AccueilPortailPublications internesRechercherS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres :: Hôpital Ste-Mangouste
Page 4 sur 4
[Ste-Mangouste] Sur le parvis
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
Lïnwe Felagünd
LégendeGryffondor
Légende
Gryffondor

[Ste-Mangouste] Sur le parvis - Page 4 Empty
Re: [Ste-Mangouste] Sur le parvis
Lïnwe Felagünd, le  Mer 30 Aoû - 12:37

Il regarda s'en aller le papillon, plus faible et plus moche que l'autre mort, avec une certaine fierté. L'ardeur et l'espoir consumés dans sa pupille bougie grise. S'imaginant volant de ses ailes d'enfants, plus agile dans les airs avec la liberté dans sa poche. L'extrême pouvoir de la liberté. Tandis que sur terre, il n'était qu'un poète sans plume, un bambin sans sourire, un humain sans envie ; un oiseau gauche de ses pattes livides. Pataugeant, pataugeant dans les excréments de la vie.

- N'es-tu pas un peu jeune pour donner la mort a un être innocent juste parce qu'il est plus beau que l'autre ? Fais attention les gens pourraient te croire un peu dingue ! lui dit-on alors. Une voix soudaine, si soudaine qu'il hésita un instant à lever la tête. Dans cette tour qui surplombe le fort, il y a bien deux ou trois mestres qui le conseillent. Des voix, il en a. Fou est-il ? Une pièce d'échec seulement, voilà tout. La folie n'existe qu'en ceux qui n'y croient pas.

— qu'il y avait-il d'innocent dans ce papillon ?
Le regard avide, il se redressa, victime d'une légère curiosité morose. A dire vrai, il ne s'était pas rendu compte de sa présence, et cela aurait pu lui être fatal. Il n'aimait pas ça, non il n'aimait pas ça. Para-para. Paranoïa-.

Yeux dans les yeux.
Tandis qu'un mécanisme s'ensuit. Mécanisme interne. Doit-on fermer le pont-levis ?
- Oui. Oui, et prenons les armes. Arbalètes à la main, qu'un seul d'entre eux veuille pénétrer
dans sa demeure : qu'il y reste empalé sur le parvis par une flèche de dragon.

Sa sublimité était sans pareille, mais son âme pourrie à merveille.
Et ce n'est pas moi qui l'ai écrasé, c'est ma main.


Trois mestres au-dessus de la muraille surveillent
et trois papillons jouent au-dehors. - Pourparlers autorisés.
Acceptation.

Dites-moi, chaque être est-il seulement plus innocent qu'un autre ?

Ambroisie Palel
Ambroisie Palel
Serdaigle
Serdaigle
Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


[Ste-Mangouste] Sur le parvis - Page 4 Empty
Re: [Ste-Mangouste] Sur le parvis
Ambroisie Palel, le  Dim 24 Sep - 11:58

Un regard, une perception de méfiance.
Elle se méfiait la petite tête blonde. Il paraissait si dérangé d'avoir trouver la brunette penchée sur lui que ça en était presque comique.

Des mots qui résonnent, qui résonnent si justement.
Il avait quelque chose de sublime ce gamin, et Ambroisie le sentait, elle sentait tellement mieux depuis quelques temps, elle avait appris à observer véritablement et à écouter réellement. Sa main avait-il dit, elle avait trouvé ça assez intéressant Ambroisie, comme si une partie de lui c'était dissocié pour exprimer sa colère et son envie de suivre ses envies justement.

Il avait raison sur au moins un point ce bonhomme : la beauté extérieure est souvent le reflet d'une âme en putréfaction. Victime d'une société trop cloisonnante sûrement.
Celle d'Ambroisie était en train de pourrir avant que l'on ne l'aide à sortir de ce cercle vicieux, avant qu'on l'éclaire. Ce gamin, il fallait l'éclairer.

L'innocence. Ou ce qu'on souhaite vous faire garder le plus longtemps possible pour conserver ce joli troupeau sociétal qu'est le monde.
L'on ne naît même pas innocent. Certains portent le fardeau d'avoir rendu malade leur mère, voire de l'avoir tuée. D'autres sont destinés à un avenir si noir qu'ils sont déjà souillés. Et le reste du monde perdra son innocence très rapidement en grandissant, en faisant ses choix.
Finalement, l'innocence est encore une fois subjective et question de point de vue. Peut-on reprocher la même chose à un nouveau né qui a tué sa mère en couche et à un homme dénué d'émotions tuant allègrement selon ses idéaux ?

Le gamin avait raison, qui est plus innocent que l'autre finalement ? Et tu le regardais, le sondait, avant d'apporter un semblant de réponse.

- Je dirai que l'innocence c'est subjectif. Chacun à sa vision de son innocence, malheureusement c'est la société qui impose à tous la sienne. Mais tu sais, penser autrement que la société n'est pas une aberration, bien au contraire. Le seul capable de juger de ton innocence c'est toi-même.
Alors ? Comment te juges-tu ?


Ambroisie avait souri, détendue, douce, chaleureuse, tentant même d'être rassurant. Elle voyait que le gamin était tendu, en tout cas c'est ce qu'elle pensait percevoir, il fallait bien engager la conversation pour le détendre.
Lïnwe Felagünd
Lïnwe Felagünd
LégendeGryffondor
Légende
Gryffondor
Année à Poudlard : Sixième année

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


[Ste-Mangouste] Sur le parvis - Page 4 Empty
Re: [Ste-Mangouste] Sur le parvis
Lïnwe Felagünd, le  Lun 9 Oct - 21:52

L'innocence n'est-elle pas un jugement de valeur auto-personnalisé ? Perdu dans des fleuves de rivalités qui se veulent morales et valeureuses, d'autres au contraire, qui s'approprient le droit de contrecarrer quelques plans conformés par la société qui se dit libre mais totalitaire. Le garçon acquiesce à la jeune femme, c'est un bon élément à sa pensée qui tourne en furie comme un train sur les rails d'un four. Elle le stimule intellectuellement, il apprécie ce genre de personnes. Sans être pénétrant ni violant, elle aborde un sujet pour y voir plus clair dans son esprit. Le clair de lune.

Selon lui, elle a donné la réponse qu'il attendait ; si jamais il en attendait bien une.

Il n'y avait pas réponse à tout,
et vouloir le dernier mot
apaiser sa curiosité
exprimer sa sagesse
était quelque chose de maladif
chez l'Homme non -
de démentiel
une vraie fièvre !
une vraie peste !

Et depuis qu'il jouait de la musique, le Gryffondor avait toujours prônait une certaine valeur pour le silence.

Là-bas, il avait cru percevoir un nuage noir parvenir jusqu'à lui. Jusqu'à cette petite place livide et sans vie, devant le parvis d'un hôpital. Une place qui patientait pour obtenir un lit douillé et se faire soigner. Alors il réfléchissait un instant avant de parler à nouveau, comme un échange scolastique dans un amphithéâtre de la grande rue luxuriante, là où s'étendaient des mètres de travaux et des échelles à tous les coins de rue depuis déjà deux ans sans qu'un immeuble ne soit plus grand que le lampadaire qui penche d'un côté.

— Comment se jugeait-il, au fait ? Le jugement est-il quelque chose de sain pour l'esprit et l'âme ? Sur quoi doit-on seulement se baser pour s'auto-proclamer prisonnier d'une pensée intérieure ? Le bourreau, c'est soi-même. Le je est-il juge de sa subjectivité, indépendante de sa propre volonté ? Que doit-on juger pour se croire bon ou mauvais ? Quelles actions doit-on relayer, éviter ? Sombre mysticisme de l'être humain, au mécanisme enchanté.

A-t-on les outils nécessaires pour se juger soi-même ? Comme le peintre sort de son atelier, le musicien de son salon privé, l'écrivain de son alcôve poussiéreuse. On en oublie nos crayons, nos pinceaux, nos plumes et nos oreilles. Aveuglés par la nature, on se hait soi-même avant de pouvoir s'écouter. Sourds et muets, on contemple le silence de la vie qui est.

Pas de déduction
Ni de perception.

Nouvelle Vision.

- Je ne sais pas pourquoi j'vous dis ça d'ailleurs. Je dois y aller.
Au revoir.
Un doute
soudain qui prend tout son sens à l'instar du papillon.
Du poids du papillon.

Pensées perles
bijoux sur ce front
pâle.

La peur de l'indifférence. Ne pas
savoir où aller. Mais continuer
tout droit et se perdre
dans la droiture
du monde.

Une bonne journée
pour un entretien philosophique.


Départ de Lïnwe — désolé mais fallait que j'avance. A bientôt !
Mangemort 91
Mangemort 91
Mangemort à la retraite
Mangemort
à la retraite
Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


[Ste-Mangouste] Sur le parvis - Page 4 Empty
Re: [Ste-Mangouste] Sur le parvis
Mangemort 91, le  Mer 31 Jan - 0:17

Suite d'ici


Nous nous matérialisons devant l'entrée de Sainte Mangouste, l'enfant toujours tenu par les cheveux, à terre faute d'avoir la structure osseuse nécessaire pour tenir debout. Nous accroupissant à ses côtés, les mots filaient seuls à ses oreilles. Les monsieur avec les blouses blanches vont venir te chercher et t'emmener, ils ont des seringues magique qui font tout oublier. Refuse-les et nous reviendrons. Accepte les et nous te laisserons. Oublie l'ombre mais pas la notre. Nous ne serons jamais très loin. Puis pour marquer la fin de l'échange presque oedipien, nous soulevions un peu notre masque et posions un baiser sur la griffure qui avait été notre oeuvre sur sa joue.

Nous partons. Si il te reste des os, un mot sous le petit géranium devant les Trois Balais. Nous saurons te trouver.
Et nous transplanions sans plus attendre.


Départ de 91
Lïnwe Felagünd
Lïnwe Felagünd
LégendeGryffondor
Légende
Gryffondor
Année à Poudlard : Sixième année

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


[Ste-Mangouste] Sur le parvis - Page 4 Empty
Re: [Ste-Mangouste] Sur le parvis
Lïnwe Felagünd, le  Ven 16 Fév - 1:13

C'est ici qu'il s'évanouit. Après cela, un médicomage en pause clope appellera tous ses collègues en urgence pour faire rentrer le petit à l'intérieur. On s'occupera de lui, de ses jambes en carton. Et puis, il repartira le lendemain même. — sur ce parvis houleux, la nuit est une source inépuisable.

Mémoire en lambeaux se rembobine.

Le baiser, c'était sûrement ce qui l'avait le plus perturbé. Et de loin, étonnant. On explique pas comment la vie nous a fait faire ceci ou cela, comment c'est arrivé. Mais c'est arrivé et c'est tout ce qui compte. C'est ce qu'il avait appris ce soir. Le baiser, c'était une preuve de tendresse. Ou d'amour malsain. Comme une relation père-fils assez gênante, n'entrons pas dans les détails qui laisseraient se corrompre le cerveau. Une b*ise intellectuelle.

1 minute plus tôt.

Des paroles, infos qu'il te faut garder en tête.
Géranium - trois balais.

Quelques secondes plus tôt.

C'est des cheveux arrachés qu'on retrouvera probablement jamais sur ce parvis, ou même un peu dans la forêt interdite. Volatilisés par le voyage bref et épique d'un albatros de minuit. Le transplanage aurait pu lui coûter la vie mais l'Ombre savait y faire un minimum. De toute manière, on n'était plus à une jambe près. La violence avant l'assouvissement désiré. Pour le coup, il s'y était attendu un peu plus qu'au baiser paternel.

Et puis le noir.
Il est temps de dormir.

Tu as beaucoup rêvé ce soir.
Mais quelle est cette marque, sur ta joue endormie ?


Fin du RP, inlove 91.
Elhiya Ellis
Elhiya Ellis
Serpentard
Serpentard
Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Furet)


[Ste-Mangouste] Sur le parvis - Page 4 Empty
Re: [Ste-Mangouste] Sur le parvis
Elhiya Ellis, le  Jeu 27 Sep - 16:50


Un pas de plus vers ...


@ Ethan
Elhi a 18ans

Tic tac…

La danse étourdissante des aiguilles sur le petit cadrant n’avaient eu de cesse de courir, fanant les jours et les soirs de ces premières semaines de septembre. Les nuits d’errances dans les rues de Londres avaient pris fin, les nuits d’insomnies n’avaient plus leur place et le rythme scolaire avait repris son rythme, loin de Poudlard. Et étrangement le nouvel environnement te motivait bien plus que lorsque tu avais ta cravate verte et argent. Le regard nostalgique en la croisant n’avait que peu de place. Le réveil rythmé par jasper debout depuis plusieurs heures avant toi était très structuré. Une douche, un café, l’elfe te tendais une lunch box, tu lui disais tous les jours qu’il n’était pas là pour ça et tu disparaissais du coté de sainte mangouste ou dans les salles de classes un peu plus loin jusqu’à 18h.  

Théorie et pratique mêlés te plaisait vraiment. C’était une continuité de ce que tu avais vu pendant l’été. Tu croulais sous des bouquins et les notes, surtout que tu refusais de ne pas te pencher sur la partie médecine moldue pour continuer à comparer et apprendre. D’ailleurs t’étais plus que ravie d’avoir trouvé un mentor qui trouvais normal de ne pas dénigrer les soins qui ne faisaient pas parti de votre monde. Un pack de note à ce sujet attendait patiemment qu’il ait un peu de temps à te consacrer pour lui soumettre tes hypothèses et suppositions.

Le pas un peu mou, fatigué par la longue journée et le manque de café tu te dirigeais vers l’hôpital sorcier pour voir si tu pouvais accéder au bureau de ton maitre de stage pour lui demander une entrevue. Passer par un hibou aurait pu être une bonne idée, mais crumble était capricieuse depuis qu’elle n’avait pu donner sa missive à une Ombre et que c’était une seconde qui avait dû la ramener à toi. Elle essayait de te pincer dès que tu voulais lui mettre un message à la patte, comme si tu étais responsable de ses mésaventures….

Tic tac…

Un coup d’œil à cette espèce de vielle montrer qu’il fallait remonter pour hâter le pas en supposant que la porte du bureau restera close et que tu devras glisser un parchemin en dessous. Trop de monde dans les rues de la capitale, et la fatigue nourrissait le doute de tes capacités à transplaner sans danger. Éviter le drame de Monsieur Lumière quand on était toute fraiche étudiante en médicomagie était quand même plus judicieux, surtout que tu n’avais plus trop de dictame sur toi. Tu te pressais un peu pour arriver au parvis de l’hopital sans regarder les badauds du coin. Tu n’attendais personne, ne connaissais personne, un cimetière peuplé de fantômes autour de toi, toujours un peu plus grand, offrant une certaine liberté de pensée. Tu n’avais plus eu de nouvelle de Lysse depuis ton départ du château, il n’avait même pas répondu à ton hibou, te faisant te demander si tu avais bien fait de le lui envoyer. Tu avais recroisé Ethan car tu l’avais brusquer pour venir à une soirée alors que t’étais encore dans tes cartons. Seul Holly était toujours présent, en étoile du berger qui trônait de nouveau à ton poignet.

Pour toujours et jamais….

Encore fallait-il espéré que cela fut vrai…. Les pensées s’évadaient, se demandant comment il allait, l’envie de lui dire de venir ce week end chez toi pour refaire des pop-corn, même sans Lucy et essayer de faire marcher le bordel moldu que t’avais décidé de prendre chez toi. T’avais toujours pas pris la peine de mettre les appareils en marche, t’avais pas appelé Marjo pour t’aider et ne comptait pas demander à Daemon, du coup certaines choses étaient encore en pause
Ethan Turner
Ethan Turner
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Septième année

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


[Ste-Mangouste] Sur le parvis - Page 4 Empty
Re: [Ste-Mangouste] Sur le parvis
Ethan Turner, le  Lun 1 Oct - 10:57


...La Complicité

♫♫

Les premières semaines de cette dernière année scolaire derrière toi, tu avais pris conscience de la dure réalité qui se dressait devant toi : tes amies ne reviendraient pas à l'école, tu y étais désormais seul, comme au début de ta cinquième année, avant que tu ne les rencontre, au détour d'une section de la bibliothèque. On t'avait promu capitaine de l'équipe de Quidditch dès les premiers instants de cette septième année, ce qui avait eu comme effet de réduire tes temps libres au minimum. Ton énergie s'était effectivement porté vers le recrutement de nouveaux membres, et les qualifications que tu leur avais fait passer, mais tout cela était désormais derrière toi, alors que ta petite troupe d'aigle était complète, et que le prochain match pointait rapidement le bout de son museau.

Tu avais passé tellement de temps dans la fameuse arène de Quidditch de l'école, que la bibliothèque te semblait être désormais une simple résidence secondaire, où tu te rendais quand toutes tes autres responsabilités étaient comblées. Il semblait bien loin, le temps où pour te retrouver, il suffisait d'aller dans les rayons dédiés aux sortilèges de métamorphoses. Mais si l'immensité de ce vaste lieu de culture te manquait, tu en avais plutôt décidé de t'éloigner des murs du château le temps d'une soirée, histoire d'aller retrouver une de ces amies ayant récemment graduées de Poudlard. C'était bien sûr sur Elhiya que ton esprit avait arrêté son choix, n'ayant pas entendu parler d'elle depuis la soirée que vous aviez passée chez Barjow & Beurk. Tu te demandais comment elle vivait ce départ de chez ses parents, mais surtout ce saut dans le monde adulte, ces nouvelles responsabilités, mais également la totale liberté dont elle pouvait désormais jouir. Plus que tous, tu désirais simplement la voir, et passer une soirée en sa compagnie, que ce soit pour décrocher de ta vie d'étudiant, ou refaire le plein de vie, deux choses qu'elle seule semblait encore capable de te procurer.

Tu avais donc transplanné à quatre occasions, passant de Pré-Au-Lard à Wigtown, puis chez tes grand-parents, dans les landes d'Ilkley, pour faire un dernier saut par Tutshill avant d'atterrir à Londres. Le trajet t'avait demandé un peu moins de deux heures et demie, afin de prendre un peu de repos entre chacun transplannage, et pour t'arrêter partager le thé avec tes grands-parents à mi-chemin. Tu avais d'ailleurs réussi à convaincre ces derniers de ne pas rapporter cette sortie à leur fils, ni même à sa femme, ta mère, promettant de leur envoyer un hibou lorsque tu serais rentré à l'école. Tu étais tout de même arrivé dans le hall de l'hôpital Ste-Magouste complètement épuisé, le ventre retourné, et ton périple ne faisait alors possiblement que commencer. En effet, tu souhaitais surprendre ton amie sur son lieu d'étude, qui se trouvait dans cet hôpital, mais n'avais aucune idée de l'heure à laquelle pouvait terminer réellement ses cours, t'étant fié aux horaires habituels de Poudlard. Si la demoiselle se révélait plutôt être dans son nouvel appartement, le trajet serait beaucoup plus compliqué pour toi.

Autour de toi se pressaient des gens parfois terriblement défigurés, d'autres fois simplement déboussolés, et tout ce remue ménage avait fortement accentué les effets secondaires de ce plus récent transplannage, te donnant subitement le goût de vomir là, directement sur le sol de la réception. Tu avais par contre retenu cette envie de peine et de misère, fixant le bureau de la réceptionniste, ancrant ton regard dans ce dernier afin de t'aider à regagner ta balance sans devoir provoquer un gênant dégât. Une dame dans la cinquantaine était subitement venu te trouver alors que tu faisais toujours le point, te demandant si tu avais besoin d'assistance immédiate, question à laquelle tu avais poliment répondu à la négative, ajoutant que tu n'avais rien, simplement un léger souci de sur-transplannage, et que la situation devrait se régler d'elle-même sous peu.

Alors que tu te relevais doucement la tête, pour regarder autour de toi et t'assurer par la même occasion que ton équilibre était bel et bien revenu, une silhouette familière s'était faufilé à travers les malades, non loin de toi. Si ta chevelure sombre se fondait aisément dans la masse, il en était tout autre de la crinière étincelante de la ravissante Elhiya, qui semblait bien enfermée dans son univers, ignorant autant les patients que les membres du personnel, alors qu'elle traçait immanquablement son chemin vers son lieu d'étude?. Tu fis rapidement de l'ordre dans ton esprit, et après t'être complètement redressé, tu t'étais dirigé vers la jeune femme, l'interpelant d'un "Elhi!" qu'elle n'avait visiblement pas entendu, alors qu'elle s'engouffrait dans un couloir un peu plus tranquille de l'établissement hospitalier.

Te lançant à sa suite, tu avais réussi à rattraper la jeune femme quelques secondes plus tard, avant que celle-ci n'ait le temps de s'aventurer plus en profondeur dans les dédalles labyrinthiques de Ste-Mangouste.

-Mademoiselle l'infirmière, mademoiselle l'infirmière! J'aurais besoin de votre assistance s'il vous plaît. Avais-tu dit, imitant la voix d'une vieille personne, t'adressant directement à la blondinette, un large sourire en évidence sur ton visage.
Elhiya Ellis
Elhiya Ellis
Serpentard
Serpentard
Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Furet)


[Ste-Mangouste] Sur le parvis - Page 4 Empty
Re: [Ste-Mangouste] Sur le parvis
Elhiya Ellis, le  Lun 1 Oct - 14:10


Un pas de plus vers ...


@ Ethan
Elhi a 18ans

Le soleil se mourrait teintant de rouge le ciel Londonien, échappant tes pensées sur ton électroménager inconnu, rappelant le temps qui passait si vite que tu aurais pu finir par regretter de ne pas savoir retourner le temps, pour revenir vers ces quelques minutes perdues à flâner, le nez levé vers le ciel à scruter le fantôme d’un papillon illusoire. En or liquide coulant entre tes doigts, impossible de le capturer, de stopper sa course ou prétendre ne pas le voir fuir plus vite que Myrtille chassée par Shadow. Une brève hésitation à vouloir tourner les talons retrouver ton cocon au lieu de chercher ton mentor surement parti et la fraction de seconde de trop permettant à ce qu’une voix caresse tes oreilles.

Une interpellation  chevrotante soudaine quémandant une infirmière quand tu n’étais que simple élève. Les pas s’arretaient, ancrés dans les dalles de l’entrée de Sainte-Mangouste, quand le soupir étouffé devenait sourire poli avant de se retourner.

– Je suis désolée, vous allez devoir… Ethan ?

Les mirettes se heurtaient violemment à un sourire lumineux étirant des traits quasi oublié. Les nuits étaient courtes, les jours pas assez longs, les noms passés, semblaient si loin qu’ils dansaient dans les volutes de souvenirs doucereux. Rappel soudain à ce qui était resté derrière la grille de Poudlard, l’estomac se tordaient doucement dans les brides d’images passées au parfum de nostalgie. Les commissures des lèvres se rehaussaient quand la tête s’inclinait doucement perdue dans une pointe de tendresse appartenant à d’autres jours.

– Bonjour…. Tu es bien loin de ton nid… ça fait plaisir de te croiser. Tu t’es blessé que tu viennes ici ? Tu veux que je regarde en attendant que tu fasses la queue à l’accueil ?

Il n’y avait que peu de raison pour venir ici, soit les gens ne tenaient pas debout, soit les visiteurs se hâtaient pour porter des petits présents aux patient. Un coup d’œil rapide t’avait plus ou moins fait déduire que le brun n’était là pour personne. Pas de sac supplémentaire, pas de classique peluche, chocolat, gateaux ou fleurs, te forçant à supposer un quelque chose que l’infirmière de l’école ne pouvait pas gérer. Une brève vague de panique avait tordu ton cœur à cette idée avant de le scruter de la tête au pied et ne rien voir de spécial. Pas de trainée de sang, pas de bras ou autre membre disparu, et il semblait suffisamment en forme pour vouloir se faire passer pour une vielle dame. Besoin de rien de plus pour dodeliner de la tête et faire le premier pas en sa direction. Dire bonjour, réflexe perdu en abandonnant la cravate verte et argent. Un baiser sur sa joue, commissure frôlée, tu esquissais un sourire en coin trahissant le soulagement de le voir entier.

– Qu’est-ce qui se passe ? Première fois que je te vois dans le coin, t’es venu voir quelqu’un ? Tu veux que je t’accompagne ? J’ai repéré les services sans trop de difficulté

A force de t’y perdre, pas étonnant que tu ais pris le temps d’étudier le plan complet de chaque étage pour éviter d’arriver en retard. La visite de début d’année n’avait pas suffi, t’avais refait le croquis du plan en notant bien quel service était à chaque étage, pour guider les gens c’était pratique également. la preuve...
Contenu sponsorisé

[Ste-Mangouste] Sur le parvis - Page 4 Empty
Re: [Ste-Mangouste] Sur le parvis
Contenu sponsorisé, le  

Page 4 sur 4

 [Ste-Mangouste] Sur le parvis

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres :: Hôpital Ste-Mangouste-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005.