AccueilPortailPublications internesRechercherS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres :: Hôpital Ste-Mangouste
Page 1 sur 15
[Ste-Mangouste] Les chambres
Aller à la page : 1, 2, 3 ... 8 ... 15  Suivant
Sophie Poulvery
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


[Ste-Mangouste] Les chambres Empty
Annexe de l'hôpital
Sophie Poulvery, le  Dim 25 Jan - 20:11

Sophie traversa le hall d’un pas rapide et se dirigea vers les escaliers à l’extrême droite de la pièce. Les petits escaliers blancs à la rampe de bois montaient vers le premier étage, celui où se trouvaient les salles de soins. Elle les grimpa en quelques secondes et arriva face à une double lourde porte vitrée. Sophie la poussa et arriva dans un long couloir. Les pavés blancs parfaitement propres luisaient. Les murs étaient blancs également ce qui avait l’art de fatigué un peu l’œil. Le couloir n’était pas sombre car des néons bien répartit éclairait l’endroit. Le couloir était assez long comparé au nombres de portes qu’on voyait. Il n’y en avait que deux, une de chaque coté. Le couloir se terminait en un élargissement où se trouvait une machine à café ainsi qu’une petite fenêtre, une de celle comme il y a au ministère. Deux trois chaises étaient posées côte à côté sous la fenêtre, certainement placées là pour la famille des patients.

Sophie poussa la porte de bois à sa droite et arriva dans une longue salle. C'était la salle de soins généraux, elle était utilisée pour les sorciers normaux, c'est là qu'on leurs donnaient leurs soins et quon les logeaient. Un vingtaine de lits se trouvaient réunit dans cette pièce. Dix de chaque côtés, alignés à la perfection. A cotés de chaque lit se trouvait une petite table de nuit en bois, dessus, un petit réveil ainsi qu’un énorme bouton rouge destiné à appelé un Médicomage en cas de besoin. Des rideaux magiques repliés sur le cotés, permettaient en cas de besoin d’intimité, d’entourer le lit complètement, isolant ainsi son habitant du bruit et de la lumière. Le deux derniers lits étaient séparés de tout les autres par une cage de verre très solides. Ils étaient réservés au cas dur à contrôler comme des loup-garou ou des vampires. Ils avaient été construits spécialement pour résister à leurs forces surhumaine seul une porte permettait d’y pénétrer mais en dehors de cette protection supplémentaire, les deux lits étaient exactement comme tout les autres. Ils possédaient eux aussi une table nuit, un bouton rouge et un réveil, quant au rideau, il se trouvait hors de la cage. Au fond de la salle, entre les deux cages de verre, se trouve une porte menant à une salle de bain avec une douche et une baignoire. De grandes fenêtres magiques, imitant celle du ministère de la magie donnait un air agréable à la pièce. Pour finir le tout, quelques plantes vertes avaient été réparties dans la salle, près de certains lits et dans certains coins.
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
Adreas
Adreas
Serpentard
Serpentard
Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Permis de Transplanage





[Ste-Mangouste] Les chambres Empty
Re: [Ste-Mangouste] Les chambres
Adreas, le  Dim 17 Mai - 11:15

Le long des couloirs de l'hôpital marchait une petite elfe de maison. La standardiste à l'accueil la reconnu facilement et lui indiqua le petit escalier à sa droite, la jeune elfe monta rapidement toutes les marches. Elle avait reçu le matin même des consignes très claires: « Tu ne t'arrêtes pas et tu rentres directement dans la salle de préparation des Potions! Si jamais tu croises une des guérisseuse tu la salue poliment mais tu continues ton chemin. ». Alors Emy qui obéissait toujours à la lettre à sa maîtresse parcourait le long couloir d'un blanc éclatant. Elle cherchait des yeux la pancarte qui lui indiquerait la bonne salle, elle passa ainsi devant cinq portes, et se retrouva en face de la bonne salle. Elle regarda de chaque côté d'elle, le couloir était vide, elle déposa le petit sac à dos qu'elle avait emmené, se mit sur la pointe des pieds pour saisir la poignée de la porte qui pivota sans un grincement. Sa main ne referme sur la sangle du sac en toile, elle entra à l'intérieur et d'un geste de la main ferma la porte de la salle grâce à ses pouvoirs. Une fois à l'intérieur elle devina aisément ce qu'elle devait faire: elle déposa le sac sur la table centrale, monta juste à côté et l'ouvrit. Elle déposa le contenu sur le plan de travail et commença à envoyer les fioles dans les armoires une à une en prenant garde de ne pas les heurter, secouer ou casser. Une fois le sac vidé des potions, elle déposa la petite enveloppe fournie avec sur le bureau puis sauta à terre. Beaucoup plus légère qu'à l'aller elle descendit les marches quatre à quatre pressée de retourner auprès de sa maîtresse pour lui annoncer qu'elle avait fait le travail correctement. De plus les récentes blessures qu'avaient subi Adreas l'incitait à ne pas la laisser seule longtemps. Après être sorti du bâtiment elle tourna dans la première ruelle qu'elle voyait et disparut dans un *plop*.

Adreas, sur sa lettre, a écrit:
Bonjour chers guérisseurs,
Ne pouvant pas me déplacer pour des raisons de santé, je tenais à vous faire parvenir le stock de potions que j'avais concocté pour vous ces derniers jours. Ma jambe étant immobilisée j'ai ut tout le loisir de préparer des filtres à divers usages, dont certains qui seraient plus utiles ici qu'au ministère. Vous trouverez ci-joint la liste des potions que mon elfe a déposé:

* Filtre de Paix
* Révélateur de poison
* Pommade de nettoyage pour blessures
* Soin anti-brûlure
* Philtre de Mandragore
* Potion de régénération sanguine
Jensen Skywolf
Jensen Skywolf
Poufsouffle
Poufsouffle
Matière optionnelle : Pas encore disponible


[Ste-Mangouste] Les chambres Empty
[Ste-Mangouste] Les chambres
Jensen Skywolf, le  Dim 19 Juil - 16:25

A Sainte Mangouste, loin du tumulte des salles d'attente, du brouhaha du bloc réservé au personnel médical, des cris paniqués et des voix angoissés des salles de soins, on trouve de long couloir habillé de couleur chaleureuse, abritant les chambres des patients en voie de guérison. Ces chambres individuelles constituent un bulle de repos pour chaque sorciers devant passer quelques jours ou quelques semaines de convalescence après divers interventions. Chaque chambre à un aménagement différent et la décoration est adapté en fonction du patient, afin que celui ci se remette dans les conditions optimum, proche d'un environnement familier. C'est également ici que les visites des proches se déroulent, bien qu'elles soient encadrés par le personnel soignant, ne serait ce que pour vérifier que les présents apportés ne soient pas dangereux. Cette partie de l'hôpital des sorciers est également la plus vivante, et il n'est pas rare de croiser des patients qui ne se connaissaient pas avant leur admission discutant autour d'une partie d'échecs version sorcier. C'est également l'endroit où l'on croise les apprentis Médicomages effectuant leur premières auscultations. Il serait d'ailleurs bien difficile de faire la différence entre le personnel soignant et les patients si les uniformes n'étaient pas là, tellement l'ambiance qui y règnent est détendu et informel.
En bref, le secteur est un endroit de rassemblement, de convivialité où le calme environnant n'est que rarement rompu.
Gyaltsen Kunkhyab
Gyaltsen Kunkhyab
Serdaigle
Serdaigle
Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Occlumens
Animagus : Cheval andalou


[Ste-Mangouste] Les chambres Empty
Re: [Ste-Mangouste] Les chambres
Gyaltsen Kunkhyab, le  Mar 21 Juil - 14:58

GKBientôt, le trio accompagné du médicomage fut rejoint par Akshay, le compagnon d'Eurora. Le jeune homme était accompagné de son elfe Bilbo. A travers ses paroles et interrogations, il paraissait inquiet, soucieux de la santé de la jeune maman et de son bébé... leur bébé. Tandis que Jensen se voyait assailli de questions, Akshay prit la relève de Gyaltsen en soutenant Eurora par la taille. Soudain, Jensen leur adressa la parole d'un ton ferme, réprobateur, voire blessant à l'égard d'Eurora. Puis, tandis qu'il était sur le point de partir, il s'adressa dans un murmure à Gyaltsen.

GK- Aile Ouest, deuxième étage, troisième porte à gauche. Faites-vous discret, même si je pense que ce ne sera pas trop difficile pour vous. Je vous rejoins dans une demi-heure.

GKAcquiesçant d'un léger sourire, Gyaltsen venait de mettre fin à ses doutes ; il venait de comprendre les intentions de l'auror et son brusque comportement. Alors que ce dernier était maintenant parti, Gyaltsen s'adressa à son tour à Akshay et lui communiqua discrètement l'endroit où il devait se rendre avec Eurora. Sitôt après, il demanda à Tellior de les suivre. Ainsi, Eurora, Akshay, Bilbo, Mitus et Tellior partirent en direction des ascenseurs menant aux étages. Peyton et Gyaltsen, quant à eux, sortirent comme si de rien n'était main dans la main de l'hôpital afin de patienter dans la rue. Pour ne pas attirer l'attention, ces derniers s'enlaçaient amoureusement durant leur attente.

GKEstimant qu'il était temps, une dizaine de minutes s'étant écoulée, Gyaltsen déserra son étreinte du corps de Peyton et se saisit de son sifflet magique qui se trouvait dans l'une des poches de sa veste. Observant les alentours d'un regard discret, il siffla avec, mais aucun son audible pour les humains n'en sortit. Aussitôt Tellior, qui connaissait maintenant l'emplacement de la chambre pour y avoir accompagné Eurora et Akshay, apparut soudain à leurs côtés. Gyaltsen lui demanda de les y emmener et dans un transplanage d'escorte, tous les trois disparurent de la rue.

GKIls réapparurent alors dans la pièce qu'avait indiquée Jensen. Akshay et Eurora à demi-allongée sur un lit s'y trouvaient comme prévu en compagnie de Mitus et de Bilbo. Rangeant son sifflet dans sa veste, Gyaltsen vint se placer à proximité du lit pour réconforter la future maman. Tous attendaient maintenant l'arrivée du médicomage.
Jensen Skywolf
Jensen Skywolf
Poufsouffle
Poufsouffle
Matière optionnelle : Pas encore disponible


[Ste-Mangouste] Les chambres Empty
Re: [Ste-Mangouste] Les chambres
Jensen Skywolf, le  Jeu 30 Juil - 20:27

Pour la troisième fois, Jensen sortait de la section maternité de Sainte Mangouste. Il avait du emprunté à chaque fois un chemin différent, pour ne pas éveiller les soupçons. Tel était le paradoxe de la situation : lui qui était Médicomage et par conséquent libre de ses mouvements et de ses actes, en théorie tout du moins, devait raser les murs des couloirs qu'il arpentait quotidiennement. Cependant la situation d'Eurora balayait la théorie, laissant place à une improvisation plus ou moins contrôlée. Une chose le rassurait toutefois : lui qui s'était attendu à accoucher la jeune femme seul pouvait trouver un soutien important et surement indispensable en la personne de Gyaltsen. Il n'était pas tant hors-la-loi que guérisseur plus que compétent aux yeux de l'Auror ,et il ne serait pas trop de deux pour mettre au monde un petit être déjà extraordinaire. Ce dernier bousculait les principes de la maternité humaine et Jensen avait beau s'être renseigné dans les plus livres les plus obscures, il n'y avait guère d'informations sur les demi-vampires, exceptés des légendes. Bien sûr, toute légende était basée sur une réalité, restait au lecteur à tiré les véritables informations des délires de son auteur...
Toutefois, le peu d'informations qu'il avait réussi à extraire de ces légendes ne lui était guère utile puisqu'il avait pu s'en assurer avant en suivant la grossesse d'Eurora, comme la croissance exponentielle du petit. En revanche, d'autres l'inquiétait nettement plus, surtout que l'acte de mise au monde des vampires tournait autour du sang toujours d'après ces mêmes légendes. Si les mères vampires pouvait se régénérer d'une manière ou d'une autre grâce à des gorgées de sang frais, il en irait tout autrement de la future maman, bien humaine. Un point le rassurait cependant : si l'enfant à naître était un véritable mélange des deux espèces, il y avait des chances pour que certains des aspects humains du bébé annihilent ses penchants vampiresques. De toute façon, il était un peu tard pour réfléchir : les symptômes décrits par Eurora étaient assez explicites : qu'ils fussent causés par l'exercice de métamorphose ( il lui semblait pourtant bien lui avoir dit de prendre un maximum de repos...) ou bien qu'ils soient la conséquence d'un phénomène naturellement accéléré, telle n'était plus la question. Maintenant, il fallait faire accoucher la mère, et le plus rapidement de préférence, pour qu'il y est un minimum de séquelles.
Tout en marchant vers la chambre qu'il avait indiqué à Gyaltsen, il prenait garde à aller le plus vite tout en essayant de ne rien faire tomber du matériel qu'il avait dans les poches de sa blouse. Il se devait de marcher à la fois naturellement et prudemment, la plupart étant relativement fragiles. Il avait beau avoir envelopper le plus fragile dans une serviette épaisse, il craignait le moindre choc avec les infirmières qui accouraient dans les chambres des patients qui les avaient appelées, encore plus les chocs avec ces mêmes patients qui, hystériques devant un nouveau symptôme, se précipitaient de leur propre chef vers la salle de repos des Médicomages les plus proches pour finalement se rendre compte que leurs marques sur le visage n'était que celles de leurs oreillers...
Jensen fit un dernier détour pour récupérer le reste du matériel qu'il avait caché dans un petit débarras et le plaça dans sa sacoche, puis prit le chemin de la chambre qu'il avait indiqué à Gyaltsen. Bien sûr, il avait pris un risque certains en envoyant la troupe dans la partie la plus fréquentée de l'hôpital, mais l'équipe médicale qui encadrait cette partie était relativement peu nombreuse au vu du nombre de patients qui s'y trouvait, les futurs parents et leurs amis auraient donc moins de chances de se faire remarquer. Les apprentis Médicomages qu'il croisa durant son trajet dans l'aile ouest le saluèrent poliment sans poser de questions et visiblement il n'avait pas remarquer la compagnie qui avait du passer par ici. Enfin, un peu moins d'une demi-heure après la rencontre, le sorcier arriva devant la chambre. Il sortit sa baguette et inscrivit rapidement en lettres d'or sur celle ci : "En cours de désinfection, accès interdit", avant de pousser la porte bleu azur. Il ne se donna pas la peine de frapper pour deux raisons : il savait parfaitement qu'il était attendu; il savait aussi qu'Akshay l'avait repéré dès son entrée dans le couloir du deuxième étage. Les capacités des vampires étaient à tout point de vue époustouflantes, mais le prix à en payer était bien lourd... Quand serait-il pour ce bébé ? Devrait-il payer les conséquences de sa condition?
C'est habité de ces sombres pensés qu'il entra dans une pièce où il trouva comme prévu quatre personnes, quatre paires d'yeux qui le fixèrent. Eurora était à demi-allongée sur le lit, Peyton, Akshay et Gyaltsen à ses côtés. Trois elfes de maison était également présent et Jensen hocha brièvement la tête en les apercevant : il avait toujours le moyen de récupérer un quelconque objet par leur intermédiaire, si le besoin s'en faisait sentir. Il fit ensuite le tour de la pièce en rasant les murs sa baguette traçant de vaste serpentins tandis qu'il insonorisait l'endroit. Il plaça des protections magiques sur la porte puis, satisfait de son oeuvre, se mit à sortir les différents objets de sa sacoche.
A première vue, on aurait pu croire qu'il sortait le mobilier d'une maison de poupée : la table d'accouchement, un cube de verre, différents instruments de mesure....tout était minuscule. Évidement, le sorcier avait été contraint de miniaturiser tout l'équipement pour ne pas avoir à effectuer trop d'aller-retours, mais aussi pour ne pas attirer l'attention : faire léviter une table d'accouchement n'était pas l'idéal quand la discrétion était à l'ordre du jour...
Les instruments retrouvèrent bien vite leur taille originelle d'un tour de baguette magique, et Jensen porta une attention toute particulière au cube de verre, qu'il plaça en lévitation. Cet objet qui s'apparentait à une cage était familièrement surnommé le Ventre par les guérisseurs. Non pas parce que cet appareil devait être nourri régulièrement, mais que sa fonction était la même que celui du ventre d'Eurora en cet instant à savoir de préserver les bébés prématurés et de leur permettre de grandir.
Après qu'il eu terminer d'installer la salle d'accouchement, assez encombrante certes, mais qui permettrait à la future maman d'accoucher dans les meilleures conditions, Jensen se rapprocha du lit en dépliant le fin et froid tissu de l'Appariteur, puis s'assit au côté son amie. Il lui la regarda embarrassé et commença :


" Tout d'abord...Je tenais à m'excuser Eurora... Mon attitude de tout à l'heure était nécessaire pour que vous ne soyez pas découvert... j'espère toutefois que je ne t'ai pas trop blessé... Tu as pris un très gros risques en venant ici, mais si Gyaltsen est avec toi, c'est que ce doit être un risque calculé.
L'être qui s'apprête à venir au monde, n'est pas tout à fait comme les autres, mais l'accouchement va bien se passer." termina-t-il dans un sourire, avant de lever les yeux vers les trois autres sorciers.

"L'accouchement est un évènement très important. Cette expérience peut être assez... déroutante pour qui n'y est pas préparé. Je sais Gyaltsen prêt à voir ce qui va suivre, et je serais honoré qu'il m'assiste, car nous ne serions pas trop de deux.. Toutefois, si un de vous trois souhaite se retirer pour une quelconque raison, je ne vous retiendrais pas. Transplannez maintenant, car il n'y aura plus de répit dans quelques instants. Si votre souhait est de rester, des blouses comme la mienne se trouvent dans la sacoche. Vous en aurez besoin..."


Sans ajouter quoique ce soit d'autres, il se tourna vers Eurora et commença à l'examiner.
Eurora
Eurora
LégendePoufsouffle
Légende
Poufsouffle
Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Louve Grise
Occlumens
Chercheuse (Spec. Animagus)


[Ste-Mangouste] Les chambres Empty
Re: [Ste-Mangouste] Les chambres
Eurora, le  Ven 31 Juil - 22:47

##Une sourde angoisse rongeait Eurora de l'intérieur alors qu'elle se tenait près d'Akshay en entrant dans la salle que leur avait indiqué Jensen. Ils n'eurent pas longtemps à attendre avant que ce dernier ne débarque. Les paroles qu'il avait prononcé dans le hall tout à l'heure, il y avait seulement quelques minutes de cela, lui revinrent en mémoire mais à présent, elle avait compris que ce n'était simplement sur faire semblant... Elle essaya plutôt de se calmer car alors que la tension montait en elle, elle ressentait de plus en plus une sourde douleur au ventre comme si des coups de marteaux (ou des pieds -___-) la frappait de l'intérieur. Ses doigts toujours liés à ceux d'Akshay qu'elle ne voulait pas lâcher, elle observa, ainsi que les trois autres d'ailleurs plus les trois elfes, Jensen sortir tout un attirail de... jouets de maison de poupée ????

##En réalité, ce n'était que des objets qu'il avait réduits pour pouvoir tous les amener en une fois dans la salle. Enfin, il se rapprocha du lit et s'asseyant sur le dessus lui parla, s'excusant de tout à l'air pour lui avoir parlé ainsi. Eurora resta muette, hochant de temps à autre la tête. Elle tenta de sourire, espéra y parvenir puis un goût amer dans la bouche, elle écouta la suite de ses paroles, comme de même que les trois autres. Elle savait qu'Akshay était dans le même état qu'elle-même, sinon plus. Son angoisse était perceptible et sur sa main, elle sentait le contact de ses doigts glacés qui l'étreignait, tentant peut-être de la rassurer.

##Elle prit une profonde inspiration, tentant de calmer l'angoisse saisissante qui lui nouait l'estomac, fermant les yeux un moment.

##*Calme... Tout va bien, tout va bien... Il sait ce qu'il fait...*

##A ce moment, une violente doueur se répercuta en elle, lui bloquant son soufle pendant un instant où elle crispa sa mâchoire et se mordit les lèvres... Elle eut soudain peur et croisa le regard d'Akshay, elle le tourna ensuite vers Peyton, puis vers Gyaltsen,... et enfin vers Jensen...
Akshay Lecter
Akshay Lecter
Serpentard
Serpentard
Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) :
Permis de Transplanage
Vampire




[Ste-Mangouste] Les chambres Empty
Re: [Ste-Mangouste] Les chambres
Akshay Lecter, le  Sam 8 Aoû - 17:00

Akshay attendait Jensen dans la chambre d'Eurora en compagnie de Gyaltsen et Peyton. Les doigts froids du futur papa étaient liés aux doigts chauds de la futur maman. Akshay sentait son angoisse monter aussi vite que fond la neige au soleil. Il entendit les pas de Jensen dans le couloirs peu après que le parfum spécial du médicomage vint lui chatouiller les narines. Ses doigts se resserèrent légèrement. Il sera un peu plus la mâchoire. La lenteur exaspérante avec laquelle les humains se déplaçaient l'échauffa dans de telles conditions.

L'homme qui allait s'occuper de sa femme et qui prenait soin d'elle depuis un moment déjà poussa enfin la porte de la chambre. Les regards convergèrent vers lui. Akshay sentait la tension qui régnait dans la pièce. Il était reconnaissant envers les deux phénix d'être là pour Eurora. Il sentit monter en lui une impuissance folle face à ce qui allait se passer. Il n'avait strictement aucun contrôle sur la situation. Il s'imprégna un peu des émotions d'Eurora et grimaça. Elle avait mal et elle avait peur. Leurs yeux se croisèrent. Akshay essaya de lui donner le regard le plus rassurent possible. Il lui souffla:

-ça va aller mon amour. Tout va bien se passer...

Il voulait sans doute s'en convaincre aussi... Jensen tenta lui aussi de les rassurer et de leur montrer le bon côté des choses. Si tout se passait bien ils allaient être parents dans peu de temps. Akshay se détendit un peu. Tout en écoutant Jensen il tourna les yeux vers Eurora et lui adressa un léger sourire. Si seulement tout pouvait bien se passer... Il serait sans doute l'être le plus heureux sur terre...

Il retourna les yeux vers le médicomage. Quasiment tout reposait entre les mains de cet homme. Il le regarda avec attention. Il semblait plutôt sûr de lui. Akshay n'eut pas envie de sonder ses émotions, il préférait pour une fois se fier à ce quil voyait. Ses gestes étaient sûr et ses mains ne tremblaient pas, rien ne laisser croire qu'il avait peur ou qu'il n'était pas sûr de lui. Après qu'il eut parler Akshay s'adressa lui:

-Vous avez toute ma confiance. Si je peux être utile en quoi que ce soit, surtout dites le moi et surtout merci pour ce que vous faites pur nous.

Alors le travail sérieux commença, Jensen s'activait autour d'elle et l'installa de manière a faciliter le travail, puis il se mit face à elle. Akshay plus angoissé que jamais vint se placer près d'Eurora et lui tint la main, il ne laissa pas transparaitre son malaise, Eurora devait déjà avoir assez peur comme ça...
Eurora
Eurora
LégendePoufsouffle
Légende
Poufsouffle
Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Louve Grise
Occlumens
Chercheuse (Spec. Animagus)


[Ste-Mangouste] Les chambres Empty
Re: [Ste-Mangouste] Les chambres
Eurora, le  Sam 7 Nov - 11:03

[HJ : Ceci est pour terminer enfin ce topic ! xD. Ceci est pour aider ainsi Jensen à le clore enfin =p Je pense qu'il ne nous en voudra pas mais ça a assez trainé xD. Il sera même content d'le terminer x) Ptxxx ♥]

[HJ2 : Désolée également du RP qui sans doute ne sera pas aussi bien que les autres mais je n'suis pas habituée à faire de ces genres de RPs en fait donc j'sais pas... >< ]

##Une réelle froideur logée au fond du cœur, Eurora tentait de respirer calmement malgré la tension qu'elle ressentait, malgré même les recommandations de son ami Jensen lui disant qu'elle devait absolument demeurer calme. Elle ferma les yeux alors, se laissant avec confiance emmener et diriger par Jensen qui l'aida à s'installer. Elle rouvrit les yeux, posant un regard anxieux sur l'ex-Poufsouffle, espérant peut-être se rassurer. Même s'il avait eu peur, il semblait pouvoir contrôler au mieux sa peur car en effet, Eurora ne parvint à trouver autre chose que la flamme même illuminant le regard des gens qui cherchaient à rassurer leurs amis... Certes, elle avait confiance. On ne peut plus confiance même ! Une confiance infinie qu'elle ressentait, c'était écrit en elle et sur ses traits cela pouvait se révéler facilement ! ... La confiance était primordiale non entres des gens se connaissant ? Cela n'avait pas réellement à voir au fait qu'il était de la même Maison qu'elle, pas vraiment, mais on sentait parfois chez certaines personnes que l'on pouvait leur raconter tout un tas de choses, et qu'ils ne s'en moquerait pas. Quand bien même ce qu'on leur révélait, ils sauraient trouver chez leur interlocuteur quelque chose comme de la compréhension, et une aide précieuse... Dans l'amitié, il y avait de cela. Comme dans tous les sentiments s'y rapprochant de près ou de loin il devait y avoir de cela !

##Tournant le regard vers Akshay dont elle sentait sa main froide tenir la sienne. Cela la réchauffa bien au contraire. Elle n'était pas seule, elle le savait... Elle avait tout un tas de présences familières & amicales qui se trouvaient autour d'elle, avec elle, qui feraient tout sans aucun doute pour que tout se passe dans la plus grande serennité possible... C'est alors que tout commença et alors qu'une contraction plus forte que les précédentes se produisit, les choses sérieuses commencèrent... Le petit Lohann voulait sortir, déjà. Sans doute n'aimait-il pas resté enfermé, avec l'impression de rater au monde beaucoup de choses, peut-être voulait-il voir tout ceux réunit pour lui ici, qu'il voulait voir ses parents qui, d'une union étrange autant qu'inhabituelle, lui avait donné vie. A plusieurs reprises, Eurora voulut presque mourir tellement la douleur qu'elle ressentait était intolérable. Au moins, elle en serait débarrassée. Pourtant, sans doute le destin qu'on lui réservait ne contenait pas sa mort prochaine car cette dernière ne voulut pas d'elle, bien au contraire... Avec des gestes professionnels, concis & connaisseurs, Jensen mit enfin fin à son calvaire...

##Un silence s'installa, de plusieurs secondes lorsqu'enfin le petit Lohann naquit, qu'il fut porté dans le monde réel, naissant au milieu même d'un monde déchiré entre Mal & Bien. Pourtant, il était là, signifiant bien ce qu'il y avait de plus beau. L'Espoir.
##Cependant, Eurora ne devait pas voir de suite son enfant car après les rudes efforts menés, elle s'évanouit, laissant l'inconscience prendre possession d'elle & de son corps. Elle n'avait plus aucune conscience de ce qui l'entourait, elle semblait évoluer dans un monde à part, très loin de toutes réalité. Et toutefois, elle sentait des présences autour d'elle. Elle voyait toutes ces personnes qui l'appelait, ses amis... Elle n'entendait pas leurs paroles mais voyait leur lèvres bouger. Elle tentait de se concentrer dessus et au bout d'un moment, elle parvint à comprendre que ce qu'il prononçait n'était ni plus ni moins que son prénom... Elle se concentrait alors sur eux tous, autant qu'ils l'étaient puis se raccrochant à eux, elle revenait vers le monde réel... Akshay... Jensen... Elena... Morgane... Tomoko... Peyton... Sara... Et tout récemment, Lohann, que tenait Akshay dans ses bras. Qu'en sais-je encore ...?! Beaucoup d'autres qu'elle n'eut le loisir de tous les reconnaitre. Beaucoup trop de personnes, et pourtant si peu mais les plus importantes pour elle qu'elle ne voulait quitter et qui lui permit de remonter à la surface. Pour la énième fois qu'elle la frôlait, la Mort ne voulait pas encore d'elle, et elle non plus n'en voulait pas ! ... Son fils tendait ses petits bras vers lui, ses yeux bleus fixés sur elle, elle qu'il avait envie de connaitre... Akshay se contentait de la regarder mais tant de choses transparaissait dans son regard... De même que tous ceux qui l'observait se battre... Ils ne voulaient pas qu'elle parte. Et ils comptaient aussi beaucoup pour elle.

##C'est alors qu'elle s'éloigna... remontant doucement vers sa propre conscience...

***

##Les autres, Jensen en particulier, s'activèrent autour d'elle pendant de nombreux quarts d'heures et lorsqu'elle revint à elle, elle se trouvait toujours autant exténuée sembla t-il. Cependant, une chose était certaine : Elle était heureuse d'être de nouveau à leurs côtés. Elle se réveilla néanmoins avec une certitude en tête. Ce fut la première chose à laquelle elle songea, la première de toutes...

##Elle croisa le regard d'Akshay qui lui tenait toujours la main ; elle le sentait sans avoir à baisser les yeux. Échangeant ses pensées par le simple regard, elle sut qu'il pensait à la même chose. Ses yeux cherchèrent de nouveau Jensen, sans qui sans aucun doute elle ne serait plus là... La certitude se fit plus décidée encore dans son esprit. Il serait le parrain de son fils. Il serait à la hauteur elle le savait ; c'était quelqu'un de bien, et par ailleurs, elle ne voulait personne d'autre. C'était de un, selon elle, la meilleure des manières, de lui expliciter la gratitude qu'elle ressentait. Et de deux, c'était... C'était ce qu'elle voulait point xD. Aucuns mots ne pouvaient mieux l'expliquer. Quant à la marraine, comme ils y avaient déjà réfléchi elle & Akshay, ce serait Morgane. Cela lui tenait à coeur.

##Ne restait plus maintenant qu'à le leur apprendre.
##Elle espérait qu'ils accepte car Eurora se sentirait à la fois dépitée, et brisée s'ils venaient tous deux à refuser... C'était en quelque sorte une énorme marque de confiance.
##Mais quoiqu'il en soit, le plus dur était passé. Enfin, le plus dur...
##Pour Lohann, il resterait encore à affronter ce monde dans lequel il venait d'arriver. En tous cas, ses parents serait là, afin de l'y aider au mieux...

~ End ~
Akshay Lecter
Akshay Lecter
Serpentard
Serpentard
Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) :
Permis de Transplanage
Vampire




[Ste-Mangouste] Les chambres Empty
Re: [Ste-Mangouste] Les chambres
Akshay Lecter, le  Sam 7 Nov - 17:13

Eurora semblait souffrir le martyr, il grimaça comme toujours lorsqu'il la voyait avoir mal. Il lui tenait la main et lui apportait tout le soutien dont il était capable. Jensen effectuait les gestes avec tout le professionalisme nécessaire. L'attente ne fut pas très longue... Il entendit des pleurs... Mais ce qui l'inquiêta c'est de voir Eurora sombrer, elle était tombée dans les pommes. Il regarda Jensen qui lui lança un regard lui disant que tout aller aussi bien que possible. Quelque chose le prit quasiment instantanement par surprise, une forte odeur de sang, le sang d'Eurora dont devait être recouvert le nourrisson. Il s'arrêta de respirer. Voyant son malaise Jensen s'occupa rapidement du bébé, le lava et l'emmaillota, puis il s'approcha d'Akshay avec un sourire et un seul mot: Félicitation.

Akshay ébahi pris son fils dans les bras. Il ne réalisait pas encore qu'il était père. Il tenait l'enfant avec le plus de prudence et de douceur dont il était capable. Le tout petit être semblait si fragile. Alors Lohann ouvrit les yeux pour plonger dans ceux de son père. Le père et le fils se regardèrent un long moment comme cela. Un flot d'émotion envahit Akshay. Le bébé avait les mêmes yeux bleus océan que sa mère et de petites mêches blondes dépassaient de la couverture, il avait la peau crémeuse et veloutée. Jusqu'à là, Akshay était un tout petit peu rassuré, l'enfant ressemblait à sa mère.

Il caressa tout doucement la joue d'une douceur incroyable de l'enfant. C'est alors que le bébé attrapa le doigt de son père avec une force hors du commun. Akshay eut un sourire en coin, voilà quelque chose qu'il tenait de lui, mais qui n'était pas mal. Alors le bébé ferma les yeux et émit un petit gargouilli. A ce moment là plus que jamais, l'amour d'Akshay pour son fils devint infini. Il le berça tout doucement. Les personnes présentes s'eclipsèrent discretement excepté Jensen qui s'affairait autour d'Eurora. Durant presque une heure, Akshay observa les yeux pleins d'émotions son bébé. Puis le petit commença à s'agiter, Akshay jeta un regard désemparé au médicomage. La question de l'alimentation de son fils était des plus importantes qu'il s'était posé. Jensen lui apporta un biberon de lait et lui dit qu'ils devraient peut-être essayé les deux "modes" d'alimentation. Alors il approcha le biberon de la bouche de l'enfant. Le bébé tourna la tête d'unc côté puis de l'autre. La boule d'angoisse dans la gorge de son père grossit. Puis enfin il prit la tétine dans sa bouche et commença à têter goulument. Akshay sourit. Jensen lui dit qu'il n'était pas nécessaire d'essayer autre chose si l'enfant se contentait de ça et se portait toujours bien. Akshay esperait plus que jamais qu'il n'aurait besoin que de cela pour se nourrir...

Il alla s'assoir auprès de la jeune mère, toujours le bébé dans les bras et lui tint la main. Alors Eurora ouvrit les yeux. Les regards des deux parents fusionnèrent. Jensen prit l'enfant pendant de longues minutes et effectua quelques mesures, l'obersa sous toutes les coutures et prit quelques notes. Puis il le rendit enfin à son père. Trois jours passèrent comme cela, Akshay veillait sur sa femme et son enfant avec l'aide de Jensen et aussi la protection de Morgane et quelques uns de ses collègues. Alors le cinquième jour il parvint à une conclusion.

Ils devaient partir. Les Aurors finiraient par voir ce qui se passait s'ils restaient plus longtemps, malgré la protection sous laquelle ils étaient. Les mesures que prenaient Jensen plusieurs fois par jour, ne laissèrent plus aucuns doutes: Lohann grandissait beaucoup plus vite qu'un bébé normal. Ses mèches blondes avaient pousser vite et commençaient à former de petites boucles. Il était de plus en plus éveillé, atentif a tout ce qu'il l'entourait. Des tests effectués par Jensen et Akshay leurs apprirent qu'il avait les sens aussi développés que son père. Le medicomage était sûr que l'enfant tiendrait assis en moins d'un mois, ce que les autres nourrissons n'étaient capables qu'au bout de 6 mois. Akshay avait peur de cette croissance accélérée... Il ne voulait pas penser au future. Il se concentrait sur les premiers jours de son fils et essaya des les vivre pleinement avec Eurora. Mais il ne se sentait pas en sécurité à l'hopital. Alors le soir du cinquième jour il décida qu'ils devaient s'en aller. Eurora s'était totalement remise de son accouchement diffcile.

C'est alors après avoir remercier leurs protecteurs qu'ils s'en allèrent en transplanant avec Bilbo, dans un endroit que leurs avait trouvé Jensen, chez lui.
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
Clélia Skywolf
Clélia Skywolf
Gryffondor
Gryffondor
Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


[Ste-Mangouste] Les chambres Empty
Re: [Ste-Mangouste] Les chambres
Clélia Skywolf, le  Mer 5 Mai - 17:17

Deux mois. Deux mois que Clélia avait disparu sans un mot, un matin de février où elle s’était réveillée à l’aube, sans un bruit, avait embrassé Matéo qui dormait d’un paisible sommeil et était partie avec une simple valise, laissant derrière elle tout ce qu’elle connaissait : sa famille, ses amis, Poudlard où elle avait été nommée quelques mois plus tôt directrice de Gryffondor afin de remplacer Isa, l’Ordre du Phénix mais surtout, l’homme de son cœur.

Plongée dans ses souvenirs presque flous, effacé au fil des jours qui passaient, elle entendit au loin la porte s’ouvrir sur un jeune homme à peine plus âgé qu’elle. Grand et robuste, il avait de longs cheveux noirs portés en queue de cheval, la peau matte et des yeux bleus en amande qui faisaient chavirer le cœur de n’importe quelle femme. La jeune anglaise pivota vers lui en souriant, il portait un plateau de friandises tunisiennes délicieusement sucrée qu’il posa sur une petite table avant de déposer un doux baiser sur le front de la phénix.
_Salut princesse, bien dormi ?
_ Comme d’habitude Abdel…
Un sourire fugace passa sur les lèvres du tunisien. Abdel était le cousin de la jeune femme. Il avait disparu quelques années auparavant et, inquiète de ne pas avoir de ses nouvelles alors qu’ils étaient extrêmement proches, Clélia avait voulu le retrouver. Elle s’était ainsi retrouvée en Égypte, le pays d’origine du jeune homme où il était retourné pour épouser Jamila qu’il considérait comme la femme de sa vie. Ensemble, ils avaient créé un hôtel de maintenant quatre étoiles. Et depuis trois mois, ils étaient les parents d’une adorable petite gamine nommée Eden dont Clélia était la marraine, aussi ne se gênait-elle pas pour passer toutes les envies de sa filleule, la gâtant presque trop au goût d’Abdel.
_ Retourne chez toi.
_ Pourquoi tu dis ça, Ab’ ?
_ Je te connais princesse, et je sais que là-bas, en Angleterre, ton prince n’attend que ton retour. Je suis pas voyant ni légilimens, mais une chose est sure, je ne supporterai pas que Jamila parte aussi longtemps sans donner de nouvelles…
_ Mais…
_ Tu reviendras nous voir avec lui et, j’espère, ta ribembelle de gosses pour qu’à mon tour je puisse les gâter, il n’y a pas de raison pour que tu sois la seule à t’amuser.
_ J’en ai déjà, je te signale, à Poudlard.
Abdel eut un sourire qu’il partagea à Clélia, bien qu’elle sache qu’au fond, il avait raison…
_ Oui, mais ceux là ne sont pas la famille de sang. Fais tes valises et cours le rejoindre, par Allah !
Au même moment, un hibou au plumage cendré entra dans la pièce. Il tenait une lettre dans son bec qu’il déposa sur les genoux de Clélia. Épuisé, il alla se percher au-dessus du miroir de la jeune femme qui lui versa un peu d’eau avant d’examiner la lettre. Elle portait un cachet de Sainte-Mangouste et, en l’ouvrant, la jeune phénix fut prise de vertiges alors qu’un mauvais
pressentiment la gagnait.



Hôpital Sainte-Mangouste,
Londres.

Mademoiselle Clélia Twil,
Nous sommes au regret de vous informer que le dénommé Matéo Aëndal, sorcier, professeur de Botanique de son état, résidant dans l’allée des Embrumes, a été admis dans nos services ce vendredi 30 avril à 01:00 du matin, chambre 380.
Il ne pourra quitter la clinique qu’en votre présence.
Veillez agréer, Mademoiselle Twil, nos sentiments amicaux.

L’équipe médicale du département des suicides.


Un sanglot prit la gorge de la jeune femme qui s’effondra dans les bras d’Abdel qui lui pris doucement la lettre et, tout en lui tapotant le dos, la lu.
_ Princesse, maintenant, t’as plus le choix. Je t’emmène à l’aéroport.
Le ton était sans appel. Il sortit sa baguette et fit les bagages de sa cousine en un rien de temps. Les yeux rougis, Clélia embrassa Eden et Jamila avant de sauter dans le 4x4 de son
cousin.

Celui-ci roula à une vitesse folle durant tout le trajet, alors que sa cousine priait pour qu’il n’y ait ni radar, ni policier ou autre qui pourrait retarder son départ pour l’Angleterre.

Arrivée à l’aéroport, elle enregistra ses bagages, acheta une place et fit un dernier signe à son cousin avant de grimper dans l’avion, entendant juste le « Bonne chance princesse ! » qu’il lui envoyait avant de se perdre dans le vent.

Les quelques heures qui séparaient Clélia de sa destination la mettaient au supplice. Sa main, crispée sur la lettre, ne cessait de trembler pendant que des sanglots de plus en plus forts et rapides la parcouraient et que des larmes coulaient le long de ses joues pour se perdre du ses lèvres entrouvertes. Sa voisine, une simple moldue, pensait que l’avion la rendait malade de peur et tentait vainement de la rassurer. Le regard noir que la phénix lui lança la découragea et elle se concentra sur son livre, laissant la jeune femme tranquille.
Enfin, ils atterrirent. Clélia récupéra rapidement sa valise ainsi que le hibou de Sainte-Mangouste endormi dans sa cage dorée puis se dirigea vers le bar sorcier le plus proche, espérant qu’il était ouvert en ce dimanche 2 mai…
Son retour sur le sol anglais lui fit reprendre ses bonnes habitudes, elle comptait passer chez elle avant tout, or de question de rester en simple robe d’été presque transparente dans Londres, elle en savait que trop bien ce qui risquait de lui arriver, même si sa baguette n’était pas loin.
Elle utilisa la poudre de cheminette et se retrouva dans la boutique de magie noire du chemin de traverse. Elle était tenue par Will à qui elle adressa un bref signe de la main accompagné d'un sourire discret alors qu’il la regardait avec surprise, l'air d'avoir vu un fantôme, avant qu'elle ne sorte en courant. Eh oui, mademoiselle retourne chez elle et il est la première personne à qui elle va « rendre visite » si on peut dire. Elle parvint quelques minutes plus tard devant la maison de Mateo où elle avait emménagé quelques mois avant son départ. Sa clef fonctionnait, fort heureusement, toujours. Son amour n’avait donc pas pensé à changer la serrure, ce qui était dans le cas présent, une bonne chose. Clélia entra sans encombre chez elle et courut au premier étage afin de troquer sa robe et ses sandales contre un jeans, un tee-shirt et une pair de converses bien confortables. Elle en profita pour attraper des vêtements de rechange pour Mateo et redescendit les marches quatre à quatre. C’est alors qu’une petite enveloppe à son nom attira son attention *Décidément, les lettres pleuvent pour moi aujourd’hui !*. Cette fois, elle portait le cachet de Poudlard et la phénix ne pu s’empêcher de se demander quelle mauvaise nouvelle la missive contenai. Elle la fourra dans sapoche, attrapa le hibou dans une main et la lettre de Sainte-Mangouste dans l’autre avant de se diriger vers l’hôpital d’un air résolu.

L’hôpital Sainte-Mangouste, réservé aux sorciers, et plus grand qu’on ne pourrait le croire vu de l’extérieur, ressemblait à n’importe quel autre hôpital à l’intérieur. Même odeur de désinfectant, mêmes murs blancs, mêmes uniformes de médecins, même réception peu accueillante.
_ C’est pour quoi ?!
L’aboiement de la réceptionniste arracha un sourire à Clélia, si elle croyait lui faire
peur ! Sans se démonter, elle répondit naturellement, avec même un petit sourire ironique.

_ Le département des suicides. S’il vous plaît.
_ Troisième étage. Et on ne court pas dans les couloirs !
La fin de la phrase de la femme antipathique se perdit dans le vide, la jeune phénix était déjà partie, laissant le hibou à la réception mais courant à vive allure vers Mateo.

*370, 372, 374, 376, 378, 380 !*
Clélia s’arrêta net devant la porte, respira un grand coup, l’ouvrit. Et la referma aussitôt. Une dizaine de personnes s’agitaient autour du lit de son petit ami, tous des amis du professeur, certainement. Elle se reprit, et entra sans se décourager.
Le silence se fit lorsqu’on remarqua sa présence et elle en rougit, elle aurait préféré que les conversations continues… Mais elle avança néanmoins vers le lit. La personne allongée dessus, reconnaissable par ses magnifiques longs cheveux bordeaux lui sourit et sembla enfin apaisée. La phénix posa sa main sur son bras et lui rendit son sourire.
_ Mateo…
Des larmes montèrent à ses yeux, brouillant son regard. Elle le retrouvait enfin après deux mois de séparation… Bien que les circonstances ne soient pas des plus joyeuses.
_ Tu es rentrée…
La voix du jeune homme était toujours aussi douce et grave. Toujours aussi belle.
_ Je ne partirai plus, je te le promets.
Elle se pencha vers lui et l’embrassa tendrement.
Durant de longues minutes, ils ne prononcèrent plus un mot, s’observant avec amour et Clélia se rendit compte à quel point il lui avait manqué, à quel point elle avait besoin de sa présence pour être heureuse.
_ Tu as bronzé.
_ Pourquoi ? Pourquoi as-tu fais ça ?
Ils avaient prononcé ces deux phrases en même temps et pourtant c’était la voix de Clélia qui avait pris le dessus, peut-être parce qu’elle était montée dans les aigus en la prononçant, peut-être aussi parce qu’elle faisait mal aux deux amants. Les yeux de Mateo se baissèrent vers le sol pendant que Clélia tremblait de désespoir, assise au bord du lit, elle glissa les cheveux de son ange derrière ses oreilles alors que les personnes présentes s’éclipsèrent avec un signe amical pour Mateo et quelques regards soit hargneux soit compatissants ou encore sans le moindre regard pour la jeune phénix. Mais celle-ci n’en avait que faire, elle ne souhaitait qu’une chose, connaître la raison de l’acte de Mateo.
_ Je ne veux pas te perdre Mat… Je t’aime trop !
*Beaucoup trop...*
Lileas White
Lileas White
Poufsouffle
Poufsouffle
Matière optionnelle : Pas encore disponible


[Ste-Mangouste] Les chambres Empty
Re: [Ste-Mangouste] Les chambres
Lileas White, le  Jeu 24 Juin - 16:34

Ce fut tout d'abord une sensation bien étrange. Il sentait un poids en lui-même. Une force qui le compressait, qui le torturait. Ne devait-ce pourtant pas être terminé? Comme le disait Epicure, un ancien penseur Moldu, la mort n'était-elle pas la fin de toute sensation? La conclusion se fit vite dans l'esprit de Mateo. Il s'agissait d'un échec. Mais comment? Pourquoi?

- Minun veli !

- Mademoiselle, il n'est pas encore conscient. Je crains que vous ne deviez patienter avant de pouvoir échanger quelques mots avec lui.

- Bien. Je .. J'attendrai.

Le jeune homme n'avait plus aucune conscience du temps. Il arrivait à peine à distinguer les voix qui provenait d'un endroit non loin. Loin? Où? Où était-il, au juste?

Tout à coup, le cadet Aëndal sentit comme une énorme pression intérieure, au niveau des poumons. Il eut un spasme, qui le força à bouger - puisqu'il était logiquement physiquement inerte. Par réflexe, il porta rapidement sa main droite jusqu'à son torse. Mateo respirait de façon saccadée. Les premières sensations de toucher lui revinrent. Les autres ne tardèrent pas à suivre.

Lorsqu'il ouvrit enfin les yeux, ce qui se dessina devant lui fut un magnifique visage, familier. Le regard que l'on portait sur lui trahissait un mélange de tristesse et d'amour.

- Jenni ...

En quelques secondes, le jeune homme, qui avait repris une respiration relativement normale, fit un point sur la situation, et sur ce qui l'entourait. Il se trouvait allongé dans un lit, dans ce qui semblait être une chambre d'hôpital. Sur la gauche, deux fenêtres depuis lesquelles il ne pouvait, lorsqu'il était allongé, apercevoir que le ciel, étaient ouvertes. Un vent doux s'y engouffrait. Enfin, juste devant lui, assise sur le lit, sa sœur ainée le fixait. Sa main serrait celle de son frère, qu'il avait amenée quelques secondes plus tôt jusqu'à son torse.

[Finnois]- J'ai besoin de toi, ne m'abandonnes pas.

[Finnois]- Je suis désolé.

Les magnifiques yeux de Jenni étaient humides. A la façon de son petit frère, elle se mordillait la lèvre inférieure.

- Mateo ...

La jeune femme s'approcha de son visage, et déposa délicatement un baiser sur sa joue. Puis, après avoir passé sa main dans ses longs cheveux noirs, elle esquissa un léger sourire. Radieuse. Absolument …

[Finnois]- … Radieuse.

Le sourire de Jenni s'agrandit légèrement. Une larme coula le long de sa joue. Mateo esquissa à son tour un léger sourire, puis leva avec peine sa main. Il posa alors un doigt sur le menton de sa sœur ainée, puis le fit doucement glisser jusqu'à sa joue, afin de chasser la larme.

Pendant un instant, le jeune homme resta immobile, ses yeux fixant sa main levée. Elle tremblait légèrement. De toute évidence, il avait dû échouer de peu. Il ne serait sûrement pas aussi faible, sinon. Quelques gestes ne l'auraient pas ainsi épuisé.

Un léger voile se glissa devant ses yeux. Son bras trembla d'avantage. Puis plus rien. A nouveau. Mateo, sous l'effet de sa faiblesse physique, s'était évanoui.



Lorsqu'il se réveilla à nouveau, la chambre était bien plus remplie. Il reconnut alors plusieurs personnes, qu'il considérait toutes comme des proches. Ce rassemblement était gênant, très gênant; d'autant plus qu'il ne voulait pour rien au monte ne serait-ce que déranger ceux à qui il tenait. Il était évident qu'ils avaient tous pris leur journée pour se rendre à l'hôpital.

Pendant près d'une heure, tous discutèrent, dans une ambiance étrangement joyeuses. Sûrement voulaient-ils ne pas repenser à tout cela, et profiter simplement de la présence, et de l'état s'améliorant, de Mateo. Ce dernier en profita donc, aussi faible physiquement soit-il, pour prendre des nouvelles de tout ce monde. La scène était, aux yeux du jeune homme, vraiment étrange. Même s'il tentait au mieux de ne pas le montrer, il était déboussolé.

Tout à coup, tous tournèrent la tête vers la porte de la chambre, et le silence se fit rapidement. Mateo, qui était à moitié allongé – presque assis – sur son lit, tourna à son tour la tête. Il s'agissait de la dernière personne qu'il attendait, avec espoir. Celle qui avait disparu plusieurs mois plus tôt, et qui était la cause de tout cela; celle qui, par sa seule présence, fit revivre celui qui l'aimait. Le jeune homme aux longs cheveux rouge bordeaux lui adressa un sourire, qu'elle lui rendit, en posant sa main sur son bras.

- Mateo...

Clélia Twil. Celle pour qui le jeune directeur de Poufsouffle, professeur de Botanique, membre de l'illustre Ordre du Phénix, vouait un amour infini, était à nouveau là. Sa voix était toujours aussi magnifique.

- Tu es rentrée …

- Je ne partirai plus, je te le promets.

La jeune femme l'embrassa. Ce faisait si longtemps que Mateo n'avait plus ressenti cette agréable sensation. Il aurait tout fait, pendant les précédents jours, pour recevoir un seul de ces doux baisers … Il la dévisagea, comme il s'était toujours plu à faire. Clélia était vraiment sublime. Elle n'avait pas tant changé. Quoi que, son teint ...

- Tu as bronzé.

- Pourquoi? Pourquoi as-tu fais ça?

Les deux jeunes adultes avaient prononcé leurs phrases en même temps. Néanmoins, la voix qui, logiquement, s'imposait, était celle de Clélia. Mateo ne répondit pas, sans moins en penser. Il baissa lentement les yeux.

* Parce que je t'aime, Clélia. Parce que je ne peux vivre sans toi; justement. *

Enfin, les autres personnes dans la salle sortirent, faisant signe à Mateo. Jenni lui adressa un sourire amusé et plein d'amour, sachant désormais son frère entre de bonnes mains.

- Je ne veux pas te perdre Mat... Je t'aime trop !

- Reste auprès de moi, et tu ne me perdras pas. Reste …

* … Pour toujours. *
Clélia Skywolf
Clélia Skywolf
Gryffondor
Gryffondor
Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


[Ste-Mangouste] Les chambres Empty
Re: [Ste-Mangouste] Les chambres
Clélia Skywolf, le  Jeu 24 Juin - 21:37

Clélia gardait les yeux rivés sur Mateo. Elle l'aimait, son coeur tambourinait dans sa poitrine, rapidement. Elle avait eu peur d'arriver trop tard et la voilà devant celui qu'elle aimait. Elle cherchait à comprendre pourquoi il avait fait cela... La phénix baissa les yeux, à sa place elle aurait fait la même chose, elle ne pouvait pas lui en vouloir.. Non, pas la même chose. Elle aurait fait ça s'il mourrait ou s'il choisissait de... la laisser... Mais ça elle ne pouvait l'imaginer. Une vie sans Mateo Aëndal ce serait comme une mousse sans chocolat ou une fondue sans fromage. Fin bref, vous voyez ce que je veux dire.

- Reste auprès de moi, et tu ne me perdras pas. Reste...

Clélia sentit les larmes lui piquer les yeux. Elle ne savait pas quoi faire pour que Mateo lui pardonne son absence... La jeune femme l'embrassa tendrement puis déposa un baiser sur son front avec douceur.

"Je te le promets..."

*Je ne supporterai pas de partir loin de toi une nouvelle fois...* La jeune femme posa sa main sur son visage et le caressa doucement. Elle le détaillait avec inquiétude. Il avait l'air fatigué, affaibli et amaigri. La phénix fronça les sourcils, elle allait devoir veiller sur lui pour éviter qu'il retombe. Clélia se leva et ouvrit le sac qu'elle avait posé sur la petite table posée dans un coin de la chambre. Elle en sortit des vêtements pour son amant, elle avait pris ses préférés..

"Tiens, je t'ai apporté de quoi t'habiller. Je te sors de cet hôpital de fous maintenant que je suis là..."

Elle fit une pause et aida Mateo à se lever puis elle le conduisit jusqu'à la salle de bain dont la porte resta ouverte, au cas où... Il ne fallait pas tenter le diable, bien qu'il soit la depuis plusieurs jours.

"Si tu penses avoir assez de forces, je t'invite au restaurant. D'accord ?"

Clélia espérait qu'il accepte, elle avait besoin de se faire pardonner par lui. Elle n'avait pas été sérieuse et avait failli le payer par la mort de la personne qu'elle aimait le plus au monde... Décidément, elle n'en ratait pas une, miss catastrophe. La jeune femme passa la main dans ses cheveux avant de la glisser dans sa poche. Ses doigts rencontrèrent alors la lettre de Poudlard qu'elle avait fourré là avant de partir en quatrième vitesse pour Sainte Mangouste. Après tout, Mateo compte plus qu'une bande de gosses braillards et insupportables. Si l'un d'eux avait fait une bêtise durant son absence, il allait amèrement le regretter.
La phénix déchira l'enveloppe sans ménagement et lu la lettre. Peu à peu son visage se décomposa. Ses doigts se crispèrent sur le parchemin et la jeune femme se releva d'un bond en hurlant.

"RENVOYÉE ! Je suis RENVOYÉE ?! Tout ça pour une absence de DEUX petits mois ! Je RÊVE ! Mais c'est quoi cette école ?! Franchement c'est n'importe quoi ! Après tout ce que j'ai fait pour ce.. ce.. cette CHOSE !"

Les yeux de Clélia lancèrent des éclairs. C'était rare qu'elle soit aussi énervée mais si Poudlard n'était pas aussi loin d'elle, la jeune femme en aurait fait des morceaux de pierre. L'ex directrice de Gryffondor ferma les yeux et respira profondément, elle ne voulait pas s'énerver à son retour. Tout ce qu'elle souhaitait c'était permettre à Mateo de se sentir mieux, juste ça... Mais elle aimerait quand même savoir qui a été nommée pour la remplacer.


Dernière édition par Clélia Skywolf le Sam 7 Juil - 19:46, édité 1 fois
Lileas White
Lileas White
Poufsouffle
Poufsouffle
Matière optionnelle : Pas encore disponible


[Ste-Mangouste] Les chambres Empty
Re: [Ste-Mangouste] Les chambres
Lileas White, le  Lun 28 Juin - 9:27

- Je te le promets...

Clélia posa délicatement sa main sur le visage de Mateo. Elle semblait le dévisager. Le jeune homme avait-il à ce point changé? Pendant un instant, une grande peur l'envahit. Néanmoins, sa raison le rappela à l'ordre : Ce qui devait inquiéter la jeune femme devait probablement être l'effet que la faiblesse physique avait sur le corps du Professeur. Ce dernier ferma les yeux quelques instants.

- Tiens, je t'ai apporté de quoi t'habiller. Je te sors de cet hôpital de fous maintenant que je suis là...

Mateo rouvrit les yeux, et observa la jeune femme un instant, avant qu'elle ne l'aide à se lever.. Lorsqu'il fut debout, le jeune Directeur de Poufsouffle sentit que tout tournait autour de lui. Il s'agrippa à Clélia, passant ses bras autour d'elle et posant sa tête sur la sienne. Il s'agissait probablement de difficile retour à la réalité, de la réadaptation. Après tout, pendant quelques heures, il avait presque « vécu comme un mort », bien que l'expression puisse paraître paradoxale.

Après que les deux membres de l'Ordre du Phénix se soient enlacés, elle l'aida à se déplacer jusqu'à la salle de bain. Elle resta à côté de la porte, du côté chambre, la laissant ouverte au cas où. Mateo trouva un sac rempli de vêtements. Il y jeta un coup d'œil, et esquissa un léger sourire. Elle le connaissait vraiment bien; absolument les affaires qu'il voulait revêtir. Le jeune homme se déshabilla alors, et enfila un jean bleu foncé. Lorsqu'il eut attaché la ceinture, il fit quelques pas vers un miroir qui se trouvait dans la petite pièce, et s'observa.

- Si tu penses avoir assez de forces, je t'invite au restaurant. D'accord?

Hormis la fatigue pesante, rien n'avait changé sur son visage. Néanmoins, ce fut son torse qui attira son attention. Sa hanche avait toujours la marque de l'une de ses blessures, qu'il avait subie à la Boutique d'animaux magiques, en se battant contre des Mangemorts, aux côtés de Keira et d'Eladora. S'était alors ajouté au corps de Mateo une seconde marque; elle était noire, toute en longueur, environ quinze centimètres, large de pas plus d'un centimètre et demi, et située à la verticale, légèrement sur la diagonale, au niveau de son cœur.

Par réflexe, le jeune homme posa sa main dessus. Enfin, ne souhaitant pas inquiéter Clélia, il continua de s'habiller. Lorsque ce fut fait, et qu'il fut vêtu de jean bleu foncé, de son habituelle paire de longues bottes noires, de son haut serré noir, et de quelques uns des ses bijoux, dont ses deux bagues griffe, il sortit de la salle de bain.

- Me voilà déjà plus présentable. Il fallait au moins cela, auprès d'une si jolie femme.

La jeune femme était alors en train de lire une lettre. Mateo vit son visage se décomposer peu à peu. Puis, ce fut comme une déflagration. Clélia se mit à crier. Le jeune homme ne fut pas visé par les propos de la jeune femme, mais n'en ressentit pas moins de douleur, aussi bien à entendre celle qu'il aimait en colère qu'à apprendre une mauvaise nouvelle: Elle était renvoyée. Mateo attendit quelques secondes.

- Clélia … Ma Clélia ...

Sa voix était faible et tremblante. Tout son corps tremblait. Il s'avança alors vers elle, la prit dans ses bras, et la serra contre lui. Pendant quelques instants, les deux Phénix restèrent silencieux. Finalement, tentant au maximum d'utiliser un ton rassurant, Mateo reprit la parole.

- Rentrons plutôt chez moi. Je t'inviterai bientôt au restaurant. Rentrons, et reposons-nous, Clélia.

* Je te promets de m'occuper de toi du mieux possible … Me faire pardonner de ce que j'ai fait, et te rendre le sourire, suite à cette nouvelle. *
Contenu sponsorisé

[Ste-Mangouste] Les chambres Empty
Re: [Ste-Mangouste] Les chambres
Contenu sponsorisé, le  

Page 1 sur 15

 [Ste-Mangouste] Les chambres

Aller à la page : 1, 2, 3 ... 8 ... 15  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres :: Hôpital Ste-Mangouste-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005.