AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Autres Lieux Magiques ~¤~ :: A l'étranger
Page 10 sur 12
Voyage en Italie
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 9, 10, 11, 12  Suivant
Loredana Sparks
Modération GGryffondor
Modération G
Gryffondor

Re: Voyage en Italie

Message par : Loredana Sparks, Ven 9 Fév - 20:27


Pourquoi me fait-il ça? Lui-même m'a dit qu'il fallait pleinement profiter de ce week-end de folie qu'il m'avait réserver ? Alors pourquoi me fait-il ça ?

Loredana n'avait plus les idées claires. Elle le regardait, mais elle ne voyait rien d'autres que ses yeux, que sa bouche et sentait sa main caresser sa cuisse sous la table. Elle ne disait rien, réagissant par des gigotements légers et des souffles qu'elle tentait de camoufler avec un raclement de gorge peu convaincant tant elle avait besoin de reprendre sa respiration à chaque instant. Elle se demandait combien de temps tout cela durait. En combien de temps le désir commençait à s'estomper ou du mois à se calmer. Parce qu'elle ne tiendrait pas bien longtemps si celui-ci restait actif à ce point pendant des années. Elle allait en mourir, c'était certain.
Elle se demandait ce que cela pourrait bien faire si elle mourrait d'avoir trop désirer un être. Serait-ce une mort douloureuse ? Ou bien aussi naturelle que lorsque que l'on s'endort ?
Voilà ce que la main et toutes les autres parties du corps de Daemon provoquait en elle. Elle partait dans un délire sans nom qu'elle-même ne comprenait pas. Elle essaya de cacher tant bien que mal tout l'effet qu'il lui faisait, mais il n'était pas duppe, elle le savait et il commençait à bien la connaître. À connaître ses expressions du visage, à lire dans ses yeux lorsque ça n'allait pas, à connaître ses réactions autant positives que négatives. Bref, ils savaient rien qu'en la voyant plus de choses qu'elle n'en savait elle-même.

Elle revint à la réalité lorsqu'il lui explique leur programme en détail de cette soirée et nuit qui s'annonçait magnifique. Elle était impressionnée par toutes ses connaissances. Connaissait-il tout cela ? Où avait-il tout appris juste avant ce week-end afin que tout soit parfait ? Le connaissant, elle avait pencher la balance vers la seconde option. Quand il faisait les choses, il ne les faisait pas à moitié et le lui avait prouvé à mainte et mainte reprise. Il ne comptait pas rentrer de la nuit, la soirée allait être bien remplie. Elle était simplement aux anges à ce moment-là. Elle savait qu'ils avaient encore des obligations à Poudlard. Des cours à suivre, des devoirs à faire, des examens à passer et mieux encore, Dey était préfet. Malgré tout, elle aurait aimé rester là plus longtemps. Deux jours, ça semblaient bien trop court.

- Ce programme me plaît parfaitement. On va passer une merveilleuse soirée et une nuit splendide.


Elle but une, deux, trois, quatre gorgées de son vin. Oui, elle était clairement pas dans son état normal et avait besoin de se reprendre. Elle voulait tout de même garder sa tête sur ses épaules afin de profiter pleinement de ce moment. Elle n'allait pas dormir de la nuit et cela durerait sûrement jusqu'au matin à leur arrivée à l'hôtel. Il faudra tout de même que Lore fixe certaine limite afin qu'ils restent tous les deux raisonnables et qu'ils puissent profiter de Venise. Avec leur passion l'un pour l'autre, rien n'était vraiment sûr, mais elle allait faire le maximum pour ne pas céder à toutes ses avances. Des avances qui étaient constante tous les jours, dés qu'ils se voyaient. Même lorsqu'ils se croisaient furtivement dans les couloirs de l'école, il trouvait toujours le moyen de réveiller son cœur. Que ce soit par ses gestes, ses câlins, ses mots et son souffle dans son cou. Il aimait jouer avec les nerfs de la jeune femme. Parfois, elle se demandait s'il n'allait pas en voir d'autres. Qu'est-ce qu'elle aurait à dire d'ailleurs si c'était le cas ? Il l'avait prévenu, il le lui avait dit qu'il ne voulait rien de plus et elle avait accepté. Elle lui avait que ça lui convenait. Qui aurait cru qu'elle allait en tomber amoureuse aussi vite ? Même elle elle n'en était pas sûre, mais son moi profond le savait lui et il le lui faisait savoir en lui envoyant divers signes comme les frissons, les souffles courts et les battements de cœurs accélérés.
Elle tenta de reprendre ses esprits. Il fallait qu'elle soit bien plus raisonnable que ça.

- Par contre Dey, on remonte directement se changer et on s'en va. Je ne veux pas prendre le risque de tout louper parce que mon corps t'appelle.

Elle le regardait d'un air désolé, attendant une réaction de sa part en entendant cette phrase. Le serveur revint à eux. La Gryffondor le remercia chaleureusement et s'amuser à jouer la jeune femme modèle qui avait l'habitude de fréquenter les restaurants de ce genre. Si elle devait apprendre l'Italien à son Gryffondor, il devrait probablement lui apprendre comment ce comporter dans ce genre d'endroit. Il devait avoir l'habitude, il semblait vraiment très à l'aise. Contrairement à elle qui se sentait clairement ridicule. Il faut dire que les caresses de Daemon sous la table ne l'aidaient pas beaucoup.

- Comment tu veux que je sois crédible dans ce genre d'endroit si tu passes ton temps à me déconcentrer,
lui avait-elle dit.

Il fallait qu'elle reprenne le dessus, il en avait déjà bien trop profité à son goûr.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Daemon Stebbins
avatar
Préfet(e)/Gryffondor
Préfet(e)/Gryffondor
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Voyage en Italie

Message par : Daemon Stebbins, Sam 10 Fév - 8:03







Plaisir et retour
aux sources

Loredana Sparks - Daemon Stebbins

“Le plaisir est le bonheur des fous, le bonheur est le plaisir des sages.”

• ♫♫♫ Choix de Dey











J'étais heureux que la plus grosse partie du programme soit à son goût. Au moins je ne m'étais pas lamentablement planté. Je voyais bien en dehors du désir, que la gryffondore tentait de contenir que cela l'enchantait. La voir ainsi me plaisait, je ne pouvais pas le cacher. D'ailleurs 'était pour cette raison que je pouvais toujours le vis plus loin. Il fallait dire que je n'avais jamais rencontré, par le passé, une partenaire de cette qualité et qui possédait la même faim que moi. Je m'étais fait un plaisir et surtout un devoir d'apprendre chaque modification de ses expressions afin de répondre sans tarder à ses attentes. Je savais maintenant quand  je pouvais la faire changer d'avis ou si était plutôt temps d'arrêter de la titiller pour ne pas perdre cet ascendant que je délectais d’exercer sur elle.

Puis, il y avait cette lumière qui oscillait dans son regard au grès de notre plaisir et que j'avais vu changé au file des mois pour s'intensifier, comme si la rouge et or revenait à la vie tout comme moi. Elle m'émerveillait de jour en jour. Malgré tout, par moment, une touche terne revenait dans l'océan de ses prunelles lorsque celle-ci pensait que je ne l'observais plus. Bien sûr, c'était furtif pourtant cela persévérait. J'espère qu'un jour, elle pourrait 'en libérer totalement et prendre son existence en main.

La lionne avalait de sa boisson pour donner l’illusion qu'elle maîtrisait ce qui se produisait dans ce restaurant. C'était une simple tactique pour tenter de se donner une contenance et feindre d'ignorer ma main qui était toujours au même endroit. Se rendait-elle compte que cette résistance me donnait encore plus envie de pousser loin ce jeu instauré entre nous deux. Non, clairement. Même si la rouge et or était à l'aise avec sa féminité,  elle n'avait pas conscience  du pouvoir qu'elle pouvait distiller sur les mâles qui passaient près de son sillage. Moi inclus.

Ce qui différait entre nous, c'était que je savais seulement mieux donner le change que les autres. Mais, honnêtement, elle m'aurait dit de sauter pour qu'elle m'accorde ses faveurs, je n'aurais absolument pas hésité une seconde. Le seul avantage que j'avais sur sa personne, c'était l'expérience. Toutefois avec le temps, la brune apprendrait rapidement et se retrouverait aisément à mon niveau. Je m'interrogeais sur ce que cela pourrait donner dans l'avenir comme situation originale. Evidemment l’excitation de ce futur accentuait mon inconfort dans mon jeans. Je la vis tenter de reprendre la main. Petit sourire en coin amusé. Pensait-elle réellement qu'elle en capacité de m'imposer ses limites pour l'instant. La réponse était nom. Elle n'avait acquis, tout l'art d'asservir par le pouvoir de la séduction. J'avais encore un peu de marge avant qu'elle en devienne une maîtresse. Néanmoins, je ne souhaitais pas qu'elle se lasse de moi et de mes manières de prédateurs même si je les connaissais envoûtantes pour le sexe opposé. Je devais montrer que je savais céder un peu.

- C'est vraiment ce que ma déesse souhaite ?

A ce moment, un de mes doigts était redescendu vers son genou pour rentrer en contact direct avec sa peau et remontait très lentement pour l'émoustiller. Je savais que j'allais lui dire oui mais je pouvais encore un peu l'émoustiller avant de lâcher. Sans savoir son aide dans mon action, le serveur revenait vers nous. Je voyais ma créature céleste faire preuve de toutes ses capacités pour agir le plus naturellement possible. J'avais envie de rire devant la scène, mais je me suis retenu. cela aurait été absolument inconvenant. Le jeune homme était reparti chercher la suite de notre repas.  et Lo déposa alors sa main sur la mienne pour tenter de stopper mon ascension charnelle et me lança une remarque que je trouvais charmante.

- Tu t'en sors très bien.

Ma main avait alors quittait sa cuisse. Je m'étais emparer de ses doigts et les avais porté à ma bouche pour déposer un baiser dessus avant de reposer sur la table.

- Même si tu n'a pas l'habitude de ce genre d'endroit, tu as su d'instinct comment  te comporter. Je suis persuadé que tu n'as même pas remarquer que ta posture était différente de celle que tu as à l'école. Tu es plus droite, dégageant une assurance que peu de jeune femme de ton âge ont. Où si certaines la maîtrise, elle gâche tout en se donnant des grand airs qui les rendent plus pimbêches que femmes de qualité. Alors cesse de t'inquiéter. Compare avec ce qui nous entoure et tu verras que je te dis la vérité.

Evidemment je ne disais pas cela pour la flatter mais parce qu'il s'agissait de la vérité.

- Pour ce qui est du reste, je veux bien faire concession pour ce soir parce que je veux que tu te sente aussi bien que possible. Toutefois, ma déesse, il va falloir que tu prennes enfin conscient que je ne suis qu'un homme et qu'en face, d'une beauté comme la tienne, j'ai du mal à rester de marbre surtout quand je sais parfaitement ce que dissimule ses vêtements. Tu ne le vos peut-être pas, mais tu es de celle qui pourrait réclamer le monde entier si elle souhaitait simplement. Et malgré mon expérience, j'aurai bien du mal à te dire non.

Notre garçon était de retour et prenant nos assiettes vides, déposa le plat principal devant chacun de nous en annonçant le nom. Evidemment, je ne comprenais absolument rien et hocha simplement la tête en guise de merci. Je sentais toujours les prunelles de ma brune sur moi. Je savais qu'elle se posait la question, dans sa tête, de savoir si je lui mentais ou non. Alors après avoir avalé quelque bouchées, je lui répondais :

- Je ne suis pas le genre à dire des choses fausses pour obtenir ce que je désire. Tu le sais depuis le début, je t'ai toujours dit ce qu'il en était. Je n'ai aucune raison que mon comportement se modifie ou change. Surtout que je n'apprécie que peu de me sentir manipuler ou qu'on me raconte des bobards. Donc pas besoin de douter de me dires.

J'avalais encore du contenu de mon assiette.

- Donc votre divinité, il faudrait accélérer les choses si tu veux vraiment ne rien louper.

Pus j'avais tourné mon visage vers elle en ajoutant :

- Sinon je crois que l'envie de recommencer à jouer va me prendre encore.

J'étais fier de ma tirade et je m'étais mis à sourire en observant sa réaction...




by Daemon



Dernière édition par Daemon Stebbins le Mer 21 Fév - 18:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Loredana Sparks
avatar
Modération GGryffondor
Modération G
Gryffondor
Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de Transplanage



Re: Voyage en Italie

Message par : Loredana Sparks, Sam 10 Fév - 11:25


Il n'était pas évident de se sentir à l'aise dans ce genre de restaurant. C'était la première fois que Loredana y mettait les pieds d'ailleurs et si Daemon n'avait pas été là, elle aurait été probablement beaucoup moins détendue. Lorsqu'elle regardait autour d'elle, tous les clients semblaient avoir un compte avec tout pleins de zéro, ce qui n'était pas le cas de Lore qui ne vivait qu'avec sa paye de la Boutique d'Animaux Magiques, ce qui lui suffisait pour le moment. D'ailleurs, elle ne comptait pas quitter ce travail avant de savoir ce qu'elle souhaitait faire plus tard, ce qui était encore très flou pour elle...
C'était comme cette histoire de retrouver sa famille côté italien. Était-ce réellement ce qu'elle voulait ? Elle n'avait jamais entendu parler d'eux. Et si ses recherches étaient vaines ? Était-il nécessaire de perdre son temps à essayer de retrouver une famille qui ne voudrait probablement même pas la rencontrer ? D'un autre côté, n'allait-elle pas le regretter si elle disait à Daemon qu'elle ne voulait pas faire ses recherches ? Elle savait qu'il accepterait sa décision, malgré tout, il lui avait bien fait comprendre que c'était important de connaître ses racines, de savoir d'où l'on venait. Qu'avait-elle à perdre après tout ? Elle avait passé dix-sept ans de sa vie à vivre dans l'ignorance, alors qu'est-ce que ça lui ferait en fin de compte si elle était rejetée ?

La tirade de Dey la fit sourire à nouveau, elle appréciait le fait qu'elle paraissait convaincante et que sa tenue était correcte. Elle regarda autour d'elle, il était vrai qu'on ne pouvait presque pas faire la différence ou alors peut-être en regardant la qualité des vêtements, mais ça, elle s'en fichait complètement. Et puis, cette robe avait l'air de faire son effet à la seule personne qu'elle visait et elle n'avait personne à séduire alors peu importe ce que pensaient les autres clients du restaurant. Il enchaîna avec le désir que Lore avait de profiter de leur soirée à Venise et de laisser de côté leurs galipettes qu'ils reprendront plus tard. Après tout, ce n'était pas comme si elle lui demandait de changer de chambre, ce qu'il aurait sûrement refusé en essayant de la faire tomber une énième fois, ce qui aurait fini par fonctionner s'il avait insisté un petit peu. Et puis, elle ne voulait pas prendre le risque qu'il en prenne une autre pour la nuit. Surtout pas cette blonde... Bon ok il fallait qu'elle arrête avec celle-là, il avait l'air complètement indifférent à elle, ce qui avait plu à la Gryffondor.

Elle appréciait qu'il lui dise ce genre de chose, qu'elle était désirable. Elle lui sourit, se rappelant de leur première rencontre. Il n'y avait pas grand chose à dire, tout s'était fait si naturellement. Une toute petite discussion, une danse et des lèvres qui se touchent, le reste avait suivi. Deux fois. De soirée terne et sans importance, c'était passé à une merveilleuse nuit, probablement la meilleure qu'elle avait passé jusqu'à maintenant.

- Alors déjà, je ne suis pas si petite que ça ! 1m73, c'est à la limite de la grande taille pour une femme !
Ensuite, ravie d'entendre que je parviens à me fondre dans la masse, mes parents ne m'emmenait jamais avec eux lors que leurs repas importants, c'est vraiment la première fois que ça arrive. Alors ça me rassure d'entendre tout ça ! Et pour le reste, on se dépêche de finir et on file se changer et après je te suis parce que je suppose que tu as appris les rues par cœur pour ne pas te perdre !


C'était peut-être le moment de parler de leurs recherches futurs tant qu'ils étaient dans le calme. Après avec le monde, la musique et les spectacles, ça risquait d'être un peu plus compliqué de parler de choses sérieuses comme elle voulait le faire à présent. Ce qu'elle aimait chez Daemon, c'est qu'il avait beau la taquiner, la rendre folle, elle savait qu'il pouvait aussi l'écouter et lui parler sérieusement et elle avait confiance en lui, c'était tellement naturel.
Elle leva les yeux vers lui, l'air sérieux quoiqu'un peu angoissé.

- Pour...pour les recherches sur ma famille, j'ai pris ma décision... Et je suis d'accord pour qu'on tente de trouver quelque chose... Des archives ou même des personnes tant qu'à faire...Elle souffla tant la boule dans son estomac était forte et lui coupait l'appétit. En revanche, si je veux arrêter je veux que tu me suives dans cette décisions. Même si, je sais que c'est important, que c'est plus facile de vivre en ayant connaissance de tout cela. Mais ça reste un réel défi pour moi. Alors oui les défis c'est ce que j'aime d'habitude...mais là c'est différent, je suis terrifiée. Alors promets-moi que si je dis on arrête, on arrête.

Elle serrait la main de Daemon de plus en plus fort sans vraiment s'en rendre compte. Malgré tout, elle doutait qu'elle lui fasse vraiment mal. Néanmoins, elle relâcha un peu la pression. Le stress était bien présent. Elle avait abandonné l'idée d'en connaître plus sur sa famille lorsque sa mère refusait de répondre à toutes ses questions et tout lui retomber dessus aujourd'hui.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Daemon Stebbins
avatar
Préfet(e)/Gryffondor
Préfet(e)/Gryffondor
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Voyage en Italie

Message par : Daemon Stebbins, Sam 10 Fév - 21:46







Plaisir et retour
aux sources

Loredana Sparks - Daemon Stebbins

“Le plaisir est le bonheur des fous, le bonheur est le plaisir des sages.”

• ♫♫♫ Choix de Dey











Evidemment Loredana n'avait s'empêcher de réagir à ma remarque. Elle se justifiait et cela était adorable. Si elle avait la capacité de Legilimancie. Parce qu'adorable n'était certainement pas le genre de mot qu'elle voudrait entendre associer à sa personne. Elle préférait sans aucun doute sensuelle, sexy, séductrice. Des termes qui se rapportait à une relation plus mature et adulte. Un niveau bien supérieur à ce que j'avais pour le moment pas encore vraiment connu. Et comme, je pouvais le constater, elle n'avait pas dévié du choix qu'elle avait en tête et me rappelait, sans ciller une seconde, les directives. Cela me plaisait infiniment qu'elle soit ainsi.

* Oui ben fait attention, que son tempérament de feu, ne te consume pas comme ton ancienne petite amie. Rappel-toi un peu de distance égale la sécurité*

Maudite voix qui venait refroidir mes hardeurs. Oui, je ne devais pas oublier comment je me sentais encore deux mois plutôt. Et pourtant je n'avais pas envie de me prendre la tête. La situation me convenait comme elle était. Même si je lui avais expliqué que nous étions libres chacun de mener nos vies, je n'avais pas éprouvé le besoin de posséder de nouveau corps ou de m'étourdir dans des fêtes bien trop arroser.

* Et non, tu es entrain de retomber dans le syndrome de la corde au cou. La leçon n'a pas été suffisamment amère. T'en faut-il une seconde*

*Silence* avais-je dit dans mon esprit.

* Laisse-moi tranquille et oublie moi. *

C'était cela que j'avais envie de hurler à haute voix afin que ces commentaires sarcastiques de ma conscience puisse s'arrêter enfin.

- Oui Déesse, j'ai bien assimiler. Pas touche au corps de la demoiselle. Peut-être pourrais-tu toucher le mien à la place ? Puis on se change et direction la place pour voir l'ouverture du carnaval et respecté les divertissements préparés.

Puis je prenais un ton un peu moins léger qu'avant et ajoutais :

- Par contre Divinité, par sécurité, essaie de mettre ta baguette dans un endroit où elle sera accessible aisément. Même si c'est moins dangereux ici par rapport à notre très cher royaume, il vaut mieux prendre nos précautions. En ce qui concerne l'argent moldu, nous prendrons ma carte de crédit si tu es d'accord. Ainsi nous pourrons payer facilement mais aussi tirer de l'argent à un distributeur. Parce qu'avec nos costumes, nous allons attirer l'attention et peut-être que des gens voudront nous prendre en photos. Et ce genre de manifestations attire les pickpockets. Je me doute que tu n'as pas trop de devises moldus européennes vu que c'est moi qui t'es fait la surprise de la destination.

J'avalais encore de mon plat avant de continuer mes commentaires. Je baissais la voix légèrement et ajoutais :

- Pour le côté sorcier, si tu veux prendre quelques gallions, je ne pense qu'il est trop de soucis.

Oui avec des parents qui faisait de la partie de la brigade de police magique, toute votre enfance, vous entendiez les recommandations de sécurité et de précaution à chaque sortie ou déplacement à l'étranger.

- Désolé, si j'ai eu l'air si cérémonieux, pendant quelques instants. Défaut professionnel de mes parents. Je te promets que tu auras à l'entendre qu'une seule fois.

Je mangeais un peu plus rapidement pour ne pas nous mettre en retard. Tout en continuant de l'écouter. Le moment sérieux allait continuer au vue du sujet que la rouge et or avait choisi d'entamer. J'écoutais ses envies, ses doutes et décryptais entre les lignes ses craintes. Oui parce que je ne me faisais pas d'illusion. A sa manière d'exposer le choses, je voyais bien qu'elle n'était pas à l'aise.

- C'est toi qui dirige les opérations. Moi, je suis là en soutien. Cependant, il y a deux choses que je me demande. C'est pourquoi ta mère a quitté l'Italie et ce qui lui gênait tant pour ne pas te parler de sa famille.

Puis je m'étais rendu compte que j'étais allé un peu trop loin. Nous étions pas censés pousser les choses aussi loin. Peut-être allait elle mal réagir pour m'être mêlé de ses histoires de famille.

- Pardon, je n'aurais peut-être pas dû poser ces question. Après tout, tu n'as peut-être pas envie que je te questionne. Cela ne faisait pas parti de notre accord.

Le dernier mot ne me plaisait pas. J'aurais aimé dire ami mais de quel droit aurais-je pu qualifier notre relation ainsi. D'ailleurs nous étions quoi en réalité ? Des amis avec plus si affinités ?

*Tu vois tu commences à te poser trop de question au sujet de cette théorique relation. Rappel-toi pas de promesse, pas de couple...*

Je prenais alors mon verre de vin et en avalais le contenu d'une traire pour casser ce qui dérivait dangereuse dans une direction que je m'étais moi-même interdit...




by Daemon

Revenir en haut Aller en bas
Loredana Sparks
avatar
Modération GGryffondor
Modération G
Gryffondor
Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de Transplanage



Re: Voyage en Italie

Message par : Loredana Sparks, Dim 11 Fév - 15:55


Loredana avait levé les yeux au ciel lorsque Daemon lui avait proposé un genre de compromis afin qu'il accepte de ne pas la toucher et surtout, de ne pas la tenter. Elle était consciente que leur relation était bsée sur tout cela et n'était pas censée déborder sur le reste. Mais les sorties et les week-end qu'il lui proposait (notamment celui-ci) faisaient-ils vraiment partis de ce compromis ? Elle en doutait un petit peu quand même. Tout s'était fait si naturellement qu'ils s'étaient enfermés malgréeux dans une relation qui ressemblait presque à celle d'un couple, à la différence qu'ils n'en étaient pas un. Elle se posait de plus en plus de questions sur eux-deux. Elle savait très bien que le Gryffndor ne souhaitait pas aller plus loin avec elle et il fallait qu'elle accepte le fait qu'elle n'obtiendrait jamais rien de plus, ce qui était de plus en plus complexe pour elle.

- Non, ça ne marche pas comme ça ! On rentre, on se change et tu m'emmènes à ce carnaval pour qu'on profite pleinement de ces festivités. Pour le reste, on verra plus tard !

Il changea ensuite de sujet en lui disant de garder sa baguette à proximité si jamais il y avait un soucis. Elle se demandait bien ce qui pouvait bien se passer de mal, c'était une fête où les italiens et même des gens venant de d'autres pays se réunissaient pour profiter. Ok, les pickpockets étaient une chose, mais se servir de sa baguette juste pour ça était vraiment nécessaire ? Elle se souvint avoir déjà dû utiliser sa baguette sur deux hommes qui voulait en faire son quatre heure. Une simple défense pour éviter le pire et deux hommes qui ne se souviendront jamais de l'avoir rencontré, ce qui était mieux ainsi. Daemon continuait sa tirade sur ses conseils et sur le fait de la brune pouvait prendre des gallions si elle le souhaitait. Loredana n'était pas le genre à sortir les poches vides, il était évident qu'elle allait prendre ce qu'il faut à défaut de ne pas avoir beaucoup d'argent moldu sur elle.  

- Pas de soucis,
lui avait-elle répondu lorsqu'il s'était excusé, mais ne t'inquiète pas, je ne comptais pas laisser ma baguette à l'hôtel, je suis du genre à sortir toute seule habituellement alors j'ai pris l'habitude d'être vigilante.

Elle sourit et continua de manger, elle voulait se dépêcher de se changer et d'aller sur les lieux où sa soirée de rêve allait enfin pouvoir commencer. Daemon l'écoutait parler tout en mangeant également. L'air de Lore était grave et le Gryffondor semblait l'avoir remarqué. Il le remarquait toujours à vrai dire, il était la seule personne qui percevait le fond de tout ce qu'elle disait. Il lui la rassura un petit peu en disant qu'il était là pour apporter son soutien et non pour décider à sa place. Il ne lui cacha cependant pas sa curiosité, notamment vis à vis de sa mère, pourquoi avait-elle quitté l'Italie et pourquoi ne voulait-elle pas parler de sa famille à sa fille ? Loredana savait que sa mère ne l'avait jamais aimé, c'était un fait et ce depuis le jour de sa naissance. C'était probablement la raison pour laquelle il pleuvait ce jour-là. Une naissance qui avait pourtant eu lieu un jour d'été. Alors dés que sa fille lui posait des questions elle avait le droit à des « Ça ne te regarde pas » pour unique réponse. Rien de plus. Avant qu'elle n'ait eu le temps de répondre à cela, Dey avait repris la parole en s'excusant d'être allé trop loin, que ce n'était pas dans leur quoi ? Leur « accord » ? Alors c'était ça pour lui tout ça ? Un simple accord ? Un contrat à durée déterminée qu'ils avaient tous les deux signés avec la mention « Bon pour accord » ? Une nouvelle fois, une boule se forma dans son estomac, malgré tout ce qu'ils vivaient depuis un mois, il continuait à la voir de cette manière, elle était... vexée, c'était le mot et déçue de ne pouvoir attendre plus de cet homme. Cet homme qui l'aidait, qui lui plaisait, qui lui faisait plaisir, cet homme dont elle était bêtement en train de tomber amoureuse alors que tout cela n'allait nul-part.
Elle savait qu'elle devait être honnête avec lui, mais ça gâcherait tout, elle le savait. Jamais il n'accepterait de se remettre en couple. Il avait mal vécu sa dernière séparation et elle l'avait compris tout ça. Malgré tout, elle préférait se taire et rester avec lui plutôt que dire la vérité et prendre le risque qu'il s'en aille. Alors elle allait continuer comme ça. Elle ne répondit à rien cependant, tout en espérant que ça déception ne se voit pas sur son visage.

- Euh...On ferait mieux d'y aller si on ne veut rien rater.

Elle appela le serveur pour lui demandait l'addition que Daemon paya. Par la suite, ils s'étaient levés et avait quitté le restaurant. Le rouge et or avait attrapé une nouvelle fois la main de Loredana... comme un couple... Tu parles, il fallait respecter « L'accord ».
Reprends-toi Lore, ta déception ne sert à rien, pense aux bonnes choses et à ce merveilleux week-end, pense au bon côté des choses.
Elle respira un coup, il était temps de se reprendre. Elle laissa son amant ouvrir la porte de leur suite et chacun accéléra le mouvement pour ne pas se mettre en retard. La jeune femme avait attrapé son costume et l'avait enfilé rapidement afin de ne pas laisser le temps à Daemon de s'approcher avec ses mains baladeuse.
Une fois prête, elle se tourna vers lui, l'air très théâtral.

- Je suis prête très cher !
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Daemon Stebbins
avatar
Préfet(e)/Gryffondor
Préfet(e)/Gryffondor
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Voyage en Italie

Message par : Daemon Stebbins, Lun 12 Fév - 13:24







Plaisir et retour
aux sources

Loredana Sparks - Daemon Stebbins

“Le plaisir est le bonheur des fous, le bonheur est le plaisir des sages.”

• ♫♫♫ Choix de Dey











Evidemment ma divinité m'avait tenu tête. C'était une des raisons qui m'avait fait la remarquer. Ce tempérament de feu, qui faisait qu'elle avait complétement sa place chez les gryffondors. Elle ne baissa pas le yeux devant moi, déterminé à imposer sa volonté. Ce côté là m'émoustillait aussi. Mais je savais que je ne devais pas trop pousser les choses trop loin car elle pouvait se lacer de ce jeu qui existait entre nous. Et soyons honnête, elle avait été la seule à me rendre à nouveau vivant et un temps soit peu humain envers la gente féminine.

* Tu vois que tu es entrain de te laisser embarquer dans ses filets. Ne vaudrait-il pas, une fois de retour, cesser de la voir et reprendre tes habitudes. Un corps différent chaque soir où tu as à nouveau le contrôle sur toi. Parce que je le vois, les choses que tu tentes d'ignorer. Je ne suis pas dupe, MOI.*

Non, cette voix mentait. Je n’éprouvais que du désir et de l'envie pour cette demoiselle. Il n'y avait rien de plus. J'étais capable de reprendre ma liberté quand je le voulais et sans me soucier des conséquences.. J'étais le capitaine  de ma destinée. De toute façon, le jour où n'aurions plus notre étrange relation, nous pourrions facilement devenir des amis. Non ?

* Menteur ! Menteur ! Menteur ! Tu n'es qu'un menteur et tu le sais *

Voilà ce que chantonnait cette satané voix qui tentait de montrer sa vérité et non la mienne.

- Très bien ma déesse.

Je ne m'apercevais pas même pas du pronom possessif que j'avais employé pour la première ni l'effet que cela avait eu sur elle. J'étais un aveugle dans un tunnel et qui était en prime dans le noir. Même une autruche aurait eu plus de jugeote que moi pour vous dire. Pourtant c'était les oiseaux les plus bêtes et les plus craintifs de la terre. Mais que voulez-vous, Daemon Stebbins pouvait devenir un crétin absolu à cause de ses craintes. Et inconsciemment, il savait que Loredana en faisait parti. Parce que lorsque le sentiments s'en mêlent, il faut prendre le risque de faire confiance, de s'abandonner à l'autre. Et la seule expérience de ce genre, s'était finie en un véritable fiasco qui l'avait fait replonger dans les travers passés qu'il avait eu temps de mal à combattre et abandonner. Je me souvenais encore de l’inquiétude de Aria. Elle avait peur que je fasse une bêtise comme son vrai frère. Même si je m'étais retrouvé au fond du gouffre, jamais je n'aurais pris un chemin si définitif et absurde. Mourir d'amour était une lâcheté. Non j'avais choisi de boucler mon cœur à double tour, de mettre une muraille autour voir même un champ de barbelées pour plus de sécurité. Seulement j'avais oublié que l'être humain ne fonctionnait absolument pas de cette façon. Qu'on n'était pas une machine logique et bien huilée. Non il y avait cette chose imprévisible qui s'appelait sentiment qui venait toujours compliquer et chambouler.

La gryffondore et moi avions accéléré le mouvement pour finir notre dîner. Oui, je voulais satisfaire sa décision. Je sentais qu'un truc l'avait dérangé mai je ne voyais pas quoi. Avais-je fais quelque chose qui l'aurait blessée. Cependant j'avais beau repasser en boucle les derniers instants, je ne trouvais pas quoi. Ou alors c'était peut-être l'intervention de la bimbo de bas étage dont elle n'aurait pas apprécié la tentative de drague pitoyable. Quand même pas ? Ne se doutait-elle pas qu'aucune jeune femme ne souffrait la comparaison avec elle ? Que je n'étais quand même pas le type à l'abandonner alors que j'avais voulu, lui offrir un week-end de folies pour qu'elle oublie la vie ordinaire ? Je ne savais pas si je devais le lui dire. Non, ça serait aller trop loin. Cela sortirait du cadre.

* Menteur ! Menteur ! Menteur ! Tu n'es qu'un menteur et tu le sais *

Voilà ce que rechantait cette satané voix. Grrr, je la détestais de vouloir changer ce qui existait entre Lo et moi.

Le serveur était revenu pour récupérer les assiettes et nous apportait les desserts. L'ambiance était étrange mais je ne voulais pa me focaliser dessus. Je vous le dit, l'as de l'autruche. Je n'aimais pas cette sensation, je n'aimais pas l'idée de l'avoir blesser. Le repas fini, elle me pressa.

- Oui, tu as raison.

Et je n'ai pus m'empêcher de demander:

- Si cette fille t'a contrariée, n'y pense plus. Elle n'était absolument pas à ton niveau. Puis je suis avec toi, personne d'autre. Alors souris-moi, s'il te plaît.

Lo appela le serveur afin qu'il nous apporte l'addition. Je sortais ma carte et m'empressais de payer. Nous étions sortis de l'établissement et j'avais pris naturellement sa main. Nous étions dans notre suite assez rapidement. Je la laissais prendre la salle de bain. Moi, mon costume était moins compliqué. Je décidais donc de me changer dans la chambre. J’abandonnais mes vêtements normaux et enfilé le costume de marquis. Je n'étais pas habituais à tant de fanfreluches. Comment faisait-il à l'époque pour marcher avec ce genre de chaussures bizarres. Je trouvais cela un peu efféminé. Cependant je savais que la mode du XVII siècle était complétement différente de nos conceptions d'aujourd'hui. Heureusement pour moi, je pouvais échapper  la perruque grâce à un sort pour rallonger mes cheveux. J'entendis la porte derrière moi s'ouvrir et ce que je découvrais me coupait le souffle.

- Tu es resplendissante.

Mes yeux ne pouvaient se détacher d'elle.

- Tu es née pour porter ce genre de chose. Tu es parfaite.

Je me rapprochais pris ses mains et détailler la mise en avant de son corps. La faim était là. Cependant je ne devais pas y songer.

- Allez marquise, notre cour nous attends.

Je m'étais rapproché d'elle et lui avait volé un baiser. Il était furtif et léger. Je l'avais entrainé vers l'ascenseur.

- Je te préviens, j'ai un peu de mal avec ces trucs que j'ai au pied. Je n'ai jamais eu besoin de talonnette vue ma taille.
Heureusement que ma rouge et or avait pris aussi quelques centimètres sinon notre écart aurait été trop grand. J'enserrais sa taille, luttant contre mon désir de dévorer sa bouche.


Bippp.

Les portes s'ouvraient et nous avions traversé le hall avec précaution pour moi.

- Je vais admirer les filles pour leur agilité à déambuler avec des talons. C'est un cauchemar.

Nous sortions et allions vers la place Saint Marc. Il y avait déjà du monde. Sans aucun doute que certains attendaient depuis de heures. Pour moi, l'important n'était pas d'être au départ de la course de l'ange mais bien au terminus. Parce que c'était là que c'était le plus impressionnant. Il était 19h45. Nous avions encore quelques minutes avant que le carnaval commence.

- Alors comment trouve-tu Venise pour le moment ?

La foule poussait. Afin de la préserver de la bousculade, je l'avais placé devant moi en enlaçant sa taille de mes bras. Le fait d'avoir un masque était une expérience existante. Je posais alors mes lèvres une seconde sur la peau de sa nuque et percevait un frissonnement de son être. Je penchais et soufflais à son oreille

- Pas d'inquiétude, je ne tenterai rien ici.

A ce moment, une voix s'élevait dans les airs en italien. Puis une autre traduisait en anglais. Super, ainsi Lo n'aurait pas à traduire et pour profiter du spectacle complément...




by Daemon

Revenir en haut Aller en bas
Loredana Sparks
avatar
Modération GGryffondor
Modération G
Gryffondor
Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de Transplanage



Re: Voyage en Italie

Message par : Loredana Sparks, Lun 12 Fév - 16:44


Son côté théâtral semblait lui plaire. Il la trouvait ravissante, c'était le mot exact qu'il avait utilisé avant d'employer la phrase « Tu es parfaite ». Ces mots ne firent qu'accentuer tout ce qu'elle ressentait pour lui et qui allait s'intensifier avec le temps, elle en était tout à fait consciente. De plus, lui aussi était à tomber ce soir dans son costume. C'était la première fois qu'elle le voyait dans une telle tenue et ça lui plaisait. Il avait le don d'embellir tout ce qu'il touchait, il aurait porté un sac poubelle, elle l'aurait trouvé toujours aussi désirable.

- Tu es parfait aussi, lui répondit-elle simplement, commençant à retrouver son sourire.

Il s'était approché de la jeune femme pour la regarder en détaille tandis qu'elle ne parvenait pas à se détacher de ses yeux. Il était ensuite temps d'y aller, il l'embrassa furtivement un baiser qu'elle ne refusa pas tant que ça n'allait pas plus loin que ça. Ils se dirigèrent ensuite vers l'ascenseur où Daemon l'informa qu'il n'était pas à l'aise avec ce genre de chaussures puisqu'il n'en avait jamais porté, ce qui n'étonnait pas la Gryffondor quand on regardait sa taille. Il n'avait pas besoin de tout ça. Loredana avait rit à sa dernière remarque.

- Et dis-toi que parfois, on danse toutes la nuit avec des talons et on parvient à ignorer les effets de brûlures que ça provoque parfois, sauf quand ça devient vraiment insupportable. Généralement, je finis mes soirées pieds-nus.

Elle se fichait un peu de l'image qu'elle reflétait chez les autres. Oui, elle était féminine et aimait le montrer, mais il y avait certaines limites, elle n'hésitait pas à apporter une paire de baskets au cas où. Pas sexy, non, mais tellement plus agréable ! Avant que Daemon n'ait eu le temps de répondre, elle ajouta.

- Mais ne t'en fais pas, promis je garde mes chaussures ce soir.

Elle savait qu'il avait été élevé dans les bonnes manières et qu'il les respectait. Lore aussi avait été élevée de manière strict, mais que voulez-vous, elle avait refusé d'être apprivoisée par cette femme qui se disait sa mère, une femme qu'elle avait toujours détestée. Mais devant Daemon, elle avait fait l'effort d'être un minimum présentable. Ils sortirent enfin de l'hôtel, il était temps de ce rendre sur les lieux, la place Saint Marc. Elle se laissait entraîner par le rouge et or qui semblait savoir où il allait. C'était pas possible, il avait tout appris par cœur !

Il y avait du monde, beaucoup de monde, on entendait parler italien, anglais, français et même allemand. La brune se faisait parfois bousculer et la circulation était assez difficile à ce niveau-là. Elle savait c'était un événement qui avait son succès, mais elle ne s'était jamais imaginer que ça pouvait être à ce point.
Afin d'éviter que la jeune femme soit entraînée par la foule, Dey prit l'initiative de la placer devant lui, les bras autour de sa taille et elle sentait ses lèvres chercher le contact avec sa peau tout en la rassurant en lui faisant comprendre qu'il n'irait pas plus loin ici. Bien qu'elle lui ait interdit toute caresse intime, elle ne voulait pas l'empêcher de lui offrir, de temps en temps, des gestes simples et tendre comme celui-ci. Elle avait d'ailleurs fermé les yeux à son contact. Il avait probablement dû sentir son cœur s'accélérer tant son touché était unique. Cela ne faisait qu'accroître ses sentiments à son égard. Vous comprenez maintenant pourquoi elle ne voulait pas prendre le risque de gâcher ce qu'ils vivaient ensemble. Parce qu'elle avait quand même le droit à l'affection et à l'attention qu'elle voulait. Même si elle savait qu'une relation amicale n'était plus vraiment possible entre-eux, c'était bien trop tard pour ça, elle voulait essayer de se contentait de ce qu'il pouvait lui offrir, même si cette idée la blessait tout de même un peu. Elle posa ses mains sur les siennes et resserra leur étreinte. Durant cet instant câlin qu'il lui offrait, un mot tout particulier lui revint à l'esprit, comme si son cerveau avait décidé à ce moment précis qu'il fallait qu'elle s'en souvienne. Elle avait l'habitude qu'il l'appelle Déesse, elle savait qu'il la prenait pour une créature venue d'ailleurs juste pour lui. Cependant, dans leur chambre d'hôtel, elle se souvint que son surnom avait suivi un "ma", ce n'est rien de plus qu'un mot composé seulement de deux lettres, ça pourrait paraître insignifiant pour une personne qui ne vit pas ce genre d'histoire. Mais pour Loredana Sparks, c'était tout autre chose, un espoir, quelque chose qui pouvait lui faire comprendre qu'elle était à lui et qu'il était à elle. Peut-être pouvait-elle espérer quelque chose de plus de sa part ? Elle ne voulait, cependant, pas se voiler la face. Après tout, est-ce que ça avait son importance pour lui ? L'avait-il seulement remarqué ?

- Tu m'as offert un voyage au paradis Daemon.

Elle leva sa tête en arrière afin de pouvoir le regarder dans ses yeux. Les siens avaient une lueur de joie, une joie qu'elle partageait. Ils se regardèrent quelques secondes sans rien dire, puis il commença à rapprocher ses lèvres des siennes, mais leur action fut interrompu par un flash. On venait de les prendre en photo. Elle trouvait ça presque déplacé de prendre une photo dans un tel moment. Puis elle se souvint qu'ils étaient déguisés et qu'ils attiraient forcément l’œil.

- Posso farle una foto ? (Puis-je prendre une photo ?)

- Si, certo ! (Oui, bien sûr) Elle se tourna vers Daemon. Prends la pause.

Quelques photos plus tard, ils pouvaient enfin profiter des festivités qui venaient de commencer. Les deux aimants avaient repris leur positon et profiter du merveilleux spectacle qui s'offrait à eux. Elle avait l'impression de vivre un rêve. Quelques heures auparavant, elle n'était une simple élève qui assistait à son dernier cours de la journée et elle était maintenant en pleine ouverture du Carnaval de Venise.
- Regarde comme c'est magnifique, c'était-elle écriée comme si elle était une enfant de six ans.

Elle écarquillait les yeux en voyant tout ce qui avait été préparé et les costumes des participants au Carnaval tout comme ceux qui voulaient jouer le jeu comme Lore et Dey était en train de le faire. La ville était pleine de vie, c'était tellement agréable de se sentir en sécurité, sans avoir peur de se faire attaquer ou quoique ce soit.
Ce soir, les émotions étaient fortes pour Loredana, elle avait enfin pu visiter le pays où elle aurait pu vivre, elle vivait en direct le carnaval dont tout le monde parle. Des larmes de joie lui était montée aux yeux sans qu'elle s'en rende vraiment compte. Elle ne pleurait jamais, cela faisait parti de son caractère. Néanmoins, souvenez-vous que Loredana est une jeune femme qui ressent les choses de manière très profonde. Elle ne peut pas aimer ou détester à moitié, c'est tout ou rien et sa joie était si forte ce soir et derrière son masque, des larmes coulaient sur ses joues.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Daemon Stebbins
avatar
Préfet(e)/Gryffondor
Préfet(e)/Gryffondor
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Voyage en Italie

Message par : Daemon Stebbins, Lun 12 Fév - 20:55







Plaisir et retour
aux sources

Loredana Sparks - Daemon Stebbins

“Le plaisir est le bonheur des fous, le bonheur est le plaisir des sages.”

• ♫♫♫ Choix de Dey











Puis j'avais entendu sa remarque. C'était inattendu. Je ne l'avais absolument pas fait pour avoir de compliment tout ce que je désirais, c'était voir cette lueur terne partir de ses yeux. Je ne savais pas pourquoi c'était si important pour moi, mais je l'avais ressenti au fond de mes tripes que c'était une importante et vitale pour que Loredana se sente mieux. Parce que je ne désirais qu'une chose, qu'elle se sent bien avec moi comme je me sentais bien avec elle.

*Menteur ! Menteur ! Menteur ! Tu n'es qu'un menteur et tu le sais *

Une fois de plus, cette satané voix rechantait contre moi.

* Tu te voiles la face. Seulement tu refuses de l'admettre. Mais je vois absolument tout en toi*

Non elle se trompait. je ne cachais rien. Absolument rien. J'étais juste un gars qui voulait faire plaisir à une fille qu'il appréciait aussi bien pour son corps que son caractère.

- Au paradis, je ne sais pas. Mais j'espère qu'il te permet de te sentir mieux dans ta vie. J'avais envie de t'aider. Et non ce n'était pas seulement pour coucher avec toi. Même si certaine le penserait.

* Wouah bonjour le : "je patauge pour m'expliquer"*

- Enfin tu comprends ce que je veux dire.

Baka, baka, baka ! (Imbécile, imbécile, imbécile !) Me fustigeait dans mon esprit. Mais plus maladroit que ça , tu meurs. Mais j'avais avalé quoi pour être aussi perturber et perdre ainsi mes mots. Non ce n'était pas possible. Elle allait me prendre pour un dingue. Remarquez vu ce que nous vivions notre santé mentale était à revoir.

A ce moment, la rouge et or parlait en italien sans que j'y m'attende. Visiblement un touriste voulait nous prendre en photo.

- Ok, nous allons devenir des stars inconnus grâce à nos masques. Remarque c'est pas plus mal sinon j'en connais deux qui me harcèleraient en me disant : Et nous tu nous as emmenées nul part. Jamais. et je finirais en morceau. Ca serait quand même dommage. Non ?

Cela avait durer quelques minutes et puis nous avions repris notre position d'origine. Et évidemment,je n'avais pu m'empêcher de la serrer un peu plus contre moi et de humer le parfum qui se dégageait d'elle. J'avais envie de reposer ma bouche sur cette nuque tentatrice. Les voix annoncèrent l'ouverture des festivités et le prochain départ de l'envol de l'ange.

- Surtout, tu gardes bien les yeux ouverts. Elle va arriver très vite et cela peut impressionner grandement à cause du courant d'air que cela produit.

Je sentais l'excitation de la foule montait en puissance. Puis le coup de feu était parti faisant sursauter Lo dans mes bras. Oui, je ne l'avais pas averti de ce détail. Vint ensuite le feu d'artifice qui se déclenchait au fur et à mesure de sa descente sur le câble métallique. La vitesse semblait incroyable. Je comprenais mieux maintenant pourquoi on l'appelait ainsi. On avait vraiment la sensation qu'elle volait réellement. Cela durait à peine trois minutes et elle passait, juste avant la fin de sa trajectoire, au-dessus de nos tête. J'étais enthousiaste.

- Wahou. C'était époustouflant. N'est-ce pas ?

Malgré moi, j'avais déposé un nouveau baiser dans son cou. Toujours autant furtif, toujours autant délicat.

- On va attendre que la foule se disperse dans les rues adjacentes afin de profiter des animations. Je suppose que d'autres gens vont vouloir nous figer dans leur appareil photos.

A cet instant, je l'avais retourner pour que nous soyons face à face. Malgré nos maques, j'avais pris ses lèvres avant de l'entrainer vers le centre de la place qui se vidait.

- Que veux-tu voir avant le bal ? Le coin des jongleurs, visiter les arcades ou bien flâner tranquillement dans les rues ? C'est toi qui choisit ce qui te fait envie. Par contre belle marquise, il ne vous sera pas possible de déguster une glace avant le bal du gouverneur. Mais quand on en partira, on pourra s’empiffrer avant de rejoindre la fête de la lune. Par contre, je n'ai pas pu avoir beaucoup information sur cette cérémonie. Elle est très mystérieuse.

Je n'avais pas vraiment compris de quoi il s'agissait dans ce que j'avais pu glaner.

- Peut-être qu'un sorcier voudra bien t'expliquer de quoi il s'agit ? Je sais seulement que c'est un rituel très ancien.

Oui vu qu'elle parlait la langue, elle aurait certainement plus de chance de comprendre. J'espérais que ce n'était pas un truc trop étrange et qui nous engagerait à faire de choses qui la mettrait mal à l'aise. Au pire, on pourrait partir discrètement afin de repasser côté moldu et rentrait à l'hôtel pour la suite des festivités. Après tout, n'avait-elle pas dit qu'on verrait plus tard ? Ce n'était pas tombé dans l'oreille d'un sourd.

- En tout cas, n'oublie jamais une chose. Jamais je ne t'obligerai à faire quelque chose que tu ne désires pas. Donc si le truc de la lune est trop bizarre, on décampera sans demander notre reste. Et bien sûr, je me délecterai de ton corps comme promis.

Oui, je jouais la provocation pour détendre l'atmosphère. Je me doutais que la réaction ne se ferait pas attendre. Donc quand j'avais reçu une série de coups, je n'étais absolument étonné.

- Allez viens. On peut circuler maintenant.

J'avais pris sa main et l'entrainais en riant à travers la place à présent...

- Allons découvrir toutes ses merveilles.




by Daemon

Revenir en haut Aller en bas
Loredana Sparks
avatar
Modération GGryffondor
Modération G
Gryffondor
Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de Transplanage



Re: Voyage en Italie

Message par : Loredana Sparks, Mar 13 Fév - 13:58


Loredana n'avait pu s'empêcher d'esquisser un sourire face à la maladresse du Gryffondor. Sa manière de se justifier la faisait craquer. Elle avait souvent l'habitude de le voir prendre les devants, laissant paraître un côté sûr de lui. Elle savait bien qu'il ne l'achetait pas pour qu'elle couche avec lui, elle ne faisait pas partie de ce genre de filles naïves qui croient au prince charmant et qui se laisse embobiner par un homme en trente seconde chrono. Malgré tout, elle avait vu de la sincérité et une grande forme de sympathie dans le regard de Daemon et ce n'était pas seulement un lien amical. Elle était consciente que leur relation était plus développée que ça, bien que ne l'était pas assez à son goût.

- Oui, ne t'en fais pas, j'ai compris, lui avait-elle répondu en rigolant.

Sur les lieux des festivités, Daemon semblait apprécier le succès qu'avaient leurs costumes aux yeux des gens qui n'arrêtaient pas de les prendre en photos. Certains, bien malpolis selon la jeune femme, les prenaient presque en cachette, ne leur demandant pas leur avis et d'autres, au contraire, prenaient la peine de leur demander la permission dans toutes les langues possible. Autant la jeune femme gérait l'anglais, l'italien et l'allemand, autant elle avait un peu de mal avec le français. Elle s'en tenait donc à répondre un simple « oui » dans la langue de Molière sans même comprendre la question qu'on lui posait, à ses risques et périls. Dey appréciaient ses costumes masqués, selon lui c'était tant mieux qu'ils restent inconnus, de peur de se faire découper en morceau. Elle ignorait de quelles personnes il parlait.

- Eh bien je sais pas moi, amène-les en voyage alors si ça leur tient à cœur. Vu ton sens de l'organisation, ces deux personnes ne seront pas déçues, c'est sûr !

Elle le savait que trop bien d'ailleurs.
Elle profita de ce moment câlin que Daemon lui offrait. Il la serrait plus fort cette fois et elle en profitait grandement. Il lui suggéra de garder les yeux ouverts durant toute la durée du spectacle. Pourquoi les fermerait-elle ?
Après avoir sursauté au coup de feu de lancement, ils pouvaient enfin regarder tout ce qui se passait autour d'eux. L'envol de l'ange la laissa sans voix, c'était absolument magnifique et le Gryffondor semblait tout à fait d'accord avec elle et Lore avait acquiescé d'un signe de tête à sa remarque, ne pouvant prononcer un mot.
Le magnifique spectacle touchant à sa fin et après un rapide baiser, Daemon proposa à la jeune femme de profiter un peu des animations avant le bal qui avait lieu un peu plus tard dans la soirée.

- Flâner ça me convient parfaitement, je veux tout voir, pas le temps de s'arrêter trop longtemps sur un lieu. Enfin si ça te convient bien sûr ! Et pour tout te dire, je n'ai clairement pas faim après ce dîner, mais on verra après le bal, mon beau marquis.

Il ne semblait pas en savoir beaucoup sur cette fameuse fête de la lune et pour être honnête, Loredana n'en avait absolument aucune idée non plus. Demander à un sorcier semblait être la meilleure solution, elle était d'accord là-dessus. Les sorciers italiens devaient eux aussi avoir leur traditions, mais Lore s'était seulement renseignée sur le côté Moldus de l'Italie, sur les spécialités, les traditions et tout ce qui suivait. Mais pour ce qui était des sorciers, elle ne savait pas grand chose malheureusement. Ça l'avançait bien pour retrouver sa famille tien...

- Non, non je n'irais pas par obligation, j'ai vraiment envie de voir ce que c'est. Rien ne nous oblige à y rester après tout, ça ne coûte rien de s'y rendre non ? Un peu de magie dans notre soirée de ferait pas de non ? Avant le retour à l'hôtel évidemment. Et je t'interdis de dire ça ici, on avait un accord !


Après quelques tapes gentilles données à son amant, elle le suivit. Elle appréciait que leurs corps ne fassent qu'un, mais elle aimait aussi ces gestes affectueux tout simple, mais tellement agréable pour une Loredana qui n'avait jamais eu autant d'attention de toute sa vie.
C'est main dans la main qu'ils se dirigèrent vers la place, là où l'ambiance était à son apogée. La rouge et or regardait à droite à gauche afin de regarder ce qui se présentait devant eux. Des jongleurs, des danses et diverses spectacles avaient été lancés. Des passants costumés jouaient leurs rôles à fond, faisant la révérence dés qu'ils croisaient une femme, Loredana en faisait partie. Certains costumes étaient impressionnants. Des femmes portaient d'immenses chapeau en forme de cygnes, les hommes eux, portaient surtout des hauts-de-formes colorés ou recouverts de tissus sur leur tête. L'excentricité n'avait plus aucune limite et ça lui plaisait. La jeune femme se stoppa devant un cracheur de feu intriguée par ce qu'elle voyait, les yeux interrogateurs et la bouche entrouverte. Daemon était un sang-mêlé, il saurait peut-être répondre à la question qu'elle se posait intérieurement.

- On est d'accord, ce n'est pas un sorcier ? Tu m'expliques comment il peut faire ça alors ?

Elle avait beau avoir passé du temps en compagnie de moldus durant ces soirées animés de son adolescence, elle avait encore beaucoup à apprendre de cette vie-là qu'on lui avait empêcher de connaître. Elle espérait que Dey saurait se montrer patient et pourrait lui apprendre tout ce qu'elle voulait savoir sur les moldus dont elle ignorait et surtout sur ce qu'ils étaient capables de faire, comme cet homme qui crachaient du feu et qui ne semblait même pas se blesser.
Ils avaient ensuite continué leur chemin, Lore tenant désormais Daemon par la taille. Je vous le dis, elle profitait clairement de la situation, il y avait-il un mal à ça ? Tant qu'elle se taisait ? Un concert avait lieu un peu plus loin sur la place, ce qui avait regroupé le plus de monde possible. La circulation devenait de plus en plus complexe et la claustrophobie de la jeune femme commençait à se faire voir. Elle regarda Daemon comme pour lui demander de les faire sortir de là. Les endroits où tout le monde étaient serré, elle avait simplement horreur de ça. Elle se serrait davantage contre le rouge et or pour être certaine qu'elle ne le perdre pas en cours de route. Son autre main était dans sa poche, elle tenait sa baguette bien fermement, même si elle ne tenait pas à s'en servir ce soir.
Ils passèrent des minutes entières bras dessus, bras dessous, à marcher, s'arrêtaient lorsque l'animation était intéressante et continuaient leur route lorsque ça l'était un peu moins. De manière général, Loredana était tout à fait conquise par ce qu'offrait ce carnaval aux italiens et aux étrangers également. Prise d'une soudaine impatience, elle se tourna de nouveau vers Daemon, l'enlaça de ses bras.

- Quand est-ce qu'on va danser ?
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Daemon Stebbins
avatar
Préfet(e)/Gryffondor
Préfet(e)/Gryffondor
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Voyage en Italie

Message par : Daemon Stebbins, Ven 16 Fév - 18:06







Plaisir et retour
aux sources

Loredana Sparks - Daemon Stebbins

“Le plaisir est le bonheur des fous, le bonheur est le plaisir des sages.”

• ♫♫♫ Choix de Dey











Je mettais arrêter quand Lo avait dit cela :

- Hors de question d'emmener Joséphine, me cousine et Aria ma petite sœur. Avec leur amour du shopping, elles vont se ruiner. leurs parents vont me tomber dessus puis les miens pour achever le bouleau et être certains que jamais plus je ne ferai une telle boulette. Puis, c'est plus intéressant de partir avec toi

J'avais l'air d'un prédateur dans son dos. Mais ma tenue et le masque entravaient l'attractivité que j'avais. Toutefois l'intensité de mes prunelles compensait et la soif d'envie était palpable.

- Car tu donnes le goût et le parfum à tout ce que nous faisons.

Le vol était fini.

- Très bien, alors Madame, il et temps. hâtons-nous.

Nous avons commencé à flâner ici sur une grande artère. Il y avait du monde. Dans un des coins, des troubadours jouait tout en poussant la chansonnette. Entrainant des danseurs costumés à danser des ritournelles et des pas de de deux. J’espérais que ma déesse ne voudrait pas tenter la chose car je n'étais absolument pas un maître de ce genre de danse et se serait un beau fiasco. Lo nous arrêtait aussi de temps en temps pour admirer une attraction. En l'occurrence, c'était un cracheur de feu.

- Oui, ce n'est pas un sorcier. Cela demande beaucoup d'effort et de prudence Car si il se rate, il peut oit se brûler la gorge soit s'enflammer. En prenant en bouche un peu de liquide inflammable, il le crache en le « vaporisant » en direction d'une torche. La flamme qui se produit donne l'impression de sortir directement de la bouche du cracheur. Cracher le feu est un des aspects des arts de rue et du cirque. C'est l'une des plus anciens activité. Tu veux plus d'infos ?

Nous avions repris notre découverte. Les bruits et le odeurs se mélangeaient et 'entrechoquaient donnant une saveur particulière à l'ambiance de la nuit. je sentais l’excitation de la gryffondor s'emparait d'elle comme de toute la cité. J'aimais la voir ainsi vivante, impatiente, prête à tout voir, tout découvrir. Elle s'intéressait réellement à ce monde. Et c'était beau à voir.

- Ah. Il faut patienter encore un peu déesse. Le bal est accessible qu'à partir de vingt deux heure. Il y a tout un cérémoniale à respecter. Tout le monde ne peut y assister. C'est pour cela que j'ai galéré à obtenir le carton d'invitation. Pour une foi, j'étais heureux que ma famille posséde des relations. Tu verras c'est le plus beau et le plus anciens de Venise. En attendant, profite du reste.

Nous avons continué la découverte des mille et une curiosité à voir. Au fur et à mesure, je me dirigeais avec elle vers le palais où allait se dérouler la fête sans le lui dire. Ce serait sans doute quelque chose d'amusant. L'horloge qui dominait la ville, sonnait vingt un heure et quarante cinq minutes. Je hâtais un peu le pas. Il ne fallait pas être le derniers.Je me stoppais déjà pas mal des invités devait attendre dans le hall. je m'étais tourné vers Lo en disant

- Voilà quand nous passerons cette porte, nous serons dans le hall d'attente. Ce sera le premier point du bal.

Une fois arrivée, un homme vérifiait que le carton correspondait bien à la liste

- Déesse tu veux bien t'en charger s'il te plaît. Voici notre invitation nos deux noms sont dessus car c'est nominatif.

Je lui donnais et attendit notre passage...





by Daemon

Revenir en haut Aller en bas
Loredana Sparks
avatar
Modération GGryffondor
Modération G
Gryffondor
Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de Transplanage



Re: Voyage en Italie

Message par : Loredana Sparks, Sam 17 Fév - 18:29



Loredana avait attentivement écouté Daemon lorsque celui-ci lui avait expliqué comment cet homme faisait pour cracher du feu sans avoir recours à la magie. C'était un exercice dangereux que tout le monde ne pouvait pas pratiquer. Après tout, elle-même ne voulait pas faire ce genre de chose. Oui, les gens semblaient vraiment impressionnés, elle y comprit, mais quel était le véritable intérêt de cette activité ? Probablement pour le côté festif ou bien pour l'argent, elle n'en savait rien. Lorsque Daemon lui demanda si elle voulait savoir autre chose, elle avait répondu non avec un signe de la tête.

Ce carnaval était magnifique, mais elle voulait vraiment savoir ce que le bal pourrait donner. Elle n'était jamais allée à un bal alors elle était vraiment excitée à l'idée d'y aller et en Italie qui plus est. Et le tout accompagné de Daemon, le rayon de soleil qui avait traversé les nuages gris qu'elle avait au-dessus de sa tête depuis un certains temps. Il fallait tout de même patienter, le Gryffondor lui informa qu'il avait déjà été compliqué d'obtenir les cartons d'invitations, mais grâce aux relations de ses parents, il avait tout de même pu s'en procurer. Elle aurait aimé que les siens fassent ce genre de geste pour elle. La blague.

- C'est donc un honneur de pouvoir faire partie de ce genre d’événements ! J'ai l'impression d'être dans un autre monde, je ne suis pas le genre de personne à se rendre à un bal d'habitude !

C'était vrai. En temps normal, elle les fuyait plutôt, n'ayant jamais trouvé d'utilité à se rendre à ce genre d'endroit. Pourtant, ce soir, elle n'en pouvait plus d'attendre et voulait découvrir comment tout cela se déroulait. Elle se préparait mentalement. Il fallait qu'elle se tienne parfaitement, hors de question d'être courbée même très légèrement. Elle souvint que Daemon lui avait dit au restaurant que son attitude avait naturellement changé, alors elle ne s'inquiétait pas trop. Du moment que personne ne la regarde de travers en pensant qu'elle n'avait rien à faire ici.
Ils marchaient toujours main dans la main. Le temps passait, la nuit devait être bien avancée à présent. Son cavalier semblait savoir où il allait et elle suivait sans poser de questions, toujours occupée à regarder tout autour d'elle afin de ne rien manquer.  Il accéléra un peu le pas, Lore lui jeta un regard interrogateur, mais resta toujours silencieuse.
Il s'arrêta devant une porte et se tourna vers la jeune femme, lui expliquant qu'ils allaient bientôt entrer dans le hall d'attente. Il lui passa le carton sur lequel se trouvait son nom et celui de Daemon. Elle ne pu s'empêcher de sourire, puis se rappela du lieu où elle se trouvait et se montrer impressionnée par tout et n'importe quoi n'était pas la bonne attitude selon elle. Elle fit alors son maximum pour se fondre dans la masse.

L'attente était tout de même assez longue, mais il finirent tout de même par arriver à la hauteur de l'homme qui leur demanda leur carton d'invitation que Loredana lui montra sans broncher. Il vérifia leurs noms sur la liste.

- Ok, va bene, andate pure.(D'accord, vous pouvez y aller)

La jeune femme le remercia et tout deux entrèrent dans la hall d'entrée. Celui-ci était impressionnant, une plafond très haut aux couleurs chaudes et un lustre fait avec ce qui ressemblait à du cristal. Elle se demandait combien tout cela pouvait coûter. Juste le lustre ! Des tableaux étaient accrochés un peu partout sur les murs, probablement des personnes historiques importantes, mais que Loredana ne connaissait pas. Probablement des moldus... Monde qu'elle n'avait jamais vraiment étudié à vrai dire. La pièce était très grande, mais elle se remplissait vite à mesure que les gens rentrés. Elle se doutait que toutes ces personnes étaient très importantes dans cette société. Leur manière de parler un langage très soutenu. Tellement soutenu que certains mots italiens échappaient à la jeune fille, ne connaissant pas leur signification.
Enfin, il était temps de découvrir le lieu où allait se dérouler leur soirée. C'était une pièce immense, avec le même lustre pendu au plafond, sauf qu'il y en avait plusieurs cette fois-ci. Une énorme fresque faisait tout le tour de la pièce, entourée par des bordures dorées.  Au fond, on pouvait apercevoir des rideaux rouges comme ceux que l'on voyait dans les théâtres. Ils furent accompagnés sur les lieux par les espèces de domestiques dont elle ne connaissait pas vraiment le nom.

Après l'arrivée de tous les invités, l'heure des premières danses avait sonné. Loredana ne pouvait s'empêcher d'ouvrir grands les yeux, autant la danse n'était pas vraiment un problème pour elle, autant celles-ci, elle ne les connaissaient pas. Elle s'approcha doucement de l'oreille de Daemon, presque en panique et murmura :

- Tu penses qu'on va devoir danser ça ? Daemon, j'y connais rien, je vais être ridicule !

La musique, en revanche, était juste magnifique. Un orchestre se trouvait sur place et jouait de tous les instruments de tous les types : cordes, cuivres, bois, vents...
Elle avait l'impression d'avoir voyager dans le temps et qu'elle faisait partie d'une grande famille noble et que cet endroit était chez elle.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Daemon Stebbins
avatar
Préfet(e)/Gryffondor
Préfet(e)/Gryffondor
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Voyage en Italie

Message par : Daemon Stebbins, Dim 18 Fév - 0:04







Plaisir et retour
aux sources

Loredana Sparks - Daemon Stebbins

“Le plaisir est le bonheur des fous, le bonheur est le plaisir des sages.”

• ♫♫♫ Choix de Dey











Comme toujours, j'aimais regarder Lo en pleine action. Son assurance, sa prestance, sa manière de prendre les choses en main, tout cela ne faisait qu’attiser la faim insatiable d'elle dans mon ventre. si je n'avais pas reçu une excellente éducation, je l'aurai sans aucun doute, emmener derrière l'un de ses rideaux qu cachent une alcôve et je l'aurais certainement prise par le hanches sur le champ jusqu'à ce qu'elle crie grâce de tout ce que j'aurais pu lui faire découvrir encore de mes talents d'amants. Certes, elle en avait une bonne partie mais pas la totalité. Oui il faut savoir ce ménager des surprises lorsqu'on le veut durer et innover.

L'homme nous laissait passés. J'avais repris sa main et nous avions gravi les marchez de marbre blanc qui menait à l'entrée du palazzo. Le hall était de toute beauté.

- Regarde toutes cette splendeur. Sur le mur de droite, il y a le reliquaire du doge, rapporté d'Orient. Sur celui de gauche, une magnifique esquisse de Paul Véronèse. Au-dessus de l'autel, qui est placé dans un renfoncement, brille une croix en cristal de roche, dont le Christ est en or. Plus loin, deux anges en argent, avec des ailes d'or, sont agenouillés au pied de cette croix d'un travail précieux et d'une valeur énorme. C'est extraordinaire, le travail de cet artiste. Tu ne trouve pas. On dirait qu'ils vont s'envoler d'une seconde à l'autre. Puis tout est rempli des plus éblouissants portraits. Leur vie semble se perpétuer à travers les siècles même si c'est de l'art moldu. Ils se meuvent, ils vont descendre de leurs cadres pour nous parler et nous faire compagnie en racontant les choses d'autrefois.

Je l'entrainais pour détailler chaque toile. Puis m'arrête devant une qui était encore plus réaliste.

- Il parait le plus vivant entre tous les autres. D'après ce que je comprends, c'est celui du doge Grimani di Servi, allié à la famille Morosini. Le corps s'agite sous l'hermine, les yeux ont un éclat qui flamboie ! Ils ont vraiment du génie parfois ces moldus. Dommage que la plus part du temps, ils l'emploient pour s'entretuer ou persécuter ceux qui sont différents d'eux. Comme ils l'ont fait avec notre communauté et tant d'autres. Pardon. J'aime ce qui est beau et antique et j'ai du mal à détacher mon regard ou à en parler sans m'arrêter. Tu n'es pas là pour m'entendre déblatérer sur de vieux objets. Mais pour t'amuser.

Je rapprochais ma belle de moi afin de chasser les images de guerre qui éclatait encore par moment dans mon esprit, elle était la lumière qui éloignait les ténèbres de mon monde et pas simplement celle qui avait trouvé logement dans mon cœur. Un nombre importants d'invités étaient déjà arrivés et l'on commençait à avoir moins de place pour se mouvoir. En les observant, je me doutais que nous étions certainement les benjamins de la soirée. C'était aussi pour cette raison que j'avais opté pour les masques et non le maquillage blanc plus couramment portés avec le genre de tenue que nous avions. Cependant j'avais estimé qu'entendre "Et gamin que fais-tu là ?" ou bien voir un de ses vieux chnoques draguaient ouvertes Lo devant moi, n'aurait pas été le meilleur moyen pour que je restais calme sans que cela finisse en bataille rangée.

Soudain le brigadier frappa sur le sol trois coups comme au théâtre et annonça je ne sais quoi en italien. heureusement pour moi, je connaissais le protocole et le fait que la foule s'était mise en ligne et avança. Me confirma ma pensée.

- Déesse, il va falloir encore que tu joues les traductrices. Arrivée à la hauteur du brigadier, il faudra que tu donnes nos noms afin qu'il nous annonce pour que l'on puisse entrée. Je sais c'est archaïque mais c'est pour cela que cela s'appelle un bal baroque.

Je mettais à sourire en guise d'excuse.

- Je te promets que si nous devons revenir une prochaine fois, j'aurai appris quelques rudiments.

Notre tour arrivait. Lo se chargeait de cet autre homme. Il hohait la tête et frappait son baton

- Marchese daemon stebbins e marchesa Loredana Sparks

Je regardais surpris ma compagne me demandant pourquoi nous avions ces mots qui ne voulait absolument monsieur et mademoiselle. Mais je n'avais pas eu le temps de la questionner, que nous avions pénétré dans la salle de la soirée. Elle était encore plus magnifique que celle du hall. Beaucoup plus lumineuse avec sa multitude de lustres en cristal de baccarat à ne pas en douter une seconde. Elle forme un décor somptueux où sculptures, fresques, draperies et stucs traités en trompe-l'œil s'entremêlent avec une exubérance toute baroque. A travers les fenêtres, un joli jardin fleuri et orné de statues, peut-être aperçu. Le long des murs, des domestiques en costume baroque rouge, avec perruque blanche, se tiennent à intervalles réguliers, se tiennent droit comme des i, plateau en argent massif recouvert de petits fours pour certains et pour d'autres de coupes de champagne pour d'autres. Au haut, sur le balcon, un orchestre symphonique se tient en costume d'époque également. Ils ont commencé à jouer des menuets, quadrilles et autres danses à la mode du XVII siècles. Enfin dominant, la salle sur son trône, le maître de cette soirée, le gouverneur d'un soir. L'ambiance était grandiose et digne de la légende.

Soudain, je sentais ma déesse se rapprochait. Sa voix semblait montrer de l'inquiétude :

- Oui. Mais tu n'as pas d'inquiétude à avoir. D'abord, e ne sont que des pas marché. Mais surtout, j'ai tout tout prévu. Je suis passé à la bibliothèque, pour récupérer une formule qui te permettra de danser tout cela, je me doutais bien que tu n'avais pas reçu ce genre d'éducation vu comme ta mère refusait de te parler de son pays.

Je sortis un papier plié et le tendis à la gryffondor.

- Le sort n'a rien de compliquer. Je l'ai fait tester à une troisième année en guise de punition. Elle l'a réussi au troisième coup. Tout est décrit. Tu n'as qu'à aller au toilette et le jeter sur toi. Pour savoir si il a fonctionné c'est très simple. Il suffit de voir, si les pas apparaissent naturellement dans ton esprit quand tu te mets à danser. Et voilà le tour est joué et tu seras parfaitement à l'aise. Rassurée ?





by Daemon

Revenir en haut Aller en bas
Loredana Sparks
avatar
Modération GGryffondor
Modération G
Gryffondor
Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de Transplanage



Re: Voyage en Italie

Message par : Loredana Sparks, Dim 18 Fév - 9:26



Daemon lui avait cité toutes les œuvres qui s'étaient trouvées dans le hall d'entrée. Pendant ces explications, la brune était suspendue à ses lèvres, écoutant ce qu'il disait avec la plus grande attention. Tantôt elle regardait l'oeuvre d'art qu'il lui montrait, tantôt elle le regardait lui, sa concentration et ses connaissances la faisaient craquer à vrai dire. Elle se demandait comment il pouvait connaître tout ça. Elle savait que si elle le cherchait à Poudlard, elle pourrait probablement le trouver à la bibliothèque, mais tous ces trucs de moldus, il les savait d'où ? Elle se souvint cependant qu'il était un sang-mêlé, il avait probablement entendu parler de tout cela par un des membres de sa famille moldu, ou bien simplement dans un livre trouvé dans une bibliothèque moldue. En tout cas, elle était impressionnée et fière d'être accompagnée par lui ce soir. Il s'était excusé d'avoir trop parlé, de s'être perdu dans ses explications, dans sa contemplation de tout ce qui se trouvait autour de lui. Mais Daemon, tu ne te rends pas compte de tout ce que ta cavalière pouvait ressentir à cette instant pour toi. Non, tu ne t'en rends pas compte.

- Non, non j'aime quand  tu es passionné comme ça, tu m'apprends pleins de choses sur les artistes moldus et leurs œuvres. Tout ça est tellement inconnu pour moi...

Il avait fallu qu'elle aille donner leurs deux noms à l'homme qui allait les appeler plus tard. Elle revint ensuite vers le Gryffondor un sourire amusé sur les lèvres. Quand ils furent appelés, Dey semblait intrigué par la signification des mots qui avaient précédés leurs noms. Il ne demanda rien à la jeune femme cependant, par manque de temps. Elle lui dirait plus tard qu'elle avait eu envie de s'amuser un petit peu, dans un environnement qui paraissait si sérieux, avec des gens de la haute société.
Il avait répondu à ses inquiétudes au sujet de ces pas qu'elle ne connaissait pas. Il s'était douté qu'elle ne connaîtrait pas ce genre de danse. Aussi, il était parvenu à trouver une formule permettant à la jeune femme de danser sans avoir de soucis. Une formule qui fonctionnait puisqu'il l'avait fait testé sur une élève afin de s'en assurer. Oui, elle était rassurée, elle n'allait pas se ridiculiser devant tout le monde, surtout après s'être faite passée pour une marquise. Elle n'aurait vraiment pas été crédible. Elle déposa un baiser sur les lèvres de son amant et commença à s'éloigner vers les toilettes.

- Je n'en ai pas pour longtemps, lui dit-elle.

Elle se fraya rapidement un chemin parmi toutes les personnes, demanda où se trouvaient les toilettes à l'un des domestiques, puis s'y dirigea de manière la plus discrète possible. Elle était étonnée de voir qu'une pièce uniquement réservée à faire ses besoins pouvait être aussi spacieuse. Il y avait un grand miroir au dessus d'une dizaine de lavabos devant lesquels deux femmes retravaillaient leur maquillage. Super, elle en avait pour un moment avant qu'elles s'en aillent. L'une d'elle dévisagea Loredana de la tête au pieds, toujours ces manies ridicules qu'avaient les femmes de se reluquer en permanence. Elle leva un sourcil vers elle et s'enferma dans l'une des cabines. Elle sortit le papier que Daemon venait de lui passer, baguette en main, elle chuchota la formule pour éviter que ces femmes ne l'entendent et ne la prennent pour une folle. Évidemment, la peur de se faire remarquer l'empêcha de se concentrer pleinement et la formule avait raté... Super...
Allez, barrez-vous ! Oui, dans ses pensées, elle n'était pas obligée de rester polie, c'était l'avantage. Au bout de quelques instants, elles finirent enfin par quitter les lieux, elles discutaient entre elles et se demandaient pourquoi Loredana restait aussi longtemps dans les toilettes.
Non, mais de quoi je me mêle, avait-elle penser.
Enfin seule, elle prononça de nouveau la formule. Elle se mit à danser pour le tester et les pas lui apparaissaient tout naturellement. Ça a fonctionné !

Elle s'empressa de rejoindre Daemon, mais se fit arrêter par un homme qui lui demanda pourquoi elle était toute seule. Elle lui répondit qu'elle ne l'était pas et avait montré son cavalier de la tête. Il commença tout de même à lui prendre la main, comme s'il voulait l'amener danser, un geste qui ne lui avait pas semblé très respectueux, mais elle retira rapidement sa main en le regardant d'un regard noir. Sans mot dire, elle s'éloigna et retourna auprès de Daemon, pas très courtoise comme attitude, mais elle n'avait pas assez l'habitude pour agir de manière calme. Elle y parviendrait peut-être avec le temps.

- C'est ok pour moi, tu as intérêt de te montrer à la hauteur de mes talents de danseuse, lui avait-elle dit en lançant un clin d’œil au passage avant d'ajouter. Merci, tu es encore une fois mon sauveur.

C'était le moment pour eux de se rendre sur la piste avec de nombreux autres couples. La musique changea, mais restait dans le même rythme. Ils se mirent tous à danser à l'unisson, Lore suivant les pas qui s'afficher dans sa tête. Daemon, lui, se débrouillait bien mieux qu'elle, mais elle s'attendait à pire de sa part, alors elle s'estimer heureuse de ne pas s'emmêler les pinceaux, ni de se prendre les pieds dans sa robe. Beaucoup de regards étaient rivés sur eux. Ils étaient les plus jeunes de la soirée, certaines personnes étaient agréablement surprises, d'autres au contraire, les fusillaient du regard. C'était probablement de la jalousie. Loredana était plus que concentrée, mais elle avait un grand sourire. Jamais de sa vie, elle aurait pu penser qu'elle se retrouverait dans un endroit pareil un jour, c'était tout simplement inimaginable pour elle. Elle et Daemon se lançait des regards complices de temps en temps.
Ils restèrent sur la piste durant quelques danses qui duraient chacune entre trois et cinq minutes. Elle avait souhaité faire une pause, de peur de ne pas tenir toute la soirée. Elle s'était rapprochée de Daemon et lui avait fait un câlin furtif. Elle ne savait pas jusqu'où elle pouvait aller dans se genre d'endroit, elle ne voulait pas avoir un comportement inapproprié alors elle se retenait. Elle se retenait beaucoup d'ailleurs parce qu'elle aurait aimé l'embrasser passionnément à cet instant-là.

- Alors, tu m'as trouvé convaincante ? Je meurs de soif... Ou plutôt je me suis asséchée Monsieur le Marquis, avait-elle ajouté en exagérant son accent de manière assez maladroit.

Les gens de la haute société devaient plaisanter aussi, non ?


Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Daemon Stebbins
avatar
Préfet(e)/Gryffondor
Préfet(e)/Gryffondor
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Voyage en Italie

Message par : Daemon Stebbins, Lun 19 Fév - 10:58







Plaisir et retour
aux sources

Loredana Sparks - Daemon Stebbins

“Le plaisir est le bonheur des fous, le bonheur est le plaisir des sages.”

• ♫♫♫ Choix de Dey











J'étais émerveillé du fait qu'elle puisse aimer entendre mes explications alors que la plus part des gens, en dehors de passionnés, ne comprenaient que rarement mes idées et mon engouement pour une matière tel que l'histoire qu'elle soit moldue ou sorcière. J'avais toujours été fasciné par la lumière de compréhension que cela portait sur notre monde; Car c'était bien le passé qui donnait à comprendre le présent et permettait d'appréhender le futur. Je trouvai déjà Loredana différente des autres mais cela faisait encore un plus.

* Tu ne le remarque pas. Tu admets enfin ce que tu avais sous les yeux depuis le début. Les écailles vont tomber et tu ne pourras plus revenir en arrière... Jamais. Tu vas être pris dans les filets de sentiments que tu ne voulais plus éprouver.*

Je ne niais pas totalement ce que la voix me disait cependant cela me passait au-dessus car j'étais pris dans e qui était entrain de e produire même si je parvenais à conserver le voile sur la réalité de cette histoire. Après avoir donné la formule, Lo était partit pour se la lancer. Durant son absence, j'en avais profité pour boire deux coupes afin de me remettre le idées en place. Parce que je ne  désirais pas perdre le contrôle de la situation. Pour patienter, j'avais détaillé la fresque qui entourait la salle de bal. Elle était d'une finesse incroyable dans les détails. Il y avait de mélanges de passage plus ou moins chaste qui croisait des scènes de divinités païennes voir même bibliques si je ne me trompais pas. J'étais entrain d'admirer les couleurs quand je sentis qu'on me bousculait. Je m'étais retourné et fit face à une femme d'un certain âge.

* J'aurai du demander à Lo de m'apprendre à dire pardon. Là ça serait vraiment utile*

Je ne comprenais rien de ce que cette dame me parlait. Alors j'avais dit les deux seuls mots universels pour cela :

- No italiano.

La dame ne sembla pas comprendre alors rajouter:

- no parle italiano.

Cette fois, la lumière se fit dans ses prunelles. Elle avait alors pris congés en me souriant. Je n'aimais pas ne pas me débrouiller seul et cela m'embêtait que Lo soit obligée de venir à ma rescousse à chaque fois. C'est là que Lo était réapparu.

- Ne t'inquiète pas pour ma personne. Je pratique ce genre de chose depuis mes huit ans. Donc je m'inquiète pas même avec ta super formule que je t'ai trouvée.

Lo m'embarqua donc sur la piste. La première danse était un quadrille classique à figure. A cette époque, il y avait très peu de contact entre le danseurs. c'était beaucoup de changements de place, de salut, de passage de chaîne écossaise, de position de bras, de poignet et de tête. rien de vraiment compliqué. Il suffisait de garder le rythme et savoir l'ordre des figures. Tout se déroulait bien. Lo semblait à l'aise et la formule fonctionnait. La seconde fut une danse de ballade. Tous les participants se retrouvaient sur deux lignes face à face et nous exécutions des mouvements qu nous faisait nous décaler afin de passer par le milieu ensuite. Puis s’ensuivit une valse qui était une erreur de temps mais qu portait toujours son effet avec les divers costumes. Puis ce fut le tour du cotillon. C'était la danse de drague de l'époque. Elle était un peu plus complexe de ce fait. Cela permettait aux partenaires de se mettre en valeur. Pour ma part, j'étais dans mon élément comme un poisson dans l'eau. Tout cela, je l'avais appris en cours de danse de salon. je voyais que Lo était fatiguée et qu'une pause lui ferrait certainement du bien. Puis il y avait cette faim que je reconnaissais dans son regard. Celle qui animait le creux de mon ventre chaque fois que je la trouvais trop belle sans pouvoir honorer sa beauté avec mon corps. Mais ce n'était pas franchement le lieu pour ce genre d’effusion. Peut-être qu'un petit coin discret pourrait nous faire du bien juste quelques minutes.

- Tu étais très bien pour une première fois. Si tu veux, on prend à boire et on peut faire un petit tour pour se caler un peu que tu reprennes ton souffle. Ou que tu le perdes.

Ajoutais-je plus bas. Parce que si elle continuait à me regarder ainsi, ma gryffondore allait passer par la case plat de résistance un peu plutôt que prévu. Je lui pris la main et l'entraina vers un des domestique. Je pris de coupes et lui en tendis une. Alors que je reprenais possession de ses doigts, je l'entrainais vers l'entrée de la pièce. Puis dépassait les individus qui se trouvaient sur notre chemin. Je vis un petit coin déserté et l'entrainait là. Je finissais d'une traitre mon verre et le posa au sol.

- Alors cela te plaît ? Cependant je dois t'avertir que si tu continues de me dévorer avec ses yeux de braise, je ne garantis pas de conserver le contrôle. Je verrouille cette porte avec ma baguette et je m'emparerai de ton corps sans ménagement car tu es en train de me rendre fou comme toujours.

A ce moment, je portais sa main à ma bouche et y déposais mes lèvres afin de conserver un peu de crédits.

- Tu sais qu'il ne faut pas tenter de réveiller l’affamé en moi...




by Daemon

Revenir en haut Aller en bas
Loredana Sparks
avatar
Modération GGryffondor
Modération G
Gryffondor
Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de Transplanage



Re: Voyage en Italie

Message par : Loredana Sparks, Lun 19 Fév - 12:52



Ils prirent une pause bien méritait après avoir enchaîné plusieurs danses. Loredana s'était elle-même étonnée, à part les danses de boîtes de nuit, c'est à dire les danses complètement folles à lesquelles on ne pouvait donner un nom, elle n'en connaissait pas vraiment, quoiqu'elle était quand même assez doué en valse, pour l'avoir dansé avec son père quand elle était plus jeune. Ce souvenir lui donna la nausée. Aussi, elle s'en débarrassa rapidement, il était hors de question qu'un membre de sa famille ne lui gâche ce qu'elle était en train de vivre ce soir. Elle avait souri quand Daemon lui avait dit qu'elle s'était plutôt bien débrouillée. Bon, ok, le sort y était pour quelque chose, mais être parvenue à avoir un effet durable était déjà un belle réussite n'est-ce pas ? Puis il lui proposa de s'éloigner un instant, ce qui lui dit ne faisait qu'accentuer son désir pour lui à cet instant. Il ne fallait pas qu'elle craque.
Il l'emmena en direction d'un des domestiques où il récupéra deux coupes. Lore avala la sienne d'une traite, ce n'était pas de l'eau, mais elle avait tellement soif qu'elle n'avait pu se retenir. Elle avait reposé son verre sur le plateau, espérant que ce ne soit pas un geste déplacé, elle n'en savait rien après tout. Le rouge et or lui prit la main et l'entraîna un peu plus loin. Loredana en profita pour reprendre une autre coupe au passage. Entre le restaurant et ici, elle se doutait que tout cela allait finir par lui monter à la tête.  Elle se retrouva dans un coin désert, sans l'ombre d'une personne à l'horizon, tous étaient occupés à discuter, à danser,  à profiter des festivités.
Dey finit son verre, Loredana l'imita, évidemment. Elle sentait que ses yeux devaient probablement brillaient. La tête commençait à lui tourner, boire de l'alcool régulièrement ne lui avait pas permis de tenir pour autant. Elle n'était pas ivre et encore maître de ses mouvements et prête à danser encore. Mais elle se sentait légère, mais tous ses sentiments étaient multipliés par deux, et ça c'était un peu moins bon.

- J'ai pas envie de le réveiller, pas encore. Attends encore un peu, la nuit n'est pas terminée.

Malgré elle, elle se contredit immédiatement en attrapant Daemon et en l'embrassant. Personne ne pouvait les voir d'ici. Elle voulait en profiter, juste quelques instants, parce que rester à ses côtés sans pouvoir le toucher était simplement impossible, surtout qu'elle avait l'impression qu'il attendait que ça, qu'elle craque. Mais non, elle l'embrassait juste. D'accord, c'était pas vraiment un simple baiser, puisqu'elle lui mordillait les lèvres et entremêlait sa langue avec celle du Gryffondor. Elle sentait ses mains commencer à se balader sur le torse de son amant. Elle se stoppa elle-même à voix haute.

- Stop, stop, stop, stop, arrête-là.

Il avait eu raison, elle n'avait en aucuns cas repris son souffle, mais l'avait bel et bien perdu. C'était lui qui le lui reprenait à chaque fois. Elle le regardait droit dans les yeux, elle le trouvait parfait. Elle caressa son visage, voulant tout de même profiter un peu de cet instant. Elle voyait dans les yeux de Daemon que celui-ci était en train de devenir fou. Il était d'ailleurs temps de stopper tout ça avant que cela ne dégénère.

- Il va falloir qu'on y retourne, ce ne serait pas correct d'avoir un tel comportement dans un lieu pareil.

Pourtant, elle ne bougea pas, ses yeux étaient plongés dans ceux de Daemon et elle ne parvenait pas à s'en détacher. Elle voulait que ce moment dure encore un petit peu. Elle avait du mal à se remettre les idées en place. Est-ce que le sort avait encore son effet après de telles émotions ? Franchement, elle avait un peu peur que non. Alors, il faudrait que la prochaine danse soit assez simple pour qu'elle puisse se débrouiller sans l'aide d'un sortilège. Il devait bien y avoir des danses où connaître les pas par cœur n'était pas obligatoire, non ?
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Daemon Stebbins
avatar
Préfet(e)/Gryffondor
Préfet(e)/Gryffondor
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Voyage en Italie

Message par : Daemon Stebbins, Lun 19 Fév - 14:09


!!! Attention scène d'amour explicite !!!






Plaisir et retour
aux sources

Loredana Sparks - Daemon Stebbins

“Le plaisir est le bonheur des fous, le bonheur est le plaisir des sages.”

• ♫♫♫ Choix de Dey











Honnêtement, je l'avais averti du danger de me regarder ainsi et puis ce baiser. hummm. Comme vouliez vous que je résiste à cette déesse. Nos bouches s'étaient donc trouvées. Puis les langues qui menaient une lutte sans merci. Et évidemment mes mains se mirent en action. Ma langue allait titiller on coup puis descendit dans le décolleté de la demoiselle où je pouvais avoir accès à la naissance de sa poitrine et je ne me privais absolument pas pour savourer sa chair. Alors la faim d'elle se réveillait encore. Lo avait le pouvoir de m'électriser et de me faire faire n'importe quoi pour que je puisse l'avoir à moi quelque instants.

Bien sûr, elle tenta de reprendre le contrôle en stoppant ce qui se produisait alors qu'elle avait initier ce jeu.

- Avoue tu veux me tuer. Cependant déesse, j'ai besoin de te sentir maintenant. Laissons-nous encore un peu d'intimité. Je te donne ma parole que si tu me redis stop, je n'insisterai pas. Seulement, j'ai tellement besoin de sentir cette vie que tu me redonnes. Cette sensation qu'en dehors de nous deux, rien n'existe. Parce tu es devenu cet oxygène dont j'ai été tellement privé avant toi...

J'avais alors tiré ma baguette de ma poche de gilet. Je lançais un sort de collaporter sur l'ouverture, Ainsi qu'un sort d'illusion de mur afin que le cadre de bois fermé n'attirait pas l'attention d'une quelconque personne.

Je m'étais donc rapproché de nouveau d'elle. J'avais ôter ma veste pour être un peu plus libre. Je m'étais placé dans son dos. J'avais posé ma tête dans le creux de son épaule savourant l'odeur sucrée de a peau. Percevant les battements irréguliers de son cœur. Mes main étaient allées se caler sur son ventre plat. Mon souffle chaud caressait la naissance de a nuque tandis que ma supplique était dite prêt de son lobe:

- S'il te plaît ma déesse... Laisse moi encore te savourer...

Je lui faisais une petite pluie de baiser pour l’attendrir et obtenir son consentement. Et elle céda. Ma bouche fondit alors sur la sienne tandis que je la diriger vers le mur. Je la retournais et elle e retrouva prisonnière entre ce dernier et mon corps. Je la dévorais. Je pouvais entendre ses gémissements se mélanger au miens. J'ai remontais une de ses cuisses sans remonter la jupe de son costume. Je me sus ainsi caler entre ses jambes appuyant légèrement mon intimité contre la sienne. Je voulais qu'elle se rende compte dan quel état, elle me plongeait. Qu'elle comprenne qu'elle était la seule à avoir ce pouvoir. C'était sur que j'aurai enlever son bas et plonger en elle. Cependant j'avais donné ma parole. Alors je profiter de passer mes mains sur on corps. Ma tête est descendu vers sa poitrine. J'avais réussi à prendre le téton à travers le tissus et de le mordiller pour la rendre folle. Et c'était ce qui se passait. Car je percevais ses mouvements de bassins qui venait à la rencontre de mon sexe. C'était un tourbillon de folie, de sensations, d'émotions confondus et de désirs prêt à exploser. Ce petit jeu a duré encore quelques minutes. Puis je me suis détaché lentement, essoufflé en disant :

- Il vaut que nous nous arrêtions. si je t'arrache je maudit costume pour te coucher sur cette banquette et te prendre encore plus  intensément que la première fois que nous avons partagé une nuit ensemble. Et tu sais que je ne fais pas de promesse en l'air. Puis je veux te prouver que je suis capable te tenir la parole que je te donne. Même si je promets que pour une fois, j'aimerai être un type sans honneur pour continuer cette merveilleuse activité.

Cette fois, je me reculais. Avec ma baguette, j'avais remis en place son costume ainsi que sa coiffure pour que la trace de notre échange disparaisse. Puis j'avais fait pareil sur moi. Un dernier baiser et je l'entrainé vers la sortie que j'avais débloqué. J'avais recaché mon bout de bois et nous étions retourné à la salle. En arrivant, je regardais l'heure. Il était déjà presque minuit.

- Il nous reste un peu plus d'une demi-heure avant de partir. Il faut être à une heure à l'autre quartier pour la cérémonie. Que veux-tu faire ? Danser encore ? Observer en discutant avec ses italiens ? Ou boire et manger ? Dis moi ce que tu veux divinité de mon univers..




by Daemon




Edit Peter McKinnon : Bonjour Daemon, le Règlement RPG stipule que les posts à contenu sensible doivent être signalés. Merci de faire plus attention à l'avenir.


Dernière édition par Daemon Stebbins le Mar 20 Fév - 17:30, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Voyage en Italie

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 10 sur 12

 Voyage en Italie

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 9, 10, 11, 12  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Autres Lieux Magiques ~¤~ :: A l'étranger-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.