AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Pré-au-Lard ~¤~ :: Rues de Pré-au-Lard
Page 12 sur 14
La maison en ruine
Aller à la page : Précédent  1 ... 7 ... 11, 12, 13, 14  Suivant
Valentina Boccini
Serpentard
Serpentard

Re: La maison en ruine

Message par : Valentina Boccini, Mar 13 Jan 2015 - 18:13



-J'ai horreur des Aurors-


Albert, Jack, Daniel's et moi, on avait prit le chemin de Pré-au-Lard peu après la fin des cours. J'allais de mieux en mieux, je réduisais progressivement ma consommation d'alcool : ou du moins je ne buvais plus que le week-end. Dans la forêt, maintenant hors de Poudlard et pourtant pas encore dans le village sorcier, je chantonnais un rythme enjoué et festif, je bougeais, évitant les racines. J'étais seule, physiquement seulement. Mon corbeau piaillait impatiemment dans ma tête. Baguette à la main, j'envoyais des étincelles un peu partout, rouges, vertes. Elles crépitaient avant de mourir dans l'humidité ambiante. Moi, tout sourire, je parvenais à l'orée du bois en moins de temps qu'il ne faut pour le dire, et éblouie par la lune, je constatais un spectacle qui me laissa muette.

Incontestablement, je m'étais trompée de chemin. Puisque ce n'était pas Pré-au-Lard et ses toits sales qui se dessinaient devant moi... Mais bien une maison en ruine ! Et ici et là, quelques rochers qui se détachaient dans l'obscurité... Il n'y avait que moi pour me perdre dans la forêt Interdite après quinze ans à errer entre les arbres ! Bam ! Ce coup de vieux ! Cela faisait quinze ans que j'étais arrivée dans ce château. Quinze ans que j'étais une Serpentard. Quinze ans. Mais où était donc passée mon innocence, mon enfance, ma pudeur ? J'étais bien différente ! J'étais devenue cette femme que tous regarde, non pas parce qu'elle est jolie, mais parce qu' elle était, de par son métier, une sorcière aguerrie. Je ne pouvais pas me venter d'être particulièrement puissante ou endurante, mais j'avais un large panel de bottes secrètes. Notamment le fait de pouvoir maitriser de petits sorts simples sans baguette ; ça avait changé ma vision de la Magie. La Magie venait du sorcier, pas de son instrument. Main dans les cheveux, je me décidais à traverser cette maison, tenter de grimper le plus haut possible pour trouver Pré-au-Lard, et enfin consommer ma première goutte d'alcool de la semaine. Main dans les poches d'un jean en cuir noir, je réprimais un frisson de froid tandis que le vent mordait ma peau. Je portais un petit top blanc, uniquement couvert d'une veste en dentelle noire, qui ne couvrait, au final, pas grand chose. Vaguement perdue dans mes pensées, je passais le seuil de cette maisonnette qui menaçait à tout instant de s'effondrer...

Pas un bruit ne troublait la nuit, si ce n'est le claquement classique de mes talons sur la pierre. Il y avait un petit escalier de bois pourrit qui ne menais plus nul part, retenu uniquement par la pousse surprenante d'un arbre entre deux dalles d'un carrelage fendu. L'endroit n'était pas habité depuis des années. Frustrée, je montais tout de même les marches. Je distinguais un panache de fumée et la pointe sombre de cheminées. Sincèrement, je n'étais qu'à... Deux ou trois minutes à vol d'oiseau de mon objectif. J'avais simplement bifurqué trop tôt ! Plutôt rassurée, je commençais à descendre... Et entendis un bruit de pas. Un homme, vu le son pataud.

-Bonsoir.

Je cherchais dans ma banque de données mentale si je connaissais cette voix. Rien ne me revenais, seulement passé dix neuf heures, je n'étais plus tout à fait fiable. Je descendais rapidement. Il n'y avait rien pour me cacher, c'est donc baguette à la main que j'allais faire face à cet intrus. Et en un rien de temps je lui fis face. Main sur la hanche, je distinguais la silhouette d'un homme de bonne taille, plutôt gâté par la nature. Il avait les cheveux sombres. Je ne distinguais pas ses yeux, simplement le reflet de la lune dans de petits miroirs. Veste de cuir, il n'était plus un enfant sans être vieux. Plus ou moins mon âge. C'était tout ce que je pouvais distinguer de ma position.

-Salut, bel inconnu. dis-je, soudain lugubre.

Qui qu'il soit, je me méfiais. Et mes paroles ne sonnaient pas comme un compliment mais plutôt sur un questionnement. Le mot "inconnu" signifiait "qui es-tu ?", et ma nonchalance laissait entendre un : "ne t'approche pas trop." Sous entendus plus que limpides pour moi, qui pourtant ne portaient pas la trace de la moindre animosité. Pas pour le moment. J'avais... Mieux à faire. 
 
-Tu t'es perdu ? Tu cherchais quelqu'un ? 
Revenir en haut Aller en bas
Damien J. Eales
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: La maison en ruine

Message par : Damien J. Eales, Mar 13 Jan 2015 - 23:23


--------Rencontre des plus intéressante. - [PV avec Valentina Boccini.]



Mon ouïe était à l'affut du moindre bruit provoqué par un sortilège, mais il fallait croire que la personne présente avec moi n'avait aucune intension de s'en prendre à moi. Je pouvais donc d'ors et déjà éliminé la thèse d'un Mangemort, car si tel était le cas, nul doute que ce dernier aurait déjà tenté de m'éliminer. Je pris donc la décision de me retourner afin de faire face à la silhouette qui se dessinait dans mon champ de vision. Une femme était là, face à moi, baguette à la main, prête à m'attaquer au moindre signe d'hostilité. Une longue chevelure blonde, une taille tout à fait correcte pour une femme et une tenue qui semblait être assez légère pour se balader dehors avec un temps pareil. C'était tout ce que je pouvais distinguer, son visage étant baigné dans l'obscurité de la salle. Néanmoins, sa voix me permis de mettre un nom sur la personne qui était là... Valentina Boccini, professeur de Défense contre les Forces du Mal à Poudlard. Que faisait-elle ici ? Je n'en avais absolument aucune idée et de toutes façon, elle pouvait bien faire ce qu'elle voulait, non ? Le ton de sa voix était parfaitement clair pour moi : elle n'avait absolument aucune confiance en moi, ne sachant pas qui je suis et mieux valait pour moi de ne pas faire de mouvements trop brusques pour ne pas déclencher un duel totalement inutile.


J'étais prêt à prendre la parole pour me présenter à l'ancienne Serpentard, mais celle-ci venait de me poser deux questions tout à fait légitimes. A sa place, j'aurais sans doute fait pareil, donc je comprenais totalement le fait qu'elle soit sur ses gardes, même si elle ne craignait pas grand chose avec moi chose qu'elle ne savait pas encore. Valentina attendait toujours des réponses qui ne viendraient pas directement, jugeant qu'il y avait plus important à faire pour l'instant. Ma baguette se trouvant toujours dans la manche de ma veste, dépassant à peine de celle-ci, j'informula un Lumos permettant d'y voir un peu plus clair. Désormais, je pouvais parfaitement détailler le joli minois de Valentina qui avait bien plus de chances de me reconnaitre, bien que j'avais énormément changé depuis ma dernière année à Poudlard. Mais pour être sûr et certain, l'idéal était de me présenter auprès d'elle.


D A M I E N ---E A L E S
Eales, Damien Eales. ça te dit peut-être quelque chose.


Même si cela ne lui disait rien, il était évident qu'elle avait à présent remarqué que je n'étais pas un danger pour elle. Je n'allais certainement pas m'en prendre à un professeur de Poudlard, c'était un coup à perdre ma place au sein du Ministère et encore... ça c'était dans le meilleur des cas...mon regard soutenant celui de la jeune femme, je pris alors conscience que je n'avais toujours pas répondu aux questions qu'elle m'avait posée auparavant. Ce fut donc pour lui apporter des réponses que je pris la parole une seconde fois.


D A M I E N ---E A L E S
Ni l'un ni l'autre. Je patrouille juste dans Pré-Au-Lard pour m'assurer que tout se passe bien dans le village et ici, c'est un peu ma "planque".


On repassera sur l'état de ma dite planque, mais c'était mieux que rien. Et puis, cette maison était certes en ruines, mais le climat était bien plus agréable qu'à l'extérieur et ici, je pouvais aisément dissimuler des objets potentiellement utiles si un Mangemort venait à débarquer, ce qui n'était jamais arrivé depuis que j'avais commencer ces petites expéditions nocturnes. Cependant, me doutant que cette histoire allait sembler totalement absurde pour mon interlocutrice, je cru bon d'apporter des précisions.


D A M I E N ---E A L E S
Je peux amplement gérer la situation en cas de menace, j'ai été formé pour ça.


DAMIEN J. EALES.--------

Revenir en haut Aller en bas
Valentina Boccini
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Corbeau
Occlumens
Manumagie (Niveau 1)


Re: La maison en ruine

Message par : Valentina Boccini, Sam 7 Fév 2015 - 15:35



-J'ai horreur des Aurors-



____________________


Ce type se présenta comme Damien Eales. Mais je fronçais les sourcils. Eales, je le connaissais. Il avait été un de mes élèves, lors de ma toute première année à Poudlard. Ça ne pouvait pas être lui. Sauf que... Cette intonation de voix... Et puis trois ans étaient passés ! Alors, le destin m'aurait-il fait croiser la route du Gryffondor ? Je ne me rappelais de lui que de son plan pour tuer les Inferius, dans mon tout premier cours, et du fait qu'il était avec Heather Wells. Il avait quoi maintenant ? Vingt et un ? Vingt-deux ? C'était un jeune loup, encore fragile, encore influençable. Son air sur de lui ne reflétait qu'une chose : son inexpérience. Et la confiance en ma personne qu'il portait dans son regard en était une preuve formelle. Il me savait professeur. Il avait confiance. Or la vieille Harshing était une idiote, et la moitié de ses employés étaient des assassins. Ah, le doux monde de la magie.

-Ni l'un ni l'autre. Je patrouille juste dans Pré-Au-Lard pour m'assurer que tout se passe bien dans le village et ici, c'est un peu ma "planque".

-Une patrouille ? Me dis pas que... P´tin mais j'fais mal mon boulot ou quoi ? T'pensais pas pouvoir frapper plus fort ? C'est dingue ça !

Je finissais de descendre l'escalier de bois, avant de jeter sur la plus haute planche un #Incendio. J'avais froid et besoin de lumière, et cet escalier ne menait nulle part. J'étais en rogne, alors qu'il ne venait que de commencer à parler. D'une voix haineuse, je déclarais :

-J'ai horreur des Aurors. Sans jeux de mots débiles, Eales. T'avais les capacités pour être plus qu'un chien de garde.

Enfin, si ça se trouvait, il était même pas Auror. Mais le petit air fier de lui sur le visage et sa manière d'évoquer ses "patrouilles" me faisait quand même franchement douter qu'il n'ait pas été engagé par le Ministère. 

-Je peux amplement gérer la situation en cas de menace, j'ai été formé pour ça.

-Si De Maldor avait été aussi performant que j'ai pu l'être, tu n'aurais pas eu à avoir de formation. Je forme des sorciers prêts à se battre, pas des sorciers qui ne savent rien faire. C'est limite si le lait  de bébé ne te sort pas encore par le nez !

J'étais un peu déçue. J'étais une belle sal*pe aussi pour le juger, mais c'était comme ça. Je plaçais mes espoirs sur mes jeunes et je n'aimais pas être déçue. 

Revenir en haut Aller en bas
Damien J. Eales
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: La maison en ruine

Message par : Damien J. Eales, Sam 7 Fév 2015 - 16:54


--------Rencontre des plus intéressante. - [PV avec Valentina Boccini.]



Son regard me fit rapidement comprendre qu'elle venait de me reconnaitre. Bien, très bien même, je dois avouer que mon égo n'aurait pas apprécie le fait de ne pas être reconnu même s'il s'était avéré que j'étais un élève relativement discret durant les années passées à Poudlard. Sauf que désormais, j'étais bien différent de ce que j'avais pu être par le passé. J'étais un sorcier expérimenté contrairement à ce que certains pourraient penser au premier abord et ma personnalité s'était totalement métamorphoser même si je n'avais pas totalement renier ce que j'étais autrefois. Hors, j'imaginais sans mal que Valentina, elle, pensait avoir l'élève de dernière année en face d'elle, celui qui avait dû s'allier à Heather Wells, sa petite amie de l'époque pour venir à bout d'une bande d'Inferius. Et pourtant, si elle savait à quel point elle se trompait en ce moment précis... Mais bon, je n'avais pas le besoin de prouver à tout prix que j'étais devenu un tout autre homme, ce serait une perte de temps que d'essayer de la convaincre d'autant plus qu'au final, je m'en fichait un peu, non ?  

Néanmoins, elle semblait croire que les Aurors m'avaient envoyés ici dans le but de patrouiller, qu'il s'agissait donc d'une mission officielle dont tout le monde était au courant au Ministère et là dessus, elle se trompait lourdement, encore. Laissant échapper un sourire, je ne tardais pas à fournir des informations supplémentaires à mon ancienne prof.


D A M I E N ---E A L E S
Détrompes-toi, personne ne m'envoie ici, j'y suis de mon plein gré. Rester tranquillement chez moi et n'en sortir que lorsque le Ministère m'ordonne de le faire, ce n'est pas vraiment ma vision des choses... d'autant plus que j'ai des amis à Poudlard, de la famille. Je ne peux certes pas contrôler ce qui se passe dans le château, mais je peux au moins en surveiller le périmètre et m'assurer qu'ils ne risquent rien.


Au moins, ça avait le mérite d'être sincère. D'autant auraient pu faire croire qu'ils étaient ici pour protéger le village d'éventuelles attaques, moi, j'avais préférer être direct en lui annonçant que j'étais ici pour mes proches avant tout. La professeure de Défense contre les forces du mal fini par descendre de l'escalier sur lequel elle était encore située, balançant un Incendio sur la première marche de celui-ci histoire de nous réchauffer un peu. Maintenant que je voyais un peu mieux dans la salle, je me rendis compte qu'elle semblait... énervée ? Oui, mais pour quels raisons ? Je n'eus pas à me poser la question bien longtemps étant donné que la réponse fini par arrivée d'elle-même. Oh... c'était ça le problème ? Bah alors ce n'était pas si grave que ça !


D A M I E N ---E A L E S
Si ça peut te rassurer, je ne suis pas du genre à obéir bêtement et à gober tout ce qu'on me dit. Il y a des choses sur lesquelles je peux être en désaccord avec les autres. Et je t'assures que là-bas, mes capacités sont très bien exploitées.


Ce n'était pas parce que j'étais devenu Auror que soudainement, je perdait tout mon bon sens et me contentait d'attaquer ceux que l'on me désignait comme étant des ennemis, non. Autant je ne verrais absolument aucun problèmes à combattre et à balancer au trou un Mangemort, autant je ne ferais absolument rien face à un membre de l'Ordre du Phénix. Ce n'était pas parce qu'il ne respectait pas la loi qu'il fallait les jeter aux trous, d'autant plus qu'il serait stupide de nous priver d'alliés pouvant faire changer les choses, surtout en ces temps-ci. Ce genre d'action pourrait me coûter mon poste, mais s'il fallait choisir entre mes convictions ou mon métier... le choix était rapidement fait, même si c'était à contre cœur. Enfin... Valentina repris la parole et cette fois-ci, je me mis à rire lorsqu'elle évoqua ma formation. Je crois que là-dessus, il y a eu un sacré malentendu...


D A M I E N ---E A L E S
Oh, mais je ne parlais pas de ce genre de formation et encore moins celle reçu par les Auror. Non, ce qui m'a véritablement forgé en m'apprenant réellement à gérer ce genre de situation, c'est ce qui s'est produit durant ces trois dernières années... une formation apportée par des gens n'ayant absolument aucuns scrupules quand bien même je faisait pourtant partie de leurs familles. Une formation durant laquelle je serais mort si j'avais montré le moindre signe de faiblesse.


C'était la première fois que j'évoquais ce que m'avait appris ma famille maternelle au moment où je les avait retrouver. Ceux-ci s'était montré sans pitié et je n'en attendais pas moins venant d'une famille de Mage Noir d'ailleurs. Mon corps avait gardés de nombreuses cicatrices de cet apprentissages, mais cela valait clairement le coup puisque je n'en était devenu que plus fort. Sans ça, j'imagine que jamais je n'aurais eu la force nécessaire pour devenir Auror, je serais sans doute resté le même garçon que j'étais il y a de cela trois ans.



DAMIEN J. EALES.--------

Revenir en haut Aller en bas
Crystalle Whitenar
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: La maison en ruine

Message par : Crystalle Whitenar, Ven 15 Mai 2015 - 23:20


[PV avec Malena Kane]


Crystalle se promenais a Pré-au-Lard, pour sa première sortie en dehors de l'école Poudlard depuis sa rentrée. C'était une petite ville charmante se disait-elle. Remplie de sorcier quoi de mieux ? Elle avait glissé dans la poche de son jean de Moldu sa baguette toute neuve. Qu'elle en était fière ! Sa baguette incarnait toute sa magie, c'était l'emblème que son pouvoir magique existait bien. Contrairement a son habitude, sa démarche n'était pas toute gênée et hasardeuse, non, son pas était bondissant et elle effleurait, toutes les secondes sa baguette, comme pour la montrer a tout le monde. Elle avait parfaitement conscience de son attitude puérile mais après tout quelle importance ? Le ridicule ne tuait pas non ? Et malgré sa peur d'être remarquée elle se sentait changée... Comme si elle avait bu une potion de chance se dit-elle en gloussant intérieurement ( Depuis quand gloussait-elle ?! s'indigna une petite voix au fond d'elle-même, mais si loin... tellement faible... ) Si une telle potion existait bien sur. Elle avançais de sa démarche bondissante a travers les rues de Pré-au-Lard, en direction de la maison en ruine dont lui avait parlé son professeur d'Histoire de la Magie, quand elle avait attendue devant son bureau a la fin du premier cours en demandant où elle pourrai trouver un vestige de l'ancienne vie magique, des traces de la civilisation sorcière vivant en même temps que les moldus en plus ou moins bonne entente. Satisfaite de voir qu'au moins un de ses élève s'intéressais a ses cours, le Professeur lui avait indiqué cet endroit. Heureuse cela faisait des semaines qu'elle attendait cette sortie. Une fois arrivée devant les ruines de la maison son imagination entra en ébullition. Qui l'avait construite ? Quand ? Comment ? Et pourquoi ? Pourquoi personne ne l'avait reconstruite plus tard ? Son cœur battant a tout rompre entre ses côtes qu'elle avait l'impression qu'il voulait sortir, aller explorer lui aussi tout les mystères que cette vieille maison en ruine devait receler. Son esprit dérapant déjà vers de fantasque et loufoques histoires, elle l'arrêta là et s'approcha des ruines, curieuse. Tout en elle exprimait l'intense soif de connaissance que lui inspirait cette maison, de la pointe de ses longs cheveux blonds et bouclés, attachés en une queue de cheval sophistiquée, au bout de ses doigts moites qui se tordaient d'excitations. Elle murmura, pour elle-même :


Comment es-tu arrivée dans cette état... pauvre maison...



S'approchant encore, Crystalle s'arrêta devant le pas de ce qui devait être l'ancienne porte et resta là, ne sachant que faire. Le petite voix, toute excitée cette fois et nettement plus présente, persifla: Et si elle était hantée petite idiote ? tu crois peut-être qu'une aussi vieille maison n'a pas de fantôme et que ton statut de petite sorcière débutante te protègera ?
Frissonnante, elle secoua sa tête aux longs cheveux blonds, la jeune Serdy ne voulait pas l'écouter... Hors de question de laisser sa détermination se laisser ébranlée par la petite peste qui se cachait au fond d'elle ! Bien décidée a oublier les paroles blessantes qui avait traversées son esprit, elle s'avança a l'intérieur des ruines, regardant de tout côtés, s'attendant presque a ce que des souvenirs remonte de la surface de la terre et se libèrent, là sous ses yeux pour lui révéler, a elle et a elle seule, les secrets sombres que devait recensés cette maison... Soupirant, n'osant faire un pas de plus elle s'arrêta en plein milieu de la plus grande pièce ou du moins de ce qui en restait et baissa la tête, comme dans une attitude de prières. Elle n'avait pas peur que des gens la surprenne, après tout, qui a part elle voudrait visiter des choses aussi "ennuyeuses" que des ruines ? Elle eut un petit sourire amusé. Comment pouvait-ils ne pas comprendre les mystères que devait receler cette terre abandonnée ? Comment pouvaient-ils seulement s'arrêter a l'aspect délabré de l'endroit et oublié qu'avant des sorciers, des sorcières, des moldus ou elle ne savait qu'elle créature magique avait occupés les lieux ? Et puis surtout, la joie et l'allégresse qu'elle ressentait au début de sa promenade était toujours là. Au milieu de ces ruines, seule, heureuse, qui pouvait-elle bien craindre. Elle caressa une énième fois sa baguette et la sortie de sa poche pour plonger ses beaux yeux clairs et purs dans l’œil de bois juste avant le bout de sa baguette qui posait toujours sur elle un regard bienveillant et lui apportait joie et détermination. Mais l'oeil de bois, avait l'air comme... inquiet. Bien sûr une personne "normalement constituée" ( elle tordit la bouche a cette expression, c'était cette phrase que sa famille utilisait pour désigner les gens du voisinages qu'ils trouvaient louches ) ne trouverait pas qu'une baguette pourrait avoir l'air inquiet, mais dans ce cas, la communion avec leur baguette se traduisait-elle seulement par des bons et loyaux services rendus par celle-ci ? Sans que le sorcier ne fasse rien que la sortir, jeter le sort voulu et la ranger dans sa poche ? Haussant les épaules, elle prit la poignée dans sa main et sentit avec bonheur, l’arête se loger au creux de sa main, cette place serait habituelle elle ne la quitterais plus. Elle garda les yeux baissés sur sa baguette et la détailla avec tellement d'avidité qu'on aurait pu croire qu'elle la voyait pour la première fois. Elle lui murmura :


Qu'y a-t-il belle baguette ? je te sent inquiète...


Le fait que sa baguette semble suspicieuse la touchait... Que se passait-il ? Oh et puis après tout quelle importance ? c'était une baguette, combien de sorciers parlaient a leur baguette comme à un ami ? Aucuns, elle n'en doutait nullement. Elle rangea la baguette et releva la tête pour regarder encore la maison en ruine puis alla s'asseoir contre un mur qu'elle jugea plutôt solide, laissa aller sa tête contre ce mur et ferma les yeux, désireuse de chasser de son esprit toute les pensées, de vider son esprit de tout ce qui l'encombrait de tout ce qui pouvait l'empêcher de se calmer. Toutes ses émotions avaient toujours été beaucoup trop démesurée par rapport a ce qu'elle vivait. Elle savait que l'amour existait mais ne l'avait jamais ressentit au-delà de sa famille et avait peur de souffrir a cause de lui... Elle lisait dans les livres a quel point un chagrin d'amour faisait souffrir, elle avait peur pour elle... Elle qui avait déjà tellement mal avec les sentiments courants... Qui les percevaient avec une acuité extrême. Non, ne pas penser a cela, sinon elle n'arriverait jamais a vider son esprit. La chaleur qu'elle ressentait au creux de sa poitrine depuis le départ de Poudlard l'avait quittée. Elle se sentait si faible... si vulnérable. Non ! Elle devait se reprendre, elle ne voulait pas laisser voir son extrême sensibilité, personne ne devait la voir comme cela, ce serait trop facile. Gardant les yeux fermés elle se remémora les moments où elle lisait les lettres de sa tante. Retrouvant le sourire, elle ouvrit les yeux et regarda autours d'elle avec un regard neuf. Elle allait mieux, maintenant, elle allait trouver ce que cachait cette maison.
Revenir en haut Aller en bas
Rubis Collins
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: La maison en ruine

Message par : Rubis Collins, Ven 10 Juil 2015 - 19:35


PV : Rinverly Brindwings

Même si le soleil brillait, c'était une des journées les plus déprimantes que Rubis n'ai jamais vécu. C'était les vacances, mais ses parents étant en voyage d'affaire en France, elle ne pouvait pas rentrer chez elle et était condamnée à errer seule dans les couloirs du château jusqu'à la fin des temps - c'est ce qui lui semblait, en tout cas. Ça faisait maintenant trois jours qu'elle n'était pas sortit de l'école et qu'elle prenait racine sur les canapés de la salle commune pratiquement vide des Serdaigles. C'est pourquoi elle quitta sa place devant la cheminée, monta dans sa chambre et troqua sa chemise de nuit contre une longue robe noire. Elle releva ses magnifiques cheveux roux en un chignon, posa une capeline noire sur sa tête, enfila des escarpins noirs également et une paire de lunettes de soleil. Elle admira son reflet dans la glace, se trouvant tout à fait élégante, avant de sortir du château. Elle n'était pas d'humeur à porter de la couleur, et le noir attire le soleil, suffisamment pour réchauffer l'éternelle frileuse qu'était Rubis.
Elle se dirigea vers Pré-au-Lard, bien décidée à dévaliser toutes les boutiques - il est certain que le shopping reste le meilleur remède contre l'ennuie, du point de vue de la jeune fille. Malheureusement pour elle, elle dut se tromper de chemin car au lieu de tomber sur les vitrines pleines de promesses de Pré-au-Lard, elle trouva une vielle maison complètement détruite. Décidément, la journée n'allait pas en s'arrangeant. La jeune serdaigle s'apprêtait à faire demi-tour quand elle avisa la porte entre-ouverte. Ce n'était pas vraiment ce genre de partir explorer une maison en ruine, mais elle n'avait rien d'autre à faire, et l'idée de devoir faire tout le chemin inverse, puis tout le chemin jusqu'à Pré-au-Lard ne la tentait pas trop. Et puis qui sait, peut être qu'elle trouverait quelque chose d'intéressant à l'intérieur. Elle s'avança jusqu'à la porte, la poussa doucement avant de lancer un #lumos pour y voir plus clair. Elle pénétra dans la maison, perchée sur ses talons de dix et commença à avancer dans ce qui semblait être l'entrée, en prenant garde de ne pas se salir. À l'intérieur, tout était vieux et dégradé, des objets trainaient au sol, les meubles étaient couchés, les murs défoncés. Rubis, en bonne maniaque, ne pût s'empêcher de ranger un peu, voir tout ce désordre la mettait mal à l'aise.
Elle était en train de relever un canapé en velours vert quand elle entendit un bruit près de la porte. Elle serra sa baguette et se cacha derrière la cheminée, se faisant la plus petite possible au cas où quelqu'un entrerait. Après tout, peut-être qu'elle n'était pas censée se trouver ici...
Revenir en haut Aller en bas
Rinverly Brindwings
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: La maison en ruine

Message par : Rinverly Brindwings, Ven 10 Juil 2015 - 20:51


[Réponse à Rubis Collins]

" Quel idiot celui la... "


Ne cessait de se plaindre la jeune Rinverly sur le chemin déprimant d'un endroit qu'elle ne connaissait pas. En effet son frère quelque peu auparavant lui avait donné des indications pour se rendre dans un endroit "spécial" disait-il. Mais ce qui avait pousser Rinverly à venir, c'était le fait que son frère ne la croit pas capable d'y venir. Il est vrai qu'un chemin déprimant dehors, là où on peut se salir voir pire, se casser un ongle pour aller quelque part où l'on ne sait absolument pas où ça nous mènerait ne donnait vraiment pas très envie.
Mais Rinverly, toujours dans l'esprit de contradiction avec son agaçant frère ne pût s'empêcher d'accepter de s'y rendre.

C'est donc seule qu'elle se retrouvait sur ce chemin "déprimant, long, salissant, et où elle risquait de se casser un ongle"... Et c'est après de longues et interminables minutes qu'elle finit enfin par arriver quelque part, du moins le chemin semblait aboutir ce qui était plutôt une bonne chose à ses yeux~

Elle arriva donc devant une maison en ruine, l'endroit faisait plutôt froid dans le dos mais après tout ce chemin, il était hors de question pour elle de rebrousser chemin sans connaître l'endroit. Elle se rapprocha de l’entrée, et c'est un léger stress qui commença à s'emparer d'elle, elle devenait hésitante sans même savoir pourquoi. Puis après quelques dizaines de secondes où elle était restée figée elle reprit ses esprit en se disant qu'il était complètement débile d'avoir peur et qu'elle stressait pour rien.

C'est à cette réaction qu'elle releva le menton et les sourcils d'un air hautain en passant une main pour soulever sa chevelure du côté droit ce qu'elle faisait souvent par réflexe. Puis elle s'empara d'un mouchoir en tissus dans sa poche en s'en servant pour pousser ce qui semblait être un reste de porte de la maison en ruine. Elle soupira assez fort, où plutôt elle "pouffa" d'un agacement très ressenti.

"-Une maison en ruine... C'est trop mignon... Note à moi même : taper mon frère. Manquerait plus que les fantômes..."

Soupira celle-ci en avançant dans la pièce sombre et sans éclairage. Pour elle il semblait inutile d'éclairer l'endroit, elle avançait sans crainte dans la pièce tout en observant d'un air toujours dépité et toujours aussi soupirante, jusqu'à qu'un bruit sonna à ses oreille. Elle tourna la tête et distingua vaguement dans le noir la silhouette de quelqu'un où quelque chose qui avait l'air "d'essayer" de se cacher. La jeune fille trouva cela un peu bizarre, mais peu importe... Elle rangea son mouchoir en tissus dans sa poche et lâcha avec sûreté.

"-Qui est ici ?..."
Revenir en haut Aller en bas
Rubis Collins
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: La maison en ruine

Message par : Rubis Collins, Ven 10 Juil 2015 - 22:44


- Une maison en ruine... C'est trop mignon... Note à moi même : taper mon frère. Manquerait plus que les fantômes..."

Rubis entendit la voix, l'analysa, et conclut qu'elle devait appartenir à une jeune fille, relativement blasée et hautaine vu le ton qu'elle avait employé. La jeune serdaigle décida de rester planquée le temps de comprendre ce qu'elle venait faire ici, même si de toute évidence ça avait avoir avec son frère. Aussi elle retint sa respiration en essayant de ne pas penser à toutes les bestioles qui pouvaient grouiller dans cette maison et lui monter dessus pendant qu'elle restait immobile. L'inconnue avança dans la pièce, sans lumière. Comment elle fait pour avancer sans lumière? Elle pourrait toucher un truc dégoûtant sans s'en rendre compte... songea la jeune fille en pensant aux vieillerie poussiéreuses que contenait la pièce ainsi qu'a des choses qu'elle n'aurait jamais pu toucher même avec des gants, comme un vieux reste de nourriture qu'elle avait aperçu dans une assiette, complètement moisi et répugnant.

- Qui est ici?..."

Oups. Démasquée. Elle qui pensait qu'elle était bien cachée. Bon en même temps dix bons centimètres séparaient son dos de la cheminée, mais elle ne pouvait pas laisser sa précieuse robe toucher la pierre poussiéreuse, la suie et les toiles d'araignées. Elle sortit de sa cachette, ses talons claquant sur le parquet moisi de la maison, replaça sa capeline et avança avec assurance au milieu de la pièce. Elle détailla l'inconnue, qui devait avoir a peu près son âge, très jolie avec ses longs cheveux blonds et ses yeux bleus/gris. Elle sourit et prit la parole d'une voix assurée :

- Salut, c'est un peu poussiéreux par ici, je crois que je vais sortir...

Rubis n'avait qu'une hâte, sortir de cette vieille cabane poussiéreuse, rien d'intéressant ne s'y trouvait a part des trucs dégoûtants. Elle s'avança vers la porte, et sortit à l'extérieur, allant s'assoir sur un rocher après avoir vérifié qu'il était tout à fait propre, sans vérifier si l'autre fille la suivait.
Revenir en haut Aller en bas
Rinverly Brindwings
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: La maison en ruine

Message par : Rinverly Brindwings, Sam 11 Juil 2015 - 12:54


Rinverly fixait attentivement tout ce qui se passait dans cette pièce. Dans le noir, elle distinguait vaguement les formes et les silhouettes qui se présentait devant elle lorsqu'elle avançait ce qui lui permettais de ne pas faire une chute idiote en trébuchant sur quelque chose, quoiqu'elle n'était à l'abri de rien... En revanche elle était incapable de déterminer exactement ce qu'étaient les objets autour d'elle. C'est pour ça que lorsque qu'elle vît la silhouette étrange sortir de sa cachette, elle poussa un petit cri d'horreur en pensant qu'il s'agissait d'une bête sauvage qui pourrait l'attaquer. Sauf que cette "bête sauvage qui pourrait l'attaquer" parlait, d'une voix féminine en plus de ça. Une voix féminine plutôt jeune d'ailleurs ; oui, en fait, ce n'était peut être pas une possible "bête sauvage qui pourrait l'attaquer" comme elle l'avait imaginer.

"- Salut, c'est un peu poussiéreux par ici, je crois que je vais sortir..."

Disait-elle, le jeune blonde en était étonnée. Quel genre de fille pouvait entrer dans un tel endroit en craignant la poussière ? Puis elle arrêta de penser à cette idée lorsqu'elle se rendit compte qu'elle était à peu près pareil...
Elle se contenta de se précipita sur ses pas vers la sortie en prenant soin de ne pas trébucher sur quelque chose, précautionneuse elle avançait tout de même doucement dans sa précipitation.

C'est une fois enfin dehors qu'elle vît enfin la jeune fille qui avait réussi à l’effrayer quelques secondes avant. Elle était plutôt jolie, sa robe était elle aussi plutôt mignonne, bien habillée dans l'ensemble ce qui fît sourire Rinverly. Cette jeune fille avait du goût, contrairement à beaucoup d'autres ça faisait plaisir ~

Rinverly elle n'avait pas vraiment fait d'effort ce jour-ci, pour elle il y avait les journée "déprimantes" et les journées "parfaite" ; cette journée là était une journée déprimante pour elle et elle n'avait donc pas pris la peine de passer beaucoup de temps sur son physique, elle s'était simplement contenter de brosser ses bouclettes blondes, elle savait qu'elle n'avait pas besoin d'être maquiller pour rester mignonne même si démaquillée elle son visage d'enfant ressortait. Elle s'était aussi contenter de son uniforme, bien sûr toujours avec classe son uniforme était de bonne qualité. Jupette grise, et haut assorti accompagné d'un chemisier en soie en dessous, elle avait juste échanger la cravate par une broche ornée d'une pierre noire et de soie décorative.

La petite nouvelle de Serpentard releva le menton en regarder la jeune fille sur son rocher puis sourit.

"-Mh... Salut. Tu sais que j'ai failli faire un arrêt cardiaque par ta faute ? Mais on va dire que c'est pas grave. Je m’appelle Rinverly Brindwings. Mais tu peux m'appeler Rinver si tu le souhaite. Et toi ? Qui es-tu ?.."
Revenir en haut Aller en bas
Rubis Collins
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: La maison en ruine

Message par : Rubis Collins, Sam 11 Juil 2015 - 19:08


Rubis inspecta ses vêtements, traquant le moindre signe de poussière ou de saleté. Après avoir vérifié que tout était resté impeccable, elle releva finalement la tête et vit que l'autre fille l'avait suivit à l'extérieur. En même temps il n'y avait pas vraiment de raison de rester à l'intérieur hein... Bien plus jolie au soleil, elle vit qu'elle était vêtue de l'uniforme, aux couleurs de serpentard. Banal mais bien coupé, dans des matières précieuses. Peut être plus adapté à la visite d'une vieille maison défoncée que sa propre tenue.

- Mh... Salut. Tu sais que j'ai failli faire un arrêt cardiaque par ta faute ? Mais on va dire que c'est pas grave. Je m’appelle Rinverly Brindwings. Mais tu peux m'appeler Rinver si tu le souhaite. Et toi ? Qui es-tu ?.."

Elle avait parlé avec assurance, le menton relevé, sourire aux lèvres, pleine de bonnes manières. Cette fille lui plaisait déjà, elle avait presque l'impression de s'observer dans un miroir. Rubis croisa les jambes, replaça une mèche qui était sortie se son chignon et tendit une main parfaitement manucurée à son interlocutrice - quand on passe ses journées seule dans un château, on a amplement le temps de prendre soin de son corp.

- Rubis Collins, enchantée. Je suis à Serdaigle, en sixième année. Toi tu es à serpentard donc. En quelle année?

Rubis préférait orienter la conversation vers un autre sujet que le pourquoi du comment elle s'était retrouvée dans une vieille maison poussiéreuse en robe haute couture et escarpins. A vrai dire, elle n'avait pas tout a fait la réponse. Elle plongea ses yeux noisettes dans les iris bleus de Rinverly - prénom original d'ailleurs - et attendit qu'elle réponde.
Revenir en haut Aller en bas
Rinverly Brindwings
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: La maison en ruine

Message par : Rinverly Brindwings, Mar 21 Juil 2015 - 11:44


"- Rubis Collins, enchantée. Je suis à Serdaigle, en sixième année. Toi tu es à serpentard donc. En quelle année?"

Rinverly écouta avec attention les paroles de la jeune fille, celle-ci avait conclut que Rinver était de Serpentard, oui en effet son uniforme en disait beaucoup ~
Elle l'observa replacer une mèche dans ses cheveux, oui cette fille avait vraiment l'air de prendre toujours soin d'elle et soin de son apparence, c'est trop mignon, elle se revoyait elle même... Sauf dans des jours comme celui-ci. La jeune fille lui tendit alors une main pour se présenter, encore une fois, sa manucure parfaite fit qu'elle ne pouvait qu'aimer cette nouvelle rencontre.

"-Rubis Collins ? C'est un très joli nom ! Moi je suis en 6ème année également. J'adore ta robe... et aussi ta manucure, c'est toi qui l'a faite ?! je sens qu'on va bien s'entendre nous deux. Mais en revanche je te propose de partir d'ici... C'est pas très esthétique comme endroit..."

Elle lui afficha son plus beau sourire en saisissant sa main sans même lui laisser le temps de répondre, elle la tira en douceur vers elle pour se lancer sur le chemin du retour.
Revenir en haut Aller en bas
Lizzie Bennet
avatar
Admin en FormationHarryPotter2005
Admin en Formation
HarryPotter2005
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Manumagie (Niveau 1)


Re: La maison en ruine

Message par : Lizzie Bennet, Dim 27 Sep 2015 - 23:50


Post unique
Can you keep it ?

Oh super, du sang, carrément, pourquoi faire les choses à moitié ? Ne faisant plus l’effort d’informuler, trop vidée de ses forces, trop seule pour que cela ait une réelle utilité, elle s’administra trois #Vulnera Sanentur en direction du bas de la part droite de son front. Elle cicatriserait ça au Chaudron, elle avait besoin d’un petit remontant. Mais avant, les moldus, fallait qu’elle gère les moldus. Tendant la main vers la poignée pour y appuyer sa hanche gauche, elle laissa son bras retomber l’instant suivant. Un hoquet d’auto-écœurement face à sa faiblesse la secoua. Oubliez le front, l’arcade pissait le sang, mais gosh, la douleur n’était pas comparable. Franchement, si un moldu l’avait prise pour un vampire, avec ses traits trop maigres et son teint d’un blanc maladif, il n’aurait fallu qu’un chouilla plus de force pour avoir son cœur avec un pieu de ce type. Elle pétrifia les deux moldus, histoire d’éviter que la petiote ne prenne la fuite ou que le vieux décide de se venger, avant d’en revenir à son cas.

Lentement, elle fit pivoter son épaule gauche vers l’avant. Heureusement que c’était pas la droite d’un côté, vive l’acrobatie sinon, et elle était pas douée avec les sauts vaudous, parfum tarte framboise. Fin bon, même si l’épaule et son bras le plus « agile » différaient de côté, ça allait pas être bien agréable. Inspirant profondément, elle usa d’un #Plaginit pour cautériser ses plaies,
à moins que ce soit juste un sort destiné à crier.
Toutes les perceptions corporelles semblaient figées à une aire d’une soixantaine de centimètres carrés, aire dont le reste de son corps ne se faisait que le traducteur. Quand sa respiration retrouva un rythme normal, pour ne pas dire pantelant, elle se contraignit d’un #Aguamenti à bouger le sac d’os lui servant de c*l pour s’occuper des moldus. Elle pouvait pas leur laisser tant d’informations. Les masqués n’avaient rien à craindre, masse anonymisée par leur accoutrement, mais mieux valait éviter qu’on puisse la tracer, elle, si facilement. Non qu’elle ait de casier, mais les polices moldues avaient déjà croisé deux fois ses pas, un portrait robot trainant quelque part était un très mauvais pari à prendre.

Pourtant, sa journée lui laissait beaucoup moins de puissance magique que prévu, et elle envisagea très sérieusement d’envoyer paître les précautions. Raisonnable pourtant, enfin mue par un instinct d’auto-préservation, de soucis du long-terme, tout ça, elle effaça les dernières heures de la mémoire des deux sorciers, s’assurant de laisser la douleur imprimée dans celle du poivre-sel pour que l’envie de reprendre ce type d’activités soit réduite au néant, incertaine du succès des deux manœuvres tant sa faiblesse était nette. N’ayant l’énergie pour les porter, elle les fit léviter, sans trop bouger la partie gauche de son haut du corps, méfiante. Ce n’est que lorsque l’homme fut allongé sur la banquette arrière de son véhicule qu’elle le ranima. L’instant d’après, elle transplanait avec la jeune fille, direction Édimbourg, la ranimant du contre-sort avant de l’abandonner devant l’entrée d’école où elles avaient atterri. Elle se débrouillerait pour retrouver son chez-elle, elle était pas chauffeuse non plus.

Quand son corps à elle rejoignit le Chaudron, elle avait trouvé le moyen d’avoir l’air moins aimable encore que quand elle pointait son nez pour assurer le service -et c’était dire quelque chose. Les deux clients ayant vu une mine trempée de la tête aux pieds se ramener à l’entrée crurent à une hallucination car il ne fallut qu’une seconde pour que sa main se pose sur le Casque Sombre. Grystal ne l’entendit pas bousculer une chaise du comptoir, ou l’attribua peut-être au chalut des clients, et sans aucune conscience professionnelle, elle s’endormit en la première chambre venue. Enfin, s’endormir est peut-être un grand mot, une affaire de grizzli occupa son esprit la majeure partie du temps, mais garder les paupières closes était sans doute le moyen le plus sûr de récupérer. Après, elle n’aurait plus qu’à le trouver. Lui faire payer.

Sa promesse de retrouvailles n’était pas tombée dans l’oreille d’une sourde, et elle allait s’assurer de rendre fausse l’assertion « très souvent le précipice est proche du sommet ». Non, elle allait le démasquer, et éviter de se laisser meurtrir aussi bêtement. Machinalement, elle roula, dormant mieux sur le dos, et le contact de son épaule et du matelas la fit grimacer. Oh ce n’était pas en monnaie de farfadet qu’elle lui ferait payer.
Revenir en haut Aller en bas
Mangemort 13
avatar
Mangemort à la retraite
Mangemort
à la retraite
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: La maison en ruine

Message par : Mangemort 13, Mar 29 Déc 2015 - 15:00


PV avec 70, 43, Leo Keats et Célya L. Shake



L’heure tournait. Lentement mais surement. En cette belle soirée de ce mois de décembre, Matricule Un/Trois avait donné rendez-vous à deux jeunes partisans, qui avaient été séduits par les propos du jeune mage noir, à Pré-au-Lard à vingt-deux heures. Il avait volontairement évité de donner un lieu de rendez-vous à ces invités du soir afin de s’éviter des problèmes. On était jamais assez prudent et encore plus pour des rendez-vous de ce type. Ils ne connaissaient pratiquement rien d’eux et ils n’avaient pas la moindre confiance en eux. C’était peut-être des traitres et jouaient un double-jeu pour le compte de quelqu’un d’autre. Peut-être qu’ils avaient accepté de venir pour revendre des informations à des personnes du Ministère. Rien qu’à cette idée, Treize sortit sa baguette qu’il fit tourner entre ses doigts. Si l’un d’eux voulait jouer au plus drôle, il n’hésiterait pas à le tuer sur le champ.  

L’heure approchait et de sa position, il voyait tout ce qui se passait dans la rue.

- Quelle soirée ma chère ! Il ne fait pas chaud. Vivement que cette rencontre se termine afin d’aller se vider une bonne bouteille au chaud dit-il en regardant son maître ou devait-il dire sa maitresse dans les yeux. Il espérait bien plus que de se vider une bouteille mais ça elle l’ignorait. Après tout ce genre de pensées était de son âge.

Projetant à nouveau son regard dans la rue, il reconnut une silhouette féminine au fond de la ruelle. Ne sachant pas où aller, il s’amusa de voir la demoiselle tourner en rond. Tout en rigolant, il exulta quand il aperçut un peu plus loin derrière un jeune homme, brun, qui ressemblait étrangement à ce Leo Keats. Etait-ce notre deuxième invité de la soirée ? Il l’espérait.

- Nous avons de la visite, finit-il par dire à sa charmante compagne du soir. Et tout en la voyant se lever à cette annonce, il se mordillait les lèvres, les pensées pleines d’idées impures.

Une fois en bas de cet abri de fortune, il disparut dans un CRAC sonore pour réapparaitre aux côtés des deux sorciers.

- Bonsoir, dit-il pour casser ce silence de mort. Vous avez été convié à une petite sauterie par mes soins. Si vous voulez bien me suivre, poursuivit-il tout en indiquant la demeure du doigt.
Revenir en haut Aller en bas
Mangemort 70
avatar
Mangemort à la retraite
Mangemort
à la retraite
Spécialité(s) : Fourchelang


Re: La maison en ruine

Message par : Mangemort 70, Mer 30 Déc 2015 - 22:48


Treize avait repéré de potentiels partisans et en avait glissé mot à 70 qui s'était avérée sceptique. Demandant des informations sur les deux sorciers la sorcière fut plus que déçue lorsque le vilain gamin ne mentionna que quelques détails dont leur nom. À l'annonce de l'un des deux prénoms, matricule sept-zéro laissa échapper un "Hmpf !" mesquin. Ébouriffant la chevelure du mage noir, la sorcière accepta de sous condition d'être présente.

Et c'est ainsi qu'un beau soir de décembre, nos deux Mangemorts attendaient dans le froid l'arrivée de leur invité. L'endroit dans lequel il se trouvait ne correspondait à aucune norme de l'habitation en terme d'isolation. Ils auraient pu se rendre dans l'une de leur habitation mais, avec les évènements de ces derniers mois, la mage noire préférait prendre quelques mesures de sécurité supplémentaires. Et puis, 13 n'avait pas été des plus convaincants. À vrai dire lui-même n'avait pas confiance en eux. Ou peut-être étaient-ils tout simplement paranoïaques, ce qui leur ferait un nouveau point commun.

70 grelottait et lorsque son acolyte mentionna de l'alcool au chaud elle ne put qu'approuver silencieusement, guettant toujours la ruelle de son regard électrique, même si elle ne voyait pas grand chose d'où elle était. En fait, c'était matricule un trois qui avait la meilleure position, près d'une des fenêtres -logique hein-, pour observer l'arrivée des candidats. Quelques minutes passèrent, puis le jeune homme s'agita légèrement. Il se retourna vers sa maîtresse (dans le sens chef bien sûr ) :        

- Nous avons de la visite.

La sorcière se releva et se rapprocha de 13, une fois derrière lui, elle se se mit sur la pointe des pieds et observa de loin les silhouettes.

- Ok, vas-y, susurra-t-elle en le poussant dans le dos d'une légère pression.

Une fois que son petit protégé fut parti à la chasse, la Mangemort reprit sa place et attendit sagement son retour.
Revenir en haut Aller en bas
Célya L. Shake
avatar
LégendeSerdaigle
Légende
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Cygne)


Re: La maison en ruine

Message par : Célya L. Shake, Mer 13 Jan 2016 - 20:08


La nuit de cette fin du mois de décembre était éclairée par les étoiles et la lune, que voilaient à peine quelques nuages brumeux. S'il faisait clair, la température était basse, tant et si bien qu'à chaque expiration, un petit nuage se formait devant la bouche de Célya. Que faisait-elle dehors, à cette heure-là ? En dehors de l'enceinte de Poudlard, qui plus était ? Pour une fois, elle n'allait pas travailler à la Tête de Sanglier ou rejoindre Ebenezer pour quelconque cochonnerie. Non, la raison était bien plus délicate. La jeune fille s'était même demandé ce qui lui avait pris d'avoir accepté le rendez-vous. L'excitation du moment ? La curiosité avide ? A vrai dire, la sorcière se sentait mélangée, niveau sentiments. Les Mangemorts étaient fascinants mais tout était à voir si c'était dans le bon ou dans le mauvais sens...

Les rues de Pré-au-Lard étaient désertes, vingt-deux heures approchant doucement. Certains habitants ou voyageurs étaient cloîtrés chez eux ou dans un bar, occupés à siroter quelque boisson plutôt que de faire une petite balade nocturne. En même temps, au vu de la météo, quand bien même il ne pleuvait pas, la petite bise qui se levait de temps à autre ne donnait pas franchement envie de mettre le nez dehors. Le sien, Célya aurait dû le garder caché derrière son écharpe. Pour l'occasion, la blondinette avait enfilé un manteau sombre et portait un bonnet qui cachait sa chevelure reconnaissable. Elle avait pensé à mettre des gants, fins pour avoir de la motricité suffisante, mais son seul rempart pour protéger sa gorge de la fraîcheur de l'air était un foulard noué telle une cravate, ce qui ne lui permettait pas de se protéger.

Tant pis. Faisant fi de sa condition, la Serdaigle marchait dans les rues d'un pas lent et incertain. Le Mangemort qui l'avait contactée lui avait dit qu'il la trouverait, ne donnant ainsi aucun lieu de rendez-vous. Avait-il peur de tomber dans une embuscade ? Célya n'était pas présente pour capturer un mage noir, et elle n'était pas assez compétente pour cela, de toute façon. Les querelles en dehors de Poudlard la dépassaient, même si une part d'elle-même savait que le château ne devait pas être en reste de croustillants détails. La jeune sorcière avait juste envie de faire des recherches, de pousser celles qu'elle avait entreprises avec son amie, Eléna, quelques semaines plus tôt. Elle espérait qu'elle pourrait obtenir des réponses à ses questions...

Perdue dans ses pensées, la blondinette sursauta lorsqu'une silhouette apparut tout à coup à ses côtés. Un instant, elle crut qu'il s'agissait du Mangemort qui l'avait contactée mais après un rapide examen, elle constata que c'était un jeune homme, dont le visage lui était familier. Un autre élève de Poudlard, dehors, hors du château, à cette heure-ci ? Était-ce une coïncidence ? Célya n'y croyait pas. D'ailleurs, lorsqu'une autre silhouette se matérialisa tout près d'eux, la jeune fille ne doutait pas un instant que la présence de l'autre était un pur hasard. Les paroles du Mangemort, qui venait de transplaner pour les rejoindre, confirma ce qu'elle pensait :

« Bonsoir. Vous avez été convié à une petite sauterie par mes soins. Si vous voulez bien me suivre. »

Le mage noir pointait du doigt une vieille bâtisse, un peu plus loin dans le village. De cette distance, Célya ne manqua pas de constater qu'elle devait être à l'abandon. Parfait pour une petite rencontre secrète... Impassible, la blondinette emboîta le pas au Mangemort. Elle avançait un peu comme dans un rêve, comme si ses faits et gestes ne lui appartenaient plus. Il y avait cette petite voix dans sa tête qui lui disait de rebrousser chemin mais pourtant, la sorcière continuait d'avancer. La curiosité brûlait en elle, cette soif de connaître la vérité était trop forte pour être balayée. Alors, la voilà qui se préparait à converser avec des sorciers qui faisaient frissonner bien des personnes...
Revenir en haut Aller en bas
Leo Keats Gold
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Métamorphomage


Re: La maison en ruine

Message par : Leo Keats Gold, Jeu 14 Jan 2016 - 13:37


On se les caillait vraiment ce soir là, le ciel avait beau être dégagé, la température restait tout de même incroyablement basse, comme en témoignaient les volutes de fumées qui s'échappaient de la bouche de l'ancien Gryffondor. La nuit était déjà tombée depuis quelques heures, et 22 heures approchaient à grands pas. L'avantage de donner rendez-vous à cette heure là dans un p'tit bled aussi paumé que Pré-au-Lard, c'est que pour le coup, on est sûr de ne pas être dérangés.

La neige crissait sous ses pas, tranchant étrangement avec le silence du lieu. Aucune trace de vie dans le petit village, tout était désert. Ils étaient doués ces Mages Noirs, choisir un soir d'hiver pour organiser une rencontre dans un petit village, ils étaient ainsi sûrs de ne pas se faire surprendre. Pas étonnant que les Aurors ne parviennent pas à les attraper, ils étaient rapides et malins. Seulement, il y a quelque chose de séduisant dans l’insaisissable, et c'est surement pour ça que le Keats se pressait aujourd'hui dans les rues du village. Si la missive du Mangemort l'avait d'abord surpris, l'étonnement avait rapidement fait place à une curiosité doublée d'une fascination qui l'avait pousser à répondre à la lettre, confirmant le rendez-vous. Il était donc là, une semaine plus tard, et dix heures du soir approchant inexorablement. Le jeune adulte n'était pas angoissé, non ce n'était pas ça, mais plus une sorte d'excitation prudente. Il avait l'impression, en acceptant ce rendez-vous, de compter, mais une petite voix interne l'invitait tout de même à la prudence, lui soufflant de rester sur ses gardes et de ne pas se jeter dans quelque chose qu'il ne maîtriserait pas. Il balaya rapidement ces mise en garde d'un ''Ta gueule" mental et continua à marcher. Le Mage Noir avait dit qu'il le trouverait, c'était précis, mais où devait-il s’arrêter ? Surtout qu'on se pelait ici... Quitte à donner un rendez-vous en hiver, pourquoi ne pas le faire dans un endroit chauffé ?  Enfin, là n'était pas la question. Le Rouge et Or continuait à marcher, sans vraiment savoir où aller, s'interrogeant sur les raisons de sa présence ici. Le Mangemort avait évoqué une instabilité, peut-être oui, mais cela n'était pas suffisant comme motif. Pourquoi lui plutôt qu'un autre ? L'évocation de sa place dans la rébellion qui avait suivi ne l'avait absolument pas convaincu... Mais l'idée d'aller à la rencontre de cet ordre noir avait outrepassé toutes les réserves qui avait agitées le sorcier.

Il tournait à l'angle d'une ruelle quand un mouvement rapide attira son attention sur sa droite, une jeune femme avait sursauté en le voyant, et semblait anxieuse. Était-ce un pur hasard que de croiser une élève de Poudlard dehors à cette heure là ? Il n'avait beau ne plus y être depuis des années, il se souvenait vaguement de l'adolescente qui se trouvait devant lui, un membre d'une équipe de Quidditch de l'école. Serdaigle peut-être. Mais que faisait-elle là ? Allaient-ils au même endroit ? Le Keats ne s'attendait pas à croiser quelqu'un ici...

Il ne fut pas longtemps en proie à ces interrogations, car une silhouette se matérialisa derrière eux. Le Mangemort. Aucun doute. La jeune femme et lui avait donc rendez-vous avec la même personne. Soit.

« Bonsoir. Vous avez été convié à une petite sauterie par mes soins. Si vous voulez bien me suivre. »

On y était donc, et il les avait en effet trouvés sans soucis. Faudrait peut-être songer à retravailler sa discrétion à l'avenir. En attendant, le mage noir pointait une vieille bâtisse abandonnée du doigt, assurément une maison laissée à l'abandon depuis longtemps déjà. L'ancien lion emboîta le pas à la jeune femme et au Mage Noir, brûlant de curiosité, mais néanmoins légèrement crispé. Non ce n'était pas de l'angoisse, ça ne pouvait pas en être, il était juste un peu crispé... Comme n'importe qui étant sur le point de rencontrer des mages sombres dont les histoires sont racontées aux enfants désobéissants... Imaginez-vous en train de rencontrer le Grand Méchant Loup. Vous comprendrez.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: La maison en ruine

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 12 sur 14

 La maison en ruine

Aller à la page : Précédent  1 ... 7 ... 11, 12, 13, 14  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Pré-au-Lard ~¤~ :: Rues de Pré-au-Lard-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.