AccueilPortailPublications internesRechercherS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres :: Hôpital Ste-Mangouste
Page 3 sur 15
[Ste-Mangouste] Les chambres
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4 ... 9 ... 15  Suivant
Calypso Otaway
Serdaigle
Serdaigle

[Ste-Mangouste] Les chambres - Page 3 Empty
Re: [Ste-Mangouste] Les chambres
Calypso Otaway, le  Mar 5 Avr - 14:50

Quand Céleste avait dit à Septimus de se concentrer sur Alicia, elle ne pensait pas qu'il allait la prendre aux mots. La jeune auror avait l'air de l'avoir finalement convaincu qu'elle allait bien et il s'était tout simplement désintéressé d'elle. Il ne lui aura pas fallut longtemps ou beaucoup de preuves pour passer à autre chose. Il devait certainement souhaiter qu'elle aille bien afin de ne pas avoir à s'occuper d'elle...
C'était ce qu'elle voulait oui effectivement, et elle n'allait pas s'en plaindre, car la situation était bien trop difficile à son goût. Mais il était odieux avec elle, et c'était quoi cette façon mielleuse de parler à Alicia ?
Il avait ordonné à Céleste d'aller s'allonger sur le lit pour ne pas l'embêter. Céleste après l'avoir fusillé du regard se tourna de nouveau vers Alicia. Non mais comme si elle n'avait que ça à faire de l'embêter hein ? Et depuis quand lui donnait il des ordres ainsi ? Qu'il aille au diable!
Céleste sourit tant bien que mal à Alicia. Elle était troublée par énormément de choses, et sa concentration avait du mal à répondre présent. Elle posa à peine les yeux sur la main de Septimus qui tenait celle d'Alicia. Il ne fallait pas qu'elle y fasse attention non, cela n'avait aucune importance. Pourtant, à peine cette pensée en tête, qu'elle sentit la chaise sur laquelle elle était assise bouger. Elle eut tout juste le temps de se relever avant de tomber à la renverse. Sept avait réquisitionné son matériel.

Céleste resta étrangement calme et impassible, elle resta juste aux côtés d'Alicia, ne disant mot. Mais à l'intérieur, elle bouillonnait. Elle eut encore plus chaud, elle ne pensait pas pourtant que cela eut été possible. Pour qui se prenait il celui là? Et puis à quoi est ce qu'il jouait avec Alicia ? C'était quoi ce cirque ?
La jeune femme voulait bien croire qu'il avait une once de professionnalisme, mais là c'était un peu trop...
Ce ton qu'il prenait avec elle la mettait hors d'elle. Mais elle tenta de rester calme, et de ne pas sombrer dans la colère voir pire, la tristesse. Il l'avait complètement oublié, comme si elle n'existait pas. Et voilà même Alicia qui s'y mettait...
S'ils n'avaient pas besoin d'elle, elle pouvait très bien aller faire un tour pour se rafraîchir et les laisser en tête à tête!
Serrant les dents, la jeune femme s'éloigna du lit de son amie, et alla s'asseoir sur celui adjacent. Les pieds dans le vide, elle regardait la scène qui se déroulait devant ses yeux comme si elle avait été déconnectée de ce monde. Elle avait l'impression de regarder un film complètement irréaliste. Son cœur se serra et elle ferma les yeux. Il fallait qu'elle se reprenne.

Septimus se fichait complètement d'elle, pire, il la narguait. Il était temps qu'elle aussi tourne la page. Qu'elle l'oublie, qu'elle oublie toute cette histoire. Après tout, il y avait bien d'autres hommes sur cette terre! Et des hommes tout à fait appréciables. Alors elle ne voyait pas pourquoi elle devrait souffrir pour un seul, qui plus est, qui n'avait pas grand chose à faire d'elle. Oui d'ailleurs dès ce soir, elle se mettrait à la recherche de quelqu'un! Et elle savait exactement où elle irait...
Elle était perdue dans ses pensées, quand tout d'un coup, son attention fut captée par ce que venait de dire Alicia. Mais oui c'était une évidence! Pourquoi n'y avait elle pas pensé plus tôt!
Oui évidemment que ce n'était pas Mike, même s'il était un violeur potentiel, n'aurait jamais eut la vivacité d'esprit d'empoisonner la jeune femme. Qui plus est sous le nez de Céleste...
Non c'était bien plus subtile que ça. Et c'était une évidence. Et Céleste venait de comprendre également pourquoi elle qui avait bu bien plus de champagne n'avait toujours rien.
Elle sauta du lit et revint se poster près d'Alicia et donc du médicomage.

“Ce n'était pas le champagne qui était empoisonné. C'était ton verre! Ils ont réussi à mettre quelque chose dans ton verre. Quelque chose qui visiblement ne se voyait pas à l'oeil nu...”

La jeune femme vit quelques larmes couler sur les joues d'Alicia, et elle se sentit très mal pour son amie. Après toutes les épreuves qu'elles avaient vécu, qu'Alicia avait traversé, elle n'avait vraiment pas besoin de ça. Pourtant, cela ne devait pas être dû au hasard...
Cela étonna grandement Céleste néanmoins, qu'Alicia l'ai raconté à Septimus. C'était en majeure partie pour cela qu'elle détestait le ministère et les aurors, qui n'avaient pas pu faire grand chose pour ses parents.
Les aurors... ce mot raisonna en écho dans la tête de la rousse. Céleste n'avait toujours pas avoué à Alicia qu'elle s'était engagée.
Elle soupira avant de retourner sur le lit afin de s'allonger cette fois-ci. Sa tête commençait à lui tourner étrangement, et elle avait si chaud qu'elle en avait du mal à respirer.
Elle observait néanmoins toujours la scène avec grand intérêt. Même si une grande fatigue venait de la gagner, elle ne s'endormirait pas. Il en était hors de questions...
La détresse d'Alicia se reflétait en elle, ou était-ce l'inverse ? Quoi qu'il en soit, elle aussi très vite sentit monter quelques larmes qu'elle réprima néanmoins. Non, elle serait forte, elle ne montrerai pas sa faiblesse. Pas devant lui.
Septimus Newman
Septimus Newman
Serdaigle
Serdaigle
Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Loup arctique



[Ste-Mangouste] Les chambres - Page 3 Empty
Re: [Ste-Mangouste] Les chambres
Septimus Newman, le  Jeu 7 Avr - 15:07

Doucement, progressivement, la jeune femme se mit à parler à son médicomage. C'était une bonne chose même si elle avait toujours besoin de soin. Au moins n'était-elle pas mourante. La, il aurait eu beaucoup de problèmes. Une hystérique sur les bras – à qui il ne pouvait pas faire de mal – était dur à gérer. Heureusement, la folle ne pouvait pas lire les penser... au dernières nouvelles. Bah, il avait connu pire. Des cadavres ambulants par exemple.
Ce maudit souvenir le fit frissonner. Il ne le quitterait donc jamais, telle une tâche de naissance – quoiqu'on pouvait les faire enlever! - ou une malformation. En fait, il y aurait eu un moyen de l'en en débarrasser mais il ne pouvait s'y résoudre. En plus vu les risques, la situation risquait d'être bien pire qu'actuellement. Mieux valait donc choisir le meilleur mal possible.


-Tu te sens faible à cause de la drogue. Tout simplement. Normalement les effets devraient se dissiper tout seul, il te faut juste un peu de repos. Enfin si c'est une drogue moldue, marmonna-t-il.

Tout le problème était la. Est-ce que ce Mike avait utilisé une drogue ordinaire ou plutôt un mélange détonant magique? L'auror penchait plutôt pour la solution magique, mais il préférait ne pas prévenir Alicia. Inutile de l'inquiéter outre mesure, surtout qu'il la soignerai avant que ça ne dégénère. D'ailleurs en parlant de soin, il replongea son nez dans le manuel.
Et en ressortit quelques instants après, l'air sceptique. Mike ne l'aurait pas drogué? Qu'est ce que c'était encore que cette marque de «confiance»? Elles le pensaient de confiance parque qu'il appartenait au poufsouffle? Si c'était ça, le jeune homme ne pouvait pas le croire. Il ne pouvait même pas le concevoir! La maison ne signifiait rien, la preuve dans cette pièce! Céleste avait un comportement hautement gryffondorien, Alicia était du calme comme un poufsouffle et lui rusé comme un serpentard. Le choixpeau se serait bien trompé alors – quoique pour lui ça pouvait être négocié, l'intelligence était commune à ces deux maisons.
Le sorcier inspira pour ne pas recracher sa bile, non pour les ménager, mais plutôt car il souhaitait faire la paix avec la jeune verte et argent. Il compta jusqu'à cinq tout en pensant qu'il ne finirait jamais mort de vieillesse mais plutôt assassiné par ceux qui le détestaient. Rassurant, vraiment. Cinq... voilà il pouvait parler... Ou pas. Car à peine venait-il de se calmer que les deux filles commencèrent à devenir paranoïaque. Ça pouvait se comprendre pour sa patiente qui était toujours bouleversée par la mort de ses parents. Voilà surement pourquoi elle détestait les aurors – allait-elle détesté Alicia? Il était sur qu'elle était consciente quand il avait engueulé sa collègue pour la énième fois!
Pour Céleste en revanche... Elle n'avait fait qu'une mission jusqu'à présent! Pas de quoi craindre un assaut massif des toutous. Enfin, l'aigle laissa courir pour cette fois et se concentra non plus sur la potion mais sur les idées qu'il devait enlever de la tête de la jeune femme.


-Je ne connais pas Mike. En revanche je m'y connais assez en magie et dans mes métiers pour te dire que tu ne peux pas avoir confiance en lui. Pas alors que tu t'es faite drogué, ce qui ne prends guère plus de trois secondes. J'ai avertis les aurors qui iront surement l'arrêter. Il fit une pause, cherchant ses mots, avant d'aborder le sujet délicat. Quand à tes parents... Je suis désolé pour eux. Je suis désolé que les aurors n'aient pas pu arrêter le, ou les tueurs. Et si tu as besoin d'aide, je serai la, lui promit-il doucement. Mais tu ne dois pas devenir paranoïaque. Ils ne te surveillent pas sans cesse et n'étant pas une auror toi même, tu ne peux pas les arrêter même si tu découvrais qui ils étaient. Et sans preuve je ne pourrai pas non plus. Tout ce que je peux faire c'est te mettre en garde. Ces tueurs n'hésiteront pas à te tuer si tu les découvres. Donc reste dans l'ombre, pour ta propre sécurité. Et je te promets d'enquêter la dessus lors de mes temps libre et de te tenir au courant.

C'est tout ce qu'il pouvait faire, c'est tout ce que l'animagus pouvait promettre. Il devrait cependant garder un œil sur elle, pour le cas où elle décide d'ignorer ses avertissements – et il y avait de grandes chances vu qu'il s'agissait de ses parents. Que de pressions sur ses frêles épaules. Enfin c'était une façon de parler. L'infirmière – la même que celle qui l'avait envoyé ici – apparut enfin. Il lui demanda de tenir compagnie à sa coéquipière... et de la sortir de la par la même occasion. La jeune auror ne voulait pas comprendre ces ordres, il devait donc employer la manière forte. Mais juste avant que sa subordonnée agisse, il s'adressa sèchement à son élève – à croire qu'elle n'avait rien retenu de ce qu'il lui avait inculqué!

-Bien entendu que ce n'était pas le champagne, sinon tu ne serais jamais venu la avec Alicia! Qu'est-ce que tu faisais pendant nos leçons? Essayes de t'en souvenir à l'avenir, je n'ai pas envie que Mélina me redresse les bretelles car tu te seras fais blessée. En plus tu risques gros face aux mages noirs, finit-il d'une voix plus douce mais grave.

Lorsque la porte se fut refermée sur les deux femmes, Septimus regarda de nouveau son bouquin et tomba sur une potion qui pourrait marcher. Le problème étant bien évidemment le pourrait. Ne sachant toujours pas quelle drogue avait été employé, il devrait prendre des risques. Et par la, il entendait faire prendre à Alicia un risque. Aussi la venue de l'infirmière tombait bien, ainsi Céleste était obligé de leur laissé une certaine intimité.


-Alicia, commença-t-il d'une voix incertaine en lui prenant la main, j'ai peut-être découvert une potion qui te soignera. Mais ne sachant ce que Mike a employé, je ne suis pas sur de la réaction que cela pourrait déclencher. Avant d'agir, je veux avoir ton consentement. Es-tu prête à prendre ce risque? Si tu ne veux pas, que ce soit moi qui te soigne ou cette solution, dis le moi et je trouverai autre chose.

[Je sais que normalement on ne doit pas contrôler le personnage des autres mais c'était un cas de force majeur^^ Et puis tu peux toujours espionner ou rentrer de force! Alicia, je t'ai ajouté sur msn]
Invité
Anonymous
Invité

[Ste-Mangouste] Les chambres - Page 3 Empty
Re: [Ste-Mangouste] Les chambres
Invité, le  Jeu 7 Avr - 16:46

La jeune femme avait vu son amie se rapprocher d'elle à travers ses larmes. Et Céleste partageait son avis. Mais pas Septimus apparemment. Alicia ne s'en offusqua pas, il ne connaissait pas l'histoire ni ce qu'il s'était passé avant, et la jeune femme n'avait pas l'intention de lui raconter. Du moins, pas maintenant. Ça lui faisait déjà assez mal comme ça, pas la peine d'en rajouter pour le moment. Lorsqu'elle se sentirait un peu mieux, peut-être qu'elle lui en parlerait. Autant elle appréciait les efforts qu'il faisait, autant le fait qu'il incrimine toujours Mike l'énervait. Elle doutait vraiment que le jeune homme ait voulu la droguer pour ensuite la violer. Il était dans la même situation qu'elle. Il venait de perdre sa mère et à cause de son père, ce qui ajoutait au dramatique de la situation. Au fur et à mesure qu'elle réfléchissait, elle parvint à se calmer et sécha ses larmes. Ne pas être paranoiaque... Elle n'était pas une Auror, elle n'avait rien à craindre.... Certes, lorsque l'on en savait autant que lui sur la Serpentard, c'est ce que l'on pouvait penser. Mais elle cachait une chose, qu'elle ne dirait jamais, à personne. La jeune femme, durant l'absence de Céleste, avait rejoint l'Ordre du Phénix. Une organisation secrète que tous connaissaient comme étant un soutien pour les Aurors. Enfin, quand ceux-ci se battaient du côté de la magie blanche. Elle avait donc autant à craindre que sa sœur de cœur. Elle fut néanmoins très touchée lorsqu'il lui proposa d'enquêter sur son temps libre. Il était peut-être temps d'enterrer la hache de guerre non ?

- Merci.... Mais je ne veux pas t'embêter, tu auras sans doute mieux à faire que partir à la chasse aux meurtriers... Dans tes temps libres du moins. Ajouta t-elle avec un sourire.

Sourire qu'elle perdit un peu lorsqu'il vira Céleste de la chambre. Elle avait vu que son amie ne se sentait pas bien, elle ressemblait à Alicia au moment où elle commençait à aller mal. Et si elle aussi avait été touché par la drogue ou poison ? Et la réponse de Septimus à l'injonction de Céleste lui confirma qu'elle n'avait pas rêvé lorsqu'elle les avait entendu parler d'auror. Ainsi Céleste faisait partie des "gendarmes sorciers"... Elle était déçue. Non pas parce que la Serdaigle s'était engagée, elle faisait ce qu'elle voulait. Mais parce que depuis son retour, elle ne lui avait rien dit. Elles étaient sensées être amies non ? Elles s'étaient soutenues et avaient fait face à l'adversité ensemble. Ça ne comptait donc pas assez pour Céleste pour qu'elle lui dise sa décision ? Alicia soupira avant de se rendre compte que Septimus avait repris sa main et lui parlait. Il avait un remède ? Et bien, qu'attendait-il pour le lui donner ? Elle comprenait ses craintes face à la drogue inconnue utilisée, mais... Quoiqu'il s'était passé, elle lui faisait confiance. Elle secoua la tête lorsqu'il lui proposa de changer de médicomage. Non! Elle ne changerait pas de médecin juste parce qu'ils avaient eu une (violente, il fallait bien le dire) altercation qu'elle mettrait en doute ses compétences. S'il était ici et encore en vie avec ses deux emplois, c'est qu'il avait un jugement sur, non ?

- Non, je ne veux pas changer de médicomage. Et je veux bien tester ton remède. Je te fais confiance. Lui dit-elle doucement. Mais il faudrait que tu m'explique en quoi consiste les risques. Je ne suis pas suicidaire non plus ! Ajouta t-elle avec un petit sourire en coin.

Elle réalisa alors que le moment qu'elle attendait pour lui parler de Céleste, c'était maintenant. Mais quelque chose l'empêcha de parler. Le fait qu'elle se doutait que Céleste reviendrait dans quelques secondes ou qu'elle les espionnerait, y était-il pour quelque chose ? Peut-être bien. Ou peut-être qu'elle ne voulait pas remettre (pour le moment) un sujet épineux sur la table. Le médicomage et elle semblaient être entrain de faire la paix. Un ami de plus lui serait d'un grand secours, et avouons le, d'un grand réconfort. Et puis peut-être qu'il veillerait sur Céleste comme ça lors de leurs missions.

- Dis-moi... Tu veilleras sur Cél' hein ? Durant vos missions... Lui demanda t-elle en lui serrant un peu plus la main.

Le fait de savoir que son amie aurait un ange gardien derrière elle alors qu'elle foncerait dans ses missions la rassurerait. Pas qu'elle doute de son amie, mais elle connaissait la Serdaigle, et savait très bien comme elle réagissait lorsqu'elle pensait devoir foncer. Elle avait encore en tête l'histoire de la Salle sur Demande.
Calypso Otaway
Calypso Otaway
Serdaigle
Serdaigle
Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Permis de Transplanage



[Ste-Mangouste] Les chambres - Page 3 Empty
Re: [Ste-Mangouste] Les chambres
Calypso Otaway, le  Ven 8 Avr - 17:23

Céleste était tranquillement allongée sur "son" lit, et elle commençait à se calmer progressivement. Elle observait tout simplement ce que faisait le médicomage, en ne cessant de penser que tout cela était injuste. Mais elle ne pouvait rien y faire. C'était peut être le pire. Oui à vrai dire, le plus frustrant était de ne rien pouvoir faire du tout. Elle était tout simplement impuissante face à la détresse de son amie, et elle était aussi impuissante face à tout ce qui se passait dans sa vie. La jeune femme ferma les yeux, et commença progressivement à s'endormir. Elle était si fatiguée...
Mais au moment ou elle allait plonger, elle entendit la porte s'ouvrir. Elle rouvrit les yeux et se redressa sur le lit, pensant que peut être Septimus avait appelé des renforts. Y avait il un problème ?
Mais lorsqu'elle comprit que l'infirmière était en fait venu pour elle, la colère explosa à l'intérieur de la jeune femme. Comment osait il la mettre dehors comme ça ? comme une malpropre? elle était la seule famille d'Alicia, elle se devait de rester! Elle était si énervée, que son corps tout entier tremblait. Il s'adressa une dernière fois à la jeune femme, et pour ne pas changer, il s'agissait de remontrances. Céleste n'eut même pas le temps de répondre, l'infirmière l'attrapa par le bras et la tira au dehors.
Céleste était si surprise et choquée, qu'elle ne put agir tout de suite, mais au bout d'à peine quelques minutes, elle posa des yeux furieux sur l'infirmière, celle là même qui était venu à leur rencontre quand elle avait transplané à l'hopital.
Céleste essaya de dégager son bras, mais on la tenait fermement.

"Lâchez-moi immédiatement!"

Mais l'infirmière eut une sorte de sourire mauvais, faisant comme si elle n'avait rien entendu.

"Je vous ai dit de me lâcher!"


Cette fois, elle leva les yeux au ciel avant de rajouter d'un air arrogant:

"Vous avez entendu les ordres du docteur Newman? Vous devez sortir et je dois vous raccompagner".

Dans la tête de Céleste, il y eut comme une explosion. Les cheveux de la jeune femme devinrent rouge vifs, on avait même l'impression qu'ils venaient de prendre feu. Son coeur se mit à battre à cent à l'heure.
*docteur Newman... docteur Newman... je vais t'en donner moi des docteurs Newman!*

"Je t'ai dit de me lâcher sale garce!!!"

Céleste se débattit plus furieusement cette fois-ci. Elle n'avait pas envie de jouer, elle en avait assez, cette journée lui avait déjà laissé son lot de désagrément. Elle n'en pouvait plus, elle allait devenir folle, elle allait exploser. En fait, c'était déjà trop tard... Elle réussit à se dégager de son étreinte, et posa des yeux arrogants et flamboyants sur l'infirmière qui avait presque peur devant cette furie. Et il y avait de quoi avoir peur. La jeune femme sortit sa baguette plus vite que l'éclair, et la pointa sur l'infirmière avec un sourire mauvais sur les lèvres. Elle n'hésita pas une seule seconde.

"Stupéfix!"

Le sort jaillit de sa baguette et alla frapper de plein fouet l'infirmière qui se raidit et tomba par terre à la renverse. Céleste haussa les épaules. Elle s'apprêtait à retourner dans la chambre d'Alicia, et à faire subir le même sort au médicomage qui avait ordonné son expulsion de la chambre, mais quand elle arriva devant la porte, elle s'arrêta. Son coeur se calma un peu, mais elle tremblait toujours autant.
Et puis à quoi tout cela rimait ? on ne voulait clairement pas d'elle dans cette chambre, alors pourquoi devrait elle s'imposer? Une larme roula sur la joue de Céleste, qui se détourna de la porte et se mit à courir le plus vite possible le long des couloirs. Il fallait qu'elle sorte d'ici, il fallait qu'elle s'en aille loin. Elle se sentait si mal...

"On ne court pas dans les couloirs de l'hôpital mademoiselle!"


*Va te faire voir!* Céleste ne dit rien, mais le pensait très fort. Qui plus est, elle ne s'arrêta pas, et continua à accélérer sa course. Elle n'avait plus qu'une idée en tête maintenant, partir très loin et oublier cet homme. Des larmes lui brouillaient la vision, mais elle s'en fichait. A vrai dire, à ce moment précis, plus rien n'avait d'importance pour elle...
Septimus Newman
Septimus Newman
Serdaigle
Serdaigle
Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Loup arctique



[Ste-Mangouste] Les chambres - Page 3 Empty
Re: [Ste-Mangouste] Les chambres
Septimus Newman, le  Ven 8 Avr - 19:35

Sa proposition rejetée – sans cri, c'était déjà ça – et une colérique sur les bras. D'après ce que le médicomage entendait – vu que Céleste criait il n'avait aucun mal – elle se lâchait et avait même stupéfixé sa subordonnée. Il devrait lui en toucher deux mots plus tard. En attendant, la jeune serdaigle n'était pas dans ses priorités.
La seule personne qui occupait ses pensées – mis à part elle pour une raison qu'il ignorait – c'était Alicia. La jeune verte et argent avec qui l'auror s'était violemment disputé lors de sa «rupture» avec sa coéquipière. Pourquoi? Il y voyait deux raisons – dont une qu'il préférait ne pas voir en face. La première était qu'elle était sa patiente, c'était donc son devoir de s'occuper d'elle du mieux qu'il pouvait. La seconde... et bien Alicia était une femme très attirante - pensait-il ça à cause de la faiblesse momentanée de la jeune femme? objectivement non, il le savait mais ça n'avait jamais marqué son esprit - et le fait qu'elle lui fasse suffisamment confiance pour remettre sa vie entre ses mains étaient bouleversant si on prenait en compte leur passé commun.
Un frisson lui parcourut la colonne vertébrale. Le sorcier devait se reprendre, ce n'était ni l'endroit, ni le moment. Et peut-être même ni la fille. Soufflant discrètement, il se replongea sur le manuel pour voir quels étaient les ingrédients qu'il lui fallait – et accessoirement peut-être dire à Alicia ce qu'il l'attendait. Au moins avait-il gagner un moment avant de s'adresser de nouveau à la jeune femme. Un trop court moment pour redevenir maître de lui même.


-Et bien... Suivant la drogue que tu as ingéré, tu peux être victime d'un arrêt cardiaque, d'un coma ou tout simplement, même si ce n'est pas agréable, perdre la vue. Le dernier cas ne s'est vu qu'une fois jusqu'à présent, mais on prévient les médicomages maintenant. Il faut qu'on soit sur de nous lorsqu'on propose un diagnostique. Pas comme House, marmonna-t-il.

Le jeune homme lui sourit, jusqu'à ce qu'elle lui parle de Céleste. Quelque chose dans sa voix ne lui plaisait pas du tout. Comme si... comme si elle aussi savait ce que ça faisait d'être au front. Mais c'était impossible, elle n'était pas auror – ou alors il allait étrangler Mélina pour ne jamais le prévenir des nouvelles recrues qui intégraient les aurors! Il supposa qu'elle tenait juste beaucoup à la serdo-gryffondor. Ça devait être ça, surtout si elle n'avait plus de famille. Il détourna le regard mais ne lâcha pas sa main.


-Je la protégerais... comme n'importe lequel de mes collègues le ferait. On est plutôt souder chez les aurors. Enfin quand on se bouffe pas le nez pour une broutille, plaisanta-t-il pour détourner l'attention de son malaise.

L'animagus lâcha la main de sa patiente et commença à préparer le remède miracle – stupide expression! - laissant son esprit vagabonder. Il ne ferait pas d'erreur, il le savait. Dans sa jeunesse, ne pas se concentrer lui avait valut une potion raté, mais il n'avait pas tellement de pratiquer. Maintenant, entre les aurors et les médicomages, il pouvait les préparer les yeux fermés – tant qu'il connaissait la recette sur le bout des doigts. Heureusement qu'il tournait le dos à la jeune femme, il n'était pas sur qu'elle apprécie son talent si elle l'avait vu.
En parlant d'Alicia... Pourquoi fallait-il que ça se passe la? A ce moment précis? Pourquoi avait-il les hormones en ébullitions? L'aigle pensait que cette période de sa vie était finis. Apparemment pas. Son père l'avait pourtant mis en garde. Cependant que pouvait-on faire contre ça? Rien. Le seul choix qu'on avait était d'y céder ou d'y résister. Et honnêtement, il ne savait pas quoi faire. Une bulle qui éclata le sortit de sa rêverie – au non, ne pas aller sur ce terrain la! La potion était prête.


-Prête à l'avaler? L'effet devrait se faire sentir dans quelques minutes. Ensuite un peu de repos et tu seras en pleine forme.

Septimus sortit sa baguette et prit un flacon. De l'une il éteignit le feu, de l'autre il récupéra la potion. Ensuite il se retourna, un petit sourire encourageant sur les lèvres et déposa doucement la potion dans la main de la serpentard. Ses yeux rencontrèrent les siens – bleus contre bleus – puis descendirent et virent ses lèvres roses – si attirantes. Ils s'écartèrent de nouveau de la jeune femme et tombèrent sur ce qu'il tenait à la main. Sa baguette. Et avant même que son cerveau ait compris quelque chose, son instinct – foutu loup – prit le dessus. Il se vit passer la main dans les cheveux d'Alicia, puis se pencher pour déposer un baiser sur ses lèvres. Dans le même temps, il lui donna sa baguette – la première qu'il ait jamais eu. Lorsqu'il prit conscience de son geste – heureusement assez rapidement – il se redressa, très raide et partit à grand pas vers la porte. Il ouvrit mais ne sortit pas.

-Tu peux garder la baguette. Elle ma beaucoup servit durant mes affrontements, j'espère qu'elle te sera aussi utile. Une infirmière et un médicomage vont passer te surveiller... je suis désolé pour le baiser, souffla-t-il avant de refermer la porte.

Ce n'était pas vrai, il ne le regrettait pas. Il ne savait juste pas comment il devait gérer ça. Il se laissa glisser contre le mur le plus proche et enfouit sa tête dans ses mains. Maintenant il devait se racheter une baguette!
Invité
Anonymous
Invité

[Ste-Mangouste] Les chambres - Page 3 Empty
Re: [Ste-Mangouste] Les chambres
Invité, le  Sam 9 Avr - 16:49

Alicia détourna son regard de l’auror lorsqu’elle entendit la douce voix de son amie. Celle-ci protestait vivement… Bon d’accord, elle hurlait à l’infirmière qui l’avait faite sortir de lui ficher la paix. Et bien qu’elle n’en montrait rien, elle aussi aurait bien aimé avoir Céleste à ses côtés. Elle était à présent sa seule famille et elle aurait bien aimé l’avoir avec elle pour la soutenir face à sa décision de prendre une potion dont même le médicomage n’était pas sur qu’elle soit appropriée pour ce qu’elle avait ingérée. Aie ! Alicia fit une grimace lorsqu’elle entendit la Serdaigle lancer un « stupéfix », probablement à l’infirmière. Elle commença à se sourire en se disant que dans 30 secondes, Céleste passerait la porte de sa chambre. Mais à la place, elle entendit des pas qui s’éloignaient au fur et à mesure. Non ! Pas possible ! Céleste venait de partir alors qu’elle avait le champ libre pour venir ? Il y avait certainement autre chose.

Et là, la lumière se fit dans l’esprit de la Serpentard. Bien sur ! Céleste devait être en colère à cause des remontrances incessantes de Septimus, mais aussi peut-être un peu blessée parce que sa meilleure amie se rapprochait de l’homme qu’elle aimait. Mais qu’est-ce qu’Alicia pouvait être bête parfois ! Elle n’avait pas vu à quel point cela lui avait certainement fait mal. La verte et argent cessa ses réflexions en entendant Septimus lui expliquer les risques qu’elle encourait. Un coma ? Un arrêt cardiaque ? Perdre la vue ? Et bien, elle ne savait pas dans quoi elle s’était engagée, mais intérieurement, elle souhaitait ne pas s’être trompée. Parce que si elle perdait la vue… Elle perdrait son travail qui était devenu sa raison de continuer et de ne pas sombrer, mais aussi, elle serait bannie de l’Ordre, car elle n’aurait plus aucune utilité dans la lutte contre le mal. Si une fois dans sa vie elle devait avoir de la chance, s’était bien cette fois.

Elle tiqua lorsqu’il répondit à sa demande de protéger Céleste. « Comme n’importe lequel de mes collègues le feraient… » Non, ça n’était pas à ça qu’elle s’attendait. Elle aurait crût que l’auror protégerait Céleste pour une autre raison. Alors c’était vraiment fini entre eux ? Mince alors ! La Serdaigle risquait d’avoir des difficultés à s’en remettre. Alors que le médicomage préparait la potion, elle réfléchissait à tout ce qu’elle devrait discuter avec Céleste. Aujourd’hui, elle avait appris trop de chose pour les garder pour elle. Oh, elle n’allait pas blâmer son amie pour quoi que se soit ! Non, ça jamais ! La vie était telle qu’elle se passait, on y pouvait rien. Mais discuter donnerait certainement aux deux femmes l’occasion de reprendre les choses à zéro et du bon pied ! Plus de cachoterie ! Enfin, jusqu’à un certain point. Alicia se doutait bien qu’elle serait obligée de lui mentir. Elle ne pouvait pas lui dire qu’elle appartenait à l’Ordre. Mais ça serait bien le seul secret qu’elle cacherait. Du moins, l’espérait-elle !

Elle arrêta de penser à de telles choses lorsque Septimus revint avec la potion. Ok, le moment de vérité était arrivé. Elle tendit la main et attrapa la fiole que lui tendait le jeune homme en face d’elle. Et là, il se passa une chose à laquelle Alicia n’aurait jamais pensé. Le jeune homme passa sa main dans les longs cheveux bruns de la jeune femme avant de l’embrasser. Mais ?! Elle n’eut pas le temps de réaliser que déjà, il s’était dégagé et était à l’autre bout de la pièce, la main sur la poignet. Il lui dit de garder sa baguette et qu’il était désolé.

Attendez deux secondes ! Sa baguette ? C’est alors que la verte et argent remarqua la bout de bois dans sa main. Alors qu’elle tournait la tête vers le jeune homme pour lui dire de reprendre sa baguette, celui-ci était déjà parti. Mince alors, elle n’y comprenait plus rien ! Pourquoi avait-il fait ça ? Savait-il la peine que ça allait causer à Céleste lorsqu’elle l’apprendrait ? Se rendait-il compte dans quel situation cela la mettait elle ? Parce que, soyons honnêtes, le jeune homme était vraiment craquant, Alicia l’avait déjà remarqué lorsqu’il était venu chez les deux jeunes femmes. Et puis que diable ! Elle était humaine ! Avec des sentiments et des hormones en ébullition après un tel baiser. Ahhh ! Elle en avait marre ! Pourquoi sa vie était-elle tellement compliquée ? Et puis, pourquoi avait-il fui ? Il combattait des mages noirs à longueur de temps et il avait peur d’un petit bout de femme comme elle ? Dans une autre situation, elle en aurait rit. Mais là, ça ne faisait que la mettre en colère.

Néanmoins, elle savait que dans son état actuel, elle n’aurait aucune chance de le rattraper. Il lui fallait prendre la potion qu’elle tenait toujours à la main et tenté le tout pour le tout. Elle l’avala d’un coup. C’était comme lorsque l’on enlevait un sparadrap, autant le faire en une seule fois. Elle attendit quelques instants, mais comme elle ne ressentait pas de mal au cœur et parce qu’elle voyait toujours aussi bien, elle se dit qu’elle pourrait se lever et se mettre à la recherche de ce satané médicomage qui fuyait un peu trop souvent devant elle. Satané auror qui… Oh Merlin ! Cet imbécile d’auror venait de lui prendre son premier baiser !!!! Sous le choc, Alicia laissa la fiole tombée. Celle-ci se brisa en mille morceaux sur le sol, faisant sursauter la jeune femme. Non mais c’est pas vrai !! Il avait brisé sa meilleure amie, l’avait ensuite réprimandé à longueur de temps avant de la fiche à la porte. Et voilà qu’il embrassait la meilleure amie de son ex ?! Mais ce gars avait un souci, s’était pas possible autrement. Pour un peu, elle en aurait hurlé.

A la place, elle se contenta de se calmer. Elle allait quitter cet hôpital vite fait, trouver Céleste, lui expliquer ce qu’il s’était passé et ensuite elle trouverait la meilleure façon de se venger de Septimus. Une pauvre claque n’aurait pas d’effet, elle s’en doutait. Voilà, maintenant qu’elle avait fait des plans, elle se sentait un peu plus calme. Elle leva la baguette de l’auror qu’elle tenait toujours à la main et l’observa un peu. Elle ne connaissait pas le bois dans le quel elle était faite, mais elle vit que la baguette du médicomage était sensiblement de la même taille que la sienne. Juste un peu plus longue. Et si ? Et si elle l’utilisait pour voir ? Il la lui avait donné, même si elle ne comprenait pas son geste, alors autant l’utiliser, non ? Elle lança un « réparo » à la fiole et vit avec surprise que son sort fut parfaitement réussi. C’était possible ça ? Qu’une baguette d’un autre fonctionne parfaitement avec une personne ? Elle se dit qu’il lui faudrait absolument aller chez Ollivander’s pour leur demander cela.

Elle sursauta lorsque la porte se réouvrit. Un autre médicomage venait d’entrer dans la pièce.

- Bonjour Miss Rogue. Je suis votre nouveau médicomage. Le docteur Newman m’a parlé de votre état et de la potion qu’il vous avez donné. L’avez-vous prise ?

Son nouveau médicomage ? Même pas en rêve. Elle ne faisait confiance qu’à Septimus, pas aux autres, malgré ce qu’il venait de se passer. Et si le petit Serdy voulait se débarrasser d’elle comme ça, il n’allait certainement pas y arriver.

- Non. Vous n’êtes pas mon médicomage. C’est le docteur Newman. Mais oui j’ai pris sa potion. Je me sens bien, et puisqu’il ne daigne pas venir, dites lui que je m’en vais. Je rentre chez moi. Dit-elle sèchement à cet homme sortit de nulle part. Oh ! Et dites-lui aussi que je n’ai pas oublié. Il a des comptes à me rendre. Maintenant, au revoir, je m’en vais. Dit-elle en se levant.

Elle prit quelques secondes, le temps de vérifier qu’elle n’avait pas de vertige, récupéra son sac puis se dirigea d’un pas sur vers la porte. Choqué par ce qu’elle venait de lui dire, le médicomage ne réagit pas lorsqu’elle passa devant lui. Bien. Au moins une bonne chose de faite. Elle savait très bien que le message allait passer. Une patiente qui refuse un médicomage et qui en menace un autre avec des sous-entendus, ça ne devait pas arriver si souvent que ça. Si ? Alicia eut un sourire mauvais lorsqu’elle passa devant l’infirmière toujours stupéfixiée. Personne n’avait eu l’idée de la débloquer, et ça ne serait certainement pas elle qui le ferait. Elle méritait bien cela. Alicia sortit enfin de cet immeuble, qu’elle commençait à ne pas aimer, avec une seule idée en tête. Retrouver Céleste.

Pensant qu’elle devait être à la maison, la verte et argent se concentra sur sa petite maison et transplana.
Mangemort 55
Mangemort 55
Mangemort à la retraite
Mangemort
à la retraite
Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


[Ste-Mangouste] Les chambres - Page 3 Empty
Re: [Ste-Mangouste] Les chambres
Mangemort 55, le  Dim 22 Mai - 16:28

La Métamorphose... quelle matière fascinante ! Grâce à elle 55 pouvait se faufiler un peu partout en changeant d'apparence a volonté, pour rependre le mal sur son passage ! Pi c'est boulet d'Aurors pourraient jamais réelement le choper si il cherche quelqu'un qui, physiquement n'existe que dans l'imagination du métamorphomage !
Aha, les Mangemorts étaient décidément les plus forts, plus intelligents, plus beau, plus tout quoi !! Et n'en déplaise a tout ces "serviteurs du bien" qui prêchent la bonne parole et boivent leur petite camomille avant d'aller au lit !

Dans un élan de méchanceté, 55 eu l'idée du siècle... pourquoi ne pas pulvériser l'hôpital des sorciers ? Si ce dernier était HS, bah les sorciers de bas étages l'auraient bien profond pour aller se soigner, et alors bah ils agoniseraient comme des poisson hors de l'eau... Franchement ce serait trop une VDM !

Au choix 55 Se fit roux avec un nez en trompette et des yeux porcins (c'est marrant de s'enlaidir pour se fondre dans la masse des horreurs !) ! Pi il fila droit hors d'Hollow bastion, sans sa tunique noir qui absorbe les rayons du soleil et qui fait cuire de l'intérieur ! Pi comme il change d'apparence se cacher était totalement inutile !

Quelques instant plus tard, le mage noir fit son apparition, par transplanage dans une ruelle étroite. A son arrivé des chats de gouttières s'enfuirent en poussant des râles d'épouvante ! Soit les chats comprenaient qu'il était méchant, soit il était vraiment moche !

Zou sans trainer, 55 se rendit à St mangouste, devant cette vieille vitrine de magasin désaffectée ! Pi comme c'est un sorcier il réussit a voir la vrai nature de l'endroit et pénétra l'hôpital !
A l'accueil, il inventa une vieille excuse, il venait voir le patient de la chambre 55...(pas très original comme numéro)....

Sans se faire guider, le mage se promenait dans les couloirs, baguette à la main, la faisant tourner entre ses doigts... il cherchait par où il allait commencer à foutre le boxon !
Un peu plus loin y'avait une dame au chevet d'un malade.... elle semblait triste... la tentation et la perversité du Mangemort se fit vite entendre, et avec un sourire malfaisant, il transforma le patient en Mouton devant les yeux abasourdis de sa visiteuse qui ne mit a fondre en larme !
Le "Pédus Udis" était vraiment un sort fascinant ! Mais c'était pas suffisant, ce que le sorcier voulait faire c'était détruire un morceau du lieu... s'en prendre aux patient était marrant durant un temps....

Un cul de sac plus tard, 55 n'avait pas envie de faire demi tour... alors.... Hop, il explosa le mur avec un "Bombarda Maxima" !

La voie dégagée, il continua son chemin et fini par arriver dans la salle de soin ! c'était l'endroit rêvé pour handicaper les foutus médicomages...

Comment allait-il procéder ? Le mieux selon lui était de tout bruler, mais comment, fallait un sortilège puissant et surtout....se dépêcher car la détonation n'était pas passée inaperçue et bientôt il allait se retrouver avec des blouses blanches sur le dos....

"[Pi Mer** :"Feudeymon" !"

Ziou des flammes d'une vivacité effrayante, se mirent à consumer la pièce... Déjà avide de prendre quelques proie dans ses langues de feu !

55 Ne tarda pas a partir, il attrapa une blouse blanche, histoire de apsser inaperçu dans la futur cohue générale. Mais il aimait pas le blanc c'était moche et salissant, alors que le noir.... C'est Gégé !!!
Les flammes gagnaient le couloir, et pénétraient dans les chambres.... 55 se mit a courir, en criant :

"Au feu !!! Au Feu !!!! C'est un sortilège !!!!"

Autour de lui les gens commençaient à s'agiter, à se ruer vers la sortie ! Lui suivit le mouvement, cachant sa satisfaction !! Il ne pu cependant refreiner un rictus en voyant une brebis se joindre à la foule !
Une fois sorti il jeta l'habit de médecin au sol, puis reprit sa route, un sourire lui découpant le visage !!!
Invité
Anonymous
Invité

[Ste-Mangouste] Les chambres - Page 3 Empty
Re: [Ste-Mangouste] Les chambres
Invité, le  Sam 16 Juil - 23:06

{ PV avec Damian Brown }
Hôpital St Mangouste pour les maladies et blessures magiques. Dans un couloir reculé du troisième étage, réservé aux empoisonnements par potions et plantes, Cliodhna venait de quitter l’une des petites chambres communes et, chancelante, elle s’était littéralement effondrée au sol. Elle pleurait. Voir sa mère dans cet état lui était tout bonnement insupportable. Comment se pouvait-il qu’après toutes ces années elle en soit encore là ? Pourquoi n’était-elle jamais parvenue à se reconstruire, à refaire sa vie sans son mari ? Et que pouvait-elle faire, elle, sa fille, pour la sortir de cette situation qui la rongeait toujours davantage ?

Fiona McKee, la mère de la jeune femme, souffrait en effet d’une dépression chronique depuis des années maintenant. À vrai dire, Cliodhna ne l’avait jamais connue que comme ça. Enfin, ‘connue’ est un bien grand mot quand on sait qu’elle n’a été élevée que par son père et qu’elle ne voyait sa mère qu’à peine quelques fois par an.

Après une jeunesse heureuse, la vie de Fiona avait basculé lors de son divorce dont elle ne s’était jamais remise. Elle n’avait jamais pu accepter que son mari la trompe de la sorte. Et, plus qu’un mari, elle avait perdu son meilleur ami, un pilier. Quelques années plus tard, le cauchemar s’était encore assombri lorsqu’on lui avait retiré la garde de sa fille qui demeurait sa seule raison de vivre. Depuis, elle était dépressive et alcoolique. Elle passait régulièrement des séjours en clinique et, entre deux fois, il lui arrivait de traverser des périodes plus heureuses, mais celles-ci ne duraient jamais longtemps et elle finissait toujours par ressombrer.

Cette fois-ci, elle avait été jusqu’à tenter de mettre fin à ses jours par le biais d’une potion de son propre cru, mais, par chance, elle n’avait jamais excellé dans le domaine. Elle avait tout de même réussi à s’envoyer aux urgences de St Mangouste où les Médicomages étaient parvenus à la sortir de son état critique.

C’était tout naturellement que Cliodhna était venue la visiter. Même si elles n’avaient jamais été très proches, elle n’en restait pas moins sa mère et elle se devait de la soutenir dans ses moments-là. Et cela même si elle était complètement dépassée par les événements. Elle aurait tellement aimé trouver une solution miracle pour sortir une bonne fois pour toute sa mère de ce cycle infernal. Le cœur plein d’appréhensions, elle l’avait donc rejoint dans sa chambre, lui avait offert un petit bouquet de fleurs et s’était assise sur le lit dans lequel elle était allongée.

La potion qu’elle avait avalée l’avait rendue méconnaissable et elle faisait peine à voir. Son visage était plus creusé que jamais, elle abordait un teint écarlate et les poches qui bordaient ses yeux étaient bleues. En plus de ça, les potions que lui avaient fait prendre les Médicomages pour la calmer l’avaient complètement assommée. C’est ainsi qu’elle s’était endormie au bout de quelques minutes à peine, après un court et laborieux échange de mots soldé par un silence des plus pesants. Ne voulant pas la déranger plus longtemps, Cliodhna s’était éclipsée.

Si la jeune femme avait tenté de faire bonne figure auprès de sa mère, qu’elle s’était montrée forte et qu’elle n’avait rien laissé paraitre, elle n’avait pas fait quelques pas hors de la chambre avant de fondre en sanglots. Par Merlin, qu’est-ce qui lui avait pris ? Et qu’allait-il donc advenir d’elle à la fin ? Finirait-elle par s’en sortir ?

Après quelques minutes posée à même le sol, les larmes coulant à flot et repoussant les infirmières qui étaient venues s’inquiéter de son état, Cliodhna finit par se relever. Elle détestait se donner en spectacle et elle ne savait même pas ce qui l’avait prise. Cela ne lui ressemblait pas et il lui fallait se reprendre au plus vite. Après quelques derniers sanglots, elle parvint à retrouver une expression neutre, elle remit de l’ordre dans ses vêtements et sortit une petite trousse de maquillage de son sac à main pour rattraper les dégâts qu’avaient dû causer cette explosion de larmes sur son joli visage.

Après avoir retrouvé une apparence normale et un semblant de dignité, elle gagna un siège un peu plus loin dans le couloir. Son cœur battait toujours la chamade et elle était plus perdue que jamais. Elle était chamboulée de savoir sa mère dans cet état. C’était tellement dur de savoir qu’elle en était au point de choisir la mort plutôt que de continuer à se battre. Cliodhna était perdue et ne savait plus quoi faire ni que penser.


Dernière édition par Cliodhna Quinn le Mar 19 Juin - 16:40, édité 2 fois (Raison : Reformatage du message)
Damian Brown
Damian Brown
Poufsouffle
Poufsouffle
Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Permis de Transplanage





[Ste-Mangouste] Les chambres - Page 3 Empty
Re: [Ste-Mangouste] Les chambres
Damian Brown, le  Lun 25 Juil - 20:41

Le lundi 10 octobre :

Cher journal,

Encore une journée... pourrie. Minable, longue, froide, éreintante, déplaisante, ennuyante, commune, barbante, détestable, lancinante. Qualifie la comme tu le souhaites tant que chaque adjectif renvoie à un "Journée de merd* qu'on n'aimerait ne jamais connaitre". Ou, du moins, une bonne partie de la journée. La fin de l'après-midi a été bien meilleure, donnant un semblant de normalité à ce lundi bien maussade. Je vais te faire un rapide résumé desdits évènements, histoire de te montrer à quel point il est simple de m'exaspérer. Pour ma part, il suffit que deux petites choses dérapent le matin même pour échauffer mes nerfs.

Commençons donc par le meilleur : le retard. Mon petit radioréveil programmé pour chanter aux environs de 6 heures 30 s'était apparemment décidé à rester paisiblement endormi, ses longs ronflements rythmés par les secondes se succédant. Encore de la camelote que je n'aurais jamais dû acheter. Les réveils moldus sont très biens dans leur forme originelle... Il n'est pas utile de les modifier par des tours inutiles et qui rendent encore plus fainéant l'objet en question. Bref, je m'éveillai finalement aux alentours de 8 heures, soit 1 heure 30 après ce que j'avais prévu. Me levant précipitamment, j'accours dans la salle de bain et pris une douche rapide. Concours de circonstance, me diras-tu... Mais il est étrange que mon ballon d'eau chaude soit tombé en panne précisément aujourd'hui, m'obligeant à me laver sous une eau gelée. Tu aurais dû voir le pseudo état de rage dans lequel je me trouvais... Bougonnant à tout bout de champs, j'étais prêt à frapper dans n'importe quoi tant que ça me défoulerait. Et je peux te dire que les occasions se comptaient par centaines. Je pus, tout d'abord, "tapoter" - c'est une façon de voir les choses - ma bouillotte qui ne chauffait l'eau pas assez vite à mon goût, m'énerver contre le robinet qui ne déversait que de l'eau froide jusqu'à ce que je me rappel que le ballon était hors service ou bien encore m'efforcer d'ouvrir une fenêtre en la poussant alors qu'il fallait tirer sur la poignée. Après de longues, très longues, minutes de combat acharné contre les nombreux objets que contenait ma maison, je ne rangeai rien et sortis dehors précipitamment, cape sur le dos et baguette à la main.

Le ciel couvert et le vent froid, que j'appréciais pourtant tant à l'accoutumé , étaient, cette fois, très malvenus. Le sol inondé détrempait mes chaussures, me donnant l'impression de patauger dans la boue. Dans un immense soupir de lassitude, je transplanai alors. Atterrissant sur les pavés glissants du chemin de traverse, je me mis de suite en marche vers la boutique de "Fleury & Bott's". Un nouveau livre paraissait aujourd'hui, livre que je devais me procurer pour avancer dans mes quelques... recherches. Seulement, comme je m'y étais attendu, l'endroit était bondé et contenait difficilement la foule venue s'accaparer l'album. Je dus attendre plus d'une heure avant de ressortir avec le fameux bouquin à la couverture rougeâtre. Une heure pour un misérable livre que j'aurais terminé après une soirée de lecture assidue. L'objet sous le bras, je me remis à avancer, marchant d'un pas vif et décidé. Il me fallait encore passer par la banque afin de retirer quelques Gallions destinés à mes futurs achats.

Il était 12 heures 30 lorsque je terminai enfin ce que je voulais faire. Transplanant de nouveau, j'eus à peine le temps de déposer mes quelques emplettes que je dus repartir, un épais dossier sous le bras. Une nouvelle fois, je disparus pour mieux réapparaitre dans une immense salle d'un blanc immaculé. Des dizaines de personnes s'y trouvaient, accourant de toutes parts, se croisant, et disparaissant dans un nouveau couloir. Je déteste les hôpitaux. Trop stressant, trop fade, trop désagréable.
Mécontent, je ne passai pas même par l'accueil et me dirigeai directement vers les immenses escaliers. Il me fallut grimper trois étages et parcourir un couloir entier pour arriver à bon port. Quelques personnes étaient déjà assises, attendant impatiemment d'être appelé. Je patientai une petite demie-heure seulement avant que la porte sur laquelle était placardée une petite plaque où l'on pouvait lire "Chef des Médicomages" ne s'ouvre et que deux hommes n'apparaissent. L'un, vêtu d'une cape noire semblait dépiter tandis que l'autre, blouse blanche sur le dos, le remerciai allègrement. Alors, ce dernier m'appela et j'entrai à mon tour dans son bureau - bureau d'ailleurs un peu trop luxueux pour un simple guérisseur... -. Il me demanda de m'asseoir et enchaina aussitôt. Il me posa une multitude de questions auxquelles je répondis d'un air mal assuré et me demanda mon CV ainsi que mes papiers. Je lui tendis le dossier posé sur mes genoux et le regardai l'étudier durant de longues minutes.

"Et bien, monsieur Brown, je vous remercie. Nous vous tiendrons au courant... En attendant, vous pouvez toujours..." me dit-il finalement. Le seul "Nous vous tiendrons au courant" m'avait déjà indiqué que je n'aurais jamais le job. Plonger dans mes pensées, je n'écoutais plus alors que le médecin magique s'employait à me glisser des tonnes de prospectus sous le nez.

Après cinq minutes de blabla intensif, il se leva. Je l'imitai et me saisis de l'immense paquet de feuille. Il y en avait vraiment beaucoup... Je jetai un rapide coup d’œil sur celle qui surplombait toutes les autres. Elle proposait un stage de soin en Biélorussie. Le fou ! Il avait essayé de m'envoyer au fin fond de l'Europe orientale pour que j'apprenne la magie avec des charlatans. Je relevai la tête et lui fis un sourire terriblement faux et hypocrite. Il ouvrit la porte et me salua. Je fis de même d'un ton glacial et me mis en marche, énervé. Pensif, je m'imaginais déjà brûler les immondices qu'il m'avait donné. Me disant que ma journée ne pourrait s'empirer, j'avais tort. En effet, à peine arrivé au milieu du couloir, je tombai lamentablement, éparpillant les prospectus sur le linoléum.

"Bordel ! Fait chie* !" ne pus-je m'empêcher de bougonner. Je m'attelai alors à ramasser chaque papier en prenant bien soin de tous les froisser. Bien entendu, personne ne se proposa pour me venir en aide. J'en étais ravi...

Lorsque j'eus à nouveau les feuilles en mains, je me dirigeai vers la poubelle la plus proche. Une jeune femme brune était assise juste à côté, mais qu'importait ! Il me fallait toutes les enfoncées au plus profond du sac plastique noir.

"Putai*, tu vas rentrer, oui !" dis-je à l'attention du gros paquet superflus. Je pris un plaisir sans nom à y évacuer ma rage et ma frustration, les bruits de déchirures me calmant quelque peu.

Une fois que tout eut disparu, je m'assis - un peu violemment, certes - sur le siège voisin de celui de la demoiselle et posa ma tête sur le mur faisant face à mon dos. Pensif, je restai ainsi de longues minutes, tentant vainement de m'apaiser. Finalement, je tournai enfin les yeux vers ma voisine. Je m'aperçus que son visage, bien que rigide, affichait un masque de tristesse déchirant. Même si ses yeux m'étaient cachés, il n'était pas compliqué de différencier une personne heureuse d'une personne triste... Ma compassion habituelle triompha bien rapidement de ma colère monumentale. Je me redressai alors, m'asseyant correctement sur le fauteuil bien peu confortable, et tournai la tête dans sa direction.

"Puis-je vous aider, mademoiselle ? Attendez-vous quelque chose ou... ?" lui demandai-je timidement. J'avais peur d'avoir déjà repoussé trop loin les limites de la politesse et de l'indiscrétion.
Amélia Dimitrov
Amélia Dimitrov
Gryffondor
Gryffondor
Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


[Ste-Mangouste] Les chambres - Page 3 Empty
rp
Amélia Dimitrov, le  Sam 27 Aoû - 11:23

Amélia venait de transplaner pour la première fois aux côtés de Tara et à vrai dire, cela ne lui réussissait pas vraiment. Une fois arrivée à l'hôpital, elle eut du mal à tenir debout seule et du s'agripper à une barrière, tout en se tenant le ventre pour essayer de ne pas vomir. Elle se tourna vers la fenêtre de l'hôpital et aperçut qu'elle était plus blanche qu'un linge. La Serpentard qui se tenait derrière elle devait bien rire de son état, elle avait honte d'être aussi fragile. La jeune fille mit quelques secondes avant de retrouver ses esprits, puis se tourna vers Tara.
- Merci beaucoup pour.. le voyage. Tu peux m'accompagner si tu le souhaites.
Elle eut un petit sourire, puis entra dans l'hôpital. Amélia se dirigea vers l'accueil, une des secrétaires lui indiqua qu'elle devait se rendre au deuxième étage, salle 216 pour voir son frère. La jeune fille se dirigea aussi rapidement qu'elle le put jusqu'à cette salle, attrapant au passage un verre d'eau dans un distributeur. Elle le but rapidement et se sentit tout de suite un peu mieux, malgré la trouille qui lui rongeait le ventre. Et si son frère mourrait ?
Non, elle ne voulait définitivement pas penser à cette alternative. Il était fort et sortirait du coma. En entrant dans la chambre, elle se dirigea directement vers Ashley qui s'était endormie sur le fauteuil à côté du lui. Amélia décida de ne pas la réveiller et tourna lentement sa tête vers le lit. Son frère était dans un sale état, ça faisait peur à voir. Un frisson lui parcourut le corps. Il avait des égratignures partout sur la figure, du sang séché, et de grandes entailles un peu partout sur ses bras et son cou. Elle réprima son dégoût ainsi que ses larmes du mieux qu'elle pouvait. Malgré la force inouïe de son frère, elle avait la quasi-certitude qu'il ne s'en sortirait pas.
Kimberly L. O'Toole
Kimberly L. O'Toole
Serpentard
Serpentard
Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) :



[Ste-Mangouste] Les chambres - Page 3 Empty
Re: [Ste-Mangouste] Les chambres
Kimberly L. O'Toole, le  Dim 28 Aoû - 16:51

[Désolée c'est court, mais j'ai pas trop l'temps là, j'me rattraperai, c'juste histoire de pas bloquer le RP. ^^]

T. sourit gentiment en voyant sa camarade lutter pour rester debout. Apparemment, elle ne supportait pas mieux son premier transplanage que ne l’avait fait la vert et argent. Il étaithors de question qu’elle se moque d’elle. Ce n’était pas une question de faiblesse, loin de là, et T. était déjà passée par là. Celle-ci laissa donc la dénommée Amélia reprendre tranquillement ses esprits, puis lui lança :

Tara – T’inquiète, ça fait toujours ça la première fois.. Et toutes les autres, d’ailleurs. Mais on finit par s’y habituer.

Amélia invita alors la vert et argent à l’accompagner. Celle-ci n’avait pas fait tout ce chemin-là pour l’abandonner à son triste sort.. Elle suivit donc sa camarade à travers les couloirs de l’hôpital, puis déboucha finalement dans la salle qu’on leur avait indiquée : la chambre 216. La sœur de la rouge et or semblait s’être endormie. Autant ne pas la réveiller. C’est donc sur la pointe des pieds que T. se rapprocha de l’éclopé.. Elle en eut un haut-le-cœur. Le pauvre sorcier était bien mal en point.. L’adolescente se souvint alors de l’état de l’animagus qu’elle avait trouvé dans les bois de Loutry Ste Chaspoule. Le jeune homme semblait à peu près dans le même état. La brunette se tourna alors vers Amélia.

Tara – Tu crois qu’ils connaissent le sortilège du Sectusempra ici ?

Bah quoi ? Ca valait le coup d’essayer.. Il y avait peut-être un moyen relativement efficace de soigner la majorité de ses blessures.. Bon, il aurait été assez étonnant que les médicomages n’y aient pas pensé, mais bon..
Amélia Dimitrov
Amélia Dimitrov
Gryffondor
Gryffondor
Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


[Ste-Mangouste] Les chambres - Page 3 Empty
Re: [Ste-Mangouste] Les chambres
Amélia Dimitrov, le  Lun 29 Aoû - 14:41

Tara – T’inquiète, ça fait toujours ça la première fois.. Et toutes les autres, d’ailleurs. Mais on finit par s’y habituer.

Cette phrase prononcée par la Serpentard avait directement mis Amélia plus à l'aise face à sa faiblesse après le transplanage. La vert et argent l'avait suivi jusque dans la chambre, et en voyant le frère de la Gryffondor, elle avait eu exactement la même réaction que cette dernière.

Tara – Tu crois qu’ils connaissent le sortilège du Sectusempra ici ?

Amélia regarda Tara, elle se posait la même question mais elle se trouvait bête d'avoir la prétention d'en savoir plus en sixième année qu'un médicomage.

- .. Je ne sais pas. Enfin, je suppose tout de même, c'est un minimum.

La jeune fille s'approcha un peu plus près de son frère pour examiner ses blessures. Cela faisait évidemment penser au sortilège Sectumsempra et si c'était ça, il y avait un moyen assez rapide de le guérir. Cependant, si il avait été transporté à Sainte Mangouste ce n'était pas pour rien. Les sortilèges et coups qu'il avait du recevoir devaient être beaucoup plus puissants et complexes, surtout venant de la part des Mangemorts. Elle se tourna à nouveau vers la Serpentard.

- Sectumsempra.. Ca serait tellement trop facile venant des Mangemorts que j'en doute un peu. Pas toi ?

Mais depuis que Tara avait avancé cette idée, elle doutait du fait que les Médicomages ai pu y penser. Si ça se trouve, les Mangemorts avaient fait simple cette fois étant persuadés que les sorciers chercheraient au plus compliqué. Amélia passa doucement sa main dans les cheveux ébouriffés de son frère et soupira.


Kimberly L. O'Toole
Kimberly L. O'Toole
Serpentard
Serpentard
Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) :



[Ste-Mangouste] Les chambres - Page 3 Empty
Re: [Ste-Mangouste] Les chambres
Kimberly L. O'Toole, le  Mar 30 Aoû - 14:06

La jeune femme se retourna vers T., une lueur d’espoir dans les yeux.. A priori, elle avait eu la même idée qu’elle. Mais elle se ressaisit bien vite. Un peu trop facile pour les Mangemorts ? Nan mais depuis quand les Mangemorts se compliquaient-ils la vie ? La plupart du temps, ils se contentaient d’un Avada Kedavra clair et net, puis laissaient là la victime, gisant sur le sol, inerte. En quelques secondes, la boucle était bouclée. Non. Ce qui interpellait bien plus la vert et argent, c’est qu’elle doutait fortement que les Médicomages n’y aient pas pensé. La brunette hocha donc la tête en guise de non.

Tara – J’en doute un peu aussi, mais pas pour les mêmes raisons.. Mais ça ne coûte rien d’essayer.

Elle s’approcha à son tour de l’éclopé, et brandit sa baguette dans sa direction. Elle lança un regard interrogateur en direction de la rouge et or. Est-ce qu’elle l’autorisait à tenter ? Si elle préférait le faire elle-même, T. n’y verrait pas d’inconvénient non plus.. Ce serait même plutôt juste. Elle lui adressa un petit clin d’œil pour l’encourager, puis observa sa réaction avant de faire quoi que ce soit.

[Désolée, encore une fois, c'court..]
Amélia Dimitrov
Amélia Dimitrov
Gryffondor
Gryffondor
Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


[Ste-Mangouste] Les chambres - Page 3 Empty
Re: [Ste-Mangouste] Les chambres
Amélia Dimitrov, le  Mer 31 Aoû - 12:59

Tara – J’en doute un peu aussi, mais pas pour les mêmes raisons.. Mais ça ne coûte rien d’essayer.

Amélia était surprise de sa réponse et sa curiosité lui ordonnait de chercher à en savoir plus mais ce n'était absolument pas le moment ni l'endroit. La jeune fille regarda la Serpentard s'approcher de son frère et elle hésita longuement. Et si cela n'arrangeait rien mais au contraire aller encore plus empirer son état ? Puis elle jeta un coup d'oeil à son frère. Vu l'état dans lequel il était, il n'y avait plus rien à empirer.
La Gryffondor s'approcha à son tour de son frère. Elle regarda à nouveau Tara qui l'encouragea en lui faisant un clin d'oeil. Elle se tourna une dernière fois vers sa soeur qui dormait assez profondément et qui n'entendrait probablement rien. Amélia sortit sa baguette, la pointa en direction de son frère et prit une grande bouffée d'air. Puis elle se stoppa net et regarda Tara.

- Je ne me rappelle plus du sort, ça doit être le stress..

La jeune fille se sentait honteuse. Elle essaya de se concentrer pour le retrouver. Elle leva la tête et regarda à nouveau Tara :

-
Vulnera Samento ?

Amélia n'était absolument pas sure d'elle et préférait demander avant de faire n'importe quelle bêtise qu'elle pourrait regretter.
Kimberly L. O'Toole
Kimberly L. O'Toole
Serpentard
Serpentard
Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) :



[Ste-Mangouste] Les chambres - Page 3 Empty
Re: [Ste-Mangouste] Les chambres
Kimberly L. O'Toole, le  Mer 31 Aoû - 13:11

T. sentit le regard de sa camarade posé sur elle au fur et à mesure qu’elle s’approchait de son frère. Pas d’inquiétudes à avoir, elle n’allait pas l’achever. Du moins, elle l’espérait. Un sortilège censé guérir quelqu’un ne pouvait pas empirer son état, pas vrai ? Non, probablement pas. Amélia rejoignit donc la vert et argent, et dégaina à son tour sa baguette. Elle jeta un dernier coup d’œil à sa sœur, toujours endormie.. Elle avait vraiment l’air épuisée et morte d’inquiétude, même dans son sommeil, la pauvre. La brunette plongea son regard dans celui de la rouge et or, qui avait visiblement oublié le sortilège.

Tara – Vulnera Samento, dit-elle, précisément au même moment que son interlocutrice.

Bon, apparemment elle avait fini par s’en souvenir. Tara lui adressa un sourire bienveillant, puis se tourna à nouveau vers l’éclopé, qu’elle espérait bien guérir d’un bon coup de baguette magique.. Pourvu que le sort ait l’effet escompté.. Elle marmonna plusieurs fois un « Vulnera Samento » à peine audible, et observa les conséquences de son geste. Quelques blessures s’étaient effectivement refermées, mais rien de bien significatif.. Peut-être que sa magie n’était pas assez puissante ? Elle attendit donc qu’Amélia la rejoigne. Combinées, leurs forces respectives en viendraient peut-être à bout ?
Amélia Dimitrov
Amélia Dimitrov
Gryffondor
Gryffondor
Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


[Ste-Mangouste] Les chambres - Page 3 Empty
Re: [Ste-Mangouste] Les chambres
Amélia Dimitrov, le  Mer 31 Aoû - 15:34

Tara l'avait rassuré, c'était donc bien le bon sort.
La Serpentard avait commencé à l'appliquer sur son frère et quelques petites blessures commençaient à se refermer. Amélia n'en croyait pas ses yeux, les médicomages étaient-ils si incompétents que ça ?
Elle rejoignit Tara et murmura avec elle le sortilège, et les blessures se mirent à se renfermer une à une sous les yeux ébahis de la Gryffondor. Après quelques petites minutes, la plupart des blessures profondes qui avaient bien été causées par un simple Sectumsempra s'étaient dissipées. Amélia arrêta un peu, le temps de reprendre ses esprits. Deux filles de Poudlard, de 16 et de 17 ans arrivaient à guérir un patient tandis que les médicomages eux-mêmes en étaient incapables ?!
- J'hallucine ! Pourquoi n'y ont-ils pas pensé ?! dit-elle avec une lueur de colère dans les yeux.
Peut-être étaient-ils surmenés ? Ou le cas de son frère n'était pas si grave comparé à d'autre ? pensa Amélia. Mais dans tous les cas, rien ne pardonnait une conduite aussi irrespectueuse et injuste. Son frère avait le droit d'être soigné comme tout le monde, et si ils étaient surmenés, ils n'avaient qu'à engager du nouveau personnel.

Contenu sponsorisé

[Ste-Mangouste] Les chambres - Page 3 Empty
Re: [Ste-Mangouste] Les chambres
Contenu sponsorisé, le  

Page 3 sur 15

 [Ste-Mangouste] Les chambres

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4 ... 9 ... 15  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres :: Hôpital Ste-Mangouste-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005.