AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Chemin de Traverse :: Ollivander's
Page 3 sur 9
Devant Ollivander's
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant
Sara Shake
Serdaigle
Serdaigle

Re: Devant Ollivander's

Message par : Sara Shake, Ven 10 Juin 2011 - 23:45


Le ciel était paré de milliers d'étoiles scintillantes. On aurait dit que des diamants brillaient, certains cherchant à illuminer plus fort que les autres. Quelques nuages passaient, se moquant de ce jeu grotesque de puissance. La température de l'air ambiant était agréable, ni trop chaude ni trop fraîche. Ce soir, le vent avait décidé de rester chez lui. Pas une once de brise ne venait caresser la capitale anglaise. En bref, le temps était idéal pour sortir entre amis... ou en amoureux.

C'était exactement ce qu'avaient fait Chris et Sara. L'ancien professeur d'enchantements avait fait une sacrée surprise en invitant sa bien-aimée dans un restaurant réputé. Cette dernière ne s'était pas douté qu'il leur préparait une soirée et une nuit en intimité, même lorsqu'il avait conduit les jumeaux chez leur grand-père. C'était d'ailleurs une bonne idée : cela faisait longtemps que le couple le plus célèbre de Londres n'avait pas pas passé un peu de deux rien qu'à deux. Oui, cette soirée était vraiment la bienvenue. Et la demoiselle comptait bien en profiter jusqu'au bout, si vous voyez ce que je veux dire !

Cela ne se voyait pas au premier coup d'oeil mais Chris était un homme charmant et intentionné. Durant toute leur soirée, il était pointilleux sur les compliments et faisait tout pour satisfaire sa bien-aimée. Et, lorsqu'ils sortirent de ce fabuleux restaurant, il l'entraîna à l'écart des regards afin de l'embrasser passionnément. Sara rendait ses baisers, imaginant déjà la suite de leur petite escapade. Bain bien chaud, pétales de rose, bougies parfumées à la pomme - le jeune homme adorait ça - et enfin, lingerie sexy. Tout était très clair dans sa tête. Elle avait hâte !

Elle rompit leur baiser langoureux et le couple s'éloigna de l'établissement main dans la main. La jeune femme posa sa tête sur l'épaule de son chéri et savoura ce moment de pure calme. La rue était presque déserte, les odeurs venant de ce restaurant lui titillaient les narines agréablement, la musique qui provenait de ce même restaurant jouant une musique romantique. Et puis, ce ciel, ces étoiles ! Vraiment, c'était une soirée parfaite.

« Chou... j'aimerais que cela ne s'arrête jamais. »

Ils s'arrêtèrent et Chris plongea ses yeux dans ceux de sa bien-aimée. Il souriait. N'empêche, la jeune femme ne pouvait s'empêcher de se demander ce qu'il lui cachait. Car oui, il lui cachait bien quelque chose ! Son regard pétillait... Il se pencha et l'embrassa tendrement. Sara se laissa entraîner dans cette étreinte et se pressa contre lui, lui passant ses bras autour du cou, tandis que les siennes se posaient sur ses hanches. Elle s'écarta de quelques millimètres histoire de reprendre son souffle et... ce dernier fut coupé. Ses yeux s'ouvrirent en grand, fixés sur... la Marque des Ténèbres.

Le couple fit face à la Marque. Ils se regardèrent un instant, intrigués. Qui avait bien pu la lancer ? Pourtant, aucune attaque n'était prévue, à moins que certains mages noirs avaient décidé de faire bande à part et de se marrer sans l'accord du Seigneur des Ténèbres. Auquel cas ils le regretteraient amèrement ! Les deux amoureux restèrent figés quelques secondes puis dans un même mouvement, ils se regardèrent à nouveau.

« Je sais pas pourquoi mais j'ai l'impression que.... » commença le jeune homme.

« ... ça vient du Chemin de Traverse !! » termina la jeune femme.

Faits l'un pour l'autre, le couple s'ébranla dans un même mouvement et coururent en direction de la rue commerçante des sorciers, se foutant bien des autres personnes qui les regardaient courir comme des dératés sur le pavé. Après quelques minutes, ils s'arrêtèrent et, sûrs de ne pas être observés, ils transplanèrent non loin du Chaudron Baveur. Ils traversèrent le bar désert et repérèrent la Marque des Ténèbres. Elle planait juste au-dessus d'une boutique totalement dévastée. Avec horreur, les amoureux constatèrent qu'il s'agissait de... Ollivander's !

Les vitres étaient brisées. La porte était à moitié retirée de ses gonds. A l'intérieur, tout était noir de suie. Des morceaux de bois fumaient encore, sûrement les restes du comptoir en chêne, des étagères et des précieuses baguettes magiques. Sara regarda sa boutique détruite, le ventre noué et la gorge serrée par l'émotion. Qui avait bien pu faire une chose pareille ? Sûrement pas des Mangemorts. Et pourtant, la Marque était la signature habituelle des mages noirs. Mais qui ?

« Chris... qui ? Qui a pu détruire notre boutique ? » demanda-t-elle les yeux brillants de larmes.

Ollivander's était bien plus qu'une boutique : c'était sa passion ! Elle avait travaillé là d'abord en tant que simple vendeuse, pour gagner un peu d'argent avant d'entrer dans la vie active, et puis elle s'était retrouvée gérante. Dix de sa vie étaient partis en fumée. Bien que la boutique avait déjà été attaquée par des Mangemorts, jamais elle n'avait été autant détruite. De plus, cet évènement bouleversait sa soirée en amoureux qui promettait d'être fabuleuse ! Les criminels ne resteraient pas impunis.

« Il faut prévenir Rabastan. J'envoie Lily. »

Ignorant la foule qui s'était amassée, réveillée par la lueur flamboyante de la Marque des Ténèbres, la jeune femme appela son elfe de maison. Lily apparut la seconde suivante, et dès qu'elle aperçut la Marque, elle lança un regard interrogateur à sa maîtresse. Celle-ci balaya sa question d'un revers de la main et lui demanda d'aller trouver le Ministre de la Magie chez lui, à Loutry. A cette heure-ci, il n'était sûrement plus au Ministère. L'elfe de maison disparut dans un *pop* sonore. Sara se blottit dans les bras de son bien-aimée, un peu choquée.

Le couple attendit le retour de Lily. Celle-ci ne revint que dix minutes plus tard, agitée.

« Madame... Monsieur le Ministre vous fait savoir que des évènements similaires ont eu lieu à différents endroits. Des témoins affirment que la Marque des Ténèbres plane au-dessus des lieux saccagés, comme ici. Il vous enverra quelqu'un dès que possible. »

La jeune femme hocha la tête et posa sa tête contre le torse de Chris. D'autres attaques avaient été perpétrées et chacune avaient été signées de la Marque des Ténèbres. Ce n'étaient pas les Mangemorts qui avaient fait cela, non, c'était quelqu'un d'autre, mais qui ? Une bande de sorciers fous ? Une bande d'adolescents en quête de sensations fortes ? Ou bien... Était-il possible que l'Ordre du Phénix soit responsable ? Peut-être voulait-il faire porter le chapeau au mages noirs afin qu'ils se montrent ? Ou encore... Les Aurors ? Ils avaient été renvoyés du Ministère, voulaient-ils faire peur à la population magique et accuser le Ministère de ne pas assurer sa sécurité ? C'était tout bonnement idiot ! Le Magenmagot avait pris cette décision dans le but de vérifier que les Aurors étaient bien capables de protéger la Communauté magique ! Avec le procès, le Ministère ne savait plus à qui accorder sa confiance.

« Ma chérie, est-ce que ça va ? »

« Non... Je me demande qui a pu faire tout ça. »

« Moi aussi, moi aussi... Il fallait que ça tombe sur Ollivanders ! Et dire qu'on avait prévu de passer une belle soirée... »

« Oui, ça tombe très mal. Ce qui m'étonne aussi, c'est... les autres boutiques n'ont pas une égratignures. C'était visé contre nous ? Un attentat contre le Ministère, tu crois ? »

« C'est vrai... ce n'est pas bête... Lily, viens par ici... Dis-nous, tu sais quels sont les autres lieux à avoir été attaqués ? »

« Oui, Monsieur, » répondit l'elfe de maison. « Lily a entendu Monsieur le Ministre parler de Pré-au-Lard, de Loutry et de Godric's Hollow. »

« Et tu sais ce qui a été visé ? Y avait-il une maison particulière ? »

« Lily a juste entendu "Les Trois Balais". Lily n'en sait pas plus, désolée Madame... »

Le bar des "Trois Balais". Elena y travaillait mais sa nomination en tant que Gardienne était toute récente. Il n'y avait donc aucun lien avec le Ministère. Toutefois, ils ne savaient pas quels étaient les autres lieux exacts des attaques, alors, cette piste n'était pas à écarter. Surtout que, après le renvoi des Aurors, certains d'entre eux avaient saccagé les étages du Ministère. Était-ce une revanche ? Sara frotta sa nuque. Il fallait résoudre ce problème. Pour cela, il fallait avoir le rapport de l'émissaire qui arriverait sur ordre de [color=palegreen[Rabatsan[/color].

L'aube pointait lorsqu'une silhouette familière apparut aux yeux du couple déploré. Il s'agissait d'Ourgan, un ami proche du Ministre lui-même. Sara et Chris se levèrent pour l'accueillir. Il semblait être de mauvaise humeur et avait mauvaise mine.

« Bonjour » grogna-t-il. « Désolé de l'attente, j'ai du m'occuper des autres lieux. Y a moyen de faire bouger ce monde ? »

Se jetant un regard, les amoureux hochèrent la tête. Ils s'avancèrent vers les quelques spectateurs qui restaient et s'efforçaient de les faire partir, tandis que l'émissaire entrait dans la boutique dévastée. Au prix d'efforts immenses, le couple finit par faire fuir les plus téméraires, bien que certains visages restaient visibles aux vitres de boutiques voisines. Exaspérée et épuisée, Sara s'assit contre la façade d'une boutique en bon état et attendit. Chris s'installa à ses côtés.

Le loup-garou revint quelques minutes plus tard, l'air pas commode. Le couple resta assis, fatigués. La nuit avait été longue et tumultueuse, aussi, ils gardaient quelques forces pour le reste de la matinée qui s'annonçait mouvementée.

« Vous avez... fait ce qu'il faut ? »

« Oui. Rendez-vous plus tard au Ministère. »

Ourgan se retira et laissa le couple. La jeune femme se leva difficilement et tendit une main à son bien-aimé. Elle le serra brièvement dans ses bras et plongea ses yeux émeraude dans les siens. Ils s'embrassèrent doucement.

« En route pour le Ministère... »

Jetant un dernière regard vers leur boutique, Sara et Chris transplanèrent.
Revenir en haut Aller en bas
Rily Dacker
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Ecureuil




Re: Devant Ollivander's

Message par : Rily Dacker, Sam 6 Aoû 2011 - 16:41


[Nouveau RP]

- Bonne soirée, au plaisir de vous revoir dans notre boutique! lança joyeusement Rily à la dernière cliente de la journée.

Une fois que celle-ci eut disparu dans la petite foule qui se pressait encore sur le Chemin de Traverse, malgré l'heure, Rily se dirigea tranquillement vers la porte, et retourna le panneau affiché sur la porte pour qu'il indique "Fermé". Une fois n'est pas coutume, la boutique d'Animaux Magique avait fermé ses portes à la toute fin de la journée, quand les clients se faisaient de plus en plus rare et pressé. Rapidement, la rue magique se fit déserte, les devantures des magasins s'assombrissaient et l'activité bien entretenue de la journée paraissait tout à coup très lointaine. Rily se mit à arpenter les allées de la boutique, pour remettre tout ce qui n'allait pas en place. Elle donna à manger et à boire aux animaux, rangea les sacs de nourriture ainsi que les accessoires, jeta un coup d’œil dans le livre de compte, puis se contenta de se balader entre les cages. Très vite, Wisp, son (ou plutôt, sa) Phénix, vint se percher sur le poignet de sa "maîtresse", que cette dernière avait relevé à son intention. Son plumage de feu la fascinait toujours autant, et elle ne regrettait jamais de l'avoir acheté.

Elle observa de derrière le comptoir la nuit tomber, peu à peu. La lune apparut dans le ciel. Sa montre sonna discrètement, indiquant qu'il était minuit. Bien, elle pouvait passer à l'action, à présent. Ces quelques heures d'attente n'avaient pas été inutile, car Rily en avait profité pour se calmer et entrer en possession de tous ces moyens: elle réfléchissait toujours moins bien lorsqu'elle n'avait pas eu de temps de répit. Elle se glissa devant le comptoir avec agilité.

- Alicia? murmura-t-elle. On y va!

Puis elle transplana, comme convenue, pour arriver à quelques mètres d'Ollivander's, dans l'ombre des bâtiments. Ses vêtements, volontairement sombre ce jour-là, la dissimulait bien. Elle avait aussi teinté ses cheveux en noir pour l'occasion, ainsi que ses yeux, car ils étaient trop voyant. La jeune femme s'approcha de la porte de la boutique. A ce qu'elle savait, aucune défense spécial n'était déployée contre un éventuel attaquant. Elle fit glisser sa baguette dans sa main et la pointa sur la serrure. Un Alohomora inefficace et un tour de barrette bien ajustée plus tard, les deux Phénix entrèrent en toute discrétion. Rien ne certifiait qu'elle n'ait pu transplaner dans l'enceinte même de la boutique sans finir en plusieurs morceaux, alors autant être prudent.

La boutique était déserte, parfaitement rangée et propre, comme dans les souvenirs (très lointain, soit dit en passant) de Rily. Chaque baguette était à leur place, et pas un grain de poussière ne venait déranger cette propreté. Le silence lui-même semblait empreint de propreté. Car, contrairement à la boutique d'animaux magique, il n'y avait pas une seule petite chouette pour hululer, et c'était bien dommage. Et bien trop calme, aussi, tellement que ça en donnait des frissons à la jeune femme.

- Hominum Revelio, prononça-t-elle.

Sa baguette émit une petite décharge qui l'attira irrémédiablement vers Alicia, dans l'entrée elle aussi. Elles étaient seules. Parfait. Les recherches pouvaient commencer, à présent. Silencieusement, Rily vers le plus évident: le comptoir. Autant commencer par là. Elle trouva le livre des comptes, qu'elle se mit à feuilleter rapidement.
Elle se rendit bien vite à l'évidence que le registre ne contenait rien d'intéressant, elle le referma donc et reprit ses recherches. La caisse était bien fermée, mais elle tenta tout de même de l'ouvrir, sans succès. De toute façon, qui irai cacher des informations confidentielles au milieu de pièces d'or d'argent et de bronze? La jeune femme reprit. Le peu de paperasse qui s'amassait concernait uniquement des commandes de baguettes spéciales, et dans les quelques tiroirs elle ne trouva que des instruments sans importance. Ils ne dissimulaient donc rien là. Mais, refusant, d'abandonner le comptoir si vite (ils y cachaient forcément quelque chose, même involontairement!), elle poursuivit.

Elle crut que ses efforts avaient porté leur fruit lorsque, parmi une pile de parchemin qu'elle venait de sortir des méandres d'un tiroir, une photo s'envola. Immédiatement, la Phénix reposa les parchemins et elle se baissa pour récupérer la mystérieuse photo.

- Je crois que j'ai quelque chose, lança-t-elle à l'adresse de sa collègue.

La photographie en question représentait les deux proprios de la boutique, ainsi qu'un jeune homme que Rily connaissait pour l'avoir vu lors de son Serment au QG de l'Ordre, et qui s'appellait Elwaen si ses souvenirs étaient bon. Les deux autres jeunes hommes lui étaient tout à fait inconnu. La photo, prise devant l'enseigne d'Ollivander's, ne lui laissait pas le moindre doute: c'était juste une photo de l'équipe d'Ollivander's. Avec un soupir de déception, Rily reposa la photo au milieu de la paperasse.

- Fausse alerte, avoua-t-elle. Tu as trouvé quelque chose, toi? demanda-t-elle à son amie.

Si la mission se soldait par un échec, les soupçons envers Chris Bennet et Sara Shake seraient un peu plus hésitant. Hors, ils ne pouvaient s'offrir le bénéfice du doute. Il leur fallait donc des preuves concrètes, ou même des indices aussi infime soient-ils. Si rien, hé! bien, ils garderaient un œil sur eux.
Revenir en haut Aller en bas
Sara Shake
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Legilimens
Occlumens


Re: Devant Ollivander's

Message par : Sara Shake, Ven 12 Aoû 2011 - 11:33


Dans l'atelier attenant à l'arrière-boutique, la gérante travaillait à la fabrication de baguettes magiques. Le soleil se couchait doucement à l'horizon, teintant le ciel de pourpre et de violet. La jeune femme jeta un rapide coup d'oeil au spectacle magique que lui offrait sa fenêtre puis reporta son regard sur le bout de bois qu'elle tenait entre ses doigts. Ce n'était pas un simple bout de bois : il s'agissait d'une baguette magique, faite de bois de chêne et de ventricule de dragon. Elle mesurait trente centimètre tout rond. Sa couleur était d'un beau brun, ni foncé, ni clair. Elle était presque terminée. Il ne manquait plus que le polissage final pour qu'elle soit brillante et propre. Ainsi, armée d'un chiffon et de produit, Sara entreprit d'astiquer la baguette.

Dans la pièce principale, Chris terminait de servir les clients. Il était l'heure de la fermeture de la boutique pour la journée. Une journée fructueuse, comme beaucoup d'autres. Les deux gérants s'occupaient d'une boutique sans cesse en activité. En effet, une boutique de baguettes magiques ne courait pas à tous les coins de rues, et de plus, Ollivander's avait sa renommée nationale et même internationale. Il y avait certes d'autres fabricants mais apparemment, aucun n'égalait le talent que le fondateur avait misé pour sa fabrication. Le secret s'était transmis aux gérants suivants, pour arriver finalement jusqu'à la jeune femme et à son compagnon. Leurs vendeurs aussi connaissaient le fameux ingrédient mystère mais tous ceux qui avaient quitté la boutique avaient subi un sortilège d'Oubliettes. Durant leur période de travail, ils étaient tenus magiquement de garder le secret secret.

Poussant un soupir, la jeune femme examina son travail avec soin. La baguette magique était prête. Satisfaite du résultat, Sara posa le chiffon sur la table de travail et déposa délicatement son bien dans une boîte rectangulaire vide. Le coussin sur lequel la nouvelle baguette reposait était moelleux et de couleur rouge - un minimum de confort, voyons. La jeune femme s'adossa à son siège et ferma les yeux un instant. Ce dernier ne dura pas une seconde car la porte de l'atelier s'ouvrit soudainement. Chris entra et se posta derrière sa compagne, les mains sur ses épaules. Il la massa doucement.

« La boutique est fermée. Tu as bientôt fini ? » demanda-t-il.
« Pas totalement. Il me reste quelques baguettes à peaufiner. »
« Tu veux que je t'aide ? »
« Mmmh... Non, rejoins les enfants, je suis sûre qu'ils en ont marre de jouer tout seuls ! »
« Tu as raison. Je t'attendrai avant de me coucher. Surtout, ne tarde pas trop. »

Le co-gérant fit tourner la jeune femme vers lui et l'attira contre lui. Il l'enlaça et l'embrassa tendrement. Sara lui rendit son baiser et le poussa à partir rapidement. Plus vite elle se remettrait au travail, plus vite elle rentrerait. Avec un sourire, Chris lui envoya un baiser volant et disparut dans l'ombre de l'arrière-boutique. Poussant un nouveau soupir, la jeune femme se retourna vers la table de travail, où un support portait encore trois baguettes magiques non terminées. Ce qui était sûr, c'était qu'elles ne seraient pas prêtes avant plusieurs jours. Peut-être qu'une seule pourrait rejoindre les centaines d'autres sur les étagères, mais les trois, c'était impossible. Aimant le travail bien fait, la gérante était méticuleuse sur les moindres détails. Elle mettait ainsi des heures pour faire un travail qui aurait n'en prendre qu'une. C'était ça aussi, la qualité.

La jeune femme se leva lentement, profita pour s'étirer les muscles du dos et se rendit dans l'arrière-boutique. Elle se prépara un petit repas rapide : sandwiches jambon et fromage, accompagnés d'un verre d'eau fraîche. Elle ramena le tout dans l'atelier et posa l'assiette sur une armoire pas trop encombrée. Elle but son verre d'un trait et le fit voleter jusqu'à l'arrière-boutique où il allait se remplir de lui-même. Il revint plein, gouttant par terre, et se posa à côté des sandwiches. Sara en prit un et tout en mâchant, se remit au travail.

Le temps s'étira. Le soleil se coucha, laissant la place à la lune et aux étoiles. La gérante dut allumer d'autres lampes pour remplacer la clarté du jour - travailler dans le noir, ce n'était pas très évident. Très concentrée, elle ne mangea même pas son deuxième sandwiches et prit à peine quelques gorgées d'eau. La baguette magique sur laquelle elle travaillait lui posait des problèmes, elle ne savait pas pourquoi. Le bois présentait des imperfections et ce n'était pas normal. Durant une heure, elle avait essayé de réparer ce souci mais rien n'y faisait. Abandonnant un moment, Sara s'appuya sur le dossier de son siège et regarda la baguette d'un oeil mauvais. Était-ce la fatigue qui l'empêchait de bien la confectionner ? Lasse, la jeune femme se leva et se rendit dans l'arrière-boutique, histoire de se préparer un remontant. Il fallait qu'elle finisse cette baguette ce soir ! Sinon, c'était un combat perdu et elle détestait perdre.

Bâillant ouvertement, elle entra dans la pièce et se pétrifia. Quelque chose clochait. Immobile, la jeune femme écouta dans le noir. Il lui semblait avoir entendu des bruits provenant de la pièce principale, là où se trouvait toutes les étagères et le comptoir. Ainsi que le tiroir-caisse. Des cambrioleurs ? A cette pensées, Sara sortit sa baguette magique à elle et avança lentement vers la porte qui séparait les deux pièces, aussi silencieuse qu'un chat. Oui, il semblait bien y avoir du mouvement de l'autre côté. La porte était un peu ouverte, mais pas assez pour que la jeune femme puisse voir ce qui se passait. De la lumière éclairait pourtant la pièce aux baguettes.

Sans peur, sans frémir, la gérante poussa durement la porte de son pied, un peu comme les policiers moldus lorsqu'ils défoncent les portes pour entrer. Elle pointa sa baguette devant elle, et lança un *Expeliarmus* sur d'éventuels voleurs. Elle n'avait pas voulu lancer sortilège plus puissant, au cas où cela aurait été simplement son compagnon ou un elfe de maison faisant le ménage. Oui, oui, à cette heure, il devait y avoir un petit être faisant le nettoyage. Or, lorsqu'elle alluma magiquement les globes lumineux de la pièce, ce n'était ni son compagnon ni un elfe de maison qu'elle vit.

Deux jeunes femmes se tenaient devant elle. Et le pire, c'était que leur visage ne lui était pas inconnu. L'une d'entre elle lui rappelait vaguement quelqu'un qu'elle avait rencontré, et l'autre lui évoquait la vendeuse de la boutique d'Animaux Magiques. Mais la gérante ne savait pas très bien, vu que cela un bail qu'elle n'avait plus été dans cette boutique. En tout cas, qui qu'étaient ces femmes, elles étaient entrées à Ollivander's alors que celle-ci était fermée. Elle considérait cela comme intrusion, violation de domicile.

« Qui êtes-vous !? Et que venez-vous faire dans MA boutique en plein milieu de la nuit ?! »

Elle était vraiment en colère. Heureusement qu'elle se maîtrisait, car les deux jeunes femmes auraient très bien pu rencontrer leurs pires cauchemars en la présence de la dangeureuse Sara. Mais ça, elles ne pouvaient pas le savoir... Bon pour elles, car elles auraient été mortes de peur. Avec un regard noir, menaçant, à glacer les sangs, la jeune femme pointait sa baguette magique sur ces deux intruses, prête à lancer tous les sortilèges du monde.
Revenir en haut Aller en bas
Rily Dacker
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Ecureuil




Re: Devant Ollivander's

Message par : Rily Dacker, Sam 13 Aoû 2011 - 12:32


Rien de nouveau du côté d'Alicia. Avec un soupir de désolation, Rily se redressa. Le comptoir ne lui offrirait rien de plus qu'une pauvre photo "de famille". Mais elle ne perdait pas espoir, il y avait forcément quelque chose! Même le plus attentif des Mangemorts devaient laisser des indices, bon sang! *Réfléchis, ma fille! Est-ce-que tu laisses traîner ta carte de visite de l'OdP dans la boutique, toi? Non!* Sur cete conclusion désespérante, elle entreprit de déplacer les boites de baguettes soigneusement alignées sur les étagères. Plus les minutes défilaient, plus elle trouvait cette intrusion inutile. On ne laisse pas traîner des preuves mangemoresque dans une boutique autant fréquentée, surtout par des enfants! C'était ridicule...

Alors qu'elle se perdait dans ses raisonnements désastrueux, la porte de l'arrière-boutique s'ouvrit à la volée sur la gérante de la boutique, Sara Shake. Un frisson parcourut le dos de Rily, et elle se figea lorsque les globes lumineux répartit dans la pièce s'allumèrent, illuminant la pièce comme en plein jour. Elles étaient en danger. La jeune femme avisa sa cape d'invisibilité, enfouie dans les fins-fonds de sa poche, mais elle se ravisa. Sara semblait prête à les réduire en confettis si elles tentaient le moindre mouvement. Alors, autant ne pas finir en tout petits morceaux...

- Qui êtes-vous !? Et que venez-vous faire dans MA boutique en plein milieu de la nuit ?!

Rily se retint de lâcher une réplique cinglante (...ou pas) qui risquait fortement de mettre fin à ses jours, et elle estimait ne pas avoir suffisamment vécu pour se permettre ce genre de petite fantaisie. Aussi se contenta-t-elle de jeter un regard entendu à Alicia. Celle-ci transplana. Si l'une des deux jeunes femmes risquaient le plus dans cette histoire, c'était Alicia. En plus, elle allait bientôt quitter l'Ordre, alors autant qu'elle ne se fasse pas démasquer avant l'heure, c'était risqué!

Mais aussi pour elle. Elle allait devoir passer en justice, si ça continuait! Bon sang, que c'était dur d'être illégal... mais aussi tellement excitant! Ce n'était pas tous les jours qu'on se faisait prendre la main dans le sac, à devoir trouver une sortie de secours le plus vite possible... Qu'allait-elle faire? Inventer une raison débile puis transplaner en rigolant, au risque de s'être fait repéré et de voir sa tête dans tous les journaux le lendemain? Non. Quelques secondes venaient déjà de s'écouler, c'était trop. Encore quelques unes de plus et elle finissait sa vie à Azkaban. Il ne fallait pas que la gérante puisse se souvenir de son visage, même si c'était mal parti pour le moment... Et une excuse bidon ne ferait pas l'affaire. La panique commença à envahir Rily. Elle brandit sa baguette et lança un sortilège de Faux-Souvenirs muet. Elle fit un léger pas de côté et en lança un second. Comme ça, si l'un ratait, l'autre réussirait peut-être... et s'il réussissait, Sara Shake se souviendrait d'une intrusion dans sa boutique, mais Alicia et elle serait deux jeunes hommes masqués les bras pleins de boite de baguettes, venus pour cambrioler.

Elle ne prit pas le temps de voir si l'un des deux avait atteint sa cible. Elle transplana.
Revenir en haut Aller en bas
Sara Shake
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Legilimens
Occlumens


Re: Devant Ollivander's

Message par : Sara Shake, Sam 13 Aoû 2011 - 13:25


Le bras de la jeune tremblait, mais ce n'était pas de peur. C'était de colère, de fureur. On aurait même pu voir de la fumée sortir de ses naseaux, telle une dragonne prête à bondir sur des proies - ou des visiteurs indésirables venus voler ses oeufs. Oui, la comparaison était parfaite. La gérante se doutait que les deux intruses étaient venues pour commettre un larcin. Cependant, elles ne tenaient rien entre leurs mains et le tiroir-caisse semblait être bien fermé. Heureusement, Sara ne laissait jamais sa caisse enregistreuse sans protection, qu'elle soit dans la boutique ou non.

« Répondez ! »

Les deux jeunes femmes se regardèrent. La gérante informula un Stupéfix mais hélas, une des deux voleuses venait de transplaner. Enragée, la jeune femme pointa sa baguette sur l'autre, se demandant quel sort elle lui réservait. Elle devait calmer ses nerfs et ne pas aller trop fort mais c'était difficile. Alors qu'elle s'apprêtait à lancer un sortilège, l'intruse fut plus rapide.

« Protego ! »

Elle ne savait pas réellement à qui elle avait à faire, la petite. Un combattante comme Sara, ancienne Auror ! Et bien plus à présent. Ça y est, elle s'était décidée. Elle l'avait attaquée, elle allait payer. La réduire en charpie. En bouillie. Lui faire subir les pires douleurs jusqu'à ce qu'elle cède. Mais malheureusement, une seconde suffit à l'en empêcher. La jeune femme disparut elle aussi dans un pop sonore. Se maîtrisant pour ne pas crier, elle se mordit la lèvre jusqu'à faire perler une goutte de sang sur son menton.

La gérante avait reconnu l'une d'entre elle, c'était sûr. Celle qui l'avait attaquée... C'était cette fameuse jeune femme rencontrée sur les docks, quelques semaines plus tôt. Elle s'en souvenait, oui. Mais comment la retrouver ? Eh bien, ça, c'était une affaire pour ses compères. Une traque... Respirant plus lentement, Sara retourna dans l'atelier et éteignit les globes. Elle fit de même dans la salle principale et sortit à l'air libre. Sur ses gardes, elle plaça ses sortilèges de défense et en mit un nouveau : un dôme anti-transplanage. Cela lui coûta beaucoup d'effort car c'était un sortilège complexe mais heureusement, la boutique était petite. Ensuite, elle transplana jusque chez elle, à quelques mètres pour repérer d'éventuels poursuivants...
Revenir en haut Aller en bas
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
Xavier Grey
avatar
Serdaigle
Serdaigle

Re: Devant Ollivander's

Message par : Xavier Grey, Mer 9 Mai 2012 - 9:43


[Désolé du retard!]



Une nouvelle journée qui se terminait. Le nouveau Co-Gérant de la boutique d'Ollivander's avait recruté avec sa collègue Sara, deux nouvelles petites recrues : Alexie Scott et Abbey King. L'une était tout comme les deux gérants une Serdaigle et l'autre, une Gryffondor. Celles-ci, pour un premier jour s'étaient particulièrement bien débrouillé, elles avaient mémorisé les différentes combinaisons que Sara avait noté sur un petit post-it placé sous le comptoir... Un post-it que Xavier n'avait jamais remarqué. Bref ça n'a pas empêché au vendeur de monter comme une flèche dans la hiérarchie de la boutique. Vous souvenez vous ? Au tout début le garçon était un simple stagiaire, en « compétition » avec le jeune Léo Hampton -qui est mort maintenant, paix à son âme- pour la place de vendeur. Finalement, il avait particulièrement bien fait ses preuves et non seulement il était devenu vendeur, mais en plus, l'autre vendeur qui aidait les deux stagiaires, avait lui aussi perdu sa place. Puis avec son nouveau boulot il a commencé à servir presque seul la boutique, avec l'aide de sa patronne et des quelques autres vendeurs qui venaient avant de repartir. Maintenant, l'homme est devenu l'associé direct de la sorcière connu du monde magique. Si ses parents moldus étaient au courant de cette histoire, on pourrait être sûr qu'il serait fier du jeune auror.

En attendant, l'homme resta seul une bonne dizaine de minute dans la boutique, histoire de mettre un peu d'ordre dans l'atelier. Oui, même s'il était le seul homme de la boutique, il ne voulait pas que l'une des trois femmes touchent à un travaux ménagers, depuis l'adolescence sa devise était toujours : « La femme dirige, l'homme obéit. » Et cela n'était pas plus mal. Donc, seul dans l'arrière boutique, Xavier commença à ranger les dernières baguettes fabriquées : ses nouvelles expérience. En ce moment il bossait sur les meilleures associations possibles, afin de recréer une baguette de la destinée. Oui, la précédente qui a été détruite par le grand monsieur Potter avait causé beaucoup de mort... mais cette fois, la baguette qu'il comptait inventé, sera surtout utilisé pour le bien. Tout comme les moldus, essayant de reproduire plusieurs fois des armes atomiques, lui une fois la bonne combinaison trouvée, il en fera d'autre, qu'il distribuera aux Aurors. Évidemment, une fois le premier exemplaire préparé, il demandera tout d'abord l'avis de la bienfaisante Sara Shake... Une fois le rangement fait, le garçon prit sa sacoche et s’apprêta à sortir. Avant qu'il puisse atteindre la pièce principale où se trouvait le livre de compte, un tonnerre surgit tout à coup, laissant tomber des cordes après lui, faisant sursauter le tas de muscle. Il avait même cru entendre la clochette d'argent de la boutique carillonner et une voix rauque marmonner quelques choses...

Ronchonnant, le garçon pénétra la grande pièce où se trouvait beaucoup d'étagère. Il passa derrière le comptoir, puis se baissa afin de récupérer les clés de la boutique, placé en dessous de celui-ci. Après les avoir récupéré, le garçon voulu rejoindre la porte mais une autre surprise l'attendait. Une femme, particulièrement pâle, qui portait une cape se tenait là, droite, avec une cape à capuche, et aux cheveux roux bouclés... Immédiatement, l'ex-préfet des Serdaigles posa sa main sur sa baguette, placé à l'arrière de son jean. D'une voix prudente, mais sympathique il lui dit alors :


« Heum... Oui c'est pourquoi ? »
Revenir en haut Aller en bas
Clélia Skywolf
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Devant Ollivander's

Message par : Clélia Skywolf, Dim 11 Aoû 2013 - 13:06


La nuit tombait sur le chemin de traverse. Une femme, fatiguée, sortit de la dernière boutique encore ouverte en ce début de soirée. La lune était cachée par de nombreux nuages, rendant les rues sombres. Clélia Skywolf, gérante d'Ollivander's, baissa le store en toile qui protégeait l'intérieur de sa boutique des regards indiscrets. Ses derniers clients étaient partis depuis longtemps quant à ses employés elle les avait tous libérés. La femme était restée seule pour terminer quelques baguettes et ranger sa boutique. Comme toujours, ses baguettes les plus précieuses, les plus chères, furent rangées dans un coffre fort magique. La boutique n'était pas vraiment munie de protections magiques, après tout le chemin de Traverse était souvent très fréquenté. Il était seulement impossible de transplaner à l'intérieur de la boutique.

Elle ferma ensuite à clef la porte du magasin de baguettes puis elle s'éloigna le long du chemin de traverse avant de transplaner chez elle pour retrouver sa fille.
Revenir en haut Aller en bas
Mangemort 08
avatar
Mangemort
Mangemort
Spécialité(s) : Fourchelang
Loup-garou
Occlumens


Re: Devant Ollivander's

Message par : Mangemort 08, Lun 12 Aoû 2013 - 16:20


~ Evan avait attendu cet instant toute la journée, alors qu'il avait foulé presque tous les parquets en bois de toutes les boutiques du chemin. L'après-midi avait finie par s'écouler tel les grains de sable d'un sablier qui, inéluctablement, en finissait par arriver à l'instant fatidique. Et cet instant pour lui, était deux heures du matin, l'heure où les Ténèbres allaient sortir de leur tanière, de leur voile d'apparence, l'heure pour que 08 rentre en scène.

~ Le Mangemort rabattit le capuchon de sa cape sur sa tête tout en marchant tranquillement vers le but de leur journée, la boutique dOllivander. Sa baguette dans sa manche droite, prêt à agir, il distinguait d'autres silhouettes à mesure qu'il approchait de la boutique. Ces silhouettes, il savait pertinemment qui elles étaient, ses compagnons de route sur ce chemin d'obscurité. Reine de la nuit, 80 était de la partie, telle l'aube resplendissante du crépuscule.

~ Il retrouva sa consœur devant la porte, elle aussi vêtue de sa cape, et qui avait pris l'apparence d'un homme pour l'occasion car elle souhaitait couvrir ses arrières. Cela la rendait donc bien moins sexy que d'habitude, mais il s'en contenterait le temps d'une soirée. Il lui fit un sourire qu'elle lui rendit et les deux se positionnèrent devant la porte de la boutique après avoir couvert leur visage de leur masque traditionnel. Il regarda sa montre moldue, il était deux heures du matin pile. Il sortit alors un des deux sacs de toile noir qu'il gardait sous sa cape et en posa un sur le sol, devant la vitrine. Un bruit léger de porcelaine qui tutoyait la pierre vint signifier que l'objet à l'intérieur devait être fragile, du moins en apparence.

- C'est celui pour nos amis, dit-il à 80. Dans cinq minutes ils s'enclencheront, et nous aurons alors dix minutes pour les utiliser. J'ai donné les consignes à qui tu sais, sur ce qu'il y aura à faire pour couvrir notre départ une fois que nous serons partis avec.

~ Sa consœur acquiesça d'un simple signe de tête et les deux jetèrent un regard pétillant vers la vitrine de la célèbre boutique moldue, qui trônait dans le chemin depuis plusieurs siècles. Pour eux, elle signifiait l'aboutissement d'un travail, et tous les deux espéraient bien qu'ils y trouveraient ce qu'ils cherchaient. Car les informations qu'ils avaient eue étaient fiables, à l'intérieur de la boutique se trouvait, du moins ne serait-ce qu'en partie, ce qu'ils désiraient ardemment.

- Je te laisse ouvrir ma belle ! L'honneur aux Dames... dit-il à 80, accompagné d'un sourire sous son masque et d'un geste de la main l'invitant à faire le premier pas vers la suite de leur mission...
Revenir en haut Aller en bas
Mangemort 80
avatar
Mangemort à la retraite
Mangemort
à la retraite
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Devant Ollivander's

Message par : Mangemort 80, Lun 12 Aoû 2013 - 16:58


Tremblez...


On appelait ça un raid. Un raid fait par des mangemorts, pour semer la terreur et libérer leurs instincts de destruction. Oui j'avais un instinct de destruction, et cela faisait des jours, que dis-je, des semaines ! Des mois ! Qu'il grattait à ma porte. Quémandant quelque chose, n'importe quoi. Mais, dès que l'occasion s'est présentée, j'ai sauté dessus. J'en avais besoin, ô combien besoin. Cette envie de casser, et d'en tirer profit. Car oui, ce soir, nous mangemorts allions tirer profit. Ce raid avait un but, un but certain et même si tout criait que ça n'était que de la casse, les mangemorts vous détrompent. Nous sommes fourbes, rusés, et plus discrets que vous le croyez. Simplement, nous avons eu le beau rôle de méchant. Et en circonstance, tout le monde nous voit partout. C'est vrai, nous le sommes, mais habituellement, de mangemort nous n'avons que les pensées, idéaux et notre marque. Ce soir, c'était tout l'attirail. Tremblez.

Je me faufilais sur le chemin, telle une ombre dans la nuit noire. J'avais bel et bien choisi mes compères ce soir. Ma cape sombre de noir se serrait autour de toutes ces fortifications magiques. Car j'avais déjà eu des problèmes avec les aurors et ma patience avait des limites, ainsi, sous les capes, quiconque les apercevrait, serait convaincu qu'il n'y aurait que deux hommes. Je m'étais ainsi changé chez mon amie habitant le chemin de traverse, que certes, je n'avais pas vu depuis des années mais qui restait pour moi un réel appui. Ayant étouffé ma taille, accentué mes épaules, aplatit ma poitrine et enfilé des chaussures d'homme, silencieuses et plates, je n'étais plus la jeune femme agréable au regard que j'avais toujours été. Ce soir, j'étais un homme sous une cape. J'étais Le Seigneur des Ténèbres. Prêt à en découdre, à l'explosion... Pourtant, pas de sang ce soir. Sauf si nous y étions obligés. Tout dépendrait de qui passerait par là. Attendant depuis des heures dans l'allée des Embrumes, la pire allée de Londres disaient certains. Et pourtant ô combien pratique. En enlevant le masque et simplement avec la cape sombre et la capuche, je faisais partie du décors. Complètement. Alors que 2h du matin approchait, je levais mes muscles engourdis. Plus personne, ni dans l'allée Sombre, ni sur le chemin de traverse sur lequel nous allions commettre notre parfait méfait. Arrivée devant la devanture du magasin Ollivander's, je jetais un coup d'oeil à la poignée, la serrure et tout le mécanisme. Ca devrait être plutôt simple. 


Soudain, une silhouette tout aussi sombre que la mienne se  profila à mes côtés. 08. Il allait m'accompagner ce soir. Je ne pu m'empêcher de lui sourire chaleureusement à son arrivée. Au loin, une autre silhouette, que nous attendions. Il était donc présent, à assurer nos arrière. Il nous dévoila son visage pour que nous puissions nous en assurer et je me reconcentrais sur 08 à mes côtés.  De sous sa cape de nuit, il extirpa un petit sac de toile noire. Le posant au sol avec un bruit raisonnant.

«C'est celui pour nos amis. Dans cinq minutes ils s'enclencheront, et nous aurons alors dix minutes pour les utiliser. J'ai donné les consignes à qui tu sais, sur ce qu'il y aura à faire pour couvrir notre départ une fois que nous serons partis avec.» 

Je le couvais d'un regard impressionné. Parfait. Tout était parfait. Sans attendre, et après un dernier sourire, nous enfilâmes nos masques de métal pâle. Ces masques qui font trembler toute l'Angleterre et même plus loin encore. Vous les croyiez éteins ? Surprise ! Non. Nous sommes toujours là, dans la quête de ce monde qui nous cri à l'aide. Je sentais, au fond de moi, cette folie sauvage que je couvais depuis toutes ces années, remuer. Oui, elle faisait bien. Ce soir, j'aurais de nouveau ma dose d'adrénaline. Les risques nous allions prendre, et revenir victorieux j'en étais terriblement convaincue et cette chaleur dans mon estomac, ma gorge et mes mains semblait m'appuyer. Evan m'invita à ouvrir la porte. Prétextant une galanterie. Bien. C'était pas mal.

Extirpant la baguette de bois sombre de ma manche de velours, je la fis passer entre mes doigts. J'aurais pu savourer ce moment des heures durant. Toute cette puissance envahissante... La nuit... Les alliés... Ma baguette, fidèle et la même depuis toutes ces années. Cependant, nous manquions de temps et soudain, je sifflais «  Hostium Halitus ! » et à la manière d'un canon à air comprimé, dirigé vers la serrure de la poignée, je lançais ce maléfice de souffle à l'ennemi, habituellement destiné aux humains. Mais les dégâts étant précis et localisés, sur cette porte, peut-être cela marcherait-il ?
Revenir en haut Aller en bas
Junie Shape
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Fourchelang
Legilimens


Re: Devant Ollivander's

Message par : Junie Shape, Lun 12 Aoû 2013 - 17:30


La patience, quelle magnifique qualité et en cette journée elle avait été nécessaire à la jeune femme tapis dans l'obscurité d'une ruelle sombre. Elle n'avait cessé de guetter et d'épier chaque sorcier de ses yeux émeraude. La nuit était arrivée, elle avait alors attendu de nouveau. L'adrénaline montait un peu plus dans son corps au fur et à mesure que l'heure approchait. Elle n'avait qu'un seul objectif en tête en cette nuit, réussir cette mission. Cela lui apporterait une satisfaction personnelle, mais aussi le plaisir de retrouver une personne qui lui avait été cher à une époque de sa vie. Mais pour le moment le moment fatidique arrivait. Tapis dans son Allée, la jeune asiatique d'un coup de baguette attacha ses cheveux en une tresse, puis elle encapuchonna son visage dans le capuchon de sa grande cape noire de circonstance. Elle vérifia une derrière fois que dans sa petite bourse en velours noire se trouvait bien une cape d’invisibilité, ne sait-on jamais. Attachant alors la bourse à sa taille, elle était prête ! A certain moment être propriétaire proposait quelque avantage.

Se dirigeant alors vers le Chemin de Traverse la jeune femme passa devant sa demeure. Parfait ! La lumière était allumée, tout était en ordre, faisait alors claquer ses talons sur le pavé du Chemin de Traverse, elle aperçut trois silhouettes. Sur son visage vint se déposer un sourire qui lui était proche, mystérieux et gracieux à la fois. Approchant alors des personnes dont elle soupçonnait les véritables identités, elle les salua d'un signe de tête calme et délicat. Restant alors un peu en arrière, elle observa les deux compères passer à l'action, elle avait enfin pénétré dans l'enceinte de la boutique . Se rapprochant alors un peu de l'enseigne, la Verte et Argent aperçu l'autre collaborateur et ce visage elle le connaissait malgré sa cape lui cachant le visage. S'approchant alors de lui, elle posa ses yeux émeraude dans les siens, lui sourit, lui prit la main quelque seconde puis elle se tapit dans l'ombre en face de la boutique, de l'autre côté de la boutique, se séparant alors de son comparses.

Elle était comme une ombre, contre son mur de pierre, on ne la distinguait presque plus, son souffle était calme et discret. Elle ne faisait plus aucun bruit avec ses talons, elle attendait. Si les poireaux du ministère ou les petits volatiles osaient se montrer, elle leur montrerait comment une vraie Serpentard se bat. Pour le moment aucun signe de leur présence . Il fallait rester discret et aux aguets.
Revenir en haut Aller en bas
Azphel
avatar
Maitre de JeuSerpentard
Maitre de Jeu
Serpentard
Spécialité(s) : Loup-Garou
Occlumens
Permis de Transplanage


Re: Devant Ollivander's

Message par : Azphel, Lun 12 Aoû 2013 - 17:46


¤ ¤ ¤ ¤ ¤Azphel avait attendu, patiemment, longuement... L'après-midi avait défilée et le soir également. De sa position il avait vu des dizaines de personnes entrer et sortir des boutiques alentours, mais plus particulièrement d'Ollivander, celle qui l'intéressait. Devant lui gisaient sur le sol une dizaine de mégots de cigarettes. Un ciel noir le surplombait maintenant, sans lune mais parsemé d'étoiles, c'est la période qui voulait ça. C'était particulièrement beau à regarder il fallait l'avouer, mais cette nuit était d'avance acquise aux ténèbres.

Le mage noir avait ainsi patienté, résolu à attendre ce qui devait arriver ; il ne savait pas quoi ou qui exactement, mais il comprendrait lorsque ça arriverait. Sur les coups de deux heures du matin, alors que le Chemin était vide, des bruits de pas pressés s'approchèrent dans sa direction. Caché dans l'ombre d'une impasse, il quitta son abris pour s'approcher de la rue principale. Deux silhouettes avançaient dans sa direction, noires comme la nuit. Azphel releva le capuchon de sa cape et guetta les ombres qui s'affairaient sur le Chemin de Traverse.

¤ ¤ ¤ ¤ ¤ Comme il l'avait attendu ils se dirigèrent vers Ollivander et s'affairèrent à essayer d'en ouvrir la porte d'entrée. L'homme qui lui avait écrit la veille au soir avait laissé un petit sac de velours noir par terre à quelques mètres de l'entrée. Azphel était parti le récupérer quand il entendit résonner sur le sol des talons de femmes. De la pénombre émergea une sorcière vêtue dans une cape noire elle aussi, son visage apparent. Quand elle arriva à quelques mètres de la façade d'Ollivander, Azphel reconnut une personne qu'il ne s'était pas attendu à voir là. Elle portait une robe bustier élégante, identique à celle qu'elle avait le soir de leur rencontre. Le fait de la voir là ce soir provoqua en lui un mélange de surprise et de plaisir.

- Ma belle asiatique ! dit-il en ôtant son capuchon pour dévoiler son visage.

Il l'avait appeler ainsi pour ne pas prononcer son prénom haut et fort, même s'ils étaient pour le moment seuls sur le Chemin de Traverse. Ils se regardèrent silencieusement, se dévisageant de leurs yeux émeraude avec un sourire sur leur visage. Ils n'avaient pas besoin de parler pour montrer ce qu'ils pensaient tous les deux, et il y avait plus important à faire pour le moment que de discuter sur leurs sombres amitiés. Côte à côte ils se repositionnèrent de l'autre côté de la rue, face à la devanture du vendeur de baguettes, soigneusement camouflés par la pénombre d'une boutique. Azphel fourra le petit sac qu'il avait ramassé dans une de ses poches intérieure et sortit sa baguette qu'il garda soigneusement dans le creux de sa main, prêt à couvrir les arrières de leurs amis.
Revenir en haut Aller en bas
Noah Alniott
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Occlumens


Re: Devant Ollivander's

Message par : Noah Alniott, Lun 12 Aoû 2013 - 17:55


Noah lança un dernier coup de baguette magique vers le Chaudron Baveur afin de fermer le rideau de fer du bar et d'activer tous les sortilèges de protection nocturnes. Il était presque deux heures du matin, et la soirée avait été très longue. La jeune femme avait tenu le coup en enchaînant bierraubeurres et cigarettes, assise derrière son comptoir, à surveiller que Mélusine et Merit s'en sortaient avec tous les clients qui affluaient en cette douce soirée.

Avec ses quatre pintes dans le sang, Noah avait décidé de ne pas transplaner, elle risquait d'apparaître n'importe où sinon. Ainsi elle sorti du côté du chemin de Traverse afin de trouver une cheminée qui daignerait la ramener chez elle rapidement. Remontant la rue, la jeune femme entendit un échange de paroles à voix basse entre deux personnes. Ralentissant le pas, elle sortit sa baguette, cherchant à distinguer les silhouettes. Depuis qu'elle faisait parti de l'ordre du Phénix, Noah faisait bien plus attention aux gens, elle observait tout ce qui pouvait être anormal, ou synonyme d'une activité de mage noir. Or deux hommes en noir, près d'une boutique de baguettes magiques, à deux heures du matin, ça n'avait aucun sens. 

L'un déposa un sac à terre, murmurant à l'autre des paroles que Noah ne pouvait comprendre étant donné qu'elle était à plusieurs mètres d'eux, tapis dans l'ombre de la devanture d'une autre boutique. Deux autres ombres s'approchèrent à leur tour, Noah ne parvenait pas à comprendre ce qui se tramait. 
Soudain ce qu'elle elle avait peur de voir arriva, l'une des deux silhouettes brandit sa baguette afin de forcer la porte à s'ouvrir. Noah sentait son sang battre dans ses tempes, elle ne prit pas le temps de réfléchir plus longtemps, se saisissant de son gallion d'urgence, elle envoya un appel à l'aide à ses frères et sœurs d'armes. Toute seule elle n'y arriverait pas, elle était encore toute jeune dans l'équipe des phénix, n'avait jamais eut de mission. Son cœur battait trop vite, elle savait pertinemment qu'elle n'était pas dans les meilleures conditions pour se battre, il lui fallait de l'aide, vite.
Revenir en haut Aller en bas
Mangemort 08
avatar
Mangemort
Mangemort
Spécialité(s) : Fourchelang
Loup-garou
Occlumens


Re: Devant Ollivander's

Message par : Mangemort 08, Jeu 15 Aoû 2013 - 14:30


~ Azphel et Junie, parés d'ombre, les rejoignirent devant l'entrée d'Ollivander alors que 80 venait de faire céder la porte d'entrée. 08 fit un signe de tête à son ami Azphel après qu'il eut récupéré le petit sac de soie et lui glissa une précision à voix basse avant que ce dernier et la demoiselle n'aillent se tapir dans l'ombre.

- Dans cinq minutes ils s'activeront, on devrait être partis dans dix max, on les enlisera et on mettra le feu autour pour assurer nos arrières quand nous serons arrivés.

~ Le sort qu'avait balancé 80 avait complètement fissuré la porte, et elle semblait au bord de s'écrouler littéralement. Il s'avança alors et la poussa de la main, elle s'ouvrit directement sans opposer la moindre résistance. Les deux mages noirs s'engouffrèrent à l'intérieur de la boutique, pendant que leurs deux alliés faisaient le guet dehors.  

~ A l'intérieur tout était soigneusement agencé, les différents rayons étant attractifs à l'œil et la boutique ne croulait pas sous le moindre gramme de poussière. Du moins pour le moment. Même s'ils avaient un but précis qui était loin d'être de la destruction gratuite, 08 comptait bien tout de même laisser une trace de son passage dans la boutique. A l'aide d'un "Lumos" contenu, il dégagea avec sa baguette une faible lueur afin de pouvoir avancer sans se cogner, car même si le ciel et la lune offrait une visibilité légère au dehors, à l'intérieur c'était loin d'être le cas.

- Serpentsortia.

~ Un reptile de près d'un mètre de long apparut sur le sol de la boutique. 08 lui ordonna alors en fourchelang d'aller se tapir dans l'ombre près de la porte d'entrée, et d'y rester caché tant qu'ils n'étaient que tous les deux dans la boutique, 80 et lui. Puis il lui ordonna d'attaquer toute personne qui franchirait la porte quelle qu'elle soit.

~ Il regarda sa consœur qui lui fit signe de se diriger vers le comptoir, et il l'observa s'en aller vers la réserve de l'établissement. Ils savaient ce qu'ils cherchaient, en revanche ils ne savaient pas exactement où c'était. Et nul doute que certaines dispositions magiques devaient entourer ce mystère. Il sauta par dessus le comptoir à la manière d'un cowboy moldu qui sauterait de sa monture. Après quelques secondes, il mit la main sur le livre de compte et l'ouvrit avec empressement à la lettre A.

- Rien à la lettre A, dit-il à 80 après être descendu jusque là où devait apparaître le nom qu'ils cherchaient. Ça aurait été trop facile, peut-être qu'elle n'était même pas mentionnée dans leur bouquin de Mer** !

~ Il jeta, rageur, le livre sur le sol et se mit alors à chercher en haut des rayons, des fois qu'une boîte suspecte soit habilement dissimulée. Ainsi il grimpa sur plusieurs rayons et regarda bien en dessous de chacun s'il n'y avait pas une boîte d'apparence anodine qui n'aurait rien à foutre là, bien qu'il était plus vraisemblable qu'elle soit bien à l'abri dans un coffret.

~ 08 espérait que dehors tout aille bien, bien qu'il se doutait au fond que quatre sorciers qui se baladaient dans le chemin de traverse vêtus d'une cape noire devaient certainement se voir coller tout un tas d'étiquettes plus ou moins logique, pouvant amener à des décisions dont la raison elle-même se demanderait le pourquoi. Et dont tout un tas d'éléments extérieur soigneusement réfléchis pouvaient s'avérer n'être au final que fantaisistes...
Revenir en haut Aller en bas
Junie Shape
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Fourchelang
Legilimens


Re: Devant Ollivander's

Message par : Junie Shape, Jeu 15 Aoû 2013 - 16:18


Le chemin avait été calme un temps durant, malheureusement la surveillance prenait enfin tout son sens. Arrivant tel un cheveu sur la soupe, une jeune femme pointa son nez. Puis elle se stoppa comme totalement désarmé face à la scène dont elle était le témoin. Junie ne la lâchait pas des yeux, le regard émeraude de la jeune femme épiait ses mouvements et ce qu'elle fit ne lui plut en rien. Elle sembla demander secours secrètement. L'asiatique devait à tout prix prévenir les deux Mangemorts dans la boutique ,mais comment ?

Réfléchissant alors rapidement, elle aperçut un animal qui lui était bien plus que familier, BINGO, elle l'avait son idée. Attaquer était trop facile, elle préférait restez calme et discrète, sortant alors une cape de son petit sac elle l'enfila sur ses épaules. La magie opéra, Junie était devenu aussi invisible que l'air, elle pouvait alors approcher l'animal sans être vu ! Mais un détail allait l'en empêcher, ses chaussures serait bruyante si elle n'y faisait rien. Soupirant elle les enleva le mettant dans le sac à la place de la cape. Marchant alors pieds nus sur le pavés froid elle s'approcha du reptile. Une fois à sa hauteur, elle le sentit se crisper, il savait qu'elle était là, il la sentait. De plus il avait surement eu ordre de mettre hors état de nuire quiconque approchait la petite enseigne. S'approchant alors jusqu'à pouvoir le toucher sans sortir de sa cape, elle toucha la tête de l'animal pour lui faire comprendre sa présence puis elle s'adressa à lui dans leur langue à eux, en Fourchelangs.

« Va, dit à ton maître que dehors l'orage se prépare, un phénix j'en suis certaine. Va maintenant »

La voix de la jeune femme était aussi basse que possible et les sifflements de son langage inaudibles, elle avait été discrète et  maintenant le reptile s'enfonçait dans la boutique pour avertir les deux grands mages noirs du danger qui arrivait. Junie toujours à pas de loup et pieds nus, elle repartie se tapir dans l'obscurité en face de la boutique. Elle remit alors ses hauts talons et rangea la précieuse cape à sa place initiale. Elle était revenus à l'exact endroit ou elle se trouvait avant, il fallait continuer de la surveiller. Alors, de nouveau son regard vagabondait entre la jeune femme à l'air perdu et l'autre côté du Chemin d'où surement ses amis allaient arrivés. C'était quasiment certain.
Revenir en haut Aller en bas
Ailinn Kafka
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Colibri rouge
Chercheuse


Re: Devant Ollivander's

Message par : Ailinn Kafka, Jeu 15 Aoû 2013 - 20:40


Something wicked this way comes.
Surveillance d'Ailinn






Damn, ils avaient réussi à entrer ! Les deux Mangemorts venaient de forcer la serrure d’Ollivander’s sans la moindre difficulté, et ses frères et sœurs d’armes n’étaient toujours pas arrivés pour secourir Noah…

Il était temps d’agir. Toujours invisible, Ailinn retira doucement ses chaussures qu’elle fourra au fond de son sac sans fond, et enfila la paire de chaussettes anti-gravité qu’elle emmenait partout avec elle, non sans leur avoir rapidement jeté un nouveau #Kaleidem. Il semblait bien que pour une fois, celles-ci lui seraient d’une autre utilité que pour jouer à cache-cache…

La Serdaigle s’éleva rapidement à environ trois mètres au-dessus de la rue, et avança à grandes enjambées en apesanteur, en direction de la boutique. Elle ne pouvait voir ce que faisaient les Mangemorts dans l’échoppe de baguettes, mais les entendait pester en retournant plusieurs objets assez lourds. Que pouvaient-ils bien trafiquer ?

La rouquine resta en apesanteur au-dessus de l’entrée, et ne tarda pas à entendre un étrange murmure, juste en dessous d’elle. Cela ressemblait à un mélange de sifflements et de crachements rauques… Assez désagréable. Ailinn n’avait jamais entendu de Fourchelang auparavant, mais comprit qu’il s’agissait de la fameuse langue des serpents en voyant un hideux spécimen de cette espèce ramper sur le sol en direction de l’arrière-boutique.

Eh bien, il était temps. Ailinn profita de l’absence momentanée du serpent pour entrer dans la boutique.

Ses chaussettes anti-gravité lui permettaient de ramper au plafond, ce qui permettrait d’observer la scène à une distance raisonnable des deux Mangemorts.
Pour plus de sûreté cependant, la rouquine évita le corridor dans lequel rampait le serpent, et se glissa le plus silencieusement possible le long du plafond tout en retenant sa respiration. L’irlandaise resta dans la pièce voisine de celle où se trouvaient les deux Mangemorts, et surveilla du coin de l’œil le serpent, qui ne lui prêtait aucune attention pour le moment.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Devant Ollivander's

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 3 sur 9

 Devant Ollivander's

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Chemin de Traverse :: Ollivander's-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.