AccueilPortailPublications internesRechercherS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Pré-au-Lard ~¤~ :: Rues de Pré-au-Lard
Page 16 sur 18
La maison en ruine
Aller à la page : Précédent  1 ... 9 ... 15, 16, 17, 18  Suivant
Mangemort 91
Mangemort à la retraite
Mangemort
à la retraite

La maison en ruine - Page 16 Empty
Re: La maison en ruine
Mangemort 91, le  Ven 10 Nov 2017 - 14:54

Il y a quelque chose de touchant dans ton désarroi. Qui nous rappelle nos jeunes années, lointaine mais non précises. Nous n'arrivions pas a savoir depuis combien de temps nous avions pris le masque.Tant ce dernier avait fini par faire partie  de nous. Indispensable. On nous reprochait souvent de nous cacher, sans comprendre que c’était ainsi que nous nous révélions. Que le dessous était creux et dénue de tout intérêt.

Et tu prends le temps de penser, c'est très bien comme ça. Le temps de te retourner un peu les idées. De comprendre. Nous savions également être patients. Alors nous attendions le temps qu'il fallait jusqu’à ce que tu te tournes de nouveau vers nous. L'interrogation dans le regard. Nous avions compris de quoi il s'agissait. Alors nous attendions.

Moi aussi je voudrais un monde où nous n’avons pas besoin de nous cacher…

Logique simple. Personne ne devrai avoir a se terrer. Nous en convenions. Mais tes demi-mots suivirent. Aussi attendus que la fin d'un livre de Marc Levy.

Mais… je ne veux pas que les gens souffrent à cause de nous.

Nous nous posions une seconde pour la reflexion.
Nous n'aimons pas blesser. Nous n'y prenons aucun plaisir. Mais c'est parfois nécessaire. Pour se faire entendre.
Réfléchis.
Et guette la nuit.
nous reviendrons.


Mais nous n’étions déjà plus la.    

| Départ de 91 |
Mangemort 08
Mangemort 08
Mangemort à la retraite
Mangemort
à la retraite
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Fourchelang
Loup-garou
Occlumens


La maison en ruine - Page 16 Empty
Re: La maison en ruine
Mangemort 08, le  Dim 17 Déc 2017 - 0:22




Sombre rencontre
Pv Aya


RP Flashback, deux ans plus tôt.

~

La nuit tombait sur un été qui tendait à avancer lentement mais surement vers sa mort. Le manteau du ciel se parait d'une voûte d'étoiles qu'aucun nuage ne s'était risqué à venir entraver. Comme si une sentence était annoncée à celui qui oserait venir enfreindre cette beauté céleste. La lune couvait au trois quart Pré-au-Lard et sa région.

Tu déambulais dans des rues silencieuses, ou tout juste un chat se fit entendre, mais tu le vis disparaître par dessus un portail avant d'avoir pu l'appeler à toi. Le vent était quasi nul, mais les températures n'étaient pas trop élevées.

Ton masque d'émeraudes sur le visage, tu te faufilais en silence au milieu d'un sentier caillouteux qui accueillait tes pas. Ce soir tu allais rencontrer Aya, que tu avais vu il y a quelques temps de cela au Trois Balai. Une simple discussion au travers de verres échoués.

Mais là c'était un tout autre rendez-vous, elle qui avait contacté les ténèbres, et toi qui avait fixé l'heure et l'endroit. Elle voulait en savoir plus sur vous, aussi tu avais décidé de l'aiguiller sur cette voie sombre que tu arpentais depuis près de quinze ans.

Tes pas traversèrent en foulée légères les rues une à une, jusqu'à sortir du cœur même de la ville. Pour trouver plus loin, après quelques arbres muets, la silhouette d'une demeure de jadis, dont le passé s'était perdu dans les âges de l'histoire de la magie.

La maison en ruine qui présentait l'avantage d'être un peu à l'écart et donc à l'abri des regards indiscrets. C'était un lieu parfait pour discuter sans être vus, même s'il n'en restait pas grand chose. Un toit en partie effondré sur lui-même, une porte d'entrée inexistante, et un sol en grande partie endommagé.

Trouvant les restes d'une cuisine, ou les restes d'une table et des chaises trainaient. Tu en secoues une pour faire tomber la poussière dessus, et peut-être faire fuir des araignées dessous. Tu t'installes tranquillement, scrutant les vestiges autour de toi. Tu regrettes un instant de pas avoir apporté à boire, car c'est certain que tu trouverais que dalle ici.

Tu poses ta baguette sur la table, attendant ton invitée. Tu lui avais donné rendez-vous à 23h, tu étais un peu en avance, comme toujours. Tu ne savais pas précisément ce qu'elle souhaiterait savoir, ni ce qu'elle te dirait. Face à face d'inconnus, ou presque. Car toi tu savais un peu qui elle était. Alors que toi tu serais mystère à ses yeux.
Aya Lennox
Aya Lennox
Maitre de JeuSerpentard
Maitre de Jeu
Serpentard
En ligne
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-garou
Legilimens



La maison en ruine - Page 16 Empty
Re: La maison en ruine
Aya Lennox, le  Jeu 11 Jan 2018 - 15:57

SOMBRE RENCONTRE
avec MM08


Ne me regardez pas.
Je sais très bien, de toute façon, que vous ne me voyez pas. J'ai appris, il y a quelques temps maintenant, à me cacher des regards indiscrets. Il suffit, pour cela, de la ressentir au fond de moi. De l'inviter à me recouvrir, à prendre sa part d'elle en moi.
_____Toute invitée. C'était un entrainement de circonstances. Elle avait transplané et aux abords du village, avait rencontré à nouveau la forme qu'elle cachait au plus profond d'elle. A chaque reprise, l'invitation était acceptée. A chaque reprise, elle retrouvait ce qui la faisait vibrer. Se sentir, au fond de soi, unique. Offerte à cette idée.

Pourquoi eux ? Elle n'en savait rien, finalement. On parlait d'eux, dans les rues. On chuchotait sous leurs passages, pourtant guidés, protégés par l'ombre. Peut-être avaient-ils plus à offrir que tout le reste.
Ce qu'elle souhaitait, c'était des réponses, tout simplement. Comprendre, en dépit de ce monde intérieur, dans quel sombre univers elle vivait. Peut-être découvrirait-elle qu'elle était bien naïve, après tout ? Qu'elle ne savait rien ?
Qu'était-elle ? Elle ne signifiait pas plus, dans ce monde, que n'importe qui d'autre. Ne laisserait pas sa marque. Elle était une gamine, simplement, avec des intérêts. Des idées à confirmer.
Un peu comme n'importe qui d'autre.
Un peu comme n'importe qui.

Pas plus que les autres, pas plus qu'un rien. Pas plus que tous réunis. Elle était simplement ; elle était un pion. Une moitié d'idée. Elle ne savait encore rien, mais tout prenait forme en elle. Un feu sacré à protéger.
When you come to me
you come to broke


Malfaisance, inée, fatale. Sans vivre pour le mal, sans vivre pour le provoquer, elle le protégeait en elle. Elle ne souvenait pas de l'origine du trouble. Ne savait s'il était apparu durant la noyade ou bien avant, aux prémices même de ce qu'elle était.
Etait-elle née pourriture, ou destinée à le devenir ?

La silhouette s'avança dans la pièce. Tapie dans l'ombre, ses huit longues pattes se recroquevillèrent pour protéger l'abdomen suintant. Il ne devinerait la présence, il ne devinerait sa cachette. A moins qu'elle ne se développe et se laisse attraper.
C'était l'idée.

- Je ne vous fais pas attendre.
Que vous soyez venu est déjà beaucoup
pour moi.


Toujours difficile, de refuser et de s'accueillir à nouveau. On s'ennuyait beaucoup plus avec simplement deux bras et deux jambes. Le double, c'était beaucoup mieux. Le visage, mais pas les yeux, caché par le voile emprunté à la nuit.
Un bruit de gravas accompagna ses pas alors qu'elle contournait la table. Se tenir loin, suffisamment loin du souffle pour ne pas l'interpréter.
Mangemort 08
Mangemort 08
Mangemort à la retraite
Mangemort
à la retraite
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Fourchelang
Loup-garou
Occlumens


La maison en ruine - Page 16 Empty
Re: La maison en ruine
Mangemort 08, le  Ven 12 Jan 2018 - 18:10






Tu patientes, assis, te demandant combien de temps tu aurais à attendre la jeune sorcière. Tu n'étais pas du genre à en faire d'habitude, de ces rencontres informatives, jugeant qu'il était préférable pour chacun de chercher ses propres convictions. Mais elle avait besoin d'être aiguillée, d'avoir des infos, et cela, tu pouvais lui donner.

Quand bien même ne serait-elle qu'une âme perdue à des idéaux brumeux qui s'échapperaient de la portée de ses mains. Mais elle saurait, en repartant, à quoi s'attendre, et peut-être qu'elle se verrait trop petite ou alors qu'un souffle ténébreux s'emparerait de son corps, si elle se retrouvait dans ce que tu lui dirais.

Sans savoir pourtant, quel visage de ténèbres tu lui montrerais. Tu fermes les yeux un instant, te revoyant le jour où tu avais franchi le seuil d'Hollow Bastion, où tu avais rencontré ton mentor, animé de cette lueur incertaine et pourtant palpable que tu voulais être un des leurs. Sans savoir pour autant, ce qui se cachait derrière "leurs".

Cela aurait pu être des illusions, des pantins fantomatiques qui auraient pu être à l'opposé de ton propre regard, pourtant, tu avais trouvé des miroirs, des miroirs identiques à comment tu avais été façonné.  

Te sortant de tes souvenirs, tu vois la silhouette de nuit qui arrive face à toi. Tu ne bouges pas, la regardant silencieusement, comme cherchant une trace de peur que tu pourrais lire sur son visage assombri par la faible luminosité. Etrange début, elle semble contente que tu sois venu, bien que cela pouvait être réciproque, car tu en avais croisé des idiots que tu aurais volontiers tué pour leur impertinence.

Elle n'avait pas l'air d'être de cette graine là, pas comme l'autre trouduc que tu aurais volontiers achevé dans la forêt interdite avec 39. Elle garde ses distances, malgré que tu l'invites d'un geste de la main à prendre place de l'autre côté de la table miteuse. Comme pour dire "Je ne suis pas une menace", même si ce n'était qu'à demi vrai suivant ce qu'elle dirait ou ferait.

« Miss Lennox... Il va de soit pour nous, que lorsque l'on nous contacte, l'on daigne répondre, après quelques précautions évidentes... »

Tu la fixais, cherchant un quelconque signe hostile dans ses mouvements. Tu avais confiance, son nom ne t'étais pas inconnu, aussi, tu savais que tu n'avais pas de raisons particulières de te méfier. Même s'il y avait toujours une petite part de toi qui gardait cette éventualité présente à ton esprit.

« Je vous écoute... Dites-moi... Dites-moi ce que nous sommes pour vous... Dites-moi ce que vous pensez être, ce que vous voulez être... Et surtout, que voulez-vous savoir ? »

Regard ne la lâchant pas, à la recherche d'une faille, tu ne cilles pas. Tu attendais juste, qu'elle ne délivre son monde, qu'elle se découvre un peu pour apercevoir quelle genre de sorcière elle était.
Aya Lennox
Aya Lennox
Maitre de JeuSerpentard
Maitre de Jeu
Serpentard
En ligne
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-garou
Legilimens



La maison en ruine - Page 16 Empty
Re: La maison en ruine
Aya Lennox, le  Lun 15 Jan 2018 - 20:55

Ce n'était de la peur ; ce n'était du dégoût. Elle n'avait de raison de juger l'homme sous le masque. Tout comme, elle le savait, lui-même ne la jugerait pas. Ce n'était pas une histoire de jugement, qui se profilait. Plutôt une occasion de comprendre, de rencontrer.

Intérieurement, la tentation était trop grande. La curiosité trop amère. On voulait intensément découvrir ce qui se cachait sous le masque. Mais on ne pouvait. Leurs identités cachées étaient étroitement liées à ces voiles nocturnes qui entravaient la vue. Elle savait pourtant les autres condamnés à la même envie.
Quel était le quotidien que cette cape cachait ? En quoi consistait sa vie, sinon à la vouer à cet Ordre ? Bon sang, qu'est-ce que le masque cachait ?

Aya tut pourtant les questions. La curiosité était un bien vilain défaut, dont elle se savait pourtant dotée. De là à faire passer cela pour une mauvaise chose, il fallait vraiment être le plus bête des hommes. Cependant, sa volonté n'était pas de mettre mal à l'aise celui qui s'était déplacé ce soir-là. Elle n'était plus enfant avide de questions indigestes, mais jeune femme à la recherche de ses propres convictions.
C'était à elle, de choisir les bons outils pour y arriver. Pour mieux saisir les problématiques. Le monde auquel elle était bien trop liée. Par la chair, par le sang.
Pas encore par les idées.

D'un geste de la main, le Masqué l'invita à s'asseoir et à rejoindre leur petite réunion d'informations en huis-clos. Un vent intense souffla dans la cabane, comme si les éléments préféraient au silence l'avertissement ténébreux. L'ambiance mortifère ne dissuada pas la jene femme, pourtant. Elle s'installa et retint ses souffles. Par chance, taire lui était bien plus facile qu'exprimer. Son souffle se cala ainsi sur celui de son interlocuteur. Pas un mot, pas un geste déplacé.
- Je comprends bien, répliqua-t-elle après un court silence.

Un autre s'installa encore, un silence à peine entamé par le zef qui percutait la campagne au-dehors. Ses questions s'insinuèrent. Qu'étaient-ils pour elle ? Il fallait être honnête : pour l'instant, rien. Ils ne lui évoquaient que trop peu. C'était d'ailleurs le but de ce rendez-vous, non ? Et pas un caprice d'adolescente attardée.
- Je sais que. Un instant de réflexion. Encore. Je sais que je suis peut-être trop jeune pour savoir, ou pour tout comprendre. Je sais que je ne marche pas sur les plates-bandes des autres pour tenter de tout gouverner. Je sais mon chemin déjà pavé d'embuches avant même de l'avoir emprunté, alors pourquoi m'investir dans ce qui me causerait peut-être tort si je ne sais exactement dans quoi je m'embarque ?
Vraiment ? Il fallait bien prendre un instant pour respirer. Par chance, choisir les mots avait toujours été d'une grande facilité.
- Je comprends à peine le monde. Peut-être suis-je trop coupée des réalités. Ou alors, peut-être suis-je en train de dresser la mienne, en rempart à tout ce qui m'entoure ? Je suis pourtant pour la cause des plus justes. Et je sais que ce qui est appliqué n'est pas le plus justifié. Un chuchotement. Je ne veux pas voir ce monde tomber aussi facilement que ce qui m'a toujours entouré.

Aya reprit son souffle, après quelques instants.
- Etrangement, je suis bien seule dans mon univers monochrome. J'ai l'Amour tout près de moi, qui sommeillait trop longtemps et qui aujourd'hui s'agite. Mais que devenir, quand on a été éduqué à se détruire ? Je ne fais pas confiance aux archétypes, et à ceux qui prétendent guider. Je ne fais confiance qu'aux cris qu'on tente d'étouffer.
Mangemort 08
Mangemort 08
Mangemort à la retraite
Mangemort
à la retraite
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Fourchelang
Loup-garou
Occlumens


La maison en ruine - Page 16 Empty
Re: La maison en ruine
Mangemort 08, le  Jeu 1 Fév 2018 - 9:45






Tu restais à regarder ton interlocutrice, croisant tes deux mains devant toi sur la table, comme un professeur qui attendrait la réponse de son élève à un questionnaire déterminant pour son avenir. Elle semble réfléchir, peser tes questions sur la balance du Bien et du Mal aux portes du Purgatoire.

Elle finit par accepter ton invitation, prenant place face à toi, de l'autre côté de la table. Face à face entre une tempête existante et une brindille qui ne savait pas vraiment sur quels vents errer. Elle te dit qu'elle comprend, aussi tu restes dans ton manteau de silence, à attendre qu'elle donne son avis, sa vision, du haut de sa tour inconnue voilée d'obscur.

Et tu écoutes attentivement ses réponses, quand sa voix se dénoue du silence bafoué jusque là uniquement par les rafales de vent impétueuses. Sur fond d'introspection, elle te délivre une part de sa vision sculptée sous les brumes.

Ses mots sont entrecoupés de moment de réflexion, où tu ne viens pas perturber le silence qui espère vainement reprendre son semblant d'autorité qui régnait avant votre arrivée. Elle t'expose son point de vue plein des limites de son âge, et de son monde qui semble peuplé de questions qui tourmente son esprit, qui avaient sans nul doute toutes conduit, à sa venue jusqu'ici.

Elle se sent à l'écart, comme un esprit qui vagabonde au milieu d'un monde dont tout n'est pas clair, mais semble diluer dans ses anormalités édifiantes qui crachent au visage des lampadaires gerbant. Comme si elle se sentait étriquée, ne sachant pas trop vers où, vers quoi, vers qui se tourner pour apercevoir ce qu'il y a derrière ces nuages suffoquant. Tu rompais le silence fraichement installé sur un duvet de vent.

« Je vois. Il n'est jamais aisé de voir les rayons de lumières au milieu des poussières de l'existence. Certains se laissent happer par des distractions complètement futiles, n'ont qu'une vague idée de ce qu'ils veulent ou pourraient être. Ce sont des âmes égarées, en lambeaux, qui ne deviendront jamais quelqu'un qui écrit dans la société, mais seulement quelqu'un qui subit son poids étouffant. »

Une pause dans ton discours, à regarder celle qui autrefois était venue te demander des conseils. Là encore, elle était devant toi, mais pour tout un autre récit à écouter. Et tu avais l'impression de revoir l'élève, la détermination qu'elle avait à l'époque, tout comme les quelques doutes qui le recouvraient encore.

« Croire que le monde est tout rose est la pire erreur que l'on puisse commettre. La plupart des gens s'enferment dans une bulle de confort qui n'est rien de plus qu'un amas d'illusions crées par des fausses idées. La vérité, elle est dans la rue, elle est dans les soupirs des bars, dans les bouches d'égout fumantes qui écoutent les conversation ennuyeuses et celles plus secrètes. Le Ministère prône de décrire les contours de notre monde, mais au final cela ne fait que freiner nos libertés ! Et pour quoi ? Et à quel prix ? C'est du vent ! Vivre, c'est faire des choix. Ceux qui permettent de changer malgré les doutes, malgré les brumes, pour une vie meilleure ! Il n'est jamais facile de faire ce pas en avant pour découvrir quelque chose de nouveau, d'excitant et terrifiant à la fois. Pourtant, c'est là que l'ont découvre sa propre volonté. Que l'on se découvre soi même. Nos idéaux nous portent, qu'on les accepte ou les ignore. Mais c'est un fait. La seule question au fond, est de savoir si vous êtes prête à tous les sacrifices, ou non ? On obtient rien en tendant la main et en espérant que tout tombe dedans comme par magie. Il faut savoir tirer un trait sur ce que l'on a, pour toucher ce que l'on veut. Qu'aimerais-tu devenir toi ? »
Aya Lennox
Aya Lennox
Maitre de JeuSerpentard
Maitre de Jeu
Serpentard
En ligne
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-garou
Legilimens



La maison en ruine - Page 16 Empty
Re: La maison en ruine
Aya Lennox, le  Lun 12 Fév 2018 - 8:54

Etait-ce un interrogatoire ? Non, pas forcément. La tension qui régnait dans la maison en ruine n'était pas la tension attendue lors d'un échange d'opinions diverses. Il s'agissait plutôt d'une torpeur d'âme propre aux aveux. Des aveux qu'elle s'était faite à elle-même bien des années plus tôt et qui trouvaient une oreille intéressée.

Aya ne croyait pas en grand chose. Il était assez difficile de l'assumer, parfois. Certains refusaient de se laisser totalement tomber dans le néant. Du coup, ils s'accrochaient impunément à des idées auxquelles ils accordaient un semblant de valeur. Sans forcément y croire. Mais savait que beaucoup de choses étaient inutiles. Irrattrapables.
Mais du coup, que fallait-il faire ? Pourquoi se rapprocher des Mangemorts ? Pourquoi s'intéresser à eux ?

Ce penchant nihiliste peu explicable était assez compliqué finalement. Elle intitulait souvent sa naissance comme un premier inconvénient. Les bases bien posées, ou plutôt le verre à moitié vide renversé, le reste pouvait couler tout seul. Un vide intersidéral, finalement. Comment pouvait-on réagir lorsqu'on était renié ? On finissait par réaliser que c'était peut-être vrai ; on était peut-être seulement un déni sur pattes. Quelque chose à étouffer dans l'oeuf.

Une idée prédominait peut-être. Celle d'une Justice loin des codes beaucoup trop formels qui l'ennuyaient profondément. La fuite, c'était du grand Aya. Pas hors du temps et de l'espace. Elle faisait bien trop partie du paysage, même si son souhait était de rester cachée au milieu des autres. C'était une seconde nature avec laquelle elle devait composer maintenant.

Aya observait le masqué face à elle lui parler des archétypes, des grands de ce monde tout sauf rose. De ces figures qui se contentaient de contraindre les libertés. Contradiction tout simplement prouvée par le terme, on n'assujettissait pas une liberté. Elle savait que le monde n'était pas constellé de fleurs bleues, le voyait plutôt dans des nuances de gris. Avec quelques éclats de lumière pour éclairer un bout de chemin, de temps en temps. Appelait-on cela un espoir ? Elle n'en savait rien. Avait bien souvent du mal à poser des termes sur ses sensations propres. Elles lui échappaient bien trop vite, au même titre qu'elle aux événements.

Aya prit un instant pour réfléchir, se coupant de la discussion après la question qui lui faisait mal. Qu'aimerais-tu devenir ? Ne fallait-il pas déjà être, pour tenter de devenir ? Ses mirettes se posèrent sur le voile de questions face à elle.
- Une bourrasque, qui passe et nettoie pour tout reconstruire. Je connais les idées. Elles m'entourent. Mais je ne sais pas me battre pour une cause.
La sienne à défendre. Un égoïsme de plus au milieu de l'univers et des milliards d'autres égoïsmes sur pattes.
- Je rêve aussi de nouveaux mondes. Je rêve de voir ceux qui m'ont brisée se détruire au même titre que ceux qui les ont forgé. Mais les desseins personnels prennent trop souvent le dessus sur la cause des plus nombreux.
Aya acheva, yeux rivés sur ses doigts. Avant de se laisser aller à un léger sourire en coin pour mieux répondre à la question.
- Mais j'aime l'idée d'être un joker. La carte du jeu qui aide à gagner du temps, à trouver un avantage dans les ombres ou à renverser une partie. Vous saisissez l'idée ? Il n'est pas question de ne pas se mouiller, puisque le joker peut être un risque au milieu du complexe. Mais être la carte bien cachée du jeu, ça me plaît.
Mangemort 08
Mangemort 08
Mangemort à la retraite
Mangemort
à la retraite
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Fourchelang
Loup-garou
Occlumens


La maison en ruine - Page 16 Empty
Re: La maison en ruine
Mangemort 08, le  Dim 25 Fév 2018 - 17:19






Un silence suit tes mots, se posant au milieu de ce champ fleurit de magie noire à peine voilé. Tes yeux vont un instant se promener sur le décor miteux, crasseux, qui respire un trop plein de renfermé qui ne te plait pas. Puis il fallait dire que la déco n'était pas particulièrement plaisante à observer, et tu avais un sérieux doute quant au respect des normes d'isolation de la bâtisse.

Puis tu retrouves son regard, qui se perd dans ses réflexions. Ta question finale en demandait, évidemment, elle ne pouvait venir là en quête d'un éclairage abyssal sans avoir à se livrer un peu. Peut-être qu'elle ne servirait jamais les ténèbres, peut-être même qu'elle disparaitrait sous vos actes comme une sorcière insignifiante, mais tu devais savoir, ce qui l'animait, ce qu'elle voyait, par delà les apparences brumeuses de l'existence.  

A nouveau, tu mesures chacun de ses mots qu'elle te délivre, venus de son monde que tu ne connaissais pas. Elle ébauche en métaphores comment elle se voit, comment elle observe ce qui l'entoure et qu'elle aimerait interagir dessus, avant d'offrir sa vision de l'utilité qu'elle se voyait avoir. Une ombre dans les ombres, prête à agir à votre demande si besoin, ce qui ne pouvait qu'être un atout.

Avec le changement du Ministère qui se profilait, avoir des petites mains prêtes à œuvrer dans l'ombre était forcément indispensable pour mettre en place de grandes actions. Alors intérieurement, tu te disais que peut-être elle pourrait avoir un jour un rôle à jouer, au milieu de cet édifice silencieux qu'était de faire rompre le secret magique et les barrières qu'il imposait.

« Je vois parfaitement l'idée. Les jokers sont appréciables, indispensables dans toute entreprise de changement qui se respecte ! Pour autant ça implique forcément à la fois beaucoup de discrétion, mais aussi un dévouement pour une cause plus grande que celles d'un seul homme. »

Tu marquais une pause, ne voyant pas trop quoi ajouter. Il n'y aurait que l'avenir qui pourrait dire si elle serait ou non une pièce utilisée par les ténèbres. Toi, tu n'étais là que pour lui offrir un maigre éclairage d'une entreprise bien plus grande que ce que les "on dit" pouvaient raconter.

« Avez-vous la moindre question Miss Lennox ? Auquel cas je pense que nous pourrons clore cette petite entrevue ensuite. »

Tu n'avais pas grand chose à rajouter, si ce n'était qu'elle serait recontactée si elle voulait vraiment s'engager en ce sens. Mais tu n'avais pas de promesses à lui faire, ce n'était pas toi le décisionnaire. Tu restais à fixer ton interlocutrice, en attendant ses éventuelles questions, précisions, ou qu'elle ne disparaisse simplement.
Aya Lennox
Aya Lennox
Maitre de JeuSerpentard
Maitre de Jeu
Serpentard
En ligne
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-garou
Legilimens



La maison en ruine - Page 16 Empty
Re: La maison en ruine
Aya Lennox, le  Mar 27 Mar 2018 - 10:12

Désolée du délai, je t'ai un peu oublié. Ange

- Non. Ça ira.
Aya était à la fois troublée et perplexe. Face à cet amas consistant de questions qui semblait pourtant se former dans son esprit. Mais elle n'avait pas envie de déranger plus longtemps le masqué qui lui faisait face. Elle n'était pas là pour suivre un cours particulier niveau idéologie, mais plutôt pour prendre la température.
Et maintenant que cela était fait, elle se retrouvait avec bien des doutes en tête. Non pas qu'il n'ait pas été clair. Au contraire, il s'exprimait correctement, peut-être même à la manière d'un poète ce qui ne la dérangeait pas forcément. Il avait sa propre manière d'amener les idéologies de son groupuscule.

Etait-elle prête à tous les sacrifices ?
Pour ses propres desseins, oui, certainement. Aya était féroce, ambitieuse. Sûrement pas pour rien. Ses priorités allaient bien souvent en son propre sens, et sûrement pas celui des autres. Appartenir à une communauté ne lui était sensiblement pas familier. Au contraire.

Elle devait d'abord penser à elle, non ? Aya regarda ses mains et une drôle de culpabilité s'esquissa dans son regard. Etait-ce normal de ne vouloir se consacrer qu'à soi ?
- Merci tout de même. D'avoir bien voulu me rencontrer, chuchota-t-elle en se levant de sa chaise.

Parce qu'elle restait un joker. Un recours. Et appréciait n'être qu'invisible dans le jeu avant de faire son apparition sur la table. Une carte qui peut faire mal, selon l'avancée de la partie.
C'était toujours ce qu'elle avait été : une roue de secours. Celle à qui on ne pensait jamais. Avant d'en avoir besoin. Ça faisait mal pourtant, non ?
Au final, pas tellement. Aya se targuait d'être tranquille. Bien au chaud dans ses petits escarpins de satin.
- Je suppose que nous nous rencontrerons de nouveau, lança-t-elle dans un dernier sourire, avant de disparaître dans les ombres à la suite d'un CRAC sonore.

désolée pour cette réponse peu intéressante
& merci pour ton temps.
Aya s'en va.
Mangemort 22
Mangemort 22
Mangemort à la retraite
Mangemort
à la retraite
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


La maison en ruine - Page 16 Empty
Re: La maison en ruine
Mangemort 22, le  Jeu 12 Avr 2018 - 21:39


La maison en ruine - Page 16 15235608981926630068
Osvald Osborne


Avec Osvald
Accord de 08 pour le sujet

La nuit était tombée depuis quelques heures maintenant. Pré-au-lard était devenu bien silencieux. C'était la raison de la venue de 22. Elle avait rendez-vous, ou plutôt, elle avait donnée rendez-vous. La personne invité par 22 n'était autre que le nouveau préfet de Serdaigle, Osvald Osborne. Certain de ses actes et de ses mots avaient intrigués l'Ordre. Il a donc été contacté cet après-midi par la dernière recrue de l'Ordre noir.

22 était adossée à un mur dans la maison en ruine. Elle regardait le ciel au travers d'un trou dans le plafond. Le ciel était partiellement couvert et la Lune n'était pas pleine. Heureusement, pensa-t-elle. Les bras croisée elle attendait la venue de l'élève. Elle était persuadée qu'il viendrait. C'était une évidence, c'était pourquoi elle s'était bien préparée. 22 N'avait pas mis sa capuche. Seul son masque cachait son visage. Ses cheveux bruns et détachés lui arrivaient un peu en-dessous de ses épaules. Les yeux derrière le masque, sont bruns très foncé, quasiment noirs. Elle n'a pas de gant, ce qui laisse apparaître sa peau mat. Elle était prête à l'accueillir.

Matricule 22 continuait de regarder par ce trou dans le plafond. Attendant que l'enfant arrive. Elle se demanda rapidement, si elle était vraiment prête pour ce genre de mission. C'était une mission simple, s'occuper d'un élève, lui expliquer les choses. 22 savait faire. De plus, elle était toute seule ce soir, pas de 91 ou de 40, personne pour l'accompagner. Évidemment, en cas de soucis, elle savait comment appeler du renfort. Elle espérait ne pas avoir besoin d'en arriver là. Si cette soirée pouvait être calme, cela l'arrangerait. Sur cette pensée Un soupir s'échappa de sa bouche. Puis un léger sourire se dessina derrière son masque lorsqu'elle pensa à ce qu'elle a fait en arrivant. Elle avait lancé un " Locomotor Mortis Condicionalis " comme condition, le second passage du préfet. Ainsi, s'il tentait de repartir, il aurait les jambes bloqué.
Osvald Osborne
Osvald Osborne
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


La maison en ruine - Page 16 Empty
Re: La maison en ruine
Osvald Osborne, le  Dim 15 Avr 2018 - 16:37

Rp avec 22
À toi qui lit ces lignes, prie pour le salut de mon âme  Crying or Very sad

En ce début de saison il n'est pas encore trop désagréable de sortir dehors la nuit. Il ne fait pas spécialement chaud mais il ne fait pas spécialement froid non plus. Une brise légère s'amuse à faire glisser les nuages dans le ciel étoilé, voilant de temps à autre la lune et sa douce lumière blanche. Normalement j'aurais dû être heureux comme un poisson dans l'eau. Je suis dehors, libre comme l'air, seul avec les astres et leurs secrets. Je ne risque pas de me faire prendre - vu que c'est moi maintenant la personne qui est censée prendre en flagrant délit les adeptes d'escapades nocturnes - et les rues de Pré-au-Lard sont calmes à cette heure-ci.

La plupart des habitants sont blottis dans leurs couvertures, les autres traînent encore parfois dans un bar ou à une terrasse, un verre à la main, mais ceux-là sont faciles à éviter. Qui aurait cru que six ans de pratique d'école buissonnière me serait autant utile dans la vraie vie, comme l'appelle maman ! École buissonnière : un. Défense contre les Forces du Mal : zéro !

Pourtant, malgré tout ça, l'atmosphère apaisante et mon talent certain à éviter de me faire remarquer, je ne suis qu'une grande boule de nerfs. Je ne me rappelle pas de la dernière fois où mon ventre n'était pas tordu et contracté au point que ça m'en fasse mal. L'air a beau être frais, mon corps lui passe de la surchauffe au glacement impitoyable toutes les deux minutes. Mes mains jouent sans cesse avec une enveloppe. Elle glisse, tourne, froisse sous mes phalanges stressées par son contenu.

Le hibou est arrivé un matin, accompagné de centaines d'autres, apportant le courrier du matin. La boule de plumes ne s'était pas attardée, même pas pour prendre une gorgée d'eau ou un bout de pain ! Ce matin-là j'ai rougi comme jamais auparavant. Ou alors si, peut-être une fois, avec Mary, mais c'était différent ! Enfin je crois...
Les mots couchés sur le papier étaient... déroutants. Je n'ai pas réussi à la lire en entier à ce moment-là, tellement j'ai fini par voir flou sous le coup de la gêne. Enfin, la gêne, mais pas que. Ce serait mentir que de dire que je n'étais pas... flatté ? Je ne sais pas trop, mais quelque chose dans ce goût-là.
J'ai fini par terminer la lecture de la missive au dortoir, sans prendre le temps de finir mon petit-déjeuner. Puis toute la journée mon esprit n'était plus occupé que par une chose : la lettre. J'ai tourné et retourné toutes ses phrases dans ma tête, à un tel point qu'avant que midi ne sonne j'étais parfaitement capable de ma la réciter par cœur, à la virgule près. Je ne cessais de me répéter que ce genre de choses, ces déclarations, ça n'arrivait que dans les romans. Et pourtant j'en tenais une entre mes mains, je l'ai même trimballée avec moi jusqu'au soir.
Jusqu'au soir où j'ai dû me décider.
Une fois mes aiglons couchés - même les habitués des longues conversations du soir ou de jeux de cartes interminables - je me suis éclipsé. Ni Aysha ni Ariana ne m'ont vu partir. Une chance quand on sait que j'aurais eu bien de la peine de justifier ma soudaine envie de prendre l'air. Surtout qu'au sommet de notre tour, ce n'est pas vraiment l'air qui manque.

Encore quelques façades de pierre et j'y serais enfin.
La maison en ruine.
Drôle d'endroit pour un rendez-vous... comme celui-ci... mais n'y connaissant rien à ce sujet je me dis qu'elle doit avoir ses raisons. Dans sa lettre elle dit qu'elle est timide. En un sens c'est vrai que pour être certain de ne pas être dérangé, un lieu abandonné et en retrait paraît idéal,... pas vrai ?
De toute manière, je ne pouvais pas ne pas m'y rendre. Après des heures de cogitation intense j'en suis arrivé à la conclusion qu'après avoir eu le courage de m'écrire et de m'envoyer cette lettre, la moindre des choses est de venir lui répondre en personne. Que ce soit en positif ou en négatif. N'ayant aucun moyen de lui répondre et vu qu'il est absolument impensable de lui poser un lapin, je n'est pas trop le choix.

Enfin, l'allée de la maison.
Je serre la lettre contre moi, le visage virant de nouveau au rouge cuisant, répétant mentalement le plan.
Ne pas la brusquer.
Ne pas être trop catégorique.
Mais pas trop flou quand même, les faux espoirs sont sans doute pires que tout.
Faire attention à ne pas la blesser surtout !
Pourquoi est-ce que les relations romantiques sont si compliquées ?! Devenir attrapeur me semble être d'une simplicité enfantine comparé à ce qui m'attend !

Revoilà le froid de l'appréhension qui m'emplit les veines. C'est que je suis arrivé. Et que je commence à me dire que même en étant très timide, ça reste un choix discutable pour une rencontre. Même pas une rencontre amoureuse, non, une rencontre tout court. Les bâtiments à l'abandon ont toujours cette aura de dangerosité, derrière leur papier peint défraîchi peut se cacher n'importe quel secret terrifiant, dans leur sous-sol n'importe quel monstre, dans leurs pièces n'importe quel objet mystérieux et dangereux. Je déglutis difficilement ma salive tout en avançant prudemment. Après quelques secondes d'hésitation qui me font l'effet d'heures à rallonge je me décide à entrer en lançant un craintif « Il y a quelqu'un ? »
Mangemort 22
Mangemort 22
Mangemort à la retraite
Mangemort
à la retraite
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


La maison en ruine - Page 16 Empty
Re: La maison en ruine
Mangemort 22, le  Dim 15 Avr 2018 - 17:27

La maison en ruine - Page 16 15235608981926630068
Tu


Tu l'attendais de pied ferme. Tu savais qu'il finirait pas venir, par se pointer. Mais tu ne savais pas quand. Peut-être même que tu te mentais à toi-même en te disant cela. Il avait peut-être trop peur pour te rencontrer, pour venir affronter sa pseudo admiratrice. Mais tu te disais qu'une telle lettre devait forcement flatter et pousser à la curiosité. En plus, c'était un Serdaigle, alors il devait être curieux.

Tu finis par entendre le parquet de cette ruine craquer. Un pas ? Quelques pas ? Ton cœur s’accélère. Tu sais ce que ça veut dire, tu sais que ça commence maintenant. Tu devais bien avouer que te dire qu'il allait être déçu te touchait un peu ; tant pis, c'était pour la Cause. Après, tu entends sa jeune voix s'adresser à toi, enfin, au vide apparent, il ne ta pas vu. Pourtant tu n'es pas vraiment cachée. Tu es appuyée contre un mur, les bras croisés. Tu décide de lui répondre avant de te montrer.


" Je suis là, Osvald "


Ces paroles te donnent des frissons. Te voilà seule dans le grand bain. Tu n'as personne pour t'accompagner alors tu espère que tout se passera comme prévu. Tu n'as pas envie de le voir faire n'importe quoi et prendre peur. Tu aimerais que ça se passe sans accroc. C'est mieux. Alors tu te détaches du mur contre lequel tu étais appuyée, et avance de quelque pas. La lumière de la Lune passe alors sur ton masque sans aucunes formes, sauf les trous. Il était évident qu'a partir de maintenant il allait comprendre que ce n'était pas un rendez-vous amoureux.


" N'ai pas peur Osvald, je ne compte pas te blesser. Simplement te poser quelques questions. "



Ta voix est féminine et calme. Il connaît sûrement ta voix. Tu ne sais pas s'il va la reconnaître ou si la surprise le fera douter. Mais tu sais qu'il connaît ta voix, au moins un peu.
Osvald Osborne
Osvald Osborne
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


La maison en ruine - Page 16 Empty
Re: La maison en ruine
Osvald Osborne, le  Dim 15 Avr 2018 - 22:38

Ma question est inutile. Au moment où j'entre dans la maison la voix de l'inconnue résonne entre les murs abîmés par le temps et les éléments. Des morceaux de briques manquent à plusieurs endroits tandis que le papier peint qui devait autrefois être joyeux pleure ses couleurs perdues depuis perpète, laissant de longues bavures grisâtres de désespoir couler jusqu'au sol. Sol encombré de débris de bois, métal et autres matières indéterminées sous la crasse et les feuilles mortes portées jusqu'ici par une brise maladroite. L'air semble plus frais que dehors et pourtant j'ai plus de mal à respirer correctement.

Voir ma prétendante s'avancer sous les doux rayons de la lune n'arrange pas mon état. Si mon cœur battait déjà tous les records de vitesse à l'idée d'un rendez-vous amoureux dans un endroit terrifiant, me rendre compte que finalement le tête-à-tête s'avère tout aussi effroyable que le lieu de rencontre lui-même ne fait qu'augmenter mon panic'o'mètre jusqu'au bord de l'explosion. Son masque miroite sous la lumière de l'astre nocturne avant de s'assombrir à nouveau au passage d'un nuage n'ayant aucune idée de la tension qu'il me rajoute dans mes épaules en agissant de la sorte.

La lettre est écrasée dans un de mes poings alors que l'autre enserre fermement mes runes sur ma poitrine. J'ai l'impression d'être un petit lapin surpris dans la lumière des phares d'une voiture, pétrifié sur place, n'osant plus bouger comme si rester immobile allait faire s'en aller d'ennui le danger. Je ne parviens plus à réfléchir, ni à bouger. Pourtant tout en moi, jusqu'à la dernière petite cellule qui me compose, hurle de m'enfuir sur-le-champ. M'enfuir ? Face à une Mangemort ? Je n'ai pas plus de chance que ledit lapin face à ladite voiture...

" N'ai pas peur Osvald, je ne compte pas te blesser. Simplement te poser quelques questions. "

Est-ce que c'est sa voix ? Ou bien sa silhouette ? Ses cheveux ? Tout ça à la fois ? Il y a quelque chose, un infime signal que mon cerveau en proie à la panique ne parvient pas à traiter, une pointe de sentiment dans le ventre qui me fait me dire que je peux la croire. Comme si mon inconscient avait capté une information de la plus haute importance sans que je puisse jamais l'atteindre. Un peu à la manière d'un mot qu'on aurait sur la langue sans jamais pouvoir le formuler. Si je n'étais pas aussi frigorifié de peur j'en serais sans doute plus que frustré.

Des questions ?
Je secoue la tête lentement. Non.
Non je ne veux pas répondre à tes questions.
Je ne veux pas rester.
Je ne veux pas écouter.
« T'es une menteuse »
Constat expiré en un faible souffle, d'une voix tremblante et cassée.
Je me dis que je vais mourir ce soir.
Alors je serre mes runes encore plus fort au point de m'en faire mal aux doigts.
Mangemort 22
Mangemort 22
Mangemort à la retraite
Mangemort
à la retraite
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


La maison en ruine - Page 16 Empty
Re: La maison en ruine
Mangemort 22, le  Mar 17 Avr 2018 - 16:13

La maison en ruine - Page 16 15235608981926630068
Je


Le Serdaigle semble ne pas vraiment apprécier la surprise. Je le vois secouer la tête et serrer quelque chose contre sa poitrine. Il ne doit pas être dans son assiette. Il s'exprime ensuite, d'une voix faible et peureuse. Je peux le comprendre. Cela doit être très décevant de se retrouver face à un Mangemort quand on s'attendait à rencontrer l'amour. Je le regarde au travers de mon masque. Je ne peux m'empêcher de me dire qu'il va tenter quelque chose. Tenter de fuir ou bien de m'attaquer. Je n'ai pas envie de lui faire peur ou de l'effrayer. J'estime que ce serais contre productif et qu'il pourrait devenir une personne de plus agissant contre nous. Je décide donc d'agir différemment de mes pairs, surtout parce que je m'estime un peu différente d'eux.

" Je n'ai pas beaucoup menti. Que ce soit dans la lettre ou maintenant. Assieds-toi je t'en prie. "

Sur ces mots je m'assoie en tailleur à même le sol. Tout en faisant un geste de la main pour lui demander de s'assoir. Puis je remets bien mes cheveux bruns dans mon dos. Ils s'étaient un peu baladés et me gênaient. Je l'observe, je me demande si ça lui laisse un goût amer dans la bouche. En tout cas moi, j'ai bien un arrière-goût peu agréable dans la bouche.

" Osvald ... Je ne compte pas te blesser ou t'attaquer. D'ailleurs, je te déconseille d’essayer de repartir. Il ne t'arrivera rien de grave. Mais tu seras stoppé. "

En disant cela, j'avais l'espoir qu'il comprenne que j'étais de bonne foi. Il était maintenant prévenu que tenter de sortir ne l'aidera pas plus que ça. Ce qu'il ne savait pas, c'est que s'il tentait de sortir par un autre endroit, il ne lui arriverait rien. Sauf si je lançais un sort moi même. Ce que je n'avais pas envie de faire.

" Dis-moi Osvald, que pense-tu de nous ? As-tu entendu des choses sur nous ? Exprime toi sans crainte "

J'étais calme, ma voix l'était tout autant. Il était important qu'il sente que je n'étais pas là pour être méchante mais pour parler et échanger. Il devait le voir et le comprendre. Alors j'attendais ses réponses, ses questions ou ses attaques.
Osvald Osborne
Osvald Osborne
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


La maison en ruine - Page 16 Empty
Re: La maison en ruine
Osvald Osborne, le  Mar 24 Avr 2018 - 22:17

Désolé pour l'attente :mm:

Irréaliste. Si l'on devrait décrire cette situation, ce serait avec le mot : irréaliste.
Incapable de bouger je la regarde s'asseoir par terre, comme si de rien n'était. Le sol est sale et plein de débris mais elle s'en fiche et moi comme un idiot de première classe je fais un mouvement comme pour lui dire « non fais pas ça tu vas te faire mal ! » Puis je baisse le bras en me sermonnant mentalement. Non mais quel idiot ! Si elle voulait s'asseoir sur des clous rouillés et du parquet craqué je ne vais pas l'en empêcher.... bien que ce soit très déconseiller à faire... mais c'était une Mangemort alors tant pis pour elle...

Elle assise, moi debout. C'est gênant.
Puis elle parle. Elle se défend d'être entièrement une menteuse, comme si ça changeait quoi que ce soit à la supercherie. Elle dit qu'elle ne veut pas me faire de mal et je ne parviens pas à la regarder dans les yeux. Comment croire une menteuse ? Si elle voulait baser une relation sur la confiance il ne fallait pas engager la discussion avec une tromperie ! Même si se mettre ainsi en position de vulnérabilité doit jouer en sa faveur... C'est risqué, non ? De s'asseoir comme ça ? Si Castielle était là elle aurait su prendre avantage de la situation, je l'entends presque me hurler dans la tête que je suis un imbécile et que positionnés comme ça j'avais toutes mes chances... si seulement je n'étais pas moi. Cassie elle saurait quoi faire. Elle, elle n'aurait pas eu d'élan d'empathie envers une Mangemort juste pour une histoire de débris de verre ou autres.

Je baisse les yeux quand viennent les questions. En fait c'est chez moi qu'il y a des débris de verre. Et soudainement leur contemplation devient un centre d'intérêt des plus captivants plutôt que de supporter son regard à elle. Ce que je pense d'eux ? Bonne question. « Je pense surtout que le monde devient fou. » Entre les statues de glaces et les journaux qui te sautent à la figure. Mais ça je le soufflais plus pour moi que pour elle, comme pour le reste au final. « Puis ce que vous faites c'est mal » ça au moins c'était un fait. Pas vrai ? Si, clairement, ça c'était un fait sûr et certain. Mais même avec ça je ne peux pas la regarder en face. Ce qui est assez ridicule parce que ça m'oblige à baisser et détourner les yeux, les posant alors partout sauf devant moi. « C'est absurde de faire autant de mal aux gens juste parce que vous le pouvez » Je ne réponds absolument pas à ses questions à vrai dire, et je le sais bien, mais c'est surtout que je suis incapable d'y répondre.

Le fait est que je n'ai pas d'avis sur eux. Ni sur les autres. Je me suis toujours arrangé pour rester en dehors de tout ça et le peu d'information que je possède vient d'autres personnes. Jace, Elhiya, Riri, Castielle, ... au final ils sont les seuls avec qui j'en ai vaguement parlé, et encore je n'avais fait que boire leurs paroles, mon propre avis se calquant sur les leurs, changeant de direction comme une girouette un jour de grands vents.
« Je veux juste partir... »
Ça c'était bien la seule vérité, pure et absolue, qui ne provenait que de moi et moi seul.
Mangemort 22
Mangemort 22
Mangemort à la retraite
Mangemort
à la retraite
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


La maison en ruine - Page 16 Empty
Re: La maison en ruine
Mangemort 22, le  Mar 24 Avr 2018 - 23:56


Il

Le mangemort était assis par terre. Il regardait Osvald au travers de son masque. Son regard brun scrutait le moindre de ses gestes. Le préfet de Serdaigle était bloqué avec lui. Il ne pouvait pas partir, ils étaient là tout les deux. 22 buvait les paroles d'Osvald. Ses questions n'étaient pas innocentes, et toutes les réponses étaient bonnes à prendre. Il pouvait sentir que ses mots, étaient des choses préfabriquées, comme une réalité qu'on lui avait imposée sans s'en rendre compte. 22 secouait légèrement la tête de gauche à droite à chacune de ses phrases. L'adolescent semblait sincère et sa dernière phrase le toucha. Il voulait partir, il devrait attendre encore un peu.


" Osvald ... Tu vas finir par partir, je te demande juste encore un peu de temps. "


Sur ces mots, il posa ses mains sur ses cuisses tout en se penchant légèrement en avant. Il semblait à l'aise le 22. Peut-être qu'il était un peu trop à l'aise. Mais ça, il s'en fichait. Ses cheveux bruns tombaient sur les cotés de son visage masqué. Que pouvait-il faire davantage ? Expliquer les choses.


Tu sais Osvald. Les jeunes ne sont pas suffisamment renseignés. Ce qui se passe dans le monde, est ton affaire. Un jour ou l'autre, ça t'impactera. À toi de voir si tu veux être acteur ou victime du système. Il est important de savoir ce qu'on veut vraiment, même si ... ça ne convient pas à tout le monde. "


22 marqua une légère pause. Regardant le jeune préfet. Il prit la décision de se relever pour être à sa hauteur. Se rapprochant de quelques pas du jeune Serdaigle. Il prit une voix plus calme et plus douce pour expliquer la suite.


" Nous ne sommes pas méchants, chaque action à un but. Si tu ne cherches pas tu ne peux pas en comprendre la réelle signification. Sache cependant, que personne n'est identique. Tu peux faire en sorte que tout soit plus pacifique, moins violent. C'est bien pour ça que je suis là, je ne suis pas quelqu'un de violent, je n'aime pas ça. Nous n'avons qu'une seule idée en tête. Dis-moi, que penses-tu du secret magique ? Est-ce positif ou négatif ? "


Dit-il en passant à coté du préfet pour aller s'appuyer contre un mur derrière. 22 était très confiant ce soir, peut-être trop. Il se disait qu'il était en sécurité, qu'il avait forcement le dessus. Ce qui était probablement vrai. Son masque et sa marque lui donnaient un avantage considérable. Un souci et il lui suffisait d'appeler du renfort. Surtout si ledit renfort s'appelait 67. Il regarda le bleu et argent de haut en bas, puis de bas en haut avant de mettre ses cheveux d'un seul côté de sa tête. C'est que c'était gênant. Replongeant son regard sur Osvald, il attendait impatiemment sa réponse.
Contenu sponsorisé

La maison en ruine - Page 16 Empty
Re: La maison en ruine
Contenu sponsorisé, le  

Page 16 sur 18

 La maison en ruine

Aller à la page : Précédent  1 ... 9 ... 15, 16, 17, 18  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Pré-au-Lard ~¤~ :: Rues de Pré-au-Lard-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005.