AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Les couloirs
Page 33 sur 33
[Hall d'entrée] Au pied du grand escalier
Aller à la page : Précédent  1 ... 18 ... 31, 32, 33
Aria Morrison
Gryffondor
Gryffondor

Re: [Hall d'entrée] Au pied du grand escalier

Message par : Aria Morrison, Lun 24 Juil 2017 - 20:01


LA de Castielle


Je regarde le garçon qui vient de passer devant moi. Il ouvre une porte, rentre et la referme. Aussitôt Castielle s’exclame que ça doit surement être ma salle et oui, effectivement, je le pense moi aussi. Enfin, je l’espère en tout cas !

Sans m’en dire plus, la jeune fille s’avance jusqu’à la porte, l’ouvre en regardant à l’intérieur et la referme. Je me sens stressée. C’est la bonne salle ou non ? Je la regarde attendant de connaître le verdict lorsque je la vois inspirer profondément et ouvrir la bouche pour parler. Et voilà, je sens qu’elle va me dire que ce n’est pas la bonne salle et je vais arriver en retard à mon cours. Elle commence à parler et me dit finalement que c’est bien le bon endroit et me souhaite un bon cours. J’ouvre grands les yeux de surprise. Je me sens tellement soulagée que ce soit bon, que l’on ait enfin réussi à trouver cette salle… enfin qu’elle ait réussi à la trouver parce que franchement, je n’ai pas fait grand-chose.

Contente, je la serre dans ses bras et m’exclame : « Merci beaucoup Castielle ». Je me dirige ensuite vers la porte. Avant de l’ouvrir, je lui dis : « j’espère quand même que tu ne vas pas te perdre pour le retour. Au pire, tu reviens ici et on cherche la sortie ensemble. » Je lui avais adressé un petit clin d’œil en prononçant la dernière phrase.

J’ouvre ensuite la porte, lui fait un petit signe de la main et rentre dans la pièce, refermant la porte derrière moi.


Merci beaucoup Castielle Smile
Revenir en haut Aller en bas
Castielle Colt
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: [Hall d'entrée] Au pied du grand escalier

Message par : Castielle Colt, Lun 24 Juil 2017 - 21:44


Un câlin ! Castielle n'en espérait pas tant ! Elle rend volontiers son étreinte à la petite Gryffondor.
Et dire qu'elle avait comme projet de passer la journée en compagnie de tableaux, maintenant elle était même arrivée à repenser joyeusement à la Serpentard mal lunée !

Aria la remerciant chaleureusement le cœur de Castielle devient un peu moins lourd. Finalement ça s'est bien passé. Malgré tout ce qu'elle a pu faire de travers, c'est un happy end.
« J’espère quand même que tu ne vas pas te perdre pour le retour. Au pire, tu reviens ici et on cherche la sortie ensemble. »
Dans sa tête la petite voix d'habitude sarcastique ne l'était plus du tout : *Aawh c'est gentil !*

Avec un grand sourire Castielle agita la main pour dire au revoir. Elle était presque tentée d'attendre là pendant une heure et ensuite prétendre qu'elle s'était perdue. Mais elle s'abstint.
*J'espère tellement qu'on se reverra !*
Le château était grand et accueillait des centaines d'élèves, mais bizarrement Castielle était persuadée que recroiser Aria ne serait pas bien difficile. Elle était confiante. 

La porte de la classe s'était refermée derrière la Gryffondor depuis quelques minutes déjà, il était temps de partir. Castielle tourna les talons, toujours le sourire aux lèvres, se laissant porter par d'agréables pensées.

La première heure de son premier jour dans cette nouvelle école se passa surprenamment bien ~




[Fin du RP]
Merci à toi Aria !  :kiss:
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Elhiya Ellis
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: [Hall d'entrée] Au pied du grand escalier

Message par : Elhiya Ellis, Dim 13 Aoû 2017 - 10:27



Mauvaise Une en première page
Pv  Zélie Hepbrun•  LA Mutuel



Courir entre les intercours pour ne pas être en retard était devenue une désagréable habitude pour la blondinette qui regrettait de ne pouvoir transplaner directement d’une salle à l’autre pour gagner du temps. Mais voilà, après être partie en retard de son dernier cours car elle discutait avec une camarade de classe, Elhiya s’avérait forcément obligée de se presser pour rejoindre le cours de potion qui n’allait pas tarder à débuter sans elle.

Se frayant tant bien que mal un chemin au milieu des élèves qui trainaient encore et toujours au milieu des couloirs, la blonde pestait silencieusement contre tout le monde sans vraiment regarder qui elle croisait. Pas le temps pour ça en même temps, alors que son cousin, une amie ou même son petit-ami finissent par se trouver sur le trajet, elle ne les aurait même pas aperçus. Il fallait dire que, lunettes vissées sur le nez, cheveux penchés en rideau doré sur le grimoire de cours pour réviser à la va-vite, le champ de vision de la Verte était relativement étriqué.

Ce ne fut sans grande surprise qu’elle finit par entrechoquer l’épaule de quelqu’un, échappant contenu de son sac et ouvrage en tout genre sur le sol. Premier réflexe : râler sans regarder à qui elle pouvait s’adresser tout en s’accroupissant pour ramasser ses affaires


« Bordel, tu peux pas regarder où tu vas ? »

Rapide coup d’œil froid à l’élève qui avait perdu également son matériel scolaire, une légère grimace ourla les lèvres de la blondinette quand son regard croisa celui de la Rouge des toilettes puantes de Mimi Geignarde. Elle soupira et haussa les yeux au ciel. Pas de temps à perdre avec celle-ci, même si lui montrer que son maléfice avait été bien retiré lui démangeait le bout des doigts. Mais les couloirs se vidaient petit à petit, rappelant à son esprit que son prochain cours allait commencer sans elle.

Elle ramassa à toute hâte tous les ouvrages mentionnant « 7ème année », laissant à la Rouge & Or le soin de récupérer les siens. Elhiya remarqua uniquement grâce à ses manuels scolaires que la brunette était plus jeune qu’elle d’une année, de visu elle n’aurait pas cru. Mais ça n’avait que peu d’importance, la blonde n’avait pas envie de copiner en lui demandant comment se passait ses Buses et fourra toutes ses affaires dans son sac, hésitant uniquement en voyant deux couvertures totalement identiques : le journal intime qu’elle partageait avec son amie d’enfance moldu Lucy.

Nouveau regard d’incompréhension à la Rouge et Or, qu’est ce qu’elle faisait avec un bouquin d’origine non sorcière elle aussi ? Surtout la même version en plus ? Le cuir rougeâtre avait été travaillé avec des coutures de lanière de la même matière, le fermoir en acier vieilli comportait une petite chainette tenue par une libellule de métal. Les ornements représentaient un hibou, un papillon, une espèce de sceau, donnant des airs faussement magiques au petit cahier. Lucy l’avait choisi car elle trouvait que ça faisait un peu grimoire et que du coup l’idée lui plaisait bien.

Elhiya l’entendait encore s’émerveiller en lui montrant la chouette de la couverture, « Regarde on dirait la tienne ! c’est marrant non ?  Tu vois que c’est un truc de sorcier d’avoir un hibou de compagnie !» La blonde avait acquiescé d’un signe de tête amusé, sachant parfaitement que cette idée de journal en commun était une très mauvaise idée. Elle ne pourrait jamais noter réellement ce qu’elle faisait à Poudlard et se verrai obligée à chaque noircissement de ligne de se faire évasive. Et pourtant, cette semaine encore, elle avait récupéré le carnet de note, incapable de refuser quoi que ce soit à son amie d’enfance.

Voyant un élève courir en direction de la salle de classe, Elhiya attrapa le journal qui était le plus proche d’elle et le glissa dans ses affaires. Il n’y avait pas de raison pour que celui qui avait atterrit derrière la brunette soit le sien, en plus, elle avait remarqué que la chainette ne retenait plus l’ouvrage bien fermé, or, de mémoire elle avait bien mis le loquet ce matin. D’un simple signe de tête à la Rouge & Or, la blonde se redressa et fila en cours.

Le reste de la journée avait été semblable à toutes les autres journées, et ce n’était pas mécontente que la blonde avait jeté son sac sur son lit pour s’étaler dessus. Il fallait qu’elle remplisse le journal de Lucy, se concentrant uniquement sur l’ennui général des cours, l’agacement du chahut dans son dortoir et des bêtises de Muffin qui avait mis son lit en vrac ? Elle récupéra le petit journal, retira le loquet avec soin, et chercha la dernière page vierge, quand ses yeux remarquèrent enfin une écriture qui lui était inconnue. L’encre n’était ni mauve, ni turquoise, il n’y avait pas de petit autocollant lapin un peu partout, et les quelques lignes qu’elle avait lues ne lui disait strictement rien. Ce n’était pas son journal ! Mais bel et bien celui de la rouge….

Il fallait qu’elle lui rende et vite. Lire les histoires privées des autres ne se faisait pas, pourtant, quelques mots attiraient inexorablement son attention...
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Zélie Hepburn
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: [Hall d'entrée] Au pied du grand escalier

Message par : Zélie Hepburn, Lun 14 Aoû 2017 - 1:13



I have lost myself again
- pv Elhiya -

__________________________


Ce monde... Tu le supportes de moins en moins. Il vient de sonner et la classe de métamorphose est déjà presque vide, il reste quelques élèves toujours endormis que les autres n'ont pas eu la gentillesse de réveiller, le professeur et toi. Tu laisses enfin tranquille le banc que tu t'es amusée à sculpter durant tout le cours. Quand tu t'ennuies, tu ne peux compter que sur ta plume et le bois de ta table. Toi, tu ne t'es pas levée quand tout le monde s'est précipité vers la porte de sortie, vers la fin du supplice. Ton supplice, c'est les cris, c'est la foule qui t'attrape et te pousse violemment contre la porte, qui te garde prise au piège, c'est cet air irrespirable qui flotte dans les couloirs quand tous ces jeunes pleins d'hormones sortent de leur classe en courant. Non, toi tu préfères attendre, quitte à risquer d'arriver en retard, au moins tu auras toute la place pour courir.

Quand la vague de gamins hystériques s'adoucie enfin, tu te décides à ranger tes bouquins de métamorphose que tu n'as pas touché de l'heure et tu t'en vas, en courant, parce que tu es en retard, et peu importe si deux ou trois premières se retrouvent au sol, il faudra de toute façon qu'ils s'habituent à être maltraités lors de l'inter-cours, t'es loin d'être la seule à courir rejoindre ta classe et tu ne le seras sûrement jamais.

P'is bien entendu, c'est la collision. Faut dire qu'avec ta maladresse et ton regard vissé à tes baskets, il est difficile d'éviter cette Serpentard qui a apparement autre chose à faire que de regarder où elle met les pieds.

    «Bordel, tu peux pas regarder où tu vas ?»


Tes membres se raidissent parce que tu reconnais cette voix, cette voix aiguë, cette voix d'hystérique. Tu lèves la tête et tu grimaces. Parmi les centaines d'élèves passant par ce couloir, il avait fallu que tu croise le chemin de cette élève-là, cette blondasse impatiente et psychopathe qui n'était de ce monde que pour faire de ta vie un enfer. Tu ne supportes pas voir cette face de Serpent plus longtemps alors tu détournes ton regard vers le contenu de ton sac éparpillé sur les dalles du couloir. Bordel... La Verte et Argent a déjà ramassé ses affaires. Mer**, elle a fait vite ! Elle se relève sans même t'adresser un mot (étonnant) et s'éloigne à grandes enjambées. Toi, tu restes plantée là, toujours sous le choc. P'tetre qu'il faudrait songer à te bouger, nan ? J'en sais rien hein. C'est une idée comme une autre. Une mouche finit par te piquer et tu te hâtes de récupérer tes affaires. Le couloir est vide maintenant.

Tu es arrivée en retard.

Te voilà dans ton dortoir. C'est en fin de journée que tu te dépêches de quitter ta classe et c'est en fin de journée que les autres prennent leur temps. Toi, tu ne veux pas discuter des dernières heures que tu viens de subir, écouter les nouveaux potins ou retrouver tes amis. Toi, tu veux retrouver ton lit. Tes camarades ne sont pas là, tu es seule. Tant mieux, t'es pas d'humeur d'toute façon. Tu t'affales sur ton matelas en grognant. Quelle journée... Mauvaise ? C'est le cas de le dire. Outre le fait d'avoir eu un contact physique beaucoup trop proche avec la fille que tu détestes le plus, le destin a décidé de te mener la vie dure. Tu repenses à toutes ces merdes qui t'ont poursuivi durant la journée, une liste aussi longue que celle des défauts de l'aut' Serpy.

Ton meilleur remède contre le blue mood, c'est l'écriture. La plupart du temps, tu écris des lettres, à tes parents, à ta sœur ou au peu de tes amis suffisamment motivés pour écouter tes plaintes. P'is parfois, t'écris dans ce journal. T'aimes pas dire journal intime, alors tu dis journal de bord ou Charlie, mais on sait tous les deux que le concept est le même. C'est ta mère qui te l'a offert. Tu avais onze ans. Tout ce qui arrivait à ta petite sœur te tuait à petit feu et la meilleure solution aux yeux de tes parents était sans doute ce bête ensemble de pages vierges. T'as refusé, au début. Un journal intime c'est pour les gamines... P'is ta curiosité a pris le dessus. Ça peut vraiment m'aider ce machin ? Sans blague ? Il t'a fallu du temps, mais maintenant tu le sais. Ce machin peut t'aider, il te sauve. C'est ton ami, le seul qui ne te fera jamais de mal et qu'est-ce que tu en as besoin parfois, de Charlie. Il t'écoute, il avale ta douleur et tes angoisses. Il te fait prendre conscience de ta vie qui te passe parfois sous le nez sans que tu ne t'en rendes compte. Il est le seul à t'avoir connu nue, complètement nue.

Ivy est fatiguée de toute manière. Charlie à l'air en meilleure forme. Alors tu prends ta plume, ton habituelle encre noire et tu ouvres ton journal. Sauf que ce n'est pas ton journal, l'écriture que tu viens d'apercevoir n'est pas la tienne.. Il te faut quelques secondes pour que l'information atteigne ton cerveau, tu as entre les mains le Charlie de ton ennemie. Tu paniques. L'idée de feuilleter les pages de ce drôle d'individu ne te traverse même pas l'esprit. Tu paniques. Le serpent ne peut pas lire ton journal, il ne peut pas ! Tu paniques. Ton âme, ton être est enfermé dans ces pages. Si quelqu'un venait à les lire... Tu n'oses imaginer ce que tu ressentirais. Tu te calmes. Peut-être que la Serpy ne s'en ait même pas encore rendu compte ? Ou peut-être a-t-elle finalement trouvé suffisamment d'humanité pour ne pas y toucher... ? L'espoir fait vivre. Si seulement elle savait ce que ces lignes représentent pour toi. Si seulement elle savait...

Ton cerveau se déconnecte. Tu laisses le contrôle à l'instinct de survie. Tu retires ta cape à l'insigne des Gryffondors, plonge le journal de la Verte et Argent dans ton sac, enfuies ta baguette dans ta poche arrière et tu dévales les escaliers de ton dortoir. Tu n'as pas une minute à perdre.

Ce château est grand. Beaucoup trop grand. Ce n'est qu'aujourd'hui que tu en prends conscience. Le temps que tu mets pour atteindre la salle commune des Serpentard te semble une éternité. Tu sais où se situe le nid du serpent. En sept années tu as plus d'une fois eu l'occasion de t'y rendre. Plusieurs reptiles discutent devant l'entrée de leur salle commune. Sans réfléchir tu les interpelle.

    « S'il vous plaît, est-ce vous connaissez une Serpentard aux cheveux blonds, elle porte des lunettes, elle a les yeux bleus et elle a seize... non dix-sept ans, je crois...» Une Serpentard lève un sourcil, elle te répond que tu dois sûrement parler d'Elhiya. « S'il te plaît, va la chercher. Maintenant. » Et pourquoi elle ferait ça, elle demande. « Parce que si tu ne vas pas la chercher tout de suite, je te lance le même sort que je lui ai lancé il y a quelques jours et c'est pas beau à voir.» Va te faire foutre.


Tu as peut-être oublié, mais les Serpentards ne sont pas les plus aptes à coopérer surtout lorsque tu les menaces. Et maintenant ? Ta seule chance d'atteindre cette fameuse Elhiya vient de disparaître en fumée, comme ton cœur.

Mais tu ne baisses pas les bras. Le lendemain, tu guettes. Tu guettes Elhiya qui bien entendu ne daigne pas se montrer. Tu louperas tous les cours de ta journée s'il le faut. Ce journal, tu veux le récupérer, tu dois le récupérer. Tu es enracinée au pied du grand escalier. Il est midi. Les élèves défilent un à un, le ventre vide, devant ton regard déseperée. Puis soudain une touffe blonde apparaît comme par magie. Si cette touffe blonde n'avais pas arraché ton âme, tu l'aurais bien embrassé tant tu es soulagée de constater qu'elle n'a pas disparu. Puis la réalité te rattrape.

    « Elhiya ! Tu as quelque chose qui m'appartient, je pense... »

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: [Hall d'entrée] Au pied du grand escalier

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 33 sur 33

 [Hall d'entrée] Au pied du grand escalier

Aller à la page : Précédent  1 ... 18 ... 31, 32, 33

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Les couloirs-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.