AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Pré-au-Lard ~¤~ :: Rues de Pré-au-Lard
Page 50 sur 53
Dans les rues de Pré-Au-Lard
Aller à la page : Précédent  1 ... 26 ... 49, 50, 51, 52, 53  Suivant
Aya Lennox
Serpentard
Serpentard

Re: Dans les rues de Pré-Au-Lard

Message par : Aya Lennox, Sam 21 Oct 2017 - 12:06


On lui avait appris à ne pas soupirer. D'après les convenances, et d'après l'étiquette qu'on lui avait inculqué à la maison, on évite de se montrer désobligeant·e en affaires sociales. L'hypocrisie, y avait que ça de vrai.
Avec certains êtres, pourtant, elle avait du mal à contenir ses bonnes manières légendaires. Le môme qui lui faisait face était de ceux qui la crispaient habituellement. Déjà, parce qu'il l'avait surpris sous sa forme on ne peut plus illégale et qu'elle tenait quelque peu à cacher. Au moins un petit peu.

Problème : il n'avait pas l'air décidé à s'en aller. Plutôt à lui demander des comptes. Il était très clair pour Aya que dès que le mot maman avait traversé les lèvres du mioche, les dés étaient jetés. Même si le but n'était pas de brusquer mais plutôt de flatter l'entité pour éviter qu'elle ne bave trop d'informations. Le mieux étant que ça n'arrive pas aux oreilles du Ministère.

Flûte, il fallait lui répondre.
- Pourquoi une araignée ?
Aya intériorisa un instant. Là était toute la beauté de l'Animagie. On ne choisissait pas. On pouvait s'attendre à tout. Sans vouloir en dire trop, mais parce que la question l'intéressait, Aya haussa les épaules.
- On ne choisit pas. Il n'est pas question de choisir. C'est une
elle hésita un peu sur le terme, tiqua en regardant l'enfant sans le voir —
- Une force intérieure, qui sommeille. Jusqu'à ce qu'on l'appelle. C'est pour ça qu'il est difficile d'y parvenir. Il faut accepter ce double qui nous colle à l'enveloppe. Il faut l'accueillir. Ne faire qu'un avec deux.

Sa main s'accorda à rejoindre son menton, et un rire limpide s'extirpa de ses lèvres. Une pensée qu'on ne devait pas laisser partir.
- Je connaissais quelqu'un. C'était une louve. Elle s'accordait beaucoup à ce double. Elle avait consenti, à cette dualité. Le fauve libre lui collait à la peau. Moi je ne sais pas... Elle est toujours avec moi. Je me sens... complète.
Un instant, elle se plongea dans quelques réflexions. Un petit tour sur la situation actuelle. Une ruelle sombre, un môme qui semblait vouloir en savoir plus et qui s'approchait un peu trop. Par chance, les coins obscurs faisaient partie de sa seconde nature. Mais quand bien même. Le sourire pensif se brisa.

- Gamin. Tu te doutes bien que je peux pas te laisser savoir ça.
Elle sortit délicatement sa baguette de bois de vigne, plus prête à faire taire qu'à laisser partir en paix.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Arty Wildsmith
avatar
Modération RPGPoufsouffle
Modération RPG
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou


Re: Dans les rues de Pré-Au-Lard

Message par : Arty Wildsmith, Mer 25 Oct 2017 - 11:05


C’est qu’elle lui explique en plus. Qu’elle détaille, qu’elle réfléchit pour lui donner une réponse qui semble en valoir la peine. Il retient un soupir et un lever d’yeux. Quand même, il devait apprendre à se tenir, un peu, aussi. Répondre prétendant écouter, être intéressé. Parce qu’après tout, c’était lui qui venait de poser la question. Mais c’était la façon dont fonctionnaient ses neurones électriques, à peine effleurer le sujet pour se jeter sur un autre qui semble briller davantage. Mais il aurait pu se mettre à sautiller, montrer son impatience, son envie de passer à autre chose, il ne le fait pas, applaudissons.

Néanmoins, une de ses oreilles reste dressée, capte les informations, l’animagie n’était pas un choix, entendu. C’est que ça aurait pu lui apparaître inquiétant que sa force intérieure soit une hideuse araignée. Les apparences ne pouvaient pas être plus trompeuses. Pourtant il ne tique pas. Puis c’est qu’elle se met à lui raconter sa vie. Là c’en est trop, il secoue la tête, il fallait qu’elle s’arrête, absolument, parce qu’elle y ajoutait un rire. Complète avec une araignée. Arty grimace, lèvres qui se tordent, il ne sait pas s’il pourrait un jour accepter n’être complet qu’avec un animal répugnant. En même temps, c’est vrai que ça en disait long sur la personnalité, l’intérieur.

Puis la phrase qui sonne comme un couperet indélicat. Pléonasme vous allez me dire, mais ça me semblait important de le préciser. Il comprend vite le gamin, jette un regard autour de lui. Il s’était mis dans une bien mauvaise posture en réalité. Situation qui aurait pu faire rire les plus grands scénaristes, une ruelle déserte et l’histoire des protagonistes prophétisée par les nuages sombres. L’araignée sortait son dard, ou ses dents, qu’est-ce qu’il en savait. Toujours est-il que ça ne laissait présager rien de bon. Quelques années plus tôt il aurait élevé ses mains pour se défendre, se rendre, dire non s’il vous plaît ne faites pas ça, avant de prendre ses jambes à son cou en secouant exagérément les bras au-dessus de la tête. Course gesticulée. Mais c’eût été beaucoup trop simple. Il agirait alors sous l’impulsion, la provocation propre à son âge de jouvenceau, à son regard de fripon et à son sourire en coin. Car après tout, ce n’était qu’une petite bête. Il fallait qu’il accroche cette pensée quelque part, qu’il la fixe afin de se la rappeler, toujours, se donner du courage pour faire face plus tard.

Il se raidit, un peu, baisse la tête légèrement et soutient le regard. Main baladeuse qui effectue le geste rassurant, Odette était bien là, tapie, prête à sortir tandis qu’il avise la baguette de l’insecte. Même pas il voyait la catastrophe quand elle était devant lui, jamais il ne ferait le poids, c’était couru d’avance. Le Blaireautin aurait pu murmurer un petit gloups particulièrement bien placé, de rigueur. « Qu’est-ce qu’on en a à fiche de votre amour des araignées, franchement ? » C’était plus craché que lancé à l’interlocutrice mais peu lui importait. Il n’était pas une tête à claques pour rien, c’est qu’il avait une réputation à tenir le petit. De plus ce comportement l’horripilait, sortir la baguette, menace implicite quoi que très claire. Ces sorciers qui ne pouvaient s’en empêcher, ça attisait des mouvements chaleureux de colère en lui. « Puis, qu’est-ce que vous allez bien pouvoir me faire ? » 

Beaucoup trop de questions. Il aurait pu se taire quand même, faire semblant d’être inquiet, prétendre, lui qui savait si bien jouer la comédie. Parce que c’était là l’ultime provocation, tentation, se la jouer plus fort et plus téméraire qu’il ne l’était en réalité. Adolescent pas encore brisé.
Revenir en haut Aller en bas
Aya Lennox
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-garou
Legilimens



Re: Dans les rues de Pré-Au-Lard

Message par : Aya Lennox, Sam 28 Oct 2017 - 11:07


Cela arrivait même aux meilleurs. On se livrait et voilà que la personne en face n'y trouvait pas grand intérêt. Alors que c'était cet individu même qui avait posé les questions. Intérieurement, et face à cette mine de parfait petit insolent, Aya grimaça. Cette situation commençait l'ennuyait un peu.
C'était pas nouveau, de toute façon. Les mômes la rebutaient. Elle ne les aimait pas. Même enfant, elle n'aimait pas les autres enfants. Il n'y avait donc plus vraiment d'espoir. Le seul qu'elle pouvait tolérer était, à la limite, le jeune qu'elle avait croisé lors d'un cambriolage. Il avait cet air perdu et bien satisfait de l'être qu'elle avait longtemps arboré. Et en plus, elle ne le voyait pas tout le temps. Les autres, rien qu'une fois, ça lui suffisait.

La jeune femme roula des yeux et regarda ailleurs. Juste histoire de réfléchir un instant. Non seulement il avait l'air bavard, mais en plus, il devait tout à fait être du genre à sortir à ses copains à l'école "J'ai vu une fille qui se transformait en araignée ! Si si, j'vous assure", et bla et bla et bla. Elle pourrait déjà être très loin, bien entendu, lorsque cette histoire s'ébruiterait. Mais en général, quand on faisait le choix du silence, on essayait de s'y tenir un minimum. Azphel le savait — et encore, uniquement parce qu'elle n'avait pas eu le choix. Autrement, elle aurait continué à entretenir son secret.
Enfin bref. Les mirettes sombres d'Aya revinrent à sa proie. C'était drôle comme le terme même de proie avait pris tout son sens, depuis qu'elle savait se transformer en créature à huit pattes. Sous sa forme animale, la relation de butin-prédateur avait une forme presque poétique. Elle n'y apposait que des termes très obscurs. Elle laissait parfois la chose prendre le dessus.
Elle ne lui dirait pas, mais pour l'instant, elle n'avait encore mordu personne. Ça pouvait toujours changer cependant.

- Téméraire mais pas effronté, hein ?
Le manche de sa baguette se resserra dans sa paume délicate. Non, il ne fallait pas s'alarmer. Elle aimait bien régler les problèmes à l'amiable. Du moins, de temps en temps.
- Voyons quelles pistes s'offrent à moi... En silence, la carnassière s'approcha du jeune homme. Il pouvait regarder comme il voulait, tenter d'appréhender le geste ou le sortilège qui mettrait fin à leur petite bagatelle. Pour l'instant, Aya préférait user et abuser des termes.
- Je pourrais tout d'abord me pencher sur un sortilège d'Amnésie. Efficace. Je n'aurais plus qu'à me transformer et filer en douce, et tu mettrais ta petite escapade sur le dos de tes faibles humeurs adolescentes et tes envies d'aventures.
Oui, c'était un sourire qui apparaissait. Pour changer un peu. Un doux sourire mi-coquin, mi-amusé. Un Locomotor Mortis informulé régla rapidement la question de la fuite. On était jamais trop prudent.
- Mais moi, je trouve ça un peu trop facile. Tu ne trouves pas ?
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Arty Wildsmith
avatar
Modération RPGPoufsouffle
Modération RPG
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou


Re: Dans les rues de Pré-Au-Lard

Message par : Arty Wildsmith, Mar 31 Oct 2017 - 14:04


Non vraiment, il avait beau chercher au fond de lui, rien, pas une seule trace d’inquiétude. C’est que sa naïveté avait pris le dessus, pour lui il était impossible, ce n’était que des menaces envolées qui n’auraient pas de réalisations possibles. Jusqu’où pousserait-il la provocation exactement ? A l’infini, sûrement. Pas de limites. Ça met quelques temps avant qu’elle se reconcentre sur lui, perdue dans ses pensées, ses projets, peut-être. Il n’aime pas trop la façon dont elle le regarde, ça l’agace, juste en dessous des poumons, dans le creux, ça gronde.
Pourtant il frissonne quand même, ça le prend à l’arrière, dans le bas de la nuque, c’est qu’il n’est pas sans sentir la tension entre lui & l’araignée. Alors il tchip, sceptiquement, il émet cette fameuse production sonore buccale. Montrer qu’il comprend, mais qu’il s’en fiche. Que les menaces ne l’atteignent pas, ou presque.

Téméraire mais pas effronté. Il hausse les épaules, nonchalant. Bizarrement il aurait plutôt dit l’inverse, il avait cette insolence, sans aucun souci, mais pas le courage. Il lève les yeux au ciel, pourvu qu’elle ne lui fasse pas une leçon de morale, ils perdraient leur temps tous les deux.
Mais non, elle préfère lui exposer les choix qu’elle pensait qui s’offraient à elle. Il soupire. C’est une démarche curieuse qui n’a pour but que d’inquiéter l'interlocuteur. Ça va, il avait regardé de nombreuses séries télévisées, il connaissait. Quoi que cette terrible allusion au sortilège d’amnésie le fait douter. Elle ne pouvait pas faire ça, ce n’était pas possible, personne ne faisait des choses pareilles. Surtout juste parce qu’il avait vu une petite araignée, ça lui semblait complètement disproportionné. Alors une lueur interrogative passe dans ses yeux clairs, qu’il chasse bien vite.

Pas le choix, ses jambes se raidissent. Impossible de les mouvoir. « Hééé ! » Il ne comprend pas, comment avait-elle fait, il n’avait rien entendu. Ses rétines s’écarquillent tandis qu’il scrute ses gambettes. Pas moyen, il grimace. Il n’y arrive pas, il était coincé là, en face de la jeune femme renfermant une araignée bien laide. Frisson qui s’agrandit et qui commence à s’emparer de son cœur d’enfant. Il tente de respirer le plus calmement possible, pose ses poings sur ses hanches, tente d’avoir une certaine contenance tout de même. « Vous pouvez pas faire ça ! Et vous touchez pas à ma mémoire ! Non mais ça va pas la tête hein. Vous êtes complètement malade. » Il crie un peu, hausse la voix. Ce n’est pas qu’il commençait à paniquer mais légèrement, un peu, l’effroi finirait par sortir.

Finalement il essaie de gigoter, se penche sur les côtés, en avant en arrière. Lever le pied, infaisable. Enraciné dans les pavés de la rue. Il n’avait pas été malin sur ce coup-là. Et puis ce n’est plus la peur qui menace de sortir mais la colère. Il ne faisait pas une belle victime, maintenant qu’il était seul, aucune protection aux alentours, il faudrait qu’il se défende. Alors malgré tout il se saisit d’Odette. C’était la seule qui pourrait le protéger ici et maintenant. Elle était dérangée dans sa sieste, mais peu importait, frétillante d’être utilisée. Il la pointe sur la jeune femme, inconnue, il ne sait même pas s’il était capable de quoi que ce soit. « Vous savez ce qui est facile ? Menacer un adolescent. Ça c’est facile, et lâche. » Regard méprisant, il aurait pu lui cracher dessus, ça ne l’aurait pas dérangé tant que ça. Il continue de se balancer légèrement, surtout entre l'angoisse & la colère.
Revenir en haut Aller en bas
Aya Lennox
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-garou
Legilimens



Re: Dans les rues de Pré-Au-Lard

Message par : Aya Lennox, Sam 11 Nov 2017 - 15:17


LA d'Arty + autorisation pour le sortilège d'Amnésie !

Un rire jaune, presque sec. Effectivement, la facilité, c'était souvent mal vu. Mais quand on avait des pouvoirs, on aimait bien s'en servir. Et on se devait de le faire quand on estimait cela juste.
Aya n'avait pas la même notion de justice que les autres, d'accord. Mais tant qu'elle suivait ce qu'elle estimait juste, elle était satisfaite. C'était l'essentiel, non ? Oui, c'était l'essentiel, sans aucun doute.
Elle fit mine de réfléchir un moment aux dires du jeune homme, presque volontairement blessée par ce qu'il avait dit. Finalement, le mouvement d'épaules s'échappa tout seul.
- Oui, peut-être. Sauf que ce ne sont pas que des menaces.
Habile, le coup de baguette sur la caboche. Un peu comme si on attendait que le lapin sorte du chapeau. Sauf qu'on espérait plutôt que rien ne sorte, surtout de ce gosier qui parlait un peu trop.
- T'inquiètes pas, susurra Aya. Je ferai en sorte d'épargner un peu ce qui te fait tenir à la vie.
L'ignoble petit rire de minaudage malsain. Il ne s'agissait pas de cacher son plaisir.
- Oubliettes, fusa de sa gorge et de sa baguette.
Il s'agissait surtout, désormais, de sélectionner l'information, en espérant ne pas vraiment toucher une corde sensible. On avait beau être pas très sympathique avec la jeunesse, on voulait encore laisser de quoi rêver. Au moins pour s'extirper de ce monde un instant.
Et puis en fait, s'il y avait de petits effets secondaires, elle n'aurait pas vraiment à y assister. Quel bel avantage, celui d'avoir quitté Poudlard et sa chouette société...

Le sortilège maintenant le jeune homme paralysé cessa également, le laissant retomber sur ses genoux. Un air vaporeux dans les yeux, paumé dans d'autres cieux ou dans un brouillard un peu inquiétant. Il suffisait de jouer la comédie, maintenant.
- Eh, gamin... Tout va bien ?
Les griffes d'Aya agrippèrent l'épaule droite du jeune homme, le secouant légèrement. Un sourire ironique se forme sur ses lèvres, redressées tout en charme.
- Tu te sens bien ?
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Arty Wildsmith
avatar
Modération RPGPoufsouffle
Modération RPG
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou


Re: Dans les rues de Pré-Au-Lard

Message par : Arty Wildsmith, Lun 20 Nov 2017 - 18:41


C’est que ça la faisait rire cette situation en plus. Mais le genre de rire qui te remue de l’intérieur pour venir faire craquer les vertèbres. Et il est totalement coincé, à sa merci. C’est qu’il avait était obligé de jouer l’insolent pour se retrouver là ainsi. Le voilà bien mal parti par conséquent, pas le choix. Alors il se tient droit et attend, la peur au ventre, à l’intérieur, essayer de ne rien montrer, ça ferait trop plaisir. Parce qu’il a très bien compris oui, que ce ne sont pas de simples menaces balancées à travers la bruine recouvrant Pré-Au-Lard, littéralement maintenant il se sentait en danger. La baguette de la jeune femme dirigée vers son crâne, il tressaille. Vraiment, il allait perdre la mémoire. Les yeux écarquillés il aimerait contester d’un coup, lui dire d’accord non c’est bon je rigolais je dirai rien allez on fait la paix c’est pas grave je repars tranquillement. Mais il est trop tard, ça lui apprendra, ou pas.

Elle allait apprécier ça même s’il ne l’implorait pas. Ça se voyait, et ça se révulse dans la poitrine du Blaireautin, comment c’était possible. Comment pouvait-on être ainsi. Il cligne des yeux, plusieurs fois, louche un peu sur l’inévitable. Le sort fuse, puis plus rien. Enfin, si, ça se brouille, ça lève le cœur, ça fait tourner les alentours. Comme étiré en longueur il se promène dans sa propre cervelle essayer de la garder la plus sereine possible. Mais il n’y arrive pas, alors il ferme les yeux avant de rencontrer les pavés humides de la rue. Sur les rotules. Se rapprocher du sol, s’assurer qu’il était encore bien là. La tête dans les mains il a l’impression d’être drogué, saoulé, et terriblement fatigué. Puis un contact l’électrise légèrement, une main sur son épaule. Il sursaute et tourne le visage vers la silhouette.

Il ne comprend pas. Il lève les yeux pour chercher une réponse dans les méandres de son front. Elle l’appelle gamin, lui demande s’il va bien. Il n’en sait absolument rien. Il se relève avec difficulté et regarde la rue. D’un geste il désigne. « J’étais là-bas. Je suis ici. Rien entre les deux. Il a du mal à percuter, il parle tout seul le pauvre. Il s’est passé quoi ? On m’a drogué tu crois ? » Le tutoiement, il s’adresse à elle, comme si elle en savait quelque chose. D’un mouvement il vérifie que ses cheveux sont toujours là, ses oreilles, sa baguette magique dans la poche. Oui. Tout était à sa place. « Vous êtes qui ? » Moi c’est Arty, là-dessus il n’y a pas de doutes. Il continue de regarder autour de lui, complètement perdu et désorienté.

Puis la panique monte, vraiment, il ne se souvient pas. Juste du soir qui tombait et d’une araignée. Une araignée. Elle était où d’ailleurs, cette bestiole ? Il la pourchassait, ça lui revient maintenant. Regards vifs sur les pavés, rien, pas de mouvement particulier. Retour sur cette petite dame. « Vous n’auriez pas vu une araignée ? » Comme si c’était la seule chose qui l’intéressait. Mais il y a un instant ça lui semblait être terriblement important, il devait la retrouver, après tout, c’était peut-être la clé. Puis il se dit qu’il devenait fou. Il n’avait pas bu pourtant, ni consommé quoi que ce soit. Il était malade, c’était sûrement ça. Une maladie foudroyante qui l’avait attaqué alors qu’il était seul à Pré-Au-Lard et s’ensuivait des pertes de mémoires. La poisse.
Revenir en haut Aller en bas
Jace Becker
avatar
Préfet(e)/Serpentard
Préfet(e)/Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Dans les rues de Pré-Au-Lard

Message par : Jace Becker, Dim 31 Déc 2017 - 0:18


"Car ce qui est né doit sûrement mourir, et ce qui est mort doit renaître."
PV avec Rachel Ester Pasca.
Autorisation d'Aya pour reprendre le sujet.


Petit moment à Pré-au lard pour... Décomprésser je suppose . Que dis-je ? Petit moment, j'y suis rester plusieurs heures le soleil est presque totalement coucher et moi je reste là, sur un banc, à ressasser un peu tout ce qu'il se passe dans ma vie actuellement. Mes moments avec Love, les dires du masqué, les dires de l'Auror. Trois partis qui se tirent la tronche depuis plus d'un siècle et ça n'a pas changé et je pense que ça ne changera pas. Il ne peut y avoir de Lumière sans ténèbre et point de ténèbre sans lumière, les deux vont de pair, ça doit être dans l'ordre naturel des choses je suppose...

Et voilà, il fait nuit et je n'ai pas bougé d'un pouce, je ne sais même pas moi-même si je vais bouger. Je décide alors de décrocher le collier que j'ai autour de mon cou pour pouvoir le regarder pleinement, ça fait quelques mois maintenant qu'il m'appartient mon fameux héritage familial. Petit soupir, et tous les secrets qui vont avec... Nouveau soupir, je replace le collier autour de mon cou et bascule la tête en arrière.
J'entends des pas, je dirais une seule personne vue l'heure ce n'est pas vraiment étonnante cependant je n'entends plus rien une fois à proximité de moi, sans regarder mon interlocuteur je lui dis d'un ton simple.

-Bonsoir.
Revenir en haut Aller en bas
Rachel Ester Pasca
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Dans les rues de Pré-Au-Lard

Message par : Rachel Ester Pasca, Ven 5 Jan 2018 - 11:11


Ester était toujours un peu sous l'effet de l'adrénaline. Ça avait été plutôt amusant -après coup- de combattre un épouventard en plein milieu de la nuit en compagnie de Reyes. Cependant, le simple souvenir de ce qui lui faisait le plus peur, rendait la sorcière nerveuse. S'il y avait eu un faux cacher dans l'ombre, le vrai pouvait très bien être dans les parages également. C'était toujours dans cette région du mande magique qu'elle l'avait croisé. Pré-au-Lard et Poudlard. Qu'on ne dise pas que nos enfants étaient en sécurité...

L'air était frai, c'était tout pile ce qu'il lui fallait, malheureusement elle savait qu'elle ne pourrait pas en profiter autant qu'elle le voudrait. Peut-être qu'elle irait prendre un bain à la place. Parce que le simple fait de se savoir seul, savoir que Reyes était loin maintenant, rendait nerveuse Ester. Panique pas...

Arrivée dans les rues de Pré-au-Lard, la sorcière commença à ralentir le pas. Les ombres du village paraissaient plus accueillantes que ceux de la forêt. Oui, la nuit était belle, aussi Ester ne fut pas vraiment surprise d’apercevoir une ombre plus loin. Ester recommença à marcher plus vite, juste au cas où. On ne sait jamais.

- Bonsoir.

Ester s'arrêta pour tenter de mettre un visage sur la voix. Celle-ci semblait plutôt jeune, un homme. Un étudiant ?

- Insomnie ? Il parait que la nuit porte conseil.
Revenir en haut Aller en bas
Jace Becker
avatar
Préfet(e)/Serpentard
Préfet(e)/Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Dans les rues de Pré-Au-Lard

Message par : Jace Becker, Ven 5 Jan 2018 - 23:21


C'est la voix d'une jeune femme qui répond à mon bonsoir m'arrachant un petit "ho" de surprise alors que je me redressais pour voir à qui j'avais à faire. De ce que je peux voir malgré la pénombre c'est bien une jeune femme brune je ne peux détailler le reste, elle me pose une question mais avant de lui répondre je préfère mettre les choses au clair.

-Permettez-moi de rajouter un "mademoiselle" à mon bonsoir. Et insomnie ? Non je ne pense pas... Je ne crois pas... À dire vrai je ne sais pas. "Être perdu dans la nuit détend".

Je ne m'attendais vraiment pas à avoir de la compagnie ce soir, surtout avant mon rendez-vous avec Elhiya. Mais je dois avouer qu'une nouvelle dans mon esprit ne fait pas de mal, il faut un peu de tout après tout. Les gens qu'on aime, les connaissances, les gens qu'on déteste... Et rajouter à cela les quelques Aurors que je connais et l'ombre que j'ai rencontré. Beaucoup de choses en tête pour un gamin de quinze ans.

-Et vous qu'est-ce que vos faites dehors à cette heure-ci ? Vous sembliez bien pressée.Enfin vous me répondez si vous voulez hein, je ne vais pas vous oublier à parler si vous en avez pas envie.

Je bascule de nouveau ma tête en arrière pour observer de nouveau les étoiles, semblant de grandeur la journée et se rendre compte que nous sommes que des insectes une fois la nuit tomber devant l'infini de l'univers.
Revenir en haut Aller en bas
Rachel Ester Pasca
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Dans les rues de Pré-Au-Lard

Message par : Rachel Ester Pasca, Sam 6 Jan 2018 - 17:19


Sans vraiment savoir pourquoi, la sorcière trouvait ce jeune étudiant assez drôle. Ou étrange. Il fallait sans doute être un peu perché ou perdu pour venir se perdre dans l'immensité de la nuit à son âge. Alors, sans pour autant s'approcher, Ester décida de rester un peu. Elle voulait profiter de l'air frai encore un peu et peut-être même s'assurer qu'il n'arriverait rien à qu'elle considérait presque comme un enfant, au vu de son âge. Mais finalement il faisait assez sombre, elle n'était même pas vraiment certaine de son âge.

- Tu ignores donc que les rues sont dangereuses ?

Je cours pour sauver ma peau. Elle ne comptait plus les mauvaises rencontre qu'elle avait fait ici et c'était aussi un peu pour ça qu'elle avait décidé de vivre ici. WaddiWasi n'était qu'un prétexte. Une excuse pour ne pas bouger de place. Ça et aussi le fait qu'elle détestait le changement. C'était si humain tout ça... La preuve qu'elle en était peut-être encore une. Malgré ses erreurs. Bonne nouvelle pas vrai ?

- Tu devrais être plus prudent.

Tout le monde devrait l'être, car ceux qui ne l'étaient pas étaient soit bien naïfs de ne mettre ainsi en péril soit coupable de semer la peur par le sang. Car même s'il y avait les Aurors, même s'il y avait les Phénix, ils ne pouvaient pas être partout tout le temps. Alors à chacun de se protéger, à chacun de protéger les autres. Uni.
Revenir en haut Aller en bas
Jace Becker
avatar
Préfet(e)/Serpentard
Préfet(e)/Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Dans les rues de Pré-Au-Lard

Message par : Jace Becker, Mar 9 Jan 2018 - 22:16


La jeune femme ne se rapprocha pas mais ne s'éloigna pas non plus, je suppose que c'est un bon signe. Tu me demandes si j'ignore que les rues sont dangereuses questions qui me fait relever la tête pour pouvoir te regarder et te répondre en te regardant autant que possible dans les yeux.

-Il faut vivre dans une grotte pour ignorer ce qu'il se passe en ce vaste monde, les Aurors, les Phénix et les Mangemorts qui se battent dès qu'ils ont en ont l'occasion. Aussi bien face à face que part la propagande au sein de l'école Poudlard et en plusieurs certains élèves sont tellement impulsif qu'ils en viennent en baguette pour affirmer leurs idéologies. Mais bon... Visiblement Poudlard est un nid à attaque à tel point que je me demande quand aura lieu la prochaine...

Petit soupir alors que tu me demandes d'être plus prudent, parole qui me provoque un petit sourire amusé.

-Vous vous inquiétez pour moi ? C'est gentil... Je suppose.

Petite pause de quelques secondes avant de soupirer à nouveau.

-Moi c'est Jace enchanté.
Revenir en haut Aller en bas
Rachel Ester Pasca
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Dans les rues de Pré-Au-Lard

Message par : Rachel Ester Pasca, Ven 12 Jan 2018 - 19:11


Sur le dôme profond brillent, resplendissantes,
Des milliards de flammes, plus que n’en voient nos yeux ;
D’immenses galaxies, des étoiles filantes,
Traits d’un pinceau d’argent sur le bleu nuit des cieux.

La gérante leva les yeux au ciel pour admirer les étoiles. Elles brillaient, là-haut, et avaient le pouvoir de redonner l'espoir à n'importe qui. De donner la force. De rassurer même lorsque nous étions seul dans la nuit. Et pour Ester cela représentait bien le combat des Phénix, son combat. Le combat de tout un chacun.

- Ester. De même.

Petit sourire en prime, même si celui-ci ne se verrait peut-être pas, car la sorcière savait qu'il s'entendrait. Elle se dit parfois qu'elle aimerait revenir en arrière, entre le noir et le blanc, lorsque ce vaste chaos n'était qu'une sombre rumeur pour effrayer les esprits trop jeunes, comme elle. Néanmoins la sorcière commençait à se rendre compte que la souffrance lui avait permis de faire des choses dont elle ne se serait jamais cru capable. C'était pour l'oublier qu'elle s'était jetée tête baissé dans le travail et qu'aujourd'hui elle était cheffe de deux "entreprises". Et quoi de plus noble, de plus grand que de se battre pour une cause aussi belle que les étoiles ? Une flamme d'espoir. Demain un soleil, elle l'espérait.

- Je pense que c'est le rôle de tout le monde de prendre soin des autres. Si tout le monde le faisait nos rues seraient très certainement plus sûres... et les mangemorts n'auraient pas autant de puissance.

Sa voix n'avait pas été plus forte qu'un murmure, mais au vu du silence, la brune savait que le dénommé Jace l'avait entendu. C'était parce que les gens s'étaient tut, parce qu'ils avaient laissé faire lorsque ça avait commencé, qu'aujourd'hui le monde sorcier était en guerre.
Revenir en haut Aller en bas
Jace Becker
avatar
Préfet(e)/Serpentard
Préfet(e)/Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Dans les rues de Pré-Au-Lard

Message par : Jace Becker, Mar 16 Jan 2018 - 21:27


La jeune femme se présente à son tour elle se nomme Ester, je daigne pas de relever ma tête vers la jeune femme mon regard est encore accroché à la Lune ainsi que les étoiles, il me semble que ceux-là brillent beaucoup ce soir peut-être pour mon rendez-vous après ou la présence d'Ester.

-C'est un bien beau joli prénom que vous avez là.

J'avais beau ne pas voir complètement le visage d'Ester, on pouvait entendre qu'elle était en train de sourire ce qui me fit sourire aussi bizarrement. La jeune femme dit quelques mots ensuite, prendre soin des autres et que si le monde le faisait les mangemorts n'auraient pas autant de puissance et d'influence à mon humble avis. Cependant ses quelques mots étaient à peine audible, elle avait murmurez-me forçant à relever la tête pour la regarder.

-C'est possible oui, mais est-ce faisable j'en doute. Les ténèbres existent car il y a la Lumière et vice-versa. Les deux vont toujours de paire vous ne croyez pas . En tout cas c'est ce que je pense. Y auront toujours des personnes pour choisir l'un ou l'autre pour différente plus ou moins justifiable. Pour ma part je ne me prononce pas définitivement pour l'instant, j'ai encore un voyage à faire avant de décider quoi que ce soit.

Au lieu de basculer de nouveau ma tête vers la Lune et les étoiles, j'observe le peu que je vois d'Ester maudissant le manque de lumière dans la rue j'aime voir le regard des gens à qui je parle on peut savoir beaucoup de choses grâce au regard.
Revenir en haut Aller en bas
Rachel Ester Pasca
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Dans les rues de Pré-Au-Lard

Message par : Rachel Ester Pasca, Sam 20 Jan 2018 - 22:38


Ester était plutôt heureuse que la nuit cache en partie son visage, la rendant finalement assez peu reconnaissable pour ceux qui ne l'a connaissait pas déjà. Ainsi il ne verrait pas que son regard devenait plus sombre, au fond elle était surtout déçue. Déçue qu'on puisse réellement hésiter comme le faisait Jace. Il devait être bien ravagé par la vie pour en arriver là et ce sentiment d'impuissance fit soudainement trembler la sorcière. Les Mangemorts avaient ce pouvoir, celui de faire croire que la violence était le seul chemin possible et que de bonnes choses pourraient un jour naître du chaos... Mais non ! Jamais...

- Une ombre à besoin de lumière pour voir le jour. Mais le jour, lui, n'a pas besoin de l'ombre.

C'était une image plus qu'une valeur sûre, la sorcière savait bien que dans une certaine mesure le mal devait exister pour mettre en évidence toute la beauté du monde. Néanmoins il n'avait jamais été question de laisser le mal gagner, il n'avait jamais été question d'oublier la lumière.

- Expliques-moi comment un enfant, un jeune de ton âge arrive à perdre espoir au point de considérer que ce que font les mangemorts est bien ? Tuer, torturer, brûler des commerces, réveiller les morts, kidnapper des élèves, briser des vies...

Elle avait fait partie de ces élèves que les Mangemorts avaient un jour malmené. Elle ne comprenait juste pas... comment c'était possible ? Comment Kohane avait-elle put les croire ? Pourquoi ils avaient autant d'influence pour les jeunes ?
Revenir en haut Aller en bas
Jace Becker
avatar
Préfet(e)/Serpentard
Préfet(e)/Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Dans les rues de Pré-Au-Lard

Message par : Jace Becker, Dim 21 Jan 2018 - 0:11


Réponse rapide tu m'a inspiré :kiss:

La jeune femme me donne alors son point de vue sur tout ce que je viens de lui dire, une immense envie de lui dire qu'au commencement de tout il n'y avait rien mis à part le néant donc l'obscurité totale. Mais je me ravise je ne veux pas me disputer avec cette personne que je semble apprécier même si c'est notre première rencontre, elle a une façon que je connais pas encore de présenter les choses... Ce n'est pas une Auror elle m'aurait probablement déjà collé son badge sous le nez, aucune chance d'être une Mangemort, un Phénix ? Je n'en ai encore jamais rencontré alors pourquoi pas.
Elle me demande finalement une explication du pourquoi je n'ai pas d'espoir et que je considère les actions des Mangemorts justes, kidnapper des élèves ? Elle me semble qu'elle en fait un peu trop non ? Laissant quelques secondes planer, je lève la tête vers le ciel prenant une grande inspiration avant de nouveau la regarder dans les yeux.

-C'est justement parce que je suis un enfant que je ne choisit pas encore mon camp, je ne connais pas encore tous les enjeux.

Rapide sourire me remémorant ma rencontre avec cette Ombre sur les docks.

-Je n'ai pas dit que ce qu'ils font est juste, je dis simplement qu'il y aura toujours des raisons pour certains de rejoindre leur camp malgré leurs... Atrocité. J'ai eu la chance de rencontrer tous les parties qui sont en conflits enfin presque... J'ai rencontré plusieurs Aurors et un Mangemort et je suis toujours là. Je me cherche encore, je ne prends pas position, je ne peux pas encore débattre sur ce que je veux ou ne veux pas en politique qui écouterait un enfant de presque 16 ans ?

Petit sourire sur mon visage pour essayer de détendre l'atmosphère avec la demoiselle, je ne souhaite vraiment pas que notre discussion glisse en dispute politique, ce n'est pas ce que je veux et elle non plus je pense.

-Pour l'instant je me cherche encore, je cherche à savoir qui je suis réellement. Avant de tout bonnement prendre parti pour qui que ce soit je dois faire mon voyage, mon tour du monde. Et une fois que je serais de nouveau en Angleterre vous serez la première au courant enfin si vous m'accordez ce plaisir.
Revenir en haut Aller en bas
Rachel Ester Pasca
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Dans les rues de Pré-Au-Lard

Message par : Rachel Ester Pasca, Dim 21 Jan 2018 - 15:34


Les souvenirs devenaient flous avec le temps, ceux des bons moments passés. Pourtant ça n'avait jamais été le cas des moments de peines et de rages. Jamais elle n'avait oublié les masques, la douleur et la peur. Elle se revoyait encore très clairement jeune innocente forcée tout d'un coup de survivre. Les masqués et elle c'était une longue histoire, pourtant elle était persuadée de n'être restée d'un moucherons dans leur champ de vision. Une vie qu'il était possible de briser et de sacrifier, si l'envie leur prenait.

Ester devait faire preuve de toute le résonnement dont elle était capable pour comprendre ce jeune. Elle avait son âge, lorsqu'elle avait choisi son camp et malgré ce qu'il semblait dire la verte ne le considérait personnellement pas comme un enfant. Elle ne comprenait pas qu'on puisse sincèrement hésiter comme on hésite entre prendre un chocogrenouille ou une patacitrouille. Peu importe les idéaux des Mangemorts, leurs méthodes à elles seules devraient dissuader les sorciers de les suivre. Alors pourquoi ce n'était pas le cas ? Quand est-ce que le monde avait dérapé à ce point ?

- Moi je t'écoute. Tes camarades t'écouteraient, les plus jeunes aussi.

Ce jeune ne se rendait pas compte de l'influence qu'il pourrait avoir, s'il s'en donnait seulement les moyens. A son âge elle sortait la nuit pour faire connaître les Phénix. A son âge on était déjà adulte, qu'on le veuille ou non.

- Il n'est pas question d'idéologue dans cette guerre, mais d'acte. Qui es-tu Jace ? Quel genre de personne veux-tu devenir ? Un tueur et un sauveur ?

C'était vrai, elle s'en foutait de savoir que le but des Mangemorts étaient de révéler le monde magique aux moldus. Même si elle n'était pas spécialement pour, elle ne se battait pas, elle ne risquait pas sa vie simplement pour les en empêcher. Elle le faisait parce que leurs manières de faire étaient monstrueuses. Elle le faisait parce que briser des vies, forcer à tuer, torturer... ce n'était que des pulsions sanglantes que des sorciers pensaient pouvoir assouvir sans représailles, parce qu'ils partaient un masque.

Ester garda pour elle toutes les histoires sordides dont elle avait été le témoin ou la victime. Il devait déjà savoir non ? Quoi qu'elle en doutait au vu de ses réactions. Elle avait un moment eu l'impression qu'il ne leur avait attribué le terme "atroce" que pour lui faire plaisir. Elle avait à un moment eu l'impression qu'il ne savait pas. Qu'il ignorait tout, ne croyait pas vraiment... comme elle-même l'avait fait avant de se retrouver face à la réalité. Elle accepta cependant de le revoir, lorsqu'il aurait choisi. Soit pour lui proposer son aider, soit pour l'arrêter... Ester espérait juste que cette boule qu'elle avait dans le ventre n'était que le résultat de sa paranoïa et non pas celle d'un pré-sentiment qui se révélerait juste un jour.

- Il t'a dit quoi ce Mangemort ?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Dans les rues de Pré-Au-Lard

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 50 sur 53

 Dans les rues de Pré-Au-Lard

Aller à la page : Précédent  1 ... 26 ... 49, 50, 51, 52, 53  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Pré-au-Lard ~¤~ :: Rues de Pré-au-Lard-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.