en parlerait plus. C’était la bonne solution. Il fallait la chasser sans quoi elle pourrait peut-être piquer quelqu’un d’autre, et il serait responsable de la mort de cet autre. Or ce n’était pas du tout ce qu’il souhaitait, bien au contraire. Il grogna alors légèrement, ok, il acceptait sa nouvelle mission de superhéros chasseur d’araignée, pas besoin de le bassiner avec ça. Il se mit donc très vite debout et avec des grands pas silencieux, se mit à suivre l’horrible insecte.

C’est alors que la plus improbable chose se produisit. Il suivait cette araignée depuis une ou deux minutes, ils avaient atterri dans une petite impasse, assez faiblement éclairée pour faire cliché. Arty était à l’affût du moindre geste de la bêbête. Et là, l’immondice se mit à grandir, grandir encore, se transformer, ses huit pattes firent place à deux jambes tout à fait normales et humaines. Le corps gros et rond de l’araignée n’était plus qu’une silhouette fine de sublime jeune femme. Les yeux aussi du jeune Blaireau se transformèrent un peu, ils s’agrandirent tellement qu’ils prenaient maintenant la moitié de son visage, et à l’intérieur d’eux, régnait une surprise sans équivalence. Il avait compris, bien vite, il ne s’agissait pas d’une araignée banale, commune, non c’était un animagus. Mais quelle idée tout de même, avoir pour animagus une araignée, franchement, on aura tout vu. Ainsi, devant la surprise qui était devant lui il ouvrit la bouche, et dire qu'il avait failli écraser cette maudite araignée ! La pauvre jeune femme serait morte sur le coup, enfin, Arty aussi peut-être d'ailleurs. Il cria alors à l'encontre de cette demoiselle, sans filtres comme ça :

- Hey ! J’vous ai vue ! Vous étiez une araignée toute moche là !
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Aya Lennox
avatar
Maitre de JeuSerpentard
Maitre de Jeu
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Veuve noire


Re: Dans les rues de Pré-Au-Lard

Message par : Aya Lennox, Mer 20 Sep 2017 - 17:51


Un peu du Temps
Qui s'échappait
Masse imprévisible

Surplomber
le
Corps ;
Il tombait sur les crânes comme un éclair foudroyant.
Là, non, ne pas crier, ils n'entendraient pas.
De toute façon pas.

Un deux trois quatre
Les pattes détalèrent sur les pavés encore secs pour l'instant
Cinq six sept huit
Elles étaient du nombre de la perfection
La totalité

Du soleil
Qui là préférait laisser les hommages à la sorgue qui s'extirpait
Astres prédisant le mauvais augure.
Le noir pas si absolu.

Pourquoi traversait-elle le vide complet à toute vitesse ? Un gamin se dressait là sur un banc, figure à peine mouvante de la vie qui continuait, méditation avec le manque du systématique. Il paraissait pensif mais elle s'en fichait. L'essentiel était de partir là où on ne la verrait pas.
C'était facile maintenant, imprévisible peut-être aussi. Rendre visite pendant quelques jours au vieux Loup pour lui serrer la pince, et accessoirement lui tirer un peu trop fort la queue. Vilaines habitudes qui reprenaient leur cours, un peu trop proche de ses bras.

Le mouvement de foule lointain disparaissait au profit de ce petit corps replié sur lui-même. A son échelle, le grand tout demeurait trop imposant pour s'en soucier. Il fallait composer avec le monde. Faire avec.
C'était la suite logique des choses. Un choix entraînait toujours ce désastre.
Mais peut-être miracle.
Passer inaperçue.

Que se passait-il ? Le monde devenait noir, la perception toute autre. Tout paraissait un peu trop dangereux d'un coup. Le corps anti-longiligne s'éclipsait, tentait de percer le vent dans son manque de robustesse.
Vite, trouver refuge. Gagner par la force du don.
Revenir à soi.

Inspiration, manque d'air soudain et puis.
Grogner, cheveux dérangés.
Qu'est-ce qu'il fout là ?
- ...
Les yeux s'écarquillèrent. La provoquait-il ? Qu'allait-il tenter ? Jamais partir mais.
- J'vois pas de quoi tu parles.
Elle se redressa un peu de sa position de cocon de fortune. Replaça des cheveux épars sur son front par la course et un pan de sa tunique. Roucouler, les longs cils en voilage de soie caressaient les paupières.
- On ne t'a jamais appris à te méfier des petites bêtes ?


Dernière édition par Aya Lennox le Lun 13 Nov 2017 - 9:00, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Artemis O'Toole
avatar
Préfet(e)/Poufsouffle
Préfet(e)/Poufsouffle
Année à Poudlard : Sixième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Dans les rues de Pré-Au-Lard

Message par : Artemis O'Toole, Sam 7 Oct 2017 - 9:48


Quelle mauvaise foi tout de même. Il l’avait bien vue, de ses propres yeux, alors certes parfois son imagination pouvait faire des siennes parce qu’il avait un peu de mal, rêve, réalité, tout ça. Mais ça s’était passé juste là, à quelques pas, aucune possibilité de se tromper. Parce qu’en plus, clairement, il l’avait prise sur le fait, dérangée la petite araignée, ça se voyait. Elle se redresse, se remet en position peut-être, parce que quand même, ça ne devait pas être simple de passer d’un corps d’araignée à celui d’humain. Sûrement quelque peu inconfortable. Toujours est-il que si la première phrase de cette jeune femme le surprit, la seconde lui fit dodeliner la tête rapidement, un petit non imperceptible. Pourquoi pas, les araignées étaient des créatures tout à fait effrayantes, inquiétantes, mais pour une raison qu’il ne comprenait pas, là maintenant, il ne se méfiait plus. Pourtant, il devrait peut-être, après tout, elle venait de grossir indubitablement.

Alors que devait-il répondre exactement ? Parce que l’autre en face n’était plus une menace, même s’il ne pouvait pas réprimer cette pépite de doute qui commençait à se former tout doucement. Finalement, il fait ce qu’il sait faire de mieux, sourire espiègle sur le visage et léger air de défi.

- Pas du tout. Ma maman me dit toujours que les p’tites bêtes ne mangent pas les grosses.


Et parce qu’Arty était un enfant sage, il écoutait toujours sa mère, ou du moins, savait très bien faire semblant.
Il ne se rapproche pas, même si ses paroles n’illustraient pas la méfiance, son corps si. Garder une distance de sécurité. Il n’allait pas tenter le diable, il avait juste été curieux, et il trouvait ça particulièrement amusant d’avoir vu la transformation d’une laide araignée en une jeune femme, somme toute, pas trop laide. Alors forcément, dans son esprit manichéen il ne comprenait pas trop comment c’était possible. Mais il ne prenait pas en compte le fait que cette femme pouvait, éventuellement, cracher du venin. D’un autre côté, ça n’avait pas de venin une araignée, si ?

- Pourquoi une araignée ? Parce que bon, faut avouer que c’est tout de même particulièrement moche. Et vous, là, vous êtes un peu belle. Alors j’vois pas, pourquoi ?


Il fallait qu’il demande, qu’il s’intéresse, qu’il sache. Curiosité maladive qui le mettait dans des situations dérangeantes et complètement retournées. Il faisait le maladroit, et ce n’était pas de la provocation, ou presque. Parce qu’en réalité, il avait encore mille et une questions à lui poser, le côté pratique, parce que forcément, marcher quand on est une araignée se relève plus compliqué tant le monde s’agrandit, les gens vous crient dessus parce que votre laideur leur fait peur. Non vraiment, il ne voyait pas l’intérêt de choisir cet animal. Mais il ne savait pas, que c’était un peu indépendant de la volonté du maître, de celui qui décide de se transformer, que c’était une représentation du soi intérieur. Parce que lui se disait que s’il devait se transformer en quelque chose, ce serait sûrement en lapin ou en mouton, le genre d’animal plein de poils qui attise les « oh c’est mignon », certainement pas une bêbête à huit pattes qui peut servir de monstrueux décor pour Halloween.

Alors oui, ses questions étaient on ne peut plus sérieuses. Même s’il savait, la pointe de moquerie qu’il y avait mise, sans vraiment faire attention.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Aya Lennox
avatar
Maitre de JeuSerpentard
Maitre de Jeu
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Veuve noire


Re: Dans les rues de Pré-Au-Lard

Message par : Aya Lennox, Sam 21 Oct 2017 - 12:06


On lui avait appris à ne pas soupirer. D'après les convenances, et d'après l'étiquette qu'on lui avait inculqué à la maison, on évite de se montrer désobligeant·e en affaires sociales. L'hypocrisie, y avait que ça de vrai.
Avec certains êtres, pourtant, elle avait du mal à contenir ses bonnes manières légendaires. Le môme qui lui faisait face était de ceux qui la crispaient habituellement. Déjà, parce qu'il l'avait surpris sous sa forme on ne peut plus illégale et qu'elle tenait quelque peu à cacher. Au moins un petit peu.

Problème : il n'avait pas l'air décidé à s'en aller. Plutôt à lui demander des comptes. Il était très clair pour Aya que dès que le mot maman avait traversé les lèvres du mioche, les dés étaient jetés. Même si le but n'était pas de brusquer mais plutôt de flatter l'entité pour éviter qu'elle ne bave trop d'informations. Le mieux étant que ça n'arrive pas aux oreilles du Ministère.

Flûte, il fallait lui répondre.
- Pourquoi une araignée ?
Aya intériorisa un instant. Là était toute la beauté de l'Animagie. On ne choisissait pas. On pouvait s'attendre à tout. Sans vouloir en dire trop, mais parce que la question l'intéressait, Aya haussa les épaules.
- On ne choisit pas. Il n'est pas question de choisir. C'est une
elle hésita un peu sur le terme, tiqua en regardant l'enfant sans le voir —
- Une force intérieure, qui sommeille. Jusqu'à ce qu'on l'appelle. C'est pour ça qu'il est difficile d'y parvenir. Il faut accepter ce double qui nous colle à l'enveloppe. Il faut l'accueillir. Ne faire qu'un avec deux.

Sa main s'accorda à rejoindre son menton, et un rire limpide s'extirpa de ses lèvres. Une pensée qu'on ne devait pas laisser partir.
- Je connaissais quelqu'un. C'était une louve. Elle s'accordait beaucoup à ce double. Elle avait consenti, à cette dualité. Le fauve libre lui collait à la peau. Moi je ne sais pas... Elle est toujours avec moi. Je me sens... complète.
Un instant, elle se plongea dans quelques réflexions. Un petit tour sur la situation actuelle. Une ruelle sombre, un môme qui semblait vouloir en savoir plus et qui s'approchait un peu trop. Par chance, les coins obscurs faisaient partie de sa seconde nature. Mais quand bien même. Le sourire pensif se brisa.

- Gamin. Tu te doutes bien que je peux pas te laisser savoir ça.
Elle sortit délicatement sa baguette de bois de vigne, plus prête à faire taire qu'à laisser partir en paix.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Contenu sponsorisé

Re: Dans les rues de Pré-Au-Lard

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 49 sur 50

 Dans les rues de Pré-Au-Lard

Aller à la page : Précédent  1 ... 26 ... 48, 49, 50  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Pré-au-Lard ~¤~ :: Rues de Pré-au-Lard-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.