AccueilPortailPublications internesRechercherS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Pré-au-Lard ~¤~ :: Rues de Pré-au-Lard
Page 53 sur 54
Dans les rues de Pré-Au-Lard
Aller à la page : Précédent  1 ... 28 ... 52, 53, 54  Suivant
Jackson Emerenziana
Serdaigle
Serdaigle

Dans les rues de Pré-Au-Lard - Page 53 Empty
Re: Dans les rues de Pré-Au-Lard
Jackson Emerenziana, le  Dim 15 Juil 2018 - 11:08

En retard ? Moi ? Pas du tout :mm:

La jeune femme semble perdue dans ces pensées, dans son "monde" comme elle le dit. Arrêtant de gratter les cordes de ma guitare, je la pose à mes côtés. Croisant mes jambes, je pose mon regard au loin. "Ne pas oublier ?" Non... Il ne faut pas que j'oublie... Pour ne pas refaire les mêmes erreurs... Pour se rappeler que les gens cachent leurs véritables identités. Je préfère ne pas répondre à cette question. Préférée écouter que chanter. Chacun sa préférence. Moi j'aime les deux. Je ferme les yeux lorsqu'elle me demande ce qu'est mon monde. Mon monde... Il est si difficile à comprendre...

Il y a de la peur... De l'amour aussi... Et du passé qui traîne...

Que dire de plus ? Mon monde n'a pas intéressés beaucoup de personnes... Mêmes les personnes qui me connaissent ne me posent pas de questions sur ma vie. Pourquoi ? Peut-être parce que je viens seulement de revenir... Il faut que les gens me fassent confiance, me connaissent un peu plus en passant du temps avec moi... Que je m’intéresse à eux.

- Et ton monde ? Qu'est ce qui se cache à l'intérieur ?

Fermé les yeux, profité de cet air qui passe autour de nous, prendre du temps pour parler, pour raisonné, pour comprendre les paroles de l'autres. C'est comme si nous étions redevenus des enfants, parlant comme eux, comme ces êtres si innocents ne comprenant pas le monde qui les entourent. Pas encore...
Kohane W. Underlinden
Kohane W. Underlinden
MDJ-GestionnaireHarryPotter2005
MDJ-Gestionnaire
HarryPotter2005
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Étude des moldus

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Occlumens


Dans les rues de Pré-Au-Lard - Page 53 Empty
Re: Dans les rues de Pré-Au-Lard
Kohane W. Underlinden, le  Jeu 26 Juil 2018 - 8:38



Le musicien a renoncé à sa musique, un temps, la guitare désormais posée à côté de lui. Il semble ouvert au dialogue, à la discussion. Pourquoi ces liens étranges qui peuvent se tisser entre deux êtres humains, jusque là parfaits inconnus l’un à l’autre ? Un mot, deux mots, quelques paroles échangées. Et le fil se noue. Ouverture d’esprit et ouverture du monde. L’un vers l’autre.
Ma question semble remuer des choses en lui. Je le vois qui ferme les yeux quelques instants -courts. Une question qui me paraît, pourtant, importante. Bien qu’on ne sache pas tout le temps comment y répondre. C’est compliqué, réfléchir sur soi. Encore plus partager ces réflexions avec d’autres, les mettre en forme et en mots pour donner un tout cohérent.
Il finit, néanmoins, par répondre.
Il a l’air de continuer de traîner ses fantômes derrière lui. Le passé. Le passé qui traîne. Les ombres d’autrefois qui ne cessent de se rappeler au ici et maintenant.
Oui
Je comprends ça.
Je connais pas.
Moi aussi, longtemps, mon passé a traîné. Il continuer de traîner. Mais peut-être n’est-ce pas si mal ? Il suffit juste de savoir apprivoiser ses ombres. Et ensuite, cela nous permet d’évoluer de manière logique, comme me l’a dit Shela. Sans se renier. Sans renier qui on est, qui on a été. Rester fidèle, intègre à soi-même.
J’écoute ses paroles avec un silence respectueux. Léger hochement de tête. Sans savoir quoi dire. Je ne suis même pas certaine qu’il soit inquiet de ce passé qui traîne ou qu’il prenne cela pour une mauvaise chose.
Il finit par me retourner la question.
Mon regard s’en va, alors, à la recherche des méandres d’âme, regarder l’horizon mais, en réalité, se voir soi comme d’un œil extérieur. Plus encore : voir l’intérieur de soi.

-Il y a de la couleur, je commence doucement. Et l’envie de vivre. A 200%.

Mon cœur bat davantage à ces propos.
La vie qui pulse dans mes veines, je la dévore chaque fois qu’elle se fait intense. J’aime la sentir, l’entendre, qu’elle torde mon corps et mon âme quitte à me blesser. J’aime la douleur physique si elle me permet de vivre.
C’est pour ça que j’aime autant chacune de mes rencontres avec Lizzie. Même lorsque nous n’enflammons rien, que nous ne détruisons rien, encore moins nous-même, je sens, quand je la vois, l’intensité de vie qui vibre en elle, qu’elle me communique.
J’étanche ma soif par ces sursauts face à la mort.
Et j’aimerais toujours courir. Dans cette action folle. Qui rappelle. L’Existence.

-Il y a des rêves hauts. Et des envies d’ailleurs.

Je tourne vers le musicien un regard brillant, un sourire rêveur. L’envie de voler. S’en aller. Si loin. Liberté dans le dos. Pouvoir devenir ce que je veux. Sans que personne ne trouve rien à y redire. Parce que je serai. Libre. Au-dessus des terres. Ailleurs. Cet Ailleurs rêvé. Pour fuir un quotidien qui enferme.

-J’m’appelle Kohane.

Je ne lui tends pas la main. Me contente d’un sourire convivial.
C’est bien.
Comme ça.

Jackson Emerenziana
Jackson Emerenziana
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Pas de matière optionnelle

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Dans les rues de Pré-Au-Lard - Page 53 Empty
Re: Dans les rues de Pré-Au-Lard
Jackson Emerenziana, le  Mer 1 Aoû 2018 - 15:38

The Music of LifeKohane W. UnderlindenCouleur. Envie. Vivre. Rêve. Ailleurs. Kohane. Voilà tout ce que je sais sur cette inconnue affichant un sourire sur son visage. Nous sommes presque pareils... La seule différence est que je garde une trace du passé au plus profond de mon cœur. Je n'ai pas envie de perdre mes souvenirs, elles me rappellent qui je suis et d'où je viens. Elles guident mes pas sans toutefois changer mon présent ou mon futur.

Moi c'est Aidan.

Voyager afin de renaître dans chaque pays du monde. Voyer seul afin de rencontrer d'autres peuples, d'autres cultures, d'autres façons de penser. Rencontrer des gens et leurs faire confiance pour explorer, dormir, manger. Voyager avec des amis et creuser l'amitié déjà existante, la solidifier avec le fer de l'amour et de la confiance. Voyager avec des inconnus afin de faire plus ample connaissance.

Tu veux voyager ?

La chaleur.

Je ne sais pas pourquoi mais je suis attiré par celle-ci. Peut-être parce que le froid me fait penser aux ténèbres. Le froid glace mon sang. Mon cœur est un feu, il n'aime pas le froid. Cette flamme est alimenté par ceux qui m'entourent, ceux que j'aiment et en retour je fait de même pour eux. Nous nous tenons compagnie mutuellement. Nous nous aidons mutuellement. A vivre. A survivre.
© 2981 12289 0
Kohane W. Underlinden
Kohane W. Underlinden
MDJ-GestionnaireHarryPotter2005
MDJ-Gestionnaire
HarryPotter2005
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Étude des moldus

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Occlumens


Dans les rues de Pré-Au-Lard - Page 53 Empty
Re: Dans les rues de Pré-Au-Lard
Kohane W. Underlinden, le  Jeu 13 Sep 2018 - 15:37


Aidan. Il s’appelle Aidan.
Connais pas.
Mais ce que je connaîtrai de lui, désormais, c’est sa musique. Ses quelques cordes. Qu’il gratte. Pour produire un son. Accompagné de sa voix.
Aidan, c’est ça, maintenant.
Les rêves en musique. Les souvenirs sous forme de notes.
Il m’interroge sur mes envies d’ailleurs. Voyager ? Oh, oui. J’aimerais bien. Partir. Parfois, la Grande-Bretagne m’étouffe. M’enserre à me faire suffoquer. Parfois même, les Alpes ne parviennent plus à être réconfort. Dans ces moments là, je rêve d’un ailleurs encore plus lointain. Paysages inconnus et grandioses. Gravir les plus hautes montagnes. Traverser les rizières et les déserts. Me perdre dans les blocs de glace. Courir, sauter, filer à travers le vent et me fondre dans l’humidité tropicale.
Mille et une contrées, mille et un paysages que je n’ai jamais vus.
Voyager.
Terme qui fait rêver.
Rêveur voyageur. Voyageuse rêveuse.

-Ouais. Partir. C’est bien.

Je lance un regard au musicien. Comme en quête de son approbation.
L’ailleurs ne te fait-il donc pas vibrer, toi, l’homme à la guitare ? N’entends-tu pas ton cœur qui galope un peu plus vite à cette idée ?
Je respire la chaleur de l’air.
Odeur d’été.
Brins de blé.
Il n’y a pas de blé. Pas ici.
C’est un été citadin. Non rural.
Un été de macadam et de béton. De trottoirs brûlants et de toits bouillants.

-Mais je crois que ce sera pas pour de suite.

Trop de choses
Trop d’affaires
A régler
Dans une vie.
Courir, après le temps et les tâches, ne pas s’arrêter, presque pas, courir, à perdre haleine, courir, il faut encore, un peu, tenir, courir

-On va se contenter de rêver, pour l’heure, hein ?

Sourire lancé.
Inspirer.
L’air d’été.
La chaleur fait tourner les heures au ralenti. Le temps se dilate. Je respire. Dans le silence bruyant de la ville.
Ouais.
On va se contenter de rêver. Et mettre les voiles une autre fois. C’est. Ce qu’il nous reste à faire.



Fin du RP. Merci à toi ♥
Camille Zia
Camille Zia
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Dans les rues de Pré-Au-Lard - Page 53 Empty
Re: Dans les rues de Pré-Au-Lard
Camille Zia, le  Jeu 4 Oct 2018 - 16:35

PV Arty


David.

Malgré toutes les précautions qu'elle avait prises pour l'éviter, et malgré l'immensité du château, elle avait fini par croiser David. Elle savait que cela devrait arriver à un moment où à un autre, mais elle ne s'y était pas encore préparée psychologiquement. Poudlard aurait dû signifier un nouveau départ, sans sa mère, et sans son abruti de frère, mais apparement on ne pouvait pas tout avoir. Ç'eut été brusque, à l'angle d'un couloir, alors qu'il était seul ; cette rencontre pourrait être résumée à une surprise mal dissimulée, un léger moment de malaise, et une fuite de Camille dans la direction opposée.

Fuite qui, en l'absence de cours, la mena directement dans une rue déserte, à Pré-Au-Lard.

Elle martelait donc le chemin vide de sorciers de ses petits pieds, plongeant son nez dans une écharpe beaucoup trop large pour son visage. Il faisait très légèrement froid en ce dimanche après-midi, et elle avait besoin de se vider l'esprit afin d'oublier son frère le plus longtemps possible. Besoin, ou plutôt désir qu'elle ne parvenait pas encore à combler.

La petite sorcière donna soudainement un coup de pied furieux dans une innocente pierre qui se trouvait sur son chemin, accompagné d'un cri de frustration étouffé. Cette rencontre avait ravivé trop de mauvais souvenirs. Ça n'était pas juste.
Artemis Wildsmith
Artemis Wildsmith
ModérationPoufsouffle
Modération
Poufsouffle
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Étude des moldus

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou


Dans les rues de Pré-Au-Lard - Page 53 Empty
Re: Dans les rues de Pré-Au-Lard
Artemis Wildsmith, le  Sam 6 Oct 2018 - 9:33

Non mais voici qu’on l’attaquait à coups de cailloux maintenant, il savait qu’il n’était pas l’Auror le plus compétent - et encore, apportez des preuves - mais il ne méritait nullement de se faire traiter de la sorte. Le gamin avait sursauté d’agacement, prêt à montrer les crocs, parce que cela restait son éternel premier réflexe, qui avait osé le chercher-provoquer-menacer ? Lorsqu’il se retourna vivement, Odette directement pointée, prête à en débattre, c’est une petite fille qu’il trouva. Toute petite, minuscule, lilliputienne petite fille. Qu’est-ce ? C’était toujours pour sa pomme, les gosses perdus qui n’avaient à rien à l’endroit où ils se trouvaient.
C’était le week-end et pourtant son insigne brillait de satisfaction sur le sweat dominical qu’il portait. Après tout, les Aurors ne prenaient pas de jours de congé, pas de repos possible, surtout que ça avait l’intérêt de faire frissonner les gens qui n’osaient pas grimacer devant l’attitude insolente du Wildsmith - il devait travailler sa réputation.

Odette se détend, légèrement, ce n’était pas une enfant qui la ferait trembloter, mais demeure dans la main, sait on jamais. Les plus petits sont souvent les plus fourbes, pense-t-il. T’es qui ? Qu’est-ce que tu fais là ? Pourquoi tu m’as jeté un caillou ? C’est qu’il prend des précautions maintenant depuis sa dernière-première victime, à ne pas attaquer sans réfléchir, éviter de laisser derrière lui une série de cadavres, pauvres dépouilles de son impulsivité irréfléchie. Mais cela ne lui empêchait nullement d’utiliser ce ton arrogant-insolent qui participait tant à sa notoriété. Réponds ou j’te transforme en grenouille !  Il fronce les sourcils, tapisse sa bouille enfantine d’un air qu’il suppose autoritaire. L’impatience, toujours, parce qu’il est bon d’effrayer les petits. Il n’a pas l’air de se souvenir qu’il y a quelques années c’était lui l’apprenti sorcier totalement apeuré par le monde dans lequel il venait de plonger, lui qui s’était fait méchamment emmouscailler le jour de la rentrée. Les boucles balanstiquent le souvenir d’une très mauvaise chute pour se concentrer sur l’enfant lanceuse de pierre. Avait-elle perdu sa langue ? Si elle se mettait à pleurer, Arty l’affligerait d’un sort, une petite fille braillarde, non merci.
Camille Zia
Camille Zia
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Dans les rues de Pré-Au-Lard - Page 53 Empty
Re: Dans les rues de Pré-Au-Lard
Camille Zia, le  Dim 7 Oct 2018 - 15:51

Non mais, pour qui il se prend celui-là ?

Camille ne connaissait pas grand chose aux réactions sociales habituelles et, en temps normal, elle préférait traiter le sujet avec précaution. Mais on n'allait quand même pas lui dire que cet étrange personnage ne la provoquait pas ? Si ? Peut-être en y repensant. Mais cette baguette pointée sur elle représentait un véritable affront aux yeux de la brunette. La meilleure forme de défense, c'est peut-être l'attaque, mais, pour elle, pas quand il était possible ou probable que l'évènement provocateur ne soit qu'un accident.

La petite sorcière jeta un regard furieux à l'inconnu, refusant de réagir autrement physiquement, avant de répondre avec insolence « Je m'appelle Camille, monsieur. Ma présence ici ne vous regarde pas, mais si vous y tenez, je suis en sortie à Pré-Au-Lard. Et à ce que je sache, il n'est pas interdit de donner des coups de pieds aléatoires sur des cailloux. Navrée que l'un d'entre eux soit malencontreusement tombé sur vous. » En insistant beaucoup trop sur le "Navrée" pour laisser entendre qu'il était sincère.

L'affront de cet inconnu avait écarté toute autre préoccupation des pensées de la brunette. Elle ne se laisserait pas faire, et encore moins par un type aussi peu crédible de part son expression faciale.

Les yeux de Camille tombèrent soudain sur l'insigne d'Auror épinglée à la poitrine de l'inconnu et son regard noir disparu brusquement pour laisser place à son habituel air boudeur. Un Auror ? Vraiment ? Elle n'aurait pas plus de considération pour lui si c'en était vraiment un, mais elle aurait sûrement choisi ses mots avec plus de soin. Elle voulu en avoir le cœur net, et puis, si elle en croyait l'attitude de son frère envers sa mère, on pouvait apaiser plus facilement les choses en cas de besoin si l'on avait prononcé, entre-temps, des paroles dans ce but. C'est donc avec son éternel air indifférent et les meilleures intentions du monde qu'elle demanda en désignant l'insigne « Vous l'avez volée, ou c'est vraiment la vôtre ? »
Artemis Wildsmith
Artemis Wildsmith
ModérationPoufsouffle
Modération
Poufsouffle
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Étude des moldus

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou


Dans les rues de Pré-Au-Lard - Page 53 Empty
Re: Dans les rues de Pré-Au-Lard
Artemis Wildsmith, le  Mer 17 Oct 2018 - 10:27

Elle n’a pas l’air archi contente la petite, contrariée par la présence du jeune Auror. D’autres fois, moments, instants, il s’en serait franchement réjoui, embêter les petits était une activité particulièrement enrichissante. Mais ici, elle avait ce petit quelque chose qui irritait le Wildsmith. C’est ça, elle avait cette tête des minuscules pestes qu’on a envie d’écrabouiller afin d’anéantir leur arrogance. Qui plus est, elle l’appelait faussement Monsieur, glups, il fait mine de vomir brièvement avant de se concentrer de nouveau – ou presque, essayer. D’une difficulté titanesque puisqu’il passait le plus clair des instants à rouler les yeux d’une exaspération absolument pas dissimulée. C’est-à-dire que l’insolence qui coulait des lèvres de la petite grattait dangereusement la patience du Blaireautin, il ne tiendrait pas longtemps avant de l’étouffer dans sa propre écharpe. Non, tout de même, il bouscule ses mèches folles, ça ne se fait pas de penser des choses comme ça.

Mais ça c’était avant qu’elle articule cette interrogation horripilante qui perce directement le cœur du gamin. Quoi ? Elle doutait de sa légitimité en tant qu’Auror, ce n’était pas la seule, évidemment, mais elle n’était pas obligée de révéler ses pensées blessantes, parce que bon, hurtful. Mais. Crispées, les mains de l’Auror s’élèvent, comme s’il voulait étrangler l’enfant pour la faire taire. Il est arrêté par un semblant de conscience professionnelle – et non morale - rhaaa mais t’es d’une aga-aga-ca-ci-agacaci-cité BREF tu saoules là ! j’t’ai rien fait ! Pourquoi t’es si méchante ? Est-ce vous avez aussi cette étrange impression que face à une telle gamine, le dialogue est vachement plus facile pour Arty ? Enfin façon de parler quoi. Mais il est aberrant de voir que l’échange se fait tout naturellement, comme s’il n’existait aucune différence d’âge entre les deux.
Quelques secondes, il parvient à fermer les yeux, inspirer, grandement, fortement, à faire gonfler la poitrine et tenter de se calmer sagement. Après tout, c’était lui la figure d’autorité, pas question de se faire moucher par une marmotte – marmot au féminin. Ses narines se resserent avant qu’il n’expire le plus doucement du monde par la bouche. Parfait. Ses paupières s’ouvrent et il brouillonne une sorte de faux sourire forcé. Oui, cet insigne est vraiment le mien. Donc maintenant, tu vas gentiment t’excuser. D’une voix incroyablement paisible, notez le progrès. J’attends.
Camille Zia
Camille Zia
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Dans les rues de Pré-Au-Lard - Page 53 Empty
Re: Dans les rues de Pré-Au-Lard
Camille Zia, le  Ven 19 Oct 2018 - 13:10

Camille recula brusquement en voyant se tendre en sa direction des mains cripsées d'agacement, fixant toujours leur propriétaire d'un air boudeur. Il ne manquerait plus qu'il la touche, tiens. Comme si cette altercation n'était pas assez désagréable comme ça. Mais Camille se demandait tout de même si elle n'avait pas été un peu trop brusque au moment de changer de sujet, si elle en croyait les interjections lâchées par l'Auror. La formalité de politesse n'avait pas l'air de faire effet.

Camille ne put s'empêcher d'écarquiller les yeux de surprise lorsque l'inconnu eut l'air d'être dépassé par ses émotions, lançant quelque chose qui contrastait incroyablement avec son insigne. Elle comprenait parfaitement ce language pour l'avoir parlé plusieurs fois à sa mère et à son frère, mais elle était alors poussée à l'extrème de la colère ou de l'agacement. Si elle avait été une adulte avec un costard qui n'aurait pas parlé de cette manière depuis longtemps, elle aurait sûrement lâché quelque chose du genre "Contenez-vous, voyons !", mais elle avait onze ans, et elle lui répondrais sûrement de la même manière si le niveau de l'échange baissait aussi rapidement en qualité.

« Ah... » fut justement la seule chose que put répondre la brunette à l'Auror après avoir compris ce qui le vexait autant. Elle avait pourtant cru bien faire en lui posant cette question. Apparement, ce n'était pas quelque chose qu'il fallait dire pour faire plaisir. La petite sorcière nota dans un coin de sa tête cette réaction, se disant que ça pourrait toujours lui servir. En cas de rencontre avec un autre Auror, par exemple. Surtout s'il était plus facilement prenable au sérieux.

Malgré tout, le ton qu'avait pris son interlocuteur pour sortir son ordre avait déplu à Camille, qui fronça les sourcils, prête à riposter verbalement en cas de débordement trop important. Elle remarquait cependant tout particulièrement la baguette de l'inconnu, et la surveillait du coin de l'œil, n'ayant pas vraiment envie de s'engager dans un duel avec un Auror, si peu crédible soit-il. Ce fut donc avec une drôle de grimace, sûrement liée au fait qu'elle n'avait aucune idée de quelle était la manière la plus correcte pour présenter des excuses, qu'elle lança un petit « Pardon ? » pas très convaincu, ni très convainquant, avant de repasser brusquement à l'air boudeur, dont elle avait plus l'habitude.
Artemis Wildsmith
Artemis Wildsmith
ModérationPoufsouffle
Modération
Poufsouffle
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Étude des moldus

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou


Dans les rues de Pré-Au-Lard - Page 53 Empty
Re: Dans les rues de Pré-Au-Lard
Artemis Wildsmith, le  Lun 22 Oct 2018 - 6:44

LA piqué.


Voilà, c’était tout à fait ainsi qu’il fallait procéder s’il on voulait mater les petits. L’autorité, les ordres, et le respect. Des notions essentielles qui tenaient en obligation la petite sorcière à s’excuser devant la prestance du jeune Auror, c’était ainsi et non pas autrement. Évidemment, elle aurait pu se répandre dans des excuses beaucoup théâtralement sincères, faire un joli petit discours afin de se faire véritablement pardonner par le gamin. Mais non, au lieu de ça, elle s’était contentée d’un pardon irritant, arraché in extremis tellement que ça semblait la faire souffrir, ou en tout cas bouder. Peu importait en réalité, le Blaireautin avait eu ce qu’il voulait. La gamine avait fini par s’excuser, certes à contre cœur, mais il avait remporté la partie, brillamment. C’était l’effet de l’insigne ça, indispensable. Il décide d’ignorer totalement l’air boudeur de la jeune fille, il savait combien c’était difficile de prononcer des excuses lorsqu’elles sont retenues dans une gorge fière et insolente, c’est d’ailleurs ce qui lui avait valu beaucoup de situations désagréables, forcé à nettoyer après ses maintes bêtises. C’est aussi pour cette raison qu’il se sent si victorieux, il sait pertinemment qu’à la place de la petite et à son âge, il aurait préféré cracher sur la prétendue figure d’autorité. Bon très bien, que sa bouche enjouée finit par articuler, avant d’ébouriffer les cheveux de la bambine, comme une ultime façon d’asseoir son pouvoir. Maintenant ouste !  

Sa main s’agite de façon à chasser de désagréables insectes volants, lui signifiant qu’elle se devait de déguerpir rapidement si elle ne voulait pas titiller le feu de la colère de Merlin, si facilement embrasable. Son index accusateur désigne alors la bouille agaçante de la petite, c’est qu’il avait failli oublier la partie morale de sa prestation : et fais gaffe à toi ! Si j’te revois encore balancer des cailloux sur les gens je, je, ses yeux vagabondent sur les toits aux alentours, précieux instants de réflexion, j’te transforme en poule. Oui, parce qu’à vrai dire les grenouilles avait ce petit quelque chose de gluant qui n’était pas fort agréable au toucher, au moins, une poule c’est tout doux et tout mignon. Puis il connaît le sortilège, certes il n’agissait que sur des petits objets mais cette gamine n’était pas bien grande. Compris ?
Camille Zia
Camille Zia
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Dans les rues de Pré-Au-Lard - Page 53 Empty
Re: Dans les rues de Pré-Au-Lard
Camille Zia, le  Lun 22 Oct 2018 - 15:40

Camille sentit son corps tout entier se figer au contact de la main de l'Auror. Elle détestait ça, le contact humain. Personne n'avait le droit de la toucher. Même pas un prétendu Auror qui s'amusait à cracher sur des gamins pour un pauvre et accidentel lancer de caillou. Même pas sa mère. Le seul qui avait eut la permission de le faire, et que très rarement, ce fut David. Et ce type ne pouvait pas prétendre être son grand frère.

Camille inspira avec difficulté, laissant paraître son désaccord sur son visage, mais faisant tout de même de son mieux pour ne pas s'emporter. Après tant de stupides efforts pour ne pas avoir d'ennuis, il aurait été dommage de tout gâcher maintenant. Ses poings se serrèrent brusquement lorsque la prétendue figure d'autorité fit mine de la chasser comme on chasserait un pigeon trop proche d'un sandwich, alors qu'elle se raidissait, ayant de plus en plus de mal à se contenir.

Et voilà qu'il lui faisait la morale... Suivie d'une menace tout autant crédible que l'attitude de l'Auror. Camille fixa le sol en serrant les dents. Si elle entendait rien qu'un seul autre mot dit sur cet insupportable ton, elle n'arriverait sûrement pas à... « Compris ? »

La petit sorcière releva la tête en direction de l'Auror, le regard noir. Il n'était plus question qu'elle se laisse provoquer de la sorte. Il l'avait cherchée, et il allait la trouver. Et tant pis si elle devait passer par la case "poule" pour devoir faire comprendre à l'Auror que c'était à lui de se remettre en question.

« Non. » Bien petit retour à l'envoyeur, me diriez-vous, mais pour Camille, cela équivalait à un lancement des véritables hostilités. Disons qu'elle avait évité de rentrer dans le ring pendant un moment, et qu'elle venait de sauter dedans à pieds joints en attendant de pouvoir donner son premier coup. Round 2.
Artemis Wildsmith
Artemis Wildsmith
ModérationPoufsouffle
Modération
Poufsouffle
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Étude des moldus

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou


Dans les rues de Pré-Au-Lard - Page 53 Empty
Re: Dans les rues de Pré-Au-Lard
Artemis Wildsmith, le  Mer 24 Oct 2018 - 10:45

LA piqué 😇


Il avait débuté le retournement du départ lorsque la négation de la petite lui fit crisser les tympans désagréablement, si tant est qu’un crissement puisse être agréable. Le visage du gamin blêmit alors immédiatement de colère, l’habituelle malice se tapit au fond des prunelles déroulant un tapis rouge tout propre à une fulmination mécontente – rétines qui commencent à crépiter. Il ne cligne pas des yeux, se contente de laisser les brisures de l’ambiance soudainement extrêmement tendue se déposer sur leurs épaules tandis qu’il fixe la petite sans ciller, pardon ? Malencontreusement il avait peut-être mal entendu mal compris pas tout à fait saisi ce qu’elle voulait dire par ce non qu’elle avait pourtant articulé bien distinctement. Le jeune Auror aurait pu aussi, laisser la provocation s’écraser à ses talons retournés, mais il n’était pas du genre à laisser une joute – même verbale – partir en fumée. Puis c’eût été se reconnaître vaincu, et ça, il ne pouvait l’accepter. Comme une réputation à tenir, en plus du devoir que lui sommait l’insigne qu’il portait. Si l’élite magique se faisait malmener par des petits insolents, où allait-on ?
Odette s’élève alors pour pointer son extrémité sur le front bien jeune de sa victime. Et même si à l’intérieur, son reste de conscience grimace, il ne laisse rien paraître, il a plissé légèrement ses iris clairs pour savoir exactement quelle formule il allait prononcer. Rien de plus. La baguette quant à elle, se prépare sûrement à se montrer rechignante. On n’attaquait pas les plus jeunes, les plus petits, les plus vulnérables, c’était une règle que le poil de Boursouflet qui la composait lui avait inculquée. Là résidait peut-être l’infime léger petit problème d’Odette – elle était trop bisounoursement gentille.

Mais elle restait la continuité de son bras, de sa personne de ses envies, alors le gamin aussi, hésite encore. Tu m’cherches ? Qu’est-ce que t’espère trouver au juste ? Sa mâchoire se serre de retenir la colère qui s’accumule sur la langue qui demeure pourtant calme. Il semblait avoir appris à se contrôler – un peu, le trouble explosif dont il souffrait comprend qu’il ne s’agit là que d’une marmotte qui essayait de faire ses preuves, qui testait ses limites, nul besoin d’exploser pour si peu. Si ? Excuse-toi. La baguette s’enfonce jusqu’à marquer un rond au milieu du front. C’était la toute dernière fois. Après, il serait obligé de relâcher la Bête, incapable de tenir beaucoup plus longtemps de toute façon.
Camille Zia
Camille Zia
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Dans les rues de Pré-Au-Lard - Page 53 Empty
Re: Dans les rues de Pré-Au-Lard
Camille Zia, le  Jeu 25 Oct 2018 - 9:12

L.A. piqué

Camille avait donné son premier coup par ce refus d'obtempérer, visiblement. L'Auror avait l'air sacrément énervé, si bien qu'il semblait prêt à se servir de sa baguette magique contre la petite sorcière.

Cette dernière ne cillait pas, soutenant le regard du type en fronçant les sourcils. Elle en avait plus qu'assez de ce personnage ridicule. Plus qu'assez de ses airs supérieurs et de ses menaces de métamorphose. Les lèvres de l'adversaire s'animèrent une deuxième fois pour exprimer son mécontentement par le biais de questions que Camille aurait dû poser avant lui. La troisième fois où l'Auror prit la parole, ce fut pour donner un ordre. Un ordre auquel elle n'obéirait pas une deuxième fois. Puis soudain, la baguette de l'adversaire s'enfonce dans son front, provoquant une grosse bouffée de colère, à laquelle Camille décide de réagir : elle lève brusquement la main, puis repousse violement de sa paume la baguette magique dont elle ne permettait pas le contact.

« Ne me touche pas ! » La brunette n'avait pas le temps de se soucier du vouvoiement ou de la politesse. Cet Auror n'en avait pas besoin. « Ce n'est pas moi qui te cherche, c'est toi qui vient de me trouver ! » répliqua-t-elle ensuite, en guise de réponse à la question posée. Elle se fichait bien de déplaire à un Auror, après tout. Elle n'avait que très peu de considération pour eux, en règle générale. Et le respect qu'elle aurait pu avoir envers celui-ci s'était rapidement évaporé. Elle commençait donc l'affrontement sans remords éventuels à gérer.
Artemis Wildsmith
Artemis Wildsmith
ModérationPoufsouffle
Modération
Poufsouffle
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Étude des moldus

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou


Dans les rues de Pré-Au-Lard - Page 53 Empty
Re: Dans les rues de Pré-Au-Lard
Artemis Wildsmith, le  Sam 27 Oct 2018 - 16:48

Il aurait pu rire, pouffer, se moquer, lever les yeux au ciel face au ridicule de la situation, cette petite qui prétendait pouvoir lui tenir tête. Mais cette réaction eût été celle d’un adulte serein et sain, sans aucun problème de gestion de la colère et des émotions, un vrai adulte. Arty faisait partie des rares élus qui ne grandissaient que physiquement, alors que sa maturité restait à peu près équivalente à celle de son agaçante présente interlocutrice. Un jour, dans bientôt sûrement très longtemps, il apprendrait à canaliser les flux sentimentaux qui s’emparaient de ces boucles effervescentes, mais pas à cet instant, certainement pas lorsqu’Odette était malmenée de la sorte. Parce que oui, la petite avait osé. Toucher, repousser la fameuse baguette adorée, si elle lui avait craché dessus, c’eût été exactement la même chose. Immédiatement, le visage du gamin s’était fardé de surprise incroyablement choquée alors que les mains avaient accompagné la bouche offusquée grande ouverte en battant l’air au-dessus des boucles. Exagération – pas tellement. C’est qu’elle renchérissait en prétendant avoir été piquée, décidément, elle voulait vraiment goûter à la hargne Merlinesque, il lui montrerait. Tu touche pas à Odette ! alors que la baguette accusatrice retrouve le visage de la gamine, mais cette fois, éloignée de quelques centimètres, ne pas trop tenter la diablotine.

Les phalanges blanchissent autour du bois furieux mais ne prononcent aucune formule funeste, c’est que le jeune Auror reste focalisé dans la joute verbale, y plonger tout à fait avec une tonalité de nouveau agressive : Ooooh, Mââââdemoiselle Rikiki a été trouvée, et que va-t-elle faire, hein ? hein ? hein ? Coups de menton ponctuant l’acidité condescendante de la voix du gamin. Parce que tandis que sa mâchoire se crispe – il n’a nullement envie en réalité, d’avoir la réponse de la petite fille, il s’en fichait et savait pertinemment que ça allait mal se terminer, du moins pour elle – Odette dansait maintenant perpendiculairement au corps du Wildsmith, transformée par un #Numen Arma grommelé entre les dents rageuses. Il ne quitte pas la gamine des yeux alors que la baguette se fait batte de baseball. Il n’ignore pas la disproportionnalité de sa réaction face à l’arrogance de la sorcière mais son cœur emballé-offensé n’est absolument plus contrôlé. Il sait, on ne frappe pas les filles Arty, mais rien n’empêche de leur faire peur. Malgré tout, il se plaît à imaginer quelques coups dans le jeune ventre fragile de la bambine qui lui ferait ravaler son dédain. Quelque chose ne tournait pas rond chez ce gamin, ça se voyait clairement dans ses pupilles dilatées, agrandies par la tempête intérieure, frapper, ne pas frapper, frapper, ne pas frapper.
Camille Zia
Camille Zia
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Dans les rues de Pré-Au-Lard - Page 53 Empty
Re: Dans les rues de Pré-Au-Lard
Camille Zia, le  Dim 28 Oct 2018 - 9:51

Camille ne jeta pas un regard à la baguette de l'Auror, à présent transformée en batte de baseball. Elle prépara tout de même au fond d'elle un plan B, qu'elle n'utiliserait que si son adversaire décidait soudainement de s'en prendre physiquement à elle (en parlant d'un contact plus violent qu'une main ébouriffant sa chevelure brune, évidement (même si c'était un risque à prendre tout aussi sérieusement en compte)).

Elle ne bougerait cependant pas de là où elle était du temps qu'elle n'aurait pas ce qu'elle voulait. La détermination se mêlait à la rage dans son regard, voulant faire clairement signifier ses intentions à son adversaire. Adversaire dont le regard, au passage, semblait chargé par une part de folie, que Camille aurait peut-être dû surveiller avant qu'elle ne se montre aussi clairement. Était-ce l'interaction avec la baguette qui avait mit son adversaire dans cet état ? La brunette n'aurait su le dire avec certitude.

La pique lancée par l'Auror ne fit qu'accroître l'envie de Camille de le voir regretter ses provocations. Elle ne répondit pas à la question posée, estimant que son regard noir serait nécessaire pour lui faire comprendre. Elle réagit cependant à la transformation de sa baguette magique et à la nomination de celle-ci, toujours les sourcils froncés, sur un ton sarcastique « Odette ? C'est qui ? La copine qui t'a offert ton bout de bois ? »

Tout de même... Odette. Quitte à vouloir nommer sa baguette, ce qui pouvait être compréhensible si le lien tissé entre le possesseur et l'objet était extrêmement puissant, autant choisir un nom crédible. Quelque chose qui impressionnait, ou au moins quelque chose de plus... classe. « Et tu comptes faire quoi, avec ce sortilège ? Tu crois que tu me fais plus peur avec une batte ? » Cette fois-ci, le ton était plus moqueur, mêlé à quelque chose qui ressemblait très clairement à du défi. De toute manière, s'il osait la toucher de nouveau, il n'aurait pas affaire qu'à elle. Elle ne s'était pas renseigné sur toutes les lois sorcières, mais il lui paraissait peu probable qu'un Auror ait le droit de frapper une enfant, même après des provocations verbales.

C'étaient les premières piques volontairement provocantes que Camille lançait. Si la subtilité et la formulation n'étaient, certes, pas parfaites, elle n'en était pas peu fière.
Artemis Wildsmith
Artemis Wildsmith
ModérationPoufsouffle
Modération
Poufsouffle
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Étude des moldus

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou


Dans les rues de Pré-Au-Lard - Page 53 Empty
Re: Dans les rues de Pré-Au-Lard
Artemis Wildsmith, le  Lun 29 Oct 2018 - 11:08

Elle ne s’arrêtait pas, crachait continuellement piques aux effets bouillonnants sur la peau irritée du jeune Auror, elle insultait Odette sans retenue, la rabaissant ignoblement à une quelconque copine. Il salive de fureur, de ne pouvoir trouver réponse tranchante, cervelet complètement noyé par la colère ébahie.  Si Arty était imperméable aux provocations de la gamine, il n’en serait pas là, le corps commence à s’épuiser de résister au torrent fulminant qui frappait, saccageait l’intérieur à tant vouloir surgir. La présence de la batte de baseball aurait dû appuyer sur le bouton de l’inquiétude chez la toute jeune sorcière, elle aurait du se calmer, se dire quand même, si jamais il osait. Au contraire, il ne pouvait pas frapper la petite, il le savait, elle le savait, s’il le faisait, c’était renvoi immédiat, avec petit séjour à Azkaban. Impressionnant comment quel que soit le moment, la rencontre, les échanges qu’il partageait avec les lambdas du monde sorcier, arrivait toujours cette seconde de doute, où l’ombre de la tristement célèbre prison se dessinait sur l’horizon de l’avenir du gamin. Comme si c’était là qu’il devait aller, un jour, obligé, le destin le poussait inlassablement vers les barreaux emprisonneux.
Not today.
Mais le gamin comme absolument coincé, sentiment qui lui déchire les tempes endiablées, il ne pouvait pas lui ecchymoser le visage avec l’arme de bois, pourtant, tourner les talons ne serait pas non plus sa solution. Vaine tentative d’extraire les vagues enflammées qui lui rognaient les parois : TumsaoulestumsaoulestumsaoulesTUMSAOULES, qu’il finit par hurler dans la rue.

Cri forcément accompagné d’une gestuelle grandiloquente en symbiose avec l’exaspération de la voix. Il s’éloigne, pressent l’explosion véritable qui lui ferait commettre une erreur regrettable, mais expulser, expulser, expulser devenait inévitable, il s’en arracherait les joues, les yeux, les cheveux de cette ivresse violente qu’il ne peut assouvir par des coups ravageurs sur celle qui le mettait dans un tel état. Sur un adolescent ou un adulte, l’irritant aurait été ensanglanté au sol, évidemment, mais là.
La batte frappe le vide devant elle, tente de se satisfaire des contusions imaginaires de l’air alors que le gamin continue de s’énever, grommeler. Avant le terrible impact, un mur ou un muret Pré-Au-Lardais qui se trouvait là, la collision fait craquer le bois de la batte, la fissure, le gamin ne se rend pas compte, réitère le mouvement, parce qu’il soupire de pouvoir enfin frapper quelque chose, même inébranlable. Assouvir enfin le furieux. Alors encore, la batte s’abat de nouveau sur la pierre, jusqu’à ce que la déflagration artyenne fasse éclater l’arme boisée d’un boom-crac assourdissant. Un manche abasourdi demeure dans la main atterrée du Louveteau, tandis qu’il avise les morceaux répandus à ses pieds. Terrible silence qui fait faufiler la funeste information entre les neurones immédiatement calmés. Nonnonnonnonnonnonnonnon qu’il inspire, inspire, inspire à avoir trop d’air dans ses poumons écrasés par la soudaine angoisse.

Avant qu’il n’hurle un cinématographique AAAAAAAH NOOON à genoux devant les brisures d’Odette sur les pavés. T’AS CASSÉ ODETTE ! poursuit-il les yeux ruisselants finalement levés vers la silhouette de la petite.
Contenu sponsorisé

Dans les rues de Pré-Au-Lard - Page 53 Empty
Re: Dans les rues de Pré-Au-Lard
Contenu sponsorisé, le  

Page 53 sur 54

 Dans les rues de Pré-Au-Lard

Aller à la page : Précédent  1 ... 28 ... 52, 53, 54  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Pré-au-Lard ~¤~ :: Rues de Pré-au-Lard-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005.