AccueilPortailPublications internesRechercherS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Pré-au-Lard ~¤~ :: Rues de Pré-au-Lard
Page 54 sur 54
Dans les rues de Pré-Au-Lard
Aller à la page : Précédent  1 ... 28 ... 52, 53, 54
Arty Wildsmith
ModérationPoufsouffle
Modération
Poufsouffle
En ligne

Dans les rues de Pré-Au-Lard - Page 54 Empty
Re: Dans les rues de Pré-Au-Lard
Arty Wildsmith, le  Lun 29 Oct 2018 - 16:08

Elle ne s’arrêtait pas, crachait continuellement piques aux effets bouillonnants sur la peau irritée du jeune Auror, elle insultait Odette sans retenue, la rabaissant ignoblement à une quelconque copine. Il salive de fureur, de ne pouvoir trouver réponse tranchante, cervelet complètement noyé par la colère ébahie.  Si Arty était imperméable aux provocations de la gamine, il n’en serait pas là, le corps commence à s’épuiser de résister au torrent fulminant qui frappait, saccageait l’intérieur à tant vouloir surgir. La présence de la batte de baseball aurait dû appuyer sur le bouton de l’inquiétude chez la toute jeune sorcière, elle aurait du se calmer, se dire quand même, si jamais il osait. Au contraire, il ne pouvait pas frapper la petite, il le savait, elle le savait, s’il le faisait, c’était renvoi immédiat, avec petit séjour à Azkaban. Impressionnant comment quel que soit le moment, la rencontre, les échanges qu’il partageait avec les lambdas du monde sorcier, arrivait toujours cette seconde de doute, où l’ombre de la tristement célèbre prison se dessinait sur l’horizon de l’avenir du gamin. Comme si c’était là qu’il devait aller, un jour, obligé, le destin le poussait inlassablement vers les barreaux emprisonneux.
Not today.
Mais le gamin comme absolument coincé, sentiment qui lui déchire les tempes endiablées, il ne pouvait pas lui ecchymoser le visage avec l’arme de bois, pourtant, tourner les talons ne serait pas non plus sa solution. Vaine tentative d’extraire les vagues enflammées qui lui rognaient les parois : TumsaoulestumsaoulestumsaoulesTUMSAOULES, qu’il finit par hurler dans la rue.

Cri forcément accompagné d’une gestuelle grandiloquente en symbiose avec l’exaspération de la voix. Il s’éloigne, pressent l’explosion véritable qui lui ferait commettre une erreur regrettable, mais expulser, expulser, expulser devenait inévitable, il s’en arracherait les joues, les yeux, les cheveux de cette ivresse violente qu’il ne peut assouvir par des coups ravageurs sur celle qui le mettait dans un tel état. Sur un adolescent ou un adulte, l’irritant aurait été ensanglanté au sol, évidemment, mais là.
La batte frappe le vide devant elle, tente de se satisfaire des contusions imaginaires de l’air alors que le gamin continue de s’énever, grommeler. Avant le terrible impact, un mur ou un muret Pré-Au-Lardais qui se trouvait là, la collision fait craquer le bois de la batte, la fissure, le gamin ne se rend pas compte, réitère le mouvement, parce qu’il soupire de pouvoir enfin frapper quelque chose, même inébranlable. Assouvir enfin le furieux. Alors encore, la batte s’abat de nouveau sur la pierre, jusqu’à ce que la déflagration artyenne fasse éclater l’arme boisée d’un boom-crac assourdissant. Un manche abasourdi demeure dans la main atterrée du Louveteau, tandis qu’il avise les morceaux répandus à ses pieds. Terrible silence qui fait faufiler la funeste information entre les neurones immédiatement calmés. Nonnonnonnonnonnonnonnon qu’il inspire, inspire, inspire à avoir trop d’air dans ses poumons écrasés par la soudaine angoisse.

Avant qu’il n’hurle un cinématographique AAAAAAAH NOOON à genoux devant les brisures d’Odette sur les pavés. T’AS CASSÉ ODETTE ! poursuit-il les yeux ruisselants finalement levés vers la silhouette de la petite.
Camille Zia
Camille Zia
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Dans les rues de Pré-Au-Lard - Page 54 Empty
Re: Dans les rues de Pré-Au-Lard
Camille Zia, le  Jeu 1 Nov 2018 - 22:38

Lorsque l'Auror fit part physiquement, puis oralement, de sa frustration, Camille ne bougea pas, même si une drôle de satisaction s'installait progressivement dans son esprit. Ses piques avaient un effet bien plus impactant que ce qu'elle aurait cru, mais voir son adversaire dans cet état lui provoquait une incontrôlable joie malsaine. La petite sorcière retint un rictus, bien que ses lèvres manquaient de s'étirer toutes seules, la rage cohabitant peu à peu avec cette satisfaction quelque peu sadique. Elle était bien près de gagner ce round ; l'Auror ne cherchait plus à la provoquer. Il avait abandonné assez vite le combat.

La brunette eut cependant un discret mouvement de recul lorsque l'Auror commença à agiter sa batte de baseball en tous sens. Il ne semblait pas vouloir - pouvoir - la frapper ainsi que l'avait laissé entendre cette transformation de baguette magique, et il aurait été dommage que Camille se prenne un coup dans le nez après ces efforts pour se sortir indemne de cette situation.

Et puis, soudain, la jouissance de la petite sorcière retomba. Le "BoumCrac !" que fit la baguette en se brisant avait fait retomber d'un seul coup cet étrange mélange de colère et de satisfaction malsaine. L'extrémité de la situation la ramenait brusquement à la réalité. Une baguette brisée, ça calmait, et elle pouvait en témoigner. Mais l'adversaire avait l'air d'en vouloir encore, on aurait dit qu'il voulait voir rennaître cette détermination dans le regard de la petite sorcière, en rejetant la faute sur elle. Le froncement de sourcils significatif de la petite sorcière revint à la charge « Ah mais ça, c'est la meilleure ! », et un index accusateur pointa des débris « C'est moi qui ait jeté ton Odette sur la pierre, peut-être ? Faut t'acheter des lunettes ! ».

Son pied droit frappa les pavés avec agacement, pour signifier à son adversaire qu'il ferait mieux de laisser tomber. La baguette de Camille, elle, était peut-être coincée tout en dessous des épaisseurs de son manteau, mais elle était encore en un seul morceau. Et au moindre geste suspect, elle n'hésiterait pas à la sortir cette fois, après avoir vu de quelle folie il était capable. Pointer une baguette sur un Auror n'était peut-être pas une solution plaisante, mais elle ne l'utiliserait que si elle avait besoin de se défendre.
Arty Wildsmith
Arty Wildsmith
ModérationPoufsouffle
Modération
Poufsouffle
En ligne
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Étude des moldus

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou


Dans les rues de Pré-Au-Lard - Page 54 Empty
Re: Dans les rues de Pré-Au-Lard
Arty Wildsmith, le  Dim 11 Nov 2018 - 18:08

Désolée pour le retard 😇


Le cœur lutte, tambourine contre les parois osseuses dont il veut échapper. Se rouler par terre, crier à la mort à la rage au désespoir. Le tout avec grandiloquence tandis que ses pieds frapperaient le sol du village, faisant trembler les sorciers endormis de l’après-midi, faire éclater la colère bestiale qui était la sienne et rugir à en faire vrombir les fenêtres des habitations alantourantes – Merlin déchaîné. Mais c’est finalement une bouche entrouverte, qui fait surgir un silence pesant alors que tout l’intérieur le brûle. Les yeux grands ouverts qui tentent de trouver du sens au bois éparpillé, détruit à jamais. Il se saisit du corps d’Odette, sans vie, par morceaux qui roulent dans ses mains ébranlées, désemparées. Brisée, complètement, irrécupérable, la douleur écrasant ses poumons le lui avait siffloté cruellement.
Soudain, le coup de pied de la petite rebondit légèrement jusqu’aux boucles qui tentent de relever le gamin, qu’il se reprenne, qu’il bouge, quelque chose. Les larmes qui avaient coulé se lèvent alors doucement pour observer la jeune sorcière mécontente d’être accusée par la mauvaise foi du Wildsmith. Mais il ne peut pas reconnaître que c’est de sa faute à lui, que ses crises de colère l’avaient mené juste ici, à genoux devant le tourment d’avoir tué un être cher. Ses yeux embourbés l’empêchaient de voir la situation telle qu’elle était, tout comme la douleur et la fureur.

Délaissant alors sa bien aimée sur les pavés, il bondit, s’approche – se rue – vers la petite, hors de lui. Ses traits déformés grondent : J’ai seulement frappé le mur pour pas atteindre ta sale petite tête de babouin ! Si tu m’avais pas énervé Odette serait toujours là ! elle serait pas ! pas ! Des sanglots affluent dans la gorge sèche-serrée, il n’est pas capable de mettre des mots sur l’horreur qui avait percuté le cœur. Excepté qu’il doit se calmer, la magie de la baguette n’étant plus une solution, contrôler, contrôler, contrôler la sauvagerie qui lui traverse maintenant les pupilles dilatées, qui lui gratte les yeux, le front, qui lui démange la peau qui s’apprête à y voir éclore la lycanthropie. Parce que déjà la voix s’était faite plus grave, rocailleuse, signe avant coureur d’une transformation qui s’annoncerait monstrueusement meurtrière. Les mots de la conscience tentent vainement de murmurer que c’est une enfant, une enfant, une enfant, alors qu’il souffle la rage lui barbouillant le ventre. Il se détourne brusquement de l’Exaspérante. Désespéré oui, pas tant qu’il se voyait assassiner sauvagement une fillette. Contre le mur il revient, frappe une tête affligée, tempêtante. Il espère vainement que la douleur des coups qu’il s’infligeait ainsi empêcherait la Bête de jaillir. VA-T-EN ! BARRE TOI ! Dans un ultime grognement tonitruant, à faire frémir les curieux. Il allait la manger, la dévorer, lui arracher la tête pour ce qu’elle l’avait poussé à faire. Pour la mort d’Odette.
Camille Zia
Camille Zia
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Dans les rues de Pré-Au-Lard - Page 54 Empty
Re: Dans les rues de Pré-Au-Lard
Camille Zia, le  Dim 11 Nov 2018 - 21:52

L'attitude de l'Auror avait changé. Il n'avait plus ce côté agaçant, qui devait sûrement provenir de sa stupide insigne et de la différence d'âge physique entre les deux. Ce n'était plus le petit agacement du tout départ, qu'il avait tenté de compenser avec des menaces ridicules. Camille pouvait sentir, malgré ses difficultés habituelles en matière de communication physique, quelque chose de bien plus grand, quelque chose que l'Auror ne tentait plus de compenser, mais de contenir, et elle supposait que c'était dû aux débris éparpillés sur le sol. Elle aussi, elle tenait à sa baguette, même si elle n'était pas sûre d'en venir à une émotion pareille. Qu'est-ce que c'était, d'ailleurs, cette émotion ? La petite sorcière n'en avait aucune idée, mais cette fois, sa curiosité enfantine ne voulait pas le savoir.

De ce qu'en comprenait la brunette, l'Auror cherchait un coupable à ce qu'il venait de se passer. Et Camille était la seule à pouvoir jouer ce rôle. Ce n'était en rien sa faute s'il ne savait pas se maîtriser, et s'il ne pouvait s'empêcher de provoquer une fillette de onze ans, pourtant !

La petite sorcière en avait assez. L'Auror était ridicule. Elle avait gagné la bataille, et il n'y avait pas de guerre. Elle ne se lancerait pas dans un deuxième affront, s'il devait se terminer de la même manière, voire en plus tragique encore. Elle retint de son mieux sa langue derrière ses dents, l'envie furieuse de la tirer à la vue de son adversaire vaincu se faisant plus forte à chaque seconde, en guise de dernier geste adressé à l'Auror. Elle voulait partir. Et puis, de toute manière, il ne la regardait plus, sans doute trop occupé à se frapper le crâne contre la pierre.

Les mots qui s'échappèrent alors de la gorge de l'Auror fit vivement sursauter la brunette. Même sa voix avait changé. Elle n'avait aucune idée de si c'était dû à une quelconque manifestation de son émotion mystérieuse, mais le ton ne ressemblait pas aux ordres du début. Il avait l'air complètement fou, et il commençait à sérieusement inquiéter la petite sorcière, et pas seulement parce qu'il se frappait la tête contre un mur. Un court instant, Camille se demanda si le grognement ne s'était pas adressé à une quelconque personne imaginaire qui se baladait dans l'esprit de l'Auror, mais elle préféra suggérer qu'il lui était destiné, et puis elle s'apprêtait à tourner les talons, de toute façon.

Retenant de nouveau une langue tendue, elle se détourna des morceaux brisés de la dénommée Odette et de son adversaire vaincu et trottina rapidement jusqu'à une rue parallèle à celle de l'Auror. Elle avait l'impression de laisser derrière elle les ruines d'un champ de bataille dont elle avait été la combattante, et dont elle voulait s'éloigner le plus vite et le plus loin possible.

Départ de Camille. Merci ! :kiss:
Arty Wildsmith
Arty Wildsmith
ModérationPoufsouffle
Modération
Poufsouffle
En ligne
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Étude des moldus

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou


Dans les rues de Pré-Au-Lard - Page 54 Empty
Re: Dans les rues de Pré-Au-Lard
Arty Wildsmith, le  Mer 28 Nov 2018 - 23:47

Les os de la cage thoracique qui fondent par la colère acide qui les asperge, le souffle s’engouffre, impossible de sortir normalement. Difficile, difficile de tout contenir, à peine rassuré par le coup d’œil qu’il a lancé de s’assurer que la petite avait déguerpi – elle ne serait donc pas dévorée. Pourtant, même si soulagé de voir la chevelure brune flâner inquiète vers d’autres ruelles, loin de la Bête qu’il était, l’effroi gagne les poumons contractés – il y aurait d’autres victimes si ça continuait. Il y pense, s’il appuyait sur la détente, laissait le loup-garou surgir en plein jour dans le petit village sorcier, ce serait une catastrophe, ce sont ses yeux ses cheveux ses doigts qui paniquent d’être bientôt ensevelis sous le pelage de la créature, tandis que le monstre tambourine pour percuter bruyamment dans l’œsophage. A se laisser ainsi dépasser, il était perdu. Incapable de s’emparer du miroir à double sens qui alarmerait le meilleur copain, pas le temps, et si le Peverell débarquait une fois la Bête sortie ? Un risque que le Louveteau ne pouvait pas prendre, ne voulait pas. Plutôt se jeter à la gorge de vieux sorciers inconnus. Mais l’image des crocs plantés dans les gorges chaudes ne fait qu’exciter la rage de sortir de la Bête qui tape à répétition sur les barreaux de la raison.
Le front écorché sanglotant n’y change rien, il l’essuie, brinquebalant par l’ivresse émotionnelle intérieure, la douleur n’avait pas été suffisante pour rameuter l’humanité.

Alors quoi ? Tandis que les griffes qu’il enfonçait dorénavant dans ses paumes de mains se faisaient acérées, avides d’être accompagnées par le reste de la transformation. Il appuie appuie appuie à en percer profondément sa peau d’enfant incontrôlable. Que lui restait-il ? Aucune idée ne traverse les plaies du front précédemment frappé qu’il ignore totalement.
Avant que les rétines démangeresses presque collées au sol - posture de celui à genoux qui supplie tout et n’importe quoi de ne pas se faire envahir par la Bête - n’accrochent miraculeusement les brisures d’Odette, pas très loin. A lui jeter brutalement dans la gueule - museau légèrement dévoilé - qu’il était sorcier avant loup-garou. Humain. Lui renvoyant derrière les mèches collées de sueur l’image de l’enfant qu’il était alors qu’il prenait Odette entre ses doigts pour la première fois, la faisant glisser, fier et persuadé de devenir grand sorcier. Maintenant accolé aux pavés ne sachant différencier son humanité de sa bestialité. Il en crache son dégoût sur la rue spectatrice. Se mettre dans de tels états à cause d’une bambine - blasphème. Odette aurait détourné violemment les yeux pour se cacher dans sa poche, quel piètre maître aurait-elle pu chuchoter. C’est donc cette honte, pitoyable sentiment mais incroyablement humain, qui pousse les traces de la malédiction à disparaître, lentement elle se fait dominer par une respiration plus calme, court se faufiler sous les entrailles essoufflées - rembobinage de reflux gastrique.

Le mur soutient alors son titubement maladroit après qu’il ait ramassé les pauvres vestiges de sa baguette. Il ne savait même pas quoi en faire, seulement guidé par l’absolue volonté de ficher le camp, tenter de la sauver, peut-être. Pas en avant, un deux trois, tentatives de solliciter le transplanage. Même dans son état, même pas peur. C’est que démantibulé, il l’était presque déjà, partie de l’âme échouée à jamais sur le lieu où Odette avait perdu la vie.



Fin du RP, merci Camille ❤️
Lou Gaellen
Lou Gaellen
Préfet(e)/Serpentard
Préfet(e)/Serpentard
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Dans les rues de Pré-Au-Lard - Page 54 Empty
Re: Dans les rues de Pré-Au-Lard
Lou Gaellen, le  Sam 8 Déc 2018 - 8:04

feat. 32

Tête à tête dans le blizzard

Le vent glacial me fouette les joues. Le froid s’immisce dans les moindres recoins de mon corps. J’ai beau serrer mon manteau contre moi, monter mon écharpe sur mon visage et fourrer mes mains dans mes poches, rien à faire. Je tremble de partout. Je crois même entendre mes dents qui s’entrechoquent. Mais je ne suis pas sûre avec ce vent qui fait un bruit infernal.

Je maudit ces sales petites pestes de Griffondor. C’est à cause d’elles que je suis là. Bon j’avoue, c’est un peu de ma faute aussi. Apparement, j’aurais plus ou moins tyrannisé la petite sœur de l’une d’entre elles. C’est possible. Je m’en suis pris à tellement d’élèves de première année que je ne pourrais pas les compter. D’ailleurs je ne me rappelle plus du tout du nom de la sœur de l’autre. Et de l’autre non plus tient, elles s’appelaient comment ces filles ? Je ne les connais même pas en fait... mais elles semblaient bien me connaître.

Il n’empêche qu’elles m’ont enfermée dans les toilettes des Trois Balais. Ça m’a bien pris une heure, mais au final, j’ai pu en ressortir.. Et sans être vue. Je n’avais pas envie qu’on se foute de moi. Conclusion, il fait nuit, il fait froid et j’ai plus d’une heure de retard pour le dîner. Je ferme les yeux en imaginant le bon repas chaud qui m’attends dans la grande salle. J’en ai l’eau à la bouche. Ça me redonne la pêche et j’accélère. Je suis maintenant presque sortie de la grande rue de Près-au-Lard et je m’apprête à rejoindre la route qui mêne à Poudlard.

A cause du blizzard, il n’y a personne dans la rue. Même pas l’ombre d’un chat. Je commence à flipper un peu. Un bruit étrange me fait sursauter. Je me retourne. Personne. Je scrute la pénombre pour tenter de voir quelque chose. C’est à ce moment qu’il sort de l’ombre et se met à me cracher dessus. Je fais un bond de côté. C’est un pu*ain de chat. Ouf. Bon ben finalement il y a bien l’ombre d’un chat. Mais quand même, il m’a foutu la trouille de ma vie ce con. Je l’imite et lui crache dessus en retour.

- Allez dégage !

Il file au milieu des poubelles. Je continue ma route. Je suis sortie du village à présent et je commence à me faire des films dans ma tête. Et ce n’est que maintenant que je réalise que je suis vraiment seule, de nuit, à la sortie d’un village, et que si je dois appeler à l’aide, personne ne m’entendra à cause du blizzard qui hurle dans les fenêtres des habitations. Surtout, personne ne sais que je suis là puisque j’ai quitté les toilettes des Trois Balais en douce.

J’accélère encore un peu.
Mangemort 32
Mangemort 32
Mangemort
Mangemort
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Dans les rues de Pré-Au-Lard - Page 54 Empty
Re: Dans les rues de Pré-Au-Lard
Mangemort 32, le  Sam 8 Déc 2018 - 22:03

Le temps est loin d'être des plus cléments en cette soirée hivernale. Le Corbeau a pourtant décidé de braver le blizzard plutôt que de profiter de la chaleur douce d'un intérieur confortable. Il n'y a pas de repos pour les Ténèbres affamées. Elles sont toujours à la recherche de nouvelles âmes à corrompre… Ou à détruire. Il a lancé un sort de réchauffement continu sur sa cape noire afin de ne pas être trop exposé aux températures glaciales qui lui gèlent le bec, et son ombre se déplace avec fluidité dans une danse silencieuse.

Il commence à douter de trouver qui que ce soit par un temps pareil. Et pourtant, à la sortie du village sorcier, une silhouette rendue flou par le blizzard se dessine. Un sourire prend place derrière le masque et il décide de la suivre. Un peu plus loin, pour s'éloigner un peu plus des dernières habitations qui pourraient le voir ou l'entendre. Bien que les conditions météorologiques rendent cela presque impossible, il préfère rester méfiant. Prudence est mère de sûreté, même pour les Masqués. Il gagne peu à peu du terrain, et reste pourtant en retrait, attendant le moment idéal pour fondre sur sa proie.

Bientôt, il transplane juste devant elle, apparition cauchemardesque dans un contexte qui l'est tout autant. Il se trouve alors face à une étudiante de Poudlard, vu l'âge de la demoiselle. Baguette en main, il la surplombe de toute sa hauteur. « Bonsoir, Miss. Nul besoin de tant se hâter. Un peu de compagnie pourrait vous faire le plus grand bien. » Il sait que l'aura ténébreuse suffit souvent à immobiliser les jeunes esprits. Mais Poisunus est prête si jamais l'autre veut jouer à la forte tête. Il n'est pourtant pas oiseau dont il faut tester la patience.

Il est cependant des plus calmes pour le moment. Il a appris que la communication peut parfois amener à de belles surprises lorsque l'interlocuteur est réceptif. Son ton doucereux est tout juste assez fort pour couvrir le bruit du blizzard environnant. Et il observe la gamine avec la plus grande attention. Les mimiques, le langage corporel, les tics nerveux... Tellement de choses qui permettent de savoir ce que l'autre pense sans pour autant qu'il ne le dise... Il devient peu à peu familier de tout cela. Le masque offre de nouveaux horizons.



Lou Gaellen
Lou Gaellen
Préfet(e)/Serpentard
Préfet(e)/Serpentard
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Dans les rues de Pré-Au-Lard - Page 54 Empty
Re: Dans les rues de Pré-Au-Lard
Lou Gaellen, le  Dim 9 Déc 2018 - 8:46

Alors que je continue d’avancer difficilement au milieu de cette tempête et que j’envisage de faire demi-tour pour me réfugier aux Trois Balais jusqu’à ce que ça se calme un peu, une silhouette apparaît subitement devant moi et le fait face. Heureusement que je regardais droit devant moi malgré le froid, car un peu plus et je lui rentrais dedans. Je m’arrête et la regarde, intriguée. Sur le coup, je ne comprends pas. Qu’est-ce qu’il fout là lui ? En pleine tempête ? Et puis je remarque la cape noire ... et le masque. On dirait une sorte d’oiseau au vu du bec qui dépasse.

Instinctivement, je sors ma baguette. Mais l’encapuchonné a déjà sorti la sienne. Elle est prête à servir. Et vu mes essais pas très glorieux en sortilèges, ce geste est encore plus inutile.

 « Bonsoir, Miss. Nul besoin de tant se hâter. Un peu de compagnie pourrait vous faire le plus grand bien. »

La voix est douce, mielleuse. Mais je sais que derrière cette façade, il n’y a que violence et douleur. Je ne suis pas bête, j’ai entendu les rumeurs, les disparitions, les tortures, tout ça ... je sais bien de quoi ils sont capables, ces gens là. J’hésite à m’enfuir. Ce serait inutile. Il transplantera une nouvelle fois devant moi. Autant essayer de fuir un rhinocéros en rut. Inutile quoi. Que puis-je faire d’autre ? Crier ? Encore une fois ce serait bien inutile. Le hurlement du vent masquerait le mien.

Personne ne sait que je suis ici. Quelle idiote je suis ! J’entends la voix de Kohane, si elle m’avait vu sortir de son bar à cette heure si tardive et avé ç ce temps, elle ne m’aurait certainement pas laissé partir. Je serais en train de déguster une bonne bièreaubeurre devant un bon feu de cheminée...

Une bourrasque qui manque de me faire tomber me ramène brutalement à la réalité. Je ne peux rien faire, à part gagner un peu de temps en espérant que quelqu’un d’aussi débile que moi ne passe par là. C’est désespérant... personne ne passera par là...

- Que ... que me voulez-vous ?

J’aurais voulu que ma voix transparaisse l’assurance. Mais au contraire, elle transpire la peur. Cette peur qui me glace le sang encore plus que le froid de la tempête.
Mangemort 32
Mangemort 32
Mangemort
Mangemort
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Dans les rues de Pré-Au-Lard - Page 54 Empty
Re: Dans les rues de Pré-Au-Lard
Mangemort 32, le  Mer 9 Jan 2019 - 19:07

Navré pour le délai de réponse.

La jeune fille a sorti sa baguette dans un réflexe inutile. Pense-t-elle réellement pouvoir rivaliser avec un membre de l'Ordre Noir ? Cette simple idée est risible. Nul ne peut se tenir sur votre chemin, et surtout pas une simple écolière, aussi douée soit-il. Elle n'essaie cependant pas de se servir de son bout de bois, marquant là sa première lueur de lucidité de cette rencontre. Le Corbeau ne peut qu'espérer que d'autres suivront. Peu importe ce que pensent la majorité des civils, lui sait qu'il n'est pas un monstre mais bien un défenseur de la liberté et de la Cause.

Les actes criminels perpétués par l'Ordre Noir ne sortent jamais de nulle part. Il faut ce qu'il faut pour ouvrir les yeux d'une population embrigadée et façonnée à suivre les règles tel un mouton suit le troupeau. Cette demoiselle transpire la peur. Sa voix tremble lorsqu'elle répond à 32, et son manque de confiance en elle ne fait que renforcer ce qu'il sait déjà : la société telle qu'elle est à présent ne fait que donner de pâles sorciers incapables de mesurer l'étendue que pourraient avoir leurs pouvoirs. Et c'est pour lui ce qui les effraient le plus, sinon pourquoi continueraient-ils à porter des oeillères après tout ce temps ?

Il ne tarde guère à répondre à l'adolescente. Mais s'il est bien celui qui est apparu devant elle, il n'a nullement l'intention de monopoliser la parole. Il veut avant tout savoir où se place son idéologie pour le moment, afin de pouvoir mieux orienter les choses par la suite. « Rien de plus qu'un peu de votre temps. Une discussion n'engage à rien. Commencez par ranger votre baguette, cela vous évitera sans doute de commettre une stupidité. » Il n'y a toujours aucune agressivité dans le ton utilisé. Il se contente d'énoncer un fait. Cependant, il est évident que la demoiselle a intérêt à obtempérer si elle ne veut pas s'attirer d'ennui.

Le Corbeau n'esquisse pour le moment pas le moindre geste. Il reste planté devant elle malgré les bourrasques de vent qui semblent de plus en plus violentes. Sa cape noire fouette le bas de ses jambes dans un entêtant frottement de tissu. Rien ne semble pouvoir ébranler cet oiseau des Ténèbres bien décidé à s'occuper d'une manière ou d'une autre de cette âme égarée dans le blizzard.
Rachel Ester Pasca
Rachel Ester Pasca
Ministère de la Magie
Ministère de la Magie
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Pas de matière optionnelle

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Dans les rues de Pré-Au-Lard - Page 54 Empty
Re: Dans les rues de Pré-Au-Lard
Rachel Ester Pasca, le  Lun 4 Mar 2019 - 22:16

RP unique

Lundi. 22h16
Le temps était trop doux pour elle. A part quelques bourrasques de vent bien fraîches rien ne laissait présager que l'hiver était tombé depuis plus d'un mois. Depuis son adolescence, Rachel s'était plutôt habituée à y voir de la neige. Partout. Tout le temps. Comme si c'était le seul temps qui convenait réellement à Pré-au-Lard. Ils était loin les jours d’insouciances...

Ester passa devant un bâtiment bien connu : celui d'une ancienne collocation foireuse. Il fallait bien avouer que le projet était voué à l'échec depuis son commencement. Puis elle passa devant un autre : qui lui rappela une longue liste de choses qu'elle avait encore à faire. Une longue liste de projets en court qui, si elle s'acharnait à vouloir tout faire, ne verrait peut-être jamais le jour.

La sorcière soupira. Il était temps pour elle de rentrer, mais avant trois coup de baguettes furent donner. Ne jamais renoncer.

Dans les rues de Pré-Au-Lard - Page 54 Waddiw11

Dans les rues de Pré-Au-Lard - Page 54 Affich10

Dans les rues de Pré-Au-Lard - Page 54 Affich11

HRP : Pour postuler à WaddiWasi ou au Chicaneur, référez-vous au sujet "boulot" du forum
Pour devenir un soutien pour les Aurors, prenez contacte avec Aleixeï Dragoslav.
Contenu sponsorisé

Dans les rues de Pré-Au-Lard - Page 54 Empty
Re: Dans les rues de Pré-Au-Lard
Contenu sponsorisé, le  

Page 54 sur 54

 Dans les rues de Pré-Au-Lard

Aller à la page : Précédent  1 ... 28 ... 52, 53, 54

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Pré-au-Lard ~¤~ :: Rues de Pré-au-Lard-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005.