AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Autres Lieux Magiques ~¤~ :: A l'étranger
Page 11 sur 12
Voyage en Italie
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... , 10, 11, 12  Suivant
Daemon Stebbins
Préfet(e)/Gryffondor
Préfet(e)/Gryffondor

Re: Voyage en Italie

Message par : Daemon Stebbins, Lun 19 Fév - 14:09


!!! Attention scène d'amour explicite !!!






Plaisir et retour
aux sources

Loredana Sparks - Daemon Stebbins

“Le plaisir est le bonheur des fous, le bonheur est le plaisir des sages.”

• ♫♫♫ Choix de Dey











Honnêtement, je l'avais averti du danger de me regarder ainsi et puis ce baiser. hummm. Comme vouliez vous que je résiste à cette déesse. Nos bouches s'étaient donc trouvées. Puis les langues qui menaient une lutte sans merci. Et évidemment mes mains se mirent en action. Ma langue allait titiller on coup puis descendit dans le décolleté de la demoiselle où je pouvais avoir accès à la naissance de sa poitrine et je ne me privais absolument pas pour savourer sa chair. Alors la faim d'elle se réveillait encore. Lo avait le pouvoir de m'électriser et de me faire faire n'importe quoi pour que je puisse l'avoir à moi quelque instants.

Bien sûr, elle tenta de reprendre le contrôle en stoppant ce qui se produisait alors qu'elle avait initier ce jeu.

- Avoue tu veux me tuer. Cependant déesse, j'ai besoin de te sentir maintenant. Laissons-nous encore un peu d'intimité. Je te donne ma parole que si tu me redis stop, je n'insisterai pas. Seulement, j'ai tellement besoin de sentir cette vie que tu me redonnes. Cette sensation qu'en dehors de nous deux, rien n'existe. Parce tu es devenu cet oxygène dont j'ai été tellement privé avant toi...

J'avais alors tiré ma baguette de ma poche de gilet. Je lançais un sort de collaporter sur l'ouverture, Ainsi qu'un sort d'illusion de mur afin que le cadre de bois fermé n'attirait pas l'attention d'une quelconque personne.

Je m'étais donc rapproché de nouveau d'elle. J'avais ôter ma veste pour être un peu plus libre. Je m'étais placé dans son dos. J'avais posé ma tête dans le creux de son épaule savourant l'odeur sucrée de a peau. Percevant les battements irréguliers de son cœur. Mes main étaient allées se caler sur son ventre plat. Mon souffle chaud caressait la naissance de a nuque tandis que ma supplique était dite prêt de son lobe:

- S'il te plaît ma déesse... Laisse moi encore te savourer...

Je lui faisais une petite pluie de baiser pour l’attendrir et obtenir son consentement. Et elle céda. Ma bouche fondit alors sur la sienne tandis que je la diriger vers le mur. Je la retournais et elle e retrouva prisonnière entre ce dernier et mon corps. Je la dévorais. Je pouvais entendre ses gémissements se mélanger au miens. J'ai remontais une de ses cuisses sans remonter la jupe de son costume. Je me sus ainsi caler entre ses jambes appuyant légèrement mon intimité contre la sienne. Je voulais qu'elle se rende compte dan quel état, elle me plongeait. Qu'elle comprenne qu'elle était la seule à avoir ce pouvoir. C'était sur que j'aurai enlever son bas et plonger en elle. Cependant j'avais donné ma parole. Alors je profiter de passer mes mains sur on corps. Ma tête est descendu vers sa poitrine. J'avais réussi à prendre le téton à travers le tissus et de le mordiller pour la rendre folle. Et c'était ce qui se passait. Car je percevais ses mouvements de bassins qui venait à la rencontre de mon sexe. C'était un tourbillon de folie, de sensations, d'émotions confondus et de désirs prêt à exploser. Ce petit jeu a duré encore quelques minutes. Puis je me suis détaché lentement, essoufflé en disant :

- Il vaut que nous nous arrêtions. si je t'arrache je maudit costume pour te coucher sur cette banquette et te prendre encore plus  intensément que la première fois que nous avons partagé une nuit ensemble. Et tu sais que je ne fais pas de promesse en l'air. Puis je veux te prouver que je suis capable te tenir la parole que je te donne. Même si je promets que pour une fois, j'aimerai être un type sans honneur pour continuer cette merveilleuse activité.

Cette fois, je me reculais. Avec ma baguette, j'avais remis en place son costume ainsi que sa coiffure pour que la trace de notre échange disparaisse. Puis j'avais fait pareil sur moi. Un dernier baiser et je l'entrainé vers la sortie que j'avais débloqué. J'avais recaché mon bout de bois et nous étions retourné à la salle. En arrivant, je regardais l'heure. Il était déjà presque minuit.

- Il nous reste un peu plus d'une demi-heure avant de partir. Il faut être à une heure à l'autre quartier pour la cérémonie. Que veux-tu faire ? Danser encore ? Observer en discutant avec ses italiens ? Ou boire et manger ? Dis moi ce que tu veux divinité de mon univers..




by Daemon




Edit Peter McKinnon : Bonjour Daemon, le Règlement RPG stipule que les posts à contenu sensible doivent être signalés. Merci de faire plus attention à l'avenir.


Dernière édition par Daemon Stebbins le Mar 20 Fév - 17:30, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Loredana Sparks
avatar
Modération GGryffondor
Modération G
Gryffondor
Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de Transplanage



Re: Voyage en Italie

Message par : Loredana Sparks, Lun 19 Fév - 16:16



Elle n'en pouvait plus, il était en train de la rendre folle. Au lieu d'acquiescer et de retourner au bal, Daemon avait décidé de profiter d'elle un petit peu plus. Soit disant que c'est elle qui avait commencé... Bon d'accord c'est vrai, mais tout de même, était-ce une raison pour rompre sa promesse ? Il ne l'avait pas encore fait, mais vu comment c'était partie, ça n'allait peut-être pas tarder. Elle savait qu'elle ne devait pas se laisser faire à cet instant les mots qu'il lui disait lui faisait perdre tout contrôle. Comment résister à une personne qui vous dit que vous êtes son oxygène ? Elle le laissa donc protéger les lieux à coup de baguette magique. Après quelques réticence, parce qu'il fallait bien qu'elle fasse au moins semblant de résister, elle céda complètement, bloqué entre le mur et le corps de son amant. Il ne prit pas la peine de la déshabiller, voulant tenir sa promesse jusqu'au bout. Néanmoins, il s'amusait avec son corps, sa poitrine et Loredana pouvait sentir l'effet qu'elle avait sur lui.
Il serait resté un peu plus longtemps contre elle, elle aurait complètement rompu toute promesse et elle se serait jetée sur lui. L'avantage de ne pas avoir l'habitude de ce genre d'endroit, c'est qu'on ne pouvait pas lui en vouloir s'il lui arrivait de déraper de temps en temps. Malgré tout, le préfet des lions avait tenu sa parole et s'était lentement détachée d'elle. Loredana le regardait, le souffle court, le cœur battant la chamade et des frissons qui lui parcouraient tout le corps. Au dire du jeune homme, elle comprit que tout cela ne lui avait pas suffit non plus.

Il s'était reculé et avait tout remis en place, y comprit Loredana qui n'était clairement plus présentable désormais. Si elle sortait de cette pièce complètement décoiffées et avec la robe froissée, elle passerait probablement pour une catin qui batifole avec tous les hommes qu'elle pouvait trouver. Pourtant, désormais, Daemon était le seul homme qu'elle voyait. Il ne leur restait qu'une demi heure avant de devoir se rendre dans l'autre monde, celui des sorciers où Loredana serait probablement plus à l'aise. Il lui proposa quelques activités avant de s'en aller. Elle avait été déstabilisée par la manière dont il l'avait appelé. Elle n'avait pas l'impression qu'il se rendait compte que ce week-end avait peut-être changé des choses pour lui aussi, même si elle savait pertinemment qu'il resterais sur sa position. Elle ne laissa rien paraître.

- Voilà ce que je propose :on boit un dernier verre, puis qu'on danse encore un peu et ensuite, je te laisserais me guider vers la sortie.

Sans attendre de réponse, elle l'entraîna vers l'un des domestiques et prit deux coupes, une pour elle et une pour lui. Elle but lentement cette fois-ci, ne voulant pas tomber sur la piste si elle buvait trop vite comme elle avait bu ses deux verres précédents. Et puis, ce breuvage devait coûter cher, il fallait qu'elle savoure un petit peu plus tout ça, elle n'allait probablement jamais revenir dans ce genre d'endroit.
Une fois leurs verres terminés, elle prit la main de Daemon et tout deux se dirigèrent vers la piste où des couples attendaient la prochaine musique. Il s'agissait d'une nouvelle valse. Chacun de mis à faire leur pas à l'unisson, le tableau était splendide, ils étaient tous en rythme et malgré le fait que son sortilège s'était dissipé, Loredana se débrouillait comme un chef. Elle ne détachait pas son regard de Daemon. Dans sa tête, ils étaient seuls dans cette pièce, une lumière tamisée qui éclairait seulement leur visage, une mélodie très douce qui se dissipait jusqu'à disparaître totalement. Ils continuaient de danser, sous un silence total. L'on entendait uniquement les battements de leur cœur et leur respiration.
La danse était terminée lorsque Lore était revenue à elle. Il était désormais tant pour eux de s'en aller. Le bal touchait à sa fin.

- C'était juste superbe ! Dit-elle à Daemon tandis qu'ils quittaient les lieux. J'avais l'impression de ne pas être à ma place, mais en même temps si.

Bon ok, l'alcool lui était clairement monté à la tête ce qui avait le don de la faire rire. Pour une fois, elle n'avait pas bu pour oublier, elle s'était simplement amusée, comme une simple adolescente de 17 ans. Mains dans la mains, elle suivait Daemon tandis que celui-ci les emmenait dans le monde des sorciers où ils pourraient profiter des dernières festivités avant de devoir retourner dans leur chambre d'hôtel. Durant le trajet, elle ne pouvait s'empêcher de lui lancer des fleurs. L'on pourrait dire que l'alcool parlait à sa place, mais c'était un peu une excuse bidon.

- Non, franchement, tu es vraiment parfait. Tu débarques dans ma vie comme ça, on s'amuse et tu me fais découvrir tout ça. J'ai l'impression de renaître de mes cendres comme un Phénix, tu vois ? Je ne mâche pas mes mots quand je dis que tu es mon sauveur... Je le pense.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Daemon Stebbins
avatar
Préfet(e)/Gryffondor
Préfet(e)/Gryffondor
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Voyage en Italie

Message par : Daemon Stebbins, Lun 19 Fév - 20:40


!!! Attention scène d'amour explicite !!!





Plaisir et retour
aux sources

Loredana Sparks - Daemon Stebbins

“Le plaisir est le bonheur des fous, le bonheur est le plaisir des sages.”

• ♫♫♫ Choix de Dey











Lo avait repris la main sur la situation. Elle m'avait entrainé vers la salle de bal à nouveau. On y avait pris un verre. puis la belle brune avait voulu danser. Heureusement pour elle, il avait s'agit d'une valse classique. J'étais toujours aussi à l'aise. Toutefois, je ne pouvais que reconnaître qu'elle s'en sortait très bien même si il y avait quelques hésitation. Je pouvais voir combien elle faisait d'efforts. Je maintenais son espace afin de l'aider à évoluer. Elle ne quittait pas mes yeux ce qui était une excellente chose pour conserver sa tenue et son équilibre. Les dernières notes moururent. Voilà, c'était la fin de ce bal pour nous. Je l'avais saluée dans les règles de l'art et elle également. Certes c'était pompeux mais c'était ainsi que devais se faire le choses dans ce genre de lieu.

- Il est l'heure déesse de partir pour la suite du programme si on veut être à l'heure pour le rituel. Tu étais parfaite comme toujours. Et tu le seras toujours à mes yeux.

Alors je lui avais tendu mon bras afin qu'elle le prenne et que l'on parte dignement de la soirée. Il fallait récupérer nos capes afin de ne pas avoir froid dehors. Ok on était des sorciers on pouvait ce servir de la magie. Une fois dan le hall, le brigadier nous donnait notre du. Je posais celle de Lo sur ses épaules et enfilais d'un geste habile la mienne. Je reprenais la taille de ma compagne pour l'entraîner vers la prochaine étape.

- Ca va, tu n'as pas froid Déesse ? Je ne vais pas trop vite ?

Visiblement l'alcool faisait un peu trop effet. La gryffondore n'avait pas assez du prendre de nourriture.

- Veux-tu qu'on prenne un petit truc à manger ? Cela t'aidera à récupérer toutes tes capacités. Qu'en penses-tu ?

* Ca serait plus simple de la laisser dans cet état si tu veux obtenir ce que tu désires d'elle ainsi *

Je n'avais pas besoin de ce genre d'artifice pour obtenir la jouissance du corps de Lo. Je ne voulais pas d'une poupée de chiffon. Je la voulais elle. Et uniquement elle. Je n'avais plus eu de désir exclusif depuis des mois. Malgré tout, ma brune était différente. Elle remuait qui m'avait paru mort depuis mon ex. Pourtant, il s'était réveillé en moi. Elle débitait des choses qui semblaient si loin de moi.

- Ce n'est pas moi qui t'ait sauvé mais bien l'inverse. C'est toi qui m'a sorti des ténèbres qui me hantaient et s’incrustaient en moi.

A cet instant, un stand qui vendait des frittes se trouvait là.

- Un s'il vous plait.

Heureusement, l'homme comprenait l'anglais. Je déposais l'argent et répondit

- Grazzié

Je récupérais la portion et disait à la rouge et or :

- Si tu veux aller chez les sorciers, fais moi plaisir. Mange un peu, cela te fera du bien. Je désire que tu sois consciente de tout. Sinon ça n'aura aucun intérêt. Je t'en prie.

J'espérais que ma sincérité allait payer et c'était le cas. La sorcière piquait quelques frittes pour mon plus grand plaisir. Cela allait lui permettre d'atterrir sur terre à nouveau. Je la guidais d'après ce que j'avais mémorisé dans les livres. Je sortis ma baguette afin d'activé le plan dans mon esprit. Personne à l'horizon. Je me jetais le sort. Lo continuait à manger et cela était encourageant.

- Tu te sens mieux déesse ? Aller, jetons ça et direction la barrière.

Je prenais le récipient de carton et le mettais dans la première poubelle. Je repris sa taille. On défilais dans deux rues. Puis on tournait à gauche suivant le canal qui menait en direction du pont des soupirs. Il fallait encore avancer de trois palazzo. Là se trouverait un café discret, il fallait y rentrer. Donner le mot de passe qui était " rituale della luna ". Ainsi le patron nous ouvrirait. Enfin, nous y étions. Tout se déroula comme prévu. L'homme nous menait vers le fond et ouvrit la barrière. Nous avions traversé le fond qui était une illusion.

Soudain la nuit était éclairée comme jamais. Il restait 5 minutes avant que cela commence. Il y avait du monde mais moins que le côté moldu.

- Viens, on va essayer de se mettre dans un coin sympa.

Nous avion fondu la foule. On s'était installé prêt d'un belvédère. Je m'étais mis derrière elle afin qu'elle profite de la chaleur de mon corps au vue de la fraicheur. Les choses commençaient à bouger. Les gens débutaient des chants psalmodier que je ne comprenais absolument pas  vu qu'il n'était pas dans une langue que je connaissais.

- Ma déesse, tu comprends quelque chose ? Parce que perso, c'est ni du latin ou du grec ancien. t'en as une idée ?

J'attendais sa réponse mais visiblement, elle ne reconnaissait pas ce langage.

- Veux-tu rester ou rentrer à l'hôtel ?




by Daemon



Dernière édition par Daemon Stebbins le Mar 20 Fév - 20:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Loredana Sparks
avatar
Modération GGryffondor
Modération G
Gryffondor
Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de Transplanage



Re: Voyage en Italie

Message par : Loredana Sparks, Lun 19 Fév - 21:49



Daemon semblait s'inquiéter de l'état de la jeune sorcière. Son taux d'alcool n'était pas à un niveau inquiétant, mais il avait tout de même remarqué que son état était légèrement différent que d'ordinaire. Le jour où ils s'étaient rencontrés, elle avait bu seulement deux verres et depuis, elle n'était pas ressortie avec lui dans un bar. C'était donc la première fois qu'il la voyait ivre. Était-ce réellement une honte ? Non. Elle s'en fichait, elle savait qu'il ne la trouverait ps ridicule, sa confiance en lui était certaine. Il ne lui avait jamais manqué de respect, bien au contraire, il la traitait comme sa princesse et c'est ce qu'elle aimait tant chez lui. Elle qui n'avait jamais autant reçu d'affection que ces derniers temps. Elle pouvait peut-être passer pour une naïve avec ses paroles à deux sous, mais tout ce qu'elle lui disait, elle le pensait et si elle se rendait compte dans quelques temps qu'il ne jouait qu'un jeu eh bien ça voudrait dire qu'il est un excellent acteur, elle se sera fait avoir bien comme il faut.
Malgré tout, elle y croyait elle. Elle ne pouvait pas tomber amoureuse si elle n'était pas sûre de tout ça et pourtant, aujourd'hui, c'était la phrase qui lui venait à l'esprit quand elle le regardait.
Je suis amoureuse de lui.

Comme son Gryffondor préféré était un vrai Gentleman, il était hors de question qu'il la laisse dans cet état et qu'elle ne profite pas de la soirée. Il lui proposa donc de manger quelque chose afin d'essayer d'atténuer les effets de l'alcool. Au début, elle était réticente. Elle n'avait pas faim. Dés qu'elle buvait son appétit s'envolait, c'était ainsi qu'elle était faite. Elle n'avait jamais faim. Ils continuaient de marcher avec d'atteindre le coin réservé aux sorciers. Là, il avait réagi aux propos qu'avait tenue Loredana à son égard. Il ne semblait pas d'accord. Ce n'était pas lui qui l'avait sauvé, mais bien elle. Elle était apparue dans sa vie alors qu'il avait perdu tout espoir de retrouver sa joie de vivre, mais n'était-ce pas la même chose du côté de la rouge et or ? Chacun d'eux avait apporté sa part de bonheur à l'autre, même si cela pouvait paraître stupide.

Dey s'arrêta devant un stand qui vendait des frites. Il en prit une barquette qu'il avait tendue à la jeune femme dont l'appétit n'était pas apparu comme par magie. Malgré tout, pour lui, elle faisait cet effort et commença à grignoter. Il paraît que l'appétit vient en mangeant après tout. Elle avait évidemment remarqué les efforts qu'il avait fourni pour parler italien.

- Ton accent était presque parfait ! Tu t'améliores, j'apprécie cet effort !

Ils continuèrent leur route, Lore continuait de manger de manière innocente et silencieuse, comme une petite fille qui venait d'obtenir ce qu'elle voulait. Elle se laissait guider par Daemon qui semblait, comme d'habitude, savoir où il allait. Elle n'avait pas d'inquiétude à le suivre, elle savait qu'ils ne se perdraient pas.
Ils entrèrent ensuite dans un café où Dey donna un mot de passe puis un homme ouvrit et les fit entrer. Il avait fini par pénétrer dans le côté sorcier de la ville. Un endroit magnifique et parfaitement éclairé. Le Gryffondor cherchait un coin tranquille et agréable où ils pourraient s'installer et avait opté pour un belvédère où ils pourraient avoir une vue d'ensemble sur tout ce qui se passerait.
Le spectacle commença. Au début, elle essayait d'être la plus attentive possible, mais elle lâcha prise au bout de quelques minutes. Elle ne comprenait rien et tout cela la fatiguait. Elle avait simplement envie d'être avec Daemon. Elle ne demandait rien de plus pour cette nuit. Ainsi, quand il lui demanda ce qu'elle souhaitait faire, sa réponse était sans appel.

- Je ne comprends rien non-plus, j'ai pas envie de gâcher ce moment, mais je préférerai rentrer.

Là, elle lui fit comprendre ce qu'elle voulait réellement à cet instant. Elle l'attrapa par le col, le colla à elle et l'embrassa passionnément. Elle se fichait désormais de ce qui se passait à côté d'eux. Ce n'était pas l'alcool qui agissait, c'était bien elle. Elle avait fixé ses limites durant toute la soirée et il avait respecté ses choix sans broncher. Il était temps pour elle de le laisser prendre possession d'elle.

Ainsi, ils quittèrent tous les deux les lieux et retournèrent dans le monde des moldus. Le patron du bar semblait étonné de les voir revenir si tôt, mais il ne posa pas de questions, ce n'était probablement par la première fois que ce genre de choses arrivait et ça ne serait sans doute pas la dernière. Il marchèrent en direction de l'hôtel. Loredana avait un peu de mal à se repérer dans ces rues la nuit, mais Dey connaissait le chemin sans le moindre soucis. Elle reconnut rapidement la devanture de l'hôtel où ils logeaient. Les employés travaillaient encore, elle se demandait si l'hôtel était sans surveillance à partir d'une certaine heure. Probablement pas, pas un hôtel si luxueux. Ils pénétrèrent dans le Hall et se dirigèrent vers l'ascenseur.
Ils étaient seuls. Loredana l'embrassa de plus belle et commença à détacher le costume de Daemon sans la moindre gêne. Celui-ci avait déjà sorti la carte pour ouvrir la chambre. Elle l'embrassa sur les lèvres, les joues, le cou. Cette sensation de bien-être et d'excitation avait refait surface, elle avait même l'impression que ça ne l'avait jamais vraiment quittée. Dans quelques secondes, ils pourraient enfin profiter l'un de l'autre, sans le moindre ménagement, sans avoir peur d'être regardés de haut, jugés par des personnes trop bien éduqués pour se permettre d'éviter ce genre de débordement. Pourtant, bien que son éducation avait dû lui apprendre le contraire, elle appréciait que Daemon fasse des exceptions à ces règles.

L'ascenseur était arrivé et la porte s'ouvrit. Personne ne se trouvait dans les couloirs. Le rouge et or s'empressa d'ouvrir la porte, toujours les lèvres collaient à celle de la jeune femme. Lore ferma la porte derrière elle et ils s'empressèrent de rejoindre la chambre où elle s'empressa de quitter son costume qui était de trop à ce moment-là. Elle poussa son amant sur le lit et s'installa sur lui à califourchon avant d'échanger leur place en un mouvement.

- Je suis à toi, lui dit-elle dans un souffle.


Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Daemon Stebbins
avatar
Préfet(e)/Gryffondor
Préfet(e)/Gryffondor
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Voyage en Italie

Message par : Daemon Stebbins, Mar 20 Fév - 2:50


!!! Attention scène d'amour explicite !!!






Plaisir et retour
aux sources

Loredana Sparks - Daemon Stebbins

“Le plaisir est le bonheur des fous, le bonheur est le plaisir des sages.”

• ♫♫♫ Choix de Dey











- Très bien déesse alors on y va.

Lorsque j'avais plongé mes prunelles cuivre dans les siennes océans, j'avais reconnu immédiatement ce qu'elle avait en tête. C'était cette même envie qui nous avait consumé dans e salon quelques heures plus tôt. Soudain Lo s'empara de mes lèvres sans ménages. Je la sentais affamé tout comme moi. Elle débordait de passion. Evidemment mon corps que je maitrisais depuis le début de la soirée se réveilla tout aussi brutalement. Cependant e n'était pas ici qu'il valait que nos ébats s'enclenchaient ici. Il y avait trop d'yeux inquisiteurs.

Je l'avais entrainé dans le sens inverse de notre arrivée. Nous n'étions restés à peine un quart d'heure. Je tentais d'être le plus discret afin de ne pas perturber le rituel. Et puis je sentais la brûlure de la faim pour le corps de ma déesse qui se répandait de partout et je savais que je ne tiendrais absolument pas. Nous passions la barrière illusoire. Le patron était surpris mais visiblement, cela ne devait pas être la première fois qu'un incident de la sorte se produisait. Aucune question, tant mieux parce que honnêtement, je me serais mal vue répondre, pour dévorer sexuellement le corps de ma compagne jusqu'à ce qu'elle crie grâce et que je sois repu. Lo était toujours pressée autant que moi. Nous étions en parfaite synchronisation. Elle suivait car je n'avais aucun mal à savoir comment retrouver notre hôtel. Il ne fallait que 10 minutes pour effectuer. Je l'entrainais d'abord vers le comptoir afin de récupérer le concierge de nuit. Certes il y avait moins d'employés à cette heure tardive de la nuit.

- La clé de la suite de Mr Stebbins s'il vous plaît.
- Immédiatement.

Il se tournait et prenait la carte.

- Pas de petit déjeuner demain matin. Merci de ne pas nous déranger.
- J'en prends note. Bonne nuit
- Bonne nuit.

Direction, l'ascenseur. Je sentais que ma déesse ne patienterait pas une seconde de plus. Nous étions donc seuls dedans. elle n'attendait pas plus et commença à retirer mes vêtements et dévora ma bouche sans ménagement. Je tenais la carte dans ma main. Heureusement notre chambre était juste à côté parce que je ne sais pas si j'aurai pu me retenir de la prendre dans ce couloir. Les portes s'ouvrirent. elle continuait de dévorer ma peau, faisant courir l'incendie sur celle-ci. J'atteignais le cadre de bois et collait la carte électronique dans la serrure.

Puis nous pénétrâmes dans la pièce, toujours soudain l'un à l'autre. Elle ferma avec sa jambe la porte qui claqua. Je nous dirigeais le plus rapidement possible vers le lit. Lo avait fait tomber son costume au sol pour se retrouver en petite tenue d'un geste souple comme si elle avait toujours eu l'habitude de ce genre de costume vénitien. Le mien m'avait pris un peu plus de temps au vu des diverses étoffes. la brune me poussa sans ménagement sur le dessus. La faim la tenaillait comme moi la mienne pour elle. La rouge et or se cala sur moi à califourchon sur la zone la plus délicate de mon anatomie qui ne demandait qu'à sortir de mon caleçon. Je sentais tellement d'intensité. Mon sexe venait titillait son intimité. Brusquement, elle inversa nos places et se mis sous moi en soufflant qu'elle était à moi.

Je me penchais et commencé à savourer sa chair. D'une main experte je fi sauter son soutient gorge afin de libérer la poitrine qui avait été du être comprimé toute la soirée. Je commençais à la savourer. Les premiers gémissement sortirent de sa gorge. Ma main descendait et tira sur sa culotte sans ménagement. Cela n'avait aucune importance. Je plaçais entre ses cuisses et en remontant avec ma langue vers son visage. je lui lançais par jeu :

- Que veux-tu Déesse en cet instant ?

Je posais une pluie de baisers. Je léchais le creux de son cou. Je redescendais vers la naissance de ses seins désignant des arabesque avec ma langue.

- Alors dis-moi ce que tu veux que je te fasse.

Je voulais qu'elle me dise qu'elle me voulait en elle sans plus attendre. Parce que cette idée n’existait encore plus que d'ordinaire.

- Dis-le si tu veux être satisfaite maintenant. Parce que je sais que le feu te dévore autant que moi. Mais je ne te céderais pas tant que tu ne l'auras pas fait.

Je la sentais se tordre d'envie sous moi et tenter de venir à la rencontre de mon intimité. Mais je faisais exprès de la faire attendre. Je m'approchais de sa grotte mais, juste pour qu'elle sente sa présence. Elle alors finit par m'avouer ce que je voulais entendre. Qu'elle me voulait en elle. Alors je n'avais pas plus attendu. Je m'étais engouffré dans sa chair sans aucun ménagement. L'effet que cela avait eu sur nous avait été incroyable. Tellement d'intensité. Elle était encore plus réceptive comparer à d'habitude. Je n'avais pu m'empêcher de grogner alors que je me repesais de son corps chaud et humide et qui épousait à la perfection le mien. Comme si nous avions été crées pour ces instants de pure éternité. Je n'avais pas cessé mes mouvements. Puis, j'avais changé de position. Tellement de sensations, tellement d'effets. Quelque chose qui venait de loin qui était sauvage, animal. J'avais conscience que jamais plus, je ne pourrais découvrir une telle partenaire. Je collais son dos contre mon torse afin qu'elle puisse avoir encore plus d'émotions pendant notre harmonie physique. Et je pouvais dire qu'elle n'en avait manqué aucune miette. Je sentais que ça allait exploser d'un instant à l'autre. Je n'avais pu me retenir de dire son prénom

- Loredana

Au moment, nous avions atteint le premier orgasme et qui ne serait absolument pas le dernier de la fin de cette nuit.

Nous nous étions allongés l'un en face de l'autre. Je l'avais rapprochée. Ma main continuait à se promener sur ses formes généreuses et parfaites en tout point pour moi. Evidemment, je n'avais aucune envie de stopper les choses. Je m'étais donc penché afin de l'embrasser comme je savais si bien le faire pour réenclencher la machine de son désir. Mes doigts laissaient suivre ses courbes avec une infinie délicatesse et je lui disais en même temps :

- Jamais, je ne pourrais me lasser de ton être. Il est si parfait pour moi. Il n'y a d'ailleurs plus que toi qui peut m'atteindre de la sorte. Toutes les autres ont l'air fade comparé à ta présence céleste créature.

Alors, je commençais à l'embrasser lentement en suivant la forme de son côté afin d'atteindre l'objectif qui allait la rendre à nouveau tel le volcan qu'elle m'avait déjà montré lors de nos divers échanges. Je la fis basculer et plaça alors ma langue sur son bouton. J'avais commencé à m'en emparer. Je sentais les frissons que mon touché précis provoquait sur  chaque morceau de sa peau. Je savais que j'étais entrain d'atteindre mon objectif. Je tenais fermement ses cuisses pour avoir l'accès au maximum. Je savourais ses gémissements. Elle allait alors succomber. Toutefois, ce n'était que le début alors, je m'étais stoppé net afin qu'elle reste en extase et que je puisse profiter de toute cette envie qui la dévorait de l'intérieur. J'avais la certitude qu'elle était frustrée. Première étape du second round atteinte.

- Il va falloir patienter ma belle brune pour obtenir ta récompense.

A cet instant, je m'étais positionné sur le dos et je l'avais fais grimper sur mon corps. Je tenais ses hanches dans mes mains. Elle devait savoir ce dont j'avais envie et elle ne se fit pas prier pour l'assouvir ce que je désirais. Je la sentais bouger alors sans pour autant avoir pris possession de mon corps. Visiblement, elle aussi voulait obtenir quelque chose de moi. Elle avait décidé de s'amuser à son tour comme dominatrice pour l'avoir...





by Daemon




Edit Peter McKinnon : Bonjour Daemon, votre post comporte du contenu à caractère sexuel trop détaillé. Merci de bien vouloir l'éditer et faire plus attention à l'avenir.


Dernière édition par Daemon Stebbins le Mar 20 Fév - 17:29, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Loredana Sparks
avatar
Modération GGryffondor
Modération G
Gryffondor
Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de Transplanage



Re: Voyage en Italie

Message par : Loredana Sparks, Mar 20 Fév - 11:35



/!\ Trigger Warning /!\ Scène d'amour explicite.

Il ne se fit pas prier avant de répondre au désir de la jeune femme. Ce côté sauvage qu'il avait adopté lui plaisait clairement. Son souffle était court, son cœur battait à cent à l'heure et l'envie de lui était irrésistible, comme à chaque fois qu'elle pouvait se laisser aller avec. Il avait commencé son petit jeu pour la rendre folle et comme à son habitude, ça marchait sur la jeune femme qui avait du mal à reprendre le dessus quand il s'y prenait de la sorte. Il avait ôté son costume s'était chargé en un minimum de temps d'enlever les sous-vêtements de la Gryffondor. Après cela, il s'amusait avec ses nerfs, ne voulant rien faire tant qu'elle ne lui aura pas dit clairement. Elle tenta de résister pendant quelques instants, mais elle finit par craquer, constatant que ce petit jeu l'amusait trop pour qu'il arrête. « Je te veux en moi », lui avait-elle dit en un murmure. Il ne se fit pas prier et leurs corps se mélangèrent à nouveau, comme s'ils ne s'étaient jamais quittés. Il n'y avait aucune illusion, leurs corps se connaissaient désormais par cœur et pourtant, la sensation était plus forte à mesure que les jours passaient.
Tout ce qu'il faisait la rendait folle, c'était intense bien plus intense que les autres fois où ils s'étaient retrouvés dans une chambre, c'est à dire les trois quart de leurs rendez-vous, même la première fois qu'ils avaient passé la nuit ensemble n'était pas aussi forte comparé à aujourd'hui. Parce qu'aujourd'hui, tout semblait différent. Aujourd'hui, ils étaient complices et semblaient se connaître comme s'ils s'étaient rencontrés il y a plusieurs années déjà. Et aujourd'hui, un sentiment nouveau était né chez la jeune femme. Celui de l'amour qui lui permettait de ressentir les choses en les multipliant par dix. Son amant avait souhaité changer de position, elle s'était laissée faire sans opposée de résistance. C'était maintenant encore mieux, les effets étaient plus forts et la jeune femme avait dû enfouir sa tête dans les draps du lit pour ne pas réveiller tout l'hôtel et les informer de leurs ébats torride. Daemon se laissa aller et elle l'entendit prononcer son nom, ce qui la fit sourire, puis il s'allongea en prenant soin de rapprocher la rouge et or de lui.

Il y avait tellement de choses qu'elle voulait lui dire à cet instant, tellement de choses qu'il fallait qu'il sache sur ce qu'elle ressentait pour lui, mais elle savait que trop bien que ça gâcherait tout et qu'il partirait ou plutôt il lui demanderait de partir afin qu'elle ne soit pas blessée de ne rien pouvoir obtenir d'autre de lui que son corps et son amitié. Rien de plus. Ce sentiments de se dire qu'elle n'obtiendra jamais pleinement ce qu'elle veut lui donna la nausée. En revanche, celle-ci était atténuée par tout ce qu'elle ressentait à côté de ça. Lui qui avait tant de prétendantes qui l'attendaient à chaque coin de rue, il l'avait pourtant choisi elle. Elle tentait de reprendre son souffle. Sa poitrine se soulevait au rythme de sa respiration qui était encore difficile. Elle sentait son cœur battre si fort qu'elle se demandait si c'était déjà arrivé qu'un cœur transperce le corps de quelqu'un tant ses battements étaient intenses.
Les paroles de Daemon la fit frissonner. Que jamais il ne se lasserait d'elle, qu'elle était parfaite et les autres étaient fades à côté d'elle. Elle attendait autre chose. Oui, dis-lui autre chose, dis-lui ce qu'elle veut entendre. Dis-lui que tu vas rompre ta promesse ou ton «accord » comme tu te plais tant à l'appeler. Dis-lui que votre relation finira par évoluer. Mais il ne dit rien de tout cela. C'est ce qui la rendait folle en fait, ce refus de se mettre en couple faisait qu'elle s'accrocher davantage à lui. Bizarre comme sensation, n'est-ce pas ? Pourtant, c'était bel et bien ce qu'elle ressentait.

Alors qu'elle s'apprêta à sortir du lit, pour chercher un peu d'eau pour se désaltérer, Dey posa de nouveau ses lèvres sur les siennes et il recommença à faire plaisir à la brune sans que celle-ci ne s'y attende réellement. Elle se laissait aller, profitant de ce qu'il était en train de lui faire. Les yeux fermés, le souffle court, elle avait l'impression qu'elle allait finir par s'évanouir s'il n'arrêtait pas de lui donner autant de plaisir. Cependant, sans qu'elle s'y attende, il se stoppa. Elle réagit de manière spontanée.

- Daemon !! Bordel !!


Il lui dit qu'il fallait qu'elle patiente un peu. Non, mais c'est une blague là ! Il le faisait exprès pour la rendre folle, elle ne voyait pas d'autres explications. Il la fit passer sur lui, voulant probablement qu'elle prenne les choses en main. Son corps bougeait en rythme pour faire monter le désir en lui. Elle voulait que lui aussi devienne fou et qu'il lui en demande encore. Il n'y avait aucune raison pour qu'il soit le seul à dominer l'autre. Elle avait emprisonné ses mains au-dessus de sa tête sachant très bien qu'il pourrait se libérer, mais il se laissa pourtant faire. Elle l'embrassa d'abord sur les lèvres, puis descendit sur le tors, le ventre, les cuisses, frôlant l'endroit qui lui donnait le plus de plaisir. Elle le regardait en souriant puis fit machine arrière en repassant par les mêmes étapes qu'elle avait prises en descendant.  
Elle entendait son souffle s'accélérer, tout comme son cœur qui s'emballait. Elle reprit sa position initiale et joua son petit jeu encore un peu afin de lui donner en plus envie. Qu'il en vienne presque à lui demander de lui donner ce qu'il souhaitait. Elle vit dans son regard qu'il n'en pouvait plus, c'est ce qu'elle attendait de lui, rien de plus. Et en un mouvement, leurs corps ne faisaient plus qu'un. Une explosion de plaisir avait de nouveau eu lieu. Elle le fit asseoir afin que d'être davantage proche de lui. Sa poitrine touchait son torse et sa bouche effleurait la sienne, sa respiration se mêlant à la sienne. Elle dû faire un effort monstre pour ne pas lui dire qu'elle l'aimait, ça aurait bien évidemment tout gâcher.

- Sois à moi, lui avait-elle dit à la place.

Le rythme s'accélérait à la volonté de la jeune femme qui avait décidé de commander le corps de son amant. Elle prit l'un de ses mains et la posa sur son intimité afin que celui-ci lui donne le plaisir qu'elle avait demandé. Quelques instants plus tard, le bouquet final explosa et Loredana ressentait des sensations qu'elle ne connaissait pas. Elle enfouie sa tête dans l'épaule de Daemon et sans s'en rendre compte, elle le mordit presque jusqu'au sang tant son plaisir était à son apogée.
Elle s'allongea de nouveau sur le côté, la tête dans les nuages, à la limite de l’étouffement tant son souffle état court. Elle regarda l'homme qui lui faisait vivre un rêve dans les yeux et l'embrassa lentement. Elle avait besoin d'une pause. Tout avait été si intense qu'elle ignorait combien de temps son corps allait pouvoir tenir avec toutes ses émotions qui se succédaient en même temps. C'était peut-être trop d'un coup après tout.

- Tu me combles de bonheur, Daemon... Je n'ai jamais de telles expériences avant toi. Et je ne parle pas uniquement de nos ébats torrides, je parle de tout le reste. Je n'ai pas envie que tout cela s'arrête.

Elle avait collé sa tête contre son torse afin de garder ce contact au maximum. La soif commençait cependant à prendre le dessus, probablement l'alcool qui la déshydratait. Elle finit par se levait contre sa volonté. Avant de se rendre dans la petite cuisine de leur suite cherchait ce dont elle avait besoin, elle se tourna vers son compagnon.

- Tu veux que je t'apporte quelque chose ?


Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Daemon Stebbins
avatar
Préfet(e)/Gryffondor
Préfet(e)/Gryffondor
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Voyage en Italie

Message par : Daemon Stebbins, Mer 21 Fév - 19:09


!!! Attention scène d'amour explicite !!!






Plaisir et retour
aux sources

Loredana Sparks - Daemon Stebbins

“Le plaisir est le bonheur des fous, le bonheur est le plaisir des sages.”

• ♫♫♫ Choix de Dey











J'avais entendu ces mots et ils avaient résonné étrangement en avant que nous ayons atteint le paradis une fois de plus. J'étais essoufflé et surtout je percevais toujours la morsure de Lo sur mon épaule. Elle m’avait marqué avec ses dents. Comme un cowboy marqué une vache. Normalement cela aurait du me déranger. Cependant ce n'était pas le cas.

* Parce que tu te voiles la face en te disant que tu n'es pas attaché. Mais moi je connais la vérité. Il va bien falloir que tu sorte la tête du sable. Tu n'es plus un enfant. Daemon ! Affronte les choses*

Mais je n'étais pas capable de cela pour le moment. C'était au-dessus de mes forces. Elle se colle à moi et enfouis sa tête dans mon épaule. Etrangement, je me sentais à ma place. Son souffle était aussi court que le mien. Nous étions repus. Il n'y avait qu'avec elle que j'avais ressenti un telle intensité durant ses derniers mois. Puis la gryffondore avait sorti toute cette vérité la concernant. Je n'y attendais vraiment pas et surtout je ne savais pas quoi répondre. Puis j'avais rebondis

- Je ne compte pas non plus que les choses s'arrêtent. Il n'y a aucune raison. Le fait que tout pourrait être stopper, ne serait dû qu'au désir de l'un de nous deux de passer à autre chose. Pour ma part, je n'y songe pas. Je sais que notre relation est différente de ce que doit rêver une fille. Que je suis compliqué et pas toujours évident à vivre ou à comprendre. Que cela peut-être pesant... Mais je suis quand même heureux que tu puisses t'épanouir avec notre lien.

Je l'avais vu se lever et me demander si je voulais quelque chose.

- Regarde si par hasard, il aurait de la despérado dans le mini bar s'il te plaît ?

Je fixais à nouveau le plafond les bras sous la tête, tentant de démêler les derniers événements qui s'étaient produits. Je ne savais pas où tout cela conduisait et est-e que cela avait vraiment de l'importance. Ne devais-je pas me laisser vivre comme j'en avais décidé ? Les choses devenaient trop intenses ? Tout cela tournait et tournait dans ma tête. A des moment, j'aurais aimé à nouveau le garçon d'avant mon ex. Celui qui ne se prenait pas la tête et vivait les choses au jour le jour. Mais il avait disparu depuis un moment. D'ailleurs, Aya m'en avait fait la remarque surtout quand elle avait compris que je repartais dans mes bêtises comme en quatrième année...

J'entendais Lo revenir grâce au bruit de ses pieds sur le sol. Je la sentais revenir dans le lit....




by Daemon

Revenir en haut Aller en bas
Loredana Sparks
avatar
Modération GGryffondor
Modération G
Gryffondor
Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de Transplanage



Re: Voyage en Italie

Message par : Loredana Sparks, Mer 21 Fév - 20:10



Les paroles de Daemon raisonnaient dans sa tête, elle comprit une fois de plus qu'elle n'obtiendrait rien de plus de lui et qu'il fallait qu'elle s'y fasse. Pendant un instant, elle s'était demandée si elle avait bien fait de lui avoir dit qu'elle était d'accord pour que leur relation n'aille pas plus loin que cela. À ce moment-là, elle pensait contrôler la situation, n'avait pas encore de sentiments amoureux pour lui. Tout semblait facile et pourtant, aujourd'hui, elle était plus perdue que jamais, à se poser des questions sur ce qu'ils allaient devenir. Était-elle en train de perdre son temps ? Où cela allaient-ils les mener au final ? Si lui ne pensait pas se lasser un jour, pour elle ça allait être tout autre chose, elle le savait. Un jour ou l'autre, elle serait obligée de lui avouer ses sentiments et elle savait pertinemment que ça le ferait fuir. C'est ce qui arrivera.
Elle se servit un grand verre d'eau et ouvrit le mini-bar pour en sortir ce que lui avait demandé Daemon. Elle était pensive, mais elle revint au lit en souriant, ne voulant pas montre ses doutes. Elle donna la Desperado au Gryffondor et s'installa avant d'avaler son verre d'une traite.

Elle se sentait fatiguée, les effets de l'alcool se dissipait et elle avait dépensé bien trop d'énergie aujourd'hui. De plus, elle tremblait de tous ses membres, elle s'installa sous la couette et se colla à Dey afin de profiter de son corps chaud. Elle ne parlait plus, se laissant emporter dans un sommeil profond bien mérité après une journée riche en émotions. Elle savait cependant que le lendemain serait une journée bien plus difficile et probablement bien plus intense. Elle ne savait pas encore ce qui l'attendait et elle n'était pas du tout rassurait. Le sommeil l'emportant sur ses craintes, elle sombra dans l'inconscient.

***


Le soleil brillait à travers les vitres de leur suite. Loredana pouvait sentir la chaleur des rayons sur sa peau. Une sensation agréable pour un réveil en douceur. Elle regardait autour d'elle à la recherche d'une pendule. Celle-ci indiquait huit heures et quart. Daemon dormait encore, ne voulant pas de suite le réveiller, elle s'empressa de filer sous la douche et de s'habiller avant de profiter un peu de la terrasse, l'air pensive. Elle hésitait à faire ces fameuses recherches sur sa famille. Elle ne savait pas ce qu'elle allait trouvé, ni même si sa famille serait d'accord pour la rencontrer. Et s'ils étaient tous comme sa mère ? Odieux et sans aucune forme de respect envers elle ? Qu'est-ce qu'il attendait exactement ?
Elle alla réveiller Daemon en douceur.

- Dey ? Réveille-toi. Elle l'embrassa sur la joue. On a une longue journée qui nous attend...

Elle le laissa se préparer tranquillement pendant qu'elle restait allongée sur le lit, le regard dans le vide. Après une soirée de folie la veille, il était temps de passer aux choses sérieuse et sa boule dans l'estomac ne cessait de grossir, grossir et grossir encore jusqu'à lui donner la nausée. Elle n'avait pas besoin de lire l'avenir pour savoir qu'elle ne pourrait rien manger de la journée. Tout cela lui faisait peur et elle ne voulait surtout pas que ses parents apprennent ce qu'elle s'apprêtait à faire aujourd'hui. Le rouge et or était prêt. Il était temps pour eux de quitter l'hôtel. Elle lui prit la main afin de le sentir près d'elle. Ce n'était pas grand chose, mais ça avait le don de la rassurer un petit peu. L'employé qui avait dragué la jeune femme la veille se trouvait dans l'ascenseur, mais elle ne lui prêta aucune attention. Elle avait simplement envie de sortir de cette hôtel.
Une fois dehors, elle remarquait que la ville était déjà bien animé, elle tenta tout de même de chercher un coin calme afin de discuter avec Daemon.

- Je sais que j'ai une tante dont le nom de jeune fille est Bianco, je ne connais ni son prénom, ni sa famille, mais on peut peut-être trouver dans les archives. Je sais que ma mère s'appelle Claudia et que je n'ai pas une grande famille, ça ne devrait donc pas être compliqué de trouver n'est-ce pas ?

Elle demanda ensuite à Daemon de la conduire aux archives de la ville. Elle savait qu'il avait appris la carte par cœur, ce qui la rassurait fortement. Cette fois-ci, elle semblait bien moins émerveillée qu'elle ne l'était la veille, elle n'avait plus la tête à sa pour le moment. Jamais elle n'aurait pensé que ce jour arriverait et elle était morte de peur.
Ils entrèrent dans le bâtiments et Lore se dirigea directement vers le comptoir. Une dame, d'une cinquantaine d'année, à lunettes, les cheveux relevés en un chignon les accueillit. La sorcière lui demanda de consulter des archives sur la famille Bianco. Malheureusement, au moins cinq familles portaient ce nom à Venise. Loredana regarda Daemon.

- J'en prends trois, t'en prends deux. Le tout est de trouver un arbre généalogique, ça m'aiderait beaucoup.

Ainsi, l'employée leur sortit tout ce qui avait un rapport avec les Bianco et tout deux commencèrent leurs recherches avec attention.


Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Daemon Stebbins
avatar
Préfet(e)/Gryffondor
Préfet(e)/Gryffondor
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Voyage en Italie

Message par : Daemon Stebbins, Mer 21 Fév - 21:22







Plaisir et retour
aux sources

Loredana Sparks - Daemon Stebbins

“Le plaisir est le bonheur des fous, le bonheur est le plaisir des sages.”

• ♫♫♫ Choix de Dey











Ma belle brune m'avait donné ma boisson et je l'avais avalé d'une traitre. Je ne savais pas depuis quand mais cette bière avait le dont de toujours me remettre les idées en place depuis que je la consommais. Lo et moi étions fatigué. Cela pouvait se ressentir et se voir sur no corps. J'avais déposé la bouteille de verre au sol. Lo en avait profité pour se mettre confortablement contre moi. Demain était important pour elle. Certains devaient penser que notre relation était bien plus semblable à celle d'un couple. Mais ce n'était pas le cas. Certes, je m'inquiétais pour elle comme un ami l'aurait fait. Parce que même si nous n'étions pas censé être exclusif,je voulais qu'elle se sente bien dans son existence. Nous avons fini par sombrer dans le sommeil. La chaleur qu'elle dégageait était agréable et finissait pas m'envoyer au pays de Morphée. Mes rêves étaient étranges cette nuit là. Peut-être étais-ce du à l'ambiance particulière de Venise et de son carnaval. A tout ce que nous avions vécu et expérimenté depuis notre arrivée dans le pays de ses racines. Des successions d'images sans que queue ni tête se mélangèrent dans mon esprit. J'aurais pu avoir un sommeil agité mais ce ne fut pas le cas...

La chaleur pénétrait la suite. Je sentais remuer au près de moi, mais j'étais encore trop épuisé pour sortir des draps de la nuit... Je continuais à savourer mon repos salvateur. J'étais bien et si je l'avais pu, je serai resté ici encore un peu. Toutefois, j'ai senti la douceur d'une peau m’effleurait le visage et puis la voix cristalline de Lo me sortir des méandres de la nuit. Evidemment un grogne sortait de ma bouche. Il faut dire que je n'avais jamais été du matin. Je répondais :

- Ouiiii. Juste une minute.

Je n'étais bon  rien tant que je n'avais pas pris un café. J'avais l'air d'un mort-vivant en mode apocalypse. Je me trainais jusqu'à la douche où je laissais couler l'eau un bon moment sur mon corps. Cela était censé me faire réagir mais ce n'était abolument pas le cas.

* Ca t'apprendra à faire n'importe quoi de ton corps*

Second grognement...

Je me dirige vers la table de petit déjeuner à remonter. Je m'en pars d'une tasse et me servais un café noir de chez noir. Je l'avalais en essayant de m'habiller pour gagner du temps. Je savais que c'était important pour la gryffondore ce matin. Elle a l'air stressé, je peux le percevoir.

- Ne t’inquiète pas. Je suis sûre que cela va aller.

Je vidais la tasse et finissais d'enfiler mes chaussures.

Nous avions quitté l'hôtel. Lo avait pris ma main. Certainement elle avait besoin de se sentir en confiance. Je la dirigeais donc vers le lieu de nos recherches, les archives sorcières de la cité. Je nous faisais parcourir le chemin en quelques minutes malgré l'agitation de la ville. Car les festivités continuaient toujours. La rouge et or m'entrainait dans un coin et me raconta tout ce qu'elle savait.

- Déesse si tu veux arrêter et ne pas chercher, c'est possible. C'est toi le maître de cela. Je ne suis là qu'en soutient. Respire, tu auras tes réponses si 'est vraiment ce que tu veux.

Nous étions arrivés au bâtiment désiré. Une sorcière d'un certain âge nous accueillis. Elle avait l'allure typique de ces fonctionnaires avec ses lunettes et son chignon. Je laissais la gryffon s'expliquait avec elle vu que je n'aurais été qu'une gêne au vue de mon niveau d'italien.

- A vos ordres chef.

Je prenais donc les registres et commençait à chercher en priorité les arbres qui seraient le plus facile à repérer dans ces gros grimoires poussiéreux. Je parcourais un premier amas de feuilles. Je tentais de déchiffrer l'écriture qui était un peu jaunie . Mais pour le moment, je ne trouvais rien. Je passais donc à la suite. Examinant du mieux que je pouvais les choses.

- Lo regarde. Est-ce que ça pourrait être cela ?

Je lui désignais un nom qui aurait pu correspondre même i je n'en étais pas certain...




by Daemon

Revenir en haut Aller en bas
Loredana Sparks
avatar
Modération GGryffondor
Modération G
Gryffondor
Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de Transplanage



Re: Voyage en Italie

Message par : Loredana Sparks, Jeu 22 Fév - 1:33



Daemon voulait s’assurer que Lore était sûre d’elle, qu’il était encore temps de revenir en arrière et d’abandonner les recherches. Cependant, pour elle, il était bien trop tard pour laisser tomber ce qu’elle cherchait depuis dix-sept ans. Elle lui avait donc répondu qu’elle souhaitait aller au bout. Abandonner ne faisait pas parti de son caractère. Si elle décidait quelque chose, il fallait qu’elle aille au bout, même si la peur était bien présente dans ce cas-là.

Il s'exécutait dans ce qu’elle demandait sans broncher. Elle voyait qu’il voulait vraiment l'aider et elle lui était vraiment reconnaissante pour ça. Faire ces recherches seule aurait été bien plus complexe niveau moral. Ils s’étaient installés à une table et chacun feuilletait les différents grimoires qui étaient à leur portée. La jeune femme était concentrée sur tout ce qu’elle voyait, mais rien n’était vraiment concluant. Aucune Claudia Bianco dans ces archives, c’était comme si elle n’existait pas ou alors peut-être que Daemon possédait dans ses livres quelques choses de plus intéressant. Par chance, il s’avérait que c’était le cas. Au bout de quelques longues minutes de recherches qui lui semblait être des heures, il l’arrêta dans sa lecture et elle s’approcha pour lire ce qu’il avait trouvé. En effet, le nom de sa mère était apparue devant ses yeux. La bonne date de naissance, le bon lieu de naissance, tout semblait coller. Elle jeta un coup d’œil à l’arbre généalogique, elle n’y figurait pas, ce qui ne l’étonnait pas vraiment. En revanche elle trouva enfin ce qu’elle cherchait, mais quelque chose la dérangeait.

- Ma tante s’appelle aujourd’hui Adriana Giordano, elle s’est marié avec un sorcier, mais c’est bien elle qu’on recherche aujourd’hui. En revanche, je vois le nom d’une autre personne, Santina Bianco, elle est décédée. Si je comprends bien c’est également une de mes tantes. C’est bizarre… Je n’en ai jamais entendu parler. Après ma mère n’a jamais voulu me parler de ma famille italienne alors…

Malgré tout, ça l’intriguait, elle avait besoin d’en savoir plus sur cette famille restée si longtemps inconnue pour elle. La jeune femme savait qu’elle n’était pas la bienvenue, mais c’était plus fort qu’elle. Elle avait bien trop attendu pour reculer désormais. Elle feuilletait le grimoire à la recherche de plus d’informations. Les membres de sa famille avaient tous travaillé dans la conception de Potions, peut-être que son intérêt pour cette matière a l’école était génétique. Elle découvrit également la photo d’un vieil homme, rayée à la main, comme si quelqu’un avait voulu l’effacer de cette famille de manière précipité. Il n’y avait cependant pas davantage d’informations à son sujet.

- Il faut qu’on se rende chez cette Madame Giordano, vu la haine que ma famille a pour les moldus, elle se trouve forcément côté sorcier, je pense qu’en demandant aux gens dans la rue, on peut la retrouver assez rapidement.

Elle souffla un coup et se leva de sa chaise. Elle ramena les cinq grimoires et remercia la dame de leur avoir donné l’accès à ces archives. Ils sortirent ensuite du bâtiment, il était tant de  commencer les choses sérieuses. Elle ne savait pas par où commencer. Il devait y avoir une bonne centaines de possibilités, trouver du premier coup était tout simplement impossible. Elle arrêta la première personne qu’elle croisait afin de demander quelques informations. Malheureusement, elle habitait la ville depuis quelques mois seulement et ne connaissait pas de Giordano. « ça commence bien… ». Elle continua sa marche, elle se trouvait légèrement devant Daemon tant ses pas étaient précipités. Elle tourna dans une rue où se trouvaient des habitations un peu éloignées du centre. Elle croisa une sorcière qui paraissait hautaine au premier regard. Elle lui posa la même question qu’à la personne précédente. Cette fois-ci, elle vit que cette personne connaissait ce nom. Elle lui montra la maison au loin. Comment avait-elle pu ne pas s’en douter ? Cette maison était un manoir presque semblable à celui où la Gryffondor avait grandi à Cambridge.

- C’est ici,  dit-elle à Dey.

Elle poussa le portail qui était entre-ouvert. Ils marchaient côte-à-côte, Daemon avait son bras par-dessus l’épaule de la brune. Un geste qui se voulait rassurant, il savait à quel point elle redoutait ce moment.
Le jardin était immense, mais peu entretenu. Des mauvaises herbes par-ci, par-là et une ambiance général qui n’avait rien de rassurant. Devant la porte d’entrée, elle hésita quelques secondes et frappa trois coups. Une dame un peu plus jeune que sa mère leur ouvrit.

- Adriana Giordano ?

Elle acquiesça, l’air méfiant. Elle n’avait rien d’une gentille femme, une robe noir en dentelle, des bijoux à tous les doigts et de longs cheveux noirs de la même longueur que Loredana. Son visage était froid, fermé, exactement comme celui de sa mère.

- Parlez-vous anglais ? Mon ami ne comprend pas votre langue et on a quelques questions à vous poser.

La voix de Loredana tremblait tant son estomac était nouée. Elle appréhendait la réaction de la sorcière lorsqu’elle apprendrait qui elle était vraiment.

- Qu’est-ce-que vous voulez ? Demanda-t-elle avec un accent très prononcé.

- Je suis… Je suis Loredana… Sparks. La fille de Liam Sparks et Claudia Bianco…. J’aurais aimé en savoir plus sur vous et sur ma famille italienne en général.

Mais Adriana ne l’écoutait déjà plus. En entendant son nom, son visage s’était décomposé et elle s’était tenue à la porte pour ne pas tomber. Reprenant ses esprits, elle regarda la jeune sorcière dans les yeux, un air dégouté.
Puis tout se passa très vite. La propriétaire des lieux avait sorti sa baguette et commença à prononcer une incantation en italien semblable à l’Electrocorpus anglais. Loredana n’eut pas le temps de réagir à temps.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Daemon Stebbins
avatar
Préfet(e)/Gryffondor
Préfet(e)/Gryffondor
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Voyage en Italie

Message par : Daemon Stebbins, Jeu 22 Fév - 12:19







Plaisir et retour
aux sources

Loredana Sparks - Daemon Stebbins

“Le plaisir est le bonheur des fous, le bonheur est le plaisir des sages.”

• ♫♫♫ Choix de Dey










Je regardais Loredana se débattre avec tout cela. D'un côté je pouvais la comprendre étant à moitié japonais, j'avais toujours eu la chance de connaître mes origines. Ma mère m'avait chanté le gloire de sa famille, des traditions et surtout de l'éducation à avoir. Si elle avait rapidement abandonner avec ma sœur, elle avait fait en sorte que ça ne soit pas mon cas. Cependant j'avais vu aussi les conséquences de se retrouver avec un poids familiales auquel on ne s'attendait pas. Combien cela pouvait changer la vision qu'on avait sur soit ou sur la vie. Et ce côté là m'avait coûté cher.

- Déesse, surtout fait attention. Ce que tu pourrais découvrir pourrait avoir des effets non désirés. Cette Adriana Giordano ou encore ce que tu viens de découvrir, prend le avec prudence.

Mais je savais que la rouge et or n'était pas forcément réceptive. Quand on avait cherché des réponses toutes sa vie, il était difficile de s'arrêter au seuil de la porte e de regarder ailleurs que ce qui était caché sous le tapis. Lo était dan cet état. Elle ramena les documents à l'archiviste et revint me chercher afin qu'on retrouve les traces de cette femme. Nous avons enquêté un moment vers le côtier sorcier. Au départ cela était échec sur échec. Puis il y a eu un premier petit indice qui nous a conduit un peu plus loin dans nos découverte. J'étais sur la défensive comme si je sentais que quelque chose ne calait pas dans cette histoire. Comme si je sentais qu'un truc allait explosé. Peut-être étais-ce l'expérience qui parlait. Visiblement de ce qu'on avait pu glaner, sa famille était dans la potion depuis  longtemps.

Je n'arrivais pas à définir complétement l'état d'esprit de Lo. Les premières couches émotionnelles étaient compréhensibles mais il y avait des zones grises. Je suivais la brune dans sa marche rapide. Les derniers rassemblement qu'on avait eu, nous conduisirent devant une propriété étrange. Honnêtement, je n'aurai absolument pas aimer y vivre. Nous étions entrées pour aller à la porte. Loredana sonnait et une femme avait ouvert. Lo entama la discussion. En regardant la femme, j'avais l’impression qu'on était un moucheron dans sa journée entre guillemets parfaite. J'avais vu son visage changeait alors qu'elle était entrain de répondre avec un fort accent en anglais. Ses yeux reflétaient du dégoûts. Alors par réflexe, j'avais sorti ma baguette. Sans réfléchir, je m'étais mis devant Lo et j'avais lancé devant nous :

-#protego

Puis je m'étais énervé. La violence du sort n'était pas anodine.

- Lo, au vu de l'accueil, je pense que nous ne sommes pas les bienvenues. Il faudrait mieux partir. Je sais me débrouiller en défense, mais je ne suis pas un surhomme.

Mais je parlais à un mur. Lo était têtue et certainement qu'elle ne bougerait pas d'ici tant qu'elle n'aurait pas eu de réponse. Et il était hors de question que je puisse la laisser ici toute seule au vu de ce qui s'était passé à l'instant...




by Daemon

Revenir en haut Aller en bas
Loredana Sparks
avatar
Modération GGryffondor
Modération G
Gryffondor
Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de Transplanage



Re: Voyage en Italie

Message par : Loredana Sparks, Jeu 22 Fév - 13:21



Daemon avait réagi bien avant elle et s'était interposé entre elle et Giordano afin de lancer un sortilège de protection. Ainsi, le sortilège de la dame aux cheveux noirs avait échoué à son plus grand regret. D'abord déboussolée par ce qui venait de se passer, Loredana ressentit ensuite un sentiment semblable à de la colère. Une colère qui grandissait à mesure que les secondes passaient. Elle sentait que Daemon était sur ses gardes. Son regard se balançait entre la Gryffondor et sa tante, prêt à bondir si cela venait à déraper de nouveau.
Comme à son habitude, la jeune femme agissait comme une enfant inconsciente du danger. Elle s'approchait lentement de la sorcière qui avait toujours sa baguette en main, mais qui avait tout de même un mouvement de recule.
Jamais personne ne l'avait regardé de la sorte, comme si elle était un monstre, comme s'il s'agissait d'un sorcier qui faisait face à un mangemort. Elle avait toujours su qu'on ne l'aimait pas, mais était-ce au point de la regarder comme on regarderait un extraterrestre ? Malgré tout, elle ne voulait rien laisser paraître. Elle en joua même. Prendre des risques faisait parti de son caractère. Elle regardait Adriana avec un regard noir tandis qu'elle s'avançait encore. Elle sentait le bras de Daemon la toucher, mais elle n'y prêtait aucune attention.

- Je sais que pour vous je suis un monstre et vous avez peut-être raison après tout. Mais il y a quelque chose à propos de cette famille, quelque chose qui expliquerait vraiment pourquoi ma mère est parti vivre en Angleterre et me dites pas parce qu'elle voulait suivre mon père, je sais que c'est faux...


Elle ne répondit pas, elle se contentait de fixer Loredana dans les yeux, un air de dégoût sur le visage. Pourquoi la détestait-elle autant ? Qu'avait-elle fait ? Elle n'avait que dix-sept ans et n'avait jamais mis les pieds en Italie avant aujourd'hui. Elle ne connaissait rien de cette famille alors pourquoi était-elle si détestée ? Elle voulait absolument le savoir, il y avait forcément une raison à tout ça.

- Ma mère me déteste, vous me détestez, j'ai besoin de savoir pourquoi, j'ai besoin de savoir ce qui cloche chez moi pour être rejetée à ce point par ma propre famille. J'exige des réponses à mes questions, je veux que vous me les donniez.


Cette fois-ci Giordano ouvrit la bouche pour répondre. Elle parla lentement, appuyant sur chaque syllabe pour s'assurer que le message passe bien.

- Je ne veux pas te parler. Je ne veux pas parler à l'assassin de ma sœur. Je veux que vous sortiez de chez moi, tous les deux, que vous sortiez de la ville, du pays. Je ne veux plus jamais avoir à faire à toi. Tu n'es qu'une meurtrière. Va-t-en avant que j'appelle mon mari qui n'aura aucun scrupule à te tuer...

Le choque d'entendre tout cela laissait Loredana pétrifiée. Elle ne pouvait plus bouger. Elle regardait dans le vide, ne prenant pas en compte les menaces de la sorcière. L'avait-elle vraiment traité d'assassin ? De meurtrière ? Qu'avait-elle fait ? Et surtout, pourquoi ne se souvenait-elle de rien ? Avait-elle était victime d'un sortilège d'amnésie ? Daemon tenta de la pousser à sortir d'ici, mais Loredana refusa de manière presque violente et sortit sa baguette dans un même mouvement et la pointa vers Giordano. Elle s'était mise à hurler.

- De quoi parlez-vous ? Dites-moi, je ne sortirais pas d'ici tant que je n'en saurais pas plus. Qui est votre sœur ? Ma mère est en vie, qui est cette autre sœur ?

- Vattene da casa mia, Sparks !!

Daemon la força à sortir et tout deux descendirent l'allée, Loredana se débattant, bien trop perturbée parce qu'elle venait d'apprendre. Elle se détacha de l'emprise du rouge et or, et s'éloigna en courant à la recherche d'une ruelle déserte pour digérer ce qu'elle venait d'apprendre. Une fois trouvée, elle se plaça derrière une poubelle, luttant en vain contre les larmes de colère et d'incompréhension qui lui étaient montées aux yeux. Elle glissa le long du mûr, la tête entre les genoux.
Que s'était-il passé dans cette famille ?

- Je ne comprends pas, je ne comprends rien, s'était-elle dit à elle-même.

Dey, qui l'avait accompagné et qui avait tout suivi, croyait-il désormais qu'elle était une meurtrière ? Allait-elle se retrouver toute seule pour avoir enfin des réponses à ses questions. Elle savait que faire des recherches sur sa famille était risquée. C'était la raison pour laquelle elle avait tant hésité à franchir le pas avant que Daemon lui donne le courage. Savait-elle au fond d'elle ce qui l'attendait ?

Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Daemon Stebbins
avatar
Préfet(e)/Gryffondor
Préfet(e)/Gryffondor
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Voyage en Italie

Message par : Daemon Stebbins, Jeu 22 Fév - 18:58







Plaisir et retour
aux sources

Loredana Sparks - Daemon Stebbins

“Le plaisir est le bonheur des fous, le bonheur est le plaisir des sages.”

• ♫♫♫ Choix de Dey










Je ne pouvais nier que l'échange avait été super violent. Je connaissais la haine mai je ne l'avais jamais vu manifester à ce point. Comment pouvait-on être si cruel et tordu dans sa tête au point de balancer un sort si douleur à quelqu'un qu'on n'avait jamais rencontré au par avant. Limite Voldemort aurait moins dégager une aura de férocité à l'encontre d'Harry Potter et pourtant Merlin sait combien ces deux-là se haïssait pourtant.

Je suivais l"échange entre Loredana et sa tante. quel secret si terrible se cachait pour que les parents de Lo avait du plié bagage sans attendre et c'était quoi cette histoire de meurtre dont cette veille folle l’accusait. Evidemment cela partait ensuite en italien et je ne comprenait absolument pas la suite. Toute ce que je pouvais faire était de protéger la gryffondore de ce qui était entrain de se produire. Visiblement les insultes continuaient. Je compris le nom de famille Sparks.

En tout cas, je n'aurais jamais imaginé qu'une fille si lumineuse que la rouge et or subissait une telle histoire de famille. Comme quoi on ne savait jamais ce qu'était la vie des gens en réalité. Grandir dans la haine avait du être délicat pour la gamine. Comment avait-elle fait pour survivre à tout cela. Vu comment la situation s'envenimait, j'avais décidé d'extraire Loredana de là. ce n'était pas le moment d'aggraver nos ennuis. Surtout que nous étions des étrangers ici. Elle s'était mise à me fuir.

- Lo.... Lo attends moi.

Pensait-elle vraiment me semer à travers la ville. J'étais en excellente condition physique. Il ne m'avait fallu que deux minutes pour revenir à son niveau. Je l'avais trouvé prostré dans une ruelle. Pleurant tout ce qu'elle pouvait . Tentant de remettre en ordre les morceaux de puzzle qui n'avait ni queue ni tête. Je m'étais accroupi à son niveau et lui disais :

- Je n'aurais pas dû te proposer ses recherches. J'avais un mauvais pressentiment. J'aurais du écouter mon instinct.

Je tentais de la lever afin de retourner à l'hôtel alors qu'elle vidait toute son incompréhension.

- Allez. Lève toi déesse. On va rentrer.

Je posais un doigt sur sa bouche.

- Chuteee. Je te promets qu'on tirera tout cela au clair. Je demanderai de l'aide à mon père si tu veux. Mais là tu peux pas rester ainsi dans la rue. On se fait trop remarqué et avec l'autre cinglé, je ne serais pas capable de nous défendre si les membres de ta famille nous tombent dessus. Je ne suis ni Harry Potter ni Hermione Granger et encore moins mon ancêtre niveau capacités magiques. Des duels en cours, c'est gérable dans la réalité, je ne sais pas ce que je donnerai.

J'entrainais donc la demoiselle brune vers la grande rue. Cependant je m’arrêtais un instant afin de redonner forme humaine à ma compagne.

- Je vais t'arranger un peu afin que nous paissions plus discrètement et évitions les questions délicats une fois à notre suite.

La magie avait ça de bon qu'on pouvait faire disparaître facilement les traces physiques. Pour ce qui était du morale, c'était une tout autre affaire. Je l'avais soutenue comme j'avais pu. Traversant d'un pas rapide la cité pour que nous soyons à l'abri en sécurité. Nous ne faisions plus attention aux festivités. Non rentrer était ma priorité.

Le palazzo était en vue.

- Encore un petit effort.

Heureusement j'avais gardé la carte magnétique en partant ce matin. Bien m'en avait pris. J'avais foncé vers l’acenser. Ma chance était que les gens étaient trop occupés pour prêter attention deux adolescents. Je l'avais sentie épuisé physiquement et moralement. J'ouvrais la porte et la déposais sur le lit. J'étais allé rapidement faire couler de l'eau dans la baignoire. J'étais retourné auprès d'elle.

- Lo va prendre un bain chaud. Ca te fera du bien....




by Daemon

Revenir en haut Aller en bas
Loredana Sparks
avatar
Modération GGryffondor
Modération G
Gryffondor
Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de Transplanage



Re: Voyage en Italie

Message par : Loredana Sparks, Jeu 22 Fév - 19:57



Elle pensait être seule assise dans cette ruelle sombre, bien loin des festivités, loin de toute cette bonne humeur dont elle avait fait preuve la veille. Tout ça semblait si loin désormais, le restaurant, le carnaval, le bal, leurs costumes... Toute cette joie qu'elle avait accumulée auprès d'un homme dont elle était amoureuse et pourtant, à cet instant, elle avait l'impression de ne plus rien ressentir du tout, tant le choc avait été violent.
Daemon l'avait rapidement retrouvé. Pendant une demi-seconde, elle se sentait honteuse de se montrer dans cet état devant lui, elle qui n'avait pas l'habitude de pleurer, qui n'aimait pas pleurer devant les autres afin de ne pas montrer ses faiblesses. Cependant, elle n'avait même pas la force de se cacher. Son regard était vide, elle ne le regardait pas, ne l'écoutait pas. Elle se laissait simplement faire tel un pantin contrôlé par de simples filets.
Elle entendit tout de même ses regrets et sa promesse de l'aider à mettre au claire toute cette histoire. Il parla de son père, mais quand savait-il lui des histoires qui se déroulaient à Venise ? Et pourquoi disait-il « je ne pourrais pas nous défendre » ? Pensait-il être le seul à pouvoir se défendre ? Il la prenait pour quoi exactement ? Une pauvre petite personne sans défense. Ce n'était pourtant pas le cas et encore moins lorsqu'elle était sur les nerfs. Elle eut presque l'envie de sortir sa baguette et de se défouler, mais à quoi ça lui servirait de s'en prendre à lui ? Il n'y était pour rien et surtout, il essayait de l'aider plus qu'autre chose. Il était temps pour elle de se remettre les idées en place...

Il s'était occupé d'effacer les traces sur le visage de Loredana afin qu'elle paraisse un minimum normal pour ne pas attirer l'attention des passants. Ils arrivèrent rapidement à l'hôtel, Daemon l'avait entraîné dans l'ascenseur où elle tentait d'être la plus normal possible, mais une douleur atroce dans son estomac l'empêchait de se tenir droite comme elle avait appris à le faire la veille. Une fois arrivés dans leur suite, le Gryffondor s'était occupé d'allonger la jeune femme sur le lit avant de se rendre dans la salle de bain où elle entendait l'eau de la baignoire coulait.
Elle se tourna sur le côté, les larmes lui remontaient aux yeux, ses nerfs étaient à deux doigts de lâcher et elle savait ce dont elle avait envie, ce dont elle avait besoin, mais ce n'était ni le lieu, ni le moment pour penser à ça. Les propos d'Adriana Giordano raisonnaient dans sa tête. Pourquoi l'accusait-elle d'être l'assassin de sa sœur ? Et qui était cette sœur ? S'agissait-il donc de cette Santina Bianco ? Comment était-elle morte et quel avait été le rôle de Loredana dans cette histoire ? Pourquoi ne se souvenait-elle de rien ? Était-elle vraiment une tueuse à qui l'on avait ôté les souvenirs ? Était-elle vraiment ce monstre.

- Et s'ils avaient tous raisons ? Avait-elle soufflé en un murmure.

Daemon était revenu dans la chambre à ce moment-là lui proposant d'aller prendre le bain qu'il venait de faire couler. Elle resta quelques minutes sans rien dire, toujours couchée sur le lit, puis se décidait enfin à se rendre dans la salle de bain avec l'aide du rouge et or qui la laissa tranquille par la suite. Il savait qu'elle avait besoin d'être un peu seule pour réfléchir et se remettre les idées en place. Elle laissa tomber ses vêtements par terre, son corps était tellement tendu que ça en devenait douloureux. Il avait raison, prendre un bain lui ferait probablement du bien. S'accorder quelques instants seule, elle en avait besoin.
L'eau chaude détendit rapidement ses muscles crispés, sa respiration devenait plus lente, elle fermait les yeux pour tentait de remettre ses idées en place. Elle plongea la tête sous l'eau et compta combien de temps elle pouvait rester en apnée. Pas longtemps d'après ce qu'elle constatait.

Elle réfléchit un instant à ce qui allait se passait maintenant. À ce qu'elle allait faire pour obtenir des réponses à ses questions. Il était impossible de se rendre de nouveau chez sa tante qui voulait sa mort plus qu'autre chose. Il fallait donc qu'elle trouve un moyen de tout découvrir.

Une demi-heure plus tard, la jeune femme était de retour dans la chambre, vêtue d'un peignoir. Elle n'avait pas retrouvé son sourire, mais la parole semblait lui être revenue. Ainsi, elle s'installa sur le lit et s'adressa à son Gryffondor.

- Il faut... il faudra que je pose la question à mes parents. Ce sera sûrement peine perdue, mais peut-être qu'ils pourront m'éclairer la-dessus. J'ai le droit de savoir la vérité et je veux la connaître. Je suis allée trop loin. Une histoire de famille me concerne directement. C'est sûrement à cause de moi qu'elle a éclaté et que ma mère est partie d'Italie. Mais... pourquoi ? Parce que je te jure que je ne rappelle de rien, Daemon, rien de toute cette histoire, je suis complètement perdue...

Elle avait envie qu'il la prenne dans ses bras qui la réconforte et qu'il la croit, surtout, c'était ça le plus important. Il ne pouvait pas lire dans ses pensées, il était donc possible qu'il est quelques doutes à son sujet. Que savait-il d'elle finalement ? Ils s'étaient tous les deux engagés dans une relation bizarre sans réellement se connaître. Cela ne faisait qu'un mois après tout. Peut-être allait-il pensé qu'il s'était trompé à son sujet. Et elle allait se retrouver seule après être tombée amoureuse. Tout ça à cause d'une famille qu'elle n'a pas choisie.

- Je veux me remettre de cette histoire avant de me rendre au Manoir de mes parents à Cambridge, mais il va falloir que j'y aille un week-end... Tu... Tu seras avec moi ?
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Daemon Stebbins
avatar
Préfet(e)/Gryffondor
Préfet(e)/Gryffondor
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Voyage en Italie

Message par : Daemon Stebbins, Jeu 22 Fév - 21:49







Plaisir et retour
aux sources

Loredana Sparks - Daemon Stebbins

“Le plaisir est le bonheur des fous, le bonheur est le plaisir des sages.”

• ♫♫♫ Choix de Dey










Je ne savais pas quoi faire pour aider Lo. C'était fou cette histoire. Je pouvais comprendre qu'elle soit complétement déstabilisée. D'ordinaire, il aurait peut-être réfléchi un peu avant de proposer son aide. Cependant Lo avait été dés le départ différente. Pourquoi ? Il n'en avais absolument aucune idée. Il y avait songé plusieurs fois. Il avait retourné le problème plusieurs fois. Plusieurs fois et toujours rien.

* Tu parles, tu veux juste pas l'admettre c'est tout! Où est passé ton courage de gryffondor ? C'est ainsi que ce comporte le préfet des lions ?*

Ce n'était pas le moment de songer à tout cela. Il y avait plus urgent. Je m'inquiétais pour Lo. fallait-il que j'aille vérifié que tout allait bien ? Pour ma part, la solitude aurait été mon option. Je décidais alors t'attendre encore. Cependant je ne pouvais empêcher mon cerveau de tourner sur ce que je savais. J'imaginais mal ma déesse en meurtrière. Puis comment aurait-elle pu supprimer quelqu'un dont elle ignorait l'existence jusqu'à aujourd'hui. Certes l'oubliette était facile mais pas sur des actes aussi graves.

La brune finit par sortir de la salle de bain. On voyait sur son visage combien elle était déstabilisait.

- Ecoute moi Lo. D'abord, avant d'aller voir tes parents, prend le temps de digérer ce que tu as découvert. Personne ne sort de tant d'informations indemne. Prend le temps de te préparer surtout si d'après ce que j'ai compris, les choses ne sont pas simples en particulier avec ta mère. Mais ce n'est qu'un conseil déesse. Il n'y a que toi qui peut savoir ce que tu veux vraiment et si tu pourras affronter ce qui en sortira. On a beau dire que toute vérité est bonne à dire. Mais ce n'est pas vrai. La vérité ne libère pas toujours et peut chambouler une vie bien au-delà de ce que l'on peut endurer.

Puis tirant la brune vers moi, j'ajoutais :

- Une famille n'éclate pas à cause d'une seule personne Lo. Il y a plusieurs événements qui font que une goutte d'eau fasse déborder le tout. Ne te sens pas responsable de choses que tu ne sais pas. Il y a aucune preuve de tout ce qu'a été dit. Et si tu étais cette si terrible créature crois-tu vraiment que tu serais élève à Poudlard ? Et puis regarde à quel point, je tremble de peur devant ta férocité.

Oui une touche d'humour pour tenter de diminuer la tension.

- Oui tu as raison de prendre le temps de la réflexion.

Je la gardais contre moi, passant mes doigts dans ses cheveux pour l'apaiser.

- Je viendrais avec toi. Pour le moment repose-toi un peu...




by Daemon

Revenir en haut Aller en bas
Loredana Sparks
avatar
Modération GGryffondor
Modération G
Gryffondor
Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de Transplanage



Re: Voyage en Italie

Message par : Loredana Sparks, Jeu 22 Fév - 22:58



Elle recherchait un certain réconfort auprès de Daemon. Il avait le don de la calmer, de l’apaiser. Aujourd’hui cependant, la situation était quelque peu différente. Les nouvelles avaient fusé et c’était très dur à encaisser pour la brune qui ne savait plus où elle en était. Pendant un instant, elle se demanda si elle avait bien fait de faire de toutes ces recherches. Elle aurait peut être dû rester à sa place, rester dans l’ignorance et continuer à vivre comme ça. Ce aurait été probablement mieux comme ça. Pourtant, d’un autre côté, elle avait besoin de savoir. La haine qu’avait sa mère envers elle au point de la virer de chez elle après ses dix-sept ans. L’excuse comme quoi elle traînait trop avec les moldus était-ce vraiment la réalité ? Elle n’en était plus si sûre.

Daemon lui avait conseillé d’attendre un peu avant de se rendre chez ses parents afin de digérer la nouvelle. Il avait probablement raison. Il était inutile de se rendre à Cambridge dans cet état même si elle se doutait bien qu’elle aurait du mal à garder son calme si aucun de ses parents acceptaient de coopérer afin qu’elle apprenne enfin la vérité. Daemon regrettait de l’avoir laissé faire toutes ces recherches ? Il était sûrement seulement inquiet lui aussi à l’idée de savoir ce qui serait passé dans cette famille de dingue qu’elle ne connaissait même pas il y a encore quelques heures..

Le Gryffondor tentait de la rassurer en l’informant qu’une famille ne pouvait pas éclater à cause d’une seule et même personne. En temps normal, elle aurait été d’accord, mais là, on l’accusait quand même d’avoir tué quelqu’un et ça, c’était une grave accusation.

- Tu as raison, je vais attendre un peu, mais je veux vraiment connaître la vérité, je ne veux plus reculer maintenant.

Ils restèrent ensuite silencieux dans les bras l’un de l’autre. Tout ça l’avait fatigué. Ses yeux encore rouges et gonflés par ses larmes se fermèrent doucement jusqu’à ce qu’elle tombe de sommeil.

Le reste du week-end se passa dans le calme. La jeune femme était encore bouleversée par ces péripéties, mais Daemon était parvenu à lui changer les idées en l’emmenant dans divers endroits magnifiques d’Italie. Elle avait retrouvé peu à peu le sourire, ce qui lui faisait vraiment du bien. Il l’avait amené dans un autre restaurant, manger une glace, visiter des monuments et regarder quelques spectacles du carnaval.

Puis la fin du week-end avait sonné, il était temps pour eux de retourner à Poudlard et de retourner à leurs occupations. Elle n’était pas vraiment enchanté de reprendre sa routine, mais ils ne pouvaient pas se permettre de sécher, Daemon étant préfet il devait montrer l’exemple un minimum.

Ainsi ils disparurent laissant sur leur passage qu’un coup de vent faisant voler quelques feuilles mortes qui se trouvaient sur leurs passages.


[FIN DU RP POUR NOUS DEUX]
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Contenu sponsorisé

Re: Voyage en Italie

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 11 sur 12

 Voyage en Italie

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... , 10, 11, 12  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Autres Lieux Magiques ~¤~ :: A l'étranger-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.