AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres
Page 6 sur 10
Echappée belle
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant
Daryl C. Hopper
Poufsouffle
Poufsouffle

Re: Echappée belle

Message par : Daryl C. Hopper, Dim 02 Juin 2013, 01:02


« J’en ai aussi envie… J’ai ce sourire niais qui s’affiche sur mon visage quand je te vois et je ne cessai de penser à toi toute la semaine, cherchant une réponse à ce que je pouvais bien ressentir. Je dois avouer que jamais je ne m’étais sentie aussi bien aux côtés d’un homme. Je les ai bien souvent fuis mais toi, je n’en ai pas envie. Au contraire, je souhaiterais juste rester à tes côtés et que cette soirée ne se termine jamais. Tu es tellement différent, tellement… Je ne sais pas comment dire mais tu sais m’accepter avec mes défauts et mes qualités, et cela a toujours été ma plus grande peur, qu’on m’aime pour ce que je suis tout entière. Je ne veux pas d’une aventure d’un soir ou d’une amourette de quelques jours, pas avec toi. Que dirais-tu de venir vivre chez moi ? Histoire de voir si quelque chose est réellement possible, mais j’en suis persuadée. Je… »

Daryl n’avait pas l’habitude de pleurer. Qu’il soit triste ou qu’il soit très heureux, la façon qu’il avait d’exprimer quelques sentiments qu’ils soient c’était d’écrire. Ou le contact physique. L’irlandais était une personne très tactile. Il avait besoin de prendre les gens qu’ils aimaient dans ses bras. Il avait besoin de savoir qu’il pouvait compter sur les autres, qu’ils pourraient être présents pour lui. Les bras qui pouvaient le tenir lui conférait beaucoup de confiance. Ses sentiments passaient par ses mains ou ses bras. A cet instant, il était heureux. Il l’était plus qu’il ne l’avait jamais été. La demoiselle le regardait. Daryl n’avait pas fini de tout assimilé de la réponse d’Elenna que le visage angélique de la demoiselle s’avançait doucement vers celui d’Hoppy. Le moment qu’il avait attendu toute la semaine, ce moment qu’il avait rêvé la nuit d’avant, ce moment qui allait conclure cet acte qu’on appelle le coup de foudre. Cette expression était assez bizarre. Qui avait pu déterminer ce qu’était un coup de foudre dans le sens premier du terme. La sensation devait être insoutenable, totalement horrible. Il était donc très étrange de lié cela à un sentiment d’amour. Mais finalement, cette sensation devait être puissante, énergique. On devait se sentir plus que vivant, on devait être empli de frisson, sensation existante dans l’amour. Le coup de foudre était aussi synonyme de rapidité. Cela avait été le cas. Le bois sur lequel Daryl avait été assis quelques jours auparavant avait été le témoin de ce coup rapide. Il l’avait vu avant, il l’avait déjà eu dans le cœur, dans ses pensées. Mais ce soir-là, dans ce bar des Trois Balais, il avait vu un ange, il aperçut son amour. Assis à cette table, Daryl s’était senti vivant. Il ressentait un désir énorme. Il aimait cette fille. Il ne la connaissait pas. Il ne savait pas qui était les membres de son entourage ni même d’où elle pouvait venir. Mais il l’aimait tout simplement. Beaucoup de personne dise qu’il est dur de qualifié l’amour mais Daryl lui savait comment le définir : Elenna. Tout simplement. L’Amour avec un grand A, un plaisir et un désir qui l’avait attrapé en quelques secondes, qui l’avait pris aux tripes. Son cœur était rempli de pulsion. Son sang était chaud, rapide, porté par le visage magnifique de l’ancienne Poufsouffle.

Les yeux d’Elenna s’étaient fermés doucement, comme s’ils étaient partis pour rêver. Pour rêver de la réalité. Ceux de Daryl ne restèrent pas ouverts bien longtemps. Le noir de l’intérieur des paupières de notre irlandais étaient maintenant des écrans de cinéma. Des toiles qui n’avaient que le cœur et le corps de Daryl comme spectateur. Les lèvres douces et suaves de la demoiselle se posèrent sur celle du gérant des Halles. Les images défilaient maintenant dans la tête de Daryl. Ce moment faisait remonter en lui tout ce qu’il avait pu vivre en amour et en amitié. Il voyait sa première année à Poudlard, où ses deux meilleures amies avaient été les seules personnes à qui il avait parlé. Il était loin d’être populaire, loin d’être le plus cool. Il était là, présent mais il n’était rien aux yeux des autres et aux yeux des filles qui vivaient autours de lui. Il voyait après ses ex. Elles étaient minable, ridicule face à la petite femme aux cheveux blancs qui l’embrassait avec amour. Il était finalement heureux d’avoir connu des échecs. Il était heureux de ne pas avoir été en couple. Il serait passé à côté de ce qu’il considérait dans l’instant comme l’amour de sa vie. Il avait l’impression que ces lèvres qui venaient de s’accrocher au sienne lui disaient que l’amour était là. Qu’il serait son pilote dans la vie. Les pensées de famille nombre, petites têtes blondes courant un peu partout dans la maison. Elenna était la mère de ses enfants. Son sang ne faisait qu’un tour. Il le sentait dans tout son corps. Son cœur était rapide, il lui disait de profiter de ce baiser magnifique. Il était en présence d’une fille magnifique, surplombant l’une des plus belles villes du monde. Les moldus avaient construit cet engin qui leur servait de perchoir. Leur nid d’amour, une cage d’acier et de verre, dur et froid normalement semblant remplis de chaleur, de bienêtre. Les deux corps enlacé de nos amants semblaient entré en fusion. Chaque partie de la peau de leurs lèvres étaient explorés. La main assez grande de Daryl serrait la taille douce et fine de la jeune demoiselle. Il sentait la chaleur qui sortait du corps de la demoiselle. Elle semblait transmettre un amour total à Daryl. Elle ne lui avait pas dit, elle n’avait peut-être pas eu le courage. Elle devait avoir peur. Et ce n’était pas Daryl qui pourrait lui donner tort. Faire confiance en amour, c’était une chose très difficile. Elenna lui avait confirmé une adolescence loin d’être rose au niveau des amours. Sa vie avait dû être un vrai calvaire avec ce secret qu’avait pu deviner notre irlandais. Etre une fille solitaire et rebelle, c’était un peu le lot de beaucoup de jeune demoiselle, à l’âge de l’adolescence. Mais se transformer en un loup, totalement déchainé, impossible à contrôler, c’était encore pire. Est-ce que les conquêtes d’Elenna avait été courant. Daryl pensa que non, si cela avait été le cas, beaucoup serait parti et l’aurait roulé dans la farine, l’envoyant au bucher. Une connerie qui insupportait Daryl.

L’étreinte que Daryl aurait voulu garder toute la vie se termina. Les talons d’Elenna retouchèrent le sol comme il faut. Ses yeux étaient humides, elle semblait être dans un autre monde. Daryl devait être dans un état assez semblable. Un sourire béat s’afficha sur le visage enchanteur d’Elenna. Comme un bâillement, ce sourire fut contagieux. Il se greffa sur le visage plus buriné de Daryl. Il n’avait même pas envie de parler, il ne savait que dire, ce baiser avait tout dit ou presque. Elenna ouvrit doucement la bouche et sa douce voix se fit entendre alors que la nacelle commençait doucement sa descente :

« Je t’aime aussi … »

Cette fois-ci, c’est Daryl qui attira le corps fin d’Elenna contre le sien. Il l’embrassa avec envie et romantisme. Ils étaient repartis pour une valse d’amour quand la grande roue s’arrêta et fit bouger un peu trop leur nid d’amour. Daryl, déséquilibré tomba sur le banc central qui servait aux personnes normalement peu courageuse. Elenna le regarda avec un grand sourire. Daryl éclata de rire. La situation était drôle mais c’était surtout qu’il était heureux. C’était une façon de montrer encore plus son amour. Il fit un clin d’œil puis se releva, il prit la main d’Elenna et ils regardèrent tout deux dehors. En quelques minutes le temps avant changer. Alors qu’il faisait chaud, les orages d’été étaient arrivés. Big Ben commençait doucement à sentir le ciel noir de nuit tombé. La fine pluie tombait, un paysage londonien assez typique. Mais Daryl n’en avait rien à faire de la pluie. Au contraire, c’était assez romantique d’embrasser sa petite amie sous la pluie. Un peu comme dans l’idéal moldue. Seulement là, Elenna était en robe, blanche de surcroît, ce qui l’aurait rendu transparent :

« Eh bien, nous allons donc trouver un endroit romantique pour manger. Je t’invite, on va essayer de faire vite, je ne veux pas trop que ta robe soit trop transparente, les autres hommes pour te regarder … ma chérie »

Il lui fit un autre clin d’œil. Il aimait ses mots. « Ma chérie ». Il ne les avait jamais dits. Pourtant c’était venu assez naturellement au jeune irlandais. Il l’aimait, il le savait, elle le savait. Il voulait même le crier au monde entier, à tous les moldus qui se trouvaient en bas. Quelques secondes plus tard, le jeune couple se retrouva au bas de la Grande Roue. La pluie était fine mais il y avait de gros orage, des éclairs assez impressionnants qui allumait le ciel. C’était comme si ce qui se passait dans le corps de Daryl se trouvait aussi dans le ciel de la capitale anglaise. Se tenant par la taille, Daryl et Elenna passèrent à nouveau devant le mécanicien. Daryl lui fit un geste de la tête, le sourire de l’autre homme s’était afficher. Son geste venait de permettre le début d’une histoire, d’une belle histoire. Le couple se dirigeait maintenant assez rapidement vers un restaurant. Peu importe lequel, il serait romantique, il serait leur premier souvenir de couple. Ils arrivèrent au niveau d’un pub restaurant. Il y avait pas mal de monde, un groupe de musique irlandaise jouait. La fierté et le cœur vert, Daryl se retourna vers Elenna. Il devait manger là, c’était une évidence.

Assis à une table sur une mezzanine, il aurait maintenant le loisir de parler de leur avenir. C’était une chose que Daryl voulait régler assez vite. Il voulait être sûr que les sentiments d’Elenna étaient assez forts pour construire sur le long terme. Sa réponse dans la grande roue lui avait confirmé quelque chose : elle était prête à vivre avec lui tous les jours. Elle était prête à lui ouvrir la porte de son appartement. Il aurait été plus logique et plus pratique de venir vivre à Londres mais Elenna semblait très attachée à son appartement à Pré-Au-Lard. Même s’ils travaillaient tous les deux à l’autre bout du pays, Daryl était prêt à vivre là-bas. Après tout, Liverpool n’était pas non plus la porte à côté. Avec sourire, Daryl commença à parler :

« Bon … C’est difficile d’en parler mais, je veux vraiment venir habiter chez toi. Je te payerai un loyer. Mais sache que je suis dans une routine de célibataire, je vais avoir du mal à stopper certaines de mes activités. Notamment le foot. Enfin pour toi, je suis prêt à tout ou presque. Je suis amoureux et je te parle de mes passions assez gamines. Après tout, tu as peut-être toi aussi des passions. Ou des façons de vivre à chaque nouvelle lune, si tu vois ce que je veux dire »

Il lui fit un clin d’œil. Entouré de moldu, il ne pouvait parler clairement de leur vie magique. Il allait devoir utiliser des mots et des termes assez étranges. Cela allait être très marrant. Daryl prit un apéro. Une bière, on ne change pas une équipe qui gagne. De plus, il était obligé avec un groupe de musique irlandaise. La robe blanche d’Elenna la dessinait parfaitement. Daryl réalisait encore une fois la chance qu’il avait d’être avec une demoiselle aussi belle, aussi rayonnante. Pourtant la potion qu’elle prenait le plus souvent n’était pas un philtre d’amour puissant. Loin de là, sa meilleure amie était la Tue-Loup. A la voir comme ça, il était très difficile d’imaginer une gueule de loup sur ce corps de rêve. Daryl était dans une relation qui lui changera la vie quoi qu’il arrive. Il le savait. Cela ne faisait qu’ajouter aux multiples charmes et qualités que pouvait avoir la fille qui l’aimait. Sa chérie.
Revenir en haut Aller en bas
Elenna Benson
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou


Re: Echappée belle

Message par : Elenna Benson, Mar 04 Juin 2013, 22:45



L
e flot de sensations qui s’était rependu dans le corps de la jeune femme était inhumain. Du moins pour elle. Jamais elle n’avait ressenti cela et ce fut un véritable bouleversement qui prit place dans son cœur. Elle ne voulait plus que cela s’arrête et souhaitait que le temps ralentisse pour lui offrir ce moment de pur bonheur pour quelques secondes de plus. C’était donc cela ? C’était ce sentiment d’allégresse et de joie dont elle n’avait pas voulu. Elenna se maudissait sur le coup. Voilà ce que ces trois petits mots avaient déclenchés en elle, une véritable tornade d’émotions. La belle avait toujours refusé de tomber amoureuse et de s’attacher à un homme car pour elle, cela ne pouvait rien apporter de bon. Après tout, la seule chose qu’elle savait sur cela, c’était qu’elle-même n’avait pas été assez aimée pour que ses parents la gardent auprès d’eux. Mais pourquoi ? Pourquoi l’avaient-ils rejeté ? Et surtout, s’ils s’aimaient, pourquoi ne pas avoir voulu faire durer ces moments de plaisir ? Elen ne comprenait pas et ne comprendrait certainement jamais. Après tout, malgré les quelques recherches qu’elle avait fait, cela n’avait rien donné. Alors elle se contenta de se laisser envahir par ce flux d’amour qui semblait s’insinuer par tous les pores de sa peau. Rien n’était plus fait de plaisir, jamais elle n’avait éprouvé ceci et la peur qu’elle avait s’était évaporée rapidement…

Les lèvres qui s’embrassaient avec amour et passion se détachèrent enfin pour le plus grand malheur d’Elenna qui souhaitait recommencer encore et encore à en perdre son souffle. Ce baiser n’avait pas été comme les autres. La bouche douce et pulpeuse avait aussi goûté les lèvres d’autres hommes mais en rien semblables à celles de Daryl. Lui, avait su déclencher en elle une vague de chaleur qui avait embrasé son visage mais aussi un frisson glacial qui avait parcouru son dos puis sa nuque, lui donnant envie de crier à la lune le désir qui prenait alors tout son corps. Alors que la demoiselle souriait à son amant, celui-ci le lui rendit, l’air aussi embrumé qu’elle. Tout cela paraissait si merveilleux, si idyllique que cela n’en semblait pas réel. Pourtant, il avait suffi qu’elle lui avoue enfin ses sentiments pour que le beau brun l’attire de nouveau à lui. Le corps mince aux formes généreuses de la belle semblait pourtant épouser avec perfection celle du torse de l’homme. Se hissant de nouveau sur la pointe des pieds pour lui rendre son baiser et pour lui éviter de se baisser, la vendeuse de baguette se laissa tout-de-même faire, ses yeux fermés et profitant de tout l’amour qui semblait passer à travers ce simple contact de leurs lèvres.

Ce fut encore quelques secondes qui passèrent trop vite. Le grande roue avait continué sa route et s’arrêta, retrouvant la terre ferme d’un mouvement un peu trop brutal. S’appuyant rapidement sur ses pieds, Elenna resta droite bien qu’elle tangua légèrement. Daryl, lui, bascula doucement sur la banc qui se trouvait au milieu de l’œuf fait de verre et de métal. La belle sourit, amusée et se retint de rire. Mais peu de temps car le gérant des Halles se mit à rire, entraînant le rire doux et discret de la demoiselle. Il fit ce clin d’œil qu’il semblait avoir l’habitude de faire et se releva, prenant la main d’Elen pour la faire le suivre en dehors de ce petit nid d’amour qu’avait été la nacelle pour eux. Cependant, alors que la chaleur était au rendez-vous quelques minutes auparavant, l’atmosphère semblait se rafraîchir et quelques gouttes d’une pluie fine s’abattaient sur les clients qui patientaient encore pour monter dans la grande roue. L’ancienne Poufsouffle souriait encore comblée par les baisers de Daryl mais aussi en vue du temps qu’il n’allait pas tarder à faire. S’il y avait bien une chose que la jeune femme adorait faire c’était rester sous la pluie. N’ayant jamais pu faire ça lorsqu’elle était une gamine d’orphelinat, elle en profitait maintenant et les fois où elle rentrait chez elle avec le maquillage dégoulinant sur le visage n’étaient pas rares. Mais ce soir-là, quelque chose clochait. Elenna se regarda de la tête au pied et finalement se dit qu’il valait mieux trouver rapidement un endroit pour se mettre à l’abri. En effet, elle ne souhaitait pas dévoiler son ensemble de sous-vêtements rouge à tous les habitants de Londres. Certes, il était très sexy ce petit ensemble en dentelle mais c’était pour son bon plaisir à elle et pourquoi pas pour celui de son nouveau compagnon.

" Eh bien, nous allons donc trouver un endroit romantique pour manger. Je t’invite, on va essayer de faire vite, je ne veux pas trop que ta robe soit trop transparente, les autres hommes pour te regarder … ma chérie. "

" Tu as raison… Je ne suis pas pour l’exhibition. Je te laisse choisir où nous allons. "

A priori, Daryl y avait pensé aussi et ne souhaitait pas partager la vue du corps d’Elen avec d’autres hommes. Même s’il n’avait pas l’occasion de l’avoir déjà fait, il se réservait ce privilège. Il fit à nouveau ce clin d’œil et la belle sourit, amusée, remuant son nez, tic dont elle n’arrivait pas à se débarrasser. Ses joues rosirent légèrement au surnom que lui avait donné l’ancien Poufsouffle. Elenna en avait eu des surnoms mais bien souvent, ses précédents copains l’avaient appelé par son prénom et par un petit nom qui sonnait comme une moquerie. Jamais un mot marquant l’amour ne l’avait qualifié et voilà que le bel homme le faisait. Mais elle, comment l’appellerait-elle ? Elle ne préférait pas y penser et mettre sur cette chose qui devait être inouïe quelques instants de réflexions. Lorsque le moment viendra, les mots sortiraient d’eux-mêmes et elle n’aurait pas à cacher ses sentiments pour une fois. Elle se sentait si bien de pouvoir être elle-même en compagnie de son amant. C’était un lourd poids qui s’enlevait de ses épaules. Se rapprochant de Daryl, la jeune femme aux cheveux à la couleur de la neige colle son corps au sien. Le couple se tenait par la taille comme si leur vie en dépendait, ne souhaitant pas se lâcher de suite. Marchant d’un pas rapide alors que Daryl faisait deux pas et Elenna le double, ils marchèrent dans une rue parsemée de petits restaurants et le jeune homme en choisit un à ce qui semblait être du hasard. Pourtant, pas tant que cela car les couleurs de l’Irlande étaient partout et la musique de ce pays aussi. La demoiselle sourit, amusée de voir que les Irlandais étaient tant attachés à leurs racines.

Le couple pénétra alors dans le restaurant qui ressemblait plus à un pub mais convenait parfaitement à la demoiselle. Ils furent installés rapidement à une table qui se trouvait sur la mezzanine de l’établissement, place qui allait tout-à-fait à Elenna. Après tout, son bonheur était tellement immense qu’on pouvait lui dire qu’ils étaient obligés de manger dans la cave qu’elle répondrait d’un sourire sans se soucier réellement de ce qui venait d’être dit. Elle se fichait du lieu d’où elle se trouvait, l’essentiel étant d’y être avec Daryl. S’essayant sur sa chaise, la jeune femme appuya son menton sur ses mains et ses coudes sur la table, son regard se plongeant de nouveau dans les pupilles émeraude de celui qui faisait battre son cœur à présent. Tout était parfait et elle souhaitait que tout le reste. D’ailleurs, le beau brun aborda de nouveau leur avenir, point essentiel pour leur bonheur.

" Bon … C’est difficile d’en parler mais, je veux vraiment venir habiter chez toi. Je te payerai un loyer. Mais sache que je suis dans une routine de célibataire, je vais avoir du mal à stopper certaines de mes activités. Notamment le foot. Enfin pour toi, je suis prêt à tout ou presque. Je suis amoureux et je te parle de mes passions assez gamines. Après tout, tu as peut-être toi aussi des passions. Ou des façons de vivre à chaque nouvelle lune, si tu vois ce que je veux dire. "

La louve était aux anges. Beau, charmeur, drôle et avide d’une relation sérieuse. Il était parfait. Son copain était parfait et elle n’hésitait plus du tout à lui offrir corps et âme. Il avait certainement quelques petits défauts car après tout, cela était humain, mais où pouvaient-ils bien se cacher ? Elenna regarda autour d’elle, jetant son regard à droite puis à gauche. Le lieu où il se trouvait n’était guère fréquenté par les sorciers mais plutôt par les moldus, ils devaient se montrer discrets dans les propos qu’ils utilisaient et la manière dont ils pouvaient formuler leurs phrases. Voilà qui promettait d’être amusant.

" Tu sais, si j’ai accepté que tu viennes vivre dans mon appartement tout à l’heure, je n’ai pas changé d’avis entre temps. Je suis aussi dans le même état d’esprit que toi. J’ai mes petites habitudes et mes hobbies. Mais en effet, la plus importante reste mes sorties nocturnes. Peut-être souhaiteras-tu m’accompagner une nuit pour me voir sous une autre lune ? Je te promets d’être sage, je le suis toujours quand je prends mes …médicaments ? "

Elenna sourit, amusée. Un serveur vint rapidement prendre leur commande, la coupant dans ses propos. Mais la belle n’avait pas encore choisi ce qu’elle allait prendre. Daryl prit une bière comme lors de leur première rencontrer alors la vendeuse de baguettes magiques sourit et commanda la même chose, adressant un sourire au serveur moldu. Celui-ci laissa son regard glisser sur le corps de la belle, lui retournant son sourire. Reprenant des teintes rosées pour son visage, elle enroula ses bras autour de son buste, sa robe blanche ayant pris un peu l’humidité de la capitale anglaise. Un sourire timide s’afficha sur ses doux traits alors que le rouge lui était monté aux joues, regardant de nouveau son amant.

" Tu pourras venir quand tu le souhaites chez moi, pour apporter tes affaires je veux dire. Ce n’est pas un palace mais ça suffit pour deux si tu veux mon avis. Personnellement, j’aurai besoin de mon petit temps pour dessiner. Les pauses à Olli me permettent de le faire mais je dois avouer que j’aime beaucoup me mettre sur le balcon à la nuit tombée pour crayonner un peu. "

Son regard parcourait le visage de Daryl et un sourire ne pouvait s’empêcher d’apparaître sur ses lèvres. D’ailleurs, celui-ci se posa sur la mâchoire carrée du beau brun et enfin sur sa bouche. Elle voulait encore y goûter et ressentir encore cette décharge électrique qui parcourait son corps quand le brun l’embrassait. Elle était tellement bien contre lui qu’elle souhaitait y retourner. Prenant une moue songeuse, Elen remua le bout de son nez, en pleine réflexion. Cela ne se faisait pas réellement et elle devait se tenir mais elle en avait envie. Glissant alors ses mains sur la nappe, le petit bout de femme s’appuya sur la table, s’allongeant presque dessus à cause de sa petite taille et tendit ses lèvres vers le gérant pour l’embrasser encore. Et ce fut toujours aussi intense. Leur baiser fut plus discret et plus rapide mais il exprimait toujours autant les sentiments qui les unissaient à présent. Se détachant de lui, Elenna reprit rapidement sa place à sa table, repositionnant correctement sa robe en espérant ne pas s’être trop penchée et se rassit correctement, un sourire aux lèvres. Puis une pensée vint titiller son esprit et elle haussa un sourcil. Elle devait savoir…

" Dis-moi… As-tu déjà… Enfin non pas ça. Est-ce que tu as déjà ressenti cela pour une autre femme avant moi ? "

Pouvait-on appelait quelqu’un qui se transformait la nuit en loup-garou, une femme ? La belle ne s’en souciait plus maintenant qu’elle était aux côtés de Daryl mais elle souhaitait savoir si lui avait déjà aimé. Après tout, il n’était pas rare que des personnes aiment plusieurs fois dans leur vie. Pour Elen, ce serait certainement plus compliqué étant donné qu’elle ne voulait pas tomber amoureuse une seule fois, deux serait certainement trop pour elle…
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Daryl C. Hopper
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Echappée belle

Message par : Daryl C. Hopper, Mer 05 Juin 2013, 23:39


« Tu sais, si j’ai accepté que tu viennes vivre dans mon appartement tout à l’heure, je n’ai pas changé d’avis entre temps. Je suis aussi dans le même état d’esprit que toi. J’ai mes petites habitudes et mes hobbies. Mais en effet, la plus importante reste mes sorties nocturnes. Peut-être souhaiteras-tu m’accompagner une nuit pour me voir sous une autre lune ? Je te promets d’être sage, je le suis toujours quand je prends mes …médicaments ? »

Médicament ! Et puis quoi encore. Quoi que, à y penser c’était vraiment le cas. La potion Tue-Loup agissait sur elle comme un véritable calmant. A vrai dire, il n’existait aucun vrai traitement pour guérir. Etre un loup-garou était donc une sorte de fatalité, un poids énorme qu’il était impossible d’oublier, impossible d’enlever de son corps. C’était la mort dans l’âme qu’elle devait subir ce corps. Mais la demoiselle semblait se battre. Non pas pour ne plus être une louve. Elle se battait pour vivre le plus simplement possible, pour que sa transformation ne soit pas un handicap dans sa vie de tous les jours. Elenna avait une force mentale qui était plus qu’impressionnante. Aussi courageux qu’il pouvait l’être, Daryl n’étais pas sûr qu’il aurait vécu comme le faisait sa douce chère et tendre. Il savait qu’elle avait vécu des moments très durs, il savait qu’il allait lui en faire vivre des très beau.

La table en bois qui les séparait tremblait doucement au rythme de la musique. La bière leur avait été servie. Après la marche, la bière était toujours bonne. Celle-ci était plus que savoureuse. Il découvrit ainsi un nouveau gout dans la bière. Ce soir ça serait le gout du premier amour. L’irlandais plongea son regard dans les doux yeux d’Elenna. Il cherchait comment elle pourrait être quand elle était transformée. Après tout, il le verrait assez vite. Si jamais il avait peur face à sa chère en louve, Daryl pensa qu’Elenna serait capable de le comprendre. Après tout, ce n’est pas toutes les nuits qu’on dort ou qu’on a des relations charnelles avec un loup-garou. A partir de ce soir, ça serait le lot de Daryl. Ce qu’il pouvait aussi retenir des paroles de la demoiselle, c’était qu’elle avait elle-même des passions. Elle savait ce que s’était d’être accro à un sport ou un art. Elle savait à quel point ce bonheur était différent de ce qu’il pouvait trouver en amour. A y regarder de près, elle était parfaite. C’est vrai. Physiquement elle était digne du vélane. Le garçon de bar l’avait d’ailleurs remarqué au grand plaisir de Daryl, il pouvait dire qu’elle était à lui et à personne d’autre. Elle était assez marrante, très intelligente, ouverte d’esprit, d’une très grande bonté. Daryl revint au réel temps puis il dit à sa petite amie :

« Je risque d’avoir peur en te voyant poilu. Mais je suis prêt à passer la nuit avec toi, à la belle étoile … ou la pleine lune dans ce cas. Et oui, on peut parler de médicament. Après tout, c’est pas comme s’il existait un remède … magique »

Il lui fit un clin d’œil puis un large sourire. Après tout, il pouvait plaisanter. Les moldus qui étaient autour d’eux semblaient trop occupé. Et puis, il en aurait fallu beaucoup pour qu’un moldu puisse comprendre que le couple était des sorciers. Alors qu’il buvait encore un coup dans son verre, la belle demoiselle lui dit :

« Tu pourras venir quand tu le souhaites chez moi, pour apporter tes affaires je veux dire. Ce n’est pas un palace mais ça suffit pour deux si tu veux mon avis. Personnellement, j’aurai besoin de mon petit temps pour dessiner. Les pauses à Olli me permettent de le faire mais je dois avouer que j’aime beaucoup me mettre sur le balcon à la nuit tombée pour crayonner un peu. »

Il savait déjà ce qu’il allait lui offrir. De tradition, en Irlande, l’homme devait offrir à sa nouvelle petite amie un cadeau. Il prendrait certainement le temps de choisir dans les nombreux objets d’art qu’avait les Halles. Il trouverait bien une belle boite de crayon. Daryl n’était pas du genre classique normalement. Cette idée de cadeau parti donc rapidement en fumée, il trouverait autre chose et il avait déjà une petite idée. Et pour ce qui était de ses affaires, Daryl en avait beaucoup. Son appartement avait trois chambres, il avait donc pu étaler tout plein de chose. Il avait tout d’abords une collection très grande d’ouvrage moldu et sorcier, plus de 600 livres. Il pensa donc qu’Elenna et lui aurait peut-être de la lecture en commun, il pourrait ainsi vendre certaines livres. Il avait aussi beaucoup trop de comics moldu. Des supers-héros en collant qui faisait tant rire ses amis de dortoir à Poudlard. Il était vrai que pour un sorcier, un super-héros du monde moldu semble palot. Il avait aussi une grande collection de jeux vidéo et surtout des cartons pleins d’objet de supporter de différentes équipes sportives. Il allait devoir trouver de la place et dans ce cas-là, il n’était pas malheureux d’être un sorcier. Daryl pensa directement au lendemain de ce rendez-vous. Il ferait ses cartons en un éclair, il avait déjà envie d’être dans son nouvel appartement. Daryl répondit avec sourire et chaleur :

« Tu sais, je suis célibataire depuis un petit bout de temps. Donc pas de relation sérieuse veut dire que j’ai des tonnes d’objets que je collectionne. Certaines sont assez étrange mais j’ai une collection de plus de 600 livres, tu verras. Et bien sûr, si tu as besoin de meuble j’en ai. J’ai tout ce qu’il faut. Enfin il me manquait juste la demoiselle avec qui vivre. Mais je l’ai maintenant … Elle est tellement sexy que les personnes de la table de derrière la regarde avec envie »

Daryl fit tomber sa tête sur la gauche pour faire un sourire au deux gars qui étaient sur la table derrière Elenna. Daryl était de nature jalouse. Il savait très bien se contenir mais en certains cas, c’était trop dur. Il avait pris comme méthode pour ce calmé, celle de l’humiliation. D’un signe de doigt vers Elenna, Daryl dit parla doucement et distinctement pour que les hommes puissent lire sur ses lèvres. Elle était à lui et à personne d’autre. Elenna avait doucement tourné la tête. Cela semblait la faire rire. Après tout, cela devait être assez agréable d’être trouvée belle par beaucoup d’homme. Son visage devint quand même plus sérieux puis elle questionna Daryl :

«Dis-moi… As-tu déjà… Enfin non pas ça. Est-ce que tu as déjà ressenti cela pour une autre femme avant moi ? »

Non, il ne l’avait jamais ressenti. Et tant mieux. La gêne c’était lu sur le visage d’Elenna à cause du double sens de la question. Avec son humour, Daryl lui répondit :

« Non, tu seras ma première fois … enfin non pas ça. »

Il lui fit un large sourire puis il lui prit la main. Il lui déposa aussi un baiser sur le front. Le bar-restaurant était maintenant plein comme pas possible. Le couple commanda rapidement à manger. Elenna avait pris un sombre plat anglais, très traditionnel. Daryl avait aussi traditionnel mais sa tradition à lui, c’était l’Irlande. Il avait pris un Coddle. Un plat de charcuterie mélangé avec des légumes et des pommes de terre. L’un de ses plats préférés. Ils prirent leurs temps pour manger. Pas de dessert au resto. Les deux amants marchèrent main dans la main pour aller prendre une glace à un vendeur ambulant. Un cliché romantique qui plaisait totalement à Daryl. La pluie n’était plus là, c’était son odeur qui était resté. La chaleur était à nouveau arrivée dans le ciel de Londres. Ils venaient de vivre un très grand moment. Après avoir fini sa glace double boule au citron et au cassis, Daryl raccompagna Elenna à l’autre bout du pays. Ils volèrent tous deux sur leurs balais. L’air était bon. Après une heure de route, Daryl descendit doucement vers Pré-Au-Lard. Les rues étaient désertes. Seul les Trois Balais étaient encore rempli. Les deux amants étaient maintenant devant la porte d’entrée :

« Bonne nuit ma chérie. Je pense qu’on doit dormir séparé ce soir. Mais saches que je t’aime mademoiselle Benson »

Et il l’embrassa avec amour.



[Fin du RP]
Revenir en haut Aller en bas
Hugh Dey
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de transplanage
Manumagie (niveau 2)


Re: Echappée belle

Message par : Hugh Dey, Sam 10 Aoû 2013, 23:34


[RP avec Maria Vladescu et Kao Snape]

Les rues. Les gens. Le monde. Les pavés au sol. Les pieds qui les martèlent (comme Charles… Parce que Charles Martel). Le mal de crâne. La bouteille à la main.

* Mais qu’est-ce que je fous là moi ? *

Je sais pas. Mais ça tape dans ma tête. Et ça va pas droit devant moi. Ca taaaangue. C’est tout bizarre. Et y a trop de gens. Oh… Une épaule. Aïe. T’veux t’battre ? je me retourne. Mais l’est déjà parti. Tant pis. Plus tard. Ou le prochain. Je me prépare. Mon poing en arrière. Si on me bouscule je le tape. Ou avant. Ouais ! Elle va me bousculer je le vois là ! Alors je balance mon poing… Dans le vide. Et je tombe avec parce qu’il est trop lourd.

Comme un cadavre, je me retrouve par terre, et je rampe sur le côté pendant qu’on m’évite. Y a des poubelles pas loin. J’y vais. Pis je ferme les yeux. T’façon maintenant je suis dehors. Tout le temps. Y a que là que j’ai un abri. J’ai bien pensé à aller ailleurs. A embêter Noah. Mais je me suis dit qu’elle m’hébergerait pas deux fois…

Je fais des rêves bizarres maintenant. Déjà quand le m’endors, même le noir il tourne. Pis le blanc quand il fait jour et que je le vois derrière mes paupières. Je me vois en train de danser au milieu des gens et eux, ils s’en foutent. Et je tourne encore et encore et c’est pour ça que ça tourne. Même que quand je tombe je me fais pas mal.

C’est bizarre depuis que je ne suis plus directeur. Je ne me souviens même pas pourquoi je n’y suis plus. Je suis parti ? Ou alors on m’a viré. Aucune idée… J’ai juste laissé mon placard à balais. Il va me manquer… Y avait toutes mes photos dedans. D’ailleurs dans mes rêves parfois je revois les photos. Et les filles. Même qu’elles voulaient bien hein. Elles ont jamais dit non assez fort pour me repousser.

Quand je me réveille ce soir, y a beaucoup moins e monde, mais je suis toujours dans les poubelles. C’est elles qui puent ou c’est moi ? Ch’ais pas… T’façon je n’ai plus de douche maintenant. Alors c’est peut-être moi. C’était l’un des avantages à avoir quitté Poudlard. Pas obligé de se laver toutes les deux semaines. Cela dit j’avais faim. Mais j’avais un peu de fric encore alors je pouvais manger, et boire aussi. Surtout boire. Parce que j’aime bien boire. Y a des gens qui me regardent bizarre…

« C’mon poing dans ta gue*le qu’tu veux ? »
Revenir en haut Aller en bas
Kao Snape
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Occlumens


Re: Echappée belle

Message par : Kao Snape, Lun 02 Sep 2013, 21:49


[Désolé pour le temps de réponse, mais je n'étais pas au courant que tu avais posté...  Mais bon j'ai dit que j'allais faire ce rp alors voilà ! Si un souci, mp !]

Les rues de Londres se ressemblaient beaucoup, voire trop. Si on y restait une journée, ça en devenait même lassant. Puis il y avait toujours plein de gens, tout le temps. La capitale était toujours noire de monde. Les gens se ressemblaient aussi plus ou moins. Certains étaient pressés, d'autre non. Se faire bousculer était quelque chose d'anodin ici, on ne prenait même plus la peine de s'excuser.
Malgré tout ça, Kao devait se rendre dans cette ville pour y faire un de ses nombreux tour de garde. Heureusement il faisait plutôt bon, chose rare en Grande-Bretagne.

Alors qu'en début de journée tout était plutôt calme, le reste s'annonçait un peu plus... mouvementé. En effet, un individu plutôt étrange était dans les parages. Il était en train de provoquer un pauvre passant qui n'avait pas l'air de comprendre ce qu'il lui arrive et au vu de la bouteille vide près de lui, il était sûrement loin d'être sobre.

- J'peux savoir ce que vous faites monsieur... ?

L'auror attendait une réponse de l'homme qui se tenait en face d'elle, difficilement d'ailleurs, en espérant qu'elle serait productive et qu'il ne montre aucune résistance. Aller chercher du renfort était la dernière chose qu'elle avait envie de faire mais si c'était nécessaire, elle appellerait un de ses collègues. Sa tête lui disait vaguement quelque chose. Après, se rappeler l'endroit où elle aurait pu le rencontrer, ça relevait du miracle. Elle avait une assez bonne mémoire, mais quand même. Son nom l'aiderait sûrement.
Revenir en haut Aller en bas
Hugh Dey
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de transplanage
Manumagie (niveau 2)


Re: Echappée belle

Message par : Hugh Dey, Lun 09 Sep 2013, 17:56


- J'peux savoir ce que vous faites monsieur... ?

Questa ? Questa ? Questa ? Ma tête tournait vers elle, en plus de tourner déjà quand elle tournait pas. Ouais j’avais les idées vachement embrouillées alors fallait pas me faire chier avec mes tournures de phrase hein. J’étais déjà debout. Fin peut-être. T’façon debout ou assis le sol me paraissait à la même hauteur. Il bougeait tout autant.

Du coup je bougeais les pieds. Un peu comme quand je voulais pas m’enfoncer dans les sables mouvants. Tu vois ce genre de danse complètement stupide et sans aucun sens. Bah c’était moi. Pis je titubais jusqu’à la gonzesse qui m’avait parlé. Je m’affalais même sur elle pis mes mains touchaient des endroits pas désagréables mais je savais pas trop ce que c’était.

« T’me cause ? T’veux tâter d’ma baguette ? Un vrai bâton magique ! »

J’lui faisais un grand sourire mais je devais puer de la tronche. Puer un peu la vinasse. Ah meeeerdeuuuh j’avais oublié ma bouteille ! Je me tournais comme un cadavre ambulant pour voir où que je l’avais laissée. Ch’ais pas. N’a plus rien dans ma bouteille ? J’veux boiiire ! File moi à boire !

« L’grand Hugh Dey veut d’la boisson ! T’me files un truc ? Vas-y ou une clope ! T’pars pas sans m’avoir filé un truc ! »

Je revenais sur elle pis je voulais la fouiller un peu pour voir ce qu’elle voulait pas me donner. Tous injustes ces gens. Se rendent pas compte que moi je dors par terre. J’ai besoin de tunes. J’ai besoin de clopes. J’ai besoin de bouteiiilles ! Pis j’ai la dalle en plus.

« Vas-y fais pas ta radine, donn’moi tout bébé. »
Revenir en haut Aller en bas
Kao Snape
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Occlumens


Re: Echappée belle

Message par : Kao Snape, Ven 04 Oct 2013, 22:16


[Oui, je suis vivante ! Je passe que très rarement ici malheureusement en ce moment mais... on y arrivera à finir ce RP Smile]

Soit ce mec était vraiment pas net, soit il avait un peu trop abusé sur la boisson. Ou les deux, en fait. Et vu la tête qu'il faisait, il n'en avait pas encore eu assez à son goût. Puis , le fait d'avoir un auror devant lui n'avait pas l'air de le dérangeait plus que ça, même pas du tout.

- T’me cause ? T’veux tâter d’ma baguette ? Un vrai bâton magique ! L’grand Hugh Dey veut d’la boisson ! T’me files un truc ? Vas-y ou une clope ! T’pars pas sans m’avoir filé un truc ! Vas-y fais pas ta radine, donn’moi tout bébé.

Kao se recula et fixa l'homme qui se tenait difficilement debout devant elle. Hugh Dey... Ce nom lui rappelait vaguement quelque chose, même si elle était sur de ne l'avoir jamais rencontré. Un dérangé pareil ça ne s'oublie sûrement pas. Après quelques secondes de réflexion, tout lui revint à l'esprit. Ce mec a travaillé quelques temps à Poudlard avant de démissionner, ou d'être viré peut importe, même si la deuxième option semblait plus raisonnable à son goût. Puis, il y a peu de temps, l'auror s'est rendue chez Mia Wilson, en raison de la plainte que cette dernière à formuler. D'après les dires de la jeune femme, il l'aurait violer et cela n'aurait pas été sa première tentative chez les élèves féminines.

- Monsieur Dey, quelle surprise. Je suis Kao Snape, auror. Je pense qu'on a quelques petites choses à se dire.

Vu son attitude et son état, le fait de dire qu'elle fait partie des autorités magiques ne va sans doute rien changer du tout à la situation, mais il fallait bien le faire réagir et tenter de lui faire sortir quelque chose de cohérent. En attendant, Kao lança alors un expecto patronum en direction du QG pour demander un peu de renfort.
Revenir en haut Aller en bas
Sloan Wentz
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de transplanage
Occlumens


Re: Echappée belle

Message par : Sloan Wentz, Sam 05 Oct 2013, 22:00


Une autre journée banale se profanait à l'horizon. Le soleil s'était levé une nouvelle fois encore, ce qui avait contraint Maria à rejoindre le bureau des aurors pour la énième fois. Seulement, si c'était pour effectuer ce genre de travaux ennuyeux qu'elle se réveillait, la blonde aurait nettement préféré rester dans l'obscurité pour l'éternité et bien plus encore. C'était rassurant, le noir. Elle s'y sentait bien plus à son aise. Et puis, agir dans l'ombre, c'était ce qu'elle savait faire de mieux !

Cette fois, cependant, il y eu de quoi ajouter un peu de piment à ce fade moment. Maria sentait ses paupières devenir lourdes et elle n'aurait pas parié bien gros quant à sa capacité à tenir jusqu'au soir. Par salazar, tout cela était d'un ennui...lorsqu'un miracle incroyable, absolument fabuleux vint l'éblouir de toute sa lumière. Elle n'en croyait pas ses yeux. Enfin, le subtil parfum de l'action parvenait jusqu'à ses impériales narines... En effet, une forme se dessinait au beau milieu du QG monotone et tellement bien ordonné des aurors. Une fois qu'elle se fût précisée, la louve comprit qu'il s'agissait du patronus de Kao Snape, sa collègue. Cette dernière devait visiblement avoir rencontré quelques problèmes durant son tour de garde à Londres...

Un sourire réjouit fendit les lèvres pourpres de l'ancienne professeure tandis qu'elle se levait précipitamment. Ses compatriotes semblaient occupés, aussi en profita-t-elle pour se rendre elle-même sur place. La voilà sauvée ! Quel que fût le soucis de l'ancienne poufsouffle, ce serait à coup sûr plus amusant que le paquet de paperasses que la verte et argent consultait jusqu'alors.

Sans perdre plus de temps, elle transplana. En un éclair, elle fût sur place. C'était tout juste si les sensations désagréables du "voyage" l'atteignirent, dans la mesure où elle trépignait trop de joie pour s'en préoccuper, à l'instar d'une petite fille devant ses jouets de Noël. C'était ahurissant. Sa situation d'Auror la rendait sénile...S'aurait plutôt été à elle de se faire enfermer !

La Vladescu atterrit parmi les nombreuses rues de Londres. Ses pupilles bleutées ne mirent pas bien longtemps avant de se poser sur ce qui les intéressait. Avant de se rétrécir pour ne plus former qu'une mince fente à la vue d'Hugh Dey. Ce fou. Ça pouvait paraître irraisonné de qualifier quelqu'un ainsi, mais Maria avait de quoi le faire. Et comment. Des plaintes à son propos avaient été déposées, ce qui ne l'avait que moyennement étonné, puisqu'elle avait déjà eu personnellement l'occasion de constater son état mental. Enfin, ce n'était pas à un tel point néanmoins, et les actes du concierges de poudlard envers cette jeune élève de poudlard avaient été réellement inhumains, aussi était-il évident que la sentence tomberait.

- Qu'est-ce qu'il se passe ici ?!

La vile jeune femme saisit fermement sa baguette. Si l'homme leur résistait, elle pourrait toujours user des grands moyens. Elle comprenait désormais pourquoi Kao avait requis de l'aide. Celui qui lui faisait face paraissait complètement ivre et pas franchement disposé à capituler sagement...
Revenir en haut Aller en bas
Hugh Dey
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de transplanage
Manumagie (niveau 2)


Re: Echappée belle

Message par : Hugh Dey, Jeu 24 Oct 2013, 22:46


On aurait dit un zombie sérieux mais j’en avais plus rien à foutre. De toute façon, qu’est-ce que je m’en tapais de ce que je donnais comme image dans la tête des gens ? J’étais plus rien… Juste un corps habité par un esprit déglingué. Et je le savais. Mais t’façon comme j’étais bourré c’était trop compliqué de réfléchir à ça.

- Monsieur Dey, quelle surprise. Je suis Kao Snape, auror. Je pense qu'on a quelques petites choses à se dire.

Je rigolais quand elle me disait son nom. Elle avait un nom bizarre cette fille. C’était rigolo. Snape. Quand on disait bien le A comme un A, ça ressemblait à Snack. Et ça me rappelait qu’en plus d’avoir bu, j’avais pas vraiment mangé. Du coup j’avais faim. Mais remarque j’étais pas trop sûr d’avoir faim ou d’avoir envie de gerber. C’est vrai ça. Pis elle avait dit quoi après son nom ? je me redressais pis je la regardais en pointant un doigt devant mes yeux. Ooooh il bougeait c’était rigolo. Je le regardais du coup. Jusqu’à ce qu’il arrête de bouger. Je le voyais franchement pas bien. J’étais super raide c’est clair.

« Veux pas t’parler, mon doigt l’est plusss beau ! »

Et je tirais la langue. Je savais pas bien si c’était pour elle ou parce que je voulais lécher le bout de mon doigt parce qu’il était rigolo. En tout cas, j’avais la langue entre les lèvres et ça me faisait marrer comme un taré. J’avais l’impression que j’avais vachement plus d’air pour respirer là. Je crois que c’est parce que les gens ils évitaient un peu de passer à côté de moi. Alors du coup j’écartais grand les bras pour savoir si je tapais quelqu’un parce que je voyais pas franchement grand-chose. Non. Que dalle. Ils avaient leurs distances. En attendant, je tirais toujours la langue, mais je léchais pas mon doigt… Pis du coup elle s’asséchait la con. Fallait que je la rentre.

- Qu'est-ce qu'il se passe ici ?!

Je sais pas trop d’où que ça venait mais j’allais vers là où j’entendais en tout cas. J’avais toujours les bras écartés et même que je pouvais battre des bras.

« Je vole ! Je vole ! Je vais… je vais… »

Et je me tordais en deux pour rendre tout ce que j’avais ingurgité sur les chaussures de la dernière fille qu’avait parlé. C’était super liquide et c’était loin d’être agréable en tout cas. Si avant je sentais plus rien dans ma gorge, là ça brûlait quand même sérieux… Pis j’avais un goût affreux fallait que je crache partout pour l’enlever.

[Désolé pour le temps de réponse j’avais pas vu que c’était à moi]
Revenir en haut Aller en bas
Hugh Dey
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de transplanage
Manumagie (niveau 2)


Re: Echappée belle

Message par : Hugh Dey, Dim 19 Jan 2014, 00:36


[Double post pour changement de RP. RP avec quelqu’un de pas très recommandable…]

Ca y est, c’était la fin de la journée ! Oh mon Dieu j’en pouvais plus je vous assure ! J’avais passé ma journée, et même ma nuit à servir les clients. Au bas mot j’avais commencé à 10h. Et là il est 2h du matin. J’avais à peine pris les pauses pour manger. Je m’étais éclaté hein c’était pas la question ! C’était trop fort d’être serveur au Chaudron Baveur ! Je m’entendais trop trop bien avec Noah, et en plus on s’était pris des vacances y a pas longtemps donc ça allait niquel. On rigolait tout le temps, on se déhanchait souvent pour faire les guignols.

Je crois que les clients du bar, z’étaient contents de voir qu’on se marrait bien. On rigolait même avec les clients. Des fois j’avais même des pourboires, faut croire que je faisais bien mon taf. Bref. Je m’étais bien remis de mon internement, et de mon changement de boulot quand même. Je trouvais que je m’en sortais bien. J’étais bien tout simplement ! J’étais content ! Je me plaisais dans mont taf en fait et je crois que c’était la première fois…

J’ai quelques souvenirs de quand j’étais Concierge… J’étais aigri, j’avais qu’une envie : choper des élèves et les punir à mort. La même quand j’étais directeur de Gryffondor. Après je m’étais retrouvé arrêté et j’avais passé quatre ans à l’hôpital. J’étais devenu serveur aux Trois Balais et c’était plutôt cool au début mais ça avait rien à voir avec ce que je vivais là avec Noah au Chaudron Baveur. Non franchement j’aimais bien.

C’était peut-être pour ça que j’étais sorti en sifflotant. Que je marchais tout tranquille dans les rues de Londres alors que je devais retourner chez moi. J’aurais dû aller vers le Chemin de Traverse. Mais il était deux heures du matin, j’avais absolument pas vu le jour, alors je voulais au moins voir la nuit. Même s’il gelait dehors. Même si on voyait pas les étoiles. Même si y avait du bruit derrière moi. Euh… Du bruit ?

« Y a quelqu’un ? »


Dernière édition par Hugh Dey le Jeu 27 Fév 2014, 01:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Mangemort 70
avatar
Mangemort à la retraite
Mangemort
à la retraite
Spécialité(s) : Fourchelang


Re: Echappée belle

Message par : Mangemort 70, Dim 19 Jan 2014, 07:19



L'attente était longue et la sorcière s'ennuyait de pied ferme. Plus d'une fois, l'idée d'entrer dans le bar se réchauffer et prendre un verre effleura son esprit, mais le matricule sept-zéro fit preuve de bon sens : brûler sa couverture pour un verre de gin était un peu absurde. Étouffant un soupir de frustration, elle resta camouflée dans son épaisse cape dans un coin reculé d'une rue commercial, mais duquel il était possible d'observer le Chaudron Baveur.

Pendant que la soirée se déroulait sans encombre, le ciel devint couvert, cachant ainsi les brillantes étoiles. Quelle heure était-il ? Minuit passé, ça c'était sûr et certain. La Mangemort attendait que le dernier client, abruti par l'alcool, quitte le bar. Lorsqu'elle vit un jeune couple glousser sortir de l'auberge, elle failli crier victoire. À l'intérieur du Chaudron Baveur, on tamisa les lumières et sans doute que le seul employé encore présent s'occupa de laver grossièrement les lieux avant de quitter.

Trépignant d'impatience, la sorcière s'avança vers le Chaudron Baveur, jetant au préalable un sort d'illusion sur sa propre personne, devenant ainsi difficile à discerner. Elle se dirigea vers l'arrière du bâtiment, car elle avait bien fait ses devoirs et savait que le serveur quitterait par la porte réservée aux employés.

Et moins de cinq minutes plus tard, Hugh Dey franchit la porte. Il semblait de bonne humeur. Si seulement il savait ce qui l'attendait, songea la mesquine sorcière tandis que sa proie s'approchait de l'endroit où se trouvait la Mangemort. Cette dernière se déplaça quelque peu, alertant le serveur qui se trouvait qu'à quelques pas d'elle :

- Y a quelqu’un ?
- Oui, souffla-t-elle, glaciale.

Et, sans plus de cérémonie, la mage noire se dévoila de sa cachette, et se rua sur Dey. Elle ne s'y prit pas en douceur et le Gryffondor se retrouva bien vite couché sur le dos, le corps de 70 réussissant à maintenir l'homme au sol. Ses mains s'étaient violemment accrochées aux poignets de Hugh, tandis que ses jambes s'étaient enroulées autour de sa taille.

Un masque blanc perlé cachait à la perfection sa figure. Seules deux prunelles azurés étaient visibles. Elles fixaient, scrutaient, d'un air mauvais l'homme qu'elle venait d'attaquer. Auparavant, elle se serait sans doute dévoiler afin d’assouvir une certaine satisfaction, mais la mage noire étant une personne calculée, préféra garder son identité secrète.

Ce n'était pas réellement par vengeance personnelle qu'elle s'en prenait à Dey. Enfin, ce n'était pas la raison principale, mais 70 avait profité de la situation, opportuniste comme toujours. Dernièrement, 13 avait disparu de la circulation et les Mangemorts étaient quelque peu sous le choc. Comment était-ce possible ? Puis, de bouche à oreille et en fouillant un peu dans le passé ainsi que la vie personnelle de 13, ils apprirent que le serveur qui se trouvait en ce moment sous 70 avait un lien avec le disparu. Apparemment, c'était son ancien employé. Intéressant.

Des complices attendaient non loin de là, dans une habitation secrète. Sept-zéro avait pour simple mission d'y amener l'homme, vivant de préférence. Une fois sur place, elle pourrait admirer le spectacle de ses confrères qui mèneraient un interrogatoire, tout en douceur.
Revenir en haut Aller en bas
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
Hugh Dey
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de transplanage
Manumagie (niveau 2)


Re: Echappée belle

Message par : Hugh Dey, Dim 19 Jan 2014, 23:26


Un murmure, une réponse. Un mouvement, un truc noir. Je m’étais retourné. Je savais pas si j’aurais dû. J’avais pas pu voir grand-chose. D’un seul coup j’étais par terre. Ma tête avait cogné sur le sol. Je voyais tout blanc. Ou alors c’est parce que c’était tout blanc devant moi ?

Je comprenais rien. Y avait pas de bruit. Ou alors c’est que j’entendais pas. Je sentais juste. Un peu. J’avais le corps engourdi. Il faisait froid. Y avait quelqu’un sur moi. Mais je savais pas vraiment où. Je savais pas comment. Je savais pas ce qui se passait. Je savais rien.

J’entendais vaguement des bruits. Je voulais mettre ma main devant ma figure pour me protéger. Mais je savais même pas si j’avais réussi à bouger un petit doigt. Je savais pas ce que je faisais des mes bras. De mes mains. De mes pieds. Peut-être que j’étais qu’un corps inerte.

Peut-être que je faisais que rêver. Peut-être que j’allais en direction de la lumière… Peut-être qu’il s’était rien passé. Peut-être que je planais. Que j’étais dans un avion et que je volais en direction du soleil. Peut-être que j’étais en plein milieu de la mer, en train de faire une planche et de dorer au soleil.

Peut-être que j’étais juste sur le bitume. Allongé. Sans défense. Ca frappait dans ma tête. Je plissais les yeux et je les ouvrais. C’était flou. Je pouvais rien faire. Mais j’essayais quand même de bouger. De soulever le bassin. De dégager cette personne qu’était sur moi. Mon corps me semblait lourd. Du genre extrêmement lourd. J’avais des enclumes au bout des bras. J’en levais mollement un. Finalement j’avais pas bougé. Et je le foutais direct sur la personne qu’était là. C’était quoi que je touchais ? La tête ? Le ventre ? La jambe ? Aucune idée… J’étais trop faible pour le savoir…
Revenir en haut Aller en bas
Mangemort 70
avatar
Mangemort à la retraite
Mangemort
à la retraite
Spécialité(s) : Fourchelang


Re: Echappée belle

Message par : Mangemort 70, Mar 21 Jan 2014, 04:01


C'était si facile ! Sous elle, l'homme tentait de se débattre. Parfois mollement, parfois avec énergie, mais jamais assez pour réussir. Sa chute l'avait sans doute bien assommé. 70 ricana, avant de susurrer un «chuuttt..» qui n'avait rien de rassurant.

La Mangemort ne put prévoir la suite des choses et fût donc atteinte de plein fouet par le premier sortilège lancé par l’agressif individu. En moins d'un instant, sa vision se troubla avant de laisser place à l'obscurité la plus totale. Gardant son calme, la sorcière jura et eut le réflexe de se jeter sur la droite, derrière Dey. La deuxième offensive atteignit donc quelque peu la cheville de la mage noire et termina sa trajectoire sur la cheville du serveur. Chez 70, les dégâts ne furent pas aussi catastrophiques que prévu, mais suffisamment graves pour que la sang-pur étouffe un cri et peste un nouveau juron. Quant à Hugh ? Matricule sept-zéro s'en souciait peu, elle avait d'autre chose à régler pour le moment.

Se relevant à moitié, encaissant et ignorant la douleur, la mesquine sorcière décida d'abord d'écarter Hugh, afin qu'il soit hors de portée.

- Mobilocorpus ! s'exclama-t-elle, tandis qu'elle exécuta un brusque mouvement latéral avec sa baguette.

Le corps de Hugh Dey se retrouva alors propulsé vers la droite, plus ou moins camouflé près des ordures dans lesquelles il atterrit. Au moins, cela amorti sa chute. Un espèce de «houmpf» étouffé. 70 avait pu l'entendre. Les yeux de la Mangemort étaient dorénavant blanc comme son masque. Malgré tout, cela ne l'empêcha pas de se repérer grossièrement dans les lieux. Sa vue était peut-être handicapée, mais ses autres sens s'étaient décuplée. Surtout son odorat, sans doute à cause de son don. Toujours est-il que c'est ce sens qui avait prit le dessus.

Ce n'était pas le moment de s'attarder sur les lieux car, après tout, matricule sept-zéro était désavantagée. Néanmoins, elle voulut faire payer cet adversaire inconnu et, pointa approximativement sa baguette vers lui :

- Ango Nubes

Puis d'un geste souple, mais large, elle dirigea du mieux qu'elle put le nuage, espérant atteindre sa cible. Si cela ne causait aucun dégât, cela réduirait sa lisibilité et, pendant ce temps, sept-zéro pourrait se sauver.

Exécuter un transplanage d'escorte en étant aveugle allait certainement être difficile, mais c'était la solution a plus facile. Aussi, la mage noire espérait que tout se passerait bien. C'est sans grand ménagement qu'elle avait relevé Hugh, s'appuyant sur sa cheville blessée qui élançait comme jamais. Rassemblant le peu de concentration qui lui restait, la Mangemort réussit à transplaner dans un CRAC plutôt bruyant pour un simple transplanage d'escorte. C'était inquiétant. La seule question que se posa la jeune 70 à cet instant fût si son adversaire lui avait lancé un sort alors qu'elle transplanait. Son cerveau ne put réfléchir davantage, de fortes nausées la déstabilisants. Définitivement, ce ne serait pas l'un de ses meilleures transplanages.



[hrpg; Je vous laisse répondre avant de poster au lieu de transplanage. Si problème : MP]
Revenir en haut Aller en bas
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
Hugh Dey
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de transplanage
Manumagie (niveau 2)


Re: Echappée belle

Message par : Hugh Dey, Sam 25 Jan 2014, 12:02


D’un seul coup, plus de poids. Plus rien. J’étais tout léger. Je m’envolais. Est-ce que j’allais vers la lumière ? Oui ce devait être ça… Noooooon pas vers la lumière ! Alors c’était ça quand on était mort ? On ne sentait plus rien du tout ?

Aaaaaaaaaaaah ! Ah nan j’étais pas mort ! J’avais l’impression qu’on m’entaillait la cheville droite au couteau à pain et qu’on le plongeait à l’intérieur de la palie pour l’ouvrir un peu plus ! Aaaah ! la douleur était intenable ! Je sentais que c’était tout chaud tout autour, y avait un truc qui coulait… Je savais pas i c’était moi qui saignais ou si la personne qui m’avait attaqué était en train de pleurer sur la cheville qu’elle me désossait.

Dans ma tête je voyais l’image de mon os ressortant de ma jambe. Ca me lançait dans le pied. Et là je sentais que je partais vraiment. Parce que si tout à l’heure j’avais l’impression de voler, je sentais encore le sol dans mon dos, comme si je m’enfonçais dedans en même temps. Là… Là maintenant j’avais plus rien. J’avais juste de l’air qui me fouettait la cheville et qui me faisait grimacer.

« Humpf. »

C’est ce que j’avais fait en tombant dans… Dans ch’ais pas… Je sentais globalement une odeur pourrav. C’était dégueu. Et c’était pas droit comme le sol. C’était mou. Est-ce que c’étaient des corps en décomposition ? Oh Gosh j’allais mourir comme ça… Comme un pourri dans une benne…

Le temps passa. Moi j’avais mal. J’essayais de bouger un peu. Je commençais à revoir. C’était flou mais je voyais. Mon corps était lourd. Je me relevais un peu et mes yeux tombaient sur ma cheville. J’aurais pas dû. C’était une grosse entaille que j’avais là. Et ça pissait le sang. Rien que pour ça, je m’allongeais de nouveau dans les poubelles… Parce qu’en fait c’étaient des poubelles. Je fermais les yeux et j’attendais… J’allais peut-être me vider de mon sang.

Mais y a quelqu’un qui revenait. Je fermais bien les yeux pour pas qu’il remarque que j’étais un peu plus conscient que tout à l’heure. J’aurais peut-être pas dû… La personne me relevait sans ménagement et d’un coup, je me sentais happé dans un tuyau. Comme dans une montagne russe trop petite pour moi. Lorsqu’enfin le drame cessa j’avais encore plus mal à la cheville… Mais mon poignet aussi. Je pouvais pas m’empêcher de bouger j’avais l’impression qu’il me manquait des trucs, que tout était pas à sa place. Et j’avais tellement mal de partout que je me tournais sur le côté, et que je rendais mes tripes comme une loque… Je supportais décidément pas le transplanage, encore moins quand j’étais désartibulé.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Echappée belle

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 6 sur 10

 Echappée belle

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.