AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres
Page 1 sur 15
Londres - Big Ben
Aller à la page : 1, 2, 3 ... 8 ... 15  Suivant
Ourgan
avatar
LégendeSerpentard
Légende
Serpentard
Spécialité(s) : Loup-garou (Fondateur)


Londres - Big Ben

Message par : Ourgan, Dim 24 Aoû - 3:23






Loin au-dessus du fog de la tamise, Big Ben lança dix coups de gongs. La matinée londonienne crachait son déluge glacé, une pluie ruisselante de grosses gouttes acides qui semblaient s’infiltrer sous la peau et infecter l’âme.
Un craquement retentit sur le toit d’ardoises glissantes, aussitôt suivi d’un crissement.
Un passant aurait eu l’impression qu’une gargouille ornait désormais le clocher de la vieille tour. Le pelage trempé, le loup-garou pivota sur ses appuis et se laissa pendre un instant dans le vide avant de s’accrocher sous le rebord du toit, éraflant la gouttière au passage. Il défonça une vieille fenêtre obscurcie par les toiles d’araignées et pénétra dans une grande pièce qui abritait l’engrenage massif de l’horlogerie. Il renifla.


- La voie est libre, murmura Ourgan.

Un craquement déchira l’air à ses côtés et Xoumi apparut.

- Je continue à trouver ça dommage de défoncer un si bel ouvrage.
- Ils le répareront. Je ne vois pas ce que cela a de plus compliqué que tes araignées.
- C’est plus une valeur affective… enfin bref.


Le loup-garou ricana et effleura un rouage.

- Ca va quand même être un plaisir.


Les deux mages s’affairèrent autour de la mécanique. Sous les directives d’Ourgan, ils la modifièrent et lui adjoignirent quelques sorts de leurs compositions. Dehors, la pluie redoubla de fureur. Elle continua pendant une petite heure avant de se calmer subitement, laissant une ville poisseuse et luisante.
A dix heures et dix-sept minutes précises, Big Ben sonna seize coups à un rythme anormalement rapide. Puis il y eut un silence. Un crissement métallique puissant, milles craies sur un tableau noir, firent frissonner tous les habitants de Londres.
Puis les 4 cadrans de la tour explosèrent, chacun d’entre eux brisés par un énorme rouage, propulsé avec une force incroyable au-dehors. Puis un grondement sourd fit trembler l’édifice, alors que l’ensemble de la mécanique était projetée de tous côtés par une succession d’explosions violettes.
Ourgan et Xoumi regardèrent avec un grand sourire l’une des roues dentées se crasher au milieu d’un carrefour, bloquant la circulation et écrasant une voiture au passage.


- Bien, résumons, dit Xoumi.
- Nous avons détruit Big Ben. La plus grande partie des Aurors et éventuellement de l’Ordre du Phénix va rappliquer pour voir ce qu’il se passe.
- N’oublions pas les Oubliators… ils vont avoir du travail.
- La Commission d’Inventions d’Excuses à l’usage des moldus.
- Je leur souhaite bien du plaisir, dit Xoumi en désignant un pub encore ouvert.


Les émissions matinales des télévisions moldues retransmettaient en direct les images de l’explosion. Les deux mages tournèrent à un coin de rue et disparurent dans les ténèbres.
Revenir en haut Aller en bas
Eurora
avatar
LégendePoufsouffle
Légende
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Louve Grise
Occlumens
Chercheuse (Spec. Animagus)


Re: Londres - Big Ben

Message par : Eurora, Dim 24 Aoû - 11:59


La jeune Auror n’avait que très peu dormi cette nuit-là (et c'est vrai en plus mais tout le monde s'en fout donc...^^), de très bonne heure, elle était arrivée sur les lieux de la catastrophe. En même temps, vu l’état de ce qui était arrivé, elle doutait que ce soit passé inaperçu en tous cas, les télévisiosn Moldus devaient déjà retranscrire l'évènement à la télévision... Quoiqu'il en soit, comme n’arrivant pas à dormir ce soir-là, elle s’était relevée vers les 3 heures 30 du matin et avait pris plus tôt que prévu le chemin de Londres et du Ministère, puis de là celui du quartier général des Aurors. Enfin, plus tôt que prévu, elle était restée bien des heures dans la salle Commune, éveillée, à s’occuper l’esprit. Vers huit heures seulement, elle quittait Poudlard pour se rendre à Londres où elle marcha tranquillement jusqu’au Ministère… C’est à ce moment, lorsqu’elle se rapprocha de plus en plus du lieu de l’incident, qu’elle se rendit compte de celui-ci…

10h35...

Lorsqu’elle vit ce nuage de poussière encore présent sur plusieurs quartiers de la ville, le recouvrant ainsi telle une couverture opaque, elle se demanda ce qui se passait donc et pensa éventuellement à une explosion dans les métros Moldus. La vérité ne ressemblait pas du tout à cette hypothèse… Elle transplana sur l’endroit d’où la catastrophe semblait avoir lieu… Catastrophe oblige et de toute façon, la poussière dû à ‘explosion stagnant au-dessus du sol depuis plusieurs heures sans doute… Elle vit avec horreur que c’était le Big Ben qui avait été visé. Elle s’en aperçu lorsque son pieds se prit dans une sorte de gros ressort appartenant au mécanisme de la grosse horloge… De son point de vue personnel, il ne faisait aucun doute que c’était l’oeuvre de certaines personnes du côté obscur –pour ne citer aucun noms- et elle avertit les personnes qu’il fallait… En cas de ce genre d’incidents... Voulant se faire passer pour dérisoire et normal du point de vue Moldu mais, elle avait l'intuition que ce n'était pas un incident normal... Quiand même ! L'effondrement du Big Ben !!!
Faisant apparaître deux Patronus simultanément, elle en adressa un, avec le message correspondant et résumant les récents évènements, au Ministre et de l’autre côté, à un autre pour avertir la brigade Magique… Les deux Patronus partant dans la même direction, l'une deux serait pourtant au passage intercepté par un Auror qui de là préviendrai le Ministre déjà bien occupée au Ministère... mais cela, Eurora ne le savait pas encore...
Elle vit ses deux Patronus s'éloigner et attendit qu'une directive lui vienne en se demanda alors, un peu perdue, que faire à présent. Car elle était la première arrivée, pour la première fois depuis son nouveau statut, sur les lieux d’un attentat… Elle entendit alors un toussotement et sursauta en se retournant…


- Qu’est-ce qui se passe ? Maman, où est-elle… ?

La jeune Auror distingua une silhouette presque minuscule parmi les poussières en suspension dans l’air. Une silhouette d’un enfant… Le laissant s’approcher, elle lui posa une main sur l‘épaule pour qu’il ne soit pas effrayer d’entendre une voix inconnue sortir de nulle part et…

- Qu’y a t-il petit?

- Maman, je veux maman…, pleurnicha le gamin...

Regardant autour d’elle sans rien voir, elle lui répondit :

- Ecoute, ne t‘inquiète pas, tu vas la retrouver. C’est juste qu’avec cette poussière, tu ne vois plus rien…

Au fond d’elle, Eurora espérait bien qu’il ne soit pas arrivé autre chose de plus terrible… Ces explosions, cette poussière, tout s’étant effondré dans les rues alentours du si grand Big Ben… Quel abomination quand même !

- Ecoute, pour le moment, reste avec moi. La poussière étant, tu ne retrouverais pas ta maman. Attends les secours, et que tout soit réparé. Ils ne vont pas arrivés dans longtemps… Reste avec moi pour le moment tu veux bien ?


Eurora se releva, l’enfant lui arrivait à peine à la taille. Son cœur se serra en espérant encore qu’il ne soit rien arrivé, qu’il n’y a pas trop de blessés par la déflagration et l’explosion… Avançant pour sortir de la rue où elle se trouvait, l’enfant accroché pratiquement à ses jambes, elle faillit se heurter à une personne qui courait… Elle plongea aussitôt de côté, entraînant avec elle le gamin, juste à temps pour voir que d’autres personne suivaient la première. Ils avaient sur leur poitrine, le signe qu’ils appartenaient au Ministère et à la Brigade Magique…

11h01...

Ca y est, les secours étaient arrivés pour réparer les dégâts causés ainsi que pour modifier la mémoire des Londoniens qui devait bien se poser des questions sur la cause de cet incident… Vers onze heures, ils étaient là. Cette fois, Eurora était bien contente de ne pas avoir dormi cette nuit pour être arrivée rapidement sur les lieux afin de prévenir qui il fallait… Car, elle se sentait un peu dépassée par els évènements, Oh, elle prendra l'habitude. Elle suivit la Brigade Magique en essayant de se dépêcher parmi les décombres au sol, le gamin la suivant toujours à ses pieds et, elle essaya tant bien que mal d'aider la Brigade dans leur tâche de réparer tout et surtout de rassurer les Londoniens et de leur modifier quelque peu la mémoire de ce qu'ils venaient de voir...
Revenir en haut Aller en bas
Atana Markoff
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de transplanage
Vélane



Re: Londres - Big Ben

Message par : Atana Markoff, Jeu 5 Mar - 17:50


[HJ:C'est à compter de ce post-ci que les dés seront lancés.]

Un ciel étoilé et dégagé. Un temps doux malgré un vent froid. Un calme apaisant pour un soir tranquille dans les rues de Londres. On entendait seulement des bruits de pas discret qui frappait le sol avec douceur et conviction. A coup sur quelqu’un qui savait où se trouvait ce qu’il désirait. Qui se dirigeait vers son but sans crainte. Une détermination sans faille … La lune brillait ce soir là et diffusait sa douceur dans les rues de la capitale. Deux ombres noirs semblaient flotter au dessus des pavés. Elles marchaient rapidement sans se retourner, sans communiquer, sans sembler avoir conscience de la présence de l’autre. On aurait pu croire qu’elles étaient étrangères l’une à l’autre si leur proximité n’était pas une évidence. Et puis au détour d’une rue elles se stoppèrent d’un seul homme, elle se regardait et ne parlèrent pas faisant simplement un signe de tête… Ces deux ombres portaient de longues capes noir et lourdes. Leur visage était caché par de mystérieux masques à l’allure squelettique. Des reflets dorés brillaient à la lumière des réverbères. Et même si aucun sourire n’était formé sur ces masques un rictus mauvais semblait être gravé. Un simple regard et vous sentiez vos cœurs se serrer et votre ventre se tordre… La parfaite panoplie du mangemort en puissance. Il s’agissait donc de deux Mangemorts qui marchaient dans les rues de Londres avec aucunement une intention mauvaise. Ce qui semblait être un corps un peu plus menu et plus petit que l’autre montra du doigt la haute tour de l'horloge. L’autre suivit du regard la direction indiqué et acquiesça. N’importe quel sorcier aurait paniqué en voyant ces ombres et même si les moldus ne se sentaient pas en sécurité en voyant ces deux étranges personnages ils passaient leur route en courant ou changeaient de chemin…

Les deux Mangemorts se dirigèrent vers la tour du Big Ben, passant le grand pont et arrivèrent au pied de la tour. Après un dernier regard entre eux les deux jeunes personnes se séparèrent. Ce qui semblait être l’homme entra dans la tour aussi facilement que si la porte avait été restée ouverte. Il en ressortit deux secondes après suivit de près par un garde moldu qui ne comprenait pas ce qui se passait.

Mit en place … On ferait mieux de …


Coupé par l’interpellation du garde. Lorsque ce dernier vit les deux cagoulé il porta la main à son arme de service mais nu pas le temps de faire. Réfléchissant à peine une seconde la jeune femme le repoussa déjà dans le bâtiment sans ménagement. Il atterrit au sol et se cogna la tête contre un mur le laissant à demi inconscient. Le seconde garde arriva en courant alerté alors par la première déflagration qui retentit avec force faisant vibrer le bâtiment. Il ne comprit pas ce qu’il se passait, son collègue au sol, ces deux personnages étranges et cette déflagration dans le bâtiment… Il tendit son arme devant lui mais la perdit bien vite lorsque la plus petite des deux ombres lui asséna un coup au poignet la lui faisant lâcher. Elle shoota dedans et lui envoya un coup de coude dans le nez avant de le pousser et de les enfermer tous les deux dans la salle qui devait sans doute leur servir de bureaux. La jeune fille les bloqua et sortit du bâtiment alors que de grandes flammes léchaient déjà le haut de la tour. La Mangemort menu regardait le spectacle puis autour d’elle … puis se tourna vers la plus grand mangemort et lui dit :

Pas assez spectaculaire pour ces voyeurs moldus qui ne devrait tarder. Tu crois que tu pourrais nous faire chanter le Big ben une dernière fois ?

Avec un petit rire amer la jeune fille vit partir son ami qui s’enfonça une nouvelle fois dans le bâtiment. Plusieurs minutes s’écoulèrent avant que le son des cloches du Big Ben se mettent à résonner. Un son mélodieux et inhabituel s’échappa de la tour accompagnant le plainte de la tour qui sombrait sous les flammes. Les deux silhouettes regardaient le spectacle immobile avant que l'une d'elle ne fasse remarquer :

Regarde la marque apparait ... J'adore ce magasin ...


Un éclair vert illumina le ciel. La forme d’une tête de mort apparut et de sa bouche jaillit un serpent. On entendait déjà des cris, on entendait déjà des sirènes. On espérait seulement entendre le bruit des deux gardes alors que le feu faisait déjà s’embraser la tour dans presque sa totalité. Tournant le dos les deux ombres prirent la fuite et au détour d’une ruelle disparurent dans la nuit sans que quiconque ne sache leur motivation… La jeune fille transplanna en prenant le bras de l'homme qui l'accompagnait et les deux ombres furent happée dans la nuit. Elles avaient un rendez vous bien plus intéressant ailleurs. Elles réapparurent en hauteur, et plus précisément sur les toit juxtaposant ceux du ministère. Elle rejoignirent deux autres conspirateurs et se postèrent pour avoir une meilleure vue possible sur le Ministère...


Dernière édition par Atana Markoff le Ven 13 Mar - 21:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
Invité
avatar
Invité

Re: Londres - Big Ben

Message par : Invité, Lun 9 Mar - 17:53


De grandes flammes léchaient le monument. Les passants moldus s'agglutinaient en masse au pied de l'édifice, mais personne n'osait franchir la lourde porte prise par le feu. Par dessus le hurlement déchirant des flammes, la cloche du Big Ben sonnait dix coups. On pouvait percevoir le lointain blabla des sirènes, et des pompiers s'activaient déjà sur les toits du Palais de Westminster. En effet, il ne fallait pas que le palais cède lui aussi au feu. Les rives de la Tamise étaient envahies par des Londoniens terrifiés. La police moldue était également sur place, et, en compagnie des pompiers, étaient rassemblés dans le parc du palais. Ils réussirent à maitriser les flammes de l'entrée, et pénétrèrent dans le vaste hall. Ils étaient d'accord sur un point : ce feu n'était pas un feu ordinaire. Les meilleurs experts envoyés sur place n'avaient pas pu identifier l'origine et les deux gardes n'étaient plus en possibilité de témoigner : le corps de l'un avait été retrouvé calciné, et l'autre avait fait une crise cardiaque, les pompiers étaient arrivés beaucoup trop tard pour lui.

Quelques rues plus loin, les Oubliators et la Brigade Magique s'activaient dans l'Atrium du Ministère. Les nombreuses personnes qui se bousculaient dans le Ministère ne firent pas attention que deux personnages intrigants avaient infiltré le bureau de la Gardienne du Ministère. Mais tout le monde était d'accord sur un point : ce feu était d'origine criminelle, et magique. Des Aurors seraient envoyés le lendemain pour aller constater les dégâts.

Argan avait été prévenu par hibou que des Mangemorts avaient sans doute attaquer le Big Ben. Il allait se coucher au moment où le hibou lui avait assené un coup de patte dans la tempe. Deux phrases avaient franchi les lèvres d'Argan. D'abord "Oh putain..." et ensuite "ça réveille". Une fois la lettre lue, on recommençait depuis le début : "Oh putain..." et pour finir "ça pue". Il s'était préparé rapidement, et était sortit de chez lui. Il avait retrouvé Morgane dans le village, ils échangèrent quelques mots et tentèrent d'entrer dans le Ministère. Le problème, c'était que quelque chose les avaient repoussés, et et qu'ils avaient atterrit juste devant. Lorsqu'ils se dirigèrent vers la cabine téléphonique, et qu'ils tentèrent de l'ouvrir, la porte ne céda pas. Elle ne bougea pas. Fermée et scellée, comme l'avait si bien dit Morgane. Ils décidèrent communément de rester surveiller les lieux, au cas où la cause même de ces phénomènes venait à avoir l'imprudence de se montrer.

- Si on voit quelque chose de louche, on n'attend pas. On attaque sans se poser de questions.

Ils scrutèrent la place pendant plusieurs minutes. L'opacité de la nuit n'arrangeait rien, et, au contraire, leur gâchait une bonne partie de visibilité. Mais tous deux avaient un nœud dans le ventre. Ils savaient que quelque chose se passait à l'intérieur du Ministère, et peut-être même que les Mangemorts étaient en train de tout dévaster, quelques mètres sous leurs pieds. Peut-être que leurs collègues tombaient un par un. Peut-être que le Ministre lui même avait été tué. Tout ça n'annonçait rien de bon, et Argan se sentait presque prit de nausées. Bien évidemment, le tout donnait un résultat encore plus déconcertant : Ils n'étaient absolument pas concentrés pour trouver un quelconque ennemi. Argan s'aventurait d'un côté de la cabine téléphonique, tandis que Morgane s'occupait de l'autre côté. Chacun avançait à pas feutrés, sur la pointe des pieds. Ils ne produisaient aucun bruit, ou un bruit quasiment imperceptible. Les arbres, derrière les bancs, les fenêtres des bâtiments tout autour et certains toits, ils passèrent tout au peigne fin sans rien trouvé. Argan cru que même le vent était chargé d'inquiétudes, de doutes. Mais il se rassurait en se disant que c'était un effet de son imagination.

Ce fut Morgane, qui, la première, vit ce qu'ils cherchaient. Deux silhouettes se tenaient dans l'ombre. Une plus grande que l'autre. Sur le toit du bâtiment principal. Les deux Aurors, après un hochement de tête approbateur, filèrent, comme des ombres, vers le bâtiment en question. Il semblaient glisser sur les pavés de la place. Ils escaladèrent le bâtiment, par le rebord des fenêtres. La baguette en travers de la bouche, pour avoir les mains libres, ils grimpèrent le long de l'édifice à une vitesse surprenante. Les deux agents secrets sur-entrainés (ou pas...) arrivèrent sur le toit, sur le côté droit des silhouettes, qui regardaient du mauvais côté. C'est-à-dire du côté du Big Ben en flamme. Argan cru presque percevoir le sourire des deux silhouettes. Aucun doute : deux mangemorts. Ils avaient la cape. Argan était persuadé qu'ils avait le masque.

Mais, l'attention d'Argan étant détournée par les mangemorts et la vue sur le Big Ben, son pied glissa sur l'ardoise. Il se rattrapa de justesse, d'une main. Son corp se balançait dans le vide. Il était trop tard, les Mangemorts s'étaient retournés, alarmés par le bruit. Argan entendit le bruit caractéristique des sortilèges qui s'entrechoquent. Il se hissa, avec difficulté sur le toit. Morgane était aux prises avec les deux Mangemorts. Les mains d'Argan glissèrent, mais il réussit à se hisser entièrement sur l'ardoise. Il prit sa baguette, qu'il avait serrée entre ses dents et visa le plus grand des mangemorts.

- Everte Satis !

Il couru sur le toit le plus rapidement possible et cria :

- Promptus Nebulae !

Aussitôt, un brouillard épais enveloppa les deux Mangemorts. Il ne vit pas le résultat de son premier sort, mais les Mangemorts ne pouvaient plus rien voir, et avec un peu de chance, ils glisseraient. Cependant, il fallait prendre des mesures de sécurité. Il jugea Morgane beaucoup trop près du brouillard.

- Morgane, recule-toi ! S'ils sortent du brouillard il faut qu'on soit prêt à les achever !

Mais, pour éviter tout risque de fuite, il voulut accélérer les choses. Il fallait accélérer les choses. Argan pointa sa baguette vers ce qui lui sembla être le milieu du brouillard, puis il dit :

- Bombarda.


Dans un énorme craquement assourdissant, une partie du toit explosa.
Revenir en haut Aller en bas
Atana Markoff
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de transplanage
Vélane



Re: Londres - Big Ben

Message par : Atana Markoff, Mer 11 Mar - 17:04


Atana et Akshay prenaient soin de déposer des dômes anti-transplannage au alentours du ministère. Ils étaient en poste de surveillance, leur victime ne devait avoir l'occasion de s'échapper. Atana posa quelques dômes puis revint vers le centre du toit face à Akshay. Elle scrutait la facade du minsitère se demandant quelle était l'ambiance à l'intérieur. Elle se mit à plat ventre. Elle savait que de là où elle était elle ne verrais rien à ce qui se tramait à l'intérieur du bâtiment. Elle pensa à son frère et pinça ses lèvres. Il agissait avec colère, elle n'était pas sur qu'il sache gérer ses gestes... mais elle avait confiance en lui. Elle tourna son regard vers le bas du bâtiment et remonta le long de la rue avant de repérer deux silhouettes qui se dirigeait vers le ministère. Elle les vit tenter d'entrer dans le ministère, d'abord de façon moldu puis de façon sorcière. Il n'avait donc plus aucun doute sur l'identité de ces deux personnes. des Aurors à ne point douter. Atana laissa échapper un petit rire entre ses lèvres et donna un petit coup de coude à Akshay qui regardait déjà les deux... visiteurs. Atana se redressa de toute sa hauteur et crispa ses doigts autour de sa baguette. Elle les surveillait, guettant leur geste et tout de même attentif au signe de Gyaltsen qiu leur indiquerait le moment de débarquer dans le ministère en cas de besoin intempestif de renfort. Quelques minutes supplémentaire suffirent aux Aurors pour se rendre compte de la présence des deux membre de l'Ordre du Phénix. Atana sentit l'adrénaline courire dans ses veines et se coeur battre à tout rompre.

Elle eut soudain chaud sous sa cape de mangemort. Comment faisaient-ils ? Ils devaient être épuisé après chaque virées nocturnes avec ça sur le dos. Enfin ça c'était pas vraiment le sujet du moment. Elle regarda les deux silhouettes évoluer. Elle plissa les yeux et se recula pour voir de qui il s'agissait. Son coeur rata un battement et son souffle devint ératique. Sa bouche sèche et son sang se mit à bouillir. une colère sourde l'envahit et ses yeux prirent un éclat orage. Elle devint raide et son aura avait tout l'air de celel d'une Mangemorte. Guidée par la colère et la rancoeur. Son désire de faire payer sa peine l'emporter sur tout. Elle fixait Morgane monter la paroi. L'envie de la repousser dans la vide le prit... Un rictus de colère apparut sur ses lèvres. Elle entendit la voix de l'autre personne retentirent. Argan Revanor. Elle le fixa arriver et jeter des sortilèges sur eux. Un épais brouillard les enveloppa. Elle attrapa rageseument la main d'Akshay sans réfléchir d'avantage. Pour le coup elle se fit mal à la main lorsque celle-ci cogna contre celle en pierre du vampire.Elle sentit les main d'Akshay se refermer sur ses bras et la porter sur son dos. Elle mit ses bras autour de son cou et se serra contre lui lorsque le jeune homme fit un bond pour sauter sur le toi voisin. Ils attérirent avec souplesse derrière une petite tourelle. Atana glissa au sol avec douceur et toucha le sol de pied ferme seulement quelques secondes après s'être envolé. c'est le cas de le dire. Elle se tourna vers le vampire et lui souffla d'une voix sourde de colère :

Tu me laisses la fille ... Cette fois elle filera pas ... Elle est à moi et ne t'oppose pas dans notre combat ! ca ne te concerne en rien !

Atana se décala sur le côtés alors que le toit adverse s'écroula. Argan venait de jeter un sort dans l'épais brouillard. un sourire apaprut sur les lèvres d'Atana, un peu d'action dans ce monde de bisounours ... Elle leva un bras et lança à Akshay en murmurant pour que seul son oui fine de vampire saisisse :

Et protège ton identité ... tu sais ce que ca te couteras ...


La jeune fille sortit de sa cahette et lança sur Morgane un flot de sortilège. Elle visa le ciel et lança un sortilège doré. Un grondement sourd se fit entendre et le sol se mit à vibrer lordqu'un cailloux plus petit qu'un météorite arriva à une vitesse fulgurante dans le ciel. IL se dirigeait droit sur Morgane. Elle utilisa ensuite un explulso pour faire exploser leur partit de toit restant. A ce rythme il ne restera plus grand chose du bâtiment. Puis pour finir elle lui lança un jet d'acide en face d'elle pendant que Akshay s'occupait d'Argan. Bonne combattante cette auror ? On verra libère de toi de ça ou meurt ... Atana se tenait prête à ripsoter à n'importe qu'elle moment ...
Revenir en haut Aller en bas
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
Atana Markoff
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de transplanage
Vélane



Re: Londres - Big Ben

Message par : Atana Markoff, Ven 13 Mar - 20:54


Atana perdit rapidement de vu son adversaire qui devint invisible. Elle fronça les sourcils, elle se sentait vulnérable dans ses cas là. Enfin vulnérable... elle n'aimait pas ne pas être maître de la situation voilà tout. Elle scruta les alentours et vit que ses deux sorts coup sur coup firent une impasse. Aucune défense n'avait été faite ce qui signifiait que Morgane avait bougé. Mais où ? Tel était la question ... Elle perçut grâce à son instinct qu'un danger approchait sans pour autant arriver à savoir d'où il venait. Elle pivota doucement sur elle même et se décida à changer de place pour rendre la tâche plus difficile à son attaquant. Rester à une place fixe était la mort ou en tout cas de gros dégât assurés. Elle crispa sa baguette et ressentit ses vibrations. Une douce chaleur lui parcourait le bras et des fourmillement d'adrénaline l'envahissait.

Elle n'entendit pas le sortilège mais ressentit le choc. Elle se sentit propulsé en avant par l'onde de choc. Celle-ci détacha une cheminée qui tomba à quelques mètre d'Atana qui chuta sur le sol du toit. Elle roula pour éviter qu'une pierre ne lui tombe dessus mais fut trop près du bord et perdit prise... Elle se sentit tomber dans le vide, sa gorges se serra. Désagréable sensation qui vous coupait le souffle. Atana se mordit la langue et eut le reflex de transplaner. Elle réapparut dans la rue plus bas mais la vitesse de sa chute n'avait pas assez diminuer pour qu'elle s'en sorte indemne. Elle limita la casse en roula sur son épaule et atterris dans des sacs emplit de carton qui amortit sa chute. Merlin soit l'existence de ses cartons. Elle ressentit comme une violente piqure dans son épaules et une douleur lancinante se fit ressentir, comme une brûlure.

Atana sentit que sa capuche était tombée dévoilant sa chevelure brune attaché d'un élastique. Elle la rabattit rapidement avant de grimacer face douleur sourde de son épaule. Elle se la massa en grimaçant et retint un petit cri. Elle aurait un jolie hématome couleur arc-en-ciel demain. M'enfin un ti' tour par l'infirmier du QG et ça irait mieux à ne pas en douter. Atana se jeta un sort d'invisibilité et courut au centre de la rue. Elle se dirigea vers l'une des façades du bâtiment qui lui semblait la mieux placée. Elle prononça en sortilège informulé qui lui permettait de se propulser à quelques mètres de hauteur dans les airs. Elle amortit le choc de l'impact contre la paroi du mur avec ses bras et s'agrippa dans l'encadrement de la fenêtre sur laquelle elle tenait en équilibre.

Atana de la où elle se trouvait voyais au dessus de sa tête et face d'elle le bâtiment où se trouvait encore Morgane. Tout du moins le croyait -elle. Elle releva la tête à la recherche d'une ombre qui se découpe dans la nuit. Elle jeta un regard en contre bas elle vit encore le tas de carton qui avait amortit sa chute. Un rictus apparut sur les lèvres de la jeune fille. *Tout en douceur... allez approche ...* Atana se sentait tel le prédateur poursuivant sa proie, se tapissant dans un coin près à bondir ... *Lâche ou pas lâche telle est la question ... Je me demande si les Aurors ont assez de courage et de cran pour aller chercher leur adversaire ... ou peut-être se contente-t-il d'attendre de se faire attaquer ... tout du moins quand ils se sevant dans une situation telle que celle-ci ....*
Revenir en haut Aller en bas
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
Akshay Lecter
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) :
Permis de Transplanage
Vampire




Re: Londres - Big Ben

Message par : Akshay Lecter, Lun 16 Mar - 20:38


Boum, boum.. Boum, Boum... Les battements accélérés du coeur d'Atana lui résonnaient sourdement aux oreilles. Pin, pon, pin pon... Les sirènes des camions de pompiers lui vrillaient les oreilles. Le bruit de l'incendi qui faisait tomber des blocs du monument détourna quelques secondes son attention. Mais son sens le plus aiguisé prit rapidement le dessus et il sentit immédiatement que deux personnes venaient leurs tenir compagnie, deux sorciers... Deux aurores qu'il reconnut immédiatement... Morgane et Argan. Cela l'agaça fortement. Pourquoi devait-il encore se retrouver dans un combat où il ne pourrait faire éclater sa rage et sa violence sauvage? Il savait que le risque qu'il tomba sur ds personnes qu'il connaissait bien était forte étant donné qu'ils allaient logiquement se battre contre des aurores... Mais il était encore frustré. Cependant le soulagement de ne pas voir d'éclatants cheveux blonds dépassa son agacement.

Lorsque les deux aurores apercurent les deux jeunes gens masqués et encapuchonnés, il se mirent en position de combat. Argan lança un sort sur Akshay. Ce dernier se protégea d'un coup de baguette. Il maintint leur bouclier en place autour d'eux deux, lorsqu'ils sautèrent sur l'immeuble d'à côté, Atana sur son dos, afin d'échapper au brouillard et au sortilège d'exposion d'Argan. Atana engagea le combat avec Morgane. C'est donc Argan qui lui revenait. Il allait pouvoir s'amuser un peu. Il fut distrait par Atana qui fit un vol planer dans le vide suite à un des sorts lancés par Morgane puis qui réapparut en bas dans la rue après avoir transplané.

Il est vrai que ces capacités allaient l'aider en cas d'attaque, car lui même n'avait jamais pris le temps de passer son permis de transplanage. En effet il se servait toujours d'autres moyens de locution... Et il n'avait jamais éprouver le besoin de passer son permis. De plus il avait Merlin maintenant en plus de Bilbo qui pouvait l'emmener où il voulait si besoin était. Il regarda Argan à travers son masque. Un rire lui échappa. Quitte à jouer les mangemorts autant bien les jouer... Il lança alors vers le jeune homme:

-Larcarnum Inflamare!

Le fouet de feu partit en direction avec autant de rapidité qu'un balle de révolver. Il avait l'intention d'entourer de la corde de feu son adversaire. Puis il rajouta immobile toujouts la baguette levé en sortilège informulé
*Confringo!*

Il espera que l'explosion allait lui causer assez de dommages pour qu'il prenne l'avantage dès maitenant. Mais en même temps, il voulait paradoxalement que l'aurore s'en sorte bien, pour qu'il puisse rétorquer corectemment. Il voulait être étonné. De plus deux professeurs de Poudlard qui se battaient était quelque chose d'intéressant. Or c'était bien lui qui enseignait les défences contre les forces du mal. Il espérait donc remporter ce duel pour cette simple et bonne raison. A l'opposé Argan était un brillant Aurore et le fait qu'Akshay devait caché son identité tout en combattant l'handicapait. De plus jouer les mangemorts pouvait peut être se retourné contre lui... Pour terminer, il pouvait pêter un cable si la situation le dépassait. Or il était bien trop loin pour attaquer Argan de front. Seul la magie rêgnerait sur ce combat. Donc s'il perdait le contrôle de lui aujourd'hui... cela serait à son désavantage.

Le bruit alentours lui vrillait les tympans dont la capacité surnaturelle amplifiait chacun des sons... Tout résonnait à ses oreilles, cela lui tourna quelque peu la tête et lui brouilla un peu la vue. L'école était le seul endroit qu'il côtoyait où il était entouré de bruit et cela n'était en rien comparable à ce qui se passait à ce moment. Mais il resta tout de même concentré sur Argan dont il attendait il allait s'en sortir avec les deux sorts.
Revenir en haut Aller en bas
Sara Shake
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Legilimens
Occlumens


Re: Londres - Big Ben

Message par : Sara Shake, Jeu 16 Avr - 15:47


[ HJ : Cela fait 1 mois que le dernier message a été posté. Je suppose ( et je pense bien ) que le RP n'est donc plus d'actualité... // Il y un PNJ dans ce RP, Ben ]


Sara marchait d'un pas tranquille en direction de Big Ben. Dans un quart d'heure, elle avait rendez-vous avec son père au pieds de la grande horloge. Cela faisait quelques temps qu'elle ne l'avait pas vu, et son coeur battait la chamade en pensant à lui. La jeune femme se rendait compte à présent à quel point il lui manquait. Elle s'en voulait beaucoup de ne pas lui écrire plus souvent. Mais tout était arrangé ; Sara avait donné rendez-vous à Ben à 15H au pieds de Big Ben et elle avait espéré qu'il viendrait. Son père lui avait renvoyé un mot le jour suivant :

Sara,

J'y serai ! J'ai hâte de revoir.
Bonne semaine et à vendredi.
Ton père qui t'aime.

La réponse l'avait fait sourire. Et à présent, Sara souriait aussi. Elle allait enfin revoir son père, après de longs mois d'absence. Néanmoins, la Serdaigle avait un peur de ce qu'il dirait à propos de ses vrais parents. Sara voulait savoir tout sur eux et sur ce qu'il s'était passé 17 ans auparavant, mais la vérité ne lui plairait peut-être pas.

La jeune Auror soupira et ouvrit son parapluie vert pomme. Avec cette couleur vive, on la remarquait bien, surtout qu'il faisait gris et sombre dans les rues de Londres. Ben ne pouvait pas la manquer, c'était lui qui lui avait acheté ce parapluie. Il n'avait pas beaucoup servi ces derniers temps, car Sara se déplaçait autrement à présent : elle transplanait d'un point à l'autre au lieu de marcher. C'était très pratique si on voulait éviter la foule et le mauvais temps.

Il pleuvait des cordes et la pluie n'allait pas s'arrêter de tomber d'ici peu. Sara fit la moue et se posta près d'un arbre, aux pieds de Big Ben. Dans cinq minutes, il était 15H. Ben n'allait pas tarder à arriver... Sara sentait son coeur cogner dans sa cage thoracique. Que dirait son père en la voyant ? Elle avait tellement changé ! Elle avait retrouvé sa couleur de cheveux naturelle, qui était d'un blond doré. La dernière fois que son père l'avait vue, Sara avait encore les cheveux mauves.

- Sara... ?

La jeune femme sortit de ses pensées et se retourna subitement.

- Sara, c'est toi ? dit un homme âgé d'une quarantaine d'année.

Il se trouvait à au moins six mètres d'elle. Sara le dévisagea : cet homme avait les cheveux longs noués en une queue de cheval, bruns tendant vers le gris. Ses yeux étaient bleus et la regardaient avec stupéfaction. Il se tenait droit sous un parapluie rouge sombre et portait un long manteau en cuir brun clair. Pas de doute, c'était bien Ben !

Un grand sourire se dessina sur les lèvres de Sara. Cette dernière courut vers son père et se jeta dans ses bras.

- Papa !

Ben serra sa fille contre lui et lui fit un bisou sur sa tête. Il était nettement plus grand qu'elle. Sara recula pour regarder son père dans les yeux.

- Comme tu as changé ! s'exclama-t-il. Regarde tes cheveux ! Ils sont à nouveau blonds. Tu es devenue si belle, ma fille.

Sara sourit et reprit Ben dans ses bras.

- Merci, papa. Toi, tu es resté tel que tu étais. Mais tu as rasé ta moustache ?

Ben se défit de l'étreinte de sa fille et se gratta le nez.

- Oui, j'avais envie de voir comment ce serait, dit-il. C'est si affreux que ça ?

- Oh ! Bien sûr que non, mais je t'ai toujours connu avec une moustache. Ca me bouleverse un peu.

Elle sourit et remit son parapluie flash droit.

- Comment ça va, dans le monde magique ? demanda Ben.

- Ca se passe... plutôt bien, répondit Sara. Mais, ne parlons pas de ça ici, il y a trop d'oreilles.

- Tu veux marcher un peu ? Après, on pourrait aller dans un café, je te paye un chocolat chaud.

- Avec plaisir ! dit Sara avec un sourire.

Père et fille se mirent en marche et filèrent vers les rues de Londres, bondées de monde, même par temps de pluie.
Revenir en haut Aller en bas
James Revanor
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Occlumens


Re: Londres - Big Ben

Message par : James Revanor, Dim 24 Mai - 12:59


[Plus d'un mois que personne n'a répondu ici, je poste donc.]
[Rp en solo, bonne lecture.]
[C'est mon tout dernier post', les autres en cours ne devront pas tenir compte de ceci.]




James Locks :



Des perles de sueur scintillaient sur le visage de James. Ses membres engourdis ralentissaient sa marche. A bout de force, épuisé comme jamais et a deux doigts de hurler a la mort, l’esprit du jeune homme se faisait assaillir par des images, des souvenirs qui n’était pas les siens. Qui était ce jeune homme au sourire éclatant et qui semblait heureux. Et cette femme, il l’avait déjà vue… qui était ce… il l’a déjà vu, il en est plus que sûr mais où…


James tituba au milieu d’un décor qui lui semblait irréel, un décor où il n’arrivait pas à en voir les détails, comme si tout avait était flouté. Ou était il, il l’ignorait. Ses propres souvenirs le quittaient tandis que ceux du jeune homme inconnu arrivaient en force. Qu’avait il fait plus tôt dans la journée ? Même se souvenir de cela lui semblait quasiment impossible. Tandis qu’il se concentra au point de se sentir une migraine atroce se profiler a l’horizon, bien qu’elle devait être tapis la a attendre depuis bien longtemps déjà, James se vit parler a une jeune fille, il ignorait ce qu’il avait fait avant. Le souvenir de la jeune fille était, comme le décor environnant, tout aussi flouté. Tout ce qu’il parvint à distinguer dans cet épais brouillard était une couleur jaune a l’endroit où devait se trouver la poitrine de la jeune fille… Qu’est ce que cela pouvait il bien être ? N’était ce pas la couleur d’une maison… laquelle…


Il ne put se concentrer d’avantage sur ce détail que sa démarche chancelante fut stoppé nette par une racine qui mit le sorcier a terre. Celui-ci « mangea » la terre avec violence et se retournant sur le dos, bras en croix, il poussa un hurlement de frustration et de douleur. Mais ce cris s’étouffa dans sa gorge tandis qu’il se vit ensuite dans son bureau, il se voyait lui-même assit sur son fauteuil dans ce qui semblait être un fauteuil. Le souvenir qui se passait dans sa tête fut plus net que le précédent mais pas encore parfait. Il vit, moins abondante que maintenant, des perles de sueurs scintiller a la lueur du couché de soleil. Il se vit trembler comme une feuille mais ce qui attira son attention fut que son visage semblait changer de forme, sa propre peau semblait former des vagues et des déformations se faisaient et disparaissaient aléatoirement. Il ne put se contempler plus souvent qu’une crampe d’estomac le crispa entièrement et il dit se mettre de coté pour vomir le peu de chose que ses intestins contenaient.


Il rampa péniblement dans une quelconque direction tandis que de nouveau les souvenirs de l’inconnu retournèrent à l’assaut de l’esprit meurtri. Il le vit bébé, puis adolescent, enfin adulte ou du moins plus vieux encore, toujours accompagné de cette jeune femme … Puis ensuite, il ne vit plus la jeune femme mais continua de suivre la vie du garçon. Il le vit face à un mangemort. Il le vit combattre ce mangemort. Il vit un rayon jaune sortir de la baguette du garçon et frapper le masque du mangemort puis… il se vit face au garçon. Le mangemort que combattait le garçon n’était personne d’autre que lui… Comment était ce possible, il ne souvint pas de n’avoir jamais vue ce garçon que depuis peu et dans sa tête mais, soudain, toutes ses pensées se figèrent tandis qu’il « regarda » avec effroi la suite du souvenir. Un rayon vert frappa en pleine poitrine le James du souvenir et celui-ci tomba à la renverse, bras en croix, le regard vitreux, au sol. Mort !! Le James du souvenir était mort !! Non… Non !! Impossible, il était là, lui, entrain de souffrir mille morts mais il était tout de même là… à moins que… Et si ce n’était pas James… Le mangemort du souvenir n’est peut être pas James… Non, aucun doute la dessus c’est bel et bien James mais lui aussi, il est James. D’ailleurs, pourquoi a-t-il vue sa propre mort ? Pourquoi il voit les souvenirs de ce garçon.


Se relevant péniblement, James se remit en marche, chancelant encore plus que jamais. Où était-il ? Il fallait qu’il le sache. Se concentrant autant qu’il put malgré l’impression fort peu agréable de se fendre en deux en partant du sommet de son crâne jusqu'à la plante de ses pieds. Il se revit, mais vivant cette fois ci. Il traversait, quelques heures plus tôt, le parc dans la direction du portail de faire forgé, puis après l’avoir franchi, il, malgré l’interdiction dont il est sujet étant donné qu’il ne possède pas le permis, transplana sans but précis et s’était retrouvé ici, dans cette forêt.


Se doutant qu’il ne pourrait se souvenir plus, il continua de marcher sans but précis jusqu'à se retrouver aux abords d’un petit étang. S’approchant en titubant fortement, n’ayant plus aucune prise, contrairement a la forêt, il tomba à genoux devant l’or transparent qui se trouvait face a lui. Posant ses deux mains sur l’extrême rebord, il avança la tête au dessus de ce miroir de fortune et… étouffa un cri de stupeur. Ce n’était pas James que lui reflétait le souvenir, mais le jeune homme des souvenirs, celui qui l’avait tué… ou qui avait tué James… ou… il était perdu et n’en pouvait plus. A bout de force et derrière un dernier assaut combiné de son esprit et de son enveloppe charnelle par des souvenirs inconnus et de fortes douleurs, le sorcier sombra dans le néant le plus total. Son corps bascula dans l’eau et fit la planche, bras en crois, face vers le ciel.



___________________________



Emric Grimwig :



Quand il se réveilla, Emric sentit ses membres engourdis par le froid. Il tenta de prendre appui sur quelque chose afin de se relever mais tout ce qu’il réussit à faire, c’est couler dans une eau marécageuse. Nageant au plus vite à la surface, il toussa afin de chasser l’eau qui était rentré dans ses poumons et il se mit à nager en direction d’une extrémité de l’étang ou il se trouvait. Parvenu au rebord du lac, il réunit le peu de force qui lui restait et se sorti de l’eau avant de s’étaler dans l’herbe verte en suffoquant encore. Il se releva enfin et observa tout autour de lui. Ce paysage lui rappelait de bon souvenir et un sourire se dessina sur les lèvres du jeune homme. Il avait réussi, il avait réussi avec brio en plus. Regardant dans une direction bien précise, il vit un petit cottage entouré par une barrière en bois. C’est cette maison qui l’avait vu grandir et c’est ici que tout avait été déclenché. Avant de partir en direction du bâtiment, Emric jeta un bref coup d’œil où, a la surface, se trouvait une tache argenté, dernière trace des souvenirs de James Locks, mangemort tué par Emric. Cette tache argenté ne resta que quelques secondes à la surface avant de se diluer avec le reste de l’eau et de sombrer dans l’oubli. Tandis qu’il se mit en marche, Emric se remémora tout depuis le début.


Il faisait un temps correctement appréciable quand tout a commencé: L'été. C’était un bon moment après que sa grande sœur soit partie on ne sait où. Il n’avait pas encore terminé ses études et faisait tout pour faire valoir les couleurs de sa maison : Gryffondor. Il avait bon nombre d’amis a ce moment mais il se doutait qu’après ces deux ans d’absence, ceux-là avaient dû l’oublier, peu importe. Il avait a l’époque eut la folle idée de faire justice de tout les meurtres commit par les mangemorts et s’était mit a la recherche de l’un d’entre eux. Il n’a mit que trois mois avant de tomber nez à nez avec un mangemort qui répondait au nom de James Locks, sauf que cela, il ne le sut que plus tard car ils étaient tous deux de la même maison. Ils s’étaient affrontés, Emric avec beaucoup de sérieux mais James semblait s’amuser avec son camarade jusqu’au moment ou le sortilège impardonnable, l’Avadra Kedavra, le frappa en pleine poitrine.


Après, il avait juste eu a cacher le corps dans la cave de ce cottage et ici, quand il rentrait en douce en quittant l’école de sorcellerie, il prépara du polynectar et avec divers parties du sorcier mort, souvent les cheveux, il se faisait passé pour le mangemort puis, décidant de pousser a son maximum l’expérience, il but une telle quantité de polynectar, assez pour le rester pendant un an ou deux, Emric se jeta sur lui-même un sortilège de confusion en ayant au préalable mit de coté ses propres souvenirs et « ingurgité » ceux de James pour se faire passer pour lui. L’expérience ne semblait ne pas avoir raté, preuve en est qu’Emric se souvenait de tout et il n’avait jamais été démasqué. Mais ce petit jeu avait assez duré. Changement de cartes en main. Il a maintenant la confiance des mangemorts sous le visage de James Locks et il touchait bientôt au but de savoir qui se trouve sous les masques de certains, de ceux qui ont tué des proches des familles de ses amis. Certains seront innocentés par son jugement, d’autres non. Il touchait bientôt au but.


Il arriva au portail qu’il poussa tranquillement bien que la rouille avait commencé à le sceller sur ses gondes. Voilà bientôt deux ans que cela n’avait pas été entretenu, ne parlons même pas de l’intérieur. Quand il voulut pousser la porte d’entrée, celle-ci tomba en miette, misérable cadavre de bois laissé par une bande de termite assoiffée de sève. Son humour déclencha un petit ricanement chez Emric et celui-ci entra dans le hall. Il avait tout son temps maintenant qu’il avait retrouvé sa forme originelle et ses propres souvenirs. A quoi bon se presser. Il s’avança dans le hall et d’un coup de baguette redonna l’éclat d’antan de la pièce. De chaque coté de la porte se trouvait une fenêtre tout ce qu’il y a de plus banale. Le sol était en carrelage ici ainsi que partout dans la maison. Un miroir se trouvait au dessus d’une cheminée non loin d’une table en bois entouré de sièges taillés dans le même matériau dans la pièce suivante. Dans cette pièce qui faisait et office de pièce de séjour et de salle à manger se trouvait une cuisine américaine derrière lequel gisait tout ce qui peut être utile en cuisine. Nouveau coup de baguette et cet ensemble de pièce retrouva aussi sa beauté passé. Au fond de la pièce se trouvait une porte qu’Emric franchi.


Celle-ci donnait sur un escalier montant a l’étage et il l’emprunta afin de se trouvait dans un escalier tout en longueur. Les deux premières portes qui se faisaient face contenaient, pour celle de gauche, des toilettes et, pour celle de droite, la salle de bain. La deuxième paire de porte un peu plus loin était, gauche, la chambre des parents depuis longtemps décédés, droite, et une penderie agrandit par magie. Et enfin, tout au fond du couloir ou se trouvait une fenêtre se trouvait aussi, a l’instar des autres portes qui menaient, a gauche, a sa propre chambre, celle d’ « Emric Grimwig » et, a droite, celle de « … na Grimwig ». Emric posa ses doigts sur le bois de la porte ou se trouvait avant le début du prénom de sa sœur. Une mélancolie monta en lui et il resta la, sans bouger mise a part ses doigts qui caresser tantôt le bois de la porte, tantôt la plaque. Puis, après dix minutes environ d’absence dans ses souvenirs retrouvés, il posa sa baguette sur la poignée de la fenêtre et celle-ci se mit à luire d’une légère lueur rose pale. A peine eut il un contact avec le doigt d’Emric et la poignée que le jeune garçon se retrouva dans la cave secrète de la maison.


L’atmosphère chargée en particules de poussière mit Emric très mal à l’aise et ce dernier eut du mal à lancer un sort nettoyant et changeant l’air de cette pièce. Tout était sombre malgré les petits trous dans le mur offrant un semblant de luminosité. Se souvenant de ce qu’il faisait avant, il agita sa baguette et toutes la pièce fut illuminés sous le poids du nombre incroyable de bougie. Il se trouvait dans la pièce tout un laboratoire, tout son laboratoire. S’approchant d’une table ou se trouvait un nombre farfelu d’éprouvettes, Emric vit sur une autre table un peu plus petite en hauteur un corps à moitié décomposé. Le véritable corps du dénommé James Locks. S’approchant, Emric vit, malgré le fait qu’il ne restait plus rien mise à part des os et certains boyaux pas encore dévoré par la colonie de vers blancs. Mais outre que cela, la seule chose susceptible de servir d’ingrédient final au polynectar qu’il allait bientôt se mettre à préparer, était une touffe de cheveux. Il allait devoir se rationner mais cela n’était pas très grave, il avait passé assez de temps comme ça dans le corps de James Locks, il avait assez pensées comme lui au travers des souvenirs du mort et a l’aide du puissant sortilège de confusion que s’était jeté Emric. Avec un léger haut les cœurs, il arracha la dernière touffe de cheveux et levant une dernière fois sa baguette sur sa victime, il jeta un sort dans un murmure inaudible et en peu de temps, des flemmes dévorèrent la dernière preuve matérielle de la mort de James. Pivotant sur lui-même, le jeune sorcier se mit à élaborer un nouveau chaudron de polynectar. Quelques heures passèrent et une fois son travail accompli, il laissa mijoter la potion et retourna vers la fenêtre qui, cette fois, ne montrer juste dans son dos, la pierre d’un mur brute. Renouvelant le sort précédant, il se retrouva à l’étage de sa maison et après un dernier coup d’œil à la plaque a moitié détruite de sa sœur, il se téléporta dans Londres…
Revenir en haut Aller en bas
Clélia Skywolf
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Londres - Big Ben

Message par : Clélia Skywolf, Ven 20 Aoû - 22:17


On peut dire que c'était une journée comme les autres. Du moins au début. Clélia trainassait dans sa maison, Mateo était revenu blessé de Poudlard, gravement, et devait se reposer. D'un côté, cela l'arrangeait bien, elle devait l'avouer. Mais de l'autre, et c'était sans aucun doute ce sentiment qui l'emportait, elle rêvait de le venger et s'était promis de faire la peau du premier mangemort qu'elle croisait, qu'ils soient entourés de moldus ou non. C'est ça quand l'amour vous tient le cœur. Il vous empêche d'être cohérent, vous fait agir comme des imbéciles et surtout, vous rend vulnérable et jaloux. Chaque attaque portée contre votre moitié vous touche au centuple, et vous ne pouvez rester sans réagir, sans défendre celui ou celle que vous aimer. Les sorciers étaient comme les moldus quand il s'agissait des sentiments et plus particulièrement celui de l'amour, une fois épris de quelqu'un vous irez jusqu'à la mort pour lui ou elle, et il n'y a aucun remède contre ça. Quand on veut vous faire du mal, toucher la personne aimée est le pire qu'on puisse faire, mais également le plus efficace pour parvenir à ses fins...
Clélia regrettait de ne pas avoir été présente ce jour là, mais d'un autre côté qu'aurait-elle pu faire ? Au mieux ils auraient combattu côte à côte. Et après ? Si elle s'était intercalée entre Mateo et le sort cela n'aurait rien changé, et elle le savait parfaitement. Mais elle aurait été là, mais il n'aurait pas été blessé si elle avait pris le sort à sa place. Ou pas. Ou ils auraient été blessés gravement tous les deux, voir pire. La jeune femme débattait sans cesse avec son esprit, n'osant pas en parler avec le directeur de Pousfouffle qui méritait bien le repos.

Clélia tournait en rond dans le jardin, tout comme ses pensées tournaient en rond dans sa tête, dans un cercle vicieux et incassable. Elle caressait doucement le phénix qu'elle avait acheté le jour des combats... dur souvenir. La jeune femme tourna la tête vers l'oiseau. De la taille d'un cygne, il était tout aussi majestueux, et ses plumes de feu rajoutait à sa prestance. Un phénix attirait le respect, du moins c'était son avis. Ignis poussa un cri strident qui la rendit sourde quelques secondes, quelle idée aussi, il a hurlé dans ses oreilles ! La phénix le regarda avec surprise mais il avait repris son air angélique. Amusée, elle lui donna une dernière caresse.

"Tu as raison, je sors me changer les idées."

Le phénix poussa un second cri avant de s'envoler, lui aussi, pour se dégourdir les ailes. Clélia passa la tête dans sa chambre et embrassa tendrement Mateo tout en le prévenant qu'elle sortait un peu, puis dévala les marches et claqua la porte d'entrée derrière elle. L'air extérieur lui ferait du bien et elle décida de se balader dans Londres, pour une fois.

Les moldus marchaient rapidement, comme à leur habitude. A croire qu'ils ne comprenaient pas que la vie était courte et qu'il fallait en profiter. La jeune femme se fit bousculer à plusieurs reprises, ne se gênant pas pour injurier les fautifs au milieu de la rue comme si elle était seule. Elle s'en fichait un peu de se donner en spectacle, ils ne la connaissaient pas. La phénix sortit son paquet de cigarettes et en alluma une. C'était une mauvaise manie qu'elle avait prise mais elle ne pouvait s'en empêcher. Un jeune, quatorze ans à tout casser, vint lui en demander une et la traita de tous les noms possibles et inimaginables quand elle la lui refusa. Elle n'allait pas cautionner les bêtises du garçon, par respect pour les parents.

Sans s'en rendre compte, ses pas la menèrent non loin de Big Ben, la majestueuse horloge. Clélia l'admira aux côtés des touristes, bien qu'elle l'ait déjà vue cent fois. Un groupe de japonais lui demanda de prendre une photo d'eux devant le monument et elle accepta en riant puis ils prirent une photo d'elle. Surprise elle s'éloigna avec un petit signe pour le groupe.

Elle venait de passer devant une ruelle quand elle pila net. *Non ce n'est pas possible...* La phénix revint sur ses pas et pénétra dans la ruelle. Etroite, sombre et malodorante, elle exerçait une pression désagréable sur la jeune femme qui, le cœur battant, avançait baguette en main vers ce qu'elle avait cru apercevoir. Si cela se trouvait, c'était juste un ivrogne... ou pas. Elle mettrait sa main à couper qu'elle avait vu un mangemort.

D'ailleurs, un jeune homme à l'air pressé fourrait on ne sait quoi de gris dans un sac à dos. Clélia serra les dents, celui-là allait payer pour les autres. Mais au fur et à mesure qu'elle se rapprochait, quelque chose en elle, dans son cœur, lui indiquait qu'elle connaissait l'homme. Qu'elle le connaissait très bien même. La phénix rangea sa baguette, elle était sûre de son coup, elle toussota légèrement quand elle fut arrivée plus près du jeune homme... du... mangemort. Quand il se retourna, elle se jeta dans ses bras en pleurant.

"Ismaël !"

Son frère de cœur était donc un cagoulé... Tant pis, elle s'en fichait. S'il avait lancé un sort contre Mateo elle ne pourrait lui en vouloir, pas lui. Cet homme qu'elle aimait tendrement, cet homme qu'elle protégeait, cet homme qu'elle n'avait plus vu depuis si longtemps. Même dans Poudlard, du temps où elle avait encore son poste de directrice de Gryffondor, ils ne s'étaient pas vus... Et le voilà, en face d'elle, une cape de mangemort fourrée dans un sac...

Quand elle s'écarta enfin de lui, les larmes coulaient encore le long de ses joues et ses yeux avaient pris une couleur rosées. Mais elle était si heureuse d'être tombée sur son frère de cœur qu'elle s'en serait fichue comme une guigne si elle s'était retrouvée en pyjama au milieu des rues de Londres ou même totalement nue.
Revenir en haut Aller en bas
Ismaël Lievitch
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Fourchelang
Animagus : Beauceron noir
Occlumens
Legilimens
Chercheur (DCFM)


Re: Londres - Big Ben

Message par : Ismaël Lievitch, Dim 26 Sep - 21:58


Au delà des mots, des sensations, rien n'est comparable à la jouissance que procure la terreur sur le visage d'une pauvre victime qui était là au mauvais endroit, au mauvais moment.. C'est que l'on appelle manquer de chance, et pour la personne, une vieille octagenaire qui avait eu la malchance de subir le bref courroux du jeune Lievitch, elle n'aurait plus jamais de chance.. Que Dieu, ou un quelconque être divin, est pitié de son âme.. Ou pas. Revenons à ce petit excès de colère.. Cagoulé et masqué, Ismaël s'était amusé à sortir ainsi dans le coté moldu, afin d'être accosté par des jeunes voyous, et leur faire ressentir la colère qui grondait en lui.. Son origine ? Aucunes idées. Peut-être un instinct qui cherchait désespèrement à sortir... Voilà ce que c'était d'être quelqu'un de bien... Dans le coté malsain. Mais revenons à notre pauvre histoire "murder story" du coté de chez Swann.. Euh non, de Ismaël. Ainsi déguisé en cagoulé, il avait envie d'un combat, d'action.. Et c'est ainsi où comble de l'insouciance, il était sorti en tenue de travail en pleine journée, enfin début de soirée pour tout dire, puisque nous étions maintenant en hiver... Arrivé à un carrefour de rues, grouillant de pitoyables moldus qui le regardaient comme s'il était d'un cirque, il avançait.. Hors, plus loin, après avoir pris à gauche, Ism' entendit une certaine voix féminine, vieille, dont les cordes vocales étaient usées par le tabac, dire une chose dans ce genre:

- Ah elle est belle la jeunesse ! Se travestir d'un masque et d'une longue robe noire, les jeunes ne savent plus quoi inventer pour se faire remarquer...

Quel ironie ! Lui qui voulait un combat, enfin un amusement digne d'un sereal killer, dans le genre l'Eventreur (sauf que celui-ci n'attaquait que les femmes, et leur ouvrait le bassin), il se faisait insulter par une vieille femme.. Il se retourna, et son masque au sourire ironique fixa le visage de la vieille dame.. Plus aucun passant n'était à proximité, maintenant. On ne se promène pas à proximité d'un fou de nos jours.. Malheur. La vieille dame était seule, et jouant de sa baguette, il l'attira dans une ruelle sombre et malodorante, où il lui fit comprendre, avec un sortilège de coupage, et plusieurs hématomes, se qu'il en coûtait lorsqu'on se moquait de quelqu'un qui était cagoulé. Reconnaissons bien que nous étions loin du méchant noble et fier, ne s'attaquant qu'aux hommes armés, et pas aux vieilles femmes.. tant pis. Au diable les préjugés, et place à la vie. Bref, terminant son office for salissant, Ismaël se dit qu'avec la découverte de ce genre de chose, le journal à scandales moldu se ferait une choix de décrire ceux qui était à proximité du corps lorsque celui-ci serait découvert... La joie qu'il éprouva lorsqu'il pensa à le-dit journal qui dirait qu'un homme masqué avait été vu plus tôt auparavant, et que les Aurors et Piafs compareraient à un Mangemort... Bien bien bien.

Pour se fondre avec la foule, il fit venir à lui un sac à dos de lycéen, et y fourra sa cape.. pas très orthodoxe, car on pourrait la faire disparaître, mais mieux valait éviter que ce sac soit vide, et il pourrait toujours utiliser comme excuse qu'il allait à un bal costumé.. A ce moment, il entendit des bruits de pas. Rapidement, il agita sa baguette et recouvra le plus silencieusement possible la vieille dame.. Puis il se prépara à lancer un sortilège émeraude, la personne arrivante lui sauta au cou lorsqu'il se retourna. Ecartant sa baguette, il reconnu l'odeur d'une personne qui lui était chère, malgré le fait qu'ils ne s'étaient pas vu depuis longtemps.. Une personne qui avait été plus qu'une amie, une confidente, une soeur de coeur...


- Clélia ! Bordel ! J'avais oublié ton affection surdimensionnée !

Celle-ci le lâcha, elle avait les joues roses et les yeux brillant de larmes... Esperant de tout coeur qu'elle n'avait pas vu son ancienne tenue, et qu'il ne devrait pas en venir à des extrèmes, il fit bonne figure, et dit d'une voix où rien ne se dégageait de ses précédents actes:

- Euh.. Que fais-tu au fond d'une ruelle qui pue le putois désséché (gentille grand mère) et sombre comme les fesses du diable ? Sortant d'ici, je m'étais perdu, mais je crois avoir retrouvé mon chemin...

Ce faisant, il la prit par le bras, et voulu sortir avec elle de cette ruelle... Au passage, il donna un coup de baguette dans son sac...


HRP/ Bon, c'est pas terrible pour ce délai d'attente, et il est uun peu incohérent, mais bon... Bisous/HRP
Revenir en haut Aller en bas
Clélia Skywolf
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Londres - Big Ben

Message par : Clélia Skywolf, Sam 2 Oct - 21:09


- Clélia ! Bordel ! J'avais oublié ton affection surdimensionnée !

Clélia lâcha un juron peut féminin quand elle repéra la baguette d'Ismaël. Il se préparait à lui lancer un sort... comme elle avait failli le faire elle-même. Par soucis de vengeance elle aurait pu le tuer, même si les convictions de l'Ordre du Phénix l'en empêche.. normalement... sympa la sœur de cœur, non ? La jeune femme fixa le jeune professeur et détailla longuement son attitude. Il était surpris, sans aucun doute, de la trouver là. Mais.. Quelque chose dans ses yeux prouvait qu'il cherchait à lui cacher une grosse grosse "bêtise". Venant d'un mangemort, même si c'était l'un de ses plus proches amis, la phénix se doutait de ce qu'était cette cachoterie... Ce n'est pas parce qu'elle est blonde qu'il faut la prendre pour une c**** n'est ce pas ?

- Euh.. Que fais-tu au fond d'une ruellequi pue le putois desséché (gentille grand mère) et sombre comme lesfesses du diable ? Sortant d'ici, je m'étais perdu, mais je crois avoirretrouvé mon chemin...

Bin voyons, perdu son chemin. Il la prendrait pour une prune qu'il ne s'y prendrait pas autrement. Clélia leva les yeux au ciel sans pouvoir s'en empêcher, il devait avoir peur qu'elle ne l'ait vu et souhaitait l'éloigner au plus vite du probable meurtre. La jeune phénix passa au peigne fin la ruelle de ses yeux aux rayons X mais ne vit rien. Elle reporta son attention sur le jeune Lievitch. Ce qu'elle faisait là ? Elle avait vu une cape grise qui ressemblait grandement à celle d'un mangemort alors qu'il essayait de la fourrer dans un sac et avait pensé pouvoir venger Mateo de sa blessure mais elle était tombé (malheureusement ?) sur une personne à qui elle ne pourrait jamais faire de mal. Difficile de dire cela vous ne trouvez pas ? Vous seriez capable de déballer tout ce monologue dans une ruelle sombre et malodorante (qui sentait beaucoup trop le sang séché.. et frais ainsi que d'autres substances peu ragoûtantes) à votre frère de cœur censé pouvoir vous tuer si l'envie lui prend ? Pas moi.. Clélia s'humecta les lèvres et freina des quatre fers des deux pieds pour l'empêcher de sortir de la ruelle avec elle.

"Eh bien, j'ai vu un homme de dos en train de fourrer un vêtement gris dans son sac et il se trouve que.. bah que c'était toi. Sauf que je pensais voir.. quelqu'un d'autre. Enfin.. Je crois."

La phénix était loin d'être claire dans son histoire mais d'un autre côté elle ne voyait pas vraiment ce qu'elle pourrait dire. "Je sais que tu es un mangemort" est un peu direct à dire comme ça. Clélia passa sa main dans ses cheveux, elle se sentait lasse... Elle regarda Ismaël et lança un Hominum Revelio dans la ruelle. Le drap alors posé sur la vieille dame se souleva, laissant apparaître son corps crispé de terreur encore chaud. Elle était couverte d'hématomes et d'entailles en tout genre. La jeune phénix ferma les yeux puis ferma les coupures et soigna les hématomes. Remettre du sang était plus dur mais pas impossible, heureusement.
Les humains penserait que ce n'était qu'une simple crise cardiaque... Elle se tourna vers Ismaël et fixa ses yeux dans ceux de son frère de coeur.

"C'est toi qui a fait ça n'est ce pas ?"

Puis elle haussa les épaules. Et puis Mer** ! Une vieille c'est au bout de ça vie, ça doit bien mourir à un moment ou a un autre. Alors qu'elle soit tuée par un mangemort ou par une attaque la finalité était finalement la même. Clélia saisit le bras du jeune homme et siffla Ignis, pour parler être dans un endroit tranquille était indispensable. Le phénix arriva a tire d'ailes, il voletait au dessus d'elle mais de manière a ce qu'aucun moldu ne puisse le voir. La jeune femme fit un clin d'œil à Ismaël et lui dit

"Ça restera entre nous, t'inquiète pas"

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Londres - Big Ben

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 15

 Londres - Big Ben

Aller à la page : 1, 2, 3 ... 8 ... 15  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.