AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Autres Lieux Magiques ~¤~ :: Les villages
Page 3 sur 4
[Habitation] Isidar Mithrim
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
Actarius Bright
Serpentard
Serpentard

Re: [Habitation] Isidar Mithrim

Message par : Actarius Bright, Sam 23 Juil 2011 - 13:17


[...] Finalement, il trouva la sortie du tunnel. Et n'en déplaise, il était ravi. Ça avait été bien laborieux, surtout avec ses mouvements rendus désordonnés par la simple proximité de son amante. Le nœud de sa robe localisé et enfin défait, celle-ci vola net en direction du sol une fois qu'elle eut quitté le magnifique corps de la Directrice de Poudlard qu'il découvrait ; non sans que le jeune Garde-Chasse de Poudlard tombe en admiration face à la beauté presque choquante tant invraisemblable de sa patronne. Patronne qui d'ailleurs le libéra bien assez tôt de tout vêtement "superflu". Comme s'il allait se laisser devancer (nan mais...), évidemment, il en fit tout de même et en de temps qu'il ne faut pour l'envisager et le dire, ils se retrouvèrent totalement, serrer l'un contre l'autre dans une douce et interminable étreinte.

Le Bonheur. Non, pas ce "bonheur" qui nous envahit pour une nuit et qu'on oublie l'instant d'après. Ce bonheur, il ne l'avait encore jamais partagé avec personne et il espérait bien, au plus profond de son être, que cela dure le plus longtemps possible voire même, éternellement. Pour une fois que la chance lui souriait et par la même occasion, l’amour… Il s’arrogeait le droit d’être égoïste et de ne penser qu’à lui, à eux, seulement eux deux, en cet instant. Les considérations collatérales viendraient bien assez tôt.

Puis vint le moment où le jeune homme dût se soumettre à celle qui avait vaincu son cœur. Oui, oui, il s’y était résigné. Il avouait, non sans joie ni fierté d’ailleurs, que cette jeune et frêle –en apparence du moins- jeune dame avait vaincu, remporté la victoire contre lui malgré toutes les protections dont il avait entouré son petit cœur… Pour ne plus avoir mal. Et pourtant, face à Clélia et les sentiments qu’elle avait fait naître –ou renaître, question de point de vue- en lui, tout cela avait fondu comme neige au soleil.
Le jeune homme admirait silencieusement le majestueux corps de son amante tandis que celle-ci se trouvait à califourchon sur lui. Le regard plein de tendresse, mais aussi de désir et d’amour, il la fixait continuellement tandis que ses mains étaient posées sur les courbes parfaites de ses hanches. Tous deux se dévisagèrent, se dévorèrent silencieusement, en un mutuel accord muet. Tacite accord que l’aristocrate ne se gêna pas à rompre en murmurant doucement à la jeune femme au-dessus de lui :

Je t’aime, Clélia… Je t'aime...

Et, pour accompagner ses dires, il s’était légèrement redressé et tait allé charmante sa tendre, glissant ses bras autour de cou puis l’attirant à lui pour un enflammé baiser. Un baiser qui, comme tous les précédents, le fit rêver. Oui, avec elle, il se voyait dans le plus somptueux jardin qui n’aient jamais existé, harcelé des plus enivrants parfums qu’il n’eut jamais rencontré jusqu’alors.
Et, entretemps, dans la réalité, les amoureux étaient l’un contre l’autre, leur cœur tous deux emballés dans une spirale de sentiments. Bientôt, ce ne fut plus la raison et les sentiments qui les guidèrent, mais seulement les sentiments. Dirons-nous les sentiments et leur corps tout du moins. Ils se désiraient et cela, depuis leur première rencontre alors autant ne plus se faire souffrir en patience inutile. Leurs gestes ? Une symphonie arythmique jouée à l’unisson par les deux instruments du désir passionnel qu’ils étaient et, au-delà, par l’amour qui les unissait. Leurs respirations ? Le souffle chaud issu d’un volcan en ébullition allié à la douce cacophonie d’un violon désaccordé, tant elles étaient troublées. L’avenir ? Incertainement certain. Il fallait laisser libre cours aux sentiments et au corps et vivre l’instant présent, ni plus, ni moins.
Revenir en haut Aller en bas
Clélia Skywolf
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: [Habitation] Isidar Mithrim

Message par : Clélia Skywolf, Lun 25 Juil 2011 - 16:21


Je t’aime, Clélia… Je t'aime...

Les mots d'Actarius résonnaient dans son esprits, tantôt s’amplifiant, tantôt ne devenant qu'un murmure, alors qu'il la tenait serrée contre lui en l'embrassant. Il caressait son dos, la câlinait mais pendant ce temps elle se posait des questions. La jeune femme ne comprenait pas, ne savait plus... Elle connaissait la réputation du jeune homme de coureur de jupons et cela ne l'avait pas dérangée... peut-être parce qu'elle espérait pouvoir le changer ou peut-être, tout simplement, qu'elle n'avait besoin pour le moment que d'une aventure sans lendemain... Le coeur de la directrice s'était mis à battre de manière totalement irrégulière, traduisant l'esprit perturbé de la phénix. Clélia se redressa soudainement, elle ne pouvait pas... ne voulait pas... Elle attrapa sa robe et se rhabilla rapidement et descendit les escaliers précipitamment sans oser se retourner. S'il voyait que le long de ses joues des torrents de larmes coulaient, que dirait-il ? La directrice de Poudlard attrapa son sac et sortit en claquant la porte.

Il faisait froid dehors, très froid, mais elle ne le sentait pas. Que lui arrivait-il ? Pourquoi était-elle dans un état aussi pitoyable ? Ca aurait du la réjouir mais non, elle n'y arrivait pas. Clélia sortit une cigarette de son sac et l'alluma en tremblant, était-ce le froid ou bien son état psychologique qui provoquait ces frissons ? Les deux peut-être... Elle se mit en marche sans se rendre compte qu'elle avait laissé son châle dans la maison.. Sans réaliser qu'Ignis n'était pas là, près d'elle comme à son habitude. Elle marchait tel un automate, allumant cigarette sur cigarette qu'elle écrasait dans le sol gelé. Et elle pleurait. A oui elle pleurait beaucoup. L'amour, l'amour, qu'est ce que c'est ? Ca va, ça vient... Ca fait plus de mal que de bien.. Les mots que le jeune homme avait prononcé sans réaliser l'impact que cela allait provoquer sur la jeune femme, ces mots, elle ne pensait pas les entendre de la bouche d'un autre homme que Mateo. Mateo... Ses pensées se redirigèrent vers lui presque instantanément, où était-il ? Que faisait-il ? Chaque fois ils se séparaient pour se remettre ensemble.. Chaque fois ils se pardonnaient le mal qu'ils s'étaient fait. Chaque fois... Et si pour une fois, cela changeait ? Et s'ils ne revenaient plus jamais l'un vers l'autre ?

Clélia se laissa tomber contre un mur. Combien de temps avait-elle marché ? Où était-elle ? Elle avait froid, juste froid... Et peur. Peur d'avoir tout gâcher, peur d'être réellement stupide, peur de ne pas réussir à aimer... Peur. Elle s'était enfuie sans aucune raison valable, Actarius l'aimait-il vraiment ou était-ce pour qu'elle tombe à ses pieds ? A combien de femmes avant elle avait-il dit "Je t'aime" ? La jeune femme se remit à pleurer, elle se sentait seule, perdue... Elle regarda autour d'elle, cherchant à se repérer mais elle ne savait pas où elle était et où elle devait aller. Comble de malchance elle avait laissé sa baguette chez le jeune garde-chasse... La directrice n'eut pas la force de se redresser et d'appeler son phénix, Ignis....

"Ignis... Actarius... Mateo..."

Elle ferma les yeux après avoir prononcé ces noms auxquels, devait-elle l'admettre, elle tenait tant... et se laissa aller dans la sombre noirceur qui l'entourait peu à peu. Une dernière pensée la frappa, elle allait mourir dans le froid pour avoir simplement eut peur de ses sentiments... Personne ne viendra la chercher, et encore moins Actarius, pas après ce qu'elle avait fait... Puis ce fut le noir.


[HJ : c'est court, c'est nul, c'est chiant comme rp... t'as le droit de me frapper..]
Revenir en haut Aller en bas
Actarius Bright
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Aigle royal
Fourchelang
Occlumens
Chercheur (Créatures Magiques)


Re: [Habitation] Isidar Mithrim

Message par : Actarius Bright, Mar 26 Juil 2011 - 0:26


La réaction de Clélia... Il ne l'avait pas comprise. Absolument pas. Enfin, il essayait surtout de s'en persuader. Bien qu'il fut en fait bien conscient de ce qu'il s'était passé. Elle l’avait repoussé. C'était aussi simple que cela. Et sans une quelconque explication d'ailleurs. En même temps, pourquoi lui fournir une explication quand il la connaissait ? Son cœur appartenait encore à Mateo, c'était clair. Et Actarius, l'euphorie de leurs nombreux baisers retombée, était bien conscient qu'il portait là un coup de poignard dans le dos de cet homme qui, tout comme lui, faisait partir de l'Ordre. Mais que veut-on ? L'amour a ses raisons que la Raison elle-même ignore, comme dirait-on chez les moldus.

Quelque part, il était vexé qu'elle s'en fût allé ainsi. Mais en même temps, il ne pouvait lui en vouloir. Peut-être aussi qu'en plus de ses sentiments pour Mateo, elle avait eu peur de "s'engager" avec un coureur de jupon comme lui. Ce ne pouvait être autre chose de toute façon.

Toujours est-il que le jeune homme s'habilla à toute hâte, appelant Fafnir et son compère Ignis par la même occasion. Le phénix de Clélia répondit à son appel, ce à quoi il ne s'y attendait point. Elle l'avait laissé pour s'en aller... Dieu, qu'il était désolé de l'avoir ainsi troublé. Et, en y réfléchissant bien, il se rendit compte que c'était le fait qu'il lui dise qu'il l’aimait-ce qu'il pensait réellement en dépit de la réputation qu'on lui collait- qui l'avait fait fuir. Il se faisait l'image d'un monstre. Mais cela ne le fit pas hésiter un seul instant, et sa chemise boutonné au quart, il laissa les phénix se poser sur son épaule et tout de suite après, transplaner avec lui dans leur gerbe de feu.

Il se doutait bien que s'il y avait des animaux capables de retrouver en quelques secondes une personne, c'était bien les phénix. Et bien évidemment, Ignis qui était lié à sa maitresse tout comme Fafnir à lui, les avait menés auprès d'elle après quelques essais infructueux.

À peine fut-il apparut qu'Actarius se précipita auprès de la jeune femme, affalée contre un mur. Elle semblait... Éteinte. Elle ne pouvait être morte, si ? De froid ? Impossible. Elle y avait été que très peu de temps... Enfin, si elle était frileuse, ça changeait tout. Le jeune Phénix s'assura néanmoins que son cœur battait toujours puis, quelque peu soulagé, laissa les deux phénix transplaner de nouveau avec eux. Retour au manoir.

Le Garde-Chasse, tenant de toute évidence à ne pas la choquer de nouveau, en couchant la jeune Directrice dans la chambre de leurs ébats amoureux, l'amena dans une autre chambre du vaste manoir et la posa avec douceur sur le lit. Il la couvrit ensuite de plusieurs couvertures pour qu'elle puisse rapidement récupérer et, se disant qu'il aiderait certainement à la réchauffer plus vite encore avec sa propre chaleur, se glissa, de tout vêtu, sous les draps et l'enlaça, la serrant doucement contre lui.

Il ne saurait dire pourquoi mais les larmes envahirent lentement ses yeux et traversèrent ses paupières closes puis glissèrent sur son visage en un torrent continu. Sans doute qu'il s'endormit. Tout était noir autour de lui. La Tristesse.
Revenir en haut Aller en bas
Clélia Skywolf
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: [Habitation] Isidar Mithrim

Message par : Clélia Skywolf, Mar 26 Juil 2011 - 1:40


Il faisait noir, très noir... Ses pensées étaient désordonnées, où était-elle ? Elle avait chaud et pourtant elle se sentait frissonner de froid. Elle plissa les paupières, la fatigue les empêchait de s'ouvrir, de la laisser voir. Que lui était-il arrivé ?... Elle était avec Actarius puis... tout lui revint en mémoire, la déclaration, sa fuite et quand elle est tombée inconsciente contre le mur... Etait-elle morte ? C'était ça, la mort ? Du noir, du froid et de la chaleur ? Et... Clélia essaya de bouger doucement, elle sentait quelque chose autour d'elle, qui la tenait prisonnière. Son esprit s'affola, que lui était-il arrivé ? Elle ne pouvait être morte et sentir autant de choses... Si ? Elle se força à ouvrir les yeux, à connaître l'endroit où elle se trouvait, à prendre connaissance de ce qu'il s'était produit après sa chute.

La jeune femme tourna la tête d'un côté, elle réalisa qu'elle était dans un lit, moelleux et ce qui lui tenait chaud était une immense pile de couvertures posées sur elle, comme un cocon pour la protéger. Elle se tourna légèrement et se trouva face à Actarius. Si tout d'abord elle eut un mouvement de recul pour ne pas avoir reconnu le jeune homme au premier abord, elle se calma bien vite, réalisant qu'il s'était endormi tout contre elle. Clélia caressa sa joue du dos de sa main et sentit quelques traces humides. Elle fut surprise de ce constat. Il avait donc pleuré... pour elle ? Peut-être ? Non ?... La directrice se mordit la lèvre, elle lui avait fait du mal, avait fait versé ses larmes, uniquement parce qu'une fois encore elle avait eu trop peur de l'avenir. Elle approcha doucement ses lèvres de celles du jeune phénix et l'embrassa furtivement avant de se dégager de ses bras. Elle sortit du lit puis de la chambre sans le moindre bruit, laissant Actarius se reposer.

Elle appela Aster dans un chuchotement, lui demandant s'il pouvait lui indiquer une salle de bain. L'elfe de maison la conduisit et lui apporta le nécessaire pour qu'elle puisse prendre un bain. Clélia fit couler l'eau chaude pendant qu'elle se déshabillait puis se glissa dans la baignoire avec délice. Elle sentit tout son corps finir de se réchauffer et resta un long moment dans l'eau brulante. Une fois qu'elle se sentit "propre", elle sortit de la baignoire, se sécha et, sa serviette autour de la poitrine, se mit en quête de vêtements propres qu'elle pourrait porter. En effet, elle avait demandé à l'elfe de son hôte s'il pouvait laver sa robe, ce qu'il fit avec un hochement de tête. La directrice finit par retomber dans la chambre d'Actarius, elle ouvrit la grande armoire qui y trônait et fouilla quelque peu dans les vêtements, choisissant un chemise et un gros pull. La jeune femme avait uniquement gardé culotte et soutien-gorge. Elle s'habilla avec ces habits, bien contente qu'ils soient trop grands pour elle. Ainsi, ils la couvraient parfaitement.

Une fois "habillée" des affaires du jeune garde-chasse, Clélia descendit l'escalier sans un bruit et entra dans la cuisine où Ignis l'attendait en compagnie de Fafnir et du jeune chaton qu'elle se décida à appeler Saltus. La directrice caressa les trois animaux avec tendresse et servit quelques graines aux oiseaux, Fafnir lui avait indiqué la cachette de la nourriture, et du lait au jeune chat. Elle se servit ensuite un café quand un "plop" sonore se fit entendre à côté d'elle. La directrice sursauta de surprise et se tourna vers l'objet de sa frayeur, à savoir Aster.

"Madame Clélia ne doit pas toucher à la cuisine. C'est le travail d'Aster. Aster va faire ce que Madame Clélia veut."

Clélia sourit à l'elfe et lui répondit.

"Non Aster, je vais m'occuper de la cuisine ce matin. Dis moi juste, quelle heure est-il ?
_ Il est dix heures Madame Clélia. Vous avez beaucoup dormi, Madame Clélia. La robe de Madame Clélia est lavée, elle sèche maintenant.
_ Oui, beaucoup... Merci Aster. Tu peux faire ce que tu veux, je pense que ton maître n'y verra aucun inconvénient."

Aster se baissa légèrement, laissant la jeune directrice perplexe, et disparu dans un nouveau "plop". Elle sourit et se mit à farfouiller dans la cuisine à la recherche d'une idée de petit déjeuner à faire. En voyant les oeufs, elle eut tout d'abord l'idée d'une omelette... Mais le sirop d'érable lui fit faire marche arrière, elle ferait des pancakes. Elle se mit à la recherche d'un tablier qu'elle dénicha au fond d'une armoire, tout en hauteur, et commença a cuisiner en chantonnant.

Pendant le temps de repos, elle mit la table pour deux et envoya Ignis chercher une fleur. L'oiseau revint bientôt, un camélia et une rose dénichée on ne sait où par un temps pareil, qu'elle mis dans un vase et posa sur la table. Elle s'employa ensuite à cuire les pancakes avec attention.

Une douce odeur se répandit bientôt dans la cuisine et Clélia ne put s'empêcher de mordre dans une de ces grosses crêpes déjà cuite. Elle se délecta de la sensation si agréable qui se répandit dans sa bouche, c'était du pur délice.

Elle entendit alors des pas descendre les escaliers et passa la tête par la porte de la cuisine. Devant elle se tenait Actarius, encore endormi à moitié.

"Bonjour ! Bien dormi ? Tu veux un café ?"

La directrice lui adressa son plus beau sourire, il lui avait sauvé la vie après qu'elle l'ait repoussé et elle sentait en elle, alors qu'elle observait ses gestes désordonnés à cause du sommeil, une douce chaleur se répandre, elle le trouvait beau... Son coeur se mit à battra rapidement et elle retourna à ses pancakes, l'esprit plein de questions pour son coeur...


Revenir en haut Aller en bas
Actarius Bright
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Aigle royal
Fourchelang
Occlumens
Chercheur (Créatures Magiques)


Re: [Habitation] Isidar Mithrim

Message par : Actarius Bright, Mar 26 Juil 2011 - 2:56


Actarius, bien qu'il fût troublé dans son sommeil, prit entre mille et un cauchemars qui hantaient sa nuit, ne laissa rien paraître extérieurement. Était-ce certainement sa volonté de toujours protéger cette frêle jeune femme qui se trouvait près de lui. Il ne voulait aucunement la déranger. Ou peut-être était-ce justement elle qui, de par sa proximité, l'empêchait de se perdre dans les lugubres représentations de ses craintes par son subconscient et qui, par la même, lui permettait de les contenir et de les refouler. Même si, inlassablement, elles revenaient.

Puis ce fut véritablement le noir, profond et silencieux. Non, il savait qu'il n'était pas mort. Certainement endormi, et bien profondément cette fois. Oui, il était assez troublé, avait assez peur pour ne pouvoir stopper le flot de ses réflexions même en étant endormi. De quoi avait-il peur ? De la perdre ou de la voir s'éloigner de lui ? Ou les deux ? Parce que, quoiqu'il pouvait penser, cela tournait toujours autour de Clélia et lui à cet instant là ; autour de leur relation.

Enfin, ses pensées se calmèrent. Ce n'était pas trop tôt... Puis, sans trop savoir ce que cela signifie, il senti une douce pression sur ses lèvres, accompagné d'un souffle léger et savoureusement chaud. Tout de suite, la noirceur qui accablait son esprit et ses pensées fondit comme neige au soleil et il se sentit bien mieux. Du moins, jusqu'à ce qu'il se rende compte que Clélia n'était plus là, sous son bras. Elle avait repris connaissance et avait fui ? Elle l'avait fui ? Il ne méritait que cela de toute façon. Assit dans le lit, il repoussa, un brin furieux, les couvertures et quitta le lit, faisant un détour par les toilettes. Il s'y débarbouilla rapidement le visage ainsi que tout ce qui allait avec puis quitta la salle d'eau, quelque peu endormi encore pour rallier la cuisine.

C'est là qu'une délicieuse odeur de pancakes lui envahit les narines, ce qui le surprit un peu soit dit en passant. Il adorait en manger au petit-déjeuner, mais il n'en faisait point souvent à la maison. C'est alors que, quittant les escaliers pour pénétrer dans la cuisine, il tomba sur une Clélia vêtue de ses vêtements à lui. Il était encore à moitié endormi, mais il pouvait toujours avoir un semblant de réflexion... Elle n'était donc pas parti ?

Ne savant trop que faire, il resta quelques secondes dans le cadre de la porte de la cuisine, à l'observer...

... Bonjour...

Ne sachant que penser, il n'arriva pas à articuler ses pensées pour pouvoir donner réponses aux deux autres questions de la Directrice de Poudlard. Il fit quelque pas en avant tandis qu'elle avait le dos tourné et lança un regard bien plus réveillé qu'il y eut quelques instants, à son arrivé dans la pièce. Puis, caressant tendrement la tête du chaton qu'il avait soigné la veille, il souffla d'un air absent :

J'ai cru que tu étais de nouveau partie... J'ai cru ne plus avoir la chance de te revoir Clélia...

Il détourna son regard du chaton et le posa sur la jeune femme qu'il avait sous les yeux, vêtues de ses vêtements trop grands pour elle. Par Merlin, qu'elle était magnifique... Qu'il l'aimait...! Elle l’obnubilait tellement que c'est à peine s'il remarqua le vase portant en son sein une camélia et une rose. Ni même le fait que la table fut mise pour deux... Eux deux... Toute son attention était dirigée sur la jeune sorcière.
Revenir en haut Aller en bas
Clélia Skywolf
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: [Habitation] Isidar Mithrim

Message par : Clélia Skywolf, Mar 26 Juil 2011 - 11:15


Elle tournait le dos au jeune homme, préparant ses pancakes presque en dansant. Oubliées les larmes d'hier, la fuite, la peur, le froid. Oubliés ses doutes, son malêtre. Elle se sentait mieux, tellement mieux. Peut-être était-ce le fait d'avoir dormi dans ses bras ? Ou bien le fait qu'elle ait senti contre ses doigts des restes de larmes qui ne pouvait être de la comédie. Clélia finit par se retourner, une assiette débordante de ces grosses crêpes américaine qu'elle posa sur la table. Elle remarqua qu'Actarius était occupé à caresser Saltus d'un air presque absent. La jeune femme sourit puis se retourna pour trouver du jus d'orange ou quelques autres jus de fruit, elle ne pouvait s'en passer le matin. Il y avait bien heureusement une bouteille dans le frigo qu'elle saisit et déposa sur le plan de travail puis elle se mit à la recherche de verres. Elle les trouva en haut d'une armoire aussi dut-elle, rappelons que la directrice est petite, se mettre sur la pointe des pieds et, le bras tendu, sa chemise remontait à la limite de la décence. Elle ne s'en rendit pas compte et reprit, une fois les deux verres attrapé, une position normal. Elle allait servir le jus quand la voix d'Actarius la troubla.

J'ai cru que tu étais de nouveau partie... J'ai cru ne plus avoir la chance de te revoir Clélia...

La jeune femme se retourna lentement et posa son regard sur celui du jeune garde chasse. Il avait les yeux rivés vers elle, oubliant totalement Saltus qui essayait désespérément de se dégager et finit par donner un coup de pattes, sans utiliser les griffes cependant. Clélia s'avança alors vers le jeune homme, qui ne devait pas comprendre son attitude de la veille et son attitude actuelle... Tant pis, elle était compliquée comme la majeure partie des femmes de ce monde... non ? Et puis, les hommes étaient tout aussi compliqués à leur manière, faut pas croire ! Marchant vers le jeune phénix, elle murmura juste un petit son.

"Chuuut.."

Elle posa, arrivée près de lui, un doigt sur ses lèvres alors que le petit murmure venait s'éteindre sur celle de la directrice. Puis, retirant son doigt, elle le remplaça par ses lèvres douces qui vinrent essayer de dissiper ses doutes et ses peurs. Elle se tenait ainsi juste sur la pointe des pieds, les mains derrière le dos (pour avoir de l'équilibre), les yeux clos. Clélia se sentait bien ainsi, contre lui. Quand leur baiser finit, elle caressa tendrement sa joue et repartit presque en sautillant vers les verres où elle versa le jus d'orange puis les posa à table et servit à Actarius quelques pancakes. Elle sortit ensuite le beurre, pour mettre sur les pancakes et s'installa.

"Assieds toi et mange ça te fera du bien... J'espère que tu aimes les pancakes."

Clélia lui sourit tendrement. Un coup de griffe la fit sursauter, Saltus n'aimait pas ne pas attirer l'attention... La jeune femme regardait sa main ou des gouttes de sang commençaient à se formeren quatre ligne distinctes, représentant les quatre griffes du félin. La jeune femme se leva sans un mot et mit sa main sous l'eau en grimaçant, faut pas croire ça fait mal ! Ignis arriva à se moment là, attrapant le chaton par la peau du cou, littéralement, et l'emmenant plus loin afin de laisser les deux jeunes gens seuls.

"Pardon. Pour cette nuit..."

Clélia avait toujours le dos tourné, bien qu'elle ait fini de se rincer la main. Elle utilisa un sortilège afin qu'elle se fasse amener du désinfectant et des cotons ainsi qu'un pansement. Elle utilisa le tout, les yeux baissés vers la plaie, dos à Actarius vers lequel elle n'osait se tourner.
Revenir en haut Aller en bas
Actarius Bright
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Aigle royal
Fourchelang
Occlumens
Chercheur (Créatures Magiques)


Re: [Habitation] Isidar Mithrim

Message par : Actarius Bright, Mar 26 Juil 2011 - 14:22


C'est dans ces cas-là qu'on désire être dans la tête d'une femme, ne serait-ce qu'un instant. Juste pour savoir qu'il s'y passe... Comment elle pense, réagit... Ce n'est forcément pas un avis unanime mais c'était en tout cas celui d'Actarius. Les restes de la fatigue de la veille s'étant finalement dissipés, il avait les idées plus claires. Enfin, claires... Si elle demeurait dorénavant moins embrumées, elles étaient d'autant plus embrouillées -Hmm hmm. C'est dire qu'il ne remarqua même pas le coup de patte que lui administra le jeune chaton -Saltus- pour revendiquer sa tranquillité.

Silencieux, le jeune sorcier observa son amante de la veille s'approcher de lui et lui toucher délicatement les lèvres de son doigt, sans rien dire. Il ne fit rien ; rien, mis à part la regarder, elle et elle seule. Puis, comme un éclair, la douceur de ses lèvres vint s'abattre contre les siennes. Il aurait voulu résister, une part de lui le désirait mais c'était tellement plus fort que lui. Elle, était plus forte que lui. Il était vaincu. Vaincu et troublé. Non plus par les évènements de la veille que par cette situation à laquelle il ne s'attendait pas le moins du monde. Il l’avait même enlacé durant le laps de temps qu'avait duré leur baiser sans s'en rendre compte. Et ce n'est qu'une fois rompu qu'il la relâcha, après l'avoir tendrement serré contre lui quelques instants.

S'il ne comprenait forcément pas tout ce qu'il lui arrivait, il était heureux qu'elle soit là. Et, comme entrainé par un muet accord, il lui caressa tendrement la joue en même temps qu'elle faisait de même. Ce qui lui tira un petit sourire. Se tenant toujours prêt de la table, il l'observa s'activer au plan de travail et ne put empêcher le sourire qui se dessina sur son visage.

Alors qu'il lui obéissait et s'asseyait, lui souriant, toute tendresse éparpillée, il la vit sursauter. Satané chaton ! Nourri et logé et il n'était pas content avec ça ! Fallait qu'il l'agresse pour attirer l'attention sur lui. Sans un mot, Actarius quitta la table alors que Fafnir suivait son compère de toujours et s'approcha silencieusement de la magnifique Clélia. Posant ses mains sur ses épaules, le mage déposa un doux et sensuel baiser dans le cou de sa patronne puis un deuxième sur son épaule. Et, lui prenait la main meurtrie par les griffes du chaton, y déposa un autre baiser tout aussi tendre. Puis il remonta par la suite jusqu’aux délicieuses lèvres de son amante, l'embrassa voluptueusement avant de se reculer, quelques secondes plus tard.

Ne t’excuse pas. Il n'y a rien à faire pardonner. Tu es là, pour moi, c'est l'essentiel...

Et, comme pour prévenir à toute protestation, il posa son index sur ses lèvres et lui murmura un "chut" avant de lui sourire.
Revenir en haut Aller en bas
Clélia Skywolf
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: [Habitation] Isidar Mithrim

Message par : Clélia Skywolf, Mar 26 Juil 2011 - 16:14


Sa peau frissonna au contact des lèvres du jeune homme dans son cou. Elle ferma les yeux de délice lorsqu'elles se posèrent sur ses épaules puis sur sa main qu'elle avait soignée. Le doux contacts de ce baiser calma la douleur presque instantanément, ce qui la fit rougir de plaisir. Et le baiser, ce baiser qu'il lui offrait alors qu'elle était presque sûre d'avoir tout gâcher, alors que selon elle, elle ne le méritait pas, ni son amour ni son respect. Enfin, si, son respect était obligatoire presque, puisqu'elle était sa patronne. La jeune femme lui rendit son baiser avec autant d'amour qu'elle le pouvait. Oubliée sa soirée de la veille, oubliés ses doutes et ses craintes, oublié ou presque, Mateo...

Ne t’excuse pas. Il n'y a rien à faire pardonner. Tu es là, pour moi, c'est l'essentiel...


Clélia sourit timidement à son amant, et le regardant dans les yeux, elle repoussa son doigt d'un geste tendre. Elle s'avança ensuite vers lui et posa ses lèvres sur les siennes, l'embrassant tendrement. La jeune femme ferma les yeux de délices et se blottit contre lui, les mains autour de son cou. Un feu d'artifice se forma dans son ventre, feu d'artifice de couleurs, feu d'artifice de saveurs... Feu d'artifice de bonheur. Elle recula à la fin de se baiser de quelques pas et sourit au jeune garde-chasse. Ses yeux pétillaient de bonheur alors qu'elle s'avançait une seconde fois pour échanger un doux baiser avec lui. Elle était bien, elle était heureuse. Ses peurs s'étaient dissipées dans la nuit, elle avait compris que peut-être ce coureur de jupons allait changer avec elle, que peut-être ils seraient heureux ensemble.

Ignis choisit se moment pour pénétrer dans la cuisine, suivit par Fafnir. Surprise, Clélia, qui ne l'oublions pas est maladroite comme pas deux, recula et failli reverser la poele encore sur la plaque de cuisson... Elle posa ses doigts sur cet endroit bouillant et hurlant de douleur en les retirant vivement puis se précipita vers le robinet. Manque de chance elle manqua de percuter Saltus qui partit en feulant après avoir asséné un coup de griffes sur le pied de la directrice. Elle parvint enfin au robinet qu'elle ouvrit et mit ses doigts sous l'eau glaciale pour dissiper la douleur. Furieuse elle chercha son oiseau des yeux. Ce dernier, penaud, s'était réfugié sur une chaise et attendait l'engueulade du siècle.

Cependant, la jeune femme s'adoucit, ce n'était après tout pas la faute de son oiseau si elle était si maladroite... Clélia l'appela doucement et posa les doigts de sa main griffée sur sa tête qu'elle caressa. Le phénix aperçut alors la blessure au pied de sa maîtresse et se laissa tomber sur le sol. La jeune femme l'observa et vit briller dans ses magnifiques yeux noirs quelques larmes argentées qui tombèrent directement sur la plaie. Elle sentit alors avec soulagement la plaie se refermer et la douleur se dissiper. Elle siffla Ignis qui vint se poser sur son épaule et lui administra une caresse.

"Merci mon oiseau chéri... Peut-être as-tu besoin d'une autre forme de compagnie que ton insupportable maîtresse hum..."

L'oiseau émit un faible cri avant de frotter sa tête sur la joue de sa propriétaire. Si l'on pouvait lire dans ses pensées on entendrait ceci...

"Insupportable... Insupportable... pour les vêtements oui, mais sinon il n'y a pas mieux que toi Clélia... Même après t'avoir fait mal tu essayes de me faire plaisir... par contre je veux bien échanger ma place contre un autre styliste !"

Le phénix s'envola ensuite et disparut dans une gerbe de flammes. Il réapparu à l'extérieur, aussitôt suivit par Fafnir, ils comptaient finir leur course à l'extérieur pour éviter plus de dégâts. La directrice, toujours les doigts sous l'eau, se tourna vers Actarius et lui adressa un sourire tendre tout en lui tendant sa main libre. Elle l'amena vers elle et posa sa tête contre son torse avant de l'embrasser une nouvelle fois.

Et Saltus ? Saltus s'était réfugié au salon où il y avait moins de pieds et avait trouvé une pelote de laine avec laquelle il s'amusa... Bon à force de faire rouler la laine autour de la table de la salle à manger et des chaises il y aurait peut-être des dégâts mais... de la laine noire ça se voit, non ?
Revenir en haut Aller en bas
Actarius Bright
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Aigle royal
Fourchelang
Occlumens
Chercheur (Créatures Magiques)


Re: [Habitation] Isidar Mithrim

Message par : Actarius Bright, Mar 26 Juil 2011 - 19:54


Enivré par le fin nectar qu'étaient les lèvres de son amante, Actarius ferma lentement les yeux, savourant chacun des mouvements de leurs lèvres, la chaleur de leur respiration, la tendresse dont elle faisait preuve, la douceur de ses longs cheveux qui filtraient entre les deux de la main qu'il avait glissée sur la nuque de la jeune femme. La laissant reculer puis se rapprocher tout en faisant de même, ils échangèrent un énième baiser, emplit de tendresse et d'amour. Il était si bien là... Ils étaient tous deux si bien l'un contre l'autre...

Et ces deux bougres de Fafnir et Ignis qui avaient choisis ce moment-là pour faire leur apparition firent sursauter Clélia et Actarius de même. Cependant, à l'instar du Garde-Chasse de Poudlard qui resta un brin calme, la Directrice de l'établissement prit peur et en reculant, posa sa paume dans la poêle, ce qui lui arracha un cri qui précipita Actarius immédiatement à sa suite dans la course au robinet.

En voyant Saltus la griffer de nouveau, le jeune mage ne put retenir une métamorphose partielle qui, au lieu de laisser échapper un cri de colère, laissa plutôt partir un glapissement orageux. Le sorcier se reprit tout de suite cependant et rejoint sa bien-aimée une fois que les phénix furent partis, pour ne pas revenir sans qu'on ne les appelle cette fois. Il n'oubliait pas Saltus avec lequel il s'entretiendrait... Plus tard...

Ses doigts entrelacés à ceux de la Directrice, il la laissa le tirer se retrouver contre elle et lui câlina tendrement la tête et le dos. Faut croire que cette journée-là n'était pas celle de la Phénix qui n'arrêtait de se faire des blessures. Déjà trois blessures... Dont deux par le vilain rominet... Et le tout en moins de cinq minutes !

Quittant ses pensées, il n'y avait absolument rien d'autre qui ne l'intéressait lorsqu'il sentait les lèvres de la sublime Clélia Skywolf contre les siennes. C'était... Unique. Jamais, qu'il s'en souvienne, il n'avait ressenti pareil bonheur en un simple baiser. Elle était décidément faite pour lui. C'était évident... Sauf que, comme dans toute histoire d'amour, il y avait un bémol. Et dans leur cas, ce bémol se trouvait être le compagnon de la jeune sorcière ; à savoir, Mateo.

Rompant finalement leur baiser, le sourire aux lèvres, Actarius glissa de nouveau sa main dans les cheveux de son amante. Puis, son regard plongé dans le sien, il prit une mèche de cheveux avec laquelle il joua tranquillement, lui souriant sans arrêt ; heureux.

N'oublions pas Mateo... Officiellement, vous êtes toujours ensemble.

Il sourit et déposa un doux baiser dans le cou de sa tendre puis sorti sa baguette et, prenant sa main qui était passée sous l'eau un instant plus tôt, lui jeta un sort qui fit cicatriser la brulure et se reformer la peau, jusqu'à ce qu'il ne reste aucune trace ou presque.
Revenir en haut Aller en bas
Clélia Skywolf
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: [Habitation] Isidar Mithrim

Message par : Clélia Skywolf, Mar 26 Juil 2011 - 23:20


Clélia posa sa tête contre le torse d'Actarius, elle était bien ainsi, sans se poser de questions inutiles... La jeune femme se délectait de leurs doux baisers, si doux... Elle se sentait si bien qu'elle se cru perdue lorsque son amant, son si bel amant, si gentil, la repoussa tendrement. La jeune femme fut mal de le voir reculer mais le sourire qu'il lui adressa dissipa ses doutes, il l'aimait donc réellement... Ses doigts glissèrent dans la longue chevelure de la directrice, la faisant frémir de bien-être. Puis, toujours souriant, il saisit une de ses longues mèches et se mit à jouer avec, elle lui rendit un sourire éclatant de bonheur. Elle se sentait si bien... Jusqu'à ce que...

N'oublions pas Mateo... Officiellement, vous êtes toujours ensemble.

Son visage s'assombrit aussitôt, non elle n'était plus avec Mateo... Ils avaient rompu, encore une fois. La jeune femme tourna le dos à son amant, se détournant une seconde fois de lui, de ses baisers et de ses caresses. Il avait à peine soigné sa main qu'elle s'évada, s'échappa de son étreinte et vint se loger sur sa chaise, soudainement absorbée par l'état de ses ongles puis se coupa une tranche de pancake qu'elle macha lentement sans regarder une seule seconde l'homme dans les bras duquel elle était. La directrice sentit quelques minutes après ses yeux se brouiller et sa respiration se bloquer. Elle laissa alors des larmes couler le long de ses joues, elle qui pensait pouvoir oublier son ancien amant auprès du jeune garde-chasse mais non, il lui rappelait encore que Mateo existait...

"Je... Nous ne sommes plus ensemble."

Clélia baissa les yeux à nouveau vers ses pieds puis se tourna vers la fenêtre et plongea le regard dans la forêt, s'y perdant totalement. Elle se mit a trembler, et si Actarius ne l'aimait que parce qu'elle était censée être prise ? La jeune femme ferma les yeux et posa sa tête sur le mur en soupirant. Qu'allait-elle faire à présent ?

Au bout d'un moment la directrice tourna la tête vers son amant et le détailla avant de se lever et de se diriger vers lui. Elle caressa sa joue avec toute la tendresse dont elle était capable puis l'embrassa amoureusement. Elle ne voulait se détacher des lèvres de son amant, elle s'y sentait attachée comme si en se séparant de lui, elle mourrait. Cependant elle du le faire avec le plus grand regret du monde. Elle le regarda alors, cherchant à connaître ses pensées rien qu'en lisant dans ses yeux.

"Je.. Actarius je... Je crois que... Je crois que je t'aime."

Clélia rougit de sa propre initiative et se mordilla la lèvre inférieure. Ce fut le moment que choisit Aster pour apparaître dans un "plop" retentissant. Elle sursauta, sans se faire mal cette fois, et regarda l'elfe de maison qui tenait sa robe sur son bras. La jeune femme le remercia chaleureusement et se tourna vers Actarius, hésitant à aller se changer immédiatement.
Revenir en haut Aller en bas
Actarius Bright
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Aigle royal
Fourchelang
Occlumens
Chercheur (Créatures Magiques)


Re: [Habitation] Isidar Mithrim

Message par : Actarius Bright, Ven 19 Aoû 2011 - 1:48


Ô ! Diantre ! Ce jeune homme n'avait donc aucun tact quand il s'agissait des demoiselles qu'il aimait... Non, pas celle qu'il aimait pour une journée, une nuit, un instant. Mais celle qui faisait battre son cœur et vibrer son corps. Ils se connaissaient depuis quand ? Bientôt un an. Qui eut cru qu'ils en arriveraient là un jour ?

Le jeune homme ne put que baisser la tête, lorsque se sépara lui la divinement magnifique Clélia, se dérobant à son étreinte. Il était bien conscient d'avoir dit quelque chose qu'il ne fallait point, qu'il aurait pu garder pour lui. Il n'aurait jamais lui rappeler cela. Déjà que leur relation était "indécente" du fait que quelque part, il la poussait à mener une double vie, il n'allait pas encore venir le lui rappeler. Même si elle disait qu'ils étaient -de nouveau- séparés, Actarius, pour les connaître, savait qu'ils finiraient par se remettre ensemble. Jusqu'à ce que la mort les sépare ? Enfin, Actarius resterait là, à côté, à observer et à prendre ce qu'elle lui donnerait. Parce qu'il ne lui en demandait pas beaucoup, non. Il se contenterait de celle lui offrirait. Pourtant, une autre part de lui, celle non pervertie, était jalouse, possessive et surtout, désireuse de voir la magnifique Clélia unit à lui pour toujours.

Perceval eut le cœur meurtri en l'observant, voyant les larmes qui s'écoulèrent silencieusement le long de sa joue. Quelle bêtise avait-il encore commit ! Il n'aurait dût lui reparler de Mateo... Mais et si justement elle était-là simplement pour "prendre son pied" une fois, s'amuser et essayer d'oublier le professeur de Botanique ? Il ne le supporterait que très mal... Il n'osait y penser... Et Mer** ! Mais... Qu'est-ce qu'il lui prenait de penser cela ? Il ne l'aimait pas !

Enfin, du moins essaya-t-il de s'en convaincre. Mais son regard, le contact de sa main contre sa joue, ce baiser plein d'amour et de tendresse qu'ils échangèrent plongèrent inexorablement le jeune homme dans une mer agitée qui eut tôt fait de balayer ses doutes, tous ses doutes.

Il ne doutait plus. Il était sûr et fort certain de l'aimer plus que tout. Plus que tout ? Quelle pensée ! Il ne savait pourquoi il pensait une telle chose d'une femme qu'il connaissait si peu bien mais il avait au moins une certitude, il ferait tout pour passer le restant de ses jours avec elle. Mais en attendant, seul la patience -et éventuellement son sale coté libertin- le régiraient. Bien qu'il essaierait de résister à ce dernier de toutes ses forces. Il fallait qu'il devienne meilleur, pour elle. S'il voulait un jour la mériter. Facile à dire quand on avait ainsi vécu depuis bien des années maintenant. Mais l'amour ne faisait-il pas faire des miracles ? Ce serait son petit miracle à lui...

Enfin, il fut interrompu dans le cours de ses pensées par l'apparition de son elfe de maison qui rapporta la robe de Clélia. La petite créature s'en alla après que l'amante de son maître eut récupéré son vêtement, les laissant de nouveau seuls, abandonné à eux deux. Actarius s'approcha de la magnifique Clélia qui s'était légèrement éloignée de lui en sursautant puis l'enlaça, la serra contre lui tendrement et lui chuchota de doux mots à l'oreille avant de conclure :

Tu sais, je serai toujours là pour toi. J'attendrai patiemment mon heure.

Actarius et la jeune Directrice échangèrent de nouveau un langoureux baiser qui leur fit perdre tout sens de la réalité. Ils restèrent ainsi, l'un contre l'autre pendant de longue minute avant de s'installer finalement à la table, Clélia sur les genoux d'Actarius, et de prendre leur petit-déjeuner, ensemble.

Tu sais quoi ? Je t'aime Clélia...

Moi aussi Actarius...

Ils s'embrassèrent une dernière fois avant d'aller prendre leur douche, chacun devant vaquer à ses occupations professionnelles.

~FIN~
Revenir en haut Aller en bas
Actarius Bright
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Aigle royal
Fourchelang
Occlumens
Chercheur (Créatures Magiques)


Re: [Habitation] Isidar Mithrim

Message par : Actarius Bright, Dim 30 Oct 2011 - 21:42


Parfait week-end qui s'annonçait là pour Clélia et lui. Sa tendre elle avait décidé de faire la grasse matinée par décret ministériel - si si ! -, non pas sans provoquer le rire amusé de son fiancé tandis que ce dernier avait, dans le même décret, déclaré qu'il n'irait travailler sous aucun prétexte. Et jusque-là, il fallait bien avouer qu'ils s'y tenaient tous deux. Clélia dormait encore paisiblement dans leur chambre quand lui s'affairait déjà dans la cuisine, ayant congédié son cher Aster venu l'aidé.

Après qu'ils eurent prit leur petit-déjeuner sous les draps, Actarius était rapidement passé par la salle de bain avant de descendre à la cuisine concocter une petite recette russe - pour le plaisir de son amante -, alternant avec la lecture d'un grimoire qu'il avait obtenu tout récemment après une fouille des archives du Ministère. Le midi, une fois qu'ils eurent finit de manger, le Ministre s'en était retourné à sa lecture, une tasse de thé reposant sur une petite table tout de verre à côté de son fauteuil.

Lorsque sa tendre s'approcha, il posa ledit grimoire sur la table et l'accueillit à bras ouverts, l'enlaçant, la serrant tout contre lui comme l'empêcher de partir à cette ballade qu'elle avait planifié, l'embrassant tendrement, passionnément, amoureusement, fougueusement... Euh ouais, l'on va s'arrêter là dans cette énumération ou sinon nous ne sommes pas près de finir... Toujours est-il qu'il dut bien la laisser partir, la confiant aux bons soins de Surf leur Gronian, Saltus le (sauvage) petit chat qu'elle avait recueilli lors de leur première soirée dans ce même manoir. Et puis, il y avait le bon vieux Ignis dont Actarius ne doutait point.

Le temps, Actarius l'avait passé dans son fauteuil, entre lecture et pensée. Il n'oubliait pas le cousin de sa tendre qu'il avait rencontré et qui était rentré de cela quelques jours maintenant en Russie. Il était bien évident qu'Ethan ne lui faisait pas beaucoup confiance et, s'il voulait épouser Clélia, il devrait coute que coute gagner sa confiance.

Actarius était là de ses considérations quand, flânant dans la maison, il aperçut par la fenêtre Clélia revenir avec les créatures, un étonnant paquet sur le dos de Surf qu'il n'arrivait à déterminer à cette distance. Mais là était l'avantage d'avoir une vision d'aigle puisqu'il reconnut aisément et dans les moindres détails chaque trait du visage de la jeune femme qui semblait... Inconsciente. Sans tarder, il se transforma totalement en Aigle et rejoignit sa fiancée à toute aile.

Namour ! Qui est-ce donc ?!

Et, tandis qu'il s'attardait en question, il prit la jeune inconnue pleine de crasse dans ses bras, la portant ainsi jusqu'au manoir où ils l'installèrent dans l'une des nombreuses chambres vides. Le frère jumeau de Clélia devrait arriver d'une seconde à l'autre lui avait-elle dit... Vivement qu'il se pointe !
Revenir en haut Aller en bas
Clélia Skywolf
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: [Habitation] Isidar Mithrim

Message par : Clélia Skywolf, Lun 31 Oct 2011 - 14:53


Clélia traversa la forêt d’un pas rapide, tenant son cheval par les crins tout en gardant un œil sur la jeune fille qu’elle avait trouvée. C’était encore une enfant, tout juste sortie du tumulte de l’adolescence même. Elle n’était pourtant pas encore une adulte, entre deux eaux voilà ce qu’elle était. La directrice de Poudlard caressa ses cheveux d’un geste maternel, elle ressentait de la peine pour cette fille, abandonnée dans un bois, a moins qu’une soirée ait mal tourné… La Magenmage secoua la tête, d’abord elle devait l’aider, lui donner a manger et la guérir, après elle poserait ses questions, aussi nombreuses soient-elles.

Au loin elle aperçut un aigle royal foncer sur la troupe qu’elle menait. Il s’arrêta à ses côtés et Actarius reprit sa forme habituelle. Elle l’embrassa tendrement avant qu’il ne saisisse l’enfant dans ses bras pour la mener d’un pas rapide dans le manoir qu’ils habitaient.

« Namour ! Qui est-ce donc ?! »

Elle l’ignorait et lui en fit part, elle l’avait trouvé dans la forêt, sur les indications effrayées de Laïta. Clélia appela Aster, l’elfe de maison de son amant et lui demanda de préparer au plus vite une chambre, de préférence à côté de la leur et de se tenir à la disposition de Jensen lorsqu’il arriverait. Les deux jeunes gens gravirent les escaliers, et, arrivés devant la porte de la chambre jouxtant la leur, l’elfe leur ouvrit. Le lit avait été fait et Actarius n’eut plus qu’à déposer la jeune fille. La Magenmage fit approcher un fauteuil à côté du lit, de sorte qu’elle pouvait la veiller. Elle attrapa ensuite son poignet et chercha son pouls, contrôlant avec la patience d’une infirmière que ce dernier battait toujours, même faiblement. Elle entreprit ensuite de dévêtir l’enfant, laissant sur elle uniquement ses sous-vêtements. Elle aperçut des traces de coups sur sa peau et frissonna, quelle personne sans cœur pouvait battre une enfant ? Qui avait pu battre cette fille ? Clélia n’avait pas peur de blesser ou de tuer, mais jamais au grand jamais elle ne pourrait faire de mal à un enfant… Jamais.

Enfin, un homme pénétra dans la pièce. Jeune, brun, des yeux clairs et profonds qui ressemblait à Clélia. Cette dernière se leva précipitamment, Jensen. Elle se jeta dans ses bras et, après une longue étreinte, elle le mena au chevet de sa trouvaille. Elle règlerait ses différents avec son jumeau après qu’il l’ait soigné. Le russe prit le pouls de la fille, écouta son cœur. Il passa ensuite une lampe devant ses yeux, et entreprit d’observer tout ce qui pouvait lui permettre de faire un diagnostic. Il appliqua ensuite une pommade sur les cicatrices de la jeune femme sous l’œil inquisiteur de sa sœur jumelle. Actarius avait reculé dans un coin de la pièce, observant discrètement les agissements de son futur beau-frère.

Quand Jensen eut terminé, la directrice de Poudlard mit un pyjama à sa protégée, elles avaient heureusement la chance d’avoir le même gabarit… Elle rabattit la couverture sur le corps frêle, la bordant soigneusement afin qu’elle ait bien chaud. Clélia chassa ensuite les hommes de la chambre en attendant le réveil de la jeune femme. Ils se rendirent tous les trois dans une pièce juste à côté qui servait de salon. Elle attrapa son frère par le bras et le regarda, menaçante. Les muscles de sa mâchoire, contractés, étaient visibles. Elle se retenait pour ne pas gifler son jumeau…

« Où étais-tu ? Les nouvelles, c’est pas fait pour les chiens Purée ! Tu n’imagines pas l’inquiétude que je me faisais ! Heureusement qu’on m’a appris que tu étais rentré sinon… »

Elle laissa sa phrase en suspend. Elle avait entendu que Jensen Skywolf était rentré et avait attendu qu’il se présente à elle… L’affolée Laïta avait du lui suffire comme argument pour se présenter aussi sec devant la maison de sa sœur.

« Excuse-moi, tu sais que j’attache beaucoup d’importance à notre passé et j’étais tellement accaparé par mes recherches que je n’ai pris le temps de rien… »

Clélia s’adoucit, il était impossible pour elle de tenir tête à son frère… Ils se serrèrent dans les bras l’un de l’autre et se mirent à discuter, Actarius se mêlant à la conversation. Jensen sympathisa immédiatement avec le fiancé de sa sœur, il n’était pas du genre à haïr les autres et à ne pas leur faire confiance, loin de là... Pas comme Ethan.

La conversation battait son plein lorsque la directrice entendit du remue-ménage dans la chambre. Elle s’éclipsa rapidement, sous l’œil inquiet de son amant qui se demandait s’il ne devrait pas la rejoindre au lieu de discuter avec son futur beau-frère. Elle leur fit un signe, la jeune fille serait moins troublée devant une femme que devant trois personnes dont deux hommes, certainement… Clélia pénétra doucement dans la chambre et avisa sa jeune trouvaille réveillée. Elle referma la porte derrière elle et s’approcha lentement.

« Comment te sens-tu ? Tu as sûrement faim et soif non ? »

Elle appela Aster et lui ordonna d’amener à la jeune fille une assiette du plat prévu pour le midi ainsi qu’un chocolat chaud. L’elfe obéit et amena sur un plateau à la jeune femme. Clélia quant à elle s’assit et attendit tranquillement.

Revenir en haut Aller en bas
Irina Levski
avatar
Serpentard
Serpentard

Re: [Habitation] Isidar Mithrim

Message par : Irina Levski, Mar 1 Nov 2011 - 21:18


Lorsqu'Irina ouvrit les yeux, sa première réaction fut *Bo*del de m*rde qu'est-ce que j'fous ici ? Pis, c'est quoi, déjà?!* L'image floue qu'elle avait devant elle ne ressemblait en rien à ce qui lui semblait qu'elle avait quitté ; la forêt. Elle dut cligner ses paupières, s'y reprenant à plusieurs fois, afin d'avoir quelque chose de clair et net devant elle. Il lui sembla qu'elle se trouvait alors dans une maison, en tout cas, elle était dans une chambre aux premiers abords chaleureux. Mais pour la jeune fille, rien ne valait mieux que de sortir de cet endroit ou Merlin seul sait qui l'y avait emmenée... Avec les évènements terribles qu'elle avait traversé, rien n'aurait été pire que de se retrouver chez des inconnus...

Irina s'assit sur le bord du lit, et constata une chose ; ses vêtements avaient disparus et avaient été remplacés par un pyjama deux pièces en coton, assez mignon tout de meme. La jeune femme, n'ayant perdus en rien ses anciennes habitudes, regarda l'étiquette. Le nom écrit finement sur l'étiquette interpella la belle blonde ; Golce & Banana. Chic. Son hôte, en tout cas, avait le sens du gout.

Après s'être examinée attentivement, et qu'elle ait remarqué que ses blessures s'étaient un peu refermées et que la tête ne lui tournait plus autant que dans ses souvenirs, Irina entrepris de fouiner un peu partout à la recherche d'indices sur son mystérieux hôte. Déjà, ses vêtements n'étaient pas en boule dans un coin de la pièce. Mauvais signe, elle ne pourra pas s'échapper revêtue de se pyjama tout fin. La belle blonde remarqua ensuite une fenêtre, le ciel commençait à s'assombrir. Elle entreprit de se lever pour aller jeter un coup d'oeil, histoire de voir si une éventuelle évasion nocturne pouvait être envisagée de ce côté là. A peine fut-elle debout que la tête lui tourna violemment. Tout ce que la jeune femme réussi à faire, c'est de se rattraper à la lampe posée sur la table de chevet. La jeune femme voulu dégainer sa baquette, sauf qu'elle avait disparu. *Y'en aura encore beaucoup, des mauvaises nouvelles comme ça ?!* Inévitablement, la lampe finit sa course au sol, explosée en milles morceaux... Tout comme Irina d'ailleurs, sauf qu'elle n'avait pas explosé.


-Hééééé Mer** ! Siffla la jeune fille entre ses dents, tout en essayant tant bien que mal de ramasser les morceaux...

Soudain, elle entendit du bruit dans les escaliers et entreprit de planquer les morceaux sous le lit, puis se recoucha dedans, mine de rien... Quelques secondes plus tard, une sorcière blonde, aux yeux clairs - à laquelle on ne donnait pas plus de 26 ou 27 ans - et qui ressemblait étrangement à Irina, dans un futur plus ou moins proche. *Ho, Gosh*, pensa la jeune femme tout en déglutissant, tandis que son hôte ordonait à un elfe d'apporter à manger à leur invitée, hmmm... Spéciale, disons. Lorsqu'il revint avec le plateau repas, un doux parfum, issus d'un mélange d'épices et de merlin sait quoi, enfuma la pièce. Hummm, cette bonne odeur... Irina n'en avait plus sentie de pareille depuis longtemps ! A ce souvenir, une larme perla le long de sa joue.

Quoi ? J'ai dit une larme ? Non, vous avez sans doute mal lu... Jamais la belle russe n'aurait versé de larme devant quelqu'un, et encore moins devant une inconnue, meme si cette dernière et elle se ressemblaient étrangement... La jeune femme engloutit le plat en 2 minutes 46 secondes, très exactement. Depuis combien de temps n'avait-elle pas mangé un repas complet comme celui-ci ? Elle n'en avait plus aucune idée... Après avoir goulûment enfourné la dernière bouchée, Irina saisit la cruche remplie d'un liquide à la couleur bizarre et but tout son contenu d'une traite. C'est qu'elle avait soif, la p'tite ! Lorsqu'enfin, le ventre remplit, la jeune femme ouvrit la bouche, elle ne savait pas trop quoi dire...


-Heuuu, merci de m'avoir emmenée mais, j'suis ou là ? Et on est quand ? J'ai pas vraiment de souvenirs de ce qui s'est passé mais si vous voulez... Elle s'arrêta net. Et si cette personne était en fait une délinquante sous ses airs de bonasse blonde ? Irina n'avait que trop souffert pour abaisser sa garde, et lança donc sur un ton cinglant ; Mais vous, qui-êtes vous ?!
Revenir en haut Aller en bas
Actarius Bright
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Aigle royal
Fourchelang
Occlumens
Chercheur (Créatures Magiques)


Re: [Habitation] Isidar Mithrim

Message par : Actarius Bright, Dim 6 Nov 2011 - 12:33


Eh bien... En voilà un week-end des plus normaux chez les Bright. Il ne savait absolument rien de cette jeune femme, pas même qui elle était. Cela troublait hautement Actarius... Seule en plein milieu de la forêt... Une seule question résonnait continuellement en son esprit : "Que lui était-il arrivé ?". Et les traces de coups qu'il découvrit sur sa peau lorsque Clélia lui retira le superflu de vêtement ne le laissèrent absolument pas indifférent... C'était affreux. Un spectacle des plus macabres... Actarius avait beau être solide et dur, voir une jeune enfant ainsi couverte de marques toutes plus laides les unes que les autres faisaient vaciller sa volonté.

Bientôt, un jeune homme entra dans la pièce... La copie conforme de Clélia ! Jusque-là, il ne l'avait jamais rencontré, bien qu'elle lui ait souvent parlé de son très estimé frère jumeau... Les mêmes yeux, le même visage pour peu, la même chevelure claire... Il n'y avait aucun doute possible. Ils étaient bels et bien des jumeaux... Ce dernier constat avait d'ailleurs arraché un petit sourire à Actarius, lui faisant oublier quelques brèves secondes l'urgence de la jeune inconnue qui se faisait soigner par le Médicomage.

Quelques instants plus tard, une fois qu'ils eurent terminé de s'occuper de la jeune invitée, Actarius sortit de la pièce en même temps que sa fiancée et son futur beau-frère, les laissant faire leur retrouvailles - d'après ce qu'il lui sembla - quelques peu mouvementées sur le départ. Mais finalement, tandis qu'ils - surtout que Clélia-la-pas-zen - se calmèrent, Actarius salua enfin le jeune russe, échangeant avec lui comme il le faisait avec les gens qui le mettaient en confiance ; sans masque ni sourire calculé dont il avait acquis la maitrise depuis qu'il travaillait comme vendeur puis maintenant Ministre, surtout Ministre en fait... Cet homme qu'il avait en face de lui n'avait, mais alors là, rien à voir avec Ethan Skywolf, hautain personnage sans doute un peu trop fier et imbu de sa personne.

Ils discutaient encore, une tasse de thé préparé par Actarius devant chacun quand un fracas se fit entendre de depuis la chambre où se reposait la demoiselle qu'ils avaient recueilli.

Namour... Je crois qu'elle...

Il dût se retenir de bondir pour suivre Clélia tant ses inquiétudes se réveillèrent, tout comme Jensen d'ailleurs apparemment. Mais sur la demande de la Magenmage, tous deux se calmèrent et restèrent à leur place, discutant, non plus d'eux-mêmes mais plutôt de l'état de santé de la jeune fille. Et des marques qu'elles devraient porter sans doute à jamais... À moins que... Actarius avait la solution pour ça et en avisa son beau-frère mais ce serait pour un peu plus tard... Avec tous les phénix qu’il y avait dans le manoir…

Il espérait que tout se passerait pour le mieux entre la jeune étrangère et sa fiancée... Il n'avait pas à s'en inquiéter en fait ; elle adorait les enfants alors certainement que ça se passerait bien... Même si dans le cas présent, c'était surtout une jeune adulte...
Revenir en haut Aller en bas
Clélia Skywolf
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: [Habitation] Isidar Mithrim

Message par : Clélia Skywolf, Jeu 22 Déc 2011 - 16:14


-Nouveau rp-


Un petit flocon. Deux petits flocons. Trois petits flocons. Il neigeait comme jamais, recouvrant la terre d'un manteau blanc à l'allure de coton d'ouate mais tellement tellement froid. Quand elle était petite, elle adorait jouer au milieu de ce tapis merveilleux, elle construisait des bonhommes de neige ou faisait des batailles de boules de neige avec son père... Oui son père, car malgré qu'il ne soit que son père d'adoption, il l'avait élevée, avait pris soin d'elle, l'avait cajolée et consolée, avait joué avec elle... Il était là pour elle, l'avait toujours été et le serait toujours. Il avait beau ne pas être son père de sang, il resterait le seul homme au monde en qui elle aurait totalement confiance, c'était son père à elle et à personne d'autre. Juste le sien, son "papa adoré", comme elle aimait l'appeler quand l'envie lui prenait d'être une gentille fille câline..

Clélia soupira et détacha ses yeux de la fenêtre. Elle redescendit sur terre, regarda sa montre, son cousin ne devrait pas tarder et Actarius n'était toujours pas rentré. La Magenmage avait décidé de ne voir ses parents que le lendemain, elle leur présenterait ainsi Irina qu'ils n'avaient jamais vu. Elle voulait passer ce réveillon de Noël en compagnie de son fiancé, de sa soeur et de son cousin, juste eux. Elle s'essuya les mains sur son tablier et regarda sa pâte à crêpes tout simplement parfaite. Lisse comme jamais, elle l'avait faite à la seule aide de ses bras alors que des moldus utilisaient des batteurs électriques comme ils disent, quand aux sorciers rien de tel que la magie pour tout faire et s'empoter. Elle sourit et la plaça dans un coin pour qu'elle repose. Elle avait le temps de se changer et s'occuperait de les cuire toutes ensuite.

La femme grimpa les escaliers lentement, elle sentait sa tête tourner et avait envie de vomir. Avoir la nausée au réveillon de Noël, quelle horreur me diriez-vous, mais cela la fit sourire et elle porta lentement la main à son ventre qu'elle caressa automatiquement, comme si c'était inscrit dans ses gènes. Elle inspira un grand coup et, la main posée sur la rambarde, elle continua sa montée vers sa chambre. Heureusement, cela faisait à peine quatre semaines d'après son test et son ventre était toujours aussi plat. Elle rentra donc sans problème dans sa robe, heureuse de l'avoir achetée bien qu'elle se sentit légèrement serrée au niveau de la poitrine. La Magenmage attrapa sa baguette et s'occupa de réajuster la robe de sorte qu'elle lui aille comme un gant, disent les moldus. Et la robe me diriez vous, comment était-elle ? Bordeaux "violacé", en mousseline, elle lui arrivait juste au niveau du genoux. Le bustier était attaché autour de son cou, il plissait légèrement et était séparé du jupon par un noeud. La jupe donc allait en s'évasant tandis que le haut était moulant. Et quand elle tournait elle sentait le tissu virevolter autour d'elle. Mais elle évitait de tourner, cela lui donnait la nausée. Elle se rendit dans la salle de bain et se maquilla légèrement, elle savait qu'Actarius n'aimait pas ça et pourtant elle ne pouvait s'empêcher de le faire, elle aimait se maquiller. Prendre soin d'elle en fait. Elle se parfuma avec ce que son amant lui avait rapporté comme énième cadeau et sortit en direction de la chambre d'Irina.

La jeune femme qu'elle considérait comme sa petite soeur vivait dans une chambre non loin de celle qu'elle partageait avec le Ministre. Elle avait sa propre salle de bain et son dressing où s'entassait chaque jour un peu plus de nouveaux vêtements, l'une comme l'autre aimait le shopping et ne s'en privait pas. Clélia frappa à la porte et entra en souriant.

"Il est temps de te préparer, Actarius et Ethan ne devrait plus tarder..."

Irina hocha la tête et la directrice referma la porte. Elle redescendit en direction de la cuisine, enfila à nouveau son tablier et commença à cuire ses crêpes. Son secret ? Elle ne vous le dira pas, recette familiale ! Mais on sentait le gout de l'alcool... Je n'en dirai pas plus ! Clélia était perdue dans ses pensées, quand serait-ce le bon moment pour annoncer à toutes les personnes réunies, y compris l'ancien garde-chasse, qu'elle attendait un enfant ? Personne ne le savait à part elle. Elle l'avait gardé au fond d'elle, souhaitant profiter de cette douce nouvelle toute seule. Mais si Actarius ne voulait pas d'enfants ? Non, c'était tout simplement impensable. De plus elle sentait au plus profond d'elle que si elle devait choisir ce serait ce tout petit être qui l'emporterait, elle était incapable d'abandonner un enfant.

Elle finissait ses crêpes lorsque la sonnette la fit faire un bon. Elle appela Aster, réclamant qu'il ouvre sans que ce dernier ne vienne. La directrice grogna et se débarrassa rapidement de son tablier en appelant un elfe de Poudlard. Ce dernier reçu l'ordre de préparer le repas de Noël, le menu étant posé près des plaques de cuisson. L'elfe hocha la tête et se mit immédiatement au boulot, pas question de contrarier sa maîtresse... Elle jeta le tablier dans un coin de la pièce, remit de l'ordre dans sa coiffure et lissa sa robe avant d'aller ouvrir en souriant, chaussée sur ses escarpins noirs préférés.

"Добрый вечер*, petite princesse."

La Magenmage se jeta dans les bras de l'homme qui lui faisait face. Il éclata de rire et la fit tournoyer légèrement avant de la reposer et d'embrasser son front. Elle le fit entrer et le russe, qui connaissait déjà bien la maison, alla déposer ses paquets sous le sapin que les deux femmes s'étaient amusées à décorer, comme des enfants. Clélia attrapa le manteau d'Ethan et le pria de s'installer avant d'ordonner à l'elfe de lui servir quelque chose à boire.

"Un whisky pur feu m'ira très bien, Маленькая принцесса**"

La directrice demanda quant à elle un simple de verre de jus d'orange sous le regard totalement surpris de son cousin. Elle qui d'habitude ne rechignait jamais devant un verre d'alcool, la voilà qu'elle ne buvait que du soft. Etrange. Elle surprit son regard inquisiteur et lui tira la langue, il ne saurait rien avant que tout le monde ne soit réuni. Elle alla se placer en bas de l'escalier et appela sa soeur. Le russe quant à lui s'était affalé dans un fauteuil près de la cheminée.

"Irina ! Ethan est arrivé, viens !"

Ils ne s'étaient jamais vu de leur vie, les présenter avant l'arrivée d'Actarius calmera peut-être les tensions qui existaient entre les deux hommes slaves. Le bulgare et le russe se détestaient sans se connaître, bien qu'Ethan cherche sans cesse à se calmer, pour ne pas faire de peine à la seule femme à qui il tenait. Il se tourna vers la porte du salon et se releva en voyant entrer la fille que Clélia avait appelé, Irina. Elle ressemblait tellement à sa cousine... Elle paraissait juste plus jeune, peut-être à peine entrée dans la dure loi de l'âge adulte. Par réflexe, il joignit ses talons et salua la nouvelle venue, main sur le coeur puis se redressa en souriant. Une femme de plus qu'il ne draguerait jamais.

"Irina est comme ma soeur... Nous l'avons recueillie... Enfin, c'est une longue histoire !"

La directrice sourit et attrapa son verre alors que son cousin faisait de même. Irina commanda le sien qui arriva bien vite et tous trois s'installèrent dans le salon en attendant la quatrième personne...


-----------
*Bonsoir
**Petite princesse


Robe
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: [Habitation] Isidar Mithrim

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 3 sur 4

 [Habitation] Isidar Mithrim

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Autres Lieux Magiques ~¤~ :: Les villages-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.