AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Le Parc :: La Forêt Interdite
Page 37 sur 37
Escapade Nocturne
Aller à la page : Précédent  1 ... 20 ... 35, 36, 37
Lizzie Bennet
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard

Re: Escapade Nocturne

Message par : Lizzie Bennet, Lun 03 Sep 2018, 13:50


Dans la plupart des romans, il se serait passé quelque chose d’assez stupide. J’aurais marché sur une brindille ou quelque chose de ce type ; je savais qu’il était mauvais ton de m’y risquer. En plus, l’automne était là, et avec lui ses feuilles sèches, ses bois morts, ce monde n’attendant que de craqueler sous nos pas pour mieux s’enfoncer dans le terreau forestier. Oh, c’est que la flore desséchée rêvait de regagner les bras de Gaïa avec la même assurance nostalgique que nous guettions, le soir, ceux de Morphée. A chacun son amant.

Les bruits s’intensifièrent et bientôt, les branches s’écartèrent pour dévoiler une créature au pelage ténébreux. En voilà, un animal qui méritait le nom d’Ebenezer plus sûrement encore que mon ami. J’aurais bien aimé l’admirer un peu plus, mais le hurlement précédent me faisait pressentir qu’un trop plein d’agitation pourrait surtout inviter le loup à me dépecer avec tout l’amour de la bonne chair dont il est capable. Pourtant, je n’étais pas si bonne ; je suis sûre qu’avec toutes les substances que j’ai pu ingéré ces dix dernières années, je suis un repas hautement cancérigène. Que voulez-vous, ce n’est pas quelque chose qui se flaire d’un coup.

Immobile donc, j’observais la bête noiraude. Sa démarche me permit bientôt d’apercevoir ses yeux, d’un bleu si vif qu’il vous transperçait l’âme. J’avais le sentiment de l’avoir déjà vu quelque part… sans savoir pourtant le remettre. Enfin, pour l’heure, lui ne m’avait adressé son regard révolver. Il aurait pu flairer le sol, auquel cas je m’en serais sortie sans mal ; au lieu de quoi il avait déjà abandonné la chasse. Il allait repartir. C’était bon. J’étais en sécurité. Il fallait qu’il garde sa tête à cette hauteur, qu’il ne lève pas les yeux.

Oh, quelques centimètres vers le haut et il serait tombé sur une tête humaine volante, mon Kaleidem n’affectant que mes habits… Si seulement j’avais pris une capuche, un foulard, ou quoique ce soit dont me recouvrir la tête !
Aurait-il compris ? Aurait-il eu peur ? Qu’importe, puisqu’il n’allait pas me voir. Il allait reprendre sa route.

Et si ce n’était le cas… Je sais pas, je tenterai un Bestia Dominitus ou quelque chose comme ça. Est-ce vraiment la formule de cet enchantement ? Est-ce que ce n’était pas Bestia Dominicus plutôt ? Eh bien, ça promet si je ne me rappelle même pas de ça… Quelle idée d’être si peu douée avec les créatures ! J’aurais du demander conseil à Finrod.

Bon, le petit problème technique, c’est que je n’étais pas capable de retenir ma respiration si longtemps. J’avais beau cherché à ne me refaire les poumons qu’à toutes petites gorgées d’air, je commençais à manquer d’oxygène. Sans trop pouvoir le contrôler, je pris une grande inspiration, de ces goulées qui vous refont l'âme. Qui remplissent le coeur d'un océan de nature. D'honnêteté, comme dirait Jacob.

L'adrénaline me couvrait — ou me bousillait ? — les neurones, et sans pouvoir détacher mon oeil du poil d'ébène, je priais pour qu'il disparaisse. Et en même temps, j'étais trop fascinée pour vraiment désirer le départ de l'animal. Une part de moi ne pouvait s'empêcher d'admirer le loup. Il faut dire qu'il était à la fois roc puissant et roseau aux souples capacités sensorielles. Comment ne pas se laisser fasciner ?
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Harmony Lin
avatar
Responsable AdminHarryPotter2005
Responsable Admin
HarryPotter2005
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : - Loup-Garou
- Permis de Transplanage


Re: Escapade Nocturne

Message par : Harmony Lin, Mar 11 Sep 2018, 23:50


Musique

Avec le L.A de Lizzie Bennet


La Bête est mécontente. A vrai dire, la Bête est même très frustrée. Elle qui pensait trouver une proie facile, de quoi se mettre sous la dent, une innocente personne qui aurait eu le malheur de traîner dans la Forêt à cette heure-ci - où elle est de sortie - ne sent finalement plus rien. Un sourd grondement sort de sa gueule tandis qu'elle rebrousse chemin, s'apprêtant à quitter cette douce clairière.

Une goutte de sang tombe et la Bête s'arrête quelques instants pour admirer cette preuve ultime que c'est elle qui a le contrôle en cet instant. Ce sang, le sang d'une petite fille aux yeux bleus qui a dû céder sa place tant la douleur, la colère et la tristesse la tourmentaient. Foulant l'herbe de chacun de ses pas qui montre une puissance bien plus grande que chez les simples loups, la Bête reprend alors son chemin, doucement, profitant de la Nature.

Quand un bruit parvient jusqu'à ses oreilles
Lui faisant retrouver tous ses sens de  
Chasseur.
Une respiration profonde qui vient de la clairière.

La Bête se retourne, cherchant de ses yeux bleus profonds la source de cette soudaine prise d'air. Elle traque et sourirait si elle le pouvait tandis qu'elle se rend compte que la proie n'est peut être pas si loin finalement. Que ses sens ne se sont pas trompés. Remplissant ses poumons des odeurs alentours dans un bruit qui ne laisse aucun doute quant à la force de la Bête, elle cherche. Ses orbes azurs se posent d'abord sur le sol, cherchant une anomalie, puis, suivant son instinct, elle relève les yeux et trouve ce qu'elle cherchait.

Une tête qui vole, ce n'est pas normal, si ?

La Bête gronde et s'avance vers cet élément qui n'appartient de toute évidence pas à ce décor. Un râle sort de gueule, faisant clairement comprendre à la tête en face que celle-ci est maintenant une cible et qu'elle ferait mieux de courir très vite. Mais pas question de lui laisser le temps de fuir, même si la Bête ne doute pas une seule seconde de pouvoir la rattraper. C'est qu'elle est fière la Bête. Alors ancrant d'abord ses pattes dans le sol pour se donner de la puissance, elle bondit soudain.

L'Humaine en face est déstabilisée et tombe au sol tandis que la Bête lui saute dessus tout en grognant. Une goutte de sang dégouline de sa gueule et vient s'écraser sur le visage de la proie.

La partie est finie.
La Bête a gagné.  
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Lizzie Bennet
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Manumagie (Niveau 1)
Loup-garou


Re: Escapade Nocturne

Message par : Lizzie Bennet, Mer 12 Sep 2018, 20:59



La créature m’a entendue. J’en suis persuadée. Je ne sais ce que j’ai fait, mais j’ai du le faire. Cela explique son grognement menaçant... GRRRRRRRRRRRRRR. Bientôt, je croise son regard, plus communicatif encore que sa nouvelle pioche dans l’éventail sonore. Un bleu de glace. Un bleu qui dit : je t’ai. Tu es à moi.

C’en est fait, je le sais. Même un sorcier intelligent, ou du moins prudent, tenant à sa survie, n’aurait pu décamper à la hâte. Il est trop tard pour se sauver. Il n’aurait pu transplaner, avec les protections que Poudlard garantit même au sein de la forêt. Une fois n’est pas coutume, je suis animée par l’énergie du désespoir.

Un sursaut de vie.

C’est une chose que je n’ai jamais su comprendre ; pourquoi les âmes les plus torturées peuvent se battre pour leur vie lorsque c’est un autre qui envisage de la leur dérober. Il y a cette arrogance, ce besoin d’être son propre meurtrier Ce serait pourtant un merveilleux prétexte pour justifier ses erreurs.

Dans une fraction de seconde, un élan de lucidité, j’informule un #Accio Balai. Malheureusement, l’instrument du salut tarde à venir ; et l’animal, lui, est beaucoup plus proche. Son museau est à quelques centimètres à peine de moi.

Je ne sais pas pourquoi on dit museau. Ce genre de mot fait penser à un bout de nez tout mignon et tout rose, comme ceux des chats, chiens, et autres lapins. Un loup en revanche, un loup a une g*eule qui grince et qui coince les bouts de bras à l'orée des bois.

Ses pattes se plantent dans le sol, les griffes remuent la poussière, son fessier se remue… La traque est finie. Il est en position d'attaque. Je recule, aussi vite que possible, mais ce n'est pas assez. Un coup de pattes, "AAAh", et je suis au sol. Le loup est sur moi, une tonne de force brute et féroce, avec les crocs qui claquent et quelque chose qui dégouline.

Ni eau, ni bave ; je crois que c'est du sang. Du sang qui pleut sur mon visage. Non, je suis un peu dramatique, ce n'est qu'une bruine discrète. Mais quand même. Du sang. Qu'a-t-il tué ? Un autre humain ? Un élève, peut-être ? Sur qui mon sang coulera-t-il dans quelques secondes ?

Damn, je suis ridicule. Depuis quand je panique ainsi ? Cela ne me ressemble pas. Je ne peux pas transplaner, mais je peux échanger ma localisation avec une des branches mortes qui inondent la clairière. Le souffle court, la peur dans l'âme, je m'y essaie. Sans succès. La terreur a raison de ma baguette. Je déteste ça. Plissant les yeux, je ne souhaite qu'une chose, disparaître.


SPISH.


Je tombe lourdement sur le dos, deux mètres plus loin. Oui, une tête volante peut se faire mal au dos. Cela vous surprend ? Un temps de répit, à condition de parvenir à déguerpir assez vite. Je tente maladroitement de me redresser, mais au fond, je ne fais que me voiler d'illusions. Je ne fais que retarder l'inévitable.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Harmony Lin
avatar
Responsable AdminHarryPotter2005
Responsable Admin
HarryPotter2005
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : - Loup-Garou
- Permis de Transplanage


Re: Escapade Nocturne

Message par : Harmony Lin, Jeu 20 Sep 2018, 01:02


La Bête prend son temps, elle sait qu'elle a le pouvoir, qu'elle domine cette humaine contre qui elle ne perdra pas. La tête sans corps apparent est déjà à sa merci alors autant profiter du fait d'avoir pu attraper sa proie. La Bête pourrait presque afficher un sourire sadique actuellement. La petite fille aux yeux bleus a réussi jusqu'à présent à l'empêcher de pouvoir être le Chasseur mais là, la Bête domine tout et Harmony est cachée loin derrière la conscience de la Bête, qui l'empêche tout retour.

La panique est palpable chez la proie et c'est une sensation que la Bête apprécie tout particulièrement. Plus la peur augmente chez la cible, plus elle se sent forte. Plus elle se sent invincible. Le souffle de la tête seule se perd, signe évident que la peur est présente chez l'autre alors que le souffle chaud chargé de sang de la Bête est profond, entier. La Bête est calme et sûre d'elle.

Mais soudain, la tête disparaît. La Bête regarde autour, désorientée pendant quelques instants. Elle se sent tout à coup moins forte, elle se sent tout à coup moins invincible. Et elle déteste ça. Jusqu'à ce qu'un bruit retentisse, légèrement plus loin. La cible vient de retomber au sol et essaye de se relever.

La colère empli le corps de la Bête et elle respire lourdement, voyant tout à coup rouge - façon de parler puisqu'elle voit toujours en noir et blanc -. L'humaine a essayé de s'échapper et elle a presque réussi. La Bête aurait pu perdre sa proie et le Chasseur en elle déteste ça. Alors elle se fait une promesse : ne plus la perdre. Elle aurait du mordre au lieu de contempler, fière, sa prise. Et bientôt, elle bondit de nouveau, reprenant le pouvoir. Posant ses lourdes pattes et plantant ses griffes dans la continuité de la tête mais beaucoup plus bas, sur ce que Harmony appellerait les jambes de l'Humaine si celles-ci étaient apparentes, elle tente de l'empêcher d'aller plus loin, la blessant au passage.

Et après un hurlement qui signifie la victoire sur sa cible, elle mord violemment le vide au dessus d'elle. Et bientôt, sur le flanc gauche de l'Humaine, le sang commence à couler, un croc de la Bête figé à l'endroit où la blessure est la plus profonde.

Attendez.
Non.

Non.
NON !

La Bête se recule soudain et semble presque surprise, si tant est qu'un loup peut sembler l'être. Un grognement puis un hurlement de douleur et de frustration traverse son gosier et vient se perdre dans la Forêt tandis que peu à peu, les poils disparaissent, le museau se rétracte et les croc sont remplacés par des dents blanches. A la place de la fourrure se trouve maintenant des poils sur une peau complètement nue. Des cheveux remplace tout ce duvet qui entourait la tête de la Bête.

Harmony est revenue

Je... Qu'est-ce qui vient de se passer ? Qu'ais-je fais ?

Non... Je ne peux pas. Ce n'est pas possible, je ne peux pas avoir perdu le contrôle. Je ne peux pas être la cause de la vie de quelqu'un d'autre qui bascule. Je n'y crois pas, je ne voulais pas ça. Je...

J'explose en sanglots, larmes amères qui s'échappent de mes yeux tandis que je réalise qu'une partie de mon pire cauchemar vient d'arriver. J'ai blessé quelqu'un auquel je tenais, je lui ai transmis la Malédiction... Si elle survit.

LIZZIE !

Je me précipite vers elle, ne faisant guère attention à ma tenue plus que légère. Je regarde si elle est consciente, essaye de voir ce que je pourrais faire pour l'aider. Elle va sans doute me dire d'aller me faire voir, elle va sans doute me détester, ne plus jamais vouloir me parler. A vrai dire, je vais avoir du mal à vivre avec moi-même après ça. Mais je ne peux pas l'abandonner. Si je l'abandonnais et qu'il lui arrivait quelque chose, je m'en voudrais encore plus. Et je ne sais honnêtement pas si j'arriverais à m'en remettre.

Mon regard s'attarde sur la large trace de dents, le sang qui en coule et le croc que la Bête a involontairement laissé. La culpabilité, qui ne m'avait pas quittée, revient de plein fouet. De nouvelles larmes coulent tandis que dans un hoquet, je m'adresse à celle qui a été blessée et maudite par ma faute.

- Je suis désolée... Tellement désolée...

Je pourrais lui proposer de la soigner mais je n'ai pas ma baguette. Il faudrait alors que je prenne la sienne mais me fait-elle assez confiance pour ça ? Puis vraiment lui demander ça alors que je viens de l'attaquer...?
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Lizzie Bennet
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Manumagie (Niveau 1)
Loup-garou


Re: Escapade Nocturne

Message par : Lizzie Bennet, Ven 21 Sep 2018, 23:54


J'imaginais vainement que m'éloigner suffirait à dissiper le souvenir de ma présence. Qu'il suffisait qu'on ne puisse me voir pendant quelques fractions de seconde pour que pouf, je puisse disparaitre sans qu'on s'en rende compte. Le don de transplaner dans le néant, voilà un domaine sur lequel je dois encore travailler.

Peut-être qu'en jumelant une dizaine d'armoires pour un réseau mangemoresque, je pourrais échouer noblement et gagner ma porte de sortie ? Est-ce que ça compte quand on commence en sachant qu'on ne peut correctement jumeler tant d'armoires ? Est-ce qu'on n'a le droit tant qu'on fait genre que c'était pas exprès ?

Enfin, non, je me perds, de base, je voulais transplaner pour ne pas mourir, pas transplaner droit dans la mort. Je sais pas comment on en est arrivés là, parce que moi la mort, c'est pas possible. J'y ai pensé, beaucoup, souvent, genre en long large et travers, on flirt pas mal elle et moi, mais je vous jure, c'est pas demain la veille qu'on se reverra.

J'ai perdu le droit d'accéder à cette relation il y a un peu plus de six ans, lorsque je suis tombée enceinte et que j'ai décidé de les garder. Parce que quand on est parent, on a pas le droit de partir. Jamais. Enfin si, il est dans l'ordre des choses qu'on crève avant nos gosses, mais c'est censé être loin dans le futur, quand ils sont autonomes et gèrent bien leur crise de la cinquantaine.

Aujourd'hui, la survie est la seule option. Aussi quand la Bête fonce sur moi, je me recroqueville, tente d'informuler une série de Bestia Domitus, mais il est trop tard. Le rapport proie-prédatrice, ou plutôt repas-prédatrice, a été établi. Elle ne compte pas me laisser partir. Lorsque ses griffes se referment sur moi, je me focalise sur l'instinct de survie. J'y vais de coups de pied et de Protego terriblement impuissants. Merlin, quand on a peur, ce qu'on peut être idiot.

Mes vêtements invisibles gigotent, se tranchent quelques fois sous l'effet de ses membres, dévoilant une chair qui n'attend que d'être saignée. L'animal n'hésite plus. Je n'ai pas spécialement l'occasion d'examiner tous les détails de son anatomie, et je crois que lui n'a pas la patience d'observer la mienne. On se lance des regards panique, des regards dévore, des regards qui veulent tout et rien dire à la fois. Tour à tour, je l'engüeule, le supplie, le conjure de me lâcher la jambe. Il ne veut rien entendre.

Lorsqu'il se décide à laisser partir mon membre, je suis trop mal en point pour m'échapper en rampant. J'essaie maladroitement de m'éloigner de lui, mais je tombe rapidement sous le côté. A moins que ce soit quand son museau s'aventure sur mes côtes ? Difficile à dire. Je préférerais songer que c'est de mon fait. Que j'ai le contrôle. Je n'aime pas être l'objet des décisions des autres. J'ai besoin d'avoir la main sur les choses qui m'arrivent. Assez ridicule, quand on voit où ça m'a menée, il vaudrait mieux pouvoir blâmer autrui pour ce parcours…

La douleur tait vite mes chétifs apitoiements. Mon estomac se retourne. J'ai si mal que l'envie de vomir me soulève, et en me congestionnant, j'enfonce un peu plus les crocs de l'animal sur mes hanches. Ma tranche. Je ne sais plus exactement où c'était. Le sang et la douleur se sont répandus sur toute la zone, et ils ont un caractère assez… lancinant. Comme ce froid, si vif qu'il pourrait tuer, si doux qu'il pourrait vous endormir en le faisant.

Le sang coule à flot et je perds rapidement conscience.

C'est Harmony qui, en s'enquérant de mon état, finit par me tirer de cet état léthargique. Au départ, je ne comprends pas bien ce qu'il se passe. Elle est peu vêtue, et tachée de sang. Sur le coup, je paniquais.
— Harmo-ny ? haletais-je. Qu'est-ce que. J'ai mal. Et du mal à parler. C'est que ça coince quand j'essaie d'articuler. Y a des syllabes qui ont du mal à passer à travers la poitrine. Je peux rester dans les sons hauts mais pas taper dans les sons plus ventraux. Il a dû me blesser, aussi. C'est un peu flou, en retrouvant l'accès à mes fonctions cognitives. Je me reprends, j'essaie de retrouver une contenance professorale.

— Que t'est-il arrivé ?

Quelque chose ne va pas dans son visage. Dans son regard. Dans ses larmes. Dans ce sang qui coule de son visage et non de son corps. J'aurais du savoir. J'aurais du avoir ma boule au ventre, cette boule qui savait que lorsqu’il y avait de la pluie, je me trouvais toujours sous la tourelle de fer et d’éclairs.

Peu à peu, les éléments reviennent. Se remettent en place. C'est un peu comme être tiré d'un affreux cauchemar, parvenir à ne pas s'en rappeler au réveil, pour découvrir qu'en fait, il est réel. Le sang n'a jamais été le sien. Børdel ! Je m'inquiétais pour elle ! J'aurais du avoir la boule dans la gorge. Elle aurait du savoir, au lieu de s'inquiéter pour elle. Car c'était sa faute.

Si elle était là, arrêtée au dessus de moi, ce n'est pas qu'elle avait réussi à éloigner l'animal. A 17 ans, on n'immobilise pas un animal de cette carrure. J'aurais du comprendre, à la façon dont son pelage bloquait mes sortilèges… Pourquoi ai-je été aussi lente ? Le loup. Le loup de son épouvantard.

Je me rappelais, à présent. Du regard, de glace. Quand je la voyais, elle, à présent, avec ce regard inquiet et troublé et coupable, je ne voyais plus que lui. Le loup. Elle était le monstre, depuis le début. Et d'un coup de dents, elle venait de croquer mon futur. Elle venait de priver Squirtle et Braeden d'une mère 'normale'.

Le regard plus las que désespéré, je la suppliais.
Pourquoi ?

Pourquoi as-tu fait ça ? Si tu vis avec ça et que tu désires le partager, c'est une chose, débats-en avec l'autre ! Viens pas comme ça, comme ça sans rien dire à bouffer le corps des gens, à tout faire basculer…

Oh, une morsure de loup, j'aurais pu être en paix avec cela. C'était plutôt badass, comme cicatrice, elle se serait bien assortie aux autres. Une morsure de loup-garou… Ça, c'était une toute autre affaire.
— Fais quelque chose, fais quelque chose, je peux pas rester comme ça —

Je peux pas devenir ça.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Harmony Lin
avatar
Responsable AdminHarryPotter2005
Responsable Admin
HarryPotter2005
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : - Loup-Garou
- Permis de Transplanage


Re: Escapade Nocturne

Message par : Harmony Lin, Mer 26 Sep 2018, 22:24


La même musique


Flash

Lizzie se débat, la Bête est toute excitée à l'idée de planter ses crocs dans cette proie qui finalement ne lui a pas échappée.

Flash

Des sorts sont lancés mais sont inefficaces contre la fourrure de la Bête, cela ne fait que renforcer son envie d'en finir

Flash

Finalement, la Bête attaque, y laissant un croc et condamnant Lizzie à la Malédiction des Loups-Garous

Retour à la réalité

Lizzie a perdue conscience tandis qu'Harmony a retrouvé la sienne.


Je la sens se réveiller, je la sens bouger, retrouver ses esprits. La peur au ventre, je ne pense qu'à m'enfuir, à fuir loin de la dure réalité : j'ai condamnée mon amie, celle qui m'avait aidé à quelques reprises, de la pire des façons. Mais je sais bien que si je la laisse ici, pour morte, je serai responsable du fait qu'elle ne revienne pas. Après tout, qui c'est ce qui se trouve d'autre dans cette Forêt ? N'importe quoi pourrait l'attaquer... Alors malgré ma culpabilité grandissante, je reste face à elle.

— Harmo-ny ?

Elle halète, a du mal à respirer. Pas étonnant avec ce que la Bête lui a fait... Ce que JE lui ai fais. Je déglutis, les larmes continuant, sans me demander mon avis, de couler sur mes joues, passant à côté de ma bouche encore couverte de sang. Le sang de celle qui se trouve en face de moi mêlé avec une partie du mien...

— Que t'est-il arrivé ?

J'aimerais lui répondre qu'elle se trompe, que rien ne m'est arrivé. Rien d'immédiat en tout cas. Que ma malédiction a commencé il y a déjà un an. Mais rien ne parvient à franchir mes lèvres si ce n'est quelques sanglots. Je n'arrive pas à lui dire ce qui s'est passé, je n'en suis pas capable, la culpabilité dévore à la place tout mot qui se formerait dans mon cerveau.

Puis son regard change. Elle me regarde d'une autre façon, d'une façon de laquelle elle ne m'a jamais regardé. J'ai toujours aimé voir ce qui se passait dans ses yeux quand nous discutions car jusqu'à présent, il me semblait que partager mes idées et mes espoirs avec elle faisait briller ses yeux un peu plus fort. Mais là... Mais là, il n'y a rien de tout ça. Il ne faut pas être un génie pour relier mon épouvantard avec la scène qui vient de se passer et le fait que je me trouve maintenant devant elle, nue avec le visage, les mains et les pieds couverts de sang.

— Pourquoi ?

Je la regarde, désemparée. Je n'ai pas voulu faire ça. Jamais je ne mordrais quelqu'un volontairement, plutôt mourir. C'est la Bête... Elle a prit le contrôle. Je n'ai pas réussi à l'arrêter... J'aurais tellement voulu pouvoir...

De nouveaux sanglots naissent tandis que je sens que jamais je ne pourrais me rattraper, jamais je ne pourrais effacer ce qui vient de se passer.

- Je...

Ma voix se brise et je baisse la tête, laissant mes larmes couler sur le sol et ne pouvant plus la regarder dans les yeux, n'osant plus voir ce que j'ai fais, ce que j'ai laissé faire.

— Fais quelque chose, fais quelque chose, je peux pas rester comme ça —

Je relève les yeux et tout le désespoir du monde semble bientôt s'y trouver. Je détourne ensuite le regard, incapable de lui dire ce que je vais lui dire en lui faisant face. Vous me pensez lâche ? Oui, sans doute. Mais je n'arrive juste pas à accepter le fait que j'ai fais basculer la vie de l'une de mes amies. C'est mon pire cauchemar qui devient réalité. Mon épouvantard qui prend forme sauf que je ne peux pas régler cette situation avec un simple Riddikulus.

- Je... Si tu me prêtes ta baguette, je peux essayer de te soigner mais... Mais... Le mal est fait, je suis désolée...

Je la regarde de nouveau, cherchant à savoir si elle veut que la soigne ou si elle a trop peur de moi pour ça, si elle m'en veut trop. Et soudain, je sens que j'ai besoin d'ajouter quelque chose, je sens que j'ai besoin de me justifier. Je sais que ça n'excuse pas ce que j'ai fais et ce n'est pas ce que j'espère. Mais... Je ne sais pas.

- Je n'ai jamais voulu ça... J'ai perdu le contrôle face à la Bête, face à un torrent d'émotions. Mais je t'aiderai pour que ça ne t'arrive pas. Si tu le souhaites...

Je m'affaisse, baisse de nouveau le regard tout en mordant le plus fort possible l'intérieur de ma joue, créant un goût de fer qui vient s'ajouter à celui déjà présent dans ma bouche. Comme si j'avais besoin de plus de sang... Puis je rajoute cette parole que j'ai déjà dite et qui, je sais, ne changera rien, mais je dois le faire. Je me sens tellement coupable..

- Je suis désolée Lizzie...

De nouvelles larmes coulent, mes yeux fixant néanmoins sa main pour être sûre d'attraper la baguette si elle me la tend.

When you feel my heat
Look into my eyes
It’s where my demons hide
It’s where my demons hide

Don’t get too close
It’s dark inside
It’s where my demons hide
It’s where my demons hide
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Lizzie Bennet
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Manumagie (Niveau 1)
Loup-garou


Re: Escapade Nocturne

Message par : Lizzie Bennet, Jeu 27 Sep 2018, 18:19


Seasons came and changed the time
When I grew up, I called her mine

Médusée, je la regarde fondre en larmes. Elle n’a pas le droit de pleurer. Elle ne se rend pas compte de ce qu’elle leur a pris. De ce qu’elle m’a pris. C’est sa faute, qu’elle l’assume, qu’elle ne se place pas en victime børdel ! Car il est hors de question que je la console et la rassure ! Enfin, pas tout de suite en tout cas. Pour l’heure je ne vois que le regard de glace, l’ombre lupine, la vie dérobée. Oubliée, la fille-espoir, ses rêves aux lèvres et ses ailes à la place des mots. Je ne vois plus que l’incarnation de la mort qu’elle est, ce soir, devenue.

On échange un regard, un regard si éloigné de tous ceux que nous avons pu partager jusque-là. La complicité et l’affection s’en sont allées. Il ne reste plus que la panique, la peine, la douleur... et une profonde incompréhension de ma part. Car je ne mesure pas encore tout à fait l’intégralité des changements que cet instant vient d’apporter sur ma ligne de vie.

A sa demande, je baisse la tête, cherchant ma baguette de mon oeil valide. J’aurais tout fait, vraiment. Ce corps semble être passé dans les mains d’une spécialiste des poupées vaudous. Vous me direz, le karma, tout ça tout ça. Dans le terreau forestier, j’aperçois enfin mon bout de bois. Il parait si fragile, si insignifiant, et est pourtant le signe de mes derniers espoirs.

She would always laugh and say
"Remember when we used to play?"

J’ai les mains qui tremblent en m’en emparant. Je n’hésite pas un instant avant de le lui confier : je sais qu’elle ne l’utilisera pas pour effacer mes souvenirs ou me tuer. Elle s’en veut trop. J’ai beau lui en vouloir aussi, cela ne m’aveugle pas assez pour que je puisse me méprendre sur la bienveillance de ses intentions. Et puis, je suis si pathétique en médicomagie qu’il serait absurde de refuser son aide.

Pour le coup, ce ne serait plus priver les jumeaux d’une mère normale. Ce serait les priver d’une mère tout court.

Remuant les fesses, je m’achemine tant bien que mal jusqu’à elle. Ses excuses m’écorchent la bouche, m’arrachent la peau, j’aurais préféré qu’elle me haïsse. Qu’elle fasse ça pour une raison bien particulière. Qu’elle se venge de quelque chose. Que ma morsure ait un sens. Non, non ma vie bascule et pour rien.

Pour un « incident », une émotion trop forte. J’vous ai toujours dit que les sentiments étaient une pourriture, que c’est qui nous tuerait… Oh comme vous riiez alors ! Comme vous disiez que sans émotion, une vie ne vaut d’être vécue ! Voyez ce que la mienne est devenue sous le coup de vos états d’âme. J’voudrais un imperméable qui protège des sentiments des autres, pour que cela ricoche sans me toucher. Je ne veux plus être la cible des tornades de leur coeur.

Bang bang, she shot me down
Bang bang, I hit the ground

Il n’y a pas à faire. Elle ne se met à pas rire soudainement, à me raconter que je suis sous l’influence d’un philtre d’embrouille, qu’elle m’a bien eue… Il faut une explication. Ce ne peut être réel. C’est une mauvaise blague, ou un cauchemar. Je vais me réveiller, et vite. Je lui colle la baguette dans la paume de main, d’un geste presque violent.
— Ouais je le souhaite, retire-moi ça, retire-le j’t’en supplie.


Retire la malédiction que tu m’as jetée. Libère-moi. Je ne sais quelle herbe ou quelle incantation peut verrouiller cette chose, l’ensevelir dans un amas de cellules. Doit bien y avoir un moyen de concentrer toute la lycanthropie dans un membre ou deux, et de les couper. Faut juste retirer la partie cancéreuse. Alors bouge. Vite, vite avant que ça se répande dans le reste de mon corps.

Bang bang, that awful sound
Bang bang, my baby shot me down
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Harmony Lin
avatar
Responsable AdminHarryPotter2005
Responsable Admin
HarryPotter2005
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : - Loup-Garou
- Permis de Transplanage


Re: Escapade Nocturne

Message par : Harmony Lin, Lun 15 Oct 2018, 23:33


Je n'ose plus la regarder en face, je n'ose plus la dévisager et chercher à savoir ce qu'elle pense puisque je le sais : j'ai gâché sa vie. Et si je pouvais revenir en arrière, si je pouvais ne pas avoir cédé face aux émotions, si j'avais pu ne pas perdre contre le loup ce matin, soyez sûrs que je reviendrais en arrière, même si cela me coûtait quelque chose, même si l'Espoir ne devait plus jamais revenir pour moi. Tout pourvu que je ne fasse pas ça, que je ne soit pas la cause d'une nouvelle malédiction.

Je la vois chercher dans ses poches. Pendant quelques secondes, je me demande si, au lieu de me tendre sa baguette, elle va m'attaquer. Je le mériterais amplement et peut être que c'est ce qu'elle veut ? Se venger ? Je n'en suis pas sûre mais après tout ça, qui ne voudrait pas blâmer et rendre la monnaie de sa pièce à l'agresseur ? Je serre les dents, réprime un soupir qui aurait pu accompagner les larmes qui coulaient sur mon visage mais qui sont en train de se calmer.

Soudain, elle semble trouver ce qu'elle cherche. Elle s'avance vers moi et, voyant du coin de l'oeil ça, je relève la tête et grimace, songeant que n'étant pas blessée, j'aurais dû bouger à sa place. Mais comment me rapprocher d'elle sans risquer de la blesser d'autant plus ou de provoquer ma perte alors qu'à sa place, j'aurais voulu fuir le plus loin possible de moi-même ?

Je suis tellement absorbée par mes pensées que je n'attrape pas tout de suite la baguette mais je reviens sur Terre quand je sens un mouvement brusque venir vers moi. Une légère douleur traverse mon visage, les muscles de mon corps étant souvent douloureux post-transformation mais je ne dis rien, je n'en ai pas le droit.

— Ouais je le souhaite, retire-moi ça, retire-le j’t’en supplie.

Sa supplication me brise le cœur une nouvelle fois, le transformant en de la poussière aussi fine que la cendre. Mais de toute façon, je l'ai mérité. Tout mon corps est douloureux, sans parler de mon cœur et de mon âme mais pour elle, ce doit être infiniment plus dur. Je ne connais pas le loup qui m'a transmis la malédiction. Nous étions amies. Ou du moins, je l'espérais.

Je serre un peu plus la baguette dans ma main et commence à respirer lentement pour calmer les battements de mon cœur-poussière et pour stopper les tremblements de ma main, qui semble vouloir imiter celle de Lizzie quelques instants plus tôt.

- #Curo As Velnus

Nouvelle inspiration tandis que les souvenirs de ce que j'ai fais se cachent dans un coin de ma mémoire. Je ne pense plus qu'à la Médicomagie, je ne pense plus qu'au fait que je doive la soigner à tout prix. Sa vie en dépend.

- #Vulnera Sanentur #Vulnera Sanentur #Vulnera Sanentur

Plus qu'un sort et j'aurais fais tout ce que je pouvais faire. J'espère les avoir réussi mais je ne peux pas me permettre d'ouvrir les yeux pour vérifier, je dois me concentrer le plus fort possible, d'autant plus que je sens la fatigue être de plus en plus présente. Si je perds ma concentration, je pourrais perdre aussi ma conscience et c'est quelque chose que je ne dois vraiment pas faire. Je dois rester éveillée.

- #Ferula

Je rouvre les yeux et voient des bandages se poser délicatement sur la plaie. Ça au moins, je l'ai réussi. Je ne sais pas pour le reste mais ça pourra sans doute l'aider. Après, elle pourra sans doute aller voir les autres professeurs pour requérir de l'aide, même si j'ai peur qu'après qu'elle le leur ait dit, Evan et Kyara ne me regardent plus jamais de la même façon. Je ne veux pas les décevoir mais ce matin, j'ai tout cassé. Toute confiance me semble impossible à retrouver.

- Je... J'ai fais ce que j'ai pu. Tu vas passer un très mauvais mois, sache le... Mais certains de tes collègues pourront sans doute t'aider, tout comme moi si tu le souhaites

Je tends la baguette, n'osant pas la regarder directement dans les yeux. Je lutte pour ne pas laisser ma fatigue me surpasser. Je lutte pour que les ténèbres ne m'emportent pas tout de suite.

Et j'espère secrètement, tout au fond de mon cœur,

qu'un jour elle me pardonnera.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Lizzie Bennet
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Manumagie (Niveau 1)
Loup-garou


Re: Escapade Nocturne

Message par : Lizzie Bennet, Sam 20 Oct 2018, 12:08


Elle enchaine une série de sortilèges, mais il me semble les voir plus que les recevoir. Tout est si abstrait. Cette scène n'a pas pu se passer. Ça n'a pas de sens. Mon sang cesse lentement de couler, et pourtant, tout est si teinté d'irréel que je ne parviens à accepter ce qu'il vient de se passer. Je ne pas leur faire ça. Je ne peux pas devenir ça, surtout vu comment je gère mes émotions. Je sais que je les mettrais en danger, tous… La douleur me révulse, mais le mouvement de mes côtes n'aide pas vraiment. Faut que je tienne en place.

La baguette vibre sous ses doigts. Elle poursuit les incantations. Je ne pipe mot. Je comprends rien, juste rien. Je ne me reconnais plus. Vivons jusqu’à mourir, de la naissance informe à la formation d’un amas de chair morte, dans le sens naturel. Vous croyez vraiment que c’est la solution ? Certains disent qu’il faudrait le faire à l’envers, ou distordre la ligne pour éloigner la mort. Que nenni. Moi j’suis partisane de deux options.

Réponse A : le laisser-aller au fil des noeuds de la vie.
Réponse B : créer encore plus de noeuds, de plus petite taille, de sorte à avoir une infinité de petites boucles. Naître tous les matins. Mourir tous les soirs. Repartir toujours sur une nouvelle voie, une nouvelle page.

C’est dans les moments où je suis le plus optimiste que je crois vraiment en la réponse B. Et les plus tristes, aussi, parce que j’ai alors l’impression d’être déjà morte. Disons que la réponse B, c’est comme la pleine lune, ça renforce tout ce qui est déjà présent : l’anxiété, la créativité, les pulsions de vie, les pulsions de mort.

Aujourd'hui, je suis trop morte pour envisager pouvoir renaître demain. Mais aujourd'hui, c'est différent des autres jours. Cette mort là ne disparaitra pas tout à fait demain.

Elle s'arrête, soudain. Elle ne fera pas plus. Je la supplie.
— Il doit y avoir autre chose. Si on stérilise bien la zone et qu'on coupe tout ce qui est pas vital, avant que la maladie se répande… J'suis prête à tout, j'poserais pas de question. Juste, fais ce qu'il faut faire.


L'oeil clos, j'attends sa sentence.

Dans la saison des extrêmes, quand mon coeur me semble réellement s’oxyder, je prends le large et file vers un monde meilleur. Un monde que j’imagine. Je navigue sur un bateau fictif entre des châteaux fortifiés. Je défie les mâchicoulis et les douves avec mon joyeux cache oeil. Faut vraiment que j’investisse dans un perroquet et une jambe de bois pour parfaire le tableau, vous trouvez pas ?

Enfin, on a d’autres urgences pour aujourd’hui. La priorité me semble être la même qu’hier : la chute du secret magique. Et pour ça, je lâche rien. Je n’ai peur de rien. Cet but est le seul qui justifie tous les sacrifices. Ma réponse C... Cet autre pouvant m'aider, le seul, comme d'ordinaire, c'est lui. Finrod.

J'vois pas très bien comment, d'ailleurs. Y a pas moyen que lui, il ait une créature qui bouffe la partie lycanthe des gens ? Ou alors un loup qui pourrait absorber cette partie de moi à travers des transfusions ? Si Harmony n'a pas d'idée, je n'abandonnerai pas. La clairière aux écailles sera mon repère, mon remède. Mais je vais me battre autant que possible. Tant que je ne me suis pas transformée, ce n'est pas vrai. On peut agir contre ça.

Bon, je préférerais éviter de passer à Sainte Mangouste car je me sens pas du tout d'assumer ça devant des médicomages et que le fantôme de ma soeur est là bas, mais y a d'autres solutions. Ebenezer, peut-être. On va trouver. On va arracher toutes les parts qu'il faut, mais j'resterais moi, juste moi, Lizzie, une Lizzie normale, une Lizzie qui peut être maman, qui peut-être cousine, qui peut être partisane, qui peut être amante, qui peut être prof, tout. Je vais pas planter ma vie ici.

Si Harmony n'a pas le courage de prendre le réel en face et de tout corriger, je trouverais. Je ferais tous les sacrifices pour ne pas devenir un loup. Pour ne pas risquer de faire ce qu'elle m'a fait à un de mes proches... Me tordant de douleur, je lui lance un regard plein de défi, d'adversité presque. Je la pousse à faire tout ce qu'il faut, car je n'ai peur de rien et que si elle flanche, si elle refuse de faire ce qui peut aider, ça, je ne saurais le lui pardonner. Suffit d'arracher les mauvaises herbes.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Harmony Lin
avatar
Responsable AdminHarryPotter2005
Responsable Admin
HarryPotter2005
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : - Loup-Garou
- Permis de Transplanage


Re: Escapade Nocturne

Message par : Harmony Lin, Dim 04 Nov 2018, 23:51


Je ne sens pas disparaître la baguette d'entre mes doigts. Elle ne la prend pas, pourquoi ? Je relève les yeux vers elle et la voit me supplier du regard. Une pointe de culpabilité revient souffler toutes les cendres qui formaient il y a ce qui me semble être une éternité mon cœur. Qui n'est plus rien aujourd'hui qu'un vide, qu'un cauchemar réalisé, qu'une profonde envie de partir loin pour dompter le loup et de ne pas revenir avant d'avoir réussi. Mais l'abandonner ? Non, je ne pourrais pas.

— Il doit y avoir autre chose. Si on stérilise bien la zone et qu'on coupe tout ce qui est pas vital, avant que la maladie se répande… J'suis prête à tout, j'poserais pas de question. Juste, fais ce qu'il faut faire.

Elle ferme son œil et moi je me mords la lèvre, ayant vraiment envie d'échapper à cette question. J'aurais bien besoin d'ailes d'oiseau pour m'échapper la tout de suite. Mais je n'ai rien de tout ça. Je suis prise au piège dans la Terre et je n'ai aucun échappatoire alors il va bien falloir lui annoncer la dure fatalité. Allez, à 3. Comme une épine. Rapidement avec le moins de douleur possible.

- Malheureusement non, il n'a aucun moyen d'éviter ce qui va arriver. Il est trop tard...

J'ai presque envie de lui dire, dans un moment de pure haine envers moi-même qu'il a toujours été trop tard. Depuis ce moment où nous nous sommes rencontrés, il était trop tard. Elle n'aurait jamais du accepter de parler avec moi. Accepter de courir dans les rues de Pré-Au-Lard. J'aurais du quitter Poudlard au moment où je me suis faite mordre mais je n'ai pas réussi à quitter ceux qui comptaient pour moi. Je n'ai pas réussi à quitter Megan et maintenant, c'est elle qui est partie.

Un nouveau regard s'allume dans celui de la blessée. Elle me regarde avec colère, avec... défi ? Je ne peux rien faire, je l'ai dis. Si je le pouvais, je le ferai, qu'elle en soit sûre. Mais il ne suffit pas de couper un membre pour échapper à la Malédiction. Dès que les crocs d'un Maudit entre en contact avec ta peau, il est trop tard.

- Je ne peux rien faire de plus. Couper un membre ne changerait rien du tout. Mais je serai là si tu le souhaites pour t'aider dans cette épreuve.

Bien sûr que j'ai conscience de ne pas être en mesure de lui tout cela. Mais que puis-je dire de plus ? M'excuser une nouvelle fois ne servirait à rien. Alors je lui tend de nouveau sa baguette et me relève, bien décidée à quitter cet endroit. Je lui propose alors mes deux bras pour l'aider à faire de même car je doute qu'elle y arrive toute seule pour être honnête. Et contrairement à Miss Blanchet, je n'ai pas d'elfe pour la ramener... Juste mes pieds. Et ma culpabilité à ruminer sur le chemin.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Contenu sponsorisé

Re: Escapade Nocturne

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 37 sur 37

 Escapade Nocturne

Aller à la page : Précédent  1 ... 20 ... 35, 36, 37

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Le Parc :: La Forêt Interdite-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.