AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Autres Lieux Magiques ~¤~ :: A l'étranger
Page 9 sur 12
Voyage en Italie
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 8, 9, 10, 11, 12  Suivant
Damien J. Eales
Gryffondor
Gryffondor

Re: Voyage en Italie

Message par : Damien J. Eales, Dim 10 Sep 2017, 01:02


--------Remise en question - [PV avec Ciarán A. Merrow.]



Je tentais de faire le vide dans mon esprit, en vain, bien entendu. Désirant pour la première fois de ma vie que le silence soit roi, qu'il ne se passe plus rien autour de moi, que je ne pense plus à rien. Un peu comme si je cessais d'exister, que je cessais d'être moi. Mais comme j'aurais du m'y attendre, je n'allais pas rester seul bien longtemps... Malgré la pénombre, le clair de lune me permettait de distinguer la seule lueur d'espoir que j'avais : Chloé. Une parcelle de moi aurait souhaité qu'elle ne me suive pas, qu'elle reste dans l'insouciance de son profond sommeil qui lui allait si bien. Mais après tout, elle partageait ma vie, incluant donc tout les aspects de celle-ci. Ma moitié était désormais arrivée, s'installant à mes côtés sans dire un mot, sans effectuer le moindre bruit, se collant également à l'arbre contre lequel je me trouvais pour, d'une voix douce et faible, faire un petit trait d'humour.

Puisant dans le peu de joie se trouvant en moi en ce moment, je répondis par un léger rire, certes peu puissant, bref et plus éteint que d'habitude, mais sincère. Je ne pouvais pas donner plus pour l'instant, pas avec toutes ces choses qui tournaient en boucle depuis des jours et des jours. Et c'est alors qu'elle me posa la question fatidique : qu'est-ce qui n'allait pas ? Ouvrant la bouche, je ne laissais échapper qu'un vaste et léger son, bien trop de mots se bousculant dans ma tête pour pouvoir les extirper correctement. Comment pouvais-je résumer ça ? Simplement ? Cela me paraissait impossible... et pourtant... une grande majorité de mes problèmes pouvaient effectivement s'unir sur la même bannière, être décrite par un seul mot, un seul qui paraissait être le plus adapté.



D A M I E N ---E A L E S
J'ai peur...


C'était bien cela le problème. Jamais je n'avais été habitué à ce sentiment, ne l'ayant presque jamais ressentis dans ma courte vie ou n'en ayant pas eu le souvenir du moins. Comment gérer quelques choses que j'ai refouler en moi depuis tant d'années ? Comment faire pour pouvoir avancer véritablement avec toutes les peurs que je trainais avec moi ? Ce monde qui m'avait semblé si clair était devenu si flou, un monde dans lequel j'avais l'impression de me perdre, dans lequel j'avais l'impression de ne plus être moi-même. Et s'il n'y avait que ça... Mais sur cet instant, c'était bien ce problème qui m'inspirait le plus et pour une fois dans ma vie, j'avais envie de me confier à quelqu'un, d'autant plus quand la personne en question m'inspirait la confiance, bien évidemment.


D A M I E N ---E A L E S
D'un jour redevenir celui que j'étais ou même de me rendre compte qu'il s'agissait du véritable "moi" et que je ne fait que porter un masque en ce moment.


Pour l'instant, je pensais sincèrement que ces deux facettes de moi existaient bel et bien et que je devais trouver le parfait équilibre entre elles pour vivre sereinement, pour m'accepter et continuer... mais si je me trompais ? Ma vrai nature reviendrait à la charge très rapidement et mes convictions avec, ce qui me mettait en danger, mais mettait encore plus en danger Chloé. La personne que j'étais avant de la rencontrer avait pour particularité de traquer les Mages Noirs ou même ceux qui l'avaient été un jour, dans le but de les assassiner, parfois sauvagement... souvent même... et ce postulat de base avait plusieurs fois été bafoué pour tuer des personnes sans avoir de preuves concernant leurs soit-disant méfait, juste pour assouvir mes pulsions. Si cet homme devait revenir un jour... alors l'ancienne Serdaigle était en danger.

Bien entendu, je lui en avais appris d'avantage sur cette période obscure de ma vie, c'était la moindre des choses après tout ce qu'elle avait partagée avec moi et surtout avant que l'on ne s'engage dans une relation bien différente que celle de simples amis que nous avions, quelques mois auparavant. Peut-être s'en moquait-elle après tout, mais c'était une peur que je gardais en moi, que je combattrais jusqu'au bout s'il le faut, car je n'avais absolument aucune envie de me passer d'elle. Chassant cette pensée de mon esprit, je me mis alors à poursuivre sur ma lancée.



D A M I E N ---E A L E S
Et je suis bouffé par les remords. J'ai du mal à accepter tout ce que j'ai fais et je ne comprends même pas pourquoi ce n'est que seulement maintenant que j'en suis à ce stade. J'ai honte d'avoir fait couler tant de sang et je ne comprends pas comment j'ai pu m'en sortir aussi facilement... sans avoir à payer ma dette. C'est même comme si c'était le contraire au final, comme si la vie m'avait récompenser.


Ou du moins, le karma ne s'était pas encore manifesté. Un profond soupir s'échappa de moi, ne sachant absolument plus quoi penser de tout ça. Tout était flou... absolument tout... j'avais l'impression que mes pensées n'avaient aucun sens, que mes paroles en étaient également dénués, que tout était confus... j'étais en train de me perdre dans mon être, ne sachant même plus qui était véritablement cet être.


DAMIEN J. EALES.--------


Revenir en haut Aller en bas
Ciarán A. Merrow
avatar
Serdaigle
Serdaigle

Re: Voyage en Italie

Message par : Ciarán A. Merrow, Dim 17 Sep 2017, 16:48


Le corps présent, l'esprit absent. Pensées abstraites, douleurs concrètes.

Assis le dos collé à l'arbre, les deux amoureux vagabonds semblaient être de parfaits inconnus. De ceux qui avaient décidé de s'asseoir à côté, malgré tous les recoins libres du parc. N'importe qui aurait trouvé la coïncidence jolie.

Pourtant, nombreux étaient les moments qu'ils avaient partagé, depuis la cérémonie de la Répartition à Poudlard jusqu'à aujourd'hui. Ils avaient vécu leur amour dans l'ombre, sans jamais rien se dire. Ils avaient grandi ensemble mais éloignés. Sans se demander pourquoi, soudainement, le destin avait décidé de les rapprocher. C'était un joli coup du hasard, et ni l'un ni l'autre n'avait du le voir venir.

La nuit commençait à se faire sombre, et le regard de la vélane se perdait dans l'immensité d'un ciel rempli d'étoiles. On aurait dit des petites perles cousues finement sur un drap bleuté. Elle regardait les astres briller, paisiblement, en se demandant pourquoi l'esprit de Damien semblait si tourmenté. Pourquoi, si soudainement, ses démons semblaient l'avoir rattrapés. La tête appuyée contre le tronc, Chloé l'écoutait vider son coeur rempli de peur. Elle l'écoutait, tout comme lui l'avait si souvent fait — elle qui détestait devoir supporter les peines des autres se surprenait à apprécier que Damien s'ouvre à elle. Le bas de son visage angélique s'étira en un sourire secret que personne ne pouvait voir.

Ils s'étaient bien trouvés, tous les deux. L'entendre parler l'en avait persuadée encore un peu plus, à chaque mot prononcé. Cette peur, elle la connaissait si bien. Si bien qu'elle n'arrivait pas à mettre de mots sur sa pensée, et qu'elle décida de quelques minutes de silence pour réfléchir. Pour se rappeler de la dette qu'elle avait purgé. Pour se souvenir de l'omniprésence de ces créatures monstrueuses qui avaient menacés chaque minute de lui soutirer les fragments d'âme qui lui restait. Les yeux perdus dans le vide, elle pouvait encore entendre les cris de ces inconnus que l'enfermement avait rendu fous. Elle se souvenait de sa propre douleur qui lui avait donné envie d'hurler plus d'une fois. Mais le pire, ce n'était pas les hurlements. Le pire c'était de ne pas réussir à hurler, et donc de souffrir en silence.

Elle se racla la gorge avant de prendre la parole, parce qu'elle savait que ses mots pouvaient, eux aussi, se perdre dans le silence.

— S'il n'y avait pas eu Azkaban, je serais probablement encore en train de tuer des gens aujourd'hui, tu sais.

C'était une douce torture que de l'avouer, mais la jeune femme savait au plus profond d'elle qu'il s'agissait de la vérité.

— Damien, ta véritable force c'est d'avoir réussi à te sortir de tout ça sans l'aide de personne. Tu n'es pas un monstre, tu es... Elle tourna la tête vers lui, à la recherche de ses yeux éclairés par la faible lueur de la lune. Tu es un humain. Et rien que le fait que tu sois là aujourd'hui, à réfléchir à tout ça, montre bien que tu n'es plus cet homme là. Si tu as peur, c'est plutôt bon signe. Tu ne crois pas?

En prononçant ces mots, elle prenait conscience de son attachement pour l'ancien Gryffondor. La vélane aurait aimé le protéger de tout ce qui le blessait, de toutes ces craintes inutiles et surtout de lui-même.

— Et puis, tu n'es plus tout seul. Je suis là maintenant, dit-elle en cherchant sa main dans l'herbe. Je suis là, et j'ai confiance en toi.

À ton tour de prendre confiance en toi, pensa-t-elle.
Revenir en haut Aller en bas
Damien J. Eales
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Voyage en Italie

Message par : Damien J. Eales, Mar 17 Oct 2017, 02:44


--------Remise en question - [PV avec Ciarán A. Merrow.]



Comment me débarrasser de mes démons ? Comment me débarrasser de mes souvenirs ? Et pourquoi avais-je cette fâcheuse impression de ne pas avancer, d'avoir des pensées loin d'être cohérentes et remplie de répétitions ? J'avais l'impression de devenir fou. Du moins, jusqu'à l'arrivée de Chloé. Ironique lorsque l'on savait que je m'étais isolé, justement parce que je ne voulais pas l'ennuyer avec mes problèmes. Mais force était de reconnaitre que sa simple présence m’apaisait, suffisait à me faire garder les pieds sur terre et me permettre de conserver un tant soit peu de raison. Car nul doute que sans elle, j'aurais fini par faire je ne sais quoi... dans le meilleur des cas, me ruiner dans le premier bar venu, sans doute. Et dans le pire... je ne préfèrerais même pas y penser à vrai dire.

Lorsque sa voix s'élança, la mienne résonnant dans ma tête se tut, me laissant prendre conscience de chaque mot prononcé par ma bien aimée. Celle qui avait eu un passé fortement similaire au mien était pourtant en train de mettre en avant une différence majeure. Azkaban avait été pour elle le moyen de se recentrer, de prendre conscience de ce qu'elle avait fait et de lui permettre de renaitre. Sans cette prison, comme elle le disait, peut-être qu'elle n'aurait jamais changée, peut-être serait-elle encore à vagabonder, visage dissimulé, en attente d'une proie à éliminer.

Elle marquait un point. Bien évidement d'ailleurs. Mais cela me faisait poser une question : avais-je vraiment réussi à me reprendre ? Est-ce que je ne me méprenais pas totalement alors qu'au fond, j'aurais besoin, moi aussi, de me rendre pour purger ma peine ? Non... enfin... je n'en savais rien. Mais ses autres mots dissipèrent mes doutes. Pas entièrement, mais je pouvais y voir un peu plus clair dans mon cerveau bien trop embrumé jusqu'alors. Mes remords étaient le signe de mon humanité, démontrant que je n'étais pas tout à fait parti. Que quelque part, Damien Eales était toujours là. Certes blessé, mutilé, mais toujours présent, toujours là au fond de moi.


Mon regard, perdu au loin, fini par reprendre vie au contact de celui de l'ancienne Serdaigle qui, à travers ses paroles, à travers sa présence, parvenait à me transmettre cette force dont je manquais depuis des jours. Pas assez pour reprendre confiance en moi, pour me redresser véritablement, mais assez pour au moins tenir un peu, encore un peu. Hochant la tête avec le peu de volonté qu'il me restait, je continuais à écouter la brune qui, cette fois-ci, mettait en avant quelque chose qui jouait également sur mes peurs : elle.

Elle était là pour moi et je n'en doutait pas. Mais puisqu'à présent j'avais quelqu'un, j'avais également des choses à perdre, mais qui avait déjà tout perdu. Moi qui était instable depuis tant d'années et qui avait eux tellement de haut et de bas au niveau de sa personnalité qu'on aurait pu croire qu'il y avait plusieurs Damien, tant que je ne savais même plus qui j'étais réellement. Et à quoi était ce du ? A la perte de mes parents, de la perte de mon frère, de la perte de mon meilleur ami lorsque j'étais jeune, également, du fait de m'avoir séparer de ma sœur lorsque nous nous sommes retrouvés orphelin.

Ma main se referma sur celle de Chloé qui venait de la trouver, la serrant fortement, sans pour autant lui faire mal. Je souhaitait qu'elle reste là, à jamais. Car bien que nous n'étions pas ensemble depuis longtemps, je me rendais compte, là, sur le moment, à quel point j'avais besoin d'elle et à quel point je tenais à elle. La perdre serait un coup fatal duquel je n'étais pas certain de me redresser, cette fois-ci.



D A M I E N ---E A L E S
Heureusement que tu es là d'ailleurs. Je ne sais pas où j'en serais sans toi. J'aurais pu replonger, qui sait. Et même si j'ai peur de ne pas être fort comme tu le prétends, si j'ai peur de rechuter... je me dois de me battre. Pour moi, mais aussi pour toi.


Malgré mes dires, les choses n'allaient pas être si simple et je ne me sentais pas requinquer pour autant. Mais c'était au moins une promesse, celle de ne pas me laisser me détruire au point de non retour, de ne pas succomber à mes démons sous prétextes que c'était bien plus simple de m'échapper de cette façon. Alors que ma main tenait la sienne et que mon regard était toujours plongé dans le sien, je fini par prononcer quelques mots à ma copine, des mots que jamais encore je n'avais prononcé à qui que ce soit.


D A M I E N ---E A L E S
Ne m'abandonnes pas. Jamais.


Ce genre de supplication ne me ressemblait pas et c'était bien la première fois de ma vie où je me montrais si vulnérable. Mais intérieurement, j'entendais une petite voix me dire que c'était la dernière fois. Que je devais me relever, maintenant, faire exploser ma force intérieure et ne jamais m'en séparer. Mais allais-je l'écouter ? Allait-elle gagner du volume grâce à Chloé ?


DAMIEN J. EALES.--------


Revenir en haut Aller en bas
Ciarán A. Merrow
avatar
Serdaigle
Serdaigle

Re: Voyage en Italie

Message par : Ciarán A. Merrow, Dim 22 Oct 2017, 02:10


Ses pensées se perdaient dans l'infini. Ça se lisait dans le vide de ses yeux. Ciarán n'avait aucune idée de ce qui se passait à l'intérieur de lui. Il semblait juste véritablement perdu. Elle ne savait pas comment agir, ni quels mots prononcer. Il était dans une phase de doute. Le genre dont il était toujours difficile de sortir. Et elle ne disait rien.

Plonger est toujours plus facile que de remonter à la surface.

Puis, soudainement, elle sentit une pression au niveau de sa main. Deviner la peau de celui qu'elle aimait toucher la sienne faisait toujours vibrer chacune des parcelles de son corps. Mais cette étreinte là n'était pas anodine. Elle semblait exprimer ce que les mots ne parvenaient pas à définir. Les yeux de Damien, eux aussi, reprirent subitement vie. Et, alors que le silence se faisait entre eux, elle eut envie de poser ses lèvres sur les siennes. Pour, à sont tour, lui prouver ce qu'elle ne savait pas dire. Mais elle n'était pas assez démonstrative pour prendre ces initiatives. Alors, elle se contenta de se perdre dans ces iris qui avaient marqué son adolescence.

Il rompit le silence. Elle aimait chacun des mots qu'il prononçait. Ils étaient tendres. Doux. Simples. Elle les aimait et elle se laissait imprégner par chacun d'eux. Finalement, poser des mots sur des sentiments lui réussissait plutôt bien et Ciarán ne put s'empêcher de serrer sa main plus fort. Plus intensément. Simplement parce qu'elle n'était pas assez forte pour trouver les mots. Et, quand il lui demanda de ne jamais l'abandonner, pourtant, elle essaya. Ne quitta pas ses yeux. Se permettait de temps à autre de descendre les pupilles sur ses lèvres, tant elle ressentait le besoin de se rapprocher de lui un peu plus.

— Je sais que tu te poses des questions, chuchota-t-elle, le regard vacillant de ses yeux à sa bouche. Je le sais, on s'en pose tous. Mais tu n'as pas à avoir peur. Tu es quelqu'un de formidable, Damien. Et même si un jour tu viens à rechuter, tu n'auras pas à affronter ça tout seul.

Ces derniers mots, elle les avait presque soufflé. Elle détestait le voir en proie au doute de cette manière, alors qu'il n'avait aucune raison d'être effrayé. Elle voulait trouver les mots, mais n'y arrivait pas. Ils ne sortaient pas. Elle ne savait pas où piocher dans son vocabulaire pour l'apaiser. Alors, elle se surprit à douter à son tour.

Et si sa présence n'était pas suffisante? S'il avait besoin de plus? S'il décidait de la laisser parce qu'elle ne savait pas le rassurer?

Sa gorge se serrait. Pas parce qu'elle doutait, non. Elle se remettait souvent en question, même lorsqu'elle était seule. Mais parce que Damien la faisait douter. Il avait désormais ce pouvoir sur elle. De la faire pencher du mauvais côté. Mais elle ne devait pas lui montrer.

— Je ne t'abandonnerai pas, susurra-t-elle. Je serai toujours là pour te rappeler l'homme merveilleux que tu es. Je suis là. Si tu dois replonger, je serai là, répéta-t-elle. Et si ça n'est pas assez, alors je ferai tout ce que je peux pour t'aider.

Pause. Un instant, ses yeux se laissèrent aller sur sa bouche. Combien avait-elle envie de poser ses lèvres ici. Elle sentait qu'elle se perdait dans ses mots, dans ce qu'elle voulait dire, et l'embrasser dissiperait ce flou omniprésent.

— Tu n'as pas à avoir peur pour moi. Quoi qu'il arrive, je saurai l'encaisser. Je n'ai pas peur alors laisse-moi prendre un peu de ce poids sur tes épaules, laisse-moi partager, laisse moi t'aider... Et ne me fuis plus jamais comme tu l'as fait ce soir...

Sa main libre s'éleva pour caresser sa joue. Elle qui, d'habitude, se refusait ce genre de gestes tendres, se laissa aller sur ce visage qu'elle avait dans la tête depuis si longtemps maintenant.

— Tu n'as pas intérêt à partir sans moi, toi non plus.

Les mots étaient presque inaudibles, mais la vélane s'était rapprochée de lui pour s'assurer qu'il les entende. Et son souffle se mêla au sien. Un souffle rythmé, mesuré.

Elle n'avait pas peur. Ou peut-être juste de le perdre.
Revenir en haut Aller en bas
Daemon Stebbins
avatar
Préfet(e)/Gryffondor
Préfet(e)/Gryffondor
Année à Poudlard : Sixième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Voyage en Italie

Message par : Daemon Stebbins, Mar 06 Fév 2018, 22:32


!!! Attention scène d'amour explicite !!!






Plaisir et retour
aux sources

Loredana Sparks - Daemon Stebbins

“Le plaisir est le bonheur des fous, le bonheur est le plaisir des sages.”

• ♫♫♫ Choix de Dey










Voilà le fameux week-end dont on avait tant parlé avec Loredana qui était arrivé à grands pas. J'avais réussi avec toute mon adresse à convaincre la rouge et or de me faire confiance pour la destination et surtout le programme des activités. J'avais eu une idée qui, de mon point de vue ferait mouche à n'en pas douter une seconde. Je m'étais alors démené pour préparer et boucler le tout, avant notre départ afin que tout soit parfait. La destination était l'Italie, point de chute Venise. J'avais réservé une suite à l'hôtel Danieli qui était l'un des plus prestigieux et extraordinaire de la cité des doges. En tout cas, d'après les différents guides et sites que j'avais consultés en grande quantité pour éviter toute faute de goût. Je voulais offrir à ma déesse l’occasion de pouvoir déambuler dans la ville de ses ancêtres dans les meilleures conditions.

Je pensais que cela pourrait la faire se sentir plus proche de la branche italienne qu'elle ne connaissait pas. Parce qu'au cours des semaines précédentes, j'avais bien deviné que sa situation n'était pas aussi simple qu'elle me le décrivait. Je sentais les non-dits et les hésitations. Puis elle avait toujours cette lueur terne dans les yeux lorsque le sujet était abordé. Ne voulant pas la brusquer, je m'étais dit qu'elle se confierait peut-être plus tard quand elle se sentirait plus à l'aise. Même si ce genre de chose n'avait pas été défini dans la relation qui s'était installée entre nous depuis la bibliothèque. Je respectais cela et je ne tentais pas de la forcer à se confier parce que je n'aurais pas apprécier qu'elle tente ceci sur moi.

Ce n'était pas simplement  la partie nostalgie qui était échafaudée mais aussi celle des festivités. L'autre raison pour laquelle, je désirais me rendre là-bas, était un autre évènement qui enchanterait la jeune femme. C'était le carnaval de Venise. L’occasion était trop belle pour ne pas sauter dessus. Ce dernier n'avait pas lieu uniquement du côté moldu mais aussi sorcier. Ce qui rendrait le tout encore plus féérique pour la gryffondore qui occupait mon esprit beaucoup plus que je voulais l'admettre.
Cela promettait un week-end des plus exceptionnels pour nous deux.Lorsque cette fête éblouissante avait lieu, tout était possible et permis. Toutes les folies étaient même pardonnées. Et je comptais bien en faire un paquet surtout avec ma belle brune...

J'avais donc donné rendez-vous à Loredana après les cours à la grille de Poudlard afin de ne perdre le moins de temps possible. Je l'avais donc vu débarqué avec un immense sourire en s'avançant vers moi. J'étais donc allé à sa rencontre et m'étais octroyé le droit de savourer déjà ses lèvres. Elle était si belle en cet instant.

- Prête à faire de folies ? Alors afin de conserver la surprise encore un peu, je vais te bander les yeux. Je prendrais ta main et on transplanera là où j'ai prévu. Cependant je devrais effectuer le trajet en deux fois vu que cela ne fait pas trop longtemps que j'ai eu mon permis.

Je sortais donc un bandeau noire de ma poche et lui apposait sur les yeux. J'enlaçais mes doigts et  dans les siens.

- Respire, on y va.

Nous transplanons. Je percevais un peu moins les effets du déplacement magique même si la sensation d'être tiré par le nombril était celle qui persistait le plus. Pour le moment tout était calme dans le coin sorcier où nous avions atterri à Troyes.

- Laisse-moi juste un temps pour reprendre mon souffle. Interdiction de retirer le tissu.

J'inspirais un bon coup afin de reprendre un rthme cardiaque normal pendant quelques minutes puis lui lança :

- C'est reparti.

Même sensation, même malaise. Nouvelle partie sorcière, celle du pays que je désirais. Je lui fis franchir alors la barrière magique, toujours les yeux bandés même si à cause de l'ambiance sonore, elle devait se douter dans quel pays nous étions arrivés.

- Encore un peu de marche et je te délivre.

Je voulais que nous soyons sur la place Saint-Marc. Il y avait du monde. Chose pas vraiment étonnant puisque le carnaval commencé ce soir à 20h00.

- Nous y sommes.

Je défaisait le bout de tissu et d'une manière théâtral, je lui lançais :

- Bienvenue à Venise déesse. Bienvenue chez toi.

Je m'étais pas attendu qu'elle soit émue à ce point. Je me doutais bien que l'émotion serait au rendez-vous.

- Ca va ?

Avais-je eu tord de choisir cette destination ? J'avais vite été rassuré lorsque j'avais vu ses lèvres s'étiraient alors qu'elle me sautait au cou. Cela me remuait. La voir si lumineuse déclenchait quelque chose au fond de mon estomac. Une sensation, certes, que j'avais déjà connue mais pas aussi puissante que cela.

* C'est parce que tu es entrain de t'attacher à elle. Beaucoup plus que tu avais proposé et que ce qu tu peux te permettre. *

Je me refusais de gâcher ces instants alors une fois encore j'avais ignoré la petite voix.

- Allez, viens. Avant tout, direction l'hôtel.

Je l'avais donc entrainé dans le dédale des rues traversant deux ou trois ponts. Comment je connaissais la route parce que j'avais potassé le plan comme un dingue. Je n'avais jamais mis un pied dans ce pays et encore moi dans cette ville. Ne parlant pas la langue, me restait plus qu'à apprendre les points clés pour m'en sortir. Nous étions devant le Danieli. Je m'arrêtais pour lui laisser admirer la façade pendant une minute.

- Cela te plaît ?

Je l'entrainais donc à l'intérieur. Nous passions le hall et prenions la direction du comptoir. Je ne faisais pas attention au décor tandis que la brune devait certainement l'admire. Heureusement qu'il parlais anglais.

- Bonsoir. Bienvenue à l'hôtel Danieli, monsieur.
- Bonsoir. Je suis Daemon Stebbins, j'ai réservé une suite pour le week-end.

L'homme vérifiait son écran et me répondait :

- Effectivement.
- Vous pourrez aussi apporter ce que j'ai commander pour ce soir s'il vous plaît.
- Aucun problème. Je vous les fait monter sans tarder.
- Merci

Il sortait une carte magnétique et appela un jeune homme.

- Antonio, veuillez conduire M Stebbins et son amie à leur suite.

Je prenais la main de Loredana et suivi le jeune homme qui ne devait pas être beaucoup plus âgé que nous. Nous prenions l'ascenseur. L'homme appuya sur le dernier bouton et entamait la discussion. Cependant ne comprenant pas ce qu'il racontait, c'était Lo qui lui répondait. Nous étions arrivés sur le palier. Il ouvrit la porte sur la suite. Il nous fit découvrir le salon attenant puis la salle de bain. Tout était parfait.

Je laissais Lo admirait les lieux tandis que je donnais un pourboire au groom qui me remerciait. Je tournais vers ma compagne.

- Alors, cela te plaît ?

Je commence à défaire mon sac afin de m'installer. A ce moment, on frappait à la porte en disant certainement service d'étage.

- Laisse, j'y vais. Profite de visiter et d'admirer la vue.

J'ouvrais et me retrouvais face à une femme de chambre. Dans un anglais au fort accent italien, elle me tend deux housses.

- Voici vos costumes pour le carnaval.
- Merci

Je lui donnais un billet et récupérais le précieux chargement. Je vais dans la chambre et les suspendais. Je descendais un peu les fermetures éclaires pour vérifier. C'était exactement ce que je voulais. Je rejoignais alors Loredana qui était sur le balcon. Elle était appuyé contre la balustrade. Je collais alors  elle et soufflait à son oreille :

- Heureuse ?

Elle se tournait vers moi et m'embrassa avant de répondre. Je la tenais dans mes bras et je n'avais qu'une envie prendre possession de son corps. Cela faisait trop longtemps, à mon goût que je n'avais pas savouré son corps.

- Alors si nous commencions.

Je reprenais donc possession de ses lèvres et les dévorait comme un affamé ce que j'étais à chaque fois que je la tenais contre moi. Elle me rendait dingue, complétement. Allait-elle me laisser faire, je n'en étais pas certain. Je reculais vers l'intérieur de la suite. Une seule idée, direction la chambre. Ma main commençait à passer sous haut dans son dos.

* Ah sa peau, elle est si douce*

Je ne déviais pas de mon objectif. Pour le moment, je ne rencontrais pas de résistance. Je la serrais un peu plus contre moi, dévorant toujours sa bouche. Je tournais afin de savoir où nous diriger. La porte n'était qu'à quelques pas avant que je puisse redécouvrir le paradis qu'elle m'offrait à chaque fois. J'aimais le goût de sa chair qui décuplait sans cesse mes envies d'elle. Mes mains remontait et je finissais par lui enlever. Il atterrissait parterre abandonner. Je m'attaquais à son cou. Pendant que j'enlevais ma chemise. Qui rejoignait son vêtement au sol. Je nous faisait tomber sur le lit. Je n'avais pas envie d'attendre parce que j'avais besoin de la sentir. Je la plaquais sur le dos et dessinait des arabesques sur sa peau avec ma langue. Ma main gauche se retrouvait sous sa jupe et fouillait l'intérieur de ses cuisses. Je sentais mon pantalon se déformait à cause du désir.  Ma tête descendait alors pour se positionner sur le point sensible où je savais que j'allais la rendre folle. En même temps, je lui retirais, avec adresse, les bouts de tissu rapidement afin de pouvoir savourer directement son intimité. Je la sentais vibré sous mes caresses. J'aimais qu'elle soit si réceptive. La faim que j'éprouvais est là et je ne voulais pas attendre pour la satisfaire. Je me levais et retirais précipitamment mon jeans alors que je l'admirais, offerte sur ce le grand lit.  Je retournais vers elle et sans attendre, je prenais possession de ce que je considérais à moi. L'échange était violent, intense et passionné. Comme toujours, nos corps à corps tenaient leurs promesses. Je sentais son corps se crispait au fur et à mesure. Elle était si généreuse se livrant à moi sans retenu. Si j'avais été  honnête, à ce moment, j'aurais pu avouer que j'aurai pu être avec elle ainsi jusqu'à la fin de mes jours. Mais je n'en étais pas capable. La seule chose que j'étais capable, c'était l'instant présent. Car celui-ci n'était en rien dangereux pour mon être.

La danse entre nos deux corps était fascinante. Jamais personne n'avait pu composé une telle perfection avant nous et jamais ne composerait ainsi après nous. Elle et moi étions uniques et il en serait toujours ainsi dans mon souvenir lorsque je repenserais à cette brune volcanique. Parce que j'avais conscience que peut-être ce que je lui offrirais, ne lui suffirait plus. Parce que je me doutais bien qu'elle voudrait franchir les étapes et construire. Et ça, je ne pourrais pas le faire. J'en étais convaincu à ce moment. Les mouvements s’accéléraient. Le point d'orgue allait être atteint. Encore un mouvement et ça y était, l'extase était venue à nous. Je m'écoulais sur son corps. J'embrassais une dernière fois son cou, avant de rouler sur le côté et lâchais

- A chaque fois, tu prends possession de moi. C'est fou, cette dépendance que j'ai pour toi.

Je l'observais pour voir a réaction. Dans mon dos, les deux housses mystérieuses, pour elle, étaient accrochées...




by Daemon



Edit Artemis Lhow : Bonjour Daemon Stebbins. Vous ne pouvez transplaner aussi loin alors que vous venez d'obtenir votre permis de transplanage. Une étape intermédiaire s'impose. Cordialement.  


Dernière édition par Daemon Stebbins le Mar 20 Fév 2018, 17:45, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Loredana Sparks
avatar
Modération GGryffondor
Modération G
Gryffondor
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Voyage en Italie

Message par : Loredana Sparks, Mer 07 Fév 2018, 16:21


Loredana était seule dans son dortoir. Elle avait couru après les cours pour préparer ses affaires et ne pas être en retard à son rendez-vous avec Daemon qui avait lieu aux grilles qui séparaient l'école du monde extérieur. Pour vous remettre à la page, sachez qu'il s'est écoulé un mois entre leur discussion à la bibliothèque et aujourd'hui. En un mois, il pouvait s'en passer des choses et ils s'en étaient passés d'ailleurs. Loredana et Daemon vivait leur passion de manière libre. Et non, toujours pas de couple ni d'amour dévoilé au grand jour pour le moment, simplement une histoire basée sur du physique et des attentions quotidiennes. En effet, le préfet des Gryffondor avait toujours cette manie de vouloir surprendre la jolie brune en l'amenant dîner, la faisant danser le samedi soir et même en lui proposant des balades dans les plus magnifiques coins du pays.
Vous l'aurez compris, la jeune femme était la plus heureuse en ce moment-même. Et lorsque ses démons intérieurs refaisaient surface, le simple fait de le voir l'apaiser et lui permettait de penser à des choses bien plus agréables.
Bien sûr, elle ne lui avait pas tout dit, certaines choses lui semblaient impossibles à avouer, par honte surtout, mais surtout parce qu'elle ne voulait pas le mêler à tout ça, ça gâcherait tout ce qui se passait entre eux, elle en était certaine. Jusqu'à maintenant, elle parvenait parfaitement à lui mentir lorsqu'elle lui disait qu'elle passait la soirée tranquillement chez elle, un bouquin à la main. Heureusement pour elle, cela n'arrivait pas souvent. Généralement, Daemon insistait pour qu'elle passe la nuit avec lui et rares étaient les jours où elle parvenait à lui dire non. Il était insistant et il savait y faire,  deux choses assez compliquées pour une adolescente de dix-sept ans qui se sentait complètement déboussolée en sa présence. De temps en temps, elle parvenait à prendre le dessus, mais de manière général, il savait qu'il avait plus de chance de gagner à ce petit jeu, il avait plus d'expérience à ce sujet.

Son sac étant prêt, elle donna assez de nourriture à Joy et Sydney afin qu'elles puissent toutes les deux passer un week-end tranquille sans avoir besoin de réclamer désespérément aux autres Gryffondor. Elle se dépêcha de descendre les escaliers espérant que ceux-ci ne lui joueraient pas de tour. Enfin, elle poussa la grande porte et se retrouva dans le parc de l'école. Elle descendit la colline sans courir de peur de tomber et aperçut Dey qui l'attendait déjà. Comme à son habitude, il était à tomber, le corps parfait, le sourire qui la faisait fondre et des yeux dans lesquels elle se perdait à chaque fois. À son arrivée, Daemon l'embrassa. La destination était une surprise, elle savait simplement qu'ils partaient en week-end, mais n'avait aucune idée du lieu où il comptait l'emmener cette fois-ci. Elle avait décidé de jouer le jeu et de le laisser faire après quelques hésitations (ou après qu'il l'ait hypnotisée, parce que c'était peu-être ce qu'il lui avait fait).
Après qu'ils soient sortis de l'enceinte de l'école, il lui prit la main et tout deux furent transportés dans un tourbillon qui ne dura que quelques secondes. Elle pensait être arrivée, mais elle comprit qu'il ne s'agissait que d'une escale lorsque Daemon lui avait dit qu'il devait reprendre son souffle. Elle patientait, dans le noir puis le tourbillon reprit de plus belle durant un court instant. Enfin elle se sentit de nouveau sur la terre ferme. Avoir les yeux bandés décuplait ces sensations. Elle tentait de deviner le lieu où ils trouvaient. À défaut de pouvoir se servir de ses yeux, elle fit marcher son ouïe et son odorat, mais tout cela lui semblait inconnu. Tout ce qu'elle savait c'était qu'il y avait du monde et... Ça ne parlait leur langue, mais le brouhaha et la musique qu'elle entendait l'empêchait de reconnaître la langue, bien que les accents ne lui étaient pas tout à fait inconnus.

Alors qu'elle s'apprêtait à retirer son bandeau, le rouge et or l'en empêcha, souhaitant avancer un peu avant de la libérer. Il la tenait fermement et elle s'accrochait à lui pour être sûre de ne pas foncer sur quelqu'un ou quelque chose. Elle avait assez confiance en lui pour se laisser guider sans se faire blesser. Après quelques mètres, il lui retira le bandeau. Il fallut quelques secondes à ses yeux pour s'habituer à la lumière du soleil puis elle regarda autour d'elle. Sa bouche s'entrouvrit légèrement, elle ne disait rien. Elle reconnut directement l'endroit pour l'avoir déjà vue dans les bouquins qu'elle avait feuilletés pour en savoir plus sur ce pays: L'Italie. La ville de Venise était bien plus jolie en vrai que sur les photos. Ses yeux s'étaient remplis de larmes, ce qui sembla inquiéter Daemon qui lui demanda instantanément si ça allait. Elle sourit et se jeta soudainement au cou de son compagnon. Jamais elle n'avait eu de plus beaux cadeaux.

- Merci, merci, merci, lui dit-elle en l'embrassant en même temps. Merci, c'est absolument parfait !


Avant de commencer, ils devaient se rendre à l'hôtel qu'il avait réservé pour le week-end afin qu'ils posent leurs affaires avant de commencer leur visite de cette magnifique ville où sa famille maternelle était née. Claudia Sparks, sa mère, n'avait jamais voulu lui parler de son côté italien. Ses parents, donc les grand-parents de Lore, étaient brusquement décédés quelques années avant la naissance de la jeune femme. Sa mère avait donc coupé les ponts avec son côté italien, ce qui ne l'avait pas empêcher d'apprendre les deux langues à sa fille pour que celle-ci se démarque des autres à l'école, qu'elle soit « parfaite », bref juste pour la réputation du côté anglais de la famille. Loredana savait juste que sa mère avait une sœur, mais elle ignorait tout d'elle mise à part son nom si elle ne s'était pas mariée : Bianco.
Dey la tira de ses rêveries en lui montrant la façade de l'hôtel. De nouveau, sa bouche s'entrouvrit, il devait avoir payé une fortune pour tout ça, elle se sentait presque coupable de ne pas avoir contribué financièrement. Aurait-il seulement accepté ? Ce n'était même pas sûr !

- C'est superbe Daemon !


Ils entrèrent ensuite dans le hall de l'hôtel et il l'entraîna avec lui vers le comptoir. C'était un hall immense, lumineux aux couleurs rouge et doré. Elle avait l'impression de se trouver dans le château d'un roi et il ne s'agissait que d'un hôtel. Pendant que Dey s'occupait de s'entretenir en anglais avec l'homme qui s'occupait de la réception.  La jeune femme n'écoutait pas, bien trop émerveillée par tout ce qu'elle avait devant ses yeux, Daemon y compris, tout cela semblait tout droit sortir d'un rêve et pourtant, c'était bien réel et elle ignorait comment elle allait pouvoir lui rendre ce qu'il venait de faire pour elle. C'était le plus merveilleux des cadeaux, il ne se rendait peut-être pas compte à quel point. Elle revint à la réalité lorsqu'il lui prit la main pour suivre le jeune homme qui les accompagnait jusqu'à leur suite. Ils prirent l'ascenseur. Lore regardait Daemon en souriant, se rappelant de la première fois qu'ils avaient pris un ascenseur ensemble. Elle qui n'aimait pas ces engins en avait gardé un merveilleux souvenir depuis. Elle n'avait plus peur, tant qu'il était là.
Pendant la montée, l'homme commença une conversation en Italien. Il ne devait pas savoir parler anglais, ou bien il avait la flemme de faire l'effort. Fort heureusement, la jeune femme parlait la langue couramment. Ça aurait été bête de s'appeler Loredana et de ne parler qu'anglais.

- Lei di dov'è? (D'où venez-vous?) Lui dit-il

- Vengo dall'Inghilterra. (D'Angleterre) Répondit-elle avec un accent presque parfait à Equelque chose prés.

On pourrait penser qu'il allait s'arrêter là, mais non, il était bien décidé à faire la conversation.

- Lieta di conoscerla. È il vostros ragazzo? (Ravi de faire votre connaissance, est-ce votre petit-ami?)

- Euh... si, perché, (Euh... oui, pourquoi?) mentit-elle.

- È un vero peccato. (C'est dommage)

Loredana se tourna vers lui, les yeux rond comme des billes. Il avait compris que Dey ne parlait pas un mot d'Italien et il en avait un peu profité. Elle tourna la tête faire son compagnon, un sourire aux lèvres comme si elle était à deux doigts d'éclater de rire. Après tout, peut-être qu'il aurait pu être jaloux, ce qui n'aurait pas déplu à la jeune femme à vrai dire, bien au contraire.
Il leur ouvrit la porte de la suite, c'était un véritable paradis, tout était immense et magnifique. L'italien leur montra toutes les pièces avant quitter les lieux. Là, ils commencèrent à installer leurs affaires afin de pouvoir se mettre à l'aise. Quelqu'un frappait, Daemon se chargea d'aller ouvrir, tandis que Lore sortait sur le balcon pour admirer la vue de ce pays qu'elle aurait aimé connaître bien avant ce jour. De plus, il faisait beau et bien que les températures ne semblaient pas si élevées que ça, elle n'avait pas froid. Elle sentit quelque chose, ou plutôt quelqu'un, lui attraper délicatement la taille. Il lui demanda si elle était heureuse,  elle l'embrassa avant de répondre. Une fois leurs lèvres détachées, elle lui répondit.

- Je te remercierais jamais assez pour tout cela, je n'ai jamais été aussi heureuse.


En guise de réponse, il l'embrassa, elle comprit rapidement qu'il ne comptait pas commencer ce merveilleux week-end avant d'avoir un petit peu profité d'elle. À vrai dire, elle n'était pas contre ça non-plus. Il savait pertinemment quand est-ce qu'il pouvait se permettre de prendre possession d'elle. Elle se laissa faire et le laissa la diriger dans leur ébat torride. Toujours autant de passion que leur première fois ensemble, toujours ces frissons, ces cœurs qui battent à l'unisson et se plaisir qui ne cessait de croître à mesure que leur corps dansaient ensemble. Rien ne semblait plus beau à cette instant que le désir qu'ils partageait tous les deux, un désir qui ne périssait pas pour le moment. Elle ne comptait plus le nombre de fois où le corps de Daemon l'avait manqué durant le mois qui a suivi leur première nuit.
Le feu d'artifice éclata et Dey se plaça à côté de la brune. Celle-ci se tourna pour lui faire face. Il lui rappela une nouvelle fois qu'il était dépendant d'elle et ça provoquait toujours la même sensation chez elle. Les yeux de la jeune femme brillaient et ses joues rougissaient. Ces mots étaient bien plus importants pour elle qu'il ne pouvait se l'imaginer.

- Je pourrais t'écouter me dire ça toute la soirée je crois.


Une phrase ridicule me diriez-vous ? Mais vous ne vous rendez pas compte à quel point elle était toute chamboulée tant son corps était submergé par toutes les émotions positives qu'un homme pouvait ressentir Et tout ça en même temps. Elle l'embrassa et ses yeux tombèrent sur deux housses qui se trouvaient juste derrière le rouge et or.

- Qu'est-ce que c'est que ça ?


Elle se leva sans prendre le temps de se rhabiller, sa curiosité était bien trop grande. Elle ouvrit l'une des deux housses et regarda à l'intérieur. Ce qu'elle y trouva ressemblait fortement à un costume.

- La carnaval de Venise ? S'exclama-t-elle. Tu les as loué pour ça ?

Le sourire de Daemon suffisait pour répondre à sa question. Lore poussa un cri surexcité et sauta sur lui sans retenu, en espérant juste ne pas lui avoir fait mal.

- Tu as tout prévu, c'est vraiment génial.


De nous, l'émotion montait en elle, ses yeux devenaient de plus ne plus humides. Ce bonheur si soudain, si fort était presque douloureux pour une personne qui n'en avait pas l'habitude. Elle fila prendre une douche rapide. La salle de bain était magnifique, mieux que dans ses rêves les plus fous. Elle aurait peut-être plus le temps de s'y attarder plus tard dans le week-end. Elle enfila son costume, à croire que Daemon connaissait ses mensurations par cœur puisqu'il ne s'était pas trompé sur la taille.
Elle sortit de la pièce, retrouvant l'homme à l'origine de tout ça et prit la pause.

- Comment je suis ?


Dernière édition par Loredana Sparks le Ven 16 Fév 2018, 21:56, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Daemon Stebbins
avatar
Préfet(e)/Gryffondor
Préfet(e)/Gryffondor
Année à Poudlard : Sixième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Voyage en Italie

Message par : Daemon Stebbins, Mer 07 Fév 2018, 22:21







Plaisir et retour
aux sources

Loredana Sparks - Daemon Stebbins

“Le plaisir est le bonheur des fous, le bonheur est le plaisir des sages.”

• ♫♫♫ Choix de Dey











* Et zute, j'aurai du mieux les planquer. Mais que pouvais-je faire, elle était si désirable*

C'était ce que je pensais à cette seconde. J'aurais voulu qu'elle découvre sa robe après notre dîner. Mais il était trop tard. Alors devant sa joie, je n'avais rien excepté une chose.

- Ma déesse, je ne loue pas. J'achète.

Et je mettais mis à rire devant sa tête. Oui, je n'aurais pas supporté que quelqu'un d'autre porte cette robe avant elle ou après elle. J'avais de l'argent pour nous faire plaisir donc autant ne pas s'en priver. Quand j'avais envie de faire plaisir, je ne m'étais jamais limité. Pour moi, l'argent n'était pas une finalité mais un moyen de rendre heureux ceux qui m'entouraient. En tout cas, j'avais l'impression de voir une gamine le soir de Noël. Et cela me rendait heureux de la voir aussi bien dans sa peau. Au cour des dernières semaines, c'était vrai que la lueur sombre dans ses prunelles se faisait plu absente. Au moins si je pouvais lu servir à cela, c'était bien.

* Menteur. Tu veux plus que cela. Mais tu refuses de le voir *

Oui la voix était là plus présente à chaque fois. Cependant, comme j'en avais l'habitude, je l'avais refoulé loin dans les tréfonds de mon cerveau.

- Bien sûr que j'avais tout prévu. Comme pourrai-je te prouver que je suis de ton niveau. Si je ne peux être un être divin par moment, moi aussi.

Je me la jouais limite Zeus sur son trône là. Ce qui nous faisait rire tous les deux. Alors je repris un peu plus sérieux.

- Je voulais que tu puisse vivre tout ce qu'il y a de plus important dans cette ville. Ainsi tu te sentirais plus proche de tes racines. Je sais combien, c'est important ce genre de chose... Personnelle si je ne connaissais pas ma famille au Japon. J'aurais la sensation d'être amputer d'une partie de moi-même. Et ça pour se construire, c'est délicat. Peut-être que...

J'hésitais. Chose qui n'était pas courante. Parce que j'avais peur de dépasser la barrière installée entre nous et qui maintenait l’équilibre entre nous. Néanmoins même si nous n'étions rien, nous étions au moins amis, j'espérais.

- Je ne sais pas si cette idée va t'enchanter ou non. Mais, si tu acceptes mon conseil, tu pourrais peut-être profiter de notre séjour, pour te renseigner sur ta famille quand nous passerons du côté sorcier ? Moi, je le tenterai à ta place et si ce que tu découvres ne te plait pas. Tu pourras toujours t'arrêter... Parce que des fois, selon qu'on peut découvrir peut faire plus de mal que de bien.

Je parlais par expérience. Ce qui avait commençait à changer mon ex, c'était bien ces foutues recherches sur les actes criminelles de ces tarés de mangemorts d'ancêtres.

- On peut se faire happer dans un univers sombre qu'on aurait jamais pu croiser normalement. Même si c'est ta décision, je ne te laisserais pas sombrer sans agir. Parce que je ne veux pas qu'une fille comme toi disparaisse de mon univers.

J'étais amer et avais fini ma tirade sur un ton plus que déterminé. Me disant qu'il était hors de question que l'histoire se répète une fois de plus et que je reste impuissant.

* Heureusement qu'elle ne compte pas pour toi. Qu'est-ce que cela serait sinon!*

Le silence se fit un instant. Alors qu'elle partait dans la salle de bain, je soufflais plus pour moi-même :

- J'en ai déjà fait l'amère expérience. Et je refuse de la revivre...

Lo réapparut quelques minutes après dans son costume me demandant comment elle était. Je me levais toujours dans ma tenue d'Adam et me rapprochait d'elle en disant :

- Tu es la plus merveilleuse des créatures de l'univers.

Je la dévorais des yeux. Cependant, je me retenais au vue de l'heure qu'il était.

- Toutefois, va te changer. Nous allons d'abord aller dîner au restaurant de l'hôtel. Nous viendrons nous préparer ensuite pour l'ouverture ainsi que pour le bal du gouverneur. C'est le plus beau de tous et j'ai réussi à ce que nous soyons sur la liste.

Je m'étais face à elle alors qu'elle me souriait et lui soufflait :

- Peut-être tu veux que je t'aides pour te déshabiller ? Cependant, je ne suis pas certain que nous irons rapidement manger ?

Je me faisais séducteur. Peut-être obtiendrais-je de jouer un peu plus avec ce corps qui était à se damner. Pensez-vous, elle m'avait répondu et filé brusquement dans la salle de bain avec un rire cristallin. Bon, le message était clair, j'allais préparer des fringues pour prendre une douche le plus rapidement possible. Toujours nu, je me pointais devant la porte et lançait :

- Déesse, laisse-moi entrer. Je prendrais juste une douche. Je te le promets. Sinon, on va perdre trop de temps et rater l'ouverture à 20h00 des festivités du carnaval. Et hors de question de sauter le repas.

J'attendais donc le bon vouloir de la jeune femme afin d'accélérer le mouvement. Allait-elle accéder ma demande. la question était là...




by Daemon

Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Loredana Sparks
avatar
Modération GGryffondor
Modération G
Gryffondor
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Voyage en Italie

Message par : Loredana Sparks, Jeu 08 Fév 2018, 00:07


Il lui avait proposé de faire des recherches sur sa famille tant qu'ils étaient en Italie. Cette proposition avait tendance à faire peur à la jeune femme. Qu'allait-elle découvrir sur sa tante, la seule personne dont elle connaissait l'existence ? Il y en avait-il d'autres ? Nombreuses étaient les questions à ce moment-là. Elle ignorait si faire ce genre de recherches étaient une bonne idée durant un week-end qui s'annonçait plus que parfait. Était-elle prête pour cela ? En tout cas, Daemon semblait prêt à l'accompagner dans sa recherche, ce qui la rassurait un peu. Elle ne serait pas toute seule. Elle réfléchirait à la question, pour le moment, elle voulait profiter de cette soirée qui s'annonçait et faire en sorte qu'ils passent un très bon week-end et qu'ils rentrent des étoiles pleins les yeux. Aussi, il était hors de questions de laisser leur complicité de côté.
C'était l'une des raisons pour laquelle elle avait gentiment refusé qu'il rentre dans la salle de bain, le laissant complètement dans la magnifique chambre. Elle aurait aimé voir ce tableau. Daemon nu dans une chambre de luxe, n'était-ce pas une belle image ? Non ? Tant mieux elle en profiterait bien mieux toute seule.
Elle éclata de rire lorsque le Gryffondor frappa à la porte pour rentrer prendre au moins sa douche. C'est là qu'elle se rendit compte d'une chose. Une chose importante qui allait mettre fin à cette blague pourtant tellement drôle. Elle ouvrit le verrou de la salle de bain.

- J'ai oublié mes fringues...

Elle tenta de passer à côté de lui, mais évidemment il l'arrêta dans son élan en l'attrapant par la taille. Il recommença à l'embrasser sur la joue, puis les lèvres puis le cou...

- N'y pense même pas, garde ton énergie pour plus tard...

Elle se libéra de son emprise et fouilla dans sa valise pour en sortir des sous-vêtements et une robe rouge pour ne pas ressembler à rien ou pour que Daemon n'ait d'yeux que pour elle surtout. Sait-on jamais, il pourrait s'amouracher d'une belle italienne ce soir. Et pour être honnête, elle ne voulait pas que ça arrive. L'avoir pour elle seule lui faisait vraiment du bien.
Elle retourna dans la salle de bain et commença à s'habiller sans faire attention à Dey qu'elle avait vu arriver à travers le miroir. Il tenta d'arrêter la jeune femme dans sa tentative de s'habiller.

- Daemon, file à la douche ! Je ne veux rien louper de ce week-end, on se rattrapera dans la nuit !


Il s'exécuta à contre cœur, d'après ce qu'elle pouvait voir. Elle en profita pour se préparer entièrement afin qu'il ne vienne pas la déranger de nouveau. Au cours de ces un mois de passion sans retenue, il lui avait prouvé plusieurs fois qu'elle ne pouvait pas lui résister longtemps. D'une nature forte, elle avait tendance à montrer ses faiblesses face à lui. Il était sa force et sa faiblesse, c'était exactement ça. Bizarre oui, mais elle ne voyait pas comment l'expliquer autrement à vrai dire.
Elle était en train de ranger ses affaires qui traînait par terre quand Daemon sortit de la douche, elle avait laissé la porte ouverte, sachant qu'il n'avait absolument aucun problème avec son corps. Elle en profita pour regarder un peu. Ce qu'elle voyait lui plaisait et faisait monter le désir en elle. Ce n'est uniquement lors qu'il était habillé qu'elle s'était décidée à le rejoindre. Sans dire un mot, elle s'était avancée vers lui et l'avait sauvagement embrassé. Au début, il s'était laissé faire, mais avait résisté et l'avait stoppé dans son envie de lui faire enlever ses vêtements qu'il venait de mettre.
Non, il était l'heure d'y aller s'ils voulaient avoir le temps de manger et de remonter se changer pour assister à l'ouverture du Carnaval de Venise. L'idée de cette soirée lui plaisait grandement, elle était tellement comblée avec lui, elle n'avait besoin de rien d'autre à cet instant. Il lui était devenu indispensable, c'était le mot.

Ils quittèrent la chambre d'hôtel et prirent l'ascenseur main dans la main. À la réception, ils croisèrent Antonio, le jeune qui les avait amené jusqu'à leur chambre. Celui-ci adressa un clin d'oeil à la jeune femme qui lui répondit avec un simple sourire gêné, ne voulant pas se montrer trop désagréable. Ils passèrent par la porte de sortie et Lore se laissa guider par Daemon pou aller dans le restaurant qu'il avait réservé pour eux.

Celui-ci était...digne de ses rêves les plus fous. Ils furent accueillis par un serveur qui comprit rapidement que le rouge et or ne parlait par l'italien. Il s'adressa donc dans un anglais correct et les amena à leur table qui se trouvait sur la terrasse avec une vue absolument ravissante. Autour d'eux, il n'y avait que des couples, c'était un endroit chic et romantique. Daemon lui avait pourtant dit qu'il ne faisait pas dans le romantisme. Faut croire qu'il s'était un peu laisser aller dans ses folies.

- Tu as le don pour choisir les plus beaux endroits...Comme je n'en verrais jamais dans ma vie.

Ils s'installèrent à leur table, Lore était traitée comme une princesse. Elle se pencha et invita Daemon à l'embrasser doucement sur les lèvres.
Ses sentiments envers lui grandissait à mesure que les jours passaient. Elle ne pouvait rien y faire. C'était ainsi que devait se dérouler son histoire.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Daemon Stebbins
avatar
Préfet(e)/Gryffondor
Préfet(e)/Gryffondor
Année à Poudlard : Sixième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Voyage en Italie

Message par : Daemon Stebbins, Jeu 08 Fév 2018, 02:25







Plaisir et retour
aux sources

Loredana Sparks - Daemon Stebbins

“Le plaisir est le bonheur des fous, le bonheur est le plaisir des sages.”

• ♫♫♫ Choix de Dey











Lo avait refusé de m'ouvrir et cela l'amusait beaucoup. Moi pas. Puis elle avait cessé de rire quand elle avait percuté qu'elle n'avait pas ces fringues. Je l'avais entendu à travers la porte et cette fois, c'était moi qui allait rire en jouant. La porte s'ouvrait donc sur une rouge et or encore plus appétissante sans rien. Je décidais donc de lui refuser l’accès à la chambre à mon tour. Je plantais des baisers le long de son corps. Je la sentais frémir mais elle me repoussa ce qu me fit rire.

- Comme tu veux déesse.

J'en profitais donc pour pénétrer dans la pièce et me dirigea vers la douche à l'italienne. Je n'en étais pas franchement fan parce que c'était le système qui ne plaisait absolument pas. J'entendais Loredana pénétrait dans ce lieu de la propreté. Allait-elle tenter de me rejoindre. D'un certain côté, je l'espérais afin de lui prouver que je savais me contrôler. Malheureusement la jeune femme avait décidé de m'ignorer et cela m'agaçait un peu. De ce fait avant d'aller sous l'eau, j'avais voulu la faire céder à nouveau peine perdu. Je levais les mains au ciel et disait :

- Pas de soucis, j'y vais. Mais si on ne peut plus rigoler, où va le monde par Merlin.

Oui, par moment le grandiloquent, c'était mon truc avec elle. J'aimais en rajouter et faire des moments très théâtraux.C'était un jeu qui m'avait pris du jour au lendemain et elle s'y amusait également. en clair, c'était notre truc à nous.

* Et voilà, ta fin est proche Daemon Stebbins, d'ici peu, tout sera fini *

- Maudite voix

Disais-je en me mettant sous le jet chaud du pommeau. Jamais, cette dernière me laisserait tranquille. Je n'était pas amouraché de Loredana. Nous étions juste des amis avec avantage consentis. Rien de plus.

* C'est ça, on en reparlera quand tu ne feras plus l'autruche*

Je laissais délacer mes muscles. Je n'étais pas seulement tendu à cause de toute notre activité physique mais aussi à cause de l'échange que nous avions sur sa famille. Des images du passé me revenait en tête et je ne voulait pas y céder. Non ce n'était pas comme avec mon ex petite amie. Contrairement à la situation précédente, je n’étais plus aveugle, ni naïf. si je sentais que quelque chose n'allait pas, j'interviendrai immédiatement. Tempis si j'allai passer pour le gars intrusif alors qu'il n'en avait pas le droit puisque nous n'étions pas un couple mais seulement des amants. Je chassais toutes ses pensées car ce n'était pas le moment de s'attarder sur ce genre de chose. Non, c'était un week-end rempli de fête, de sexe et autres divertissements qui était prévu et non un enterrement.

Je sortais de la douche, enfilais mes fringues et sortir de la salle de bain. J'avais pris le temps de détailler ma compagne. Y avait pas à dire, elle avait un corps à damner un saint et avec cette tenue, elle était encore plus à goût même si je n'en étais pas un. Evidemment mon envie d'elle se réveilla. je tentais de voir si elle était réceptive mais ce n'était pas vraiment. Puis en réalité, j’avais plus eu envie de la titiller que de la conquérir réellement. Parce que i je m'étais mon talent en action, je savais pertinemment que j'obtiendrais ce que je voulais d'elle. Et ni elle ni moi ignorions ce fait. Nous quittions la chambre direction le resto de ce dernier afin de prendre un repas rapide avant de revenir mettre nos costumes pour la soirée et le bal. Instinctivement quand nous étions sortis de l'ascenseur, j'avais posé ma main dans le dos de Loredana comme montrer que c'était avec moi qu'elle était et pas un autre.

Arrivée à l'établissement, un serveur était venu nous accueillir. Il s'était mis à parler en anglais comprenant immédiatement que je ne parlais pas un traitre mot d'italien et nous amenait à notre table ans attendre. Nous avions deux heures avant le début des festivités. Largement de quoi faire d'après moi. La vue de la terrasse enchantait ma rouge et or et elle me le fit savoir.

- Que veux-tu ? Soit on fait bien les choses, soit on ne les fait pas. Moi je suis de ceux qui les font à la perfection. je ne dis pas cela pour me venter. Mais parce que je suis ainsi. je considère cela même comme un défaut plus qu'une qualité parce que cela peut-être compliqué des fois.

Lo m'invitait à me pencher et profita pour m'embrasser.

- Tentatrice... Et après mademoiselle me fait des leçons de morale pour m'empêcher d'accéder à mes désirs avec son corps. Je vous jure, Merlin, c'est le monde à l'envers.

Je mis alors rire tandis qu'elle me donnait une tape sur l'avant bras.

Le serveur fut de retour avec la carte. Malheureusement elle était en italien et en dehors des mots pizza et pasta qui était bien évidemment de ce genre d’établissement, je ne comprenais rien du tout.

- Lo, il va falloir que tu m'aides. Pour moi c'est du chinois tout cela. Et je te ferai remarquer que non le chinois et le japonais, ce ne sont pas la même chose.

Seconde tape sur l'avant bras.

- Nous avons environ une heure devant nous pour souper. Donc j'opte pour quelque chose de copieux et rapide. Donc si tu pouvais m'indiquer ce genre de chose, cela serait d'une grande aide.

J'étais donc tout ouïe aux proposition de ma compagne de week-end...




by Daemon

Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Loredana Sparks
avatar
Modération GGryffondor
Modération G
Gryffondor
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Voyage en Italie

Message par : Loredana Sparks, Jeu 08 Fév 2018, 10:37


Daemon lui avait dit qu'il n'aimait pas faire les choses à moitié, il aimait les faire bien. Bien sûr, dans leur relation, les cadeaux ne faisaient pas partis de leurs plans. Elle ne se sentait donc pas toujours à l'idée qu'il dépense ses gallions, bien qu'elle avait compris qu'il était aisé financièrement parler, mais elle ne voulait pas se la jouer fille qui profite de tout ça justement. Pour ce week-end, elle n'avait pas vraiment eu le choix à vrai dire, puisqu'il avait longuement insisté pour tout préparer et lui faire la surprise et évidemment, elle avait fini par dire oui. Son sens de l'organisation était parfaite et pour quelqu'un qui ne connaissait pas l'Italie il était parvenu à trouver les meilleurs endroits à montrer à la jeune femme. Encore émerveillée par la vue, Loredana était rayonnante et les plaisanteries de Daemon ne faisait qu’accroître la joie qu'elle ressentait à cette instant. Elle aimait la manie qu'il avait de tout théâtraliser et lorsqu'il lui avait dit que le chinois et le japonnais n'étaient pas la même chose, la sorcière n'avait pu s'empêcher de rire. Il lui avait ôter les mots de la bouche en réalité. Au fil et à mesure qu'il se fréquentait, elle avait l'impression qu'il entrait dans son esprit.

Le serveur du restaurant vint vers eux avec la carte du restaurant qui, malheureusement pour lui, était en italien, ce qui fait qu'il ne saurait pas ce qu'il allait manger. Il demanda de l'aide à la Gryffondor. Elle hésita à lui dire de prendre le plat où les mots sonnaient le mieux pour lui, mais elle se ravisa voulant quand même qu'il mange quelque chose qu'il apprécie. Elle jeta alors un coup d’œil à la carte et lui traduit les plats.

Pâtes et pizza ne suffisent pas à Monsieur ? Lui dit-elle en plaisantant, puis elle reprit son sérieux. Tout dépend si tu es plus viande, poisson en fait puisqu'il y a de tout. Ils mettent même le vin qui va le mieux avec chaque plat !

Elle en oubliait presque de lui traduire la carte. À ce rythme-là, il allait mourir de faim le pauvre.

- Il y a le Menu du Carnaval. Tu as celui uniquement fait de produit de la mer : Homard céleri betterave avec ratatouille, ou bien risotto au crevette, fumé aux herbes et cuit dans du vin. Ensuite des moules avec divers mollusque, le tout farci uniquement avec des produits de la mer alors là faut vraiment aimer ça... Dessert : Mascarpone sur une base de biscuit Joconde avec une mousse à la framboise et au kiwi.

Elle prit une pause. C'était vraiment un menu tout ça ?

- Donc c'est le menu poisson...Côté viande, elle changea de page, escargot, elle grimaça, avec pomme de terre, crème d’artichaut et parmesan, gnocchi de pomme de terre avec du canard et une crème à la pomme, porc aux pomme de terres avec une sauce à base de vin et choux et en dessert un lingot au chocolat avec une mousse au fruit de la passion, une sauce au caramel et des amandes.

Elle leva les yeux vers son amant, s'assurant qu'il suivait toujours.

- Et puis à la carte, il y a tagliatelle avec bœuf et noix de macadamia, ravioli à la crème de haricot avec pieuvre rôtie et palourde, soupe de citrouille et spaghetti avec ricotta et truffe.... Bref, tu l'as compris il y a un large choix, mais te traduire tout ça me donne un peu mal à la tête. J'ai pas souvent l'occasion de mettre en œuvre mes compétences en italien alors, ça demande quand même un peu d'effort. Alors as-tu une idée ?


Pour elle, les menus étaient trop consistant. Deux plats... Ils étaient complètement fous ! C'était sûrement la tradition italienne, mais Lore serait incapable de manger tout ça, autant faire soft et son choix s'arrêta sur les tagliatelle au bœuf, les pâtes italiennes devaient être tellement meilleures alors elle voulait vraiment les tester.

- Et évidemment, tu choisis le vin. Tu fais facilement dix-huit ans, ça passera sûrement !


Elle lui prit machinalement la main et la lui caressa doucement. Leur relation était bien trop avancée pour se contenter uniquement de câlins dans une chambre d'hôtel. Ils étaient bien trop proches pour s'en tenir à ça. Elle le regardait dans les yeux, reconnaissante pour tout ce qu'il faisait pour elle pour que tout soit parfait.
Le serveur qui approchait la sortit de ses pensées. Elle commanda donc ce qu'elle avait choisi et se tourna ensuite vers Daemon afin qu'il puisse dire ce qu'il voulait.

Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Daemon Stebbins
avatar
Préfet(e)/Gryffondor
Préfet(e)/Gryffondor
Année à Poudlard : Sixième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Voyage en Italie

Message par : Daemon Stebbins, Jeu 08 Fév 2018, 15:37







Plaisir et retour
aux sources

Loredana Sparks - Daemon Stebbins

“Le plaisir est le bonheur des fous, le bonheur est le plaisir des sages.”

• ♫♫♫ Choix de Dey











Je la regardais en levant un sourcil interrogateur quand elle me sortit sa blague et lui répondait :

- Tu ne crois quand même pas, que dans un restaurant de cette qualité, j'oserai commander ce genre d'encas que l'on peut trouver dans n'importe quel bouiboui bon marché. J'ai plus de classe que ça.

Et à ce moment, je me montrais avec ma main en la faisant descendre du haut de ma tête jusqu'à ma taille pour appuyer mes dires grâce à mon physiques plus qu'avantageux en particulier avec ses fringues. Je voyais qu'elle s'était retenue de pouffer de rire et continua a traduction. Je l'écoutais avec attention. J’aimais le timbre de sa voix lorsqu'elle prononçait le nom d'un des plats J'aimais aussi l'air sérieux qu'elle avait quand elle me détaillait les ingrédients qui composaient la nourriture.

Certaines choses me mettaient l'eau à la bouche. D'autres pas contre me donnait envie de fuir. Puis elle me demanda si j'avais une préférence particulière pour qu'on puisse se concentrer sur la zone désirée. Alors je n'ai pu m’empêcher de lui lancer pour l’enquiquiner :

- Oui, il y a un plat dont, j'ai envie. Malheureusement il n'est pas sur la carte. Il faut dire qu'il mesure 1m73, assez menu, avec de belles formes, un corps qui pousse à la luxure et qui m’obsède jour et nuit. Elle s'appelle Loredana.

Je n'avais pas chercher à baisser la voix en disant tout cela. Du coup; le rouge était monté au visage de ma gryffondore. Alors continuant comme si de rien était, j'ajoutais avec sérieux:

- Pardon. Ce n'était pas de cette nourriture là dont tu voulais parler. Alors concernant l'autre nourriture, choisis moi un plat à base de veau avec tout l'accompagnement. En entrée, je me contenterai des raviolis à la crème de haricot avec pieuvre rôtie et palourde. Le fromage oubli, je n'en suis pas fan. Et pour le dessert, je présume que tu n'es toujours pas au menu donc prends plus une pâtisserie accompagné d'une crème glacée. Je te fais absolument confiance. En ce qui concerne le vin, j'opte pour un Brolio Riserva, Barone Ricasou de 1962 Simple. Si ils n'en ont pas alors un Conti Serristori Antica Fattoria de 1964 Simple aussi.

Pour la nourriture, je n'étais pas calé en cuisine italienne. Par contre le vin, j'avais reçu assez de leçons d’œnologie pour monter ma propre affaire et qu'elle prospère aisément au moins dans une douzaine de pays. Je soulignais ensuite à son encontre:

- Et je t'en prie, oublie les crudités et les salades. Fais un vrai repas qui te tienne au corps. Parce qu'entre les festivités du carnaval, le bal qui est prometteur et ce que je compte de faire après, il te faudra des forces. Parce que toi et moi savons que cette nuit et ce week-end sera très long et rempli de plaisirs...

Je conservais tant bien que mal mon sérieux même si un magnifique sourire étiraient mes lèvres. D'ailleurs, à ce moment là, je croisais le regard d'une blonde qui se pensait certainement sensuelle et sexy.

*Yeurk*

Je me tournais donc vers ma magnifique brune, lui prenais la main que je portais sa main à ma bouche et déposait un baiser dans le creux de son poignet.

- Je t'en prie Déesse, sauve-moi de cette méduse qui tente de m'enlever à toi, en me prenant dans ses filets. Elle est en face de nous.

Je me plongeais dans l'océan de ses yeux afin de voir sa réaction. Evidemment, je ne savais parfaitement qu'il n' avait aucune crainte que je puisse tomber pour une bimbo de ce genre. Toutefois, cela m'amusait de la taquiner. J'aimais voir les diverses émotions dont elle était capable. Ce feu, en elle, était l'une des choses qui attisait le plus ma faim de sa personne. Elle était la créature qui dominait monde depuis notre rencontre. Néanmoins je savais qu'avec mes conditions, cela ne pourrait durer indéfiniment, qu'il faudrait un jour la laisser s'envoler vers sa liberté...

* C'est bien. Tu continues à te voiler la face. Jamais tu n'y arriveras. Jamais !*

Je commençais à avoir l'habitude de la zapper et de faire ma vie sans tenir compte des commentaires que j'entendais depuis que Loredana été rentré dans mon existence ternie et douloureuse de plaisirs éphémères....

Cinq minutes plus tard, le serveur revint vers nous. La brune prit en main les choses. Cela ne me dérangeait absolument pas, je n'étais pas le genre macho au moins sur point. Je la dévorais encore des yeux pendant qu'elle expliquait notre commande dans sa langue maternelle.

* Magnifique *

Oui il n'y avait pas à dire, elle était parfaite à mes yeux...




by Daemon

Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Loredana Sparks
avatar
Modération GGryffondor
Modération G
Gryffondor
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Voyage en Italie

Message par : Loredana Sparks, Jeu 08 Fév 2018, 18:55


Le discours de Daemon faisait rire la jeune femme, Monsieur voulait manger de la qualité. Lore n'était pas vraiment dans cette façon de penser. Elle le savait perfectionniste, ce qui n'était pas son cas. Une pizza dans leur chambre d'hôtel assis sur leur balcon en se chamaillant de temps en temps parce que oui, ça c'était drôle aussi. Elle savait cependant que le Gryffondor préférait voir les choses en grand et il était sans doute hors de question pour lui de dîner dans leur chambre. Elle l'acceptait de toute manière, elle s'habituait à ses petites habitudes et ça lui plaisait à vrai dire et ses remarques la faisaient rire.
Lorsqu'elle lui avait demandé ses préférences, celui-ci l'avait décrit elle, physiquement parlant et elle avait rougi en ayant l'impression que tout le monde les regardaient à présent. Elle se rappela cependant qu'ils se trouvaient en Italie et qu'il y avait des chances qu'aucune personne dans ce restaurant n'ait compris un mot de ce qu'il venait de dire. Et quand bien même au fond, qu'est-ce qu'il y avait de mal à désirer la personne qu'on amener dîner. Loredana était très flattée, c'était l'une des raisons pour laquelle ses joue avaient rougi. Il avait finalement opté pour les raviolis et une pâtisserie quelconque en dessert. Il avait également fait son choix sur le vin. La jeune femme ne pu s'empêcher de marquer sa surprise, elle était agréablement surprise et elle s'imaginait avec lui, seuls, avec juste une bouteille de vin. Je vous le dis, les soirées simples comme ça, elle adorait.
Elle ne pouvait s'empêcher de rire de nouveau lorsqu'il lui demanda de manger quelque chose de consistant, mais il l'a prenait pour quoi ou plutôt pour qui ?

- Dey, tu découvriras vite que je ne suis clairement pas le genre de femme à manger de la salade et des carottes râpés. Non, moi je vais opter pour les tagliatelles, tu sais ? Les pâtes bon marchés ?

Elle lui fit un clin d'oeil. Lui, il souriait, son regard dévia légèrement puis il prit la main de la rouge et or et embrassa le creux de son poignet. Il reprit alors la parole, avouant à Loredana qu'une femme qu'il comparait à une méduse voulait l'arracher à elle. Elle se retourna et en effet, elle aperçut cette... chose blonde vêtue de manière presque provocatrice qui dévorer son compagnon du regard.
Vas-y matte le devant moi, ne te gêne pas surtout on n'est pas ensemble, pensa-t-elle
Le regard de la blonde se posa sur la sorcière. Celle-ci la fusillait des yeux et il n'a pas fallu longtemps pour que cette probable dévoreuse d'homme tourne la tête. Satisfaite, la brune se retourna vers Daemon un sourire aux lèvres, comme si de rien n'était. Elle n'allait pas lui montrer que ça l'avait quand même agacer. Daemon ne lui appartenait pas, ça elle l'avait bien compris, mais malgré tout, elle ne pouvait s'empêcher de se montrer un peu impulsive à cet instant, en priant Merlin pour qu'il reste avec elle le plus longtemps possible.

- Problème résolu, tu restes avec moi ce soir, lui dit-elle, le regard séducteur.

Le serveur les interrompit une fois de plus pour prendre leur commande. Loredana prit les devants, elle avait remarqué que le serveur n'était pas à l'aise avec l'anglais, inutile de le torturer davantage alors qu'elle-même parlait très bien leur langue. Elle commanda donc tout ce qu'elle et Daemon avait décidé quelques minutes auparavant. Lorsque celui-ci s'en alla, elle se tourna une nouvelle fois vers son préfet favori. Celui-ci était carrément en train de la dévorer du regard. Ça la flattait et ça l'amusait aussi.

- Tu m'as l'air... presque fasciné...


Elle soutint son regard appréciant ce genre de moment où il ne voyait qu'elle et où elle ne voyait que lui. Elle était consciente que, malgré elle, ses sentiments envers lui évoluaient à grande vitesse. Elle savait que ce n'était pas ce qu'il voulait alors elle préférait se taire. Malgré tout, à chaque fois qu'elle le voyait, qu'elle lui parlait, qu'elle l'embrassait... C'était pour elle une découverte, à chaque fois. Elle connaissait son corps par cœur, avait retenu chaque détail, mais chaque expérience était aussi délicieuse que la première. Elle ressentait le même plaisir, les mêmes sensations, sa tête lui tournait toujours autant quand il était là.
Soudain, une voix de femme s'était fait entendre. En anglais. Elle avait du comprendre qu'ils n'étaient pas italien.

- Excusez-moi, vous auriez du feu ?

La jeune femme se retourna, c'était la blonde de tout à l'heure qui avait osé dévorer Daemon des yeux. Loredana ne pu s'empêcher de montrer son agacement. Sans dire un mot, elle sortit un briquet de la poche de son manteau et le lui tendit, le visage fermé. Celle-ci alluma sa cigarette, rendit le briquet à Lore en le lui jetant presque et tout ça en regardant le Gryffondor. S'en était trop pour elle, elle voulait bien ne pas montrer que la situation ne lui plaisait pas, mais là c'était presque un manque de respect. Elle se tourna de nouveau vers cette catin et claqua des doigts devant ses yeux.

- Allez merci, au revoir.

La blonde la dévisagea d'un regard mauvais, puis se tourna à marmonnant un « Sei una stupida troietta »(Tu n'es qu'une pouffiasse) que Loredana avait évidemment entendu. Elle rigola nerveusement, mais ne répondit rien, inutile de s'abaisser à son  niveau qui était ma foi, vraiment très bas. Dans le même temps, le serveur arrivait avec leur plat.

- Réponds-lui "Grazie" quand il te posera le plat devant toi, murmura-t-elle à Dey.

Il n'allait quand même pas quitter l'Italie sans avoir appris aucun mot quand même.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Daemon Stebbins
avatar
Préfet(e)/Gryffondor
Préfet(e)/Gryffondor
Année à Poudlard : Sixième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Voyage en Italie

Message par : Daemon Stebbins, Jeu 08 Fév 2018, 22:40







Plaisir et retour
aux sources

Loredana Sparks - Daemon Stebbins

“Le plaisir est le bonheur des fous, le bonheur est le plaisir des sages.”

• ♫♫♫ Choix de Dey











J'aimais le fait qu'elle ne soit pas de ce genre de filles qui font attention à la moindre chose qu'elles avalaient. De toute façon, le corps de Lo était parfait et équilibré de mon point de vue. Elle était belle. Un poitrine généreuse mais pas trop qui tenait dans mes mains. Une taille que j'adorais enlacer encore plus à certains moments. Un ventre pat où mes doigts se délectaient de dessiner des arabesques dessus. Des fesses charnues et voluptueuse à mon touché et puis ses jambes... Evidemment son visage était magnifique et me donnais sans cesse envie de l'embrasser. J'aimais également sa chevelure et me perdre dans la contemplation de l'océan de ses yeux. Non, Merlin l'avait faite à tomber et je n'aurais rien changé. c'était d'ailleurs pour cela que je l'appelais ma déesse. Car elle était une créature du ciel venu pour m'aider à avancer même si ce n'était pas de la manière la plus orthodoxe. Peu de filles auraient consenti à ce que je proposais. C'est pour cela que j'avais mis les cartes sur table. je ne voulais pas lui donner de faut espoir pour quelque chose que je ne pouvais et ne voulais voir arriver. Après tout, même si un jour, nous ne partagions plus un lit, j'avais bien l'intention de la garder dans mon entourage. Parce que je savais qu'elle m'aidait à oublier. Pas tout le temps, mais une grande partie.

Lo échangeait avec le serveur alors que l'autre femme e veut pas me lâcher. Cette dernière fait comprendre que j'étais à elle et que j'étais surtout chasse garder. Cela me fait frémir de plaisir. Etrangement être sa propriété, pousse les méandres de mon cerveau avoir des images impures de jeu que nous ne décrirons pas ici et qui resterons privé dans ma tête mais qui provoquait le réveil de ma faim pour elle un peu plus.

* On se calme Don Juan. Rappelle toi où tu es et qu'il et hors de question qu'elle accepte de se lancer dans cette activité vu le programme du début de soirée. *

Même pas drôle. Toutefois, il me restait l'espoir de la fin de la nuit. Après tout, une fois le bal fini, je lui avais bien promis de m'occuper d'elle. Alors je lui soufflais à l'oreille :

- Merci de ton assistance.

Je passais ma main sous la table et m'octroyais le droit de caresser sa cuisine sur sa jupe en guise de paiement. Si je n'avais pas été dans un établissement tel que celui-là mes doigts auraient volontiers remonter le tissus afin d'être en contact directement avec sa chair. Cependant je savais me tenir en société malgré mon commentaire de tout à l'heure. Puis il y avait eu sa remarque qui me ramenait sur terre.

- Je n'en ai pas l'air. Je le suis totalement...

Mes yeux étaient de nouveau prisonniers. Seulement ce moment avait été interrompu par une demande impromptue. J'allais rétorqué lorsque ma déesse me coupa l'herbe sur les pieds.

* Un briquet ?*

Fumait-elle ses affreuse choses, au goût nauséabonde qu'on nommait cigarette ? Il faudrait que je lui demande et si c'était le cas, je devrais œuvrer à ce qu'elle perde cette mauvaise habitude. Oui l'odeur du tabac froid au petit matin ou sur les vêtement très peu pour moi. L'alcool ne me dérangeait pas vu les mauvaises habitudes que j'avais repris cinq mois plus tôt.

La blonde se fait alors congédier de manière brusque et sans appel par ma gryffondore tandis que je ne lui accordais même pas un regard. Je n’appréciais guère ce genre de beauté vulgaire et agichante. J'aimais le femme mais avec un minimum de classe et celle-ci était à des années lumières de cela. Il y avait eu une remarque que je ne comprenais pas. Néanmoins, Loredana n'avait pas cru bon de relever.

Le serveur était de retour et ma déesse me souffla un mot certainement de politesse à lui dire.

- Gracié.

Mon accent était un peu maladroit mais l'homme avait compris.

- Ca l'air délicieux. Par contre Déesse, si tu espères me faire parler italien, il va falloir d'y prendre autrement. Je ne suis pas vraiment un as en dehors de notre langue et du japonais. Ou alors il faudra que tu trouves un moyen de me prouver le contraire.

Oui, je vous l'avais dit. Ma faim de son corps s'étaient réveillé et tant qu'elle ne serait pas apaisée, les allusions allaient fuser. je savais que je risquais de me faire écharper si je continuais mais que voulez-vous. Chasser le naturel et il revient au galop. Et pour moi, le naturel s'était Loredana et moi dans un lit et mon corps en train de la rendre folle de plaisir...




by Daemon

Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Loredana Sparks
avatar
Modération GGryffondor
Modération G
Gryffondor
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Voyage en Italie

Message par : Loredana Sparks, Ven 09 Fév 2018, 10:48


Loredana ne comprenait pas que ce genre de spécimen soit admis dans ce genre d'établissement. C'était bien trop chic, bien trop luxueux pour une femme comme cette blonde. Heureusement pour elle, la rouge et or savait se tenir en public, elle n'aurait jamais hausser le ton dans un endroit comme celui-ci. Et cette femme devrait simplement rester à sa place. Peut-être que certains n'auraient pas cette patience.
Elle avait eu peur que Daemon n'apprécie pas le fait qu'elle se permette de jeter une fille venue pour le draguer. Il aurait très bien pu lui rappeler que malgré tout ça, il n'était pas en couple et que sa jalousie n'avait pas lieu d'être. Cependant, ça avait plutôt l'air de lui plaire alors Loredana avait rapidement mis ses doutes de côté. Et puis cette blonde méritait de se faire remballer. Son manque de respect et sa vulgarité faisait vraiment pitié. Et c'est la sorcière qui s'était faite insulter ? C'était le monde à l'envers...
Le serveur déposa, donc, les deux assiettes et Dey suivit les conseils de la Gryffondor et prononça un merci en italien. Ce n'était pas du tout parfait, mais ça avait eu son petit effet sur Loredana qui avait trouvé ça juste irrésistible. Elle avait rit, d'un rire sincère, le genre de rire qui faisait tellement de bien. Néanmoins, il lui fit savoir qu'il faudrait qu'elle s'y prenne autrement pour lui apprendre l'italien, langue qui ne faisait clairement pas partie de celle qu'il connaissait. 

- Il faut bien commencer quelque part non ? Quoi de mieux que t'apprendre directement dans le pays ? Et puis, ta manière de parler italien est tellement irrésistible.


Elle se perdit de nouveau dans ses yeux, elle n'avait plus vraiment faim à ce moment précis. Mais d'après ce que Daemon lui avait dit, il fallait qu'elle se remplisse l'estomac au vue de la soirée qu'ils allaient passer ce soir. Elle s'empressa alors de revenir à la réalité et de commencer à manger son plat qui était simplement délicieux. Il lui tardait surtout d'assister à l'ouverture du carnaval, une tradition de la ville qu'elle n'avait clairement pas envie de rater. À défaut de ne pas avoir pu avoir l'occasion de se rendre dans ce pays, elle savait qu'avec Dey, elle allait pouvoir rattraper tout ça durant le week-end, il l'avait emmené ici durant l'une des meilleures périodes de l'année et rien que se dire que la soirée ne faisait que commencé la mettait en joie. Elle souriait. Elle avait redécouvert le plaisir de sourire depuis un mois, tout ça grâce à lui. Elle se sentait chanceuse d'être tombée sur lui ce soir-là, d'avoir passé la nuit avec lui et surtout, d'avoir voulu que ça continue.

- Dis-moi alors, quel est le programme complet pour ce soir ?

Elle voulait tout savoir tant il lui tardait de vivre tout cela. Malheureusement, elle se savait pas si son compagnon allait lui dire grand chose de plus. Il aimait bien la surprendre, elle l'avait bien remarqué, mais peut-être qu'elle parviendrait à le convaincre cette fois-ci ? Après tout, même si transplaner ne durait que quelques secondes, ils étaient tout de même loin de Poudlard, loin de leur pays, loin de leurs habitudes. De toute manière, ça valait le coup d'essayer, elle n'avait rien à perdre après tout.
Elle s'attarda de nouveau sur la vue qu'offrait la terrasse de ce restaurant. À certains moment, elle se demandait si tout ça était bien réel. Elle avait tellement d'imagination qu'elle aurait pu rêver de ce genre de chose. Non, non ce n'était pas possible, jamais elle n'aurait pu créer tout ceci dans son esprit. Le corps de Daemon était aussi parfait dans ses rêves, mais Venise... Elle n'aurait jamais pu l'imaginer à la perfection, ne connaissant la ville et l'Italie tout entière uniquement par le biais de livres dans lesquelles elles s'étaient plongée depuis le jour où elle avait été capable de lire. Loredana n'était pas le genre de personne à se plonger dans les bouquins, ça ne faisait pas d'elle une personne bête. Disons qu'elle préférait tout apprendre sur le tas plutôt que de s'enfermer dans une bibliothèque. Malgré tout, elle lisait tous les livres qui touchaient le pays d'où venait sa famille inconnue. À une période de sa vie, ça en était presque devenue une obsession.
Aujourd'hui, elle y était et même si elle n'en avait pas encore elle-même conscience, elle était terrifiée. Elle avait rêvé toute sa vie de se retrouver ici et de chercher un membre de sa famille et maintenant qu'elle y était, elle ne savait pas si c'était une bonne idée.
Daemon semblait avoir remarqué son absence puisque sa main se posa de nouveau sur la sienne. Il ne devait plus lui rester beaucoup de temps avant le début des festivités. Il ne fallait pas traîner s'ils voulaient retourner dans leur chambre se changer pour jouer le jeu dans sa totalité.
Loredana était complètement pleine. D'habitude, elle était plutôt du genre gourmande, mais les plats de ce soir étaient bien trop consistant pour elle. Elle était tout de même parvenue à terminer son plat, au moins, Dey ne pouvait pas lui reprocher de faire attention à la ligne. Elle était sportive, ça compensait.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Daemon Stebbins
avatar
Préfet(e)/Gryffondor
Préfet(e)/Gryffondor
Année à Poudlard : Sixième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Voyage en Italie

Message par : Daemon Stebbins, Ven 09 Fév 2018, 18:03







Plaisir et retour
aux sources

Loredana Sparks - Daemon Stebbins

“Le plaisir est le bonheur des fous, le bonheur est le plaisir des sages.”

• ♫♫♫ Choix de Dey











A ce moment, quand Lo m'avait dit cela, je penchais vers elle, me rapprochait de son oreille. Je posais à nouveau ma main sur sa cuisse. Ma Main glissa vers le côté malgré la jupe de cette dernière. Et puis, pour la rendre dingue, j'avais caressé sa chair tout en lui expliquant :

- Mais si on réfléchit bien, je connais le meilleur moyen pour m'y mettre. Il faut que tu commences par cette phrase. Je désire me fondre dans ton corps afin de laisser mon empreinte à jamais.

Je reculais mon visage capturait ses prunelles dans mon regard affamé de son corps tandis que ma main remontait lentement vers le haut de sa jambe. Malheureusement pour elle, la table avec sa nappe cachait mes mouvements ce qui me permettait de pousser l’amusement à la limite de la décence. J'aimai sentir sa respiration s'accroître alors que je la dominais. J'adorai a manière de répondre à chacun de mes mouvements. Mais quand nous couchions ensemble, son être se calait sur le mien. Je me déplaçais, elle se déplaçait dans une parfaite harmonie d'extase et de plaisir dans ces moments là. Mon pantalon commençait à me faire sentir à l'étroit. Le feu me consumait. Je m'étais mis à nouveau à un niveau où elle pouvait m'entendre et ajoutait :

- Nous ne partirons pas au carnaval avant que j'ai une petite leçon de ta langue maternelle.

J'embrassais sa joue juste à la naissance de la commissure de ses lèvres. Il faisait chaud, très très chaud. Toutefois je laissais quelque instants passés au vu du trouble que je percevais en elle. J'aimais ce genre de jeux, il faudrait bien qu'elle s'y fasse. quoique c'était jouissif de la voir dans cet état. Je repris la parole comme si de rien était

- En ce qui concerne le programme, le voici. Après notre petit intermède là-haut, nous nous changerons et nous rendrons ensuite sur la place Saint Marc. Nous assisterons au vol de l'Ange. D'après ce que j'ai lu, une jeune fille traverse la place suspendu à un fil. Avant cela se déroulait le midi. Mais ils l'ont innové en le passant le soir pour attirer plus de monde en le rendant spectaculaire avec le feu d'artifice. Nous nous baladerons dans les rues pour profiter des diverses animations. Ensuite, nous irons au bal du gouverneur. Ce n'est plus le gouverneur qui en et l'hôte. Mais le nom est resté car il date de 1654 si je ne trompe pas. J'ai pu avoir une invitation grâce à un ami de mon père. Nous danserons jusque vers une heure du matin. Nous passerons côté sorcier ensuite. Pour profiter de l'éveil de la lune. Je n'ai pas trouvé énormément d'informations. Mais visiblement, elle permet de porter chance aux gens de notre communauté. Puis quand, nous reviendrons à l'hôtel au petit matin, je profiterai une fois de plus de te rendre dingue afin que tu en redemandes encore et encore pour que je me fonde en toi... Au final, quand nous serons repus l'un de l'autre, nous nous endormirons.

J'attrapais la bouteille de vin et je resservis ma brune avant moi. Lorsque je la reposais, je demandais ma déesse :

- Est-ce que les envies de folies de votre divinité en auront assez pour ce premier soir ?

J'en profitais pour savourer deux, trois gorgées de mon verre. En attendant la réponse, j’engloutissais un quart de mon assiette...




by Daemon

Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Loredana Sparks
avatar
Modération GGryffondor
Modération G
Gryffondor
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Voyage en Italie

Message par : Loredana Sparks, Ven 09 Fév 2018, 20:27


Pourquoi me fait-il ça? Lui-même m'a dit qu'il fallait pleinement profiter de ce week-end de folie qu'il m'avait réserver ? Alors pourquoi me fait-il ça ?

Loredana n'avait plus les idées claires. Elle le regardait, mais elle ne voyait rien d'autres que ses yeux, que sa bouche et sentait sa main caresser sa cuisse sous la table. Elle ne disait rien, réagissant par des gigotements légers et des souffles qu'elle tentait de camoufler avec un raclement de gorge peu convaincant tant elle avait besoin de reprendre sa respiration à chaque instant. Elle se demandait combien de temps tout cela durait. En combien de temps le désir commençait à s'estomper ou du mois à se calmer. Parce qu'elle ne tiendrait pas bien longtemps si celui-ci restait actif à ce point pendant des années. Elle allait en mourir, c'était certain.
Elle se demandait ce que cela pourrait bien faire si elle mourrait d'avoir trop désirer un être. Serait-ce une mort douloureuse ? Ou bien aussi naturelle que lorsque que l'on s'endort ?
Voilà ce que la main et toutes les autres parties du corps de Daemon provoquait en elle. Elle partait dans un délire sans nom qu'elle-même ne comprenait pas. Elle essaya de cacher tant bien que mal tout l'effet qu'il lui faisait, mais il n'était pas duppe, elle le savait et il commençait à bien la connaître. À connaître ses expressions du visage, à lire dans ses yeux lorsque ça n'allait pas, à connaître ses réactions autant positives que négatives. Bref, ils savaient rien qu'en la voyant plus de choses qu'elle n'en savait elle-même.

Elle revint à la réalité lorsqu'il lui explique leur programme en détail de cette soirée et nuit qui s'annonçait magnifique. Elle était impressionnée par toutes ses connaissances. Connaissait-il tout cela ? Où avait-il tout appris juste avant ce week-end afin que tout soit parfait ? Le connaissant, elle avait pencher la balance vers la seconde option. Quand il faisait les choses, il ne les faisait pas à moitié et le lui avait prouvé à mainte et mainte reprise. Il ne comptait pas rentrer de la nuit, la soirée allait être bien remplie. Elle était simplement aux anges à ce moment-là. Elle savait qu'ils avaient encore des obligations à Poudlard. Des cours à suivre, des devoirs à faire, des examens à passer et mieux encore, Dey était préfet. Malgré tout, elle aurait aimé rester là plus longtemps. Deux jours, ça semblaient bien trop court.

- Ce programme me plaît parfaitement. On va passer une merveilleuse soirée et une nuit splendide.


Elle but une, deux, trois, quatre gorgées de son vin. Oui, elle était clairement pas dans son état normal et avait besoin de se reprendre. Elle voulait tout de même garder sa tête sur ses épaules afin de profiter pleinement de ce moment. Elle n'allait pas dormir de la nuit et cela durerait sûrement jusqu'au matin à leur arrivée à l'hôtel. Il faudra tout de même que Lore fixe certaine limite afin qu'ils restent tous les deux raisonnables et qu'ils puissent profiter de Venise. Avec leur passion l'un pour l'autre, rien n'était vraiment sûr, mais elle allait faire le maximum pour ne pas céder à toutes ses avances. Des avances qui étaient constante tous les jours, dés qu'ils se voyaient. Même lorsqu'ils se croisaient furtivement dans les couloirs de l'école, il trouvait toujours le moyen de réveiller son cœur. Que ce soit par ses gestes, ses câlins, ses mots et son souffle dans son cou. Il aimait jouer avec les nerfs de la jeune femme. Parfois, elle se demandait s'il n'allait pas en voir d'autres. Qu'est-ce qu'elle aurait à dire d'ailleurs si c'était le cas ? Il l'avait prévenu, il le lui avait dit qu'il ne voulait rien de plus et elle avait accepté. Elle lui avait que ça lui convenait. Qui aurait cru qu'elle allait en tomber amoureuse aussi vite ? Même elle elle n'en était pas sûre, mais son moi profond le savait lui et il le lui faisait savoir en lui envoyant divers signes comme les frissons, les souffles courts et les battements de cœurs accélérés.
Elle tenta de reprendre ses esprits. Il fallait qu'elle soit bien plus raisonnable que ça.

- Par contre Dey, on remonte directement se changer et on s'en va. Je ne veux pas prendre le risque de tout louper parce que mon corps t'appelle.

Elle le regardait d'un air désolé, attendant une réaction de sa part en entendant cette phrase. Le serveur revint à eux. La Gryffondor le remercia chaleureusement et s'amuser à jouer la jeune femme modèle qui avait l'habitude de fréquenter les restaurants de ce genre. Si elle devait apprendre l'Italien à son Gryffondor, il devrait probablement lui apprendre comment ce comporter dans ce genre d'endroit. Il devait avoir l'habitude, il semblait vraiment très à l'aise. Contrairement à elle qui se sentait clairement ridicule. Il faut dire que les caresses de Daemon sous la table ne l'aidaient pas beaucoup.

- Comment tu veux que je sois crédible dans ce genre d'endroit si tu passes ton temps à me déconcentrer,
lui avait-elle dit.

Il fallait qu'elle reprenne le dessus, il en avait déjà bien trop profité à son goûr.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Contenu sponsorisé

Re: Voyage en Italie

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 9 sur 12

 Voyage en Italie

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 8, 9, 10, 11, 12  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Autres Lieux Magiques ~¤~ :: A l'étranger-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.