AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Le Parc :: La Forêt Interdite
Page 33 sur 37
Escapade Nocturne
Aller à la page : Précédent  1 ... 18 ... 32, 33, 34, 35, 36, 37  Suivant
Ellana Lyan
Serpentard
Serpentard

Re: Escapade Nocturne

Message par : Ellana Lyan, Mar 08 Aoû 2017, 13:59


J'avais peur, je l'avoue, une crainte que son rire ne résonne aux creux des bois
que cela me cloue sur place tant dis que mon récit et ma douleur m'auraient poignardés par derrière
comme s'il avait pu ouvertement me traiter de menteuse, me dire que toute cette histoire n'étais qu'invention
et mon regard posé sur lui attendais ses paroles comme une libération des chaines du silence et des insupportables doutes qui vibraient en moi, confiance, j'avais besoin de ça même si je savais que cet être n'étais pas réellement celui à qui je pouvais demander cela, si ce parfait inconnu masqué était sans doute plus une menace qu’un salut
mais sans pouvoir me rattraper à autre chose c'est lui que je choisis
alors que son attention entièrement portée vers moi me parait presque déstabilisante
_ presque intrigante

puis sa voix comme un écho rassurant sans sa facette effrayante
je ne pouvais savoir que penser alors qu'entre crainte et admiration je me contentais de jongler
des mots tous d’abord rassurant se posant sur mon cœur d'enfant avec tout de même le goût amer du " c'est celui qui dit qui est"
mais aucune réticente alors que la danse des phrases s'envolent jusqu'à moi
je me perds dans le combat de cet homme près à mener le mien
pour peu qu'il soit bien homme et non démon
mon cœur bat plus vite, je sens mes yeux briller alors que d'une main sur mon épaule
il semble prêter serment

puis le silence reviens mais comme un accord entre l'enfant et le démon
un jeu de regard que je n'ose briser
j'ai envie d'appuyer de confirmer ses dires
ne serait-ce donc pas merveilleux de pourvoir me débarrasser d'eux ?
ces gens froids avec lesquels je ne possède aucune attache
que je hais de plus profond de mon âme
vous pensez pouvoir...
j'ai du mal à masquer la joie de ma voix
je ne sais pas si c'est une bonne idée mais qu'importe
merci...
un souffle, un murmure, comme le soulagement
qui délicatement libère.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Mangemort 08
avatar
Mangemort
Mangemort
Spécialité(s) : Fourchelang
Loup-garou
Occlumens


Re: Escapade Nocturne

Message par : Mangemort 08, Jeu 24 Aoû 2017, 15:10







Je la regardais, elle, qui semblait si fragile, meurtrie, hantée, par ces blessures du passé qui continuaient de l'accompagner où qu'elle aille. Je m'annonçais à elle comme prêt à me charger d'appliquer la sentence, à ces êtres immondes qui avaient osé lever la main sur elle. J'avais déjà suffisamment de ténèbres derrière moi pour risquer de m'aventurer à aller vers celles-ci sans plonger davantage dans mes tourments.

Elle ne laissa échapper que quelques mots, qui semblaient masquer difficilement un contentement quant au fait que j'accepte de l'aider. Et un simple merci pour terminer. Je la dévisageais, j’étais persuadé qu'elle me disait la vérité. Et, dans le pire des cas, il me suffirait de quelques gouttes de véritaserum une fois devant ses parents pour m'assurer de tout cela, et de oui ou non appliquer le jugement qu'ils mériteraient.

- Je le peux oui... Il me faudra leur adresse... Quelques infos, ce que tu pourras me donner... Et je m'en chargerais... Je pourrais faire passer un message aussi si tu le souhaites...

Même si j'avais juré à ma belle que je me calmerais sur les meurtres, je savais que cela serait une exception. Et que devant de tels faits, cela ne pouvait pas rester impuni. Je lui en parlerais peut-être. Comme si j'imaginais qu'on puisse toucher ou faire du mal à nos futurs enfants. C'était inconcevable, il n'y avait pas de pardon possible. Juste un aller simple aux Enfers.

Et je serais ce bras, ce Juge, cette Tempête qui s'abattrait sur ceux ayant levé la main contre elle, Ellana.

- Mais je veux que tu sois bien certaine... Que ça soit ce que tu veux... Parce qu'il n'y aura aucun retour en arrière possible... Tu peux me donner ta réponse là, où y réfléchir, auquel cas je trouverais un moyen de te contacter. Mais je veux m'assurer que tu prennes conscience de ce que cela implique... Et si tu le veux vraiment, alors oui, je le ferais...

Je lui laissais la réflexion. Si tout ce qu'elle m'avait dit était vrai, je me ferai une joie de mettre fin à la vie de ces misérables qui l'avaient maltraitée ainsi. Il ne me faudrait pas longtemps pour m'en occuper, un repérage rapide ferait l'affaire. Je n'attendais plus que sa décision finale.
Revenir en haut Aller en bas
Ellana Lyan
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Escapade Nocturne

Message par : Ellana Lyan, Jeu 31 Aoû 2017, 11:32


Une brusque envie de tout lâcher peut-être simplement de me perdre, enfouir mon visage entre mes mains et sentir les bras de cette créature de l'ombre m'enserrer comme un geste de réconfort__ un rêve éveillé
imaginant des mains glacée et un corps immatériel, petit fantôme qui cherche ses semblables
mais je sais, je vois, cette noirceur qui émane de l'être en fumée sombre pour venir s'enrouler autour de moi avant de s'évaporer
conclure un pacte avec le démon par pure vengeance, des erreurs passées que je doute les voir regretter
pourtant ne sont-ils donc humains ? mais cette nuit à la lueur de la lune, alors que les mots d'une histoire tâchée de terreur et de sang s'envole des lèvre de l'enfant pour venir se poser contre le cœur de l'adulte quelque chose se brise
entre l'illusion et la réalité, un pas franchi je savais déjà que ça faisait mal, je ne savais pas que ce n'était pas normal
tout prends un sens, les eux embués de larmes, ces étreinte perdues aux murmures du passé

et cette incompréhension qui à présent découvre le pourquoi
quand l'adulte lui même gronde d'une colère sourde et muette
simplement se rendre compte qu'il n'avait pas le droit

__ j'ai nagé si loin de cette vérité bien trop simple, j'ai voulu me battre
à courir pour échapper aux démons je me suis oubliée dans les cauchemars
eux tortionnaires de mon existence, couvrant petit à petit mon corps de cicatrices
plus fort, les coups marqués dans la chaires mais bientôt
la délivrance

ses paroles se détachent dans la nuit en semant doucement le doute dans mon esprit
pas une retenue plutôt une mise en garde contre d'éventuels regrets, je ne veux pas regarder en arrière
mais leurs bras m'y tirent sans cesse, empêcher les je vous en prie faites les taire à jamais
que je ne doive plus laisser couler les parles argenté sur les draps couvert de sang
rendez moi une justice à laquelle je ne crois déjà plus alors même que tout s'effondre

je vous en serait reconnaissante, peut-être éternellement, j'ai besoin que l'on brise mes chaines pour avancer
cette peur d'oser les affronter qui me ronge lentement de l'intérieur, la crainte qui me bloque la gorge
si vous pouviez, je vous en prie, si vous saviez les détruire à jamais __ comme ils m'en détruite sans pitié
pouvez-vous me donner une adresse ? je retournerais chez moi cet été, s'il lève encore la main sur moi...
j'aurais le moyen de vous contacter
simplement solution et un regard vers l'homme masqué
mais qui êtes-vous donc ?
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Mangemort 08
avatar
Mangemort
Mangemort
Spécialité(s) : Fourchelang
Loup-garou
Occlumens


Re: Escapade Nocturne

Message par : Mangemort 08, Ven 01 Sep 2017, 20:28







Je la regarde là, posée devant moi, avec ses blessures qui m'égorgent la vue de colère contre ses tortionnaires. Je vois toute sa peine, je mesure les douleurs vécues comme si je les avais d'ancrées au fond de moi. Comme si je les avais ressenties dans mes moments d'égarement où j'avais dansé aux notes de sulfures avec Dame Folie.

Je vois cette rancœur qui sculpte ses yeux comme parfois le ciel gronde de larmes, elle qui semblait en avoir tant versé sur ses nuits écourtées par les plaies ardentes des coups reçus. Je sens cette colère qui boue en elle comme un orage qui se retiendrait d'éclater en sanglots.

Et je l'écoute, avec sa voix encore enrouée à son passé déchirant, me réclamer une adresse où me joindre comme si cela était un cadeau du ciel pour elle. J'étais LA solution aux scarifications sur sa peau.

Elle me parle de son été qui se profile, et des craintes ombragées qui l'entoure. Comme si elle savait qu'elle retournait dans la tanière du loup et que le loup n'était pas là pour lui préparer soigneusement à dîner. Je m'approchais d'elle et je murmurais au creux de son oreille le nom de la boîte aux lettres fictive qui me servait à récupérer mon courrier. Avant de me reculer.

- S'il lève encore la main sur toi, contacte-moi, et je m'en occuperais.

Il n'y avait rien d'autre à dire. Juste à attendre. A attendre que le souffle de cette ignominie ne se propage de nouveau à ses yeux. Et alors, oui, je ne serais plus seulement une ombre, mais bel et bien le juge.

J'avais écouté ses souffrances et je les comprenais. Drôle de soirée. Où j'étais venu perdre mes pensées sur mon amour pour ma Belle, tiraillé avec les règles de mon Ordre. Et je m'étais retrouvé, là, sur le drap blanc de ses cicatrices, à être devenu l'exutoire possible à son histoire et ses tourments.

Je portais mon regard au ciel noir comme mes pensées de l'instant, et je jugeais qu'il était temps que je laisse l'enfant vivre. Elle savait où me joindre si jamais. Si jamais il fallait que je ne sois pas que les murmures d'une promesse, mais bien aussi la main de son châtiment.

- Prend soin de toi...

Sans attendre de réponse de sa part, je me retournais et avançais vers les ténèbres de la forêt, repartant silencieusement de là d'où j'étais venu. Rapidement je chassais cette rencontre, et me revînt seulement le visage de l'Aimée. Retrouvant ce qui m'animait avant que je ne trouve l'enfant, en attendant peut-être, de la retrouver.

The End
Revenir en haut Aller en bas
Kalén Bloom
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Escapade Nocturne

Message par : Kalén Bloom, Lun 11 Sep 2017, 19:36


Chasse à la Créature avec Theo Osborne


Kalén avait entendu dire que des trafiquants de Demiguises sévissaient dans la forêt interdite. La veille au soir, elle avait surpris une conversation entre des élèves de sa maison, et, à l'entente du nom de la créature, son coeur avait fait un bond dans sa poitrine.

Elle avait toujours rêvé de voir une Demiguise de ses propres yeux. Elle admirait cet animal pour sa grâce, sa beauté, mais surtout pour sa capacité à se rendre invisible.
Elle était donc partie se coucher dans son dortoir, avec l'idée folle de se rendre elle-même dans la forêt, afin d'essayer d'en apercevoir un.
L'idée de tenter d'empêcher les trafiquants de sévir l'avait même effleuré, mais elle se souvint de la promesse faite à Elly, de ne rien tenter de dangereux et se résolu donc à rester en retrait.

Kalén attendit donc que ses comparses se soient endormies pour se lever silencieusement de son lit. Lorsque les respirations se furent apaisées, elle se glissa hors de son dortoir en s'enveloppant dans sa grande cape noire.
Les trois élèves dont elle avait surpris la conversation était eux aussi allés se coucher et la salle commune demeurait déserte.

Le trajet pour sortir de Poudlard ne fut pas aussi facile que la fois précédente. Elle aperçu par deux fois la lueur d'une baguette ou d'une lanterne, signe évident que le concierge et les préfets effectuaient leurs rondes. Invisible dans sa cape sombre, elle parvint cependant à sortir sans se faire prendre.

L'air était frais dehors. Le mois d'août et ses douces chaleurs avait laissé place aux bourrasques de septembre qui glaçait les os des élèves qui s'aventuraient dehors une fois le soleil couché.
Kalén s’emmitoufla dans sa cape, rabattit le capuchon sur sa tête pour épargner ses oreilles de la fraicheur de la nuit, et fila dans le parc, petite ombre rapide et silencieuse.

Elle arriva bientôt à la lisière de la forêt. Elle s'arrêta quelques instants, guettant les bruits et les mouvements, mais rien ne trahissait la présence des trafiquants.

*Pour l'instant*, se dit-elle.

Elle franchit la première barrière d'arbre et, surprise par la soudaine obscurité - la lueur de la lune ne parvenant pas à filtrer à travers les épais feuillages - alluma sa baguette pour éclairer les alentours.

Soudain, un bruit derrière elle la fit sursauter. Elle se retourna, pointant sa baguette devant elle, son coeur battant la chamade au fond de sa poitrine...
Revenir en haut Aller en bas
Osvald Osborne
avatar
Préfet(e)/Serdaigle
Préfet(e)/Serdaigle
Année à Poudlard : Sixième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Escapade Nocturne

Message par : Osvald Osborne, Mar 12 Sep 2017, 13:14


RP avec
🐾 Kalén Bloom 🌙


Agenouillé dans l'herbe fraîche et humide de la forêt, la seule source de lumière dont je dispose est le mince rayon qui s'échappe du bout de ma baguette. J'essaie de maintenir mon Lumos à une faible intensité, déjà parce que je n'ai pas vraiment besoin de plus mais surtout pour ne pas déranger les habitants de la Forêt.

Je soupire légèrement en passant en revue une dernière fois le coin de végétation où je me trouve. Il y a profusion de buissons à épines, mes vêtements n'arrêtent pas de s'y accrocher. C'est un peu ennuyant pour avancer mais j'ai l'habitude et puis ce sont mes habits de cueillette, ils en ont vu d'autres ! Je remarque un petit plant d'aubépine ; *Oh ! Parfait !* mais ce n'est encore qu'une jeune pousse et de toute manière ce n'est absolument pas le bon moment pour déranger le petit peuple. En plus la lune n'est même pas dans sa bonne phase, aujourd'hui était une très mauvaise nuit pour cueillir de l'aubépine. En dédommagement pour mon intrusion, je dépose mon sac à dos sur un de mes genoux et en sors une fine coupelle en bois et une bouteille en verre. Je verse le lait dans le petit bol et le dépose au pied du plant d'aubépine ainsi qu'un petit bout de gâteau au miel. *Ah si seulement j'avais du vrai miel...*
Je range mes affaires dans mon sac et continue mon exploration.

Jusqu'à présent on ne pouvait pas vraiment dire que cette escapade nocturne avait été fructueuse mais je persévère néanmoins, je n'avais pas vraiment le choix ! En bon optimiste que je suis, je me dit que même si je n'avais rien trouvé pour le moment, j'avais au moins repéré quelques coins de la Forêt très intéressants. C'est vrai que j'avais déjà croisé un coin à millepertuis ! Et tout proche de la lisère en plus ! J'y avais d'ailleurs également déposé un petit peu de lait et un morceau de biscuit au miel. Et un peu plus au sud-ouest d'ici, il y avait un immense chêne dont les feuilles, tout aussi immenses, commençaient doucement à se teindre aux couleurs de l'automne. Ses racines noueuses sortaient du sol et il régnait auprès de lui une telle atmosphère de paix que j'avais eu envie de me blottir contre son tronc et d'y passer la nuit !

*Mmh... trop loin au nord, le sol est très humide ici* Je décide donc de rebrousser chemin. Après quelques minutes de marche j'arrive dans une sorte de grande clairière. Je m'arrête d'un coup et me fige sur place. Il n'y avait rien de spécial dans cette clairière, j'en avais vu de dizaines d'autres bien plus belles, mais la soudaine différence entre la Forêt sombre aux arbres serrés et aux buissons épineux avec ce soudain espace entièrement dégagé et illuminé par les rayons de la lune... c'était magnifique !
On avait comme l'impression d'un séparation entre deux mondes. Le clair et l'obscur. Le rare et l'opulent. La présence et la solitude.

Je m'approche doucement, en faisant le moins de bruit possible. Et si c'était un point d'observation de la voute céleste dont se servent les centaures ? Si j'étais un centaure, c'est ici que je m'allongerais pour regarder les étoiles ! Ne voulant pas prendre trop de risques inconsidérés, je n'entre pas à proprement parler dans la clairière, je reste dans l'ombre des arbres qui l'entourent et m'installe au pied d'un grand arbre au tronc blanchi par la lumière de la lune.

Une fois à terre je me rends compte que ça doit bien faire des heures que je marche, mes jambes me font un peu mal et je ressent une vague de fatigue qui m'envahit. Pour m'empêcher de piquer du nez je profite du fait que le ciel soit dégagé pour le moment, je mets fin à mon sortilège en murmurant "#Nox"et sort un de mes petits grimoires de mon sac. En un rapide coup d'œil je repère directement le livre que je cherche et au passage je remarque qu'il ne me reste que trois petites coupelles. Mes maigres offrandes se sont vite épuisées !
Pendant que je repose mes jambes, je feuillette mes notes de botanique. Et si je m'étais trompé ? Et si cette plante ne poussait pas du tout dans notre climat ? Est-ce que je l'avais confondue avec une autre et donc que je tournais en rond dans la Forêt "pour rien" ?
Revenir en haut Aller en bas
Kalén Bloom
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Escapade Nocturne

Message par : Kalén Bloom, Mar 12 Sep 2017, 20:10


Toujours apeurée par le bruit, Kalén recula, s'enfonçant plus profondément dans la forêt.
Ses yeux fixaient l'obscurité devant elle, que ne parvenait pas à estomper le faisceau de sa baguette. Sa respiration s'accéléra, alors que les épines de pin craquaient sous ses pieds.
Plus le temps passait, plus la tension montait. Elle imaginait qu'à chaque instant, un prédateur pouvait surgir du bosquet pour lui sauter à la gorge. Entre loup-garous, centaures et trafiquants de créatures, elle avait plus de chances de tomber sur quelque chose qui lui voudrait du mal que l'inverse.
Sans parler des créatures peuplant la forêt qu'elle ne connaissait pas.


Un hurlement retentit soudain, perçant le silence oppressant de la nuit et faisant sursauter la petite Poufsouffle.
Les battements de son coeur redoublèrent d'intensité et elle recula plus vite, persuadée que le hurlement avait retenti non loin d'elle.
Un bruissement se fit entendre et quelque chose remua dans le buisson qu'elle venait de dépasser. Précipitant sa fuite, Kalén trébucha sur une racine et s'étala de tout son long sur le sol de la forêt.
Elle avait du tomber sur un caillou, car une vive douleur dans son dos se fit ressentir, lui arrachant une grimace. Mais elle se releva vite, sa baguette toujours pointée vers le buisson qui continuait de remuer.
Elle se concentra, visant la source du remue-ménage et lança d'une voix forte :

"Petrificus Totalus !"

L'agitation cessa, et elle entendit un bruit sourd, signe évident que son sort avait atteint sa cible.
Cible qui venait sûrement de s'étaler par terre.

Reprenant son souffle, Kalén abaissa sa baguette en se redressant et scruta l'obscurité, s'assurant que tout danger avait été écarté.
Voyant que le calme était revenue, la petite s'avança prudemment vers le buisson et éclaira ses alentours, cherchant l'endroit où l'agitateur était tombé. Elle ne mit pas longtemps à découvrir une espèce de créature blanchâtre, absolument répugnante, sorte de homard difforme et gluant pourvu d'une carapace.
La petite écarquilla les yeux : c'était sans conteste un jeune scroutt à pétard, créature encore inoffensive, mais qui n'aurait pas hésité à lui envoyer un belle boule de feu une fois adulte.
Elle se demanda comment son sort avait bien pu atteindre sa cible, sachant que la carapace de ces animaux les protégeait presque intégralement des maléfices. Elle repéra alors une zone vulnérable sous le ventre et songea que c'était l'endroit où le sortilège avait du le toucher.

Poussant un profond soupir de soulagement, Kalén brandit à nouveau sa baguette, et murmura "Finite Incantatem" en direction du scroutt. Ce dernier sauta sur ses pattes et fila en direction de la clairière où la jeune fille avait atterri.
Enfin débarrassée de sa frayeur, la petite prit le temps d'examiner le lieu où elle se trouvait.

C'était une jolie clairière, bien différente du reste de la forêt. Les rayons de lune parvenaient cette fois à inonder le sol humide, recouvert de végétation, et les arbres se faisaient discrets, laissant un espace vide agréable autour d'elle.

Elle ferma les yeux et respira l'air forestier qui lui emplit les poumons. Que c'était bon de se retrouver seule dans cet endroit calme et silencieux, comme suspendu en dehors du temps...

Enivrée par une sensation de paix, elle se mit à danser doucement dans la clairière.
Son corps léger se mouvait au rythme d'un air imaginaire qu'elle laissait parfois filer entre ses lèvres. Sa baguette toujours dans sa main laissait des traînées de lumière blanche lorsque la petite faisait virevolter ses bras dans les airs.

Kalén finit par décoller, allant d'une flaque de lune à l'autre. Envahie par la chaleur de sa danse, elle se débarrassa de sa cape d'un mouvement fluide. Celle-ci resta suspendue quelques instants dans les airs, à l'instar du petit corps de la jeune fille, avant de retomber lentement sur le sol de la clairière, comme une chauve-souris géante.


Les paupières closes, la petite ne voyait plus, ni les arbres autour d'elle, ni les mouvements dans les fourrés, ni même le corps de ce jeune garçon, assis à l'autre bout de la clairière, qui avait sûrement du observer la scène depuis son arbre blanc.
Revenir en haut Aller en bas
Osvald Osborne
avatar
Préfet(e)/Serdaigle
Préfet(e)/Serdaigle
Année à Poudlard : Sixième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Escapade Nocturne

Message par : Osvald Osborne, Mer 13 Sep 2017, 14:57


Je tourne une à une les pages de mon grimoire.
*... Marguerite ... Narcisse ...*
Chaque plante avait droit à une double page, parfois quand ces deux-là ne suffisait pas je faisais un collage assez maladroit pour rajouter des feuilles en plus.
*... Némophilia ... Olivier ...*
Un petit herbier de ma confection, dont je me sépare rarement.
*... Oliban ! *
Caressant du bout des doigts le croquis de la plante que je cherche depuis des heures, j'ouvre en grand mon livre de poche et tente de trouver l'information qu'il me faut. Cependant, un mouvement capté du coin de l'œil me fait relever la tête.

Une silhouette dansante au milieu de la clairière. Elle virevolte et tourbillonne, scintillante et aérienne. Je retiens ma respiration et ramène un peu plus mes jambes contre moi. Prendre le moins d'espace possible, faire le moins de bruit, ne pas perturber la scène.
Une nymphe ! Une nymphe des bois ! Moi qui n'est même pas un initié ! Mes offrandes laissées un peu partout dans la Forêt avaient peut-être mis en confiance le petit peuple quant à ma présence ici ?

J'admire le spectacle de la nymphe dansant au clair de lune, sa peau blanche illuminée par la lune et ses boucles brunes accompagnant ses mouvements gracieux. Instinctivement ma main se dirige vers la poche de mon pantalon et se saisit du sac en tissu contenant mes runes. Je le prends en main et le serre fort, ce simple geste me rassure.
Je glisse mes doigts à l'intérieur et sors de leur prison de tissu les petits ronds de bois.

Je ne détache pas la nymphe des yeux. En moins de deux secondes je trie les runes, presque instinctivement, pour ne garder en main que les huit premières. À nouveau je les sers très fort. Tout en suivant les mouvements de l'Être de la Forêt j'entame silencieusement, dans ma tête, la seule prière à Freyja que je connaisse. Les Vannes et les créatures liées à leur peuple aiment la reconnaissance qu'on leur montre via les offrandes et les prières. Heureusement qu'il me reste du lait et des biscuits !

Malheureusement ce même peuple est également assez susceptible et ... en voulant me mettre dans une position un peu plus confortable, le bruit d'une branche qui craque retenti dans le silence féerique qui régnait en cet instant dans la clairière...
Revenir en haut Aller en bas
Kalén Bloom
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Escapade Nocturne

Message par : Kalén Bloom, Jeu 14 Sep 2017, 20:51


Emportée par ses mouvements et la musique qui se jouait dans sa tête, Kalén avait quitté la réalité.
Un immense sentiment de paix l'avait envahi dans cette clairière, sentiment qu'elle n'avait pas ressenti depuis l'époque où elle jouait avec Owl dans les vallées du Pays de Galles.
Elle était tellement envoutée par sa propre danse, qu'elle ne remarqua pas le garçon qui l'observait.

Elle ne le vit pas se recroqueviller au pied de l'arbre.
Ni sortir ces étranges objets de sa poche.
Ni bouger légèrement pour se repositionner.

Mais elle entendit la branche craquer.

Ramenée brusquement dans le monde réel, Kalén ouvrit les yeux d'un coup et se figea dans son mouvement. Au moment où ses paupières se soulevaient, elle aperçut une silhouette un peu plus loin, masse sombre et indéterminée, tapie dans l'ombre des feuillages.

Durant un instant, elle ne bougea pas, comme hypnotisée par cet intrus qui l'observait. Elle retenait sa respiration, sa baguette brillant toujours au bout de sa main.

Puis, enfin, comme libérée de sa prison de stupeur, le petit corps se remit en mouvement, retrouvant sa vivacité perdu.
Kalén fondit sur sa cape tombée à quelque pas d'elle et d'un grand geste ample, la jeta sur ses épaules, masquant ainsi son visage sous la capuche. Elle se baissa alors et s'approcha furtivement de la silhouette, légèrement penchée en avant, à la manière d'un petit animal craintif.

Lorsqu'elle fut assez près pour discerner la nature de l'étrange forme, elle se rendit compte que c'était un jeune garçon, sûrement un peu plus vieux qu'elle. Il était assis entre les racines d'un vieil arbre, un grimoire ouvert posé sur ses genoux. Il semblait aussi surpris qu'elle de la voir ici et Kalén abaissa sa baguette qu'elle pointait jusqu'alors vers le ciel.

Elle ouvrit grand les yeux, le visage à quelques centimètres de celui du garçon et le regarda quelques instants, jetant sur lui son grand regard surpris.

"Bonsoir vous. C'est vous qui chassez les demiguises ?"

Le ton était très poli et sa voix laissait très clairement percer sa curiosité.
Elle sentit une vague d'émotions familières l'envahir. L'excitation que procurait la prochaine enquête, précédée par la rencontre avec une nouvelle personne.

Qui était-il ? Que faisait-il ici au beau milieu de la nuit ? Kalén attendait la réponse, ses yeux souriant d'un éclat impatient.
Revenir en haut Aller en bas
Osvald Osborne
avatar
Préfet(e)/Serdaigle
Préfet(e)/Serdaigle
Année à Poudlard : Sixième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Escapade Nocturne

Message par : Osvald Osborne, Jeu 14 Sep 2017, 22:48


Alors que l'écho de la branche craquée se dissipe dans les feuillages fournis de la Forêt, je suis incapable de bouger. J'étais comme figé sur place, une expression de surprise collée sur le visage. Qu'est-ce que j'avais fait ? Quand mon cerveau se remit péniblement en marche et me fit prendre conscience de mon erreur, je sens mon ventre se liquéfier. Je me sens tellement mal ! Quel idiot je fais ! Gâcher ainsi un tel moment !

Je vois la nymphe stopper sa danse et s'emmitoufler dans une cape sombre. Elle allait disparaître dans les bois et s'éloigner de moi... Contrairement aux légendes moldues, les nymphes, qu'elles soient de n'importe quel élément, n'aiment pas la compagnie des humains. De même que les fées, seules les personnes initiées à leur magie et leur élément peuvent espérer être un jour, après des décennies de dévotion, être reconnues comme des amies, comme des alliées, comme des égales.
J'avais beau être de la terre, je n'étais pas le moins du monde initié à la magie du petit peuple. À ses yeux je n'étais donc qu'un simple humain, un intrus, un indésirable.

La tristesse qui m'envahit est comparable à un raz-de-marée frappant de plein fouet ma poitrine. J'ai envie de pleurer.
Pourtant, avant que mes premières larmes s'échappent, la nymphe s'approche doucement de moi. Au raz-de-marrée de tristesse s'ajoute quelques vagues de confusion et d'espoir. Plus l'Être des bois se rapprochait, plus mon cœur frappait fort dans ma poitrine. Je sens le rouge me monter aux joues, elles en deviennent brûlantes. Je ne mérite certainement pas son attention et ça me fait me sentir tout drôle ! Je me demande alors quelle nymphe est-elle exactement. Dryade, Hamadryade, Méliade ou Napée ?

Sans avoir plus de temps pour me demander si les arbres autour de nous étaient des chênes ou des frênes, la voilà déjà en face de moi. Je me rends alors compte qu'inconsciemment j'avais retenu ma respiration depuis le craquement de branche et mes poumons commencent à me faire mal. Je relâche alors la pression de ma cage thoracique en un faible soupir. Avant même de pouvoir la dévorer des yeux, la nymphe se penche vers moi et je suis plongé dans ses yeux bleus.

"Bonsoir vous. C'est vous qui chassez les demiguises ?"


Sa voix était calme et curieuse, son regard appuyé, attendant une réponse. Elle me prend pour une sorte de braconnier ? S'il y avait effectivement des chasseurs de créatures de la Forêt, la réaction de la nymphe de venir à sa rencontre devenait tout de suite plus compréhensible ! Le petit peuple a horreur qu'on s'en prenne à la nature, et les animaux qui y vivent sont sous leur protection. Je ne tiens absolument pas à ce qu'elle pense que je suis un mauvais humain, je m'empresse donc de répondre en bafouillant un peu à cause de ma gorge sèche et du manque de souffle :
- Non ! Non absolument pas ! Au contraire je ne ferais jamais de mal à une créature de la Forêt.

Sans la quitter des yeux je rassemble toutes les runes que je tenais dans une seule main et tâtonne avec l'autre dans l'intérieur de mon sac. J'en sors laborieusement un des gâteaux au miel qu'il me reste. En gage de mes bonnes intentions, je lui tends la sucrerie, toujours le rouge aux joues.
Revenir en haut Aller en bas
Kalén Bloom
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Escapade Nocturne

Message par : Kalén Bloom, Ven 15 Sep 2017, 23:21


Kalén observait toujours le garçon derrière son grand regard bleu. Elle cligna des yeux deux ou trois fois et l'entendit bafouiller :

"Non ! Non absolument pas ! Au contraire je ne ferais jamais de mal à une créature de la Forêt."

Ah ! Voilà qui était bien, ce jeune homme avait l'air tout à fait sincère. En y repensant, Kalén se dit qu'il n'avait pas été très prudent de s'approcher ainsi de lui, dans le cas où il aurait été l'un de ces fameux trafiquants. Elle n'eut pas le temps de se questionner d'avantage que le jeune homme lui tendait un petit gâteau d'apparence succulente.

"Ooooh..." fit Kalén en louchant sur la friandise.

Elle se laissa tomber lentement devant lui, en tailleur, les yeux toujours rivés sur le biscuit, et le saisit délicatement entre ses doigts fins. Elle en croqua un morceau ; il était délicieux. Le goût du miel lui envahit les papilles et elle ferma les yeux de délice. Elle en reprit une bouchée et finit par en dévorer la moitié.
Un coup d'oeil vers le jeune homme lui indiqua qu'il n'en avait pas sorti pour lui. C'était sans doute son dernier, et Kalén ne souhaitait pas le priver d'un bonbon si succulent. Elle se redressa alors, puis lui tendit la moitié restante avec un large sourire qui ne dévoilait pas ses dents.

"Merci, j'adore, c'est bon. En fait j'aime bien les choses qui se mangent, mais ça c'est particulier, c'est meilleur que le reste. Enfin je veux dire, ici dans la forêt, c'est encore plus délicieux", fit la petite sans effacer son sourire.

Elle leva alors les yeux vers la lune et poussa un soupir d'aise qui emplit ses poumons d'air forestier.
Puis elle redressa soudain la tête, et fixa sur le garçon son regard azur, toujours empli de curiosité. Elle ne le voyait pas très bien, mais ce qu'elle discernait de lui était plutôt agréable. Sans savoir pourquoi, elle avait envie de le connaître. Une beauté particulière s'en dégageait, comme si son caractère émanait dans ses traits.

"Qui es-tu ?", demanda-t-elle simplement.

Elle aurait bien aimé connaître son nom, mais ce qui l'intriguait d'avantage, c'était les raisons qui l'avaient poussé à se rendre ce soir dans la forêt.

"C'est étrange que nous nous croisions ce soir, reprit-elle d'un ton vague. Il y avait sûrement une chance sur des millions pour que je rencontre un élève de Poudlard ici même, au moment exact où je passais par cette clairière."

Elle réfléchit un instant, ses dents mordillant doucement sa lèvre inférieure sous l'effet de la réflexion.

"Tu es bien un élève, n'est-ce pas ?"

Son moi intérieure sourit largement. Elle ne parlait que très rarement en public, et voilà qu'elle se mettait à déballer des phrases et des phrases sorties d'elle ne savait où. Dans tous les cas, cette situation la mettait en confiance. Elle avait l'impression d'éprouver, en ce moment même, un bonheur qu'elle n'avait que rarement ressenti depuis son arrivée à Poudlard. L'impression de se sentir à sa place dans cette forêt pourtant peu avenante.

La raison de sa présence ici lui revint d'un coup en mémoire. Cela dut se lire dans ses yeux car elle eut un petit sursaut en y repensant. Les demiguises ! Elle devait retrouver les braconniers pour sauver les créatures ! Peut-être que ce garçon les avait vu passer ? Elle le regarda et pencha légèrement sa tête sur le côté.

"Tu n'aurais pas vu passer des braconniers par hasard ? Ils cherchent à capturer les demguises de la forêt interdite, sûrement pour revendre leur fourrure. Je voudrais les arrêter avant qu'il ne soit trop tard."
Revenir en haut Aller en bas
Osvald Osborne
avatar
Préfet(e)/Serdaigle
Préfet(e)/Serdaigle
Année à Poudlard : Sixième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Escapade Nocturne

Message par : Osvald Osborne, Sam 16 Sep 2017, 15:30


Heureusement que, même avec la lumière que diffusait la lune, on ne voyait pas tout en détails car lorsque la nymphe accepta et goûta la sucrerie que je lui tendais je me suis senti rougir encore plus ! Je suis tellement heureux qu'un Être du petit peuple accepte ainsi mon présent ! La voir le savourer puis le dévorer à moitié me fait l'effet d'une consécration. J'étais accepté ! Elle acceptait ma présence et -

"Merci, j'adore, c'est bon. En fait j'aime bien les choses qui se mangent, mais ça c'est particulier, c'est meilleur que le reste. Enfin je veux dire, ici dans la forêt, c'est encore plus délicieux"

Aah le petit peuple et la nourriture, une grande histoire d'amour. Je refuse poliment d'un signe de tête (accompagné d'un sourire ravi) la moitié du gâteau restant qu'elle me tend. Puis tout en le lui proposant, je vais chercher, toujours d'une main, la bouteille que j'avais emportée avec moi. "J'ai du lait aussi, si vous en voulez avec le miel !"

L'idéal aurait été d'avoir du vrai miel et d'en verser un peu dans le lait, puis seulement de le lui proposer. Malheureusement je n'en avais pas la moindre goutte sur moi. En plus, puisque ça faisait déjà un moment que je vagabondais dans la Forêt, le lait n'était déjà même plus tiède mais plutôt froid... Cependant je crois qu'il vaut mieux en donner à la nymphe et qu'elle le refuse plutôt qu'elle s'aperçoive que je le lui aie caché. Les Êtres de la Forêt sont très pointilleux sur le respect et ne supportent pas les affronts... un peu comme les Hippogriffes !

"Qui es-tu ?"
Sur le moment je ne comprends pas bien sa question. J'étais un humain, elle devait bien l'avoir senti...
"C'est étrange que nous nous croisions ce soir. Il y avait sûrement une chance sur des millions pour que je rencontre un élève de Poudlard ici même, au moment exact où je passais par cette clairière."
Je fronce un peu les sourcils. La nymphe devait être ici depuis très longtemps pour se soucier de ce que faisaient les humains au point de connaître le nom de l'école de sorcellerie. Les liaisons entre nos deux mondes étaient très rares et éphémères, par conséquent le petit peuple ne suivait pas vraiment l'évolution de notre monde. Il s'en fiche un peu, en réalité, puisque leur relation avec nous est très élitiste. Seuls les initiés qu'il reconnaît lui-même peuvent prétendre être considérés comme des amis de ces Êtres magiques. Cette nymphe était... un peu spéciale...
"Tu es bien un élève, n'est-ce pas ?"

Je sors de ma réflexion alors qu'elle se mordille la lèvre. Je ne sais pas trop quoi penser de tout ça mais j'ai envie d'y croire. J'ai envie de croire qu'il y a quelque chose de particulier qui se passe ici. La clairière, elle, moi. Alors je réponds à toutes ses questions.
- Je m'appelle Osvald Osborne, je suis apprenti voyant - j'ouvre et lève la main au creux de laquelle je tiens toujours l'Aett de Freyr - et ... euh... oui je suis élève à Poudlard.
Inutile de préciser que j'étais à Serdaigle. Même dans l'éventualité où la nymphe gardait effectivement d'un oeil distrait la concentration d'humains qu'était l'école, les concepts de répartition lui paraîtront trop absurdes. Même si les caractéristiques qu'on attribue à Serdaigle correspondent à la rune Ase et que celle-ci se trouve rattachée à Freyr et donc aux Vannes. Ironique, mais bon. À la limite ce que je peux rajouter à ma présentation est que je suis un enfant de la terre. Mais ça elle doit l'avoir senti également, puisqu'elle était venu me parler d'elle-même. Si j'avais été du feu ou de l'eau, ça aurait été une autre histoire ! Que je ne préfère pas trop imaginer pour l'instant...

La nymphe sursauta d'un coup puis me fixa en penchant la tête. Je sens une nouvelle question arriver. Apparemment j'avais vu juste, elle me prenait pour un braconnier ! J'ai évité le pire ! Je réponds négativement de la tête à sa question, je n'avais vu aucun demiguise depuis que j'étais entré dans la Forêt cette nuit. Mais comme la particularité de ces créatures était de se rendre invisible, c'était assez compréhensif.
Ainsi donc la gardienne des bois chassait les braconniers. Cela pouvait expliquer ses connaissances et son "intérêt" pour la société humaine actuelle, et donc l'école.

L'idée même que l'on puisse s'en prendre à des animaux me fait serrer le poing d'indignation. Je regarde la nymphe droit dans ses yeux bleus, d'un air assuré :
- Je vais vous aider !
Revenir en haut Aller en bas
Kalén Bloom
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Escapade Nocturne

Message par : Kalén Bloom, Lun 18 Sep 2017, 00:49


Le garçon refusa la moitié de biscuit que Kalén lui tendait. Ça alors ! Soit il était très généreux, soit il n'avait jamais goûté le gâteau qu'il lui avait offert, parce qu'il était tout simplement exquis.
Kalén n'insista pas, trop contente de prolonger son plaisir gustatif, et entreprit de terminer goulument la friandise. Mais voilà qu'il continuait à lui donner à manger ! C'était du lait cette fois-ci : lait et miel, quelle fabuleuse combinaison !

Kalén accepta l'offrande avec des hochement de tête frénétiques, et prit la bouteille qu'il lui tendait. Elle en avala deux grandes lampées, et lui rendit la bouteille avec un grand sourire brodé d'une moustache blanche.

Le garçon sembla légèrement perturbé par la question de Kalén, mais il lui répondit cependant.
"Osvald..." Ce nom lui était inconnu, elle ne l'avait donc pas encore croisé dans les couloirs du château. Cependant, elle tiqua sur la suite de sa phrase.

"Un apprenti voyant ! Oh ! Alors tu sais déjà comment cette soirée va se terminer ? Est-ce tu lis l'avenir dans les étoiles comme les centaures ? Tu connais les significations des lignes dans les mains ?"

En disant ces mots, elle regarda ses propres paumes avec un air intrigué. Les siennes étaient striées de lignes qui se croisaient, se scindaient, rebondissaient les unes sur les autres, à la manière des mains de vieilles femmes. Elle ne s'était jamais penchée sur leur signification, mais, pour la première fois, la question lui effleura l'esprit. Avait-elle, depuis toujours et à portée de main, les réponses qu'elle cherchait sur son avenir ?
Ses yeux continuaient de se perdre dans les méandres de ses paumes. Elle entendit malgré tout la réponse du jeune homme : il n'avait vu passer personne. Kalén fit une grimace déçue, tout en continuant de se mordre la lèvre.
Cette équipe de malfaisants était donc un mystère. Discrets comme des ombres, ce devait être une bande de chasseurs de demiguises expérimentés pour se rendre ainsi invisibles dans la forêt.

Le regard d'Osvald se plongea alors dans celui de Kalén. Il avait pris un air assuré, et la jeune fille sentit de la détermination percer dans sa voix :

"Je vais vous aider !"

La petite se figea un instant. Elle se maudit d'abord intérieurement de l'avoir tutoyé, alors que le jeune homme marquait depuis le début le respect dans ses appellations, puis se fendit d'un immense sourire qui s'accompagna d'un petit rire de bonheur. Elle se pencha vers le jeune homme, lui saisit les mains et se releva en l'entrainant avec elle.
Ses mains refroidies par la brise nocturne et le contact glacé de la bouteille de lait se réchauffèrent dans celles du garçon. Elle le regarda à son tour et murmura, sans parvenir à masquer la note de jubilation qui perçait dans son ton :

"Alors allons-y, il n'y pas une minute à perdre !"

Et elle l'entraîna dans la forêt, ignorant les branches et les ronces qui s'accrochaient dans sa cape. Sa petite main serrait toujours celle d'Osvald pour ne pas le perdre - on a si tôt fait de perdre quelqu'un en forêt -, tandis qu'ils filaient, s'enfonçant plus profond dans le bois.

Soudain, Kalén s'arrêta. Ils venaient d'arriver dans un endroit où les arbres étaient plus espacés. Leurs troncs étaient aussi plus larges, et la lumière de la lune parvenait à percer entre leurs branches.
Mais ce n'était pas cela qui avait stoppé la demoiselle. Non, la raison de son arrêt demeurait dans la toile d'araignée de la taille d'un hippogriffe qui s'étendait en travers du chemin, leur barrant le passage. Levant les yeux, la jeune fille se rendit compte qu'une dizaine, une vingtaine, une centaine de toiles similaires peuplait les arbres alentours, offrant à l'endroit une saveur plus qu'inquiétante...
Revenir en haut Aller en bas
Osvald Osborne
avatar
Préfet(e)/Serdaigle
Préfet(e)/Serdaigle
Année à Poudlard : Sixième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Escapade Nocturne

Message par : Osvald Osborne, Mer 20 Sep 2017, 19:00


Je suis plus que perdu par cette nymphe. D'un côté ses actions sont propres au petit peuple, de l'autre ses paroles ... étaient ... contradictoires ? Ça me perturbait au plus au point. À chaque fois que je me disais que c'en était définitivement une, elle ouvrait la bouche et parlait comme une humaine. Mon hypothèse sur le fait qu'elle soit potentiellement là depuis des siècles pouvait coller mais ça restait tout de même assez exceptionnel.
Son amour pour le mélange du lait et du miel faisait pencher la balance du côté nymphe.
Ses réflexions sur la divination, du côté humaine.
J'étais définitivement perdu dans une zone de doute constant.

Je réponds négativement de la tête à toutes ses questions. L'allusion à la chiromancie me fait un peu grimacer. Moi et la chiromancie on est tellement loin de s'entendre ! De toutes les méthodes de divination ce n'est pas celle qui m'est le plus obscur mais c'est clairement celle qui me hérisse le plus le poil. Je veux bien comprendre que les boules de cristal et les restes de feuilles de thé puissent être lus d'une manière ou d'une autre. Mais les lignes de la main ? En fait ce ne sont pas les lignes en elle-même qui me dérangent, c'est la codification dont elles font l'objet en chiromancie. C'est beaucoup trop carré, strict, sans nuances, pour être considéré comme fiable. Et dire qu'on l'étudiait en cours ... Si un jour je devenais professeur de divination, j'essayerais de faire modifier le programme, au moins au niveau de la lecture. Rendre ça plus instinctif, moins catégorique. On ne peut pas être bon en tout mais l'art de la divination restait tout même bien plus libre que -

Soudain je suis entraîné dans un mouvement que je n'ai pas engagé. La petite main froide et forte de la nymphe me tient fermement et nous entraîne au fond des bois. Dans son excitation elle ne prend pas la peine de me laisser le temps de me préparer. Me voilà donc tiré à travers les bois sans ménagement. J'ai la sensation que mon cœur se déchire. J'ai froid et je tremble. Je ne me sens vraiment, mais alors vraiment pas bien.

Mes runes.

Tombées.

Laissées derrière.

Plus sur moi.

Je les ai senties glisser, doucement, de mes doigts. J'ai senti mes muscles tenter de se refermer dessus avant qu'elles ne quittent définitivement le contact avec ma peau. Et je les ai senti se refermer sur du vide. J'ai l'impression qu'il me manque une partie de mon âme. Qu'on a été séparé brusquement et que la déchirure saigne comme jamais je n'ai saigné auparavant.

La nymphe s'arrête enfin. Mes vêtements sont couverts de ronces, d'herbes, de petits insectes, et je m'en fiche totalement. La gardienne de la Forêt ne bouge plus, regarde autour d'elle ainsi qu'au-dessus de nos têtes. Et je m'en fiche. Tout ce qui compte pour le moment, à mes yeux, c'est de rebrousser chemin en courant. Je me dis que j'ai envie de pleurer mais en sentant quelque chose de chaud couler sur mes joues je réalise que je pleure déjà en silence.

Je lâche la main de la nymphe, même pas brusquement, pour essuyer les sillons de sel sur mes joues. Si je lui demande elle me laissera repartir chercher mes runes, j'en suis sûr, il n'y a pas de raison. Après je la rejoins et on pourra se lancer à la chasse aux braconniers en toute tranquillité. Mais là, moi, dans cet état... je ne vais pas tenir très longtemps.

À ma droite résonne un léger "Clac! Clac!"
Une sorte de cliquetis.
Revenir en haut Aller en bas
Kalén Bloom
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Escapade Nocturne

Message par : Kalén Bloom, Jeu 21 Sep 2017, 22:13


Kalén reprit son souffle, ses petits bras repliés sur son ventre endolori.
Elle regarda autour d'elle, l'air inquiet, puis posa ses yeux sur Osvald.
Son coeur rata un battement dans sa poitrine. Elle vit très nettement deux trainées brillantes étinceler sous ses yeux à la lumière de la lune. Elle n'en revenait pas, le garçon pleurait.

Tout se passa très vite dans la tête de la petite. Elle essaya d'abord de savoir pourquoi son camarade s'était mis à pleurer. Elle se demanda si elle ne lui avait pas mis un coup mal placé, de pied ou de coude dans leur course effrénée.
Puis elle pensa aux ronces qui s'étaient peut-être accrochées à son visage - après tout, il était plus grand qu'elle -, mais elle ne vit pas de marques sur sa peau.
Peut-être que ce lieu lui rappelait quelque chose ? Avait-il déjà était triste dans cet endroit de la forêt ? Elle tenta de discerner quelque chose, une émotion sur son visage, mais il gardait les yeux fixés sur ses mains, faisant abstraction de la fosse où ils venaient d'atterrir.

Kalén suivit son regard et observa les mains du garçon qu'il venait de retirer des siennes. Elles tremblaient et tenaient son sac ouvert, d'où dépassait son herbier. Il manquait quelque chose, la petite le comprit dans les yeux embués d'Osvald.

Tentant de se remémorer ce qu'il lui avait montré, Kalén eut soudain un éclair de compréhension. Ses runes ! Ses runes qu'il avait sorti avec tant de soin de sa sacoche, qu'il avait présenté à Kalén, et auxquelles elle n'avait pas prêté beaucoup d'attention sur l'instant.


Son rythme cardiaque s'accéléra et ses yeux s'humidifièrent aussi, laissant bientôt couler de grosses larmes salées sur ses joues. Elle bégaya, tenta en vain de poser une main réconfortante sur l'épaule d'Osvald, ne parvenant qu'à survoler sa robe de sorcier.
Il devait terriblement lui en vouloir. Et elle s'en voulait peut-être plus encore.

Elle resta comme ça un moment, à le regarder plongé dans son désespoir, lui qui lui avait paru si doux, si joyeux tout à l'heure.
Elle se mordilla la lèvres, tentant d'accrocher son regard, sa propre vision se floutant sous l'effet de ses remords.
Peut-être que le jeune garçon aurait pu devenir l'un de ses amis... Et elle, elle venait de tout faire rater. Pourquoi fallait-il toujours que ça se passe ainsi ? Pourquoi ne pouvait-elle pas se faire simplement un nouvel ami, sans qu'elle fasse quelque chose qu'elle regrette après pendant des mois ?
C'était un cercle vicieux, à chaque fois qu'elle rencontrait quelqu'un, il fallait qu'elle fasse une bourde, une gaffe, qu'elle ait un comportement inapproprié qui rebute, vexe, ou agace.

Et voilà que cela se reproduisait, qu'elle venait à nouveau de laisser passer sa chance de nouer de vrais liens avec quelqu'un d'intéressant.
A moins que...

Non.

Non. Elle ne pouvait pas le laisser comme cela. C'était de sa faute à elle si Osvald était mal. Et c'était elle qui réparerait son erreur.

La petite releva la tête vers lui.

"Je suis désolée. Je vais les retrouver...", murmura-t-elle en pressant doucement l'avant-bras du jeune homme, de sa main qui avait retrouvé un peu de chaleur.

Et sans attendre d'avantage, la petite s'élança sur leurs pas, s'enfonçant dans la forêt.
Elle était partie sans entendre le bruit inquiétant qui venait de retentir dans le silence pourtant oppressant de la forêt. Et, alors qu'elle disparaissait dans le bois, un silhouette massive et velue pris sa place.

"Accio runes !"

Les branches des arbres lui fouettaient le visage.

"Accio runes !"

Elle sentit une ronce lui griffer la joue et s'entraver dans sa cape.

"Accio runes !"

Elle trébucha sur une racine et s'étala de tout son long sur le sol de la forêt.

"Umfio...unes !"

Se relevant péniblement, la petite repris sa course, de la terre et du sang plein les yeux.

"ACCIO RUNES !" hurla-t-elle, des sanglots hachant sa voix.

Une poignée de petits objets en bois décollèrent alors, non loin d'elle. Il lévitèrent quelques instants vers elle, et vinrent se déposer au creux de sa main, alors qu'elle tendait les bras pour les récupérer.
Maintenant, Kalén reconnaissait le coin où elle avait rencontré Osvald. La clairière, l'arbre, et même le buisson où elle avait combattu le jeune scroutt à pétard.
Soulagée, la petite s'apprêtait à rebrousser chemin pour retrouver le jeune homme, lorsqu'elle s'interrompit.

Elle était incapable de reconnaitre la route qu'ils avaient pris à l'allée. Et elle eut beau chercher, essayer quelque vieux sentier abandonné, la petite fille ne parvint pas à retrouver son camarade.

Alors que la panique commençait à s'immiscer en elle, accélérant son souffle et brouillant à nouveau ses yeux, un autre cliquetis se fit entendre, non loin d'elle.
Kalén s'arrêta net. Elle n'osait plus bouger, ses sens en alerte et sa main crispée sur sa baguette.

Un mouvement sur la droite.

Elle pivota lentement. Devant elle se dressait une énorme acromentule, qui devait faire trois fois sa taille. Elle agitait, menaçante ses pinces devant elle en se redressant de toute sa taille, ses huit yeux hideux et brillants fixant Kalén de leur regard aveugle.


"OSVAAAAAAAAAAALD !" fut la seule chose que la jeune fille parvint à hurler à travers le bois.
Revenir en haut Aller en bas
Osvald Osborne
avatar
Préfet(e)/Serdaigle
Préfet(e)/Serdaigle
Année à Poudlard : Sixième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Escapade Nocturne

Message par : Osvald Osborne, Sam 23 Sep 2017, 15:56


J'avais du mal à ne pas fondre définitivement en larmes, sans faire attention à ce qui m'entoure. Je n'avais pas remarqué le silence pesant au-dessus de nos têtes, ni même que l'air ici était plus froid et plus humide qu'à la clairière. La température extérieure m'importe peu puisque là où j'ai le plus froid c'est à l'intérieur.
Je renifle au moment où la nymphe pose sa main sur mon bras. Je n'ose pas la regarder en face. Je dois avoir l'air stupide ! Se mettre à pleurer devant une nymphe, en voilà une merveilleuse idée ! Je donne une belle image des humains ! Elle m'approche, me parle comme à un égal, m'entraîne à sa suite en acceptant aussi gracieusement ma présence et moi je m'effondre à vue d'œil sous son nez... et si elle passait le mot aux autres et que plus jamais une fée ne voulait m'approcher ? À cette simple idée mon cœur se brise encore plus en millier de morceaux.
Toutes les offrandes sucrées du monde ne récupéreront pas une mauvaise impression faite au petit peuple.

« Je suis désolée. Je vais les retrouver...»

Je relève la tête, étonné, mais c'est trop tard. La nymphe est déjà partie dans la direction opposée. Je l'entends à peine prononcer quelques mots dans sa course. Je m'essuie les yeux de ma manche et un léger sourire tente de se dessiner sur mes lèvres. Elle avait compris. Elle m'avait compris. Et elle était partie chercher la moitié manquante de mon âme sans me demander des comptes. Une fois de plus dans ma vie je suis heureux d'être de la terre. Est-ce qu'une nymphe du feu aurait réagi de la sorte ? Certainement pas. Mais les Êtres de la terre sont beaucoup plus attachés aux valeurs et au bien-être que ceux du feu ou de l'air. La nymphe avait senti mon déracinement profond. Elle avait vu que le moi se tenant à ses côtés n'était plus qu'un fragment de celui que j'étais lors de notre rencontre.

Elle n'aura aucun mal à retrouver la clairière, de même pour les runes. Elle était connectée à l'ætt de Freyr. Ce sera aussi facile pour elle que de s'orienter vers la lumière d'un phare dans la nuit.

Confiant et rassuré je m'attends à ce qu'elle réapparaisse d'une seconde à l'autre. Je compte bien lui donner tout ce que j'ai sur moi ! Les gâteaux, le lait, tout ! Jamais je ne pourrais assez la remercier de son action ! Je vais lui promettre de revenir souvent, avec encore plus d'offrandes ! Tout ce qu'elle voudra !

Une main dans mon sac pour compter à la volée combien de gâteau il me reste, l'autre attrapant ma baguette, c'est dans cette position que je lance un #Lumos pour y voir plus clair.

Allumer un feu, en forêt, c'est à double tranchant. D'un côté on ne meurt pas de froid et on voit ce qui se passe autour de nous, d'un autre on attire à soi toutes les bestioles des alentours qui, soit, n'ont pas peur du feu, soit aime la chaleur et ce qui va avec. En gros, c'est comme planter au-dessus de son camp un panneau « COUCOU ON EST ICI, BISOUS »
Le Lumos ne crée pas de flamme, mais de la lumière. Ce qui, dans mon cas présent, revient exactement au même.
Et l'araignée à ma droite pouvait difficilement rater le panneau que je venais d'allumer au-dessus de ma tête.

Les gens ont peur des araignées. À tort d'ailleurs ! Elles sont inoffensives pour l'humain, en règle générale. Elles sont très utiles en tant que prédateur naturel et ce n'est absolument pas dans leurs habitudes de s'en prendre aux humains volontairement. Si jamais il y avait confrontation de quelque sorte que ce soit entre les deux espèces, l'araignée choisit la fuite, toujours. Et c'est normal quand on y réfléchit cinq minutes ! Mais non, l'opinion populaire renforcée par l'imaginaire collectif a donné une sale réputation à ces petites bêtes. Entre les films d'horreur et les exagérations de leurs capacités ou dangerosités dans les livres... on a collé une étiquette bien triste sur nos amies arachnides.

Est-ce que j'ai bien conscience que le spécimen à côté de moi fait à peu près la taille d'un gros saint Bernard ? Oui. Et alors ? C'est un bébé ! Elle est toute petite ! La petite chose s'avance vers moi en cliquetant des mandibules. Elle doit avoir faim, la pauvre ! Qu'est-ce qu'il y avait à manger dans cette Forêt après tout, hein ? Des insectes ? Des oiseaux qui se prenaient de temps en temps dans ses petites toiles ? Si elle ne devenait pas grande rapidement, elle allait se faire manger par ses congénères ! En plus elle n'a même pas l'air d'être une chasseuse, si tant est qu'elle ait déjà chassé auparavant, car depuis tout ce temps elle aurait déjà dû me sauter dessus. Au lieu de ça, elle avançait en claquant des mâchoires, puis reculait d'un pas ou deux.
Je dis d'une voix douce : « Et alors toi, jamais vu d'humains jusqu'ici ? »
J'avance tout doucement, sans mouvements brusques. « Je ne suis pas dangereux tu sais, je ne vais pas te faire de mal » Sans doute pas la meilleure chose à dire à un prédateur hésitant mais c'était la vérité. Je me rapproche toujours, m'arrêtant quand les cliquetis deviennent menaçants. Mais elle me laisse venir tout de même à environ un mètre d'elle. Je  prends un gâteau dans ma main et le lance doucement vers le bébé acromentule. Après une seconde ou deux de questionnement, l'odeur alléchante - et la faim peut-être? - est la plus forte. Elle se penche et découpe du mieux qu'elle peut la sucrerie. Ce n'est clairement pas une nourriture adaptée à sa constitution mais tout comme le lait et les chats, le plaisir passe avant tout !

Tandis qu'elle continue de manger je me décale un peu et tends la main vers son duvet. Les gens disent que les araignées sont poilues. C'est faux. Elles sont soyeuses ! Je touche la toison sale de l'acromentule dans l'idée de la caresser mais elle se retire d'un coup avant de me faire face tout en faisant rageusement aller ses mâchoires. Message reçu cinq sur cinq alors que je tombais subitement en arrière sur le coup de la surprise. Cependant ça s'arrêta là, l'appel du gâteau étant plus fort que son désamour pour mes tentatives de grattouilles. Dommage...
Alors que je lui dépose un deuxième et un troisième gâteau, à quelques centimètres de là où elle mange le tout premier, un cri résonnant contre les troncs d'arbres me déchire les oreilles et le ventre.

La nymphe !
Je lance un « Sois sage ! » complètement inutile au bébé acromentule devant moi avant de m'élancer dans la direction d'où je crois que venait la voix.
La tête remplie de questions je cours sans m'arrêter dans l'espoir de ne pas arriver trop tard. Qu'est-ce qui pouvait faire peur à une nymphe ? Est-elle blessée ? Les braconniers l'ont trouvé avant qu'elle n'atteigne la clairière ? Et si ... - mon cœur se tord à cette pensée - et s'ils l'avaient blessée avec du fer ?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Escapade Nocturne

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 33 sur 37

 Escapade Nocturne

Aller à la page : Précédent  1 ... 18 ... 32, 33, 34, 35, 36, 37  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Le Parc :: La Forêt Interdite-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.