AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Chemin de Traverse :: Boutique d'Animaux Magiques
Page 1 sur 6
Deuxième étage de la Boutique d'Animaux Magiques
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
Evan
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Fourchelang
Occlumens


Deuxième étage de la Boutique d'Animaux Magiques

Message par : Evan, Mar 5 Mai 2009 - 15:16


Voici le deuxième étage de la boutique !

Vous pouvez dès à présent poster !

Bonne journée.
Revenir en haut Aller en bas
Peyton
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplannage
Animagus : Licorne


Re: Deuxième étage de la Boutique d'Animaux Magiques

Message par : Peyton, Lun 11 Mai 2009 - 20:13


Appartement d'Argan Revanor et de Peyton Sawyer




(en gros, ça peut donner un truc comme ça.... :embarassed: )




SUITE DU RP DE LA BOUTIQUE :


Alors que Peyton venait d'embrasser Argan, celui-ci la reprit dans ses bras tendrement.

- T'es géniale.

Sur le coup, la jeune femme explosa de rire sous l'effet de la surprise. Il fallait dire qu'elle s'attendait à tout sauf à ces mots... Jamais on ne lui avait dit un mensonge pareil. Géniale? Elle? Géniale avec plein de défauts oui... une fois calmée, elle regarda Argan et lui faisant un clin d'œil un rien provocateur, elle lui répondit :

- Ouai, je sais... on me le dit souvent! puis, reprenant son sérieux, elle le dévisagea d'un air grave. Je sais pas d'où tu peux dire une chose pareille! Elle lui donna alors un petit coup de coude malicieux.

Peyton ne savait pas trop où cette histoire allait déboucher mais elle ne voulait pas se prendre la tête avec ces inquiétudes pour le moment. Carpe Diem. Posant son bras sur le canapé, elle pencha sa tête dessus et observa Argan. Il était so sex avec sa bouteille de bière vide et ses mégots de cigarettes et elle n'était pas mécontente de se retrouver là avec lui...

- Tu m'fais visiter le reste de la maison? Jamais vu les étages.... lui demanda-t-elle soudainement, se stoppant elle-même dans sa contemplation.

Elle n'avait absolument aucune idée derrière la tête... jamais. Peyton n'avait jamais de but précis lorsqu'elle posait de telles questions. Seulement, elle n'avait jamais vu le reste du bâtiment. Elle savait juste qu'il y avait deux appartements mais rien de plus.

- Les étages, c'est en haut, je t'accompagne ?

- C'parti alors! dis moi, d'où vient ta passion pour les bestioles?

- J'sais pas, quand j'étais p'tit j'avais toujours voulu avoir un machin poilu. Pis j'veux m'faire du fric.

- La passion du fric... bêtise de l'homme. Pire erreur peut-être.

- D'où tu sors ça ? Sans fric, j'aurai même pas de pompes, t'imagines un peu ?

- Sans fric, le mec pauvre de la rue d'en face ne le serait pas... la pauvreté chez les hommes, elle se traduit par le manque de partage et ça, on l'oublie souvent.

- T'as avalé un manuel de philo ?

- Excuse-moi, j'ai souvent des coups de speed... c'est mon côté "j'aurai aimé faire science po si je n'avais pas été une sorcière..."

- C'est pour ça que t'es à la rue ?

Peyton frappa amicalement l'épaule d'Argan avant de rire et de lui répondre, alors qu'ils montaient tranquillement les marches :

- C'toi qu'est dans la rue!! on est dans la même galère... bon alors, y'a quoi en haut?

- Deux étages, mais j'ai pu acheter que le deuxième aux HLM...

- Direction le deuxième alors! je fais comme chez moi ça m'arrive....

- Ben normal c'est chez toi.

- ça va n'abuse pas non plus je suis que co-gérante... lui répondit-elle d'un air surpris.

- Oui, mais pour payer, je me suis servi sur ton compte!

- Bon ça va alors... on peut dire que c'est à moitié chez moi...

Sur ces paroles, Peyton ouvrit la porte à l'aide de sa baguette. Dans l'appart, tout était déjà convenablement rangé, tel qu'elle l'espérait. Elle n'eut cas se caler dans le sofa qui débouchait juste dans la pièce principale. Argan avait eut une excellente idée. Le week-end et les jours fériés, elle serait au Red House ou à Alati's. La semaine, elle serait dans l'appart du deuxième, avec son boss. Niquel.


Dernière édition par Peyton le Dim 28 Fév 2010 - 18:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Peyton
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplannage
Animagus : Licorne


Re: Deuxième étage de la Boutique d'Animaux Magiques

Message par : Peyton, Dim 7 Juin 2009 - 14:37


~~

Cher Argan,

je ne pourrai pas venir à la boutique pendant quelques temps car j'ai un souci de l'ordre du médical. Je te prie de m'excuser, et j'espère que je pourrai à nouveau venir m'occuper de nos chères petites bestioles adorées.

A bientôt,
Peyton.


~~

Cette lettre, Peyton l'avait écrite et envoyée grâce à Elie il y a un mois... Depuis, elle n'avait plus eu de nouvelles d'Argan et n'en avait pas non plus données, pour sa sécurité. Bien sûr, elle n'avait pas pu lui dire la vraie raison qui l'amenait à se cacher et elle avait eut de la peine à le faire. Après un mois, enfermée, en sécurité, au QG de l'Ordre, Peyton avait décidé de faire face aux accusations et à la traque que menaient les aurors sur elle. Même si Argan était auror, elle devait aller travailler. Pour prendre l'air. Et puis, en sa présence, elle ne risquait pas grand chose.. au fond d'elle même elle espérait qu'Argan ne laisserait pas ses collègues la malmener. Peyton préféra ne pas rentrer dans la boutique mais d'aller à l'étage, dans leur appartement privé, où personne ne savait qu'elle habitait. En théorie. Ouvrant la porte, elle alla directement dans sa chambre et envoya Mitus chercher Argan.
Revenir en haut Aller en bas
Actarius Bright
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Aigle royal
Fourchelang
Occlumens
Chercheur (Créatures Magiques)


Re: Deuxième étage de la Boutique d'Animaux Magiques

Message par : Actarius Bright, Ven 25 Fév 2011 - 22:59


Précedemment
____________

Après un temps de vol qui parut bien court au Phénix, il arriva, toujours sous sa forme d'Aigle, à la boutique dont il était à la fois l'heureux et triste gérant, son phénix sur les pattes -pour ne pas dire les talons-. Vu que c'était les vacances, le début des vacances, le Chemin de Traverse était bondé de gens, adultes, vieillards ou enfants, riches et pauvres, qui étaient pour certains accompagnés de leur animaux domestiques. Perceval alla se poser sur l'écriteau au-devant de la boutique, accompagné par Fafnir, et porta un regard, qu'on pourrait qualifier de mélancolique, sur le monde. Ils paraissaient tous, en majorité du moins, heureux, heureux d'être là à faire les boutiques, en famille... Famille...

Actarius descendit dans une petite ruelle discrète que les gens remarquaient rarement -et qu'il n'avait jamais lui-même remarqué avant de travailler avec Eladora-. Il se demandait d'ailleurs où elle avait pu s'en aller si subitement en laissant juste un mot tout sauf précis. Avait-elle des soucis? Il ne savait absolument pas... Il aimerait pourtant. Espérait-il au moins qu'elle daigne donner de ses nouvelles de temps à autres...

Reprenant forme humaine en moins de trois secondes, l'habitude, il pénétra dans la boutique par la porte de service sis dans la même ruelle. Cette porte scellée d'un cadenas et de quelques sortilèges basiques de défenses débouchait directement dans l'arrière-boutique. Le jeune homme s'arrêta, son phénix sur l'épaule, et éplucha du regard la pièce. Sobrement décorée, un canapé et quelques fauteuils rembourrés, quelques tableaux dont quelques-uns venu tout droit de chez les moldu, une table dans le cercle formé par les fauteuils et un bureau dans l'un des coins de la pièce; bureau mal rangé d'ailleurs.
S'extirpant de sa contemplation, le Phénix grimpa lourdement les marche de l'escalier et déboucha au second étage qu'il n'avait encore pas vraiment prit la peine de visiter en profondeur.

Tristesse... Je ne comprends pas pourquoi elle ne venait presque jamais en ce lieu...

En effet, en observant les murs, le couloir et même le plafond, Actarius se dit que ce lieu avait vraiment besoin d'entretien. Mais que venait-il chercher là déjà? Rien de particulier. Juste s'occuper l'esprit et le corps afin de s'oublier un peu, sa mélancolie et lui-même. D'ailleurs, faudrait qu'il pense à se trouver un elfe de maison non pas pour s'occuper de ce lieu -même s'il l'envisageait-, mais aussi pour s'occuper de ses deux autres propriétés. Avec toutes ses activités, il n'avait vraiment pas le temps de s'en occuper.

Il descendit rapidement dans la boutique, à proprement parler, et se dégotta un elfe à sa convenance. Civilité faite, il demanda au petit être magique de l'aider à faire le ménage. Fallait qu'il lui trouve d'ailleurs un nom parce que "Toi", franchement... Plus tard! Ils accomplirent dans un lourd silence, la tâche que Perceval s'était fixée, s'attaquant même à l'arrière-boutique et la ménagerie, vu l'efficacité des deux êtres. S'il n'avait franchement aucun intérêt à être là, il ne comptait pas ouvrit ce jour-là, il devait bien avouer que travailler lui avait fait pensé à autre chose que sa conscience.

Aster, tu t'appelleras dorénavant Aster, dit-il en s'adressant à l'elfe qui l'avait accompagné dans son nettoyage en profondeur. Écoute attentivement maintenant.

Perceval demanda à la créature de partir s'occuper de la maison de Londres puis du manoir à Loutry. Alors qu'il lui adressait conseils et recommandations, il crut apercevoir la silhouette de son père et de sa mère dans la même pièce que lui, sachant pourtant qu'ils étaient morts. S'il n'arrêtait pas de penser à certaines dont des souvenirs et quelques regrets, il dût s'avouer qu'il pensait à eux plus que la normale c'est dernier temps. Plus tard, alors qu'il se retrouvait seul avec Fafnir, il les aperçut de nouveau et se retrouva au bord des larmes. Depuis qu'ils étaient morts, il y a environ une quinzaine d'année environ, il n'avait pas pu se rendre sur leur tombe, son très cher précepteur ayant montré sa "vraie" nature et l'ayant obligé à s'exiler en Angleterre. Aujourd'hui, s'il était arrivé à parfaitement s'intégrer au monde britannique et à se faire -et se considérer- comme britannique, Actarius ressentait, l'envie, non, le besoin de retourner à ses origines, en Bulgarie. Le mal du pays comme on dit. Sans tarder d'ailleurs, il se résolu à s'y rendre sur le champ, s'interrogeant sur les surprises que pourraient lui réserver ce voyage improvisé.

Il n'était franchement pas vêtu pour une telle expédition, mais vous l'aurez compris, il était plein du désir d'y retourner, comme possédé, et il allait prendre la route sur le champ, toujours accompagné de son fidèle phénix. Il n'avait prévenu personne, même pas l'ordre. Le voyage qu'il désirait entreprendre n'était de toute façon pas prévu et il ne savait pas combien de temps allait lui prendre l'aller-retour mais peut lui importait; d'ailleurs, reviendrait-il?

____________
Suite à venir, [A définir]
Revenir en haut Aller en bas
Calypso Otaway
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage



Re: Deuxième étage de la Boutique d'Animaux Magiques

Message par : Calypso Otaway, Sam 10 Sep 2011 - 15:36


PV Actarius Bright.

Ce RP se déroule longtemps avant les élections et les évènements récents. Il s'agit d'une sorte de flash back en somme.

Céleste n'attendait qu'une seule chose, c'était de quitter cette pièce ou l'atmosphère était lourde et ou l'air lui semblait presque irrespirable. Cette soirée avait été infernale, tout d'abord à cause de la peur qu'elle avait ressentit lorsque Lullaby s'était trouvé mal, mais aussi parce que ses retrouvailles avec Alicia l'avaient chamboulés. Elle ne savait plus vraiment où elle en était. Mais au moins, sa panthère allait bien et cette horrible situation était terminée. Elle ne remercierait jamais assez Actarius d'être arrivé au bon moment. Sinon elles auraient très bien pu s'entretuer. La rousse avait un peu honte certes, mais d'un autre côté, elle n'arrivait pas vraiment à s'en vouloir. Quelque chose au fond d'elle lui disait qu'il fallait que cette rencontre ait lieu. Mais ce qu'elle pouvait se sentir mal ...

Alicia n'avait pas tergiversé non plus. Elle semblait elle aussi être épuisée par la soirée et accepta avec joie – semblait-il – de recevoir en cadeau une des petites panthères. Actarius accepta lui aussi, ce qui fit grandement plaisir à Céleste. Au moins elle pouvait lui offrir quelque chose en retour, même si cet humble cadeau ne pouvait pas le remercier pour tout ce qu'il avait déjà fait pour elle, et tout ce qu'il s'apprêtait à faire. Mais c'était déjà un début. La chef des Aurors gardait néanmoins en tête qu'elle lui était redevable. On ne rencontrait pas tout les jours des hommes comme ça, et elle était heureuse de l'avoir rencontré, même si les circonstances de cette rencontre n'étaient pas les meilleures. Et qu'ils se revoyaient à un moment qui n'était pas mieux. Allait-il croire que la demoiselle avait le don de se fourrer dans les problèmes ?

A son plus grand soulagement, il l'attira à sa suite et ils quittèrent la boutique rapidement pour se rendre à l'étage. Ils quittèrent la pièce, avec les panthères et surtout Alicia. Elle avait l'impression que son cœur battait de nouveau normalement et qu'enfin elle pouvait détendre ses muscles crispés. Pourtant elle était loin d'être calme et posée. Son esprit ne cessait de la torturer. Pourtant tout au long du trajet, elle ne dit mot, se contentant de s'approprier ce moment de calme après la tempête et de savourer cette proximité avec le gérant de la boutique qui était loin d'être désagréable. Une fois dans la pièce, il la fit s'asseoir sur le lit et vint la rejoindre. Elle sourit doucement, cette situation lui rappelant étrangement la première fois où ils s'étaient rencontrés. La jeune femme avait été blessée ce jour là aussi, et il l'avait soigné.

“Je dois être vraiment horrible !” laissa t-elle échapper avant de sourire.

Céleste laissa donc Actarius répandre ce que contenait la fiole sur sa peau et sur ses blessures. C'était certes désagréable, mais le fait que ce soit lui qui s'occupe ainsi d'elle la rassurait et la rendait plus sereine. A tel point qu'elle sentait à peine la douleur. Bon il fallait avouer qu'elle ne pouvait retenir de temps en temps quelques grimaces de douleur, mais rien d'insurmontable. Il s'était rapproché d'elle, et lorsqu'il se pencha sur sa poitrine, la respiration de la jeune femme ne put s'empêcher de s'accélérer, soulevant ainsi sa poitrine outre mesure. Mais très vite, (trop vite ?) il eu terminé et s'éloigna, lui déposant un doux baiser sur le front. Sa main venue se refermer sur sa nuque lui provoqua un léger frisson. Elle ferma quelques secondes les yeux avant de lui sourire et de plonger ses yeux ambrés dans les siens. Si bleus, si profonds, si beaux.

Mais au grand étonnement de Céleste, il s'éloigna très vite, la laissant là assise sur ce lit à baldaquin, les yeux étonnés et un peu gênés. Est ce qu'elle aimait l'appartement ? Hein, il parle de quoi là ? Ah oui ... son nouveau chez elle pendant quelques jours, voir quelques semaines. La jeune femme jeta un rapide coup d'oeil autour d'elle, chose qu'elle n'avait pas fait précédemment et trouva l'endroit fort agréable. Et de toute manière, même si ce n'était pas le cas, elle ne s'en serait pas plaint. C'était déjà très gentil de sa part d'accepter qu'elle reste ici quelques temps. Elle se demanda si le lendemain, elle allait pouvoir voir Lullaby et les bébés sans croiser la co-gérante de la boutique créant ainsi une nouvelle situation de rivalité. C'était peu probable. La jeune femme répondit d'une voix triste.

“Oui c'est parfait Actarius. Merci pour tout ce que tu as fait.”

Et maintenant ? Qu'allait-il se passer ? Ils allaient certainement se dire bonne nuit, Actarius ayant certainement autre chose à faire que de veiller sur une petite sotte qui ne savait pas régler ses problèmes autrement qu'en se battant, à main nue qui plus est ! Le beau jeune homme s'était relevé et lui faisait face à présent. Prêt à partir sans aucun doute. Sauf que Céleste ne voulait pas se retrouver seule, pas dans un endroit qui lui était inconnu, pas dans un endroit qui serait vide jusqu'au lendemain. Pas tout de suite, pas encore. Elle ne pouvait néanmoins pas lui demander de rester. C'était purement égoïste et déplacé. La jeune femme baissa la tête et une larme s'échappa venant s'écraser pitoyablement sur sa main. Elle fut alors secouée par un sanglot et resserra ses doigts autour du tissu de son pantalon. Elle était certainement ridicule à pleurer ainsi. Elle n'était plus une enfant !

Elle ne savait pas si c'était l'émotion, les retrouvailles, le danger que courait Lullaby, la perte du bébé ou peut-être tout en même temps ? Mais la jeune femme sentait que son coeur souffrait terriblement. Elle avait mal, elle se sentait mal. Elle avait peur aussi, pourtant elle n'aurait su dire pourquoi. Elle se sentait seule, dépassée, abandonnée. D'un autre côté, elle était troublée de se retrouver si près de cet homme merveilleux ce soir. Elle avait l'impression qu'il réveillait quelque chose en elle. Comme si près de lui elle était rassurée et en sécurité. Comme si sa seule présence pouvait effacer à elle seule toutes les misères qu'elle subissait depuis un moment.

“Ooh Acty ... je suis vraiment désolée que tu ais assisté à tout ça ...”

Il fallait qu'elle se reprenne, qu'elle cesse ainsi de se laisser aller. La pression de ces dernières heures eurent pourtant l'air de s'en aller et pleurer la soulageait irrémédiablement. Elle balbutia :

“C'est une, une longue his... histoire, mais c'est si... si ... sor... sordide !”

Oui elle le savait très bien. Se battre contre Alicia n'était pas la meilleure chose à faire pour améliorer leur relation si du moins il y avait une chance infime qu'elle soit améliorée. Mais là jeune femme, l'esprit embrouillé par les larmes et le chagrin n'arrivait plus vraiment à réfléchir correctement. Elle ne pouvait que profiter de ce moment de faiblesse pour ainsi dire à son hôte ce qu'elle pensait et ainsi détourner son attention de ses larmes pathétiques. Elle releva légèrement la tête et tenta de lui sourire, respirant, expirant afin de tenter de se calmer.

“Merci d'être intervenu. Décidément tu es toujours là au bon endroit et au bon moment. Pour moi en tout cas ...”

Cette fois-ci, à travers l'humidité de ses yeux et de ses paroles, elle put effectivement lui faire un beau et franc sourire. Certes le spectacle ne devait pas être des plus beau. Ses vêtements étaient déchirés si et là, son top pendant lamentablement sur l'une de ses épaules, son pantalon quelque peu malmené semblait sortir d'une machine à laver moldu, et ses cheveux étaient sans aucuns doutes en bataille et peu disciplinés. Laissant la trace de doigts malveillants qui s'en était saisit pour leur compte. Ne voulant pas lui infliger ce spectacle un moment de plus, la jeune femme baissa de nouveau la tête. Elle chuchota alors, comme si elle aurait préféré qu'il n'entende pas ses paroles.

“Je ne veux pas te retenir plus longtemps Acty. Tu dois avoir mieux à faire que de rester ici à m'écouter geindre...”

La jeune femme se tordit les mains avec frénésie, montrant ainsi son état d'esprit torturé et soucieux. Elle ne savait pas ce qu'elle ferait quand il partirait. Pleurer ? Hurler ? Rien du tout ? Parfois il valait mieux ignorer les problèmes et passer à autre chose. Cela revenait-il à fuir ? Oui peut-être. C'était sa spécialité il parait ! Il était temps certainement qu'elle cesse de fuir et qu'elle regarde ses problèmes en face afin de les régler. Mais elle semblait être incapable de penser encore un peu plus à ce qui s'était passé ce soir. Le coeur lourd, elle resta assise sur le lit, impuissante et épuisée, comme complètement vidée. Elle était perdue.
Revenir en haut Aller en bas
Actarius Bright
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Aigle royal
Fourchelang
Occlumens
Chercheur (Créatures Magiques)


Re: Deuxième étage de la Boutique d'Animaux Magiques

Message par : Actarius Bright, Dim 2 Oct 2011 - 3:49


Le regard entre la chambre et la jeune Auror, Actarius ne manqua pas le timbre triste qu'il sentit dans la voix de la jeune femme lorsqu'elle lui adressa ses remerciements ; remerciements qu'il n'attendait absolument pas ! C'est qu'en effet, s'il l'aidait, c'était parce qu'il le voulait bien alors il n'y avait pas de quoi se faire remercier ; du point de vue qui jeune mage en tout cas.
Et c'était peu de dire qu'il ressentait les remords et la peur qui habitaient la jeune Auror, comme tout le monde après une dispute et des échanges verbaux ou même physiques. Il voulait tellement la rassurer, l'aider à ne plus se sentir mal, à sécher les larmes qui s'écoulaient silencieusement le long de ses si douces joues et qui finissaient leur course en une chute libre sur le revers de la main de Céleste.

S'approchant d'elle d'un pas souple et lent, il s'assit sur le rebord du lit, à côté d'elle, là où il s'était trouvé assit quelques secondes plutôt, avant de l'enlacer et la caler contre sa poitrine. Il la serrait doucement, lui frottant tendrement le dos pour l'aider à se calmer et à évacuer ces émotions et sentiments qu'il n'aimait voir chez personne. Ce n'était jamais très jolie à voir, c'était sûr mais c'était surtout que voir une personne -qu'il appréciait particulièrement- triste le mettait très "mal à son aise" -rien à voir avec le mal être classique.

Ainsi la laissa-t-il pleurer contre lui, silencieux, ne cherchant pas à l'interrompre ni à lui souffler des mots qui ne feraient qu'empirer bien plus encore la situation. Le silence était parfois la seule chose dont avait une personne dans un tel état d’esprit ; même si quelqu'un avec qui partager n'était jamais mal-advenu !

Finalement, alors qu'il la voyait partir dans des considérations qu'il jugeait totalement inutile, il posa une main sur sa joue et la fit coulisser jusqu'à ses lèvres, appuyant légèrement son index contre pour lui couper la parole.

Chut, n'en parlons plus, c'est fini maintenant.

Ils restèrent ainsi, silencieux, quelques longues secondes à écouter leur respiration quand Actarius se permit un petit sourire, amusé par la réflexion que venait de faire l'Auror à propos de leurs rencontres qui s'étaient une fois sur trois déroulées dans des cadres et des situations assez particulières...

Plongeant son regard dans celui de la magnifique demoiselle qui s'était un peu écarté de lui et qui le fixait, il lui adressa un petit sourire pour la rassurer puis alla l'enlacer de nouveau, la gardant contre lui et lui caressant doucement la nuque. Il ne releva pas même lorsqu'elle l'autorisa, d'une certaine manière, à l'abandonner seule, à son propre sort dans cette pièce silencieuse et "sombre". Il la serra plus encore contre lui à ce moment-là et déposa un doux baiser sur son front, laissant ses mains dans le même temps glisser sur le cœur de la jeune femme jusqu'à la prendre par les hanches, choses qu'il n'avait encore jamais osé faire avec elle jusque-là. Ce n’était absolument pas qu'il voulait la consommer ou qu'il était en manque d'amour. Du tout, mais il se sentait comme attiré par elle... Beaucoup trop subtil pour qu'il puisse lui-même le comprendre.

Ce n'est pas comme s'il chercha d'ailleurs à comprendre lorsqu'il trouva eut trouvé et épousé les formes des douces et délicieuses lèvres de son invitée. Qu'est-ce qu'il lui prenait de faire ça ? Telle était la question qu'il se posait en son for intérieur mais d'une ne pouvait entendre, les martellements de son cœur s'étant fait plus rapide et puissant tandis qu'en lui explosait mille et un feu d'artifice alors qu'il retirait une main des hanches de la jeune femme -l'enroulant du coup pour la garder contre lui- pour la poser derrière la nuque garnit de la jeune dame...
Revenir en haut Aller en bas
Calypso Otaway
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage



Re: Deuxième étage de la Boutique d'Animaux Magiques

Message par : Calypso Otaway, Sam 8 Oct 2011 - 20:58


Actarius s'était doucement rapproché de la jeune femme et l'avait tout simplement prit dans ses bras, la serrant contre elle pour la rassurer et la réconforter. Cette simple proximité remettait un peu de baume au coeur de la jeune femme qui avait l'impression que tout s'était écroulé autour d'elle. Que les murs ne pouvaient plus rien soutenir et que bientôt elle allait se retrouver sans abri. Sans rien pour la retenir. Et les bras du jeune homme autour d'elle la rassuraient et la berçait doucement servant de pilonne à toute cette bâtisse qui menaçait de partir en miette. Bientôt sans même qu'elle s'en rende compte, ses larmes cessèrent de couler laissant uniquement un gout amer et humide sur ses joues.

Elle resta là tout simplement posée contre lui, sentant sa respiration dans ses cheveux, les battements de son coeur tout près d'elle. Sa chaleur ...
Elle se rappela alors de leur première rencontre, se souvint des moments qu'ils avaient passés ensemble et se surprit à se complaire dans cette proximité avec lui. Comme si cette position tout contre Actarius était naturelle, normale, comme si cela avait toujours été le cas, comme si cela aurait du être comme ça et que ce n'était que l'accomplissement de quelque chose qui planait dans l'air depuis un moment. C'était l'évidence même. Elle essuya ses joues effaçant les dernières traces de tristesses encore visibles puis déposa une main délicate sur celle du beau jeune homme. Elle laissa courir ses doigts sur les siens sans même s'en rendre compte, pensive.

Elle s'éloigna ensuite un peu de lui, afin de venir se perdre dans la profondeur de ses magnifiques yeux. Étrangement son coeur devint léger et sa proposition de la laisser ici seule affola son esprit. Elle supplia les cieux pour qu'il n'est pas entendu, qu'il ne l'est pas prise en considération, qu'il ne se lève pas et la laisse ainsi perdue et livrée à son sort. Elle avait plutôt envie de se créer un nid bien chaud dans le creux de ses bras et de s'y perdre comme dans un labyrinthe infranchissable. Ses yeux se mélangèrent aux siens et un sentiment de bonheur l'empli. Comme si toutes les horreurs qui s'étaient passées ce soir venaient de s'envoler pour ne laisser place qu'aux bonnes choses.

Son coeur manqua un battement quand il l'attira de nouveau tout contre lui et lui caressa doucement la nuque, déposant un baiser sur son front. Puis il s'emballa de plus belle quand les doigts d'Actarius se posèrent sur son coeur, descendant lentement jusque ses hanches. Elle ne s'y attendait pas et fut au début surprise, mais ces gestes tendres étaient loin d'être désagréables. Les choses devinrent d'ailleurs encore plus délicieuses quand sans crier gare ses lèvres vinrent gouter aux siennes, douces et chaudes lui provocant un irrésistible frisson le long de l'échine. Son parfum enivrant la fit s'envoler vers d'autres horizons alors que les doigts de la rousse remontaient doucement le long des bras de son compagnon pour aller s'enrouler autour de son cou, lui rendant son baiser avec tendresse et ferveur.

La main du co-gérant se déplaça pour aller se placer sur sa nuque, empêchant la rousse de s'éloigner de lui. Mais ce mouvement était vain si ce n'était inutile, car elle n'avait pas un seul instant eu l'intention de s'éloigner du jeune homme. Actarius était de ceux qui pouvaient la captiver au point de lui en faire perdre la tête. Il était différent, avait quelque chose que personne d'autre n'avait, même si elle n'avait pas réussi à mettre le doigts dessus. Du moins pas encore. Se laisser enivrer et aller avec lui, elle n'y voyait aucuns inconvénients. Passant une main dans ses cheveux, elle recula rompant le délicieux contact pour reprendre sa respiration et en profita pour aller de nouveau plonger ses yeux dans les siens.

Devait elle parler ou quoi que ce soit d'autre, elle ne le savait pas en revanche elle n'avait aucunement l'envie de rompre ce moment magique et inattendu. Elle voulait l'emprisonner et le garder égoïstement près d'elle pour le reste de la nuit. Sans lui elle ne résisterait pas c'était certain. Passant un doigt sur ses lèvres, elle lui accorda un sourire franc et rayonnant, un sourire qu'elle ne pensait pas pouvoir avoir ce soir là. Encore une fois il avait su la faire se sentir bien. Encore une fois il avait prit soin de l'Auror et il le faisait avec un coeur et une foi touchante et incroyable. Un petit sourire taquin apparut sur ses lèvres et Céleste rapprocha ses lèvres du cou d'Actarius ou elle déposa un doux baiser avant de murmurer à son oreille.

“Je parle trop c'est ça ?”

Elle laissa échapper un rire et épuisée elle se laissa tomber sur le lit qui rebondit un peu avant de se stabiliser. Les yeux rivés sur le plafond, elle soupira. Quelle drôle de soirée vraiment ... Lullaby qui lui avait fait une belle frayeur, la perte du premier petit, les “retrouvailles” avec Alicia, la venue d'Actarius. Oui une soirée chargée en émotion et la jeune femme avec toute la pression accumulée était plus qu'épuisée. Ou alors était-ce le combat ? Alicia il fallait avouer avait une force de lionne en furie. Céleste se massa machinalement le bras gauche qui lui semblait meurtrie, repensant au combat acharnée qu'elle avait mené contre son ancienne meilleure amie. Puis elle se releva très légèrement sur les coudes afin de jeter un oeil sur Actarius.

“Tu sais que tu es en train d'héberger la pire des hors la loi ? Peut-être que pour ta sécurité tu devrais me jeter dehors sans ménagement...”

Elle se mordilla la lèvre inférieure, la mine néanmoins de nouveau réjouie, ses yeux rivés sur lui, attendant sa réaction. Il était toujours là en dépits de la scène pittoresque qu'elle l'avait laissé voir tout à l'heure. Cet homme était tout simplement en or. Sa simple présence lui suffisait à se calmer et à se sentir mieux. Son simple regard la transportait dans un autre monde. Mais ses caresses...
Ses caresses étaient un festin royal qu'elle ne pouvait goûter qu'en l'appréciant infiniment. Un met si délicieux qu'on ne pouvait qu'en redemander encore même si ce n'était que par gourmandise. Elle se rappela alors qu'elle n'avait pas mangé ce soir.
Revenir en haut Aller en bas
Valens Fenwick
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) :
Permis de Transplanage


Re: Deuxième étage de la Boutique d'Animaux Magiques

Message par : Valens Fenwick, Lun 26 Mar 2012 - 15:09


Le jeune stagiaire passait un coup de chiffon sur les cages pour en récupérer la poussière et leur rendre un peu de brillant. Il devait de temps à autre éviter les coups de griffes d'animaux un peu joueurs qui voyaient là une bonne occasion de s'amuser un peu avec cette bonne vieille distraction, embêter le stagiaire. Quelques rares animaux le faisaient pour un autre raison car parfois un peu de poussière n'était pas récupéré par le chiffon mais tombait pile sur le museau de l'animal et, un peu énervés d'être dérangés ainsi, faisait valoir leur mécontentement par un coup de griffes bien senti.

Le jeune Serpentard aimait travailler ici. La directrice était très sympathique avec lui et il apprenait beaucoup sur les différents animaux qui étaient vendus en ces lieux. De plus, à l'exception de quelques bêtes un peu vicieuses (il soupçonnait fortement un hibou petit duc d'être un démon incarné, probablement le Grand Dévoreur d'Index Droit), s'occuper des animaux était vraiment agréable. On pouvait d'ailleurs que beaucoup d'entre eux devenaient votre meilleur ami (pendant au moins 5 minutes à chaque fois que vous les nourrissiez).

Du coin de l'oeil, il aperçut madame Newman passer. Il se retourna alors brusquement pour lui faire face et la salua. Il bouscula du même mouvement les cages qui se retrouvaient à présent derrière lui et s'y colla pour les stabiliser. Il arbora un sourire un peu contrit pour signaler qu'il était désolé de ce chambardement mais qu'il n'y avait pas de mal. Mais son salut ne se passa pas exactement comme il s'y attendait. Lorsque il ouvrit la bouche pour parler, il prononça ces paroles d'une voix un peu étrange.

Grosse truie!

Horrifié par ce qu'il venait de dire, il plaqua ses mains sur sa bouche subitement. Un silence pensant plana pendant quelques instants qui semblèrent presque irréels. Comment avait pu raconter une telle horreur? A une femme enceinte qui plus est. Et qu'il appréciait énormément. Allait-elle se fâcher? Crier? Lui lancer un maléfice? Le licencier sur le champ? Sentant la panique monter, il se força à rester calme et ôta les mains de sa bouche pour tenter de s'expliquer, de s'excuser. Mais les mots qu'il prononça alors ne vinrent en rien améliorer la situation.

Sac à patate!

Non! non! Ce n'était pas ce qu'il avait voulu dire! Que se passait il? Etait il victime d'un maléfice? Les yeux agrandis par la panique, il chercha en vain une explication qui aurait pu le sortir d'une manière ou d'une autre de ce bourbier dans lequel il s'était involontairement enfoncé...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Re: Deuxième étage de la Boutique d'Animaux Magiques

Message par : Invité, Jeu 29 Mar 2012 - 13:05


Les livres de compte... Alicia détestait cela et cherchait tous les moyens d'éviter ce moment fatidique où elle serait obligée de se rendre dans l'arrière-boutique pour s'atteler à la comptabilité. Nourrir les chats, jouer avec les demiguises, s'occuper des animaux un peu plus dangereux tels que les loups ou les panthères, tout y passait ! Seulement voilà... Mike et Valens étaient terribles efficaces, réduisant ses tâches. Pour le coup, il ne lui restait plus que les ventes et... La comptabilité. Avec un soupir, elle passa une main sur son ventre puis se dirigea, bon gré mal gré, vers ce lieu de torture qu'était l'arrière-boutique dès qu'il s'agissait de mettre à jour les comptes. Elle passa devant les chartiers et par extension, devant Valens qui faisait un peu de ménage.

La jeune femme sourit en le voyant travailler. Bien qu'un peu maladroit, il était très efficace et avait un bon instinct au niveau des ventes. Elle ne regrettait absolument pas de l'avoir pris avec elle à la boutique au final. Il était motivé et puis, ça lui permettait d'apprendre... En plus de gagner un peu d'argent de poche ! La vie était pleine de surprise et Alicia espérait de tout coeur qu'il se servirait de cet argent avec intelligence. Elle-même avait eu sa part de coups durs, surtout après sa sortie de Poudlard. Sa chance avait été d'avoir une meilleure amie prête à l'aider et de s'être dégoter un job dans l'animalerie avec celui qui allait être son frère de coeur... Jusqu'à ce qu'ils se rendent compte après des années à travailler ensemble qu'ils l'étaient vraiment...


Grosse truie !

L'insulte la sortit de ses pensées et Alicia fut choquée de voir Valens, les deux mains sur sa bouche. Était-ce bien lui qui l'avait appelé ainsi ? Lui qui était si respectueux qu'il n'arrivait pas à l'appeler par son prénom et à la tutoyer lorsqu'ils étaient à la boutique, alors même qu'elle insistait ? Elle fronça les sourcils et attendit les explications de son stagiaire. Celui-ci retira peu à peu ses mains mais une autre insulte sortit de sa bouche.

- Je peux savoir ce qu'il t'arrive ?

Une douce colère montait peu à peu en elle, mais quelque chose la retenait d'exploser. Elle ne se souvenait pas qu'il avait une voix si étrange... Quelque chose clochait, son instinct le lui soufflait, aussi elle tâcha de rester calme, attendant de comprendre la situation...
Revenir en haut Aller en bas
Valens Fenwick
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) :
Permis de Transplanage


Re: Deuxième étage de la Boutique d'Animaux Magiques

Message par : Valens Fenwick, Jeu 29 Mar 2012 - 18:23


La voix d'Alicia l'avait fait frémir. On sentait dans son timbre la colère venir à elle. Et il y avait de quoi! La traiter de grosse truie ou de sac à patates, surtout lorsque elle était enceinte, était des plus malvenus. Il l'a détournait de son travail au seul motif de l'insulter. Et elle faisait partie du petit nombre de personnes qu'il ne tenait ni à blesser, ni à facher. Or, complètement indépendament de sa volonté, il était en train de faire les deux. Il se voyait lancé à pleine vitesse dans le mur sans trouver aucun moyen de s'arrêter avant la limite fatale.

Etait-il en train de ruiner tout ce qu'il avait construit jusque ici? Sa relation naissante et fleurissante avec Alicia et la confiance qui en résultait? Sa vie à l'école? Ses amis et ceux qui étaient davantage encore? Quel funeste destin était celui qui semblait le conduire tout droit à sa déchéance, l'infamie n'était pas sienne mais cela ne faisait nulle différence s'il en était le vecteur. Son souvenir serait à jamais entâché de la faute qu'il commetait contre son gré.

Il devait faire quelque chose, à tout prix, cela ne pouvait plus durer. Il sentait la panique doucement le gagner et il ne serait bientôt plus en mesure de faire quoique ce soit. Un de ses pires cauchemars semblait sur le point de se réaliser. Il se demanda un instant si ce n'était pas là un vicieux épouvantard avant de réaliser que ce n'était qu'un fol espoir, la situation était bien réelle. Sortant prestement sa baguette, il essaya de se lancer sur lui même un finite incantem, mais alors qu'il tentait de prononcer la formule, une nouvelle insulte se fit entendre à la place de cette voix toujours aussi étrange.

Suppôt de l'affreux!

Ses yeux s'écarquillèrent de terreur. Cette fois ci toutes les bornes étaient dépassées. Sa bouche était restée ouverte mais plus aucun son ne pouvait en sortir. Les larmes commençaient à couler de quelques gouttes le long de ses joues. Ses jambes tremblantes n'étaient plus à même de supporter son poids. Tremblant, adossé aux cages, il commença tout doucement à glisser le long des cages. La foudre semblait l'avoir frappé et plus rien d'autre n'existait, la stupeur l'avait pris dans son giron et ne semblait plus vouloir le relâcher.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Re: Deuxième étage de la Boutique d'Animaux Magiques

Message par : Invité, Dim 1 Avr 2012 - 12:11


Les sourcils légèrement froncés, elle patientait, attendant de voir ce qu'il lui dirait pour sa défense. Sincèrement, cette attitude surprenait vraiment la jeune femme. Jamais elle n'aurait pensé Valens capable de faire cela. C'était l'attitude des gens qui ne valaient pas mieux que... Que des chartiers tiens ! Animal qu'elle détestait cordialement et à qui elle jetait régulièrement, toutes les semaines en somme, un sort de silence. D'ailleurs, n'était-il pas temps de le faire ? Elle ne se souvenait plus vraiment quand est-ce qu'elle l'avait fait la dernière fois... Peut-être que le sort s'était dissipé !

Suppôt de l'affreux!

L'insulte, si ça en était une, la sortit de ses pensées. Elle mit deux secondes avant de se rendre compte qu'il venait de la traiter de Mangemort... Un sourire naquit sur ses lèvres, sourire qui s'agrandissait au fur et à mesure qu'elle ne parvenait plus à contrôler son fou rire. Quelqu'un d'autre aurait certainement été blessé, en colère ou autre, mais elle, devant l'incongruité de la situation, elle ne pouvait qu'éclater de rire. Pour le coup, elle devrait raconter cet épisode aux autres, ils risquaient aussi de bien en rire. Suppôt de l'affreux... Non vraiment, c'était tout ce qu'elle n'était pas ! Elle qui passait son temps à leur mettre des bâtons dans les roues... Quoi que certains étaient assez amusant. Elle se souvenait de son combat contre 14... Autant dire que ça avait été une vraie rigolade. Par contre, contre 94 et 62, ça avait été vraiment plus dangereux...

Secouant la tête, elle finit par se calmer et par revenir au temps présent. Valens n'était pas bien et elle voyait bien qu'il ne contrôlait pas ce qu'il disait. Donc soit c'était quelqu'un qui avait pris le contrôle de son corps, mais c'était peu probable vu qu'il semblait se rendre compte de la situation, soit il y avait un coup des chartiers là dessous !


- Valens, tu veux bien venir ici et me répéter tout ça s'il te plaît ?

Alicia entrevoyait un peu une solution pour comprendre tout ça, encore faudrait-il que son instinct ne la trompe pas !
Revenir en haut Aller en bas
Valens Fenwick
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) :
Permis de Transplanage


Re: Deuxième étage de la Boutique d'Animaux Magiques

Message par : Valens Fenwick, Dim 1 Avr 2012 - 13:46


Elle voulait maintenant qu'il avance vers elle pour lui redire ça en face. Et il savait qu'il ne pourrait pas contrôler ce qu'il dirait, qu'il ne contrôlait pas ce qu'il disait. S'en était fait de lui, il n'aurait même pas l'occasion de s'expliquer, de crier son innocence. Les seuls sons qui sortiraient de toute manière n'auraient qu'ajouté à son infamie. Il s'était involontairement retourné contre une personne qui avait tout fait pour l'aider. Mais involontairement ou non, le crime était commis et il l'était de sa main... enfin de sa bouche en l'occurence.

La mort dans l'âme, il reprit assez de forces pour se redresser tant bien que mal, bouche fermée et la tête baissée en signe de contrition. Pas après pas, il avançait vers Alicia, chaque pas le rapprochant un peu plus d'une fin inéluctable. Pas après pas, sa marge de manoeuvre rétrecissait et les solutions qu'il imaginait, plus folles les unes que les autres, devenaient de plus en plus impossibles à réaliser.

Laissant derrière lui la cage du chartier contre laquelle il s'était heurté, il arriva bientôt devant sa patronne sans qu'un seul son ne retentisse à nouveau. Sans oser vraiment espérer, mais sans que sa situation ne puisse vraiment empirer. Il tenta de nouveau une explication. Cette fois encore, une insulte retentit, mais avec un petit décalage cette fois, comme une sorte d'echo. La voix semblait plus lointaine.

Je... Tu as eu ton permis de transplaner dans une chocogrenouille?

Sa voix? Sa voix était sortie avant que l'insulte ne jaillisse. Il regarda sa directrice avec un air mi-surpris, mi-craintif. Les deux voix était clairement différentes. Le maléfice était il en train de se rompre? Allait il être sous peu libéré? Allait-il pouvoir s'expliquer? Un petit espoir pointa alors le bout de son nez alors que la situation venait de passer d'impossible à compliquée. Il faudrait qu'il s'explique et s'excuse mais il ne passerait pas le reste de ses jours à insulter les gens auxquels il tenait.

En attendant d'être enfin débarrassé de ce sort, il observa attentivement les réactions d'Alicia afin de se préparer à ce qui allait suivre en déchiffrant au mieux ses expressions...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Re: Deuxième étage de la Boutique d'Animaux Magiques

Message par : Invité, Jeu 12 Avr 2012 - 13:40


Un sourire, un regard rieur et plouf ! Valens avança vers elle, un pas après l'autre, craintif malgré tout. Elle n'avait encore jamais torturé personne si c'était ça qui l’inquiétait ! Et puis, elle pensait avoir trouvé ce qui avait créé tout ça. Lorsqu'il fut près d'elle, il ouvrit de nouveau la bouche et cette fois, deux voix retentirent, distinctement. Celle de son élève bien sur, mais aussi et surtout une autre, plus injurieuse qu'Alicia n'avait que trop souvent entendu depuis qu'elle travaillait dans la boutique, depuis plus d'une décennie donc.

Avec un sourire, elle lui fit signe de se tourner et lui montra la cage qu'il avait heurté quelques minutes auparavant. Un chartier s'y trouvait et Alicia n'avait peut-être pas assez parlé de cet animal à son jeune stagiaire. En plus, tout était de sa faute à elle. Si la gérante avait pensé à remettre le sortilège de mutisme, jamais Valens n'aurait eu cette expérience embarrassante. Mais on apprend de ses erreurs et elle comptait bien en profiter pour enseigner quelques petits trucs à son Serpentard.


- Regarde, tu étais devant un chartier. Il tient bien son nom et l'expression "jurer comme un chartier" le désigne très bien. Il ne sait que proférer des insanités... Et celui-ci est le plus ch**nt d'entre tous. En temps normal, je leur jette un sort de mutisme toutes les semaines, mais il me semblait bien l'avoir oublié et il en a profité. Relax donc, arrêtes d'imaginer que je vais t'écorcher vif ! Lui dit-elle en lui tirant la langue. Tu n'y es pour rien, mais ça te servira, toujours faire attention aux chartiers, c'est un mantra à bien mémoriser ! Allez, vas faire une pause, tu en as besoin je pense...

Elle le poussa gentiment en direction de l'arrière-boutique puis le devança et y alla. Sa comptabilité l'attendait toujours, mais elle rassurerait Valens avant de s'y mettre... Tout plutôt que de se plonger dans les livres de comptes ! Elle arriverait bien à les refiler à Actarius à un moment donné ou à un autre... Serpentard un jour, Serpentard toujours !
Revenir en haut Aller en bas
Valens Fenwick
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) :
Permis de Transplanage


Re: Deuxième étage de la Boutique d'Animaux Magiques

Message par : Valens Fenwick, Jeu 12 Avr 2012 - 15:12


Alicia lui fit un sourire. Etait-ce le dernier auquel il aurait droit? Etait ce en souvenir de leur entente passée? Elle le fit se tourner et il poussa un soupir. Voulait-elle qu'il ne voit pas le coup venir pour sa punition pleinement justifiée? Voulait-elle lui désigner la porte qu'il devrait franchir une fois pour toute afin de ne jamais revenir? La marche funèbre retentit dans sa tête et il entrevit dans son imagination une porte plongée dans l'obscurité qui se refermait en claquant bruyamment plusieurs fois à la suite comme une gueule menaçant de le dévorer.

Mais ce ne fut pas une porte que sa patronne lui montra, ni même un chevalet, encore moins une vierge de fer ou un pal. Elle lui montra une cage. Le serpentard ne comprit pas tout de suite. Allait-elle en châtiment l'enfer dans une cage exigu dans laquelle il ne pourrait tenir que comprimé et confiné? Il frissona à cette idée mais se redressa, droit et digne devant la sentence. Il affronterait le supplice de la cage sans un cri, sans une larme.

Pourtant elle ne sembla pas vouloir l'y faire rentrer. Elle lui présenta l'animal devant lequel il s'était tenu, celui qu'il avait malencontreusement bousculé. C'était un chartier. Oui, un animal de plus dans une boutique d'animaux. Le rapport avec leur affaire ne semblait pas évident. Elle semblait accuser le quadrupède des insultes qu'il avait proféré sans le vouloir. Etait-ce possible? Etait-ce aussi simple que ça? Pour s'en assurer, il demanda d'une voix qui ne contenait que peu de fierté.

Vous voulez dire qu'il sait parler? Comme un perroquet?


Elle lui indiqua qu'en général elle lui jetait un sort de mutisme pour que cela n'arrive pas. Mais qu'elle n'allait pas l'écorcher vif pour ça et qu'il pouvait se détendre. Ecorcher vif? Il n'avait pas pensé à ce châtiment qui était au moins aussi horrible que tous les autres. Frissonant un instant, il lui affirma.

Je veillerez à ce que vous n'ayez pas à le faire Madame.

Mais son comportement amical finit par le rassurer et il reprit des couleurs. Elle ne semblait pas faché et il retint de faire très attention à ces sales b... à ces animaux facétieux. Il lui fit alors un sourire qui changea littéralement l'allure de son visage que la crainte avait saccagé.

Compris! Je vous remercie de votre clémence à mon égard. Il semblerait... qu'il me reste bien des choses à apprendre.

Cette dernière phrase était une vérité absolue. Et les animaux étaient loin d'être sa seule carence et très loin d'être celle où il se débrouillait le moins bien, au contraire.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Re: Deuxième étage de la Boutique d'Animaux Magiques

Message par : Invité, Ven 13 Avr 2012 - 14:54


Est-ce que le chartier savait parler ? La réponse était pourtant évidente. Quoi que... Pouvait-on parler de paroles pour un animal qui ne servait à rien et qui ne faisait qu'insulter les gens ? Probablement pas... Elle sourit en le regardant, il oubliait une différence majeure entre le perroquet et le chartier...

- Parler, je ne sais pas, ils sont plutôt fait pour insulter... Et il y a une grande différence entre eux et le perroquet. Les perroquets ne font que répéter ce que l'on dit, les chartiers eux, n'ont besoin de personne pour balancer leurs injures.

La jeune femme n'avait pas manqué de voir le frisson qui l'avait parcouru lorsqu'elle avait parlé de l'écorcher vif. Pour le coup, ça la blessa un peu qui la pense capable de lui faire une telle chose. Elle était grande bouche, n'hésiterait jamais à aller au combat et à faire souffrir ses adversaires, surtout s'ils s'agissaient des mangemorts, mais elle était plutôt douce avec les autres personnes... Elle ne s'en était encore jamais prise à quelqu'un par plaisir, c'était toujours pour se défendre... Exceptée la fois où elle s'était battue avec Céleste, mais cela remontait à des années à présent et les deux sorcières avaient fait la paix depuis.

Le "Madame" la fit grimacer. Elle avait horreur de cela, surtout quand on bossait avec elle à la boutique. Elle avait du supporter cela quand elle avait travaillé pour Actarius au Ministère, quand elle avait été professeur (bien que sa carrière fut interrompue très vite) mais elle ne supportait pas cela ici ! C'était ce lieu qui l'avait fait grandir, elle y avait découvert une famille, d'ailleurs, c'était à présent une affaire familiale, puisqu'elle la gérait avec son frère.


- Valens, je te l'ai déjà dit, ici, tu m'appelles Alicia et tu me tutoies. Qu'à Poudlard, tu ne le fasses pas, c'est très bien, mais ici, c'est un autre univers...

Elle réfléchissait déjà à ce qu'elle pourrait faire pour le lui faire comprendre, une bonne fois pour toute. Elle avait horreur qu'on la vouvoie et qu'on l'appelle Madame... Elle n'avait même pas atteint la quarantaine que diable ! Et si on lui répondait que c'était une marque de respect, elle péterait un câble. Car le respect pouvait se manifester de plusieurs façons et par des façons qu'elle appréciait bien plus !

- Oh, mince à la fin ! Tu me tutoie, j'en ai marre du "vous" ! Et ne t'en fais pas, même à 30 ans, tu continueras d'apprendre, car la vie est faite comme ça...

Après tout, elle-même en apprenait encore...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Deuxième étage de la Boutique d'Animaux Magiques

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 6

 Deuxième étage de la Boutique d'Animaux Magiques

Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Chemin de Traverse :: Boutique d'Animaux Magiques-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.