AccueilPortailPublications internesRechercherS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres :: Hôpital Ste-Mangouste
Page 6 sur 16
[Ste-Mangouste] Salles de soin
Aller à la page : Précédent  1 ... 5, 6, 7 ... 11 ... 16  Suivant
Philéas Byrne
Serdaigle
Serdaigle

[Ste-Mangouste] Salles de soin - Page 6 Empty
Re: [Ste-Mangouste] Salles de soin
Philéas Byrne, le  Jeu 17 Nov - 3:22

Deux silhouettes nimbées de brume discutaient sur le bord d'un ponton de la Cardiff Bay. L'une d'elle, grande et athlétique, semblait tout à fait classique, tandis que l'autre, ramassée et trapue, aurait eut de quoi susciter quelques questions si elle n'avait pas été sous l'effet d'un sortilège de Désillusion.

Les deux individus s'exprimaient dans une langue étrange aux accents inconnus. Le plus petit des deux semblait assez exalté et l'intonation de sa voix laissait entendre une certaine colère. Il prit une photo dans le revers de sa veste et la tendit à son interlocuteur aux yeux noirs. Sur le cliché figurait le visage d'un homme assez âgé au sourire aussi engageant qu'un scroutt à pétard. Et au dos de celui-ci était inscrit une adresse et quelques informations personnelles.

L'irlandais la fixa longtemps en écoutant les indications supplémentaires que lui délivrait l'étrange personnage. Ils passèrent de longues minutes à comploter de la sorte avec la mer pour seul témoin. Puis, le sorcier incendia les documents et en laissa tomber les cendres dans l'eau. Son complice paru alors satisfait et se mit à parler d'une voix beaucoup plus calme.

C'est à cet instant où la situation semblait être redevenue paisible qu'un petit craquement sec se fit entendre. Le bruit fit s'envoler un cormoran qui s'était assoupit sur une bouée toute proche. Rien ne paraissait différent autour des deux intriguants, pourtant leurs visages se crispèrent alors qu'une étrange lueur verte émanait de la poche du jeune homme aux traits orientaux. Une chose invisible fit craquer les planches du quai pour rentrer dans la zone protégée des oreilles indiscrètes. Ce qui eut pour effet de faire naître un rictus mauvais sur le visage du petit énergumène et d'intensifier la lueur verdâtre qui s'accompagnait à présent d'un sifflement strident.

    - C'est moi, Tranchefoule , je viens vous apporter un message important ! souffla le nouveau venu.


La voix de son elfe de maison rassura le sorcier qui délaissa sa baguette, pour expliquer la situation à la créature qui se tenait à ses côtés en usant de la même langue qu'un peu plus tôt. Il avait en effet compris que son assistant personnel avait revêtit sa cape d'invisibilité pour venir lui transmettre un message. Il se retourna donc vers le messager pour en connaître le contenu.

    - C'est un message important qui est arrivée à la Tête de Sanglier ! le renseigna l'elfe en tendant le morceau de papier.


L'animagus en prit connaissance et en sembla horrifié, ce qui n'échappa pas à la personne de petite taille qui s'approcha pour lire la lettre lui aussi. Il haussa un sur-cil, ne comprenant visiblement pas ce qui gênait Philéas.

    - Depuis quand te soucies-tu de ce qui peut arriver à tes supérieurs ? En règle général tu n'es pas très concerné par le sort des autres sorcier !

    - Mon chef... c'est Céleste..., une amie de longue date. On était à l'école ensemble, mais elle est entrée chez les aurors dès qu'elle a eut son diplôme.

    - Contrairement à toi, qui t'es empressé d'aller chercher les ennuies ! lâcha-t-il avec un petit sourire narquois.

    - Peu importe... Mais je ne comprends pas, elle était parti en mission à l'étranger pourtant... Il faut que j'aille voir ce qui se passe. J'irai m'enquérir de la suite de vos instructions auprès d'Algrod, il se cache toujours du côté de Little Hangleton ?

    - Oui

    - Très bien, je me chargerai de notre affaire dès que possible !

    - J'y compte bien.


L'aubergiste s'inclina légèrement et invita Tranchefoule à raccompagner son ami. Puis, profitant du passage d'un vol d'oiseaux et de la persistance des sortilèges de dissimulation, il transplana à son tour. Laissant derrière lui un ponton aussi calme et désert qu'à son arrivé.

:: ¤~¤~¤ ::


L'ambiance était tout autre à proximité de Ste Mangouste et il fallut un moment au jeune auror pour pouvoir pénétrer dans la respectable institution. Ce petit bain de foule ajouta de l'agacement à son inquiétude et il en déversa une bonne partie sur une infirmière au tarin proéminent, trouvant que cette dernière tardait trop à le renseigner.
Un bras de fer administratif et quelques courses dans les couloirs plus tard, le jeune Byrne arrivait devant la porte de la chambre de Céleste.

Il posa la main sur le chambranle juste à temps pour entendre le diagnostique de la médicomage, qui le stoppa dans son geste. Paralysé par la nouvelle, il n'entendit pas le reste de la conversation. Milles questions lui passaient en tête, comment la situation avait pu dégénérer à ce point ? Que s'était-il donc passé ? Il n'y comprenait goutte et savait que seul les autres aurors pourraient lui apporter des réponses.
Résigné, il pénétra dans la chambre en silence. L'Irlandais eut alors la désagréable impression de débouler comme un chien dans un jeu de quilles. L'ambiance semblait étrangement tendue entre Mélina et le représentant du personnel médical présent.

    - Bonjour... glissa-t-il à mi-voix de peur d'interrompre quelque chose d'important.


Adressant un sourire à son ancienne chef, qu'il n'avait pas vu depuis longtemps, Philou vint se placer près du lit de Céleste et caressa doucement sa joue. Cela lui procura un sentiment étrange de la voir ainsi, immobile, comme prisonnière d'un sommeil sans rêve.
Invité
Anonymous
Invité

[Ste-Mangouste] Salles de soin - Page 6 Empty
Re: [Ste-Mangouste] Salles de soin
Invité, le  Sam 26 Nov - 14:22

Une surprise… Voilà simplement ce qu’il était en train de préparer. Une petite surprise pour celle qui rentrerait à la maison le soir. Il n’y avait de toute façon aucune raison qu’elle ne rentre pas dans le manoir, qu’elle ne s’exclame pas sur la bonne odeur qui flottait à l’intérieur et qu’elle ne vienne pas illuminer sa journée n’est-ce pas ? Alors, puisqu’il voulait simplement lui faire plaisir – et souhaitait également occuper son temps parce qu’il était rentré plus tôt du travail – il avait commencé à faire la cuisine. Oui ! Aussi étrange que cela puisse paraître, Will cuisine ! Premièrement, monsieur détestait les elfes de maison – en vérité il en avait peur – et ne souhaitait donc pas déléguer la tâche. Deuxièmement, Céleste, qui mangeait les repas en même temps que lui, avec lui, n’aimait pas cuisiner… Et puis bon, elle n’était pas non plus très douée… Alors forcément la solution, c’était qu’il cuisine. Même si ce qu’il faisait était plutôt basique, ça ne lui déplaisait pas, surtout que ce soir c’était crêpes ! Et les crêpes ben… c’est bon !

Pourtant, au moment où il était en train de faire sauter une crêpe dans les airs, il entendit un Pop sonore, se retourna, et sursauta en voyant un horrible elfe de maison tout près de lui. Il fut d’ailleurs tellement surpris que la crêpe continua sa chute inéluctable vers le sol, attendant patiemment son destin imminent arriver : celui de s’écraser violemment sur le carrelage froid de cette cuisine, quelques gouttes de sa pâte faite avec amour maculant les alentours. L’elfe avait l’air apeuré, complètement tétanisé. Il l’avait déjà vu – enfin c’était ce qu’il pensait mais ces horribles petites bestioles vertes avaient toutes la même tête alors il était difficile de le savoir réellement – et visiblement, la petite créature fébrile n’avait pas gardé un très bon souvenir de leur rencontre puisqu’il se protégeait le visage avec une lettre.

Will de son côté était absolument incapable d’y toucher. Cette espèce de petite chose verte constituée d’os et d’une peau – ou plutôt une sorte de plastique vert dans lequel il était certain d’enfoncer son doigt indéfiniment s’il venait à y toucher – était tellement effrayante qu’il ne pouvait de toute manière pas faire un seul geste. Mais heureusement, l’elfe prit la parole, et à son ton grave, il commença à prendre peur. Quelque chose était arrivé à Céleste. Quelque chose, oui, mais quoi ? Est-ce que ces petites bêtes n’avaient pas tendance à dramatiser pour leur maître ? Leur maître… Pfff quand il pensait qu’elle avait un elfe de maison ça le révoltait, et le répugnait surtout. Prenant avec prudence la lettre qu’on lui tendait, en faisant tout pour ne pas avoir à toucher à cette affreuse bestiole, il la décacheta et trouva un petit mot, très court, signé par Mélina. Mélina ? Cela faisait des lustres qu’il ne l’avait pas vue, pourquoi lui envoyait-elle un message ? Et puis Céleste se trouvait à Sainte Mangouste !?

Après la lecture de cette lettre s’ensuivit un total moment d’incompréhension. Pourquoi se trouvait-elle à Sainte Mangouste ? Enfin… Il n’y avait rien de prévu, tout du moins c’était ce qu’il pensait, alors quoi ? Machinalement, sans même savoir pourquoi il le faisait ni même se rendre compte de ses gestes, Will était en train de nettoyer la cuisine, un air étrange flottant sur son visage. Puis, lorsqu’il n’avait plus rien à faire, il regarda la petite chose ignoble qui se trouvait devant ses yeux et tenta de se résoudre à l’unique solution qui se présentait à lui. Il tendit une main timide, faisait une horrible grimace, tout en lui demandant d’aller à l’hôpital des sorciers. Lorsque sa main entra en contact avec la petite main verte de la bestiole, c’était néanmoins beaucoup moins bizarre qu’il ne l’aurait cru… Si l’on exceptait le fait qu’il pouvait lui casser les doigts en serrant juste un peu trop fort.

Arrivé à Sainte Mangouste, il eut du mal à trouver la chambre de la demoiselle. En effet, il n’y avait tout simplement jamais mis les pieds et il pensait bien ne jamais avoir à le faire. De toute manière, avant d’entrer chez les Aurors, qui aurait-il pu avoir envie de visiter ? Le monde entier avait oublié son existence et ce n’était pas plus mal. Y aller avec cette boule serrée au niveau de la gorge, l’empêchant de dire le moindre mot était tout ce qu’il souhaitait éviter depuis qu’il était petit. Il ne voulait plus dépendre de personne, être détaché de tous les liens qui le reliaient au monde pour n’avoir jamais à subir de nouvelle souffrance… Et pourtant…

Après avoir longuement vagabondé dans les couloirs – parce que ce maudit elfe de maison n’avait pas plus le sens de l’orientation que lui – il trouva enfin la chambre de sa supérieure hiérarchique. A l’intérieur se trouvaient Mélina et Philéas, et il avait même aperçu Keira dans les couloirs, une ancienne collègue de l’Auberge des Deux Mondes qu’il n’avait d’ailleurs pas côtoyé très longtemps. Il avait une envie irrépressible de prendre Mélina dans ses bras et de la serrer tout contre lui pour expulser la peur qu’il venait d’avoir mais il n’en fit rien, il resta figé sur le pallier de la porte en découvrant Céleste. Elle avait une énorme bosse à la tête et semblait pourtant dormir paisiblement. Déglutissant bruyamment, son regard resta fixé sur la jolie rousse qu’il aimait tant avoir près de lui


« Dites-moi qu’elle dort ! »

Son cœur commença à battre de plus en plus vite en attendant la réponse, qui elle, ne venait pas. Pourquoi ne lui répondait-on pas ? Esquissant un pas à l’intérieur de la chambre il regarda les mines de ses deux compagnons et ne put s’empêcher de demander plus fort :

« Dites-moi qu’elle dort ! »

La panique commençait à s’emparer de lui. Que se passait-il ? Pourquoi était-elle allongée sur ce lit alors que le matin-même c’était auprès de lui qu’elle se trouvait ? Que s’était-il passé pendant ces quelques heures ? Il n’avait pas été appelé, il doutait qu’il y ait eu une attaque quelconque de mangemorts dans les parages. Finalement la réponse lui parvint, comme lointaine alors qu’il était plongé dans ses pensées. Un coma… Elle était dans le coma. Oui bon d’accord elle était dans le coma et alors ? C’est pas grave, c’est comme si elle dormait, elle se réveillera quand ? Est-ce qu’après une bonne nuit de douze heures elle se réveillera ?

Le jeune homme n’avait jamais eu affaire à une telle situation… Il ne connaissait strictement rien au milieu médical et ne jugeait pas de la gravité d’un coma. Ce n’est que lorsque cette voix, désormais plus proche car il commençait à remonter à la surface, lui annonça qu’on ne savait ni quand, ni si elle allait se réveiller qu’il perdit pied. Ses yeux s’embuèrent de larmes et dans cette vision floue et chaotique du monde qui l’entourait dans cette chambre, il replongea dans quelques uns de ses souvenirs avec elle. C’était une affreuse petite peste, qui adorait jouer à l’enfant, horriblement capricieuse et manipulatrice. Ses mimiques lui donnaient toujours le sourire et ses manipulations étaient tellement diaboliques et bien montées, touchant toujours à ses points sensibles, qu’il était obligé d’y céder. Le jeune homme ne pouvait se résoudre à renoncer à tout cela. Oui, tout n’était qu’un cauchemar, ce n’était pas possible. D’ailleurs il aurait dû s’en douter à l’instant même où il avait fait la cuisine, à cet autre moment où il avait touché l’elfe de maison et enfin dans l’hôpital, lorsqu’il avait croisé des gens qu’il connaissait forcément. Oui, il transposait simplement des éléments du réel sur un phénomène improbable, invraisemblable.

Le temps passait et il ne se réveillait pas. Il avait même pris une chaise, avait simplement posé son fessier qu’elle-même avait réparé et avait attendu que le réveil sonne. Mais il ne sonna pas… et d’ailleurs il ne se fit pas entendre pendant les trois semaines qui suivirent…

Will veillait sur Céleste constamment. Dès qu’il avait terminé à l’Auberge ou chez les Aurors, il venait à Sainte Mangouste, négligeant même de se nourrir tellement le choc était important pour lui. Comment se pouvait-elle qu’elle, Céleste, l’indestructible chef des Aurors, se retrouve dans un coma profond ? Il avait toujours eu une sorte de vénération pour ses supérieurs hiérarchiques, du côté des mages noirs ou dans la police magique, estimant qu’ils étaient chefs parce que leurs capacités étaient beaucoup plus importantes que celles des autres. Et pourtant elle n’avait pas su éviter quelques sortilèges et se retrouvait aujourd’hui allongée sur un lit d’hôpital, entre la vie et la mort. Qui sait, peut-être était-elle dans l’entre-deux, à devoir choisir entre le monde et l’au-delà…

Peut-être devait-elle choisir entre lui, et le reste. Et pourquoi l’aurait-elle choisi lui alors qu’il était absolument ignoble avec elle ? Il lui faisait simplement croire qu’il était fou d’elle parce qu’elle était sa supérieure et qu’il pouvait obtenir quelques faveurs – qu’il n’avait d’ailleurs jamais vues. C’est sûr que c’était plus facile de faire ça avec elle qu’avec Rabastan ou Thomas, lorsqu’eux-mêmes étaient censés le guider. Il feignait l’amour pour profiter de sa gentillesse, de sa naïveté, et finalement, elle ne devait pas être totalement dupe. Elle n’était tout de même pas aussi stupide !

Il s’empêtrait dans des réflexions de plus en plus compliquées, et l’on venait fréquemment lui dire que ce n’était plus l’heure des visites. Pourtant, chaque fois il demandait s’il pouvait dormir à son côté, et voyant son état de détresse on le lui accordait. Chaque nuit, de la première à la dernière, il s’allongeait sur le même lit qu’elle en prenant bien soin de ne pas lui faire mal, même s’il l’aurait bien fait si cela pouvait la réveiller. Il passait un bras tendre autour de son cou, calait sa tête de manière à ce que ses lèvres aient accès à son oreille et il lui susurrait toujours des mots tendres…

Parfois, il lui racontait sa journée, sa fierté de ne pas avoir succombé aux charmes d’une autre parce qu’il pensait à elle, d’autres fois, il lui demandait simplement de ne pas le laisser seul parce qu’il ne s’en remettrait jamais… Il avait compris à quel point il s’était enfoncé dans son propre jeu, à tel point que le piège s’était refermé sur lui. Il était incapable d’admettre l’idée qu’elle puisse disparaître à tout jamais. Il était incapable d’imaginer ne plus apercevoir son sourire lorsqu’il se réveillait, et même le fait qu’elle ne s’endorme plus sa tête posée sur son torse lui manquait. Plus que leurs incessantes parties de jambe en l’air, c’était simplement elle qui lui manquait.

Ceci expliquait sans doute ce pourquoi la première semaine, il n’eut aucun mal à se retenir d’aller voir ailleurs… La seconde fut néanmoins un peu plus difficile, à tel point qu’il limitait les sorties, qu’il évitait même tout contact avec les femmes de peur de les plaquer sauvagement contre un mur et de se soulager sans même déboutonner son pantalon.

La troisième fut une véritable torture. Chaque soir il venait retrouver la belle rousse un peu plus tard, car il prenait de plus en plus de temps à trainer dans les rues sombres de Londres. Chaque jour, un nouveau moldu disparaissait, enlevé par un homme tout vêtu de sombre et encapuchonné, et ses cris raisonnaient dans une partie toujours différente de la ville. Se délectant de la souffrance d’autrui face à ses multiples tortures – ce qu’il préférait étant arracher les doigts de pieds un par un – il oubliait un instant le manque terrible qui l’assaillait. Il était dans sa plus grande phase d’abstinence…

Pourquoi se retenait-il ainsi alors qu’il ne s’était jamais soucié d’autre chose que de sa satisfaction personnelle ? Peut-être parce qu’il ne supportait pas l’idée de faire cela parce qu’elle était inconsciente… Et si elle se réveillait deux jours plus tard et qu’il pouvait enfin retrouver son merveilleux regard ? Que penserait-il de lui ? Lorsqu’il était à la rue, il ne s’était jamais soucié de savoir ce que les femmes qu’il rencontraient pouvaient penser de lui, puisque cela n’avait jamais duré plus d’un seul soir. Et maintenant ?

Il se raccrochait simplement à l’idée que d’ici quelques heures, quelques jours tout au plus elle serait de nouveau là avec lui. C’était pour cette raison que chaque soir il venait tout contre elle, persuadé que la chaleur de son corps la ramènerait à la vie. Il lui susurrait ces mots tendres pour qu’elle sache à quel point il tenait à lui – même s’il gardait intimement l’espoir qu’elle ne s’en souvienne pas le moins du monde – et il humait son parfum tous les jours pour pouvoir tenir le choc. Tous les jours, lorsqu’il n’avait plus rien à lui dire, il enfouissait sa petite tête blonde au creux de son cou, dans ses cheveux, embrassait un peu la peau qu’il trouvait et il réussissait à s’endormir quand il avait trouvé une nouvelle source de parfum… Pourvu que cela ne dure pas trop longtemps ou les moldus ne survivraient pas à l’assaut constant qu’il faisait dans les rues.
Calypso Otaway
Calypso Otaway
Serdaigle
Serdaigle
Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Permis de Transplanage



[Ste-Mangouste] Salles de soin - Page 6 Empty
Re: [Ste-Mangouste] Salles de soin
Calypso Otaway, le  Dim 18 Déc - 12:16

hrp : Alors je vais terminer le RP, puisque le coma est fini. Merci à vous d'avoir participé <3

Des souffles tièdes, des murmures sensuels. Des battements de cœur faibles mais sereins, une respiration lente mais si discrète. Enveloppée d'une douce chaleur, entourée de bras puissants mais tendres, son esprit vagabondait encore dans un dédale d'incompréhension et de brouillard. La seule chose qui la faisait encore avançait à l'aveuglette dans ce monde étrange était cette voix qui venait parfois lui susurrer des choses à l'oreille. Ces choses étaient si belles... quand elles parvenaient à son corps meurtrie et à son âme blessé, elle était la plus heureuse du monde. Mais quand elles cessaient, la jeune femme n'arrivait pas à les garder près d'elle. S'éparpillant dans ce monde sombre, elle ne pouvait pas les enfermer et les garder tout près de son cœur.

Et c'était repartie pour une journée de plus à essayer de trouver son chemin dans cet endroit froid, humide et effrayant. Elle était de nouveau seule et n'avait plus aucune envie d'avancer. Mais elle savait que si elle continuait, elle finirait par rattraper ces belles paroles chuchotées avec tant de ferveur. Pourtant la route était longue et difficile avant qu'elle ne les retrouve de nouveau. Elle avait peur, elle tremblait et voulait que tout cela se termine. Elle avait moins mal qu'au début de son périple. Oui les choses allaient mieux et elle marchait plus vite. Son corps répondait à ses mouvements, elle n'avait plus besoin de se trainer par terre. Mais elle avait encore du mal à émerger.

Mais plus le temps passait, plus son esprit était vif. Et cette voix mélodieuse la guidait vers la sortie, elle le savait. Elle se serait damnée pour cette voix, pour l'entendre encore et encore, durant des heures, les yeux fermés, allongée dans l'herbe. Oui si elle n'avait pas succombé, c'était grâce à elle. Céleste se demandait également à qui appartenait ces bras et ce souffle chaud qu'elle sentait parfois au creux de son cou. Elle avait bien l'impression de le savoir, mais tout était si confus dans sa tête. Ce jour là, une tempête faisait rage, il se mit même à neiger. La jeune femme cru qu'elle ne s'en sortirait pas mais elle continuait son chemin, contre le vent, gardant seulement en tête qu'elle aurait au bout une magnifique récompense.

Elle l'attendait. Elle attendait sa voix. Mais elle ne venait pas. Elle se mit donc à courir, ses joues et ses poumons prenant feu alors que le froid se faisait plus intense. L'aurait elle raté ? Non c'était impossible elle avait tendu l'oreille à chaque instant, à chaque seconde elle avait été attentive. Elle n'aurait manqué ce son pour rien au monde. Le froid et la neige lui déchirait la peau, sa tête lui faisait de plus en plus mal et des larmes coulèrent sur ses joues. Elle voulait aller plus vite, encore plus vite, elle voulait que son cœur s'emballe, que son cerveau se mette en route. Il fallait trouver une solution, il fallait absolument qu'elle la retrouve. Sans elle, elle était perdue. Elle courait encore et encore, la douleur envahissant son corps de plus en plus.

L'air froid déchirait ses poumons et la faisait atrocement souffrir. Mais c'était sa tête qui lui faisait le plus mal. Pourquoi ? Pourquoi ? Pourquoi avait elle si mal ? Et pourquoi la voix ne venait-elle pas ce soir ? L'heure était déjà dépassé depuis longtemps... les joues inondées de larmes, elle ne cessa pas de courir. Non elle continuait mais elle ne tiendrait plus longtemps à ce rythme. Mais quitte à mourir, autant le faire après avoir essayé coute que coute. Elle ne partirai pas sans avoir essayé de la retrouver. Sa voix... Sans crier gare, son corps s'emballa et laissant échapper un cri, elle s'étala de tout son long dans la neige.

Elle n'avait plus aucunes forces. C'était terminé, elle ne pourrait plus jamais se relever. La neige allait finir par recouvrer son corps, ainsi il en serait fini d'elle. Elle ne pouvait déjà plus vraiment respirer. Plus que le froid et le manque de souffle après sa course, ce qui lui striait le plus le cœur et les poumons était l'abandon de sa voix. Elle avait trop attendu, elle n'était pas allée assez vite. Elle en avait eu assez d'attendre son arrivé et elle s'en était allée. Elle n'avait donc plus aucune raison de lutter. Elle n'avait plus aucune envie de le faire. C'en était fini. Elle allait rester ici, seule et personne ne se souviendrait d'elle.

Alors elle ferma les yeux, résignée, laissant le froid s’immiscer dans son corps. Le laissant prendre possession de son être, de son âme. Ce n'était pas si désagréable après tout. Son cœur ralentit, de plus en plus, sa respiration se fit plus lente. Même les larmes cessèrent de venir inonder ses joues. Un petit sourire apparut sur ses lèvres alors qu'elle sentait qu'elle allait chavirer dans un profond précipice. Elle attendit, plus que quelques secondes pour que tout cela se termine. Peut-être serait-elle enfin heureuse, loin de tout cela...

La jeune femme attendit, mais rien ne vint. Au contraire, le froid qui la tiraillait quelques secondes avant, laissa place à une douce chaleur. Elle prit conscience, de plus en plus de son corps et les parcelles de sa peau qui semblait se réjouir. Mais pourquoi ? Pourquoi son corps se trouvait tout d'un coup heureux alors que son âme était toujours aussi tourmentée ? Puis elle arriva. Enfin ...
Sa voix.

Les doux murmures s'emparèrent de son âme. Ils semblaient plus pressants que d'habitude, comme torturés. Comme s'ils étaient navrés d'être arrivé si tard. Un immense sourire apparut sur ses lèvres alors qu'elle voulait lui hurler que ce n'était pas grave, que l'essentiel était qu'elle soit enfin là, près d'elle. Elle était heureuse, oui elle l'était mais elle voulait aller à la rencontre de cette voix. Elle devait le faire, c'était le moment où jamais. Elle semblait si proche. Alors prenant son courage, tremblante, fatiguée et faible, elle se remit en marche, bercée par les douces paroles. Elle arriva auprès d'un précipice. Les paroles venait de là, oui elle en était certaine. Mais si elle sautait ...

Si elle sautait elle ne reverrait plus jamais ce monde elle le savait. Ce serait fini. Elle rejoindrait la voix, peu importe où celle-ci se trouverait. Mais elle le savait aujourd'hui, c'était tout ce qu'elle désirait. Être près d'elle, l'entendre encore et encore. Elle se fichait bien du reste. Oui, elle était sereine. Elle prit son élan et se mit à courir à toute vitesse. Elle arriva au bord du précipice et s'envola dans le vide. Alors qu'elle tombait, de plus en plus vite et que son cœur s'affolait, elle souriait. Non elle n'était pas inquiète au contraire, elle était sereine.

Céleste en proie à ses démons avait encore du mal à refaire surface. Pourtant ce soir là, alors que rien ne venait troubler le silence de sa chambre d’hôpital à part les mots qu'on lui glissait à l'oreille, elle ouvrit enfin les yeux. Après près de trois semaines de coma, ses yeux ambrés voyait de nouveau le jour. Du moins la nuit, puisqu'il faisait très sombre dans la chambre, hormis une petite lumière dont elle n'arrivait pas à trouver la source. Les yeux fixés sur le plafond, elle ne bougea pas d'un pouce. Elle s'en sentait d'ailleurs complètement incapable. Il lui fallait quelques minutes pour se rendre compte de ce qu'il se passait. De nombreuses questions affluèrent dans la tête encore un peu douloureuse de la jeune femme.

Elle se demandait où elle se trouvait, pourquoi elle se trouvait là et pourquoi elle se sentait si étrange. Son corps avait l'air d'être passé sous le pied d'un géant, d'avoir été avalé puis recraché par un magyar à pointe. Chaque muscle de son corps était douloureux. Combien de temps était-elle restait ici ? Elle resta ainsi, pendant plusieurs minutes, sans bouger, à réfléchir. Mais un baiser dans son cou la ramena à la réalité. Elle venait de se rendre compte qu'elle n'était pas seule, qu'à ses côtés il y avait quelqu'un. D'ailleurs c'était sa voix qu'elle entendait. Un homme...

Son cœur s'affola légèrement. Qui était ce jeune homme qui reposait paisiblement à ses côtés ? Était-elle censé le connaitre ? Ses yeux clignèrent de nombreuses fois, cherchant à deviner les formes de son visage et de son corps. Elle essaya de bouger ses doigts, puis tenta de se tourner vers ce visage, voulant se souvenir, voulant savoir, voulant le toucher. Après des efforts qui lui semblèrent surhumain, elle glissa une main froide sur un corps brûlant. Sa main était passée sous sa chemise. Elle se retrouva alors nez à nez avec une tête blonde et des yeux émeraudes qui semblaient la dévorer.

Elle tenta de lui sourire, sans même savoir si c'était réussi. Elle n'arrivait pas à mettre un nom sur ce si beau visage. Mais un si beau jeune homme ne pouvait pas lui être inconnu. C'était tout simplement impossible. Sa main remonta lentement pour aller lui toucher les lèvres, puis les joues. Elle n'avait pas vraiment envie de parler, pourtant elle savait qu'il le fallait. Il semblait inquiet, il semblait un peu perturbé. Qu'attendait-il d'elle ? Céleste respira lentement, réfléchissant à toute vitesse. Qui était-il ... il fallait qu'elle s'en souvienne. Elle devait s'en souvenir. Si elle ne faisait pas cet effort ce soir, tout serait perdu.

Oui sa tête lui faisait atrocement mal, mais elle devait outrepasser ce détail. Lui, elle devait se concentrer sur lui. Sur ses yeux, sur ses lèvres, ses cheveux, sa chaleur, son odeur. C'était lui qui l'avait aidé à ne pas sombrer tout ce temps. Pour lui certainement qu'elle avait ouvert les yeux. Alors il était tout simplement hors de question qu'elle le laisse s'échapper. Puis, tout naturellement, ses lèvres rencontrèrent les siennes, faisant alors exploser son cœur. Une vague de chaleur envahit son corps, la réchauffant avec délicatesse, faisant remonter un flux de sang jusqu'à son cerveau. Un sourire moins timide cette fois apparut sur ses lèvres alors qu'elle alla enfouir sa tête dans son cou, lui murmurant à l'oreille.

“Will ... tu aurais pu me réveiller plus tôt quand même !”
Actarius Bright
Actarius Bright
Serpentard
Serpentard
Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Aigle royal
Fourchelang
Occlumens
Chercheur (Créatures Magiques)


[Ste-Mangouste] Salles de soin - Page 6 Empty
Re: [Ste-Mangouste] Salles de soin
Actarius Bright, le  Ven 30 Déc - 14:39

Précedemment...

Assommé, Actarius était resté inconscient jusqu’à ce que la brume se lève et que des passants curieux reconnaissent en lui leur Ministre de la Magie. Seulement alors, l’on chercha à savoir ce qu’il lui était arrivé et à trouver un moyen de le transporter jusqu’à l’hôpital de Ste Mangouste. Mais, avant qu’on se décide à le transporter, sa fiancée et Magenmage du Ministère, Clélia Skywolf était arrivé avec ses deux phénix et les trois autres du Ministre. Elle avait dût se rendre compte de son état grâce aux bagues qu’ils partageaient tous deux. Sans perdre une minute de plus, elle se fit aider des phénix pour disparaitre du Chemin de Traverse avec son homme, réapparaissant au sein même de Ste Mangouste.


Les Médicomages déjà présents se ruèrent lorsqu’elle leur cria ses ordres en disant leur statut respectif et bien assez tôt, Actarius eut une chambre où il put poser la tête et « récupérer », aidé en cela de mille et une potions toute plus dégueulasses les unes que les autres. Tant et si bien qu’en une demi-heure, il avait déjà ouvert les yeux. Bien qu’un mal de tête atroce lui prenne d’assaut le crâne, il se leva, aidé de Clélia et s’assit sur le bord du lit tandis que celle-ci l’aidait à se revêtir. Non, il ne resterait pas dans cette pièce d’hôpital plus longtemps ! Et il avait à faire ! Il n’était pas un faible… Non mais… !

Namour, tu devrais te rendre au Ministère, ils y ont certainement besoin de toi. J’arrive juste après toi. Il va falloir que j’aille prendre une douche et me changer parce que je suis tout sale là… Il lui adressa un sourire et alla chercher ses lèvres pour tendrement l’embrasser. Ne t’inquiète pas pour moi. Allez, files !

Il lui sourit avant de la laisser partir, la rassurant via leur lien puisqu’il sentait sa crainte. Cela fait, il se libéra malgré les recommandations des Médicomages après les avoir congédié. Il récupéra toutes ses affaires et posa son regard sur sa montre gousset. Deux minutes. Parfait. Sortant de l’hôpital tout seul après que ses phénix eux aussi furent partis, il s’enfonça dans la noirceur d’une ruelle avant de prendre une gorgée de Polynectar. Il reprit la même apparence de jeune homme qu’il avait utilisé lorsqu’il s’était rendu en Bulgarie pour tenter d’obtenir le briquet de Luben.

Là, il attendit que les deux « complices » qu’il avait engagés se pointent. Ce qui ne tarda pas puisqu’ils arrivèrent rapidement, dans les vêtements qu’il leur avait vu lors de leur première rencontre en Bulgarie. Sans échanger un seul mot, Actarius prit l’enveloppe que le chef lui tendit discrètement en passant à côté de lui. Ils ne se souvenaient pas de son vrai visage ni de son statut, avait rangé tous outils qu’ils leur avaient donné pour la mission, lorsque ceux-ci ne s’étaient pas détruits automatiquement, dans l’enveloppe. Aucune preuve, si ? Fort bien !

Sans s’attarder plus encore, le Bright se rendit dans sa petite demeure de Londres pour s’y débarbouiller comme il l’avait dit à sa fiancée, puisqu’elle pouvait le « surveiller » à distance. Mais avant, il donna l’enveloppe à Fafnir pour que ce dernier aille la ranger « là où il lui avait montré », dans sa chambre, dans le Manerium Flammae Aeternales. Pour sûr, personne n’irait chercher là-bas puisque déjà, seuls les Phénix connaissaient l’existence de cet endroit ou du moins, y avait accès. Il retira et modifia les passages compromettants de sa mémoire grâce à la magie et son don d’Occlumens puis, un grand sourire sur les lèvres, il reparti pour le Ministère… Certainement qu’on recherchait déjà ses agresseurs…

Qui a dit que Phénix était égal à enfant de cœur d’abord ?
Keira
Keira
Serdaigle
Serdaigle
Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) :
Permis de Transplanage
Animagus : Écureuil roux


[Ste-Mangouste] Salles de soin - Page 6 Empty
Re: [Ste-Mangouste] Salles de soin
Keira, le  Dim 1 Avr - 12:28


{PV Alicia Newman }

Un grand soleil s'était levé sur Londres ce matin. Pas un nuage ne venait gâcher le ciel bleu de cette belle matinée. Quoi de plus agréable? Certes cela ne motivait pas pour aller travailler, surtout lorsqu'on restait enfermé dans un bâtiment, qui plus est entouré de malades. Keira adorait son métier, c'était une vocation chez elle et elle prenait beaucoup de plaisir à travailler dans ce milieu, mais en cette période, il était parfois difficile de supporter d'être entouré de personnes mal en point...
Enfin dirigeant Sainte Mangouste, elle n'avait pas le choix de toute manière et se devait d'être présente chaque jours pendant quelques heures au moins. Elle devait pour cela organiser correctement son emploi du temps pour pouvoir également répondre à son statut de Phénix.

Depuis peu, elle avait en effet rejoint l'Ordre, ce qui lui prenait beaucoup de temps également. Elle s'investissait beaucoup dans ses différentes missions au point parfois d'en oublier Sainte Mangouste. D'ailleurs, en parlant des Phénix... Elle avait ce matin rendez vous avec Alicia Newman. Elle s'était vu pour la première fois alors qu'elle était venue à l'hôpital pour une allergie au poulet. A la grande surprise de Keira, elles s'étaient retrouvées chez les Phénix. C'est peu de temps après cela qu'elle avait aussi appris la grossesse d'Alicia.
C'était d'ailleurs l'objet de sa visite d'aujourd'hui. La Médicomage avait remarqué lors de leur derniere rencontre qu'elle n'avait pas l'air très bien et elle avait insisté pour qu'elle vienne la voir au plus vite. La sorcière avait bien sur râler prétendant qu'elle n'avait pas besoin d'un rendez vous médical pour le moment... Ce à quoi Keira avait répliqué que c'était elle la Médicomage et qu'une visite de contrôle ne pouvait de toute façon pas faire mal à une femme enceinte !
Alicia avait donc accepté bien que ce fut à contre cœur. La Phénix lui avait donc donné rendez vous dans le hall de l'hôpital, ce matin même.

Cependant avant de la recevoir, elle se devait de préparer une salle pour pouvoir l'accueillir. Elle se dirigea donc vers les salles de diagnostic, la première étant libre, elle y installa son matériel. Il n'y avait normalement pas besoin de grand chose, puisqu'il s'agissait d'une visite de contrôle, mais mieux valait prévoir... Juste au cas ou. Elle installa donc son matériel et repartit en direction de l'accueil, prête à recevoir sa sœur d'arme.
Elle fit un dernier détour par son bureau afin de prendre la paperasse qu'elle avait finit de remplir quelques jours plutôt. Enfin arrivée à l'accueil de l'hôpital, elle laissa ses divers dossiers à la secrétaire et patienta. Elle attendait Alicia de pieds fermes. Il était grande temps qu'elles discutent à propos de sa grossesse.
Invité
Anonymous
Invité

[Ste-Mangouste] Salles de soin - Page 6 Empty
Re: [Ste-Mangouste] Salles de soin
Invité, le  Dim 1 Avr - 13:31

Un grand soleil brillait en cette matinée... Non mais vraiment, elle aurait pu faire autre chose de sa matinée que d'aller à Sainte-Mangouste non ? Genre aller s'occuper de ses animaux, ou aller jouer un peu avec ses trois enfants qui souffraient beaucoup de l'absence de leur père... Sauf que voilà, Keira avait insisté et s'était presque énervée contre elle pour qu'elle vienne faire une visite de contrôle pour sa grossesse. Bien sur, au départ, Alicia avait résisté... Mais au final, un énième spasme de douleur l'avait convaincu d'accepter le rendez-vous voulut par sa médicomage en titre.

Aussi elle avait pris l'un de ses jeans spécial grossesse, un tee shirt bleu nuit et son pull blanc puis avait transplané à l'aide de Thétys tout près de l’hôpital des sorciers. Les deux soeurs d'arme avait rendez-vous à l'accueil, à l'endroit même où elles s'étaient rencontrées des années auparavant, alors qu'Alicia venait de se découvrir une allergie au poulet... Depuis, elles s'étaient recroisées quelque fois pour des visites de contrôle, mais rien de plus, la Serpentard ayant profité du fait d'avoir un mari médicomage pour accoucher à la maison. Mais là, Septimus était loin, ne donnait aucunes nouvelles et sa grossesse n'avait pas l'air de se passer aussi bien que les deux autres...

Avec un soupir, Alicia poussa la porte et pénétra dans le bâtiment. Keira était déjà là, ce qui ne l'étonna pas outre mesure, sa soeur d'arme étant une médicomage très méticuleuse. Après l'avoir rejointe et saluée, les deux jeunes femmes partirent dans une salle d'examen, avec plein d'appareils... Ok, la Phénix craignait-elle qu'il y ait des complications ? Pour le coup, la jeune mère commençait à avoir peur.


- Alors, quels seront les examens aujourd'hui ?

Tout plutôt que de laisser son imagination partir aux quatre coins du globe... C'est qu'elle pouvait inventer beaucoup trop de scénario !
Keira
Keira
Serdaigle
Serdaigle
Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) :
Permis de Transplanage
Animagus : Écureuil roux


[Ste-Mangouste] Salles de soin - Page 6 Empty
Re: [Ste-Mangouste] Salles de soin
Keira, le  Lun 2 Avr - 20:51



Une agitation toute particulière régnait à Sainte Mangouste. L’hopital ressemblait en fait à une fourmilière. Sans cesse remplie de monde, toujours en effervescence… Les vas et viens étaient nombreux, entre entrée et sortie des patients, il y avait un beau bordel. Fort heureusement les secrétaires de l’accueil étaient des plus organisées. C’était d’ailleurs dans cette partie de l’hôpital que se trouvait la sorcière. Il se trouvait qu’elle avait rendez vous avec Alicia, une de ses consœurs Phénix.
Cette dernière était enceinte de six moins et devait être suivie régulièrement. Même si elle faisait des pieds et des mains pour que ce ne soit pas le cas, Keira avait tout de même réussie à la convaincre de venir faire une visite de routine. Elle lui avait en effet parut faible la dernière fois qu’elles s’étaient vues… Les derniers mois de grossesses étaient c’est vrai les plus durs à supporter, mais le problème semblait venir d’ailleurs. C’est pourquoi Alicia venait la voir aujourd’hui. La Médicomage en chef l’attendait donc dans le hall d’entrée de l’hôpital, à présent la Phénix ne devrait plus tard. Celle-ci arriva en effet quelques minutes plus tard, visiblement contrariée d’avoir du se lever pour venir à Sainte Mangouste. Elle la rejoignit rapidement et la salua. Keira lui rendit son salut avec un sourire bienveillant. Elle n’avait pas voulut inquiéter sa sœur d’arme en la faisant venir, il s’agissait là de prendre des précautions.

Elle guida ensuite Alicia vers la salle qu’elle avait prit le soin de préparer quelques minutes auparavant. La serdaigle laissa son amie rentrer la première et la suivit, prenant bien le soin de fermée la salle et d’indiquer que celle-ci était occupée. Elle ne tenait pas à être interrompue en pleine consultation. Regardant sa consœur, elle remarqua son air inquiet… Il fallait dire que les divers instruments présents dans la salle n’était pas des plus rassurants, mais cela dit, c’était surtout sa baguette qui allait faire la plupart du travail.


    Et bien avant de faire quoique ce soit, et te t’examiner, je veux d’abord que tu me parles de ta grossesse. J’ai l’impression que ça ne se passe pas aussi bien que tu le prétends…. Des douleurs, des contractions précoces…? Quelque chose à me signaler en particulier?


La première étape de son diagnostic passerait par les réponses d’Alicia. Pour le moment, elle ne se fiait qu’à ses impressions et à son instinct… Mais généralement, il ne lui indiquait pas la mauvaise direction, surtout en ce qui concernait ses patients. Il fallait juste à présent que le Serpentarde fasse preuve d’honnêteté. Sans quoi Keira ne pourrait pas l’aider. Certes elle pouvait faire des examens pour découvrir ce qui n’allait pas, mais elle préférait qu’Alicia se confie à elle. Après tout ce n’était pas comme si c’était une inconnue, elle pouvait lui faire confiance.
Attendant la réponse de sa patiente du jour, elle s’installa sur un tabouret et déposa sa baguette sur le meuble le plus proche d’elle. Pour le moment pas besoin d’ausculter ou d’effectuer des examens, elle attendait simplement la réponse de sa sœur d’arme.


    Tu sais que tu peux tout me dire. J’ai besoin de tes impressions pour pouvoir t’aider au mieux.

Invité
Anonymous
Invité

[Ste-Mangouste] Salles de soin - Page 6 Empty
Re: [Ste-Mangouste] Salles de soin
Invité, le  Jeu 12 Avr - 12:58

Et bien avant de faire quoique ce soit, et te t’examiner, je veux d’abord que tu me parles de ta grossesse. J’ai l’impression que ça ne se passe pas aussi bien que tu le prétends…. Des douleurs, des contractions précoces…? Quelque chose à me signaler en particulier?

Oh que oui ! Mais la peur lui nouait le ventre et si au final, sa grossesse ne se passait pas bien et qu'elle perdait son enfant ? Elle n'avait pas eu cette crainte là pour les jumelles, puisqu'elle venait régulièrement à Sainte-Mangouste et surtout parce que Septimus avait été présent pour elle. À la moindre petite douleur, il accourait, prêt à parer à toute éventualité. Mais cette fois, il l'avait laissé seule avec leurs trois enfants, tandis qu'elle-même recommençait ses activités illicites et reprenait divers postes, s'épuisant sans vraiment s'en rendre compte. Mais au delà de ça, elle s'en sortait bien. Ses enfants la voyaient toujours, ils étaient sa priorité, son boulot, que se soit à la boutique, à Poudlard ou pour les Phénix étaient toujours fait... Peut-être pas à temps pour certaines choses, elle en convenait, mais c'était fait.

Tu sais que tu peux tout me dire. J’ai besoin de tes impressions pour pouvoir t’aider au mieux.

Alicia lâcha un soupir, vaincue. Elle savait très bien que tout ce qu'elle dirait à Keira resteraient entre elles. Aucunes autres personnes, à moins de lire son dossier médical, ne serait au courant. Mais se confier n'avait jamais été une chose aisée pour la jeune femme. Une inspiration plus profonde et elle décida de parler de tout ce qui la tracassait.

- Tu as raison, ça ne se passe pas comme je le voudrais. J'ai depuis quelques jours, depuis un évènement fâcheux dans ma salle commune où j'ai du détruire des statues de pierre et que je me suis reçue quelques morceaux dans le ventre, des spasmes et des douleurs périodiques. Je ne pense pas que ce soient des contractions, sinon je serais venue plutôt te voir... Mais en ce moment, je ne sais plus où donner de la tête. J'ai la boutique, mon poste de Directrice de Serpentard et les Phénix, plus mes responsabilités de mère... Je m'occupe de mes trois autres enfants seule, Septimus est parti en vadrouille je ne sais où... Bien sur, j'ai Simon et Ganymède pour m'aider, mais ça n'est pas pareil. Ils ont besoin de la présence de leur mère et pas de simples elfes... C'est dur sans lui...

Sa voix se brisa sur la fin et des larmes lui montèrent aux yeux. Cela faisait près de 5 mois qu'elle tenait, qu'elle se montrait forte pour ses enfants, pour les gamins dont elle avait la charge, pour ses frères et soeurs d'armes, mais aujourd'hui, sa vaillance vacillait et elle craquait. Elle passa sa main sur ses yeux pour se retenir de pleurer, mais rien n'y faisait, ses nerfs la lâchaient et elle sanglotait misérablement.

- Je... Je n'ai peux plus... C'est trop dur... Je n'y arriverais jamais seule !

Entrecoupée de sanglots, cette simple phrase résumait tout ce qu'elle ressentait en cet instant, tout ce qu'elle avait gardé pour elle jusqu'à présent.
Keira
Keira
Serdaigle
Serdaigle
Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) :
Permis de Transplanage
Animagus : Écureuil roux


[Ste-Mangouste] Salles de soin - Page 6 Empty
Re: [Ste-Mangouste] Salles de soin
Keira, le  Ven 13 Avr - 15:01



Alicia et elle se trouvaient à présent dans la salle de diagnostic. La jeune femme s’étaient laissé (difficilement) convaincre de consulter pour sa grossesse qui semblait la peser plus que de la rendre heureuse. Elle semblait bien loin de l’épanouissement que l’on associait aux femmes enceintes, c’est d’ailleurs ceci qui avait mis la puce à l’oreille de Keira. Pour avoir régulièrement suivit sa demi sœur lors de sa grossesse, elle avait tout de suite remarquer que quelques choses clochait chez la Phénix, bien qu’elle ne savait pas encore quoi.
Elle semblait aussi inquiète lorsqu’elle avait vu tout les instruments dans la salle… La sorcière pouvait comprendre, c’était en général la réaction de tout ses patients. Alors que parfois cela n’avait pas lieu d’être, en l’occurrence, Keira avait traine son amie jusqu’ici avant tout pour lui parlé. Elle la sentait vraiment mal ses derniers temps, et elle tenait à l’aider. Elle lui demanda donc comment elle vivait sa grossesse, si tout allait aussi bien qu’elle le souhaitait ou si au contraire, il y avait un problème.

La phénix ne lui répondit pas immédiatement. Elle semblait hésitante à l’idée de se livrer. Pourtant elle savait bien que la Médicomage était tenue au silence, tout ce qu’elle lui dirait ne pourrait sortir de cette pièce. Elle regarda sa sœur d’arme, compatissante, elle concevait qu’il n’était pas aisé de se confier surtout sur ce genre de sujet, mais c’était vraiment pour son bien. Elle se livra alors.
Elle lui expliqua que suite à un évènement s’étant passé dans sa salle commune, elle avait reçue des pierres sur le ventre, et qu’à présent, elle avait des spasmes et des douleurs de temps à autre. Keira fronça les sourcils cela ne présageait rien de bon. Alicia aurait du venir lui en parler plutôt. Elle continua d’écouter la sorcière, elle était surchargé de travail, devait gérer sa famille, et son mari ne donnant pas de signe de vie, cela n’arrangeait rien…. La situation devait être tellement difficile pour elle, la Médicomge ne s’était pas rendue compte à quel point les facteurs externes influençaient également le grossesse d’Alicia. Elle était à bout, elle avait les yeux larmoyants, et bien qu’elle essaya, elle ne put retenir ses larmes et craqua.
Sa détresse toucha Keira en plein cœur. Elle n’avait jamais vécue ce genre de situations, et ne pouvait certainement pas se mettre à sa place mais elle allait faire de son mieux pour l’aider et lui apporter son soutien. Elles étaient sœurs d’armes. Keira ne prenait pas ses mots à la légère. La Médicomage s’approcha d’Alicia et la prit dans ses bras, c’était un moyen de lui faire comprendre que malgré l’absence de Septimus, elle n’était pas seule, loin de là…. Attrapant un mouchoir, elle le tendit à Alicia.


    Tiens prends ça. Je conçois que ce soit dur pour toi. Vraiment. Tu sais que même si Septimus n’est pas là tu n’es pas seule. Nous sommes tous là pour t’aider vraiment tu ne dois pas hésiter à demander si tu as besoin de quoique ce soit.


Par « nous » elle entendait les Phénix bien sur. Elle se dirigea vers les étagères et attrapa une filtre de paix. Il fallait qu’Alicia se calme, qu’elle reprenne ses esprits, il en allait de sa santé et de celle de son enfant. Elle lui fit boire le filtre de paix pour pouvoir reprendre une conversation posée et calme. Il fallait prendre les choses dans l’ordre. D’abord vérifier l’état du bébé, ensuite donner un coup de main à Alicia pour qu’elle gère son temps.

    Bon, dans un premier temps, je fais regarder si le bébé va bien. Et ensuite, on va faire en sorte que ton emploi du temps soit plus allégé. T’as besoin de repos.


La sorcière récupéra sa baguette magique. Elle allait simplement regarder à travers la paroi du ventre de la Phénix si tout était normal, elle avait pour cela besoin d’un simple sortilège #Per Ut-Visio#. Le sortilège de la vision X. Il permettrait de voir dans un premier temps que tout était bien en place. Elle fit donc allonger Alicia, et lui expliqua ce qu’elle allait faire pour ne pas l’inquiéter. Et elle commença son boulot. Tout les os et organes de la Phénix étaient nickel, le problème ne venait pas delà… Keira avait bien une idée de diagnostic, mais elle préférait de loin se tromper…

    Dis moi, le choc que tu as reçu au ventre, c’était du genre violent?
Invité
Anonymous
Invité

[Ste-Mangouste] Salles de soin - Page 6 Empty
Re: [Ste-Mangouste] Salles de soin
Invité, le  Dim 15 Avr - 13:30

Une étreinte... Depuis combien de temps n'en avait-elle pas eu ? Elle ne voyait plus son frère qui avait disparu de la circulation, sans doute entrain de préparer sa vie avec Clélia, elle enchaînait les boulots et n'avait plus vraiment de vie sociale... Elle côtoyait les Phénix à peu près chaque jours, mais ne s'étendait pas sur ses problèmes, jugeant que la situation de l'Angleterre était bien plus préoccupante que le reste. Aussi quand Keira la prit dans ses bras, les pleurs d'Alicia redoublèrent avant qu'elle ne cesse de pleurer, un bon moment après.

Elle accepta le mouchoir que lui tendait son amie et la remercia d'un sourire. La jeune femme comprit très bien le sous-entendu lorsque la médicomage lui parla de l'aide qu'elle pourrait recevoir. Seulement voilà, les Phénix avaient beau être ses frères et soeurs de coeur et d'armes, elle ne pouvait pas trop se confier à eux. Pas qu'elle n'avait pas confiance, mais certains doutes, certaines interrogations, elle préférait en parler à son mari... Enfin, quand celui-ci était là ! Keira s'éloigna avant de revenir aux côtés de l'ancienne Serpentard et lui tendit une potion. Ayant toute confiance en son amie, la jeune femme avala le contenu de la petite bouteille cul-sec. Aussitôt un sentiment de paix l'envahit et elle sut ce que la médicomage lui avait donné. Un filtre de paix... C'est vrai qu'elle en avait bien besoin pour le coup !


- Merci. Lui dit-elle avec un sourire serein. J'aurais préféré n'avoir jamais à m'en servir, mais c'est vrai que cette potion est pas mal utile dans cette situation. Ajouta t-elle avec un clin d'oeil.

Elle hocha la tête et s'allongea sur la table de consultation, laissant l'ancienne Serdaigle faire son boulot. Oui elle avait besoin de repos, mais comment faire entre la gestion de sa boutique, la gestion des Serpentard, ses cours, sa famille et ses activités extra-scolaires ? Devrait-elle abandonner l'un de ses postes pour réduire le rythme ? Probablement... Elle lâcha un soupir résigné tandis que Keira utilisait l'un de ses sorts pour vérifier qu'elle n'avait pas de dommages internes. La question de son amie fit naître une sourde inquiétude dans le coeur de la verte et argent. Est-ce que... Est-ce que l'explosion qu'elle avait provoqué dans le dortoir des filles de sa maison avait un impact sur la santé de son enfant ?

- Assez oui... Je me suis reçue des blocs de pierres dans le ventre, j'avais d'autres petites blessures aussi, que Thétys a soigné avec ses larmes... Tu penses que mes douleurs viennent du bébé en fait ? Lui demanda t-elle, inquiète, même si le filtre de paix l'empêchait de ressentir vraiment l'étendue de sa peur...

Un chant s'éleva dans les airs tandis que Thétys se posa près de la tête de sa maîtresse, en signe de réconfort. Touchée, Alicia caressa le beau plumage vert émeraude du volatile, tout en croisant les doigts pour que sa peur soit infondée.
Invité
Anonymous
Invité

[Ste-Mangouste] Salles de soin - Page 6 Empty
Re: [Ste-Mangouste] Salles de soin
Invité, le  Mar 17 Avr - 2:06

{ Suite de [url=harrypotter2005.forumactif.com/t22035p45-arrivee-au-ministere#674865]ce RP[/url] }
De retour au QG de l’Ordre du Phénix après le désastre magistral qu’avait représenté leur mission au Ministère de la Magie, Cliodhna mit du temps à se remettre de ses émotions. Pour une première sortie en tant que membre de l’organisation, il fallait dire qu’elle avait fait fort ! Originellement chargée de récupérer quelques dossiers confidentiels dans le Quartier des Aurors, la belle n’avait jamais atteint leur bureau et s’était vue prendre à son propre piège, à savoir entrainée d’office pour combattre ses alliés... Comme quoi, l’idée de prendre l’apparence de l’un d’entre eux pour plus de discrétion n’était pas des meilleures, surtout au regard de ce qui avait suivi !

La brunette s’était en effet attirée les foudres de l’un des Aurors les plus redoutables, en la personne de Klarh Findirs. Il n’était autre que le meilleur ami d’Anna, sa couverture, et ils vivaient d’ailleurs ensemble. Autant dire qu’il avait eu vite fait de la démasquer et qu’il était mis dans une colère noire… Au grand désarroi de notre jeune femme, parce qu’elle était passée à deux doigts d’y laisser sa peau. Finalement, elle avait pu compter sur l’aide précieuse de ses camarades illégaux et ils avaient fui ensemble, juste avant que les effets du Polynectar qu’ils avaient pris ne se dissipent. C’eut été le bouquet, qu’ils se fassent démasquer !

Mais le pire n’était pas arrivé et ils étaient tous sains et saufs… mais aussi bredouille, ce qui était bien entendu frustrant. Toute cette prise de risque, tous ces combats, tous ces dégâts… Pour rien ? Oui, il y avait de quoi être déçu et c’était incontestablement le maitre mot de l’après-midi suivit, du moins pour Cliodhna qui en avait attendu plus de sa première mission. Mais elle n’eut finalement pas le temps de se lamenter longtemps sur son sort, puisque le sommeil la gagna très vite. Il fallait dire que cet affrontement l’avait éreintée et qu’elle était à bout de forces… Si bien qu’elle ne se réveilla pas avant le lendemain.


Et lorsqu’elle rouvrit les yeux, la belle se trouvait confortablement bordée dans l’une des chambres du 23, Chemin de la Salamandre Grise. Quelqu’un avait donc eu la bonté de l’y porter, puisqu’elle était sûre de s’être assoupie dans le salon, là où ils étaient revenus sur les événements de la matinée autour d’une bonne tasse de thé. Pour la seconde fois en quelques heures, elle fut heureuse de se sentir partie d’un groupe, rassurée d’être entourée de personnes si bienveillantes. Et il fallait bien reconnaître que c’était crucial lorsqu’on devait faire face à des ennemis aussi perfides que les Mangemorts, qui plus est dans la plus grande illégalité.

Mais un dur retour à la réalité la sortit très vite de cette vision idyllique de la vie lorsqu’elle se trouva confrontée à son bras droit qui pendait, ballant, en dehors du lit. Parce que oui, aussitôt que le combat s’était enclenché, Cliodhna avait écopé d’un maléfice particulièrement vicieux qui avait fait disparaître les os de son bras. Cela avait non seulement représenté un sérieux handicap lorsqu’il avait s’agit de faire face à Findirs, mais ça lui vaudrait également une visite à St Mangouste, lieu qu’elle avait toujours eu en horreur… ou du moins où elle tâchait de mettre un minimum les pieds, ça lui rappelait trop sa mère et tous les problèmes qui allaient avec.

Enfin bref, son programme pour la journée était donc tout décidé et, après un looong moment passé à se préparer à la salle de bain et un bref passage dans les cuisines, la jeune femme était en route. C’est par le réseau des cheminées qu’elle se rendit au plus grand hôpital magique de Grande-Bretagne, bien qu’elle aurait tout aussi bien pu transplaner. Seulement, voyez-vous, elle se devait de garder son bras droit soigneusement emmitouflé, discrétion oblige… Chacun savait que St Mangouste grouillait d’Aurors et elle ne tenait pas à se faire remarquer, quoi qu’il y ait peu de chances qu’ils s’attardent sur un détail d’une si petite importance.


Arrivée à St Mangouste, Cliodhna se dirigea directement vers l’accueil, nul besoin de s’arrêter pour contempler les lieux :


« Bonjour Miss… commença-t-elle alors en se penchant sur le décolleté de l’opulente réceptionniste pour tenter de déchiffrer son badge, mais elle ne parvint pas à aller plus loin que le prénom.... Vicky ! Serait-il possible de prévenir Miss Provost de ma venue ? Elle a dû en être avertie…
- Quel nom ? répondit sèchement la grosse dondon en blouse blanche, comme si le concept même de politesse lui était étranger. J’en ai besoin pour t’annoncer, jeune fille !
- Cliodhna, Cliodhna Quinn… précisa donc l’ancienne Gryffondor, révoltée par cette attitude qui l’exaspérait. Si elle ne peut pas me prendre tout de suite, pourriez-vous appeler Miss Adams, je vous prie ? ».

Trêve de bavardage, la jolie brunette finit par être invitée à suivre un guérisseur stagiaire qui la conduit jusqu’à une aile encore inexplorée de la clinique, réservées aux blessures magiques. Il fallait dire que Fiona McKee était plutôt familière du Service d'empoisonnement par potions et plantes et que c’était par conséquent celui-là qu’avait le plus fréquenté la jeune femme. Mais aujourd’hui, Cliodhna se trouvait au quatrième étage, c’est-à-dire au Service de pathologie des sortilèges… Elle était donc logée à la bonne enseigne et prit place sur une chaise en attendant que l’une de ses sœurs d’arme la rejoigne pour l’aider avec son bras ballant et flasque.

Mine de rien, Cliodhna devait bien reconnaître que ce bras l’inquiétait un peu, elle redoutait tellement qu’on lui annonce qu’on ne pouvait rien pour elle ! Ce serait alors ni plus ni moins un monde qui s’effondrerait pour la belle. Parce que, il fallait bien le dire, qui la regarderait encore si elle devenait manchote ? Ou plutôt à qui continuerait-elle à plaire, parce qu’elle redoutait précisément de devenir une bête de foire si elle devait se résoudre à vivre avec ce membre sans os, cette peau et cette chair qui pendaient lamentablement dans le vide… Quelle horreur ! Rien qu’à l’idée, la belle avait envie de vomir. Elle, difforme ? Plutôt crever !


Dernière édition par Cliodhna Quinn le Mar 19 Juin - 16:36, édité 2 fois (Raison : Reformatage du message)
Keira
Keira
Serdaigle
Serdaigle
Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) :
Permis de Transplanage
Animagus : Écureuil roux


[Ste-Mangouste] Salles de soin - Page 6 Empty
Re: [Ste-Mangouste] Salles de soin
Keira, le  Mar 17 Avr - 18:25



Les Phénix étaient un groupe soudé et solidaire. Ils s’épaulaient les uns les autres, s’encourageaient, se soutenaient mutuellement. En même temps vu la situation de chacun d’entre c’était un minimum… Ils étaient hors la loi, ne pouvait dévoiler leur identité à personne, devait porter un lourd secret qui leur pesait à tous certains jours. Leur condition était particulière, dangereuse, vicieuse parfois. Mais ce n’était rien, rien aux yeux de Keira, tant qu’elle était entourée et encouragée elle pouvait déplacer des montagnes. Et elle savait qu’entourée des Phénix elle se dépasserait sans cesse, elle ne trahirait pas ses frères et sœurs d’armes, ça jamais. Sa détermination à vaincre les mages noires étaient encore plus forte encore plus aigue que lorsqu’elle était Auror. Autant dire que le prochain Mangemort qui lui passerait sous la main, en prendrait pour son grade.
A coté de cela, la douce sorcière était avant tout une Médicomage, fort utile pour les Phénix… D’ailleurs c’était une de ses collègues qu’elle recevait aujourd’hui après avoir fortement insisté pour la voir en consultation. Il s’agissait d’Alicia Newmann. Les deux jeunes femmes s’étaient rencontrées des années auparavant lorsque la Serdaigle avait récupéré un poste à l’hôpital Sainte Mangouste. A l’époque la brune était venue consulter pour une simple et banale allergie aujourd’hui, elle venait pour sa grossesse.

Autrefois elle avait eu l’appui et le soutien de son mari lui aussi Médicomage Septimus. Mais voilà, il ne donnait plus de nouvelle, et elle était seule à élever ses enfants, s’assurer que sa boutique marchait, à gérer qui plus est la maison Serpentard… C’était beaucoup trop pour une femme enceinte. La jeune femme craqua devant Keira, qui n’hésita pas à la prendre dans ses bras pour lui montrer que non elle n’était pas seule. Certes elle ne s’appelait pas Septimus, mais elle serait tout aussi présente si sa sœur d’arme avait besoin d’elle. Elle lui donna un mouchoir ainsi qu’une fiole de Filtre de Paix. Cela ne lui ferait pas de mal, bien au contraire. Alicia la remercia doucement, la Médicomage lui répondit d’un simple sourire bienveillant. Elle n’imaginait pas dans quelle situation elle pouvait se trouver, une chose était sure, elle ne la laisserait pas tomber.
La serdaigle entreprit donc d’ausculter la Phénix, suite à un combat dans sa salle commune dont les raisons restaient obscures aux yeux de la sorcière, elle avait des douleurs au ventre. La Médicomage fronça les sourcils ses premiers examens ne laissaient rien présagés de bons… Les blessures internes d’Alicia était important, un bébé ne pourrait survivre longtemps. Ecoutant attentivement la réponse de sa consœur, elle pensa aux divers diagnostic possibles… Songeusement, elle lança un nouveau coup de baguette afin de confirmer ses inquiétudes.


    Bon. Les chocs violent que tu as reçu n’ont pas touché le bébé, il est en bonne santé. Mais, je pense qu’en revanche le placenta a été directement touché et qu’il s’est légèrement décollé de ta paroi. Les échanges entre toi et ton enfant sont moins bons. Alicia tu ne dois pas être effrayé par ça, on a de quoi vous tirer de là tout les deux.


Elle avait prit délicatement la main de la sorcière dans la sienne pour la rassurer. Elle avait toutes les raisons d’être inquiète, le diagnostic posé n’était pas très optimiste… Cela dit bien que ces cas n’arrivaient pas souvent rien n’était joué pour autant. La future maman devait rester forte.

    Pour plus de sécurité pour toi comme pour le bébé, je vais devoir te faire accoucher aujourd’hui, par césarienne. Ca n’a rien de dangereux et même si tu n’es qu’à six mois de grossesse, le p’tit bout ne craint rien, dès ça sorti il sera mis en couveuse où il aura tout ce qui lui faut pour bien se développer.


Keira n’était pas toujours d’une délicatesse extrême, mais elle préférait être franche. Rien ne servait de cacher de tel chose, surtout lorsqu’on parlait à une femme enceinte.

    Veux tu que j’appelle quelqu’un pour qu’à ton réveil tu ne sois pas seule? Tu as des questions?


Elle était persuadée que sa sœur d’armes en avait plus d’une, et elle prendrait le temps de répondre à toutes ces inquiétudes. Hors de questions qu’elle la laissait aller à l’inconnu. Ce n’était bon pour aucune d’entres elles.
Keira
Keira
Serdaigle
Serdaigle
Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) :
Permis de Transplanage
Animagus : Écureuil roux


[Ste-Mangouste] Salles de soin - Page 6 Empty
Re: [Ste-Mangouste] Salles de soin
Keira, le  Mar 17 Avr - 20:03



Les services de Sainte Mangouste était débordés en cette journée. En soi ce n’était pas un problème, il y avait bien assez de personnels pour s’occuper de tout le monde. Ce n’était pas ça qui stressait Keira en cette belle journée ensoleillée. Non en réalité, elle n’avait guère la tête aux p’tits bobos et maladies banales des sorciers qui allaient et venaient dans l’enceinte de l’hôpital. Sa tête était au ministère de la magie, avec ses frères et sœurs d’armes. Elle savait pertinemment que certains d’entres eux partaient pour une mission au Ministère de la Magie… Et elle rageait intérieurement de ne pas pouvoir être sur le terrain pour aider ses compagnons. La jeune femme devait absolument se changer les idées, se vider la tête. Si elle restait focaliser sur cette foutue mission, elle allait à coup sur rater quelque chose aujourd’hui, et à Sainte Mangouste, l’erreur était interdite.

Tentant difficilement de se concentrer sur son travail, la sorcière prit en main les cas les plus simples, réservant le reste aux plus expérimentés de ses Médicomages. Ainsi, elle éviterait toutes bêtises, et ne provoquerait aucun mal chez des patients qui n’avaient rien demandés. Elle se contenta donc d’effectuer quelques sutures sur un petit garçon de cinq qui lui racontait avec fierté comment il avait chuté de son mini balai volant en essayant de faire la course avec sa chouette. Cette anecdote fit sourire la serdaigle. L’innocence de cet enfant la soulageait intérieurement du poids qui pesait sur elle depuis le début de sa journée. Cette insouciance lui rappelait pourquoi elle et ses compagnons se battait et pourquoi certains d’entre eux s’infiltraient en ce moment même au ministère. Tous avaient leurs raisons, mais leur but commun les réunissaient. Elle finit par terminé son travail en appliquant délicatement un onguent pour que le petit blondinet ne se retrouve pas avec une affreuse balafre sur le front.
Rangeant calment son matériel de suture, elle affichait un air serein totalement à l’opposé de ses sentiments. Elle ne pouvait s’empêcher de se demander comment cela se passait là bas… Les Phénix allaient-ils revenir en bon état? La sorcière était bien placée pour savoir qu’on ne sortait jamais indemne d’un combat, qui plus est contre des Aurors prêt à tout pour défendre leur lieu de travail. Elle ne doutait pas qu’elle devait se préparer à voir arriver certains de ses alliés ici.

Elle s’éclipsa pour préparer une salle de diagnostic où elle pourrait recevoir en toute sécurité les éventuels blessés. Keira partit donc en direction de l’aile ouest du bâtiment, et s’installa dans une salle libre. Elle inscrit en lettre d’or la mention « Réservée » sur la porte et déposa le matériel qui pourrait lui être utile. Elle était en train de ranger tout, lorsque qu’un patronus arriva.


    Cliodhna Quinn pour vous, en pathologie des Sortilège.


La voix abrupte qui s’élevait de la forme argentée, lui permit d’identifier la secrétaire de l’accueil, pas très aimable, et à la poitrine abondante. La Phénix se précipita hors de la salle pour rejoindre sa sœur d’arme, elle espérait ne pas la retrouver dans un état trop mauvais. Elle arriva presque en courant dans la salle où les divers patients attendaient, elle repéra sans difficulté sa consœur, et s’approcha d’elle.

    Hey ! Suis moi je vais me charger de toi.


Elle n’ajouta rien de plus, bien que mille et une question la démangeait, elle devait attendre d’être à l’abri des oreilles indiscrètes pour en savoir plus. Elle la guida donc jusqu’à la salle qu’elle avait préparé peu auparavant, et l’invita à entrer. Tout cela pouvait paraitre légèrement impressionnant, mais au final, il n’y avait rien de plus banal, toutes consultations s’effectuaient en privée.

    Je suis contente de te voir, j’en pouvais plus de rester ici à me ronger les ongles.


Elle proposa à la jolie brune de s’asseoir et fit de même, ce fut à ce moment là uniquement qu’elle remarqua que le bras de Cliodna pendouillait lamentablement. Une expression de surprise passa sur son visage, les Aurors n’y avaient pas été de mains mortes, cela dit ce n’était rien que Keira ne pouvait arranger, replaçant une mèche de cheveux, elle reprit la parole, avide d’en savoir plus sur le déroulement de cette fameuse mission.

    D’autres bobos mis à part ton bras ? Et les autres Est-ce qu’ils vont bien ?


Elle attendait plus que tout la réponse à sa seconde question, non pas qu’elle se fichait des blessures de la belle brune, mais rester seule et sans nouvelle l’avait légèrement fait psychoter… Il fallait qu’elle soit rassurée avant de pouvoir entreprendre quoique ce soit pour soigner sa sœur d’arme.
Lydia Czainska
Lydia Czainska
Serpentard
Serpentard
Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou
Legilimens




[Ste-Mangouste] Salles de soin - Page 6 Empty
Re: [Ste-Mangouste] Salles de soin
Lydia Czainska, le  Mar 17 Avr - 22:26

La nuit était déjà bien avancée lorsque la serpentard se réveilla une nouvelle fois, sous l’effet de la douleur qui l’arrachait à nouveau des bras de Morphée. Serrant les dents pour réprimer un gémissement plaintif, elle se redressa sur son lit en repoussant le drap qui prenait des airs de linceul dans l’esprit agité de la jeune femme. Elle chercha de longues minutes à trouver une source d’apaisement dans les quelques nuages qui traversaient le ciel, indifférents aux troubles des habitants de Godric’s Hollow qu’ils surplombaient.

La jeune auror ne s’était pas remise de son combat au ministère, et la plaie dont elle avait écopée semblait peu encline à se refermer d’elle-même. Les quelques onguents à base de lycopode, prêle, joubarbe, huile de millepertuis et pétasite fraîche n’avaient servis à rien, si ce n’est à occuper la lycan quelques heures dans son laboratoire. La blondinette observa son épaule, se demandant si les pétales de lys qu’elle avait appliqués en fin d’après midi avaient eut plus d’effet.

Délicatement et aussi adroitement que sa main gauche le lui permettait, elle défit la gaze qui les maintenaient sur sa plaie afin de constater une éventuelle amélioration. La jeune femme se mordit la lèvre : le sang frais à peine séché sur les contours de la plaie indiquait que le processus de cicatrisation était loin de se mettre en marche. Elle avait essayé à peu près tout ce dont elle était capable en tant qu’ancienne mais inexpérimentée médicomage, et n’avait maintenant d’autres choix que de se rendre à Sainte Mangouste une fois le jour levé. Se rallongeant en referment les paupières, elle appela de nouveau le sommeil pour qu’il l’aide à repousser cette nuit interminable.

Le lendemain, Lydia ne se réveilla qu’une fois que les rayons de dix heures virent caresser son visage aux traits marqués par ses insomnies. Le bras soutenu par une écharpe de fortune, elle se prépara brièvement dans la salle de bain de son manoir, tentant vainement de camoufler les stigmates laissés par l’épuisement. Elle capitula au bout de quelques minutes passées à appliquer consciencieusement du fond de teint sur ses cernes. Après tout, elle se rendait à la capitale pour se faire soigner et par pour flirter avec des inconnus.

Latté, son elfe de maison, lui avait préparé un thermos rempli de café noir dans l’espoir de s’attirer la considération de sa maitresse. Mais l’inexpressivité du visage de cette dernière lorsqu’elle lui prit des mains avant de transplaner, laissa flotter une sensation d’échec dans l’esprit de la petite créature, habituée à ce genre de réaction. Une fois dans les rues de Londres, il ne fallut que peu de temps à la sorcière pour s’extraire de la foule de moldus et s’engouffrer dans l’avenue quasi déserte qui abritait l’enseigne du modeste magasin Purge&Pionce.

Elle passa sans sourciller à travers la vitrine, sous l’œil de rares passants désillusionnés par les sortilèges de l’illustre hôpital. Une fois à l’intérieur, elle se rappela avec une pointe d’amertume son bref passage ici en tant que guérisseuse. Non pas qu’elle eut entretenu de mauvais rapports avec ses collègues : la jeune femme était simplement un peu amère de s’être lancée dans une carrière où de toute évidence, elle n’avait pas les compétences requises. Or l’orgueilleuse blondinette avait toujours était sévère envers elle-même concernant ses choix et aptitudes.

Arrivée devant la réceptionniste, Lydia désigna son bras en écharpe d’un signe de tête :

« Bonjour Vic’, dit-elle en espérant avoir suffisamment marqué les esprits malgré son court passage dans l’établissement pour que la réceptionniste se souvienne d’elle. Service de pathologie des sortilèges je suppose. »

Son interlocutrice la dévisagea quelques secondes, le temps pour la serpy de constater le manque de mémoire de son ancienne collègue de travail. Une moue s’afficha sur son visage fatigué avant que Miss-gros-lolo ne hausse les sourcils, feignant de se rappeler de l’identité de cette jeunette qui prétendait la connaître.

« Oui c’est bien ça… si vous le dites. Quatrième étage, ajouta-t-elle pour camoufler son inutilité. Dois-je vous annoncer Miss..
- Non ca ira Vicky, j’irai me morfondre auprès de la première blouse verte que je croiserai là bas. Bonne journée

L’esprit occupé par la faiblesse du souvenir qu’elle avait laissé ici, l’auror grimpa les escaliers jusqu’à se retrouver à l’étage voulu. Dans les couloirs des personnes vêtues de blouses vertes s’affairaient à leurs taches. Quelques civils bien portants arpentaient les couloirs et la jeune femme en déduisit que c’était l’heure des visites. Malheureusement personne pour s’occuper de son cas. Elle regretta un instant de ne pas s’être fait enregistrer par la réceptionniste, mais se consola en déclipsant son thermos pour avaler quelques gorgées de café.

Une porte ouverte soutenait un écriteau annonçant la salle d’attente. La lycan y glissa un œil curieux, toutefois, il était hors de question pour l’arrogante auror qu’elle était de patienter en compagnie de monsieur et madame-tout-le-monde. Aussi se planta-t-elle dans le couloir, attendant de pouvoir intercepter un ou une médicomage qui pourrait s’occuper rapidement et au mieux de son cas. Rapidement las de rester immobile au milieu de cette fourmilière aseptisée, Lydia entreprit de se distraire en jetant des regards discrets dans les chambres qu’on n’avait pas pris soin de refermer, et d’écouter aux portes qui demeuraient closes.

[hRP : Je m’incruste mais je comprendrais qu’on me refoule sans ménagements Wink ♥ ]
Invité
Anonymous
Invité

[Ste-Mangouste] Salles de soin - Page 6 Empty
Re: [Ste-Mangouste] Salles de soin
Invité, le  Mer 18 Avr - 21:06

Attendant la venue de l’une des Médicomages officielles de l’organisation, Cliodhna avait donc pris place dans la salle réservée à cet effet, aux côtés d’autres patients que l’on devait prendre en charge. On ne peut d’ailleurs pas dire que la demoiselle eut le loisir de s’impatienter, tout au plus le temps que l’on annonce son arrivée et qu’on la rejoigne. À juste titre, elle eut l’impression d’être traitée comme une V.I.P., ce qui n’était pas pour lui déplaire. Et oui, la jeune Quinn était de celles qui aimaient se sentir en position de supériorité et qui se délectaient de tels traitements de faveur. Pourtant, certains des sorciers autour d’elle se trouvaient dans un sale état, c’était autre chose qu’un bras désossé ! Peut-être aurait-il donc été plus avisé de s’en occuper avant elle ?

Et bien c’était typiquement le genre de question que la jeune femme ne se posait pas. Malgré son appartenance à un groupuscule altruiste par définition, Cliodhna était une égoïste finie et on ne la changerait pas. Pour l’heure, elle avait le sentiment que son état nécessitait la plus grande attention et c’est pourquoi elle fut soulagée d’apercevoir que c’était Keira qui s’occuperait d’elle. Non pas qu’elle avait moins confiance en Kaya ou qu’elle était moins compétente… Enfin peut-être un peu, tout compte fait ! Tout le monde savait que la première exerçait depuis plus longtemps et que, par définition, elle était donc plus expérimentée. Sans compter qu’elle était la directrice de l’établissement et que ce n’était de toute évidence pas pour rien !


« Bonjour Keira ! Ne t’inquiète pas, ce n’est pas grand-chose… », avait répondu la jolie brunette lorsqu’elle s’était levée pour la suivre, laissant derrière elle ses congénères de la salle d’attente. En se relevant, elle avait bien entendu veillé à ce que son bras soit toujours bien emmitouflé sous son manteau et qu’il n’attire pas l’attention. Il ne manquerait plus qu’elle se fasse griller maintenant, tiens ! Sa camarade Phénix la conduisit jusqu’à une petite salle qui portait la mention ‘Réservée’ et qui, de ses yeux de profane, lui parut totalement suréquipée. C’était digue, on eut cru qu’avec ce matériel Keira pourrait faire face à pratiquement n’importe quelle situation… Comme quoi, les sorciers ne lésinaient pas avec la santé !

« Je suis contente de te voir ! déclara la Médicomage lorsqu’elle eut soigneusement fermé la porte de la pièce. J’en pouvais plus de rester ici à me ronger les ongles.

- Et moi donc ! rétorqua Cliodhna en un soupir de soulagement. Si tu savais comme je suis heureuse d’être encore là pour te parler ! C’était horrible et j’ai bien cru que j’y passerais ! ».

La jeune femme racontait ça avec emphase, comme à son habitude. Dans le même temps, elle prit place sur le siège que lui proposa Keira et commença à se débarrasser. Elle retira sa veste et dévoila ainsi son bras qui, ballant, n’avait plus aucune allure. En fait, il avait à peu près la consistance d’une pâte à pain et, à son extrémité, sa main ballotait étant donné qu’elle n’avait plus rien pour la soutenir. Aussitôt, Cliodhna releva les yeux vers l’experte en la matière, l’air de demander si c’était grave. Quoique ça, elle s’en fichait… Non, ce qu’elle voulait savoir, c’était s’il y avait un remède miracle ! En d’autres termes, elle voulait qu’on lui dise qu’elle ne resterait pas comme ça, que dans quelques minutes ses os seraient rétablis !

« D’autres bobos, mis à part ton bras ? Et les autres ? Est-ce qu’ils vont bien ? », poursuivit alors Keira, sans donner le moindre diagnostic, sans esquisser la moindre parole pour la rassurer. D’autres blessures ? Bien sûr qu’elle en avait, c’eut été trop beau que le combat prenne fin à ce vicieux maléfice. Non, après Kimoka, c’est Findirs qui s’en était pris à elle et dans un tout autre style. ‘Brutal’ était certainement le mot le plus approprié pour le qualifier, comme en témoignaient les traces de coups qui martelaient encore son corps et dont l’ecchymose qu’elle avait à l’épaule était le plus important représentant. Mais pour ça, elle n’avait guère besoin d’aide, seul le temps et les quelques pommades qu’elle avait chez elle en viendraient à bout.

C’est ainsi qu’elle éluda la première question, pour se concentrer sur la seconde :
« Tu es sûre qu’on peut en parler ici ? Je veux dire, c’est ‘safe’ ? », fit-elle à mi-voix. Les murs avaient des oreilles et on n’était jamais trop prudent, surtout lorsque l’on était impliqué de ce qui allait certainement être perçu comme un attentat contre le Ministère et donc contre la Communauté sorcière dans son ensemble… Dans le doute, elle se pencha vers son interlocutrice pour continuer : « À vrai dire, c’est un échec complet… murmura-t-elle avant de se mordre la lèvre, sachant que ce qui suivait ne plairait pas à Keira. Éléonore a disparu, poussant Aymeric à appeler des renforts. Lizzie et lui vont bien, mais je n’ai pas eu de nouvelles des autres ! ». Cliodhna marqua alors une courte pause et précisa, comme si c’était nécessaire : « J’ai peur, Keira, tellement peur ! Comme ils n’arrivaient pas, on a été forcé de fuir… Mais qu’est-ce qui est arrivé ensuite ? ».

Après ce triste exposé de la situation, Cliodhna, qui avait toujours eu l’esprit vif, continua sans transition :
« Sinon, il me reste quelques cicatrices dans le bas du dos qui ne veulent pas partir, malgré tout ce que j’ai déjà mis dessus… Tant qu’on y est, tu pourrais peut-être jeter un coup d’œil ? » et, à ces mots, la jeune femme se dressa sur sa chaise et releva le bas de son chemisier, dévoilant la chute de ses reins à la Médicomage. Celle-ci portait en effet toujours les balafres qu’elle s’était elle-même infligées lors de son premier entrainement avec Alicia. La Phénix se rappelait comment, bien déterminée à faire ses preuves, elle n’avait pas hésité à se mutiler dans une ultime tentative de reprendre le dessus sur le combat…


Dernière édition par Cliodhna Quinn le Mar 19 Juin - 16:37, édité 1 fois (Raison : Reformatage du message)
Keira
Keira
Serdaigle
Serdaigle
Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) :
Permis de Transplanage
Animagus : Écureuil roux


[Ste-Mangouste] Salles de soin - Page 6 Empty
Re: [Ste-Mangouste] Salles de soin
Keira, le  Mer 18 Avr - 21:11




Le temps ne passait pas assez vite aux gout de la sorcière. Elle s’inquiétait pour ses frères et sœurs d’armes, ils étaient partis en mission et elle était restée en arrière pour cette fois. Elle ne supportait pas ça, elle se sentait parfaitement inutile en restant en dehors de cette affaire. Pourtant, elle apporterait son aide au moment voulu lorsque ses compagnons auraient besoin de soins. Elle était donc restée à Sainte Mangouste, ruminant intérieurement. La patience n’était pas son fort, surtout lorsqu’on parlait des Phénix. Et surtout lorsque ces derniers risquaient leurs peaux pour tenter de récupérer quelques informations. Le stress ne l’aidait pas à garder son calme et l’empêchait d’effectuer correctement des opérations délicates. Elle se contenta donc de faire ce qu’il y avait de plus simple, prétextant une grosse migraine pour ne pas inquiéter ou éveiller les soupçons de ces collègues.
Elle fut soulager lorsqu’enfin en vient la chercher pour s’occuper de Cliodhna. La sorcière appartenait elle aussi à l’Ordre et était parti justement pour la dite mission. La Médicomage espérait la trouver en un seul et même morceau. Elle poussa un soupir de soulagement lorsqu’elle constata qu’elle semblait aller bien. Elle conduisit aussitôt la jeune femme dans une salle de soin, lui exprimant son soulagement de la voir enfin.

Elle fit installer la sorcière et fit de même avant de lui poser les questions qui l’avaient torturées toutes la journée. Cliodhna lui assura qu’elle n’avait rien de grave bien qu’elle ait apparemment rencontrer de nombreuses difficultés. Elle lui avoua qu’elle avait même cru qu’elle n’en réchapperais pas… Keira fronça les sourcils, quand était-il des autres alors?! La serdaigle n’eut pas le temps de s’étaler sur le sujet, le bras ballant de la jolie brune lui coupa la parole. Les Aurors n’avaient encore une fois pas fait dans la dentelle, à en juger par l’état mou de du bras de la sorcière, elle en conclut rapidement qu’elle avait tout simplement perdus les os. Rien de bien inquiétant et rien qu’un bon Poussos ne saurait guérir. Cela devait paraître impressionnant pour la brune mais en réalité ce genre de blessure se soignait très bien.
Alors qu’elle allait la rassurer Cliodhna lui demande si elle pouvait parler discrètement ici… Les murs avaient des oreilles même à Sainte mangouste aussi la Médicomage prit le soin de lancer un #Sourdinam# sur elle-même ainsi que sur sa collègue ainsi pas de danger.


    Je pense qu’avec ça, on peut parler tranquillement. En ce qui concerne ton bras, ne t’inquiètes pas je vais t’arranger ça.


Cependant avant de faire quoique ce soit, elle prit soin d’écouter avec attention le rapport de sa sœur d’arme. La mission était un échec cuisant pour les Phénix… Ely avait disparut, sa chère demi-sœur que lui était-il arrivé? L’inquiétude la gagna. Aymeric et Lizzie était sain et sauf ce qui était déjà pas mal. Pour ce qui concernait les autres, sa consœur n’en savait pas plus, ils avaient être du séparé dès leur arrivé au Ministère.
Elle ajouta qu’elle avait fichtrement peur… En même temps, si elle ne se trompait pas, c’était sa première mission, et ça n’avait pas l’air d’avoir été une partie de plaisir.


    J’en sais rien du tout, tu es la première à venir ici… On devrait aller au QG pour en savoir plus…


Elle écouta ensuite Clio qui passa sur un sujet bien plus futile en parlant de cicatrices qu’elle ne parvenait pas à effacer. La sorcière regarda avec attention le bas de son dos, et remarqua effectivement les dites cicatrices. Là encore ce n’était rien de grave. Keira se leva et alla chercher un peu d’onguent spécial, elle le tendit à la jeune femme avec un sourire.

    Voilà qui rendra ta peau comme neuve ! Et pour ton bras je vais te donner du Poussos, il faudra que tu le prennes ce soir. La potion agira pendant la nuit, mais ce sera très douloureux.


C’était là un euphémisme, avoir les os qui repoussent c’était une épreuve en soi. Cliodhna en prendrait pour son grade. Enfin, pour cela la Médicomage ne pouvait rien y faire. Elle alla donc chercher la potion et la tendit à la Phénix. Elle n’avait plus rien à faire pour la soigner. En revanche elle tenait à vérifier que personne ne pourrait voir la Gryffondor sortir avec sa blessure. Tout le monde au Ministère avait du repérer ce bras ballant…

    Je vais sortir voir si là voie est libre. Tu ne peux pas sortir comme ça avec ton bras dans cet état c’est trop flagrant… Restes ici, je viendrais te prévenir quand tu pourras sortir. Quand à ta blessure, elle ne figurera pas dans les dossiers de l’hôpital…


Elle adressa un clin d’œil à sa consoeur, lança un #Finite# pour mettre fin au sortilège précédent et sorti doucement de la pièce. Elle ferma bien la porte et se hâta dans le couloir afin de vérifier que la voie était libre pour la Phénix. Malheureusement, elle eut la surprise de se trouver nez à nez avec son ancienne collègue Kimoka, Auror qui plus est. Elle resta figée pendant un moment devant la jeune femme, son cœur se mit à battre à cent à l’heure. Mais elle se ressaisit bien vite, elle ne pouvait mettre Clio en danger. Elle s’approcha de la blondinette et l’aborda.

    Kimoka? Qu’Est-ce qui t’amènes ici? Ton bras apparemment… Viens je vais m’occuper de toi.


Elle conduisit son ancienne collègue dans une salle de consultation, elle ne savait pas quand elle pourrait prévenir Clio qu’elle pourrait s’éclipser… Elle commençait un jeu dangereux. Elle invita Kim à s’installer et referma la porter derrière elle

    Dis moi tout. Qu’Est-ce qui t’es arrivée?
Contenu sponsorisé

[Ste-Mangouste] Salles de soin - Page 6 Empty
Re: [Ste-Mangouste] Salles de soin
Contenu sponsorisé, le  

Page 6 sur 16

 [Ste-Mangouste] Salles de soin

Aller à la page : Précédent  1 ... 5, 6, 7 ... 11 ... 16  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres :: Hôpital Ste-Mangouste-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005.