AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Pré-au-Lard ~¤~ :: Rues de Pré-au-Lard
Page 3 sur 14
La maison en ruine
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4 ... 8 ... 14  Suivant
James Revanor
Gryffondor
Gryffondor

Re: La maison en ruine

Message par : James Revanor, Dim 10 Jan 2010, 11:16


Emy Emy Emy... Non, il ne connaissait pas ce nom. D'ailleurs, comment l'aurait il pu? Il venait tout juste de revenir dans la partie magique du monde du Royaume Uni alors de là à réussir a reconnaitre quelqu'un, il ne fallait pas déconner non plus.

Avec la nuit, le temps se dégrada encore plus et c'était un froid des plus sérieux qui élit le haut de cette colline blanche pour domicile. Une lune a demi pleine filtrait au travers de l'épais manteau nuageux qui les recouvrait. Cette faible tentative de percée de la part de l'astre lunaire suffisait pour les éclairer d'une lumière tamisée. Ce rien projeta des ombres inquiétantes tout autour deux, chose que James redoutait amplement mais pour cette fois, il n'aurait rien a craindre de sa propre ombre. Observant Emy une nouvelle fois, il constata que dans l'ombre, sa fatigue et chevelure mal entretenu n'avait aucun impact et cela amplifiait grandement sa dite beauté. Elle était mignonne dans le noir, mais ce n'était pas le cas en journée. Peut être qu'un bon bain... Bref, il n'avait certainement parlé trop vite et jugé dans le premier coup d'œil.


- Dis-moi James, tu dois avoir d'autres choses à faire que de rester là à te les peler et à discuter avec une inconnue dont tu ne dois même pas avoir envie de faire connaissance, non ?


Elle est marrante elle. Si il était là a prendre des photographies jusqu'à tard le soir, c'est qu'il n'avait pas grand chose a faire. Puis pourquoi rentrerait il chez lui? Personne pour l'attendre et il n'avait pas bien faim. La pleine lune avait tout de même était présente il y a quelques semaines et depuis ce jour là, il n'avait pas faim, a se demander ce qu'il avait bouffé.

Ouvrant l'intérieur de sa veste, James y rangea son appareil photographique dans une poche intérieur. Etouffant gentiment dans son écharpe, il l'ôta pour la mettre dans une des poches extérieur de son manteau. A l'instar de l'écharpe, il ôta aussi son bonnet qui lui grattait furieusement son chef et il le mit dans la même poche que sa boule de laine rouge qu'était l'écharpe.


J'aime bien les balades nocturnes *encore plus que quand j'suis en bête*.

Regard en biais sur la jeune femme. Sans aucun doute rigolerait elle encore niaisement. Indiquant le flanc de la colline en direction d'un chemin forestier à l'opposé du village, il rajouta.

Je doute que t'aille mieux a faire dans l'immédiat dans si tu veux m'accompagner, ce sera avec plaisir.
*Mais si tu la ramènes pour dire une bêtise, j'm'arrangerai pour te bouffer a la prochaine pleine lune.*

Et ce fut sincère. Même si un personnage lui semblait plus recommandable, il n'aimait que trop la compagnie, aussi silencieuse soit elle. Dégagea ses pieds de l'emprise qu'avait formées les différentes couches de neiges, il s'avança et entama de redescendre ce monticule de terre en faisant attention a ses prises. Il était bien compliqué de ce mouvoir dans la neige quand celle ci atteignait le haut du mollet. Trois quatre mètres supplémentaire et il fut excédé. Sortant sa baguette, il fit fondre la neige autour de lui et quand ses pieds furent a découvert, il fit apparaitre deux raquettes qu'il mit. Hors de question d'abimer un peu plus la flore, aussi éphémère soit elle. Il atteignit le bas de la colline en dix minutes environ mais il ignorait complètement si l'encapuchonnée le suivait ou non. Pivotant sur lui même, il regarda.
Revenir en haut Aller en bas
Emy Stewart
avatar
LégendePoufsouffle
Légende
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Lionne
Occlumens


Re: La maison en ruine

Message par : Emy Stewart, Dim 10 Jan 2010, 23:07


James ne répondit pas immédiatement à sa question. Il rangea d'abord son appareil photo à l'intérieur de sa veste, ainsi que son écharpe et son bonnet. Diantre, il a de grandes poches. Le plus marrant, c'est qu'il se découvrait alors qu'il faisait de plus en plus froid. Oh et puis de toutes façons, ça ne serait pas elle qui devrait s'occuper de lui lorsqu'il serait malade. Finalement il confia qu'il aimait bien les balades nocturnes. Indirectement, cela signifiait plusieurs choses. Non, il n'avait rien à faire ce soir et il ne comptait pas non plus rentrer chez lui.

Après lui avoir jeté un regard, il lui montra du doigt un chemin qui descendait le flanc de la colline en direction de la forêt. Enfin, il lui retourna la phrase qu'elle lui avait dit un peu plus tôt en lui proposant de venir avec lui. "Avec plaisir" ? Ouais bon, fallait pas abuser non plus, il y avait à peine cinq minutes ils étaient à la limite de se sauter dessus. Au moins il avait réussi à se démarquer des autres, il n'était pas parti en courant. Et bien que ce soit avec ironie ou pas, elle prenait en compte l'invitation.

Il commença à partir sans attendre sa réponse et la jeune femme se leva aussitôt pour le suivre. Cependant il était vraiment pénible et de déplacer dans la poudreuse, c'est pourquoi il fit fondre la neige et mit des raquettes à ses pieds. Emy l'observa faire, intriguée. Elle n'avait jamais utilisé de tels engins, mais après tout s'il le faisait, c'est qu'il y avait une raison. Alors qu'il repartait sans aucun regard pour elle -quel gentleman décidément- elle agita à son tour sa baguette pour obtenir une réplique parfaite des choses en plastiques qu'il avait aux pieds. Une fois cela fait, elle reprit sa marche, essayant de le rattraper le plus vite et le plus silencieusement possible.

Lorsqu'en enfin il arriva en bas, il se retourna, probablement pour vérifier si elle le suivait, s'il ne l'avait pas entendu à cause du sifflement du vent. Comme elle était juste derrière lui et qu'il ne devait pas s'y attendre, Emy aurait juré qu'il avait sursauté. *Bah, ça doit encore être ma tête qui lui fait peur* Ce n'était pas que ça la dérangeait qu'il la dévisage ainsi, mais... En fait si, un peu quand même. La jeune femme haussa un sourcil avant de rétorquer :


- Bon, on continue ?

L'escapade se poursuivit donc, bravant tous les éléments. Franchement, il fallait être fou. Emy avançait péniblement, peu habituée à avoir de grandes choses rigides en dessous des pieds. Plusieurs fois elle trébucha, se retint à grande peine de ne pas s'agripper au dos de James devant elle dans le but d'éviter de finir la tête la première dans la neige. Pour cela, il lui fallait toute sa concentration et son équilibre au plus haut niveau. La marche était silencieuse, aucun des deux ne sifflait mot. James devait certainement admirer la nature autour de lui, ou penser à on ne sait quel sujet. Quant à Emy, elle était trop focalisée sur ses propres pieds et à ne pas tomber que le reste lui importait peu.

Lorsqu'elle se fut habituée et que le mouvement lui sembla répétitif, elle releva les yeux devant elle. Une fois qu'on s'y faisait, il fallait avouer qu'il était plus aisé d'évoluer avec des raquettes. Quelques pas de plus, et elle décida d'avancer pour se mettre à la hauteur du jeune homme. Encore quelques pas et elle se décida à tourner la tête vers lui, à prendre un bouffée d'air glacial puis à lui demander :


- Et sinon, tu fais quoi à part gravir des collines, marcher dans la neige la nuit et parler avec des gens bizarres ?
Revenir en haut Aller en bas
Azphel
avatar
Maitre de JeuSerpentard
Maitre de Jeu
Serpentard
Spécialité(s) : Loup-Garou
Occlumens
Permis de Transplanage


Re: La maison en ruine

Message par : Azphel, Sam 27 Mar 2010, 16:07


------Azphel se promenait dans le parc de Poudlard, ce qui était de plus en plus rare ces temps-ci. Heureusement le printemps avait eu la bonne idée d'apporter avec lui quelques rayons de soleil préventif très appréciés. De ce fait, il était assez agréable de se retrouver dehors en cette fin d'après-midi. Il n'était pas vraiment là pour profiter des charmes qu'offrait le parc, ni même pour se rendre dans la forêt interdite pour s'y exercer, d'ailleurs il le faisait beaucoup moins qu'avant, il se dirigeait vers le petit village de Pré-au-Lard, qu'il connaissait assez mal. Il ne s'y était jamais vraiment intéressé, plus occupé à s'exercer ou à étudier les origines et toutes les formes de magie... Quoi qu'il en soit il avait aujourd'hui un rendez-vous et pas avec n'importe qui, avec sa rédac'chef du Chicaneur, la ravissante Sara Shake.

Il avait eu la chance de passer un agréable moment dans son bureau et à force de discussions il avait découvert une personne très appréciable. Ils avaient pas mal de points communs - notamment sur certaines formes de magie - et avaient décidés en tout bien tout honneur de passer un début de soirée ensemble, pour encore mieux se connaître. Sans aucune arrières pensées évidemment, bien qu'espérer plus n'aurait pas dérangé Azphel, mais la belle blonde était déjà en couple avec un de ses collègues du Chicaneur ; qui plus est elle attendait un petit bambin alors, il était certain que ça n'irait pas plus loin entre eux deux. Soit, de toute façon il n'était pas encore désespéré au point de vouloir se caser à tout prix, d'ailleurs être célibataire lui assurait un minimum de tranquillité et il en avait bien besoin en ce moment.

------Il se mettait déjà sa soeur à dos pour des choix qu'il avait faits ; et ce n'est pas ça qui l'arrêtait ou l'empêchait de continuer à étudier ce qu'il souhaitait... Il ressortit de toutes ses pensées en arrivant à l'orée du petit village. L'endroit où Sara lui avait donné rendez-vous était assez inhabituel, une maison en ruine quelques peu à l'écart du village. Il ne s'était pas posé de question, il n'était pas du genre à s'inquiéter. Au contraire l'atypique était ce qu'il préférait, l'étrange, l'occulte. Il aimait tout cela ou peut-être que c'était l'inverse, mais ce qui était sûr c'est qu'aujourd'hui la vie d'Azphel prenait plus de sens dans cette direction. Il était loin de savoir si c'était ou non le cas pour Sara, elle ne le laissait pas penser au premier abord, mais il avait appris à se méfier des apparences, lui-même usait trop souvent d'artifices pour tromper ses interlocuteurs. C'était donc une bonne occasion pour lui d'apprendre à connaître la jeune femme.

Il traversa les rues du village pour se rendre à la maison assez furtivement. Il jetait tout de même un oeil aux boutiques qui traînaient, mais il savait d'avance qu'elles n'avaient rien d'intéressant, au moins pour lui. Le Chemin de Traverse offrait bien plus de choix... Arrivé de l'autre côté de la rue principale, il tourna sur lui-même pour chercher la maison des yeux. Il la vit à une bonne centaine de mètres du village, en bordure d'une forêt. En effet, elle était complètement détruite, le toit avait été emporter et les murs qui tenaient encore debout donnaient l'impression d'être en équilibre avec l'effondrement. Il pénétra dans la bâtisse en ruine prudemment, pour éviter de faire tomber le peu qui restait encore debout. L'intérieur était couvert de gravas et de poussières, des restes de mobiliers traînaient çà et là dans un état lamentable. Des traces de combats étaient restées inscrites sur certains murs, il y en a qui avaient dû s'amuser ici...

------Azphel sortit sa baguette de sa cape, non pas qu'il s'apprêtait à combattre, mais plus parce qu'il avait la manie de faire joujou avec et de s'exercer. Il sortit une bouteille qu'il avait emmené pour l'occasion, un petit vin blanc sucré et raffiné. Il la posa avec deux verres sur un parpaing qui traînait dans le coin. Il fit le tour des quelques pièces dévastées en attendant Sara, elle ne devrait plus tarder à arriver maintenant. Baguette en main il récitait des incantations silencieusement. Il alluma même un feu magique dans un coin de la pièce après un moment, parce qu'il n'avait que ça a faire pour ne pas sombrer dans l'ennui ; il espérait tout de même qu'il n'attirerait pas le village paniqué ! Il tourna la tête pour apercevoir Sara qui arrivait vers lui. Vêtue d'un jean moulant qui témoignait de ses belles formes, elle resplendissait comme toujours et ne laissait en aucun voir, du moins d'où il se trouvait, qu'elle était enceinte. Elle était enfouie dans une cape noire qui ne laissait apparaître d'elle que visage et ses longs cheveux blonds étincelants

- Bonsoir Sara, la salua-t-il amicalement en s'approchant d'elle pour lui faire une bise. Il s'aperçu alors du petit ventre rond qui avait commencé à se former sur la jeune femme, ce qui n'enlevait rien du tout à son charme ! Comment tu vas ? l'interrogea-t-il.

------Il se dirigea vers le petit feu qu'il avait créé dans un coin de la maison, suivi par Sara. Il fit apparaître deux chaises molletonnées pour qu'ils puissent s'y asseoir et discuter tranquillement.
Revenir en haut Aller en bas
Sara Shake
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Legilimens
Occlumens


Re: La maison en ruine

Message par : Sara Shake, Mer 31 Mar 2010, 15:41


Un rayon de soleil traversa la vitre et vint frapper de plein fouet le visage de la jeune femme. Allongée sur le canapé dans l'arrière-boutique d'Ollivander's, elle se reposait après une longue après-midi de dur labeur. Ce chaleureux contact était donc bienvenu ; il lui fit du bien, amenant ses pensées à basculer vers le sable de la plage, l'eau salée de la mer, le vent soufflant à toute allure... Des vacances de rêve que Sara s'imaginait depuis un certain moment déjà. Longtemps elle avait travaillé sans prendre un jour de congé. Elle méritait de partir et de se relaxer au soleil, en compagnie de son cher Chris. Les deux tourtereaux pouvaient se permettre de prendre des vacances : la boutique serait mise sur la surveillance de leurs elfes de maison et Ismaël, le troisième roue du carrosse vendeur, saurait s'en sortir sans problème.

Un sourire s'étira sur le visage de la Serdaigle à cette pensée. Elle en parlerait à Chris dans pas longtemps. Le jeune homme pouvait refuser mais il n'avait pas spécialement de contrainte scolaire qui l'empêchait de s'évader : c'était bientôt les vacances de Pâques et les cours étaient à cette occasion suspendus. Enfin bref, des vacances lui feraient du bien à lui aussi, surtout qu'ils pourraient partir au Japon voir la grand-mère du Serpentard. Cela faisait une éternité qu'il ne l'avait pas vue et Sara aurait aimé rencontrer sa famille avant l'accouchement. D'abord, la vieille femme était-elle au courant ? Elle ne savait pas si Chris lui avait envoyé une lettre récemment.

La jeune femme soupira et s'assit, frottant ses joues réchauffées par le rayon de soleil qui venait de disparaître derrière les nuages. Elle jeta un œil au dehors, scrutant le ciel, tenant de deviner si la pluie allait ou non faire son apparition. En tout cas, pour l'instant, ce fut Chris qui fit son entrée. Il se laissa tomber à côté de Sara, l'embrassant sur la joue au passage. Posant sa tête sur son épaule, le jeune homme soupira. La journée avait été épuisante pour lui aussi ! Le matin, il avait donné cours sans interruption ; l'après-midi, il était venu aider sa compagne à la boutique, étant donné qu'Ismaël avait cours toute la journée, lui.

- Je crois que j'irai pas dormir tard, ce soir, dit-il au bout d'un moment de calme appréciable. Tu seras rentrée avant que j'aille au lit ?

Sara fit claquer sa langue : elle avait complètement oublié ! Elle avait donné rendez-vous à l'un de ses journalistes à Pré-au-Lard en fin de journée. Par conséquent, elle ne pouvait pas rentrer tout de suite... La Serdaigle soupira encore une fois et posa sa tête sur celle de Chris. Ce dernier posa sa main sur son genou et fit des mouvements avec son pouce pour le lui caresser.

- Je l'espère... Normalement, ça ne devrait pas durer trop longtemps.

Lorsque ce journaliste était venu dans son bureau afin de discuter de ses articles pour le prochain numéro, Sara avait eu du mal à le cerner complètement. De plus, il était le seul de l'équipe qu'elle ne connaissait pas personnellement et la jeune femme n'aimait pas cela. Enfin, elle préférait travailler avec des personnes en qui elle avait confiance et avec qui elle s'entendait bien plutôt qu'avec des étrangers. Alors, elle avait décidé de faire connaissance avec ce journaliste ; voilà la raison de ce rendez-vous. Ce n'était pas du tout pour parler boulot.

- Hum... fit Chris en se redressant.

Il passa sa main dans ses cheveux et fit une grimace. Devant la moue interrogatrice de Sara, il lui fit part de son désir de prendre une douche. Une goutte de sueur perla sur sa tempe. La jeune femme se mit à rire et à repenser au jeune homme qui avait couru dans tous les sens. Il était vrai que l'après-midi avait été longue et riche en sport et la chaleur qui régnait dans la boutique n'arrangeait rien.

- Alors mettons-nous en route, dit Sara en se levant.

Elle rabaissa son petit pull sur son ventre, qui commençait doucement à prendre forme. C'était une étrange sensation de sentir qu'un petit être grandissait à l'intérieur de soi, produisant un même effet de transformation du corps. Heureusement pour la jeune femme, celle-ci n'avait pas encore pris beaucoup de poids ; elle en était déjà à son quatrième mois et espérait que par la suite, son corps ne devienne pas un amas graisseux.

Chris se leva à son tour et les deux amoureux se préparèrent à partir. Sara mit sa cape de voyage sur elle et suivit le jeune homme à l'extérieur. Elle ferma la boutique avec les sorts habituels et se rendit, bras accroché à celui du Serpentard, à leur zone de transplanage. Bien que les sorciers avaient l'habitude de ce genre de transport, qu'ils se produisent à n'importe quel moment et n'importe où, la jeune femme disparaissait dans des endroits plutôt moins fréquentés afin de ne pas saisir d'éventuels passants cardiaques - personnellement, elle-même se saisirait.

Ils arrivèrent à Pré-au-Lard quelques secondes plus tard, proche du bar "Les Trois Balais". Le calme fut saisissant, comparé au brouhaha du Chemin de Traverse. Sara inspira l'air frais et ferma les yeux, tandis que le soleil, ici, inondait le village. Chris l'entraîna à l'entrée et l'embrassa amoureusement. Il lui souhaita une bonne rencontre avec son journaliste et lui intima de rentrer le plus vite possible. Avec un sourire, la jeune femme hocha la tête et lui assura d'être rentrée avant qu'il ne s'endorme. Elle l'embrassa une dernière fois, et avant qu'il ne parte, il s'abaissa afin d'embrasser le ventre de Sara.

Cette dernière le regarda s'éloigner. Une fois qu'il fut hors de vue, elle fit demi-tour et s'avança vers le fond du village, où avait lieu son rendez-vous. C'était dans une maison en ruine située à l'orée de la forêt que Sara avait choisi pour cadre de sa rencontre. Elle aurait pu choisir le bar ou autre chose mais elle désirait être tranquille, bavarder sans pudeur avec Azphel. Azphel, c'était le nom du journaliste. Elle ne savait pas exactement d'où le jeune homme venait mais elle comptait le lui demander d'ici peu de temps.

Sara pénétra dans la fameuse maison en ruine plus vite qu'elle ne l'imaginait. Pré-au-Lard était certes petit mais les maisons étaient tellement espacées et le terrain si vaste que le village paraissait grand. La jeune femme secoua la tête et s'avança dans la lumière de ce qui semblait être un feu de cheminée. Les rayons du soleil avaient du mal à passer, même si certaines parties du toit avaient été arrachées par les intempéries ou les sortilèges. Ah oui, ce lieu en ruine servait de terrain d'entraînement à certains jeunes... ou de refuge pour des gens pas très nets. Sara espérait qu'elle n'en rencontrerait pas un, là. Car un feu brûlait dans une vieille cheminée. Elle scruta la pièce et fut plutôt saisie de voir Azphel s'avancer vers elle. L'heure tournait vite, elle n'avait pas vu. Reprenant rapidement contenance, Sara sourit et vint à sa rencontre. Tout naturellement, ils se firent la bise.

- Bonsoir Sara. Comment tu vas ?

Il l'invita à le suivre près du feu, où il fit apparaître rapidement deux fauteuils à l'air confortable.

- Bonsoir Azphel, répondit-elle en souriant. Je vais très bien, ma foi, quoiqu'un peu fatiguée. Et toi, tu te portes bien ?

La jeune femme s'installa dans un des fauteuils et remercia le jeune journaliste lorsqu'il lui tendit un verre rempli de... Sara renifla le contenu, vérifiant qu'il n'avait pas été altéré - on n'est jamais trop prudent - et constata que c'était du vin blanc. Elle but une gorgée histoire de la goûter : sucré, doux, raffiné... Excellent. Elle reprit une ou deux gorgées, savourant un petit instant de calme. Enfin, elle prit la parole :

- Alors, comment te sens-tu à l'approche de la parution de notre journal ? Pas trop intrigué de voir le résultat ? Au passage, tu as fait un très bon travail.

Bon, au départ, cette rencontre n'était pas faite pour parler du boulot mais Sara ne put s'empêcher de lui poser la question. Elle ne savait pas ce que pensait Azphel et il ne lui avait éclairé lors de l'entretien d'embauche sur une éventuelle contribution à un journal étranger, quelconque. En tout cas, le jeune homme était bien doué pour le journalisme, peut-être avait-il une certaine expérience malgré son jeune âge, là d'où il venait ?
Revenir en haut Aller en bas
Laura Jedusor
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: La maison en ruine

Message par : Laura Jedusor, Mar 12 Avr 2011, 12:11


Defi RPG Laura Jedusor, Noisette, Chris Bennet (Llyod Irving)

Laura entra dans cette maison qui était en ruine dans pré-au-lard. La porte grinçait, il y avait des bruits étranges, des toiles d'araignées. La jeune fille était venu ici car les endroits effrayants l'avaient toujours fascinée, quand elle avait 5 ans, elle avait été dans la maison
d'une vieille dame qui avait la réputation de tuer tous les enfants du quartier. Elle espérait tout de même que ça se passerait mieux que sa dernière ballade dans la célèbre cabane hurlante, elle se rappelait de la grave blessure de son camarade, James Mayer, un Poufsouffle, elle avait vraiment eu très peur. Mais elle espérait tout de même y découvrir certaines choses mais pas trop de dangers. Mais cette endroit ne pourrait jamais remplacé son endroit préféré " les grottes"...


Dernière édition par Chris Bennet le Mar 26 Avr 2011, 18:45, édité 4 fois (Raison : ajout de [defis rpg....])
Revenir en haut Aller en bas
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
Laura Jedusor
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: La maison en ruine

Message par : Laura Jedusor, Mar 26 Avr 2011, 15:23


Une personne adressa la parole à la Serpentard qui devina qu'il s'agissait de noisette, le poufsouffle avec qui elle avait rendez vous dans la maison en ruine, elle espérait que les deux jeunes filles s'entendraient bien mais le descendante du plus grand mage noir de tous les temps avait toujours eu du mal à s'entendre avec les élèves de la maison Poufsouffle, le seul élève de poufsouffle qu'elle appréciait était James Mayer, qu'elle avait rencontré à la cabane hurlante. Cette aventure s'était d'ailleurs mal finie Jamesavait été gravement blessé. Il y avait eu un fantome, elle espérait que cette fois-ci, il n'y aurait pas eu de blessés mais elle espèrerait malgré tout découvrir des choses étranges. Elle répondit à Noisette:

_ Non, je ne suis jamais venus ici, mais à quoi ça servirait de venir dans cette maison si j'y étais déjà allée.

Elle la vit regarder l'étrange nuage en forme de serpent, et elle lui dit:

_ Étrange nuage, n'est ce pas, peut être qu'il signifie quelque chose.
Revenir en haut Aller en bas
Chris Aaron Bennet
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Métamorphomage


Re: La maison en ruine

Message par : Chris Aaron Bennet, Mar 26 Avr 2011, 18:44


(Personnage intermitant, afin de faire progresser le défis. Je prends donc la place de Kat de Salem(qui a posté une absence indéterminée) sous le nom de Llyod Irving, gryffondor 7ième année ! Merci de votre compréhension ! Smile

Llyod était un jeune garçon de gryffondor qui aimait se promener. Durant les nombreuses sorties organisée par l'école dans le village avoisinant, le jeune garçon aimait s'isoler du groupe d'élève pour partir à la découverte de lieux moins fréquentés et plus pittoresques que Zonko, Les Trois Balais ou encore la Cabane hurlante.

C'est au détour d'une rue qu'une maison en ruine s'offrit à lui. Devant il aperçu deux demoiselles en train de papoter. Intrigué par ce qu'elles pouvaient bien faire devant cet édifice en état de délabrement, il s'approcha d'elle et obtint quelques brides de conversation.
Ainsi aucune d'entre elles n'étaient entrée dans la battisse. Intrigué et surtout curieux de savoir quels trésors elle pouvait receler, Llyod se joint à elles.

"Salut ! Dites vous faites quoi ? Vous voulez rentrer dedans ? On ne sait jamais on pourrait trouver des choses intéressantes !

Llyod n'attendit pas la réponse et poussa le portail qui partait en miettes, puis se retourna !

"Vous voulez venir ?"
Revenir en haut Aller en bas
Laura Jedusor
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: La maison en ruine

Message par : Laura Jedusor, Jeu 28 Avr 2011, 16:11


Un gryffondor et un pousfouffle, fallait le dire si on voulait sa peau, pourquoi ce genre de choses tombaient toujours sur elle. Un gryffondor inconnu à la serpentard posa différrentes questions qui étaient ce qu'elles faisaient ici et si elles voulaient rentrer à un endroit qui parraissait sombre. Mais il n'attendit même pas la réponse des deux jeunes filles, étranges garçon ou plutôt étrange gryffy, tous les gryffondor étaient polis, enfin c'était ce que croyait la descendante de Lord Voldemord, mais il arrivait certaine surprise. Hors de question qu'une personne de la maison de Godric Gryffondor est ait plus envie d'aventure qu'elle. Elle passa devant elle et dit:

_ Je passe devant, allez noisette, déche toi, arrête de scotcher du regard ce nuage, on dirait une folle.

Laura pensant qu'il était mieux de sympathiser avec ce Gryffy est trouva donc mieux de ne pas lui révéler quel qu’elle était la descendante du seigneur des ténèbres.

Edit Will Crow : Bonjour. Je te prierais de faire attention aux diverses fautes d'orthographe ainsi que que de ponctuation que l'on peut trouver dans tes textes. En effet, j'ai ici corrigé les fautes pour te montrer qu'elles sont nombreuses et gênent la lecture, tout comme les phrases ne comportant ni virgule, ni point. Je te conseille donc le site BONPATRON, ou même de taper tes textes au préalable sur Word. Cordialement.
Revenir en haut Aller en bas
Calypso Otaway
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage



Re: La maison en ruine

Message par : Calypso Otaway, Mer 20 Juil 2011, 12:53


HRP : Dernier chapitre du RP avec Cliodhna Quinn. Pour lire le début du RP et comprendre le contexte rendez-vous à La Tête de Sanglier. Ce RP se déroule avant que Clio ne soit Phoenix (elle a encore 17 ans) et avant que Céleste ne soit devenue chef.

Le cœur de la jeune femme blonde battait dans sa poitrine alors qu'elle suivait ce répugnant personnage. Qu'est-ce qui fallait pas faire pour arriver à grappiller quelques indices intéressants...
Elle eut une petite pensée pour Clio qui devait être en train de se repoudrer le nez dans les toilettes de la Tête de Sanglier. Tant mieux, au moins si les choses dégénéraient, elle ne serait pas prise malgré elle dans une situation qu'elle n'avait jamais voulu. Même si à vrai dire, Céleste savait pertinemment que cet homme ne pourrait rien contre elle. Il était tellement saoule et si lent que le temps qu'il sorte sa baguette, elle aurait le temps de le décapiter avec une hache émoussée. Non non rassurez vous ce n'était néanmoins pas dans ses intentions !

Elle le suivit bien gentiment, faisant de grands sourires et riant de manière forcée à ses blagues nulles, qu'elle n'écoutait d'ailleurs pas. La jeune femme fixait le coin de la rue et priait pour que personne ne s'y trouve lorsqu'ils y tourneraient. Parce que ce serait à ce moment là qu'elle allait devoir agir, pour que personnage ne l’aperçoive. Discrétion et rapidité devaient être ses maîtres mots.
Elle aurait bien aimé le sommer de marcher un peu plus vite afin d'en finir avec ce cinéma burlesque une bonne fois pour toute, mais si elle se montrait trop impatiente il risquait se poser des questions. Du moins si son état le lui permettait encore. Mais au moins l'entendre parler pour ne rien dire avait du bon parfois. Il lui expliqua alors entre deux histoires de lapin parlant, que sa demeure se trouvait juste à l'angle de cette rue. Qu'on pouvait déjà apercevoir la fenêtre - rouge - mais pas la porte – bleu ciel - devant laquelle ils allaient déboucher. Et en plus il aimait donner des détails ... Et quel manque de goût !
La fausse blonde leva les yeux aux ciels et se contenta de glousser stupidement avec des yeux qui lançaient néanmoins des éclairs.

Quelques petits pas de plus, plus que quelques minutes et ils ne seraient plus visibles par quiconque. Quelques secondes ... la fenêtre se rapprochait très vite et Céleste n'entendait plus rien à présent à part le bruit de ses talons sur les pavés qui faisaient un bruit régulier. Et tout d'un coup, l'homme tourna au coin de la rue, suivit de près par Céleste. Le premier réflexe qu'elle eût fut de regarder à droite et à gauche. Personne à l'horizon et c'était bon pour elle. Il ne lui manquait plus qu'un seul détail, insignifiant mais important. Que l'homme se donne la peine d'ouvrir la porte. Ce qu'il ne tarda pas à faire bien que trop lentement au goût de la jeune Auror qui trépignait d'impatiente.
Puis enfin ...

“Après vous jolie mam”zel ! hé mais qu'ess vous faites ?”

Un immense sourire sadique vint déformer le visage de la jeune femme qui se contenta de dire machinalement.

“Stupéfix !”

Une dénotation et un éclair rouge plus tard, l'homme était par terre sur le pavé, les yeux horrifiés et Céleste le sourire toujours aux lèvres commença à se détendre peu à peu. Mission réussit et toute en finesse en plus.
Elle agita sa baguette et le corps se mit à léviter et entra dans la maison. Cette dernière était petite mais à la grande stupéfaction de la délicate demoiselle, elle n'était pas si mal entretenue que cela. Elle avait même l'étrange impression que cette maison était tenu par la main experte d'une femme. Serait-ce possible que ...
L'impétueuse jeune femme se retourna et se baissa juste à temps pour éviter une poêle à frire qui venait dans sa direction. Alors ce maroufle avait donc une femme ? Non peu plausible ... Une mère ? ...
Elle fut encore plus dégoutée qu'elle ne l'était auparavant, mais l'heure n'était pas à s’apitoyer car déjà une femme aussi hideuse que l'homme sortit de ce qui semblait être les cuisines.

“Alors bon ! Tu ramènes encore une de ces dévergondés incapables à la maison ! Gravius ? Je te parle ! Quand je te parle tu m'réponds ! Tu me regardes au moins ! Gravius ! Gravius ? Qu'est ce qui te prends de dormir à ces heures-ci ?”

Céleste fit des yeux ronds. Non mais c'était elle que cette sale mégère traitait de dévergondée et d'incapable ?
L'horrible femme se rapprocha avec curiosité de l'homme supéfixé, que Céleste avait déposé sur le canapé et l'Auror secoua la tête de dépit. Pitoyable. D'un autre geste de baguette, elle fit subir le même sort à la femme qui tomba à la renverse sur le gros dégoutant et entreprit alors sa tâche minutieuse qui était de fouiller dans la maison afin de trouver une quelconque information. Elle commença par l'endroit le plus probable, la cuisine. Elle ne pouvait rien toucher de peur de laisser des traces, mais avec sa baguette ça irait très bien. Elle tenta les tiroirs, même l'arrière de divers tableaux. L'un d'eux montra le poing à Céleste qui sans faire exprès l'avait renversé tête la première dans ce qui semblait être un tonneaux de vin. Il n'y avait rien au rez-de-chaussé, elle décida donc de monter à l'étage.

Elle retourna entièrement la chambre sans ménagement mais ne trouva rien. De rage elle fit exploser quelques objets qu'elle trouvait affreux et dont les morceaux allèrent s'éparpiller aux quatre coin de la pièce sombre. La blonde s’apprêtait à repartir lorsqu'elle entendit un drôle de bruit. Une latte sur laquelle elle avait marché venait de craquer sous ses pieds d'une façon étrange. A vrai dire, il semblait qu'en dessous il y ait autre chose que du faux-plafond!
Un Diffindo plus tard, la jeune femme se retrouva en possession d'une drôle de petite boîte dont les gravures ne pouvaient laisser aucun doute quand à sa provenance. Le sourire aux lèvres elle se laissa aller à sa joie et ses beaux cheveux roux reprirent enfin leur couleur flamboyante. Elle s'observa dans le miroir et se trouva bien mieux comme ça. Quoi que ... ses vêtements étaient à présent légèrement trop étroits, surtout au niveau de la poitrine. Mais qu'importe. Il lui suffisait de sortir et de transplaner hors d'ici afin de pouvoir se changer et être à l'aise.

Elle s'apprêtait à descendre, lorsqu'elle crut entendre quelque chose bouger en bas. Elle resta interdite et immobile quelques secondes avant d'entendre des bruits de pas. Non c'était impossible. Une troisième personne ?
Dans ce cas elle devait agir vite avant que l'idiot ou l'idiote qui se trouvait en bas ne réanime les deux crétins ! Rangeant la précieuse petite boîte dans une de ses poches, elle descendit ensuite les escaliers à toute vitesse et baguette levée elle la pointa sur l'inconnu qui venait de pénétrer dans la demeure et venait déranger ses investigations. Une fois l’individu dans son champ de vision, son sang ne fit qu'un tour.

“Clio ... Mais, mais ... qu'est ce que tu fais ici ?”


Céleste essaya de prendre le même air niais que tout à l'heure, mais elle se souvint finalement qu'elle n'avait plus l'apparence d'Amy ... Oups ...
Revenir en haut Aller en bas
Evanna Ayling
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Legilimens


Re: La maison en ruine

Message par : Evanna Ayling, Lun 19 Déc 2011, 15:36


Rp' with Yun

Il faisait froid. très froid. Quelques flocons solitaires tombaient du ciel, sans qu'on arrive vraiment à savoir si cela allait s'arrêter ou si cela allait s'amplifier. Tout était sombre, et silencieux. Il était 5 h du matin, à ma montre, et je croyais me rappeler que nous devions être le 21 ou le 22 décembre. En vérité, je n'avais aucune certitude : j'ignorais où j'étais, quand j'avais quitté ma maison, et même si je n'étais pas en train de rêver. Une seule chose était certaine : j'étais gelée. Mais malgré ce fait, je continuais à avancer, sans trop savoir pourquoi. Le bruit de mes pas faisait crisser la neige durcie sous mes pas, et la vapeur sortait de ma bouche.

Enfin, je m'arrêtais devant une bâtiment, et je compris instantanément où je me trouvais. J'étais devant une maison en Ruine, et je savais où elle se trouvait ordinairement : A Pré-Au-Lard. Sauf si je rêvais, c'était là que je devais être. Mais diable ! Comment avais-je fais ? J'habitais à Loutry pendant les vacances, et ce n'était pas la porte à coté. De plus, je ne savais pas transplaner. J'essayais de me rappeler pour la troisième ou al quatrième fois mais rien ne venait. Je savais aussi que je ne devais pas partir, que je devais rester ici et attendre. Comme si ce n'était pas ma propre volonté qui me contrôlait. J'avais peut-être été infiltrée par un Legilimens ? J'en doutais. Toutefois, je me fis la promesse de passer l'Occlumencie dès que j'en aurais l'âge.

J'attendais donc devant cette maison en ruine, qui me filait un peu la chair de poule, relatif au fait que je m'étais égarée ici lorsque j'étais petite et que je me promenais avec ma grand-mère, et que j'avais bien cru ma dernière heure arrivée. Grand-mère... J'écrasais une larme. Je savais que c'était à cause de moi que je ne la voyais plus, mais je ne pouvais me résoudre à la pardonner. Il ne fallait plus me mentir, le savoir c’est le pouvoir. Mon vieux credo. Me résumant tellement que je l'avais fait tatouer magiquement sur mon poignet. Et je ne l'avais jamais regretté. Je détestais pré-Au-Lard depuis ce jour en tout cas, ce qui expliquait que j'avais préféré m'installer à Loutry.

C'est alors que j'entendis des pas crisser, là bas. Je cessais de respirer, puis au contraire, essayais de me calmer. Je ne comprenais pas ce qui me prenait. Une silhouette se profila à l'horizon. J'observais, pétrifiée, cette personne avancer vers moi. Il s'arrêta. Je ne distinguais pas son visage. Je n'osais pas néanmoins parler. Seuls nos souffles courts semblaient discuter. Mais dieu du ciel, qu'est ce qui se passait ?

Revenir en haut Aller en bas
Chloé Greenwood
avatar
Serdaigle
Serdaigle

Re: La maison en ruine

Message par : Chloé Greenwood, Dim 29 Jan 2012, 19:07


[RP avec Ethan Lestrange.]

Une chaleur qui avait pris possession de son corps. De simples boissons qui avaient pris en otage son esprit, ses pensées, et même ses paroles. Cette soirée avait été l'une des meilleures depuis bien longtemps. Ses retrouvailles avec Aziliz furent fêtées dans un bar, en tout simplicité. Elles n'avaient pas eu besoin d'une grande fête, ou d'une organisation spécifique. Non, cette soirée s'était déroulée tout comme leur amitié, au final ; simplement. Elles avaient ris et parlé à n'en plus finir, au rythme de questions comme « Tu deviens quoi? » ou « T'aimes toujours autant les fraises? » C'était bon de la retrouver, même si elles n'auraient peut-être pas du boire autant pour profiter de cette soirée.

Elle était vêtue d'une robe, sexy à souhait. Aziliz l'adorait. Grise aux reflets clairs, elle lui arrivait un peu plus haut qu'aux genoux. Agréable à porter, et associée à ses escarpins favoris, la jeune auror s'était quelque peu laissée emporter. Mais c'était son amie qui avait choisi ses affaires, donc ce n'était même pas de sa faute. Et puis, elle passait bien assez de temps dans l'année en survêtement/jogging. Il n'y avait rien de grave à vouloir être séduisante, de temps en temps.

Il était tard, et elles étaient sorties du bâtiment, leurs idées s'embrouillant, se mélangeant aux projets qui avaient vu le jour dans de petits mots. Chloé avait bu sans vraiment s'en rendre compte. La jeune femme se sentait bien ; prête à faire des folies, mais bien. Ca faisait tellement longtemps qu'elle n'avait pas ris à ce point... A chaque mot, elle partait dans une folle partie de rires, et mettait du temps pour s'en sortir. Certains vomissent quand ils sont saouls ; Chloé, elle, riait à s'en faire exploser le ventre.

Elle se sentait comme une gamine et s'attendait à tout instant voir surgir sa mère, dans l'unique but de la réprimander... Mais, que disait-elle? Sa mère n'était plus de ce monde de toute façon... Deux secondes suffirent pour que de nouvelles pensées apparaissent dans son esprit. N'étant pas vraiment en état de réfléchir, elle s'autorisa à ne plus penser du tout, d'ailleurs. Ce serait plus simple comme cela.

Marchant dans les ruelles de Pré-au-Lard, le bruit de leurs talons hauts rythmant leurs pas, les deux jeunes femmes riaient du plus fort qu'elles pouvaient. Chloé sentait que peu à peu, elle devenait de moins en moins maîtresse de son corps. Ne plus se maîtriser était une sensation qu'elle détestait. Mais tant pis pour ce soir. C'était exceptionnel.

Et puis, après ces quelques heures, Aziliz rentra chez elle. Chloé se sentait toujours aussi folle, et avait pensé que se balader estomperait les effets. Idiotie.

Elle marchait désormais sans vraiment savoir où elle allait. Ses pieds la faisaient souffrir...Mais elle ne voulait en aucun cas ôter les merveilles qu'elle portait. Elle était plutôt loin du village maintenant...et un bâtiment se dessinait dans l'ombre. Un bâtiment...ou peut-être autre chose. Elle pourrait s'y reposer.

Elle avait envie de courir partout, sans plus s'arrêter. Elle voulait accomplir toutes les folies possibles, quitte à se faire réprimander. Elle voulait profiter, tout simplement. Baissant les yeux vers le sol, elle enleva ses chaussures et les prit dans les mains. Elle accéléra, jusqu'à courir, enfin. Le vent lui fouettait le visage. Il faisait froid, mais elle s'en fichait ; elle était seule de toutes façons. Son coeur battait la chamade. Elle n'était plus maîtresse de son corps, et ça pouvait comporter certains avantages.

Sa robe -la préférée d'Aziliz-, la mettait à l'aise et ne la dérangeait pas pour courir. Elle sautait, tournait, virevoltait. Et puis, elle arriva à la hauteur du bâtiment qu'elle avait précédemment aperçu. Une vieille batisse en ruine... elle aurait eu peur, et serait partie en temps normal. Mais ce soir, elle se fichait de tout. Elle arracha avec violence un plaque de bois, et pénétra à l'interieur. Plus de toit, des plantes ayant poussé à l'interieur..et puis, cette athmosphère lugubre qui, en cet instant, lui plaisait terriblement. Elle s'assit dans un coin et appuya sa tête contre un mur. Elle cherchait la peur, ou du moins, voulait à tous prix ressentir quelque chose d'inhabituel. ll faisait froid, mais n'en ressentait rien. Elle passerait sûrement la nuit ici, n'ayant pas l'envie de retrouver son foyer.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Re: La maison en ruine

Message par : Invité, Dim 29 Jan 2012, 20:28


Bonne soirée, un moment privilégié avec ses cousins. Ils avaient passés une excellente soirée, non pas à picoler comme des ivrognes, mais plutôt à discuter de leurs projets futurs, de choses et d’autres, à vrai dire cela faisait maintenant quelques années qu’ils ne s’étaient pas vu. Et toute cette joie de vivre, cette ambiance avait terriblement manqué à Ethan. Il avait besoin de chaleur, d’amitié et d’amour pour vivre. Ses cousins remplissaient deux des conditions (J’vous laisse deviner lesquelles) et pour rien au monde il n’aurait manqué cette soirée.

Mais maintenant il se faisait tard et la fête était finie. Ses cousins étaient rentrés chez eux, histoire de dormir pour être en forme mais Ethan lui n’avait pas envie de retrouver son appartement vide et froid. La solitude. Voilà ce qui le rongeait de l’intérieur. Se lever le matin et n’entendre aucun bruit. Rentrer le soir et retrouver l’appartement tel qu’il l’avait laissé, froid et sans vie. Cette vie il n’en pouvait plus. Ce à quoi venait s’ajouter son licenciement et ses cauchemars de plus en plus fréquents.

Il avait besoin de renaître, de ressentir le goût de la vie, celui de l’amour. De choses à partager. Des engueulades, des moments complices. Jusque-là il n’avait connu que des coups d’un soir, des aventures sans lendemain. Marre de cette vie de vagabond, à courir à droite à gauche, ne pas savoir quoi faire. Il était temps pour lui de se reprendre en main. Mais tout de suite il fallait arrêter d’avoir ces pensées aussi noires que ses yeux et profiter du reste de la soirée.

Pour changer, il avait décidé de se rendre dans la maison en ruine à proximité de Pré-Au-Lard, il avait remarqué cette maison quelques jours après son arrivé. Et désormais c’était son petit coin secret, rien qu’à lui où il pouvait faire ce que bon lui semble (je vous laisse imaginer le désastre). Régulièrement il y faisait un tour histoire de remettre ses idées en place, de faire le point sur ce qu’il est et tout le blabla habituel…

Alors que son corps arrivait à proximité de la maison, son esprit se mit en alerte. Un bout du panneau de bois qui cachait l’entré avait été enlevé. Quelqu’un s’était introduit dans la maison et y était peut-être. Tout en posant la main sur sa baguette il s’approcha en courbant le dos légèrement pour espérer se faire le plus discret possible. Non mais sérieusement, Ethan discret ? Ça se saurait sinon… C’est un boulet de première. Un bulldozer à vrai dire.

Le voilà qui était à la hauteur de la porte. En passant la tête, il lança un Lumos maxima histoire d’y voir un peu plus clair dans les ténèbres assez pesants de la maison. Habituellement il aime cette sensation qui se dégageait mais pas cette fois. Un intrus (ou une) s’était introduit(e) dans la cabane secrète au fond du jardin. Ah mince, on n’est pas à la nouvelle star. Bref.

Contre toute attente, alors qu’Ethan s’attendait à un monstre de plusieurs mètres de haut, avec une imposante musculature et un visage à faire pâlir un mort il fut agréablement surpris. Une jeune femme se tenait là, assise, ses chaussures posées à côté d’elle, et la tête appuyée contre un mur. Tant bien que mal le jeune homme se glissa à travers les plantes afin d’arriver à côté de la jeune femme.

Ethan – « Hum… Plutôt original comme endroit pour une jeune femme non ? »

Vu que le jeune homme se caillait les miches mais que ça n’avait pas l’air de toucher la jeune femme il s’assit en face et lança un Incendio sur les quelques planches de bois qui se trouvaient là. Et pour finir avec un petit coup de Wingardium il déposa les planches entre eux deux.


Dernière édition par Ethan Lestrange le Lun 30 Jan 2012, 21:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Chloé Greenwood
avatar
Serdaigle
Serdaigle

Re: La maison en ruine

Message par : Chloé Greenwood, Lun 30 Jan 2012, 20:52


Et le sang qui commençait à battre dans ses tempes... Chloé sourit. Elle n'avait pas envie que la folie qui l'avait prise ne la quitte. Mais si elle détestait ne pas contrôler les choses, elle adorait en revanche ces moments d’insouciance, où son esprit ne lui imposait aucune pensée. Seulement voilà, elle était seule et ne pouvait rire qu'avec elle même. Il était donc complètement idiot de s'être isolée de cette façon. Elle n'avait pas vraiment choisi. Ou du moins, pas consciemment.

Ses pensées virevoltaient sans but précis. Elle aurait aimé qu'Aziliz reste à ses côtés, en fin de compte. Au moins, elle aurait pu continuer de rire avec quelqu'un. Elle se rendit justement compte qu'elle gloussait sans même savoir pourquoi. Elle s'esclaffait et n'arrivait pas à s'arrêter. Peut-être qu'il valait mieux qu'elle ne soit pas accompagnée, dans un cas comme celui-là.

Elle savait qu'il faisait froid uniquement parce que les bouts de ses doigts étaient bleus. Le rayon de la lune, pleine, imposante, blanchie, magique, éclairait son corps. Elle resterait là toute la nuit, honteuse de l'état dans lequel elle se trouvait. Ca aurait sûrement fait rire sa soeur, mais Chloé n'aurait pas supporté dire des choses qu'elle n'aurait en aucun cas voulu dire en temps normal. Elle savait qu'elle parlait bien trop, à chaque fois. Pour dire des vérités qu'elle regrettait toujours après. Pour avouer des secrets qu'elle aurait du garder. Pour décrire ses ressentis alors qu'elle savait habituellement si bien les cacher. Et le lendemain, quand tout revenait à la normale, elle se haïssait.

Elle resterait donc là avec pour seule guide sa solitude. Et soudain, un craquement, là, tout proche. La jeune femme sursauta et reparti dans une crise de rire ; décidément, elle ne s'en sortirait pas. Elle n'était pas en état de se battre ce soir. Elle renonça à brandir sa baguette. Qui que ce soit, elle le laisserait faire ce qu'il veut. Après tout, à quoi bon?

Une violente luminosité l'assaillit alors. Elle mit sa main devant ses yeux pour en connaître l'auteur. *Eh mais, j'le connais celui là, nan? Nan?* Elle le regarda, tout étonné qu'il était, aller s'asseoir en face d'elle. Il lança un sortilège, et à ses mots, un feu prit forme grâce à de petites planches. Chloé fut emprunte d'une douce chaleur qui ne lui était pas désagréable. La voix du jeune homme s'éleva dans l'obscurité :

    « Hum… Plutôt original comme endroit pour une jeune femme non ? »

Il était vrai que c'était un étrange contexte dans lequel elle se trouvait. Les pieds et les jambes à moitiés nus, dans la fraîcheur d'une douce nuit hivernale. Et qui plus est, dans une vieille ruine, ou n'importe qui aurait pu l'attaquer avec facilité sans craindre les cris. C'était sans compter sur l'état dans lequel elle se trouvait. Au lieu de se défendre, il était certain qu'elle aurait éclaté de rire. Maigre arme.

La jeune femme observa l'inconnu d'un oeil qu'elle savait insistant. Il était clair que l'homme qu'elle avait à ses côtés avait déjà traversé son champ de vision, un jour ou un autre. Seulement, quand? Entre deux rires sournois, elle dit :

    « J'pourrais te dire la même chose... Et puis t'as vu dans l'état que j'suis? J'vais pas aller me montrer comme ça, j'suis pas folle !»

Elle se leva, et manqua tout de suite de s'écraser au sol. Elle se cramponna au mur avant de s'asseoir au plus près du feu. Faisant danser ses mains au rythme des craquements sourds du bois, elle repartit dans une crise de rire. Elle s'allongea au sol, les mains sur le visage. Quelle bêtise d'être jeune !

Brusquement, elle se releva, tentant tant bien que mal de calmer ses éclats. Elle observa celui qui avait prit place en face d'elle. Elle ne le voyait que très mal, mais pouvait le décrire comme étant plutôt bel homme. Elle secoua la tête. Si jamais il venait à lui adresser la parole, et le lui dirait, c'était certain.

    « Dis donc, j'serais curieuse de savoir ton prénom parce que tu m'dis quelque chose...»

Elle l'observait encore et toujours. Elle n'aurait même pas voulu croiser son regard. Elle reporta son attention sur la lune et le ciel étoilé qui l'entourait. Des constellation ravissantes étincelaient. Elle aurait pu se perdre dans une telle contemplation, si seulement elle avait été capable de se concentrer ne serait-ce qu'un court instant sur quelque chose. Et ce n'était malheureusement pas le cas.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Re: La maison en ruine

Message par : Invité, Lun 30 Jan 2012, 21:20


Alors qu’Ethan était en train de se frotter les mains, parce que oui c’est un homme et qu’il a froid, la jeune femme se mit à rire ? Quoi ? Qu’est-ce qui se passe ? Ethan à une trace sur la bouche ? Un cheveu de travers ? D’un coup rapide de la main il se recoiffa (une vraie fille…) et alors qu’il aurait voulu en placer une la femme qui se trouvait devant lui lança :

Chloé – « J'pourrais te dire la même chose... Et puis t'as vu dans l'état que j'suis? J'vais pas aller me montrer comme ça, j'suis pas folle ! »

C’est bien ce que le jeune homme pensait, elle avait un peu trop forcé sur l’alcool ce soir et ça se voyait… Elle rigolait comme une gourde toute seule sur tout et n’importe quoi… La pauvre fille. M’enfin, Ethan la trouvait plutôt à son goût (du peu qu’il pouvait voir) alors il pouvait bien lui pardonner sa bêtise.

Etant ivre mais encore assez consciente pour se lever elle le fit… Une catastrophe ambulante celle-là. Elle manqua de peu de se vautré comme une m*rde sur le sol. Au moins Ethan aurait pu rigoler à son tour… Ses yeux étaient visiblement attirés par le jeune homme car cela faisait quelques instant qu’elle le regardait ou plutôt elle le dévisageait. En même temps avec le peu de lumière que procurait le feu, on n’y voyait pas grand-chose… Et puis ce n’est pas cette lune en carton qui allait arranger les choses.

Après quelques instants elle sembla retrouver ses esprits, ou du moins une partie et demanda très naturellement (quand on est bourré on peut dire n’importe quoi, ça sort naturellement, c’est ça qui est drôle) au jeune homme :

Chloé – « Dis donc, j'serais curieuse de savoir ton prénom parce que tu m'dis quelque chose... »

Oh my gash… Si elle se souvenait de lui, ce n’était pas réciproque… Aller Ethan, pour une fois dans ta vie fait un effort et fouille dans ta mémoire. Ollivander’s ? Trop de monde, surement, mais pas fait gaffe. Pré-Au-Lard ? On y est andouille… Poudlard ? Ah ouais peut être, hum… Serdaigle ? Tilt !

Ouais super, bravo ! La mémoire lui était revenue, et effectivement sa tête ne lui était pas inconnue. Il l’avait croisée plusieurs fois dans la salle commune des bleu et bronze. En même temps, une si belle frimousse, on ne peut pas l’oublier (Ethan lui l’avait fait… Quand j’vous dis qu’il n’est pas très doué) et puis ses petits yeux marrons dorés, il n’en avait jamais vu de semblable avant.

Tout en oubliant presque la question que lui avait posée la jeune femme, il retrouva ses esprit et répondit d’une voix calme :

Ethan – « C’est en quelque sorte mon repère ici… Dès que j’ai besoin ou des problèmes, je viens ici réfléchir. Mais visiblement il n’est plus aussi secret qu’avant. Et tu me dis aussi quelque chose… Mon nom est Ethan Lestrange, ancien Serdaigle. D’ailleurs je me demande si on ne c’était pas déjà vu dans la salle commune. Visiblement tu as passé une bonne soirée vu ton état. »

Ethan se leva doucement, fit trois pas en avant, se tourna face au mur et arracha une planche qui trainait là. Il sortit alors sa petite gourde magique et en proposa à la jeune femme. Cette gourde (le récipient hein pas la fille) contenait un liquide semblable à l’eau mais dont les effets avait le pouvoir de diminuer les effets de l’alcool.
Revenir en haut Aller en bas
Chloé Greenwood
avatar
Serdaigle
Serdaigle

Re: La maison en ruine

Message par : Chloé Greenwood, Mer 01 Fév 2012, 19:26


Il était étrange d'avoir autant de mal à détacher les yeux d'une personne en particulier. Était-ce le fait qu'elle soit encore sous les effets de l'alcool, ou bien l'aurait-elle fait de manière naturelle? Il fallait avouer que ce jeune inconnu semblait mystérieux, et dans ces circonstances, son côté énigmatique et insaisissable ne pouvait être qu'un peu plus accentué. Au vu de l'état dans lequel se trouvait la jeune auror, un petit jeu de regard ne lui aurait pas déplu. Elle n'abandonna donc pas ses petites oeillades furtives et taquines.

Ses relations amicales ne l'avaient jusque là pas menée bien loin. La confiance, l'amour, les sentiments...le temps avait dressé entre elle et ces mots une sorte de barrière quasi infranchissable. Elle détestait devoir se montrer inaccessible, surtout qu'elle était loin de l'être. Depuis toujours, elle avait eu tendance à apporter beaucoup trop d'importance à ceux qu'elle aimait... et encore plus quand il s'agissait de garçons. Durant son adolescence, elle avait cru à maintes reprises être tombée amoureuse. Cependant, elle était surtout et principalement tombée de haut. A partir d'ici, elle avait commencé à jouer avec les sentiments, tout comme on avait pu jouer avec les siens. Seulement, elle avait grandi, gagné en maturité, changé, et compris certaines choses. Elle avait donc appris à ne plus se poser de questions, voir comment pouvait se profiler les choses, et surtout laisser du temps au temps.

Il était clair qu'à cet instant, elle avait beaucoup de mal à s'axer sur ses pensées et encore plus à se concentrer. Elle voulait jouer, même si elle savait parfaitement qu'en temps normal, c'était loin d'être dans son tempérament. La jeune femme savait également que, une fois le soleil levé, elle regretterait chacune de ses paroles, chacun de ses mots, chacun de ses gestes. Il vallait donc au mieux éviter, durant ses périodes de conscience, de s'approcher de cet inconnu. Le laisser s'approcher serait également dangereux.

Lorsqu'elle releva les yeux vers lui, sa voix s'éleva dans l'obscurité.

    « C’est en quelque sorte mon repère ici… Dès que j’ai besoin ou des problèmes, je viens ici réfléchir. Mais visiblement il n’est plus aussi secret qu’avant. Et tu me dis aussi quelque chose… Mon nom est Ethan Lestrange, ancien Serdaigle. D’ailleurs je me demande si on ne c’était pas déjà vu dans la salle commune. Visiblement tu as passé une bonne soirée vu ton état. »

Réfléchir...C'était la dernière chose dont elle avait envie ce soir. Elle réfléchissait environ 364 jours sur 365, se prenait la tête pour tout et n'importe quoi, pensait à des personnes qui étaient loin d'en valoir la peine. Si ce garçon était venu pour lui déblatérer ses problèmes, elle ne serait sûrement pas d'une oreille attentive. Pas ce soir. A ces mots, il se leva et lui tendit une petite gourde. Elle leva les yeux vers lui, l'observa encore quelques instants, et la lui prit des mains. Elle ôta le bouchon, et but une gorgée. Instantanément, elle se sentit mieux. Chloé ne savait pas ce que contenait cette petite fiole, mais elle remercia ce dénommé Ethan d'un sourire. D'ailleurs...Ethan... Serdaigle... Et quelques images s'imposèrent à elle. Salle commune des Serdaigle. Couloir du 2è étage. Hall d'entrée de Poudlard. Rues de Pré-au-Lard. Ils s'étaient croisés plus d'une fois, mais la jeune auror ne savait plus vraiment s'ils avaient été proches.

    « Ethan, ouais. Moi c'est Chloé, Chloé Greenwood. Et pour te donner quelques conseils, arrête de réfléchir. Quand tu seras vieux, tu r'grett'ras d'avoir trop réfléchi. Faut qu'tu profites. A fond. C'pas simple j'sais, mais faut essayer de...»

Elle n'eut pas le temps de finir sa phrase qu'elle fut prise d'un haut le coeur. Ses pieds nus sur le sol froid, elle se mit à courir vers une petite ouverture qui du sûrement être une fenêtre, fut un temps. Ca le répugnerait sûrement, mais tant pis. Elle essuya sa bouche, soulagée. Etait-ce son imagination, ou bien la tête avait-elle cessé de lui tourner? Elle s'assit à nouveau près du feu, et laissa son regard filer vers le jeune homme. Ses yeux... elle voulait croiser ses yeux.

    « Mh, c'est pas super c'que je viens de faire. J'suis pas vraiment en forme, désolée. Au fait, tu m'as donné quoi à boire? Parce que bon, si ça m'rend pire que c'que j'suis déjà, t'es vraiment pas sorti de l'auberge...»

Et elle se mit à rire, de manière cependant plus naturelle qu'au début. Cette soirée serait prometteuse, et elle n'était pas encore couchée, loin de là.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: La maison en ruine

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 3 sur 14

 La maison en ruine

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4 ... 8 ... 14  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Pré-au-Lard ~¤~ :: Rues de Pré-au-Lard-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.