AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres
Page 4 sur 14
Londres - Big Ben
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5 ... 9 ... 14  Suivant
Yuze Perceval Jedusor
Serpentard
Serpentard

Re

Message par : Yuze Perceval Jedusor, Ven 2 Sep 2011 - 17:22


Elle venait d'enlever son manteau, et Yuze put apercevoir une Robe de la couleur de ses yeux qu'il trouva particulièrement jolie. Yuze aimait beaucoup lire oui, mais il ne pouvait pas lire beaucoup lorsqu'il était chez les moldus. Il ne voulait rien lui acheter et les seuls livres qu'il est lu c'était ceux prêtés par sa soeur adoptive. Donc il ne refusa pas l'occasion d'aller marcher dans les rues de londres pour trouver une librairie. Il se rattraperait peut-être en l'achetant vu qu'il n'avait pas pensé à acheter quelque chose pour sa bien-aimée et il s'en voulait un petit peu.

- Oui, allons-y, trouvons une bibliothèque, dit-il avec un sourire.

Il prit la main de Pan' et commencèrent à marcher tous les deux. Il se demandait s'il y avait une librairie dans la ville ou ils se trouvaient, enfin dans le coin de ville ou ils se trouvaient. Mais il devait faire attention quand même aux personnes qui pourrait l'attaquer comme des mangemorts. Maintenant tous les mangemorts doivent connaître l'existence de Yuze après la scène dans les appartements du Directeur.
Revenir en haut Aller en bas
Nathalie Matthews
LégendeGryffondor
Légende
Gryffondor
Spécialité(s) :
Occlumens
Legilimens


Re: Londres - Big Ben

Message par : Nathalie Matthews, Dim 4 Sep 2011 - 2:54


[HJ : Voilà. Désolée pour ce RP merdique de chez merdique, j'ai honte... >< Mais je ne pouvais rien dire de plus, tout dépend de toi ^^]

Jeune fille – J’aimerais beaucoup de votre aide.

La jeune fille présente devant Nathalie semblait bouleversée, gênée et horriblement honteuse de son comportement. Elle n’avait aucune idée de comment aider l’adolescente ici présente. Elle venait de tendre un mouchoir à la jeune fille et l’aida à ramasser les objets tombés à terre, tentant de la calmer, de la rassurer. Mais déjà, l’Ex-Gryffondor cherchait de mémoire un endroit où elles pourraient trouver des renseignements sur la mère de la petite. Un orphelinat ? Mais pour cela, il faudrait retrouver celui d’où elle venait et elle avait sans doute été adoptée depuis quelques années maintenant. De plus, rien ne garantissait que cet orphelinat existe toujours. Mais à bien y réfléchir, venait-elle d’un orphelinat ? Rien n’était moins sûr, l’Ex-Gryffondor savait que cette élève avait perdu sa mère mais peut-être pas son père. Que faire ? Lui demander ? Comme cela, alors qu’elle venait de la bouleverser par la ressemblance apparente qu’elle avait avec sa mère ? Non. Chaque chose en son temps, Nathalie n’allait pas traumatiser cette Poufsouffle et allait s’en tenir à la consolation pour le moment, puis à l’aide ensuite. En réponse à sa requête, elle lui fit un sourire puis :

Kaya –
Mais d’abord laissez-moi me présenter. Kaya Adams.

Nathalie – Et moi Nathalie Matthews. Mais ne trainons pas, allons chercher ta mère pour que tu rentres à temps à Poudlard.

Un petit air maternel envahissait Nathalie. Elle se sentait responsable de Kaya à présent et ne pouvait surtout pas la laisser toute seule dans Londres, encore moins dans le Londres des sorciers où ils peuvent tous ou presque acheter une baguette, suivre des cours, lire des livres et, par conséquent, attaquer des élèves sans ne possédant pas la moindre expérience. Elle voulait aider cette petite, la libérer de ce poids qu’elle ressent à chaque fois qu’elle voit une personne ressemblant à sa mère. Lui donner des réponses. Maintenant, malheureusement, l’Ex-Gryffondor n’avait pas la moindre idée de ce qu’elle pouvait faire, la serrer dans ses bras pour la réconforter ? S’en écarter pour ne pas la choquer ou l’ébranler encore plus qu’elle ne l’était actuellement ? Non… Pour l’instant, elle avait surtout besoin de réconfort, d’entendre des paroles douces et rassurantes. Kaya avait baissé le regard et la jeune femme entendit, presque dans un murmure, un « désolée » inaudible pour quiconque d’extérieur à la conversation. Nathalie faillit intervenir en lui disant que ce n’était rien, qu’elle n’avait aucune raison de s’excuser mais elle avait peur d’aggraver les choses. Puis, relevant la tête, rejetant ses cheveux en arrière, la Poufsouffle dit :

Kaya –
Où allons-nous chercher, pour trouver une trace de ma mère ?

Aïe, la question que Nathalie voulait éviter à tout prix. Elle ne savait pas par où commencer et commença par dire qu’elles pouvaient toujours se rendre à l’orphelinat où elle avait grandi. Mais… Mauvais choix. La petite n’avait jamais été placée dans un tel endroit grâce à son père qui était encore en vie et qui lui avait donc empêché cette horrible perspective d’avenir ; celle d’être ballotée de famille en famille, disputée, préoccupée par des questions auxquelles elle ne devrait même pas faire attention. Donc, pas d’orphelinat. Une maison peut-être ? Mais non, son père le lui aurait dit. Restait encore l’hôpital où Kaya était née :

Nathalie –
Nous allons commencer par l’endroit de ta naissance. Tu connais le nom de l’hôpital où tu es née ? Je pense que ce sera déjà un bon point de départ et je t’accompagne, donc ne crains rien.

Maintenant, tout dépendait de Kaya. Si elle voulait aller plus loin, elle devait répondre à Nathalie. Sinon, elle pouvait dire qu’elle avait « oublié » le nom de l’hôpital de sa naissance et tout simplement ignorer ce qu’il s’était passé aujourd’hui, oublier cette jeune femme qu’elle venait de rencontrer en la confondant pour une autre personne beaucoup plus importante. Patience.

[HJ : Suite du RP]
Aux personnes ayant coupé notre RP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Alexander Severus
Gryffondor
Gryffondor

Re: Londres - Big Ben

Message par : Alexander Severus, Dim 16 Oct 2011 - 18:39


RP avec Anthony Aznable. Ballade glaçiale.

Londres.

Brumeux. Le temps était brumeux. Des volutes de brouillard s'élevaient du sol plongeant la ville de Londres dans l'obscurité. Il faisait froid, très froid. Une seule et jeune femme marchait, sortant, apparemment, d'une maison de bois isolée des autres. Emmitoufflée dans un gros manteau marron, entouré de fausse fourrure au niveau des manches et du cou, tout le monde aurait pensé qu'elle n'aurait pas froid. ERREUR! Elle frissonnait des pieds a la tête. chaque pas était une torture pourtant elle continuait et ce jusqu'à une petite boite aux lettres rouge moldue. Mais où allait elle donc comme ça, et seule? Tout d'abord la jeune femme rajusta son bonnet orange sur ses cheveux bruns puis elle conssentit a réfléchir. Evidemment, elle allait sur le chemin de Traverse, peu être n'était ce pas très loin d'où elle se trouvait au moment même mais elle n'avait plus de force pour marcher ne serait ce qu'une minute de plus. Puis, elle avoua qu'elle était volontaire et dévouée pour aller sur le Chemin de Traverse pour une raison encore inconnue a vos yeux. Ce qui se passa ensuite, si un moldu passait par là se serait évanoui ou pire aurait raplliqué dans un hopital psychiatrique, la jeune femme autrefois accoudé à la boîte aux lettres venait de disparaitre après avoir tourné sur elle même.


Chemin de Traverse

Elle venait de réaparaitre dans un large chemin plus bondé que celui de Londres, où elle se tenait quelques instant auparavant. Les personnes qui passaient autour d'elle ne s'arrêtèrent pas pour montrer leur étonnement a la voir ici même arrivée du ciel, non au contraire, elles leur adressèrent des grands sourires. La jeune femme, un peu plus réchauffée par la foule sourit puis se dépécha de marcher vers les boutiques un peu plus calme que celle des aimaux magiques. En effet, la jeune femme était passée devant, et elle avait constaté u'il régnait un chaos épouvantable à l'intérieur. Des chats miaulaient contre un boursoufflet qui venait d'échapper aux mains d'un client et sautait partout. Cette boutique passée, la jeune femme passa devant Ollivander et salua de loin une élève de Gryffondor qu'elle avait connu. Et enfin, la jeune femme s'arrêta a l'entrée de la boutique d'Accessoires de Quidditch. Il n'y avait presque plus personnes à l'intérieur étant donné que la nuit commençait à tomber sur cette courte journée. Elle passa alors la porte et une petite sonnerie retentit a l'intérieur de la boutique chauffée et agréable. Elle l'a connaissait comme sa poche, mais elle prit quand même le temps d'admirer chaque balai et tee shirt comme si c'était la dernière fois qu'elle les voyait. La jeune femme au lieu de s'arrêter comme un élève de Poudlard devant le comptoir, retira son bonnet, applati ses cheveux puis passa derrière le comptoir en tirant la langue à l'élève. L'arrière boutique, elle se trouvait a présent dedans. Plus grande que l'autre pièce, la jeune femme ne tarda pas à remarquer que la raison pour laquelle elle se tenait là, était présente. Alors elle salua l'homme qui était en face d'elle et s'adressa a lui comme si de rien n'était.

<< Salut Anthony! Alors tu es prêt pour notre petite promenade? >>

L'homme lui sourit sans gênes puis s'approcha de la jeune femme pour lui répondre et enfiler sa veste de sortie.

<< Eleonore! Je t'attendais... Oui je suis prêt, mais on va où au juste?

-On va a Londres plus exactement devant Big Ben, là on pourra discuter tranquilement. >>

Anthony qui venait de fermer sa veste jusqu'a son menton s'approcha d'Eleonore puis tous deux passèrent dans la boutique, Anthony se chargea de régler l'achat d'un tee shirt pour l'élève a qui Eleonore lui avait tiré la langue puis il ferma la boutique avant de se tirer, accompagné d'Eleonore dehors. Le Chemin de Traverse était encore bondé, mais ce que fit Eleonore et Anthony passa encore comme un geste habituel. En effet, Eleonore avait demandé a Anthony de s'accrocher à son bras pour aller plus vite et comme tout à l'heure, ils disparurent en quelques instants.


Londres. Big Ben
<< Je n'étais jamais venu ici..Et pourtant c'est un lieu incontournable. >> dit Eleonore en frissonnant encore une fois.

Elle regarda la grande horloge et remarqua qu'il était près de 19 heures. Elle frissonna encore une fois, une brise de vent frais la décoiffa. Elle avait d'ailleurs oublié ons bonnet sur la table dans l'arrière boutique mais elle n'en fit rien. De toutes façons, personne ne pouvait pénétrer dans la boutique et elle irait le rechercher le lendemain. Eleonore regarda le paysage puis entraina Anthony vers un banc où ils s'assirent tous les deux. Eleonore avait un peu froid mais pas assez pour quitter cet endroit. Alors elle s'avisa de lançer la discussion, contente de ne pas être seule dans un endroit plongé dans le noir a cette heure de la soirée.

<< Tu connaissais Peyton avant que..enfin que la boutique soit rénovée? >>
Revenir en haut Aller en bas
Anthony Aznable
LégendeGryffondor
Légende
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Occlumens


Re: Londres - Big Ben

Message par : Anthony Aznable, Lun 17 Oct 2011 - 11:19


Boutique d’Accessoires de Quidditch.


La journée avait été assez éprouvante. En plus des clients, Anthony avait du gérer un problème de stock avec un des fournisseurs, l’obligeant à zapper sa pause afin de régler le problème. En clair il n’avait pas eut le temps de se poser un seul instant aujourd’hui. Mais heureusement la journée touchait à sa fin. Enfin pas tout à fait. Il devait encore voir Eleonore après le travail. Elle voulait discuter dans un endroit tranquille apparemment.

Alors qu’il allait fermer boutique dans quelques minutes, un ultime client entra et passa rapidement sa commande. Antho’ alla dans l’arrière boutique chercher le tee-shirt demandé. Alors qu’il allait retourner vers le comptoir, la sonnette d’entrée retentit une fois de plus.


*Damnation ! Encore un client ? Ils ne peuvent pas venir plus tôt ? Franchement…*

C’est à ce moment là qu’Eleonore fit son apparition dans l’arrière ce qui soulagea le cogérant. Certes, il aimait travailler dans cette boutique, mais pour le moment sa seule envie était de prendre l’air afin de relâcher le stress accumulé aujourd’hui. Et il semblait enfin voir le bout du tunnel.

- Salut Anthony ! Alors tu es prêt pour notre petite promenade ?

Il eut un sourire, heureux de pouvoir enfin partir de la boutique. Il alla prendre sa veste derrière Eleonore.

- Eleonore ! Je t'attendais... Oui je suis prêt, mais on va où au juste ?

- On va a Londres plus exactement devant Big Ben, là on pourra discuter tranquillement.

- Très bien, je m’occupe de ce client et ensuite on y va.

Il alla au comptoir et encaissa rapidement l’argent du jeune client qui repartit rapidement. Journée de boulot finie. Ils sortirent de la boutique qu’Anthony ferma. Eleonore lui demanda de s’accrocher à son bras pour un transplanage d’escorte. Elle n’aurait pas à lui dire précisément où ils allaient et gagnerait ainsi du temps. Ils disparurent du chemin de traverse…


Londres, Big Ben


Ils arrivèrent à côté du monument. L’endroit était assez pourtant assez calme. Cela n’était guère étonnant vu l’heure. Au moins ils ne seraient pas dérangés à tout bout de champs.

- Je n'étais jamais venu ici... Et pourtant c'est un lieu incontournable.

- C’est assez… Etonnant je dois dire…

Eleonore l’entraina vers un banc. La soirée était assez froide. Cependant il n’était guère dérangé par cela au contraire de la jeune femme qui semblait avoir d’horrible frissons. Ils s’assirent sur le banc alors que la nuit commençait à tomber. Après quelques instants de silence, Eleonore décida lancer la conversation :

- Tu connaissais Peyton avant que..enfin que la boutique soit rénovée ?

- Hum on peut dire cela… Je la connais depuis quelques années… Enfin… Disons plutôt que je la connaissais de vue jusqu’à ce qu’on se rencontre vraiment lors de notre travail de gardien du ministère. Ca ne fait donc que quelques mois que je la connais réellement.

Anthony marqua une pause. Il l’avait en fait rencontré un peu avant cela. Lors de son retour au pays. Il ne laissa rien paraitre. Il cachait tant de choses aux gens que cela était une seconde nature pour lui. Cependant il se demandait quelle était le but de la question d’Eleonore. Il se doutait qu’elle ne lui avait pas demandé de faire ce chemin juste pour répondre à cette question. Ainsi il se lança :

- J’espère que cela répond à ta question. D’ailleurs pourquoi l'avoir posée ? Il se souvint que Peyton s’était occupée de la formation de gardienne d’Eleonore. Il décida d’enchainer sur cela afin qu’elle ne soit pas la seule à faire la conversation. Tu as connue Peyton lors de ton entrainement pour devenir gardienne non ? Elle m’en a parlé quand on étudiait ta candidature pour devenir vendeuse à la boutique.

Il s’arrêta là, laissant le temps à Eleonore de répondre.
Revenir en haut Aller en bas
Alexander Severus
Gryffondor
Gryffondor

Re: Londres - Big Ben

Message par : Alexander Severus, Lun 17 Oct 2011 - 19:20


<< Hum on peut dire cela… Je la connais depuis quelques années… Enfin… Disons plutôt que je la connaissais de vue jusqu’à ce qu’on se rencontre vraiment lors de notre travail de gardien du ministère. Ca ne fait donc que quelques mois que je la connais réellement. >>

Quelques mois. Eleonore aurait du plusieurs années étant donné qu'Anthony semblait avoir un bon filing avec Peyton..Mais ca ne voulait rien dire, des fois il se pouvait que deux personnes pouvaient accrocher très vite l'un à l'autre par la force du destin. Mais Eleonore au lieu de discuter seule de la vie sociale de son entourage elle préféra écouter que qu'avait a dire Anthony pour essayer de ne pas briser le silence.

<< J’espère que cela répond à ta question. D’ailleurs pourquoi l'avoir posée ? dit il en marquant une légère pause. Tu as connue Peyton lors de ton entrainement pour devenir gardienne non ? Elle m’en a parlé quand on étudiait ta candidature pour devenir vendeuse à la boutique. >>

A vrai dire, c'était vrai. Mais Eleonore ne s'en ventait pas du tout.
Avoir connu une personne comme Peyton était vraiment super mais de ressasser les souvenirs.. Eleonore avait du mal. Oui la jeune femme avait rencontré Peyton qui s'occupait a cette époque de sa formation mais ce qui avait suivi... Eleonore n'en était pas du tout fière. Mais malgré une légère grimace qu'elle tenta de camouffler dans le noir que produisait un arbre, Eleonore répondit tout de suite, d'une vitesse surprenante. Comme si elle voulait se débarasser de ça, une bonne fois pour toute.

<< Ouaip! J'ai rencontré Peyton lors de ma formation pour devenir gardienne et je l'ai posé car je trouvais que tous les deux vous vous entendiez bien mais ne vois pas là une remarque désobligeante! Mais il fallait bien commencer pas quelque chose >> dit elle en souriant adroitement.

Dans ces moments là, elle avait légèrement tendance à agraver les choses, c'est pourquoi elle préféra réfléchir avant de reposer une question. Faire attention a ses mots c'était l'essentiel. Mais pour l'instant, Eleonore demanda quelque chose a Anthony.

<< Dis, tu as toujours voulu travailler dans une boutique de Quidditch? >>
Revenir en haut Aller en bas
Anthony Aznable
LégendeGryffondor
Légende
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Occlumens


Re: Londres - Big Ben

Message par : Anthony Aznable, Lun 17 Oct 2011 - 20:16


- Ouaip! J'ai rencontré Peyton lors de ma formation pour devenir gardienne et je l'ai posé car je trouvais que tous les deux vous vous entendiez bien mais ne vois pas là une remarque désobligeante! Mais il fallait bien commencer pas quelque chose.

Eleonore répondit sans perdre un seul instant, ce qui eut pour effet de surprendre Anthony. Mais il eut un léger rire. A aucun moment il n’avait pensé que la remarque de son interlocutrice était désobligeante. Cependant il savait très bien que par moment il choisissait mal ses mots ou alors avait une attitude complètement différente de celle qu’il voulait réellement adopté.

*Je ne suis vraiment pas doué socialement…*

- Ne t’en fais pas pour cela, ta question n’était pas du tout désobligeante, mais plutôt… Etonnante.

Après quelques instants, Eleonore reprit la parole. Se souciait-elle de choisir ses mots ? Peut être. Il ne pouvait pas lui en vouloir, il en faisait de même mais pour d’autres raisons. Il nota accessoirement qu’elle avait rapidement passé la question concernant les gardiens et le ministère. Ce qui était relativement normal à cause des incidents pour lesquels ils avaient été interrogés récemment. Il décida de ne pas s’aventurer sur cette pente glissante.

- Dis, tu as toujours voulu travailler dans une boutique de Quidditch ?

Cette fois ci il éclata d’un réel rire. Cependant il eut peur qu’Eleonore prenne mal cette réaction et se calma rapidement. Il répondit calmement.

- Excuse-moi. C’est juste qu’en vérité j’ai le vertige alors tu te doutes bien que j’ai les balais en horreur. Je n’ai jamais songé travailler dans cette boutique.

Il marqua une pause. A dire vrai, il n’avait accepté ce poste seulement parce que Peyton le lui avait demandé. Autrement il ne se serait jamais approché de cette boutique. D’ailleurs il avait eut quelques problèmes lorsque certains fournisseurs lui avait demandé de faire des essais sur les balais. Ils avaient eut du mal à saisir comment quelqu’un ayant le vertige pouvait devenir cogérant d’une boutique de Quidditch.

- Mais bon j’avais envie de tenter une nouvelle expérience et Peyton m’en a donné l’occasion. Je l’ai donc saisie et pour le moment je ne le regrette pas du tout.

Il s’arrêta estimant qu’il n’y avait rien de plus à ajouter. Evidemment il se doutait qu’Eleonore avait comprise que c’était en grande partie à cause de Peyton qu’il faisait ce boulot. Chose qu’il n’admettrait jamais. Non pas à cause d’une quelconque fierté, mais parce qu’il avait peur de s’ouvrir aux autres.

- Et toi ? On ne peut pas dire que notre boutique soit le commerce le plus rentable qui soit, donc j’imagine que tu avais de bonnes raisons pour vouloir y travailler… J’espère d’ailleurs que tu t’y plais bien.

En y repensant, il n’avait jamais vraiment discuté avec Eleonore hors du travail. Cela faisait qu’il ne s’avait pas vraiment de quoi parler avec elle. Et sa nature n’aidait pas. Il espérait qu’elle avait plus de facilité que lui sinon il imaginait déjà d’horribles silences.

*Ne pas s’en faire… Ca n’arrivera pas… Ca n’arrivera pas… Rhaaa fallait que je commence à stresser…*

Encore une fois sa nature prenait le dessus. Heureusement il ne laissait comme toujours rien paraitre. Du moins il l’espérait. Travailler dans une boutique alors qu’il n’était pas très sociable était déjà assez épuisant, si en plus c’était pareil avec sa collègue, il n’allait pas pouvoir s’en sortir.
Revenir en haut Aller en bas
Alexander Severus
Gryffondor
Gryffondor

Re: Londres - Big Ben

Message par : Alexander Severus, Mer 19 Oct 2011 - 12:14


Anthony venait de rire tout gentillement ce qui mit quand même Eleonore très mal à l'aise. Pourquoi souriait il? Mais, Eleonore ne pû lui poser cette question car l'homme venait déjà de parler. Ok au moins il n'avait pas prit la question de la Wonderland méchemment ce qui aurait drolement embêté Eleonore. Mais par contre quand Eleonore posa sa seconde question, l'homme éclata de rire sans se retenir ce qui amusa tout de même la Phénix. Comme ça il avait la vertige... Eleonore n'avait pas ce mal et donc par conséquences ne savait pas ce que pouvait ressentir Anthony en étant en extrême hauteur. Mais elle se contenta de ne pas rire, après tout le vertige, tout le monde pouvait l'avoir et ça n'avait pas l'air d'être super amusant.

<< Ahh.. Je ne savais pas... Ca doît être dur! Mais je trouve ça super de travailler das une boutique d'accessoires de balais en ayant le vertige. Ca peut etre un moyen de controler ce vertige, non? >>

Puis sans attendre l'ex Gryffondor évoua qu'il était bien dans cette boutique. Puis il retourna cette question a la jeune femme. Celle ci venait de se frotter les mains assidûment, soupirant a cause du froid. Néanmoins elle répondit avant de reporter ses mains le long du corps et de se relever de sa position assise et confortable.

<< Moi ben.. Je suis une amoureuse des balais, j'adore le Quidditch donc pourquoi ne pas travailler dans cette branche pour vraiment être lier aux balais....Bien que je fasse déjà partie de l'équipe de Gryffondor! >>

Eleonore jugea quand même qu'elle se plaisait très bien dans la boutique de Peyton et Anthony bien que peu de cliens s'y arrêtaient pour aller demander un conseil ou un balai...Bref, Eleonore pensait fait de la pub a la soirée de Gloire, oui en profiter si son amie voulait bien. Car après tout, Peyton et Anthony avaient bien travaillé pour organiser la boutique resplendissante. Alors en avançant un tout petit peu, Eleonore répondit a Anthony.

<< Je suis très bien dans cette boutique, vraiment! Et puis j'aime bien le contact entre les vendeurs et clients... >>

Oui, même si tout petite, elle était très timide, Eleonore aimait bien conseiller de petites choses aux clients, comme elle l'avait fait l'avant veille avec Rily. Un lourd silence retomba, Eleonore jetta un discret coup d'oeil vers Anthony qui paraissait mal à l'aise. Ne voulant pas l'embêter avec ce mal qui devait surement le ronger vu son visage, Eleonore continua la discussion.

<< Tu es de quelle origine au fait? Parce que ton nom de famille..JE ne l'ai jamais entendu, du moins ça ne me dit rien... >>
Revenir en haut Aller en bas
Anthony Aznable
LégendeGryffondor
Légende
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Occlumens


Re: Londres - Big Ben

Message par : Anthony Aznable, Mer 19 Oct 2011 - 14:00


- Moi ben.. Je suis une amoureuse des balais, j'adore le Quidditch donc pourquoi ne pas travailler dans cette branche pour vraiment être lier aux balais....Bien que je fasse déjà partie de l'équipe de Gryffondor! Je suis très bien dans cette boutique, vraiment! Et puis j'aime bien le contact entre les vendeurs et clients...

- Ah… Je comprends, il s’agit en effet d’un travail idéal pour quelqu’un comme toi. Je suis heureux de l’entendre. J’espère que cela durera.

Il eut un léger sourire. Il ne pensait pas être le meilleur supérieur que puisse avoir Eleonore mais au moins il ne pourrissait pas son travail. C’était déjà ça. Puis vint ce qu’il craignait. Le silence. C’était dans ces moments là qu’il avait une forte envie de s’éclipser à cause de la honte qu’il éprouvait de ne pas savoir faire vivre une conversation. Malheureusement pour lui, il n’avait pas pour habitude de prendre la fuite. Il endura comme il put le silence ce qui ne sembla pas échapper à Eleonore qui en profita pour reprendre de plus belle.

Cependant la question était une de celles qu’il n’appréciait guère. Mais comme à son habitude il fit preuve d’un certain contrôle et adopta une expression assez neutre afin de ne pas montrer qu’il était gêné à l’idée de répondre à sa question.


- Tu es de quelle origine au fait? Parce que ton nom de famille..JE ne l'ai jamais entendu, du moins ça ne me dit rien...

Ses origines… C’était lié à une des choses dont Antho’ ne parlait jamais. Sa famille. Rares étaient les personnes à avoir été au courant de la nature de sa famille, ou du moins de la vraie nature de sa mère. Et ces rares personnes avaient toutes… Disparues dans d’étranges circonstances. Anthony était bien évidemment lié à ces disparitions. Ou meurtres dans certains cas. Il avait prit soin d’effacer toutes traces de sa famille. Ce qui ne fut pas bien difficile étant donné qu’il était le dernier représentant de la dite famille.

Malgré cela, il pouvait se permettre de parler de ses origines des plus banales. Du moment qu’il ne donnait pas trop de détail, il ne serait pas inquiété. Et puis il fallait vraiment être doué pour faire le lien entre ces affaires et lui. De plus Eleonore était assez jeune et était encore à Poudlard lors des faits. Ainsi il se décida de jouer franc jeu.


- Cela ne m’étonne pas. Mais mes origines n’ont rien d’exceptionnelles, dit-il avec une touche d’ironie, mon père était un moldu français et ma mère une sang pur de nationalité anglaise. Mon nom me vient de mon père. Bref j’ai hérité d’un nom peu courant c’est donc assez logique que tu n’en aies jamais entendu parler.

Jamais il n’avait parlé d’une quelconque manière de sa famille. Même à ses plus proches amis. Et voilà qu’il l’évoquait avec une personne qu’il ne connaissait pas plus que cela. En soi, il ne prenait aucun risque mais cela n’en restait pas moins inhabituel de sa part. Mais les récents évènements, semblait montrer une évolution dans sa conduite. Bien entendu peu de personnes pouvaient s’en rendre compte étant donné que la plupart des gens qu’il avait côtoyés avant son voyage faisaient profil bas ou étaient portés disparus.

*Et bien… Ma langue se délie un peu semble t-il… Et avec une quasi’ inconnue qui plus est. Espérons que cela ne me jouera pas de mauvais tour…*

- Toi par contre ton nom sonne très Anglais malgré le fait qu’il ne soit pas très courant non plus. J’imagine que tes origines doivent être également anglaises non ? J’espère que tu sauras me surprendre.

Il avait dit la dernière phrase avec un ton se voulant légèrement moqueur, mais il avait dit cela sans aucune trace de méchanceté. Le temps se rafraichissait de plus en plus et la nuit était tombée. Il se redressa légèrement alors qu’Eleonore lui répondait.
Revenir en haut Aller en bas
Alexander Severus
Gryffondor
Gryffondor

Re: Londres - Big Ben

Message par : Alexander Severus, Mer 19 Oct 2011 - 19:38


HS: Désolée du RP plus que m******e, j'suis fatiguée

Quand Eleonore évoqua la famille ou du moins l'origine d'Anthony, celui ci parut quelque peu gêné. Comme a son habitude, pensa Eleonore s'arrachant un mince sourire. Puis la réponse déclarée par Anthony, son sourire se figea. Pas exceptionnel? Mais si, tout le monde est un être exceptionnel, donc les origines de l'homme en étaient toutes aussi exceptionnelles! Néanmoins, Eleonore s'arrêta de sourire quand sa question fit le phénomène du boomerang. Elle s'arrêta en pleine marche et essaya de ne pas croiser le regard d'Anthony. Non elle n'allait pas le surprendre, pas du tout mais vu qu'il avait poser la question... Autant lui répondre honêtement. La Wonderland forma un rictus très bizarre avec ses lèvres puis tout en entortillant ses doigts elle parla d'une voix basse.

<< Moi, mon mère était un sorcier d'origine anglaise et ma mère était sorcière d'origine irlandaise. Tu vois, rien de surprenant... >>

Eleonore remit une mèche de cheveux derrière son oreille puis reporta son regard dans celui d'Anthony. Si il y avait peut etre un petit truc surprenant, enfin si Anthony l'avait remarqué. En effet elle l'avait utiliser de l'imparfait poru qualifier ses parents, ils n'étaient plus ce de monde. Mais ce n'était que passager, bientôt la jeune femme reprit sa voix normale dénuée de toutes émotions bonnes ou mauvaises. La nuit était complêtement tombée, Eleonore s'en désola fortement, cela devait signaler un prochain départ des deux sorciers, mais pour l'instant, tout en marchant vers une petite poubelle, elle reposa une question, espérant fortement que celle ci cette fois n'atteigne pas Anthony d'une mauvaise manière.

<< Tu as une maison? >> dit elle en se frottant les yeux sifflottant lassement.
Revenir en haut Aller en bas
Anthony Aznable
LégendeGryffondor
Légende
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Occlumens


Re: Londres - Big Ben

Message par : Anthony Aznable, Jeu 20 Oct 2011 - 10:57


Hrpg: Il n'y à pas de mal ^^ et puis je ne t'ai pas vraiment facilité la tache avec mon précédent rp... :/

Ils s’étaient mis à marcher. Antho’ ressentit une légère fatigue. Il avait passé sa journée à travailler et se poser sur ce banc l’avait complètement assommé apparemment. Cependant maintenant qu’il était debout il avait retrouvé un peu de tonus. Il n’allait pas s’en plaindre.

- Moi, mon père était un sorcier d'origine anglaise et ma mère était sorcière d'origine irlandaise. Tu vois, rien de surprenant...

La voix d’Eleonore était étonnement basse. Vu la façon dont elle parlait de ses parents, ces derniers ne devaient plus être de ce monde. Il regretta d’avoir posé sa question avec amusement. Mais il l’avait fait et ne pouvait pas réparer son erreur. Tant pis, il allait devoir faire avec même s’il avait une forte envie d’aller s’éclater le crâne contre un poteau pour sa bêtise. Cependant il n’était pas un Elfe de maison et n’avait aucune envie d’être interné à St Mangouste. Il préféra donc ne rien faire et ne pas dire un mot, estimant que cela était préférable pour la suite et sa santé. Eleonore, elle, continua de plus belle avec ses questions.

- Tu as une maison?

Encore une des questions qu’il préférait éviter. Toute sa jeunesse, il avait vécu soit à Poudlard, soit dans des familles d’accueils. Autant dire qu’il n’avait pas jamais considéré ces endroits comme étant sa maison. Puis il était devenu Auror… A partir de ce moment il avait vécu dans divers hôtels afin de se concentrer sur le combat contre les Mangemorts. Après cela il avait continué à vivre ainsi parce que c’était bien plus pratique pour lui et plus sur. Ce n’était que récemment qu’il avait un "chez lui". Le placard à balais était la propriété de Peyton et la sienne. Il répondit d’une voix neutre.

- Et bien… On va dire que j’ai un petit "chez moi" depuis quelques semaines. Avant cela… Disons que j’ai un certains don pour me compliquer la vie, cela faisant que je n’avais pas de maison. Je vivais plutôt au jour le jour.

*Un petit "chez moi"… C’est le cas de le dire.*

Un point le chagrinait. Pourquoi autant de question de la part d’Eleonore ? Pour mieux le connaitre ? Probablement. Mais il ne pouvait s’empêcher de penser qu’il y avait anguille sous roche. Ou peut être était-il devenu complètement paranoïaque. C’était aussi fort probable. A trop cacher les choses aux gens, on finissait par craindre qu’à tout instants ces personnes allaient essayer de voir clairement votre jeu et votre nature. La question était : Devait-il se méfier d’Eleonore ou pas ? Il ne savait pas encore. Avait-elle une quelconque rancune envers les Mangemorts ? Aucune idée. La seule personne qui connaissait sa nature de mage noir était Nathalie et il la voyait mal raconter cela à la première venue. Il avait donc peu de chance qu’Eleonore sache quoique ce soit à propos de cela. Il ne lui restait que deux options :

*Soit il s’agit d’autre chose. Soit je suis juste en train de devenir fou. Retour à la case départ… Galère… J’y réfléchirais plus tard quand je serais plus serein…*

- Et toi ? Une maison ?

Il avait cette fois prit plus de pincettes pour poser sa question. Il n’avait pas envie de refaire la même bourde que précédemment. Pendant ce temps ils avaient marchés sans vraiment faire attention à la direction qu’ils prenaient et se trouvait à présent assez éloigné de Big Ben, ils avaient suivis la Tamise. Finalement il décida de se lancer. Après tout, autant avoir un début de réponse à certaines de ses interrogations. Il parla d’une voix amicale.

- Mais… C’était le but de cette petite promenade que de faire plus ample connaissance ? Ou je suis passé totalement à côté de la vrai raison ? A vrai dire ce n’est pas souvent qu’on me pose autant de question sur moi donc c’est assez … Etonnant et nouveau pour moi… Ne le prend pas mal, je suis juste intrigué.

*On verra bien ce qu’elle va répondre à cela… En espérant ne pas la froisser.*
Revenir en haut Aller en bas
Alexander Severus
Gryffondor
Gryffondor

Re: Londres - Big Ben

Message par : Alexander Severus, Ven 21 Oct 2011 - 18:41


La réponse d'Anthony était si...facile a prévoir qu'Eleonore se demanda bien pourquoi elle ne se rapellait plus qu'Anthony habitait dans "le placard a balais" avec Peyton. Cependant Eleonore décrivit une petite once de lassitude dans la voix d'Anthony qui tait véritablement difficle a perçer. Il ne laissait pas voir ses émotions, tout le contraire d'Eleonore qui, avait un visage très expressif. On pouvait savoir son humeur suivant les traits de son visage, où encore le regard qu'elle avait sur le moment même. Mais cependant, Eleonore préféra ne pas regarder Anthony dans les yeux pour ne pas se trahir et partir dans un ennui total. La Wonderland crut comprendre qu'Anthony luttait dans sa propre tête, mais qu'avait il? Etait il timide ou se protégeait il d'Eleonore qui n'avait rien à se reprocher pourtant Enfin, la jeune femme ne dit rien, car elle aussi se méfier de quiconque voudrait lui parler alros que la nuit tombait. Alors elle se hata de répondre pour ne pas laisser l'esprit d'Anthony repartir de plus belle.

<< Euh, je vis en coloc avec une amie pas loin d'ici et puis j'ai un appartement a Pré Au Lard.. Comme ça je ne suis pas loin de l'école. Ca me rapelle des bons ou mauvais souvenirs. >>

Puis Eleonore se rasséréna, elle enfouit ses mains dans ses poches puis marcha encore un peu, toujours accompagnée d'Anthony. Peut etre avait il était vexé d'une des questions d'Eleonore car il devenait de plus en plus silencieux. Pendant un insant, la Wonderland préféra quitter l'homme pour aller s'endormir mais déjà Anthony avait posé une question qui passa en travers de la gorge de la jeune femme. Celle ci fit une grimace puis releva la tête vers Anthony. Mais elle ne voulait pas non plus être en mauvais therme avec son "patron". Se serait vraiment trop lamentable pour eux deux. Néanmoins sa réponse ne se fit pas attendre. Haussant les sourcils en direction de l'homme, elle débita quelques mots.


<< Je sais qu'il existe meilleure compagnie que moi mais je ne voulais juste te poser quelques petites questions sur toi. Histoire de se connaitre, étant donné que nous travaillons ensemble, son ton était étonnement dcontracté; elle avait une petite pointe de moquerie, mais tout ça n'était pas bien méchant, donc je ne le prends pas mal. Moi tu m'intrigues, tu es LE personnage des histoires. Tu sais le mystérieux homme qui ne dévoile rien sur sa vie a quiconque..Bien sur ce n'est pas méchant tout ce que je dis! >>

Non, pas du tout. Eleonore voulait juste savoir quelques petites choses sur Anthony pour apprendre a vivre avec lui, tout simplement. Mais si il n voulait rien dire, ce n'était pas grave, Eleonore s'en tiendrait à là.
Revenir en haut Aller en bas
Anthony Aznable
LégendeGryffondor
Légende
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Occlumens


Re: Londres - Big Ben

Message par : Anthony Aznable, Ven 21 Oct 2011 - 21:29


- Euh, je vis en coloc avec une amie pas loin d'ici et puis j'ai un appartement a Pré Au Lard.. Comme ça je ne suis pas loin de l'école. Ca me rapelle des bons ou mauvais souvenirs.

*Et bien… Elle ne fait pas les choses à moitié…*

Ils continuaient de marcher et malgré l’obscurité, Anthony n’eut aucun mal à distinguer Eleonore quand celle-ci eut une grimace en entendant la question qu’il lui avait posé. Il avait encore fait une boulette apparemment. Il ne savait décidemment pas comment s’y prendre avec les autres et la pauvre Eleonore en faisait les frais. Il aurait tout le temps de se maudire plus tard…

- Je sais qu'il existe meilleure compagnie que moi mais je ne voulais juste te poser quelques petites questions sur toi. Histoire de se connaitre, étant donné que nous travaillons ensemble, donc je ne le prends pas mal. Moi tu m'intrigues, tu es LE personnage des histoires. Tu sais le mystérieux homme qui ne dévoile rien sur sa vie a quiconque..Bien sur ce n'est pas méchant tout ce que je dis!

D’accord… Il y avait un énorme quiproquo. Il allait devoir choisir ses mots avec soin afin de régler ce mal entendu une fois pour toute. Oui mais c’était bien d’avoir cette volonté, encore faut avoir les moyens de régler cela. Et ce n’était pas du tout son fort. Mais il le devait. Déjà parce qu’il n’aimait pas rester sur un malentendu et puis parce qu’ils devaient travailler ensemble. Et être en mauvais terme avec son employée n’était guère envisageable.

*Damned ! Je n’ai qu’à me lancer…*

- Je me suis mal exprimé. Je ne dis pas, ni ne pense, que tu es une mauvaise compagnie, loin de là. Encore une fois c’est juste une situation à laquelle je n’ai que très rarement été confronté. Et comme tu as du le comprendre et le remarquer, je ne suis pas quelqu’un ayant l’habitude de parler de lui-même d’où le fait que je peux me montrer assez… Désagréable…

Il marqua une pause en espérant que le message était bien passé. Il ne pouvait pas faire plus clair que ça. Il espérait aussi qu’elle n’y verrait pas un quelconque sous entendu. Ca serait quand même assez fort. Il poursuivit laissant ses craintes dans un coin de sa tête.

- C’est une bonne chose de ta part que de vouloir connaitre d’avantage tes collègues je n’y vois aucun mal ne t’en fais pas. Par contre je doute être le genre de personnage que tu décris… Je ne suis pas plus mystérieux qu’un autre et encore moins LE personnage des histoires… Si c’était le cas je me demande bien quelles histoires on a bien pu te raconter, dit-il d’un ton légèrement amusé. Au mieux tu as peut être vu ma tête il y’a une dizaine d’années quand… Sa voix fut beaucoup plus faible signe que cette période de sa vie avait loin d’être simple. Quand j’étais Auror.

*Je crois que c’est ce qu’on appelle la nostalgie…*

Il n’était pas impossible qu’il ait croisé Eleonore à cette époque. Elle était probablement à Poudlard lors des différentes attaques des Mangemorts auxquelles il avait du répondre tant bien que mal. Une époque depuis longtemps révolue. Et à laquelle peu de choses avaient survécu. Il eut un léger sourire.

*Ce n’est pas vraiment le moment de se remémorer tout cela…*

- Bref j’espère avoir dissipé le malentendu et ne pas en avoir causé un autre. Quoique me connaissant…

Avec tout cela il en avait oublié la méfiance qu’il pouvait avoir à l’encontre d’Eleonore. Il s’était montré trop méfiant envers elle, alors qu’il n’avait pas plus de raison de l’être avec elle, qu’avec une autre personne. Cependant il y avait certaines choses qu’il ne pourrait jamais révéler… Mais après tout, nous avons tous bien le droit d’avoir des secrets…
Revenir en haut Aller en bas
Alexander Severus
Gryffondor
Gryffondor

Re: Londres - Big Ben

Message par : Alexander Severus, Sam 22 Oct 2011 - 16:34


La discussion des deux personnes démontraient certainement que chaque être avait une personnalit propre. Eleonore jugea qu'elle s'était montrait trop dure dans sa façon de parler a Anthony, et qu'elle lui devait donc des excuses. Cependant avant qu'elle ai pû déclarer ses excuses Anthony venait de lui répondre calmement. Bon, Eleonore avait mal interprêter les paroles de l'ancien Gryffondor mais faire des fautes est un des moyens d'avancer et de réussir. Mais légèrement, les joues d'Eleonore s'empourprèrent, jusqu'a prendre une teine rouge qui grandit encore plus avec le vent glacial que produisait la Tamise, non loin de là. Mais elle conssentit a répondre pour ne pas laisser Anthony penser des choses très mauvaises sur elle.

<< Alors je suis désolée.. Mais tu as raison, nous ne sommes pas les mêmes. Chacun a sa façon de s'exprimer... >>

L'amusement se faisait sentir dans la prochaine réplique d'Anthony. Eleonore sourit alors, ce qui détendit les muscles de son visage, longtemps figés. Mais ce n'tait pas non plus le moment d'éclater de rire. Ce que disait Anthony ne semblait pas être plaisant a dévoiler. Mais la Wonderland s'avisa soudainement a peinement l'écouter tout en marchant à ses côtés. Ainsi il avait un passé d'Auror? Eleonore ne le savait pas jusqu'a cet instant. Mais elle se contenta de ne rien relever sur ceci, il avait bizarement baisser la voix pour évqoquer ce passage de sa vie, la Wonderland ne l'avait jamais remarquer avant mais Anthony dévoilait peu à peu des petites choses sur sa vie passée. Eleonore alors lui répondit aussi calmement que possible malgré le froid qui lui gelait le visage.

<< Mais nous aurons plus de temps pour faire connaissance... Il fait froid, tu ne trouves pas? >>

La météo, le seul sujet où Eleonore se sentait vraiment à l'aise. Outre sa vie personnelle, rien n'empechait la jeune femme de rester ici. Mais il lui fallut quelques instants de répit pour comprendre que tous deux devraient peut etre rentrer chez eux, et faire une bonne nuit pour etre frais et dispo pour le lendemain. Alors la jeune femme se retourna une énième fois vers l'homme et lui proposa de rentrer.

<< Je pense qu'on va devoir rentrer, enfin moi je suis fatiguée. >>
Revenir en haut Aller en bas
Anthony Aznable
LégendeGryffondor
Légende
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Occlumens


Re: Londres - Big Ben

Message par : Anthony Aznable, Dim 23 Oct 2011 - 10:37


[Hrpg: Désolé pour le rp mais j'ai pas du tout d'inspiration xD]

Londres

Le temps se rafraichissait. Antho’ n’était pas quelqu’un qui pouvait être perturbé par le froid. Ce soir ne faisait pas exception. Cependant il n’était pas contre de rentrer chez lui pour se poser et boire un café. Mais malgré cette perspective qui lui paraissait fort agréable, il se refusa de mettre un terme à cette conversation estimant que ce serait malvenu de sa part de proposer de rentrer. Surtout maintenant qu’il avait enfin réussi à faire comprendre à Eleonore sa position.

- Mais nous aurons plus de temps pour faire connaissance... Il fait froid, tu ne trouves pas ?

- Oui nous avons le temps de faire plus ample connaissance… Par contre je ne trouve pas qu’il fasse spécialement froid…

*Si on commence à parler du temps ça va pas le faire…*

- Je pense qu'on va devoir rentrer, enfin moi je suis fatiguée.

Cela tombait à point nommé. Anthony aussi commençait à fatiguer. Cela étant du au manque de sommeil combiné à un manque de café et à une journée bien remplie. Malgré cela il repensa à tout le travail qu’il lui restait à faire à son retour à la boutique… A moins que Peyton ait décidée de le faire. Ce qui était peu probable.

*Je devrais aller à la banque et demander la suppression de son salaire… Ce n’est cela qui la fera réagir mais on perdra déjà moins d’argent… Et je crois que je ferais mieux d’aller prendre un peu de repos…*

- Je pense aussi que cela vaut mieux. Je commence à accuser le coup.

Pour penser à des plans aussi idiots, oui il devait être très fatigué. Il s’arrêta et fut imité par Eleonore. Après cette conversation, il pouvait dire qu’il la connaissait mieux malgré le fait qu’il ait beaucoup de mal à la comprendre et à se faire comprendre. Cela ne durerait pas. Du moins, il l’espérait. Il verrait bien cela à la boutique. Au moins il était assez sur de lui en supposant que leur relation s’était améliorée.

- Bon et bien, ce fut agréable même si j’ai tendance à… Compliquer les choses. Bref, je te dis à demain au travail et bonne soirée.

- Merci, bonne soirée à toi également. A demain.

Eleonore transplana. Anthony lança un regard vers Big Ben qui se trouvait assez loin maintenant. Ils avaient passés une heure et quelques à Londres. Il était tenté d’aller prendre un café dans le coin mais tout seul cela ne l’enchantait pas vraiment.

*J’aurais du le proposer à Eleonore… Tant pis…*

Anthony transplana.

Chemin de traverse

Antho’ entra dans la boutique d’accessoires de Quidditch. Non Peyton n’avait pas eut la brillante idée de préparer la boutique pour le lendemain. Il soupira. Il en aurait pour même pas une heure mais c’était déjà trop… Mais cela devait être fait. Il commença donc son travail.

*Bon… Faisons cela rapidement que je puisse enfin avoir mon café...*





[RP FINI]
Revenir en haut Aller en bas
Chloé Greenwood
Serdaigle
Serdaigle

Re: Londres - Big Ben

Message par : Chloé Greenwood, Sam 24 Déc 2011 - 10:56


[RP avec Aziliz.]

Flash-back.
5 ans plus tôt.
Voilà plusieurs mois que les élèves de Poudlard attendaient les grandes vacances d’été. Après tous ces mois passés à arpenter les différents couloirs et étages de l’école, les sorciers allaient enfin pouvoir souffler. C’était avec un sentiment indescriptible que l’adolescente sortit de la salle d'examen. Les ASPICs sonnaient la fin de sa scolarité à Poudlard. Etait-ce de la nostalgie, de la peine ? Ou bien le bonheur d’avoir vécu toutes ces années ? Voilà une question à laquelle personne ne pourrait répondre ; même pas elle.

Chloé embrassa ses amis, qu’elle ne voulait se résoudre à quitter. C’était de loin le moment le plus difficile à vivre de ces dernières années. Les larmes lui montaient aux yeux. Poudlard avait été un refuge pour elle, un moyen de faire disparaître tout ce qu’elle avait pu être. Au fil de ces 7 années, la jeune femme s’était forgé une toute nouvelle image, un nouveau caractère qui lui était propre. S’il y avait quelque chose qu’elle voulait à tous prix conserver hors de l’école, c’était tous ces souvenirs, tous ces instants de joie, ces moments de peine, ces disputes, ces sourires, et tous ces visages. C’était ce qu’il y avait de meilleur en elle à présent. Elle s’obligea à afficher sur son visage un sourire faux et menteur, l’aidant à dissimuler toute la peine qui la tiraillait ; c’était pour elle une page qui se tournait, un livre qui se fermait définitivement.

Lorsqu’elle se retrouva seule, Chloé prit le chemin de Pré-au-Lard, dans le but de se retrouver seule avec ses pensées. S’il y avait bien quelqu’un avec qui elle aurait aimé se retrouver en cet instant, c’était Aziliz. Son amie était sans aucun doute la personne qui comptait le plus à ses yeux. Une sœur, une meilleure amie, une confidente, et sûrement encore bien plus que tous ces mots réunis. A chaque moment de doute, elle avait été là. Chacune de ses larmes avait été épongées par un pull d’Aziliz. Pourtant, voilà que la peur de la perdre commençait à doucement la ronger.

Cela faisait aujourd’hui plusieurs mois que les deux amies ne s’étaient pas vues. Chloé détestait par-dessus tout cette situation, d’autant plus qu’elle avait croisé son amie Serdaigle dans les couloirs plus d’une fois. Cependant, elle était toujours accompagnée d’autres élèves de maisons différentes que l’adolescente ne connaissait pas. En rien timide, elle avait toujours hésité à la rejoindre ; seulement, les regards lancés par son amie lui avaient clairement fait comprendre qu'il ne vallait mieux pas. La Serdaigle avait beau tourner l'histoire sous toutes les coutures ; elle ne comprenait pas ce qui avait pu se passer pour qu'aujourd'hui les deux amies soient devenues de parfaites inconnues.

Peut-être qu'après tout, leurs chemins étaient déstinés à être séparés, et ce depuis le début ? Chloé remarqua qu'elle pleurait, seulement et uniquement parce qu'une larme salée vint rouler sur ses lèvres. Du revers de la main, elle l'essuya, et s'assit contre un arbre. Décidemment, c'était une bien mauvaise journée.

Plus jamais elle ne reverrait Poudlard, plus jamais elle ne reverrait la seule véritable amie qu'elle avait eue.

Le soleil commençait à doucement laisser sa place à la nuit tombante. Le ciel s'obscurcissait, se couvrant d'une teinte rosée magnifique. L'obscurité tombait, et les lumières de Pré-Au-Lard s'allumaient. Chloé pensa un instant rentrer chez sa soeur, et renonça ; Alice ne s'inquièterait en aucun cas. Il fallait qu'elle profite encore un peu de cette solitude.

La Serdaigle (qui ne l'était d'ailleurs plus depuis moins d'une heure), risqua un regard au loin. Elle remarqua une ombre, une silhouette famillière. C'était Aziliz qui l'observait, qui l'avait vue. Pendant environ 5 minutes elles s'observèrent, de haut en bas. Et puis, son amie disparu dans l'ombre.

Peut-être qu'après tout, leurs chemins étaient déstinés à être séparés, et ce depuis le début.

Retour dans le présent.


Minuit passée. Londres était animée. A cette heure plus ou moins tardive, il y avait encore des hommes, des femmes, des enfants, des personnes âgées, des jeunes, des vagabonds qui flânaient dans les ruelles de la ville. Londres était belle, resplendissante, illuminée. Chloé était plongée dans un certain été d'euphorie, sans même savoir pourquoi.

Elle avait passé la journée avec sa soeur, déambulant dans chacun des magasins qu'elles avaient pu trouver, sans rien acheter. Ses jambes paraissaient lourdes ; mais elle avait au moins la satisfaction d'avoir passé du temps avec Alice. Maintenant, sa soeur, fatiguée, était rentrée, et Chloé n'avait pas pourtant pas souhaité la raccompagner. C'était comme si elle avait eu besoin d'une soirée normale, banale. « Comme avant ».

La jeune Auror s'était d'abord promenée dans un parc dont le nom lui échappait. Elle avait croisé toute sorte d'individus, et parfois même, les avait envié. Ces jeunes amoureux qui se foutaient du monde entier, ou même encore cette fille et ce garçon dont la complicité lui avait embaumé les yeux. Les amitiés de ce genre lui manquaient ; depuis Poudlard, les véritables amis se faisaient rares. Bien sûr qu'elle avait les aurors, bien sûr qu'elle avait gardé contact avec certains. Mais rien n'était plus pareil, et la confiance qu'elle avait pu accorder dans le temps paraissait de plus en plus difficile à offrir.

La nuit se faisait sombre, et ce malgré les illuminations de la ville. Partout, c'était des rires, des sourires, des regards, des cris. Personne n'était seul. Sauf Chloé. Il était compliqué de mettre un mot sur ses ressentis, difficile d'expliquer comment elle se sentait. Et en vérité, elle s'en fichait. La seule chose qui l'importait, la maintenant, tout de suite, c'était de voir arriver quelqu'un de vrai. Quelqu'un de réel. Quelqu'un sur qui on pouvait compter. De cette façon, on la séparerait enfin de ses pensées, qui la pourrissaient de l'intérieur au fur et à mesure du temps.

Elle leva les yeux vers le ciel. Une étoile filante. Un voeu. Elle était idiote de croire à ces trucs là. Mais ce soir, tout était différent.



Dernière édition par Chloé Greenwood le Sam 16 Juin 2012 - 12:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Aziliz Alhüin
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Métamorphomage
Occlumens



Re: Londres - Big Ben

Message par : Aziliz Alhüin, Lun 9 Jan 2012 - 17:03


Flash Back
5ans plus tôt


Alors qu'elle le quittait définitivement, Aziliz se retourna et regarda le château qu'elle avait habité pendant trois ans suite à son déménagement de France. Trois pendant lesquels elle avait pu ressentir toutes émotions et sentiments confondus. Autant de joie que de peine. Des rencontres, des pertes, des connaissances et une amie. Des amis, elle en avait mais, cette personne, c'était l'amie. Chloé Greenwood.

Cela faisait maintenant trois ans que sa mère avait disparue, trois ans qu'Aziliz était à sa recherche, faisant ce qu'elle pouvait pour trouver des informations. Elle était revenue en France une fois, durant sa sixième année, pendant quelques jours, sans conséquences. Alors qu'elle avait perdu l'être le plus cher à ses yeux et qu'elle ne parvenait pas à tisser un lien quelconque avec son père, elle avait rencontré Chloé. Une rencontre plutôt banale, dans la chambre des filles de la salle commune de Serdaigle, mais une rencontre qui, tout de suite, leur avait montré qu'elles ne pourraient se passer l'une de l'autre. En effet, depuis ce jour, elles ne s'étaient jamais quittées. Leur entourage les appelait les soeurs siamoises.

N'est-ce pas merveilleux, lorsqu'en un seul regard, un seul geste, un être vous comprend ? N'est-ce pas merveilleux de confier toutes pensées, secrets à une personne sans être trahi ni jugée ? N'est-ce pas merveilleux de pouvoir tout partagé avec cette même personne, que ce soit les rires ou les larmes, points de vue, conseils et avis ? Pour faire plus simple, Chloé était pour Aziliz la soeur qu'elle n'avait jamais eue.

Cependant après plus de quarante-huit mois d'une amitié éclatante, celle-ci s'était ternie, un nuage, que la brunette avait en horreur, avait assombri ce lien. Le pire, c'est qu'Aziliz ne savait pas comment tout avait pu se dérouler comme cela... Cet éloignement, cela faisait quelques mois maintenant qu'il s'était installé, quelques mois qu'elles ne s'étaient plus réellement adressé la parole.

Du point de vue de l'ancienne Serdaigle -à présent-, sans que ce soit la faute à Chloé, lorsque celle-ci avait été nommée préfete, ce qu'elles avaient dignement fêté, elle s'était retrouvée avec du travail en plus de ses cours et passait son temps libre à parler et organiser avec d'autres personnes son boulot. Ses obligations ne lui laissaient plus beaucoup de temps à passer avec Aziliz. Celle-ci comprenait mais ne pouvait s'empêcher d'avoir une pointe de colère au fond d'elle. Chloé était en train de la laisser, elle qui n'avait personne à qui se raccrocher. Alors, la jeune femme avait fait de nouvelles rencontres et passait son temps avec ces gens -là puisque son amie n'avait plus de temps à lui accorder... À chaque moment où elles se croisaient dans les couloirs, Aziliz essayait de lui faire comprendre la douleur qu'elle avait dans son coeur, ce besoin qu'elle avait de courir dans les bras de son amie et d'y pleurer pendant des heures. Mais elle savait aussi que dans ses regards, elle ne pouvait cacher la pointe de colère qu'elle éprouvait. La petite brune aurait tant aimé que Chloé la rejoigne...

Aziliz poussa un soupir et ravala les larmes qui menaçaient de voir le jour et continua son chemin. Alors qu'elle était maintenant tout près de Pré-Au-Lard, elle aperçu une silhouette, quelques mètres plus loin. Une silhouette qui lui était tout sauf inconnue. Une silhouette qui lui donna instantanément envie de pleurer. Une silhouette qui se contenta de la regarder lorsqu'elle la vit. Une silhouette, une personne qu'elle était sans doute destinée à ne plus jamais revoir...

La jeune femme rebroussa chemin, trouva un arbre contre lequel elle se laissa tomber, se laissa pleurer. Alors, voilà comment une si belle amitié se terminait. Par un échange de regard... Jamais elle ne la reverrait, celle qui était la seule personne qui comptait, la seule réelle amie qu'Aziliz n'avait jamais eue. Les chagrins d'amitiés étaient décidément plus difficiles et faisaient plus mal que les chagrins d'amours...

Le destin était une drôle de chose qui avait le pouvoir, à lui seul, de pouvoir changer le cours d'une vie...


Retour dans le présent.


Londres, son agitation, ses lumières, son odeur. Aziliz aimait se retrouver dans cette ville, seule, penser, réfléchir, douter, trouver, choisir... Elle marchait sans but, le regard vague. Seule. Elle ne voyait personne autour, n'entendait que le son de leurs voix. Des enfants qui riaient et jouaient, des amis se faisant des confidences ou qui se moquaient des gens qu'ils pouvaient croiser, des parents courant après leurs enfants pour les gronder gentiment.

Le regard lointain, ne réfléchissant à rien, elle avançait tout droit, tournant dans les grandes rues, toujours pleines de monde jusqu'à arriver près de Big Ben, dans le parc de cette merveille. Big Ben, l'horloge des rêves de l'enfance de la jeune femme. Peter Pan, une histoire racontée aux enfants moldus, pleine de magie où l'on pouvait apercevoir cette bâtisse qui faisait tant parler d'elle.

Elle aussi pouvait voler à présent. Certes, pas comme un des héros de son enfance, pas aussi longtemps et pas naturellement mais on pouvait dire que c'était moins qu'elle imaginait lorsqu'elle était petite et plus que lorsqu'elle avait grandi. Un jour, un soir, une nuit, Aziliz aussi pourrait s'asseoir sur la grande aiguille de cette fameuse horloge hors norme.

Alors qu'un éclat de rire la tirait de sa rêverie, elle regardait autour d'elle. Que des couples et des personnes ensemble. Personne n'était seul, personne à part elle. Oui, elle avait choisi de venir seule, de passer cette soirée sans compagnie. Pourtant, qui aurait-elle pu amener avec elle ? Au fond, qui avait-elle comme amis ? Comme réel ami... Ses yeux se levèrent. Une étoile filante. Elle qui avait perdu cette joie de vivre en partant de Poudlard, son agitation et son optimiste, elle fit un voeu. Le premier depuis des années. Celui de voir, devant elle, apparaître un réel ami. Une personne qu'elle avait déjà rencontré ou jamais mais une personne qui viendrait dans sa vie sans jamais en partir.



Une silhouette devant elle. Un poignard de sentiments entra dans son ventre sans ressortir, lui fit mal. Des émotions déferlaient en elle, son coeur était à présent dans le même état que son ventre. En alerte. Elle tremblait de peur, de joie, de douleur. Elle regarda cette personne dans les yeux, sentit rouler une perle d'eau salée le long de sa joue. Aziliz se mordit la lèvre, la silhouette en face d'elle aussi. Différament, mais elle avait l'air dans le même état qu'elle. Pleine de joie et de tristesse

Ne pouvant se contenir plus longtemps, l'ancienne serdaigle se mit à courir vers la personne qui était apparue en face d'elle et se jeta dans ses bras. Pleura comme elle en avait eu envie il y a cing longues années. Pleura sans s'arrêter, dans les cheveux de cette personne pendant un long moment qui lui paru une éternité tout en lui paraissant court. Les larmes coulaient, elle reniflait, pensait s'arrêter, pour pleurer encore et encore.

Ce soir, pour la première fois, son voeu s'était réalisé. Elle avait trouvé cette personne qui au fond n'avait jamais disparue de son coeur. Tout en restant dans ses bras, Aziliz murmura :" Chloé..."

Comme un autre voeu, une promesse. Elle ne voulait plus la lacher, plus jamais. La jeune femme avait besoin d'elle, avait toujours eu besoin de son amie. Elle avait dit son prénom comme pour lui demander ne plus jamais partir, de ne plus la laisser, de rester...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Londres - Big Ben

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 4 sur 14

 Londres - Big Ben

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5 ... 9 ... 14  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.