AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres
Page 16 sur 18
Echappée belle
Aller à la page : Précédent  1 ... 9 ... 15, 16, 17, 18  Suivant
Aya Lennox
Ministère de la Magie
Ministère de la Magie

Echappée belle - Page 16 Empty
Re: Echappée belle

Message par : Aya Lennox, Mar 20 Fév 2018 - 16:31


Attention, RP fesses.

Les bras d'Azphel avaient ce quelque chose de rassurant, même lorsque la conversation dérivait sur des sujets peu réjouissants. Mais ce n'était pas le problème, au final. Les deux sorciers partageaient tout : cet amour indescriptible, leurs idéaux, leurs problèmes, leurs parcours, parcours qui s'étaient aujourd'hui rejoints.

Les oncles du sorcier ne constituaient pas un sujet tabou, à proprement parler. Bien sûr, le couple ne parlait que trop rarement de la famille d'Azphel et plus particulièrement de sa soeur, mais ce n'était pas très étonnant. Tout comme Mysie, Cyrielle représentait un passé qu'ils tentaient tous les deux d'oublier, bien que difficilement parfois. Tout ce qu'ils désiraient aujourd'hui, c'était repartir du bon pied après avoir fait ce qu'il fallait faire. Pour Azphel, venger la mort de sa soeur, pour Aya, venger la mort de sa tante mais également se venger elle-même, de tous les troubles que Moira avait pu lui causer.

- Az', je serai toujours près de toi, chuchota la jeune femme après avoir retrouvé les émeraudes de son compagnon. Je t'aiderai à venger ta soeur, coûte que coûte. Je ne serai pas un dommage collatéral, non. Je me battrai avec toi, pour toi et on y arrivera. Mh ?
Le sourire qu'elle lui offrit déclencha le sien, rayonnant mais quelque part inquiet.
- Nous nous le sommes promis, mon amour, continua la sorcière en jouant avec une mèche de cheveux d'Azphel. C'est toi et moi, jusqu'au bout.
Un hochement de tête significatif, avant qu'il ne se réfugie dans le cou de son amante, qui l'enlaça de plus belle de ses longs bras graciles.

- Je te le souhaite mon coeur. Te trouver une nouvelle voie, nous retrouver tous les deux. Finir ça ensemble pour repartir sur de nouvelles bases et peut-être...
- ..., marmonna-t-il contre sa peau.
- Pardon ? demanda-t-elle en reculant légèrement le menton, comme pour tenter de percevoir ses traits.
- Je t'aime Aya.

Ses déclarations avaient toujours le même effet. Celui du feu en plein désert, né entre ses dunes, mort d'une pluie qui n'arrivait jamais. La flamme, démon entre ses reins, ne se contenta pas de cet aveu. Aya voulait Azphel plus que n'importe qui. C'était un cri du coeur, un cri du corps. Organes entiers en chamaille au passage de ses doigts, même, de son regard. Passée au crible par ses prunelles, il savait tout, devinait tout en elle. Jusqu'au plus infime penchant d'âme.
Les mains d'Azphel s'insinuèrent sous le haut de sa compagne, remontèrent à-même la peau pour agripper son dos frêle. Leurs prunelles se rencontrèrent, long moment d'intensité palpable alors que la patte du Loup venait s'enticher de la nuque de sa Belle. Les retrouvailles de leurs bouches affamées étaient prévisibles, et d'autant plus intenses. Le baiser que lui imposa le mage était chargé de signification, d'appartenance aveugle à ce qu'ils estimaient être leur couple, leur duo d'ombres, toutes offertes l'une à l'autre.

Les minutes se désagrégeaient en souffles conquis et complices. Il n'était question que de quelques secondes pour la dévêtir, que d'un instant infime de réflexion pour s'offrir toute à lui. Azphel avait ça dans ses mains, dans ses lèvres qui remontaient la peau nacrée de sa nymphe, perdue sous ses doigts. Les mots ne servaient plus à faire éclore le désir. Sa présence, son souffle suffisaient.

D'instinct, il fallait taire la violence des émotions qu'il se chargeait de faire naître. Les coups de bassin amourachés de sa femme, en proie à ce qu'il provoquait, lui arrachaient des soupirs lascifs. Il n'avait qu'à animer la poupée pour qu'elle réponde comme il le fallait.
- Comme ça ? chuchotait-elle, candide, alors qu'il se perdait en plaintes contre sa poitrine.
Elle aimait ça, bon sang qu'elle aimait ça, perdre le contrôle tout en le gardant sur lui. Il ne pouvait décider, seulement supporter, quémander, doigts enfoncés jusqu'au sacrum.
Un drôle de tantrisme à leur image : il n'avait qu'à la dépouiller de toutes ses sensations pour s'en accaparer, deux corps joints à l'unisson. Plus rien n'avait de sens que leur union, plus rien ne semblait les satisfaire que de s'offrir l'un à l'autre. Une jouissance toute en extrêmes.
- Plus fort, grognait-il alors qu'elle accélérait, poigne féroce glissée autour de la gorge de sa belle, sa gosse perdue jusqu'au bout.
- Encore ? exhala-t-elle, déstructurée.

Et, toujours, toujours. Coeur au bord des lèvres, poumons emplis de lui.
Il ne suffisait plus seulement de donner, il fallait continuer. Le sentir grandir en elle. Le sentir tout faire chavirer.
Revenir en haut Aller en bas
Azphel
Azphel
Maitre de JeuSerpentard
Maitre de Jeu
Serpentard
Spécialité(s) : Loup-Garou
Occlumens
Permis de Transplanage


Echappée belle - Page 16 Empty
Re: Echappée belle

Message par : Azphel, Jeu 22 Fév 2018 - 15:05


⚠️ RP avec descriptions d'acte charnel


À l'instar des précédentes retrouvailles entre Aya et Azphel, à la croisée des chemins ; les ombres de leurs passés et présents se mêlaient aux désirs intimes de leurs âmes. Deux soeurs abandonnées par la joie de vivre, tailladées dans leur jeune innocence, laissées pour compte, qui avaient peu à peu développé une forme d'hostilité pour le monde extérieur et les autres, jusqu'à se trouver enfin, au point cardinal de leur existence. Faites l'une pour l'autre, dans les ambitions, les douleurs, l'union charnelle par la violence passionnelle.

- Az', je serai toujours près de toi. Je t'aiderai à venger ta soeur, coûte que coûte. Je ne serai pas un dommage collatéral, non. Je me battrai avec toi, pour toi et on y arrivera.
Aya était la brise légère qui succédait à la tempête d'incertitudes fébriles.

Et les ombres évoquées quelques instants avant s'étiolèrent entre eux. L'évocation même de leur solidarité inflexible l'un envers l'autre, l'accompagnement à travers toutes les épreuves, finissait toujours par les réunir dans une osmose emprunte de félicité.
Nour dévalait la légère descente de la Colline, s'amusait de ce parterre de verdure en pente douce qui lui conférait un terrain de jeu plus que suffisant. Azphel le regarda un moment, pressentant que l'animal serait aussi heureux que l'était Duchesse et qu'il serait bientôt un membre à part dans la vie d'Aya et lui. Un petit mou mou aux allures de grand méchant loup.

Les pensées envers les oncles du sorcier et leurs rendez-vous prochains avec leurs problèmes se dissipèrent. Blottis dans les bras l'un de l'autre, regards entrecroisées, les émotions d'hésitation laissèrent la place aux sensations d'envie grandissantes, à leur désir aliénable d'eux.
Le fauteuil fit office de meuble parfait, pour l'explosion de leur amour, accessoire de leur bascule des corps imprévue, Aya en maîtresse indomptable, petit agneau maîtrisant le loup en mouvements de bassin farouches ; brebis prise à la gorge, possédée et possédante...
- Encore ? gémit-elle en pleine cadence.
- Jusqu'au bout bébé... demanda le loup, glissant ses pattes dans le dos de l'agnelle pour mieux la serrer contre lui, sentir les mouvements saccadés de son corps félin en percussion contre le sien, ses griffes enserrant ensuite le bassin de sa belle, pris de frénésie.

Leur cadence animale perdura sans que rien ne trouble leur volonté de se donner et de s'offrir, dans un entrelacs de plaintes gémissantes et de soupirs de plaisir, le loup ne cessant d'agripper sa proie que pour retirer du visage de la brebis quelques mèches de cheveux égarés, collés à sa peu moite.

Les cris plaintifs des âmes en perdition, les expirations calmes des corps chétifs.

Sur la terrasse, rhabillés et reposés, les deux mages noir observaient Londres qui s'étendait dans le lointain. Le soleil déclinait au dessus de la ville qui paraissait perdue dans une grisaille hivernale, mélange de brouillard et de pollution, bien que l'astre descendant offrait aux regards des voyeurs ses plus belles nuances de rouge. Nour faisait une sieste devant les pieds d'Aya, la respiration lente et bruyante, son petit corps se soulevant à chaque inspiration. Il récupérait d'une après-midi passée à la découverte du jardin, chose qu'il avait pris très à coeur en constatant que ses maîtres étaient occupés.

- Quoi qu'il se passe dans nos vies, je ne veux jamais rien faire sans toi, glissa Azphel à Aya, effleurant sa main de ses doigts.

Elle était devenue l'essence même de sa vie, ce qui comptait le plus à l'intérieur. Leur relation initiale basée sur l'amitié et la sincérité avait débouché sur une confiance mutuelle et un partage dans tout. Ils se connaissaient mieux que quiconque et n'avaient même pas besoin de parler entre eux pour se comprendre. Leur quotidien était fait d'une complicité assez rare, et qu'ils ne s'expliquaient pas vraiment. Ils se savaient juste dépendant l'un de l'autre, acquis et voulus. Ils étaient à la fois de meilleurs amis, un couple fusionnel et des amants, jamais rien de moins.
Un sourire égaya le visage du sorcier alors que le louveteau se réveillait.
- Yooooooo, fit une Aya attendrie, tendant les mains vers l'animal qui remua la queue de plaisir en s'aprochant d'elle pour recevoir des caresses.

Que vouloir de plus, en cet instant, que ce sentiment de quiétude et de perfection, pour Azphel ? Rien. Aya donnait tout le sens nécessaire à sa vie, la Colline symbolisait leur Histoire depuis très longtemps, Nour était une promesse de plus dans la vision éternelle qu'ils avaient de leur amour et de leur volonté d'être ensemble.
Écoutant le loup piailler sous les assauts de caresses de la sorcière, Azphel se dit qu'il était heureux, et qu'il avait tout pour être comblé dans sa vie.

Revenir en haut Aller en bas
Aya Lennox
Aya Lennox
Ministère de la Magie
Ministère de la Magie
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-garou
Legilimens



Echappée belle - Page 16 Empty
Re: Echappée belle

Message par : Aya Lennox, Jeu 22 Fév 2018 - 16:14


2000ème message pour toi, mon Amour.

De quoi était fait leur amour ? De sang et de chair, de crises de larmes et de sourires partagés. Il était tel un écho à ses réactions. Il devinait tout, en réagissant avant Aya même. Azphel n'avait pas besoin de dire grand chose non plus pour qu'elle le comprenne. Il lui suffisait d'être, soucieux ou rayonnant, lointain ou attendri. Ses sourires décidaient de ses journées. Il était devenu un pilier stable, fougueux quand il le fallait.

Azphel était passion, tendresse, ami, haine quand il le fallait. Elle se souvenait parfois des premiers temps avec une drôle de nostalgie. Jamais la jeune sorcière de 17 ans n'aurait cru finir dans les bras de celui qui lui avait proposé son aide. Aujourd'hui pourtant, c'était le cas. Et déjà, les sorciers semblaient prêts à passer un certain cap.

C'était un lien particulier, indescriptible. Aya se savait en sécurité avec le mage, mais n'arrivait à réduire leur union à une simple relation amoureuse. Leur duo était trop singulier pour n'être renforcé que par l'amour. Leur Nous était bien plus que cela.

De coups de bassin lents, lascifs, en danse libidineuse sur lui. Aya se savait reine de ses désirs. Maîtresse du rythme chancelant qu'elle donnait à leur symbiose. Son corps chétif se perdait sur lui, entre ses bras et rien d'autre ne résonnait, dans le silence, que leurs plaintes emballées. Le fauteuil serait seul témoin de leur acharnement.

Promesses en roulades de perles sur son dos. Il suffisait d'une caresse, à même la peau, pour tout prendre. Rien d'autre ne comptait, dans cette liaison, que ce geste d'appartenance tout con. Une caresse perdue sur l'autre, un baiser imaginé. Elle se sentait chaque fois désirée. Femme sous ses doigts.

Etait-ce cela, le vrai bonheur ? Aya n'en doutait pas. Les mots d'Azphel lui suffisaient à tout oublier. Pour une fois, rien d'autre que ces syllabes ne comptait. Une promesse. Celle de ne jamais séparer. De tout faire ensemble, quoi qu'il arrive.
- Tu ne seras plus jamais seul, Az, chuchota-t-elle en entrelaçant leurs doigts, un petit sourire figé sur ses lèvres légèrement gercées.

Nour, qui se réveillait à ses pieds, sortit la jeune femme de sa torpeur sentimentale. La créature était adorable, encore innocente. Aya souhaita intérieurement que cela soit toujours le cas. Que jamais celle-ci n'aurait à subir rejet ou violence gratuite. Ce n'était pas son but, en lui offrant une nouvelle vie auprès d'Azphel. Et elle le savait suffisamment responsable et aimant pour prendre soin d'une autre vie.
- J'ai rendez-vous avec mon père, demain, murmura-t-elle en prenant le louveteau sur ses genoux. Ça doit faire... Bien plus de deux ans que je ne l'ai pas vu.
Ses doigts s'imprégnaient de l'agréable fourrure du louveteau, grattaient sa petite truffe avec affection.
- Du coup, je ne pense pas qu'il sera nécessaire que tu m'attendes. Enfin, je serai rentrée le soir. Mais on ne se croisera sûrement pas de la journée. Elle marqua une pause, en regardant sans les voir les oreilles du bambin canidé frétiller sous ses caresses. Je me demande si il viendra... Ou même, ce qu'il aura à me dire...
Revenir en haut Aller en bas
Azphel
Azphel
Maitre de JeuSerpentard
Maitre de Jeu
Serpentard
Spécialité(s) : Loup-Garou
Occlumens
Permis de Transplanage


Echappée belle - Page 16 Empty
Re: Echappée belle

Message par : Azphel, Dim 25 Fév 2018 - 12:28


L' union d'Aya et Azphel était marquée de faits étranges, de bouleversements temporels latens ; toujours passé et présent entremêlés, toujours reliés vers une vision commune des lendemains. Une étrangeté fusionnelle mise en avant par leur réunion physique quasi permanente, comme si le contact de ces deux êtres était obligatoire ; l'un ne pouvait être sans l'autre. Leurs passés étaient intimement liés, indissociables de leur présent, et le futur qu'ils entrevoyaient ne pouvait être raisonnablement envisagé sans leur Nous qu'ils construisaient dans la violence des émotions et des épreuves communes.

Nour, Ombres, et Lumières.

Le mage exerça une pression aveugle sur les doigts de la sorcière : Toi non plus tu ne seras jamais seule, pour tes démons, pour nos lendemains. À ce carrefour imaginaire où ils se trouvaient / Habités d'une force inébranlable d'être ensemble, mais entourés d'obscurité, de menaces tapies dans des ténèbres plus noires encore que celles qui les drapaient aux yeux du monde.
Azphel resta longuement pensif, écoutant sa moitié évoquer son père, gardant un oeil attendri sur le louveteau qui ne tenait plus en place. Étreignant la main d'Aya, il l'imagina femme ; pas seulement nécessaire à sa vie, mais partie entière reconnue. C'était elle qu'il désirait, déjà acquise, toujours voulue.

Y aurait-il un bon moment ? Pour cela ? Pour eux ?
L'impression d'être.. sa moitié et destiné à elle.
- Occupe toi de Gavin bébé, et suivant les nouvelles, je t'aiderais. Je pensais... aller en Allemagne, oui.... J'ai besoin de mettre ça derrière moi. Et quand il y aura moins d'ombres autour de nous, je veux te déménager. Si tu suffoques à Dust, alors on pourrait refaire la Colline. Casser les murs, tout redécorer, y faire notre nid d'Amour... Après tout, c'est là où tout a changé, le berceau de nos secrets. J'y ai eu mes plus grandes peurs liées à toi, mais plus encore de souvenirs merveilleux à côté...
Le sorcier regardait la sorcière avec un sourire idiot. La bouche charnue d'Aya affichait la même expression niaise, ses yeux d'obsidienne devenus rieurs et doux.

La Colline n'avait pas bougé depuis qu'Azphel l'avait acquise. Elle concentrait beaucoup trop de souvenirs pour qu'il s'y sente réellement bien. Le sous-sol avait vu trop d'immondices, de transformations lupines, pour inspirer la tranquillité. Malgré tout, depuis qu'Aya y avait passé une année, l'endroit avait gagné en valeur, en héritage émotionnel et sentimental. Il serait probablement très difficile de bouger le salon ; garder le canapé et la cheminée paraissait fondamental pour le sorcier, mais il imaginait aisément le reste être changé, refait par le couple comme un nid d'amour et un endroit magique parfait. Il ne faisait aucun doute qu'en amateurs invétérés de magie, Ayaz saurait donner au sous-sol toute la valeur qu'il méritait, et que le reste du manoir, une fois personnalisé par leurs soins, serait d'une douceur de vivre irréprochable.

Le jardin pourrait failement être réaménagé, peut-être pourvu d'une psicine, qu'il resterait encore assez de place pour permettre à leurs animaux de passer des jours heureux. La cour pouvait être agencée, dotée d'un bassin ou d'une fontaine pour faire office d'entrée plus chaleureuse. À l'image de la tiédeur de Shafaq, ils pourraient auréoler les étages de chambres et salles de bains plus orientales, où la torpeur serait de mise et où ils pourraient laisser parler leur passion dans la folie qui caractérise leur couple.

- À quoi penses-tu ? demanda Aya en passant sa main dans les cheveux du mage, l'extirpant de ses pensées.
Il sourit, radieux.
- À nous... Toujours à nous, mon coeur.


FIN DU RP
Revenir en haut Aller en bas
Ambroisie Palel
Ambroisie Palel
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Echappée belle - Page 16 Empty
Re: Echappée belle

Message par : Ambroisie Palel, Jeu 1 Mar 2018 - 9:23


Reprise du sujet après fin du RP précédent, me MP si tu voulais clotûrer de ton côté Aya
Privé avec Damien J. Eales


Les pieds d'un homme le mène-t-il toujours aux lieux où son destin va prendre un nouveau tournant ? Faut-il même croire au destin ? T'avais des questions aussi folles que toi en tête, c'était un supplice de rester enfermée, ta tête cognait, ta tête souffrait.
Tout recommençait, comme si il ne t'était plus permis de souffler, de te sentir bien quelque part, même ton appartement te semblait inconnu.

Tu avais fais une erreur stratégique, t'avais laissé ton esprit divagué, et tu avais appris à tes dépens parfois que laisser ton esprit seul l'égarait dans la pénombre, pénombre qui était tienne, maîtrisée mais pas tout à fait, encore difficile de mettre un mot sur ce que tu ressentais excepté l'oppression.
Fallait que tu sortes, alors tu t'étais habillée convenablement, faire négligée non merci quand même : une combinaison longue, noire, cintrée à la taille et moulant ton buste parfaitement. Pas vraiment originale, la seule différence était qu'elle était à épaule dénudée.
Tu avais enfilé par dessus un gros gilet de laine, on aurait dit une petite fille perdue dans l'immensité d'un nuage gris, aussi gris que son humeur. Cheveux ébène lâchés, dévalant tel une fontaine de noirceur, à croire que ça te poursuivait jusqu'à ta couleur de cheveux toute cette m*rde.

T'avais marché, encore, encore et encore jusqu'à trouver une grosse pierre qui pouvait faire office de siège, alors tu t'y étais installée, jambes pliées, l'une permettant de soutenir ton menton, ta tête était trop lourde pour tenir seule, remplie d'idées à chasser, remplie de souffrance, de haine. Tout recommençait, encore et encore, avant de croire que t'avais avancé, fallait peut-être t'assurer que t'étais sortie de ce cercle vicieux.
Revenir en haut Aller en bas
Damien J. Eales
Damien J. Eales
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Echappée belle - Page 16 Empty
Re: Echappée belle

Message par : Damien J. Eales, Jeu 8 Mar 2018 - 3:46


Mise à l'épreuve - [PV Ambroisie Palel.]



Pourquoi diable était-je ici ? Moi, vagabond dans la pénombre à laquelle je me mariais parfaitement, vêtu de ma fidèle veste en cuir ainsi qu'un haut et pantalon noir, un grand classique m'allant comme un gant. Le sommeil n'avait pas réussi à me trouver et ainsi m'étais-je retrouver ici, à Londres, loin de mon manoir, arpentant les rues afin de prendre un peu l'air. Ou était-ce un peu d'action que je recherchais ? Moi l'ancien Auror et Mage Noir ayant du mal à me faire à une vie normale. Il me fallait cette petite dose d'adrénaline, ce petit frisson que je n'avais plus ressentis depuis bien trop longtemps à mon goût. Force était de constater que j'étais accroc aux risques, besoin étant sans doute l'origine même de mes insomnies, qui sait ? Je n'étais pas médecin ou psy après tout. Me laissant porter par mes pas, priant au plus profond de moi pour tomber sur une situation me permettant de sortir ma baguette, de me laisser porter par l'action sous la forme qu'elle désirais ou bien, plus simplement, de trouver une âme qui vive, j’eus le bonheur de voir ce vœu être exaucer, vœu à l'apparence d'une femme.

Ses vêtements noirs contrastaient avec son teint pâle, contraste assez plaisant cela étant, et ses yeux d'un bleu semblable aux miens. Installée sur ce que j’identifiais comme une grosse pierre, jambes pliées, l'une faisant office de support pour son visage assez harmonieux et plaisant. Car oui, force était de reconnaitre que cette délicieuse inconnue était une parfaite retranscription de ce que j'aimais chez les femmes. Nul doute que l'ancien moi aurait essayer de l'emmener dans son lit. Mais en l’occurrence, ce n'était pas la chose m'intriguant le plus. Elle semblait... je n'avais même pas de mots pour décrire cela à vrai dire, je n'arrivais pas à mettre le doigt dessus, mais quelque chose clochait. Et quand bien même cela ne me regardait absolument pas, mon besoin de faire quelque chose prit le contrôle, me faisant effectuer les quelques pas nécessaire pour me planter face à la femme à la chevelure d'ébène, me stoppant face à elle, mes pupilles azurée l'observant.


« DAMIEN EALES »  
Tout va bien mademoiselle ?

Ayant parfaitement conscience que je me mêlais de choses qui ne me regardaient pas, je restais néanmoins sur place, attendant une réponse de l'inconnue, espérant pouvoir enchainer sur une discussion. Le genre de chose n'étant pas courante lorsque l'on venait aborder quelqu'un, sans véritable raison si ce n'était celle de vouloir un peu d'action dans une vie bien morose. Pauvre de moi...


DAMIEN J. EALES
Revenir en haut Aller en bas
Ambroisie Palel
Ambroisie Palel
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Echappée belle - Page 16 Empty
Re: Echappée belle

Message par : Ambroisie Palel, Ven 9 Mar 2018 - 20:46


Comme si tout était fait pour que rien ne s'arrange, tu avais eu la surprise d'entendre du bruit. Pas de mouvements, les gens pouvaient bien te prendre pour ce qu'ils voulaient tu n'avais pas à t'en préoccuper.

La noirceur prenait place, c'était grisant, comme si quelque chose cherchait à sortir, à s'exprimer à enfin se montrer au monde. Tes nuits étaient blanches, tes idées noires. Tu alternais entre balades nocturnes, expérimentations dans ton appartement et surtout errance.
Tu voulais apprendre, tes idées se précisaient, tu basculais du côté sombre.
Quelqu'un s'approchait, peut-être un peu trop près, un peu trop vite tu avais calé ta main droite sur ta baguette. Sans relever la tête, il ne fallait pas alerter les soupçons. Les ténèbres embrumaient ton cerveau, comme si l'envie d'attaquer prédominé l'envie de riposter, la main crispée sur ta baguette tu tentais de contrôler la pulsion.

Il fallait contrôler, la maîtrise était tienne depuis bientôt deux mois, il ne fallait pas que tu craques ou ça serait encore pire qu'auparavant, tu te détruirais, pas seulement au sens figuré, tu avais déjà commencé ta descente.
Puis des paroles lâchées, banales, ça t'avait fait sourire, de manière sarcastique il fallait l'avouer.
Depuis quand une jeune femme, seule, dans la nuit, l'air perdu devrait allait bien ?

Bras tendu vers l'inconnu, baguette révélée et relevée vers lui, tu fixais ses yeux bleus, aussi perçants que les tiens tu devais le reconnaître. Il avait un certain charme, mais là n'était pas la question, tu n'étais pas là pour le trouver charmant, attirant et tout ce dont les gens pourvus d'émotions font. Au lieu de ça tu l'observais, baguette prête à être utilisée, en plus c'est assez malpoli d'interrompre quelqu'un dans le fil de ses pensées. Vous vous attendez à quoi comme réponse ? Que je m'écroule dans vos bras comme une jeune femme perdu trouvant son sauveur ? Désolée, il n'y a plus rien à sauver.

Tu étais d'humeur massacrante, joueuse, vicieuse, sombre, un digne mélange de la personne compliquée que tu étais, il fallait défendre ton intégrité. Pourtant, pourquoi tu ne lui avais pas ordonné de déguerpir ? Comme si, au fond de toi, une étincelle espérait toujours qu'on la sauverait de ce brouillard ténébreux.
Revenir en haut Aller en bas
Damien J. Eales
Damien J. Eales
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Echappée belle - Page 16 Empty
Re: Echappée belle

Message par : Damien J. Eales, Sam 24 Mar 2018 - 16:02


Mise à l'épreuve - [PV Ambroisie Palel.]



Aborder des inconnus dans la rue était parfois l'une des pires idées imaginable et dans mon cas, cela semblait se confirmer. Du point de vue de certaines personnes, la jeune femme face à moi me menaçait d'un simple bout de bois, quand bien même il s'agissait de bien plus de cela. C'était comme avoir une arme à feu pointée sur sa tête, prête à imploser au moindre léger appuie sur la gâchette. Dans ce cas là, la gâchette était simplement remplacée par une formule que celle appartenant au même monde que moi pouvait tout simplement ne pas prononcer, rendant l'issue encore plus incertaine puisque je pouvais potentiellement ne pas voir ma mort venir. Mais là où bon nombres de sorciers auraient commencés à paniquer, prêt à prendre la fuite ou se défendre, ma situation était toute autre, me contentant d'arborer un léger sourire en coin, me permettant même de croiser mes bras contre ma poitrine, démontrant par ce simple geste que je n'étais nullement effrayé par la situation.

L'ancien Auror que j'étais s'était retrouvé dans des situations bien plus dangereuse, je n'allais certainement pas paniqué dans ce genre de cas. Elle dont l'humeur semblait être massacrante me fixait, me qualifiant de malpoli pour avoir interrompis le fil de ses pensées avec une question aussi idiote, divagant par la suite en interprétant ce que je pouvais bien imaginer. D'un ton parfaitement calme et toujours avec ce même sourire, pouvant passer pour un air moqueur, mais ne l'étant nullement, je lui rétorquais presque par automatisme.


« DAMIEN EALES »  
C'est également très malpoli de menacer une personne de sa baguette, sous prétexte qu'elle a posée une question inoffensive.

Suite à cette phrase, je me permis de faire un pas en avant, dans le but de me rapprocher de la personne, montrant définitivement que je n'étais pas effrayé par la situation et que ce n'était pas de la sorte qu'elle allait me chasser. D'autant plus que je sentais qu'elle n'allait pas m'attaquer, je pouvais percevoir dans son regard que cela n'était pas dans ses intentions.

« DAMIEN EALES »  
Et je ne prétends pas être un sauveur, juste une simple personne désireuse de parler avec une autre personne. Mais si cela vous déranges, vous pouvez tout simplement me le dire et je partirais.

C'était aussi simple que cela. Je ne prétendais nullement pouvoir l'aider de quoi que ce soit, ne connaissant même pas le mal - car il était assez évident qu'elle avait un "problème" - qui la rongeait.


DAMIEN J. EALES
Revenir en haut Aller en bas
Ambroisie Palel
Ambroisie Palel
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Echappée belle - Page 16 Empty
Re: Echappée belle

Message par : Ambroisie Palel, Jeu 29 Mar 2018 - 21:34


Certains termes sont personnifiés par ce qu'on appelle des allégories. Et bien en face de toi tu avais la parfaite allégorie de l'arrogance. Il souriait tout bonnement et il fallait avouer qu'il était vraiment craquant maintenant que tu le voyais de près.
Mais t'en avais marre qu'on te prenne pour une gamine inoffensive. Alors tu le fixais, avec tous le mépris que ta personne pouvait contenir, vipère crachant son venin. Parce que Dieu que tu étais une sacrée vipère.
Une vipère noire, avec des opales aux couleurs d'éclairs de chaleur trop violent pour être inoffensifs. Tes opales à toi étaient bleu, mais ce soir la tempête grondait alors ils étaient électrisés d'une couleur s'appelant fureur.

Non mais t'avais envie de lever les yeux au ciel comme une ado rebelle, il osait s'approcher, comme si la baguette était un objet inoffensif. T'avais envie de corriger cette tendance à prendre pour acquis ce qui semblait se dessiner comme le futur dans son crâne étriqué. Le dicton moldu se vérifiait apparemment : beau mais bête. Limite il t'aurait fait te sentir coupable d'avoir agi de la sorte, ok t'avais pas été très cordiale mais je vais pas m'excuser. Je suis malpolie jusqu'au bout que voulez vous. Jeu d'arrogance, à qui dompterait le fauve et pour l'instant ton fauve à toi était de sortie.

La baguette tournoyant dans ta main en écoutant seulement à moitié ce que le grand brun racontait tu t'étais rassise dans une position différente sur ta pierre, pas très confortable à bien y réfléchir mais t'allais pas lui faire le plaisir de bouger, c'était lui l’intrus, lui qui avait voulu entrer dans ta bulle donc vous faîtes bien comme vous voulez, ce que vous faites je m'en contre fou. A vrai dire, il fait sûrement un peu trop sombre ici pour quelqu'un comme vous. Fallait que le regarder, il avait l'air lumineux, de bonne famille, sophistiqué, pas du tout dans ton monde. T'avais lâché cette phrase en faisant écho à quoi au juste ? Evidemment tu ne faisais pas écho à la nuit, la nuit s'est sombre mais pas mauvais, tu faisais plutôt référence à toi. Au final, t'étais cette chose sombre qui enflait les cœurs d'angoisse, finalement si il personnifiait l'arrogance, toi t'étais la parfaite personnification de la noirceur ce soir.
Revenir en haut Aller en bas
Anthony Adams
Anthony Adams
LégendePoufsouffle
Légende
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Husky
Manumagie (Niveau 1)


Echappée belle - Page 16 Empty
Re: Echappée belle

Message par : Anthony Adams, Dim 6 Mai 2018 - 17:38


Sujet considéré libre depuis une semaine. Si problème MP

PV Matt Austin

Antho était décidé. Il avait envie d'en savoir plus. Connaître ses futurs ennemis. Connaitre... La noirceur pour mieux la combattre. Il avait besoin d'information. En fait, il n'était pas seul derrière tout ça. Derrière tout ça, il avait... Eux. Comment les appeler ? Ses amis ? Alliés ? Nouvelle famille ? Nan, trop cliché. Le fait est qu'ils avaient les mêmes idéaux qu'Antho. C'était ce qui lui importait. L'important était ce qu'ils pouvaient lui apporter. Et ce qu'il pouvait, lui, apporter.

Le jeune homme avait subi quelques chamboulement dans sa vie ces derniers temps. Tout avait été très vite. D'abord un message d'eux. Puis, un message de Poudlard. Presque simultanément. A croire que les deux évènements étaient liés. Il avait appris des choses. Avait été surpris d'autres. Certaines choses lui avait d’ailleurs suggéré que, oui, peut-être que les deux évènements étaient liés. Mais l'homme voulait toujours des liens où il n'y en avait pas. C'était tellement plus drôle comme ça. Le hasard c'était toujours quelques choses de dur à admettre. Et pourtant, aujourd'hui, le hasard allait... Changer la donne. Du moins, normalement. L'attrapeur ne croyait pas vraiment au hasard et flânait ici et là des informations. Il était à côté des toilettes. Les fameuses toilettes du ministère. L'entrée des artistes. Ou plutôt, l'entrée du personnel. Ils avaient pas trop l'air décidé à parler. Et Anthony faisait toujours attention à ce qu'aucun Auror soit dans le coin quand il posait ses petites questions.

Anthony disait vouloir en savoir plus sur les différentes attaques perpétuer par les mages noires. Il expliquait en quelques mots que sa boutique, Ollivander's avait été attaqué il y a quelques années et qu'il voulait savoir où en était les enquêtes puisqu'il n'avait jamais eu d'info dessus depuis et surtout il s'inquiétait que de nouvelles attaques le touche. Il posait ainsi des questions pour avoir plus d'info que ce que le ministère avait bien voulu laisser filtrer. Pas grand chose, cela va sans dire. Anthony avait pour l'instant pas eu énormément d'information. Personne n'avait vu de près les attaques. 'fin c'est ce qu'ils disaient bien sûr. Il passait pour le propriétaire de la boutique désemparé et complètement désespéré par la menace qui semblait le menacer et venant ici en dernier recours. Et, c'était certes pas le meilleur jeu d'acting qu'il soit. Mais c'était pas si mauvais que ça. Même lui était surpris par sa prestation. Malgré tout, cela n'apportait rien. Le jeune homme essayait encore et encore d'avoir des infos, mais le flux commençait à diminuer, l'heure de pointe était passée et seule les retardataires étaient encore là.

Il commençait doucement à se désespérer et à se dire que les Phénix l'avait envoyé ici pour le tester mais... Vous vous rappelez du hasard ? Ce dernier agi enfin... Mais évidemment, selon Antho, ce n'était pas le hasard. Il avait déclenché la chance. Évidemment.
Revenir en haut Aller en bas
Matt Austin
Matt Austin
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de transplanage
Legilimens
Occlumens


Echappée belle - Page 16 Empty
Re: Echappée belle

Message par : Matt Austin, Mar 8 Mai 2018 - 0:27


Trois heures. Cents quatre vingt minutes. Cents huit milles secondes. C’était la durée depuis laquelle le sorcier américain marchait dans les rues du centre de Londres, s’arrêtant quelques instants sur un banc qui trainait par la, avant de reprendre son interminable marche. On pouvait croire qu’il marchait sans raison, les idées ailleurs, sans se soucier de ce qui l’entourait. On pouvait alors se tromper. A bien y regarder, Matt ne marchait pas au hasard. Chaque pas qu’il faisait, chaque itinéraire qu’il empruntait, se situait aux alentours d’une zone bien précise. Une zone que seul un sorcier connaissait. Une zone inaccessible pour les moldus. Car niché sous le cœur du centre londonien se trouvait l’instance le plus importante et prestigieuse de la société magique, le Ministère de la Magie.
L’américain n’était pas inconnu des longs et majestueux couloirs, des innombrables bureaux, qui composaient le Ministère. Lui aussi, il avait pendant quelque année, traversé ses couloirs. A l’époque, il était alors doté d’une imposante insigne dorée prouvant son attachement direct au corps d’élite du Ministère de la Magie, les Aurors. Il en avait été fier que son nom figure dans le registre des Aurors, aux côtés de sorciers historiques dont le plus connu n’était sans nul doute Harry Potter. Mais pour autant, le Serdaigle ne s’en était jamais vanté. A quoi bon. Son boulot n’avait pas été dépatter la galerie mais bien d’enquêter et de chasser les mages noires ainsi que de régler des affaires sensibles. Il avait combattu, de nombreuses fois même. Et son dernier combat l’avait mené aux portes de la mort. Un combat qui depuis, l’avait éloigné du Ministère de la Magie. Et c’était cette nostalgie qui l’avait poussé à venir ici, habillé d’une chemise bleu nuit avec une cravate sombre serrée autour du cou et d’un pantalon dans les mêmes tons. Déterminé à retrouver son statu perdu.
Pourtant, l’ancien Auror avait été incapable d’utiliser la cabine rouge mise à disposition des visiteurs pour se rendre dans le Ministère. Incapable de franchir se palier et d’affronter les conséquences de son départ. Ses anciens camarades étaient-ils toujours en fonctions ? Ils devaient lui en vouloir terriblement. Mais si seulement ils savaient ce qu’ils avaient du endurer. Surtout que le Ministre de la Magie avait changé depuis et que Matt n’était plus qu’un parfait inconnu.
Oui, c’était un incapable et son passé le rongeait encore jour après jour tandis que le temps continuait son chemin. Alors Matt avait tourné autour du Ministère durant longtemps. Puis au bout de trois heures, il trouva un point de chute sur un banc, situé non loin de l’entrée des employés. Concrètement, non loin des WC. Peut être allait-il voir passer l’un de ses anciens camarades.
Matt fixait alors l’entrée des toilettes, ses pensées parties vers de contrées bien trop lointaines. Il remarqua alors un homme qui lui parut plus jeune que lui. Brun, des yeux verts-bleus, Matt était persuadé de l’avoir déjà aperçu auparavant, mais impossible de se souvenir où. Curieusement, cet homme n’abordait que les sorciers sortant des toilettes, autrement dit, des employés du Ministère de la Magie. Cet homme semblait paniqué et désemparé pour des raisons que l’américain ignorait. Alors, poussé par ses anciens instincts d’Auror ainsi qu’une curiosité grandissante, le sorcier s’approche discrètement de l’homme et tendit son oreille pour en apprendre plus. Il entendait maintenant clairement les paroles énoncées par l’homme. Il se disait propriétaire de la si connue boutique Ollivander’s et cherchait des renseignements sur les faits et gestes de certains mages noirs. Pas n’importe lesquels. Non. Il essayer de glaner des informations sur les Mangemorts. La pire espèce qu’il soit.
Matt grogna en entendant les propos du propriétaire de la boutique Ollivander’s. Cet homme allait seulement s’attirer des ennuis en demandant à tous les sorciers qu’il croisait des informations. L’ancien Auror, de part ses anciennes fonctions, savait pertinemment que certains employés du Ministère de la Magie n’était pas très digne de confiance et surement à la solde des mages noirs. Se renseigner sur les Mangemorts sans prendre de précautions, était d’une sottise évidente. Tout ce qu’il risquait, c’était de recevoir prochainement la visite d’hommes masqués.
Alors, dans un soupir prononcé, Matt se rapprocha assez près du propriétaire d’Ollivander’s pour que seul lui soit à porté des propos du sorcier américain.
« Vous devriez arrêter cela tout de suite, ou vous risquez de vous attirer des choses très mauvaises, autant pour votre boutique que pour vous. Jetant un rapide coup d’œil autour d’eux pour s’assurer que personne ne les regardait, Matt attrapa le bras de son interlocuteur. Venez donc avec moi et éloignons nous discrètement d’ici en espérant qu’aucun sorcier faisant partis du fan club des masqués n’a remarqué votre petit et stupide interrogatoire. »

Le Serdaigle fit signe au propriétaire d’Ollivander’s de le suivre en direction d’un petit parc boisé à proximité des toilettes.
Revenir en haut Aller en bas
Anthony Adams
Anthony Adams
LégendePoufsouffle
Légende
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Husky
Manumagie (Niveau 1)


Echappée belle - Page 16 Empty
Re: Echappée belle

Message par : Anthony Adams, Ven 11 Mai 2018 - 15:49


Le hasard faisait bien les choses. Ou pas. Anthony croyait pas au hasard. Mais ça, vous le saviez déjà. Le jeune homme continuait d'interroger tout le monde en essayant de rendre son rôle convainquant, quand quelqu'un l'interrompit.

- "Vous devriez arrêter cela tout de suite, ou vous risquez de vous attirer des choses très mauvaises, autant pour votre boutique que pour vous. Venez donc avec moi et éloignons nous discrètement d’ici en espérant qu’aucun sorcier faisant partis du fan club des masqués n’a remarqué votre petit et stupide interrogatoire."

Le type lui fit signe de s'éloigner. Hm... rien ne disait que justement, ce type ne fasse pas parti du fan club des masqués comme il disait. Mais... Tant pis, Anthony le suivi avec la plus grande docilité. Ils se dirigèrent vers un parc boisé, loin du ministère. Et peut-être loin des oreilles indiscrètes. 'fin ça, rien n'était dit. Après tout, on vivait dans un monde où il était facile d'espionner... Anthony parano ? Noooonnn, vous inquiétez pas. Enfin bref, ils arrivèrent dans le parc et cherchèrent un endroit où s'installer. Un banc quoi. Et ils trouvèrent un banc un peu à l'écart. Et sur lequel ils pouvaient s'asseoir à une distance respectueuse pour faire comme si la rencontre était impromptue. Anthony s'assit sur le banc et regarda un peu autour de lui. Après tout, il gardait à l'esprit que ce type faisait peut-être justement parti des masqués et qu'il était peut-être pas seul. Ça avait tendance à se déplacer en groupe ces bêtes-là. Mais bon, personne n'était louche. Du moins, personne n'était plus louche que la moyenne. Il y avait cette maman qui courait après son enfant insupportable. Ce père qui avait emmené sa fille pour draguer les autres mères. Il y avait cette femme qui faisait du jogging en compagnie de son chien. Ce type qui... Était toujours là, on savait pas trop ce qu'il faisait. Mais il était là. Puis ces bandes d'étudiants dont certains avaient emmenés un instrument et mettait un peu d'ambiance dans le parc. Du coup, c'est dans cette ambiance musicale de fin de soirée que les deux hommes s'installèrent sur ce banc public.

- Qui vous dit que c'est pas ce que je voulais ? Attirer le fan club ?

Le propriétaire d'Ollivander's ne montrait plus la personne apeurée qu'il avait essayé de jouer là-bas. A présent, il était assuré. Assuré et vigilent. Son regard scrutait le type à côté de lui. Son boulot lui donnait cette capacité de "lire" dans les personnes. Pas au point d'un légilimens bien sûr. Mais regarder la personne quelques secondes lui permettaient de retirer des infos que seules une personne bossant dans les baguettes pouvaient soutirer d'un regard. Il semblait sûr de lui. Clairement. Il avait un passif fort. Peut-être un boulot à responsabilité. Peut-être qu'on pouvait effectivement lui faire confiance.

- A moins que ça ait marché ? Après tout, en avoir un en face reste le meilleur moyen d'avoir des infos...

Le jeune homme jouait carte sur table. Sans doute un peu d'inconscience. Mais pour faire ce qu'il avait à faire, il en fallait de l'inconscience. Donc Antho préférait attaquer de front, plutôt que d'y aller par quatre chemins. Son rôle de pauvre propriétaire de boutique était définitivement effacé. Il était maintenant cette personne, sûr de lui, sûr de vouloir arriver à ses fins par n'importe quel moyen. Plus besoin de faire dans le détail. Il avait besoin de réponses. Et rapidement. Le soleil allait tomber, il avait autre chose à faire...
Revenir en haut Aller en bas
Matt Austin
Matt Austin
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de transplanage
Legilimens
Occlumens


Echappée belle - Page 16 Empty
Re: Echappée belle

Message par : Matt Austin, Sam 12 Mai 2018 - 0:11


Le propriétaire d’Ollivander’s suivit Matt docilement, même si l’américain se doutait que ce dernier devait se poser quelques questions par rapport à lui. Une fois dans le petit parc boisé, les deux sorciers ne tardèrent pas à trouver un banc inoccupé. Même si la fin de l’après midi était proche, quelques personnes étaient présentes dans le parc, dont un groupe d’adolescents qui devaient avoir finit les cours et qui se détendaient maintenant en jouant de la musique. Matt pesta intérieurement. Il n’appréciait guère les personnes bruyantes. Ils par trouver un banc de libre et s’installèrent sur ce dernier, laissant un écart de politesse entre eux. La musique un fond sonore, ce fût le propriétaire d’Ollivander’s qui brisa le silence en premier.

« Qui vous dit que ce n’est pas ce que je voulais ? Attirer le fan club ? »

Son interlocuteur n’était plus le propriétaire apeuré qui semblait sur le point de s’effondre au moindre souffle de vent. Non. L’homme qui faisait face à Matt n’avait rien d’un agneau. Il semblait confiant et scrutait l’ancien Auror de la tête aux pieds. Ce qui fit sourire intérieurement Matt, comprenant que le sorcier assis à ses côtés n’était pas venu ici pour discuter du beau temps.

- A moins que ça ait marché ? Après tout, en avoir un en face reste le meilleur moyen d'avoir des infos... Enchaina le propriétaire de la boutique de baguette magique.

Matt ne répondit pas tout de suite, fixant de ses yeux verts et scrutant le sorcier qui venait de lui parler. Tout comme lui, cet homme cherchait des informations sur les Mangemorts. Mais qu’elles étaient ses motivations ? Une vengeance personnelle ? Non. Tout deux ne semblaient pas partager cette motivation. Il avait posé cartes sur table dès qu’il s’était isolé. Ce sorcier avait du courage, ou de l’insouciance, tout dépendait comme les choses étaient interprétées. Se pouvait-il qu’il soit un Auror ? Sûrement pas. Un Auror ne se ferait pas passer pour le propriétaire d’une des boutiques les plus populaires, sinon sa couverture serait trop vite découverte.  Alors qui était-il ? Matt n’allait pas tarder à la découvrir.

- Si vous vouliez attirer le fan club de masqués, vous auriez plutôt fait vos recherches du côté de l’Allée des Embrumes, ça aurait été des plus lucratifs pour vous. Matt marqua une légère pause avant de reprendre. Non. Vous ne cherchez pas le menu fretin.

Le sorcier américain se leva du banc pour faire face au propriétaire d’Ollivander’s. Ses yeux fixèrent ceux du sorcier. Sa posture n’avait rien d’agressive, au contraire, le Serdaigle avait les bras le long du corps et les genoux légèrement fléchis.

- Je m’excuse d’avance. #Legilimens.

Matt sentit son esprit quitter son corps pour s’infiltrer dans celui du sorcier qui lui faisait face. Étonnamment, l’esprit du propriétaire d’Ollivander’s était plutôt bien organisé. Contrairement à beaucoup de sorciers pour qui l’esprit n’est qu’une énorme tempête mélangeant souvenirs et filaments de sentiment. Les souvenirs présents face au sorcier américain flottaient dans les airs tels des écrans de télévision moldu. Et chaque souvenir laissait dans son sillage un filament coloré, représentatif du sentiment qu’il avait ressenti lors de ce souvenir. Matt n’était pas là pour s’attarder sur la vie du sorcier. Non. Il voulait découvrir qui était vraiment le propriétaire d’Ollivander’s. Justement, le sorcier américain remarque un souvenir suivit d’un filament aux couleurs changeantes, signifiants un certain mélange de sentiment contradictoire. Sans plus, attendre, il se plongea dans ce souvenir.

Le propriétaire d’Ollivander’s semblait être chez lui, un hibou sur l’une des fenêtres de son domicile venait de lui remettre une lettre. Une lettre que le sorcier s’empressa de lire. Une lettre qui le laissa, semblait-il, surprit. S’avança dans le dos du propriétaire d’Ollivander’s, Matt entame la lecture de la lettre.

Matt se propulsa en dehors du souvenir à la force de sa volonté. Qu’elle étrange lettre. Ou plutôt, qu’elle étrange invitation. Curieux, Matt regarda les écrans de souvenirs qui défilaient à ses côtés. Il en aperçu un aux filaments identiques, quoi que, un peu plus teinté de couleurs vives.  

Le propriétaire d’Ollivander’s se trouvait dans une sorte de chalet de montagne aux meubles en bois. Il était entourée par d’autres personnes dont nombreux étaient masqués ou leur visage flouté, œuvre d’un puissant sortilège ou de la conviction inconsciente du sorcier à ne pas vouloir montrer les visages à Matt. Une conversation entre eux avait lieu et le Legilimens tendit l’oreille pour comprendre ce qui se passait. Puis il entendit un prénom, un nom et le propriétaire d’Ollivander’s se retourna.

De nouveau, Matt sortit de lui-même du souvenir. Il en avait assez entendu et surtout, il venait de comprendre les raisons qui poussaient le propriétaire d’Ollivander’s à rechercher des renseignements sur les Mangemorts. L’américain avait remarqué que certaines personnes présentes lors du dernier souvenir avec des allures d’adolescents. Il aurait pu forcer l’esprit du propriétaire d’Ollivander’s à lui montrer les visages, mais le sorcier ne s’y intéressait pas.

L’esprit de Matt regagna son corps physique, laissant une sensation dérangeante dans l’esprit du propriétaire d’Ollivander’s. Après tout, il n’était jamais agréable d’avoir un individu fouillant sa mémoire. Une vingtaine de secondes avaient du passer depuis que Matt avait prononcé son sortilège. Le Serdaigle fixa quelques instants encore le sorcier face à lui avant de retourner s’assoir sur le banc. La voix de Matt était calme, démontrant une certaine confiance envers son interlocuteur. Son regard, quant à lui, fixait étrangement les arbres face à eux.

- Monsieur Adams, ayez confiance en ma parole, je n’ai rien d’un Mangemort. Je pourrais vous le prouvez si besoin. Bien au contraire, il y a encore quelques années en arrières, je les chassais. Matt laissa passer quelques secondes avant de reprendre. Je les chassais tout comme les sorciers de votre ordre. Le regard de l’américain quitta les arbres pour se focaliser sur Anthony. N’ayez crainte, votre secret est de mieux gardé avec moi. Et tout comme vous, je souhaite mettre définitivement fin aux agissements de ces mages noirs.

Le regard de Matt retourna à la contemplation des arbres face à eux. Oui, il voulait se venger d’eux plus que quiconque. Ils l’avaient brisé physiquement et psychologiquement. Il avait tout perdu à cause d’eux. Mais outre ses convictions personnelles, l’horreur des attaques des mangemorts sur certaines lieux moldus et magiques restaient gravées dans sa mémoire. L’attaque du Poudlard Express. Les innombrables corps d’enfants plongés dans leur propre sang sur le sol du train. Une horreur.

- Laissez moi vous aidez, vous et votre ordre Monsieur Adams. Je pourrais me révéler utile pour vous et vos amis.

Le sorcier américain fixait maintenant le propriétaire d’Ollivander’s dans les yeux. Comment ce dernier allait-il réagir ? Matt s’était introduit dans son esprit pour obtenir ce qu’il souhaitait et le Serdaigle craignait que cela effraye le sorcier face à lui.
Revenir en haut Aller en bas
Anthony Adams
Anthony Adams
LégendePoufsouffle
Légende
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Husky
Manumagie (Niveau 1)


Echappée belle - Page 16 Empty
Re: Echappée belle

Message par : Anthony Adams, Dim 27 Mai 2018 - 15:25


Encore désolé de l'attente

Le type devant lui semblait assez sûr de lui.

- "Si vous vouliez attirer le fan club de masqués, vous auriez plutôt fait vos recherches du côté de l’Allée des Embrumes, ça aurait été des plus lucratifs pour vous. Non. Vous ne cherchez pas le menu fretin."
- "Déjà fait. À part des délinquants et des types qui se cachent pour acheter du polynectar, les autres sont plus discrets et subtiles..."

Ouais, il avait déjà fait le chemin. Et ça s'était fini en sauvetage d'une personne perdue. Tu parles d'action toi. Anthony avait répondu du tac au tac. Sans trop réfléchir. Il était un peu en mode automatique, prêt à se défendre au besoin. D'ailleurs, l'homme qui était jusque-là assis sur le banc se leva pour se mettre face à Anthony. L'attrapeur se tint donc prêt à intervenir, surtout quand l'homme lui dit :

- "Je m’excuse d’avance. #Legilimens."

Mais c'était déjà trop tard. Il ressentit une gêne. Venant du plus profond de son être. Ça ne lui était jamais arrivé, mais il reconnut immédiatement la sensation. Il était Legilimens. Généralement, c'était plutôt un truc de masqués. M'enfin, les "gentils" aussi s'y mettaient... Connaitre son ennemi pour mieux le combattre. Mais n'allez pas croire qu'Antho pensait à tout ça pendant que l'autre trifouillait tranquillement dans son esprit. Le jeune propriétaire d'Ollivander's était comme paralysé. Paralysé à cause de cette sensation. Justement parce que l'on trifouillait dans son esprit. Sensation désagréable et inédite qu'Anthony, innocent, avait espéré ne jamais vivre. Malheureusement, c'était arrivé plus vite que prévu. Le jeune homme sentait quelqu'un s’infiltrer dans son esprit sans pouvoir rien faire. Puisque, hélas, Anthony n'était pas occlumens. C'est d'ailleurs après ce jour-là qu'il se dit que ça serait peut-être pas mal. Mais, encore une fois, pour l'instant il n'en était pas trop à ce genre de réflexion. La douleur mentale devenait de plus en plus importante à mesure que le type restait dans son esprit. Quand, enfin, il se retrouva seul dans son esprit, le phénix reprit son souffle. Il en était sûr, il n'y avait plus personne dans son esprit. Néanmoins, il avait toujours l'impression qu'il y avait quelque chose. Comme si ses souvenirs avaient été dérangés, mal remis à leur place. Bien qu'il ne sache pas du tout ce qu'avait trouvé l'homme, Anthony eu peur pour ses "compagnons" de galère.

Et s'il avait vu des visages ? S'il avait vu des élèves de Poudlard ? Pourquoi il avait agi comme ça ? Il se rendait compte maintenant que son initiative était dangereuse et a pu mettre l'ordre en danger. Le mal de tête pointait son nez, et Anthony se massa légèrement les tempes. Et en plus, il n'était pas du tout en mesure de combattre ou même de poursuivre l'homme si jamais il se décidait de fuir avec ces précieuses informations.

- "Monsieur Adams, ayez confiance en ma parole, je n’ai rien d’un Mangemort. Je pourrais vous le prouvez si besoin. Bien au contraire, il y a encore quelques années en arrières, je les chassais. Je les chassais tout comme les sorciers de votre ordre. N’ayez crainte, votre secret est de mieux gardé avec moi. Et tout comme vous, je souhaite mettre définitivement fin aux agissements de ces mages noirs.

Le laïus était bien étudié, mais... Dur de faire confiance après ce qu'Anthony venait de vivre. Tout en se massant les tempes, le propriétaire regarda la personne devant lui. Il semblait perdu dans ses pensées. Ou dans celle d'Antho. Allez savoir. Le jeune homme resta sur le banc, incapable de se lever, c'était presque la seule position que son corps semblait pouvoir accepter.

- "Comment faire confiance à quelqu'un qui vient d'entrer dans mon esprit sans permission ?" répondit le jeune homme avec une voix plus faible que prévu.

- "Laissez moi vous aidez, vous et votre ordre Monsieur Adams. Je pourrais me révéler utile pour vous et vos amis."

Anthony respira lentement pour essayer de faire passer la douleur. Lentement, son cœur ralentit, comme pendant les matchs de Quidditch, il se concentra un instant uniquement sur son cœur, ralentissant les battements pour apaiser tout son corps. 70. 60. 50. 45. 44. 43.... Le palpitant de l'attrapeur battait à présent moins d'une fois par seconde. Ce battement lent permettait à tout son corps de se détendre, tout en manquant très légèrement d'oxygène le faisant passer dans un état de "plénitude" apaisant. La douleur refoulait enfin et Anthony se sentait petit à petit de nouveau prêt à agir. Il resta néanmoins sur le banc.

- "Je ne peux pas faire ce que vous faites, mais donnez-moi une raison de vous faire confiance, donnez-moi des informations. Qui êtes-vous ? Qui étiez-vous ? Que cherchez-vous ?" il fit une petite pause, pour regarder aux alentours. Un Incendio pourrait faire des ravages au besoin... "Pourquoi m'aider ?"

La question méritait d'être posée...
Revenir en haut Aller en bas
Matt Austin
Matt Austin
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de transplanage
Legilimens
Occlumens


Echappée belle - Page 16 Empty
Re: Echappée belle

Message par : Matt Austin, Jeu 31 Mai 2018 - 23:55


Chaque réagissait de manière différente à la légilimancie. Certain sorcier en vomissait, d’autres laissait la rage les envahir. Souvent une rage folle dirigée directement contre l’utilisateur de la magie noire. Fort heureusement, cette fois ci, le jeune homme face à lui semblait figé, son corps ne faisant aucun mouvement, après que Matt soit rentré dans son esprit et avoir fouillé dans ses souvenirs. C’était aussi une des conséquences qui pouvait arriver.

L’homme lui demanda comment il pouvait faire confiance à quelqu’un qui venait de rentrer dans son esprit. Question des plus légitimes en effet. On pouvait dire que le franco-américain l’avait un peu forcé sur ce coup là. Mais il n’avait pas eu d’autre choix. Maintenant, l’ancien Auror savait à quoi s’en tenir avec l’homme face à lui, qui semblait appartenir au groupe le plus connu, le plus illégal, qui œuvrait contre les Mangemorts. Un groupe que Matt avait chassé sous les ordres du Ministère de la Magie. Mais maintenant, après avoir été brisé par les Mangemorts, Matt n’avait plus aucune rancœur contre l’Ordre. Bien au contraire.

« Je ne peux pas faire ce que vous faites, mais donnez-moi une raison de vous faire confiance, donnez-moi des informations. Qui êtes-vous ? Qui étiez-vous ? Que cherchez-vous ? Le jeune homme face à lui inspecta les environs avant de reprendre. Pourquoi m’aider ? »

Qui était-il ? Très bonne question. Trois années plus tôt, avant sa terrible défaite, il était un Auror, un sorcier d’élite. Puis il avait connu la douleur, la destruction, la rage et la haine. Il était tombé au plus bas, dans un monde où la noirceur régnait en reine. Puis doucement, il avait remonté la pente, aidé par ses proches, jusqu’à revenir dans ce monde, dévoré par une haine et une quête vengeresse. La destruction de l’Ordre des Mangemorts.

Matt savait pertinemment que, pour que Monsieur Adams lui fasse confiance, il allait devoir se livrer, lui expliquer son passé. Les secrets, ses ambitions qu’il gardait au plus profond de lui, devait refaire surface. Le franco-aéricain ne faisait habituellement pas confiance facilement mais il allait devoir faire une exception et l’accorder à Anthony Adams. Alors, le regard fixé à l’horizon, l’ancien Auror répondit au question du propriétaire d’Ollivender’s.

« Je m’appel Matt Austin et j’étais autrefois un Auror. Matt laissa quelques secondes passer avant de reprendre, la nostalgie de ses propos rendant le timbre de sa voix fragile. J’ai traqué jours après jours, sans relâche, les membres de ton ordre comme ceux de l’ordre des Mangemorts. J’ai traqué pour le Ministère et je vous ai combattu, souvent plus les masqués que les phénix. Puis un jour… Oui, par une froide nuit d’hiver, j’ai quitté mon foyer, la femme que j’aimait à cause de se boulot. Et j’ai chuté. Longtemps. J’ai tout perdu Monsieur Adams. Tout. A cause des Mangemorts. »

Même si il voulait se confier pour instaurer la confiance entre eux, Matt n’arrivait pas à parler de ce traumatisme, de ce combat qui l’avait brisé physiquement et mentalement. Ce combat qui l’avait fait chuter. Qui l’avait fait perdre la femme qu’il aimait. Et qui avait laissé la noirceur ainsi que la peur s’emparer de lui. Le franco-américain laissa une poignée de minutes s’écouler, le temps de refouler certains souvenirs qui venaient de remonter dans son esprit.

« J’ai mit du temps à revenir Monsieur Adams, à me reconstruire. La chute fut longue et la remonté des plus dures. Et seulement une chose compte dorénavant pour moi. Une quête, une vengeance dictée par la haine. La destruction purement et simplement de l’Ordre des Mangemorts. Matt se tourna à moitié sur le banc pour fixer du regard Anthony. Un regard déterminé. Nous pouvons nous aider mutuellement, votre but est d’instaurer la paix et nous savons que cette paix interviendra lorsque la fin de l’Ordre Noir sera arrivée. Et je pense que les talents d’un ancien Auror, légilimens et Occlumens, pourrait être avantageux pour vous et vos alliés. Qu’en pensez-vous Monsieur Adams ? »

Matt fixait toujours du regard Anthony, espérant que ce dernier ne lui rit pas au nez après lui avoir expliqué sa petite vendetta personnelle. Le franco-américain ne souhaitait évidement pas rentrer dans l’Ordre du Phénix pour diverses raisons notamment son désaccord sur le fait que certains membres soient encore ou tout juste sorti de Poudlard. Bien trop jeune pour lutter à son avis. Mais l’ancien Auror cherchait avec Anthony, avec les phénix, à installer une relation d’échange d’information. D’échange de service. Leur but étant similaire.

Revenir en haut Aller en bas
Anthony Adams
Anthony Adams
LégendePoufsouffle
Légende
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Husky
Manumagie (Niveau 1)


Echappée belle - Page 16 Empty
Re: Echappée belle

Message par : Anthony Adams, Mer 6 Juin 2018 - 16:04


Le mal de crâne se faisait doucement la malle. Ça n'avait pas durer longtemps, mais dans ce genre de cas, chaque seconde durait des heures. L'homme qui l'avait interpellé se présenta.

- "Je m’appelle Matt Austin et j’étais autrefois un Auror." Aïe, ça commençait mal. "J’ai traqué jours après jours, sans relâche, les membres de ton ordre comme ceux de l’ordre des Mangemorts." Toujours cool d'être mis sur le même tableau quand on avait deux buts différents... "J’ai traqué pour le Ministère et je vous ai combattu, souvent plus les masqués que les phénix. Puis un jour…" Ah, attention, le drama arrive. Préparez vos mouchoirs "Oui, par une froide nuit d’hiver, j’ai quitté mon foyer, la femme que j’aimait à cause de se boulot. Et j’ai chuté. Longtemps. J’ai tout perdu Monsieur Adams. Tout. A cause des Mangemorts."

Anthony ne dit rien. Il laissa Matt, puisque c'était son nom, continuez son histoire. S'il avait à continuer. Le propriétaire d'Ollivander's commençait à se douter de ce qu'il allait entendre. Sans doute une sombre histoire de revanche et de combat mal digéré de la part de Matt. Il écouta néanmoins et... Sans surprise, c'était bel et bien ça. Il voulait la mort de l'Ordre des Mangemorts. Rien de plus. Une sorte de vengeance personnelle finalement. Il y a quelques temps maintenant, ils avaient justement eu une conversation sur ce que voulait dire "Être Phénix" et sur les motivations qu'il y avait derrière. Pour Antho la vengeance n'était pas forcément la meilleure des motivations. Surtout de la part d'un ancien Auror...

- "Nous pouvons nous aider mutuellement, votre but est d’instaurer la paix et nous savons que cette paix interviendra lorsque la fin de l’Ordre Noir sera arrivée. Et je pense que les talents d’un ancien Auror, légilimens et Occlumens, pourrait être avantageux pour vous et vos alliés. Qu’en pensez-vous Monsieur Adams ?"

Il avait dit ça en fixant Antho du regard. Comme si ce dernier voulait s'assurer que son voisin de banc puisse voir une certaine détermination dans ses yeux. L'attrapeur tourna aussi la tête vers cet ancien Auror qui se disait Légilimens et Occlumens. Ces disciplines étaient pas mal prisées par les mages noires. M'enfin ça pouvait servir. Ça pouvait peut-être même servir à Anthony qui pourrait éventuellement apprendre l'un de ces deux arts de ce type. M'enfin, pour l'instant, fallait qu'ils se fassent réellement confiance. Et c'était pas tout à fait gagner. Du moins du côté d'Antho. Déjà parce qu'il ne portait pas les Aurors, même ancien, dans son corps. Ensuite, parce que, pour avoir des informations, Matt avait quand même pénétré dans son esprit sans autorisation. Et même si son histoire pouvait faire pleurer dans les chaumières, c'était pas le genre d'Anthony de s'attendrir sur ce genre de choses. Du moins, pas là, tout de suite.

- "Le désir de vengeance peut être dangereux." ça faisait un peu phrase toute faite à la Dumbledore mais ça avait du sens pour une fois. "Que voulez-vous exactement ? Vous prônez la paix en voulant la guerre. Nous recherchons des personnes qui ont des convictions. Pas simplement une besoin de vengeance. Nous cherchons des personnes qui ne mettrons pas en danger la majorité pour une vengeance. Ce que j'en pense c'est que vous êtes dangereux pour nous..."

Ce n'était pas un refus. Mais il avait appris à être prudent. Les Phénix lui apprenait à être plus prudent. A douter de tout ce qui l'entourant, de chaque personne qui l'entourait. Anthony était donc prudent et émettait ses doutes. Rien de plus. Après tout, comme l'avait dit Matt, on ne vivait pas dans un monde en paix... Et on le saura quand on pourra arrêter de douter. Cette heure n'était pas encore venue...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Echappée belle - Page 16 Empty
Re: Echappée belle

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 16 sur 18

 Echappée belle

Aller à la page : Précédent  1 ... 9 ... 15, 16, 17, 18  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005.