AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres
Page 4 sur 27
Balades dans Londres
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5 ... 15 ... 27  Suivant
Lileas White
Poufsouffle
Poufsouffle

Re: Balades dans Londres

Message par : Lileas White, Mar 8 Déc 2009 - 23:37


Mateo avait, comme après avoir reçu la boule de Clélia, du mal à ouvrir entièrement ses yeux. La jeune femme, s'étant agenouillée près de lui, l'aida à enlever la neige sur son visage. Elle souriait. C'était un joli tableau qui s'étalait devant lui à mesure qu'il ouvrait à nouveau ses yeux. En arrière plan, l'horizon duquel émergeait le soleil, au second plan, les rives d'un fleuve et un espace enneigé, et au centre, au premier plan, un visage radieux dont le sourire et le regard étaient aussi doux que l'atmosphère qui régnait ce matin là dans Londres. Puis, aidant Mateo à se relever, Clélia continua à enlever la couche de neige présente sur ses vêtements. Elle secoua ensuite la chevelure du jeune homme. La situation le faisait sourire, certes, mais dans le fond, il restait gêné.

"Pourquoi je devrai avoir honte de toi ? Tout le monde peut etre maladroit, moi la premiere... Tu l'es juste un tout petit peu plus..."

Le jeune homme passa instinctivement une main dans ses cheveux, pour les replacer. Au même moment, Clélia lui adressa un clin d'œil. Un nouveau sourire discret apparut sur les lèvres du Phénix, qui baissa la tête. D'un ton quelque peu ironique, il reprit la parole.


" Juste un tout petit peu plus ... Tu verras que tu sous-estimes mes talents naturels. "


"Tu en veux un ? Tu dois etre plus trempé que moi..."

Mateo fronça les sourcils en signe d'incompréhension. Il leva ensuite les yeux vers la jeune femme pour lui en faire part, mais déduisit à son regard qu'elle parlait d'un pub, d'un bar. Pour s'en assurer, il tourna la tête dans la même direction.


* Pour une fois que ton intuition se rapproche de la réalité, mon petit Mateo ... Sois fier et souviens t'en, car ce genre de moments n'arrive que trop rarement. *


Commençant à partir en direction de la tente où des boissons chaudes étaient servies, elle lui tendit la main, sûrement par peur qu'il fasse une nouvelle chute. Voilà qui était un geste aussi gentil que taquin. Cela fit sourire une énième fois le jeune homme, qui lui tendit la sienne. Toujours un peu déstabilisé par sa chute, il se laissa guider.

" Avec plaisir. Mais ... "


Il hésita un moment.

" Je doute qu'ils acceptent les mornilles. Et je ne suis pas certain d'avoir de la monnaie moldue sur moi. "
Revenir en haut Aller en bas
Clélia Skywolf
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Balades dans Londres

Message par : Clélia Skywolf, Jeu 10 Déc 2009 - 22:53


Clélia avait aidé Mateo a se relever et a enlever la neige qui le recouvrait en souriant. Le jeune homme replaça ensuite ses cheveux correctement avec un petit sourire, gêné par ce que la phénix avait fait pour l'aider. Elle lui proposa ensuite d'aller boire quelque une chose, en effet, une tente située près d'un pub vendait des boissons chaudes. La jeune femme tendit la main a l'ex poufsouffle qui s'en saisit en souriant. L'ex gryffondor guida Mateo vers la tente en souriant. Celui ci semblait gêné et Clélia se demandait bien pourquoi. Il fini par ouvrir la bouche, hésita et lui dit :

" Je doute qu'ils acceptent les mornilles. Et je ne suis pas certain d'avoir de la monnaie moldue sur moi. "

La jeune femme éclata de rire, heureusement qu'elle habitait chez ses parents dans un quartier de Londres et qu'elle avait besoin d'argent moldu ! Elle adressa un clin d'oeil au jeune homme et lui souffla un "Ne t'inquiete pas" au creux de l'oreille avant de l'entrainer a sa suite vers les boissons chaudes.

"Ne t'inquiete pas, j'en ai moi. Comme quoi, vivre au milieu de moldus sert, parfois.."

Clélia sourit et reçu tout d'un coup une boule de neige dans le dos. Elle se retourna vivement, et vit le groupe de filles ricaner en la montrant du doigt. La jeune femme leur lança un regard mauvais avant d'éclater de rire puis entraina Mateo a sa suite sans faire de commentaires sur la tentative ridicule des adolescentes. La neige craquait sous les pieds des deux jeunes gens alors qu'ils avançaient vers la tente. Le barman les observa arriver et se retourna pour souffler quelque chose a un homme. Celui ci, un peu plus agés que les deux phénix, s'approcha de la table sous la tente pendant que son patron s'éclipsa. Des boucles brunes, mal coiffées, encadraient le visage presque angélique du serveur.

"Bonjour ! Qu'est ce que je vous sers ?"

Il adressa un grand sourire et un clin d'oeil a Clélia, ne jettant qu'un vague regard sur Mateo. L'ex gryffondor se pencha a l'oreille de celui ci et lui murmura, faisant comme si elle n'avait pas remarqué les yeux avides d'etre seul avec la jeune femme du serveur. Il avait l'air, certe, mignon, mais son attitude ne plaisait guère a la phénix.

"Tu veux boire quoi ?
_ Eh bien... je crois que je vais prendre un chocolat chaud."

Clélia hocha la tête en souriant et se retourna vers le serveur, la main de Mateo toujours dans la sienne.

"Nous prendrons deux chocolats chauds, s'il vous plait."

Le serveur les servit et la jeune femme lacha la main de l'ex poufsouffle afin de fouiller ses poches a la recherche de monaie. Elle tendit enfin l'argent qu'elle devait au jeune homme et s'empara des chocolats chauds, tendant l'un des verres au phénix. Elle sourit quand leurs doigts se frolèrent et lança un "Au revoir !" au serveur hébété de ne pas avoir fait d'effet a la jeune femme. Clélia avait eu tellement de rencontres et de desastres amoureux (bon, pas tant que ça, c'est vrai), qu'elle ne se laissait plus embobiner par un serveur joueur.
Les sorciers marchèrent cote a cote, en discutant de leur vie respective, quand l'ex gryffondor aperçut un banc sous un arbre tres feuillu qui lui avait permi d'etre protégé de la neige. Elle proposa a Mateo d'aller s'y asseoir pour pouvoir déguster tranquillement leur boisson en discutant.

[HJ : avec l'accord de Mateo]
Revenir en haut Aller en bas
Lileas White
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle

Re: Balades dans Londres

Message par : Lileas White, Ven 11 Déc 2009 - 1:30


Clélia se mit à rire une nouvelle fois, ce que Mateo ne comprit pas entièrement. Cette situation d'incompréhension était assez comique, et un nouveau sourire se dessina sur les lèvres du jeune homme, qui regarda tout autour de lui. Il vit que les jeunes filles s'étant moquées d'eux un peu plus tôt n'étaient pas encore parties. Haussant les sourcils, il détourna son regard vers la jeune femme, qui prit la parole.

"Ne t'inquiete pas, j'en ai moi. Comme quoi, vivre au milieu de moldus sert, parfois.."

Mateo l'apprit, ne lui ayant encore rien demandé sur ses origines. De nouvelles questions à poser à Clélia défilèrent dans son esprit, mais il préféra attendre un autre moment pour les poser. Enfin, c'était une chance qu'elle ait de la monnaie moldue sur elle. Il voulut lui proposer de la rembourser par la suite en mornilles, mais il n'eut pas le temps pas le temps d'ouvrir la bouche. En effet, la jeune femme reçut une boule de neige dans le dos. Mateo sursauta. Aux rires qui s'élevaient derrière les deux jeunes adultes, ceux-ci pouvaient en déduire qu'il s'agissait toujours du même groupe de filles. Après s'être retournée vers elles, Clélia rit une nouvelle fois, et continua à entrainer Mateo vers la tente.


Une fois arrivés, ils s'adressèrent au barman. Celui-ci semblait regarder Clélia d'un œil très intéressé, ce qui fit hausser les sourcils de Mateo. Le serveur leur demanda ce qu'ils souhaitaient consommer. Les deux prirent chacun un chocolat chaud, qu'elle prit soin de payer avec de l'argent moldue. Pour se faire, elle lâcha la main de Mateo. Ce dernier fut pris d'une grande gêne, puisque les évènements avaient occupé son esprit, et il ne s'était pas rendu compte qu'il tenait toujours la main de la jeune femme.


Elle lui tendit alors sa boisson, avec un sourire, ce à quoi il la remercia. Puis ils repartirent, saluant le barman, qui allait rester seul à son comptoir un moment supplémentaire. Ils marchèrent côte à côte, sans vraiment savoir vers où ils se rendaient. Au bout de quelques secondes de silence, une question qui trottait dans la tête du jeune homme fut formulée :


" Par rapport à ta remarque de tout à l'heure ... Tes deux parents sont-ils moldus? Je m'intéresse beaucoup à ces personnes et à leur mode de vie; et dès que j'ai l'occasion d'en entendre parler, j'essaie de ne pas m'en priver. "


"Ah non, mes parents sont des sorciers, comme nous. Et je n'ai ni tantes, ni oncles ni grands parents. Cependant, je connais bien les moldus, mes parents tiennent un restaurant et sont tres proches d'eux, plus que des sorciers donc j'en vois défiler beaucoup... si tu as des questions, j'essayerai d'y répondre."


" Je suis désolé, je n'y étais pas. Enfin, c'est une chance que tu as de pouvoir côtoyer ces deux mondes. "


Il ne fallait pas rêver, il était inévitable que Mateo pose encore une question à côté de la plaque. Comme souvent. Il but une gorgée de son chocolat chaud. La jeune femme tourna ensuite la tête vers un très bel endroit situé un peu plus loin. Il s'agissait d'un banc situé sous un arbre. Le jeune Aëndal, qui avait prévu son coup, sortit alors, à l'aide de sa main libre, deux pièces de la poche de son manteau, et les glissa le plus discrètement possible, en prenant garde de ne pas la toucher, dans la poche du manteau de Clélia. Lorsque ce fut fait, il se mordit la lèvre, en espérant qu'elle ne l'ait pas remarqué. Bien heureusement, il sembla que cela avait fonctionné. Content de son coup, l'ayant désormais remboursé, il esquissa un sourire malicieux.

Clélia proposa ensuite à Mateo de s'assoir sur le banc. Le jeune homme accepta. Ils se posèrent donc sous l'arbre, côte à côte. Mateo, sous l'effet du froid et du peu de neige qu'il lui restait sur la peau, frissonna légèrement. Instinctivement, il but deux nouvelles gorgées de chocolat pour se réchauffer. Il resserra ensuite son écharpe, et posa ses mains sur ses genoux. Elle but un peu de son chocolat, elle aussi.

"A toi, parle moi un peu de ta famille. Si j'ai bien compris, tu n'as pas eu la chance de vivre aussi près des moldus que moi..."


Il détourna son regard vers Clélia, s'attardant sur ses yeux.

" Je crois t'avoir dit, lorsque nous nous sommes rencontrés dans le cadre de l'Ordre, que je viens de Finlande. Eh bien j'ai vécu dans ce que l'on pourrait appeler la moyenne bourgeoisie sorcière - une vie ni luxueuse, ni pauvre. Les familles que nous côtoyions le plus étaient par conséquent composées de sorciers. J'ai connu quelques moldus, mais trop peu pour pouvoir affirmer tout savoir de leur mode de vie. "


Une légère rafale de vent fit voleter les cheveux des deux jeunes adultes.


[Autorisation de Clélia Twil pour utiliser son personnage]
Revenir en haut Aller en bas
Clélia Skywolf
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Balades dans Londres

Message par : Clélia Skywolf, Lun 14 Déc 2009 - 12:30


Passer une bonne journée avec quelqu'un, rire, redevenir pendant quelques instant un enfant. Replonger dans le passé en compagnie d'une agréable personne et respirer a plein poumoux. Prendre l'air, prendre son temps, pour une fois ne pas etre stressée... Tant de raisons qui font qu'une journée peut etre inoubliable. Les moments que Clélia passait en compagnie de Mateo semblaient hors du temps, comme si, pour une fois, l'horloge avait stoppé sa course infernale.
Assise sur le banc en compagnie de Mateo, le vent faisant voler leurs cheveux, elle parlait avec lui de tout et de rien. Elle mit la main dans sa poche et ses doigts entrèrent en contact avec deux pieces. L'ex gryffondor sourit discrètement, le jeune homme l'avait remboursée cependant elle ne dit rien et fit comme si elle n'avait rien remarqué de spécial.
Il avait posé ses mains sur ses genoux et resséré son écharpe alors que la phénix le questionnait sur sa famille. Elle en avait déduit qu'il n'avait pas vécu au milieu de moldus, contrairement a elle. Il la regarda dans les yeux et la jeune femme se retint de rougir.

" Je crois t'avoir dit, lorsque nous nous sommes rencontrés dans le cadre de l'Ordre, que je viens de Finlande. Eh bien j'ai vécu dans ce que l'on pourrait appeler la moyenne bourgeoisie sorcière - une vie ni luxueuse, ni pauvre. Les familles que nous côtoyions le plus étaient par conséquent composées de sorciers. J'ai connu quelques moldus, mais trop peu pour pouvoir affirmer tout savoir de leur mode de vie. "

Clélia hocha la tête et lui sourit amicalement. Elle comprenait que ce n'était pas simple pour la bonne raison que sa meilleure amie, Reb, n'était autre qu'une Malfoy et par conséquent, elle ne connait pas bien les moldus, elle aussi. L'ex gryffondor passa une main dans ses cheveux pour les dégager de son visage et de ses yeux. Elle but quelques gorgées de son chocolat, plongée dans ses pensées, puis reposa son regard sur Mateo en lui disant, un éternel sourire sur le visage.

"Si tu as des questions sur certaines manies moldues, tu peux me les poser. Mais ils ne sont pas très différents de nous, au fond..."

Elle s'arreta quelques instants et ajouta, changeant totalement de sujet.

"Tu étais a Poudlard avant ?"

La jeune femme ne se souvenait pas l'avoir vu parcourir les couloirs de l'école. Tout comme avec Sam, elle avait peu de souvenir à propos des personnes qu'elle avait eu l'occasion de cotoyer, en omettant ses amis dont elle se souviendrait quoi qu'il puisse arriver.
Une nouvelle fois, un souffle de vent fit voltiger les cheveux des deux jeunes gens. Clélia renonça a replacer ses mèches qui seraient renvoyées devant ses yeux peu apres. Elle soupira et chercha un élastique a son poignet, elle en avait tout le temps, au cas ou. Une fois trouvé, elle remonta sa tignasse en une queue de cheval haute. Seuls quelques cheveux s'échapère de l'attache mais elle n'y preta guère attention.
Revenir en haut Aller en bas
Lileas White
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle

Re: Balades dans Londres

Message par : Lileas White, Lun 14 Déc 2009 - 21:14


La jeune femme hocha la tête, en signe de compréhension. Elle, qui avait beaucoup côtoyé les moldus et les sorciers, devait savoir que ces derniers ne savaient dans leur majorité pas grand choses sur les homonymes sans pouvoirs magiques. C'était malheureusement trop souvent à cause de clichés, et le tout se résumait par un mépris infondé, mais la cause était parfois le côté social : En effet, de nombreuses familles de sorciers n'avaient pas toujours la chance d'avoir des liens avec des familles de moldus.

Au même moment, les deux Phénix passèrent leurs mains dans leurs cheveux pour les remettre en place, après la dernière rafale de vent. Mateo se pencha en avant et tourna la tête, pour regarder Clélia, intrigué. En effet, celle-ci avait le regard dans le vide, son visage étant sans expression. Ne sachant que dire, il se replaça et but une gorgée supplémentaire. Tout à coup, la jeune femme le regarda à nouveau, lui offrant un sourire des plus radieux. Il appréciait ce genre de gestes tout, autant que la compagnie de Clélia. Elle prit à nouveau la parole, sa voix étant toujours aussi douce et fluide.

"Si tu as des questions sur certaines manies moldues, tu peux me les poser. Mais ils ne sont pas très différents de nous, au fond..."

Mateo chercha un instant, mais ne trouva rien de plus à demander à la jeune femme. Fixant les yeux de l'ex-Gryffondor, il haussa discrètement les épaules. Il aurait sûrement de nouvelles questions plus tard. Il les poserait alors.

" Ils sont comme nous. Juste un peu plus créatifs et savants, et paradoxalement, plus naïfs. "


Ses propos étaient dénués de tout mépris. On pouvait même y percevoir une touche d'admiration. Et il était vrai : Mateo admirait beaucoup de points de la culture Moldue. Sur ces pensées, il but un dernière gorgée de chocolat chaud. Celui-ci, désormais entièrement bu, l'avait remit d'aplomb, et l'avait quelque peu réchauffé. Certes, les cheveux du jeune homme étaient toujours en partie mouillés, mais il avait déjà moins froid. Alors qu'il jeta le plus précisément possible son verre dans une poubelle non loin, la jeune femme lança un nouveau sujet.

"Tu étais a Poudlard avant ?"

Mateo se retourna vers Clélia. Une rafale de vent fit à nouveau voleter leurs chevelures. Elle soupira, puis tenta d'attacher le plus de cheveux possible à l'aide de l'un de ses élastiques. Elle arriva à en regrouper un grand nombre en une queue de cheval, laissant quelques petites mèches flotter à leurs souhaits. Le jeune homme les fixa, prenant la parole.

" Oui, bien sûr. Jusqu'à mes quinze ans, j'ai étudié dans une école de magie en Finlande, mais j'ai terminé mes études à Poudlard. Je suppose que c'était aussi le cas pour toi. Mais ... Je ne me rappelle pas t'avoir déjà croisée. Si tu as bien étudié là bas, y as-tu fait toute ta scolarité? "


Mateo, prenant le risque de devenir écarlate dans les secondes qui suivraient, passa délicatement deux des doigts de sa main droite dans les cheveux de Clélia qui voletaient au vent, puis les ramena derrière l'oreille gauche de la jeune femme, de façon à ce qu'ils soient tous ordonnés. Enfin, il termina par un sourire, cachant sa gêne.

* Bon sang, que fais-tu, Mateo? Tu es maniaque sur certaines choses, et tu n'y peux pas grand choses, mais tu vas la faire fuir à force. *


Tournant la tête, et regardant désormais devant lui, il reprit très rapidement la parole.

" Désolé, ça me démangeait. Je suis assez maniaque ... "


Il se mordilla la lèvre inférieure.
Revenir en haut Aller en bas
Clélia Skywolf
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Balades dans Londres

Message par : Clélia Skywolf, Mar 15 Déc 2009 - 15:11


"Allez vient, j't'emmène au vent... Je t'emmène au dessus des gens..." Une chanson de Louise Attaque que son père lui chantait. Le genre de chanson qui reste dans la tête pendant des années, qu'on oublie jamais, qu'on fredonne quand on s'ennuie, quand on ne sait que faire. Quand on y pense aussi. Parfois, chanter nous prend d'un coup, et on ne peut cesser, s'empecher de murmurer ces mots parfois sans aucuns sens. Clélia écoutait toutes sortes de musiques, "J't'emmene au vent" de Louise Attaque restait dans ses préférées. Peut-être parce qu'elle l'avait toujours entendue ? Que son père fredonnait l'air chaque jour, à sa mère ou à elle. Peut-etre aussi parce qu'elle lui rappelait des souvenirs enfantins...
Elle murmurait ces quelques mots en regardant un couple danser dans le vent, deux enfants qui couraient l'un derrière l'autre, deux grands-parents marchant en se tenant le coude comme chaque jour depuis qu'ils avaient unis leurs vies. L'amour était un sentiments imperceptible, impossible a comprendre et qui nous tombe dessus a tout moment, et très souvent sans qu'on s'y attende. Clélia ne croyait plus guère au grand amour. Elle avait été trop déçue par certaines personnes. Un amour comme celui qui liait Eurora et Akshay était rare, trop rare pour qu'il puisse arriver a tout le monde.
Clélia attachait ses cheveux après avoir demandé a Mateo s'il était allé a Poudlard. Elle ne se souvenait pas de lui la-bas, ce devait être une habitude pour elle d'oublier les personnes qu'elle ne cotoyait pas. Pourtant, en étant dans l'école, elle reconnaissait toutes les personnes qu'elle croisait. Enfin non, tous les gryffondor qu'elle croisait. C'était ça, etre préfète. La voix du phénix se fit entendre, enveloppant les deux jeunes dans une sorte de bulle. Il fixait les meches mal placées de la phénix et le regard que l'ex poufsouffle portait sur elle la fit tressaillir.

" Oui, bien sûr. Jusqu'à mes quinze ans, j'ai étudié dans une école de magie en Finlande, mais j'ai terminé mes études à Poudlard. Je suppose que c'était aussi le cas pour toi. Mais ... Je ne me rappelle pas t'avoir déjà croisée. Si tu as bien étudié là bas, y as-tu fait toute ta scolarité? "

Clélia sourit, elle n'était donc pas la seule a etre dans le cas d'oublier tout etre vivant n'ayant pas été longuement cotoyer...

"Bien sur. De la premiere a la derniere année. J'ai meme été préfète de Gryffondor... Et je le suis a nouveau, pour aider Isa, l'actuelle directrice des gryff. Je ne me souviens pas t'avoir croisé, moi aussi. Un point partout, égalité."

La jeune femme fit un clin d'oeil amusé a Mateo. Elle ne savait pas pourquoi elle avait dit sa derniere phrase et en était un peu.. genée. Ce n'était pas quelque chose habituel de dire cela a quelqu'un qu'on connait depuis peu. Clélia ne comprenait pas ce qu'il lui prenait tout d'un coup.
Mateo fit alors quelque chose a laquelle l'ex gryffondor ne s'attendait pas du tout. Il leva la main et repoussa les meches qui tombaient devant le visage de la jeune femme, derriere son oreille gauche. Il termina son geste par un sourire, sa main toujours derriere Clélia. Celle ci sentit un frisson la parcourir au contact de sa peau sur la sienne mais le cacha et devint écarlate.
Il tourna alors la tete, ramenant sa main vers lui, et reprit la parole, d'une voix très rapide que la phénix ne lui connaissait pas.

" Désolé, ça me démangeait. Je suis assez maniaque ... "

Les joues de la jeune femme virèrent au cramoisi alors qu'elle marmonait quelques mots. Elle ne s'était pas attendue au geste de Mateo, pourtant très doux... Plongée dans la contemplation de ses mains, elle n'osait lever la tete vers le jeune homme de peur de rougir encore plus.

"C'est pas grave..."

Elle releva la tete et vit le phénix se mordiller les lèvres. Ce meme geste qu'elle était en train de faire, ce tic qui la prenait lorsqu'elle était genée, ennuyée, stressée... Clélia sourit et termina son verre qui rejoignit celui de Mateo dans la poubelle. Il ne la regardait pas mais ses cheveux aussi volaient dans tous les sens. La jeune femme se pencha vers lui et remit ses meches derrieres ses oreilles. Ses doigts tremblaient et pas seulement a cause du froid. Elle retint l'afflu de sang qui montait jusqu'a ses joues afin de les colorer une fois de plus.

"Désolée... J'aime voir les yeux des autres..."

Elle parlait d'une voix douce et calme, comme une brise en été. La phénix regarda Mateo, le détailla discretement. Un visage fin, de longs cheveux rouges bordeaux, et de beaux yeux bleus. Il était plus grand que Clélia, bon ok, ce n'est pas très dur de l'etre face a un petit metre soixante cinq. La jeune femme passa sa main sur la joue douce du poufsouffle avant de la retirer précipitement. Elle ne savait pas ce qui lui avait pris, elle avait juste envie de le faire. Elle posa son regard sur ses mains et se mordilla les lèvres, les yeux fermés, en se maudissant pour son geste.
Revenir en haut Aller en bas
Lileas White
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle

Re: Balades dans Londres

Message par : Lileas White, Mer 16 Déc 2009 - 0:04


Clélia, avant le geste gênant - aussi bien pour elle que pour lui - de Mateo, lui répondit qu'elle avait passé toute sa scolarité à Poudlard, et que durant ces sept années, ayant été Préfète quelques temps, elle n'avait pas non plus le souvenir d'avoir croisé l'ex-Poufsouffle. Elle lui apprit aussi que malgré qu'elle ait terminé ses études, elle était toujours préfète, pour aider l'actuelle Directrice des Gryffondor, Isa. Elle enchaîna ces quelques petites explications par un clin d'œil amusé.

Tout se passait alors très bien; mais il eut fallu que Mateo exécute ce geste, aussi attentionné que maniaque. Le jeune homme, plus gêné que jamais, restait alors caché derrière sa longue chevelure rouge bordeaux. Nul doute que son teint se rapprochait désormais de cette couleur. Quelques mots sortirent de la bouche de Clélia. Ils étaient presque insonores et incertains, mais restaient, aux oreilles de Mateo, quelque peu rassurants.

"C'est pas grave..."

Pourtant, le jeune Aëndal était certain du contraire. Jamais il n'avait fait un tel geste. Jamais il n'avait eu l'occasion, mais surtout, jamais il n'aurait osé. Cette fois-ci, et il ne savait pourquoi, il avait surpassé sa timidité l'espace d'une poignée de secondes; et le résultat était celui auquel il se serait attendu s'il avait réfléchit aux éventuelles conséquences. Il continuait de mordiller sa lèvre inférieure, sans s'en rendre compte. Il regardait dans le vide, ne faisant plus attention à rien. Il était horriblement gêné. De plus, il avait peut être mis Clélia mal à l'aise. Il s'en voulait et aurait aimé faire quelque chose pour se rattraper. Mais il n'y avait évidemment rien à faire. Juste attendre que la Phénix se remette à parler.

Du coin de l'œil, il vit qu'elle s'était légèrement penchée vers lui. Il resta figé, ne sachant que faire, ni que dire. Tout à coup, il sentit les doigts de la jeune femme frôler sa tempe. N'osant pas bouger, ni même regarder dans sa direction, il ferma les yeux, et se crispa très légèrement. Lui rendait-elle son geste? Mateo ne voulu pas tirer de conclusions trop hâtives. Ce fut seulement lorsqu'elle passa délicatement, elle aussi, ses doigts jusqu'au dessus des oreilles du jeune homme pour passer ses mèches derrière, qu'il en fut certain. Il allait se remettre à rougir, si bien sûr il ne l'était pas déjà assez. Elle reprit la parole, d'une douce voix, ayant toujours cette faculté réconfortante.


"Désolée... J'aime voir les yeux des autres..."

Mateo regardait toujours devant lui, dans le vide. Son cœur était tout serré. Il était incapable de dire quoi que ce soit, et bien trop gêné ne serait-ce que pour tourner la tête vers la jeune femme. Clélia, elle, semblait le dévisager. Il la laissa faire, espérant trouver dans les secondes qui suivraient le courage de dire quelque chose. Il inspira un grand coup, le plus discrètement possible. C'est alors qu'il ressentit une nouvelle caresse, sur la joue. Pensant d'abord qu'il s'agissait de la douceur, de la fraicheur du vent, il fut parcouru par un frisson, puis s'apaisa légèrement. Mais cet effleurement s'effaça brusquement. Le jeune homme tourna la tête, d'un geste vif, étonné, vers Clélia. Celle-ci s'empressa de retirer sa main, la reposa sur ses genoux, puis ferma les yeux, la tête baissée.

Il n'y avait pas de mot assez juste pour décrire le sentiment que Mateo éprouvait. Néanmoins, ce qui prédominait restait la gêne. Instinctivement, regardant la main de la jeune femme, il posa la sienne sur sa joue, à l'endroit qu'elle avait touché. Puis, désolé de l'avoir surprise, il posa délicatement sa main sur l'épaule de Clélia, et tenta à son tour d'être rassurant. Sa voix grave était incertaine, malgré les efforts du jeune homme.

" Je suis ... Désolé, je ... "


Il aurait voulu lui dire qu'il aurait souhaité ne pas lui faire peur, ne pas la surprendre ... Mais il n'arrivait pas à formuler quoi que ce fusse. Il regarda durant quelques secondes le visage de la jeune fille, doux et fin. Puis, dans une détermination à se rattraper, il reprit la parole, d'une voix faussement plus certaine.

" Ce que je peux réagir étrangement, parfois ... J'espère que tu ne m'en veux pas. "


A ces paroles, il déposa un petit baiser sur la joue de Clélia, suivit d'un sourire, gêné. Puis, il reposa sa main sur ses genoux, et regarda au loin, en direction du fleuve. Son regard posa ensuite sur la rue parallèle.
Revenir en haut Aller en bas
Clélia Skywolf
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Balades dans Londres

Message par : Clélia Skywolf, Sam 19 Déc 2009 - 16:04


Clélia avait posé sa main sur la joue de Mateo, elle ne savait pas pourquoi... Un frisson avait parcouru le corps du jeune homme et elle retira rapidement sa main, gênée. Elle sentit alors son regard se poser sur elle alors qu'elle fermait les yeux, la tête baissée. Son coeur battait à tout rompre alors qu'elle ouvrit les yeux en le regardant en biais. Il avait posé sa main sur sa joue et semblait gêné et surpris. L'ex gryffondor se traita interieurement de tous les noms existants en détournant son regard vers ses mains. C'est alors qu'elle sentit quelque chose se poser sur son épaule avec douceur et la phénix comprit que c'était la main de Mateo. Elle rougit et frissona pendant que la voix grave du jeune homme s'élevait avec une incertitude palpable.

" Je suis ... Désolé, je ... "

La jeune femme comprit qu'il observait son visage mais cela ne dura que quelques secondes avant que le phénix ne reprenne la parole en hésitant. Clélia avait l'impression que son coeur allait sortir de sa poitrine, traverser sa peau, tant il battait vite.

" Ce que je peux réagir étrangement, parfois ... J'espère que tu ne m'en veux pas. "

Il déposa ensuite un baiser sur la joue de la jeune femme dont les joues se colorèrent une fois de plus de rouge pourpre puis un sourire gêné apparu sur le visage de Mateo qui reposa sa main sur sa jambe en regardant la rue suivante. Clélia humecta ses lèvres sèches et prit la parole.

"Non... non je ne t'en veux pas. Je n'aurai pas du... Je ne comprends pas pourquoi j'ai fait ça..."

La jeune femme se mordit les lèvres et se tu. Un silence reignait à présent entre les deux phénix et elle en profita pour se laisser aller dans le cours de ses pensées. Dans quelques jours, elle présenterai avec Sara Shake, la petite amie de Chris. Bien entendu, elle irait avec lui, tout comme les trois quart des invités seraient accompagnés de leur moitié... L'ex gryffondor n'avait toujours pas de cavalier, elle était un peu trop occupée ailleurs. Son regard se posa sur l'ex poufsouffle et une idée, farfelue, bizarre et vraiment stupide lui traversa l'esprit. Pourtant, cela valait le coup d'essayer, peut etre que... Elle se mordit les lèvres puis sa voix tremblotante s'élèva, rompant le doux silence.

"Est ce que tu... voudrais aller a la remise des Merlins avec moi ?"

L'ex gryffondor retint son souffle alors que ses joues prenaient une dangereuse teinte rouge et qu'elle s'absorbait dans la contemplation plutot ininteressante de ses mains. Elle se rendit compte qu'elle tremblait et se demanda si elle avait eu raison de poser cette question.

"Je... tu... oui, bien sur !"

Un sourire gêné s'était peint sur le visage du jeune homme qui la regardait a nouveau alors que Clélia relevait rapidement la tête de surprise. Les yeux de la jeune femme brillaient de joie, pendant qu'elle déposa, prise d'un excès de folie, un baiser sur la joue de Mateo. Celui ci porta la main a sa joue et lui sourit doucement. Elle attrapa sa main et se leva d'un bond en lui disant qu'il fallait qu'ils trouvent des vêtements chics. Ils s'éloignèrent ainsi, main dans la main...

[HJ : fin du rp x)]
Revenir en haut Aller en bas
Angel B. Rosebury
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) :
Permis de Transplanage
Animagus : Puma


Re: Balades dans Londres

Message par : Angel B. Rosebury, Dim 7 Fév 2010 - 22:04


Angel passait beaucoup moins de temps à Poudlard maintenant qu'elle avait obtenu ses Aspics. Pour l'instant, elle vivait chez son père à Londres, en attendant que sa nouvelle maison à Godric's Hollow soit raccordé au réseau élèctrique, ce qui ne devrait pas tarder. Et c'était tant mieux, car le plus souvent, la jeune femme ne pouvait plus supporterson père. Elle n'en revenait toujours pas qu'il est vendu la maison en France. A chaque fois que la jeune femme lui adressait la parole, c'était pour lui criait dessus. Elle l'avait bien prévenu avant qu'il parte pour la France. La Gryffondor lui avait dit: "si tu vends CETTE maison, je ne t'adresserai plus JAMAIS la parole." Il n'avait pas pris la menace de sa fille au sérieux, et bien maintenant il en subissait les conséquences. Cela était entièrement sa faute. Il avait fait un choix, il n'avait plus qu'à l'assumer. Car la jeune Auror ne reviendrait pas sur sa décision.

Et quand cela dégénérait entre lui et elle, Angel retournait à Poudlard. Au moins, elle avait la paix. Et puis la jeune fille avait toujours sa place chez les rouge et or puisqu'elle avait été nommé, il y a peu préfète. Au côté de celle qui avait pris la place de Nin, sa défunte amie. Justement concernant celle qui avait été sa meilleure amie. Angel avait cessé de pleurer, mais ce n'est pas pour autant qu'elle avait cessé d'y penser. Elle y pensait chaque jour. Elle repensait au bon, comme au mauvais moments qu'elle avait passé en la compagnie de Nin. Tous ces moments d' éclat de rire et de pleure. Tout ces moments passés à faire des batailles de coussins avec Ismaël dans sa salle commune des Gryffondor. D'ailleurs, la jeune femme n'avait pas revu et parler à Ismaël depuis qu'elle avait pris le décès de Ninyara. Angel s'en voulait pour ça, mais elle n'avait pas trouvé le courage d'aller le voir. Elle n'avait pas voulu le déranger. Mais surtout, elle ne s'était pas sentit assez forte pour le regard en face sans pleurer. Et la blondinette n'avait pas voulu lui infliger ça. Elle n'en avait pas le droit.

Mais maintenant il faudra bien à un moment ou un autre, qu'elle aille le voir. La préfète le fera une fois que sa formation chez les Aurors sera fini. Et pour l'instant, elle venait tout juste de commencer, en compagnie de sa formatrice: Eden. Mais pour l'heure, elle était dans les rue de Londres à se balader, jusqu'à ce qu'elle trouve un banc, elle décida d'y attendre que son chéri arrive. Elle ne l'avait pas vu depuis plus d'une semaine, et elle avait vraiment hâte de le voir. Pour qu'il la prenne dans ses bras. Et du fait que ce n'était pas tout rose avec son père au quotidien, elle avait besoin de réconfort.


Dernière édition par Angel K. Ellinger le Mer 17 Fév 2010 - 18:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Ernie MacMillan
avatar
Gryffondor
Gryffondor

Re: Balades dans Londres

Message par : Ernie MacMillan, Ven 12 Fév 2010 - 19:20


Ernie était en se moment dans les rues de londre. Il se balladait dans un acoutrement assez sobre, sa démarche sérieuse, le visage grave. Il devait rejoindre Angel pour discuter un moment ensemble et parler de leur aventure pendant les vacances de noël. Il s'était bien amusé, il avait fait la fête comme tout les sorciers du monde entier. Normalement, il aurait eu beaucoup de bonne chose à raconter à sa chérie, mais pourtant le jeune sorcier avait une chose assez grave à dire à sa copine... Et devait lui annoncer cette chose, qui le tracassait assez.

Une chose bien grave pour lui car le sorcier de 18 ans venait de savoir qu'il avait un cancer des poumons. Le jeune homme savait qu'il fumait trop mais il s'en moquer pas mal jusqu' a cette terrible nouvelle. Jusque là, il avait profiter de chaque instant, fumant comme un pompier. Il savait qu'un jour, quelques chose arriverai, mais pas aussi vite ! Il était encore jeune pour avoir un cancer ! Ernie ne savait pas comment le dire à Angel, sa bien aimée, sans lui faire du mal, mais déjà que sa mère avait pleurer pendant des jours et que son frère venait le voir plus souvent. La maladie ne le condamné pas mais il pouvait en souffrir énormément.. Malheuresement. Le jeune rouge et or avait la mine lugubre, il était pale, blafard et avait la nausé. Le pire dans tout ça était son mal au torse qui ne faisait qu' empiré de jours en jours. Il essayait de ne plus penser à la douleur, mais cette maladie était aparemment, plus forte que lui.

Ernie avait envie de rejoindre l'équipe de quidditch de gryffondor, mais avec le cancer il devrait le repousser à plus tard. Le jeune sorcier repéra enfin sa charmante petite amie et courat pour la rattraper. Une fois derrière elle, le gryffon lui pris le bras et dit :

- Bonjour ma belle tu vas bien ? Tu m'a manqué tu sais ?
Revenir en haut Aller en bas
Angel B. Rosebury
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) :
Permis de Transplanage
Animagus : Puma


Re: Balades dans Londres

Message par : Angel B. Rosebury, Jeu 18 Fév 2010 - 0:08


En cet instant, Angel songea qu'elle avait bien fait de mettre son nouveau blouson bleu marine. L'hiver n'était loin d'être terminé et cela se sentait. La Gryffondor était à peu près sûr que les températures étaient en dessous de zéro. Mais surtout, ce qui ne pouvait trahir la présence de l'hiver, était les résidus de neige, ou plutôt de glace sur les toits. Et Angel remarqua également que les nuages au-dessus de Londres étaient d'un blanc, typiques d'un temps neigeux. Donc l'Auror ne serait pas étonnée de voir la neige tomber avant la fin de l'après-midi, ou du moins avant la fin de la nuit.

En attendant son petit ami, la jeune femme observait les moldus s'activer dans les rues de Londres. La préfète s'apprêtait à regarder sa montre, lorsque Big Ben sonna midi. C'était pour cela qu'il y avait autant de monde dans les rues.. Angel détaillait l'allure des passants. Et le moins que l'on puisse dire, c'est que certains avaient un style ..."bien à eux". Et d'autres ne connaissaient pas la règle des trois couleurs. Celle qui disait qu'il ne fallait pas porter plus de trois couleurs différentes. D'ailleurs, la Gryffondor songea à ce qu'elle portait en cet instant, pour vérifier qu'elle-même respectait cette règle. La plupart du temps s'était le cas. Et aujourd'hui cela l'était, puisqu'elle était vêtue d'un jeans clair et plutôt délavé, ainsi que d'une tunique blanche, avec une ceinture de couleur taupe qui lui tombait sur les hanches. Et elle portait aux pieds, ses talons Minelli de l'exacte même couleurs que sa ceinture.

Et malgré sa veste, Angel commençait à avoir froid. Une fois de plus, elle était perdue dans ses pensées, lorsque l'homme de sa vie se glissa derrière elle et l'attrapa par le bras. La préfète sursauta, tellement Ernie l'avait surprise. Elle était quassiment sûre qu'il s'agissait de son chéri, mais elle se retourna tout de même pour vérifier.

- Oh! Tu m'as fait peur mon coeur.

La jeune femme se leva et s'approcha d'Ernie pour se blottir dans ses bras et l'embrasser. Mais elle fronça les sourcils, lorsqu'elle vit le teint pâle qu'il avait. Elle le prit tout de même dans ses bras et l'embrassa, mais elle avait cet air inquiet, qui pouvait probablement se lire sur son visage.

- Bonjour ma belle tu vas bien ? Tu m'a manqué tu sais ?

Angel l'observa un moment avant de répondre. Oui, elle allait bien, mais lui en revanche ... on ne pouvait pas en dire autant. C'était même plutôt le contraire. Ce teint pâle ne disait rien qui vaille à Angel. Elle était inquiète pour la santé de son petit-ami.

- Toi aussi, tu m'as manqué mon amour, j'avais vraiment hâte de te voir... Après une courte pause, la rouge et or reprit. Et oui je vais très bien, mais toi par contre ... tu n'as pas l'air dans ton assiette. Il va falloir que tu me raconte ce que tu as. Mais avant je t'emmène chez moi, à Grodric's Hollow. Bon il n'y a pas encore l'éléctricité, mais cela n'a pas d'importance. Ca sera toujours mieux qu'ici, et il est hors de question que je t'emmène chez mon père, car il sera surement à la maison à cette heure ci. Et je n'ai pas envie de me prendre la tête avec lui ... encore. Bon maintenant, il faut que l'on transplane mais certainement pas ici, il y a bien trop de moldus dans cette rue.

L'auror prit la main de celui qu'elle aime et le tira vers elle, avant de l'embrasser tendrement. Puis tout deux se dirigèrent vers une impasse à l'abris de tous les regards.

- Surtout, tu me tiens le bras et tu me laches pas, d'accord!

La jeune femme n'attendait aucune réponse de la part de son petit ami, car il s'agissait d'une affirmation, et non qu'une question. Transplaner était devenu un automatisme pour la rouge et or. C'est donc dans un craquement à peine audible que les deux amoureux transplanèrent pour se retrouver devant la maison d'Angel.
Revenir en haut Aller en bas
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
Mione
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Balades dans Londres

Message par : Mione, Lun 29 Mar 2010 - 23:02


[PV O5 et 88]

Mione luttait. Des gouttes de sueur perlaient à son front tandis qu'elle se battait pour conserver ses paquets en vie. Elle ressortait d'une friperie du Chemin de Traverse où elle avait trouvé tout un tas de petites choses adorables en layette. Elle n'avait pas encore reçu sa première paye en tant que Directrice de la Justice Magique et les fins de mois étaient donc quelque peu rudes parfois, mais elle n'avait pu résister à jeter un coup d'œil dans la boutique. C'est fou tous les vêtements d'occasion que l'on pouvait acheter avec seulement quelques mornilles. La femme âgée qui tenait l'échoppe l'avait de plus admirablement conseillé sur tout ce qui était apparemment indispensable pour un bout de chou. Et elle avait donc fait la fermeture du magasin devant le visage radieux de la vieille dame. Il faut dire qu'elle avait acheté pas moins de cinq pyjamas, d'une demi-douzaine de robes de sorciers dont l'une changeait suivant le jour de la semaine auquel on la portait et de nombreux bonnets, culottes, linge de lit, et même une sorte de petite suspension pour accrocher au-dessus du lit, représentant un souaffle, un éclair de feu et un dragon faisant la course (Mione s'était quand même assuré que ce dernier ne crachait pas vraiment de feu, avant d'accepter poliment le jouet dont la tenancière de l'établissement lui faisait gracieusement cadeau).

Elle se retrouvait donc à vadrouiller dans les rues de la capitale, une dizaine de paquets aux formes particulièrement variées et saugrenues dans les bras ; d'après Gyal, le transplanage était en effet à éviter dans son état, et la cheminée de la boutique semblait n'avoir pas accueillit de feu depuis la naissance de la patronne, aussi avait elle préféré rentrer à pied. Mais elle commençait à regretter légèrement son choix. D'abord parce que ses paquets glissaient sans arrêt et que sans sa baguette magique, cachée dans sa manche, elle aurait dû s'arrêter pour les ramasser tous les 200 mètres. Ensuite parce que ses pieds commençaient à la faire souffrir. Enfin parce qu'elle avait une furieuse envie de tarte à la rhubarbe sous une montagne de chantilly.

Alors qu'elle arrivait aux deux tiers de son périple, un frôlement par terre la fit sursauter. Cela ressemblait à ne pas s'y méprendre à un frôlement de cape. Sachant qu'elle se trouvait dans un quartier entièrement composé de moldus, il n'y avait pas de quoi être particulièrement rassuré par cette information. Le silence régnant à nouveau, elle continua à avancer, serrant ses paquets et allongeant le pas. Sa deuxième baguette était attachée à sa cheville, son pendentif se balançait à son cou au rythme de ses pas et son gallion d'urgence se trouvait...au fin fond du sac qu'elle avait oublié dans la boutique.
Elle savait bien qu'il y avait quelque chose qui tournait pas rond. *Bon, pas de panique, tu es presque arrivée. Dans quelques minutes tu auras droit à ta tarte à la rhubarbe, et peut-être même à un massage des pieds si Zhad est assez chou pour le faire... * Un second frôlement la fit stopper net. Ça ne pouvait plus être une coïncidence. Se retournant lentement, elle conserva ses paquets entre ses mains, sa baguette toujours maintenue dans sa manche. La jeune femme lança à la cantonade :

- Serait-il possible d'en finir histoire que chacun puisse rentrer chez soi de bonne heure ? Vous n'avez vraiment pas de vie ou quoi ?
Revenir en haut Aller en bas
Mélina Kuders
avatar
LégendePoufsouffle
Légende
Poufsouffle
Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de Transplanage


Re: Balades dans Londres

Message par : Mélina Kuders, Mar 30 Mar 2010 - 22:02


Depuis qu'elle avait emménagé avec Aris et Clélia, les trois amis étaient quasiment devenus des étrangers car ils ne se voyaient jamais, il avaient beau vivre sous le même toi. Chacun vaquait à ses occupations. Clélia était la plupart du temps avec Matéo ou Poudlard ou encore au quartier général de l'ordre. Quant à Aris, elle avait appris qu'il passait beaucoup de temps, dans les bars, pour noyer son chagrin d'avoir perdu son oncle bien aimé qui l'avait élevé. Mélina voudrait bien l'aider mais le peu de fois qu'il était ensemble sous le même toit, il dormait certainement pour cuver l'alcool de la journée, puis il fallait aussi avouer que la jeune phénix était elle aussi très occupée entre l'ordre, le restaurant et Poudlard où elle venait d'être nommer professeur de potions. D'ailleurs, la préparation de ses cours lui demandait plus de travail que prévu mais cela ne la dérangeait pas plus que ça, le travail ne lui avait jamais fait peur, bien au contraire.

Un matin où elle était en repos, c'est-à-dire rien à faire ce qui était très rare, elle en profita pour se reposer et à son réveil, Aris lui avait laissé un petit mot sur lequel il était écrit qu'il fallait qu'elle le rejoigne de tout urgence, à Londres, la raison n'en était pas indiquée, mais elle savait bien ce qui l'attendait en se rendant dans la capitale anglaise, et ce n'était pas pour faire du shopping. Mais d'un autre coté, elle était ravie que Aris se concentre un peu plus sur son travail de phénix plutôt que sur ses idées noires. Elle fila s'habiller en vitesse, ne prenant pas le temps de prendre son petit déjeuner et sortie la maison en claquant la porte. Elle transplana ensuite jusqu'à l'entrée de Londres car il était difficile pour elle de se rendre, dans le lieu précis que lui avait indiqué le phénix, car sa connaissance du centre était très limité. En effet, Mélina n'aimait pas les grandes villes, car elle les trouvait trop angoissante, elle préférait de loin vivre, dans un petit village. Mais quand, elle n'avait pas le choix, elle s'y rendait malgré tout. Elle se dirigea vers un arrêt de bus pour voir le réseau de trajets des transports en communs qui pourrait lui indiquer le numéro de bus à suivre pour se rendre au Sushi-place. Elle ne mit pas très longtemps à découvrir quel bus, elle devait emprunter pour si rendre car c'était très bien expliqué. Cependant, elle remarqua qu'elle n'était pas au bon endroit pour le prendre et qu'il fallait qu'elle prenne deux trois rues plus loin et qu'elle aille en direction d'un monument très connu de Londres, Big Ben. D'un pas décidé, elle dirigea vers célèbre monument où elle se doutait bien que la foule devait être affluente... enfin peut être pas tant que ça en plein de mois de mars. Elle se disait que s'il y avait pas trop de populace, elle prendrait le temps d'y faire un petit tour, après tout, elle n'avait que rendez-vous qu'à 2 heures. Elle savait qu'elle voyait Aris pour une affaire importante, mais elle avait mis moins de temps que prévue pour se rendre, dans la capitale anglaise. Alors pourquoi pas ne pas envisager de visiter un petit peu, car elle n'aime pas certes, vivre des les grandes villes, elle n'avait rien contre la visite de monuments surtout aussi prestigieux et avec un tel passé. Un fois arrivée vers l'arrêt de bus qu'elle devrait prendre, elle regarda la fréquence de passage et elle constata qu'il en passait, en nombre suffisamment important, pour se permettre un petit détour, par ce monument. Au moins, elle pourra dire à sa famille, ça y est, j'ai pris la peine de voir quelque chose historique à Londres. La seule chose a laquelle, elle n'avait pas pensé, était son appareil photo qui aurait pu été très utile. Elle se dit tant pis, puis elle se dirigea vers cette immense horloge, une chose était certaine, elle serait tranquille, car apparemment les touristes n'étaient en grande masse, par ce temps très nuageux. Arrivée devant l'entrée de cette tour, elle apprit qu'on ne la visitait que sur rendez-vous mais bien sur comme elle n'avait pas bien le temps et qu'elle voulait absolument se rendre au sommet, elle se fit discrète et se faufila avec l'aide de quelques sortilèges jusqu'en haut où elle put admirer un magnifique panorama de la ville de Londres. Elle resta un long moment à contempler la vue, elle apprécia ce moment à ce juste valeur, un moment de repos qu'elle avait bien mérité. Mais, cette mini escapade dans Londres avait une fin. Et Mélina résignée, redescendit pour prendre le car qui devait la conduire, à son point de rendez-vous avec Aris.

Elle attendit très peu de temps avant que son moyen de transport, fit son apparition, elle grimpa dedans, valida son titre de transport comme le faisait tous les moldus et alla s'installer. Le trajet fut un peu long mais peu importe, Mélina ne serait pas en retard et c'était le principal. Quand une voix métallique annonça l'arrêt où elle devait descendre, elle se leva et quand le bus s'arrêta, elle en sortit, prenant soin de remettre son écharpe correctement, car le vent venait de se lever, rafraichissant ainsi l'atmosphère ambiante. Elle fit quelques pas et elle aperçut Aris à qui elle fit signe et le rejoignit.

Bonjour Aris, tu vas bien?

Mélina remarqua qu'il avait meilleur mine mais qu'il avait l'air préoccupé et elle avait très envie ,dans connaitre la raison, après tout, elle était là pour ça.
Revenir en haut Aller en bas
Mangemort 05
avatar
Mangemort à la retraite
Mangemort
à la retraite
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Balades dans Londres

Message par : Mangemort 05, Jeu 1 Avr 2010 - 12:32


[H-RP : Mélina et Aris, désolé de couper votre RP en deux ><...
Mione, j'ai pas pu discuter avec toi avant de poster. J'espère que le RP te conviendra. Sinon hésites pas à venir msn ou en zone de comm' si y a des trucs à modifier. Poutouxxx] [ RP commun avec 88 qui a malheureusement trop de travail pour pouvoir répondre.]

-----Mangemort 05 patientait dans Hollow, bien préparé et prêt pour une première sortie qui apporterait un peu de piment. Il faisait tourner habilement son bâton entre ses mains, attendant 88 avec qui il devait sortir. * Boum, boum, badaboum.... * Les échos se répétaient dans sa tête en boucle. Depuis trop longtemps il manquait de combat, depuis trop longtemps sa soif d'action n'avait pas été assouvie... Secrètement il espérait que leur soirée serait des plus mouvementées et qu'il y aurait du monde à casser sur son passage, des cris de douleurs qui retentiraient pour finir en larmes de sang. Il se sentait prêt à porter avec dignité le nom des Mangemorts sur le devant de la scène et ceux qui se retrouveraient devant lui en paieraient le prix. L'impatience commençait à le submerger, la folle adrénaline que procurait un combat bouillait déjà en lui... Il avait envie de tout détruire sur son passage...

88 déboula devant lui, surexcitée. Elle ne portait pas encore son masque sur le visage ce qui laissait l'occasion à sa beauté de se montrer sous sa cape, ses cheveux blonds encadrant parfaitement son visage.

- C'est bon, on est prêt, on peut y aller.

- Cool, c'est pas trop tôt je commençais à m'impatienter... Content d'être avec toi ma belle.

- Ouep, mais t'as intérêt à être à la hauteur.

- T'inquiètes pas pour ça, ça fera pas un pli... Et si je suis pas à la hauteur, tu me puniras j'espère, glissa-t-il avec un clin d'œil.

- On verra... Aller viens, on n'a pas de temps à perdre.

Les deux Mangemorts remontèrent un long couloir côte à côte. Une chaleur d'excitation commençait à naître en 05, il entendait déjà des cris dans son oreille, des supplications... Il suivit 88 dans sa chambre et conjointement, ils transplanèrent.


-----Les rues de Londres, quel endroit magnifique, animant les envies les plus destructrices.... Parée de ses lumières exubérantes la ville offrait un panel de couleurs clinquantes des plus beaux à voir. Les deux Mangemorts réapparurent dans une ruelle crasseuse qui donnait sur un cul de sac d'un côté et sur une avenue moldue fréquentée de l'autre. La circulation avait l'air d'y être assez forte, mêlant bruits de klaxons, crissements de pneus et brouhahas typiques de grandes villes. Insupportable. Le tout était une incitation à la destruction de masse pour 05 qui voyait là une provocation direct envers ses envies destructrices et son désir de montrer au monde sa puissance. 88 lui fit une tape sur l'épaule et il la suivie dans une ruelle. Bientôt ils en empruntèrent une adjacente puis une autre. Ils croisèrent un clochard qui dormait à moitié dans des excréments, mais 05 eut pitié de sa condition et ils tracèrent leur route.

Ils arrivèrent jusqu'à la rue principale, une rue moldue banale, quelques commerces et appartements, des voitures bruyantes. Ils s'y engagèrent comme si de rien était, d'un pas assuré et rapide, côte à côte en ne s'attardant pas sur les regards de moldus étonnés. Les deux ombres noires filaient sur la rue, 05 portant ouvertement son bâton à la main, 88 tenant fermement sa baguette dans sa main gauche au fond de sa poche. Soudainement elle s'arrêta et tapa l'épaule de son compère.

- Regarde sur le trottoir d'en face !

05 s'arrêta lui aussi pour regarder de l'autre côté de la route. Hormis quelques moldus qui rentraient bêtement chez eux pour continuer leurs vies insignifiantes, il n'y avait rien.

- Quoi, qu'est-ce qu'il y a là-bas ? Demanda-t-il à sa collègue.

- La rouquine là, avec tous les paquets sous les bras.... Viens avec moi !

05 N'eut pas le temps de demander quoi que ce soit que déjà 88 courait en plein milieu de la route pour rejoindre le trottoir d'en face. 05 s'engagea dans la foulée.

- C'est qui celle-là ? Demanda-t-il une fois revenu à sa hauteur.

- Mione, si je ne me trompe pas... Ancienne cheffe de l'Ordre du Phénix, peut-être qu'elle en fait toujours partie...

- Oh, oh ! S'exclama 05 ! Et ben si c'est pas une bonne pioche ça !

-----Le Mangemort était étonné que sa comparse connaisse aussi bien l'Ordre des Guignols. Après tout, il n'avait rejoint le groupe du Seigneur des Ténèbres que depuis peu, il y avait sûrement un tas de choses qu'il ignorait. *Enfin un truc intéressant *. Déjà il espérait que la rouquine allait se battre et qu'il pourrait avoir un duel à la hauteur à se mettre sous la dent ou à regarder....

Simultanément les deux Mangemorts accélérèrent le pas, gagnant rapidement du terrain sur la cible. La petite rousse par deux fois sembla distinguer leur présence, ralentissant leur progression. Ils durent user de discrétion pour ne pas l'alerter, se cachant derrière des voitures ou se collant aux murs des maisons. * Elle nous sent, parfait.... * Ils augmentèrent encore la cadence, quand la jeune femme s'arrêta net, ses paquets bien serrés dans ses mains. Les deux Mangemorts, une dizaine de mètres derrière elle, s'immobilisèrent aussi. * Ca ne va pas tarder... * Le cœur de 05 s'emballait, il était soudain pris d'une excitation peu commune qui le démangeait... il avait besoin de s'exprimer.

- Serait-il possible d'en finir histoire que chacun puisse rentrer chez soi de bonne heure ? Vous n'avez vraiment pas de vie ou quoi ?

Le signal était donné, ouiiii ils allaient en finir. 88 sortit immédiatement sa baguette et la dirigea sur la jeune femme.

- Ne bouges pas, ordonna-t-elle d'une voix froide et autoritaire. Expulso !

Le sortilège atteignit les nombreux paquets que la jeune femme transportait qui volèrent en miettes. C'était le signal pour 05. Il porta son bâton bien droit devant lui en visant les vitrines d'un grand magasin derrière leur cible.

- Reducto !

-----Le jet de lumière frappa de pleins fouets l'ensemble de vitres qui volèrent en éclats, se répandant partout dans la rue en milliers de morceaux de verre. Les moldus qui n'avaient jusqu'alors pas bouger se mirent à hurler et à courir dans tous les sens comme des dératés. Le Mangemort était en totale extase. Il se décala de deux pas sur la route, gêner par le freinage brusque d'un bus qui avait pu voir la vitrine exploser. Il avança au milieu de la voie pour admirer les insectes de moldus qui restaient ahuris devant la scène en se demandant ce qu'il se passait.

- Spiritus Incanto ! lança 05 en tenant son bâton entre ses deux mains.

Trois images de spectres apparurent autour de lui, des restes de morts revenus de l'au-delà. Les formes fantomatiques chargèrent les moldus qui finirent de se disperser en criant avant que les apparitions ne retournent de là d'où elles étaient venues ; du néant. Un second bus arriva dans la rue désormais presque vide. Quand il aperçut 05 au milieu de la route, il klaxonna par deux fois, comme s'il hurlait sur un abruti pour le faire dégager de la route. Ultime provocation pour le Mangemort qui détestait qu'on lui intime quoi que ce soit. Il se décala de sa trajectoire et lorsque le car de touristes rouge passa devant lui, 05 fit basculer son bâton dans sa main gauche d'un mouvement ample, avant de le pointer directement dessus.

- Bombarda !

-----L'explosion retentit comme un coup de tonnerre dans la rue, l'explosion du pneu avant droit contribuant à cela. L'autocar paraissait être au ralenti bien qu'il roulait encore à allure normal pour un véhicule, l'avant entièrement défoncer par l'explosion. Lentement, il se souleva du sol jusqu'à se retrouver sur ses deux roues gauche. Il continua son chemin ainsi sur une vingtaine de mètres avant de se renverser lourdement sur deux voitures qui étaient stationnées sur le côté, dans un fracas de métal et de verre assourdissant. Indifférent aux cris moldus, 05 rejoignit sa partenaire 88 qui tenait la membre de l'Ordre en joue, légèrement frustré de ne pas voir les deux en plein combat. Lui se sentait déjà un peu plus léger, heureux d'avoir pu passer ses nerfs sur quelques jouets. Ca ferait du travail pour le Ministère ce bordel, à défaut d'être compétente, cette armée de glandus pourrait au moins lancer quelques sortilèges d'oubliette, ce serait toujours ça...
Revenir en haut Aller en bas
Mione
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Balades dans Londres

Message par : Mione, Jeu 1 Avr 2010 - 20:34


Le cœur de Mione s'emballait tandis qu'elle attendait que le ou les mangemorts qui la suivaient se déclarent. Les connaissant, elle savait qu'ils ne prendrait pas la peine de l'attaquer de front (ou plutôt de dos) directement mais qu'ils préféreraient foutre un bordel monstre auparavant, histoire de se mettre dans l'ambiance.
Quant à elle, elle était en train de réfléchir aux moyens d'obtenir de l'aide, sachant qu'elle n'avait pas son gallion d'urgence. Elle pouvait soit appeler Mouni mais le petit elfe n'était pas habitué aux combats et elle ne souhaitait pas qu'il se prenne un sortilège perdu. Elle pouvait aussi envoyer un patronus prévenir le QG qui se trouvait approximativement à deux pâtés de maisons de là. En transplanant, ses collègues seraient rapidement sur les lieux. Du moins si quelqu'un glandait au chemin de la salamandre grise...

Mais en attendant, la fête allait commencer d'une seconde à l'autre et sa main se fit plus ferme sur sa baguette, tandis qu'elle examinait les lieux. Des moldus se baladaient sur leur trottoir et celui d'en face. Oseraient-ils attaquer ici ou bien l'emmèneraient-ils dans une ruelle à l'écart ?

La réponse ne tarda pas et elle entendit distinctement une voix de femme s'adresser à son compère avant que ses paquets n'explosent tous entre ses mains. Un pincement au cœur étonnant en une pareille situation l'étreignit (surement un truc de femme enceinte) avant qu'elle ne se retourne pour faire face à la menace et n'envoie directement un patronus messager dans la cuisine du QG. Si le patronus ne délivrait pas de message, la règle était que le ou la Phénix se trouvait en danger non loin de là. Y avait plus qu'à espérer que ses collègues patrouilleraient rapidement sur leurs balais, cachés qu'ils seraient par les nuages apparus dans le ciel londonien.

Les mangemorts étaient bien deux, mais l'un semblait s'intéresser d'avantage à transformer la rue tranquille en remake d'Apocalypse now. Il réduisit en miettes les vitrines d'un magasin tout proche, saupoudrant le bitume de morceaux de verre de tailles diverses, ce qui provoqua bien entendu la panique dans la communauté non magique. La jeune femme ne put se retenir de lever les yeux au ciel, attristée de voir qu'on avait visiblement lâché un jeune mangemort et que sa baguette le démangeait [HS : n'y voyez aucun jeu de mots scabreux, merci^^]. Elle assista ensuite au freinage d'un bus, tandis que le ptit jeune faisait sortir de sa baguette trois spectres qui se chargèrent d'éloigner les derniers badauds. Elle avoua intérieurement que le coup des ectoplasmes était plutôt impressionnant, même si cela donnait un léger air de m'as-tu-vu...
Alors qu'il semblait s'être calmé, un second bus ramena son impériale dans le coin et klaxonna pour que le sorcier s'éloigne. Deux secondes plus tard, une explosion défonçait l'avant du bus, tandis que son pneu droit éclatait. Mione saisit sa baguette dans l'optique de porter secours aux moldus qui n'allaient pas tarder à faire connaissance avec le phénomène de la tôle froissée, mais c'est là qu'elle avisa la baguette pointée sur sa gorge par l'acolyte du mangemort qui venait de provoquer l'accident. Alors que le bus s'écrasait dans un bruit sinistre, Mione réfléchit à toute vitesse pendant que le petiot revenait vers sa collègue, visiblement repu d'adrénaline.

-
Bon, maintenant que vous avez fini de jouer à SOS Fantômes, on pourrait peut-être...discuter ?

A peine avait-elle terminé sa phrase qu'elle s'empara d'un geste vif du poignet de la mangemort, se plaçant ainsi hors du champ de vision de la baguette et pointa la sienne sur le second cagoulé en criant :
Impedimenta !

[HS : même chose pour moi, s'il y a un soucis, ma boite MP et mon MSN sont ouverts Wink]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Balades dans Londres

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 4 sur 27

 Balades dans Londres

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5 ... 15 ... 27  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.