AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Pré-au-Lard ~¤~ :: Rues de Pré-au-Lard
Page 15 sur 18
La maison en ruine
Aller à la page : Précédent  1 ... 9 ... 14, 15, 16, 17, 18  Suivant
Aria Morrison
Gryffondor
Gryffondor

Re: La maison en ruine

Message par : Aria Morrison, Dim 03 Sep 2017, 16:18


RP avec MM91
LA d’Olivia (Liv’)

La curiosité est un vilain défaut



Liv’ venait de partir après notre agréable après-midi qui avait commencé par une séance de shopping pour finir par une pause bien méritée aux Trois Balais. Après une bonne heure de papotage et une bonne glace dégustée, Liv’ était partie me disant qu’elle devait finir un devoir. Il était 18h00 et je n’avais pas encore envie de rentrer. J’avais donc décidé de rester encore un peu et lui avait confié mes petites emplettes pour qu’elle les dépose sur mon lit. Etant donné que nous étions voisines de chambre, cela ne lui posa aucun problème. Je me promène donc, me perdant ainsi dans les petites rues. Peut-être pourrais-je trouver un petit coin sympa pour lire ?

J’arrive dans une petite ruelle où les maisons sont parsemées de différentes fleurs. Des rouges, des jaunes, des blanches, des oranges… Un magnifique contraste de couleurs qui devrait très certainement plaire à Elhiya, elle qui adore dessiner. Je lui en parlerais la prochaine fois qu’on se verra. Peut-être ne connait-elle pas cet endroit ?

Je continue ma promenade et arrive dans un tout autre décor : un coin plus sombre, plus triste. Les maisons semblaient moins joyeuses pour le coup. Je m’arrête devant l’une d’elle. Il n’y avait plus de fenêtres et le toit avait été à moitié détruit. Une vraie maison en ruine. Je me demande d’ailleurs en quelle année elle avait été construite et quelle avait été son histoire. A quoi pouvait ressembler cette maison de l’intérieur ? La curiosité m’attire... Elle m’appelle... et je décide de l’écouter. Plus personne n’habite dedans de toute façon. Je me risque donc à traverser les quatre murs de cette maison en franchissant ce qui jadis devait être une porte d’entrée. Je fais quelques pas et entre dans une pièce à ma gauche. Un vieux canapé, abimé par le temps et l’usure, se trouvait dans un coin de ce qui devait être autrefois un salon.

J’entends soudain un bruit derrière moi suivi d’un miaulement de chat qui me fait sursauter. J’agrippe aussitôt ma baguette et me retourne.
Revenir en haut Aller en bas
Mangemort 91
avatar
Mangemort à la retraite
Mangemort
à la retraite
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: La maison en ruine

Message par : Mangemort 91, Lun 04 Sep 2017, 21:21


Nuit simple et trop courante; les paroles d'une chanson trop connue que la gorge se plait à réciter.
L'oubli du quotidien dans les quatre murs, plus mille, de la forteresse grise qui même elle ne réchauffe plus rien. L'absence de 28, l'abandon prématuré du chat, et même 82 qui en vient presque à manquer. Et une pensée pour l'absurde, le grotesque Trente-Neuf dont le trop plein d’allitération dévire l'estomac en toute légèreté.
Le manque
·d'opacité.

Alors ils se sont promenés, jouant à chat avec les ombres, avec les âmes noctambules. Jusqu'à frôler l'absence, le vide des hommes. Ce qu'ils cherchaient pour que la tête cesse de boxer. Contre les tempes et les fau-cils. Seconde peau de félin, pour se fondre encore dans la masse, s'oublier au délice des ténèbres, pour laisser le masque prendre les rênes pour une fois, un instant. une pointe de sadisme dans le regard lorsque le parquet grince, et le jeu du métamorphomage qui fendent les pupilles à la verticale, seule partie visible du corps.
Pour jouer au ciseau.
Au matou,
Qui ronronne, hommage à la mère,
Qui manque encore.

Le parquet grince, et eux ils feulent, pour effrayer, pour faire peur. Pour se signaler.
Avant de murmurer.

mauvaise pioche,
pantin de verre.


Dernière édition par Mangemort 91 le Lun 25 Déc 2017, 22:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Aria Morrison
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: La maison en ruine

Message par : Aria Morrison, Mar 05 Sep 2017, 11:10


Un frisson me parcourt, je ne suis pas seule.

Un être encapuchonné se trouve quelques pas plus loin, dans le couloir. Mon cerveau refuse d’admettre ce que mes yeux voient. Machinalement, je recule d’un pas, tout en continuant de le regarder. Je n’avais encore jamais rencontré d’ombre noir et j’avais espéré, jusqu'à présent, que cela n’arrive jamais.

Mon regard se fixe sur son masque. Un masque qui lui sert à dissimuler son visage comme pour tout mage noir se respectant. Et j’imagine que tout ce dont j’ai entendu dire jusqu’à présent est vrai ? Va-t-il vouloir me faire du mal ou me torturer, juste pour se divertir ?

Je jette un rapide coup d’œil autour de moi, il n’y a aucune issue possible. Peut-être une fenêtre à ma droite, mais soyons réaliste, le temps que je la franchisse, il m’aura déjà rattrapé et je ne voulais pas lui donner ce plaisir.

Je sens mon sang se glacer dans mes veines et mon cœur bat vite et fort mais je refuse lui montrer que j’ai peur. Il aurait une trop grande satisfaction. Je reste donc plantée là, debout, tenant fortement ma baguette dans ma main. Je suis prête à me défendre s’il le faut, même si je sais que j’aurais très peu de chance de gagner contre lui.

Je n’aurais pas dû m’aventurer ici, je n’aurais pas dû être aussi curieuse. Que va-t-il me faire ?
Revenir en haut Aller en bas
Mangemort 91
avatar
Mangemort à la retraite
Mangemort
à la retraite
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: La maison en ruine

Message par : Mangemort 91, Mer 27 Sep 2017, 00:44


Ils ne voulaient pas ce soir, avoir à parler. À expliquer.À malmener. Ils ne voulaient pas endosser la cape de l'ombre. Ni le rôle d'un mentor de substitution. De gardien des â.r.mes. D'idées précieuses. Ils avaient tenté de ne faire qu'un avec leur seconde peau, mais à croire que et te dernière n'appelle que les eaux troubles, voilà que la fillette se dressait à trois pas sur le côté. À en penser que la face gagnante du dé leur serait à jamais refusée. Que les portes de leur city of light avaient été condamnée.
Un râle et une menace en l'air. Espérant à tout rompre que l'instinct de survie n'avait pas encore fait ses bagages, abandonnant l'enfant. Qu'elle partirait à toutes jambes et qu'ils pourraient alors s'oublier dignement.
Une envie
vitale
de solitude.

De corps à corpses avec les ombres.
D'une danse avec les loups.
Ils ne seraient nullement un chaperon sous la lune arrondie cette nuit.
L'esprit qui dérive en eau trouble
Et les jambes rebelles à s'en rompre le cou.

Pas un mot, un échange de poupee de verre, sur un étal face à face, condamné à se contempler
dans le blanc des yeux. Dans le vide de l'âme
C'en était presque gênant
alors d'un revers du bras
La baguette
menaçante
placée sous la gorge de l'enfant
franchissant le pas qui les en séparaient.


Un rire en cascade

How fast could you run ?
Comme un Leitmotiv pénible
mais l'inspiration s'est fait la malle.
Revenir en haut Aller en bas
Aria Morrison
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: La maison en ruine

Message par : Aria Morrison, Jeu 28 Sep 2017, 14:37


Dans un silence pesant, il s’approche de moi et place sa baguette sous ma gorge. Ma respiration s’accélère et devient plus forte. Je ne bouge pas. Je suis prise au piège. Inutile de lui demander qui il est, je le sais déjà. La réelle question est de savoir ce qu’il va faire de moi. Tel un chat qui vient de capturer une souris, il voudra surement s’amuser un peu avec elle avant de la dévorer. Parce qu’on connait tous la fin de cette histoire, le rongeur ne s’en sort jamais vivant, sauf dans Tom et Jerry mais disons que c’est l’exception à la règle. Là, je ne dois être qu’un jouet pour lui ; qu’un petit pantin ; qu’une personne de plus dans sa liste.

Vient ensuite un rire sarcastique de sa part puis une question : à quelle vitesse je peux courir ? Sérieusement ? Est-ce qu’il tient un genre de registre dans lequel il s’amuse à noter les performances de chacune de ses victimes ? Je regarde de nouveau son masque qui lui sert à cacher son identité, pour être quelqu’un d’autre, comme s’il n’admettait pas qui il était réellement ou qu’il n’assumait pas ses actes. Mes yeux remontent encore un peu pour fixer ses yeux à lui. Que lui répondre ? Oh, en moyenne, je dois faire du 10 km/h, et vous ? Oui, je pourrais lui lancer cette phrase… si la situation n’était pas aussi terrifiante. Sentant toujours sa baguette sur mon cou, je dois tout de même tenter le tout pour le tout :

- Laissez-moi partir et vous le saurez

Peut-être que la souris n’intéresse pas le chat aujourd’hui ?
Revenir en haut Aller en bas
Mangemort 91
avatar
Mangemort à la retraite
Mangemort
à la retraite
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: La maison en ruine

Message par : Mangemort 91, Lun 30 Oct 2017, 13:20


Le souffle court. l'attente de te voir détaler. Nous n'aimions pas jouer des enfants. Mais nous n'aimions pas non plus ravir la place du rejeton sentimentale. 87  n’était plus. Nous aimions l'enfance, le froid de l'hiver dans les maison comme des chambres froides, toujours desesperement vides. Et les chevaux a bascule oublies dans un coin du grenier ou se battent les monceaux de poussière. Nous aimions les ruines pour y voir les époques délabrées se battent. Et voir laquelle résistera le mieux.Nous aimions la buée qui réchappait par tes lèvres. Au cœur de la brume de ta respiration, nous admirions tes yeux. Et une peur éventuelle.  

Laissez-moi partir et vous le saurez.

La langue qui claquent sur nos dents et la tete qui lentement va de la droite a la gauche, puis de la gauche a la droite. Négation que nous nous plaisons a marquer dans un rire. Le chat était en vie. Et jouer était désormais vital. Mais les mots primait toujours. Rependre les idées étant le but originel pour défendre cette  cause qui nous était si chère.  

Et perdre ainsi une chance d'exposer
des idées dont tu n'as même pas conscience ?
Non.


Nous nous détendions, lui barrant cependant la route vers la sortie, la baguette s'abaissa, laissant sa gorge libre.

Sais-tu seulement les idéaux que nous représentons avant de nous mettre toute la misère des autres sur le dos ?      
Revenir en haut Aller en bas
Aria Morrison
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: La maison en ruine

Message par : Aria Morrison, Ven 03 Nov 2017, 16:24


Lentement, il fait un non de la tête suivi d’un petit rire plein de sarcasme. A ce moment-là, je m'attends à ce qu'il me jette une sort. Je me dis que je suis fichue, que c'est terminé. Mais au lieu de cela, je l'entends me dire :

- Et perdre ainsi une chance d'exposer des idées dont tu n'as même pas conscience ? Non.

Mais de quoi parle-t-il ?  Quelles idées ? Je n’ai pas le temps de dire quoique ce soit qu’il baisse sa baguette pointée jusqu’à présent sur mon cou et reprends :

- Sais-tu seulement les idéaux que nous représentons avant de nous mettre toute la misère des autres sur le dos ?      

Je reste plantée devant lui, étonnée, en me demandant s’il est sérieux. Pas de torture alors ? Il n’a pas envie de s’amuser ? Il veut juste parler pour m’expliquer quelles sont ses valeurs à lui ainsi que ses idéaux ? Y a-t-il vraiment une explication quant à leurs agissements ou essaie-t-il tout simplement de voir s’il peut me manipuler et m’influencer ?

Alors qu’une partie de moi ne veut rien savoir du tout, une autre, elle, est entièrement intriguée... Je suis partagée mais comme toujours, la curiosité prend le dessus… Qu’est-ce qui peut les motiver à sombrer dans la magie noire ? Qu’est-ce qui les pousse à faire du mal aux gens ? Y a-t-il vraiment quelque chose à comprendre à tout ça ou aiment-ils tout simplement faire souffrir les autres ? Pense-t-il réussir à trouver les mots pour me faire changer d’avis sur ma vision des Mangemorts ? Je fixe de nouveau ses yeux et en essayant de prendre une voix calme et assurée, je réponds :

- Non… Mais… expliquez-moi.

Mon cœur bat encore plus fort dans ma poitrine. La peur est toujours là en moi.
Revenir en haut Aller en bas
Mangemort 91
avatar
Mangemort à la retraite
Mangemort
à la retraite
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: La maison en ruine

Message par : Mangemort 91, Sam 04 Nov 2017, 10:55


Nos mots ont l'effet escompté alors que tu te figes. Un débat d'opinion entre deux lunes, car il n'y a rien pour troubler l’obscurité délicate. Nous ne voulions pas courir. Nous ne voulions pas fuir. Les mots et les idées. Toucher peu de monde et toucher bien. Non par des journaux officiels distribues a la va-vite. Mais avec des mots pour appuyer leurs dires. Nous voulions t'expliquer avant de te voir réfuter. Avant de te voir nous rejeter de but en blanc. Sans connaitre Sans savoir.  
Et tes mots nous rassurèrent. Tu étais prête a écouter.

Non… Mais… expliquez-moi.

T'expliquer simplement les principes d'un masque rouge pose sur toutes nos idées. Nous dictant non ce que nous devions penser, mais ses idées auxquelles nous avions choisi d’adhérer. Simples en apparence mais retournant les tripes des leurs expositions, nous apparaissant comme une voie a suivre, un chemin sur lequel s’égarer sans réellement se perdre. Tendre vers un idéal. Toujours apparu impossible.Mais envisageable depuis l'initiative d'un groupe.
Notre groupe.
Moins soude au sol que jamais.

Nous tendons a la liberté. Au rêve. A ne plus se cacher des non-sorciers. Nous voulons fouler les memes rues qu'eux sans se dissimuler.
Nous n'avons rien contre eux.
Seulement parfois une cause noble exige quelques sacrifices.  


Sourire mauvais invisible qui tapissait notre bouche sous notre masque.   
Revenir en haut Aller en bas
Aria Morrison
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: La maison en ruine

Message par : Aria Morrison, Sam 04 Nov 2017, 15:43


J’écoute attentivement chaque parole, chaque mot qu’il prononce et malgré cette situation terrifiante, je ne peux m’empêcher d’émettre un petit rire étouffé. Est-il vraiment sérieux lorsqu’il m’annonce agir pour la liberté et le rêve ? Veut-il vraiment me faire croire que les Mangemorts n’en ont pas après les moldus ? J’ai vraiment du mal à imaginer ça. Je recule d’un pas et lâche :

- Permettez-moi d’en douter…

Ce n’est sans doute pas une bonne idée de lui faire connaitre le fond de ma pensée mais je me sens comme obligée de lui répondre. Je pourrais lui faire croire que je suis d’accord avec lui ou tout simplement me taire et acquiescer mais je ne peux pas. Je ne sais pas comment je vais réussir à me libérer de lui ou si d’ailleurs j’y arriverais, mais autant avoir les réponses à ses questions. S’il veut vraiment m’expliquer ses idéaux et peut-être même me convaincre, il doit alors répondre à mes interrogations. Le courage ou tout simplement l’inconscience me fait continuer ma phrase :

- Vous dites que vous ne voulez plus vous cacher, mais alors… pourquoi portez-vous un masque ? N’êtes-vous pas en train de vous cacher là ? Assumez vos actes et vos actions si ce que vous dites est vrai, si vous œuvrez pour une cause noble.

Je le fixe maintenant dans les yeux pour accentuer ma question :

- Pourquoi vous cachez-vous ?
Revenir en haut Aller en bas
Mangemort 91
avatar
Mangemort à la retraite
Mangemort
à la retraite
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: La maison en ruine

Message par : Mangemort 91, Dim 05 Nov 2017, 10:43


Nous aurions pu nous fixer ce sourire sur nos commissures tant il revenait souvent. Nous aurions pris des épingles a nourrice pour nous trouer la peau, et laisser se figer. Nous étions Pinocchio autant que l'homme qui rit. Oublier aux ombres et forcées de sourire. A chaque mot, ce malsain qui nous peignait la face, dissimuler par un masque un peu trop fin pour réellement cacher ce que nous pensions de toi. Des autres. Parce que nos ressentis se lisaient dans les accidents de notre souffle. Une pause forcée dans cette buée que nous aimions laisser glisser dans le fente de notre masque qui laissait l'ombre passer. La bile noire s’écouler.
Et pourtant nous t'exposions nos idées. Nos idées pures et nouvelles. Il était temps de nous dissocier de l'ancien ordre. Nous étions moins cruels. Plus pacifiste. Peut-être un genre d'anarchistes humanistes. Qui sait ?
Pas toi visiblement.

Vous dites que vous ne voulez plus vous cacher, mais alors… pourquoi portez-vous un masque ? N’êtes-vous pas en train de vous cacher là ? Assumez vos actes et vos actions si ce que vous dites est vrai, si vous œuvrez pour une cause noble.

Et une répétition marquée de ta question, appuyée douloureusement par un regard que nous aurions aimé détourner de nous, quitte a l’éteindre. A l'étouffer dans son berceau encore fumant. Une question que tu croyais pertinente mais qui n'eut pour effet que de provoquer une colère noire et montante. Dévastatrice pour nos organes, endommages par ses organes.

Petite sotte. Ne vois-tu pas le monde qui cherche a t’écraser ? Nous luttons pour des valeurs oublies des sbires actuels d'un ministère corrompu. Nous luttons pour une paix qui n'arrivera jamais si nous continuons a nous terrer. N'as-tu donc aucune intelligence pour saisir toute leur propagande a notre sujet sans te poser de question ?
Nous perdons notre temps a converser avec toi.
 

La main rafermit sa prise sur la baguette.
Revenir en haut Aller en bas
Aria Morrison
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: La maison en ruine

Message par : Aria Morrison, Dim 05 Nov 2017, 11:31


Ces premiers mots "petite sotte" me font tout de suite comprendre que j’aurais mieux fait de me taire. Ma question n’avait pas eu l’effet espéré mais j’aurais dû m’y attendre. J’avais agis en pure inconscience. Je devrais apprendre à me taire parfois. Monsieur Lhow m’avait prévenu que si je me trouvais en face d’un d’entre eux, je ne devais en aucun cas les provoquer et faire tout simplement ce qu’ils me demandent de faire. Et là, qu’est-ce que fait ? Tout le contraire… Oui, ce Mangemort a totalement raison, je suis une idiote de croire qu’on pourrait échanger nos divergences d’opinions sur la vision de nos idéaux.

Avec une colère que je perçois dans sa voix, il m’interroge sur un ton qui se voulait accusateur :

- Ne vois-tu pas le monde qui cherche à t’écraser ? Nous luttons pour des valeurs oubliées des sbires actuels d'un ministère corrompu. Nous luttons pour une paix qui n'arrivera jamais si nous continuons à nous terrer. N'as-tu donc aucune intelligence pour saisir toute leur propagande à notre sujet sans te poser de question ? Nous perdons notre temps à converser avec toi.  

Non non non… il faut que j’arrive à le calmer, à l’empêcher de faire ce que je redoute qu’il me fasse depuis que je suis tombée sur lui. Mais pourquoi l’ai-je contrarié ? Pourquoi n’ai-je pas gardé mes questions pour moi ? Pourquoi dois-je toujours faire la curieuse ? Je dois tenter le tout pour le tout et essayer de le convaincre que ce qu’il me dit m’intéresse vraiment.

- Non… Vous ne perdez pas votre temps avec moi ! Je veux réellement comprendre !

Et c’est vrai, même si j’ai peur, même si je suis effrayée par cette situation qui me terrifie, une partie de moi a envie de comprendre qui ils sont réellement et pourquoi ils se disent vouloir lutter pour la paix. Est-ce que comme il dit, on essayerait de nous donner, à tord, une mauvaise image des Mangemorts ? Mon esprit a dû mal à l’accepter mais si… mais si tout cela était faux ? Avec une voix suppliante, je reprends :

- Expliquez-moi ce que je ne sais pas.

Je me tais en essayant de contrôler tant bien que mal ma respiration haletante et en espérant qu’il ne s’emporte pas contre moi.
Revenir en haut Aller en bas
Mangemort 91
avatar
Mangemort à la retraite
Mangemort
à la retraite
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: La maison en ruine

Message par : Mangemort 91, Dim 05 Nov 2017, 23:02


Et dans tes yeux nous percevions cette conviction d'avoir fait un pas de travers. Cette peur de quand on perd l’équilibre. Cette seconde avant la chute ou le sol. Ou tout n'est qu'incertitude. Sans avoir  si la course du pied instable finira quelques mètres plus bas ou seulement dans quelques centimètres. Se lever dans l'ombre pour une routine, et voir cette dernière se transformer en danger mortel, le cœur un peu trop sollicite pour sa faible capacité. Mais nous étions de ceux qui croient encore aux deuxièmes chances.Alors nous ne levâmes point notre baguette vers ta gorge, t'accordant le crédit d'une erreur, et t'offrant quelques secondes pour te laisser nous convaincre que nous avions tort.

Non… Vous ne perdez pas votre temps avec moi ! Je veux réellement comprendre !

Il y avait une délicieuse pointe de vérité non-assumée dans ta voix. De ces détails sentimentaux qui nous faisaient vibrer. Alors nous ne disions rien. Attendant de voir comment tu comptais te rattraper. Nous ne bougions pas, nous attendions seulement que le vide et le vent qui séparaient nos mots des tiens s’amoindrissent.

Expliquez-moi ce que je ne sais pas.

Et sous notre masque, dissimulées par l'ombre, il y eut un sourire qui nous étira les commissures. Sans que nous n'osions bouger , pour ne pas trahir cette vague de joie dissimulée. Parce que nous voulions rester menaçantes. Pour que tu ne tentes rien. Pour garder cette impression d'intouchable. Et cette emprise que ta peur nous offrait sur ton être.

nous serions bien prétentieuses de prétendre pouvoir le faire,
mais nous essaierons quand même.
tout ce que tu connais est faux. ce cocon dans lequel tu penses pouvoir te réfugier, cette société t’étouffe. tu ne peux prétendre être toi, peu importe ou tu te trouves. il y a ce carcan dans la poitrine qui t’empêche de t'ouvrir. cette obligation de se cacher comme si la magie était une anomalie, une honte dont nous devions nous défaire.
notre combat a change avec les années. nous n'aspirons a rien d'autres que la liberté.
celle de pouvoir s'exprimer. de pouvoir se montrer tel qu'on est, en tout lieu et en toute heure, sans craindre aucune représailles.    
nous n'aspirons a rien d'autre.
   
Revenir en haut Aller en bas
Aria Morrison
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: La maison en ruine

Message par : Aria Morrison, Lun 06 Nov 2017, 13:46


Un court silence s’installe entre nous, pendant lequel j’angoisse sur ce qu’il va me faire. Je m’attends à voir sa baguette se lever et à devoir subir un de ces sorts douloureux juste pour me punir de ne partager la même vision que lui de la liberté et de la paix. Mais au lieu de ça, il reprend tout simplement la parole pour tenter de m’expliquer ce que je n’avais pas réussi à comprendre un peu plus tôt, comme s’il me donnait une deuxième chance.

Toujours figée sur place, j’écoute attentivement chaque parole qu’il prononce et pour la première fois, un doute s’installe réellement en moi. Est-il dû à la peur ou tout simplement à un doute justifié ? Je ne peux m’empêcher de me demander s’il a réellement raison. Et si notre société faisait tout pour les condamner, à tort ?

Tout ce que tu connais est faux

Et si, tout ce que je croyais être vrai se trouve être finalement faux ?  Et si ce que je trouve être bien est finalement mal ?

Tu ne peux prétendre être toi, peu importe où tu te trouves

Et si les lois fixées par le Ministère de la Magie ne sont là que pour nous empêcher de faire ce dont nous avons envie ? Et si finalement, ce n’était pas pour nous protéger mais plutôt pour nous empêcher de vivre comme nous le souhaitons ?

Cette obligation de se cacher comme si la magie était une anomalie

Pourquoi devoir cacher notre monde aux moldus ? Mes parents comprennent bien et m’acceptent comme sorcière, alors pourquoi pas les autres ?

Nous n'aspirons à rien d'autres que la liberté, celle de pouvoir s'exprimer, de pouvoir se montrer tel qu'on est, en tout lieu et en toute heure, sans craindre aucune représailles.

Et si finalement, ils se battaient réellement pour œuvrer pour la liberté et la paix ? Un frisson me parcourt, je ne sais plus quoi penser, je ne sais plus qui croire…

- Mais… mais comment savoir que ce que vous dites est vrai ?

L’intonation de ma voix ne se voulait pas accusatrice ni menaçante, mais plutôt motivée à la recherche de la vérité. Je ne sais plus quoi penser… Depuis que je suis tombée nez à nez sur lui, il aurait pu me blesser ou me faire souffrir rien que pour s’amuser mais au lieu de cela, il essaie simplement de m’expliquer sa vision des choses. Je baisse la tête et lui avoue à voix basse :

- je… je suis perdue…
Revenir en haut Aller en bas
Mangemort 91
avatar
Mangemort à la retraite
Mangemort
à la retraite
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: La maison en ruine

Message par : Mangemort 91, Lun 06 Nov 2017, 14:30


Nous le voyons ce doute, qui ternit ton regard. Cette hésitation a nous croire. A comprendre. Nous, nous pouvons te comprendre. Car voila qui annonce beaucoup de changement. Beaucoup de doutes, de remises en question. Et il n'est pas dans la nature humaine de prendre du recul facilement. Alors nous te laissons le temps de réagir. De comprendre.
Parce que contrairement aux autres, nous n'imposons pas notre vérité. Elle doit se révéler, et non pas être forcée.

Mais… mais comment savoir que ce que vous dites est vrai ?

Tout est confus, nous le comprenions bien. Nous étions nous aussi passées par la, des années auparavant. Des phases de doute. Avant de comprendre le baroque ironique du décor dans lequel nous avions grandies. Décor désormais irréparable. Fendu de part en part. Et une tour d'ivoire n'aiderait en rien a avancer. Nous restions sur tous les fronts. Parce qu'il en fallait, même une poignée.
Les grandes révolutions avaient toujours été débutées par des petits groupes semblables au notre.

C'est a toi de le sentir. De le comprendre et de le voir. Nous n'imposons pas nos idées, car chacun est libre de penser. mais regarde autour de toi. tu verras peut-être que nous avons raison.  

Il n'y avait rien de plus simple. Nous devions lui laisser du temps. Nous n'agissions que rarement par la terreur.

je… je suis perdue…  

Nous fixions sur toi un regard étonné avant de reprendre.

c'est tout a fait normal, enfant. nos idees chamboulent et ne tes sont pas familière. tout va tourner un instant. et peut-être, lorsque ce s’arrêtera, tu sauras.
 
Revenir en haut Aller en bas
Aria Morrison
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: La maison en ruine

Message par : Aria Morrison, Mar 07 Nov 2017, 09:55


- c'est tout à fait normal, enfant. nos idées chamboulent et ne te sont pas familières. Tout va tourner un instant. Et peut-être, lorsque ce s’arrêtera, tu sauras.

Un nouveau monde.
Un monde où nous serions libres d’utiliser la magie, sans devoir nous cacher.
La liberté.


Est-ce vraiment possible ?

Il a raison, tout tourne autour de moi, pas ma tête mais plutôt mon cerveau et mon esprit. Le monde dans lequel je vis ne serait donc qu’une simple illusion ?

Je me retourne, tête baissée. C’est vrai qu’on peut nous faire croire ce que l’on veut, et j’en suis la preuve. J’ai vécu mes onze premières années sans savoir que la magie existait. J’avais donc été bercée dans un monde où tout était illusion. Lorsque j’ai reçu ma lettre d’admission à Poudlard, ma vision du monde avait alors changé : la magie et les sorciers existaient, et je faisais partie de ce nouveau monde. Et soit disant parce qu’il faut cacher la vérité aux moldus, il ne fallait rien dire, tout devait rester secret. Pourtant être sorcier, c’est bien. Ma famille ne m’a jamais reniée, au contraire, ils sont fiers de moi et de ce que je suis. Pourquoi les moldus en général ne pourraient pas nous comprendre ? Pourquoi ne pouvons-nous pas concilier nos deux mondes afin que chacun puisse vivre comme il l’entend ?

Et aujourd’hui, je me trouve face à un Mangemort pour lequel, on m’avait fait un portrait diabolique, une image qui m’avait été décrite par notre société actuelle. Mais, force est de constater qu’il ne m’a ni attaquée, ni violentée, ni fait souffrir. A la place, il a tout simplement essayé de me faire ouvrir les yeux sur notre monde. Et le doute était là. Il avait réussi.

Je lève les yeux et vois un vieux canapé à côté de nous. J’avance lentement et m’assois en m’adossant contre lui. Le regard dans le vide, je dis :

- Moi aussi je voudrais un monde où nous n’avons pas besoin de nous cacher…

Ne plus se cacher.
Etre libre.


Je ferme les yeux un instant, consciente que toute guerre engendre des morts et des blessés, et reprends en fixant mantenant celui qui me fait découvrir une autre vérité :

- Mais… je ne veux pas que les gens souffrent à cause de nous.
Revenir en haut Aller en bas
Mangemort 91
avatar
Mangemort à la retraite
Mangemort
à la retraite
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: La maison en ruine

Message par : Mangemort 91, Ven 10 Nov 2017, 14:54


Il y a quelque chose de touchant dans ton désarroi. Qui nous rappelle nos jeunes années, lointaine mais non précises. Nous n'arrivions pas a savoir depuis combien de temps nous avions pris le masque.Tant ce dernier avait fini par faire partie  de nous. Indispensable. On nous reprochait souvent de nous cacher, sans comprendre que c’était ainsi que nous nous révélions. Que le dessous était creux et dénue de tout intérêt.

Et tu prends le temps de penser, c'est très bien comme ça. Le temps de te retourner un peu les idées. De comprendre. Nous savions également être patients. Alors nous attendions le temps qu'il fallait jusqu’à ce que tu te tournes de nouveau vers nous. L'interrogation dans le regard. Nous avions compris de quoi il s'agissait. Alors nous attendions.

Moi aussi je voudrais un monde où nous n’avons pas besoin de nous cacher…

Logique simple. Personne ne devrai avoir a se terrer. Nous en convenions. Mais tes demi-mots suivirent. Aussi attendus que la fin d'un livre de Marc Levy.

Mais… je ne veux pas que les gens souffrent à cause de nous.

Nous nous posions une seconde pour la reflexion.
Nous n'aimons pas blesser. Nous n'y prenons aucun plaisir. Mais c'est parfois nécessaire. Pour se faire entendre.
Réfléchis.
Et guette la nuit.
nous reviendrons.


Mais nous n’étions déjà plus la.    

| Départ de 91 |
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: La maison en ruine

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 15 sur 18

 La maison en ruine

Aller à la page : Précédent  1 ... 9 ... 14, 15, 16, 17, 18  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Pré-au-Lard ~¤~ :: Rues de Pré-au-Lard-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.