AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Autopassion.net le site dédié à l'automobile créé par ses utilisateurs
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Chemin de Traverse :: Ollivander's
Page 5 sur 9
Devant Ollivander's
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant
Noah Alniott
Poufsouffle
Poufsouffle

Re: Devant Ollivander's

Message par : Noah Alniott, Ven 23 Aoû 2013 - 10:40


Le sortilège de Noah envers la jeune femme avait permi à Abygael de se mettre en sécurité et d'agir à son tour, mais il ne dura pas suffisamment longtemps pour que la mystérieuse femme ne les laisse tranquilles. Elle était même encore plus en colère qu'avant, bien que le cachant en gardant une allure froide et pudique. Le sortilège de feu éternel percuta le bois de la terrasse qui lui servait d'abris. Mer**. Pourquoi n'y avait elle pas pensé plus tôt en se "cachant" ici? Le feu se répandait à une allure incroyable, de grosses gouttes de sueur perlaient sur le front de Noah... Elle était debout à l'extrémité de la terrasse, suffoquait, et voyait les flammes, leur chaleur qui se rapprochaient d'elle beaucoup trop vite... Déjà avant avec le petit surplus d'alcool qu'elle avait dans le sang c'était dur de réfléchir proprement, mais là la fumée brouillait ses sens. Elle tenta de transplaner mais fut bloqué, quelqu'un avait du appliquer les sortilèges anti-transplanage. Ce pouvait être bon signe, peut être que les aurors étaient arrivés! Enfin Noah était toujours dans ses flammes, elle allait finir en poulet rôti, en phénix rôti, c'était digne au moins comme mort nan? Enfin pour un phénix, finir carbonisé, c'était drôle, ça ferait une histoire à raconter, une legennnnnde naîtrait. Pour sauver la boutique Ollivander's, Noah Aniott est morte dans les flammes, en bonne phénix qu'elle était. Problème: les gens ne connaissent pas les phénix, mal, ils agissent dans l'ombre. Foutu métier!

Noah tentait de se protéger du mieux qu'elle pouvait grâce au sortilège Tetembulle et à coup de #Protego dés qu'une flamme s'approchait trop près d'elle, mais à présent il y en avait dans toute les directions, elle n'avait même passe temps d'arreter de lancer son sortilège de protection pour songer à un autre sort qui pourrait la sortir de ce feu... Des explosions retentissaient dans la rue, le chaos, Noah n'avait pas d'autres mots pour décrire ses sentiments à l'approche de sa mort  dans un futur trop proche et qui risquait d'etre douloureuse

Heureusement (oui bah en même temps on allait pas laisser Noah crever hein!) une liane vint fouetter son visage. Sans peser le pour et le contre elle s'y accrocha fermement, pas le temps de toute façon, deux secondes de plus dans cette fournaise et elle le serait évanouie. La liane la souleva dans les airs, et Noah atterit quelques instants plus tard aux côtés de sa chef. Celle-ci ne lui demanda pas de ses nouvelles, une lueur d'angoisse dans les yeux alors que les flammes éclairaient son visage, elle se précipita dans la boutique à coup de #stupefix. Noah suivit, baguette en avant, mais ses jambes ne la portaient plus, malgré le sortilège de Tetembulle elle avait quand même respiré beaucoup de fumée, sa tête était en train d'exploser... Elle se laissa glisser dans un coin obscure de la boutique et où il n'y avait pas trop de morceaux de verres pour l'achever plus, et elle tenta de respirer longuement et calmement pour faire cesser ses nausées. Pire qu'une gueule de bois ce qu'il lui arrivait. Et demain, elle n'aurait pas tout oublié de cette soirée, au contraire, elle n'allait cesser de réfléchir à tout ce qui c'était passé, à ce premier combat en tant que phénix, à ce à quoi sa vie allait ressembler à présent.

La petite brune vit une ombre pressée sortir de ce qu'il restait de la boutique, puis Abygael qui la rejoignait et s'asseyait à côté d'elle... Noah qui n'avait pas vu Ailinn et Phoebe pensa que cela voulait dire que le combat était fini et que les assaillants étaient partis. Pourtant les bruits de combat dehors lui indiquèrent que non. Elle jeta donc un regard interrogateur à sa chef.



HRP: pour faire un combat plus égal, plus cool (^^) on met Abyss et Noah à l'écart ...
Revenir en haut Aller en bas
Phoebe Monroe
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou


Re: Devant Ollivander's

Message par : Phoebe Monroe, Jeu 29 Aoû 2013 - 23:29


Planté devant la porte de la boutique fabriquant ces petites férules représentants l'entrée dans le monde magique pour les jeunes têtes avides de savoir. La devanture était dans un sale état, à l'intérieur de l'enceinte se déroulait une confrontation dont la signification échappait toujours à l'écossais. Étant donné la situation, il fut contraint de faire appel aux Aurors... Ce qu'il aimerait, en cet instant, pouvoir s'envoler et survoler le combat, leur rire au nez. Hélas, il se devait d'agir ainsi, qui sait ce qui pourrait retomber sur lui si jamais il ne le faisait pas...

Le sorcier sortit alors sa baguette lustrée à la perfection et, insouciant des personnes se trouvant à l'extérieur informula un Patronus. De l'extrémité apparue un spectre argenté qui forma peu à peu un animal rachitique, un chacal reconnaissable par ses longues oreilles pointues. « - Alerte à Ollivander's, ne pas arriver par transplanage. » souffla-t-il. Pourquoi parlait-il sans faire de phrase ? Il n'en savait rien, sûrement bien trop ennuyé pour leur parler de manière intelligible et moins infantile.

En attendant que la compagnie arrive, Phoebe se cacha dans la boutique. En effet, créer un patronus génère forcément de la lumière étant donné que cette forme de magie est constituée essentiellement de lumière. Pourtant, aucun rai lumineux ne fustigea à son encontre. Toutefois, un crépitement retentit suivit d'un épais rideaux de fumée noire. Un tel amas de brouillard ne pouvait que survenir de la magie mais ce crépitement... On le sentait grandir, grandir et s'insinuait dans les poumons du jeune homme une odeur de brûlé. Il toussota, la fumée acre lui brûlait les yeux. « - Eolo Procella. » Certes, l'air créé poussait le brouillard lentement vers l'extérieur de la boutique mais éventer la brume vers la brume dans un endroit approximativement clos ne revient-il pas à donner un coup d'épée dans l'eau ? En effet, la fumée ne semblait pas s'en aller aussi facilement qu'il l'avait prévu mais avait-il une autre solution ? Alors, par dépit, il continua son ménage, remarquant tout de même que sa vue s'éclaircissait peu à peu. L'air était irrespirable et il était saisi de quintes de toux, heureusement que le courant d'air lui permettait de reprendre son souffle.

Ses collègues avaient-ils reçu son message ? Et vont-ils arriver à temps ? Le jeune homme avançait, ne sachant pas où il mettait ses pieds, trébuchant, par moment, sur ce qui semblait être des boîtes. Enfin, il parvint à voir bien plus clairement mais ce qu'il vit le déplu fortement : des flammes léchaient le parquet de la boutique jusqu'au plafond. Redoublant d'énergie, la brise se changea en violent bourrasque. Phoebe comptait étouffer les flammes avant que celles-ci ne détruisent la charpente. D'autant plus qu'il commençait à voir apparaître de l'autre côté de la pièce des silhouettes dont l'une était écroulée au sol.


Dernière édition par Phoebe Monroe le Jeu 29 Aoû 2013 - 23:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Ailinn Kafka
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Colibri rouge
Chercheuse


Re: Devant Ollivander's

Message par : Ailinn Kafka, Jeu 29 Aoû 2013 - 23:40


Something wicked this way comes.
Surveillance d'Ailinn




[Revirement de situation, changement de plan. Désolée pour le combat loupé 08, ce sera pour une prochaine fois !]


Ailinn sortit avec difficulté de la boutique en flammes, au bord de l’asphyxie. La fumée avait envahi ses poumons, infiltré chaque once d’air respirable pour mieux infecter son corps. L’irlandaise ne pouvait plus respirer, asphyxiant tout en tentant vainement de reprendre son souffle.

La jeune femme se traîna avec difficulté dans la ruelle dont elle était venue pour reprendre des forces, et calma les battements de son cœur qui comprimaient ses poumons.

Vu la façon dont se déroulaient les évènements, il était temps de filer…
Leur bataille avait fait un raffut de tous les diables, et les flammes du brasier naissant projetaient des lueurs dansantes sur toutes les habitations alentour. Le Ministère n’allait probablement pas tarder, et si elle restait ici, elle risquait de se faire attraper sans avoir pu aider à quoi que ce soit.

De toute façon, les Mangemorts ne semblaient pas avoir trouvé ce qu’ils cherchaient, et elle avait plus à perdre qu’à gagner dans une bataille quelconque…

Mais les autres ? Que leur arriverait-il ? Et si Noah était... blessée, ou pire ? La rouquine ne pouvait rien entrevoir à travers la fumée dense qui envahissait la ruelle. Où étaient les mangemorts, ou étaient ses frères et soeurs d'arme ? Toutefois, il était fort probable que les autres s'enfuient également, et si Ailinn restait là, elle serait fatalement interrogée par les Aurors. D'autant que les autres Phénix n'avaient pas connaissance de sa présence ici...

Un chacal argenté frôla ses chevilles et Ailinn reconnut le Patronus de Phoebe, qui lui avait sauvé la vie quelques années auparavant. Il avait prévenu les Aurors. Il fallait partir, maintenant !

Le #Lumos Solem lancé par le Mangemort éblouit momentanément la Serdaigle, mais celle-ci, depuis sa ruelle, profita du trouble soudain pour s’éloigner en courant dans la direction opposée. À 800 mètres de là, la rouquine transplana à l’autre bout de la ville, et s’enferma au Manoir.


[Fin pour ma part]



Dernière édition par Ailinn Kafka le Lun 2 Sep 2013 - 15:24, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Mangemort 08
avatar
Mangemort
Mangemort
Spécialité(s) : Fourchelang
Loup-garou
Occlumens


Re: Devant Ollivander's

Message par : Mangemort 08, Ven 30 Aoû 2013 - 11:21


[Auto' d'Azphel pour le faire agir]

[Ailinn, on remettra ça une autre fois <3]

~ Le chemin de Traverse s'embrasait, les flammes qui s'échappaient d'Ollivander s'évadaient dans la nuit noire vers les quelques nuages qui surplombaient la scène du chaos. Une fumée épaisse régnait dans la boutique de baguettes et Evan espérait que Clélia ne lui en voudrait pas trop de la tournure qu'avait pris les événements. Ils pensaient pouvoir obtenir aisément ce qu'ils cherchaient et ça n'avait pas été le cas, et tout avait vite dégénéré et tourné en un massacre de baguettes peu à peu.

~ Les dix minutes d'action de leurs portoloins étaient écoulés, aussi n'avaient-ils plus qu'une seule échappatoire possible. Le Mangemort profita de l'aveuglement général qu'il avait lancé pour agripper son ami Azphel et l'emmener plus loin dans le chemin, dans une trainée brumeuse, à une distance raisonnable de la boutique et du chaos. Ils étaient dans une zone d'ombre, mais à présent, il ne faisait plus aucun doute que tout le quartier devait être réveillé et qu'ils devaient se barrer au plus vite.

- Bon on couvre nos traces... Bombarda Retardum ! hurla le mage noir sous leur position. Azphel comprit le but de la manœuvre et en lança un également juste à leurs pieds. Deux sphères lumineuses contenant une grande puissance magique flottaient maintenant.

~ Le mage noir comptait dans sa tête les secondes. Arrivé à sept, il transplana loin de Londres, emmenant Azphel avec lui. Quelques secondes plus tard, deux violentes explosions déchirèrent l'emplacement du chemin de Traverse qu'ils avaient occupés, couvrant ainsi leurs traces.

Ils arrivèrent dans une petit prairie quelque part en écosse.

- Bon, on recommence pour être sûr qu'on ne soit pas suivis...

~ Ils s'écartèrent de quelques mètres de leur lieu d'arrivée, et  Az' balança un "Incendio" puissant pour embraser l'herbe tout autour d'eux dans un vaste rayon. Afin qu'ils s'assurent que s'ils étaient suivis, leurs poursuivants tombent direct dans un braiser dévorant. Une fois fait, Evan reprit le bras de son ami et ils tranplanèrent loin de l'écosse...
Revenir en haut Aller en bas
Phoebe Monroe
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou


Re: Devant Ollivander's

Message par : Phoebe Monroe, Dim 15 Sep 2013 - 0:49


[Je suis désolé si ce RP est parfois peu cohérent où si j'oublie quelques éléments mais le fait est que je suis le seul Auror il m'est donc difficile de tout concilier en un seul post. A l'adresse de Noah & Aby : il se peut que j'ai un peu empièté sur vos libres-arbitres si tel est le cas et que cela vous dérange n'hésitez pas, ma boîte à MP est ouverte et j'éditerai.]

Dire qu'à cette heure-ci Phoebe pourrait se trouver dans son lit accueillant, fondu sous sa chaude couette. Hélas, des agitateurs de première heure n'ont rien trouvé d'autre à faire que de troubler son sommeil - et par conséquent son horloge biologique minutieusement réglée. Perdu dans l'obscurité terrifiante de cette boutique déchue, l'Auror s'affairait toujours, éteignant les quelques flammèches persistantes ainsi que les braises ardentes à l'aide d'un jet d'eau claire apparaissant à l’extrémité de sa baguette. Des volutes de vapeur s'échappaient de ce qui fut le début d'un brasier. Cela faisait à peu près un quart d'heure que l'écossais s'acharnait face à ce feu, seul aucun de ses collègues n'avaient pointé le bout de leur nez. Il avait entendu cette explosion annonçant la fin des hostilités, depuis nul son ne s'était échappé de ce lieu, comme si le Chemin de Traverse n'était qu'un de ces villages fantômes des Etats-Unis lors de la Ruée vers l'or : quand il n'y a plus rien à trouver, il n'y a aucune raison de rester. Triste constat, triste monde.

La fumée qui embrumait l'air s'était dissipée il y a quelques minutes, Phoebe n'avait pas ignoré les deux silhouettes qui se trouvaient dans l'enceinte de l'échoppe. Pour une raison qui lui échappait il n'avait pas jugé utile de les aborder, ni même d'avoir la certitude qu'il s'agissait bien de personnes et non pas d'amas de brume persistante que son esprit aurait personnalisé en silhouettes. Un soupir s'échappa involontairement du fonctionnaire qui se questionnait de plus en plus au sujet de l'investissement de la brigade magique, lassé de voir qu'aujourd'hui on pouvait détruire une boutique sans craindre qu'il y ait un retour de flamme, dépité à l'idée de savoir que demain des enfants ne pourront pas recevoir leur première baguette. Mais tout cela n'était-il pas mérité ? Ollivander's se situe dans l'avenue magique la plus renommée de Londres et pas l'ombre d'un sorcier n'a esquissé le moindre mouvement à l'entente de diverses explosions. Une citation revenait peu à peu à la mémoire du jeune homme : « le mal triomphe par l'inaction des gens de bien. » Phoebe ignorait, par manque de connaissances, que ce proverbe provenait de E. Burke. Toutefois, aujourd'hui, plus qu'hier, il en saisissant bien plus le sens.

Usant de la lueur projetée par sa baguette pour se repérer, l'Auror partit en direction du comptoir qui était en piteux état. Tout était ravagé, pourtant cela devait bien se trouver quelque part... S'abaissant au sol, il finit enfin par trouver ce dont il cherchait. Sa main vint récupérer le carnet de formulaire ainsi que la plume qui l'accompagnait. Il se souvenait du jour où il fut venu chercher sa propre baguette, celle qui, aujourd'hui encore, l'épatait tant. Sans trop se tourner vers ses souvenirs, l'Auror griffonna ces quelques mots sur le bout de parchemin resté intact : " Contacter Miss Skywolf - URGENT (Ollivander's) " La note finit alors dans l'une de ses poches parmi les nombreux clichés qu'il avait pris. Pourtant, Phoebe n'en avait pas terminé pour autant, il déchira un autre parchemin et se remit à écrire : " Détruire une boutique, c'est mal. " Des propos futiles - voire inutiles - mais qu'il jugea bon de préciser et de rappeler aux divers passants qui constateraient les dégâts. Suite à un bon sentiment, Monroe accrocha le formulaire sur le peu de devanture qu'il restait.

Grommelant quelque peu dans une barbe inexistante, Phoebe se dirigea enfin vers les deux silhouettes - Car, en effet, il s'agissait bien là de silhouettes humaines et non chimériques car leurs contours s’éclaircissaient peu à peu aux yeux ambrés du fauve. Au grand dam de l'écossais, il finit par reconnaître, en approchant sa baguette en cette direction, Abygael Thompson et Noah Alniott, à savoir deux membres de l'Ordre du Phénix. L'une d'elle semblait en piteux état et l'Auror, faisant fi du fait qu'il était censé les interroger, se précipita en direction de la propriétaire du Chaudron Baveur afin de se renseigner sur son état. « - Noah, ça va ? Pas trop amochée ? » s'enquit-il à voix basse. Il déglutit. C'était mauvais signe. « - Qu'est-ce qui s'est passé ? » En effet, depuis le début, il ignorait tout, étant réduit à un simple spectateur, il voulait avoir des réponses.

Alors qu'il se relevait peu à peu, Monroe prit à nouveau un autre formulaire. « - Non, pour le moment, dites moi simplement quelque chose qui vous déculpabilise, si jamais vous êtes coupables. J'ai quelques photos du combat... » L'Auror écrit à l'emplacement suggéré pour inscrire son nom : " Noah Alniott & Abygael Thompson (témoins - olfactifs ?) " Bien évidemment, il nota à l'endroit concernant les prises de mesures de jolis compliments à l'adresse de ces deux personnes. L'Auror était désormais suspendu aux dires des deux demoiselles.
Revenir en haut Aller en bas
Noah Alniott
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Occlumens


Re: Devant Ollivander's

Message par : Noah Alniott, Dim 15 Sep 2013 - 14:50


Noah luttait pour rester consciente, les yeux ouverts, pour être capable de bouger dés qu'Abygael lui demanderait. Elle était à moitié allongée sur le sol, affalée sur la chef de l'ordre, quand une ombre s'approcha d'elles prudemment. Noah sentait Abygael qui se raidissait, la baguette prête... La voix grave de Phoebe, puis la vue de son visage arrachèrent un soupire de soulagement à la propriétaire du Chaudron Baveur.

- Noah, ça va ? Pas trop amochée ?

- Ouais ouais, j'finis ma sieste sur les morceaux de verre, mais j'pense qu'on va pas tarder là ...

- Qu'est-ce qui s'est passé ? Après un court instant de réflexion, l'auror reprit   - Non, pour le moment, dites moi simplement quelque chose qui vous déculpabilise, si jamais vous êtes coupables. J'ai quelques photos du combat...

Noah se redressa lentement, un pale sourire sur les lèvres, contente de voir un autre phénix, contente de savoir que les autres aurors n'iraient sans doute pas approfondir leur raison sur les lieux avec Phoebe qui pouvait les couvrir.

- J'suis qu'une pauvre propriétaire de bar qui rentrait tranquillement chez elle en compagnie d'une amie! Et donc on remontait le chemin de Traverse, et on est tombé sur une bande de sorciers cagoulés qu'ont tout fait flamber!

Noah espérait que Phoebe trouverait cette explication suffisante pour couvrir leur identité de phenix, au pire elle faisait confiance à Abygael pour inventer d'autres détails passionnants et qui sembleraient plausibles.
La petite brune sortit sa baguette et se lança un #Curo As Velnus, cela eut au moins le mérite de soulager son mal de tête, mais elle se sentait épuisée, sale, et toujours un peu nauséeuse. Enfin au moins elle parvînt à se lever, il ne lui restait plus qu'à finir sa nuit au Chaudron Baveur, elle n'avait pas la force de rentrer jusqu'à Godric's... Demain, ils s'expliqueraient tout en détail à Eagle Place, à l'abris.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Re: Devant Ollivander's

Message par : Invité, Dim 29 Sep 2013 - 17:44


C'était... un champ de bataille quoi. Tout allait dans tous les sens, impossible de comprendre quoi que ce soit. Les dernières minutes n'avaient aucune consistance dans mon esprit, mon cerveau était trop shooté d'adrénaline pour prendre le temps de les convertir en souvenirs.

Ce qui comptait c'était le présent. Là, maintenant. Et là maintenant j'étais avec Noah et il me semblait que les fauteurs de trouble s'étaient tirés. La boutique était quasi silencieuse après tout ce boucan de sortilèges criés dans tous les sens, d'objets divers qui explosaient ou s'effondraient. Je n'osais pas encore reprendre une attitude normale, le genre qu'on prend quand on se sent en sécurité. En même temps au milieu des ruines fumantes d'Ollivander's, avec sa soeur d'armes à bout de forces affalé sur soi, difficile d'avoir le moindre sentiment rassurant. Aux côtés de Noah je guettais l'obscurité. Le calme me paraissait trop soudain, j'avais encore le sang qui battait aux tempes.

Il y eut des bruits de pas, quelqu'un qui avançait. Mon corps se tendit avant de se relâcher en reconnaissant un visage amical. Phoebe. En entier, ce qui confirmait que les encapuchonnés avaient fichu le camp. Ou alors c'était l'un d'eux revêtant l'apparence du beau brun. Auquel cas l'imitation était excellente, la démarche, les gestes, tout me semblait correspondre à l'Auror. Cela ne changeait pas que ma baguette était pointée sur lui.

- Noah, ça va ? Pas trop amochée ?

- Ouais ouais, j'finis ma sieste sur les morceaux de verre, mais j'pense qu'on va pas tarder là ...

- Riche idée, approuvais-je.

- Qu'est-ce qui s'est passé ? Pause. Non, pour le moment, dites moi simplement quelque chose qui vous déculpabilise, si jamais vous êtes coupables. J'ai quelques photos du combat...

Des photos ? Cela ne pouvait sortir que de la tête de Phoebe. Qui d'autre penserait à amener son appareil, à l'affût de la moindre preuve pour coincer les malfaiteurs en accord avec la loi ?
C'était tout de même faible pour vérifier l'identité de quelqu'un. Cependant l'Auror avait remarqué de par l'arme que je maintenais en sa direction qu'il lui fallait montrer patte blanche. Discrètement il nous montra son gallion d'urgence, ce qui apaisa mes doutes.

En tout cas, j'étais bien bien bieeeen contente qu'il ne nous fasse pas un interrogatoire dans les règles parce que dans l'état où on était c'était même pas la peine. Je me serais jetée dans le feu pour éviter la corvée.

- J'suis qu'une pauvre propriétaire de bar qui rentrait tranquillement chez elle en compagnie d'une amie! s'exclama Noah, s'appliquant à coller à son rôle de gentille citoyenne pas du tout impliqué dans quoi que ce soit d'illégal. Et donc on remontait le chemin de Traverse, et on est tombé sur une bande de sorciers cagoulés qu'ont tout fait flamber!


La façon qu'elle avait de présenter ça me fit sourire. Je regardais autour de nous pour faire un état des lieux rapides mais le magasin était dans un tel état que j'avais peine à identifier quoi que ce soit d'à peu près bien conservé. On était dans une belle bouse de dragon.

- 'Tain c'est pas possible... Regardez ça. Comment un simple cambriolage peut foirer à ce point-là ? Je secouais la tête avec amertume, dégoûtée par le saccage d'un artisanat légendaire. Dégoûtée aussi de ne rien comprendre à la situation.
- C'était des sorciers puissants, vous avez vu les dégâts. Sur les quatre deux portaient la longue cape noire, la capuche, tenue typique... Qu'est-ce que des mangemorts faisaient là ?

Mon regard revint se planter dans les prunelles de Phoebe, y cherchant inconsciemment du réconfort. Sauf qu'il n'était pas là en ami pour voler à notre rescousse, il était là en Auror pour faire son boulot. Quoiqu'il adoucissait indéniablement ses méthodes.
- Bref, Monsieur l'agent, en voyant ces gens j'avoue que j'ai un peu paniqué... J'ai embarqué Noah là-dedans, je ne pensais pas que c'était du sérieux d'abord, j'ai cru que c'était de simples cambrioleurs et comme il s'agissait d'Ollivander's je me suis... emballée. Mais quand on a engagé les duels pour les stopper on s'est vite rendu compte qu'on se frottait à plus fort que nous. On est resté coincées là, à se défendre.
Revenir en haut Aller en bas
Phoebe Monroe
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou


Re: Devant Ollivander's

Message par : Phoebe Monroe, Ven 4 Oct 2013 - 23:00


Le doute planait, qu'il était bête : il fut tellement empressé qu'il n'avait même pas pensé à vérifier leur identité. D'autant plus qu'il venait de divulguer des propos qui le mettaient en danger. Mais, en y réfléchissant bien, seules Noah & Abygael pouvaient se retrouver dans une boutique encore fumante au plein milieu d'une scène de guerre. Toutefois, l'Auror n'aimait guère voir Thompson pointer sa baguette dans sa direction, il décida donc de farfouiller dans ses poches pleines et d'en sortir son Gallion d'urgence qui étincela dans l'obscurité d'une lueur bleue royale. « - J'suis qu'une pauvre propriétaire de bar qui rentrait tranquillement chez elle en compagnie d'une amie! » Ainsi le mensonge commençait, malgré la gravité de la situation, Phoebe parvint à esquisser un sourire tout en écrivant et en s'imaginant que toutes personnes connaissant un minimum Noah pouvaient savoir que ce n'était pas dans son genre de rentrer tranquillement chez elle avec une amie. « - Et donc on remontait le chemin de Traverse, et on est tombé sur une bande de sorciers cagoulés qu'ont tout fait flamber! » Bien que son poignet ne pouvait pas aller plus vite que les paroles de Noah, l'Auror faisait de son mieux – D'autant plus qu'il n'y a qu'une très faible luminosité, du coup bonjour l'écriture d'Elfe de maison. Il a d'ailleurs souligné à plusieurs reprise le mot " cagoulés ".

Noah commença à s'apporter les premiers soins, elle était vraiment dans un sale état. « - ''Tain c'est pas possible... Regardez ça. Comment un simple cambriolage peut foirer à ce point-là ? » Un cambriolage ? Ouais, pourquoi pas ? Enfin, qui est-ce qui voudrait cambrioler une boutique de baguettes pour enfants de onze ans ? Ces cagoulés ressemblaient de plus en plus à des illuminés. L'Auror comptait envoyer une missive au marchand de glace du Chemin de Traverse, sait-on jamais, avec ces attaques sans queue ni tête, il pourrait très bien s'avérer qu'il soit la prochaine victime. « - C'était des sorciers puissants, vous avez vu les dégâts. Sur les quatre deux portaient la longue cape noire, la capuche, tenue typique... Qu'est-ce que des mangemorts faisaient là ? »  Le sorcier se tut, pour le moment du moins. Laissant la question d'Abygael en suspend. Il était cependant d'accord avec lui : il ne pouvait pas s'agir du petit enchanteur arriviste mais de sorciers expérimentés animés par un quelconque but précis. D'autant plus que d'après les propos de Noah, il n'y en avait que certains qui portaient une cagoule tandis que les autres étaient à visage découvert, certains vilains se seraient-ils décidés à s'assumer pleinement ?

Alors qu'il était prisonnier de ses songes, il sentit le regard ardent d'Abygael se poser sur sa personne. Vous savez, cette sensation que l'on ressent lorsqu'une autre personne nous regarde, ce picotement qui nous effleure la peau, d'autant plus quand il s'agit d'une personne qui ne nous laisse pas indifférent. « - Bref, Monsieur l'agent, en voyant ces gens j'avoue que j'ai un peu paniqué... J'ai embarqué Noah là-dedans, je ne pensais pas que c'était du sérieux d'abord, j'ai cru que c'était de simples cambrioleurs et comme il s'agissait d'Ollivander's je me suis... emballée. » C'était vraiment étrange cette histoire, et il fallait qu'il soit le seul Auror en charge ! « - Mais quand on a engagé les duels pour les stopper on s'est vite rendu compte qu'on se frottait à plus fort que nous. On est resté coincées là, à se défendre. » Ayant terminé de prendre ses notes, l'écossais rangea le tout avant de s'adresser une dernière fois à ses acolytes « - C'est bon pour moi. Je vais au Ministère, vous feriez mieux de partir. » Puis, il partit en empruntant la porte – Bien qu'il aurait pu passer par la feue devanture, mais, voyez-vous, même en de telles circonstances il garde ses bonnes manières ; car oui, passer par la porte fait partie des bonnes manières, vilains cagoulés ! Enfin, il finit par transplaner en direction du Ministère.

Avançant dans les couloirs déserts du Ministère, Phoebe finit par embarder en direction de son box ; les trois parois étaient tapissées de photos diverses, on pouvait s'imaginer que sous cet amoncellement de dossiers et de gobelets vides gisait, peut-être, un bureau. Parvenant tout de même à se dégager une place dans son lieu de travail, il y déposa ses photos ainsi que ses photos. « - La soirée n'est pas terminée... » Soupirant lentement, il partit se chercher un café fumant et se rendit compte qu'il ne pouvait plus parler de nuit mais de matinée étant donné l'heure tardive. Bref, revenant à sa paperasse, l'Auror prit une plume et se mit à écrire une missive adressée à la gérante d'Ollivander's " Miss Skywolf, durant la soirée votre boutique a été partiellement détruite et brûlée lors de ce qui semblait être un combat. Nous regrettons cet incident et espérons que vous pourrez réparer les dégâts occasionnés (je rappelle que le Ministère n'a rien à voir avec cela, il revient donc à vous de payer une éventuelle reconstruction ou à votre assurance). Si vous désirez des informations supplémentaires au sujet de l'incident, n'hésitez pas à vous rendre au bureau des Aurors. Cordialement, P. Monroe, Auror. " Ça, c'était fait, héas, ce n'était pas finis...
Revenir en haut Aller en bas
Akize T. Xiraz
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Animagus : Python royal


Re: Devant Ollivander's

Message par : Akize T. Xiraz, Mar 3 Déc 2013 - 14:40


{RP avec Liam Riu}

La vie se détruit en une fraction de secondes. Est-ce qu'Akize avait l'air d'un clochard ? C'était un véritable dilemme, ça mère venait de mourir. Il s'inquiétait, pour sa famille, pour la réaction de son père. De quoi était-elle morte ? Une phrase, par un téléphone de son frère venait de bousculer sa vie. « Akize, c'est vraiment toi ? On ne t'as pas vu depuis longtemps et on s'inquiète pour toi, tu vas bien ? En l'occurrence on ne va pas bien. Notre mère est morte aujourd'hui. » Lors de ces paroles, il lança son portable dans l'eau de manière à ne plus le faire fonctionner, et repensa directement à son frère. Il n'aurait plus accès à lui, surtout qu'il ne savais pas son lieu de résidence. Ni ceux de toute sa famille. Il marcha à travers les rues. Il ne savait plus quoi faire. Il vit un bar au coin de la rue, et espérait y trouver du monde histoire de lui remonter le moral. Xiraz n'était plus ce qu'il était avant, et pour cet incident, il allait faire des choses qu'il allait regretter. Un vrai clochard l'aborda pour lui demander de l'argent. Le poufsouffle referma cette discussion en l'agressant, en lui mettant des coups - chose qu'il n'aurait jamais fait sobre -. Car oui, il avait très bu, des bières moldue principalement. Il n'eut pas envie de le tuer, pas à ce point, après tout ce n'était qu'un abordage et non un coup dès le départ. Seul une preuve pour montrer que le poufsouffle était le plus fort d'entre eux deux. Poufsouffle est synonyme de gentil, mais il faut pas chercher, surtout lorsqu'on ne va pas bien.

Et qu'est-ce qu'il avait fait lui ? Ce que le poufsouffle ne voulait pas qu'on lui fasse. L'aborder méchamment pour lui demander de l'argent. La principale question était : pour en faire quoi ? Se droguer ? Boire ? Il était devant un bar, donc la réponse était bien une des deux proposées. Il alluma une cigarette et lança les cendres sur le clochard. Il était égoïste de faire ceci, mais il était énervé et ne se contrôlait plus, à cause de l'alcool qu'il a bu dans ce bar et surtout pour la surprenante nouvelle de sa mère. Il prit sa cigarette, et la lança vulgairement sur le clochard éteinte. Alors que celui-ci ne bougea pas, il partit. Akize marcha donc dans les rues, lorsqu'il rencontra quelqu'un.
Revenir en haut Aller en bas
Liam Riu
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Métamorphomage


Re: Devant Ollivander's

Message par : Liam Riu, Dim 8 Déc 2013 - 14:05


Quelle soirée. Quelle désastre. Quelle vie insupportable. Quelle monde cruel. Quelle imbécile. Mais qu'est-ce que c'était bien d'être saoul!

Ses yeux roulaient, sa bouche laissait échapper la fumée due au froid grandissant de cette nuit. Liam n'était plus que l'ombre de lui-même. Assis contre le mur d'un des bars du Chemin de Traverse, il avait du mal à rester éveiller. L'alcool affluait dans son sang, emplissait son cerveau, engourdissait ses jambes. Mais il n'avait jamais été aussi heureux. Il avait un sourire figé sur son visage, malgré un goût affreux qui rendait ses lèvres pâteuses. Il essayait de regarder devant lui. Sa vision était floue, mais il lui semblait voir un arbre. Un grand arbre. Et puis plus loin, sans qu'il le voit réellement, il imaginait le château de Poudlard. Il fallait qu'il retourne là-bas. Il le savait, il le voulait mais ne le pouvait pas. Rien que de penser à bouger lui donnait des nausées.

Comment avait pu-t-il se retrouver dans cette situation? Il se souvenait à peine. Il voyait des visages. Il se souvenait avoir été seul, puis soudain entouré de plein de gens. Il aimait être entouré. Il aimait la compagnie, alors il avait rien dit. Il avait regardé, il avait souri, il avait parlé. Et puis, il avait bu. Quoi? Il ne savait plus. Combien? Il ne voulait pas se souvenir. Pourquoi? S'amuser. Oui. Il aimait s'amuser aussi. Et les hommes avec lui voulaient s'amuser aussi non? En tous cas, ils rigolaient. Le Poufsouffle s'en souvenait bien parce qu'ils avaient des rires rauques, sonores, qui résonnaient encore dans sa tête qui bourdonnait. Ils avaient été très joyeux. Et le Suédois avait été joyeux aussi. Mais après, ils étaient partis, et lui avait essayé de les suivre mais n'y était pas arrivé. Et il avait fini là où il se tenait à présent.

Il avait rarement été bourré. La seule fois où il avait fini dans un état similaire à celui dans lequel il était actuellement était la Nohanouka, au Chaudron Baveur. Il s'était beaucoup amusé là aussi, avec Stéphanie. Il adorait être bourré en fait. Enfin sur le moment. Le lendemain... Il savait pertinemment ce qui l'attendait. Mais il allait profiter de ce moment, de son état léthargique. Il se mit à rire tout d'un coup. Il se souvenait d'un blague que l'un des hommes avait faite. C'était très drôle à ce qu'on pouvait voir. Liam avait du mal à s'arrêter. Il ne voulait pas vraiment. Mais tout d'un coup, il s'arrêta.

Ses yeux lourds s'étaient fixés sur la scène qui se passait pas très loin d'ici. Il dut plisser les yeux pour voir nettement. Il y avait un homme. Non, deux hommes. Un petit qui semblait mendier. Et un autre qui semblait dans le même état que le blondinet. Il les regardait, le deuxième battant l'innocent qui ne demandait que sa charité. Pourquoi faisait-il ça? Le sang alcoolisé du sorcier ne fit qu'un tour. Il n'appréciait en aucun cas qu'on s'attaque à de simples personnes qui n'avait rien demandé de plus qu'un peu d'argent. Il tenta de se lever, s'accrochant au pan de mur derrière lui. Il faillit se retrouver par terre, mais ses jambes réussirent à le maintenir. Il pouvait même bouger. Il ne savait pas s'il marchait très droit, mais au moins, il marchait.

Il s'avança jusqu'à cet inconnu à la droite facile. Il fumait. Cet odeur donna un sursaut à l'estomac du jeune Riu qui toussota. Il gardait malgré tout son sourire, un peu niais, un peu débile tout en fronçant les sourcils. Il posa son regard et tenta de dire quelques mots à son interlocuteur du soir:

- Hey mais qu'est-ce que t'as fait mec! Pourquoi tu l'as tapé? Il voulait rien... En même temps, il donna au brun en face de lui un coup faible dans son ventre tout en parlant: Enfin si il voulait de l'argent... Il voulait pas des coups... Waouh mais t'as des abdos!

Il se rendait compte que malgré la faible intensité qu'il avait mis dans son poing, il s'était heurté à quelque chose de dur. Il avait tout de suite pensé à ses muscles, mais il avait peut être tout simplement frappé ses os. Il ne voyait pas très bien ce qu'il faisait.

- Moi aussi, j'suis musclé... Ouais, j'ai des abdos aussi... Murmurait-il pour lui-même se désintéressant totalement à cet homme.
Revenir en haut Aller en bas
Elenna Benson
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou


Re: Devant Ollivander's

Message par : Elenna Benson, Sam 31 Jan 2015 - 20:33


Autorisation de Kyara Blanchet.


Mieux vaut prévenir que guérir.


O
llivander’s. Un pincement au cœur vint déranger la jeune femme qui se tenait devant la belle boutique aux allures anciennes mais toujours aussi chaleureuses. Chaque personne qui rentrait dans ce magasin en ressortait avec un sourire éblouissant sur le visage. Distribution de bonheur à profusion, tout cela condensait dans un petit bout de bois au cœur changeant selon la personne qu’il choisissait. Après tout, le grand fondateur de ce lieu l’avait lui-même dit : « C’est la baguette qui choisit son sorcier. ».

Elenna se tenait devant la vitrine qui avait été sa propriété il y a de cela quelques mois. En effet, du haut de ses quelques années, la jeune femme avait eu la joie de devenir vendeuse chez Ollivander’s quelques temps après sa sortie de Poudlard et de fil en aiguille, elle était montée de grade en grade pour devenir propriétaire des murs si célèbres de cette boutique. Droite, figée, paralysée devant le magasin, la belle ne bougeait pas, une main posée sur sa poitrine, du côté de son cœur et l’autre glissée dans la poche de son manteau à capuche à fourrure. Devenir Auror avait été un vœu exaucé pour elle mais elle aurait préféré quitter Ollivander’s’ dans d’autres circonstances. La demoiselle avait laissé la boutique derrière elle pour rejoindre les forces de l’ordre sorcières car celle-ci avait été victime d’une attaque lors ce que l’école de sorcellerie avait subi le même sort. En attaquant le commerce, les personnes coupables avaient osé toucher une chose qui était importante pour la jeune femme et elle s’était décidée à se venger et à faire en sorte que cela ne se reproduise pas. C’était donc aussi pour cela qu’elle était devenue Auror.

Mais aujourd’hui, en ce premier jour de semaine, sa visite n’avait rien à voir avec le passé de la boutique bien que le Ministère de la Magie y était bien pour quelque chose. Après de nombreuses discussions dans l’enceinte du Ministère, une décision avait été prise  et un projet avait été mis en place. Les Aurors avaient eu pour mission de faire une campagne de prévention auprès de la population magique, adultes comme élèves. En effet, les récents évènements de l’année passée et de la nuit de la nouvelle année confirmaient bien que la vie redevenait dangereuse et que des choses obscures voulaient reprendre possession de ce monde. La police magique avait donc fait des affiches qu’elle allait placarder dans les endroits les plus fréquentés par les sorciers. Il fallait prévenir les habitants de cette planète que le danger n’était jamais bien loin ainsi que les forces obscures.

La jeune femme aux cheveux de neige avait donc reçu plusieurs lieux où elle devait se rendre pour poser des posters. Le premier n’était autre qu’Ollivander’s, son ancienne boutique qu’elle avait tant aimé et pour laquelle elle avait toujours autant d’affection. Par hibou, Elenna avait contacté le nouveau propriétaire pour lui demander si elle pouvait venir placarder son affiche sur sa devanture, ou plutôt lui signaler que le Ministère de la Magie souhaitait cela. Si le Ministre avait donné cet ordre, personne ne pouvait réellement aller à son encontre. Finalement, ce n’était donc plus une question mais juste pour prévenir qu’elle passerait et que l’affiche ne devrait pas être enlevé. Sans plus attendre, la demoiselle sortit de son sac l’une des affiches ainsi que sa baguette magique pour la coller d’un coup sec grâce à la magie sur le bois des murs d’Ollivander’s.

Première mission faite. Il ne restait plus qu’à se rendre dans deux autres lieux tout aussi familiers que le premier…






[ Rp terminé ]
Revenir en haut Aller en bas
David Page
avatar
Serdaigle
Serdaigle

Re: Devant Ollivander's

Message par : David Page, Lun 9 Fév 2015 - 15:38


Il avait eu ce qu'il cherchait ce jeune idiot, David lui avait foutu une frousse qu'il n'était pas prêt d'oublier. Bien trop faible et immature pour s'aventurer dans l'allée des embrumes ou ne se côtoyaient que les sorciers dignes de ce nom, et il avait osé tenir tête à un homme d'âge mûr.. La nouvelle génération ne respectait donc rien.

Aussi l'ancien Auror décida de retourner sur le Chemin de Traverse afin de trouver de nouvelles victimes à sa folie. Les évènements de ces derniers temps n'avaient rien fait pour remettre sa tête à l'endroit et il était prêt au combat pour informer les innocents de ce qu'il se tramait dans leur dos. Et ces gens du Ministère qui ne bougeaient pas un petit doigt dans ce foutu bordel, ne pensant qu'à ramasser du pognon, une belle bande de voleurs.

David se dirigea vers Ollivander's, décidé à donner une leçon à cette boutique qui fournissait les baguettes des pires sorciers du pays. Il était face à la devanture et c'est là qu'il aperçut une affiche ridicule collée sur la vitrine.


"Méfiez vous de ceux dont nous ne connaissons pas l'identité et des lieux réputés dangereux"

Ce message était flanqué du logo du ministère de la magie, mais de qui se moquait-on ?? Les craintes de l'ancien serdaigle ne faisaient que s'amplifier, si le ministère cachait sa responsabilité derrière ce genre d'affiche, c'est qu'il était surement déjà trop tard pour agir.

Cependant, David décida qu'il était temps de réduire ce fournisseurs d'armes à néant. Il sortit donc sa baguette qu'il pointa en direction de la porte de la boutique :


- Bombarda !

Un jet de lumière alla percuter la porte d'entrée, ce qui, espéra David, permettrait de sonner l'alerte dans le magasin. Pendant ce temps, il prononça
*Illusionis*, un deuxième homme se matérialisa à ses côtés, semblable en tout point à lui-même, cela lui permettrait d'avoir un petit temps d'avance sur ses agresseurs.

Édit Luke : Bonjour David. Conformément au Grimoire des sortilèges il est nécessaire d'avoir obtenu au minimum un EE aux ASPIC pour pouvoir lancer un Bombarda maxima. Merci d'éditer afin de corriger cela. Cordialement.
Revenir en haut Aller en bas
Izsa Hilswood
avatar
Ministère de la Magie
Ministère de la Magie
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Manumagie (Niveau 1)


Re: Devant Ollivander's

Message par : Izsa Hilswood, Lun 9 Fév 2015 - 19:45


Izsa passait une fin de soirée médiocre dans la boutique. Le dernier clients avait été un vieil orgueilleux, qui insistait pour essayer du tilleul argenté, quand bien même sa baguette produisait une fumée verte et pestilentielle. Soit disant qu'il "ressentait une grande chaleur" et que "cette baguette était faite pour lui". N'empêche, la chaleur qu'il avait hypothétiquement ressentie était plus proche de lui cramer la main que de lancer un Incendio. Mais le client étant roi, elle avait dû s'effacer devant son insistance.

Affalée derrière le comptoir, elle ne vit pas l'homme qui s'approchait de la devanture. Par contre, elle entendit distinctement l'alarme sonner. Sursautant, chancelant sur sa chaise et tombant à la renverse, elle se demandait qui était l'imbécile qui osait la déranger. Plutôt que s'amuser à s'approcher pour avoir un contact visuel direct, parce qu'elle n'était pas totalement inconsciente fallait pas exagérer, elle lança un sortilège de vision à rayon X, et pu voir une forme derrière la porte.

Serait-elle suffisamment stupide pour l'ouvrir et voir cela de ses propres yeux ? Et non, la reine des buses n'allait pas frapper aujourd'hui, elle ne souhaitait sûrement pas un affrontement. Si ça se trouve, c'était un Mangemort, énervé de voir l'affiche. Donc il valait mieux en référer aux autorités compétentes.

#Spero Patronum

Sans effort, le sort devenant parfaitement naturel pour elle, la moufette argentée apparu. Elle l'envoya au Ministère, sûre que les Auror s'en occuperaient parfaitement bien. Elle allait pas s'impliquer nanmaioh !


M


Dernière édition par Izsa Hilswood le Lun 21 Sep 2015 - 20:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Elenna Benson
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou


Re: Devant Ollivander's

Message par : Elenna Benson, Lun 9 Fév 2015 - 20:11



Autoristion pour le libre-arbitre de Damien et Izsa


Une chance sur deux.


Même si l’hiver était toujours bien présent, le soleil brillait haut aujourd’hui, comme annonciateur de bonnes nouvelles, un léger espoir qui avait donné de nouveaux aux gens le sourire. Dans le Chemin de Traverse, adultes comme enfants étaient de sortie, courant de droite à gauche à la recherche de ce qui ferait leur bonheur du jour. Certains rentraient dans une boutique, puis dans une autre, les bras toujours plus remplis d’achats et de cadeaux en tout genre. A croire qu’un seul rayon de soleil suffisait à réchauffer les cœurs et les esprits, sans parler des porte-monnaie qui eux aussi aller chauffer.

Puis il y avait ceux comme Elenna n’avait pas le temps de faire des emplettes. Aujourd’hui la jeune femme ne travaillait que cet après-midi et s’était décidée, réveillée de bonne heure par Alexander qui partait de l’appartement, par aller faire un tour et manger un bout dehors. En fin de matinée, elle avait donc déposé un baiser sur le crâne de son chien avant de le laisser dans son panier, déjà prêt à roupiller jusqu’au retour de sa maitresse. Transplanant, la belle aux cheveux de neige arriva directement dans cette rue magique et commerçante. Le Chemin de Traverse. Mais pas n’importe où. A chaque fois qu’elle pensait à cet endroit, c’était la devanture de son ancienne boutique qui apparaissait dans ses pensées et voilà qu’elle se trouvait maintenant devant Ollivander’s. Elle eut un pincement au cœur en voyant le magasin et pivota pour se plonger dans la foule.

L’après-midi fut ennuyeuse au bureau des Aurors. Il ne se passerait rien, rien de rien. Plusieurs fois, la jeune femme relevait la tête et fixait l’horloge, espérant faire avancer le temps rien que par la force de la pensée. Sans grand succès… En fin de soirée, alors que l’heure de quitter le travail approchait à grands pas, un nuage bleuté prenant la forme d’une moufette pénétra dans les locaux. Le message était clair, Ollivander’s était attaqué. Elenna fit un bond derrière son bureau, renversant une pile de papiers et jurant comme un camionneur moldu. Elle enfila son manteau et se dirigea rapidement vers le bureau de son voisin.

" Damien ! Action, on a besoin de nous. Ta première mission sur le terrain en tant qu’Auror titulaire ! Wouhou ! Prend mon bras. "

Feignant l’enthousiasme, elle fit les gros yeux alors que le jeune homme ne semblait pas tout comprendre. Elle lui secoua sa main devant les yeux pour qu’il se réveille. Sans un mot, il se leva enfin et saisit le bras de sa collègue. CRAC.

Les cris de panique résonnaient comme le clairon l’aurait fait avant une mise à mort. Elenna se retourna rapidement, les yeux ronds par la surprise et bouche bée, regardant la devanture, perturbée par l’odeur de la peur qui venait titiller ses sens lupins. Ollivander’s avait déjà été victime d’une attaque lorsqu’elle en était la propriétaire et voilà que ça recommençait. La porte était explosée en plusieurs morceaux alors que les passants couraient à l’opposé de la boutique de baguettes magiques. Posant son regard sur Damien, l’Auror lui fit un léger hochement de tête pour l’inviter à la suivre.

Sans plus attendre, la demoiselle pointa sa baguette magique en avant et pénétra dans la boutique, la pointant vers le criminel, ou plutôt les criminels. Ils étaient deux, mais ils étaient pareils. Des jumeaux ? Non un sortilège pour doubler sa silhouette sans aucun doute, elle avait déjà exécuté ce sort lors d’un de ses entraînements pour devenir Auror. Attaquer dans le dos, ce n’était pas très fair-play, mais il valait mieux ça qu’avoir des victimes sur les bras non ? D’ailleurs, une jeune fille se tenait derrière le comptoir, certainement apeurée et allongée.. D’un coup de baguette, Elenna l’envoya rouler bouler en arrière dans la réserve. Elle eut le temps de reconnaître Izsa, une jeune élève nouvellement Phénix. Elle s’était probablement cognée la tête mais au moins elle serait en vie. Visant l’attaquant et ses deux silhouettes, la belle lança ses sortilèges :

" Stupéfix ! "

La sortilège toucha de plein fouet la silhouette visée. Pourtant, la personne touchée fut la mauvaise. Il y avait une chance sur deux après tout… Elle jura, la mâchoire serrée, laissant Damien prendre la relève alors qu’elle poussait rapidement les quelques clients qui restaient vers la sortie.
Revenir en haut Aller en bas
Damien J. Eales
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Devant Ollivander's

Message par : Damien J. Eales, Lun 9 Fév 2015 - 20:47


--------Une chance sur deux.



Mon but était enfin atteint ! Après toutes ces années à en rêver, toutes ces années durant lesquels j'ai donner le meilleur de moi-même, m'améliorant de jours en jours sans jamais baisser les bras avaient fini par payer étant donné que j'étais à présent Auror titularisé ! Néanmoins, ma première journée entant que tel n'était pas ce que je pouvais décrire comme étant passionnant... c'était même un peu l'inverse puisqu'il ne se passait absolument rien... restant dans mon bureau, j'attendais donc qu'un peu d'action vienne me sortir de la léthargie dans laquelle je me trouvais... n'importe quoi... à croire que quelqu'un là haut m'entendait puisque l'une de mes collègues, Elenna, apparue devant moi vêtue de son manteau m'expliquant qu'on avais besoin de nous pour... euh... faire quoi au juste ? Soit l'information n'avait pas eu le temps de monter jusqu'à mon cerveau encore un peu embrouillé par cette arrivée soudaine de la part de ma voisine de bureau, soit cette dernière ne m'avait en réalité rien dit concernant cette mission et cette deuxième hypothèse était la plus probable.


Essayant de deviner tout ça par moi-même, Elenna dû juger que je réfléchissait bien trop étant donné qu'elle secouait sa main devant mes yeux ce qui eu pour effet de me faire revenir à moi. Oui... c'est vrai qu'on doit aller sur le terrain, alors, il n'y a pas une minute à perdre ! Me levant d'un seul bond, j'attrapais donc le bras que me tendait la jeune femme et soudain, nous nous volatilisons du Ministère dans un CRAC sonore. Commençant à me faire de plus en plus au transplanage par escorte, mes sens ne furent pas perturber au moment de réapparaitre face à un endroit que je connaissais bien évidement puisque tout sorcier était obligé de se rendre ici pour obtenir sa première baguette. Ollivander's... la porte d'entrée était totalement pulvérisées, les morceaux de celle-ci étant rependu un peu partout. Les cris de paniques provenant des clients m'assourdissait, m'empêchant d'entendre quoi que ce soit de bien distinct, signe de l'atmosphère peu enviable qui régnait ici.   


Sans prendre la peine de dire quoi que ce soit, Elenna et moi-même nous regardions tout les deux tandis que la jeune femme me fit un signe de la tête pour me faire comprendre qu'on allait devoir rentrer à l'intérieur... parfait... quoi que soit le coupable de cet acte, autant dire qu'il allait le payer très cher... sortant ma baguette sans plus entendre, je la pointais devant moi tel une arme prête à faire feu. Entrant donc à l'intérieur de la boutique en compagnie de ma collègue, nous ne tardions pas à nous retrouver derrière deux silhouettes parfaitement identiques... un sortilège d'illusion... je ne voyais que ça. M'en étant servis plus d'une fois, j'étais à même de le reconnaitre, reste désormais à savoir lequel des deux était le bon... Mais cela ne devrait pas poser de problèmes après tout. "Ils" étaient deux, nous étions deux alors forcément, que ce soit Elenna ou moi, l'un de nous touchera fatalement la bonne cible.


Avant d'attaquer, je pris tout de même le temps de m'assurer qu'aucuns civils ne se trouvait auprès de nous, afin de ne pas être pris dans le feu de l'action. Car si j'avais bien appris quelque chose lors de ma formation, c'était que la sécurité d'un civil était primordial et que je devais les protéger au péril de ma vie... il y en avait quelques uns qui étaient rester, mais si tout se passait assez rapidement, ils ne risquait rien... Elenna fut la première à attaquer, lançant un Stupéfix sur ce qui s'avéra être le mauvais adversaire. Le soucis étant que maintenant, il était au courant de notre présence....


Attendant quelques instants, le temps qu'Elenna évacue les clients, je fit face au responsable de tout ce carnage, ma baguette levée devant lui pour lui adresser un sortilège, le premier que j'utilisais dans le cadre d'une mission.



D A M I E N ---E A L E S
Metalo scencio !


Le filet d'acier jaillit de ma baguette, se retrouvant propulsé en direction de cet homme que je comptais bien attraper, afin de le trainer au Ministère de la Magie le plus vite possible... même si mon âme de duelliste, espérais tout de même qu'il se montre assez coriace pour avoir un duel digne de ce nom.



DAMIEN J. EALES.--------

Revenir en haut Aller en bas
David Page
avatar
Serdaigle
Serdaigle

Re: Devant Ollivander's

Message par : David Page, Mar 10 Fév 2015 - 11:25


La porte avait volé en éclats, David allait pénétrer dans la boutique quand une forme argentée passa devant lui sans qu'il n'ait le temps de distinguer quel animal elle représentait. Mais l'alerte était donnée, les larbins de garde au ministère ne devraient pas tarder à rappliquer. L'intérieur de la boutique était très calme, quelques jeunes gamins s'étaient réfugiés derrière des étagères mais l'ancien serdaigle ne leur prêta pas attention, il ne comptait pas faire de victimes collatérales.

Il s'approcha du comptoir et à peine eut-il le temps d'apercevoir une forme humaine recroquevillée que celle-ci fut projetée dans l'arrière-boutique. Il le devinait, des agresseurs avaient débarqué, lui et son double se retournèrent et entendirent *Stupefix*. Le jumeau magique de David fut frappé de plein fouet par le sortilège et il s'évapora laissant son créateur seul face à deux assaillants, une femme et un jeune type qui était surement sorti de Poudlard très récemment. C'est ce-dernier qui attaqua à son tour :


- Metalo scencio !

Cette fois le sortilège visait l'ex-auror, il réagit très rapidement par un sortilège de détournement *Deflectere* 

Dévié de sa trajectoire, le filet de métal alla ligoter l'étagère la plus proche qui explosa sous la pression. Un morceau de bois s'envola jusqu'à David et vint lui entailler la joue droite. Il ressentit alors une douleur aigue qui le fit grimacer, mais il avait connu bien pire autrefois. Ces deux-là avaient décidé d'engager le combat sans sommation. Dommage

- Les sbires du ministère ne prennent même plus le temps de dire bonjour ? Ce n'est pas moi la menace mais les propriétaires de cette boutique, mais si vous préférez fermer les yeux. Toi le gamin tu es si jeune et tu t'es déjà laissé embrigadé par ces gens ?

Il savait que ces paroles resteraient certainement vaines mais il devait avertir la population, il en avait fait son devoir. Et si ça devait passer par neutraliser ces deux-là il le ferait. Il se tourna en direction du garçon :

- Mentum Confusem !  

Puis il s'adressa à la femme non sans une pointe de rage dans la voix :

- C'est toi qui a lobotomisé ce gosse ? Fitilla !

Ses deux adversaires devraient fuir ou se battre, David Page sentait monter en lui l'adrénaline du combat. Elle lui avait manqué terriblement, il se sentait bien dans cette boutique, en fait il se sentait vivant. pour le moment, il ne pensait pas aux conséquences des actes qu'il était en train de commettre, s'il fallait les regretter, tant pis, il était déjà trop tard pour reculer.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Devant Ollivander's

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 5 sur 9

 Devant Ollivander's

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Chemin de Traverse :: Ollivander's-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.