AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Autres Lieux Magiques ~¤~ :: A l'étranger
Page 8 sur 10
Voyage dans l'immensité russe
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant
Finrod Elensar
Serpentard
Serpentard

Re: Voyage dans l'immensité russe

Message par : Finrod Elensar, Jeu 12 Mar 2015 - 11:09


L'anglo-roumain observait le russe qui scrutait le bout de parchemin qu'il venait de lui donner, l'inspectant à l'aide de sa baguette magique. *J'aurai dû le piéger pour que ça lui explose à la tronche...* se dit Finrod alors qu'un petit rictus apparaissait au coin de sa bouche. L'homme mit fin à sa tentative de révéler les secrets du parchemin qu'il n'y avait pas. Étrangement, l'interlocuteur de Finrod ne tendit pas le bout de papier mais le rangea directement dans la poche de sa robe noire. *Mais qu'est-ce qu'il fait?* s'interrogea le jeune homme. Le comportement du russe était étrange et le contact dans la poche avait été... un peu long. Les yeux émeraudes de l'anglo-roumain scrutait avec interrogation cet homme qui se tenait face à lui. Quelques instants auparavant, celui-ci le menaçait de deux armes toutes aussi meurtrières l'une que l'autre et à présent le sorcier semblait apaisé et prêt même à l'aider dans sa quête en lui rendant sa baguette. L'ancien vert et argent la rangea dans sa poche, mais toujours à porter de main si cela s'avérait être nécessaire.

- Je pense que nous avons beaucoup en commun, il serait bête de se mettre des bâtons dans les roues. Mais faites tout de même attention à mes alliés moldus, je les ai entraînés à la dure et pourraient mal réagir face à l'inconnu. Le prévint le sorcier russe. Comme si des moldus pouvaient poser problème...

- Tu t'inquiètes pour moi ou est-ce une menace? Tes alliés moldus ont plus à craindre de moi que moi d'eux maintenant que j'ai récupéré ma baguette. D'ailleurs, que fais un sorcier avec ces...gens? fit remarquer Finrod.

Il avait montré un certain respect au début mais apparemment l'homme armé comptait oublier la politesse et passer au tutoiement directement. Le jeune Elensar avait donc décidé de jouer dans la même cour que lui. En attendant que le russe réponde, Finrod profitait d'observer les lieux. Les colonnes qui maintenaient le toit s'élevaient toute droite mais la pénombre ne permettait pas d'en voir le haut. L'anglo-roumain était quelque peu déçu. Rien n'indiquait, au premier coup d’œil, qu'il y ait des restes d'une quelconque demeure de sorcier. Il voulait utiliser sa baguette pour éclaire l'endroit, mais vu le potentiel fou de la gâchette qui se trouvait en sa compagnie, il fallait mieux éviter de le rendre nerveux à présent qu'il était calmé et risquer de se faire transformer en passoire. Non la meilleure technique pour l'instant était d'amadouer l'inconnu au revolver puis commencer à chercher. Finrod faisait mine de se balader en regardant le plafond. Il frôla le russe et passa son chemin en continuant d'observer les recoins, comme s'il espérait pouvoir découvrir une rune gravée ou un tout petit indice lui indiquant une présence magique autre que celles des deux sorciers. Le silence régnait et le bruit du vent se faisait encore entendre. L'ancien vert et argent posa ensuite ses yeux émeraudes sur son interlocuteur qui se trouvait non loin de lui.

- Je ne pense pas te révéler tout de suite ce que je suis venu faire ici. Tu n'es pas le seul à ne pas vouloir voir ses activités dévoilées au grand jour. Et je me suis présenté, à ton tour maintenant. Comment t'appelles-tu? Lança le jeune sorcier au russe avec un sourire en coin.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Re: Voyage dans l'immensité russe

Message par : Invité, Lun 23 Mar 2015 - 22:58



- Tu t'inquiètes pour moi ou est-ce une menace? Tes alliés moldus ont plus à craindre de moi que moi d'eux maintenant que j'ai récupéré ma baguette. D'ailleurs, que fais un sorcier avec ces...gens?

Rurik fronça les sourcils ? Avait-il mal entendu ou s'agissait-il de l'intonation qu'utilisaient généralement les sorciers traitant les moldus comme des êtres inférieurs ? Difficile à dire sur une seule phrase...

« Il ne s'agit ni de menaces, ni d'inquiétudes, juste un constat. Il ne faut pas sous-estimer les moldus. Et si je suis avec eux, c'est parce qu'ils sont sous mes ordres, tout simplement. »

Observant le sorcier inspecter lentement les alentours, le criminel russe ne bougea pas d'un poil, prêt à agir si cet inconnu s'avérait dangereux, chose qui semblait de moins en moins probable au fil du temps... ou du moins, dangereux ou pas, il ne semblait pas être très enclin à se battre. Cela tombait bien, Rurik n'était pas au meilleur de sa forme après le carnage qu'il avait provoqué avec ses acolytes, et ce Finrod avait l'air d'être presque aussi solide que lui, ce qui en disait long.

Ce fut lorsqu'il fut fixé par deux yeux émeraude que le russe comprit qu'il s'était peut-être un peu trop attardé dans l'examen visuel de cet autre sorcier : l'obscurité couvrait bien heureusement son regard insistant.


- Je ne pense pas te révéler tout de suite ce que je suis venu faire ici. Tu n'es pas le seul à ne pas vouloir voir ses activités dévoilées au grand jour. Et je me suis présenté, à ton tour maintenant. Comment t'appelles-tu ?

Plissant légèrement les yeux, le mafieux laissa passer un moment de silence, avant de hausser les épaules : cet inconnu lui avait révélé son nom (sans mentir, sinon le légilimens l'aurait probablement détecté) et semblait ne pas être tout blanc, ce qui leur faisait donc un point en commun.

« Rurik Mkrovsk, j'ai également besoin d'un maximum de discrétion quant à mes affaires. Je ne vois aucun intérêt à te causer du tort, alors si tu penses la même chose, on pourrait bien s'entendre. »

Le loup-garou rangea son arme et s'approcha de Finrod.

« Tu as bien vu le genre de personnes avec qui je suis, nos armes, j'imagine qu'il n'est pas difficile de deviner dans quoi je trempe. A ton tour donc de me dire ce que tu cherches, c'est sûrement d'ordre magique au vu de ta manière de chercher... »

Une fois de plus, son regard se perdit dans l'observation de son interlocuteur, la direction de son regard n'étant plus camouflée par l'obscurité, au vu de la proximité des deux hommes... Mais ça, Rurik ne s'en souciait guère, il ne comprenait pas vraiment ce soudain intérêt.
Revenir en haut Aller en bas
Finrod Elensar
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de transplanage
Fourchelang


Re: Voyage dans l'immensité russe

Message par : Finrod Elensar, Jeu 26 Mar 2015 - 15:50


Un sorcier qui avait sous ses ordres des moldus, quelque peu étrange. Comment pouvait-on vouloir traîner avec ces sans-magies? C'était quelque chose que Finrod avait de la peine à comprendre. Ces êtres qui pensaient maîtriser le monde alors qu'en cachette, une société bien plus puissante devait se terrer et s'efforcer de maintenir une certaine cohésion entre les moldus et elle-même alors que c'était les sans-magies qui devraient adopter ce comportement. L'ancien vert et argent trouvait cette situation ridicule, mais là n'était pas la question. Il avait face à lui, un homme, de grande taille et bien bâti, sorcier traînant avec des moldus, qui disait avoir également besoin de discrétion concernant ses affaires. Ce détail attisa la curiosité de l'anglo-roumain. Il fallait reconnaître que l'allure du russe indiquait qu'il trempait dans des histoires peu recommandables. Mais ce n'était pas Finrod qui se permettrait de faire un commentaire au vu de ces recherches entreprises. Au moins, il ne s'agissait pas d'un membre d'une quelconque autorité magique qui aurait pu attirer des problèmes au jeune Elensar.

La méfiance du sorcier s'était atténuée, en effet, ce dernier avait rangé son arme moldue, un pistolet comme ceux-ci l'appelait. La distance entre les deux hommes se raccourcie encore. *Rurik Mkrovsk... Jamais entendu parler.* souligna Finrod à lui-même. Les yeux émeraudes se posèrent alors sur les traits durs du russe, son visage était étrange, la sensation qui traversait l'échine de Finrod lui était inconnue. La situation était spéciale. La distance entre les deux hommes était... trop courte en comparaison à celle communément admise. L'anglo-roumain ne savait pas réellement à quoi jouer le russe. Le provoquait-il? Ou cherchait-il à lui soutirer des informations en tentant de l'amadouer? Finrod opta pour la première option. C'était un jeu dans lequel il excellait. Sans plus attendre, l'ancien vert et argent avança un petit peu, réduisant encore la distance entre ce Rurik et lui-même. Tout en restant un peu sur ces gardes, au cas-où le russe décidait de changer d'attitude. 

- Je m'intéresse à l'aspect sombre de la magie. Des informations m'ont mené jusqu'ici où j'aurai pu découvrir les restes de l'habitation d'un mage noir, mais vu les constructions faites sur le terrain, je pense que je peux oublier de trouver quoique ce soit. À moins que tu aies vu quelque chose ici qui pourrait m'intéresser. Tout en disant ces mots, Finrod avait commencé à baisser le volume de sa voix grave, devenue plus tranquille et profonde. Il n'était qu'à quelques centimètres l'un de l'autre, la moitié de leur visage éclairée. Entendant la respiration du sorcier russe, ou alors était-ce le vent? Il était assez rare pour l'anglo-roumain de pouvoir regarder une personne droit dans les yeux sans avoir à baisser la tête. Les deux grands hommes s'observaient en silence durant quelques secondes. Finrod ne savait pas ce qui l'attendait mais jouer sur ce terrain là avec une espèce de brute épaisse russe, l'amusait beaucoup. Les yeux émeraudes regardèrent de haut en bas Rurik. Puis, avec un sourire malicieux au coin de la bouche, Finrod s'éloigna. Marchant jusqu'à une colonne proche de l'homme musclé et s'appuyant le dos contre. La fraîcheur traversa ses vêtements, ce qui fit tressaillir un tant soit peu l'ancien vert et argent. Puis y déposa sa tête, les cicatrices de brûlures se firent sentir, bien qu'elles étaient présentes depuis plusieurs années déjà. La tête tournée vers le russe, Finrod lança sur un ton quelque peu provocateur:

- Est-ce que la magie noire t'effraie? Ou possèdes-tu certains savoirs qui titillerait ma curiosité? Rajouta le jeune homme, toujours appuyé contre la colonne. Cette rencontre surprise en Russie s'annonçait intéressante, curieuse et pleine de surprises.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Re: Voyage dans l'immensité russe

Message par : Invité, Lun 30 Mar 2015 - 22:15


Cet homme avait l'air bizarre, un peu trop bizarre... C'était un inconnu drapé de sombre, ce qui ne laissait jamais rien présager de bon. De plus, il ne semblait pas très motivé à parler de ses recherches, ce pour quoi il s'était aventuré jusqu'ici. Rurik pouvait sentir les mensonges, il n'y avait qu'à poser quelques questions précises, car pour l'instant, ce Finrod était un grand mystère... Un mystère solide et robuste. Et ça plaisait énormément au russe.

- Je m'intéresse à l'aspect sombre de la magie. Des informations m'ont mené jusqu'ici où j'aurai pu découvrir les restes de l'habitation d'un mage noir, mais vu les constructions faites sur le terrain, je pense que je peux oublier de trouver quoique ce soit. À moins que tu aies vu quelque chose ici qui pourrait m'intéresser.

Il n'avait pas l'air d'être un mage noir, et pourtant il s’efforçait de découvrir encore plus de choses sur ces arts interdits, mal vus... Était-ce donc sa passion ? Le loup-garou ne répondit pas à la question, bien trop occupé à le fixer, le regarder s'approcher... Au moindre mouvement brusque, il lui briserait le crâne ! Pour une fois, il espérait ne pas en arriver à une telle conclusion. Une autre chose le taraudait, et cet homme semblait profiter (consciemment ou non) de cet effet sur lui.

Au moment où il allait se ruer sur Finrod, celui-ci s'éloigna lentement. Demeurant immobile, Rurik ne put assouvir sa pulsion : il était trop loin désormais, cela risquait de tout gâcher... Une vague de frustration s'empara alors de lui.


« Rien de magique ici... » grogna-t-il d'un air mauvais.

Sans pour autant le perdre de vue, il remarqua que ce déplacement n'avait pas de réel but (sauf si c'était pour l'énerver davantage, car dans ce cas c'était réussi !). Appuyé contre une poutre à proximité, l'autre sorcier lui posa une autre question :

- Est-ce que la magie noire t'effraie? Ou possèdes-tu certains savoirs qui titillerait ma curiosité ?

Se rapprochant sans même s'en rendre compte, il répondit tout simplement :

« Je suis un médicomage qui en sait beaucoup sur les créatures magiques, mais aussi sur les effets magiques sur le métabolisme... Sur l'esprit... Sur le corps... »

Ce fut à cet instant qu'il perdit le contrôle : la provocation de Finrod eut un effet à retardement, et le fait de lui répondre l'avait détourné de ses tentatives pour rester calme. Sans plus attendre, il plaqua ce mystérieux sorcier sur la poutre qu'il avait utilisé pour s'appuyer... Brusquement, mais pas avec toute la brutalité dont il était capable : ses intentions n'étaient pas hostiles, bien au contraire... Et ça faisait longtemps qu'il n'avait pas eu ce genre de sensation.

Sans demander quoi que ce soit, il retira vivement la capuche de l'inconnu et profita de son bras passé derrière pour l'attirer contre lui, posant ses lèvres sur les siennes. Brutal, mais pas violent, c'était particulier, ça le définissait. Cela faisait des siècles qu'il ne s'était pas laissé aller à ce point.

Quelques secondes, dizaines de secondes, ou bien minutes, difficile à dire avec le sang qui avait décidé de faire tout plein de tours de piste dans sa tête, il se recula, incapable de déterminer si Finrod s'était débattu ou non... Il n'avait pas réfléchi, il avait même du mal à se remettre d'aplomb mentalement... Mince, que s'était-il passé ?


« Je... Mer**... Je voulais pas... Enfin si, mais... »

Oui, en fait il valait mieux ne rien dire, il attendrait que la fonction "phrases complètes" se redémarre. Malgré ses excuses partielles, il n'avait pas lâché l'autre homme, ses deux grosses mains étant agrippées aux épaules de sa "victime". Il savait très bien ce qui lui était arrivé, il n'était pas stupide... Il ne s'y attendait pas du tout, croyant en avoir fini avec les histoires de cœur...

...Et il fallait que ça tombe sur un inconnu, en plein coin paumé en Russie.


Revenir en haut Aller en bas
Finrod Elensar
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de transplanage
Fourchelang


Re: Voyage dans l'immensité russe

Message par : Finrod Elensar, Jeu 2 Avr 2015 - 11:13


Le sourire en coin de Finrod se dessina lorsque ce dernier sentit son interlocuteur russe quelque peu titillé par son approche puis son éloignement. Les yeux émeraudes de l'ancien vert et argent ne quittaient plus Rurik. Sa réponse, très animale, il fallait le dire, déçut l'anglo-roumain. Mais c'était la règle du jeu, des fois les recherches menaient sur des découvertes intéressantes, d'autres non. Quoique cette fois-ci, la rencontre avec ce sorcier russe était intrigante et n'était pas vraiment prévue au programme pouvant être bien plus intéressante que ce le jeune Elensar aurait pu trouver. Finrod ne savait pas réellement ce qu'il ressentait, mais ce que le jeune homme savait, en revanche, c'est qu'il voulait jouer avec ce Rurik. Ce dernier semblait sensible aux petites provocations de l'ancien vert et argent, et il se délectait de voir ce corps robuste se tendre de frustration. Tout en s'approchant de Finrod, le sorcier dit quelques mots permettant au jeune Elensar d'en savoir plus sur celui qui se trouvait face à lui.

« Je suis un médicomage qui en sait beaucoup sur les créatures magiques, mais aussi sur les effets magiques sur le métabolisme... Sur l'esprit... Sur le corps... » Un sorcier qui s'y connaissait en magie technique et précise. Une personne qui accordait de l'importance à l'art de la magie et qui avait appris certaines spécialités, démontrait, en général, un intérêt à apprendre en ne se limitant pas à ce que les autorités magiques imposaient. Finrod n'eut pas le temps de répondre, pourtant ce n'était pas le manque d'imagination qui lui manquait, mais il ne s'attendait pas à ce qui allait arriver. Rurik découvrit sa tête. Le crâne blanc et sans cheveu était à présent visible. Jamais personne n'avait osé retirer le capuchon noir depuis l'accident. Même ses parents n'avaient pu l'ôté. Seul lui décidait quand le faire. Mais cet homme, à peine rencontré, l'avait fait, mettant à nu les cicatrices de brûlures de Finrod. Mais ce dernier n'ait pas eu le temps de réagir que les lèvres de Rurik touchèrent les siennes. Ce contact était brûlant. En complète opposition avec le froid ambiant de la grande Russie. Ce baiser était à l'image de l'homme robuste qu'était le russe, puissant et brut. Cette sensation étrange et indéfinissable se dispersa dans le corps tout entier de l'anglo-roumain. Sans le repousser mais sans lui rendre ce baiser, Finrod rouvrit les yeux lorsque Rurik s'arrêta. L'homme bégaya quelques mots. Il semblait avoir perdu ses moyens. Cette situation fit sourire l'ancien vert et argent. Jamais, au grand jamais, il n'avait pensé faire une telle rencontre. Ses yeux émeraudes regardaient avec intensité cet étrange sorcier.

- Étonnant... Murmura Finrod d'une voix grave, oubliant complètement que son crâne était visible. Il n'arrivait pas à penser ou du moins il n'arrivait pas à penser à autre chose qu'à cet homme face à lui. Approchant son visage, il sentit le souffle chaud de Rurik sur son visage. L'emprise des mains du russe sur Finrod se desserra. Ce dernier profita de la situation pour agripper le sorcier par les bras, pour prendre sa place et le plaqua contre la colonne à son tour. Finrod étreignait les poignets du grand homme. Sentant les muscles se tendrent, l'ancien vert et argent relâcha son emprise. Les deux hommes avaient beaucoup de force, la seule différence est que Finrod ne s'était pas épuiser dans une quelconque activité contrairement à Rurik juste avant leur rencontre. Mais si ce dernier était en pleine forme, l'anglo-roumain n'était pas sur de pouvoir maintenir son étreinte bien longtemps.

- Intéressant. Tout en disant ces mots, Finrod colla son corps contre celui de Rurik. Il sentit la chaleur maintenue dans les vêtements chauds du russe entrer en contact avec lui. Sans plus attendre, l'ancien vert et argent embrassa à son tour le sorcier coincé entre la colonne et lui. De sa main droite, il l'enlaça et de sa main libre, caressa le corps de Rurik. Après un instant, Finrod s'arrêta.

- Alors Monsieur le Médicomage... On retrouve ses esprits? Chuchota Finrod à l'oreille du russe. Puis recula sa tête pour plonger dans les yeux de Rurik. Le sourire dessiné sur le visage de l'anglo-roumain était plein de malice et on ne peut plus provocateur. Pourvoir jouer avec cet homme était un petit plaisir pour lui, mais pas uniquement. Il était réellement intrigué par ce qu'il se passait et désirait que cela continue.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Re: Voyage dans l'immensité russe

Message par : Invité, Lun 6 Avr 2015 - 17:08


Était-ce la fatigue de la confrontation avant d'arriver ici ? Certes, tuer n'était pas de tout repos, surtout lorsqu'il s'agissait d'éliminer des éléments problématiques, que l'on n'avait pas le droit à l'erreur. Il s'en était sorti avec ses acolytes sans avoir besoin de la magie, ce qui l'aurait probablement enragé : il n'aimait guère s'en servir contre les moldus s'il n'en avait pas besoin... Il préférait rester à leur "niveau"... Cela rendait l'extermination beaucoup plus jouissive. Mais du coup, il n'expliquait pas vraiment ce qui s'était passé dans sa tête.

Troublé et hébété, il s'attendait à un coup, quelque chose, pourquoi pas un sortilège en pleine poire aussi ? Ça l'aurait probablement bien calmé sur le coup, mais l'autre sorcier ne sembla pas avoir choisi cette option.


- Étonnant...

Mais encore ? Étonnant qu'un gars comme lui, prompt à se laisser aller à ses pulsions, même les plus brutales se perde un instant dans quelque chose d'aussi... différent ? Non, en fait c'était très simple à expliquer... Rurik n'aimait cependant guère en parler, ses histoires étaient toutes particulières et pas forcément joyeuses... Son aversion pour la gente féminine dans ce côté plus intime de la vie n'aidait pas le moins du monde.

Le surprenant, Finrod échangea leurs places, plaquant le russe contre la poutre sur laquelle il s'était adossé. Pris de court et pas forcément au meilleur de sa forme au vue de sa journée mouvementée, Rurik n'eut guère le temps de réagir immédiatement. La surprise passée, il se laissa faire, les intentions de cet inconnu ne semblaient pas vraiment hostiles.


- Intéressant.

C'était ce qu'il se disait aussi... Et à nouveau, il se laissa avoir par surprise, lorsque Finrod se colla à lui et lui rendit son baiser... Ou lui en offrit un autre, cela dépendait du point de vue. Cette fois-ci, le russe ne craignait absolument rien, la main qui vint glisser sur son corps n'avait absolument rien de désagréable : il ne pût retenir un léger grognement de satisfaction.

- Alors Monsieur le Médicomage... On retrouve ses esprits?

Fronçant légèrement les sourcils, le russe ne répondit pas tout de suite, détournant le regard, réfléchissant. Voulait-il tout ceci ? Apparemment oui, vu que cela lui avait fait perdre tout contrôle. Était-il prêt pour cela ? Il ne savait pas vraiment... Quelque chose s'était éveillé en lui. Il fit taire la petite voix pessimiste au fond de lui : s'il se privait de tout pour la simple raison que ça ne s'était jamais bien passé, il se retrouverait bloqué dans une boucle un brin trop morose à son goût.

« Je pense avoir trouvé bien plus que ça. » répondit-il lentement.

Le silence s'installa, les deux hommes se fixèrent un petit moment. Plissant doucement les yeux, son attention se porta sur le crâne de l'homme : des marques de brûlures s'y trouvaient, probablement synonymes de très mauvaises expériences du passé... Lui aussi avait souffert, lui aussi avait besoin qu'on l'aide d'une certaine manière. Délicatement, le médicomage posa ses doigts sur la tête de celui qu'il ne souhaitait plus qualifier d'inconnu.

« Je peux peut-être t'aider pour ça... Tu n'as pas à rester caché... »

Sa main glissa pour se poser sur la nuque de Finrod, l'autre trouva naturellement sa place sous la cape de l'homme, contre son flanc. Il n'allait pas le laisser partir sans être certain qu'ils se reverraient. Ou bien pouvaient-ils partir ensembles ?

« Rentre avec moi en Angleterre... »

Son hésitation et sa détermination se battaient en son for intérieur : il voulait essayer d'aller plus loin mais il craignait de ne pas être à la hauteur, de ne pas faire ce qu'il fallait. Il avait choisi de se bercer d'illusions en se disant que tout irait bien. Que les illusions s'avèrent être la réalité était ce qu'il souhaitait.

Revenir en haut Aller en bas
Finrod Elensar
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de transplanage
Fourchelang


Re: Voyage dans l'immensité russe

Message par : Finrod Elensar, Mer 8 Avr 2015 - 17:18


Finrod ne pensait pas que la brute épaisse qu'était ce Rurik allait se laisser attendrir rapidement. La situation aurait pu mal tourner, en prenant de court le russe et le bloquant contre la colonne, l'ancien vert et argent aurait pu se retrouver avec un poing sur la figure et le nez fracturé. Mais il tenait à montrer à cet homme que lui aussi possédait une certaine force physique et ne se contentait pas d'utiliser que sa baguette. Il ne fuyait pas le corps à corps et encore moins ce genre-là. Mais le contact d'une des mains de Rurik sur les cicatrices de Finrod ramenèrent le jeune Elensar à la réalité. Jusqu'à présent, il n'y avait plus pensé, mais ce retour brutal lui revint dans la face comme un boomerang. Bien qu'il souhaitait replacer son capuchon noir, la chaleur des mains du Russe, malgré la température qui régnait dans ce hangar sombre, calmèrent l'ancien vert et argent qui se ravisa, laissant la main descendre sur sa nuque. C'était de là que les cicatrices commençaient pour finir sur le haut du crâne de Finrod. Bien que Rurik ne les ait pas vues, le contact lui avait permis de saisir la nature de ce qu'il touchait, le fait d'être médicomage l'aidait grandement. Il proposa, d'ailleurs, d'utiliser ses connaissances pour améliorer la situation.

- Non... Laisse-les... Chuchota Finrod , posant son front sur celui de Rurik. Elles font partie de mon histoire, de moi. Je veux les garder. Je les cache, car je ne raconte pas mon histoire à tous... Il n'avait pas honte de ce qu'il était, mais le monde est connu pour être cruel envers les êtres hors de la "normalité" et le fait d'avoir des brûlures était loin d'être normal, c'était une des raisons qui faisait qu'il portait en permanence son capuchon, les autres étant d'ordre médical. Il lui sourit, mais pas comme avant. Le sourire taquin et provocateur avait laissé place à un sourire sincère qui tenait à montrer la gratitude de Finrod quant à cette demande.

La main sur le flanc de l'ancien vert et argent le fit frémir de tout son être. Ce contact physique lui fit perdre tous ses moyens. Lui qui, jusqu'ici, maîtrisant encore assez la situation, bien que cela n'était pas nécessaire, toute l'hostilité du début ayant disparu. Les corps des deux hommes étaient toujours l'un contre l'autre, Finrod pouvait sentir la respiration de Rurik, sentir ce corps musclé contre le sien, un contact si intense, si brut mais si agréable. L'anglo-roumain ne pouvait dire combien de temps s'était écoulé depuis leur premier baiser. Le silence avait pris possession des lieux, mais le contact visuel entre les deux sorciers valaient mille mots. Cette attirance mutuelle avait suffit pour faire oublier le froid, le temps et tout ce qui les entouraient pour prendre pleine possession de leur corps. Les quelques mots sortis de la bouche du russe s'éteignirent dans le silence. *Rentrer? Lui et moi... En Angleterre.* Il fallut un moment pour le jeune Elensar pour remarquer que son amant, bien qu'il était encore un peu tôt pour le qualifier ainsi, avait un lien avec ce pays et qu'il désirait le revoir. Il acquiesça et dit:

- Tu vis en Angleterre? S'étonna Finrod. C'était une chose qui n'avait pas été mentionnée dans leur discussion auparavant. Les relations à distance n'étaient pas un réel problème pour les sorciers, le transplanage leur permettait d'y remédie quand cela s'imposait, mais dans le cas présent, la question ne se posait même pas. *Une relation? Après deux baisers...* pensa l'ancien vert et argent. Il était encore trop tôt pour se prononcer sur quoique ce soit, mais l'attirance pour Rurik était indéniable et ne pas le revoir créerait une vraie frustration, comme un désir inassouvi. Il était hors de question de laisser ces sensations s'en aller avec Rurik. Bien que cela pouvait surprendre plus d'une personne, se fier à un sorcier qui menaçait de lui exploser le crâne quelques instants auparavant, et tout oublier en un quart de seconde pour laisser place à une passion qui semblait naître entre les deux hommes, mais plein de retenue, Finrod tenait à explorer ce côté-ci de sa personnalité. Ce côté qu'il avait enfoui en lui.

Les yeux émeraudes de Finrod ne pouvaient se détacher du visage du russe. Scrutant les moindres détails, dévorant ce visage. Rester ici n'avait plus lieu d'être, du moins tant que Rurik n'y restait pas. Les affaires qui avaient mené l'ancien vert et argent dans la lointaine Russie n'avaient rien donné. Et vu la demande de Rurik pour retourner en Angleterre, il devait aussi avoir fini de régler les siennes, ou alors il n'y pensait plus du tout, voire même ne s'y intéressait plus. L'anglo-roumain sourit et se serra encore un peu plus contre le russe, il tenait à profiter de ces instants.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Re: Voyage dans l'immensité russe

Message par : Invité, Sam 18 Avr 2015 - 23:50


Son comportement était surprenant, mais il se sentait bien, alors pourquoi se priver d'agir, même si cela semblait un peu décalé par rapport à ses habitudes ? Que Finrod lui rende son baiser lui avait confirmé ses espoirs... Alors oui, il avait souvent eu droit à des baisers se voulant rassurants, promesses d'un futur joyeux, sauf que la plupart avaient plutôt mené à une tentative de meurtre se soldant par la mort de l'assassin. Le sentiment aujourd'hui était différent...

- Non... Laisse-les... Elles font partie de mon histoire, de moi. Je veux les garder. Je les cache, car je ne raconte pas mon histoire à tous...

Sortant de ses pensées, Rurik grimaça légèrement : seul son côté médicomage était capable de montrer une facette potentiellement bienveillante et intéressante. Pourquoi voulait-il garder ces marques ? Si justement il voulait garder ça pour lui, pourquoi ne pas faire quelque chose pour les camoufler, les guérir complètement, et ainsi ne pas avoir à se justifier, même si c'était pour répondre par la négative. Les gens n'aimaient pas les différences, surtout lorsque les marques visibles faisaient référence à des événements emplis de souffrance : avec sa carrure, sa cicatrice sur le côté du cou, ses tatouages, Rurik savait très bien tout ceci. Lors de ses quelques voyages, il s'était laissé tenter par l'appel des plages, afin de se détendre. Les regards avaient toujours été insistants : tout d'abord sa silhouette massive, mais ensuite ses cicatrices sur le corps... Il avait pris un peu de recul avec les années, ignorant les curieux, mais il préférait être beaucoup plus prudent... Si on le prenait un peu trop pour un criminel, on risquait de l'associer à certaines choses... qui s'avéraient être belles et bien de son ressort.

Il aimait bien nager, mais s'il voulait rentrer à Londres, ce n'était pas pour piquer une tête dans les eaux louches de la Tamise, mais plutôt pour être dans un cadre moins dangereux, moins secret, beaucoup plus tourné vers l'avenir...


- Tu vis en Angleterre?

Lentement, il acquiesça...

« Oui, j'y suis médicomage, domaine que je suis forcé d'enseigner à Poudlard... il y aussi... »

Non... Ça il ne pouvait pas lui en parler, c'était trop tôt, il ne voulait pas mettre en danger tous les autres, c'était bien différent que ses activités de mafieux ici. D'ailleurs, c'était le meilleur moyen de justifier cet instant de doute.

« ... il y a aussi qu'ici, les choses sont complexes... je reste attaché aux moldus, mais ma vie se fait principalement en Angleterre. C'est donc là bas que je veux apprendre à te connaître. Tu es un sorcier, les choses seront beaucoup plus faciles... Ce qui me donne d'autant plus d'espoir. »

La main sur la nuque de Finrod glissa jusqu'à son épaule, le tenant fermement, sans pour autant le retenir s'il voulait se retirer de l'emprise du russe.

« Après... Je comprendrais que tu ne veuilles pas, on vient juste de se rencontrer, tous les deux dans des affaires un peu louches, je te menace de mort et ensuite te saute dessus sans explications... Je n'ai malheureusement aucun mot pour décrire parfaitement ce que je ressens... Je veux juste essayer, en espérant que ça mène à quelque chose de bien... »

Sa dernière phrase s'était mêlée à un grognement tandis que ses yeux s'abaissaient, fixant le vide. Le passé avait été très douloureux et chargé, il en souffrait peut-être. Il retenait surtout toutes ces histoires s'étant mal passées... C'en était presque déprimant... Aujourd'hui, il avait une petite chance de se retrouver avec une relation intéressante, il avait littéralement sauté sur l'occasion.

« Qu'est-ce que t'en dis ? Je te dirais bien de ne pas avoir peur, mais tu n'as pas l'air d'être du genre à te laisser abattre bien facilement, ça me plaît beaucoup. »

Étirant un léger rictus, il donna un petit coup sur le côté de la mâchoire de Finrod. La plupart des gens auraient potentiellement récoltés un mauvais coup, mais cet homme là avait le mérite d'être un peu plus robuste, Rurik ne mentait pas, cela lui plaisait de pouvoir être davantage "lui".

Revenir en haut Aller en bas
Finrod Elensar
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de transplanage
Fourchelang


Re: Voyage dans l'immensité russe

Message par : Finrod Elensar, Mar 21 Avr 2015 - 10:32


L'attitude du russe avait complètement changé. L'homme violent du début n'était plus. Finrod se trouvait face à  un être attentionné et bienveillant. Cela le mit presque mal à l'aise. Il n'était pas habitué à tant d'attention positive, surtout venant d'un inconnu. Mais les similitudes entre les deux hommes étaient plutôt flagrantes. De grande taille tout deux, il avait chacun des marques sur le corps montrant un passé peu commun. Du moins, cela était ce qu'en déduisait l'ancien vert et argent en observant Rurik. Si les deux sorciers semblaient être si à l'aise l'un avec l'autre, cela devait sûrement être dû à ces ressemblances. Ils pouvaient se comprendre mutuellement. À cette pensée, l'anglo-roumain se détendit légèrement. Il pouvait se laisser aller un peu plus avec cet homme fraîchement rencontré. Bien que les baisers échangés ne montrent pas une quelconque retenue, Finrod pouvait espérer plus que cet échange et en entendant ce que le médicomage disait, il avait raison d'imaginer plus. En écoutant ce que disait Rurik, l'ancien vert et argent fut étonné d'une chose.

- Professeur à Poudlard? Toi? S'étonna le jeune Elensar. C'était une chose difficile à imaginer. Il le croyait, bien entendu, mais Finrod n'aurait jamais pensé rencontrer un enseignant de l'Académie en Russie et encore moins impliqué dans une telle situation. Sans lui laisser le temps de répondre, le sorcier continua: "Il est vrai que ce n'est pas le meilleur lieu pour continuer à faire connaissance." L'ancien vert et argent sourit, il avait en quelque sorte donné une réponse au russe, il voulait en apprendre plus sur lui. Rurik avait utilisé le mot "espoir". Espoir pour un futur "eux", un futur... Ensemble? C'était une possibilité. La main du russe glissant sur sa nuque le fit sortir de ses pensées et frémir, pas de froid ou d'une quelconque sensation désagréable, bien au contraire! Cela ressemblait presque à une caresse. Puis Rurik continua de parler. Les yeux émeraudes de Finrod regardaient tantôt ceux de l'homme face à lui, tantôt ses lèvres. L'ancien vert et argent remarqua le regard vide du russe. Il allait lui dire quelque chose mais ce dernier se reprit et continua de parler. Et le petit coup sur sa mâchoire le fit rire. Venant d'un homme avec une telle carrure, cela ne pouvait qu'être une marque d'affection. *Il se laisse rapidement aller. Il doit sentir que nous avons plusieurs points en commun. Et moi aussi je le sens. Je veux en savoir plus sur lui, je...* "Veux passer du temps avec toi..." Les pensées de Finrod finirent hors de sa tête. Il venait de les murmurer. À présent, il fallait savoir où aller. L'appartement qu'il possédait dans l'Allée des Embrumes ferait l'affaire, quoique peut-être trop intime pour continuer cette rencontre et surtout, il y avait Saïca, son taïpan du désert. Bien qu'il se sente en confiance avec cet homme, le fait qu'il était un Fourchelang n'était pas une chose qu'il souhaitait dévoiler, du moins pas tout de suite. Comment expliquer que l'on possède l'un des serpents les plus venimeux du monde dans son appartement et que celui-ci s'y promène en liberté, sans préciser que l'on possède le don de communiquer avec ces reptiles? Non, il fallait trouver une alternative.

- Rentrons en Angleterre, oui. Ensemble. Je n'habite pas un quartier fréquentable. Si l'on souhaite éviter les endroits dangereux, il vaudrait mieux ne pas y aller. L'Allée des Embrumes regorgent de sorcières et sorciers malhonnêtes. As-tu une idée d'où l'on pourrait aller? Il s'agissait que d'une demie-excuse, il était vrai que cet endroit de Londres n'avait pas bonne réputation, mais il fallait surtout éviter que certains secrets ne viennent à la surface trop rapidement.

Lançant un sourire à Rurik et avançant son visage, Finrod caressa la main du russe sur son épaule. Il profita de cet instant de silence pour poser ses lèvres sur celles du médicomage. Il en avait simplement envie, pourquoi s'en priver? Cela pourrait  éventuellement chasser les quelques doutes dont faisait preuve Rurik et ainsi lui prouver qu'eux deux ne seraient pas qu'un simple souvenir resté en Russie une fois qu'ils seraient rentrés au pays.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Re: Voyage dans l'immensité russe

Message par : Invité, Mer 29 Avr 2015 - 0:18



- Professeur à Poudlard? Toi?

Ehh ! Il voulait un coup de boule ? Certes, Rurik n'avait que peu d'affinité avec l'enseignement : il s'énervait facilement, il tuait de sang froid, il était trop sérieux, glacial, brutal, impatient, malsain, cruel... En fait, il n'avait pas grand chose...

« Pour l'instant je m'en sors, je préfère avoir à mettre de l'ordre dans un groupe de truands sanguinaires plutôt qu'avoir une demi-journée de cours, mais ça s'améliore... »

Quel aveu, c'était une réponse pouvant amener des tas de questions, et susceptibles d'immiscer le doute dans l'esprit de toute personne... Finrod y faisait probablement exception : lui aussi n'avait pas l'air bien net, sauf qu'au lieu de se sentir menaçé, tout invitait Rurik à vouloir en savoir plus sur celui qui n'allait pas rester bien longtemps un inconnu.

Et puis... Vouloir découvrir ses secrets était une bonne chose, et au moins cela lui servait d'excuse pour passer du temps avec lui. Le sorcier à capuche murmura ce que le russe pensait intérieurement. Il n'y avait pas besoin de préciser ce genre de détail au vu de ce qui venait de se passer... Mais pour une fois Rurik était bien content que quelqu'un prenne la peine d'énoncer l'évidence : cela le rassurait.

- Rentrons en Angleterre, oui. Ensemble. Je n'habite pas un quartier fréquentable. Si l'on souhaite éviter les endroits dangereux, il vaudrait mieux ne pas y aller. L'Allée des Embrumes regorgent de sorcières et sorciers malhonnêtes. As-tu une idée d'où l'on pourrait aller?

Le médicomage fronça légèrement les sourcils : en quoi habiter un quartier peu fréquentable était un problème ? Il RENDAIT les quartiers peu fréquentables ici en Russie, ce n'était pas donc la petite racaille pseudo-criminelle anglaise, magique ou pas, qui allait lui faire peur.

** Faut peut être que je gagne le droit d'aller chez lui... Ou alors... Je vais pas le forcer à m'y emmener. ** songea-t-il.

Les choses devaient se faire petit à petit, cette retenue plaisait bien au loup-garou : lui qui était habitué à vivre dans l'instant présent, obtenir rapidement ce qu'il souhaitait, à coup de menaces, de blessures, de tortures... Tout ça lui procurait un plaisir immense, mais c'était à dissocier totalement de ce qu'il éprouvait pour Finrod. Allait-il être patient ? C'était difficile à croire, mais pas si impossible, en fin de compte.

« ... »

Il n'eut pas le temps d'émettre le moindre son que les lèvres de son bel inconnu se posèrent à nouveau sur les siennes. C'était agréable, mais ça manquait un peu de panache, tout de même ! Il y mit davantage du sien pour rendre le baiser beaucoup plus intense, plus passionnel, un peu plus brut, sincère... plus "Rurik", quoi. Lorsqu'ils finirent, le criminel sentit comme une gène à un endroit spécifique... Il préféra néanmoins ne pas brusquer les choses...

...Et puis de toute façon, il y avait encore ses deux gars qui attendaient dans la pièce à côté.

« En face de Sainte-Mangouste, à deux petites ruelles, il y a un hôtel moldu, j'y vis la plupart du temps... l'argent moldu n'est pas vraiment un problème pour moi. On pourrait s'y retrouver, mais je ne veux pas t'obliger à quoi que ce soit. »

Il attrapa ensuite d'une main le menton de sa "proie", l'air beaucoup plus sérieux.

« Je ne peux malheureusement pas partir avec toi tout de suite, je dois ramener les deux chez eux, Jonas est blessé et j'aimerais éviter qu'il passe l'arme à gauche. Je leur dirais que tu n'es pas une menace, un intermédiaire, ou un connerie dans le genre... Ils me font confiance. Je retournerais en Angleterre dès demain. Cela ne te dérange pas que l'on doive se séparer maintenant ? »

Il n'avait pas vraiment le choix : s'éclipser maintenant avec cet inconnu mettrait beaucoup trop de doutes dans la tête de ses sbires. Il les avait toujours bien traité (du moins, le plus souvent possible), il n'allait donc pas les laisser seuls, fatigués et l'un des deux blessés.
Revenir en haut Aller en bas
Finrod Elensar
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de transplanage
Fourchelang


Re: Voyage dans l'immensité russe

Message par : Finrod Elensar, Mar 5 Mai 2015 - 11:40


En entendant Rurik se défendre sur son poste de professeur, Finrod sourit. Le russe n'était pas un sorcier comme les autres, il semblait posséder plusieurs facettes et l'ancien vert et argent avait envie de les découvrir. Et il semblait que cela soit réciproque.
L'anglo-roumain souligna l'étonnement de son interlocuteur lorsque l'Allée des Embrumes fut évoquée comme un lieu dangereux, l'excuse qu'il avait trouvé ne semblait avoir réellement convaincue Rurik, mais le sorcier décida de ne pas revenir sur le sujet surtout lorsque le russe évoqua un hôtel moldu. Cette fois-ci, c'était à Finrod de faire une drôle de tête. Lui, chez des moldus? Ses sans-magies qui ne servaient à rien du tout. Un coup de baguette et on en faisait ce que l'on voulait. Son éducation, bien encrée, lui avait appris à mépriser ce genre de personnes. Il ne savait pas quoi faire. Il s'était quelque peu éloigner du russe pour réfléchir. Après tout, c'était pour passer du temps avec cet homme, non mais cela semblait impossible pour lui de se retrouver dans un établissement moldu. Le choix à faire était très difficile pour l'ancien Serpentard. Tout ça à cause de son don, qui pour une fois lui desservait plus qu'autre chose en l'empêchant de se rendre chez lui. Il ne pouvait pas prévenir à l'avance son serpent. Rurik parla de se séparer, apparemment il désirait aider ses compagnons de route qui nécessitaient de l'aide. *Il ferait mieux de les achever...* pensa le jeune homme, mais il se retint. Le russe semblait tenir un minimum à ces moldus, il ne désirait pas créer un désaccord, à peine rencontrés, entre eux, sans savoir ce que l'avenir pouvait bien leur réserver. Mais le fait que le sorcier décide de ne rentrer en Angleterre que le lendemain pouvait laisser du temps à Finrod pour parler à Saïca, mais changer d'avis à propos de son appartement, après quelques minutes, ne le rendait pas crédible... Il était pris au piège de son demi-mensonge. Après une minute de silence, le Fourchu se résigna:

- Bien... Dit-il d'une voix sobre. Je te laisserai m'envoyer un hibou afin que je n'attende pas pendant des heures que tu arrives.

Il ne fallait pas trop lui en demander. Déjà qu'il allait se rendre dans un hôtel tenu par des sans-magies, il ne devrait pas attendre en plus que Rurik se montre après qu'il a attendu. Surtout que si le sorcier restait trop longtemps à voir des moldus, il risquerait de les blesser ou de les tuer, juste comme ça, simplement parce qu'ils étaient des êtres dénués de pouvoirs magiques. Et il fallait aussi qu'il gère la BAM ce qui prenait pas mal de temps. Il avait omis, volontairement, ce détail lorsqu'il s'était présenté. L'ancien vert et argent ne désirait pas voir son poste mis à mal si ses recherches sur la Magie Noire arrivaient aux oreilles de sorciers proches du Ministère ou à un de ses membres. Il feindrait l'oubli lorsqu'il en parlerait au russe.

Le moment était venu de se dire au revoir. Maintenant que Finrod savait qu'il allait revoir cet homme, il pouvait s'en aller et le laisser vaquer à ses occupations avant de le retrouver demain, en Angleterre, dans un hôtel moldu... Le sorcier se dirigea vers le russe, le prit dans ses bras et le serra assez fort. Il voulait encore sentir ce corps robuste contre le sien avant de s'en aller. Provocant jusqu'au bout, Finrod lui lécha légèrement le cou pour l'embrasser vigoureusement juste après. Puis s'éloigna. Juste avant de transplaner, il regarda droit dans les yeux Rurik avec un sourire. CRAC. Il avait disparu, laissant le médicomage dans l'immensité russe.


Fin du RP pour moi.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Re: Voyage dans l'immensité russe

Message par : Invité, Dim 10 Mai 2015 - 17:33


[ Comme le RP avec Finrod est fini, j'entame la suite de ce RP avec Matt Austin ]

Le temps pressait, le policier n'avait que peu de temps : cet Auror était Legilimens, ce qui voulait dire qu'il allait probablement vérifier la culpabilité de l'accusé, à savoir Dmitri Zelenyy, criminel moldu dont le compteur de meurtres était bien au delà de la racaille lambda qui écumait les rues. Il s'agissait d'un homme de trente-deux ans, plongé très jeune dans la sphère de la mafia, ayant appris les ficelles en observant... Il n'avait jamais fait parler de lui jusqu'à son opération qui le propulsa au statut d'homme extrêmement dangereux, trois ans auparavant.

Malgré tout, les meurtres pour lesquels l'Auror s'était déplacé jusqu'en Russie n'étaient pas de son ressort, Rurik était le seul coupable : un gamin et un agent double, ou plutôt un gamin très désagréable, et un agent double quelque peu malchanceux. Il les avait tué tous les deux. Le jeunot était probablement un gosse de riche, se procurant de la drogue pour se faire mousser en soirée avec ses amis, il pensait que l'argent lui ouvrirait toutes les portes... cependant, à trop ouvrir sa bouche, il avait mis en rogne le mafieux. Le double jeu de l'agent moldu avait été dévoilé en même temps, les soupçons du médicomage s'étaient confirmés lorsque l'homme avait tenté de prendre la défense du sale mioche. Ah, les "gentils"... Toujours à se faire avoir quand il fallait sauver des "innocents".

Ce soir-là, la mission du mafieux était on ne peut plus importante et délicate : il devait arriver jusqu'à Zelenyy sans se faire repérer, sans causer le moindre doute dans l'esprit de son adversaire...

« Bon, c'est parti pour mission impossible, alors... »

Chassant la vague de vieillesse de plus de cent ans que cette réplique venait de provoquer, il rajusta sa capuche et s'engouffra dans l'allée sombre : ce genre de lieu le mettait à l'aise, un peu comme un poisson dans l'eau. Le danger était certes omniprésent, mais il était du genre à foncer droit vers lui, l'attraper pour lui faire un gros câlin, et lui broyer les os au passage...

Le russe n'appréciait guère utiliser la magie pour résoudre des affaires qui touchaient au monde moldu, mais si les Aurors s'en mêlaient, il devait couvrir ses arrières... Et pour ça, il était capable d'aller très loin. Cependant, il n'était pas nécessaire de plonger dans la magie noire, les anciens rites, les trucs bizarres et immondes...

« Oubliettes Minima » grogna-t-il en pointant sa baguette sur le nez de l'homme qui gardait la seule porte.

L'entrée était bien cachée, mais Rurik savait très bien où se trouvait Zelenyy. Il n'avait jamais tenté d'attaque directe sur ce QG, ne voulant pas perdre ses hommes face à la supériorité numérique de ce groupe...

« Anesthesia » lança-t-il dans le dos d'un autre sbire.

Qu'il était bon d'être médicomage et de pouvoir adapter au mieux possible ce sort. La cible devait être un minimum détendue : ce n'était plus à son tour de monter la garde, et au vu de l'heure tardive, il pourrait bientôt rentrer chez lui... vivant. Le loup-garou n'avait pas d'autre choix que de le laisser en vie... quel dommage.

S'infiltrant donc un peu plus profondément dans le repaire empli de malfrats, l'imposant sorcier dû bien entendu redoubler d'efforts pour éviter de faire le moindre bruit suspect, mais surtout prendre sur lui pour ne briser aucun crâne et se contenter de neutraliser les gens de la manière la moins problématique possible : il déplaça les quelques endormis sur des chaises, contre des rebords, pour simuler un simple "dodo au travail", il passa devant quelques autres en utilisant simplement un sortilège d'amnésie atténué pour qu'elles oublient seulement sa présence.

Les discussions espionnées lui indiquèrent la présence de Zelenyy dans son "salon personnel". S'accordant quelques minutes de repos dans ce qui semblait être une armurerie, pour reprendre un peu de son énergie après avoir lancé tant de sortilèges, s'être creusé la tête pour ne pas laisser le moindre soupçon et avoir retenu sa brutalité, il en profita pour bidouiller toutes les armes sur lesquelles il posa les mains : rendre hors-service toutes ces armes à feu pouvaient éventuellement s'avérer utile dans un futur proche...

« ...le truc c'est que j'ai perdu l'autre, Zelenyy va me tuer s'il l'apprend...
- ...on en a à revendre, suffit que t'en prenne une autre et ça se remarquera même pas... »

Le médicomage grimaça, pointant sa baguette sur la porte : que faire ? Deux hommes allaient entrer ici et le trouver installé là, comme un pacha, en train de saboter leurs armes... Paniquant légèrement, il se redressa et...

« Bordel, j'suis trop stupide... grogna-t-il tout bas. Repello Moldum »

Il attendit en silence, la poignée venait d'être tournée, mais personne ne poussa la porte...

« Au pire ça presse pas... Il inspecte jamais les armes...
- Ouais, en plus il est tard, je fais pas partie de la quatrième garde, j'vais rentrer chez moi... il est beaucoup trop tard, fais chier !
- C'est quoi le problème ?
- Bah ma femme est déjà couchée à cette heure là, si je commence à la toucher, elle va m'envoyer paître...
- Haha ! Mon pauvre, demande une prime de "bourses bleues" au patron, qu'il nous fasse une augmentation pour les heures aussi tardives !
- Ouais, non... Il serait capable de me les faire couper pour pas qu'j'me plaigne... P'tin, regarde, y'a Mikaïl qui s'est endormi, il va se faire taper sur les doigts...
- Laisse le pioncer, au moins ça nous fera un idiot de moins à supporter si Zelenyy le bute... »

Les voix et éclats de rire s'éloignèrent, permettant à Rurik de reprendre son souffle. L'adrénaline avait commencé à s'intensifier à une allure alarmante, il avait commencé à serrer les poings, prêt à briser des crânes, mais il fallait qu'il se retienne.

** Bordel ! Je déteste l'infiltration... ** songea-t-il.

Il détendit ses poings, sa baguette lui était presque rentrée dans la peau, heureusement qu'elle était solide. Dans un mouvement un peu comique, il manqua de la faire tomber, la rattrapant in-extremis en la plaquant contre lui... au niveau de son entrejambe.

« Outch... C'est pas mon jour... »

Se massant les parties sans la moindre gène, il s'extirpa de l'armurerie, levant ensuite le sortilège repousse-moldu : il était déconseillé de le laisser, cela pouvait provoquer des catastrophes de laisser ce genre de magie dans un lieu fréquenté par autant de moldus.

Forcé à se plaquer du mieux qu'il pouvait contre un mur, il laissa passer deux femmes très légèrement vêtues, qui venaient tout juste de sortir du "salon personnel", ne marchant guère droit, ayant sûrement consommé un peu trop d'alcool et de substances pas nettes. Quel coquin, ce Zelenyy... Rurik ne s'adonnait jamais à ce genre d'activités, principalement parce que les avances des femmes le mettaient mal à l'aise et lui donnaient des envies de meurtres, mais aussi parce qu'il se devait de rester lucide dans son boulot de chef de groupe mafieux... ou de policier... ou de médicomage... ou de professeur... Il réalisa à quel point il avait de la chance de ne pas succomber aussi facilement à ces tentations. Certes, il y en avait d'autres qui le rendaient aussi faible qu'un hétéro devant une paire de seins, mais il espérait être un peu plus raisonnable que ça.

Avant que la porte ne se referme, il inséra sa baguette dans la fente (no comment) entre l'encadrement de la porte et celle-ci, visant la silhouette qu'il distinguait grâce à l'éclairage à l'intérieur.


« Stupefix »

Un "THUD" sourd confirma que sa cible venait de faire un plat sur la moquette... Ouvrant la porte pour entrer à son tour, Rurik la referma derrière lui, levant sa baguette pour la verrouiller... avant de voir qu'il lui suffisait simplement de tourner la clef... Ce qu'il fit, abuser de la magie dans une telle situation risquait fortement de l'énerver.

« Salut mon cher Dmitri, je ne fais que passer, on reviendra demain pour te coffrer... J'ai juste un truc à faire avant... Et je ne vois même pas pourquoi je te parle vu que tu es inconscient... »

Haussant ses larges épaules, le sorcier s'installa sur le canapé moelleux, se servant dans le plat posé sur la table basse, une pâtisserie dont il enleva la poudreuse blanche qui avait été rajoutée par dessus : non, la drogue, c'était pas son truc, il préférait la vendre et étendre son influence tout en gardant son esprit et son corps sain. Rurik ne savait pas si l'antique poète latin à l'origine de cette expression considérait la psychopathie comme preuve d'un esprit délétère ou insalubre... car si ce n'était pas le cas, le russe pouvait se targuer d'être un modèle...

...Lorgnant la pâtisserie d'un air suspicieux, il se demanda si son soudain accès de réflexion philosophique n'était pas dû à des restes de drogue sur ce qu'il venait de manger... Naaan, ce n'était pas aussi rapide, voyons ! Se concentrant à nouveau sur le Zelenyy paralysé au sol, il pointa sa baguette et grogna :

« Legilimens »

Le sol se déroba sous ses pieds, lui donnant l'impression que le canapé venait de tomber dans une trappe dissimulée, comme dans les dessins animés moldus. Cette sensation était agréable quand on s'y attendait, et il put se focaliser entièrement sur sa mission. Balayant les souvenirs de l'homme d'un geste, il entreprit de lui injecter de nouveaux souvenirs, se basant sur les siens.

~~~~~


Une salle peu éclairée, un coin assez difficile à reconnaître, mais qui faisait froid dans le dos. Un jeune homme se tenait debout, brandissant successivement son arme sur les deux hommes qui lui faisait face. Le premier était l'agent anglais, qui ne savait pas vraiment quoi faire face à cet imprévu. Le second était...une silhouette imposante, toute en muscles, au sourire malsain, au regard peu rassurant, Rurik Mkrovsk...un autre homme, au regard froid, au rictus moqueur et arrogant, Dmitri Zelenyy. Le chef du groupe mafieux reprit la parole, son ton était grave et menaçant neutre et provoquant :

« J'en ai marre de toi, tu penses vraiment pouvoir m'acheter comme ça ? Me menacer et ensuite t'en tirer sans encombres... tsss...
- Chef, il est...
- Ferme-la toi, je vois pas pourquoi tu prends encore sa défense... En fait si... Je vois très bien.  »

Tirant une arme de sous sa veste, le chef descendit rapidement son "acolyte", sous les yeux horrifiés du jeune homme, qui ne semblait toujours pas décidé à presser la détente.

« Bon, à ton tour gamin, tu m'as suffisamment fait chier...
- Vous...vous, mon père ...
- Laisse moi deviner, ton père en entendra parler ? La seule chose dont il entendra parler sera des tentatives vaines pour retrouver ton cadavre ! »  

Un petit "clic" se fit entendre, puis un autre... Le jeune homme pressait la détente, rien ne se passait. La mafieux redressa alors son arme et la pointa sur le pauvre terrifié.

« Ton père aurait surtout dû t'apprendre à manier une arme, quand j'ai vu que tu n'avais pas retiré le cran de sécurité, je me suis dit que tu étais déjà mort...
- ...  »

Un second coup de feu et le gamin s'écroula au sol, lâchant son arme.

« Un cran de sécurité, pfeuh... Je savais bien que ce nouveau était pas net... »

Il donna un coup de pied dans le cadavre de l'agent double, le faisant rouler au sol et étaler davantage de sang. Tirant cette fois ci un téléphone portable d'une de ses poches, le seul "survivant" entra quelques numéros sur un écran tactile.

« Bon... Y'a plus qu'à se débarrasser des corps, je ne veux pas que les flics ou les pauvres papounets attristés remontent jusqu'à nous, allez chercher les bidons, on procède comme d'habitude quand on veut faire disparaître complètement un corps... voire deux, dans ce cas-ci... Oui, lui aussi est mort, mais on s'en fout c'était une taupe, je l'avais pas croisé jusqu'à aujourd'hui, et je le remarque aussitôt, va falloir qu'on ait une petite discussion sur les modalités d'admission des nouvelles recrues... »



~~~~~


Le sol réapparut, le décor de la salle également... Rurik avait réussi. Il avait certes mal au crâne, sa respiration était saccadée et il se sentait assez transpirant, mais il était parvenu à injecter un de ses propres souvenirs au moldu, le modifiant pour que cela colle à sa personne. Ce n'était pas la première fois qu'il faisait ce genre de choses, mais cela n'était pas une habitude... cette expérience lui avait au moins permis de s'améliorer...

Ramassant l'inconscient et l'allongeant à moitié sur le canapé, pour qu'il ne se doute de rien à son réveil, Rurik resta un petit instant à ses côtés, reprenant son souffle et ses forces. Cette escapade avait été plus crevante que prévue, une promenade de santé, hein ? Plutôt un suicide psychologique ! Tous ces ennemis si proches de lui, si...

...En un battement de cils, il réalisa qu'il surplombait Dmitri, une main posée sur la gorge de l'impuissant, l'autre sur le sommet de son crâne. Une grosse envie de l'étrangler et lui briser la nuque venait de lui traverser l'esprit. Difficilement, il déplaça ses mains, restant accroché aux épaules de l'autre criminel, grognant de frustration... Il avait du mal à lâcher une proie... Et pourtant il était bien obligé : si Dmitri mourrait ce soir, le médicomage n'aurait plus aucun moyen de dissiper entièrement les doutes de l'Auror.

L'imposant sorcier se redressa, s'éloignant de l'homme, se massant les tempes afin d'essayer de se calmer.

« Et dire qu'il va falloir aussi avoir de la retenue à côté de l'autre... Je suis maudit... » grommela-t-il.

La sortie allait être beaucoup plus simple : il n'avait pas pu transplaner pour venir jusqu'ici, les chances de se faire repérer étaient trop élevées, de plus, il ne connaissait pas le lieu, et apparaître avec un mur ou du mobilier en travers du corps ne l'attirait pas plus que ça... Pour le retour, c'était tout simple. Il annula le sortilège de stupéfixion et disparut avant même que le contresort ne touche la cible (et puis de toute façon, Zelenyy était trop dans les vapes pour s'inquiéter du craquememnt provoqué par un transplanage).

Voilà, maintenant, tout était prêt pour le lendemain...
Revenir en haut Aller en bas
Matt Austin
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de transplanage
Legilimens
Occlumens


Re: Voyage dans l'immensité russe

Message par : Matt Austin, Dim 17 Mai 2015 - 13:52


Le soleil venait à peine de se lever, que Matt marchait déjà dans les rues de Londres en direction du Ministère de la Magie. Aujourd'hui, c'était un moment très important pour l'Auror. Dans quelques heures, il irait attraper un mafieux russe pour l'interroger sur une affaire des plus secrètes. Une affaire dans laquelle, le brun coopérait avec un étrange sorcier: Rurik Mkrovsk. Ce dernier était un policier russe dans le monde moldu, et un médicomage de renom ainsi que professeur à Poudlard, dans le monde magique. Et il avait été le premier suspect dans l'affaire de l'agent d'élite du Ministère. Mais après un interrogatoire en Russie et l'utilisation de la Légilimancie, Matt avait bien vite écarté Rurik de sa liste. Le colosse n'avait rien à voir dans l'histoire, mais par contre, il se montra très utile pour la suite, notamment en lui donnant un nouveau suspect: Dmitri Zelenyy. Seul bémol, le mafieux se trouvait en Russie et c'était la bas qu'ils allaient devoir intervenir pour l'appréhender.

Marchant d'un pas rapide dans les couloirs du bâtiment le plus important de monde magique anglais, l'américain arriva enfin au Quartier des Aurors. Ses collègues n'étaient pas encore arrivés, ce qui l'arrangea. Il ne voulait pas vraiment s'expliquer sur sa présence si tôt à son bureau. Le brun fouilla dans le tiroir de ce dernier, un emplacement cadenassé dans lequel il laissait ses dossiers "chauds". Attrapant un dossier marron sans étiquette pour indiquer son nom, il jeta un rapide coup d'oeil à son contenu avant de le refermer. Tous les détails de l'affaires étaient dedans, il comptait bien le prendre avec lui. Sans plus attendre et ne souhaitant pas s'attarder plus longtemps ici, Matt ferma les yeux. Il se concentra pour se rappeler du souvenir que lui avait donné Rurik. Le souvenir d'un lieu en Russie où il pouvait arriver sans se faire repérer. Un craquement sonore retentit.

La première chose que ressentit l'américain après son arrivée, fût le vent frais qui lui gifla la peau nue de son visage. Frissonnant, l'Auror resserra l'écharpe qu'il avait pris autour de son cou et rangea ses mains dans les poches de sa parka. Il sentit le contact rassurant du bois de roseau de sa baguette. Il n'était pas en confiance dans ce pays si étrange pour lui. Rien que le climat, il le détestait. Enfin bref, de toute manière, après avoir attrapé ce Dmitri Zelenyy, le brun comptait bien partir quelques jours dans un pays chaud où il ne risquerait pas de mourir congelé. Dire qu'hier, avait pris l'avion pour quitter la Russie ou du moins, faire croire à son départ avant de revenir sans moyens moldus.

Le dernier des Austin marcha une centaine de mètres pour rejoindre une rue plus mouvementée que la petite ruelle noire dans laquelle il était arrivé. Rurik ne devrait plus tarder à arriver maintenant, et puis, ils partiraient pour une chasse à l'Homme.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Re: Voyage dans l'immensité russe

Message par : Invité, Mar 19 Mai 2015 - 14:06



Le russe ne put s'empêcher de sourire légèrement en voyant l'Auror sortir de la ruelle et marcher sur quelques mètres, le cherchant sans doute : bien que discrètes, les petites ruelles n'étaient pas entièrement privées, et il ne faisait pas bon de s'y attarder, il suffisait d'un passant pour que cela paraisse suspect. Les grandes rues étaient beaucoup plus pratiques, tout le monde se mêlait, les bonnes et les mauvaises intensions devenant invisibles.

Restant quelques instants de plus dans son coin, le loup-garou grogna, l'air amusé : il n'allait pas aller bien loin avec cet énergumène : les passants avaient certes des chapeaux, des écharpes et des vêtements tenant chaud, mais ils n'étaient pas tous aussi crispés par le froid que l'anglais. Lui-même portait une large veste, d'apparence simple et passe-partout, bien que sa taille et sa carrure se complaisaient à le faire encore et toujours détonner parmi la foule. Pour certains, il était un policier en civil, probablement pas en service au vu de son comportement un peu décontracté, tandis que pour d'autres, il était un élément dangereux, un chef autoritaire mais efficace : le jeune homme qui vendait discrètement sa drogue au coin de la rue était une de ces rares personnes. D'un simple regard, le criminel fit s'éloigner le jeune homme : il valait mieux rester prudent et éviter tout problèmes avec l'Auror dans les parages, surtout que même ce trafic moldu était lié plus ou moins à l'enquête.

Décidant de rejoindre le pauvre homme sans doute frigorifié, il le salua d'un mouvement de tête et lui fit signe de le suivre.

« On va faire le tour, se mêler aux gens qui se dirigent vers les magasins. Le repaire de Zelenyy n'est pas loin et les rues qui y mènent sont désertes à cette heure-ci... donc si l'on y croise n'importe qui, on efface sa mémoire, même s'il s'agit d'une petite vieille flétrie. On trouvera une entrée au pied des grands immeubles, la plupart des caves ont été condamnées depuis des années, mais sont en fait reliées entre-elles, un complexe plutôt pratique pour se terrer, non ? »

Il rajouta quelques mots en russe lorsqu'ils croisèrent quelques passants, préférant jouer la sûreté en donnant l'impression d'échanger des banalités. Rurik ne savait pas si ce Mr. Austin avait une femme ou non... Mais c'était la première chose de "normale" à laquelle il avait pensé : deux mecs qui se plaignent de leurs femmes en allant au boulot... Pathétique.

« Ah, et avant qu'on se fasse tirer dessus dans la foule, détendez-vous un peu... Ou du moins essayez d'avoir un peu moins une stalagmite de glace dans l'arrière train... »

Une grosse paluche vint desserrer l'écharpe autour du cou de l'Auror. Le froid ne tuait que lentement, alors que les balles dans le crâne avaient le potentiel de tuer sorcier ou moldu en moins d'une seconde.

« Ça fait déjà moins touriste... »

Lui-même n'avait même pas pris la peine de fermer sa veste jusqu'au bout, l'air frais lui plaisait bien : c'était revigorant. Il n'y avait que les touristes ou les espions étrangers qui se bâchaient de la tête aux pieds en espérant ne pas mourir de froid. Et ça, c'était trop facile à repérer... Le partenaire du policier se devait donc d'endurer un peu plus le climat afin de ne pas compromettre la mission.

« Bon, par contre, une fois à l'intérieur, je sais pas du tout comment c'est... »

Bah oui, il n'était pas venu depuis... depuis... hier !

« ... donc faudra rester sur nos gardes. J'ai deux armes à feu au cas où on se fait prendre, à supposer qu'on soit encore en vie, histoire qu'ils ne trouvent pas ça louche. »

Sa baguette était accrochée à l'intérieur de sa manche droite, afin de pouvoir lancer un sort même s'il devait lever les mains en l'air ou si on lui entravait les bras. L'habitude, quoi...

« Vous devez songer qu'il ne s'agit que de simples moldus, mais il ne faut pas les sous-estimer, ils peuvent s'avérer très surprenants. Dites vous que parfois, dans leur têtes, c'est pire que les Mangemorts... »

À côté de certains mafieux, il était vrai que les mages noirs passaient pour des adorateurs de licornes en pyjamas roses. Lui-même, par contre, ne préférait pas se comparer à eux : il avait fait tellement de choses affreuses qu'il aurait été plutôt incohérent de se trouver dans l'Ordre et pas parmi les rangs des encagoulés. Enfin bon, il était tout de même policier ET mafieux... niveau cohérence, c'était pas toujours net dans sa tête, mais il arrivait encore à justifier ses choix...

Il ne rajouta rien de plus alors qu'ils s'engouffraient dans une grande rue bondée, les gens se dirigeant tous vers ce qui semblait être un énorme centre commercial : l'imposant sorcier désigna du menton un autre passage au loin à l'Auror. Personne ne s'en rendrait compte, les adolescents étaient trop occupés avec leur musique et leurs smartphones tandis que les plus âgés luttaient contre la fatigue.

Revenir en haut Aller en bas
Matt Austin
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de transplanage
Legilimens
Occlumens


Re: Voyage dans l'immensité russe

Message par : Matt Austin, Sam 30 Mai 2015 - 22:05


Matt jeta un regard à droite puis à gauche, cherchant des yeux le colosse russe qui devait le rejoindre. Il grommela d'énervement, maudissant le temps que mettais Rurik à venir, tandis que lui se gelait dans cette petite ruelle sombre. Soudain, le brun éternua à deux reprises, trop rapidement pour mettre sa main devant sa bouche. Par la barbe de Merlin ! Depuis son départ de la Russie puis retour imminent, il s'était enrhumé. Il avait passé une nuit horrible chez lui, ne trouvant pas le sommeil et respirant d'une seule narine. Nouveau éternuement. Nouveau juron contre ce pays gelé.

Des pas résonnèrent dans la sombre ruelle, l'Auror se retourna instantanément. Il était prêt à saisir sa baguette, craignant de se faire agresser par un poivrot russe. Mais l'imposante, et un peu rassurante, carrure du policier Russe apparut. Les deux hommes se saluèrent d'un hochement de tête.

« On va faire le tour, se mêler aux gens qui se dirigent vers les magasins. Le repaire de Zelenyy n'est pas loin et les rues qui y mènent sont désertes à cette heure-ci... donc si l'on y croise n'importe qui, on efface sa mémoire, même s'il s'agit d'une petite vieille flétrie. On trouvera une entrée au pied des grands immeubles, la plupart des caves ont été condamnées depuis des années, mais sont en fait reliées entre-elles, un complexe plutôt pratique pour se terrer, non ? » S'exclama Rurik en lui faisant signe de le suivre.

Le brun hocha la tête de droit à gauche pour montrer son accord avec le professeur de médicomagie. En effet, une cachette sous terre était idéale pour un trafiquant de drogue. Les communications par ondes passaient à peine dans ses vielles caves. Matt sourit pour lui même, pensant que cela faisait un peu stéréotype pour un trafiquant tout de même. Alors que l'Auror comptait justement plaisanter sur le sujet, l'énorme paluche de Rurik attrapa son écharpe et la desserra, laissant le vent glacial lécher son cou. Le brun étouffa un juron, et s'écarta d'un pas du russe.

" Nom d'un chien, tu es complètement fou ! Pourquoi as tu fais ça ? "

« Ah, et avant qu'on se fasse tirer dessus dans la foule, détendez-vous un peu... Ou du moins essayez d'avoir un peu moins une stalagmite de glace dans l'arrière train... Ça fait déjà moins touriste... » Rétorqua le médicomage.

Matt grommela mais ne resserra pas son écharpe. Après tout, Rurik devait connaitre son pays par coeur ainsi que les gens qui y habitaient. Les deux sorciers continuèrent d'avancer, Rurik faisant la conversation en russe. L'américain ne comprenait pas un mot, pas une seule phrase mais faisait tout comme pour la couverture. Bientôt, le russe se remit à parler anglais, donc de la mission.

« Bon, par contre, une fois à l'intérieur, je sais pas du tout comment c'est... donc faudra rester sur nos gardes. J'ai deux armes à feu au cas où on se fait prendre, à supposer qu'on soit encore en vie, histoire qu'ils ne trouvent pas ça louche. Vous devez songer qu'il ne s'agit que de simples moldus, mais il ne faut pas les sous-estimer, ils peuvent s'avérer très surprenants. Dites vous que parfois, dans leur têtes, c'est pire que les Mangemorts... »

" Nous vous enfaite pas, je ne serais pas un boulet pour vous pendant l'infiltration. Je me doute que vous avez plus d'expérience, mais je ne suis pas non plus un bleu. Mais très bonne idée pour les armes à feu, vous me le donnerez une fois la bas, j'ai pratiqué le tir dans ma jeunesse sur ma terre natale. Le brun laissa une courte pause avant de reprendre. Je n'aurais aucun remords pour les moldus, nous vous inquiétez pas. Ils ont commis des crimes, ils doivent payer, tout comme les masqués. "

Les deux sorciers arrivèrent dans une rue bondée, où ils pouvaient apercevoir un grand centre commerciale face à eux. Rurik amena l'Auror dans une ruelle, un passage isolé. Tous deux s'y rendirent dans la plus grande des discrétion et s'arrêtèrent à l'entrée. Matt, aux côtés de Rurik, chuchota en lui tentant discrètement l main.

" Je suppose que la port doit être gardée. Qui s'en charge ? "
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Re: Voyage dans l'immensité russe

Message par : Invité, Jeu 4 Juin 2015 - 18:10


Il y avait une sorte de petit plaisir malsain à pouvoir se permettre tout un tas de trucs sur ce pauvre petit Auror, cela pouvait être intéressant s'il offrait si peu de résistance si on le déshabillait... BREF ! Décidément, il fallait que Rurik fasse quelque chose contre ces pensées plutôt embêtantes ! Ils avaient mieux à faire !

- Nom d'un chien, tu es complètement fou ! Pourquoi as tu fais ça ?

Il n'avait pas répondu, beaucoup trop occupé à ricaner intérieurement (et à se retenir de faire plus que défaire un peu l'écharpe).

- Ne vous en faites pas, je ne serais pas un boulet pour vous pendant l'infiltration. Je me doute que vous avez plus d'expérience, mais je ne suis pas non plus un bleu. Mais très bonne idée pour les armes à feu, vous me le donnerez une fois la bas, j'ai pratiqué le tir dans ma jeunesse sur ma terre natale. Le brun laissa une courte pause avant de reprendre. Je n'aurais aucun remords pour les moldus, nous vous inquiétez pas. Ils ont commis des crimes, ils doivent payer, tout comme les masqués.


Le russe ne pouvait s'empêcher de donner des directives, surtout dans un lieu aussi familier que son pays natal, c'était gravé en lui depuis trop longtemps. Entre ses sbires et les agents de police à sa charge, il était habitué à imposer ses idées lorsqu'une situation était à résoudre. Le fait de parler en anglais avait bien heureusement pour effet de lui faire penser à ne pas trop en faire pour ne pas éveiller les soupçons.

L'Auror était assez amusant : lorsqu'il s'était fait "agresser", il s'était mis à le tutoyer. Et là il basculait à nouveau dans le discours formel... Était-il aussi expérimenté qu'il le prétendait ?

« J'ose espérer qu'un membre de l'élite magique d'Angleterre ne soit pas un bleu... Sinon on aurait vraiment de gros problèmes avec tous les fouteurs de m**de et les Mangemorts... »

Lorsqu'ils arrivèrent non loin de l'entrée présumée du repaire de Zelenyy (pas si présumé que ça, mais il fallait faire tout comme), les deux hommes redoublèrent de vigilance, et le jeune homme chuchota :

- Je suppose que la porte doit être gardée. Qui s'en charge ?

Ouvrant sa veste, il attrapa une des deux armes à feu et la donna à l'Auror. Pourquoi d'autre lui tendrait-il la main ? Ce modèle était sophistiqué, de très bonne facture et bien plus efficace que les armes du siècle précédent. De plus, avec le pays qui refusait de se laisser devancer par son "rival", l'on pouvait trouver très facilement des armes de ce calibre, même dans les mains des malfrats.

« Je n'aurais pas proposé tout ceci si je ne savais pas comment entrer, laissez moi m'en charger. Une fois à l'intérieur, faudra me couvrir au cas où, le temps que je m'occupe de celui qui m'ouvrira. »

Sans vraiment lui demander son avis, le russe s'approcha de la porte, retirant son gant droit. Tous les petits tatouages sur le dos de sa main droite attestaient de ses alliances, intégrations ou pactes avec différents groupes mafieux... Avec un brin de magie, il lui était aisé d'en camoufler un, plusieurs, ou tous à la fois... En fonction des besoins. Par chance, il avait déjà fait partie d'un des groupes alliés actuel de Zelenyy. Bien sûr, une fois qu'ils le verraient, sa réputation de policier le précéderait, mais il avait juste besoin qu'on lui ouvre la porte. Le faire par magie risquait de les surprendre et leur faire sonner l'alerte.

Frappant trois coups contre la porte, il redressa son poing pour présenter au judas (un simple trou, en fait) le seul tatouage qu'il avait laissé visible. Il y eut un déclic sourd, et la porte s'entrouvrit :

« Qu'est-ce que vous voulez ? On a rien prév... »

La porte déverrouillée, il n'y avait pas vraiment besoin de tenter l'infiltration en mode agent double : avec un parfait inconnu même pas russe et un policier assez bien connu (les bons mafieux connaissaient une bonne partie des agents de police), ils ne pouvaient pas espérer aller bien loin.

C'est pour cela que Rurik s'avança et fondit sur le mafieux, dégageant la porte et l'immobilisant contre le mur, lui plaçant une de ses grosses paluches sur la bouche tandis qu'il sentait l'inspecteur passer à côté de lui pour refermer la porte.

Les débattements de l'homme furent vains, la différence de taille et de carrure ne lui laissaient pas d'autre choix : d'un geste vif, il sortit une lame et tenta d'agresser les côtes de l'imposant sorcier. Voyant le mouvement arriver, le médicomage se décala juste à temps pour éviter un très mauvais coup. Le couteau parvint néanmoins à se planter dans sa veste, et lui entailla assez profondément le flanc.

Grognant de douleur, il vit rouge. Dans un mouvement brutal, il brisa la nuque de l'homme, le laissa ensuite tomber au sol, sans vie.

« Bordel... Finalement, on va pas se gêner pour les buter, je me suis trop ramolli en Angleterre... » grommela-t-il.

Portant une main à sa blessure, il jeta un œil à l'Auror et souffla d'un air amusé.

« Vous allez m'arrêter pour meurtre, là ? »

Le couloir d'entrée était bien heureusement vide, mais n'allait pas le rester indéfiniment.

« Passez devant... »

La douleur et le sang n'étaient pas bon signe, vraiment pas bon signe. Non il ne risquait absolument pas de s'écrouler, au contraire il craignait juste de devenir un peu trop violent ou psychopathe pour un simple commandant de police. Il fallait se modérer un minimum. À contre-cœur, il passa sa baguette le long de la plaie et se concentra pour la refermer : ce n'était pas bien compliqué pour un médicomage comme lui, il fallait juste qu'il pense à vérifier qu'il n'y ait aucune infection ou complication une fois la "mission" terminée.

Mais pour l'instant, il fallait voir comment ce Mr. Austin s'en sortait face à des moldus...

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Voyage dans l'immensité russe

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 8 sur 10

 Voyage dans l'immensité russe

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Autres Lieux Magiques ~¤~ :: A l'étranger-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.