AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Le Parc :: Le Lac
Page 54 sur 54
Le Lac
Aller à la page : Précédent  1 ... 28 ... 52, 53, 54
Élius Askin
Serpentard
Serpentard

Re: Le Lac

Message par : Élius Askin, Mer 11 Oct - 7:45


La bulle bleue.
Avec Louise Dahmer
Rencontre, 11 ans et demi.




Ruisselle - sur la peau frissonnante de la poupée - l'odeur de peur, imprégnant un obscur instinct et ma langue de son sirop. L’hyperesthésie symptomatique à l'état de prédateur décoche ses douloureuses aiguilles, comme du sel sur une chair dépouillée. Peigne reposé, à présent je le sais, une brise peut lacérer mon épiderme, un bruissement fendre mes oreilles et un éclat brûler mes yeux. Nerveux de m'être ainsi fait piéger, je laisse basculer quelques secondes ma tête en arrière, quand la voix claire de la sorcière redresse mon esprit funambule sur son fil vacillant. Voir le stupide Gryffondor s'approcher de nous accélère mon rythme cardiaque et c'est un peu tremblant moi aussi que je souffle en enfonçant mon visage dans les précieux cheveux d'argent :


— Que penses-tu d'Émilie ? Nous pourrions le tester tout de suite, on va s'amuser... Appuyer discrètement les dents du peigne contre ma cuisse focalise un peu mon attention ailleurs. Mais déjà le garçon est là, et mon sourire de circonstance peine à prendre place sur mon visage quand je lui réponds : 


— Zéphir ! Y'a t-il un match aujourd'hui ? Je te présente Émilie. - une main plaquée autour de sa nuque, l'autre reprend fébrilement le coiffage en continuant ma réplique au sorcier - Émilie ne parle pas, mais elle est très heureuse de te rencontrer. Est-ce que tu la trouves jolie ?
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Louise Dahmer
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Le Lac

Message par : Louise Dahmer, Jeu 12 Oct - 15:46


Je regarde le jeune Gryffondor de loin, triste et en même temps soulagée de ne plus être seule avec Camille. Lorsqu'il arrive, il l'appelle Elius? Donc il m'a menti? Je comprend alors qu'Elius veux jouer a un jeu. Mais le nouveau venu agis amicalement avec Elius, ce qui me fait pensé qu'il n'a pas l'air si méchant, et que son jeu est amical.

Emilie ? C'est un prénom vide, j'aime mon prénom. Je me rend compte que ma joie est temporaire lorsque Elius met sa main sur ma nuque. J'ouvre ma bouche pour répondre mais aucun mot de sort. Mes yeux se lèvent et je plonge mon regard dans celui de Zephir. Si mon regard pouvais parlé, il crierait a l'aide. Je cache ensuite mon visage derrière mes cheveux et pose mes mains sur mon dessin, ne sachant quoi faire.
Revenir en haut Aller en bas
Zephir Riley
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Deuxième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Le Lac

Message par : Zephir Riley, Lun 16 Oct - 13:38


- S'il y avait un match de Quidditch, tu peux être sûr que j'y serais pour y assister, content de connaitre Emilie - je me plie en deux et déroule un chapeau invisible de ma tête en faisant virevolter ma main jusqu'aux niveau de mes genoux, comme le ferait un gentleman couvert, j'essaye de cacher mon mal être du mieux possible.

Décidément, croiser Élius est synonyme de situation étrange, une main posée sur sa nuque et l'autre à la coiffer pendant qu'elle plonge son regard dans le mien d'une manière étrange. Je rêve d'être foudroyé, transformé en tas de cendre et de partir emporté par le vent, si Dieu existe qu'il le fasse.

- Ah elle ne parle pas ? ... Intéressant, c'est parce qu'elle est muette ou qu'elle a peur de toi ? - un peu d'humour pour essayer de détendre l'atmosphère, enfin ... je crois que c'est de l'humour ou du moins, c'est ce que mon ricanement laisse pensé - Oh, oui oui elle est jolie - pose-t-on vraiment ce genre de question à quelqu'un, en plus devant elle ???

Dans un moment de silence, je réalise que je tape frénétiquement du pied et que je me gratte le bras, je dissimule moins bien mon stress que je ne le pensais.

- Bon bon bon ... bah, je vais vous laisser tous les deux, à plus !

Je tourne les talons et m'éloigne d'eux d'un pas trop rapide pour être naturel, ça m'apprendra à jouer au bon samaritain.
Revenir en haut Aller en bas
Élius Askin
avatar
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Cinquième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Le Lac

Message par : Élius Askin, Jeu 26 Oct - 4:04


La bulle bleue.
Avec Louise Dahmer
Rencontre, 11 ans et demi.




La brise courbe la pelouse et Zephir son échine devant nous. Insatiable araignée, ma main agrippe un peu plus le cou d'Émilie pendant que le sorcier me questionne. Peur de toi ? ...Peur de MOI ? La phrase picote dans ma tête comme une pluie d'évidence salée. Tremble le peigne devant la cruelle idée que la poupée pourrait m'échapper. Sous les sillons incertains des dents de bois, son parfum de fraise commence même à se faner, comme son visage - caché. Je fixe un instant le Gryffondor visiblement embarrassé ; peut être voudrait-il jouer aussi avec nous ? De gauche à droite, ma tête balaye cette question quand il nous offre sa dernière réplique. Puis il se retire et mon menton pivote doucement vers l'enfant de faïence.


Silencieusement, je saisis une de ses mèches pour la glisser derrière son oreille et approche mes lèvres de sa joue. Ainsi penché, son épaule collée à mon torse, je peux sentir à nouveau son odeur fruitée. Ma main lâche le peigne pour aller caresser son avant-bras et j'essaye de l'apaiser en murmurant sur sa peau froide :


— Tu ne dois pas avoir peur de moi tu sais. - m'éloignant légèrement - Je vais bien m'occuper de toi. Mes doigts pianotent jusqu'aux siens et une pensée derrière mon front. En voyant comme je prends soin de Camille, elle sera rassurée, c'est sûr. Effleurant son tympan je chuchote :


— Ne bouge pas. Je vais te présenter quelqu'un. Tu vas l'adorer, Hihi ! Ravi d'avoir pensé à cette rencontre je me lève - dans un léger gloussement - et m'en vais lentement en reculant, sourire déformant mes traits. Un dernier regard sur la figurine et je cours le plus vite possible jusqu'aux cachots. Quand je reviendrai avec Camille, on s'amusera tous les trois !
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Ulysse Daiklan
avatar
Préfet(e)/Gryffondor
Préfet(e)/Gryffondor
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Le Lac

Message par : Ulysse Daiklan, Jeu 11 Jan - 12:47


A la rosée du matin

PV Elhiya &  Vincent
Vu que pas de réponse depuis plusieurs
mois je pique le sujet keur keur


Je n’en reviens pas. Sérieusement, qu’est-ce que je fous là ?

Vous voyez à la base, être préfet je voyais ça d’une façon trop classe. Genre comme Lydie avec son air passif agressif ou Loredana avec son calme rassurant, ce genre de truc vous voyez. Qu’on respirait vraiment quelque chose, de l’autorité ou je sais pas, du sex-appeal au moins. Visiblement non, au contraire. Non moi, l’insigne elle a juste eu l’air de fonctionner sur la Serpentarde en mode « Je peux embêter les Rouges tranquilles » sauf que NON. Et puis, encore on a de la chance. S’il avait envoyé un hibou à Daemon au lieu de moi… Je sais pas qui serais le plus en miettes. Probablement le parc du coup.

7h15. Perché sur ma branche, j’attends la venue des autres. Un matin tranquille et habituel à part cette accroche. Je me suis réveillé… puis j’ai oublié. Enfin, je crois. J’suis allé faire mon footing, de nuit, pour me vider la tête. Cette fois-ci au moins j’ai pas croisé d’élève Rouge en train de faire mumuse à observer un troll, c’est déjà ça. Douche, préparation. Ce qui est bien avec le fait que tout els élèves de 7èmes années partagent leur dortoir, c’est que je suis absolument sûr que Vincent sait que je suis déjà parti. Même pas besoin de lui laisser un mot en mode « Oubli pas. » non, non.

De toute façon, je suis trop idiot pour cela n’est-ce pas ? Un grommellement s’échappe de ma gorge alors que j’observe la disparition de la Lune sous le lever du soleil. Un jean de couleur clair, une chemise noire, mon insigne et ma robe… Non bah non. Uniforme moche obligé hein. Ce serais trop beau de pouvoir bien s’habiller à Poudlard, vous pensez bien ! Bon y’en a à qui l’uniforme va bien je dis pas.. D’ailleurs je vais pas tarder à le constater par moi-même.

Regard vers, le sol, j’hésite. Si je ne saute pas, pas sûr qu’ils me voient. Si je saute, je perds tout mon effet. Faut qu’ils appréhendent un peu de venir… Bah quoi ? J’vous ai dit, je veux être un préfet qui respire la classe tout ça ! Vague concentration sur ma sœur et levé de baguette.

- Expecto Patronum

Et voilà. Au moins ils connaitront l’emplacement que j’ai choisis. Mon léopard fantômatique se décide à faire un tour de l’abre avant de se poser au bord du lac, regard fixé sur l’eau. Je sais pas si les patronus ont une conscience le temps qu’ils passent hors de nos baguette. M’enfin, dans tous les cas maintenant ils savent ou je suis, c’est déjà ça.

Maintenant qu’on est proche de l’heure, ils ne devraient plus tarder à arriver. Enfin, même si Vincent m'a prévenu qu'il pourrait arriver en retard. Regardez moi, à peine je prends une décision que je suis déjà bien trop flexible.. Bref. Je sauterais de ma branche dès que je les verrais arriver, et que l’un d’entre eux sera assez près. Bon. Mon entrée soignée c’est fait, maintenant…

Qu’est-ce que je vais bien pouvoir leur dire ?
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Vincent Kilarno
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Le Lac

Message par : Vincent Kilarno, Jeu 11 Jan - 19:23


Un bâillement sonore et tonitruant. Voilà ce que fut le premier rugissement du lion lors de son éveil. Encore une fois, il avait mal dormi. Une de ces nuits d'insomnie, comme il en souffrait trop ces derniers temps. Il regarda la pendule du dortoir, d'un air un peu pataud, et se frotta les yeux.

« 7h07… tout va bien, j'ai encore mon temps. »

Il avait été « convoqué » par son préfet, pour « tenir la chandelle » de son rendez-vous romantique avec une Serpentarde dont il avait à peine croisé le chemin lors d'un passage par la bibliothèque. La dénommée Elhiya, bien que jolie, était un peu trop fermée d'esprit pour Vincent. Probablement Ulysse avait des exigences moins drastiques à ce sujet là. Non. Ulysse avait définitivement des exigences moins drastiques, se corrigea-t-il.

La vulgarité de leurs derniers échanges ne lui avait guère donné l'envie de se presser. Les menaces, ça ne fonctionnait pas sur lui. Retirer des points à sa propre maison ? Et puis quoi encore ? L'envoyer chez la directrice adjointe ?! Il avait du boire quelque chose de pas nette pour sortir des âneries pareilles. Un préfet, d’autant plus de Gryffondor, ça se doit d’être classe. L’homme le plus classe du monde, même. Ca ne se permet pas d’être frivole.

Pouffant à cette pensée, il revint à ses habitudes. Ainsi, comme chaque matin tranquille, il prit son temps, et déjeuna copieusement comme tout bon garçon venant de Paris. Une demi-baguette, tranchée en deux, couverte de beurre et de confiture de fraises, une petite madeleine, dont il conservait un paquet dans le tiroir de sa table de chevet, et un grand café ! Voilà de quoi démarrer une bonne journée.

Après une douche rapide et l'enfilage de son uniforme, un regard dehors pour voir l'aspect du temps, clairsemé jusqu’à midi au moins, estima-t-il ; il fouilla dans ses affaires et récupéra deux sachets qu’il fourra dans son manteau. Chez les Kilarno, on n'allait jamais à un rendez-vous sans cadeau. « Convocation ou non » pensa-t-il.

Il descendit les marches du château à son rythme, prenant le temps de saluer les camarades de sa maison qu'il voyait, ainsi que ceux des autres maisons qu'il appréciait. Il aimait le fait de ne pas avoir d' « ennemis » à Poudlard. Après tout, il était là pour apprendre, pas pour se quereller. Bien idiot serait celui qui viendrait lui chercher des poux. Non qu'il répliquerait par la violence, mais bien au contraire, il userait de toute sa diplomatie verbale, jusqu’à le faire capituler par épuisement psychologique. Il avait hérité du franc parler des Français et de la tchatche des Italiens. En éloquence, il était imbattable, infatigable, intuable !

Le chemin menant au lac depuis le château prenait du temps, aussi escomptait-il bien arriver en retard d'au moins dix bonnes minutes. Suffisant pour lui faire comprendre qu’un préfet ne convoque pas un de ses camarades, point trop pour ne pas passer pour un malotru. Tout comme il était curieux à propos d'Elhiya, il était aussi intrigué par cette soi-disant tentative de meurtre, dont Ulysse parlait dans sa lettre. Etait-il sérieux en écrivant cela, se demanda-t-il. Si tout cela était vrai, effectivement, il aurait de quoi discuter avec Mme Philaester, nul besoin de rédiger un rapport à cette fin.

Il regarda dans le ciel, et aperçut un petit point gris au-dessus de sa tête. Ariane était au rendez-vous, comme prévu. Il aimait la savoir près de lui lorsqu’il sortait de Poudlard. Elle le rassurait. Bientôt sept ans que cette vieille chouette lui livrait son courrier. Sans nul doute, un lien s’était créé entre elle et lui. Il n’avait qu’à la siffler pour qu’elle ramène ses plumes. Où elle atterrissait, et surtout COMMENT, étaient une toute autre histoire.

Une silhouette argentée fit face à Vincent. Imposante, tachetée, au regard fugitif vers le lac, on aurait pu la méprendre avec une sculpture égyptienne faite toutes de pierres, si l’horizon ne se voyait à travers elle. Le Patronus d’Ulysse était là, comme il avait pu le rencontrer hier soir.

Vincent soupira. Pourquoi utiliser un sort si empreint d’émotions pour se faire remarquer ? N’avait-il pas l’audace de se montrer lui-même ? Avait-il un remarqué un gros bouton sur son nez ce matin, devant la glace, en se lavant ? Il avait du mal à comprendre ce moyen de communication chez les sorciers. Cela était un peu trop has been pour lui. Un peu comme ces cartes d’anniversaire moldus permettant d’enregistrer sa propre voix. Totalement has been.

« Ulysse, je ne peux pas arriver en retard si tu n’es pas toi-même au point de rendez-vous ! »

Il leva les bras vers le ciel, d’un geste dépité, et soupira. Où pouvait-il bien se planquer, se demanda-t-il…
Revenir en haut Aller en bas
Elhiya Ellis
avatar
Modération RPGSerpentard
Modération RPG
Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Le Lac

Message par : Elhiya Ellis, Jeu 11 Jan - 19:49



A la rosée du matin



Pv Lysse    & Plush  
LA de Plush
LA mutuel Lysse

Bon, le coup du patronus qui te sautais dessus et qui te faisais une léchouille c’était le second coup que ça arrivait, et ça te surprenait toujours autant, surtout que t’étais tranquillement en train de bosser un peu de métamorphose. L’animal avait fait flipper Muffin qui t’avait sauté dessus renversant au passage le panier de boursouflet sous l’œil désabusé des deux salamandres.  Sans vraiment reconnaitre l’animal argenté t’avais rigolé un peu vu son attitude et accueillais sa requête en pouffant. L’autre abruti de la bibliothèque été parti se plaindre à Ulysse. Pas de bol, il avait tiré le mauvais numéro pour le coup en misant tout sur le blond. Avec un poil de jugeote Vincent aurait pu s’avérer franchement une distraction sur laquelle t’aurais pu t’arrêter, mais là, c’était un peu décevant.

En une grimace t’avais noté sur un bout de parchemin l’heure à laquelle monsieur Pins-tout-neuf voulait que tu les retrouve. 7h30, c’était juste bien trop tôt pour toi, depuis le temps il n’avait toujours pas noté que t’étais pas du matin ? faudrait peut-être qu’à l’occasion tu lui glisses l’information, car là si tu te pointais à l’heure ça relevait du miracle ou de l’insomnie... Bref….

Sans surprise, au matin, c’était Whisper te sautant dessus qui t’avais réveillée, suivit de très –trop- prés par Mumble. Là aussi faut que tu vois quoi faire avec ces deux écailleux, le poivre de bon matin ça devenait compliqué au bout d’un moment. En parlant de bon matin, coup d’œil rapide à ton dortoir : pas d’Eurydice, personne. Pour sure t’étais plus qu’à la bourre là. Douche express, uniforme propre enfilé rapidement, p’tit dej à l’arrache composé d’un cookie piqué dans la chambre de Jace déjà parti en cours –ou ailleurs- et tu t’extirpais des cachots. Alors, courir ça aurait pu être une idée brillante, surtout vu que tu devais traverser le château et le parc pour aller au niveau du lac, mais… non trop d’effort pour un matin.

Tout en marchant, t’avais fini par mettre ta cravate sous ton col, la nouant légèrement, laissant comme toujours les deux premiers boutons lâchés, et t’emmitouflais dans ton sweat à capuche bien plus chaud que cette stupide cape de sorcier roulée en boule dans ton sac. Petit arrêt en faisant un premier pas dans le parc, il faisait frais, il abusait le blond quand même, il aurait pas pu opter pour un truc bien au chaud quand même ? Surtout qu’il voulait faire quoi ? Jouer les méchants et grogner en montrant son insigne ? Valait mieux pas, tu arriverais pas à te contenir suffisamment pour pas te marrer ou trouver ça mignon. Par contre l’autre , le Vincent là, t’avais été relativement gentille avec lui vu que t’étais pas en forme mais fallait peut-être pas passer le bouchon trop loin non plus, sinon il finirait mal même en présence de son préfet.

Capuche sur la tête, mèches blondes dépassant de part et autre du tissus moelleux t’avais fini par repérer la luminosité caractéristique des patronus un peu plus loin et décidais de t’y rendre. Il pouvait y avoir 36 personnes qui s’amusait à sortir sa bestiole argenté si tôt. Le temps du trajet une sucette à la fraise était venue compléter ton repas du matin, fichu réflexe piqué à Eurydice… Tu la faisais passer d’un coté à l’autre de ta joue en scrutant les deux silhouettes au niveau d’un arbre. Un garçon planté sous les pieds d’un autre. Vu la panthère qui tournait, même pas besoin de te demander qui ça pouvait être. Bon bah, c’était officiel t’étais bien en retard. Tant pis, au pire il allait faire quoi ton P’tit loup ? Pas grand-chose qui puisse effacer ce sourire amusé de ton visage à l’éventualité d’une punition en sa compagnie.

De quelques pas de plus, tu les avais rejoints, sucette en main, pour glisser derrière le brun et lui claquer un bisou surprise sur la joue avant de te tourner vers le blond descendu de sa branche. « Voleur de perchoir, j't’fais  un bisou, on s'dit bonjour ou restriction de Pins? » très important la politesse, surtout entre vous deux…. Pouffement de ta part, même toi t’arrivais pas à trouver tes propos crédibles. Sourire malicieux et coup d'oeil espiègle tout en continuant « Sinon, t’voulais quoi ? » Bah ouai, te forcer à te lever, et a te cailler en plein parc devait bien avoir une explication valable différente de « le ptit cafteur à coté de toi est une flippette qui m’échauffe les oreilles par ta faute »
Revenir en haut Aller en bas
Ulysse Daiklan
avatar
Préfet(e)/Gryffondor
Préfet(e)/Gryffondor
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Le Lac

Message par : Ulysse Daiklan, Jeu 11 Jan - 20:37


A la rosée du matin

PV Elhiya &  Vincent
LA de Lhiiya forever


Bon.
Cinq.
Dix.
Quinze.
Vingt.

Wow enfin un qui se pointe. Vincent, pas étonnant. Je suis à peu près sûr que la blonde fera exprès d’arriver à sa suite. Bon. Peu de temps et j’ai déjà une idée à me faire du personnage. Il arrive, soupire. Déjà. Puis il lève ses bras au ciel de façon totalement mélodramatique, avant de s’adresser à moi de façon totalement exagérée.

Je passe ma main dans ma barbe. Ok donc on a un théatreux. Parfait, exactement comme l’autre tête de Nœud… quoi que l’autre sait au moins se battre. Je crois que le truc en dessous de moi serais incapable de battre Calypso, c’est vous dire. Un regard dépité tandis que je regarde également la blonde arriver, et planter un bisou surpris sur la joue du brun. Un sourire en coin se dessine sur mon visage pendant que je fais disparaître le léopard.

La phrase de Lhiya grille totalement toute ma couverture mais tranquille. Je lève un sourcil dépité avant de glisser de ma branche. Puis alors, heureusement que j’ai fait du sport ce matin, ça me permet de ne pas me casser la figure à l’atterrissage.

- Mon pin’s t’embête. En plus tu sais qu’il me va bien.


Je relève la tête pendant ma phrase, dévisage les deux. Eh bien, entre sa tenue, ses petits Pouffements et son regard, elle donne vraiment sont maximum pour que je perde contenance. Je soupire puis vais faire un bisou sur la joue de Lhiya avant de regarder à nouveau l’autre rouge.

- Et donc comme tu l’auras compris, vous êtes bien en retard. Et cela fait vingt minutes que je vous attends, même si le rendez-vous était il y a cinq minutes. Après tout, on est consciencieux, ou on ne l’est pas.


Je ne le suis pas. Un sourire bien trop condescendant, j’ai juste envie de me débarrasser de cela en fait. Et de retenir mon rire à ma dernière phrase parce que bon… En fait j’avais plutôt prévu de les faire venir et de les faire parler dans le vide, juste question d’avoir la punition de se lever trop tôt et d’arriver en retard au prochain cours. Saletés d’insomnies… je vais devoir vraiment parler. Le bruit de quelque chose qui tombe dans le lac me fait tourner la tête. Exactement le même bruit que… Je n’aurais pas dû choisir cet endroit. Bon tant pis. Mes mains se joignent dans mon dos.

- Bien. Je vous ai convoqués pour parler calmement de ce qu’il s’est passé et mettre les choses au clair. Vous allez chacun me donner votre version de ce qu’il s’est passé.

Et moi je vais attendre en mangeant du pop-corn.

Bon ok je l’ai pas rajouté, mais c’est à peu près ce que je pense. Je regarde la blonde manger sa sucette et… oh mon dieu elle pouvait pas s’empêcher de manger ce genre de choses hein. Je lève les yeux au ciel avant de pousser un profond soupir, regardant l’un, puis l’autre.

- Qui commence ?

Bon dieu, encore une fois je suis bien heureux que Vincent se soit tourné vers moi et pas vers tête de Nœud… Clairement la blonde serait en train de se faire torturer. Ou les deux se seraient pris un avada bien placé. Ma tête se penche sur le côté à cette réflexion.

J’aurais peut-être dû refiler le dossier à Daemon finalement.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Vincent Kilarno
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Le Lac

Message par : Vincent Kilarno, Jeu 11 Jan - 23:07


Le tigre spectral d’Ulysse disparut, et finalement il apparut, descendant de son arbre, tel Adam envouté par les sifflements du serpent d’Eve. Il avait le sentiment de faire le pommier auprès de ce lac. Qu’est-ce qui lui semblait le plus vide de sens ? Cette bise abandonnée sur sa joue, ou cette question lancée au vent ?

Il était évident qu’il répondrait en premier. Légitimement, le préfet des gryffondors s’adressait à ses camarades en premier, qu'importe les liens entre ces deux êtres. Pour lui, les choses étaient claires, mais elle ne devait pas l’être pour Ulysse. Devait-il s’adonner à une poésie pour lui expliquer son aventure aux pays des écrits ?

« Bien que je crois avoir énoncé l’essentiel aux cours de nos échanges, mon cher préfet, permettez-moi de me me paraphraser en quelques vers pour être plus limpide. »

Il s’éclaircit la gorge. Nul place à l’ennui. Il allait s'éclater.

♫  « Lors d’un passage à la bibliothèque,
où je quêtais un savoir non sans échec,
je vécus une malencontreuse infortune,
la même cause de notre rencontre taciturne.
Entre les mains le Graal opportun,
Le serpent était bien chafouin,
Au combien le regard pernicieux,
Elle me conta un récit mystérieux.
À l’autre idiot de ce que je vois !
Tu ne ressembles en peu de cas !
Car celui avec qui tu forniques,
Outrageuse information devenue publique,
Semble aussi être la proie de ses crocs,
Et cela, fut la phrase de trop.
Alors préfet, dis moi ce que tu sais.
Car s’il y a convocation ici bas,
Il doit y avoir un crime au-delà. » ♫


Il se tourna vers son préfet. Ulysse Daiklan. Un gaillard blond aux airs de gaulois se donnant une image de bad boy, et qui portait épinglé sur son costume l’écusson des gryffondors. Triste totem d’une époque révolue où les couleurs portaient des valeurs. Qu’est-ce qui avait pu le faucher en plein vol pour qu’il puisse chuter ainsi ?

« Relations charnelles contraires au règlement. »

Il se tourna vers la serpentard. Elhiya. Je passe par ci, je passe par là. Siffleuse de vent, sourde oreille, meurtrière potentielle : le portrait qu’il aurait pu dresser d’elle, aussi tôt, était bien sombre. Etait-il possible d’apporter le salut à une âme de serpent ? Ce jeu était à coup sûr dangereux. L’autre s’était pris les pieds dans le tapis selon ses dires.

« Tentative d’assassinat sur un autre élève. »

Vincent recula, autant pour se préparer à une quelconque réaction que pour occuper l'espace, et écarta les bras, tel un prophète des temps jadis écartant les océans pour laisser passer ses fidèles vers la terre promise et renfermer les flots sur des païens sanguinaires.

« Tout cela intimement avoué sur une lettre à papier signée du préfet de Gryffondor, et gravé à jamais dans ma mémoire comme les mots d’une Serpentard. Dites-moi, ne devrais-je pas être celui qui convoque aujourd’hui ? »

Un pouf de rire sortit de ses lèvres. Oh, jouer le méchant ne lui allait pas. Il devait remédier à ça au plus vite, avant que le ciel ne lui tombe sur la tête. Une ancienne croyance d’un peuple de ton temps, n’est-ce pas Ulysse ?

« N’ayez crainte, mon silence est d’or. Mais j’aimerais écouter VOS versions, maintenant. Si je peux me le permettre, compagnons de confidence ? »

Voilà qui était une bonne entrée en la matière, se dit-il. Poétique, juste et direct. Il aimait définitivement son caractère de Français, et sa façon de parler avec les mains d’Italie. Il adorait renvoyer la balle dans le camp adverse. S’il jouait au Quidditch, il serait batteur. Tenir éloigner le cognard, pour le renvoyer de plus bel vers ses opposants. Un joli rôle, rêvait-il un instant.
Revenir en haut Aller en bas
Elhiya Ellis
avatar
Modération RPGSerpentard
Modération RPG
Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Le Lac

Message par : Elhiya Ellis, Ven 12 Jan - 10:02



A la rosée du matin



Pv Lysse    & Plush  
LA de Plush
LA mutuel Lysse

Mais quelle répartie! T'avais dû fourrer ta sucette dans ta bouche éviter de répondre directement au p'tit loup à propos du pin's. Un simple clin d'œil pétillant comme réponse, t'estimais qu'il comprendrait que ton avis sur son badge était semblable à celui que tu portais sur les cravates, enfin SES cravates pour le coup. Au pire, en cas de doute de sa part, vu sa tête pas super fraîche, tu te complairais à le lui rappeller. Enfin une fois que le brun serrait parti.

Non pas que tu avais quelque chose à faire de la présence du prénommé Vincent mais vu que Lysse semblait vouloir jouer les préfets, tu acceptais de faire de ton mieux pour pas trop de discréditer. Sauf qu'avec cette remarque sur le retard t'avais pas pu t'empêcher de rigoler discrètement en changeant ta sucrerie de joue.

Fallait pas qu'il pousse un peu trop le jeu de rôle quand même, car garder le silence allait devenir vite compliqué. En plus ce sourire condescendant, tu l'avais jamais vu encore, limite ça lui donnait un air de petit serpent. Etonnant et ... passablement intéressant. Comme ce réflexe de regarder ce qui était tombé dans l'eau. Ça aussi, réagir au son environnant c'était pas dans ses habitudes. T'avais froncé un sourcil une fraction de seconde avant de reprendre ton jeu avec sa sucette.

Vaguement t'avais entendu le blondinet dire qu'il voulait la version de chacun. Dubitative, dans un mouvement de mèches blonde en sa direction, tu t'étais mise à le fixer. La version de quoi? De ta rencontre avec l'autre rouge? Tu savais même pas ce qu'il avait raconté en plus. Juste qu'Ulysse avait jugé bon de prendre ton parti pour une raison que tu ignorais sur un sujet qui t'étais inconnu. Ça aussi t'avais pas compris.

Moue boudeuse sur les joues, tu retirais ta sucette de la bouche bruyamment, t'apprêtant à rétorquer que tu voyais pas ce qu'il y'avait à expliquer quand le Vincent te coupa l'herbe sous les pieds en se perdant en quelques palabres lyriques. Ce garçon pouvait franchement remercier la présence du blond sans quoi il aurait déjà fini avec au minimum un bloclang dans la tête...

Ça aurait été drôle qu'il s'en remette à Dey d'ailleurs. Tu venais tout juste d'y penser. T'aurais franchement eu envie de tester ce que la chef des Aurors t’avais enseignée, sur les deux à la fois, t’étais persuadée que t’aurais trouvé ça marrant. Après tout, on refuse pas ce que l’élite ministériel apprend aux têtes blondes n’est-ce pas ?

Ecoutant à moitié ce que l’autre racontait, tu tiquais un peu au fait que le brun soit au courant de la relation que tu pouvais nourrir avec Lysse. Même si tu te moquais depuis toujours de ce qu’on pensait de toi, t’avais pas nécessairement été crier sur les toits ce que vous faisiez quand l’envie te prenait. Enfin détail inutile, voilà que le Vincent se jouait juge t’un coup. Ridicule, pas de doute, ce type s’entendrait à merveille avec Daemon. Un pouffement t’échappait alors qu’un rictus mesquin avait pris place sur tes lèvres alors qu’il attendait que vous vous justifiez. Il avait de l’espoir le petit mignon. Il avait juste misé sur les mauvaises cartes.

- Ho. Mais fait pas ton jaloux voyons, on peut très vite régler ça t’sais. Ça m’gêne pas, ça gêne pas Lysse non plus, et t’inquiètes ça gênera pas l’autre idiot à coup sûr.  »

Tu avais adressé au petit mouchardeur un clin moqueur et reprenais avec amusement en callant ta sucette sur un coté de ta bouche.


« Pour les chatouilles de sortilèges, je veux bien m’en charger aussi … Parfois ça rapproche ces choses-là, soit pas timide, j’veux bien m’occuper entièrement de toi, j’te l’ai déjà dis »

Large sourire goguenard pour appuyer tes propos, autant que tu restes sur ce ton là, un terrorim pouvait partir tellement vite, et tu risquais de vouloir le forcer à aller pleurer au prés de ton idiot d’ex s’il te titillait un peu trop.
Revenir en haut Aller en bas
Ulysse Daiklan
avatar
Préfet(e)/Gryffondor
Préfet(e)/Gryffondor
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Le Lac

Message par : Ulysse Daiklan, Sam 13 Jan - 2:49


A la rosée du matin

PV Elhiya &  Vincent
LA de Lhiiya forever


Je reste sérieux, très sérieux. Mais par tous les dieux ce que c’est compliqué.

Ma mâchoire contractée, je me concentre sur Vincent. Mes mains sont repassées à l’avant, mes sourcils froncés. J’écoute ce qu’il dit avec une attention toute particulière, lèvres pincées. Je respire, fort, j’évite de laisser exploser ce que je retiens en mois. Des palabres à n’en plus finir, pour qu’au final ce soit à nous qu’il demande des comptes. Je pense que de l’extérieur on dirais que je vais le tuer ou que je suis constipé.

- Non mais je rêve..

Phrase murmurée question de me garder concentré un peu plus. J’ai dû halluciner tout le discour qui vien de se faire c’est pas possible. Je veux dire. Compagnon de confidence rien que ça ? Mon cœur bat très fort, mes abdos se contractent. J’avoue que j’ai du mal à me contenir. Je suis forcé de me mordre la joue et de contacter mes poings. Respire Ulysse respire. Puis là Lhiya parle et tout se relâche.

J’explose de rire à la face de l’autre, c’est pas possible sérieusement. Il a vraiment dit tout ce que j’ai entendu alors. Et visiblement l’idiot n’est pas moi. Mais pas grave ça, c’est drôle de pouvoir répondre avec Lhiya. Je reprends légèrement rapidement consistance avec une grande inspiration avant de répondre à son clin d’œil par un haussement de sourcils suggestif. Je la vois changer sa sucette de côté avant d’enchainer. Pas le choix, je secoue la tête de droite à gauche, avant de lancer un regard aguicheur à Vincent à mon tour.

- Oh non, pas entièrement. Je suis son préfet je te rappel, je dois… prendre soin des gryffonds.

Je me mordais la lèvre, alternant mon regard entre lui et Lhiya. Ma voix volontairement pleine de sous-entendu, avec une petite intonation boudeuse, le coté préfet était tombé. Je suivais la danse verbale que la Verte avait enclenchée. Il faut avouer qu’avec son coté étranger et ses yeux clairs il était pas mal… Et j’avais ça qui dormais à côté de moi depuis tout ce temps ? mh mh. Il a un petit côté Arty en fait avec son théâtre et ses grandes manières. Je me demande ce que ça ferait si les deux se rencontraient. Probablement l’équivalent d’une division par 0.  Un grand sourire tandis que je m’avance lentement vers lui.

- Tu sais Vincent… rien de ce que l’on fait n’est interdit. Crois moi, pour avoir appris le règlement par cœur.

Je me place volontairement derrière lui question d’avoir Lhiya en lune de mire. En même temps il fallait avouer qu’entre sa sucette, son uniforme déboutonné et sa capuche, elle était vraiment mignonne. Rha foutus regards, elle aura ma peau je vous jure. C’est pas normal que je sente mes pupille devenir plus sombre juste pour ça, faut que j’apprenne à me maitriser nom de dieu.

- Puis… Comme dit Lhiya soit pas jaloux, tu peux profiter aussi.


Un souffle, un ton légèrement plus bas que les autres mais assez pour que les deux m'entendent. Un sourire taquin à la blonde. Bah quoi ? Quitte à me mettre dans la gadoue pour rien autant que je le lui rende. Puis c’est pas moi qui ai dit c’est elle, avec son air de serpent charmeur. Kaa n’a qu’à bien se tenir, la concurrence est… dure.

Oh oui, il avait posé des questions et des accusations. Autant, normalement j’y aurais répondu, autant là c’est juste tellement ridicule. S’il va voir Mme Philaester, il va avoir de sérieux soucis. Diffamation, harcèlement morale, tentative de corruption, refus de se soumettre à l’autorité… Oui, de sérieux soucis. Surtout que si je n’accepte pas d’attester de son retard justifié, il risque d’avoir de sérieux soucis pour son prochain cours.

Et oui, ça donne ça de manquer de respect. Pris entre les crocs du serpent et les griffes du Lion. Jeune Lionceau, tu ne peux plus nous échapper.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Vincent Kilarno
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Le Lac

Message par : Vincent Kilarno, Sam 13 Jan - 17:21


Devait-il entrer dans leur jeu malsain, ou sortir sans passer par la case départ ? D'ailleurs, lui était-il possible de s’évader de la tenaille formée par Elhiya et Ulysse ? Son poème avait eu de l'effet, mais leurs réactions ne lui plaisaient pas. D’autant plus venant de son préfet, dont les expressions faciales avaient viré au rouge tantôt, cette rencontre se transformait en un traquenard dont il ne serait pas la proie.

« Drôle de façon de prendre soin de mes camarades, préfet. »

Il avait délibérément choisis le pronom « mes » au lieu de « nos ». Car pour un bref instant, il ne voulait plus s’adresser à Ulysse en tant que Gryffondor. Sa manière de se comporter l’exécrer au plus haut point. Cet imbécile ne pouvait-il pas simplement faire amande honorable ? Est-ce que le caractère des Serpentards avait autant déteint sur lui ? Change de demeure si tu aimes tant fricoter avec les serpents, Ulysse le flûtiste, mais ne déshonore pas le blason que nous t'avons confié avec tant d’espérance ! hurlait-il dans sa tête.

« Vous me parlez de jalousie, mais c’est là un sentiment que vous semblez mal connaître. Ce dernier nécessite de l'envie, du désir dirais-je ! Et je peux vous assurer qu'il n'en existe aucun en moi pour vous. »

Il regarda Elhiya et son accoutrement vestimentaire. Un uniforme mal boutonné, une capuche rabattue sur sa tignasse blonde, une sucette qui glissait d'une joue à l’autre : la fille qu'il avait vu à la bibliothèque lui semblait avoir plus de classe. Le serpent avait mué bien vite, et sa nouvelle peau la seyait avec perfection.

« Dur d’être conquis. Le temps n'est pas si mauvais pour porter se vêtir comme un sac. »

La proximité d'Ulysse derrière lui fut la goutte qui faisait déborder le vase. Il ne tournait jamais le dos à quelqu’un dont il se méfiait, et s’il s'était éloigné d'eux, choix qu'il avait cru être compréhensible, ce n’était pas pour se retrouver dans cette inconfortable position. Il glissa la main dans la poche de son manteau pour y attraper de ses longs doigts fins sa baguette.

« Pardonnez-moi d’avoir été si familier avec vous, mais je crains que la chaleur de nos relations atteignent une température de fusion que je ne souhaite pas. Laissez-moi rafraîchir un peu vos ardeurs. »

Il ne laissa pas le temps à reponse. Dégainant son instrument de magicien vers le ciel, les mots sortirent de ses lèvres en un instant. Un crépitement rose irradia à l’extrémité de son bois de charme, et la température chuta instantanément :

« Estompio Meteorribilis recanto ! »

Sur un rayon de deux mètres autour d'eux, les molécules d'eau se figèrent sur place. Le vent devint blizzard, et un mur de neiges tourbillonnant fit bientôt de la distance entre eux un rideau opaque. Comment la Serpentard et le faux Gryffondor avaient réagi, il aurait été incapable de le dire vu l'amas blanc qui bloquait son champ de vision. Tout ce qu’il savait, c’était qu’il devait courir dans une direction précise, celle du lac.

Ils n’étaient qu’à une petite distance du bord, aussi ne fut-il pas surpris qu’à quelques enjambées, son premier pied toucha l'eau. C’était le signal pour lancer son second sort, dont il espérait que le résultat serait celui prévu.

« Glacio ! »

Son deuxième pas atterrit sur un sol glissant. Il avait présumé la difficulté à rester debout, sur une échelle de un à dix, à six. Il devait s’être trompé d'un poil, car malgré la surface rugueuse de ses bottes d’hiver, le chemin de glace qu’il avait créé sur le lac était une terrible patinoire. Le vent et la neige de son sort précédent de l’aidaient absolument pas dans la tâche, aussi se contenta-t-il de garder sa baguette dirigée vers le bas et de glisser dans la direction la plus sûre.

Après quelques mètres, les effets de son « Meteorribilis recanto » s'atténuèrent et il se rendit compte que le heureux hasard l’avait poussé dans la direction du château. Il n'avait plus qu’à poursuivre son sort jusqu’au bord voulu pour retrouver terre ferme. Derrière lui, son sentier fondait déjà sous la température ambiante. Il s’arrêta un instant pour crier en direction de son vortex de neiges, sans savoir si ces deux compagnons étaient encore présents :

« Dante, un poète de mon pays, disait que les pêcheurs de luxure étaient balayés par les vents ! Prenez soin de vous ! »

Que ce soit dit, et que ce soit écrit ! Lorsqu'il posa pied à terre, il prit plusieurs minutes pour reprendre son souffle. La magie, si elle venait du coeur, lui en tirait toute ses forces aussi. Il avait le sentiment d'avoir couru un marathon, et était bien content de pouvoir rentrer à marche posée jusqu'au château, où il pourrait cette fois, pour de bon, reprendre le cours de sa journée, et la commencer certainement par une bonne sieste.

[Sortie en musique de RP de Vincent – on se revoit prochainement les amis ;p]
Revenir en haut Aller en bas
Elhiya Ellis
avatar
Modération RPGSerpentard
Modération RPG
Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Le Lac

Message par : Elhiya Ellis, Lun 15 Jan - 11:45



A la rosée du matin



Pv Lysse    & Plush  
LA de Plush
LA mutuel Lysse

Un rire ? Non, mais non, tu faisais un effort pour pas te marrer quand tu parlais à l’autre Gryffondor, il t’aidait pas ton p’tit loup là s’il en venait à partir en éclat de rire. Merci la sucette pour aider à garder le fil de tes idées et de ta répartie quand même. Tu lui avait adressé un coup d’œil malicieux à monsieur préfet qui s’occupait de ses rouges, soufflant rapidement un petit « J’finirai par être jalouse tiens » en pouffant. D’autant plus que tu avais l’image de Dey en tête quand Ulysse disait ça. C’était sur ce que celui-ci se laisserait poupouner par son binôme de Pins. T’aimerais bien voir ça quand même, juste pour lancer les paris sur lequel finirai en charpie avant.

Mais le blond qui se callait derrière Vincent avait chasser directement l’idée de ta tête. Nan, ce serait du gâchis, de laisser Ulysse perdre du temps avec Daemon. S’il en avait en rab et qu’il ne savait pas quoi en faire, tu voulais bien te proposer pour l’occuper. Enfin, dès que l’autre aurait pris la fuite, car étonnement, tu ne t’attendais pas à une démonstration de force ou de courage. Pauvre petit chat pris entre deux feux, avec ses idées bien trop étriquer il allait faire une crise cardiaque à ce rythme, surtout avec ce genre de petit sourire. Toi, ils t’arrachaient un sourire amusé, mais parfois ça ne fonctionnait pas avec tout le monde.

La preuve, il palabrait encore le p’tit brun. Un soupire t’avais échappé, et tu roulais des yeux. Un bloclang, c’était bien non ? En plus ce n’était pas trop méchant comme truc. Quoi que l’envie de faire le dictionnaire et décrire la définition des mots « envie » et « désir » te chatouillait le bout de la langue. Ne serait-ce que pour faire rougir monsieur bien trop coincé, mais il partait déjà sur autre chose : l’avis de l’uniforme scolaire. Bah là, Il n’y pouvait rien. Ce n’était pas toi qui avait décrété que les jupettes plissées et les bas c’était la meilleure des choses à porter. Tu préférais nettement ton Jeans la plupart du temps quand même. Par contre les cravates, ça, t’avais rien contre, ça pouvait être utile dans un tas de situation.

M’enfin, pas le temps de lui dire à l’autre Gryffon qu’il prenait la poudre d’escampette avec un rideau de neige qui te forçait à baisser ta capuche sur ta tête. Grace au ciel t’avais pas oublié ton écharpe. Par contre, niveau visibilité, et moyen de communication, obligé d’attendre que ça passe. Même pas la possibilité de l’insulter vu le vent qui t’empêchait de respirer correctement. T’avais bien pensé à sortir ta baguette pour vous protéger des intempéries, mais cette dernière se serait envolée, comme ta sucette…

Finalement, dans un laps de temps bien trop pour que tu n’ais pas envie de noyer l’autre Gryffondor au fin fond du lac, la tempête s’atténua, te rendant vision et parole. T’avais cherché des yeux le fuyard, passablement agacé. Il s’amusait à rebrousser chemin, un seul mot te venait en tête « lâche ». C’était maintenant sur, ce type s’entendrait à merveille avec Daemon. Cette facilité à se mettre en scène, à se croire supérieur et à assener une réplique inutile en disparaissant. Sur la pointe des pieds, t’avais haussé la voix pour qu’il t’entende.

" Fuis, tu ne fais que retarder l’inévitable petit chat !"

Oui, bon t’avais déjà fait plus acide et plus piquant, mais tant pis, il était un peu trop loin pour que tu jettes un sort ou que tu gaspille plus de salive à son attention. Un nouveau soupire t’échappais, tu regardais l’heure, pour le premier cours du matin, c’était n’était même plus la peine. Tu fourrais tes mains dans tes poches pour te réchauffer un peu, baissais les yeux sur ta petite jupe pour vérifier qu’elle fût a nouveau régit par les lois de la gravité et qu’elle couvrait tes fesses à nouveau avant de relever les yeux sur Ulysse en lui souriant.

« Aussi agaçant qu’il est mignon celui-là… il t’avait dit quoi au fait, pour que tu en viennes à lui parler de… nous ? » T’avais foncé les sourcils à ce mot « nous » qui n’avait strictement aucun sens et reprenais en esquissant une moue boudeuse « C’est malin en tout cas, maintenant il va fuir, va falloir que je m’amuse avec autre chose… Et il m’a fait perdre ma sucette en plus... » Déception du jour : plus que d’avoir perdu un nouveau jouet, t’avais perdu ta sucette. Chacun ses priorités, un peu comme les notions de politesses en gros, c’était suivant l’humeur. D’ailleurs, t’avais pas salué le blond à proprement parlé. T’étais parti te mettre à son niveau, te hissais sur la pointe des pieds et tirais sur sa cravate rouge et or pour l’attirer à toi et poser un baiser sur ses lèvres. « Bonjour au fait »
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Le Lac

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 54 sur 54

 Le Lac

Aller à la page : Précédent  1 ... 28 ... 52, 53, 54

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Le Parc :: Le Lac-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.