AccueilPortailPublications internesRechercherS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres :: Hôpital Ste-Mangouste
Page 6 sur 15
[Ste-Mangouste] Les chambres
Aller à la page : Précédent  1 ... 5, 6, 7 ... 10 ... 15  Suivant
Katniss Everdeen
Serdaigle
Serdaigle

[Ste-Mangouste] Les chambres - Page 6 Empty
Re: [Ste-Mangouste] Les chambres
Katniss Everdeen, le  Ven 22 Juin - 19:16

Rilla et Valens continuait de se taquiner, et Katniss regardait la scène qui se dérouler devant elle, les larmes aux yeux. Et malgré toute la peur, la tristesse et l'angoisse qu'elle enfouissait au plus profond d'elle, elle souriait. Elle souriait car les personnes qu'elle aimait été saine et sauve. Tandis que les larmes continuaient de rouler doucement le long de ses joues, Valens lui tendis ses bras. La jeune femme s'approcha du lit et s'installa sur le bord, attrapant au passage la main du Serpentard.

Katniss savait que ses amis devaient encore se reposer. Ils n'étaient surement pas encore totalement remis de cette histoire. Elle même n'en était pas encore tout à fait remise. Elle s'en souvenait bien. Un peu trop bien. Le souvenir de Rilla et Valens sans connaissance au bord du lac était encore bien trop présent dans son esprit. Depuis qu'elle les avait trouvé, elle n'avait pas réussit à penser à autres choses. La Serdaigle ne s'était pas imaginé remettre les pieds dans un hôpital un jour. Et elle n'aurait jamais imaginé y entrer si facilement. L'azur et bronze resta un moment assis là, serrant la main de Valens dans la sienne. Elle était tout simplement incapable de prononcer le moindre mot. Elle observait juste la scène

Je préfère m'en aller avant d'être de trop. Non, non, ne vous occupez pas de moi, je ne suis déjà plus là.

Rilla déposa un baiser au sommet du crane de Valens, et s'avança d'un pas lent vers Katniss, et l'embrassa sur la joue. La jeune femme vit qu'elle était encore plutôt faible, cela devait lui demander beaucoup d'effort. Honteuse de ne pas l'avoir remarqué plus tôt, elle baissa les yeux. La plus jeune des Serdaigle voulait surement cachait sa faiblesse, ne pas inquiéter ses aînés plus qu'il ne l'était déjà. Katniss se mordilla la lèvre inférieur, et attrapa la main de sa cadette. Celle ci la rassura une dernière fois, d'un murmure à l'oreille.

Tout va bien Katniss, oublies le passé, tout va bien, NOUS allons bien.

Katniss relâcha la main que Rilla avait déposé sur son épaule. Elle lui sourit, les yeux encore humides. Elle aurait aimé passé plus de temps avec la jeune sorcière, restait plus longtemps à ses côtés pour s'assurer que tout irait bien. Mais elle savait qu'il devait être difficile pour elle de rester là. Elle ne l'empêcherais pas d'aller se recoucher. Et puis, elle repasserais la voir rapidement. Aussi souvent que possible. Rilla ajouta à l'adresse des deux sorciers qu'il était inutile de la retenir. Puis elle sortit de la chambre, d'un pas lent, suffisant pour que Katniss comprenne qu'elle était bien plus fatiguée qu'elle ne le montrait. L'azur et bronze se retrouva alors seule avec le Serpentard. Elle quitta la porte des yeux, et lança un sourire à Valens.

Je vous interdit de me refaire aussi peur !

Elle avait dit cela avec sérieux et d'une voix sévère. Pourtant, face au visage du vert et argent, son cœur se serra, et son regard envoutant lui noua l'estomac. Elle serra la main du jeune homme plus fort, de nouvelles larmes roulant sur ses joues. Lorsque sa voix s'éleva à nouveau, elle tremblait, et était beaucoup plus faible.

Je vous l'interdit... j'ai eu tellement peur Valens...
Valens Fenwick
Valens Fenwick
Serpentard
Serpentard
Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


[Ste-Mangouste] Les chambres - Page 6 Empty
Re: [Ste-Mangouste] Les chambres
Valens Fenwick, le  Sam 23 Juin - 9:22

Rilla avança un argument judicieux en soulignant que de se mettre dans un état proche de la mort en savant quelqu'un pour ensuite l'abandonner était particulièrement stupide. Il essaya de hausser les épaules, mais c'était là une mauvaise idée. A la place il répondit de sa faible voix rauque.

- Hey! Je n'ai jamais dis être intelligent. Bon, je vous concède le point chère amie.

Vaincu, il but l'eau de sa défaite et le liquide commença à apaiser sa gorge. Le liquide humectait une bouche sèche et cette gorge qui le brûlait. C'était un tel soulagement qu'il faillit s'étouffer avec lorsque Rilla annonça que c'était en fait complètement de la faute du serpentard. Toussotant et crachotant, son corps essaya d'expulser l'eau de ses poumons suite à cette annonce. Cependant, malgré sa détresse, il entendit distinctement à son oreille la mise en garde de la jeune fille. Elle n'oserait tout de même pas en profiter... si?

Toutefois, aucun coup en traitre ne lui était parvenu le temps qu'il se remette de sa mini-noyade dans son verre d'eau. Il songeait une fois encore que le grand pourfendeur de calmar géant devait avoir l'air sacrément malin à se noyer dans son verre d'eau... A la place, Rilla lui fit un bisous avant de s'éclipser. Le ton et les mots qu'elle employa laissaient entendre que le sujet n'était pas ouvert à la discussion. Le jeune homme la regarda s'éloigner un peu perplexe. Plus grave peut être, elle lui semblait encore chancelante. Etait-elle vraiment plus remise que lui? Il savait qu'elle était fière et avait l'habitude de se montrer plus forte qu'elle ne l'était. Voulait-elle les rassurer? Mais était-il vraiment sage qu'elle aille seule se promener? Le vert et argent essaya de se rassurer en songeant que s'il lui arrivait quoique ce soit, cette fois au moins la conduire à l'hôpital serait plus simple...

Entre temps, Katniss s'était approchée pour prendre la main de l'homme allité. Ce contact lui redonna quelques force et il ferma quelques instant les yeux pour en savourer la douceur. Plus que les médicomages, c'était elle qui les avait sauvés, qui l'avait sauvé lui. Et aujourd'hui, une fois encore, il avait davantage besoin d'elle que des médicomages pour guérir. Il n'aurait pas su expliquer pourquoi, mais elle lui rendait une énergie dont il s'était senti dépourvu. Etait-elle en train de lui jeter un sort de guérison? Non, elle n'avait pas de baguette à la main, juste la sienne en contact avec sa main. Le vert et argent avait entendu parler de l'imposition des mains que pratiquaient parfois les moldus et dont il comprenait mal le fonctionnement exact mais cela ne ressemblait pas à cette manière de faire, pas exactement. Sans comprendre, il se laissa emporter par ce flot d'énergie, cette chaleur qui l'envahissait. Il se laissait envahir par le plaisir de la savoir près de lui, pas assez près toutefois, jamais assez près.

Cependant, sa voix sévère où transpirait de l'inquiétude sortit de sa quiétude son compagnon. Elle lui interdisait de lui refaire peur. Penaud, il s'excusa mais tenta de se justifier. Pourtant, on sentait que la culpabilité prenait le pas sur la raison. Sa voix était désormais un peu moins rauque, mais toujours un peu faible.

- Je suis désolé Katniss, de vous avoir imposé cela. Je... Ce n'était pas intentionnel, je ne veux pas vous inquiéter davantage. Pourtant, vous savez que je ne peux pas laisser ceux auxquels je tiens face au danger sans réagir. Vous êtes, vous tous, tout ce que j'ai. Et vous savez à quel point cela compte pour moi...

La jeune femme exprimait par là la crainte qu'elle avait ressentie pour ses amis et aucune raison ne pouvait en venir à bout. Tremblante, sa phrase fut répétée comme pour essayer de façonner le destin à sa convenance, pour écarter de leur route les embûches futures. La détresse se ressentait dans sa voix plus encore que dans ces mots, une détresse à laquelle le vert et argent ne sut répondre par des mots. Les mots appelaient d'autres mots, mais ce qui était non dit appelait les gestes.

Cédant à une impulsion, il profita du fait que sa main reposait dans celle de la demoiselle qu'il convoitait pour l'attirer un peu soudainement à lui avant de refermer ses bras autour d'elle. Il avait besoin de sa présence, de son contact au plus près de lui. Il en avait besoin et peut être elle également. Son corps protesta, c'était une mauvaise idée au vu de son état. Mais il n'en avait cure, c'était là quelque chose de trop précieux pour laisser son corps édicter des règles à son encontre. Il aurait tout le temps de récupérer cette nuit, mais il lui fallait pour ça l'énergie de le faire. Et son énergie à lui, le sang qui coulait dans ses veines, c'était elle. A son oreille, il murmura.

- Je suis là, auprès de vous, là où est ma place...

Pourtant, même ainsi, il ne se sentait pas encore assez près. C'était comme si une partie de lui même pouvait se détacher de lui à tout moment. Perplexe, il ne laissa pas cette curieuse impression salir un instant qu'il chérissait.
Katniss Everdeen
Katniss Everdeen
Serdaigle
Serdaigle
Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


[Ste-Mangouste] Les chambres - Page 6 Empty
Re: [Ste-Mangouste] Les chambres
Katniss Everdeen, le  Dim 24 Juin - 17:21

Katniss regardait le Serpentard, sa main toujours dans la sienne. Ce n'était qu'un simple contact, pourtant, rien n'aurait pus la rassurer plus que cela. Un léger sourire se forma sur les lèvre de l'azur et bronze lorsque Valens commença à se justifier. Elle réussit à entendre la culpabilité qui transparaissait dans sa voix toujours faible. Elle écoutait les explications du sorcier toujours affaibli, même si elle n'en avait pas besoin. Elle connaissait les raisons qui l'avait poussé à risquer sa propre vie. Katniss appréciait Valens pour de nombreuses choses. Le fait qu'il sacrifierait sa vie pour ceux qu'il aimait en faisait partie. Même si elle aurait préféré qu'il ne se mette pas dans une telle situation. Le voir ainsi allongé dans un lit à St Mangouste était tellement difficile. Sa dernière visite ici remontait à la mort de sa mère et d'Alex. Elle n'osait imaginé ce qu'elle aurait fait si les médicomages lui avait annoncé la même chose que cinq ans auparavant.

Valens attira alors la jeune femme à lui, la serrant dans ses bras. Ils se retrouvèrent dans les bras l'un de l'autre. Les larmes de l'azur et bleu avaient fini par sécher sur ses joues, et avaient cesser de couler. Elle trouvait cette présence rassurante, et elle aurait aimé que cette instant ne finisse jamais. Si elle avait pus figer le temps, elle l'aurait fait sans aucune hésitation. Elle entendit la respiration du Serpentard, encore faible. Elle sentit les battements de son cœur dans sa poitrine. Elle savait qu'il était vivant, et c'était le plus important.

Je suis là, auprès de vous, là où est ma place...

Il avait murmuré cela à son oreille en un souffle. Elle lui sourit faiblement, heureuse de se trouver là.

Je ne voudrais être nul par ailleurs qu'avec vous. Et j'aimerais y rester éternellement.

Katniss ferma les yeux et profita de ce moment au maximum.
Valens Fenwick
Valens Fenwick
Serpentard
Serpentard
Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


[Ste-Mangouste] Les chambres - Page 6 Empty
Re: [Ste-Mangouste] Les chambres
Valens Fenwick, le  Lun 25 Juin - 15:00

La demoiselle de son coeur ne résista pas à son étreinte. Au contraire, elle y prit part, goûtant de la même manière le fait d'être ensemble tous les deux, l'un contre l'autre. Il ignora les tiraillements de son corps pour profiter de l'apaisement général qu'il ressentait à cet instant. Ses soucis n'avaient plus d'emprise sur lui quand il était dans les bras de la dame de ses rêves. Ni le lieu, ni le temps n'avait d'importance dans ce havre de paix qu'était son étreinte. Aux quelques mots qu'il lui avait murmuré, elle en prononça d'autres en guise de réponse avec tout autant de tendresse qu'il en avait fait preuve à son égard. Elle lui affirma que sa place était également auprès de lui, maintenant et à jamais.

Il sentit alors que tout pourrait s'arranger. Que deux êtres ainsi liés avaient forcément un avenir, sinon le monde n'avait aucun sens. Si les événements tournaient en leur faveur, ils quitteraient prochainement l'école et devraient faire leur vie. Débarassé de sa famille, il pourrait faire sa vie comme il l'entendait, sans l'oppression obsessionelle du pouvoir et de la renommée. Le serpentard pouvait certes vivre chez sa Directrice ou à la boutique, Alicia l'avait déjà accueillit en ce sens. Toutefois, il entrevoyait une autre solution. Etait-ce le moment de lui en faire part? Peut être pas. Toutefois, ils flottaient tous deux dans un rêve et peut être n'aurait-il pas d'autres occasion prochainement de lui faire partager cette vision... Il fut cependant hésitant quand il lui en parla.

- Ma douce Katniss... Bientôt, si tout se passe bien, nous aurons tous deux fini nos études. Et même si j'essaye de vous voir le plus possible, chacun fera sa vie de son côté. A moins que... Peut être que... Tandis que vous chercherez un endroit où fonder votre boutique... Peut être pourrais-je un jour... Chercher un petit nid pour nous deux... une maison rien que pour nous... avec son petit jardin... à l'écart de l'étouffante Londres. Ce n'est qu'une idée... Pour l'avenir... Je ne dis pas que ça doit se faire tout de suite... Je ne cherche pas à vous pousser à accepter... Je n'essaye que d'énoncer ce projet... Pour que vous puissiez y penser...

La proposition avait un sens, notamment sur ce qu'il pensait d'elle, ce qu'il ressentait à son sujet. Plus encore, cela montrait sa crainte de devoir être loin d'elle chaque jour et son désir de passer plus de temps à ses côtés. Lui qui n'avait jamais rien eu à perdre jusqu'à aujourd'hui et se permettait en conséquence les plus dangereuses audaces, prenant des risques à la place de ses proches, il réalisait en ce moment tout ce à quoi il tenait, tout ce qu'il pouvait perdre, tout ce pourquoi il devait lutter et vivre. Toutefois, il songeait à cet instant qu'il devait multiplier ces moments et profiter au maximum de chaque instant.

Frissonant un peu, il se blottit davantage contre celle qu'appelait son coeur. Son corps fatigué ne le réchauffait plus de manière optimale. Il cherchait sa chaleur comme un navire subissant un grain aux abords des côtes cherche un phare dans la nuit. La caresse des cheveux de la serdaigle contre lui s'associait à son parfum pour l'emmener sur un doux nuage cotonneux...
Katniss Everdeen
Katniss Everdeen
Serdaigle
Serdaigle
Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


[Ste-Mangouste] Les chambres - Page 6 Empty
Re: [Ste-Mangouste] Les chambres
Katniss Everdeen, le  Lun 25 Juin - 19:45

Dans ses bras protecteurs, Katniss avait l'impression de vivre un rêve, un conte de fée. Elle avait peur d'ouvrir les yeux et de voir ce songe disparaître. Pourtant, elle le savait, tout ceci était bien réel. Mais lorsqu'elle entendit la voix hésitante de Valens, la jeune femme ouvrit les yeux, plantant son regard de saphir dans les yeux si vert du garçon qu'elle aimait. Maintenant qu'elle avait failli le perdre, elle le savait. Le cœur de Katniss battait la chamade.

Valens lui expliqua qu'ils auraient bientôt finit leurs études. Il lui parla d'un projet qui lui avait effleuré l'esprit. Elle chercherait où ouvrir sa boutique, il chercherait un endroit où ils pourraient vivre. Bien évidemment, ce n'était qu'une proposition, il ne l'obligerait pas à accepter. Pourtant, la jeune femme savait qu'elle accepterait. Elle ne voulait pas le quitter. Plus jamais. Elle serait là, avec lui, aussi souvent qu'elle le pourrait. Chaque minutes, chaque secondes même passaient à ses côtés été plus que précieuse et la jeune Serdaigle ne voulait pas en perdre une seule. Elle adressa un sourire satisfait au vert et argent. Le Serpentard frissonna légèrement, se resserrant contre l'azur et bronze. Dans les bras l'un de l'autre, Katniss se sentait bien. Elle déposa un baiser sur le front du sorcier qui occupait toutes ses pensées.

Chuuut... Pour le moment, reposez vous. Nous en parlerons plus tard, quand vous irez mieux. Là, tout de suite, il vous faut juste du repos. Mais sachez que vous n'aurez pas à me forcer la main, car ma réponse était déjà toute trouvée.

Elle posa son front contre le sien, laissant son regard se perdre dans le vert de ses iris. Ses yeux qui l'envoutaient totalement. C'était ici que tout commençait. La dernière fois qu'elle était venue à St Mangouste, c'était la fin, aujourd'hui, c'était le début. Elle allait pouvoir commencer un nouveau chapitre, tourner la page, découvrir la suite et finir le livre comme elle le souhaitait.

Je ne saurais comment exprimer ce que je ressens lorsque je suis avec vous Valens.. Tout ce que je sais, c'est que je veux rester à vos côtés pour toujours. J'ai besoin de vous à mes côtés, et j'abandonnerais tout pour pouvoir être avec vous.
Valens Fenwick
Valens Fenwick
Serpentard
Serpentard
Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


[Ste-Mangouste] Les chambres - Page 6 Empty
Re: [Ste-Mangouste] Les chambres
Valens Fenwick, le  Mar 26 Juin - 0:49

La demoiselle de son coeur le garda contre elle, déposant un baiser sur son front. Valens se laissa ainsi dorloter, les yeux clos. La tendre voix de sa bien aimée berçait ses pensées et composait une symphonie qu'il se plaisait à écouter. D'autant plus que ce que trouva à répondre la jeune femme lui plut. Elle reporta la question en elle même à une date ultérieure, sa sortie de l'hôpital probablement. Pourtant, elle lui indiqua de manière détournée qu'elle était loin d'être contre le fait de s'installer avec lui dans un petit nid douillet rien que pour eux. Un sourire se dessina alors sur ses lèvres tandis qu'il ouvrait les yeux afin de croiser son regard et de lire dans ses prunelles leur avenir à tous deux. S'il en jugeait par ce qu'il voyait, un avenir radieux s'ouvrait devant eux, leur tendait les bras. Même s'il gardait une allure épuisé, son regard avait quelque chose de radieux en songeant à l'existence qu'ils allaient ensemble partager. Cela dépassait ses espérances, des espérances que l'on ne lui avait jamais permis d'avoir. Cet espoir interdit, c'était l'élue de son coeur qui aujourd'hui le lui offrait et il n'aurait pu imaginer plus belle raison de lutter pour vivre, vivre cette promesse avec elle.

Elle lui recommanda de se reposer et de recouvrer ses forces et il sentit qu'il ne resterait en effet plus éveillé très longtemps. Il sentait déjà son esprit dériver tandis qu'il se noyait dans l'océan bleuté de ses yeux. Une mer de délices qui l'emportait vers des rivages paradisiaques. Elle lui avoua alors avoir besoin de rester à ses côtés tout comme lui même avait besoin d'elle. Elle était prête à tout abandonner pour rester avec lui. C'était là un aveu qui le touchait particulièrement car il connaissait le prix de tout ce qu'elle aurait pu avoir à laisser pour tenir cette parole. Tout ce qu'il avait du lui même laissé derrière lui, que ce soit de gré ou de force. La fatigue commençait à le submerger et il décida de lui répondre avant de ne plus avoir la force de le faire.

- Ma douce Katniss, je ne peux pas plus être séparé de vous que vous de moi. Je brûle pour vous d'un feu qui me consume d'extase lorsque je vous sens près de moi. Mais lorsque vous êtes au loin, il me manque une partie vitale de moi même et je reste vide et las. Je serais prêt à n'importe quel risque si celui ci devait vous venir en aide. Je crois... je crois que je vous aime...

A ces mots, ses forces finirent de l'abandonner. Toujours dans les bras de sa bien aimée, il sombra dans un profond sommeil peuplé de doux rêves dont la jeune femme faisait partie (ainsi qu'un lapin, trois colibri, un âne mauve, un gnome unijambiste, un arc en ciel en sucre et un pommier portant des framboises magiques, mais cela est une histoire que nous passerons sous silence). Dans ses bras il était en paix, une chose des plus nouvelles pour l'être torturé qu'il était.
Katniss Everdeen
Katniss Everdeen
Serdaigle
Serdaigle
Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


[Ste-Mangouste] Les chambres - Page 6 Empty
Re: [Ste-Mangouste] Les chambres
Katniss Everdeen, le  Mar 26 Juin - 14:42

HRPG : Tes rêves m'ont l'air drôlement intéressant tongue


Katniss sentait que les forces du sorcier commençait à le quitter. Mais elle restait blotti dans ses bras. Depuis son arrivée, il avait fait bien trop d'effort. Il n'était pas encore remis de son escapade dans le lac. Il avait risqué sa vie pour sauver celle de Rilla. Et maintenant, il était à bout de force. Peut être aurait-elle du attendre pour venir le voir ? Peut être aurait-il était préférable qu'il ne reçoive aucune visite ? Mais la jeune femme n'aurait pas pus attendre plus longtemps sans avoir de ses nouvelles.

Ma douce Katniss, je ne peux pas plus être séparé de vous que vous de moi. Je brûle pour vous d'un feu qui me consume d'extase lorsque je vous sens près de moi. Mais lorsque vous êtes au loin, il me manque une partie vitale de moi même et je reste vide et las. Je serais prêt à n'importe quel risque si celui ci devait vous venir en aide. Je crois... je crois que je vous aime...

Dans un premier temps, ces mots prononcés en un murmure surprirent l'azur et bronze. Mais, elle était bien plus qu'heureuse de les entendre. Elle ne s'était juste pas attendu à les entendre aujourd'hui. Katniss connaissait le passé du jeune homme et savait à quel point il devait être dur pour lui de comprendre ce qui se passait en lui. Elle même avait du mal à savoir ce que tout cela signifiait. Pour elle, tout cela était nouveau. La Serdaigle n'eut pas le temps de lui répondre, car Valens s'endormit aussitôt.

Je vous aime aussi, Valens..

Katniss avait dit cela dans un murmure, sans le moindre doute, la moindre hésitation. Le Serpentard ne l'avait surement pas entendu. Mais cela ne faisait rien, elle aurait l'occasion de le lui dire à nouveau. Elle déposa un dernier baiser sur le front du sorcier qu'elle aimait avant de se relever. Discrètement, elle sortit de la chambre. Il avait besoin de repos, et il se reverrait très vite. Katniss avait l'impression qu'elle venait de se réveiller, qu'elle se réveiller du plus beau songe qu'elle aurait pus faire. Sauf que c'était loin d'être un simple rêve.


Fin du RP pour moi
Ahlys Maplestone
Ahlys Maplestone
Serdaigle
Serdaigle
Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Animagus : Polatouche


[Ste-Mangouste] Les chambres - Page 6 Empty
Re: [Ste-Mangouste] Les chambres
Ahlys Maplestone, le  Mar 26 Juin - 15:48

La petite Maplestone était dans la Grande Salle lorsqu'elle apprit par le bouche à oreille que deux élèves avaient été blessés au cours de la journée. Ne voyant ni Rilla, ni Valens, Ahlys avait aussitôt exigé de se rendre à Ste Mangouste, en vérifiant néanmoins que les deux élèves en question étaient bien ses meilleurs amis.

La jeune Serdaigle entra en trombe dans l'hôpital ; elle ne croisa pas Katniss, du moins elle l'aperçut pas, trop plongée dans ses sombres pensées. Le cœur battant la chamade, la Serdaigle pressait le pas, jetant régulièrement un coup d'œil sur le numéro que portaient les chambres. Encore un peu et elle y serait. Sa respiration était difficile et saccadée tandis que les larmes lui montaient aux yeux. Que s'était-il passé ? Etaient-ils vivants ? Pourquoi ne voulait-on rien lui dire ? Et s'ils ne revenaient pas ? Les questions se bousculaient dans sa tête. Elle redoutait quelque chose qu'elle ignorait, ce qui la rendait encore plus inquiète et perturbée.

D'un geste sec, elle ouvrit la porte qui donnait sur la chambre de Rilla.
- Qu'est-ce qu'ils t'ont fait ? Tu vas bien ? Où est Valens ? Pourquoi ne m'a-t-on seulement dit que vous étiez ici ? Réponds-moi !

Ahlys fondit aussitôt en larmes, incapable de rajouter quoi que ce fût, mais aussi extrêmement soulagée de constater que sa meilleure amie était toujours en vie. Si elle avait survécu, Valens devait se faire soigner dans une autre chambre. Elle dut retenir ses sanglots, qui risquaient de noyer les explications de Rilla dans un bruit infernal. Machinalement, elle se jeta dans les bras de Rilla et posa ses lèvres sur son front.
- J'ai eu tellement peur, parvint-elle à ajouter tandis qu'une larme roula sur sa joue.
Rilla Blythe
Rilla Blythe
Serdaigle
Serdaigle
Matière optionnelle : Pas encore disponible


[Ste-Mangouste] Les chambres - Page 6 Empty
Re: [Ste-Mangouste] Les chambres
Rilla Blythe, le  Ven 29 Juin - 10:40

Rilla fronçait les sourcils. Elle était contrariée. Elle avait certes eu un petit malaise en s'éclipsant de sa chambre pour s'assurer que Valens allait bien, mais de là à être consignée dans cette dernière par les médicomages sous menace d'être stupéfixer afin qu'elle puisse récupérer et éviter de se tuer, c'était du grand n'importe quoi.

Et puis d'abord comment pouvait on mourir dans un hôpital plein de médicomages qui vous couvent comme un bébé et vous font les gros yeux dès que vous essayez de mettre un orteil hors du lit? Et puis c'était quoi ces vilaines manières d'infliger des sortilèges qui font dormir à ceux qui ne le souhaitent pas? Et pourquoi devaient elle boire du jus de citrouille alors que c'était une boisson absolument répugnante? A croire qu'en fait ils voulaient sa mort de façon détournée.

En plus, elle avait clairement perçu l'horrible conversation dans laquelle ils osaient affirmer qu'elle était amoureuse du serpentard uniquement parce qu'elle prenait des risques pour le voir. A croire qu'ils n'avaient jamais eu d'amis de leur vie, d'amis près à risquer leur vie pour eux. Parce que si tel était le cas, eux aussi voudraient prendre des nouvelles de l'ami en question.

La jeune serdaigle avait donc bien des choses à penser ce jour là, des choses contrariantes et désagréables, dont une qui revenait en boucle:*Mais pourquoi est ce que tout le monde veut me stupéfixer à la fin?????*

Elle se posait cette question pour la mille et unième fois de la journée, lorsque la porte s'ouvrit sur son amie Ahlys.
Le visage de Rilla s'éclaira aussitôt. D'abord parce qu'elle était heureuse de voir son amie, et ensuite parce que cette dernière n'avait jamais émit la moindre envie de la stupéfixer, à moins que cela soit dans l'ordre inverse, mais peu importe. Elle était vraiment heureuse de revoir son amie et c'était tout ce qui comptait.

Pourtant, l'éclat de son visage ne fut pas long à se ternir lorsqu'elle vit l'expression de son Ahlys. Sa cadette était visiblement très inquiète, au bord des larmes, en proie à diverses émotions. Rilla n'aima pas voir l'inquiétude au fond de son regard d'ordinaire si serein et confiant. Une bouffée de culpabilité lui étreignit le coeur alors qu'Ahlys lui envoyait une salve de questions. Rilla se mordit la lèvre inférieure. Que devait elle dire à son amie. Que répondre? Par quoi commencer?

Sa cadette lui offrit un instant de répit en se jetant dans ses bras, et Rilla la serra fort, lui prodiguant des paroles apaisantes comme elle l'aurait fais avec un jeune enfant malheureux:
- Là, doucement. Tout va bien. Je vais bien à présent mon Ahlys. Valens aussi. Je t'en prie ne pleure plus sinon je vais pleurer moi aussi. Je suis vraiment désolé de t'avoir inquiété, sincèrement. Mais à présent je vais bien. Nous allons bien. A vrai dire j'irai encore mieux si ces horribles médicomages me laissaient retourner voir Valens, mais elles ont menacé de me stupéfixer si je quittais mon lit uniquement parce que... - réalisant que ses révélations pourraient inquiéter son amie, elle s'interrompit - enfin peu importe. Tout irait bien si elles ne m'accusaient pas d'avoir un faible pour lui et de tenir à le voir pour cette raison. Pour quoi je passe moi après? Et lui en plus! Il ne fait que m'embêter tout le temps, tu te rends compte! Il me prend pour une enfant!!!! Elle avait lâché le dernier mot comme si c'était la pire chose qui soit.

- Oh pardon mon Ahlys! Je te noie sous mes pleurnicheries stupides alors que tu es là à t'inquiéter pour moi. Si tu savais comme cela me fait du bien de te voir! Elle sourit à sa cadette tout en espérant que cette dernière ne reviendrait pas à la charge avec ses questions. Si elle apprenait que Rilla avait risqué sa propre vie et celle de leur ami commun, elle pourrait lui en vouloir, et cela la jeune fille n'était pas sûre d'être suffisamment remise pour l'encaisser. Elle tenait bien trop à Ahlys!

Pour plus de sûreté, elle décida de détourner son attention, et de la mener sur un sujet moins dangereux.
Prenant un air de conspiratrice, elle ajouta:
- En plus, je peux t'assurer qu'au sujet de Valens tu n'as pas de raison de t'en faire. La dernière fois que je l'ai vu, il faisait le joli-coeur auprès de Katniss. Ah les garçon je te jure! C'est moi qui l'aide à boire et c'est elle qu'il serre dans ses bras. - Elle lève les yeux au ciel de façon volontairement exagéré pour amuser Ahlys - En tout cas, je peux t'assurer qu'aucun d'eux n'a regretté que je rejoigne ma chambre si tu vois ce que je veux dire...
Ahlys Maplestone
Ahlys Maplestone
Serdaigle
Serdaigle
Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Animagus : Polatouche


[Ste-Mangouste] Les chambres - Page 6 Empty
Re: [Ste-Mangouste] Les chambres
Ahlys Maplestone, le  Ven 29 Juin - 16:49

Un très court instant s'écoula entre le moment où Ahlys posa ses questions et où Rilla entreprit de lui répondre. Néanmoins, jamais la jeune Serdaigle n'avait autant attendu. Ce silence était insoutenable tandis qu'elle imaginait les pires situations ; Rilla et Valens allaient bientôt mourir, peut-être ne plus revenir à Poudlard, ou encore l'un avait tenté de se suicider tandis que l'autre l'avait secouru. Non. Toutes ces hypothèses sonnaient faux. Une même question revenait sans cesse, quelles que fussent les circonstances imaginées : Pourquoi ?

Mais déjà Ahlys se disait que mieux valait ne pas savoir afin de pouvoir savourer d'être aux côtés de son amie.

Toutefois, la Serdaigle ne pouvait pas rester dans l'ignorance. Si Rilla et Valens survivaient, elle se devait de les protéger à l'avenir ; pour cela, tous les détails lui seraient nécessaires. Une désagréable sensation de culpabilité envahit la petite sorcière ; elle n'avait pas été près de ses amis lors de l'accident – mais en était-ce vraiment un ? –, elle n'avait donc pas pu les défendre.

Alors que la cadette était sur le point d'imploser, Rilla rompit le lourd silence, retardant le moment des explications, commençant par consoler son amie ; Ahlys voulait lui dire qu'elle n'avait que faire de son réconfort, mais elle resta silencieuse car la larme qui roula sur sa joue lui démontra le contraire.

Rilla allait bien. Elle était désolée de l'avoir inquiétée, mais elle allait bien. Valens aussi. Les battements du cœur d'Ahlys ralentirent imperceptiblement. Mais Rilla sembla réticente à vouloir lui expliquer ce qui s'était produit. Sa jeune amie en fut si bouleversée qu'elle n'écouta même pas la fin de son discours, ignorant même son sourire.

En effet, Ahlys est ailleurs. Rilla, son amie, refuse de raconter. C'est douloureux, presque autant qu'apprendre être victime d'une maladie incurable. L'estomac de la Serdaigle se noue ; cette dernière est à présent incapable de dire si elle est en colère ou déçue. Mais après tout, ça n'a pas d'importance : Rilla se tait. Peut-être n'est-elle pas une aussi bonne amie que le croyait Ahlys jusqu'à présent. Bien entendu, aucun contrat ne les oblige à tout s'avouer, mais en pareils cas, la jeune Serdaigle a droit à quelques explications ! Rilla... Ce nom-même a un amer goût de regret. Un simple écho lointain et presque inaudible. Une page qui se déchire.

Ahlys cessa aussitôt d'étreindre l'adolescente, la regardant d'un air désenchanté. Seuls quatre mots franchirent ses lèvres :
- Je dois y aller.
Sa voix était froide et monotone. La Serdaigle détacha son regard de la patiente et quitta la pièce sans se retourner.
Rilla Blythe
Rilla Blythe
Serdaigle
Serdaigle
Matière optionnelle : Pas encore disponible


[Ste-Mangouste] Les chambres - Page 6 Empty
Re: [Ste-Mangouste] Les chambres
Rilla Blythe, le  Ven 29 Juin - 19:51

Le sourire de Rilla déserta ses lèvres, son regard s'éteignit, alors que doucement elle prenait conscience de ce qui était entrain de se passer. Elle avait été stupide de croire que son amie se laisserait manipuler aussi facilement. En voulant protéger leur amitié, elle en avait causé la perte.
Elle avait simplement oublié qu'Ahlys lisait en elle comme dans un livre ouvert. Déchiffrant tout d'elle, la connaissant sur le bout des doigts, accédant à son cœur, à son âme, à ses secrets les mieux gardés. Ahlys était comme une partie d'elle, la meilleure partie d'elle, or on ne peut se mentir à soit même. Rilla frémit.
*Mais qu'ai-je fais. Qu'ai-je fais? Ahlys...*

Se fut au tour de Rilla de paraitre désemparée. Le regard d'Ahlys lui avait fait l'effet d'une gifle et pendant une longue seconde elle resta tétanisée. Et son Ahlys s'écarta d'elle, froide, distante, déçue. Rilla sentit un froid envahir son cœur. C'était douloureux. Très douloureux, presque trop. Un vide immense prit la place laissé par sa cadette, avant que celle ci ne la rejette. Quatre mots qui firent l'effet d'une bombe à Rilla. Les quatre mots les plus violents qu'elle ait jamais entendu.
"Je dois y aller." Ils résonnaient encore et encore à l'oreille de la serdaigle, mettant autant de barrières entre son amie et elle.
*Ahlys...Non, non...*

Comme dans un mauvais rêve, elle vit sa meilleure amie quitter sa chambre sans un regard en arrière, sans un mot de plus, sans même une hésitation, et elle eut mal. Terriblement mal.
*Ahlys...*

La jeune fille ne s'était pas rendu compte qu'elle pleurait. Des larmes silencieuses inondaient son visage en flots ininterrompus, intarissables. Son Ahlys la rejetait, l'abandonnait, ne l'aimait plus. Ses pensées lui firent l'effet d'un électrochoc. Soudain, elle comprit, elle réalisa, son Ahlys...
Non, elle ne pouvait pas perdre son amitié elle ne le pouvait, même si elle ne la méritait pas. Alors vivement, rejetant les draps, sans se soucier de sa faiblesse, de ses étourdissements, de prendre un peignoir ou sa baguette, elle bondit hors du lit, puisant dans ses forces pour se redresser, se tenir droite, avancer.
- Ahlys...

Et sans plus réfléchir s'élança à la suite de celle qu'elle aimait comme une sœur. La tête lui tournait mais son pas demeurait rapide. Pour contrecarrer le fait de tituber, elle se précipitait, et plus elle se précipitait et plus le monde tanguait, pourtant, elle allait jusqu'au bout.

Repoussant la porte de toutes ses forces, elle se sentit faiblir misérablement, dans un dernier élan de désespoir elle se propulsa en avant avant de tomber au sol.
- AHLYYYYYYYS!!!!! AHLYYYYYYYS!!!!! ATTENDS! S'IL TE PLAIT ATTENDS! PARDONNES MOI JE T'EN PRIE PARDONNE MOI!
Alors qu'elle hurlait son désespoir, appelant son amie de tout son coeur, elle tentait de se relever. En vain.
- J'AI ÉTÉ STUPIDE! JE CRAIGNAIS DE TE PERDRE PAR MES AVEUX ET C'EST MON SILENCE QUI T’ÉLOIGNE DE MOI. TOUT EST DE MA FAUTE. TOUT. C'EST DE MA FAUTE SI VALENS A FAILLI Y LAISSER LA VIE. C'EST DE MA Faute...- sa voix se brisa mais elle reprit de plus belle ayant tout à perdre - LE LAC, LE CALMAR, TOUT. JE SUIS UN MONSTRE. JE TE L'AVAIS DIS POURTANT. JE N'APPORTE QUE LE MALHEUR AUTOURS DE MOI. MAIS TU M'AS OFFERT TON AMITIÉ. TU AS DIS POUVOIR SUPPORTER CE QUE J’ÉTAIS. ALORS NE ME REJETTE PAS S'IL TE PLAIT. J'AI TELLEMENT BESOIN DE TOI. JE T'AIME TELLEMENT! AHLYS! AHLYS! S'IL TE PLAIT! PARDONNES MOI! PARDonnes moi...Ne me déteste pas... - une nouvelle fois sa voix se brisa, elle était à bout de force. Anéantit.

S'agrippant autant que possible au mur lisse, elle poussait sur ses jambes, mais elle était trop faible. Elle essaya à plusieurs reprises jusqu'à ce qu'elle n'ait plus assez de force ne serait que pour se mouvoir. Alors se laissant complètement choir, elle se prit le visage dans les mains et sanglota. Secouée des spasmes du chagrin, elle n'était plus que détresse et sanglots déchirants.
*Ahlys...Reviens! S'il te plait, reviens.*
Ahlys Maplestone
Ahlys Maplestone
Serdaigle
Serdaigle
Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Animagus : Polatouche


[Ste-Mangouste] Les chambres - Page 6 Empty
Re: [Ste-Mangouste] Les chambres
Ahlys Maplestone, le  Sam 30 Juin - 17:48

Ahlys marche dans le couloir ; ses pas résonnent et finissent par se perdre au loin. La Serdaigle ne cherche pas à retenir ses larmes qui coulent inlassablement, comme si elles essayaient d'extraire les souvenirs concernant Rilla pour pouvoir mieux les oublier ensuite.

Ahlys marche dans le couloir ; sa démarche est mal assurée et chaque pas représente un redoutable combat qui la force à puiser dans ses maigres réserves d'énergie.

Vide. Le regard vitreux. Comme un nourrisson dont le cœur vient de lâcher. Comme un innocent puni avant d'avoir commis le moindre méfait. Un profond sentiment d'injustice. Et un cœur qui se déchire davantage.

Ahlys marche dans le couloir ; son corps frêle manque de s'écrouler. Plus rien ne la retient. Et pourtant, elle reste debout, poursuivant son cheminement vers le néant, tournant le dos au chaos.

La pièce est finie, mais le rideau ne tombe pas. Les comédiens n'apparaissent pas non plus. On est dans l'ignorance. On ne sait s'il faut continuer d'applaudir ou commencer à quitter la salle encore faiblement éclairée. On échange quelques regards inquisiteurs, mais le mystère n'en est pas plus élucidé.

Dans les coulisses, les acteurs ne peuvent retenir un rire nerveux. La situation est cocasse mais l'angoisse est toujours logée dans leur estomac noué. Ils savent. Ils savent ce que les spectateurs ignorent. Ils savent tout. La pièce est finie, mais une autre débute. Ils retournent sur scène.


Un bruit sec retentit dans le couloir tandis qu'Ahlys se dirigeait vers les escaliers. Une porte s'ouvrait violemment derrière elle. Un autre son se fit plus violent encore. Comme un corps qui s'écroulait. Ce n'était pas Ahlys. Derrière elle, au loin, Rilla appelait.
- Ahlyyyyys !!! Ahlyyyyys !!! Attends ! S'il te plaît, attends ! Pardonne-moi, je t'en prie, pardonne-moi !

Ces cris étaient extrêmement douloureux à entendre, mais la jeune fille pressa le pas.

- J'ai été stupide ! Je craignais de te perdre par mes aveux, et c'est mon silence qui t'éloigne de moi. Tout est de ma faute. Tout. C'est de ma faute si Valens a failli y laisser la vie. C'est de ma faute.

Ahlys saisit la rampe et la serra de toutes ses forces tandis que ses jambes se dérobaient sous son poids.

- Le Lac, le Calmar, tout. Je suis un monstre. Je te l'avais dit, pourtant. Je n'apporte que le malheur autour de moi. Mais tu m'as offert ton amitié. Tu as dit pouvoir supporter ce que j'étais. Alors ne me rejette pas. S'il te plaît. J'ai tellement besoin de toi. Je t'aime tellement ! Ahlys ! Ahlys ! S'il te plaît ! Pardonne-moi ! Pardonne-moi... Ne me déteste pas...

Ces appels étaient tels des glas. Troublants et terribles. Un douloureux pincement au cœur saisit l'adolescente. Voilà que Rilla rejetait la faute sur elle.
- Il n'y a pas de contrat qui nous lie, dit-elle sèchement en se relevant.

Mais Ahlys cessa de dévaler les escaliers. Elle était à présent entre deux étages, entre deux choix. Entre les coulisses et les tribunes. Elle était sur scène. Tout dépendait d'elle. Elle avait envie de s'enfuir, de quitter les lieux. Se faire oublier.

La voilà coincée. Tout la pousse à laisser Rilla derrière elle comme un cauchemar. Mais Rilla... Son visage, sa douceur, son instinct maternel, son rire mélodieux... Tout cela ressemble davantage à un rêve. Ahlys a le choix : se réveiller ou céder aux supplications de la jeune fille et poursuivre ce songe qui a si bien débuté.

Péniblement, Ahlys prit une décision. Elle gravit les marches une à une, comme si elle remontait le temps. Comme si elle voulait tout reprendre à zéro.
Valens Fenwick
Valens Fenwick
Serpentard
Serpentard
Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


[Ste-Mangouste] Les chambres - Page 6 Empty
Re: [Ste-Mangouste] Les chambres
Valens Fenwick, le  Lun 2 Juil - 0:14

Valens était endormi, inconscient de tout ce qui s'était passé depuis qu'il s'était endormi dans les bras de sa bien aimée, endormi après son aveu. Il vivait un étrange rêve, très étrange mais puisque sa chère et tendre était avec lui dans ce monde onirique, il s'y sentait bien. Il ne savait pas que les médicomages avaient récupéré Rilla en morceau dans le couloir, ni ne connaissait leur insistance à la faire dormir, de gré ou de force. Mais plus encore, il ignorait tout de la terrible crise qui faisait rage entre Ahlys et Rilla. Pour l'heure, il ne savait qu'une seule et unique chose. Dans ses doux (et étranges) rêves où sa chère et tendre était encore à ses côtés, il avait entendu un cri. Un cri qui semblait distant, provenant d'un autre monde. Mais c'était un cri désespéré d'un être sur lequel il veillait.

Se réveillant en sursaut, les yeux grands ouverts, le jeune homme se leva brusquement et faillit s'affaler au sol. Il ne dut de tenir debout qu'au mur qui soutenait son poids. Plus fanfaron qu'en état d'être véritablement utile à qui que ce soit, il récupéra sa baguette et chancela le long du mur en direction de la porte. Une fois celle ci atteinte, les cris se firent plus présents mais il n'en comprenait toujours pas le sens. Etait-ce du à une certaine forme d'isolation phonique de l'hôpital ou à ses sens qui souffraient encore du violent changement de pression qu'il avait déclenché?

Entrebaillant la porte, le serpentard essaya de jeter un coup d'oeil dehors, s'attendant au pire. Contre qui criait Rilla? Et pourquoi tous ces cris? Quelqu'un était-il blessé? La question pouvait sembler stupide dans un hopital où l'on soignait forcément des blessés. Toutefois, il ne songeait pas aux blessés déjà en traitement sous le regard des médicomages mais bien la victime d'un accident ou d'une aggression. Cependant, ses jambes ne le supportant que difficilement, il manqua de tomber et se rattrappa à la poignée extérieure de la porte de sa chambre. Celle si se referma, lui même toujours appuyé dessus. Misère! Le voilà en bien mauvaise posture. En désespoir de cause, il s'adossa au chambranle de la porte pour exposer un minimum de surface à une éventuelle menace adverse.

Le vert et argent vit alors Rilla un peu devant lui. Elle semblait blème et les yeux rougis par des larmes qui s'écoulaient sur ses joues. Interloqué par cette vision mais encore incapable de reprendre suffisamment le contrôle de ses forces pour jeter un coup d'oeil de l'autre côté du couloir, il lui demanda d'une voix éraillée qui se remettait à peine et avec une voix essoufflée par l'effort qu'il venait de produire.

- Que... se... passe... -t-il? Tout... Va... bien... Rilla? Je... suis... là...

Là oui. Inutile mais là. C'était toujours mieux que rien. Il espérait que l'opposition ne soit pas trop violente car dans son état, la protection qu'il pourrait lui fournir serait brève et moyennement efficace. Toutefois, c'était toujours mieux que rien.
Rilla Blythe
Rilla Blythe
Serdaigle
Serdaigle
Matière optionnelle : Pas encore disponible


[Ste-Mangouste] Les chambres - Page 6 Empty
Re: [Ste-Mangouste] Les chambres
Rilla Blythe, le  Jeu 5 Juil - 9:46

HRP: Au fait Ahlys ça se passe un an plus tôt si je ne dis pas de bêtises.^^

Une voix, douce et grave, essoufflée et familière, franchit le mur de désespoir que Rilla avait érigé autours d'elle. Une voix qui avait l'habitude de la rassurer, de l'apaiser, et de créer un monde de sécurité tout autours d'elle, une voix qui aujourd'hui, pour la première fois, échouait à tout cela.

Pourtant, la jeune fille leva les yeux dans sa direction, en chercha le propriétaire, et comme souvent depuis qu'elle le connaissait, se raccrocha de toutes ses forces à cette voix venue la sortir des abysses de désespérance dans lesquels elle se noyait.

Son visage inondé de larmes tourné vers lui, elle prononça son nom:
- Valens..., murmura-t-elle brisée.

Une nouvelle fois elle poussa sur ses jambes, essayant de se relever en vain, essayant de courir se réfugier dans les bras protecteur de son ami, sans y parvenir. Elle gisait sur le sol, sans force, dévastée par un chagrin plus grand que ce que son petit corps semblait pouvoir contenir au vu des spasmes qui la secouaient encore.

Alors qu'en d'autres circonstances elle l'aurait rejeté pour l'avoir surprise ainsi en pareille faiblesse, cette fois elle l'appelait. Elle avait tant besoin de lui, du réconfort qu'il saurait assurément lui apporter, savoir qu'elle comptait encore pour quelqu'un, qu'elle n'était pas tout à fait un monstre, au moins dans ses yeux à lui. Elle l'appela donc une nouvelle fois, et une nouvelle fois se fut un filet de voix qui sortit de sa gorge.
- Valens...

Ne pouvant se mouvoir, ne pouvant aller à lui pour tacher de puiser dans sa force et son affection tout ce dont elle aurait besoin pour pouvoir essayer de regagner l'affection de sa sœur de cœur, elle tendit les bras vers lui. D'abord un bras, puis son équilibre plus au moins assuré, le second. Le regard qu'elle posait sur lui ne cachait rien de sa détresse.
- Valens, j'ai perdu Ahlys. Elle ne m'aime plus, ne m'aimera plus jamais, parvint elle à lâcher d'une voix chevrotante avant d'éclater une nouvelle fois en sanglots.

Dans sa poitrine son cœur se compressait à lui faire mal. Et dire que la veille encore elle trouvait que respirer avec des côtes cassées était douloureux. A présent elle savait que comparer à un cœur brisé cela n'était rien, vraiment pas grand chose. Il y avait longtemps qu'elle n'avait pas souffert ainsi, qu'elle n'avait pas eu à devoir continuer à vivre après le rejet d'un être cher, après la mise en exergue de sa nature monstrueuse et ses conséquences. Pourquoi avait-il fallu qu'elle promette à Valens de ne plus attenter à ses jours? Pourquoi? Alors qu'elle savait qu'elle n'avait pas droit à la vie qu'elle s'obstinait à conserver.
- Ô Valens, je suis un monstre. Je suis un monstre, dit elle encore d'une voix brisée entrecoupée de sanglots.

Face à Valens, et dos au couloir par lequel était parti Ahlys, elle ne pouvait pas voir cette dernière revenir. En revanche ce qu'elle vit se fut la médicomage qui venait vers elle pour la ramener dans sa chambre.
Comme si cette dernière était responsable de tous ses maux, Rilla la repoussa, puisant dans le peu d'énergie qui lui restait pour la tenir loin d'elle. Quand les bras de cette dernière la saisirent, la serdaigle se mit à se débattre en hurlant.
- LÂCHEZ MOI!!!! LÂCHEZ MOI!!!!! NOOOOOOOON!!!!!!!!! VALENS AU SECOURS!!!!! NOOOOOOON!!!!! LAISSEZ MOI, JE VOUS EN PRIE LAISSEZ MOI!!!! NOOON!!!!!

Soudain, telle une furie, elle se démenait dans tous les sens, sa tête, ses bras et ses jambes s'agitant en tout sens comme pour donner plus de poids à ses mots, repousser cette aide dont elle ne voulait pas. Elle ne voulait pas être secouru, elle voulait juste qu'on la laisse seule avec son chagrin, avec son désespoir, avec ce vide qui lui grignotait les entrailles. Elle voulait son Ahlys, elle voulait Valens, elle voulait la solitude, elle voulait...Elle ignorait ce qu'elle voulait, peut être ne voulait-elle rien au fond. Rien ou tout à la fois. Elle voulait juste être une jeune fille ordinaire, et avoir des amis comme une jeune fille ordinaire, et être aimé comme une jeune fille ordinaire, et avoir droit au bonheur comme une jeune fille ordinaire. Elle ne voulait plus être elle, elle ne voulait plus être cette horrible malédiction qui la détruisait progressivement, la rongeait comme une gangrène, et lui donnait une vie de souffrance et de tourments.
- AHLYYYYYS!!!!! hurla-t-elle en désespoir de cause, comme si cela pouvait changer quoi que ce soit.
Valens Fenwick
Valens Fenwick
Serpentard
Serpentard
Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


[Ste-Mangouste] Les chambres - Page 6 Empty
Re: [Ste-Mangouste] Les chambres
Valens Fenwick, le  Sam 7 Juil - 17:12

Les larmes de Rilla semblaient déssécher la gorge de Valens, comme si les flots qui coulaient provenaient autant de son corps que de celui de la jeune fille. Le jeune homme ne voyait pas de danger, mais faible comme il l'était, il n'était pas certain de voir des crocs même s'il était dans le gueule du loup. Dans un murmure elle l'appela à son secours. Il fit son possible, adossé contre le mur afin de se déplacer, bien trop lentement, en sa direction. A vrai dire, rester debout lui semblait déjà un exploit en soi même si cela était clairement insuffisant.

La petite chose au sol avait besoin de lui et il sentait en son fort intérieur qu'il devait répondre à tout prix à cet appel. Cependant, ses forces n'étaient que très partiellement revenues. Luttant contre les protestations de son corps, il continua à se déplacer à vitesse constante malgré les efforts de plus en plus grand que cela lui demandait. Elle tendit les bras vers lui en l'appelant d'une voix chevrotante. La scène serra si fortement son coeur qu'il craignit que ce dernier se déchire. Prit de vertige plus violents encore que les précédents, il vacilla, s'applatissant contre le mur afin de ne pas choir. La nausée le gagna plus fortement et il manqua de vomir, ne devant d'échouer que parce que son estomac ne contenait rien à vomir. Se remettant en route, si lent qu'il était, il eut l'impression que Rilla s'éloignait au fur et à mesure qu'il avançait.

Son amie lui avoua avoir perdu Ahlys. L'avait-on enlevée? Lui avait-on fait du mal? La suite vint lui expliquer. Elle semblait avoir perdu son amour. Qu'avait-elle pu faire pour cela? N'était-ce pas là une exagération? Essayant de la réconforter, il essaya de parler. Mais il n'apprécia pas la voix qu'il entendit, rauque et hachée par son souffle court.

- Il n'existe... que peu de blessures... qui ne peuvent... se refermer. Il n'existe... que peu d'actes... que l'on ne peut... racheter.

Il regretta immédiatement d'avoir parlé. Il ne pouvait pas s'exprimmer et avancer à la fois, parler avait un coût en énergie que l'on mesurait rarement. En l'occurence, il manqua de peu de s'affaler au sol. Le patient s'avait qu'une fois tombé, il serait incapable de se relever. Cependant, à défaut d'être auprès d'elle, il songea que la jeune fille au sol avait besoin de sa voix, une présence comme une autre. Un pas de plus et elle se traita de monstre. Son premier réflexe aurait été de nier mais il savait que dans son état, elle ne l'accepterait pas. Changeant d'approche, il s'arrêta un instant pour s'adosser au mur le temps de lui répondre. Peut être que la où sa sincérité échouait, une touche d'humour pouvait faire meilleur office.

- Peut être... Mais dans ce cas... Vous êtes... MON... monstre... Et je suis... pire... qu'une fille... accrochée à son sac à main...

Il aurait voulu accompagner cette remarque d'un sourire afin d'en amplifier les effets. Il l'aurait fait si ses forces ne l'avaient que par trop abandonné. Une médicomage vint la chercher et le jeune homme se demanda quand est ce que son tour viendrait. Il était sur point de penser que c'était une bonne chose si quelqu'un venait l'aider avant qu'il ne voit la patiente réagir. Rilla se débattait et hurlait. Mais où trouvait-elle la force de faire tout cela dans son état. Valens se sentait tellement vidé qu'il aurait à peine pu repousser un souris... et encore si elle était famélique et un manque d'exercice.

Le jeune homme aurait voulu parler. A Rilla, au médicomage. Mais plus un son ne semblait vouloir sortir de sa gorge. Il ne parvenait même plus à avancer. Une fois de plus, il arrivait trop tard pour porter secours à quelqu'un qu'il aimait. Il n'en avait pas la force, il n'en avait pas l'étoffe. Il était condamné à échouer, tôt ou tard. Rilla appela alors Ahlys. Elle était ici? Comment avait-il pu la rater songea-t-il en halentant. L'épuisement bien entendu...
Ahlys Maplestone
Ahlys Maplestone
Serdaigle
Serdaigle
Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Animagus : Polatouche


[Ste-Mangouste] Les chambres - Page 6 Empty
Re: [Ste-Mangouste] Les chambres
Ahlys Maplestone, le  Jeu 19 Juil - 13:37

Le couloir n'était pas long ; une dizaine de mètres tout au plus. Finissant de gravir les marches, Ahlys pénétra dans le corridor. Ses yeux emplis de larmes se plissèrent lorsqu'elle regardait la lumière trop éblouissante. Mais un pas après l'autre, l'adolescente avançait. Jamais une si courte distance n'avait paru si étendue. L'esprit encore embrouillé, Ahlys percevait vaguement les sons aux alentours. Seuls quelques mots de deux voix familières parvinrent à percer l'épaisse bulle qui enveloppait la Serdaigle.

« Monstre ». « Ahlys ». « Blessure ». « Sac à main ».

Le visage encore humide, l'adolescente continuait de réduire la distance entre ses amis et elle. Mais sa marche lente fut interrompue par une lumière plus vive venant de l'une des portes situées sur sa droite. Une femme, sans doute une médicomage, apparut sur le pas de la porte, lui lançant un regard à la fois sévère mais inquiet. Ahlys n'eut d'autre choix que d'ouvrir la bouche ; machinalement, quelques mots se glissèrent hors de ses lèvres roses :
- Mon amie Rilla a besoin d'aide.

A peine avait-elle parlé que la femme se précipita vers les deux silhouettes qu'Ahlys apercevait plus loin. Elle se mordit la joue lorsque, plusieurs secondes plus tard, elle entendit un cri déchirant. L'ombre de Rilla se débattait tandis qu'elle se faisait emmener l'on ne savait trop où. En revanche, celle de Valens restait inexorablement immobile. Ahlys pressa le pas et songea avec amertume à la discussion houleuse qu'elle avait eue avec son amie, regrettant de s'être comportée ainsi. De nombreux sentiments parcouraient la Serdaigle, dont la démarche chancelante progressait inéluctablement en direction de la silhouette du Serpenard désormais seul. Elle avait peur, elle avait honte, elle avait mal. Sans crier gare, elle tira en arrière le bras de Valens et, en étreignant son ami, chercha à la fois pardon et réconfort.
- Je suis désolée, parvint-elle à articuler au milieu d'un torrent de larmes. J'aurais dû être là... Et la voilà emportée par la médicomage qui n'a pas voulu... que je l'approche.

Ahlys n'aimait pas pleurer, détestait montrer sa sensibilité et davantage encore sa faiblesse. Elle s'était toujours sentie gênée de laisser couler ses larmes devant Valens. Mais à présent, plus rien n'avait d'importance. Son chagrin était ce qu'il était et jamais la présence de cet ami précieux ne pouvait la dissuader de laisser libre cours à son désespoir. Le visage enfoui dans sa robe de chambre, Ahlys chercha à étouffer un cri de rage qui lui brûla la gorge à la manière d'un feu monstrueux et meurtrier.
Contenu sponsorisé

[Ste-Mangouste] Les chambres - Page 6 Empty
Re: [Ste-Mangouste] Les chambres
Contenu sponsorisé, le  

Page 6 sur 15

 [Ste-Mangouste] Les chambres

Aller à la page : Précédent  1 ... 5, 6, 7 ... 10 ... 15  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres :: Hôpital Ste-Mangouste-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005.