AccueilPortailPublications internesRechercherS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres :: Hôpital Ste-Mangouste
Page 13 sur 14
[Ste-Mangouste] Entrée de l'hôpital
Aller à la page : Précédent  1 ... 8 ... 12, 13, 14  Suivant
Anthony Adams
LégendePoufsouffle
Légende
Poufsouffle

[Ste-Mangouste] Entrée de l'hôpital - Page 13 Empty
Re: [Ste-Mangouste] Entrée de l'hôpital
Anthony Adams, le  Dim 11 Jan 2015 - 21:25

Après quelques jours d'attente, je poste Ange
_______________________________________________________________

Il s'était imaginé plein de truc, il s'était imaginé plein de réponses, mais ça c'est sûr, il n'avait prévu ça. Alors qu'il regardait Ailyne, celle-ci lui renvoya un regard noir et glaçant. Ok, ça ce n'était pas Ailyne... Du moins, pas celle qu'il avait connu quelques semaines avant...

- Si tu n’avais pas remarqué, je suis aussi dans la pièce. puis enchaina sur un ton tout aussi glaçon. Je m’appelle Ailyne Lawson et je ne sais pas ce que ça signifie, on me l’a juste dit. J’ai eu un accident de voiture, je ne m’en souviens pas. Je suis une sorcière et j’ai été quelqu’un, mais pour moi ce sont les souvenirs que m’ont offert les autres. Pour faire plus court, je suis amnésique, et je ne me souviens pas de toi, ni de ton visage, ni de tes intonations de voix, ni de ton nom.

Anthony ne put répondre à cela. Il ne savait quoi répondre. Après tout, que dire à une personne qui ne se rappelle plus de rien ? Ils étaient de grands amis. Maintenant, qu'en restait-il ? S'il elle n'avait plus de souvenir, si elle ne se rappelait pas leur première rencontre, si elle ne se rappelait pas des moments forts qu'ils avaient vécu, que restait-il de leur amitié sans tout ça ? Et celle qui était devant lui, était-elle encore Ailyne ? Celle qui était cette amie avec qui il a tant vécu. July prit la parole, sauvant Antho d'un trop long silence...

- Je vais vous laisser vous retrouver, je repasserai plus tard Ailyne , dit-elle à Ailyne, puis salua Anthony d'un sobre. Adams.

Ce dernier attendit que la porte se ferme et finit enfin par ouvrir la bouche.

- Salut Ailyne. Comme je l'ai dit je m'appelle Anthony, on s'est rencontré à Poudlard. il réfléchit un court instant avant de reprendre. Je t'expliquerais plus tard ce qu'il s'est passé ce jour là si tu le souhaite. Depuis quelques temps, tu es dans l'équipe de Quidditch de ton ancienne maison à l'école et je suis le capitaine de cette équipe... Mais avant tout tu es une amie chère. Tu retrouveras peut-être des lettres chez toi. Ça faisait quelques temps qu'on parlait par hibou. Ça te permettra peut-être de recoller quelques morceaux à ton histoire.

Il finit par s'approcher d'Ailyne. Il ne pouvait pas rester à 3m d'elle comme ça. Il fit donc quelques pas pour se retrouver au pied du lit et constater, qu'effectivement, elle s'en sortait pas trop mal. Son visage n'avait pas changé, mais son regard semblait plus dur. Son sourire était semble-t-il envolé. Que s'était-il passé en deux semaines ? Le jeune homme était perturbé par ce regard. Il ne reconnaissait pas Ailyne. Cette nouvelle Ailyne allait-elle apprécié Antho qui lui, n'avait pas changé.

Pourquoi il y avait toujours des c***** qui prenaient le volant alors qu'ils avaient eut leur permis dans une pochette surprise ? Qu'est-ce qu'il avait fait Ailyne ? Ce mec pouvait-il se regarder dans un miroir aujourd'hui ? Anthony hésitait entre la rage, la tristesse et la compassion en voyant son amie comme ça. En la voyant comme elle n'était pas avant... Ailyne, ma pauvre Ailyne, où es-tu ?
Ailyne Lawson
Ailyne Lawson
Poufsouffle
Poufsouffle
Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


[Ste-Mangouste] Entrée de l'hôpital - Page 13 Empty
Re: [Ste-Mangouste] Entrée de l'hôpital
Ailyne Lawson, le  Sam 17 Jan 2015 - 23:11

- Salut Ailyne. Comme je l'ai dit je m'appelle Anthony, on s'est rencontré à Poudlard. Je t'expliquerais plus tard ce qu'il s'est passé ce jour là si tu le souhaite. Depuis quelques temps, tu es dans l'équipe de Quidditch de ton ancienne maison à l'école et je suis le capitaine de cette équipe... Mais avant tout tu es une amie chère. Tu retrouveras peut-être des lettres chez toi. Ça faisait quelques temps qu'on parlait par hibou. Ça te permettra peut-être de recoller quelques morceaux à ton histoire.

Alors c’était ça un ami ? Un mec qui se pointait, qui vous lançait des choses et autres, sans développer, pleines de sous-entendus, d’attente ou de suspens ? S’il était là, pourquoi il ne pouvait pas tout simplement dire les choses. Il devait expliquer ? Très bien, qu’il le fasse. De toute façon à la vitesse où les choses avançaient, ou son état s’améliorait, elle pouvait tout bonnement attendre. Elle n’avait rien de mieux à faire. Qu’il parle, ou qu’il se casse. Il voulait être là, il était venu, c’est bien qu’il voulait ? Maintenant qu’il fasse avancer les choses. Il ne pouvait pas se pointer, et ne pas tout donner. On ne fait pas des choses grises. On fait des choses entières, ou on ne les faisait pas du tout.

- Explique. Lyne s’arrêta un instant pour observer le visage d’Anthony. Explique alors. Je veux savoir. Je suis amie : pourquoi ? Tu veux m’expliquer plus tard des choses que tu peux faire maintenant. Alors à quoi ça sert d’être revenu ? C'est quoi ces foutus lettres ?

Lyne ne savait pas sur quel pied danser. Elle se sentait incapable de maîtriser toutes ces émotions qui s’entremêlaient. La joie, surpuissante, de voir enfin quelqu’un qui tenait à elle, la déception de ne pas avoir les effusions tant espérées, la colère, si forte, si intense, d’une personne qui a attendu si longtemps un signe de n’importe qui. Tout l’assaillait, elle avait envie de le frapper, de l’envoyer balader. Il était tout pataud, presque ridicule. Il semblait ne respecter que des conventions, qu’une distance qu’il mettait méthodologiquement en place. Elle ne savait pas ce qui était le pire en réalité, qui soit soumis à une gêne qui ne lui permettait pas de s’approcher d’elle, ou s’il ne le faisait pas parce qu’il n’en avait tout bonnement pas envie.

Il s’approcha. Mais pas comme Lyne aurait souhaité. Personne ne l’avait encore pris dans ses bras. Il était là, mais elle était toujours aussi seule. Elle était une amie chère, mais qu’il le prouve ! Il ne pouvait pas sortir ça comme ça et ne pas donner de preuve. Ce n’était pas normal. Quel bon à rien ! Quel idiot ! Mais pourquoi elle ne le chassait pas ? Pourquoi était-elle incapable de lui demander de sortir ?

Lyne l’observait. Elle avait envie de se rappeler de comment le visage d’Anthony se crispait sous l’angoisse, comment il se transformait sous la gêne, sous la tristesse. Mais elle ne s’en souvenait pas. Elle ne se souvenait pas de son ami. Incapable de contenir ses émotions, le corps d’Ailyne trembla, d’abord presque imperceptiblement, puis beaucoup plus. Jusqu’à ce qu’elle explose en larme, secouée de sanglot :

- Mais p*tain, où étais-tu ? Où étais-tu pendant ces p*tains de semaines à l’hôpital ? J’avais besoin de quelqu’un. Quelle différence ça aurait que je crève là, comme ça sur la route ? Aucune, si ce n’est que j’aurais gardé l’intégrité de la Ailyne que tu connaissais. Elle s’arrêta un instant, baissa la tête, pour à nouveau lever son visage baigné de larmes en face d’Anthony et ajouta, comme une évidence : Oui, je sais très bien que ce n’est pas « moi » que tu t’attendais à voir.

Par cette dernière phrase, elle voulait dire qu’il ne voulait pas tomber sur la nouvelle Ailyne. Que cette nouvelle Ailyne n’était pas son amie, il ne la connaissait pas, ne savait aucune de ses failles, aucun de ses sentiments, ne comprenait pas sa logique, ni sa nécessité de s’exprimer, ni l’importance qu’elle donnait à chaque acte. Il se disait son ami, mais savait-il qu’il ne restait peut-être rien de leur amitié..?

Cette pensée déchira le cœur d’Ailyne qui se renfrogna dans son idée qu’elle inévitablement et irréfutablement seule.
Anthony Adams
Anthony Adams
LégendePoufsouffle
Légende
Poufsouffle
Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Husky
Manumagie (Niveau 1)


[Ste-Mangouste] Entrée de l'hôpital - Page 13 Empty
Re: [Ste-Mangouste] Entrée de l'hôpital
Anthony Adams, le  Dim 18 Jan 2015 - 22:40

Elle avait besoin de savoir. Elle avait le temps... Ouais pas faux. Ça faisait plusieurs semaines qu'elle attendait après tout. Ça faisait plusieurs semaines qu'elle essayait de retrouver la mémoire et il pouvait l'aider à recoller quelques morceaux. Pourquoi le faire plus tard ? Et puis, avant qu'il puisse dire quoi que ce soit, elle explosa. Littéralement.

- Mais p*tain, où étais-tu ? Où étais-tu pendant ces p*tains de semaines à l’hôpital ? J’avais besoin de quelqu’un. Quelle différence ça aurait que je crève là, comme ça sur la route ? Aucune, si ce n’est que j’aurais gardé l’intégrité de la Ailyne que tu connaissais. puis rajouta, froidement. Oui, je sais très bien que ce n’est pas « moi » que tu t’attendais à voir.

Antho encaissa ce qu'elle venait de dire, et, en plantant ses yeux verts dans ceux d'Ailyne, il commença.

- On s'est connu à Poudlard. On était deux à ne pas trop savoir quoi faire, alors on a essayé de trouver une occupation...

Puis il lui raconta tout. De A à Z. Comment ils s'étaient dits qu'un truc pareil allait être une bonne idée sympathique. Comment ça c'était passé. Ce qu'il s'était juste après. Puis comment leur amitié c'était tissé, petit à petit. Comment ils s'étaient perdus de vue aussi. Puis comment ils s'étaient retrouvés. Leur voyage à Florence, le quidditch, leur passion commune. Bref tous les événements, petits ou grands qui lui paraissaient assez important pour en parler. Il lui avait aussi expliquer qu'après le voyage à Florence, ils avaient commencer à se parler par lettre pour parler de tout, de rien. De tout ce qu'ils avaient sur le cœur. Ça lui pris pas mal de temps et il s’arrêtât histoire qu'elle ai le temps de digérer tout ça et reprit.
L [Ste-Mangouste] Entrée de l'hôpital - Page 13 Minidu12
- Et pour te répondre, pendant toutes ces semaines, je t'ai cherché. Quand j'ai vu que tu mettais du temps à répondre à ma lettre, j'ai commencé à m'inquiéter au bout de 4 ou 5 jours. C'était le délais habituel de tes réponses. rajouta-t-il en aparté. Je t'ai renvoyé une autre lettre, en me disait que mon hibou avait fait une connerie et j'ai attendu à nouveau 4 ou 5 jours. Et c'est au bout de ces jours, que j'ai compris que quelques choses n'allait pas. Et depuis ce jour, je t'ai cherché partout. Je suis même aller au ministère et c'est là qu'ils m'ont dit que tu avais atterrit ici... Et 3 minutes après, j'étais là, à te découvrir sur ton lit et toi, à m'annoncer que tu as faillit perdre la vie. Ce qui aurait changé si t'étais morte sur la route ? J'aurai perdu la personne la plus chère à mes yeux. dit-il en s'asseyant sur le lit. Et pour tout te dire. Quand on m'a annoncé que tu étais ici, je pensais même pas te trouver en une seule pièce. Alors, non effectivement, ce n'est pas toi que je m'attendais à voir. C'était plutôt un légume que je m'attendais à découvrir, tu vois ?

Avec tout ça, il ne s'était même pas aperçu qu'elle pleurait. Il était tellement aveuglé par la joie de la voir "bien", qu'il n'avait pas réussit à voir qu'elle pleurait. Il se pencha un peu vers elle pour lui poser un bisou sur la joue et la prit dans les bras. Il ne put s'empêcher de lui glisser un "Désolé" à l'oreille. Lui qui lui avait promis d'être toujours là pour elle, il n'avait même pas réussit à être présent au moment où elle avait le plus de besoin de lui... Ou de n'importe qui d'autre d'ailleurs. Pour la deuxième fois, il l'avait perdu de vue sans rien avoir fait , il l'avait laissé seule. Mais quel ami il faisait ? Il se gifla mentalement en s'écartant doucement d'Ailyne.

- Et toi, explique. Comment t'es arrivée là ?

Il garda une main d'Ailyne dans la sienne. Pour lui dire que maintenant, il était là. Pour s'excuser peut-être aussi. Peut-être était-elle différente maintenant, mais pour Antho, elle était toujours sa Lyne. Alors, peu importe si elle avait changé, peu importe si l'accident avait laissé la place à quelqu'un d'autre. Ailyne restait Ailyne.


Dernière édition par Anthony Adams le Lun 21 Sep 2015 - 20:59, édité 1 fois
Ailyne Lawson
Ailyne Lawson
Poufsouffle
Poufsouffle
Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


[Ste-Mangouste] Entrée de l'hôpital - Page 13 Empty
Re: [Ste-Mangouste] Entrée de l'hôpital
Ailyne Lawson, le  Jeu 22 Jan 2015 - 21:50

Lyne resta muette, écoutant un nouveau récit de l’ancienne personne qu’elle était. Ce qu’elle avait été, elle le détestait toujours autant, mais à cet instant, elle vit quelque chose qu’elle ne connaissait pas auparavant, dont on ne lui avait jamais parlé chez elle : la spontanéité. Ca lui paraissait étrange qu’une fille si légère, telle qu’elle l’avait été, puisse être à la fois si naturelle. Il y avait toujours autant de choses qui ne lui plaisaient pas chez elle, toujours autant de choses qu’elle avait raillé de son caractère, mais elle découvrait une Ailyne plus juste que celle qu’elle connaissait jusqu’alors. La Française buvait les paroles de son ami. Leur amitié leur plaisait, ce qu’il avait vécu semblait sincère. Elle observait Anthony, touchée qu’il en parle avec cette émotion. Elle ne posa aucune question, ne fit pas la moindre remarque, seuls les mots d’Anthony venaient briser le calme qui régnait dans la pièce, qui contrastait avec le tsunami qui avait ravagé l’esprit d’Aily.

Il lui expliqua ensuite comment il l’avait retrouvé, et comme il s’attendait à la retrouver. Il l’avait donc cherché. Il n’était pas resté sans rien faire, il n’avait pas attendu des semaines, il n’était pas arrivé là par hasard. Il y avait bien des gens qui tenaient à elle. Des gens qui tenaient tellement à elle, qu’ils étaient prêts à s’adapter à la nouvelle Ailyne, coûte que coûte, quoiqu’il advienne. Les larmes de Lyne continuaient de couler. Anthony avait dit qu’elle était la personne la plus chère à ses yeux, était-il sincère ? Elle ne voulait pas en douter. S’il le disait, il fallait qu’il le pense. Il ne pouvait en être autrement. A cet instant plus qu’à n’importe quel autre, elle aurait aimé se souvenir de tout, se rappeler comment c’était d’avoir des amis, une famille, d’être entourée, de ne pas avoir peur, de ne pas se sentir abandonné, de ne pas chercher à discerner le vrai du faux, de ne pas tenter de déchiffrer sans cesse les expressions des gens pour savoir ce qu’ils pensent. On n’imagine pas le processus de socialisation qu’il faut remette en place. Les habitudes, les normes, les valeurs primordiales qu’il faut réapprendre. Sourire, c’est être joyeux, mais sourire, c’était tellement d’autres choses. Et quand on ne se souvient de rien, comment peut-on s’en douter ?

Les bras d’Anthony l’enserrèrent, et Ailyne oublia de respirer. Elle se sentit apaisée, mais, a contrario, ses larmes redoublèrent. Elle se laissa complètement aller à ce simple contact. Elle l’avait tellement espéré, elle avait eu tellement besoin. Pour la première fois, Lyne ne se sentit pas seule. Anthony s’excusa et un rire nerveux échappa à la jeune fille. Quand son ami s’écarta, il demanda :

- Et toi, explique. Comment t'es arrivée là ?

Lyne le regarda, réfléchit une seconde à ce qu’elle était censée répondre, et dit simplement :

- Je ne sais pas.

Non. Elle ne savait pas. Du moins, pas vraiment. On lui avait raconté, mais que se souvenait-elle donc ? Rien. Elle n’avait aucun souvenir. Rien qui lui appartenait. C’était assez étrange, assez déstabilisant. Elle aurait pouvoir lui donner les détails de son arrivée ici. Comment elle s’était fait percuter par une voiture. Mais que pouvait-elle dire ? Elle ne savait pas. Elle décida donc de ne pas le laisser sans réponse, et lui donner au moins les informations qu’elle avait.

- J’ai été percuté par une voiture. Je m’en souviens pas, mais à mon réveil, j’étais dans un hôpital. Un hôpital moldu, on me l’a dit après. Apparemment, en essayant de me sauver la vie, comme il n’avait pas connaissance du fait que j’étais une sorcière, ils m’ont complètement raté, pendant une opération. Ou peut-être que c’est tout simplement l’accident. J’en sais rien, j’ai du mal à comprendre tous les discours des différents médecins, c’est un peu flou tout ça. En tout cas, des sorciers m’ont retrouvé. J’étais paniquée, il se passait plein de choses autour de moi. Des objets volaient, et je pensais pas que ça pouvait venir de moi. Tout le monde commençait à paniquer, moi la première. C’est comme ça qu’ils m’ont retrouvé et amené ici. Et puis j’ai rencontré July. Mais apparemment on se connaissait déjà. Je l’aime bien, même si des fois elle est un peu pataude. C’est la seule qui a été là. C’est grâce à elle que j’ai arrêté d’être « l’inconnue ».

Lyne le regarda, essayant une fois de plus de détailler l’expression de son ami. Ca commençait à devenir une habitude.

- Parle-moi de toi.
Anthony Adams
Anthony Adams
LégendePoufsouffle
Légende
Poufsouffle
Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Husky
Manumagie (Niveau 1)


[Ste-Mangouste] Entrée de l'hôpital - Page 13 Empty
Re: [Ste-Mangouste] Entrée de l'hôpital
Anthony Adams, le  Lun 2 Fév 2015 - 22:48

Donc, c'était - peut-être - à cause des moldus qu'elle étaient dans cet état. Forcément, les sorciers se soignaient avec des moyens de sorciers. Les moldus avec des moyens de moldus. Confondre les deux étaient sans doute dangereux. D'après Ailyne, même les médecins se contredisaient sur ce fait. Quoi qu'il arrive, c'était fait. Si elle pouvait retrouver des brides de souvenirs, jamais elle ne retrouvera sa mémoire. Elle n'était pas morte, c'était déjà ça. Ailyne s'était un peu calmée après son récit. Mais le jeune homme voyait bien qu'elle essayait de lire dans son regard. Elle n'avait pas confiance. Ceci dit, il comprenait. Un inconnu vous raconte qu'il vous connait et se met à raconter des trucs sur vous qu'il aurait après tout très bien put inventer de toute pièce. Certes, c'était très étrange de se trouver des amis parmi les amnésiques de Ste Mangouste mais il y avait des détraqués partout. Il ne put sourire quand elle parla de July, avec sa spontanéité et sa franchise qui semblait faire partit de son nouvelle elle. Elle avait toujours été spontanée, mais jamais elle ne se serait permise

Anthony resta donc assis sur le lit à la regarder. Que pouvait-il bien répondre à ça ? "Parle-moi de toi." C'était vraiment une question étrange. Celle qu'on sortait dans les films, mais dans les films, ils avaient toujours un monologue emblématique mêlant sincérité, humour et nostalgie. Sauf que là, on n'était pas dans un film et il n'avait aucun monologue d'appris. A cette question, tout ce qui lui venait était "Bah euuuuuuh... Je... 'fin voilà quoi... Tu... Euuuuuuuuh... C'est..." Passionnant n'est-ce pas ? Heureusement, il sauva les meubles en préférant ne rien dire et en réfléchissant à quelques choses d'un peu constructif. Après tout, sa vie était... Banale. Tout ce qui sortait de l'ordinaire était le Quidditch. Sinon, il avait un boulot, il était en couple (même si c'était un peu bancale en ce moment...), un appart. Bref, la belle vie. Du moins, la belle vie banale. Rien ne sortait de l'ordinaire. Il pestait parfois contre son boulot, mais il se disait tout le temps qu'il avait quand même de la chance. Puis, il se disait qu'un jour, il l'aurait son poste à Poudlard. Il n'allait pas lui raconter des trucs aussi banales, ça ne servait à rien. Elle avait besoin de savoir qui il était, c'était pas en lui disant qu'il était un type comme les autres que ça allait l'aider à le cerner. Bon, pour éviter qu'il y ai un trop gros blanc, il prit finalement la parole.

- Je suis fan de Quidditch, tout comme toi. Et tout comme toi, j'ai fait de ma passion un peu plus que ça, puisqu'on représente notre maison dans une compétition. On est considérés comme des pros quoi. Et la dernière saison, on a même gagné la coupe ! Une belle performance vu les équipes. Sinon, à part que je risque ma vie une fois de temps en temps sur un balai, ma vie est franchement ennuyante. Mais ça a du bon parfois cette routine... dit-il en jetant un petit sourire à Ailyne. Je suis en couple avec Olivia, dit Liv. Le voyage en Italie, c'était avec elle. Je l'ai connu quelques temps après toi. Puis, quelques années plus tard, on a finit ensemble. Que dire de plus ? Hm... Je bosse à Ollivander's, la boutique de baguette magique. Je vois défiler des baguettes à longueur de journée, je peux t'assurer que par moment, c'est chiant ! Mais bon, ça paye bien, alors je le garde.

Il sortit sa baguette, et d'un coup de poignet, il fit apparaitre une image de Liv en hologramme. Enfin, ça ressemblait à un hologramme, mais c'était de la magie évidemment ! Il laissa l'image quelques secondes et rapidement, une fille la rejoint, tout sourire et prête à faire des conneries, c'était Ailyne. Ils étaient prêt à partir pour Florence. Puis le jeune homme fit apparaitre un terrain de Quidditch avec des joueurs qui tournaient dans l'arène. Puis il passa en gros plan, avec un vif à la main. Juste après, l'équipe du dernier match de la saison dernière lui sauta dessus. Ailyne était là, tout sourire. Et d'autres aussi, qu'elle connaissait plutôt bien. Il finit par ranger sa baguette pour conclure.

- Tu vois, ça, c'est ma vie résumée en quelques secondes. Et à chaque fois, tu apparais.

Il ne savait plus trop quoi dire, ni trop quoi faire d'ailleurs. Il lui avait dit tout ce qui lui semblait important. Il avait parlé de lui, comme elle l'avait demandé, il lui avait dit qu'il était. Maintenant, il fallait laisser le temps au temps. Ils allaient réapprendre à se connaitre, à s'apprécier. Il ne voulait en aucun cas perdre son amie. Même si elle était un peu différente, elle était toujours "sa" Lylyne.
Ailyne Lawson
Ailyne Lawson
Poufsouffle
Poufsouffle
Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


[Ste-Mangouste] Entrée de l'hôpital - Page 13 Empty
Re: [Ste-Mangouste] Entrée de l'hôpital
Ailyne Lawson, le  Dim 15 Fév 2015 - 22:56

Anthony donna à Ailyne les grandes lignes directrices de sa vie. La jeune fille  ne savait pas si elle était contente ou déçue. Elle voulait en savoir plus. Elle voulait tant de détails. On lui avait si peu parlé pendant son séjour. Elle avait l’impression d’être une ignorante, de tout redécouvrir. Et de sentir avoir connu tous ces détails et être incapable de se souvenir, c’était une sensation désagréable, un mal-être profond. En plus de ça, voir le visage d’Olivia la plongea dans un état étrange. Elle était partagée entre lui en vouloir, et être indifférente à sa personne. Elle représentait tout ce qu’elle n’était plus : la douceur. Une sorte d’insouciance émanait de son visage. Lyne avait l’impression d’être une brute, ses pensées étaient sans nuance, elle était farouche, malgré son visage angélique. D’un autre côté, Anthony la présentait comme une de ses amis. Mais à ce qu’elle sache, elle n’était pas là. Elle ne l’avait pas cherché. Elle ne s’était pas présentée. Il était le seul. Il avait mis du temps mais il était venu. C’était tout ou rien. Elle n’était pas là ? Très bien, pour l’instant, elle ne méritait pas qu’elle se souvienne d’elle comme une amie. Elle avait beau avoir l’air adorable, c’était un bien beau masque.

- Tu vois, ça, c'est ma vie résumée en quelques secondes. Et à chaque fois, tu apparais.
- Ta vie parait bien terne, malgré la façon enjouée dont tu veux en parler.

Il allait falloir qu’il s’y fasse, à la nouvelle franchise d’Ailyne. A son incapacité à garder pour elle des choses qui n’étaient pas forcément bonnes à dire. Elle allait faire fuir ses proches ; elle n’en avait pas conscience. Elle n’avait même pas conscience de parler. Ses paroles s’échappaient, glissaient, hors-de-contrôle. S’il tenait tant que ça à rester auprès d’elle, il faudrait qu’il l’accepte. Et entendre de la franchise tout le temps n’était pas toujours une bonne chose, du moins, pas dans le sens qu’Ailyne la pratiquait.

- Et comment elle est, elle ?

Par elle, Ailyne parlait d’Olivia. Elle ne savait dire pourquoi une telle amertume naissait de son visage. Peut-être tout simplement que son visage semblait faux. De sa douceur, de sa réserve apparente, il apparaissait quelque chose qui ne sonnait pas juste. Ou peut-être était-ce simplement de la jalousie face à une jeune fille qui paraissait si parfaite, tandis qu’Ailyne se haïssait.

- Ca fait longtemps que tu es avec elle ?

Si ça durait, c’est qu’il l’aimait. C’est qu’elle était quelqu’un de bien. C’est qu’il était heureux, non ? A cette pensée, le doute submergea la Française. Etait-il heureux ? Est-ce que ce qu’il était, ce que son couple était, ce que sa vie était le comblait ?

- Ta vie te rend heureux ?

Lyne se sentit soudain épuisée. Epuisée par ses émotions, par l’hôpital, par sa présence, par elle-même. Elle était fatiguée, fatiguée de vivre assaillie par ses sentiments qu’elle ne contrôlait plus, de vivre en se demandant quand la situation se dénouerait, quand elle retrouverait des repères.

- Et maintenant, qu’est-ce qu’il se passe ? Qu’est-ce que je suis censée faire maintenant que t’es revenu ? Te regarder partir, attendre sagement qu’on me renvoie chez mes parents, qui ne savent apparemment que je suis là, et crever de me faire chier ici, crever de me sentir si mal ici. Est-ce que tu vas mettre autant de temps que tu en as mis pour revenir vers moi ?
Anthony Adams
Anthony Adams
LégendePoufsouffle
Légende
Poufsouffle
Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Husky
Manumagie (Niveau 1)


[Ste-Mangouste] Entrée de l'hôpital - Page 13 Empty
Re: [Ste-Mangouste] Entrée de l'hôpital
Anthony Adams, le  Dim 22 Fév 2015 - 1:21

Sa vie, terne ? Non, ce n'était pas terne, c'était juste la routine. Vous savez cette routine qui... Ouais, 'fin j'en ai déjà parlé ici, je vais pas me répéter hein ! Dur d'être narrateur d'un type qu'à aucune inspiration ! Il ne répondit donc pas à Ailyne. Il avait vite compris qu'elle n'avait plus aucun filtre entre son cerveau et sa bouche ce qui faisait qu'elle avait des sorties parfois assez brutes. Et d'un coup, elle le bombarda de question.

- Et comment elle est, elle ? Ça fait longtemps que tu es avec elle ? Ta vie te rend heureux ? Et maintenant, qu’est-ce qu’il se passe ? Qu’est-ce que je suis censée faire maintenant que t’es revenu ? Te regarder partir, attendre sagement qu’on me renvoie chez mes parents, qui ne savent apparemment que je suis là, et crever de me faire chier ici, crever de me sentir si mal ici. Est-ce que tu vas mettre autant de temps que tu en as mis pour revenir vers moi ?

Il sourit et se leva du lit. Son amie semblait tout à coup usée. Sans doute l'opération dont elle se remettait mal et... Et ouais, essayer de retrouver sa mémoire, ça devait être pas mal usant aussi. Il se dit qu'il allait devoir partir pour ne pas complètement l'épuisée et se retrouver avec les médicomages sur le dos. Antho prit la main d'Ailyne et la regarda dans les yeux en lui répondant.

- Olivia est une femme assez timide mais elle se soigne avec le temps. Elle est adorable, c'est un véritable rayon de soleil. On est ensemble depuis mes 17 ans, donc ça va faire 5 ans maintenant. Et, j'ai une vie simple, comme beaucoup de monde, mon avenir est presque tout tracé, donc oui, je suis heureux. Pour commencer, maintenant, tu devrais te reposer ici encore un peu. Si tu veux, je viendrais tous les jours histoire de retracer ce que tu veux retrouver et je pourrais venir avec Liv demain ou après-demain. Et si tu ne veux pas retourner chez tes parents, tu pourrais venir chez moi si tu veux. On pourra t’accueillir le temps que tu trouves un point de chute.

Il avait dit ça sans trop réfléchir. Le genre de truc qu'on risquait fortement de regretter sur le long terme, mais il ne pouvait vraiment pas laisser Lyne comme ça. Et l'idée de retrouver ses parents semblaient ne pas enchanter la jeune fille plus que cela, alors... Boarf tant pis, ils avaient la place chez eux et puis ça leur permettrait de passer un peu de temps ensemble. Peut-être trop c'est pas faux. Finalement, l'ancienne Pouffy lui répondit ce qu'Antho avait prévu. Elle ne voulait pas franchement voir ses parents pour l'instant et acceptait l'offre. Il posa donc un léger bisou sur les joues d'Ailyne en lui disant de se reposer et s'en alla.

C'est donc deux semaines plus tard, que la jeune femme put sortir, et pendant deux semaines, Anthony était venu au chevet d'Ailyne, pour parler, de tout, de rien. Parfois même, ils restaient de longues minutes à ne rien dire. Mais ils étaient bien. Ils ré-apprenaient à se connaitre, Anthony redécouvrait la nouvelle Ailyne, et la nouvelle Ailyne redécouvrait Anthony. Elle avait à nouveau confiance à son ami. Ce ne fut pas si difficile, puisque malgré sa perte de mémoire, il devait rester chez elle quelques brides de leur amitié passée.

Le jour du départ, Antho avait emmené des affaires qu'il avait acheté la veille spécialement pour elle. Pour la taille, il s'était fié au dire de Liv et apparemment, elle ne s'était pas trompée, puisque ça lui allait parfaitement. Puis une fois sortit du bâtiment, Anthony prit la main à Ailyne et lui dit

- Accroches-toi bien, ne me lâches pas la main ok ? Tu te rappelles du transplanage ? C'est comme se téléporter mais, en vrai ! Prête ? Et ils transplanèrent, en atterrissant juste devant l'immeuble où vivait Antho et Liv.

L'attrapeur lâcha alors doucement la main de son amie et s’apprêtait à la rattraper ou que sais-je encore. Les premiers transplanages étaient souvent périlleux. Mais pouvait-on vraiment dire que c'était le premier transplanage ? Puisqu'il y a quelques temps, ils avaient utilisés exactement ce mode de déplacement pour partir à Florence. M'enfin bref, elle le supporta plutôt bien et fut même émerveillée en réalisant qu'ils avaient réellement transplaner. Tout repartir de zéro, c'était aussi découvrir ce qui était acquis depuis longtemps pour le commun des sorciers...

_____________________________________________

Suite du RP par ici
Malicia Evans
Malicia Evans
Serpentard
Serpentard
Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Manumagie (Niveau 1)


[Ste-Mangouste] Entrée de l'hôpital - Page 13 Empty
Re: [Ste-Mangouste] Entrée de l'hôpital
Malicia Evans, le  Jeu 28 Avr 2016 - 17:28

RP UNIQUE


Bon. Dernier endroit avant que je rentre au château. Il était presque 4 heures du matin et jcommençais un peu à fatiguer quand même. Pis, demain, jdevais donner un cours, fallait quand même que j'sois un minimum présente physiquement comme psychiquement, pas comme l'autre fois. Bon. Récapitulons, j'avais posé une annonce, affiche, bout de papier, rhoo appelez ça comme vous l'voulez, donc, jdisais j'en ai posé une au Pré-au-Lard, une à un arrêt de bus à Londres, deux dans la gare, une dans les docks et j'vais en poser une à Ste Mangouste. Pis ce sera bon. Ras le bol de faire ce boulot minable.

Boh, du coup, j'arrivais devant l'entrée et j'avais oublié une chose. L'hôpital, y a toujours du monde dedans. J'allais me faire voir c'est sûr. Je prends ma baguette et j'me lance plusieurs sorts indolores pour me déformer un peu le visage, juste au cas ou quoi. J'approche discrètement, j'sors ma dernière affiche et l'agrandis pour qu'elle fasse au moins la moitié du mur de l'entrée de l'hôpital.

[Ste-Mangouste] Entrée de l'hôpital - Page 13 81134960mm

Affiche collée. Franchement, Rejoins nous ou meurs mit bien en évidence sur le mur d'un établissement soignant, c'est drôle un peu quand même ? Ah. Nah ? Jdois avoir un humour bizarre alors.
CRAC - Transplanage réussi jusqu'au portes de Poudlard, boh au moins une chose de faites, maintenant, jpeux retourner à mes affaires.
Emily Lynch
Emily Lynch
LégendePoufsouffle
Légende
Poufsouffle
Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Occlumens


[Ste-Mangouste] Entrée de l'hôpital - Page 13 Empty
Re: [Ste-Mangouste] Entrée de l'hôpital
Emily Lynch, le  Jeu 28 Avr 2016 - 19:39

RP unique

Après avoir quitté la gare, la rouquine décida de continuer la campagne anti-déprime, car il fallait le reconnaitre, ces affiches avaient le mérite de vous rendre dépressif si vous les regardiez bien trop longtemps. Pour le coup, ces mages noirs avaient fait du bon boulot ! Par contre, ils n’avaient surement pas pensé qu’une rousse allait s’amuser à retourner à l’âge de six ans pour leur faire de merveilleux dessins ! Mais avant il fallait trouver un autre endroit ! Quel autre endroit pouvait bien avoir subi la campagne mortelle des Mangemorts ? Un lieu fréquenté évidemment… le chemin de traverse, hm surement déjà fait ! Quelqu’un y aura forcément pensé avant elle, surtout que la rousse se déplaçait à pied et heureusement, sinon elle n’aurait sans doute pas pensé à se rendre à cet autre endroit fort fréquenté. Pas par tous non plus, mais un petit accident, vous vous y rendez-vous pour faire soigner votre bobo et BIM !! Cette horreur juste devant vous ! Hors de question ! Il était temps de ressortir les marqueurs ! Go go go, Sainte Mangouste te voilà détenteur d’une nouvelle œuvre d’art !

[Ste-Mangouste] Entrée de l'hôpital - Page 13 Prout10

Et voilà, encore une fois c’était merveilleux ! Peut-être un peu plus flippant que le premier dessin, mais en même temps, c’était un peu ce que l’on pouvait penser des auteurs de ses affiches ! Et en guise de dernière blague, Emily sorti son marqueur jaune et signa, d’un nom très inspiré, le bas de l’affiche ! Aller, on se retrouve à la prochaine affiche !
Lizzie Bennet
Lizzie Bennet
Poufsouffle
Poufsouffle
Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Manumagie (Niveau 1)
Loup-garou


[Ste-Mangouste] Entrée de l'hôpital - Page 13 Empty
Re: [Ste-Mangouste] Entrée de l'hôpital
Lizzie Bennet, le  Lun 2 Oct 2017 - 17:00

LA de Jean Parker accordé / Post unique I

Je me demande quelques soirs s’il est possible de trouver la date. La date à laquelle tout a basculé. A laquelle il n’a plus été possible d’être le moi que j’avais été jusque là. Dont les évènements postérieurs ne seraient, en fait, qu’une confirmation. Je ne sais pas si on en a une, une spéciale. Quand je regarde en arrière, j’en ai eu, des aléas. Mais on a tous des aléas à rencontrer au fil de notre existence. C’est effrayant, parfois, tous ces murs, tous ces ciels sans couvercles, ces nuages qui vous rentrent dans la poitrine à chaque gorgée d’air.

C’est aussi ce qui façonne le nouveau moi. Le remodèle à chaque instant. Je suis un travail en construction ; une pâte à modeler. J’aimerais me passer de la cire et de la douleur quand je me dessiner, pourtant. J’aimerais que ce moi ressemble un peu plus, si ce n’est à qui j’ai été, à qui Jane a été. Un peu plus normale, un peu plus saine, un peu plus stable.

J’ai progressé, au fil des années. J’ai appris à m’autoriser à aimer. Mes enfants, Parker, et parfois-même des amis. J’ai appris à oser dire le mot ami sans jouer la vierge effarouchée. Et c’est apaisant, d’oser dire que l’on a besoin des autres. Car non, je n’ai jamais été assez forte, seule. Jamais assez douée.

Avec leur patience, ma persévérance, et beaucoup de temps, il y a eu des progrès. Amy m’a aidée à retrouver un peu d’adresse. Peter m’a fait travailler sur mes réflexes au Quidditch. Aya m’a aidée à créer un alphabet et un fluide pour faciliter l’identification de mes fioles. Max m’a épaulée pour élever les jumeaux. Il faut laisser du temps au temps, et on avance, pas à pas. Pour devenir meilleure, et peut-être, un jour, pouvoir les rejoindre à nouveau. Ces Mangemorts dont l’ombre ne m’a jamais quittée.

Et puis, et puis ce soir-là, c’est Jean qui a su me convaincre. Me convaincre de révoquer une peur d’enfance. J’ai toujours haï les soins, la médicomagie, tout ce qui se rapportait à la guérison sans passer par les potions. Pour moi, les sorts de soin prenaient souvent des allures de sorts de torture. A l’écouter s’enflammer sur les prouesses que l’on avait, l’hypothèse de regagner une vue partielle… J’ai su qu’il fallait essayer. Pour moi, pour lui. Parce que je sais pas où il a trouvé la patience d’aimer une femme aussi blessée, aveugle, et mère, que moi.

Je lui dois bien ça.

Next week
Elhiya Ellis
Elhiya Ellis
Serpentard
Serpentard
Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Furet)


[Ste-Mangouste] Entrée de l'hôpital - Page 13 Empty
Re: [Ste-Mangouste] Entrée de l'hôpital
Elhiya Ellis, le  Mar 8 Mai 2018 - 11:43


Weakness


Pv Chad
Mon LA accordé
Suite de ici
♫♫

Le garçon abandonné à un sommeil réparateur, les mèches taches de sang s'étaient détournées après un dernier regard. C'était un idiot, un gosse inconscient de ses actes, de ses paroles, un de ceux qui pouvaient remercier leur tortionnaire d’avoir voulu les garder en vie, un de ceux dont la bonne étoile s’était finalement manifestée avant de le laisser se faner sur le tarmac d’une petite ville. Mais à quoi ça servait au final ? Comprendrait-il que cette chance à saisir n’était pas là pour l’étaler à la première qu’il trouverait ? Avait-il ne serait-ce saisi qu’il avait trop parlé, trop dévoilé, même si elle n’était qu’une étudiante qu’il avait déjà vue ? Ce n’était pas car elle avait fait en sorte que sa vie ne s’arrête pas aussi brutalement que cela faisait d’elle une alliée. Ce n’était pas car il avait teinté sa tunique et sa frimousse de son sang qu’elle le soutenait….  Quelle bêtise écœurante… Il ne restait plus qu’à espérer qu’il ne la ferait pas regretté de l’avoir amené ici… Qu’il se taise et qu’il se fasse discret, sans qu’elle ne veuille le rendre silencieux à son tour…

Trop de pensées contradictoires, trop de conflits personnels pour savoir si le menacer dès qu’elle le reverrait était judicieux. Elle avait besoin de repos. Ses yeux cernés trahissaient son état de fatigue, les traits tirés par la nuit quasi dépourvue de sommeil n’arrivaient plus a offrir un sourire compatissant au personnel de l’hopital, et la lumière trop vive lui brulait les rétines. Le monde sous ses pieds tournait soudainement, forçant à l’arrêt, à l’appui contre un mur. Cela faisait trop longtemps que ses nuits étaient écourtées par quelques cauchemars s’éveillant aléatoirement, trop longtemps qu’elle puisait sur ses ressources pour continuer à marcher vers la sortie du bâtiment.

Le chant de son cœur battait dans ses tympans, étouffant les claquements de talons sur le carrelage, raisonnant au bout de ses doigts appuyés contre la paroi qui la soutenait. Jamais, sobre, l’étreinte de pierres empilés ne lui avait été aussi agréable. Un peu de fraicheur sur sa joue, sur sa tempe offrant une visibilité couverte de papillon de lumière.  L’état de fragilité ne permettait pas un transplanage immédiat, fouttu transport magique trop violent, fouttu faiblesse adolescente… rentrer prendra plus de temps que prévu, avec un peu de patience, et de temps, elle pourrait rejoindre la demeure de ses parents, s’y ressourcer et repartir.

Mais le pas était lent, le brouhaha du parvis coté moldu de Sainte-mangouste étourdissant, et cette lumière….. Pourquoi le soleil brillait-il aussi fort ce matin ? En simple vengeance d’un amour pour les étoiles perdues ? la main devenue visière protégeait les prunelles rougis, cherchant à se repérer, à trouver le bon chemin à prendre cette fois encore. Le faible prix à payer pour avoir d’instinct puisé dans ses ressources pour un abruti qui pensait pourvoir tenir tête à une Ombre, à l’Ombre elle-même, comme lui rappelait son esprit contrit par l’épuisement.
Chad Taylor
Chad Taylor
Serpentard
Serpentard
Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


[Ste-Mangouste] Entrée de l'hôpital - Page 13 Empty
Re: [Ste-Mangouste] Entrée de l'hôpital
Chad Taylor, le  Mar 8 Mai 2018 - 17:06



PV avec Elhiya Ellis
Accord pour le LA.


Son père. Son bourreau et le seul membre restant de sa famille proche. Le cerbère qui tenait sa prison et le gardait enfermé, tenu à son propre devoir. Le sorcier n’avait jamais réellement compris pourquoi il restait accroché à ce semblant de lien, tout petit filin inutile et détestable qui contribuait à le rendre malheureux. Ses séjours chez lui, s’ils s’étaient faits plus rares, le rendaient toujours maussade et terriblement désagréable. Ses obligations grandissaient à mesure que son géniteur vieillissait, et aujourd’hui, c’était à Ste Mangouste que sa chaîne le menait. Son père avait été si affecté par la mort de sa femme qu’il en était tombé malade. Malade et incapable de s’occuper de lui-même à un tel point que Chad se demandait s’il ne valait pas mieux qu’il en finisse. Comme sa femme.

Cadell lui rendait d’ailleurs bien sa haine envers sa condition et ne se gênait jamais pour rabaisser son fils en public, criant à tout va qu’il était tout à fait capable de s’occuper de lui-même sans l’aide d’un incapable. Et ce jour ne faisait bien évidemment pas exception à la règle, au grand déplaisir de Chad.


« Lâche-moi. Je t’interdis de poser tes sales mains sur moi.  »

« Allons, ‘Pa. Tu sais très bien que si je te lâche, tu vas probablement t’écrouler, et tu sais très bien que tes hémorroïdes en prendraient un coup si tu tombais sur ton fondement. »

Chad avait fait sa remarque en insistant sur tous les mots, comme s’il parlait à une personne à moitié sourde, ou qui aurait eu des soucis de compréhension. Faisant passer son père pour sénile, il se délectait maintenant des regards tournés vers le vieil homme dont le visage avait tourné rubicond. L’attaque qui s’ensuivit ne fût qu’une de plus, que Chad esquiva souplement comme il avait l’habitude de le faire. Le sort que lui avait décoché son père s’écrasa sur le mur proche, décrochant un peu de plâtre.

« Woups, pardonnez-le, il est sénile, il a probablement voulu se gratter une varice avec sa baguette. A son âge, on n’est plus maître de son bâton voyez-v… »

Un second sort passa à quelques centimètres de l’oreille droite du rouquin qui préféra s’éclipser à l’angle d’un couloir, se mettant hors d’atteinte de l’ire qu’il avait provoquée. Il avait un sourire jusqu’aux oreilles et la fureur de son père avait l’habitude de le mettre de bonne humeur. Il décida donc de passer le temps jusqu’à ce que son père termine son rendez-vous. Il ne tenait de toutes façons pas à passer une seconde de plus que le nécessaire avec le vieil homme.

Il commença donc une errance dans les couloirs, passant de temps à autre à proximité de la salle où son père avait rendez-vous, prenant bien soin de ne pas se faire repérer. Un éclair blond passa au fond d’un couloir, et le sorcier crût aussitôt reconnaître la jeune étudiante avec qui il avait bu quelques temps auparavant. Il se rappela qu’elle souhaitait se lancer en tant que médicomage et se lança sur ses pas, pensant que c’était la raison de sa présence dans l’hôpital.

Il bifurqua ensuite vers la sortie et la vit passer la porte de service, elle allait se retrouver dans l’artère réservée aux moldus, pleine de monde. Peut-être allait-il pouvoir lui rendre la politesse et lui rendre ces verres qu’elle lui avait offert. Lorsqu’il accéléra il remarqua que la jeune femme s’était arrêtée. S’approchant, il remarqua alors que quelque chose n’allait pas. La jeune femme titubait et semblait ne pas être en grande forme. Puis il remarqua que ses cheveux et quelques endroits de sa peau étaient maculés de sang et s’élança pour les quelques mètres qui le séparait encore d’elle, l’attrapant par les épaules avant qu’elle ne tombe en arrière et la maintenant sur ses deux pieds.


« Ohla. Elhi, ça va ?! Je… C’est ton sang ? T’es pas sensée sortir d’un hôpital dans un autre état ?  »

Il plongea alors son regard dans celui de la jeune femme, la maintenant toujours droite et l’examinant comme s’il cherchait les effets d’une drogue quelconque dans le fond de ses prunelles, écartant une mèche couverte de sang coagulé. Voyant qu’elle n’avait visiblement rien pris, il entreprit de l’asseoir sur un banc publique tout proche et fouilla dans sa besace et en ressorti une petite fiole dont le liquide bleu foncé brillait à l’intérieur.

« Prends ça, t’as l’air d’en avoir besoin !  »

Le philtre revigorant qu’il lui tendait avait été confectionné par ses soins, mais c’était le dernier qu’il possédait. Il devrait penser à en préparer un nouveau si son père…

* Oh m*****. Je l’avais oublié lui. Tant pis, il aura qu’à rentrer tout seul.  *

Il marqua quelques secondes pour laisser la jeune femme reprendre ses esprits et chasser du sien l’ire qu’il allait encore provoquer chez son géniteur. Mais il n’en n’avait cure. Pour l’instant comptait de savoir si la jeune femme se portait bien. Guettant le moindre de ses mouvements, dans l’attente de voir si les effets de la potion faisaient leur office, il ne pût s’empêcher de lancer à la jeune femme :

« Désolé, j’ai pas ma cape.  »





Chad Taylor

[/color]
Elhiya Ellis
Elhiya Ellis
Serpentard
Serpentard
Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Furet)


[Ste-Mangouste] Entrée de l'hôpital - Page 13 Empty
Re: [Ste-Mangouste] Entrée de l'hôpital
Elhiya Ellis, le  Mar 8 Mai 2018 - 17:55


Weakness


Pv Chad
Mon LA accordé
Suite de ici
♫♫

Les pavés dansaient sous ses pieds, le soleil moqueur s’élevait de toute sa grandeur, le monde disparaissait dans un halo désagréable, l’attraction terrestre faisait son office quand que ses sens s’éveillent… Un choc, la rencontre avec le sol, le mur, cette impression de tomber sans fin jusqu’à qu’une prise sur ses épaules la soutienne, la force à revenir sur terre à ouvrir les yeux, à essayer. Une voix raisonnait désagréablement dans sa tête, comme si quelqu’un lui parlait sans qu’elle ne le voit réellement, ses paupières étaient traites pour la première fois, refusant de lui rendre la vue. Un froncement de sourcil, une tentative de se raccrocher au bras qui la tenait, et l’impression de reconnaitre ce questionneur.

Plusieurs papillonnements de cils dorés avaient été nécessaire pour croiser les émeraudes aux lueurs étoilées de l’autre nuit alcoolisée. Ils avaient déjà rendez-vous ? ça lui était sorti de la tête et il l’avait localisé ? Les idées s’embrouillaient un peu plus dans son esprit pour permettre le moindre mot, le moindre sourire. L’effort de remettre sa phrase dans l’ordre gratifiait la tête blonde d’une légère migraine. Il avait parlé de sang, de son sang, ça n’avait pas de sens, pourquoi posait-il cette question ? Elle était juste exténuée, pas blessée... Juste trop fatiguée pour râler, rire, ou taquiner… juste un surplus de manque de sommeil, il n’avait pas besoin de s’inquiéter… mais les mots ne trouvaient le chemin hors de ses lèvres pour le lui dire…

Il l’avait amené s’assoir, ça elle l’avait bien vu, le fessier posé stable sur un banc public, le regard terni posé sur une fiole bleue foncée. Une potion, elle ne pensait jamais à en amener, à en faire des stocks à l’avance, mauvais point pour une fille qui voulait devenir médecin… Ça lui sortait toujours de la tête, le dictame avait de puissantes vertues qu’elle ne pouvait négliger et ce n’était que maintenant qu’elle se le rappelait. Et ça ? c’était quoi ? Du revigor liquide ? Un somnifère ? Une promesse de retour à son innocence arrachée par hasard ? Ça n’avait au final que peu d’intérêt, les idées fusaient bien trop dans tous les sens pour réussir à en saisir une seule d’entre-elles, il fallait juste que ça cesse.

Les doigts, faibles, débouchonnait la petite bouteille pour ingurgitait le liquide, dans le pire des cas, il pouvait lui arriver quoi ? Qu’elle dorme sur un banc ? Pas confortable mais pas vraiment gênant. Mais les longs doigts chaleureux du sommeil détenaient leur prise lentement, rendant à son esprit une lueur de clarté, à ses membres engourdit un éveille certains.

« Cape ? Merci…. Ca s’appelle comment ce truc ? »

La main avait reposé la fiole vide dans celle de son propriétaire. Ce truc était efficace, il faudrait qu’elle en confectionne plusieurs aussi, au lieu de se concentrer sur la Ménamégine. Un faible sourire se dessina sur ses lèvres, les prunelles se redressait en un nouveau remerciement silencieux. Son état de fatigue ne permettrait peut-être pas de transplaner, mais au moins pourrait-elle rentrer chez elle. Une tentative de se levée s’abrogea dès qu’elle se mis sur ses pieds ; le tournis grondait de plus belle, la potion devait continuer à agir avant de partir. Dans un lourd soupir échappé les mots en profitèrent pour se faufiler, répondre aux questions, le regard planté sur ses paumes de mains et bout de doigts rougis par le sang.

« C’est pas le mien, c’est celui d’un étudiant du château…. Il a fait une rencontre trop impactante… Moi j’ai rien ne t’en fais pas... J’suis juste... Fatiguée... »

Et comme pour le rassurer, elle lui adressait un sourire lumineux bien qu’éreinté. Quitter la vision de la mare de sang s’écoulant sur le parvis, trompé la tétanie de l’être à cette image en la trompant par la perdition dans des iris à la couleur des plus captivante en plein jour. Présence salvatrice bienvenue.

« En fait, tu ne pouvais pas attendre qu’on pose une date de visite de pub c’est ça hein ? Tu sais, tu pouvais le dire, ça ne m’aurait pas gênée. J’conçois bien que tu veux t’acquitter de ta dette d’alcool »

Le clin d’œil espiègle retrouvait la force de se manifester, la répartie, quant à elle, peinait encore un peu, la tête n’était pas trop au divertissement, même si Chad tombait bien, la gamine n’était pas au meilleure d’elle-même...

« Ça te dérange de me raccompagner ? Mes parents n’habitent pas très loin… A moins que tu étais ici pour rendre visite à un proche ? »

Requête soudaine d’une enfant dont la faiblesse giflait de plein fouet son habituelle image de fille indépendante n’ayant besoin de se raccrocher à rien. Pas besoin de porte ce masque, il les avait bien l’autre soir, le vide, la fragilité, l’adolescence, le besoin de réconfort…
Chad Taylor
Chad Taylor
Serpentard
Serpentard
Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


[Ste-Mangouste] Entrée de l'hôpital - Page 13 Empty
Re: [Ste-Mangouste] Entrée de l'hôpital
Chad Taylor, le  Mer 9 Mai 2018 - 3:44

.move:hover{transform: rotate(-50deg)!important; bottom: 20px!important; transition-duration: 2s; transition-timing-function: ease-in-out!important;}

PV avec Elhiya Ellis
Accord pour le LA.


Le cœur du sorcier se calmait à mesure qu’il voyait la blondinette reprendre de l’énergie. Sa potion n’était pas très chargée car c’était celle qu’il prenait quasi quotidiennement quand il se sentait harassé par tout ce qu’il avait à faire ou par la fatigue. Il s’agissait plus d’une habitude que d’un besoin d’ailleurs. Ce n’était jamais bon quand un sorcier devenait dépendant de ses propres décoctions, mais Chad n’était plus à ça près. Pour l’instant, il se contentait d’observer la jeune femme et les effets de son breuvage.

« C’est un simple philtre revigorant. J’ai rarement besoin de plus, je ne me retrouve jamais dans la rue en train de tituber couvert du sang d’un autre. Enfin, plus depuis deux bons mois. »

Il souffla, se passa la main dans sa tignasse rousse. Au moins, cette fois, il était propre, les rôles étaient échangés. La jeune femme était fatiguée, mais Chad sentait qu’elle ne parlait pas que de son physique, elle avait l’air d’avoir vécu une nuit bien trop longue pour quelqu’un de son âge. La situation lui confirmait d’ailleurs ce qu’il avait pensé de prime abord. Que faisait une étudiante, de nuit, avec un de ses compatriotes pour que ce dernier se retrouve à l’hôpital dans un état tellement lamentable qu’il avait joyeusement arrosé Elhi ? Elle fréquentait probablement des personnes peu banales. Des personnes qui avaient l’habitude qu’on frémisse quand on entendait leur nom, quel qu’il soit.

« Disons plutôt que tu n’as rien trouvé d’autre que de me suivre à l’hôpital, couverte de sang, et de simuler un malaise pour attirer mon attention et me faire baisser ma garde afin de tester une nouvelle teinture sur moi. »

Chad rendit le sourire à la jeune femme, mais il le laissa retomber rapidement, quelque chose le chiffonnait. En dehors du sang qui avait coagulé sur la sorcière, il n’avait vu aucune trace d’éraflure, de blessure. L’information avait été confirmée par l’intéressée. Par ailleurs, ses vêtements, eux, étaient intacts. Il avait beau retourner la situation dans tous les sens, les scénarios auxquels elle aboutissait était pour le moins… intéressants.

Chad revint sur terre et sursauta. Non pas à cause de la demande de la jeune femme, mais à cause de la voix qu’il entendit derrière lui.

« Je vais l’tuer ! T’es où, résidu de… »

« Boooooon, effectivement, je ne peux décemment pas te laisser repartir seule, donc je vais te faire cette fleur, mais on va partir tout de suite hein, je m’en voudrais d’accentuer ta faiblesse. D’ailleurs, tu parles d’impatience à te revoir, mais me présenter à tes parents, déjà, je pense que c’est un peu rapide non ?! »

Chad avait commencé à attirer prestement la sorcière en prenant son poignet de sa main calleuse avant de se rendre compte qu’il risquait de lui faire mal, n’ayant pas encore eu la confirmation qu’elle n’avait pas de séquelle invisible. Il la lâcha donc, sans s'arrêter d'avancer. Lorsqu’il fut hors d’atteinte du vieux, et après avoir jeté des coups d’œil derrière lui, il se rendit compte qu’il avait obliqué dans de petites ruelles. Pas forcément le plus recommandable lorsqu’on était accompagné d’une jeune femme, mais Chad balaya l’idée en se disant qu’elle avait probablement vécu pire ce soir.

« Tu t’es mise en danger ce soir, hein ? Tu as besoin d’aide ? »

Sa voix s’était faite plus douce qu’il ne l’aurait souhaité, mais la situation de la jeune femme le touchait. Il craignait qu’elle ait mis son doigt dans des engrenages qui risquaient de la broyer.

Suite du RP ici





Chad Taylor

Jackson Hartman
Jackson Hartman
Serdaigle
Serdaigle
Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


[Ste-Mangouste] Entrée de l'hôpital - Page 13 Empty
Re: [Ste-Mangouste] Entrée de l'hôpital
Jackson Hartman, le  Mar 17 Juil 2018 - 14:58

PV Azénor & Rachel

Un craquement sonore et me voici devant l'entrée de Ste-Mangouste en compagnie d'Azénor. Le bras droit dans le vide, sans aucune sensation, l'autre autour de ma patronne pour rester debout tant bien que mal. Je garde en tête ce masque de phénix qui tombe sur le sol, faisant apparaître le visage de Rachel. Est-ce une illusion dû à ma fatigue ? Ou la réalité ? Je ne sais plus faire la différence, mais cette peau si douce qui c'est posé sur mon visage, je l'a reconnaîtrais entre mille. Rachel est ce qu'elle est. Ma patronne l'est-elle aussi ? Mon cerveau vibre férocement, m'empêchant de réfléchir, je n'ai plus qu'une envie, m'allonger et dormir.

Je lâche ma patronne pour m'asseoir à même le sol, les larmes sur mon visages, les cheveux en bataille noircis par le feu, un bras droit qui ne tient plus en place, la moitié de mes vêtements partis en fumée. Les Mangemorts sont capable de faire bien pire... Je doit me venger... Je doit tuer ces sal*pards ! N'importe qui pourraient être leurs victimes, des femmes, des enfants. Rachel... Ariana... Azénor... Ma propre famille... Je doit les protéger du mieux que je peux. Je m'allonge sur le sol et ferme les yeux. Que font les médicomages ? J'ai tellement mal...
Rachel Ester Pasca
Rachel Ester Pasca
Serpentard
Serpentard
Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


[Ste-Mangouste] Entrée de l'hôpital - Page 13 Empty
Re: [Ste-Mangouste] Entrée de l'hôpital
Rachel Ester Pasca, le  Mar 17 Juil 2018 - 18:40

LA des deux zozos

En une fraction de seconde, elle s'était retrouvée seule au milieu de l'île, le sang d'Aidan encore sur le sol et sur ses mains. Doucement, elle réalisa ce qui venait de se passer, ce que la précipitation l'avait poussé à faire, ce qu'elle avait faillit perdre. Une grimace vînt alors déformer son visage, comme un cri muet en réponse à toute cette rage, toute cette peine qu'elle ressentait alors. Les larmes, cependant, ne semblaient pas vouloir sortir pour la libérer.

Encore tremblante elle se leva donc et rangea son masque, ramassa sa baguette. St-Mangouste se matérialisa très nettement dans son esprit et très vite elle déserta l'île. Cela faisait longtemps qu'elle n'avait pas à ce point appréhender les confrontation avec quelqu'un. Elle comprendrait aisément qu'Azénor la haïsse ou ne lui fasse plus confiance. Ester venait de mettre tout l'ordre en danger. Et Aidan aussi, car si les Mangemorts avaient été encore sur place, il ne leur aurait pas fallu plus de deux secondes pour réaliser que le sorcier connaissait personnellement un Phénix.

Le bâtiment se matérialisa dans un bruit caractéristique et toute inquiétude s'envola momentanément. Pas le temps pour ça ! Que faisait Aidan sur le sol ? Enjambant la distance qui la séparait du duo, Rachel se pencha pour attraper l'homme et aider Azénor à le soulever et le traîner à l'intérieur. L'emmener ici c'était bien, le mettre en lieu sûr avec des personnes compétentes c'était mieux.

- Debout Aidan, encore un effort.

Les deux sorcières le soulevèrent tant bien que mal et entrèrent dans l'établissement. Devinant l'urgence de la situation, quelqu'un vînt tout de suite à leur rencontre. S'en suivit alors un moment effroyablement long pour Ester, qui dut expliquer en long en large et en travers que c'était un coup des mangemorts et que non, ce n'était pas son sang et qu'elle allait bien (bon que deux fois en vrai ^^).

Contenu sponsorisé

[Ste-Mangouste] Entrée de l'hôpital - Page 13 Empty
Re: [Ste-Mangouste] Entrée de l'hôpital
Contenu sponsorisé, le  

Page 13 sur 14

 [Ste-Mangouste] Entrée de l'hôpital

Aller à la page : Précédent  1 ... 8 ... 12, 13, 14  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres :: Hôpital Ste-Mangouste-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005.