AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres
Page 6 sur 26
Balades dans Londres
Aller à la page : Précédent  1 ... 5, 6, 7 ... 16 ... 26  Suivant
Marion
Serpentard
Serpentard

Re: Balades dans Londres

Message par : Marion, Dim 13 Juin 2010 - 11:15


Marion fut contente que son idée d'aller faire un tour au lac soit approuvée à la fois par Maeva mais aussi par Mateo.
Meava nous pris chacun un bras signe qu'elle était ravie, du moins, c'est ce que Marion pensait.


" Tu as raison Matteo, la lac est vraiment géniale quand il y a du soleil, mais je pense que nous ne serons pas les seuls à avoir eu l'idée d'aller faire un tour au lac..."


Et oui, avec une chaleur comme ça, d'autres élèves c'étaient surement déjà précipités au lac.
Maeva nous annonça sa date d'anniversaire : Le 3 juillet.
Et en plus, c'était bien bientôt !! Marion eu alors une idée ... mais il fallait qu'elle en parle d'abord avec Matteo voir ce qu'il en pensait.


"Bientôt ton anniversaire Maev' , Bientot 15 ans !! Qu'est-ce qui te ferait plaisir pour ton anniv' ?!"

Marion demanda cela spontanément et toujours en marchant.


"Et au fait, c'est quand ton anniversaire toi Matteo ? pour le mien, c'est pas encore pour maintenant, je suis née un 13 septembre."

Elle regarda ses camarades pour voir si ils réagissaient au "13" mais elle ne vue rien sur leur visage,
*tant mieux !!*

Ils se dirigèrent toujours vers le lac et Marion attendit leurs réponses.
Revenir en haut Aller en bas
Mangemort 05
Mangemort à la retraite
Mangemort
à la retraite
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Balades dans Londres

Message par : Mangemort 05, Dim 13 Juin 2010 - 17:56


[suite du combat Gyaltsen - Anaelle VS 05]

-----Le bruit de la tôle froissée, des éclats de verre rebondissant gracieusement sur le bitume ; tout ce concert de sons chaotiques était un régal pour les oreilles de 05. La délicatesse du chant des oiseaux, tout aussi agréable, n'effaçait jamais le désir d'un retentissant chant de détresse. L'humanité de 05 n'en pâtissait pas pour autant. Il éprouvait au contraire un peu de pitié vi- à-vis de la jeune femme qui venait d'être emporté à Hollow par sa consœur 88. Elle s'était pourtant défendu face à l'attaque des deux mangemorts, mais elle n'en restait cependant pas moins très vulnérable de part sa condition de femme enceinte. Le mangemort souffla un bon coup, il était encore trop jeune visiblement, son maître lui, ne laisserait jamais ses sentiments peser de leur poids face à l'ennemi. Mais 05 était particulier, il aimait à pensé que la valeur qu'il accordait à la vie le rendait différent des mages noirs sans pitiés, même si ; paradoxalement, la vie d'un moldu n'aurait jamais aucune importance pour lui en comparaison à celle d'un sorcier.

Aujourd'hui, dans ces rues de Londres fraîchement transformées en attraction à grand spectacle, 05 venait d'effectuer sa première mission pour les Mangemorts depuis son entrée dans le groupe. Une renaissance pour l'homme qui avait adoré la magie noire tout au long de sa jeunesse... A défaut d'avoir un véritable combat à se mettre sous le bâton, il avait pu réfréner ses envies destructrices en savourant les cris délurés des moldus paniqués. Il ferma les yeux pour savourer une dernière fois cette complainte mélodieuse avant de transplaner. Son capuchon sur le visage, les pans de sa robe voltigeant au grès des fluctuations de l'air, le mangemort se demandait ce qu'afficheraient les titres de presse le lendemain matin. Tout un tas de conneries probablement ou de vérités déformées par les ouaf-ouaf du Ministère. Il se concentra sur sa chambre d'Hollow pour s'y transporter, lorsqu'une voix masculine l'interrompit, suivie de la chute d'un objet sur le sol :

- La violence est-elle donc si importante pour toi ?

------05 rouvrit les yeux et pivota sur ses talons pour faire face à l'homme qui lui parlait, avec à ses pieds ce qui ressemblait à un collier de perles. Plus exactement, il se retrouva confronté à un couple qui venait dans sa direction après être sorti d'une ruelle adjacente à la rue principale un peu bordélique. Caché par sa capuche, le visage de 05 fut illuminé d'un sourire qui resta son secret. Leurs baguettes bien en main, il était évident que les deux arrivants étaient là pour lui et rien n'aurait pu faire plus plaisir à 05 que de les voir arriver. Dès lors, il ne pensa plus un seul instant à transplaner... * Enfin quelque chose de distrayant... * pensa-t-il avec satisfaction. Il évalua rapidement - maladroitement - ses adversaires. L'homme était propre sur lui, visiblement soucieux de son image, trop en tout cas pour faire partie de l'Ordre. Probablement un sorcier envoyé par le Ministère, un Oubliator ou un autre fonctionnaire du genre payer à rien faire. La femme le suivait comme un caniche et était plutôt belle, presque trop. Ce genre de visage à la beauté naturelle qui fait directement penser qu'elle aurait plus de chances de gagner à un concours de beauté internationale, plutôt que de répondre correctement à un Q.C.M de deux questions avec les bonnes réponses entourées. Du Ministère elle aussi, c'était une évidence. 05 était étrangement habile lorsqu'il s'agissait d'attirer les Aurors dans sa vie ... Son bâton reposant dans sa main droite, sans afficher un quelconque air menaçant face à ses interlocuteurs, il répondit d'une voix amusée à l'homme :

- La violence ? Non, elle n'est pas importante. Et ici ce n'en était pas, je parlerai plutôt de distraction. Mais maintenant que vous êtes là, j'avoue que jouer aux petites voitures ne m'inspire plus vraiment ! Il se déplaçait latéralement dans la rue, à petits pas en prenant soin de garder une distance convenable entre lui et ses opposants. Vous ne m'en voulez pas de m'être un peu amusé j'espère ? Demanda-t-il d'une voix coupable teintée d'ironie. C'est la première fois que j'avais le loisir d'exposer au monde la grandeur de dame magie noire, je n'ai pas pu résister ! Il se donnait un air de comédien, à plaisanter de la situation qui ne devait faire rire que lui, mais il se fichait éperdument de ce que les deux autres pensaient.

------Son bâton le démangeait furieusement, il était déjà étonné que les deux membres du Ministère aient pris le temps de lui taper la discute plutôt qu'essayer de le neutraliser directement... Ils n'avaient pas donné leur feu vert pour un combat... 05 allait leur souffler l'initiative. Son regard camoufler se déplaçait furtivement sur tous les angles de la rue à mesure qu'il se déplaçait, notant rapidement les possibilités qui s'offraient à lui. Sur sa droite le bus écrasé et les deux voitures aplaties lui semblaient être une bonne solution pour attaquer. S'il négociait habillement son coup il pourrait ensuite se cacher derrière ce qu'il en resterait... Il arrêta ses déplacements avant de s'adresser à l'homme, tout en levant lentement les bras à la perpendiculaire de son corps, son bâton soigneusement pointer dans la direction des deux cadavres de voitures...

- Quoi que... en y réfléchissant bien.. la violence ça a parfois du bon...
Bombarda !


Le jet de lumière rouge termina en explosion flamboyante lorsqu'il s'écrasa sur la première voiture.

-
Sirocco-Boum !


------Pour se mettre à l'abri de ses deux adversaires, il lança son second sort en plongeant au sol en une roulade peu orthodoxe pour atterrir derrière le second véhicule, ce qui lui arracha une grimace en même temps qu'une douleur à l'épaule. Il eut juste le temps d'apercevoir la mini tornade horizontale qui soulevait la voiture en flammes à un mètre du sol, avant de prendre la direction des membres du Ministère pour s'immobiliser dans l'air où elle se contracta sur elle-même, en un mélange de divers bruits métallique, pour finir par imploser en expulsant de la ferraille aux quatre coins de la rue.
Revenir en haut Aller en bas
Maeva N. M.
Apprenti sorcier
Apprenti sorcier
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Balades dans Londres

Message par : Maeva N. M., Dim 13 Juin 2010 - 18:32


Maeva se laissait guidé par Marion en qui elle avait depuis peu une grande confiance, elle regarda autour d'elle et vus qu'ils n'étaient pas les seuls à être venus près du lac, plein d'autre personne y avait penser... Mais pas grave Maeva était bien entourer et les autres ne viendraient certainement pas ce mélanger à eux. Marion demanda à la jeune poufsouffle ce qu'elle voulait pour son anniversaire, ce qui a fit réfléchir un moment *qu'est que je veux ? Je sais pas...* puis elle ce dit qu'elle voulait juste passait un bon moment avec ses amis. en attendant la réponse de Maeva, Marion avait demandé à Matteo sa date d'anniversaire et leur avait dit qu'elle était du 13 septembre. Maeva fut la première à répondre :

" Je veux juste le passait avec mes amis, mais il faudrait déjà que j'en ai... Pourquoi cette question Marion ? du 13, poursuivit elle, comme quoi que le chiffre "13" porte bonheur, vus que tu es une serpentard et que tu es certainement plus sympathique que la plus part gryffondor, serdaigle et poufsouffle... Sauf moi bien sûr, cette fois c'était pur ironie, je suis plus sympa que toi"


Souriante Maeva regardait ses deux camarades en attente de leur réponse.
Revenir en haut Aller en bas
Marion
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Balades dans Londres

Message par : Marion, Lun 21 Juin 2010 - 14:05


Apparemment, Maev' voulait juste rester avec ses amis pour son anniversaire, et Marion ferait en sorte que son voeux soit exaucé, telle une bonne petite fée.
Marion attendait toujours la réponse de Matteo mais qui semblait, malgré tout, tarder à venir.
Il fallait que Marion réfléchisse à un moyen de parler à Mat' seule à seule, elle trouverai bien un moyen .
..

" Oh mais tu sais ma cher Maev', tu as déjà les amis les plus extraordinaire qu'il est donné d'avoir sur cette terre,
continua Marion avec elle aussi de l'ironie, je parle de Mat' , moi et quelque autre ... Pour ce qui est de ma sympathie, ça je le sais, je suis un cadeaux de ciel ... cette fois ci, Marion ne put s'empêcher de rire. Bon Okey, j'arrete de me ridiculiser encore plus ! Tout le monde à son maillot de bain ?!"

Ben oui, quoi ?! comment se baigner sans son maillot de bain !
Même si Marion n'était pas du tout à l'aise en maillot de bain, elle n'avait pas le choix si elle voulait se baigner.
Revenir en haut Aller en bas
Keira
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) :
Permis de Transplanage
Animagus : Écureuil roux


Re: Balades dans Londres

Message par : Keira, Dim 27 Juin 2010 - 16:36


[Suite du RP débuté avec Aris&Mélina, désolée pour l'énorme retard, les exams m'ont empêcher de poster.]

Le jeune femme avait essayer de garder son calme et sont sang-froid bien que cela fut difficile. Jamais au cours de sa carrière, elle n’avait autant été insultée... Bien au-delà de sa propre personne, c’était avant tout à ses collègues et amies qu’elle pensait, qu’elle voulait défendre, mais visiblement le discours qu’elle avait fait ne semblait guère convenir à ses deux interlocuteurs... L’atmosphère changea du tout au tout, alors qu’au départ Keira souhaitait simplement s’informer sur cette mission et ce mystérieux inspecteur, elle se retrouvait à présent prise dans une querelle aussi bête que stupide.
Aris qui jusqu’alors était resté silencieux repris la parole, pris quelques secondes pour rallumer une cigarette, et intervient à son tour, expliquant à quel point il trouvait que la jeune femme venait d’enfoncer son équipe, de manquer de profondeur. Il expliqua qu’il aurait très bien pus être un Mangemorts ou un fou, et termina en lui proposant un combat singulier sur le toit.
A peine deux secondes après, l’Auror ne pus s’empêcher d’éclater de rire, ce jeune homme ne manquait pas de culot, il avait beau pensé que Keira n’était pas « assez profonde », il fallait reconnaître que lui, manquait cruellement de finesse dans le choix de ses mots.
Avant que la sorcière ait pris une quelconque décision, pour ce duel, Mélina compléta les propos d’Aris et ajouta qu’elle voulait bien arbitrer l’éventuel combat.

L’Auror sourit, ces deux là était décidé à pousser la jeune femme dans ses retranchements... Ils étaient encore bien loin de leur but.

Cher monsieur, vous pouvez dire que je ne vais pas « dans la profondeur des chose ». Vous avez peut être relever là un de mes défauts, pour tout vous dire, je n’en sais rien vous êtes bien le premier à me reprocher cela, enfin bref, chacun fait des erreurs, et je suis forcée de constater que vous n’échapper pas à la règle. Voyez vous, vous m’avez dit que je ne connaissais rien de vous, c’est exact, mais à travers votre discours, je peux déjà affirmer que vous n’appartenez pas aux forces du mal. Le simple fait que vous m’ayez proposé un combat singulier le prouve, de plus... La jeune femme se stoppa un instant, repensant au début de la conversation et reprit. Je pense au vu des premières paroles que vous m’avez adressé que c’est tout le contraire.
« Notre vocation est relativement la même tout en étant bien différente », voilà les mots que vous avez prononcé ce qui me pousse à penser que vous appartenez à un groupe bien connu de mes services...

Un coup de bluff, voilà ce que Keira venait de tenter. C’était peut être inutile, mais son intuition là poussait à revenir sur ces paroles, qui l’avaient profondément troublée... Elle verrait bien la réaction de ces deux interlocuteurs, si réactions il y avait.
Un instant plus tard, ayant laissé Aris et Mélina réfléchir sur ces paroles, et ayant réfléchit à la proposition d’Aris, elle se tourna vers la seconde sorcière, Mélina.

J’aimerai beaucoup affronter votre ami dans un combat singulier, j’aime relever des défis et celui-ci me semble particulièrement intéressant. (Un Temps). Vous, vous proposer pour arbitrer, soit, je pense que les professeurs de Poudlard sont dignes de confiances, surtout en ce qui concerne le fair-play.

S’adressant au jeune homme :

Votre audace m’étonne je dois l’avouer, c’est d’ailleurs pourquoi votre proposition m’a fait rire. Cela dit, à travers mes expériences, j’ai appris que chaque combat quelqu’ils soient et quelques soient les adversaires affrontés étaient instructifs. De plus, je me doute bien que vous ne m’auriez pas faite cette proposition, si vous ne pensiez pas avoir la moindre chance, ce qui m’amène à penser que vous devez être un bon duelliste. Vous avez éveillé ma curiosité, voilà pourquoi j’accepte votre proposition. Nous nous affronterons donc.

La jeune femme patienta ensuite, le temps que ces deux interlocuteurs, se concertent. Elle ne connaissait pas ce lieu et ne savait donc pas comment accéder aux toits, c’est pourquoi, elle attendit qu’un d’eux se décident à se lever et à en prendre la direction.
Revenir en haut Aller en bas
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
Mélina Kuders
LégendePoufsouffle
Légende
Poufsouffle
Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de Transplanage


Re: Balades dans Londres

Message par : Mélina Kuders, Lun 12 Juil 2010 - 12:38


La tournure que prenait la conversation ne convenait pas du tout à Mélina et l'envie pressante d'assommer la jeune auror pour éviter que cet interrogatoire ne termine mal, était plus que tentante mais il ne fallait absolument ne rien laisser paraître car les deux phénix risquaient gros. Alors elle continua à jouer son rôle de merdeuse qui se fiche pas mal des répliques assassines que pouvait lancer une petite bonne femme qui travaillait pour le ministère. Et elle se commanda un cocktail, et dans un long soupir, elle croisa les bras comme si elle se trouvait devant un débat télévisé avec des deux personnages politiques qui joutent l'un face à l'autre et près à mordre si l'autre ne se rangeait pas à son avis.

Derrière son air désinvolte, elle se faisait beaucoup de soucis pour Aris, qui avait beau se montrer impassible face aux bombes que Keira lançait en plein sur lui, elle sentait bien qu'il venait d'être pris par surprise, elle le connaissait suffisamment pour connaitre sa façon d'être. Mais elle fut agréablement surprise par sa manière de réagir, car il sortit les bonnes répliques comme s'il avait répété une pièce de théâtre. Le phénix par son poste de langue de plomb réussit à écarter les soupçons qu'elle pouvait avoir sur une quelconque appartenance à l'ordre du phénix ou à toutes autres sociétés secrètes.

Mais au bout de dix minutes Mélina commença à perdre patience, elle ne comprenait toujours pas pourquoi Keira n'avait toujours pas accepté ce combat, après elle ne risquait rien, le but des deux phénix n'étaient pas de la faire disparaitre mais simplement de s'amuser enfin dans le sens où elle l'entendait...

Mais enfin au bout de 20 longues minutes, Keira se décidait enfin à relever le défi. Mélina se dit enfin quelque chose d'intéressant. La phénix se leva, précédant les deux autres et ouvrit la porte:

Si vous vous voulez bien me suivre messieurs dames, nous allons prendre l'air sur le toit.

L'accès au toit fut un peu périlleuse mais rien d'impossible pour un sorcier. Une fois les combattants en place, Mélina se mit à entrer les deux et donna l'ouverture des hostilités, mais bien évidemment en gardant un esprit sport et non sauvage comme pourrait l'être un mangemort.

Hrpg: Désolée pour le retard
Revenir en haut Aller en bas
Keira
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) :
Permis de Transplanage
Animagus : Écureuil roux


Re: Balades dans Londres

Message par : Keira, Mar 13 Juil 2010 - 20:51


La conversation avait vite prit une tournure qui déplaisait fortement à l’Auror. Elle avait tenté un coup de bluff approximatif afin de pousser ses interlocuteurs dans leur retranchement, mais elle finit elle-même par douter de son hypothèse quand Aris lui conserva un regard impassible, et qu’il lui assura appartenir au cercles très fermés des Langues-de-Plomb. Il en profita au passage pour mettre en avant, ces savoirs et notamment sa dernière découverte, dont Keira avait vaguement entendu parler, un sortilège si puissant qu’il pouvait aveugler une personne pendant plusieurs dizaines de minutes.
De plus il descendit une nouvelle fois le groupe de défenseur de la justice auquel appartenait la jeune femme. Lasse de ce conflit ridicule, qui était arrivé sur le tapis, pour elle ne savait qu’elle raison, elle se contenta de laisser échapper un long soupir d’exaspération. Le meilleur moyen de tenir les conflits à l’écart, c’est encart de les ignorer, ce qu’elle fit avec tout le sang-froid et la fierté qu’il lui restait.
Quand à Mélina, elle se contentait d’assister à la scène, comme si elle regardait un vieille série à la télévision, série qui d’après ce qu’elle laissait paraître ne l’enchantait guère, et au contraire l’ennuyait fortement. Pour calmer son impatience, elle commanda un cocktail, et quand la sorcière lui annonça qu’elle acceptait le combat, son visage exprima son soulagement. C’était comme si les mots « Enfin, c’est pas trop tôt » , était brusquement apparut, en remplaçant pour un temps l’expression de ses yeux et de son visage. Elle se leva ensuite et invita les deux futurs combattants à la suivre jusque sur le toit. L’ascension fut parfois périlleuse, mais rapidement effectuées par les trois sorciers. Les deux protagonistes se placèrent l’un en face de l’autre, tandis que Mélina s’installait un peu plus loin, de façon à avoir une vision de l’ensemble de la surface de combat, mais aussi (et surtout?) afin de se tenir à une certaine distance dès sorts que pourraient lancer les deux adversaires.

Avant de débuter le combat, Keira observa attentivement le lieu du combat, vérifiant dans un premier temps, si l’endroit était à l’abri des regards indiscrets et à l’abri des regards Moldus. Elle constata que c’était bel et bien le cas, et s’attarda ensuite à observer les éléments qui pourraient lui servir durant son combat. Elle nota surtout la présence de plaque de métal au sol qui pouvaient surement être utilisé en cas de besoin ainsi que des plaques de fers utilisées pour la ventilations à en juger par leur aspects.
La jeune femme dégaina ensuite sa baguette, signe qu’elle était fin prête à ouvrir les hostilités. Aris fit de même et c’est dans un silence quasi religieux que le coup de sifflet de Mélina résonna. Keira constata bien vite que son adversaire était rapidement, à peine quelques millièmes de secondes après le coup de sifflet, Aris lança son premier sort. Trois flèches apparurent, se dirigeant à grande vitesse vers l’Auror. Cependant le jeune homme n’en avait pas finit. Il lança un nouveau sort, qui transforma les trois flèches, en trois poignards à la lame puissante et aiguisée. Ils se dirigèrent à présent vers le bras gauche de leur cible. Instinctivement, la sorcière répliqua, pour se protéger mais aussi pour contre-attaquer.


Repulso !

Le sortilège lancé d’une voix forte, claire et distincte, agit immédiatement. Les trois poignards se stoppèrent un instant, puis repartirent en sens inverse, leur lame à présent pointer vers leur créateur. A peine eut-elle le temps de se demander quelle tactique elle pourrait adopter qu’une large bloc de fer fonça vers elle. L’Auror eut le temps de remarquer qu’Aris visait ses jambes et qu’il voulait surement la déstabiliser. Prise de cours la sorcière ne sut que faire impossible d’esquiver par le haut, elle n’était pas un kangourou et n’avait pas la faculté de le devenir en quelques secondes. C’est donc à la dernière minutes qu’elle plongea vers la droite, dans une esquive maladroite qui la fit atterrir, dos à un mur. Comme souvent, elle se retrouvait donc avec des écorchures en particuliers au niveau des coudes, mais rien de biens inquiétants, elle avait affronté pire…. Bien pire.
Elle se releva prête à reprendre le combat et lança en informulé
#Cacea Viri#. Elle tenait à tester ce sort, pour voir comment Aris réagirait face à sa propre invention. Nul doute qu’il serait se monter réactif.
Pour finir, elle lança une nouvelle fois en informulé
#Retro Temporalis Retardum#. Ainsi même si Aris lançait une nouvelle attaque, et que Keira ne pouvait l’esquiver, elle pourrait tout de même être protéger, et ce sans que son adversaire ne soit au courant.
Revenir en haut Aller en bas
Lily Gordon
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage



Re: Balades dans Londres

Message par : Lily Gordon, Sam 17 Juil 2010 - 17:58


Une semaine que Lily était rentrée à Londres. Son épopée pour rendre visite à son frère en Russie s’était soldée par une paire de bottes ruinée d’avoir marché des heures dans la poudreuse et par une bonne leçon de morale du jeune garçon pour l’avoir attendu pendant 2 jours avec inquiétude. Comment pouvait-elle prévoir qu’elle allait être immobilisée par une tempête de neige ? Pendant 2 jours, des rafales glacées avaient soufflé sur la forêt, rendant la progression à pieds impossible. 2 jours qu’elle avait dû passer dans un abri de fortune. 2 jours avec un parfait inconnu. 2 jours et 2 nuits en compagnie de Wolfgang… Ils s’étaient séparés lorsque la neige avait cessé de tomber, reprenant chacun leur route respective, convaincus qu’ils ne se croiseraient plus jamais et que la passion les ayant consumés n’avait été qu’éphémère. C’était sans compter sur l’ironie du sort et sur ce bon vieux Destin, friand de situations cocasses…

La jeune femme marchait le long de la rue principale d’un pas nonchalant. En semaine, il y avait peu de badauds et elle n’était pas obligée de prendre un bain de foule pour se rendre dans le petit magasin de musique au coin de la rue. Des semaines qu’elle repoussait la corvée d’aller faire changer la corde cassée de sa guitare… Elle avait pourtant essayé de se convaincre qu’il lui en restait 5 autres et que ça pourrait faire l’affaire… Mais ça n’avait pas été au goût de ses camarades de dortoir, peu amateurs de cette parfaite désharmonie !

Les rayons chauds du soleil de juillet venaient caresser sa peau agréablement. De toutes évidences, le climat estival lui avait manqué au beau milieu de la Russie. Ceci dit, il fallait bien l’avouer, ce cher Wolfgang avait été un outil des plus agréables pour oublier le froid du continent soviétique ! Lily rougit à la pensée d’un tel souvenir… Un sourire sur les lèvres, elle releva les yeux sur l’avenue, prenant garde de traverser sans se faire renverser par un autobus… Son regard se porta sur le trottoir d’en face, cherchant la devanture de la petite boutique.

Une silhouette familière… Une chevelure qui ne lui est pas inconnue… Ce visage !... Le cœur de la jeune femme manqua un battement. Son rythme s’accéléra de façon erratique. Sa respiration se fit plus rapide. Il était là… A Londres… Dans cette rue… Comment était-ce possible ? Rencontrés si loin et dans des conditions plus qu’originales, ils étaient désormais là, dans la même ville, sur le même trottoir… Tout était fait pour qu’ils se séparent et ne se revoient jamais : une cohabitation de prime abord difficile, le fait d’ignorer totalement qui était l’autre, des milliers de kilomètres entre la Russie et l’Angleterre, la Manche à traverser… Quelques années entre elle et lui également… Des barrières, aussi bien géographiques que sociales, leur avaient assuré une histoire sans lendemain. Quelles coïncidences avaient bien pu faire venir Wolfgang jusqu’ici ? A quelques dizaines de mètres d’elle ?... Déjà, il tournait les talons… Il s’en allait… Le reverrait-elle ? Sans doute pas. Le Destin avait été déjà bien joueur pour l’avoir mis une deuxième fois sur sa route ! Ne dit-on pas pourtant « Jamais 2 sans 3 » ?... Et si cette 3ème fois n’arrivait jamais ? Elle allait prendre le risque de ne plus jamais poser les lèvres sur les siennes ? Juste une fois… Ca n’engage à rien, non ! Non ?.....

Lily accéléra le pas pour rattraper cette silhouette qu’elle avait parcouru durant des heures, jusqu’à en connaître les moindres détails. Encore 5 mètres et elle pourrait sentir son odeur… 1 mètre et elle allait entendre sa voix !

Elle agrippa la manche du sorcier pour qu’il se retourne. Lorsque son regard, bleu et clair, croisa le sien, sombre et profond, toute assurance sembla la quitter. Elle était sure de ne jamais le revoir (et n’avait jamais vraiment voulu le revoir…). Mais à présent devant lui, elle n’était plus sure de rien. Ce cœur palpitant qui bat si vite… Ne peut-il pas se calmer un peu, nom d’une gargouille ? Et cette sensation dans ses entrailles… Comme des centaines d’ailes de papillons voletant dans son estomac !

*Lily, ma chérie, ouvre la bouche et articule un mot…*

Cette odeur enivrante… elle n’avait pas changé !

*Youhou… UN MOT ! Juste un !...*

Ces lèvres… Ne pouvait-elle pas juste y déposer un baiser ? Pas besoin de mot…

*Conscience appelle Cerveau… Conscience appelle Cerveau… Envoie lui un mot à dire, Mec… Pitié !...*

« Bonjour… »
Revenir en haut Aller en bas
Wolfgang von Schönfeld
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Legilimens





Re: Balades dans Londres

Message par : Wolfgang von Schönfeld, Lun 26 Juil 2010 - 15:50


Londres de nuit... La ville toute entière, des trottoirs aux façades, semble construit dans un goudron luisant. Les quelques lumières blanches qui surgissent, incandescentes, d'une fenêtre ou d'un réverbère s'évanouissent dans la noirceur des ténèbres, avalées par la nuit, bues par les murs poreux, ricochant faiblement sur les chaussées ridées avant de mourir dans le caniveau glauque. Londres de jour... La cité, des pavés aux toitures, semble tout droit sortie d'un mauvais téléfilm allemand. Les amoureux qui se promènent, les vieilles dames faisant leurs petites courses telles des meutes affolées de pie, flânant entre les vieilles boutiques d'antiquaires alcoolisés par les nombreux vers de crèment avalés, probablement bues pour chasser la chaleur des journées de juillet.

Londres, en de nombreux points, n'avait aucune similitude avec la Russie dont Wolfgang revenait. La largeur des rues, la sobriété des bâtisses imposantes, le caractère sauvage de la nature... La fraicheur sibérienne, l'humidité écossaise : la Russie était totalement différente de la Grande-Bretagne où l'aristocrate avait posé ses valises...

Même si il préférait la brume londonienne à la grisaille russe, il y avait une chose pour laquelle il ne pourrait jamais détester la Sainte Russie. Il y a quelques jours déjà, il avait fait la connaissance de Lily Gordon, une ravissante étudiante. La nuit qu'ils avaient passés avait embaumé, pendant quelques jours, le cœur de Wolfgang d'un doux et frais sarcophage. La jeune femme, dont la beauté était comparable à celle d'un couché de soleil italien, n'avait depuis donné aucun signe de vie. Ils s'étaient plus ou moins mis d'accord pour ne plus se revoir... Et après tout, ils avaient peu de chances de se recroiser un jour !

La situation ravissait Wolfgang, lui qui n'aimait pas mettre fin aux nombreuses relations qu'il avait pu avoir. Repensant quelques instants à Lily, il était allez se promener dans le Londres estival qu'il n'appréciait guère. La pollution moldue, l'odeur nauséabonde de la transpiration des humains, les nombreuses voitures qui semblaient se bousculer pour entrer dans les rues étroites du cœur de la ville...

- Bonjour...

S'était elle. Il avait reconnue sa voix... Wolfgang se retourna et posa son regard dans celui de la jeune femme. Combien de chances avaiten-ils de se croiser, là, dans une des artères principales de Londres ? Elles étaient minimes, mais elle était là... Comment pouvait-il réagir ? Il l'ignorerait ? Feinterait de l'avoir oublier ? L'embrasserait sur la bouche, comme si la passion qui l'avait dévoré refaisait surface ? Le sorcier opta finalement pour une phrase hautaine, froide, glaciale et dénuée de douceur...

- Je ne m'attendais pas à vous croiser ici...Ma chère.

Le sourire qui s'était affiché sur le visage de Wolfgang lorsqu'il s'était retourné s'éteint. Prenant un air distant, il demanda.

- Comment allez-vous ? J'espère que vous n'avez pas mal vécu le froid qui nous a retenu dans le petit cabanon...


[ Désolé pour ce RP ... ]
Revenir en haut Aller en bas
Lily Gordon
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage



Re: Balades dans Londres

Message par : Lily Gordon, Mar 27 Juil 2010 - 11:37


Combien de temps s’était écoulé entre le moment où il avait posé ses yeux sur elle et celui où il avait ouvert la bouche ? Quelques secondes qui avaient parues des heures… Quelques secondes durant lesquelles Lily avait pu s’abreuver du spectacle qui s’offrait à elle : un léger sourire qui aurait mérité d’être embrassé, une chevelure que ses mains auraient volontiers été fourrager, un regard… Un regard qui aurait fait pâlir la moindre Vélane !

Elle se délecta d’avance du son de sa voix, attendant le moment où quelques mots sortiraient d’entre ses lèvres pour venir claironner à ses oreilles comme la plus jolie des mélodies. Mais la mélodie fut tout sauf jolie… Ce ne fut pas une aubade ou une symphonie légère. Non… Ce fut une marche funèbre ! Une corde de guitare qui lâche en pleine interprétation, provoquant une douleur aigue dans les mains du musicien novice.

Je ne m'attendais pas à vous croiser ici...Ma chère.

Le cœur palpitant de Lily implosa… Il se brisa en mille morceaux à l’annonce de cette simple et ridicule petite phrase. Ma chère… Il s’adressait à elle comme à une vulgaire inconnue ! Etait-il possible de passer de l’euphorie à la déception en l’espace de quelques secondes ? Etait-il envisageable de tomber du Paradis directement en Enfer sans même faire escale ?

Son joli visage s’était durci, son sourire avait disparu… Elle relâcha la manche du jeune homme qu’elle tenait encore entre ses doigts. Il ouvrit la bouche une deuxième fois. Quelques battements dans la poitrine de la jeune femme… Les avait-il entendu ? Sûrement ! Car il s’empressa d’achever le petit cœur déjà mis à mal…

Comment allez-vous ? J'espère que vous n'avez pas mal vécu le froid qui nous a retenu dans le petit cabanon...

Un froid engourdissant sembla geler la moindre parcelle de son corps. Diable ! Il faisait au moins 25 degrés ! Comment expliquer alors cette sensation d’inconfort, comme si quelqu’un vous avez plongé à l’intérieur d’une baignoire remplie d’eau glacée, maintenant votre tête immergée. Il fallait refaire surface, et vite ! Il fallait inspirer un grand coup pour ne pas se noyer, quitte à boire la tasse ! Lily se fit violence et se composa un visage qu’elle voulu chaleureux, affichant le sourire-réflexe qu’elle utilise par politesse pour aborder Monsieur-tout-le-monde.

« Et bien, je vis à Londres, je vous le rappelle. C’est plutôt à moi d’être surprise de vous trouver ici… Wolfgang. »

Aïe ! Elancement dans la poitrine à l’évocation de son prénom.

« Je vais bien, je vous remercie. En ce qui concerne mon séjour sur le continent soviétique, il fut… étonnant ! (pose les yeux de façon nonchalante sur la vitrine d’à côté) Surprenant, à couper le souffle… (ramène les yeux sur son interlocuteur avec un léger sourire en coin) Je parle des paysages !... »

La glace qui l’avait envahie quelques secondes plus tôt laissait place à des flammes douloureuses. Un cœur mort peut-il se consumer quand même ? Apparemment oui… En plus de pouvoir faire rougir les Vélanes, le regard de Wolf ranimait les cœurs sans vie, à en juger par les battements saccadés dans sa poitrine. Mais quelle ineptie ! Pourquoi brûler pour un homme qui n’a, de toutes évidences, pas la moindre envie de lui adresser la parole ? Ils n’étaient sans doute pas faits pour s’aimer, un point c’est tout ! Un peu comme des accords dissonants… Pris chacun séparément, ils diffusent un son agréable. Mais joués ensembles, ils créent une désharmonie flagrante. Pourtant, Lily était prête à jouer n’importe quel tempo lorsqu’elle croisait ces yeux sombres… Harmonie ou pas, il y avait des signes qui ne trompaient pas. Wolf pouvait faire battre le cœur de la jeune femme de Adagio à Prestissimo d’une seule œillade. Un métronome, voilà ce qu’il devenait lorsqu’il était devant elle !

Le sourire poli avait quitté le visage de Lily ; elle observait le jeune homme. Un troupeau de citadins descendit du bus en se pressant les uns aux autres sur l’étroit trottoir, bousculant les deux sorciers au passage. Lily ne bougea pas cependant lorsqu’une épaule inconnue la poussa contre Wolfgang. Une vague d’eau de toilette lui arriva en plein visage, réduisant à néant ses efforts pathétiques pour se persuader que l’homme devant elle n’était qu’un démon qui allait causer sa perte.

* Recule ! Tout de suite ! Espèce de sotte, tu vas te faire bouffer toute crue *

Et voilà que cette satanée Conscience refaisait surface… A quoi bon lutter puisque de toutes manières, elle avait déjà goûté à l’enfer de Wolfgang. Un enfer à son goût ! La dernière fois, c’est lui qui avait posé ses lèvres sur les siennes. Pourquoi ne lui rendrait-elle pas la pareille ? Ca serait dans l’ordre des choses. Juste un baiser et elle tournerait les talons…

Elle approcha son visage de celui du sorcier, assez pour en frôler ses lèvres des siennes. Hésitation. C’était plus que mal. Et idiot. Et particulièrement tentant… Et idiot ! Elle allait souffrir, elle le savait. Alors pourquoi mettre la main dans le foyer si on connaît la douleur que procure une brûlure ?

Et zut, au Diable les tourments ! Que Lucifer prenne son âme s’il le souhaite, elle garde le messager en échange… Elle tira le col du jeune homme vers elle, l’entraînant hors du flux de moldus attendant le prochain bus. Elle s’adossa contre le mûr râpeux de la ruelle adjacente en gardant le visage de Wolfgang à portée de lèvres. Mais aucun baiser ne vint… Par quel miracle arrivait-elle à supporter une telle proximité sans sourciller ? Elle plongea un regard sombre dans le sien et murmura dans un sourire ironique :

« Je ne voudrais pas te causer autant de regrets que la dernière fois… Surtout que tu auras certainement oublié mon prénom d’ici une petite heure… »

Battements saccadés dans sa poitrine. Il semblerait que son cœur ai un sursaut de vie et ne soit finalement pas si mort que ça… Il devait l’entendre frapper contre ses côtes, c’était certain. Terriblement gênant aussi… Ses joues se teintèrent légèrement de rose. Tout doucement, elle déposa un léger baiser sur la bouche du récolteur d’âmes…

* Adagio… *

Sensation exquise. Douceur. Tiédeur. Plénitude. Un voile doux et soyeux qui enveloppe son corps entier.

Ses entrailles semblèrent jouer un rythme cubain endiablé. L’attirant vers elle, elle pressa ses lèvres sur les siennes en un baiser passionné, plus Fortissimo que Adagio, à dire vrai. En quelques secondes, la veste du jeune homme se retrouva au sol et les mains de Lily enlacèrent la nuque de ce démon qui pouvait s’estimer heureux d’avoir obtenu son quota d’âmes…
Revenir en haut Aller en bas
Wolfgang von Schönfeld
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Legilimens





Re: Balades dans Londres

Message par : Wolfgang von Schönfeld, Jeu 29 Juil 2010 - 17:41


La jeune femme regarda Wolfgang d'un sourire chaleureux qui semblait tout droit sorti d'un film dont l'actrice principale, probablement mal payée, aurait sur-joué. Lily, malgré la froideur des propos du sorcier, continuait de brandir tel un étendard son joli sourire et son corps de déesse athénienne, comme si elle souhaitait séduire son interlocuteur.

- Et bien, je vis à Londres, je vous le rappelle. C’est plutôt à moi d’être surprise de vous trouver ici… Wolfgang.

C'est... vrai. Du moins, en partie, puisque, elle comme lui, habitaient à Londres. Avant même qu'il n'ait pu rétorquer une phrase aussi glaciale que torturante, elle reprit.

- Je vais bien, je vous remercie. En ce qui concerne mon séjour sur le continent soviétique, il fut… étonnant ! Surprenant, à couper le souffle…Je parle des paysages !...

Le continent soviétique. La culture de Lily était-elle si basse ? "Le continent soviétique"... La Russie n'a maintenant de soviétique qu'un mauvais souvenir. Quant au fait que ce séjour ait été étonnant et surprenant, elle n'avait pas tort. La nuit qu'ils avaient passés avait été aux limites du mysticisme. Wolfgang aimait la petite provocation que la jeune femme avait jetée, espérant le taquiner.

Une armée de moldus descendit d'un bus. Wolfgang et la jeune femme se retrouvèrent comme éjectés hors de ce groupe de touriste dont la principale motivation était de photographier les grands monuments de Londres, comme les petites ruelles, d'un flash assourdissant. Les deux amants d'une nuit se retrouvèrent collés l'un contre l'autre, rappelant inéluctablement des souvenirs ravissants.

Lily se rapprocha du sorcier et vint déposer un baiser divin sur ses lèvres. Rappelant pour de bon de magnifiques, célestes et ténébreux souvenirs.

-Je ne voudrais pas te causer autant de regrets que la dernière fois… Surtout que tu auras certainement oublié mon prénom d’ici une petite heure…

Pourquoi avait-il fallu qu'elle ouvre la bouche pour lancer cette petite provocation dont Wolfgang était insensible ? Il l'aimait quand elle se taisait et qu'elle laissait émerger le désir qu'elle éprouvait pour lui.
Lily saisit Wolfgang par le col de sa chemise et l'emmena jusque dans la petite ruelle devant laquelle ils étaient. Là, elle extirpa sa veste au même moment où il caressa la blancheur angeolisante de son chemisier. Posant ses mains sur sa taille, Wolfgang s'emplit d'un tel désir inassouvissable qu'il ne pu retenir des soupirs saccadés, comme si il devait retenir une respiration qui se voulait trop forte.

- Comment pourrais-je oubliez votre nom ? Il m'évoque à présent tant de souvenirs...

Ses pensées se concentrèrent sur certaines parties du corps de Lily, elles semblaient se diriger inconsciemment, comme si le démon avait envahi son corps. D'une main, les boutons du chemisier de la jeune femme s'ouvrirent, de l'autre, ses soupirs se firent plus grands... rattraper
Revenir en haut Aller en bas
Lily Gordon
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage



Re: Balades dans Londres

Message par : Lily Gordon, Ven 30 Juil 2010 - 17:15


Juste un baiser, ni plus ni moins. Voilà le compromis que Lily s’était donné : ses lèvres qui se posent sur celles de Wolfgang simplement pour y goûter une fois de plus… L’attirer dans une ruelle reculée, était-ce une provocation ? Mais que Nenni ! Il ne s’agissait que de se mettre à l’écart de la foule bruyante, rien de plus…

*Menteuse… *

Et voilà qu’elle se mentait à elle-même maintenant… Oui, effectivement, elle en pinçait pour lui !

*En pinçait ?... Pfff… Laisse-moi rire ! *

Oui, d’accord… Tout bien réfléchi, elle en était complètement dingue ! Son corps tout entier le criait : son cœur qui s’emballe quand il entre dans son champ de vision, ses yeux dévorant son visage à la moindre occasion, sa voix qui se fait moins sûre lorsqu’elle lui parle, son cerveau qui arrête de fonctionner normalement au contact de sa peau avec la sienne. Même son odeur semblait lui enlever la capacité à réfléchir. Il était pour elle ce qu’un Millésime est pour un alcoolique : une occasion en or pour assouvir une dépendance. L’implacable vérité lui sauta aux yeux : elle était accro. Malgré ses efforts pour se persuader qu’il était une substance illicite et dangereuse, elle ne pouvait qu’y céder. Pouah ! Demandez à un fumeur cramant un paquet par jour d’arrêter la cigarette. Même condamné, il pompera sa clope jusqu’au service de cancérologie, 3ème étage couloir de gauche… Pathétique ! Cela dit, la meilleure façon de résister à la tentation, c’est d’y succomber !

Juste un baiser, c’était le deal… Mais un baiser qu’il lui rendit, à sa plus grande surprise.

Comment pourrais-je oubliez votre nom ? Il m'évoque à présent tant de souvenirs...

Ses mains vinrent se poser au creux de sa taille et les boutons de son chemisier s’ouvrirent en moins de temps qu’il ne faut pour dire « Wolfgang »…

Quoi ? Il lançait les hostilités ? La guerre était donc déclarée… Ceci dit, c’était une guerre dans laquelle ses troupes étaient prêtes à s’enrôler sans hésitation aucune.

Gênée, elle eut un éclair de lucidité. Ils étaient à quelques mètres de l’artère principale de la ville. Et si quelqu’un arrivait ? Elle lança un regard inquiet vers le brouhaha urbain qui s’élevait à quelques pas de là.

Des mains qui se posent sur ses hanches la firent stopper net dans ses réflexions. Le tissus de sa jupe qui remonte le long de ses jambes mis un terme définitif à toute pensée censée et son cerveau (le traitre, va !) organisa une soudaine mutinerie : il rendait les armes et s’avouait vaincu. Soit ! Si un moldu sortait des rangs pour venir les surprendre, elle n’aurait qu’à lui lancer un Confundo… Et voilà qu’elle élaborait des plans machiavéliques ! Ca ne lui ressemblait pas…

Le combat semblait avoir débuté et c’est le camp adverse qui avait l’avantage… Pas question de déserter ! Pourquoi ne pas tenter une embuscade à l’ennemi ? D’une main, Lily repoussa Wolfgang pour le maintenir en face d’elle. Sans le quitter des yeux, elle se concentra :

# Accio ceinture #

Le cliquetis de la boucle qui cède et tombe à terre l’informa que son sortilège informulé avait fonctionné… pour une fois. Elle lança un sourire en coin au jeune homme, fière d’elle. Alors ? Allait-il lancer l’offensive ? Elle n’eut pas le temps de penser à une quelconque tactique car elle se retrouva plaquée contre le mur rugueux derrière elle. Ok… Il laissait donc tomber l’artillerie et préférait le combat au corps à corps. Ca tombait bien ! Le sniper qui reste planqué loin du combat, ça n’était pas pour elle. Non, elle était du genre à être en première ligne au front, elle aussi.

Et ce fut un duel sans merci ! A coup de rafales de baisers, d’explosions de caresses et de bombardements de soupirs essoufflés. Une étreinte avec l’ennemi ! Le débarquement historique sur les plages normandes semblait bien modeste à côté…

Haletante, la jeune femme encercla le visage du sorcier de ses mains et plongea son regard dans le sien :

« Ne joue plus jamais avec moi, Wolfgang… »

Elle approcha ses lèvres de l’oreille du jeune homme pour murmurer :

« … tu risques de perdre. »

Sans le quitter des yeux, elle embrassa ses lèvres d’un baiser… mordant. Histoire de lui rappeler que chaque combat, même victorieux, entraîne son lot de douleurs…







[HRP : Les quelques actions de Wolf sont faites avec son accord, bien sur]
Revenir en haut Aller en bas
Lily Gordon
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage



Re: Balades dans Londres

Message par : Lily Gordon, Ven 13 Aoû 2010 - 18:25


[Azphel-Lily]


Vous savez, cette sensation de s’être fait rouler dessus par un autobus, ou celle de se réveiller un lendemain de fête bien arrosée, ou celle d’avoir voulu sauter d’un immeuble et d’avoir eu la malchance de s’en sortir vivant… ? C’était ça, que Lily ressentait à ce moment précis.

Elle venait de se faire frapper par un sale petit lâche qui l’avait agressée dans une ruelle de Godric’s. Un sale petit lâche qui n’avait pas apprécié qu’elle lui crache à la figure et encore moins qu’elle lui lance des répliques provocantes et agressives quant à sa virilité mal placée… Elle aurait dû la boucler. Pourquoi avait-il fallu qu’elle l’ouvre ? On insulte un moldu qui traverse alors que le feu est vert, on insulte un voisin qui recule la voiture sur son gazon… Mais on n’insulte pas un sorcier violent qui vous agresse. Le petit lâche avait alors répliqué… Le petit lâche l’avait à moitié assommée en la frappant au visage et en s’amusant à la torturer des plus cruelles façons… Le petit lâche l’avait laissé là, sur les pavés de cette ruelle sombre et déserte, seule. Par bonheur, elle avait réussi à remettre la main sur sa baguette et à se relever. Elle n’avait rien de cassé mais il avait eu la main leste avec la gifle. Une gifle monumentale qui l’avait faite rouler à terre. Sous la violence du choc, sa joue s’était teintée d’une jolie couleur rosée et sa lèvre avait saigné abondamment.

A présent, elle marchait dans les rues de Londres, cherchant à retrouver Wolfgang qui n’était pas venu à leur rendez-vous. Sa jupe était salie et laissait entrevoir un de ses genoux égratigné. Le col de son chemisier blanc était taché de sang, sa lèvre inférieur ayant laissé couler un sillon pourpre sur son menton et dans son cou. Ses boucles brunes étaient décoiffées et ses pas étaient hésitants. Les yeux baissés, elle arpentait la rue, sursautant à la moindre silhouette émergeant de la pénombre. L’air frais de la nuit lui était bénéfique et ravivait ses sens. Pourtant, une douleur fulgurante à la tête lui fit plisser les yeux. Le petit lâche avait finalement dû frapper plus fort qu’elle ne le pensait… Elle ralentit la cadence, rasant le mur. Sa vue se brouilla, elle porta sa main à son front. De l’autre, elle s’adossa aux briques de la devanture du petit magasin devant lequel elle se trouvait. Lentement, elle se laissa glisser au sol sans pouvoir retenir un sanglot douloureux. Assise, les yeux clos et les joues humides, elle attendit que le monde cesse de tourner et que sa tête évacue cette douleur pénétrante et lancinante. La soirée ne pouvait pas finir plus mal... Elle posa les yeux sur son genou blessé. Tel un chaton qui s'est coincé une patte, elle laissa échapper un juron (pour ne pas dire un faible miaulement) :

"Et m*rde... ma jupe..."

Elle classait mentalement les pires soirées de sa vie (celle-ci arrivant en second, juste après le jour où elle avait failli crever l'oeil d'un prétendant en lui apprenant à se servir de Multiplettes) lorsque des bruits de pas la tirèrent de ses pensées. Elle ne put se relever tant sa tête tournait et se contenta de ramener ses jambes vers elle pour se faire la plus petite possible. Ses doigts serrèrent sa baguette dans sa poche, sa lèvre se remit à saigner. Plus aucun bruit. Le noir total. Ca doit être à ce moment là qu'elle perdit connaissance...
Revenir en haut Aller en bas
Azphel
Maitre de JeuSerpentard
Maitre de Jeu
Serpentard
Spécialité(s) : Loup-Garou
Occlumens
Permis de Transplanage


Re: Balades dans Londres

Message par : Azphel, Sam 14 Aoû 2010 - 12:44


[Lily-Azphel. Première partie du RP Seconde partie ici.



Chapitre I.
"Rencontre fortuite."



------Azphel errait dans les rues, telle une ombre dans la nuit, d'un pas fugitif. Londres. Ce n'était pas la première fois qu'il y mettait les pieds, il y passait une bonne partie de son temps... dès lors qu'il se trouvait en Angleterre...
Ses raisons ce soir, étaient pourtant obscures... D'ancestraux mystères, de bien maigres rumeurs sur des magies jadis disparues qui auraient perduré ici dans le plus profond de Londres, ses cathédrales, catacombes et autres lieux mystérieux ou sinistres... Son amour de la magie noire, sa soif de pouvoir, l'avait conduit à arpenter les ruelles les plus reculées de la ville, pour de légères rumeurs qui avaient à ses yeux, suffit à valoriser un déplacement en personne. Quand on avait atteint l'élite des Mages Noirs, lu tous les bouquins possibles et imaginables ; il ne restait plus beaucoup de recours pour espérer se perfectionner encore dans la noirceur, que celui de faire confiance à ces rumeurs...


Emmitouflé dans sa cape sombre traditionnelle, capuchon fermé sur la tête, il n'était qu'un fragment d'ombre dont seul un murmure sur les pavés trahissait sa condition humaine...

---Le mage noir - nouveau Ministre de la magie - se plaisait à être le plus discret possible. Il n'aimait pas attirer les regards sur lui et il devait se montrer plus prudent depuis qu'il avait été élu, sa tête avait fait plus d'une Unes de journaux... Il se savait, ou se sentait, surveillé. Un peu de paranoïa certainement.. Il n'était pas du genre - bien loin de là - à avoir peur d'un rien, mais il savait que s'il pêchait par excès de confiance en se montrant imprudent, une erreur pourrait lui être fatale... surtout s'il était vu en train d'exercer de puissants rites de Magie noire. Le visage du Ministre flirtait avec les pavés sur le sol. Ses pensées dans sa tête s'enchevêtraient et se multipliaient à mesure qu'il progressait instinctivement vers sa destination, ses pas l'y guidant avec une légèreté inhumaine.

------Il bifurqua au détour d'une intersection, pour s'enfoncer vers une des artères de la ville... Des commerces ou bars fleurissaient çà et là et remplaçaient les rues désertiques qu'Azphel venait de quitter, bien qu'elles n'étaient pas pour autant plus peuplées... Les mains dans les poches extérieures de sa cape, il continuait d'avancer rapidement avec un calme azphélique. Une ombre alerta son alarme interne et ses pas ralentirent de moitié lorsqu'au sol, à une bonne vingtaine de mètre de lui ; une silhouette se dessina dans son champ de vision, affalée contre la devanture d'une boutique. Le Ministre avait ralenti son allure mais continuait d'avancer, son regard pénétrant fixant la forme sombre intensément. Sa main droite chercha sa baguette au fond de sa poche, qu'elle empoigna avec assurance. Toutefois, pas de quoi sombrer dans la panique, ce devait être un clodo comme un autre, à première vue...

---Il longeait le mur opposé lorsqu'il passa devant "l'ombre-suspecte-présumée-clochard-dormant" et aussitôt qu'il put distinguer qu'elle était l'exacte nature de la silhouette, il s'arrêta définitivement. L'éclairage de la ruelle était mauvais, la faute à l'administration de la ville qui jugeait la présence abondante de lampadaires dans les rues les plus reculées de l'épicentre de la capitale comme "non-indispensable". Azphel jeta un regard éclair à droite et à gauche de la ruelle avant de sortir sa baguette qu'il garda le long du corps. Il s'avança avec prudence de la jeune femme qu'il distinguait maintenant recroquevillée sur le sol. Son regard imperturbable, sa méfiance, se dissipèrent devant les marques évidentes de tortures qui se manifestaient sur le corps étalé devant lui. Il s'agenouilla auprès d'elle et souleva le visage de l'inconnue à hauteur de sa baguette qu'il venait d'allumer d'un faible Lumos.

- Est-ce que ça va ? S'inquiéta-t-il de prime abord sans trop lever la voix.

------La réponse ne vint pas, aussi prit-il la précaution de vérifier le pouls de la jeune femme. Dans la moyenne. Un peu faible, mais elle allait bien, si on pouvait dire ainsi. Il fit un rapide diagnostic de ce qu'il avait sous les yeux. Elle était bien amochée, mais vivante, elle avait été torturée ou battue par un homme, un homme avec beaucoup de force... La lèvre inférieure de la jeune femme avait éclaté sur plus d'un centimètre et beaucoup de sang s'en était écoulé, sur son menton jusque sur son chemisier. Elle avait perdu connaissance, probablement après avoir puisé dans ses forces puisqu'elle semblait totalement vidé d'énergie. Sa jupe était déchirée et son genou bien écorché. Sur ses mains et ses coudes des égratignures venaient amplifier le sentiment qu'Azphel avait, que cette femme avait subit la torture. Il tâta de ses mains ses poches et découvrit une baguette... Qu'est-ce qu'elle faisait là dans cet état?

---Visiblement son adversaire ne lui avait pas laissé le temps, ou la chance, de se défendre... Mais elle était sorcière... Il essaya de nouveau de la réveiller, sans trop la brusquer. Lui venir en aide impliquait plusieurs choses. Déjà, il abandonnerait ses objectifs personnels pour cette fin de soirée et il se risquait à faire un pas vers l'imprudence. Ensuite, il n'avait aucune idée de qui était la femme en face de lui... Une chose était certaine, malgré le fait qu'il était mage noir, il ne pouvait se résoudre à ne pas lui venir en aide. Il se redressa dans la ruelle et éteignit sa baguette. La jeune femme, elle, n'avait pas bougé, toujours inconsciente. * Tant pis... * pensa-t-il.
Il jeta un ultime regard dans la rue avant de s'agenouiller à hauteur du corps étendu pour soulever la jeune femme dans ses bras... Quelques secondes plus tard, le Ministre de la Magie transplana...
Revenir en haut Aller en bas
Elena Lewis
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Balades dans Londres

Message par : Elena Lewis, Sam 9 Oct 2010 - 11:29


[Rp avec Actarius Bright]

Un jeu du regard avait commencé entre les deux jeunes sorciers. Elena ne savait pas où ça allait les mener, mais étant une personne joueuse, elle ne voulait pas s'arrêter. Les yeux azur qu'elle ne cessait de fixer lui renvoyait une telle sensation de bien être. En règle générale, jamais elle n'aurait pu fixer quelqu'un de la sorte, elle aurait été trop gêné pour se le permettre. Mais la situation semblait différente avec Actarius, elle ne savait pas pourquoi, mais le contact, physique ou visuel, avec le jeune homme lui plaisait. Même son sourire était chaleureux.

Elena l'observa sourire, elle ne savait pas pourquoi le jeune homme la regardait comme ça, on aurait dit que les deux sorciers tentaient de se jeter le même regard, avec la même intensité et la même curiosité. La Poufsouffle aurait été curieuse de savoir ce dont à quoi pensait Acty à ce moment là. Que cachait ce sourire, que signifiait ce regard presque emplit de passion, que signifiait cette attitude alors qu'il connaissait à peine Elena.

Mais ses interrogations s'arrétèrent là, elle fut interromput, presque surprise, par le fou rire de son ami. Un rire soudain et franc sortit de la bouche d'Actarius. Se calmant, ou du moins essayant, il prit la parole. Transplaner et attérir la tête dans le sable, au milieu du Sahara et désartibulé, en voila des bons plans! En repenssant au transplanage d'Acty un peu plutot, la jeune fille ne put que sourire et se dire qu'il était très bien capable de la faire attérir n'importe où. Mais malgré ça, Elena sentait qu'elle pouvait lui faire confiance, lui donner la main et se laisser guider.

Tous deux se levèrent du banc et Elena se surprit à faiblir légèrement dans les jambes mais se rattrapa facilement. La préfète était maintenant très proche d'Acty, il lui passa une main sur sa hanche et elle put sentir son souffle et respirer son odeur. Se concentrant pour ne pas rougir malgré le fait qu'elle soit gênée de se retrouver si près de lui, elle prit une grande respiration juste avant qu'Acty n'agite sa baguette et ne les fassent transplaner.
Tout disparut dans un tourbillon flou. Le banc où ils s'étaient trouvés plutot, les buissons, le ciel, le vent, tout s'éclipsa l'espace de quelques secondes. Quand ils attérirent, Elena avait les yeux fermés, mais les rouvrit aussitot qu'elle sentit une légère brise qui lui indiquait qu'elle était dans une des rues de Londres. Elle remarqua que pendant ce cours voyage, les deux sorciers s'étaient rapprochés, Elena s'accrochait à Acty comme si grâce à lui elle ne tomberait pas. Levant les yeux vers lui, la Poufsouffle remarqua que lui non plus ne voulait pas abréger cette étreinte, mais il le fallait. Ils étaient venus jusqu'ici pour manger une glace, rien d'autre... Du moins pour l'instant... (a)

Brisant ce contact, mais pas entièrement non plus car Acty prit la main d'Elena, il l'entraina en dehors de la petite ruelle, tombant sur une rue piétonne, visiblement Actarius savait où il voulait aller. Elena était un peu désorientée suite au transplanage vu son manque d'habitude, elle n'avait tranplané qu'une fois dans sa vie. C'était aujourd'hui son deuxième "voyage". Mais malgré ça, elle se sentait bien et en sécurité, et rien ne pouvait l'empêchait de sourire. Tournant la tête vers Actarius, elle répondit à sa question à laquelle elle avait déjà réfléchit un peu plutot.

Oui, je vais prendre fruit de la passion, et toi ?

En attendant la réponse du charmant jeune homme, Elena se tourna vers les magasins et autres boutiques, le regard émerveillé. Les moldus vendaient toutes sortes de choses plus bizarres les unes que les autres, mais cela l'amusait. Elle les trouvaient vraiment fascinant. Comment ces gens pouvaient-ils vivre sans magie, sans sortilège et autre potion?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Balades dans Londres

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 6 sur 26

 Balades dans Londres

Aller à la page : Précédent  1 ... 5, 6, 7 ... 16 ... 26  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.