AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Chemin de Traverse :: Allée des Embrumes
Page 15 sur 16
Minuit, l'heure du crime.
Aller à la page : Précédent  1 ... 9 ... 14, 15, 16  Suivant
Malicia Evans
Serpentard
Serpentard

Re: Minuit, l'heure du crime.

Message par : Malicia Evans, Mer 12 Juil 2017 - 20:43


RP avec Vhagar

Les veines pleines de produits, tu tentais de traverser la rue adjacente. Le corps sans force, les yeux qui se ferment sans que tu puisses le décider. Le froid s’empare de toi, la pluie trempe tes vêtements. Tu as l’impression que la réalité t’échappe. L’angoisse qui prend au tripes, les rues qui tournent autour de toi. Alors dans un dernier effort, tu t’appuies contre le mur pour échapper à l’eau. La vue brouillée, la seule main encore dotée de sensation s’appuie contre la pierre des immeubles pour te tenir debout.

Personne.
T’es seule.
Tu l’as toujours été.
Et ce soir en est une représentation parfaite.

Les jambes qui te lâchent, ton corps qui glissent au sol lentement. Ta peau est pâle et les yeux se révulsent. Cette fois-ci, tu as beaucoup trop abusé. Tu ne vas pas passer la nuit, c’est sûr. La tête qui se laisse retomber contre le mur dans un bruit sourd, ton énergie vitale qui te quitte au fur et à mesure que le temps passe. Sans que tu ne contrôles quoique ce soit, ta respiration qui s’accélère et qui t’empêche de rester immobile. Dans des mouvements incontrôlés, tu te balances d’avant et arrière pour essayer de se calmer et d’éviter la crise d’angoisse. Puis tu te laisses tomber au sol, à la limite de l’inconscience.

Seule.
Revenir en haut Aller en bas
Vhagar Meraxès
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Animagus : Once
Permis de Transplanage


Re: Minuit, l'heure du crime.

Message par : Vhagar Meraxès, Jeu 13 Juil 2017 - 17:34


Maux croisés
@Malicia (LA accordé)



     Rencontre des plus improbables. En un mois, l'impression de rencontrer plus de masques que de personnes normales, sur lesquelles mettre un visage. Était-ce un signe que l'Ordre passait peu à peu plus à l'action, ou peut-être pas. De nouvelles recrues, ou de nouvelles retraites. Il n'en savait rien, mais les temps changeaient. L'heure était peut-être arrivée pour lui de se lancer dans ses plans à son propre compte. Allié du mal et de la révolte, il ne tremblait pas, mais chaque fois qu'un nouveau masque lui apparaissait, il sentait son sang faire quarante tours dans ses veines avant de se figer. Esprit serein dans un corps craignant, obligé de s'obliger à se persuader qu'il est leur allié alors que chaque instant peut faire tomber la goutte d'eau qui fait sortir les baguettes. La pluie avait d'ailleurs commencé à tomber en trombe. Ne pouvant y voir à plus de mètres devant soit, le Nordique apprécia cependant la fraîcheur apportée par le ciel. Il laissa le déluge imprégner ses vêtements, laissant au sec le bois de sa baguette dans son fourreau imperméable. Ses cheveux tombèrent les uns après les autres sur son front, diminuant encore le champ de vision déjà perturbé. D'une main il plaqua les mèches sur le haut de son crâne, et essuya un minimum son visage dégoulinant.

     Il marchait. Le chemin le plus long mais le plus reposant jusqu'à Whitecomb street. La soirée avait décidément été riche en adrénaline, bien qu'il n'ait finalement pas sorti longtemps sa baguette. Une nouvelle obscure rencontre pour une nouvelle fois réaliser qu'il était du bon côté. Il aurait pu transplaner, ne pas se laisser le temps de la réflexion, mais il aimait passer le temps seul. Parfois même ses amis les plus chers qui l'attendaient à son foyer étaient de trop lorsque qu'il requerrait le besoin de se poser les bonnes questions, seul. Les rues de l'allée des embrumes étaient toujours aussi sales, toujours peuplées malgré le temps et l'heure avancée. Mais ils parlaient étonnement beaucoup moins. Tous avachis sous des abris de fortune pour éviter une averse qui leur ferait plus de bien que de mal, à ces âmes perdues qui perdurent dans leur ignorance et leur refus de se sortir de là. Et il n'avait aucune pitié pour ceux qui rechignait à faire ce qu'il faut pour parvenir au bout de leurs ambitions. Il les laisserait la, mourir, se noyer dans les flaques d'eaux qui prenaient de plus en plus de volume. Terminer leur vie comme il l'auront débuté. Des idiots.

    Rencontre des plus improbables. Vhagar passa la vitrine de Barjow et Beurk. Il s'était vraiment loin enfoncé pour une simple balade, pour une simple visite, coïncidence, croisade d’événements imprévisibles au rendez-vous. Et telle ne fût pas sa réaction lorsque parmi la foule au sol, quoiqu'un peu isolée des autres, il aperçu une femme dont la chevelure lui rappelait celle de sa mère. Un blond magnifiquement platine, noyé dans une boue de poussière et de pierre mal entretenue. Il la voyait malgré ses yeux qui chaque cinq mètres absorbaient une nouvelle goutte, mêlant maigre douleur à lourde gêne, s'approchant pas à pas sans faire de biais dans son chemin. Il tourna le regard vers la route, passant à côté de cette femme intrigante, à demi-morte. Il n'accorderait pas de temps pour une simple clocharde. Quoique.

     Un simple dernier coup de regard alors qu'il était au plus proche, et ce fût la surprise. Il décida finalement d'aller jeter un œil. Il reconnu en elle un visage familier, une femme obstacle qu'il aurait laissé mourir quelque part quelques mois plus tôt. Ou même plus loin encore dans le temps. Il sorti une main d'une poche, s'accroupissant auprès d'elle, et dégageant une mèche de cheveux pour l'identifier de plus belle. Il ne connaissait pas son nom, mais le monde était assez petit pour que ses souvenirs lui rappelle un labyrinthe en Amazonie, en compagnie de ce bon vieux Ian Benbow. Une quête inachevée. Vhagar se releva. Ne sachant pas trop quoi faire, hésitant à lui venir en aide, hésitant à faire comme s'il n'avait rien vu. De toute manière, vu l'état dans lequel elle était, elle ne risquait pas de se souvenir de sa visite.

     Un élan de bonté souleva alors le Nordique, qui attrapa la jeune femme sous les genoux et par les épaules. Elle était froide comme un Nordique, et pâle comme un Nordique. De quoi faire rougir un viking, à coup sûr. Les yeux à moitié ouverts, sans la moindre tâche d'iris tant les pupilles se dilataient encore et encore. Elle était complètement droguée, shootée à une m**de dont il ne préférait pas connaitre la source ni les bons effets. La meilleure option aurait été de transplaner chez lui, à l'abri et au chaud, mais Vhagar mal informé sur les effets de la drogue songea aux méfait d'un tournoiement infernal de crâne suite à un simple crac de quelques secondes. Il la porta un moment, qui ne fût pas bien long tant elle n'était pas bien lourde. Il s'asseyait sur un banc, posa doucement la tête de Malicia, oui, c'était Malicia son nom, sur sa cuisse toujours plus confortable que la pierre de l'assise. La pluie lui tombait sur la tête, mais ça pouvait difficilement lui faire plus de mal que ce qu'on lui avait infligé. Il sorti sa baguette, poussant le bras de la jeune femme par la même occasion. Il n'était pas spécialement un délicat. Revigor. Il n'était pas médicomage, donc il ne pouvait pas vraiment faire mieux. Fallait-il espérer que cela soit suffisant.
Revenir en haut Aller en bas
Malicia Evans
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Manumagie (Niveau 1)


Re: Minuit, l'heure du crime.

Message par : Malicia Evans, Mar 1 Aoû 2017 - 18:23



Ce noir qui bouffe l’âme pour ne laisser qu’une silhouette trouée
Abîmée par la vie qu’elle mène contre sa volonté
La mort liquide qu’elle avale sans relâches
Et l’infâme vérité qu’elle se cache

Tu es tout simplement une cause perdue. C’est peut-être mieux ainsi ? Tu sais, si ta vie se termine ce soir, sous cette pluie diluvienne, invisible aux yeux des passants, ça conclurait parfaitement ta misérable existence. Tu es née dans une famille où l’amour n’est qu’une illusion et où la solitude est la seule chose que l’on te fait ressentir constamment et tu vas probablement mourir dans un endroit où la solitude n’est même pas voilée.

Ta vitalité te fuit et le froid prends possession de toi encore un peu plus. Ton corps est pris de frissons. Tu sens que tu t’élèves comme si tu étais plus légère. Peut-être montes-tu là-haut, peut-être que tu es tellement perchée que tu ne ressens même plus la gravité ou peut-être simplement, que quelqu’un t’es venu en aide. Tu voudrais bien ouvrir les yeux, essayer de comprendre ce qui se passe mais c’est impossible, tu n’arrives à rien. Tout échappe à ton contrôle.

Un regain d’énergie te permet d’entrevoir la personne qui s’attelle à te garder en vie. Les gouttes de pluie coulent le long de ton visage, tes cheveux se plaquent contre tes joues et suivent la forme de ton cou. Ton buste qui se relève de quelques centimètres et ta bouche qui s’ouvre à la recherche de l’air manquant. Tes paupières clignent légèrement avant de s’ouvrir lentement, ton regard croise celui de l’homme qui te tient dans ses bras.

« - Qui es-tu ? »

Dans la logique, tu t'attends à voir Leo. C'est toujours lui qui est là pour te rattraper. C'est lui qui te sauve de tes conneries, qui essaie de te sortir de tes habitudes. Mais là, c'est différent. Tu ressens les choses différemment, ce n'est pas la même personne, ce n'est pas les même émotions qui tourbillonnent dans ton ventre. Il y a, pour cette fois, quelque chose de différent.
Revenir en haut Aller en bas
Vhagar Meraxès
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Animagus : Once
Permis de Transplanage


Re: Minuit, l'heure du crime.

Message par : Vhagar Meraxès, Ven 1 Sep 2017 - 17:38






Sorry, retard, vacances, toussa


     Si cela n'avait été que la conséquence d'une bonne beuverie un soir de Saint Patrick, le Nordique se serait contenté d'être sûr qu'elle ne clapse pas si tôt qu'il serait parti. La jeune femme était dans un état épouvantable, vêtements noyées par la boue et la crasse. Elle avait mal choisit l'endroit pour s'effondrer, à vrai dire. Il ne fallut pas plus d'une seconde ou deux pour qu'elle semble reprendre un peu ses esprits. Mais un sortilège aussi simple pouvait-il purger le mal dans le sang d'un corps aussi délié? Rien n'était plus évident que non. Elle ouvrit néanmoins les yeux, soulevant sa poitrine pour reprendre de l'air. Elle lui demanda qui il était, et ça n'était pas tellement une surprise qu'elle ne se rappelle pas. Ils n'avaient pas vraiment parlé, aucun des deux n'étaient parti dans la jungle amazonienne pour faire copain copain, et si les symptômes d'une toxicomane étaient proche de ceux d'un alcoolique, elle le voyait sûrement en demi-double. Et si la tête tourne, celle-ci est mieux droite qu'à l’horizontale. Alors il la prit par l'épaule, la relevant jusqu'à ce qu'elle soit assise. Elle serait surement mieux ainsi. Il ignora sa question, pour le moment.

     - Je suis pas un expert en drogue dure, mais garde les yeux ouverts, on sait jamais.

     De toute manière, vu la pénombre, ouvrir ou fermer les paupières ne changeait pas grand chose. Et puis, si cela avait un quelconque intérêt pour sauver d'une overdose de quoique-ce soit autre que l'alcool. Il savait parfaitement comment gérer l'ivresse, et il ferait comme si c'était pareil, à peu de choses prêt. Vhagar dévêtit sa veste en cuir, et la posa sur les épaules de Malicia. Un peu de chaleur lui ferait le plus grand bien, et lui ne craignait pas vraiment d'avoir froid, surtout en Angleterre.
Revenir en haut Aller en bas
Malicia Evans
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Manumagie (Niveau 1)


Re: Minuit, l'heure du crime.

Message par : Malicia Evans, Dim 10 Sep 2017 - 21:20


Je ne veux pas dépendre des autres. J’en ai marre d’être récupérée. Si j’avais eu assez d’énergie, j’aurais probablement repoussé de toutes mes forces l’homme en face de moi mais il est là, près de moi. Je sens ses mains sur moi et cette fois-ci, ça ne me dérange pas. Je n’ai pas de frissons, je ne ressens même pas de peur. Alors qu’il me redresse, je croise son regard et m’y perds quelques instants. Je ne comprends pas pourquoi j’agis comme ça. Moi qui, d’habitude, suis froide, distante voir méchante là je me laisse faire, j’ai l’impression d’être vulnérable.

Il baragouine un truc à propos des drogues mais je n’arrive pas à comprendre clairement ce qu’il me raconte. Je lui signifie que j’ai entendu ce qu’il dit par un lent hochement de tête. Mes yeux ne demandent qu’à se fermer mais je lutte. Je continue de lutter sans réellement savoir pourquoi. Je sens quelque chose se poser sur mes épaules. Des frissons apparaissent et j’attrape les pans de la veste pour les refermer sur moi.

Et ma tête se laisse tomber sur le côté pour se poser sur l’épaule de l’homme assis près de moi. D’habitude, je serais en train de me contrôler, un minimum. Je ne me repose pas sur les autres, je ne suis pas celle qui fait preuve de faiblesse, je n’aime pas montrer cette partie de moi. Mais cette fois-ci, je décide de lâcher prise.

« - Merci. »
Revenir en haut Aller en bas
Vhagar Meraxès
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Animagus : Once
Permis de Transplanage


Re: Minuit, l'heure du crime.

Message par : Vhagar Meraxès, Jeu 19 Oct 2017 - 15:05









     Qu'est-ce qu'il pouvait bien être entrain de faire. Un homme qui d'habitude ne prenait pas la peine de lever un simple doigt pour un inconnu, d'aider ses partenaires à moins que le jeu en vaille la chandelle. Assis dans un désœuvrement qui ne lui sied pourtant guère, il se surpris à ne pas se laisser guider par son propre chemin, cette fois-ci. C'était peut-être Malicia qui retrouvait un peu de chaleur, ce contact surprenant mais pas le moins du monde désagréable qui vint poser la tête toute trempée de la jeune femme sur son épaule. Il posa sa main sur la sienne, comme s'il était normal de serrer une inconnue dans ses bras, surtout pour un Nordique si distant socialement. Il mettrait ça sur le compte de l’hypothermie, même s'il savait son manteau bien chaud et imperméable. Des doigts vinrent faire des aller-retours dans son dos, comme pour ajouter un peu de confort à un peu de chaleur. Son sortilège semblait avoir plus ou moins fonctionné, mais pas besoin de dons de magie pour reconnaître un état encore convalescent.

     - Ça m'étonnerait que tu me remette tout de suite, mais on s'est vu en Amazonie, il y a quelques temps. Je suis Vhagar.


     La pluie se calma un peu. Les cordes devinrent cordelettes. Des tombées agréables les jours chauds. Le ciel était toujours aussi noir, et les rues toujours aussi vides. Drôle de coin et drôle de temps pour ce genre de rencontre.
     
Revenir en haut Aller en bas
Malicia Evans
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Manumagie (Niveau 1)


Re: Minuit, l'heure du crime.

Message par : Malicia Evans, Mar 24 Oct 2017 - 1:02


Mon corps se réchauffe peu à peu. Je n’arrive pas à distinguer les raisons de ce réchauffement mais pour une fois, je décide de me laisser aller. Les pressions qu’il effectue dans mon dos aident à me détendre et à calmer mon mauvais trip. Il y a sa main qui enserre la mienne et je ne réagis qu’à peine. Je ne comprends pas vraiment ce qu’il fait mais je fais comme si c’était normal. Je n’ai jamais vraiment eu l’habitude de ce genre d’attention.

Et alors que la pluie se calme, son nom résonne au creux de mes oreilles. Vhagar. Un nom que je répétais inlassablement dans ma tête jusqu’à ce que mes souvenirs se remettent en place. Il avait été là en Amazonie. C’est avec lui que je suis restée coincée dans le labyrinthe. Je détache ma tête de son épaule pour le regarder pendant de longues minutes.

Nous n’avions pas montrer une grande affection l’un pour l’autre pendant le voyage en Amazonie. Pourtant, nous étions là l’un contre l’autre, je restais emmitouflée dans sa veste et ne ressentais pas l’envie de le repousser. La nuit était déjà bien entamée et il n’y avait personne autour de nous.

« - Pourquoi tu m’as aidé ? »

Il ne me connaît pas vraiment. Il ne sait absolument rien de moi, j'ai une certaine réputation qui me précède. Et pas une des plus belles. Je n'arrive pas à comprendre pourquoi il est là. Pourquoi il m'a sauvé. Pourquoi il reste. Il n'aurait pas dû m'aider, il aurait dû me laisser à mon mal comme d'autres l'auraient fait.
Revenir en haut Aller en bas
Ariana Hastings
avatar
DirectionSerdaigle
Direction
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Minuit, l'heure du crime.

Message par : Ariana Hastings, Dim 7 Jan 2018 - 21:55


Pas de réponse depuis un moment, je me permets donc de poster.

Petit RP avec Elly


La nuit, tous les chats sont gris, comme dit l'expression. Quand elle était petite, Ariana commençait à avoir peur dès le coucher du soleil. Elle n'aimait pas l'obscurité et les créatures qui pouvaient s'y dissimuler. En grandissant, on apprend à regarder les choses différemment. Maintenant, quand il fait nuit elle voit les étoiles, les constellations, la galaxie. Les créatures sont toujours présentes dans l'obscurité, mais elle n'en a plus peur, elle en fait même presque partie. Elle passe beaucoup de temps dans la nuit, quand la boutique ferme ses portes tard, quand elle sort en douce de l'Atelier avant que Seth ne la voit, ou quand elle se balade juste sous les étoiles pour recharger ses batteries.

Et cette nuit-là, qu'importe le scénario, elle marchait sous une légère brise hivernale, ses bottines claquant sur les pavés, profitant de chaque instant de solitude que la nuit lui offrait – sa baguette magique à portée de main, juste au cas où. L'Allée des Embrumes était beaucoup moins effrayante que la légende ne voulait le faire croire, surtout quand elle faisait partie de son quotidien. Les ombres rôdent toujours pourtant, et cette ombre-là, elle ne s'y attendait pas. Elle sursauta quand elle l'aperçut, dans un coin sombre la ruelle, et agrippa sa baguette un peu plus fort avant de s'approcher, doucement. Elle aurait du continuer à marcher, la règle d'or était d'ignorer ce genre de personnages dans ce genre d'endroits peu fréquentables, mais elle se sentait d'humeur courageuse ce soir-là. Alors elle s'approcha.
Revenir en haut Aller en bas
Elly Wildsmith
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Renard de Magellan)
Legilimens


Re: Minuit, l'heure du crime.

Message par : Elly Wildsmith, Mar 9 Jan 2018 - 22:11


Sortir, un soir où il n’était pas là pour s’aérer l’esprit.

Echouer dans un bar, un soir où il n’était pas là pour te surveiller, pour veiller.

Boire, un peu, peut-être trop, un soir où il ne se rendrait pas compte de ta déchéance.

Il ne t’avait pas fallu beaucoup d’alcool pour t’abîmer l’esprit, comme s’il était déjà partis ailleurs, dans d’autres contrées, dans d’autres saveurs. Boire pour oublier. Ca n’arrangeait pas les choses, tu le savais, mais qu’importe.

Pour autant, tu n’étais pas ivre morte. Non, tu avais juste l’esprit ailleurs, un peu voyageur, un peu vagabond. Parce que tu avais besoin de respiration, de sortir de ce carcan d’auror qui ne t’allait plus aussi bien que dans tes débuts. Le corps endolori par les missions, l’âme meurtrie par les divergences, par l’incompréhension.

Tes pas te portaient doucement, d’abord sur le Chemin de Traverse puis sur l’allée des Embrumes. Comme si tu y cherchais les ennuis, comme si tu avais besoin de confrontation. Finalement, juste une silhouette pour se rapprocher de toi. Baguette à la main, au cas où. Ne jamais être sure de rien. Ni des alliés, ni des ennemis. Et reconnaitre, la silhouette, murmure sur tes lèvres, comme pour une confirmation « Ariana ? »
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Ariana Hastings
avatar
DirectionSerdaigle
Direction
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Minuit, l'heure du crime.

Message par : Ariana Hastings, Mer 10 Jan 2018 - 2:20


Plus elle s'approchait, plus la silhouette était reconnaissable. Et puis, la voix se dévoila, complètement nue, complètement inattendue.

« Elly ? »

Elle aurait peut-être dû l'appeler Miss Wildsmith, mais dans l'instant ça n'avait pas semblé approprié. La rencontre n'était pas assez formelle, et l'Aurore n'était justement pas dans son rôle d'Aurore. Au contraire, elle avait l'air… Ariana n'aurait jamais osé utiliser le terme "bourrée", surtout en telle compagnie, mais la jeune femme n'était pas loin de ça. Disons, joyeuse, pompette, pas sobre quoi. La cheffe des Aurors, qu'Ariana tenait en si haute estime, sentait l'alcool et ne marchait pas tout à fait droit. La vision aurait pu être comique si elle n'était pas si proche du tragique. On ne pourrait certainement pas qualifier les Aurors "d'élite de la nation", mais on pouvait tout de même les tenir à une certaine rigueur. Rigueur que leur cheffe en personne semblait avoir oublié ce soir-là.

Et Ariana resta plantée là, à la regarder pendant un moment, sans trop savoir quoi faire, ni comment réagir. Devait-elle continuer sa route ? Lui tenir le bras pour la raccompagner chez elle ? Attendre le lever du jour et prêter serment auprès d'un groupe illégal qui abusait moins de la boisson ? Finalement, elle ne fit rien de tout ça, et opta pour un petit sourire compatissant.


« Tout va bien ? »
Revenir en haut Aller en bas
Elly Wildsmith
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Renard de Magellan)
Legilimens


Re: Minuit, l'heure du crime.

Message par : Elly Wildsmith, Jeu 11 Jan 2018 - 19:16


L’esprit embrumé, les vapeurs d’alcool dans les yeux, tu la regardes, tu clignes des yeux. L’incompréhension se propage entre vous deux, comme surprises de tomber l’une sur l’autre. Tu n’es pas totalement saoule, pas totalement nette non plus. En gros, tu es bien, un peu loin de ton rôle d’auror. Elle te pose une question qui te fait arquer un sourcil, un peu interloquée tu lui réponds « Oui, merci et toi ? ». Ce n’est pas parce que tu as bu que tu es foncièrement différente, tu es juste un peu plus … enfin, un peu moins … ministérielle peut-être.

Du coup, tu ne vises plus la jeune femme de ta baguette – ce serait tout de même un peu limite puisque tu la connaissais bien après tout. C’était l’une de tes alliées, tu l’avais rencontré, sélectionné et entraîné. Il aurait été bête de lui faire désormais quand même. Tu étais un peu imbibée, mais pas totalement bête. Tu ne lui demandes pas pourquoi elle se trouve ici, car tu sais que la jeune femme travaille dans le quartier peu recommandable dans lequel tu te trouves. Tu t’en formalises pas – et si c’était le cas ce serait un peu hypocrite – après tout, tu vivais bien avec un mangemort.

Tu l’observes alors, comme si elle était interloquée par ta présence, ou pas ton comportement, alors dans un murmure, tu lui indiques « Je ne suis qu’une femme comme les autres Ariana tu sais ». Un soupir s’extirpe de tes lèvres, ce n’était que l’amère vérité.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Ariana Hastings
avatar
DirectionSerdaigle
Direction
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Minuit, l'heure du crime.

Message par : Ariana Hastings, Dim 14 Jan 2018 - 19:10


Elly semblait surprise par la question d'Ariana, « Oui, merci et toi ? ». L'ancienne Serdaigle laissa échapper un léger sourire et secoua la tête, épatée par le manque évident lucidité de l'aurore, bien sûr qu'elle allait bien, ce n'était pas elle qui avait abusé de la boisson. Et puis, Elly se mit à la fixer intensément. Ariana n'était pas des plus à l'aise sous un regard soutenu comme celui-ci, elle se balança d'un pied sur l'autre, ses propres yeux noisettes évitant ceux de sa mentor.

« Je ne suis qu’une femme comme les autres Ariana tu sais »

La déclaration était simple mais efficace. Ariana releva la tête.

« Je… Je n'ai jamais... »

Elle essayait de se défendre, mais elle n'avait rien, aucune substance à ajouter. Oui, peut-être qu'elle mettait un petit peu Elly sur un piédestal, mais après tout elle était la cheffe des aurors, n'est-ce pas ?

« C'est juste que... »

Elle soupira. Comment expliquer à quel point il était décevant de voir quelqu'un qu'elle admirait dans un tel état d'ébriété ?

« Je ne suis pas habituée, c'est tout. » finit-elle par avouer.

Elle n'était pas certaine elle-même de ce qu'elle entendait par là, mais elle espérait que l'aurore comprendrait.
Revenir en haut Aller en bas
Elly Wildsmith
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Renard de Magellan)
Legilimens


Re: Minuit, l'heure du crime.

Message par : Elly Wildsmith, Dim 21 Jan 2018 - 22:23


Un soupir se meurt sur tes lèvres alors que tu comprends, que tu ressens, que tu perçois la déception dans ses yeux. Elle murmure quelque mot alors que ses yeux sont ancrés dans les tiens. Tentative de défense avortée dans l’œuf, alors qu’elle t’avoue à demi-mot qu’elle n’est pas habituée. Tes sourcils s’arquent sur ton front : tu as bu, mais pas autant que cela. Enfin, tu es un peu euphorique. Mais pas de quoi te rendre malade demain – Evan t’en voudrait beaucoup trop.

- Tu as du mal Ariana ? A comprendre que malgré ma fonction, malgré les responsabilités qui m’incombent, j’ai moins aussi mes faiblesses ? J’ai moi aussi mes problèmes ? Mes angoisses, mes doutes ? Je ne suis pas surhumaine.

Aveux de faiblesse sur le parvis de l’allée des Embrumes. Voilà qui était étonnant de ta part, d’autant plus à une alliée. Mais c’était Ariana, c’était une adulte, elle avait le droit à la vérité. Le ministère n’était pas tout rose, il n’y avait pas que des éclats de gloire sous les feux des projecteurs. Non, il y avait les douleurs, les latences, les regrets, les questions … et ce soir, tout cela t’avais pris en pleine face.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Ariana Hastings
avatar
DirectionSerdaigle
Direction
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Minuit, l'heure du crime.

Message par : Ariana Hastings, Mer 14 Fév 2018 - 15:36


Non, elle n'avait pas de mal à le comprendre, elle n'était elle aussi qu'humaine après tout, mais, pour une raison qu'elle aurait du mal à expliquer par elle-même et qui méritait probablement plusieurs séances de psychothérapie, elle avait du mal à l'accepter. À accepter que quelqu'un qu'elle respectait, quelqu'un dans une position de pouvoir par rapport à elle, son aînée, soit pleine de défauts. Tout le monde l'était, mais les figures d'autorité, face à son cœur encore emprunt d'enfance et de conflits non résolus, étaient supposées être parfaite, ou, au moins, à en donner l'impression.

Et face à cette Elly pas vraiment professionnelle et joyeusement ivre, Ariana comprit que sa façon de penser n'était peut-être pas des plus saines.


« C'est vrai. » admit-elle sans toutefois être moins impressionnée face à l'élite des Aurors. « Je suis désolée. »

Elle était une adulte maintenant, seulement 18 ans, mais tout de même adulte légalement et de par sa façon de vivre – un travail, son propre appartement, et tout ça – mais elle était toujours une petite fille face à Elly et elle n'était pas sûre d'arriver un jour à la considérer en tant qu'égale.
Revenir en haut Aller en bas
Elly Wildsmith
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Renard de Magellan)
Legilimens


Re: Minuit, l'heure du crime.

Message par : Elly Wildsmith, Sam 24 Fév 2018 - 22:12


La jeune femme te laisse un simple « C’est vrai », avant de te dire qu’elle était désolée. Tu hoches la tête sans vraiment comprendre pourquoi elle s’excuse. T’as la bile au bord des lèvres, non pas à cause de l’alcool mais pour tous les événements récents qui se sont passés. Tu n’as pas le cœur à discuter, tu n’as pas le désir d’en dire davantage, surtout que la jeune femme semble être plutôt bouleversée de te croiser ainsi.

Tu hausses les épaules, indiquant simplement « Je dois y aller » avant d’ajouter dans un sourire « A bientôt, peut-être ? » parce qu’il n’y avait rien de plus à ajouter. Parce que rien de ce que tu aurais pu dire, aurait pu faire changer le regard de la jeune femme sur toi, sur sa déception lisible sur son visage et sur ses traits. Et que tu n’avais pas le courage des grandes discussions. Pas ce soir, pas maintenant.

Peut-être plus tard, lors d’une autre soirée, d’un autre échange. Mais pas de suite, tu n’en avais pas les capacités cognitives actuellement. Alors, après un dernier regard à Ariana, tu lui laissas un « Au revoir », suivi d’un rapide geste de la main alors que tu continuais à tracer ta route pour rentrer dans le confort de ta maison.

- Départ d’Elly –
Merci :kiss:
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Ariana Hastings
avatar
DirectionSerdaigle
Direction
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Minuit, l'heure du crime.

Message par : Ariana Hastings, Ven 9 Mar 2018 - 3:25


Elly haussa les épaules vaguement, comme si elle s'ennuyait, et annonça qu'elle devait y aller avant d'offrir un dernier sourire à Ariana.

« A bientôt, peut-être ? »

Oui, à bientôt. Et l'ombre disparut.

La nuit, tous les chats sont gris, et Ariana n'avait plus peur du noir. Elle leva la tête vers les étoiles, essaya de repérer les constellations qu'elle connaissait. La cheffe des Aurors se laissait aller à boire, le monde n'était pas manichéen, et les enfants grandissent. Ils apprennent, à travers désillusions, petites conversations ou grandes aventures que la vie n'est pas aussi simple qu'ils l'imaginent, que l'obscurité n'est pas toujours le phénomène le plus effrayant, et que, quelques fois, les adultes déçoivent.


« A bientôt. » Ariana répéta dans le vide, à personne, à tout le monde, à Elly qui était déjà partie, à la rue endormie, aux étoiles, à elle-même...



Fin du RP
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Minuit, l'heure du crime.

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 15 sur 16

 Minuit, l'heure du crime.

Aller à la page : Précédent  1 ... 9 ... 14, 15, 16  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Chemin de Traverse :: Allée des Embrumes-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.