AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Autres Lieux Magiques ~¤~ :: Les villages
Page 2 sur 2
[Habitation] Villa Séléné
Aller à la page : Précédent  1, 2
Azphel
Maitre de JeuSerpentard
Maitre de Jeu
Serpentard

Re: [Habitation] Villa Séléné

Message par : Azphel, Mer 08 Aoû 2012, 13:27


[huit mois après la dernière apparition d'Azphel..]


---------Les mois étaient passés lentement, avec une longueur interminable et éreintante pour Azphel. Retranché dans son manoir, il était resté reclus du monde sorcier qui l'avait vu naître et dans lequel il avait grandi. La douleur de l'année passée était encore bien présente et le bruit des glaçons qui tournaient dans le whisky au creux de sa main ne la rendait pas moins douloureuse. Il se massa inconsciemment l'épaule, là où la louve l'avait agressé. Il ne se rappelait que le nom qu'elle avait bien voulu lui donner, Belle, et la déception amère qu'elle lui avait laissée - en plus de son cadeau animal. Un moment, il avait cru trouver quelqu'un qui semblait s'intéresser autant à lui que l'inverse, mais force était d'avouer que la manœuvre était intéressée. Azphel, coureur de jupons amateur qui avait longtemps songé passer pro, n'avait jusqu' alors jamais imaginé que ses petites chasses quotidiennes se retourneraient un jour contre lui.

Sa dernière transformation remontait à quinze jours, mais le traumatisme était toujours présent.

-----Il remua encore son whisky dans sa main et l'avala d'une gorgée avant de briser le verre sur l'accoudoir de sa chaise. Il faisait frais là où il se trouvait, une fraîcheur qui contrastait avec la vague de chaleur qui lui montait au crâne. Un jais de lumière étincelant l'éblouissait bien que la pièce était plongée dans une pénombre totale. Elle suintait d'humidité. Il se releva pour laisser apparaître dans le champ de lumière l'armature d'une chaise de prisonnier à laquelle il avait soudé des chaînes magiques pour les bras et les jambes. Le bruit du verre brisé craqua sous ses pas et il quitta son propre cachot, situé sous son manoir, une bouteille à la main.


---------Il remonta les longs couloirs en titubant jusqu'à son salon et ouvrit les portes fenêtres pour rejoindre sa terrasse. Il était neuf heures du matin et le soleil était aveuglant. Devant lui, en contrebas de la colline où avait été érigé son manoir, on pouvait distinguer forêts et plaines qui défilaient. Plus au loin, Londres étouffait la beauté de ce paysage avec son urbanisme écœurant. Londres, quel bordel, pensa le sorcier. S'il était resté les huit derniers mois cloîtré dans son manoir le plus possible, pour s'habituer à sa lycanthropie, il avait eu l'occasion de se rendre plusieurs fois dans la capitale pour y quérir des conseils ou se ravitailler en potion tue-loup. Mais l'agitation provoquée par les jeux olympique lui donnait la nausée. Trop de monde, de bruit, de bordel.

-----Malgré cela il reprenait un goût certain à la vie et manifestait une envie croissante de retrouver l'extérieur. En cette journée, il voulait prendre l'air, voir du monde, pourquoi pas des gens qu'il connaissait. Il s'était sentit mourir et l'avait même cru un moment, avant de comprendre brutalement ce qui lui était réellement arrivé. Le pire dans tout cela c'est qu'avant d'être transformé il était convaincu que sa mort était imminente et que son cancer aurait eu raison de lui. Mais quelque chose s'était produit et la malédiction qui le frappait maintenant avait aussi eu un effet inverse sur sa maladie. Il ne se l'expliquait pas vraiment, peut-être qu'à la suite de sa morsure son organisme chamboulé avait fourni davantage d'anticorps, suffisamment pour combattre la maladie. Au fond cela n'avait pas d'importance, Azphel avait maintenant la vie devant lui, une vie entachée par un fardeau démoniaque...


----------... Les heures de la matinée écoulée, il s'était mis en route vers le pourtour londonien de bonne humeur, une humeur entretenue par son taux d'alcoolémie qu'il avait veillé à maintenir proche des un gramme. Il n'était pas rasé depuis trois jours, mais il avait fait l'effort de soigné sa coiffure et s'était habillé d'un de ses vieux costumes noir qui dormait dans son placard, classieux et sobre, mais le "S" brodé de vert et d'or sur le coeur n'y tromperait pas les sorciers aguerris. Préférant éviter les artères de la capitale anglaise, Azphel transplana finalement. Quelques secondes après il réapparut dans la petite bourgade de Loutry sainte Chaspoule. Il ne savait pas où il voulait aller mais il n'avait pensé qu'à une seule personne sur le moment ce qui l'avait naturellement amené ici. Il ne l'avait pas revue depuis longtemps et il se demandait bien ce qu'était devenue cette sorcière, qui était au passage une aventure passée d'Azphel. Mais les temps sont soumis au changement et il ne venait pas la voir pour cela. De plus, il s'interdisait les rapprochements dangereux avec sa condition au poil, un acquis de conscience bénéfique qui lui éviterait de répéter ses grosses erreurs passées.

-----Il était tombé sur l'adresse de Lily Gordon dans un journal qui recensait les historiques de ventes et d'achats de propriétés des sorciers, non pas qu'il s'intéressait vraiment à l'immobilier mais le nom de la sorcière l'avait frappé et il avait retenue l'information inconsciemment. Après avoir tourné en rond pendant un moment dans le village, il trouva un peu à l'écart la résidence qu'il cherchait. Elle était aussi isolée que discrète et on y voyait un amas d'arbres qui dépassaient du jardin. Deux choses frappèrent le sorcier, d'une part que le coin devait être aussi calme et plaisant que ne l'était la campagne de son manoir. D'autre part, la maison de Gordon était ridiculement petite.


---------- Il remonta l'allée principale pour rejoindre la porte d'entrée, se doutant bien que les alentours de la villa devaient être truffés de sortilèges de détection et qu'elle l'entendrait surement arriver. Il se demandait ce qu'elle était devenue, peut-être Gordon était elle mariée maintenant ? *beurk* Cette idée le répugna. "Quoique, avec tous les mecs qu'elle se tapait"... En y réfléchissant, il admit que le mariage était d'ailleurs, probablement même, une meilleure perspective d'avenir que le dépeçage d'enfant à chaque pleine lune... Il sortit de sa veste de costume une cigarette d'un paquet qu'il reposa dans sa poche avec sa baguette. Il tira une longue bouffée avant de frapper à la porte.

Revenir en haut Aller en bas
Lily Gordon
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage



Re: [Habitation] Villa Séléné

Message par : Lily Gordon, Jeu 09 Aoû 2012, 22:44


Faire des choix… La vie n’est que décisions et chemins à prendre. Lorsque nous choisissons la bonne route, nous voyons en l’avenir une promesse de sérénité. Lorsque nous empruntons un mauvais sentier, nous hurlons contre l’implacable destin et la malchance universelle. Combien de fois n’avez-vous pas regretté d’avoir connu certaines personnes, avec l’envie de rayer toute une époque de votre vie, reniant les bons moments qui autrefois vous avaient comblé ? La vie est un long plan séquence, qui va de la naissance à la mort. Parfois, on aimerait couper quelques scènes au montage final… Pourtant, il y a pire que les mauvais choix : il y a les regrets. Il est préférable de choisir un chemin qui au final ne vous mènera nulle part, plutôt que de se demander à quoi aurait ressemblé le paysage. Dîtes vous bien une chose : il n’y a pas de regrets, juste des leçons.

C’est ce que Lily Gordon aurait pu se répéter… A croire qu’elle n’apprenait plus de ses erreurs depuis des mois déjà. Peut-être ne voulait-elle plus apprendre finalement. Rester là, assise par terre sans bouger, le bleu des yeux éclairci par les heures passées dans la pénombre, une épaule en moins, une addiction en plus. C’était sans doute ça, la définition même du mauvais chemin ! Qu’avait-elle accompli à ce jour, cette petite sorcière ? Pas de travail, puisqu’elle était désormais arrêtée pour des mois à cause de sa blessure et ne rejoindrait pas de sitôt le 2eme sous-sol du Ministère. Pas de mari ; le seul qui s’était risqué à vouloir la demander en mariage avait claqué en plein milieu de la Bulgarie, tué par un dragon. Pas même un corps tiède pour réchauffer ses draps la nuit ; le seul qu’elle s’était risquée de séduire avait claqué aussi, tué par un lâche coup dans le dos, aussi pleutre que l’homme qu’il avait été durant son vivant. Pas d’amis. Une famille qu’elle ne voyait jamais. Pas même un chien. Même son misérable elfe de maison, elle l’avait renvoyé, ne supportant plus aucune présence chez elle. Elle, juste elle, et son intolérable douleur, qu’elle faisait taire d’une petite gélule déposée sur sa langue. Un délicieux paradis artificiel, qu’elle accueillait désormais les bras ouverts à n’importe quelle heure du jour ou de la nuit. Plus rien n’existait alors ; ni danger, ni soucis, ni douleur, ni posologie… L’enfer chéri dans quelques grammes de délivrance ! Elle était bien loin de ce qu’elle avait été autrefois, Lily Gordon. Il n’y avait plus une once de pétillant, de facétie et de provocation en elle. Elle avait maigri, grimaçait à chaque mouvement et râlait contre les gens un peu trop heureux ou la vie un peu trop sirupeuse.

Assise sur la terrasse en bois de sa petite maison, elle savourait les derniers effets des opiacés. Il faisait doux et une légère brise vint agiter quelques mèches de ses cheveux. Les yeux noyés dans l’eau du lac, elle porta à ses lèvres une tasse de café fumante. Machinalement, par habitude, elle posa une main sur son épaule droite en grimaçant, songeant à cette douleur qui se réveillait pour la première fois depuis quelques heures. Il y a des jours avec et des mois sans…
Des pas sur le bois interrompirent ses réflexions nocturnes. Cette silhouette, elle ne la connaissait que trop bien. Plus frêle qu’autrefois cependant, mais avec la même stature qui l’avait tant impressionnée il y a longtemps. Pensait-elle le revoir un jour, l’ex-Ministre ? Surement pas à Loutry, sur le plancher poussiéreux de sa maison, cigarette au bec. Elle l’observa en silence, toujours assise au sol dans la pénombre. Hésitait-il réellement, ou prenait-il le temps d’ajuster son poing sur la porte pour frapper ? Il portait un costume sombre, sans doute le même depuis des années. Lily se demanda même si la sempiternelle montre à gousset et le petit sac en velours mauve étaient toujours glissés dans sa poche. Elle le vit prendre une allure sûr de lui puis donner quelques coups sur le battant. Devait-elle le laisser poireauter là ?... Avec un sourire insolent, elle rompit le silence.

« Personne ne va t’ouvrir… Que me vaut cette visite ? »

D’un signe de tête, elle l’invita à s’assoir près d’elle. Il était hors de question qu’il entre. D’une, parce que le ménage n’était pas fait. De deux, parce que des cadavres de médicaments jonchaient le sol. De trois, parce qu’il allait foutr* une odeur de tabac dans la maison.

« J’ai songé à un moment que tu devais être mort. Ivre dans un caniveau ! J’ai opté pour cette possibilité, juste avant la cirrhose et le cancer du poumon ! Je ne te serre pas la main… »

Elle saisit sa baguette de la main gauche et donna un petit coup en direction de la fenêtre près d’eux. Deux verres et une bouteille voletèrent avec quelque peu de maladresse jusqu’à eux. Avec prudence, elle en versa dans le sien et lui tendit, dissimulant une douleur qui ne la quitterait sans doute plus jamais.

« A quoi devons-nous trinquer aujourd’hui ? A nos sempiternelles retrouvailles ? »
Revenir en haut Aller en bas
Lily Gordon
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage



Re: [Habitation] Villa Séléné

Message par : Lily Gordon, Lun 08 Fév 2016, 21:53


Il était arrivé dans sa vie comme un camion dans un mur. Cela faisait des semaines désormais qu’il avait décidé que la vie sans elle lui était préférable. Elle n’avait rien vu venir et son cœur s’était complètement déchiré sur un petit bout de canapé un mardi soir de décembre.
Les jours qui ont suivi se sont succédés et elle se surprenait à penser « Tiens, c’est étrange, je n’ai pas pensé à lui aujourd’hui… ». Et au lieu de s’en féliciter, elle se demandait comment c’était possible, comment elle avait réussi à vivre une journée entière sans penser à lui. Oui, elle s’était levée le matin, elle avait travaillé, elle s’était même nourrie. Quelques fois, elle s’était endormie contre le corps nus de quelques hommes. Quelques fois, mais sans douceur. Il arrivait enfin, par une étrange force de conviction, qu’elle arrive à se persuader qu’il n’existait pas et qu’elle ne l’avait jamais connu. Mais il suffisait que quelqu’un passe en laissant l’effluve de son parfum dans l’air pour qu’un trou béant dans son estomac n’apparaisse, rendant l’idée même qu’il respire sans elle quelque part sur cette Terre absolument inconcevable. Comment pouvait-il mettre un pied devant l’autre alors qu’elle, elle n’arrivait pas à tenir debout ? Comment pouvait-il dormir paisiblement alors qu’il arpentait chaque nuit ses rêves à elle ? Comment pouvait-il serrer un corps alors que le sien n’était plus qu’un tas de viande froide et sans vie ? Avant lui, c’était quoi ?! Elle n’arrivait même plus à se souvenir de ce à quoi son existence ressemblait avant de lui offrir son âme, de façon inconditionnelle. Et désormais, elle n’imaginait pas à quoi pourrait ressembler un monde dans lequel sa main ne vient pas se glisser dans la sienne.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: [Habitation] Villa Séléné

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 2 sur 2

 [Habitation] Villa Séléné

Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Autres Lieux Magiques ~¤~ :: Les villages-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.