AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres
Page 18 sur 21
Londres - Big Ben
Aller à la page : Précédent  1 ... 10 ... 17, 18, 19, 20, 21  Suivant
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
Elhiya Ellis
Elhiya Ellis
Responsable RPGSerpentard
Responsable RPG
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Furet)


Londres - Big Ben - Page 18 Empty
Re: Londres - Big Ben

Message par : Elhiya Ellis, Ven 29 Déc 2017, 23:20




Last friday night



PV Mered
♫♫

Courir. En temps normal je détestais courir, tout le monde pouvais en attester. Courir signifiait qu'on avait perdu du temps et qu'il fallait le rattraper. Courir ça m'agacais au plus haut point sauf dans des moments comme celui-ci. Je me marrais comme une enfant insouciante, grimpant les marches deux à deux dans un parfait équilibre instable. La rouquine avait assuré qu'elle courrait vite, il ne me fallait pas plus pour me motiver et me faire atterrir sur le pallier du premier étage. Bon, j'avais dû m'aider de la rambarde et du mur mais j'étais quasi arrivée.

La porte de ma chambre, fermée correctement n'avait voulu s'ouvrir, je l'avais poussé avec perte et fracas, l'envoyant un peu trop brusquement contre le mur. Pas grave mes parents n'étaient pas là. Je m' étais jetée sur mon matelas, faisant valdinguer les peluches, les boursouflets et mon flereur alors que ma cible bougeait. J'avais un oreiller vivant! J'en avais la preuve! Si c'était pas le cas, je me serais pas mangé le bord de ma table de chevet.

Lâchant un juron et me frottant le front, la douceur de mon lit m'appelait inexorablement. Il me suffisait de fermer les yeux et je disparaissais immédiatement. Mais la lumière de mon petit cocon m'éblouissant, la tête rousse me revenait en mémoire. A la base on faisait une course, je m'en rapellait. D'un large sourire ampli de fierté, je lui demandais si j'avais gagné. Si c'était le cas, j'avais droit à quelque chose hein? Hein? Genre un câlin, ou quelque chose comme ça.

Sauf qu'en fait, mon gros lot s'appelait Morphé, et il semblait que pour le trouver je doive me faire border. Moi j'avais rien contre ce garçon au prénom efféminé, c'était lui qui avait tendance à me bouder et puis ses bras étaient souvent bien moins chaleureux que ceux de quelques mâles et demoiselles de ma connaissance. Le souvenir de quelques nuits passées dans la chaleur affectueuse de quelques amis avaient dessiné sur mes lèvres un sourire ravi. Mes yeux me brûlaient et je les fermais alors qu'un baisé posé sur ma tête douloureuse m'arrachait un pouffement.

-Et mon Calin alors?

Pour seule réponse, la demoiselle avait éteint les lumières. Je ne l'entendis même pas partir pour tout dire, a peine ma vue s'était obscurcie, mes pensées s'étaient arrêtées, m'amenant vers quelques heures de sommeils dépourvue de songes.

A midi, au réveil, gratifiée d'un mal de crâne et d'une bouche  pâteuse, je trouverai le bonnet laissé par la fille, ainsi que son identité. Le prénom me dirait vaguement quelque chose mais impossible de savoir quoi tant que je ne la le croise avec son uniforme scolaire

[Fin du Rp-Merci Mères, à très vite pour la suite]
Revenir en haut Aller en bas
Daemon Stebbins
Daemon Stebbins
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Londres - Big Ben - Page 18 Empty
Re: Londres - Big Ben

Message par : Daemon Stebbins, Lun 29 Jan 2018, 22:55







Ce qu'il y a
entre nous.
Suite...

Loredana Sparks - Daemon Stebbins
L.A donné à la jeune femme

“On n'échappe au désir que pour être repris par le désir.”

• ♫♫♫ Choix de Dey










Le transplanage était certes le moyen le plus rapide d'arriver où je désirais emmener Loredana. Mais c'était aussi le moyen le moins agréable de déplacement magique. Malgré le temps, je ne faisais pas aux effets secondaires. Le tirage par le nombril, la sensation d'avoir l'estomac dans la gorge à la limite du vomissement. Franchement, il faudrait sérieusement que quelqu'un se pencha sur le sujet. Il ferait sans aucun doute fortune ou aurait le prix du plus brillant sorcier de l'année. Nous arrivons enfin au début du quartier. J'avais toujours la main de la jeune femme dans la mienne et je n'avais aucune envie de la lâcher. Non par peur, mais parce que son contact avait le mérite de m’apaiser. Chose qui ne m'était pas arrivée depuis des mois. Peut-être que sa présence pourrait chasser le trou béant dans mon être. J'avais ce fol espoir. Parce que malgré, tout l'alcool, les fêtes ou encore les filles d'un soir, rien n'avait réussi à changer cela en moi. Je me tournais vers elle, les yeux plein de désirs et lui souffla :

- Suis-moi.

Nous avancions dans la rue qui s'ouvrait devant nous. Les lieux étaient lumineux, joyeux et vivants. C'était justement les sensations que la gryffondore avait réveillé en moi depuis qu'elle m'avait rejoint à cette table. Cela faisait étrange de sentir son corps se mouvoir réellement et non marcher comme un zombie en donnant le change pour dissimuler son mal être. Quel était ce pouvoir que la demoiselle avait sur moi ? Attention, ne vous faites pas d'illusion. Certes j'avais une sentiment agréable et doux en sa compagnie mais rien d'amoureux à cet instant. Pour le moment, ce sentiment est beaucoup trop dangereux pour mon cœur brisé pour que je me laisse à nouveau capturer par celui-ci. Il n'était pas encore venu le jour où une autre pour me prendre au piège dans les affres de l'attachement...

Je n'observais pas vraiment les devantures des boutiques éclairées, ni les personnes que nous croisions. Non. Tout ce qui dominait mon esprit, à cet instant, c''était l'envie de me plonger dans le corps de celle qui m'accompagnait encore et encore jusqu'à en être rempli totalement et effacer ce qui me troublait depuis ma rupture. Comme je l'espérais qu'elle le serait aussi avec ses propres démons. Parce que comme je l'avais senti tout à l'heure dans la boite, j'avais l'impression de me voir en elle et peut-être était-ce la même chose pour elle. Un miroir féminin de moi tandis que j'étais le sien au masculin...

Je tournais au coin à gauche d'une boutique huppée de mode. L'entrée d'un hôtel faisait son apparition. Ce n'était pas le palace où j'avais été avec Elhiya pour son anniversaire. Rien qu'à ce souvenir fugace, je serrais machinalement un peu plus les doigts de Loredana. Sa chaleur me réconfortait immédiatement sans que je sache si elle s'en rendait compte à cette seconde. Nous pénétrons dans le bâtiment. La réception était assez belle. J'estimais qu'il devait s'agir au moins d'un trois étoiles. Pour ce soir, cela conviendrait suffisamment. Si les choses continuaient plus tard, je verrais à lui proposer quelque chose de plus permanent.

*Qu'est-ce qui me prend de penser ainsi. Maîtrise toi Dey ! Ca n'a vraiment rien à faire là.*

Je ne saisissais pas pourquoi une telle idée m'avait traversé. Cette nuit était censée être unique enfin je crois... Loredana me déboussolais ce qui était une bonne chose mais m'effrayer également.

* Rappel toi, les attaches sont dangereuses et mensonges. La leçon ne t'a-t-elle pas servi avec la traitresse verte ?  Certes mais elle me trouble tellement...*

Voilà le débat que j'avais avec moi-même et que je tentais de faire taire.

Je m'avançais vers le comptoir et souriais au concierge en détachant mes doigts de ceux de la rouge et or afin de sortir mon portefeuille.

- Bonsoir, je désirai une chambre pour la nuit.
- Bonsoir monsieur, très bien. Avez-vous une préférence.
- Si c'était possible d'avoir une vue sur la Tamise.

Oui, la vue serait belle et me donnerait un peu moins mauvaise confiance envers Loredana. Je ne savais pas pourquoi, je ne voulais pas la traiter comme toutes les autres que j'avais eu ces derniers temps. Peut-être parce qu'elle était de ma maison...

*Comme si cela avait vraiment de l'importance, Dey ! Trouve autre chose pour te justifier. *

L'homme consulte les disponibilités. Il tapait sur l'écran de l'ordinateur quantum. Enfin il me regardait à nouveau.

- Carte ou espèce ?
- Carte

Je lui tendais le bout de plastique afin de payer car c'était la logique même des choses pour moi. Certes traits d'éducation sont tellement ancrait en vous qu'il était impossible de les faire sortir de soi.

- Votre Chambre est au quatrième étage. La numéro 412. L'ascenseur se trouve sur votre droite. Il suffit de faire le 0 pour avoir le service d'étage. Bonne nuit monsieur et mademoiselle
- Merci.

Je ne fais plus attention à lui. Je reprenais la main de la gryffon comme si c'était le geste le plus naturel du monde et l'entrainais avec moi. Nous étions monter dans la cabine. J'appuyais sur le bouton afin que nous puissions nous rendre à destination. J'en profitais pour la rapprocher de moi et dévorer son cou avec une pluie de baisers mêlée de passage délicat de ma langue dans le creux de sa nuque. Sa chair est tendre, sucrée. Cela augmentait encore mon envie d'elle. C'était quelque chose de puissant et de fort pourtant il y avait un plus que je ne savais pas définir et sur lequel je n'avais pas envie de me pencher. Je sentais ses mais parcourir mon torse alors que les miennes arrivaient au niveau de sa chute de rein. Je la regardais elle, détaillant une fois de plus son visage et plongeant encore dans ses prunelles si empli d'un je ne sais quoi en lui disant :

- Si tu veux tout arrêter, tu le peux encore. Je ne voudrai pas que tu fasses quelque chose que tu pourrais regretter... plus tard.

Je ne sais pas pourquoi, je continuais à être prévenant de la sorte. Mais cela me semblait tout à fait le comportement à avoir en tout cas avec elle. Comme si ce qui se passait entre nous avait toujours été établi dans nos vies respectives. Alors que c'était la première fois qu'on se parlait réellement et qu'on allait partager une nuit ensemble...

Bipppp.

La sonnerie me sort de cet échange tandis que nous arrivons à destination sans qu'elle ne m'est encore répondu à cause de l'interruption sonore. J'enroulais mon bras autour de sa taille d'un geste assez possessif malgré moi et l'entrainais dans la direction de la chambre. Encore quelques pas, encore un peu de temps avant de vraiment commencer tout cela... Nous y étions. Je m'arrêtais devant la porte. Déposais une fois, encore mes lèvres sur les siennes de manière appuyé comme si cela pouvait être la dernière fois que cela se produisait et avant de pénétrer dans le futur de notre passion, je lui demandais :

- Sûre de toi ?

Je la scrutais attendant sa réponse qui définirait le reste de la nuit pour ce temps....




by Daemon



Dernière édition par Daemon Stebbins le Mar 30 Jan 2018, 13:22, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Loredana Sparks
Loredana Sparks
Responsable GGryffondor
Responsable G
Gryffondor
Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de Transplanage



Londres - Big Ben - Page 18 Empty
Re: Londres - Big Ben

Message par : Loredana Sparks, Mar 30 Jan 2018, 11:30


LA mutuel avec Daemon pour ce rp




Arrivée dans la petite ruelle au cœur de Londres, d'après les bâtiments qu'elle avait reconnus, Loredana avait décidé de se laisser guider par Daemon qui ne mit par longtemps avant de lui reprendre la main et de l'entraîner avec lui. Elle ignorait où ils allaient, mais lui semblait ne pas hésiter sur ses pas et avait sa petite idée en tête. Elle ne dit rien, n'opposa pas de résistance, elle avait simplement envie qu'il ne la laisse pas ici, qu'il reste avec elle et qu'il ne change pas d'avis surtout. C'était agréable de marcher dans les rues de cette ville, sans tête qui tourne, sans tituber, sans sifflement désagréable qu'elle entendait lorsqu'elle passait devant un groupe d'ivrogne. Elle était bien placée pour parler d'ivrogne tient, elle pouvait se considérer comme telle malgré elle. Mais ce soir-là, c'était différent, elle avait bu un premier verre et n'avait même pas terminé le second. Elle était bel et bien maître de ses mouvements aujourd'hui. C'était comme si Daemon était son ange gardien, celui qui l'aiderait à remonter la pente. De ce qu'elle avait vu ce soir, elle avait compris que lui aussi était dans une mauvaise période. Et si l'un était simplement l'ancre de l'autre et vis-versa ? Le hasard avait décidé de les réunir ce soir, ce n'était pas pour rien. Peut-être que le Gryffondor allait la faire se sentir mieux. Elle avait envie d'éclater de rire. C'était bien la première fois qu'elle s'emballer autant auprès d'un homme. Après tout, il s'apprêtait à passer la nuit ensemble, rien de plus, rien qui ne laissait prévoir que les choses allaient changer pour elle. Peut-être qu'à son réveil, il ne serait même plus là. Elle chassa donc toutes ses pensées, elle voulait profiter de l'instant présent. Elle se sentait bien ce soir, elle ne voulait pas perdre cette sensation agréable qu'il provoquait chez elle.

Après quelques minutes de marche, ils tournèrent sur la gauche où la rouge et or aperçut la devanture d'un hôtel. Il était sans aucun doute bien plus petite que chez ses parents, mais il semblait quand même très spacieux et agréable. Mais pour une nuit, elle n'avait pas besoin d'être aussi confortable qu'une princesse dans son château. Elle sentit la main de son compagnon se serrait davantage. Peut-être était-il pressé ? En tout cas, c'était agréable, la chaleur de sa peau la rassurait, une sensation nouvelle qui d'ordinaire l'aurait un peu effrayée, mais elle savait qu'elle pouvait décider de ce qu'elle voulait faire, voilà pourquoi cette peur, bien que pas tout à fait absente, était vraiment minime à cet instant.
Ils entrèrent enfin dans l'hôtel où l'un des employés les attendait à la réception. Ils se dirigèrent vers lui et Daemon demanda une chambre pour la nuit avec vue sur la tamise. Loredana avait souri. C'était vraiment inhabituel pour elle. Généralement, ses histoires d'une nuit ne durait pas toute la nuit et sûrement pas dans une chambre avec une belle vue. Il voulait faire les choses bien et ça lui plaisait vraiment. Elle se sentait un peu comme une princesse finalement. Il se chargea de tout, même du paiement, mais Loredana n'avait pas beaucoup d'argent moldu sur elle, elle n'aurait pas pu payer grand chose à vrai dire, ce qui la mit un peu dans l’embarras. Le réceptionniste leur souhaita bonne nuit auquel Loredana répondit avec un sourire.

La chambre se trouvant au quatrième étage, ils avaient besoin de prendre l'ascenseur. À l'origine, la brune avait peur des ascenseurs. Son côté claustrophobe prenant toujours le dessus à chaque fois qu'elle montait à l'intérieur de l'un d'eux. Elle s'imaginait toujours rester coincée, sans baguette pour se libérer et sans personne pour l'entendre évidemment. En revanche, c'était différent cette fois-ci, puisque Daemon ne lui laissa pas vraiment le temps d'avoir peur. Il avait profité des quelques secondes qu'ils avaient tous les deux dans ce minuscule espace pour resserrer son étreinte, en descendant les mains le long de son dos et en l'embrassant de manière très sensuelle dans le cou. Une sensation des plus agréable, elle en avait le souffle court. Un frisson avait parcouru tout son corps. Quelque chose d'inexplicable semblable à une décharge électrique qui partait du bas de son ventre et qui remontait dans tout son corps. Elle le sentait dans son dos, ses épaules et jusqu'au bout de ses doigts. Comment dire non à ce que son corps voulait réellement ? Il s'était réveillé et faisait comprendre à la jeune femme son désir le plus profond. Lorsque Daemon lui assura qu'elle pouvait tout à fait changer d'avis, sa réponse était sans appel, mais elle n'eut pas le temps d'émettre un son puisque l'ascenseur s'ouvrit, ils étaient arrivés à destination. Cette fois-ci, il ne la prit pas par la main, son geste était beaucoup plus fort lorsqu'il attrapa sa taille. Elle se sentait encore plus proche de lui. Elle avait du mal à se dire que quelques heures auparavant, ils étaient simplement deux camarades de classe se trouvant dans la même maison, il lui avait « piqué » sa place de préfète et tout ça sans jamais s'être adressés la parole. Mais dans l'état actuel des choses, elle ne pensait plus à tout ça et se laissa diriger vers la chambre n°412.
Devant la porte, il s'arrêta. Elle le regarda d'un air interrogateur. Il lui demanda si elle était sûre d'elle. Elle fit semblant d'hésiter quelques instants puis elle l'embrassa d'une manière presque sauvage avant de s'approcher de son oreille et de murmurer:

- Ouvre cette porte...

Ce qu'il fit sans se faire prier davantage, comme si c'était la réponse qu'il attendait, comme s'il n'y avait finalement pas d'autres bonnes réponses possibles, ce qui lui convenait parfaitement. Arrivée dans la chambre, elle se détacha de l'emprise de son compagnon. C'était une chambre magnifique avec une jolie lumière tamisée et un immense lit au draps blancs et neuf. Elle se dirigea vers la fenêtre. Il y avait un balcon et la vue était splendide.

- C'est juste magnifique dit-elle en regardant la vue.

Mais il y en a un qui semblait se ficher de la vue pour le moment. Il avait mis ses mains autour de la taille de la jeune femme et l'embrassait de nouveau dans le cou beaucoup plus sensuellement que la première fois dans l'ascenseur. Elle ferma les yeux, voulant apprécier ce moment dans sa totalité, puis elle se retourna et l'embrassa avec une force incontrôlable. Le plaquant contre le mur le plus proche d'eux. Elle ne faisait pas les choses à moitié et elle attendait ce moment depuis qu'ils avaient dansé ensemble au bar. Elle espérait juste qu'ils n'allaient pas tout casser. Ce dont elle était sûre, c'est ce que ce soir, ils ne feraient plus qu'un... l'espace d'une nuit.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Daemon Stebbins
Daemon Stebbins
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Londres - Big Ben - Page 18 Empty
Re: Londres - Big Ben

Message par : Daemon Stebbins, Jeu 01 Fév 2018, 16:44


Attention:
 






Ce qu'il y a
entre nous.
Suite...

Loredana Sparks - Daemon Stebbins
L.A donné à la jeune femme

“On n'échappe au désir que pour être repris par le désir.”

• ♫♫♫ Choix de Dey










Je la voyais hésiter et mon cœur manqua un battement durant une seconde avant qu'elle ne se jette sur mes lèvres d'une manière aussi assoiffée que celle qui me brûlait le creux de mon ventre depuis le moment où elle s'était approchée de moi. Loredana avança son visage et souffla à mon oreille d'ouvrir avec une envie plus que visible. Je m'étais donc empressé de m'exécuter sans plus de cérémonie. Une fois à l'intérieur, je voyais la rouge et or s'éloignait de mon corps et admirait la pièce. Moi, je me fichais de ce lieu, ce que j'observais c'était ses formes qui continuaient à aiguiser mon appétit. Elle était enchantée vue ses propos et moi je lui avais répondu comme si c'était aussi naturel que de dire sorcier:

- Certainement. Mais pour moi, c'est tout autre chose que je savourais de voir.

Je l'avais rejointe d'une enjambée et passé mes mains sur son ventre, tandis que je pouvais me délecter du parfum de ses cheveux. Je prenais de nouveau possession de sa gorge en la léchant du creux vers le haut et en la mordillant légèrement. J'aimais le goût de cette peau qui m'était offerte sans réserve. Cette confiance qu'elle me témoignait, ne me donner qu'une envie : l'avoir à moi sans attendre. Soudain la gryffon s'était tournée en abattant sa bouche sur la mienne en un besoin urgent quasi vital pour elle. Mais tout autant pour moi. J'étais donc coincé entre le mur et son corps et cette sensation m'électrisa, décuplant encore plus mon envie pour elle. Alors sans aucune patience, mes mains avaient glissé pour atteindre ses fesses. Puis je les avais mises juste en-dessous afin de capturer ses rondeurs pour donner une impulsion et lui permettre d'enlacer mes hanches avec ses jambes. Elle devait sentir parfaitement l'expression de mon désir cognait contre elle. Tout en la tenant, je m'étais déplacé afin de nous conduire vers le lit. Quand j'avais senti que j'étais arrivé à destination, je l'avais laissé tomber sur ce dernier. Je capturais son regard dans le mien tandis que j'ôtais ma veste et déboutonnais rapidement ma chemise laissant apparaître mon torse dénudé. Je me déchaussais en moins de deux secondes, abandonnant mon pantalon qui descendit en moins de temps qui faut le dire sur mes chevilles. Je dégageais mes pieds de mon entrave et allais rejoindre, sur lit, la jeune femme aux longs cheveux qui s'était mise en petite tenue. Je l'avais allongée, admirant sa beauté. Je ne pouvais nier à quel point, cette vision m'excitait à cause de la bosse déformant mon caleçon. Je me suis penché vers elle et j'avais déposé mes lèvres dans le creux de sa poitrine en déclarant :

- Tu es magnifique.

J'en avais le souffle coupé. J'avais vu pas mal de corps féminin. Toutefois, je réalisais combien j'étais privilégié de pouvoir en disposer si librement. Avec ma langue, je suivais le contour de son soutien-gorge. Je sentais son sang pulsait plus rapidement et sa respiration, saccadée sans contexte, s’accélérait. Ma main descendait et caressait son flan. Je sondais chaque parcelle d'épiderme qui se présentait sous mes doigts. Je voulais faire monter son excitation au maximum afin que ce que nous allions partager soit le plus intense possible. Et le meilleur moyen d'atteindre cet état était d'exacerbé toute son anatomie. Evidemment, elle ne se laissait pas faire et voulait aussi jouer. Cependant afin de garder ma domination, je m'étais glissé délicatement entre ses jambes ce qui me donnait un nouvel angle d'exploration. Ma langue abandonna l'un de ses seins pour tracer son chemin vers son nombril puis atteignit enfin élastique de sa culotte. Cela ne me stoppait pas car je n'étais pas arrivé au point où je voulais me trouver. J'avais continué mon voyage sensuel bifurquant au dernier moment vers la gauche pour éviter son point délicat et la frustrer un peu plus alors que j'étais dans le parcours de sa cuisse. Puis je remontais par le même chemin afin, cette fois, m'y rendre en contrôlant ma vitesse. A travers le tissu, je m'étais mis à jouer avec son intimité. J'entendais son cri étouffé. J'aurais adoré voir sa réaction mais en soulevant mon regard, je ne pouvais qu'admirer sa poitrine se soulevait au rythme de sa respiration. Je souhaitais l'amener au bord de la folie. Toutefois, je m'étais arrêté net juste avant. Sadique ? Oui, je l'assume absolument dans ce cas là. Je remontais vers les lèvres gonflaient de désirs. Alors que me doigts franchissaient la barrière de son bas afin de continuer à jouer d'une autre façon. J'aimais voir ce que cela provoquait sur son visage. Je trouvais Lo encore plus belle et désirable. Je me soulevais légèrement et plongeant dans ses prunelles, lâchant :

- Tu me rends dingue et cette nuit, tu n'es qu'à moi.

Ce n'était pas une question mais bien une déclaration sans appel. Sans ménagement, je refondis sur ses pétales rougis par nos baisers affamés. Je sentais ses mains se promenait également à sa guise. Alors que je pensais avoir le dessus vue la torture que je lui faisait subir. Je me suis rendu compte soudainement que je m'étais bien trompé. La domination changea alors de camp à mes dépends en un instant...




by Daemon



Dernière édition par Daemon Stebbins le Ven 02 Fév 2018, 02:45, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Loredana Sparks
Loredana Sparks
Responsable GGryffondor
Responsable G
Gryffondor
Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de Transplanage



Londres - Big Ben - Page 18 Empty
Re: Londres - Big Ben

Message par : Loredana Sparks, Ven 02 Fév 2018, 02:10


/!\ Trigger warning - Beaucoup d'amour dans ce rp /!\

Ce qu'il se passait ce soir était indescriptible. En l'espace de quelques temps, elle s'était retrouvée du bar à une chambre d'hôtel sans vraiment avoir eu le temps de réfléchir à ses actes, ni à ce que cela pourrait lui apporter à l'avenir. Daemon était-il quelqu'un de fiable ? Qu'allait-il faire d'elle une fois qu'ils auraient terminé leur affaire ? Partir et la laissait là, avec cette superbe vue pour qu'elle ne lui en veuille pas trop ? Ou allait-il rester ? Mais actuellement, c'était plus la narratrice de Loredana qui se posait ces questions, Loredana elle, avait arrêté de penser depuis déjà quelques minutes. Elle ne pensait qu'à ce qui était en train de se passer. Elle et lui, il n'y avait que ça qui existait à ce moment-là. Elle avait décidé de prendre les devants et le préfet des rouge et or avait tout de suite suivi le mouvement. La caressant pour découvrir son corps autrement que par la vue. Elle n'opposait pas de résistance, laissant ses mains parcourir elles aussi le corps de la personne avec qui elle s'apprêtait à passer la nuit. Elle avait envie de lui arracher ses vêtements, mais ce n'était probablement pas correct. Avant qu'elle n'ait eu le temps de commencer quoique ce soit, il la souleva, ses jambes s'enroulèrent autour de lui et la déposa sur le lit où elle s'empressa de quitter ses vêtements, ne laissant uniquement que ses sous-vêtements à dentelles bordeaux. Elle fut soulagée de constater qu'elle n'avait pas mis de vieilleries, comme si elle savait au fond d'elle qu'elle ne resterait pas seule ce soir...
De son côté, Dey avait fait de même et s'était allongé sur elle avant même que Lore n'ait eu le temps d'admirer le magnifique corps qui s'offrait devant elle. Il prenait rapidement le dessus, ne se retenant pas pour dire à la jeune femme qu'elle était magnifique. Depuis combien de temps n'avait-elle pas eu droit à ce genre de compliment ? Fort longtemps.  Elle se laissa faire, appréciant le fait qu'il prenne les choses en main. Le désir était de plus en plus intense à mesure qu'il descendait. A certains moments, elle ne pouvait s'empêcher d’émettre un rire de frustration, comprenant le jeu auquel il était en train de jouer. A croire qu'il voulait la faire exploser. Il la rendait complètement dingue, elle avait le souffle court, son cœur battait à cent à l'heure et des frissons parcouraient tout son corps de manière constante. Elle allait exploser, elle le sentait. Puis il s'arrêta. Elle ne pu s'empêcher de lâcher un « Non ! », mais il ne l'écouta pas, c'était sûrement ce qu'il voulait entendre.

Remontant petit à petit vers son visage, il lui fit comprendre par les gestes et par la parole qu'elle était à lui ce soir. A ses mots, Loredana ne pouvait que lui rendre la pareil et lui montrer qu'il était également à elle. Même si elle l'aurait bien laisser prendre soin d'elle plus longtemps, elle se redressa et ils échangèrent leur place. Elle se plaça à califourchon sur lui et commença à l'embrasser passionnément, faisant se rencontrer leur langue de manière sensuelle. Dans le même temps, elle avait pris soin de prendre les mains du sorcier en otage pendant qu'elle embrassait toutes les parties de son corps. Elle sentait que trop bien l'effet qu'elle provoquait chez lui et ne pu s'empêcher de sourire en voyant la respiration de celui-ci se faire entendre de plus en plus fort à mesure qu'elle descendait avec ses baisers jusqu'à s'arrêter là où il serait à son apogée, là où il sentirait sa tête tournait tellement le désir était fort. Elle prit soin de rester à cet endroit quelques instants, prenant soin que l'envie qu'il avait d'elle ne s'estompe pas. Puis elle remonta et lui murmura à l'oreille.

- J'ai envie de toi...

Ni plus ni moins, elle ne parlait pas beaucoup à cet instant, voulant profiter au maximum de cette nuit. Elle fit en sorte qu'elle et Daemon se retrouve complètement nus. Elle avait pris les devant, l'embrassant une nouvelle fois, le prévenant de ce qui allait arriver. Le laissant se languir un peu, jusqu'à ce que lui aussi devienne fou. Un jeu avait commencé entre eux. Elle avait l'impression de le connaître ou de l'avoir connu dans une autre vie. Tout semblait si simple ce soir. Elle n'avait jamais eu de pareil sensation avec les autres hommes avec qui elle avait eu des relations sans grand intérêts, sans lendemain, juste pour qu'elle puisse ressentir quelque chose le temps d'une soirée. Là, tous les effets étaient multipliés par 10 par 100 par 1000 par tout ce que vous voulez. Elle ressentait enfin quelque chose.
C'est au moment où il s'y attendait le moins que les choses prirent un tout nouveau tournant. Tout d'un coup, leurs deux corps ne faisaient plus qu'un. Une énorme vague de désir s'était emparée d'eux, ne laissant rien sur son passage. Ils avaient mis en pratique tout ce qu'ils avaient en tête depuis la seconde même où Lore lui avait adressé la parole. Ce qu'ils étaient en train de faire était unique. Loredana avait envie de hurler, elle du se pincer la lèvre inférieur à plusieurs reprises. Elle ne tenait pas à ce que tout l'hôtel se réveille. Elle ressentait une sensation de chaleur parcourir tout son corps, quant à Daemon, lui, elle se plaisait à le regarder. Elle avait comme l'impression qu'il ne parvenait pas à détacher son regard d'elle. A mesure que leurs corps bougeait à l'unisson, elle sentait les mains du Gryffondor se baladait sur son ventre, sa poitrine, mais également sur son visage qu'il caressa pour remettre une mèche de cheveux de la jeune femme derrière son oreille.

Le temps de cet instant, elle ne pensait plus à ses problèmes qu'elle avait voulu noyer dans l'alcool ce soir. Tout ce qui importait réellement, c'était ce qu'il se passait maintenant. Malgré tout, la pensée que Dey puisse s'en allait à la seconde où ils auraient terminé la laissait un peu amère. C'est à ce moment-là que celui-ci reprit les choses en mains. Loredana ne pu s'empêcher de d'émettre un son lorsqu'il se plaça sur elle.  Elle ne se sentait pourtant pas honteuse, pourquoi le serait-elle d'ailleurs ? Quoi de mieux pour rendre Daemon encore plus fou ?
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Daemon Stebbins
Daemon Stebbins
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Londres - Big Ben - Page 18 Empty
Re: Londres - Big Ben

Message par : Daemon Stebbins, Ven 02 Fév 2018, 13:41


Attention:
 






Ce qu'il y a
entre nous.
Suite...

Loredana Sparks - Daemon Stebbins
L.A donné à la jeune femme

“On n'échappe au désir que pour être repris par le désir.”

• ♫♫♫ Choix de Dey










Le fait que Lo se retrouvait au-dessus de ma personne, me faisait perdre totalement la maîtrise de moi. Le baiser que nous avions échangé, me poussait un peu plus au bord de cette folie du désir que seuls connaissaient les amants qui maîtrisaient parfaitement cet imminent sujet. Puis cette façon de le dominer m'émerveillait. C'était la première fois que je croisais le chemin d'une jeune femme qui m'emmenait sur la même voie que j'avais ouverte quelques instants plus tôt. J'aimais, sans conteste, le fait que nos êtres physiques soient dans une telle harmonie. Puis il y eut ces mots que la gryffondore prononça à mon oreille. Ces mots qui me firent basculer définitivement vers la possession immédiate de son corps. Je devais me l'accaparer totalement maintenant. C'était un besoin vital, inéluctable, sans aucune concession possible...

Les derniers bouts de tissus disparurent sans ménagement. Un autre baiser, une autre envie violente qui montait en moi. Mais la demoiselle continuait à vouloir mener le jeu. Cependant je savais que je ne laisserais pas longtemps, encore, les choses à sa portée.

Alors que je m'apprêtais à me repaître de son corps de déesse, Loredana m'avait devancé une fois de plus. L'union de nos chairs fut une explosion de mes sens. Tout n'était plus qu'un mélange de soupirs et de grognent de plaisirs. La sensation pendant un temps, d'avoir retrouvé une place qui me revenait de droit. Néanmoins, mon esprit se vida immédiatement. Seul l'instinct continuait de guider l'échange. Je voulais m'oublier totalement en elle. Alors je me suis repu encore et encore de son intimité. J'avais envie qu'elle hurle mon prénom pour être sur que je me l'avais complétement en ma possession exclusive. Je désirais qu'elle ne voit plus que moi lors de ce moment d'éternité comme je ne voyais plus qu'elle également.

La faim grandissait encore et encore. Je n'en voyais pas la fin et je ne voulais surtout pas qu'elle cesse de s'accroitre. La sentir ainsi, augmentait les effets physiques de plus en plus. Mais hors de question que cela puisse s'arrêter si rapidement. Alors je m'immergeais dans ses yeux magnifiques pour conserver le contrôle de mon corps et ralentir un peu cette ascension vertigineuse pour qu'elle puisse encore enflammer nos êtres. C'était là que je repris de mener le ballet entre nous. Je l'entendis râler un instant alors que je nous faisais basculer en échangeant nos places sans que nous soyons libérés l'un de l'autre.

Je plongeais donc encore et encore, faisant en sorte que nos respirations et nos mouvements soient coordonnés à la perfection. J'impulsais le rythme et elle s'y accordait sans que nous ayons à parler. C'était un nouveau monde incroyable, sans limite et enivrant que je découvrais avec elle. Il n'y avait qu'une seule expression qui venait envahir me pensées : extase divine...

- A moi.

C'était tout ce que j'étais capable de dire. Alors j'avais intensifié mon emprise. Encore et toujours plus d'elle, de sa peau, de ses formes et surtout de s chaleur qui contaminait mon corps. C'était cela. Elle était une maladie que je venais d’attraper et dont je ne voudrais jamais guérir malgré la peur que cela pouvait déclencher plus tard en moi...

J'allais bientôt atteindre le point d’apothéose mais pas avant ma belle partenaire. Cela je l'avais décidé en une seconde. Je voulais qu'elle soit la première à avoir la tête dans le étoiles et complétement submerger dans le point d'orgue du plaisir. Qu'elle atteigne le ciel infini et ensuite je comptais bien l'y rejoindre.

Corps contre corps... Peau contre peau... Plaisir, désir contre affamement et volupté...

Je ne voyais que Loredana... uniquement et incontestablement elle...

Puis le visage de la rouge et or s'illumina en quelque chose que je découvrais pour la première fois de ma vie tandis que ses lèvres s'étiraient en un sourire extraordinaire. Et puis, elle l'avait soufflé à cet instant, mon prénom. Alors je partais aussitôt à mon tour au paradis, mordant légèrement la chair de son épaule ce qui laissa une marque rougie sur la blancheur de son épiderme... Ma marque...

Etrangement, je savais que nous venions d'être ce que nous rêvions de devenir chacun. Et d'un point de vue physique, le but était plu qu'atteint. Pour ce qui était de l'émotionnel, les choses étaient beaucoup complexe pour ma part. Pour le moment, malgré ce que nous venions de vivre et qui était bouleversant, je restais sur mes gardes. Que voudrait-elle que je fasse ? Partir ? Rester ?

Je me laissais rouler sur le côté pour libérer son corps et brisais le silence de la nuit en soufflant :

- C'était géniale.

Oui les mots, à cette période n'étaient plus ce qu'ils étaient depuis ma descente en enfer... Pourtant, durant le temps qui venait de s'écouler, j'étais redevenu presque le Daemon d'avant l'autre. Je m'étais calé afin de me pouvoir me pencher et l'embrasser dans un doux et léger baiser qui effleura ses lèvres. Je ne voulais pas bouger de cette chambre. Enfin je l'avais rapproché de moi afin qu'elle puisse se caler contre moi, la tête sur mon torse. Ses cheveux étaient à quelques centimètres de mes narines...




by Daemon

Revenir en haut Aller en bas
Loredana Sparks
Loredana Sparks
Responsable GGryffondor
Responsable G
Gryffondor
Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de Transplanage



Londres - Big Ben - Page 18 Empty
Re: Londres - Big Ben

Message par : Loredana Sparks, Ven 02 Fév 2018, 19:01


La suite se passait également à merveille. Loredana et Daemon ont continué comme ça encore quelques temps. Le temps s'écoulait d'ailleurs, mais pour la sorcière, il s'était arrêté et avait fait tout d'un coup un bon en avant. Elle avait l'impression que tout se passait très vite. Elle aurait aimé que cette nuit dure une éternité. Une nuit où tout semblait être normal pour une fois. Elle était montée au septième ciel, tant le plaisir avait été fort, tant Daemon avait simplement était parfait ce soir. Elle n'avait pu s'empêcher de prononcer son nom, c'était d'ailleurs la première fois que cela arrivait, puisque Daemon était encore un inconnu quelques heures auparavant. Elle ne pouvait décrire tous les sentiments qu'elle avait pu ressentir durant cette soirée. Elle était passée à un état de « Je m'en fous » à un état de désir sans non, sans compté le nombre de fois où Dey l'avait frustré durant leur acte. Puis vint la fin après le feu d'artifice. C'est encore essoufflée qu'elle s'installa confortablement auprès du Gryffondor, après un moment pareil, elle avait encore envie de profiter un peu de lui avant que le rêve ne s'arrête et que la réalité ne refasse surface. Pour lui, c'était génial, tel était le mot que lui-même avait utilisé.

- Génial n'est pas le mot que j'emploierais... C'était...extraordinaire...


Elle rit, elle avait du mal à se remettre et essayer tant bien que mal de reprendre ses esprits. Elle s'installa prêt de lui, elle ne voulait pas partir. Ils restèrent silencieux quelques instants, il leur fallait du temps pour comprendre ce qu'il venait de se produire. Depuis leur rencontre au bar, ils avaient simplement écouter leur corps, leur envie, sans pour autant penser de manière réfléchi. Pour l'instant, elle ne regrettait rien, tout semblait bien se passer et Dey ne semblait pas être une mauvaise personne. Elle avait remarqué dans ses yeux que tout ne semblait pas aller de son côté et comme c'était de même pour elle, elle s'était laissée aller en espérant lui avoir changer les idées. Elle s'était retrouvée en lui ce soir. Tout semblait pourtant flou à ce moment-là. Elle avait passé la plus belle soirée de sa vie, mais elle ne pouvait lui promettre qu'il obtiendrait plus d'elle malgré tout. Trop de peur, de doute et trop d'inconnu. Elle espérait au fond d'elle qu'il n'en demande pas plus, mais elle ne voulait pas le voir partir pour autant. Était-ce normal de se contredire autant ? Avoir des relations avec des hommes était une chose. Elle n'avait aucun scrupule à quitter les lieux après avoir fait son affaires. Mais pas après un moment pareil, elle n'avait jamais ressenti autant de plaisir, c'était quelque chose de nouveau, qu'elle avait envie d'explorer davantage. Étant dans la même maison peut-être que Lore et Daemon finirait par devenir des amis et plus si affinités s'il le souhaitait. Malgré tout, une question lui brûlait les lèvres et après avoir embrassé une nouvelle fois son compagnon, un baiser doux, sans le côté sauvage qu'elle avait auparavant, elle lui posa enfin sa question.

- Tu...Tu comptes rester ou partir ?

Puis sur le ton de l'humour, elle ajouta.

- Si tu comptes partir, sache quand même qu'il est tard et qu'il fait froid dehors et surtout que tu as payé une chambre pour rien.


Elle sourit, ça faisait longtemps qu'elle n'avait pas eu un sourire sincère envers quelqu'un. Au fond d'elle, elle avait quand même peur, peur de ce qui allait se passer ensuite. Qui était ce Gryffondor ? D'où venait-il ? Elle ne savait rien sur lui. Ce n'est pas parce qu'elle avait été préfète qu'elle avait forcément connaissance de tous les élèves de sa maison. Ils avaient simplement été poussé l'un à l'autre par deux mains invisibles comme pour dire « regarde, regarde, tu vas passer ta nuit avec lui, vas-y » ! Et pour une fois, elle avait suivi son instinct. Elle ne voulait pas retourner à Poudlard à cet instant, ne voulait pas retourner en cours, ne voulait pas dormir dans les dortoirs, ni manger dans la Grande Salle. Elle voulait que ce week-end dure encore et encore. Bizarre comme sensation ? Il fallait cependant qu'elle fasse attention de ne pas s'attacher. Non pas que c'était une habitude, non, ça ne lui arrivait jamais. Néanmoins, là c'était différent, c'était un sorcier, un sorcier de sa maison. Rien que là-dessus ils avaient des points communs qu'est-ce qui allait suivre ensuite ? Elle ne voulait pas y penser cela lui faisait peur.
Chassant ses pensées de son esprit, elle se dirigea dans la salle de bain. Là se trouvaient deux robes de chambres blanches. Elle enfila la première sur son corps encore nu et posa l'autre sur le lit au cas où Daemon souhaiterait l'enfiler.

- Ça te gêne si je vais prendre un peu l'air ?

Sans prendre le temps d'attendre sa réponse, elle ouvrit la porte vitrée et sortit sur le balcon. Il ne faisait pas si froid finalement et la vue était tellement belle qu'elle avait quand envie d'en profiter un petit peu. Après tout, tout ceci n'était qu'éphémère. Elle avait vue sur la tamise, elle ne pouvait s'empêcher de sourire en repensant à tout ce qui venait de se passer. Elle dut se pincer discrètement afin de vérifier qu'elle ne rêvait pas. Il avait été dingue de payer tout ça pour une nuit avec une inconnue, elle se sentait mal tout d'un coup de l'avoir laisser faire. Elle commençait à reprendre ses esprits. Cependant, tout restait encore flou pour elle, ne sachant pas ce qu'il allait advenir entre elle et Daemon, ni si tout cela allait créer un froid entre eux. Après tout, ils seront amenés à se croiser tous les jours, elle ne savait même pas combien de verres il avait bu avant tout ça.
Elle avait besoin d'une cigarette. Elle attrapa son sac qui se trouvait en vrac sur le sol et sortit une cigarette de son paquet. Elle ne chercha pas vraiment à savoir ce qu'en pensait Dey, elle préférait faire ce qu'elle avait à faire. Malgré tout ses doutes, elle ne pouvait s'empêcher de penser qu'elle avait eu l'impression de l'avoir toujours connu. C'était un sentiment qu'elle ne connaissait pas. Que lui arrivait-elle ?
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Daemon Stebbins
Daemon Stebbins
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Londres - Big Ben - Page 18 Empty
Re: Londres - Big Ben

Message par : Daemon Stebbins, Ven 02 Fév 2018, 22:16







Ce qu'il y a
entre nous.
Suite...

Loredana Sparks - Daemon Stebbins
L.A donné à la jeune femme

“On n'échappe au désir que pour être repris par le désir.”

• ♫♫♫ Choix de Dey











Evidemment la demoiselle me reprit sur mes mots. Pour elle, ils n'étaient pas assez forts pour exprimer ce qui venait de se dérouler dans cette chambre. Mais il ne fallait pas s'étonner que je sois troublé à ce point. je venais de rencontrer une déesse et n’importe qui aurait eu peur de s'emballer de la sorte, surtout avec une jeune femme de sa qualité. Un rire cristallin avait franchi ses lèvres. C'était léger, agréable et cela me remua encore un peu plus. Elle avait un tel effet sur moi que s'en était perturbant à cet instant. L'angoisse était là et je devais la maitriser absolument. le silence qui était retombé m'y aida d'ailleurs. Je baissais les yeux et vit qu'elle était un peu absente. Visiblement elle aussi s'interrogeait sur tout ça. Avait-elle la même peur ? Les mêmes interrogations ? Les mêmes doutes ? Après tout, c'était possible vue que je m'étais reconnu en elle.

*Respire*

Je n'avais pas envie de fuir comme d'ordinaire, comme chaque fois où je ne m'étais retrouvé un corps pour quelques heures. Mais Loredana n'était pas ça à mes yeux. Et cette idée, qui venait de me frapper, me terrifiait. Et pourtant, je ne bougeais pas. C'était qui brisa le silence. j'allais répondre mais elle me coupa l'herbe sous le pied en me sortant des arguments pour la première possibilité. Alors j'ai répondu :

- Si tu veux que je reste, cela ne me dérange pas d'être... encore un moment.... avec toi.

Lo me sourit. J'aimais cette lumière qui s'éveillait sur son visage. Seconde question. Seconde réponse.

- Non. Fais comme tu le sens.

Je la regardais quitter le lit. Elle était nue et je savourais le spectacle de ses formes qui se rendait vers la salle de bain. L'envie est encore en moi étrangement mais je n'avais pas envie de bouger pour la recoller à moi et avec sa réactions, je savais qu'elle avait aussi besoin d'un temps. Puis elle disparait derrière la porte un moment. Je me calais un peu plus haut et laissais mes pensées vagabondaient. Qu'est-ce qui m'arrivait ? Pourquoi j'étais en train de perdre la maîtrise de moi avec cette rouge et or. Soudain, elle était de nouveau devant moi en peignoir. Elle en posait un autre sur le lit surement pour moi.

- Merci

Je la vois aller vers le balcon, habillé ainsi. Mes prunelles suivaient sa démarche sensuelle. L'envie se fait encore ressentir dans le bas de mon ventre. Je voudrais me raisonner. Mais non. En fait, je savais que je me mentais. Ce dont j'avais envie, c'était de la retrouver et de replonger en elle parce qu'elle était tout simplement magnifique. Je la voyais se pencher vers son sac pour prendre je ne sais quoi. Elle se relevait et se tourna vers la vue. Je l'observais appuyer sur la balustrade et cette vision me prend aux tripes. Trop la faim a repris le dessus.

J'aurai du prendre le peignoir qu'elle m'avait apporté peut-être. Pourtant il n' aucun intérêt pour moi. Je n'avais jamais eu de malaise avec mon corps ni la nudité. Je savais que j'étais bien proportionné à cause du succès que je cumulais auprès de la gente féminine de l'école. Le tatouage sur mon torse  était le seul signe distinctif que j'avais imposé à mon corps. Un caprice d'ado que j'avais assouvi et jamais regretté. Je passais à mon tour la porte vitrée en silence. Je me rapprochais de cet être que je désirais encore une fois. Cela confirmait bien ma pensée. Seule une déesse pourrait me faire cet effet là. Me faire perdre la raison à ce point.

Loredana ne m'avait pas entendu et s'était un avantage au vue de ce que je fais faire. Je me collais à elle en ne la laissant pas bouger.

- Toujours aussi troubler ?

Ma bouche était prêt de son oreille. L'air, je ne le sentais pas. J'avais beaucoup trop chaud à cause de ce que je percevais à travers le peignoir. Je me redressais et l'obligeais à me faire face. J’emprisonnais ses yeux dans les miens. Elle a une cigarette dans la bouche. Je la saisis et la jetais dans le vide. En silence, je descendais mes mains le long de son être. J'arrivais au nœud. Je ne voyais aucun geste contradictoire alors j'avais continué. Je le défais et je pressais contre cette divinité offerte. J'embrassais ses lèvres. Etait-elle choquée ? Je ne savais pas...

- Je m'arrêterai si tu ne veux pas.

J'attendais quelques secondes. Mais ma faim prenait le dessus de ma raison. Je m'emparais alors et soulevais sa cuisse gauche. Mon pouce caressait la chair tendre. Je la recollais à moi. Il n'y avait pas de doute sur ce que je désirais. Mon corps l'exprimait parfaitement.

- Quelle déesse es-tu pour avoir un tel pouvoir sur ma personne ?

J'avais légèrement appuyé mon bassin contre le sien attendant qu'elle finisse l'entame ou alors qu'elle se recule...

Mes yeux étaient toujours dans l'océan bleuté de ses prunelles. Allait-elle accéder à ma demande ou non ?





by Daemon

Revenir en haut Aller en bas
Loredana Sparks
Loredana Sparks
Responsable GGryffondor
Responsable G
Gryffondor
Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de Transplanage



Londres - Big Ben - Page 18 Empty
Re: Londres - Big Ben

Message par : Loredana Sparks, Sam 03 Fév 2018, 01:01


/!\ Trigger Warning - Beaucoup d'amour dans ce rp /!\

Le vent soufflait doucement sur le visage de la jeune femme, une sensation agréable qui lui permettait de reprendre ses esprits et de laisser son corps se calmer et reprendre un rythme cardiaque normal – ce qui n'était pas gagné, il fallait se l'avouer. Elle restait silencieuse, tirant de temps en temps sur sa cigarette. La vue lui plaisait et la pensée de savoir que Daemon souhaitait rester à ses côtés durant toute la nuit la rassurait tout en étant angoissée également. En l'espace d'un instant, la réalité avait tout de même refait surface. Elle repensait à sa mère, à sa maison qu'elle ne verrait plus. Elle savait que c'était un mal pour un bien, mais elle avait perdu son confort, un confort imparfait oui, mais au moins, elle avait un toit. Elle n'avait plus rien, même ses parents étaient comme morts pour elle. Elle était consciente que penser à ça ce soir n'était pas une bonne idée. Il était quand même parfois difficile de contrôler ses penser.

Cependant, elle fut vite interrompue dans ses idées noires. Il s'était rapproché sans qu'elle ne s'en rende compte et avait soufflé à son oreille. Au départ, elle s'était demandée ce qu'il voulait, puis elle se rendit vite compte qu'il n'en avait pas eu assez. Rapidement, ses angoisses avaient de nouveau disparu. Oui elle était troublée, troublée par toi Daemon, toi qu'elle ne connaissait pas et dont elle avait quand même besoin ce soir. Ce besoin était réciproque à ce qu'elle comprenait. Il ne la laissa pas longtemps dos à lui, il la retourna pour qu'elle se retrouve face à lui. Elle n'opposa aucune résistance. Elle était déboussolée, les yeux de Dey étaient de nouveaux remplis de désirs, probablement autant que les siens à cet instant même. Malgré tout, tout ça la troublait davantage. Il voulait réellement qu'ils remettent ça ? Ici ? Sa cigarette lui fut retirée de sa bouche et jetée par dessus le balcon. D'un geste lent, il s'arrêta sur le nœud de son peignoir et le détacha, laissant de nouveau apparaître son corps nu qu'il allait finir par connaître par cœur à force de la regarder avec autant d'intérêt. C'était comme s'il apprenait ses courbes, ses formes et tous les autres petits détails. De nouveau, il informa la jeune femme qu'il pouvait arrêter si elle ne voulait pas plus. En revanche, il ne lui laissa pas le temps de répondre et sa cuisse était sous son emprise.

- Daemon... Je sais pas si..., avait-elle dit si bas qu'il s'agissait presque d'un murmure, d'une phrase qu'elle s'était dite à elle-même.

A vrai dire, oui, elle essayait de résister. L'effet qu'il avait sur elle telle qu'elle ne trouvait pas raisonnable de se laisser aller à chaque fois qu'il le désirait. Malgré toute sa bonne volonté, elle ne résista pas bien longtemps. C'était une pulsion qu'elle ne pouvait contrôler, son corps le voulait encore, lui. Jamais elle n'avait été autant sous l'emprise d'un homme. Celui-ci était l'exception. La question qu'il venait de lui poser laissait sous-entendre que lui-même ne comprenait pas ce qui lui prenait. La tête de la jeune femme lui tournait de nouveau, soudain, elle avait chaud, très chaud, le vent la fit frissonner légèrement où peut-être était-ce autre chose. Elle répondit à sa question sans même y avoir réfléchit. Elle était contrôlée par une autre partie d'elle-même.

- Je... Je pourrais te.. retourner la question.

Le souffle court, elle parvenait à peine à prononcer ces mots. Puis sans vraiment attendre plus longtemps, elle resserra son étreinte et quelques petites secondes plus tard, leurs deux corps étaient de nouveau unis. La vague de la première fois était d'autant plus intense, c'était un tsunami. Il n'y avait rien à faire, elle était complètement à lui, inutile qu'elle fasse quoi que ce soit, c'était ce qui se passait actuellement. Ne voulant pas se donner en spectacle, elle tenta de le pousser pour le faire rentrer à l'intérieur, sans vraiment faire attention où ils allaient cependant. Manque de chance, le rouge et or trébucha sur le rebord et tomba sur le dos, sur le sol de la chambre d'hôtel qu'ils avaient louée pour cette nuit qui était bien partie pour être très courte. Évidemment, il entraîna Loredana dans sa chute et celle-ci se retrouva couchée sur lui. Elle se mit à rire, une rire joyeux, un rire sincère. Daemon avait ri lui aussi, la complicité était là, c'était quelque chose de certain. Tout était allé si vite. N'ayant ni la force, ni l'envie de se redresser pour rejoindre le lit, elle avait décidé de rester là, au sol et de continuer ce qu'ils avaient commencé sur le balcon.
Le feu d'artifice reprenait de plus belle. Elle embrassa Dey passionnément, sauvagement sur les lèvres dont elle connaissait désormais la texture et le goût. Elle ne s'en lassait pas. Elle était descendue au niveau de son cou où les baisers devinrent plus sensuels. Elle continuait de le guider, le poussant à se redresser afin qu'il tous les deux assis, sans pour autant rompre leur contact. Elle avait enfoui sa tête dans les épaules du préfet, tentant d'étouffer son désir qui voulait s'exprimer à haute voix. De nouveau, il n'y avait qu'elle et lui, deux personnes voulant simplement oublier, mais deux personnes qui s'étaient laissée surprendre par l'effet que l'un provoquait sur l'autre. Malgré elle, elle ne pouvait s'empêcher de penser à l'après. Allait-elle oublier si facilement le corps de Daemon? Qu'allaient-ils faire une fois cette nuit terminée ? Non, il ne fallait pas qu'elle s'emballe, tout ça n'était qu'un bon moment, parce qu'il devait être unique et aucun d'eux ne voulait perdre une seconde de ces quelques heures qu'ils leur restaient.

- Daem...

Elle ne parvint même pas à dire son nom en entier. Le désir de celui-ci semblait de nouveau le submerger. Tellement qu'il avait décidé de prendre de nouveau les devants. Elle tenta de résister, voulant encore décider de ce qu'elle voulait faire de lui. Malheureusement, il ne semblait pas du même avis et elle n'eut pas la force de résister davantage. Son cœur battait à cent à l'heure et son souffle était court. Elle sentit même des gouttes de transpirations coulait sur son dos. Elle n'y prêta pas attention, elle n'en eut pas vraiment le temps...

- Reste avec moi...
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Daemon Stebbins
Daemon Stebbins
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Londres - Big Ben - Page 18 Empty
Re: Londres - Big Ben

Message par : Daemon Stebbins, Sam 03 Fév 2018, 08:43







Ce qu'il y a
entre nous.
Suite...

Loredana Sparks - Daemon Stebbins
L.A donné à la jeune femme

“On n'échappe au désir que pour être repris par le désir.”

• ♫♫♫ Choix de Dey











Loredana avait répondu à mon appel. Elle m'avait retourné ma question et la seule chose que je lui avais répond en prenant possession d'elle, c'était :

- Je ne suis qu'une créature terrestre sous l'emprise d'une créature céleste.

Alors nos deux souffles se sont accélérés au fur et à mesure que le rythme augmentait. Je n'avais plus conscience de rien d'autre que de sa chair que je dévorais sans me lasser. Plus je l'avais et plus je la voulais encore plus. Ma faim ne connaissait pas de limite. Savoir si quelqu'un pouvait nous voir était le cadet de mes préoccupation. La seule chose dont j'avais conscience, c'était elle, sa peau douce, laiteuse avec ce parfum qui m'enivrait et me faisait tourner la tête au point de me faire oublier toute teneur, toute maîtrise de l'être que j'étais. Il n'y a que notre union charnelle qui m'importait. Que le fait que je sentais son être vibré avec le mien dans un accord parfait que la nature, elle-même, avait créé entre nous deux. Cette alchimie, je n'étais pas prêt de l'abandonner cette nuit en tout cas.

Puis, Lo a voulu me pousser vers l'intérieur. Seulement il n'était pas aisé de vouloir déplacer un gaillard de 1m88 et 85 kilos comme ça surtout quand il était légèrement occupé à ce genre d'activité où l’équilibre est un art des plus délicat. Evidemment, sur ce coup, je n'avais pas eu la dextérité de pouvoir me rattraper. J'avais surtout eu peur que mon envoûtante partenaire puisse se blesser. On avait atterri sur le sol, elle toujours prisonnière de mon corps. Pendant une seconde, elle avait rit tout comme moi. Mais la faim reprend. Le lieu était devenu un détail. Comme elle était sur moi, elle manipulait le rythme.

Ma tête était devenue vide. Je n'entends plus vraiment rien. Je ne suis que luxure, débauche et volupté. Je ne savais pas combien de temps, j'allais rester englouti par son être. Cependant, je savais que chacune des secondes était mémorable. Il n'y avait rien à dire d'autre à part que nos deux corps étaient possédé dans une danse dont je découvrais eu fur et à mesure les pas dans un ordre bien différent de ce que j'avais connu au par avant. C'est fort, puissant, enivrant et je ne pouvait pas définir ce que c'était. C'était divin et à la fois, angoissant. Parce ma lucidité me faisait comprendre que je ne pourrais jamais échappé à l'emprise de sa chair sur la mienne.

Certain diraient qu'il s'agissait d'un coup de foudre. Cependant il se tromperait. Certes, il y avait quelques choses mais ce n'était pas les sentiments amoureux qui nous faisaient perdre le contrôle mais bien ce besoin de se fondre en l'autre sans jamais en ressortir. Un besoin primaire, aux premiers abords, qui faisait que nous pousser dans cette course de folle de soupirs et de cris mêlés. Car dans cette chambre, il n'y avait plus que cela. A un moment, elle avait commencé à dire prononcer mon prénom. Mais la violence de ce qu'il y avait en nous l'en empêchait.

Instinctivement, je voulais reprendre le contrôle. Alors je l'avais basculait sur le côté. Nous étions face à face. Les mouvements prennent de l'ampleur et ses lèvres laissaient glisser une phrase qui devraient me fuir et pourtant ce n'était pas le cas. Le fait de savoir qu'elle avait besoin de moi en me disant qu'elle voulait que je reste avec elle, déclencha une intensité supplémentaire. Ma bouche lui offrait certaine une expression lumineuse et vivante comme je n'avais pas réellement éprouvé depuis des mois. Certes, j'avais eu des corps durant tout ce temps. Mais c'était bien ça le problème. Ce n'était des personnes. Juste un moyen d'effacer la souffrance. De faire partir un instant, la douleur et le vide qui m'habitait. Lo s'était bien plus que ce simple effet qu'elle déclenchait. Elle m'envahissait totalement et je croyais bien que l'inverse était réciproque. Alors j'ai répondu à son exigence, ar il ne s'agissait pas d'autre chose.

- Je suis avec toi...

Ce n'était pas que des mots mais une réalité que l'univers entier voulait nous montrer. Il ne s'agissait pas d'un engagement avec un toujours. Juste une affirmation qui avait tout sens à cette seconde précise. Le tempo atteint son paroxysme. Je sentais que la délivrance n'était pas loin pour elle et moi. Encore une minute et nous allions à nouveau être au paradis mais en même temps. L'explosion sensorielle se fait et inconsciemment, je lâche toujours noyé dans ses prunelles :

- Loredana...

Nous étions en extase totale. Je la serrais contre moi pendant quelques instants. Le retour à la réalité s'était fait lentement. Puis sans rien dire je me levais en un claquement de doigt. Je me penchais vers elle et la récupérais dans mes bras afin de la porter. Je m'étais dirigé vers le lit où je l'avais déposé délicatement sous son air étonné. Puis j'étais passé au-dessus d'elle pour me caler dans la place à côté. Je l'avais rapproché de moi dans un geste expert. J'étais sur le ventre et elle sur le dos. Ma tête était niché contre son épaule. Mes yeux fixaient les siens. J'avais une main abandonné sur son ventre et je l'avais informé sur ton qui n'appelait aucune à la désobéissance :

- N'espère même pas bouger.

Alors mon bras était descendu pour capturer sa taille et confirmer mes dires. Puis en l'observant toujours, j'avais ajouté:

- Qui es-tu Loredana ?

Je continuais à la détailler tandis que je sentais la fatigue me gagnait...




by Daemon

Revenir en haut Aller en bas
Loredana Sparks
Loredana Sparks
Responsable GGryffondor
Responsable G
Gryffondor
Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de Transplanage



Londres - Big Ben - Page 18 Empty
Re: Londres - Big Ben

Message par : Loredana Sparks, Sam 03 Fév 2018, 11:48


Il avait ces phrases, ces manières de lui parler qui la rendaient complètement folle. Une créature céleste ? Où allait-il chercher tout ça ? Considérait-il Loredana comme quelqu'un envoyé du ciel pour lui ? Ça paraissait tellement irréel en fait. Elle préférait ne pas répondre, bien trop concentrée par ce qu'ils étaient en train de faire. Elle voulait profiter de ce moment, parce qu'elle savait que chaque seconde comptait, qu'il ne leur restait que très peu de temps avant de devoir redescendre à la réception et se quitter. Loredana retournerait directement à Poudlard, elle n'avait pas vraiment le choix. Quant à lui, elle ignorait ce qu'il comptait faire par la suite. Ce dont elle était certaine, c'est qu'il allait vraiment être difficile pour elle de le croiser sans rougir, elle ne pourrait pas faire semblant de ne pas le voir, il était bien trop tard pour ça. Non, elle n'en voulait pas davantage avec lui, mais remettre ça de temps en temps ? Elle n'était pas contre, bien au contraire...
Le feu d'artifices avait repris de plus belle, puis le bouquet final et ils se retrouvaient tous les deux, complètement essoufflés et émerveillés. Daemon se leva sans rien dire et souleva Loredana pour la déposer sur le lit. Cela l'avait quelque peu étonnée, mais ce dont elle sûre au sujet du Gryffondor, c'était qu'il la traitait avec délicatesse et respect et ce depuis le début de la soirée. Et elle appréciait vraiment ce genre de chose. Il n'était jamais brutal, n'avait pas dit un seul mot de travers, il avait simplement, et tout comme elle, suivi ses désirs et son instinct. Rien de plus.

Ils étaient couchés sur le lit, d'abord la main sur son ventre, il avait ensuite resserré son étreinte en l'attrapant par la taille. Elle ne pouvait pas faire grand chose à vrai dire. Elle avait beau mesurer 1m73, soit être au-dessus de la moyenne pour une femme, elle n'était pas bien épaisse et face à Daemon, elle n'avait clairement aucune chance. Et c'était tant mieux parce qu'elle n'avait plus l'intention de bouger. Il la regardait droit dans les yeux et elle faisait de même et fut rapidement envoûtée par la couleur noisette de ses prunelles. Elle n'avait pas encore eu l'occasion de s'attarder sur son visage, d'en observer les traites en détails. Ce qu'elle voyait lui plaisait. C'est à ce moment qu'il lui demanda qui elle était. Une question tellement vague qui ouvrait tellement de possibilités de réponses. Qu'attendait-il exactement comme réponse. Oui elle s'appelait Loredana, n'était-ce pas suffisant pour lui ? Elle ne se sentait pas vraiment de lui raconté toute sa vie, elle ne le connaissait pas assez pour cela malgré leur fabuleuse nuit tous les deux. Elle marqua donc une pause de quelques instants. Puis elle décida de garder le mystère sur elle-même.

- Tu l'as dis toi-même tout à l'heure, je suis une créature céleste envoyée ici parce qu'il paraît que tu en avais besoin.

A vrai dire elle n'en savait rien, elle ne lisait ni l'avenir, ni les pensées. Disons qu'elle parlait surtout pour elle. Elle, elle en avait eu besoin c'était certain et il était arrivé au bon moment. Elle sourit et se pencha pour l'embrasser. Elle aimait ne pas trop se dévoiler rapidement sur ce qu'elle était. Il en apprendrait sur elle au fil du temps. Enfin, ils sont dans la même maison, ils seront amenés à se croiser tôt ou tard surtout qu'il était préfet et qu'elle faisait pas mal d'infractions au règlement... Oui par très sérieux pour un ancienne préfète, mais à votre avis, pourquoi elle ne l'est plus ?
Ses paupières commençaient à être lourde, tout ceci l'avait vraiment fatiguée bien qu'elle ne regrettait rien.

- Pour être honnête avec toi, je suis un peu chamboulée par tout ça.

L'honnêteté de Loredana avait toujours été appréciée par ses amis, quand elle en avait. Elle n'aimait pas cacher ce qu'elle avait en elle, bien qu'elle n'en dirait pas plus à Daemon sur l'effet qu'il lui avait fait et qu'il lui faisait encore d'ailleurs. Parce que oui, il devait le sentir, mais le rythme cardiaque de la jeune femme ne ralentissait pas malgré sa bonne volonté pour se calmer et malgré la fatigue qui commencer à prendre le dessus. Elle ferma les yeux et inspira par le nez puis expira par la bouche et tout ça très lentement, une main sur sa poitrine, pensant qu'elle parviendrait à retenir son cœur s'il avait le malheur de traverser son corps tellement il battait. Elle se sentait ridicule de se trouver dans un état pareil. Elle qui d’habitude voulait tout contrôle, c'était perdu d'avance cette nuit, il fallait qu'elle s'y fasse.
La pression redescendait petit à petit et elle retrouvait doucement son état normal. Son corps retrouva une température normale et elle se mit à trembler de manière incontrôlée, tellement fort qu'elle éclata de rire une nouvelle fois.

- Attends, laisse-moi juste fermer la fenêtre et me mettre quelque chose dessus que cette fois tu n'enlèveras pas, je suis frigorifiée.


Elle se libéra difficilement de son emprise, il n'était pas décidé à la laisser. Elle se dirigea rapidement vers le porte-vitrée pour la fermer. Pris la première chose qu'elle trouvait par terre pour l'enfiler. C'était la chemise de Daemon. Bon tant pis, elle la lui rendrait plus tard. Elle se rallongea de nouveau auprès de lui et il serra de nouveau son emprise autour de la jeune femme qui se serra davantage contre lui pour se réchauffer. La fatigue ne faisait que croître, elle n'allait pas tarder à céder. Elle voulait pourtant profiter encore de cette nuit, mais son corps ne voyait plus les choses de cette manière. Il ne répondait plus de rien. Elle sourit à Daemon et ferma les yeux sans même s'en rendre compte.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Daemon Stebbins
Daemon Stebbins
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Londres - Big Ben - Page 18 Empty
Re: Londres - Big Ben

Message par : Daemon Stebbins, Sam 03 Fév 2018, 13:05







Ce qu'il y a
entre nous.
Suite...

Loredana Sparks - Daemon Stebbins
L.A donné à la jeune femme

“On n'échappe au désir que pour être repris par le désir.”

• ♫♫♫ Choix de Dey











Loredana reprenait mes propres mots pour répondre à ma question. Quelle petite chipie, elle fait. Néanmoins j'étais bien trop épuisé pour réagir. Cependant j'ajoutais avec une voix ensommeillée mais sérieusement.

- Merci Merlin pour ce cadeau.

Oui la gryffondore était arrivée au bon moment, même si elle ne se rendait pas compte jusqu'à présent. Il avait été en perdition dans un désert ces derniers temps et elle était devenu l'oasis dont il avait eu besoin pour reprendre des forces. Cependant quelque chose au fond de sa conscience, lui disait qu'il y avait plus. Néanmoins il la repoussait bien loin dans un coin de sa tête. Il y encore trop empli de pour envisager une relation même épisodique. Non, il suivra le mouvement. Sine veut plus se questionner, plus calculer, plus envisager de suite car il l'a appris à ses dépends, les filles changeaient trop vite leur cœur et oublier trop facile les promesses et les serments échangés.

Puis l'être céleste s'épanchait en avouant qu'elle était troublée. Quoi ? Etait-ce possible que je puisse la troubler au-delà des sens ? Non. Ce ne pouvait être que le corps qui provoquait cela en la jeune femme ? Rien d'autre. Il fallait que je reste les pieds sur terre. Que je me rappelle la douleur qui tenait encore mon être, il y a peu. Chasser la moindre chose qui pourrait m’étourdir. Mais malgré cela, je n'ai pu empêcher l'aveu suivant :

- Je te comprends parfaitement.

Il y avait un léger flottement. La rouge et or demanda alors d'être libérer de mon entrave afin d'aller fermer la fenêtre et enfiler un truc. La porte vitrée, j'étais d'accord dans mon inconscient. Mais perdre le contact de la chair à cause d'un maudit bout de tissu, franchement non. Alors quand je la sentais bouger sous mon bras, je m'étais mis à grogner en ne mettant absolument pas de la bonne volonté. Le froid que je percevais prêt de moi, ne m'enchantait absolument pas. J'avais entendu ses actions. La fenêtre fut fermée.. Quelques pas délicats et feutrés... Un bruit d'étoffe qui glissait. Soudain Lo revient et la chaleur fait son retour. Je me recalais comme tout à l'heure. Le sommeil avait fini d'avoir raison de moi et sa chaleur, qui m'apaisait, qui y avait contribué.

Pour la première fois, il n'y avait pas eu de rêve du passé. Pas de souvenirs qui tournaient en cauchemar. Non il n'y avait que le corps de Loredana et les images de cette nuit qui dansaient dans mes songes sous mes paupières. J'avais fini par me réveiller. Lo était toujours là endormi. D'ordinaire, j'en aurais profité pour partir et éviter les explications du matin. Mais là, j'étais juste bien. Un matin où je me sentais reposer et cela faisait des semaines que je ne m'étais pas senti bien comme cela. Je la détaillais, remarquant que le vêtement porté était ma chemise. Cela me tirait un sourire. C'était la première fois, qu'on se servait de mes fringues comme pyjama féminin. Je remettais alors une mèche de ses cheveux pour dégager son visage. Puis, je me penchais pour frôler sa bouche de mes lèvres en un touché délicat. Je la voyais papillonner des yeux.

- Déesse, désolé de te sortir de ton paradis de rêve. Malheureusement, il est temps pour nous de retourner à la réalité.

Elle m'observait et hochait la tête pour acquiescer. je l'invitais alors à aller à la douche en premier. Elle sortit du lit et y alla. J'écoutais alors couler l'eau. Cela avait été plutôt rapide. A mon tour, j'y allais. Je n'y passais pas plus de temps dedans. Je sors et enfilait la chemise. Je lançais un sort sur Loredana et moi afin que nos vêtements reprennent forme et que nous soyons présentable. Lo m'avait souri pour ce geste. Puis nous avions quitté la chambre. Je lui avais pris la main parce que cela me semblait naturelle.

Nous avons passé l'accueil et avons quitté l'hôtel. Je nous avais dirigé vers une ruelle discrète afin que nous puissions transplaner.

- Voilà d'ici nous pourrons transplaner. Pour ma part, je vais rentrer chez moi. Je te verrais lundi à Poudlard.

Je l'embrassais délicatement sur le front en guise d'au revoir. Je me reculais en souriant puis disparus...


Fin du RP pour nous 2. Merci déesse ^^



by Daemon

Revenir en haut Aller en bas
Daemon Stebbins
Daemon Stebbins
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Londres - Big Ben - Page 18 Empty
Re: Londres - Big Ben

Message par : Daemon Stebbins, Mar 13 Mar 2018, 11:49






Repas en famille...

Josephine Campbell
  Daemon Stebbins

“La famille est l'école de sympathie, de plaisir et de douleur en commun. ”


Je savai que ce repas aller arriver. J'avais espéré que mon père aurait oublié de répondre. Mais bon je ne devais pas m'illusionner. Etant donné qu'il avait perdu ses deux parents. A peine lui avais-je dis que j'avais découvert une nouvelle branche qu'il s'était emballé comme un gamin de cinq ans le jour de Noël. Evidemment au vue de la manière dont on s'était avec Joséphine, j'étais autant enchanté que lors de ma seconde année pour me retour en potion. Les mots avaient été dures de sa part et de la mienne. Seulement j'avais estimé que je n'avais pas à m'excuser car c'était elle qui était venue m'agresser à cause de ma coucherie avec sa copine. Elle n'avait même pas chercher à savoir ce qui s'était passé que j'avais été reconnu coupable et condamné d'office à recevoir son amertume et sa déception en pleine face. Mais manque de peau pour elle, je n'étais pas dans la phase du gentil cousin dont elle avait l'habitude. Non j'étais en mode dark dey et lui, il ne se laissait absolument pas faire. Alors je lui avais renvoyé sa propre responsabilité, son injustice envers moi et évidement la responsabilité de son amie. Bien sûr, j'avais fait des dégâts tout comme elle. Je n'étais pas le genre de type à prendre ce qu'il voulait sans m'être assuré que ma partenaire de jeu était sûre de son choix. J'avais agi de même avec Loredana lors de notre première nuit à l'hôtel. Je lui avais dit que je ne faisais pas de promesse que je ne pouvais pas tenir et que tout ce que je pouvais lui proposer, c'était des moments agréables en ma compagnie ni plus ni moins...

J'étais donc dans ma chambre à me préparer à avec une mauvaise humeur flagrante. Ma sœur avait tapé à la porte et était entrée pour voir ce que je faisais.

- Qu'est-ce que tu fous.
- Je me débats avec cette satanée cravate.
- Pourquoi tu es tendu comme cela ?
- Parce que...

Je n'avais rien dit à Aya parce que je ne voulais pas qu'elle sache à quel point j'avais pu couler à cause de ma rupture avec mon ex-verte et argent. Bien sûr grâce à la rouge et or, j'avais commencé à changer sans le réaliser. Ma sœur avait dégagé mes mains et fait le nœud à ma place.

- Voilà, tu es prêt.
- Merci

Nous étions donc redescendus rejoindre mes parents au rez-de-chaussée qui nous attendaient.

- Vous avez mis un temps considérable.
- Ne me regarde pas comme ça maman, ce n'est pas moi la coupable pour une fois.
- Non, c'est ma faute.
- Ce n'est pas grave chérie, laisse-les tranquille. C'est une soirée importante pour moi. Daemon, si tu savais combien cela compte.

Je voyais les yeux brillants d'émotion de mon père. Oui je savais

- Allons-y. Le portoloin va s'activer pour nous faire atterrir dans un coin d'un parc qui est désert à cette heure. Je suis allé l'inspecter pour vérifier.

Il s'agissait d'un cintre. Nous avons donc posé la main dessus et puis le charme a marché. Nous nous sommes retrouvés à nous poser au lieu indiqué. Ils ne nous restaient plus qu'un peu de marche à faire. Nous étions arrivés dans un quartier chic et riche du Londres moldu. Toutes les maisons se ressemblaient comme c'était souvent le cas dans ce genre de coin lieu. Je n'étais toujours pas déridé et redouté même la confrontation avec ma cousine. Parce que j'avais peur qu'elle est pu parler de notre différent mais surtout plus de son sujet et je n'avais pas franchement envie que mes parents découvrent cette facette de moi lors du premier dîner de nos deux familles.

- C'est quel numéro déjà ?

Demandait mon père

- Le douze si je ne me trompe pas

Avait répondu ma mère.

Nous nous étions donc rendus à la demeure qui portait ce numéro et mon père avait sonné. A ce moment la porte s'ouvrait...


Code Daemon



Dernière édition par Daemon Stebbins le Lun 19 Mar 2018, 10:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Josephine Campbell
Josephine Campbell
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Londres - Big Ben - Page 18 Empty
Re: Londres - Big Ben

Message par : Josephine Campbell, Dim 18 Mar 2018, 14:39


La derniere fois que Jo était venue à la maison de Londres c'était pour piquer la clef de la maison au bord du lac à l'insu de ses parents alors qu'elle prevoyait un week end au calme avec Louis, apes l'épisode de poignard d'Ellana. Elle s'était fait prendre par sa mère... evidemment... qui avait tenu sa langue jusqu'aujourd'hui. C'était un accident. Alors que Jo venait d'arriver dans leur maison de Londres, quelques heures avant l'arrivée de leurs invités sa mère avait prit des nouvelles sur le petit séjour romantique de sa fille, mais n'avait pas fait attention à la présence de son mari dans la pièce d'à côté.

Et qui était ce Louis ? Était-il à Poudlard ? Et pourquoi elle n'en avait pas parlé ? Et pourquoi était-il toujours le dernier au courant ? Qu'est-ce qu'ils étaient allés faire dans leur résidence d'été ? Et bla bla bli et bla bla bla. Questions auxquelles Jo mit un point d'honneur à ne pas répondre au vu de l'attitude énervée de son père.

Sa mère l'avait prévenu, il n'était pas près à entendre ce genre de chose, en ce qui concernait sa fille. Cependant, elle avait l'impression que toutes les personnes qui comptaient pour elle étaient contre sa relation avec le jeune garçon alors que personne ne le connaissait vraiment. Il y avait Ellana, son père, Daemon...

Daemon qui allait arriver d'un moment ou un autre accompagné de sa famille. Il y a encore quelques mois, elle attendait ce moment avec impatience. Maintenant, plus l'heure fatidique arrivait, plus l'angoisse montait. Ils avaient échangé des mots très durs l'un et l'autre et s'évitaient depuis des semaines désormais. Aujourd'hui, ils ne pourraient pas jouer à s'ignorer comme ils avaient pris l'habitude de le faire. Ils allaient devoir rester dans la même pièce. Jo n'avait parlé de leur altercation à personne. Car c'était avouer quelque part qu'elle s'était mal comportée et qu'elle n'avait pas su accompagner son cousin dans un moment difficile. Elle avait été une piètre cousine, un soutient familial totalement nul et quasi-inexistant.

Elle s'était réfugiée dans sa chambre à l'abri des questions intempestives de son père. Sa mère lui avait sorti une robe pour qu'elle l'enfile pour le dîner. Il était tout simplement hors de question qu'elle la porte, elle n'aimait pas ça, elle ne voulait pas.
Trois coups à la porte

- Jo, tu es prête ?

- Oui.

Sa mère entra dans sa chambre.

- Tu appelles ça être prête?

- Je ne mets pas ça ! On n'est pas à un repas d'ambassadeurs, je reste comme ça.

Un sourcil relevé, regard de bas en haut. Le jean et le pull n'étaient pas les bienvenus. Non sa mère n'allait pas lâcher l'affaire...
Vingt minutes plus tard, Jo portait cette fichue robe et sa mère lui brossait les cheveux.

- C'est important pour ton père ce soir, tu le sais ?

- Oui, je le sais.

- Il n'a plus personne de son côté. Il attendait ce jour avec impatience.

- Je sais...

- Il n'est pas en colère contre toi, il n'est juste pas près à laisser grandir sa fille. Tu es majeur, tu travailles... Ton indépendance lui fait peur. Et maintenant, tu as un petit ami... Il ne sait plus quelle place il doit avoir maintenant... Ça va lui faire du bien ce soir et à toi aussi. Et tu m'as dit que Daemon était charmant non ?

Jo regarda sa mère à travers le miroir et n'eut pas le temps d'ouvrir la bouche qu'on sonna à la porte. Oui, elle lui avait dit cela. Mais c'était avant... Maintenant, elle était perdue...

Lorsqu'elles arrivèrent en bas, le père de Jo venait tout juste d'ouvrir la porte. Il fit entrer tout le monde à l'intérieur. Il y avait des accolades et des cris de joie. Jo était restée sur la première marche d'escalier pour pouvoir contempler tout cela en étant un peu à l'écart. L'angoisse de revoir Daemon lui était retombée sur le ventre. Elle avait mal et gesticulait sans arrêt. Elle croisa le regard de son cousin et se fit alpaguer et capturer par Aya presque aussitôt. La jeune femme avait l'air très vivante. Dans un autre contexte, Jo serait facilement rentrée dans son jeu, mais là non, elle en était incapable. Jo salua tout le monde. Elle devait avoir l'air un peu crispée et tendue. Cependant, lorsqu'elle vit son père et celui de Daemon parler ensemble, un peu de malaise s'envola.

Elle jeta un coup d'œil dans la direction de son cousin. Il avait l'air aussi tendu qu'elle, mais peut être se trompait elle. Elle ne savait plus interpréter ses attitudes maintenant.

..............................................

Tout le monde était à table, et les discussions allaient bon train. Le père de Jo était en bout de table et avait à ses cotés William et Daemon. Il avait sorti ses meilleures bouteilles et ils venaient d'ouvrir la deuxième. Jo, elle, était aux côtés de son cousin avec qui elle n'avait encore échangé qu'un vague "salut". Aya qui était à coté d'elle était en train de lui expliquer toute l'organisation nécessaire à son mariage. Le lieu, les décorations, la robe... Bref, plus elle en parlait et plus Jo se disait que ce truc-là n'était pas fait pour elle. Il y avait beaucoup trop de choses à penser... Et elle et l'organisation ne faisaient pas bon menage... Alors elle était là en train de boire les paroles de sa cousine lorsqu'elle entendit son père s'adresser à Daemon.

- Alors dis-moi, tu le connais toi ce mystérieux Louis dont Jo ne veut pas parler ?

- Papa ! Je crois que ce n'est pas du tout le moment de parler de ça, vraiment.

- Si au contraire. Je pourrais enfin en savoir un peu plus à son sujet puisque tu ne veux rien nous dire...

Il avait l'air de trouver cela drôle, elle pas du tout. D'autant que Daemon n'était pas la meilleure personne à lancer sur le sujet. Il n'appréciait pas le serpendard et ne s'en était pas caché jusque-là.
Revenir en haut Aller en bas
Daemon Stebbins
Daemon Stebbins
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Londres - Big Ben - Page 18 Empty
Re: Londres - Big Ben

Message par : Daemon Stebbins, Lun 19 Mar 2018, 02:58






Repas en famille...

Josephine Campbell
  Daemon Stebbins

“La famille est l'école de sympathie, de plaisir et de douleur en commun. ”


Je savais que le père de Jo était dans la même situation que le mien. Chacun d'eux n'avait que la propre famille qu'ils avaient construite avec leur épouse et leurs enfants. Et je savais que les deux hommes avaient heureux que Jo et moi ayons fait cette découverte de parenté grâce au travail ur notre arbre généalogique. Pourtant à cette seconde, j’aurais aimer me retrouver n'importe où ailleurs qu'ici. Ses parents étaient agréables. Mais quand bien la rouge et or se trouvait juste à côté de moi, en dehors d'une salutation distante, nous nous étions pas adressés la parole une seule fois. Bon le fait qu'Aya ne cessait pouver expliquer la chose. Cependant elle et moi savions que cela venait de ce qui s'était passé. De cet échange houleux qui avait fait que cela faisait des semaines que nous nous évitions.

Évidement, Trystan l'avait très vite remarqué et je n'avais pu échappé un rapport en bonne et du forme. Il n'avait pas posé de jugement et m'avait simplement dit qu'il était là si j'avais besoin de soutien. Comme toujours, l'ex-préfet était présent au poste. Il n'avait pas vraiment aborder les fresques de mes nuits. Toutefois je savais que je ne l'avais pas dupé non plis. Il avait immédiatement remarquer les symptômes. Néanmoins, il avait compris que j'avais besoin de cette phase pour expulser à ma façon cette histoire qui m'avait hantée un long moment.

A l'évidence, malgré ma rencontre avec Loredana, il y avait de cela un peu plus d'un mois, je n'étais pas encore dans la phase suivante pour le moment. Oui je sais que je ne le réalisais pas encore. Après tout je m’accrochais encore à ce contrat malgré le week-end passé à Venise qui m'avait dérouté au vue de tout ce qui s'était passé entre elle et moi. Mais aussi, à cause des découvertes familiales que nous avions fait à ce moment là au sujet de ma déesse. D'ailleurs je me demandais comment elle se sentait.

* Tu vois que tu continue de te voiler la vérité. Tu es complétement drogué à cette fille.*

Je chassais mentalement cette remarque  parce que là où j'étais ce n'était pas le moment de faire une analyse de ma personne. Pour le moment, tout se passait bien. Tout le monde discutait ouvertement excepté Jo e moi. Etant donné que nous étions majeur, nous avions le droit de boire. D'ailleurs, j'avais avalé la moitié de mon verre d'une traite signe que j'étais relativement nerveux. Il fallait dire qu'un mot de Jo pouvait faire porter mes fresques nocturnes  ma famille. Chose que je ne désirait pas. Pus il y a eu la question de son père. Comment était louis ?

Je repris une rasade de mon verre avant de répondre. Que devais-je répondre. J'avais parié que cette histoire finirait mal et pour le moment, les faits me donnaient tord. De ce que j'avais entendu de la pat d'Aria, oui elle faisait navette entre nous deux refusant de choisir un parti ou l'autre, le serpentard était quasi parfait avec elle. D'un côté, cela me rassurait, d'un autre, je ne pouvais d'en éprouver de la jalousie. Je pris la parole, priant Merlin, que quelqu'un vient interrompre le sujet en disant que e n'était pas moi de parler de cette histoire qui ne concernait que lui et Jo. Cependant le miracle tant attendu n'arriva pas. Je respirais et répondais de la suivante :

- Le point le plus désavantageux pour Louis Varik,...

Oui je savais son nom en entier, un véritable exploit.

- est qu'il est dans la détestable maison de Serpentard. De ce fait, je lui accordais peu de crédit dés le départ. J'ai été moi-même confronté à une relation avec l'une d'entre elle. Et honnêtement, cela na pas été une expérience des plus enchanteresse.

Je faisais une pause.

- Cependant, je dois être honnête, je n'ai pas cherché à le connaître véritablement. J'estime que je n'ai pas à minimiser dans cette histoire même si j'aimerai voir Joséphine avec quelqu'un d'une autre maison. On pourrait me trouver partiel à cause de mes aprioris mais il faut dire que tous les serpentards avec qui j'ai été en contact, ne m'ont rien apporter de bon.

C'était le premier petit rappel qui montrait que contrairement à ma cousine, je tenais ma parole moi.

- Toutefois, de ce que j'ai appris par les divers personnes qui le connaisse. Il l'a traite bien et tient visiblement sincèrement à elle. Après je ne peux jurer de rien. On n'est jamais dans l'intimité d'une histoire. Néanmoins tant que tout se passe, je n'aurai aucune raison de m'en mêler. Comme je l'ai dis plutôt, ce qu'il se passe entre eux, ne me regarde pas.

Puis venait la seconde couche implicite, je ne m'interposait pas dans leur histoire et surtout ne me permettait pas de la juger où de la condamner comme elle l'avais fait avec moi même si je ne sautais pas de joie.

Je reprenais mon verre puis avalais une autre gorgée avant de terminer.

- De toute façon, Joséphine est assez grande pour savoir ce qu'elle fait. Et si il y a le moindre soucis, elle sait qu'elle peut s'appuyer sur moi pour l'aider à régler la situation. Non parce que je suis préfet mais bien parce qu'on est de la même famille. Et c'est ce que font les familles, elles se soutiennent quelque soit les circonstances pare que c'est ainsi que cela doit être. Qu'importe la situation ou bien l'état dans lequel se trouve la personne ou les erreurs qu'elle a pues commettre.

Là j'avais rajouté une épaisseur supplémentaire dans le message que je faisais passer. Peut-être est-ce un pur. Mais il fallait qu'elle prenne conscience de la réalité et de ce qu'étaient les liens d'une famille...


Code Daemon

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Londres - Big Ben - Page 18 Empty
Re: Londres - Big Ben

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 18 sur 21

 Londres - Big Ben

Aller à la page : Précédent  1 ... 10 ... 17, 18, 19, 20, 21  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005.