AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Autres Lieux Magiques ~¤~ :: Les villages
Page 1 sur 19
Aux alentours de Godric's Hollow
Aller à la page : 1, 2, 3 ... 10 ... 19  Suivant
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
Peyton
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplannage
Animagus : Licorne


Re: Aux alentours de Godric's Hollow

Message par : Peyton, Sam 27 Fév 2010 - 22:15


[PV avec Ismachou d'amour <3]

PSGodric's Hollow. La nouvelle maison de Peyton, Across the Country, se situait seulement à quelques kilomètres de ce village. C'était un coin plutôt sympa qu'elle n'avait découvert que très récemment, lors des visites de maisons qu'elle avait entreprit. En effet, malgré les nombreuses années qu'elle avait passé à vivre dans l'univers sorcier, la jeune femme n'était encore jamais allée en ce lieu. A présent, elle y passait la plupart de son temps, sauf lorsqu'elle était à Londres, chez Gyaltsen ou au ministère. Ici, la liberté, le temps, la campagne semblait lui appartenir. Elle se sentait pousser des ailes dans cet endroit aussi calme que généreux. Cela faisait maintenant trois mois qu'elle avait déménagé et pourtant, elle n'avait pas encore prit la peine d'explorer les alentours. Lorsqu'elle habitait à Londres, elle passait la plupart de son temps à l'Auberge des deux Mondes, avec des amis ou même parfois seule. Peyton avait ainsi fini par connaître par cœur son quartier... Mais ici, elle ne connaissait rien. Adepte de nouvelles aventures, elle décida alors de partir à la conquête de ces nouveaux paysages de campagne...

PSSortant de sa maison, elle indiqua à Deneb, son clabbert, de rester pour une fois au chaud. Elle ne pensait pas avoir besoin de sécurité ce jour-là. Peyton ordonna néanmoins à Mitus, son elfe, de la suivre, où qu'elle aille. Ses antécédents ne lui permettait pas de se promener librement... même si l'élection du nouveau ministère lui avait ôté son statut de hors la loi, elle avait toujours des ennemis en ce monde... Une fois éloignée de un kilomètre environ de sa demeure, marchant avec de bonnes chaussures, la sorcière décida qu'il était temps de galoper un petit peu. Le temps était merveilleux, et la campagne lui offrait de quoi se faire plaisir. Sortant du sentier sur lequel elle marchait depuis déjà quelques minutes, elle se dirigea vers un champ et, se plaçant juste derrière un arbre, se transforma en licorne...

PSCela faisait tellement de temps que Peyton succomba au charme de cet instant... l'air lui sifflait aux oreilles, surement à cause de la vitesse que la licorne avait prise. Galopant à travers champ, elle vivait, s'amusait... plusieurs minutes passèrent, peut être même deux heures, avant qu'elle décida de reprendre sa forme humaine. Ne s'étant pas transformée depuis plusieurs mois, sans avoir trouvé le temps ou la possibilité, il ne fallait pas qu'elle se fatigue. Retrouvant un petit sentier, qui séparait deux grands champs de blés, elle observa l'horizon, à droite, puis à gauche. Il n'y avait pas grand chose, mais le peu qu'il y avait suffisait à combler son bonheur... la nature. Il n'y avait que ceci de vrai à cet instant. Reprenant sa marche, elle prit à droite...

PSElle marcha encore une demie heure avant de s'arrêter. Elle commençait à fatiguer et une pause ne lui ferait pas de mal. Un rocher se présenta à elle, et lui permit d'y déposer ses fesses. S'allongeant à moitié, laissant trainer ses pieds sur le sol, Peyton regarda le ciel d'un bleu azur... La pluie de Londres ne lui manquait pas. Ici, elle avait tout ce qui lui était nécessaire.


PSMais déjà sa tranquillité ne semblait plus être... en effet, après quelques minutes passées à rêvasser sur son rocher, à regarder le ciel, et à laisser les rayons du soleil réchauffer son corps, un bruit vient la perturber. A présent, il semblait qu'elle ne soit plus seule... Avec une certaine lassitude, elle soupira, regrettant par avance sa solitude. Se redressant sur le rocher, elle se repris une position normale, et attendit. Quelques secondes plus tard, celui qui était à l'origine du léger bruit apparu. C'était un jeune homme, plutôt bien bâti. Essayant de prendre un air aimable, Peyton le regarda arriver, avant de prendre la parole. Il semblait lui aussi vouloir prendre une pause, étant donné que son pas ralentissait au fur et à mesure qu'il s'approchait de la jeune femme...

PSPSPeyton : Bonjour, belle journée n'est-ce pas?

PSUne fois qu'il fut nettement plus proche d'elle, elle se rendit alors compte qu'il s'agissait d'un de ses anciens élèves... Il semblait avoir cependant pas mal changé, si ses souvenirs était exacts. Avec amusement, elle l'observa un court instant avant de reprendre la parole.

PSPSPeyton : Ismaël, c'est bien ça? Par contre le nom de famille... je dois avouer que j'ai un trou. Je suis surprise de vous revoir ici. Que devenez-vous? Vous êtes vous assagis au fil du temps?

PSLa jeune femme n'avait pas vu Ismaël depuis quelques temps déjà. Elle ne se souvenait rarement de l'année précise pendant laquelle elle avait vu ses élèves, mais elle se souvenait la plupart du temps de leur nom ou de leur prénom, et parfois elle pouvait même associer la tête au prénom... Hé oui, quand plusieurs élèves vous passent sous le nez, il est parfois difficile de tous s'en souvenir... et non pas part manque de volonté. Amusée, elle le questionna un peu quant à son actuel présent. En effet, Peyton se souvenait que Ismaël était parfois turbulent en cours... même si elle ne le disait pas et qu'elle le reprenait régulièrement, l'ancienne professeur de métamorphose aimait bien travailler avec cet élève. Il était l'un des plus actifs.
Revenir en haut Aller en bas
Ismaël Lievitch
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Fourchelang
Animagus : Beauceron noir
Occlumens
Legilimens
Chercheur (DCFM)


Re: Aux alentours de Godric's Hollow

Message par : Ismaël Lievitch, Sam 27 Fév 2010 - 23:48


Godric's Hollow... Lieu de tous les mystères, lieu où on naquit le héros de la Grande Guerre.. L'inventeur du Vif d'Or et encore le lieu où repose l'un des frères Peverell.. Un des plus grands villages sorciers de Grande-Bretagne... Et c'était aussi le lieu où Nymphadora ainsi que Ismaël avait choisi d'installer leur demeure, enfin leur manoir... Les deux amis n'étaient qu'amis, ni plus ni moins. Ils se respectaient, et s'entre-aidaient. Bien entendu, en homme bourré d'hormones, Ism' avait maintes fois tenté de draguer la belle Dora, sans succès. Son cœur était pris par Grégory Revanor, un des quatre frères loup-garou. Trêve d'histoire à dormir debout, occupons nous de notre jeune homme qui, en ce jour où l'hiver semblait être un souvenir, tellement le soleil brillait et que la température était clémente, avait décidé, sans aucuns préavis, de sortir de sa maison, afin de pouvoir se défouler. C’était un beau jour, et sa partie animale avait envie de se défouler les pattes… Et puis, à quoi cela servait-il d’être adulte si l’on ne pouvait profiter de la liberté que cela nous apportait ? C’est donc vêtu assez sobrement, c'est-à-dire d’un jeans noir, et d’un tee-shirt à manches longues que notre jeune homme sortit de chez lui, en prenant soin en sortant de la propriété de reformulez certains sortilèges assez importants. Après que cela fut fait, un frémissement parcourut l’échine d’Ismaël, et celui-ci se mit à courir.. Au bout de quelques dizaines de mètres, Ismaël sauta, et pendant son saut, se laissa submerger par sa partie animale qui criait enfin liberté.

Le beauceron qu’était Ismaël courut de toute la force de ses quatre pattes, aboyant parfois, faisant s’envoler les quelques oiseaux qui s’étaient calfeutrés dans un arbre… C’était un plaisir enivrant que d’enfin se sentir dans la peau de son Animagus.. Coupant un sentier, il courut dans un champ, s’amusant à courir après les lièvres et les lapins, sans pour autant les attraper. Tant mieux pour eux en fait, sinon, ils risqueraient de passer un mauvais quart d’heure, d’ailleurs le seul qu’ils leur resteraient. Ismaël sentait les herbes lui caresser les pattes, il sentait le vent lui fouetter la gueule… Prenant un virage serré, il aboya encore une fois, puis sentait son cœur qui battait la chamane il sauta par-dessus un fossé qui n’était pas trop loin, puis redevint ce qu’il était vraiment, un humain… Son pouls était rapide, ses joues rouges de l’effort.. Mais un plaisir sans retenue l’étreignait. Qu’il était bon parfois de devenir un animal, d’oublier les tracas du quotidien, et de se sentir libre.. Libre de toutes responsabilités, libre de faire ce dont il avait envie… Jetant un coup d’œil au sol, il observa des traces de pas.. Regardant derrière, il vit que ces traces de pas avaient été des traces de sabot. Un Animagus ? A Godric ? Il ne le connaissait pas. C’est donc avec l’envie de découvrir, (ou de redécouvrir) ainsi que l’envie de se reposer, qu’il prit le même chemin que son ancien professeur, sans s’en douter. Combien de temps avait-il passé sous sa forme animale ? Aucunes idées. Et puis, quelle importance ? N’était-il pas libre de ses mouvements ?

La marche en forme humaine n’était pas son forme, et puis, voulant tester ses capacités canines, il redevint chien. Et sans perdre de temps, il suivit la piste, largement facile à suivre. Reniflant de sa truffe, sentant les efflux, écoutant les infimes bruits qu’un humain ne pourrait entendre.. Il repéra une respiration qui était quais haletante, ainsi qu’un cœur qui battait assez vite… Courant de toute la force de ses pattes, il trouva enfin celle, car c’était une jeune femme, qu’il pistait. Le chien ne bougea plus, puis le temps d’une respiration, un homme avait pris sa place. Et Ismaël put constater que la jeune femme qui était là-bas n’était ni plus ni moins que… Peyton. Son ancien professeur de Métamorphose. Un sourire vint flotter sur ses lèvres. D’après certaines sources, celle-ci était maintenant en couple avec le nouveau Ministre de la Magie, un homme qui se nommait Gyalsten, et qui avait fait de nombreux voyages… Où ? Aucunes idées. Mais l’idée de soutirer quelques informations à son ancien professeur, et ainsi en apprendre plus sur cet homme, voilà qui ressemblait à un défi qui faisait d’avance frémir d’excitation notre jeune homme.

La jeune femme, à l’approche d’Ismaël, se redressa, et Ismaël leva les yeux au ciel. Pas la peine de faire de chi-chi. Le jeune Lievitch s’avança, puis ralentit, et s’arrêta enfin à la hauteur de la femme, car d’après ses souvenirs, elle avait déjà dépassée la barre des 30 ans.. Ou bien alors des 25 ans.. Rooh, et puis, aucunes importances. L’important était les informations qu’on pouvait soutirer à la jeune femme. Pourquoi ? Et bien, disons par simple curiosité. Ismaël recherche non pas le pouvoir, mais les duels avec des sorciers plus doués que lui, ou d’égale force. Et ce ministre semblait intéressant. Elle sembla ne pas le reconnaître, et dit d’une voix qui se voulait amicale :


- Bonjour, belle journée n'est-ce pas?


- Effectivement, le temps est clément aujourd’hui.


La jeune femme ne semblait toujours pas l’avoir reconnu, lorsque soudain, un éclat vint traverser ses yeux, alors qu’Ismaël s’approchait encore plus, et elle afficha un air de reconnaissance. Notre jeune homme lui offrit un sourire courtois, puis s’assit, proche d’elle. Là, il regarda devant lui, et comme toutes personnes sensibles, admira le paysage qui s’offrait à lui. Il eut un frisson d’envie, comme s’il voulait repartir, mais la fatigue commençait à se faire sentir. Ism’ attendit que la jeune femme parla, puis reprit et répondit d’une voix légèrement épuisée, mais néanmoins ferme et grave :


- Oui, madame. Vous ne vous trompez pas, c’est déjà bien. Et pour votre mémoire, sachez que mon nom est Lievitch. Je pense que vous voyez à qui ce nom appartient n’est-ce pas ?
Il avait tourné la tête vers elle, et affichait une troublante tranquillité. Voyez vous, je pourrais vous posez la même question. Avec une amie, nous avons acheté une propriété pas loin de Godric… Et avec ce temps, je n’ai pas résisté à l’envie de me balader un petit peu.. Je ne le regrette pas…

Des images de ses cours passés revinrent des méandres de sa mémoire, et il se revit, ado, dans la classe de Mme Sawyer. Elle avait eut le poste de professeur dans la matière la plus intéressante que puisse enseigner Poudlard… Du point de vue d’Ismaël tout du moins. Les cours avec cette femme avait toujours été intéressant, et instructif. S’arrachant des souvenirs du passé, notre jeune homme revint au présent, et tandis qu’un nuage, solitaire, cacha le soleil, il dit :


- Ce que je deviens ? Cela suit son cours… J’occupe un poste dans la boutique d’Ollivander’s, et le reste de mon temps libre, j’enseigne la Défense contre les Forces du Mal aux élèves de Poudlard.. Nous voilà un point commun n’est-ce pas ?


Le nuage disparu alors, et Ism' tendit son visage vers les rayons qui chauffait sa peau. Après avoir raconté du blabla sur lui-même, Ismaël pouvait enfin attaquer son mini interrogatoire. Cependant, il lui fallait jouer fin, car la Sawyer n’était pas née de la dernière pluie, et il ne serait pas bon de se mettre en froid avec. Pour elle, comme pour lui. Avant de continuer à parler, Ismaël sortit de l’une de ses poches un paquet de clopes, en proposa une à son ex-prof, puis s’en prit une, et se l’alluma avec son zippo. Tirant quelques bouffées, qui lui firent du bien, il regarda dans les yeux la jeune femme, et lui dit d’une voix charmante et intéressée :


- Mais dites-moi, si vous êtes ici, c’est que vous y possédez une maison ? J’ai entendu dire que le Ministre et sa femme avait acheté une maison par ici.. Est-ce vrai ?


Le jeune Lievitch lui jeta un regard appuyé, de façon à dire qu’il le savait déjà. Chose évidement fausse puisque cela était seulement des ragots. Mais si la jeune femme en face de lui était vraiment celle qui occupait une place dans le cœur du ministre, elle ne pourrait lui mentir.. Et lui pourrait ainsi continuer, tout en douceur, ses questions…
Revenir en haut Aller en bas
Peyton
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplannage
Animagus : Licorne


Re: Aux alentours de Godric's Hollow

Message par : Peyton, Mer 3 Mar 2010 - 19:49


PSIl était parfois étrange que vos anciens élèves vous appellent encore « Madame ». A l’époque, Peyton avait quelques années de moins et elle détestait lorsqu’on l’appelait de la sorte… mais à présent qu’elle avait trente ans, cela ne la dérangeait plus autant… même si elle n’était toujours pas mariée, être appelée « madame » au lieu de « mademoiselle » devenait un compliment à son âge… en effet, être une « mademoiselle » à trente ans, cela devenait un peu limite. Du moins pour elle. Souriant à Ismaël, elle se demanda néanmoins pourquoi il s’obstinait à l’appeler « madame »… elle avait cessé depuis bien longtemps d’exercer le métier de professeur… Poliment, elle reparti sur le sujet de départ avant de lui faire part de sa remarque :

- Ismaël Lievitch… exact. Pardonnez-moi pour cet oubli ! Surtout que j’ai eu à le prononcer bon nombre de fois… « Mr Lievitch, arrêtez de bavarder avec votre voisin… ».

PSPeyton mima les attitudes qu’elle avait précédemment durant ses cours. Souriant, elle laissa ses pensées l’emmener dans le passé… que de souvenirs. Cette période où elle avait été hors la loi, devant le cacher à ses élèves, certains même étant de jeunes phénix au tout début… croisant des aurors plusieurs fois par jour, devant cacher son apprenante au groupe. C’était période était bien loin à présent… loin était le temps des poursuites, autant mangemoresques que de survie… non cette époque ne manquait pas à Peyton. La liberté n’a pas de prix ? Elle vous répondrait qu’elle en a un… Ismaël la ramena à la réalité lorsqu’il répondit à l’une de ses questions…

PSIl travaillait désormais chez Ollivander’s et habitait Godric’s. Un long chemin qu’elle parcourait quelque fois pour se rendre au ministère. Peyton connaissait quelque peu Sara qui travaillait également dans cette boutique et elle se remémora de l’époque où elle-même travaillait dans une boutique : celle des animaux magiques. Cela faisait déjà quelques années que la jeune femme ne s’y était pas rendue mais le Chemin de Traverse ne présentait plus tellement de secrets pour elle… même s’ils en restaient de nombreux. C’était une belle performance… travailler dans les baguettes nécessitait création, expérience magique, sociabilité… Peyton fur fière de son ancien élève. Mais la suite était également très prometteuse … Enseignant, et ce en défense contre les forces du mal ! Elle se souvint alors de l’époque où c’était Akshay qui tenait ce poste… les années passaient parfois à une vitesse effrayante.

- En effet… un joli point commun. Je suis soulagée de voir que vous avez réussi. Je ne rencontre que trop rarement mes anciens élèves et j’aime savoir ce qu’ils sont devenus voyez-vous ? Je pense quand t’en que professeur, vous pouvez par conséquent cesser de m’appeler madame…

PSPeyton lui sourit en employant ces derniers termes. Puis Ismaël lui posa des questions un peu plus personnelles… A propos d’elle et de Gyaltsen. Elle ne savait pas qu’il y avait déjà des rumeurs à leur sujet alors qu’ils n’étaient au ministère depuis que très peu de temps mais Gyaltsen était ministre, elle devait s’y faire. Un couple au Magenmagot, ce n’était pas non plus très courant, il fallait l’avouer ! La jeune femme ria intérieurement en pensant à leur métier… d’abord Phénix ensembles, puis au ministère… certains devaient très certainement penser qu’ils étaient inséparables… Inséparables oui…
et pourtant…

- Oh, « femme » est un bien grand mot. Voyez-vous, nous ne sommes pas mariés. Oui oui, je sais, vous allez surement me dire que cela fait des années que nous sommes ensembles, qu’il faudrait peut être y songer… la vie suit son cours. Nous ne sommes pas pressés.

PSLa jeune femme ne disait pas toute la vérité dans ses paroles… elle aurait aimé dors et déjà porter l’anneau mais Gyaltsen ne lui en avait pas encore parlé. Alors elle faisait celle qui n’y pensait pas, qui attendait. Il n’y avait rien de plus horrible que, dans un couple, la femme en parle à l’homme. Ce n’était pas comme ceci que les choses devaient se passer. Regardant avec lassitude le sol qui s’étendait sous leurs pieds, elle oublia pendant quelques secondes qu’elle était assise aux côtés d’Ismaël, sous le brin de soleil venant réchauffer leur peau. Mais le regard du jeune homme la fit revenir, une nouvelle fois à la réalité :

- Sinon, oui effectivement, nous habitons pas très loin d’ici. Les grandes villes me fatiguent.

PSBien sûr, la jeune femme ne détailla pas précisément l’endroit où elle habitait et d’un air assuré, elle fit comprendre à Ismaël qu’elle ne lui en dirait pas plus. Il était peut être désormais professeur, adulte, mais il restait son ancien élève… et son vieil instinct de Phénix lui avait appris au moins une chose : se méfier de quiconque. Même si le ministère était revenu sur le statut de hors la loi des Phénix, de nombreux ennemis, parfois là où ne nous les attendons pas, étaient encore présents…

- Alors dites-moi… les choses ont-elles changé à Poudlard ? Les élèves sont-ils toujours aussi bavards en cours, en retard, peu attentifs et surtout très pénibles ?

[justify]PSNaturellement, Peyton ne riait qu’à moitié… si son début de carrière à l’école des sorciers avait été merveilleux, elle gardait un très mauvais souvenir de son tout dernier cours… Trop peu d’élèves étaient venus, seulement des préfets ma majoritairement et seulement deux lui avaient envoyé le devoir. A croire qu’en quelques semaines, de nombreux élèves avaient disparu de la circulation, ne souhaitant plus venir en cours…
Revenir en haut Aller en bas
Mangemort 88
avatar
Mangemort à la retraite
Mangemort
à la retraite
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Aux alentours de Godric's Hollow

Message par : Mangemort 88, Mar 13 Avr 2010 - 22:00




    ~ Une capture n'en serait-elle pas la conséquence logique...?


[PV Matéo, ce RP se passe bien après l'attaque de la boutique, désolée de couper le RP du dessus (c'est foooooou xD) ce ne sera pas long de toute manière]


-- 88 ne souhaitait pas rester à Hollow Bastion ce soir là... elle souhaitait rentrer chez elle, à Godric's Hollow. Elle n'avait pas souhaité relever sa cagoule car elle était partie un peu précipitamment de Londres où elle avait fait un petit tour de garde. Surveillez des boutiques avant une attaque était en effet l'une de préoccupation mangemoresque. Elle avait hâte de retrouver son amour et elle s'était dit qu'il serait bien plus simple de se changer dans les environs de la maison plutôt qu'à Londres où les sorciers grouillaient çà et là. Accompagnée de son fidèle elfe de maison, elle avait transplané de la capitale jusqu'à des champs à quelques lieux de sa bâtisse. 88 n'aimait pas transplaner trop près de chez elle, préférant ne pas négliger toute sécurité.

-- Marchant d'un pas tranquille sur le sentier qui bordait la route, son elfe l'accompagnant en marchant dans des champs de manière suffisamment reculé pour que personne ne puisse l'apercevoir, 88 méditait sur sa nouvelle vie... elle se sentait libre, fraiche, comme un nouveau né à qui on venait tout juste de couper le cordon ombilical. Sautillant joyeusement comme une enfant insouciante et innocente, elle respira à grande bouffée l'air pur de la campagne qui s'offrait à elle...jamais elle n'aurait pensé pouvoir apprécier à nouveau cet environnement, sa vie, et ce qu'elle avait décidé d'en faire.

- Telle la brise légère d'un vent d'automne...

-- Gaiement, elle prononça à voix haute le nom qu'ils avaient donné à une mission qui avait eu lieu un peu plus tôt. 88 trouvait qu'elle s'appliquait à perfection à la situation qu'elle vivait à ce moment précis... certes l'automne était loin, mais le vent qui venait ébouriffer ses cheveux et sa joie lui faisaient penser à cette phrase...

-- Soudainement, un craquement se fit entendre. Son sourire disparu de dessous sa cagoule. * Pour une fois qu'on était tranquille... *. Sortant sa baguette, elle se retourna en direction du bruit qui venait de faire sautiller son tympan de manière plutôt désagréable.

- Par Merlin, en voilà des manières... qui que tu sois, montre-toi ou bien déguerpis, il y a des gens qui travaillent ici... Bombarda ! Confringo !

-- 88 leva sa baguette dans deux endroits relativement proches de l'endroit où elle avait perçu le bruit. Les deux explosions n'atteindraient peut être pas l'intrus, mais elles provoqueraient au moins de la lumière permettant d'y voir un peu plus clair dans cette campagne d'un sombre appréciable...
Revenir en haut Aller en bas
Lileas White
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle

Re: Aux alentours de Godric's Hollow

Message par : Lileas White, Mer 14 Avr 2010 - 11:33


Un vent frais et non moins doux, un ciel parsemé d’étoiles plus brillantes les unes que les autres, un silence apaisant ; voilà ce qui pouvait décrire cette soirée à Godric’s Hollow. Mateo s’y était rendu afin de passer un moment avec ses deux amies, Betty Jorkins et Mélina Kuders. Néanmoins, celles-ci, gérantes d’un restaurant, avaient dû repartir travailler, le laissant seul dans le village. Le jeune homme, tout vêtu de noir, avait alors entamé une promenade nocturne, celle-ci l’amenant au bord de champs, à quelques lieues des habitations.

Après de longues minutes de marche, le jeune directeur ressentit une douleur au niveau de la hanche droite. Il posa machinalement sa main gauche dessus, et vint s’assoir au pied de l’arbre le plus proche, entre le sentier et un terrain de hautes herbes. Il regarda alors autour de lui, puis, s’étant assuré que rien ne le dérangerait, ferma les yeux, et laissa passer le temps, repensant aux évènements qui avaient causé sa blessure. Près d’une heure s’écoula pendant laquelle le jeune homme resta dans la même position, se reposant, mais restant attentif au moindre bruit. Jusqu’alors, seuls le doux chant du vent et quelques cris d’animaux au loin étaient audibles.

Tout à coup, un « crac », celui que l’on assimile souvent à un transplanage, retentit, non loin. D’un geste rapide, Mateo sortit sa baguette en argent de sa poche à l’aide de son majeur et de son annulaire droit, chacun étant couvert par une bague griffe. Il posa un genou au sol, et, caché derrière l’arbre, observa la scène. Il ne vit tout d’abord rien. Aucune silhouette, aucune ombre n’était visible. La peur l’assaillant, le jeune homme se rassit derrière l’arbre, et se colla à lui. Dans cette position, il ne pouvait voir que peu de choses, mais il restait plutôt bien caché grâce aux hautes herbes.

Immobile, sa baguette à la main, qu’il tenait comme à son habitude entre son annulaire et son majeur, l’extrémité la plus large contre la paume de sa main, ses bras tremblant légèrement, le souffle saccadé, il attendit. Enfin, quelques instants plus tard, il entendit quelqu’un. C’était une douce voix féminine. Mateo ne put malheureusement entendre distinctement les mots qu’elle prononça, mais il pouvait aisément déduire au ton utilisé que cette femme éprouvait de la joie.

Alors quelque peu – et à tort - rassuré, le jeune homme risqua un coup d’œil vers l’endroit où se trouvait cette femme, qui avançait doucement sur le sentier, au bord du champ. Le léger sourire qui avait alors apparu sur les lèvres du jeune professeur disparut, laissant place à un visage presque sans expression. Pendant l’espace d’une seconde, à la vue de l’être cagoulé, habillé tout en noir, Mateo ressentit un grand frisson parcourir son corps. C’était ce qu’il ressentait à chaque rencontre avec un serviteur des ténèbres.

Néanmoins, ne souhaitant logiquement pas attendre que le Mangemort découvre sa position, le jeune homme pointa sa baguette sur le bord du sentier, visant un arbre à une cinquantaine de pieds derrière le mage noir. D’un coup de baguette discret, il cassa une branche, ce qui provoqua craquement sonore.

Le Mangemort s’arrêta. Le bras droit du jeune membre de l’Ordre du Phénix tremblait de plus en plus. Caché derrière ses longs cheveux rouge bordeaux, il observait la scène, tendu. Tout à coup, la femme, cachée sous ses vêtements noirs, sortit sa baguette, se retourna, et la pointa devant elle.


- Par Merlin, en voilà des manières... qui que tu sois, montre-toi ou bien déguerpis, il y a des gens qui travaillent ici...


Par miracle, la petite diversion du jeune homme semblait marcher. Néanmoins, il ne fallait pas risquer une attaque trop tôt. Près à agir, Mateo attendit encore. Le moment de se lancer arriva une fraction de seconde plus tard.


- Bombarda ! Confringo !


Les deux sortilèges s’abattirent sur deux endroits proches l'un de l'autre ; l’un sur l’arbre même dont Mateo s’était servi pour faire diversion, l’autre au milieu du sentier. Deux explosions retentirent donc, illuminant la zone. Ne perdant pas une seconde supplémentaire, le jeune homme pointa sa baguette sur le Mangemort, qui se trouvait à une vingtaine de pieds. Si l’inconnue n’avait pas remarqué sa présence près d’elle, la tactique du jeune directeur fonctionnerait. Dans le cas contraire, il risquerait une fois encore sa vie.


- Petrificus Totalus !
Revenir en haut Aller en bas
Mangemort 88
avatar
Mangemort à la retraite
Mangemort
à la retraite
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Aux alentours de Godric's Hollow

Message par : Mangemort 88, Mer 14 Avr 2010 - 18:33


-- *Nom d’une saucisse sur patte, cet énergumène là commence à m’énerver…* et pourtant, ceci n’était que le début incontestable de ce qui allait surement tourner au combat… Apparemment, des deux sorts lancés par 88, aucun n’avaient atteint leur cible. Rectification : ils avaient bien atteint leur cible, mais n’avaient atteint personne. La Mangeminou n’était effectivement pas du genre à louper une cible, surtout lorsque celle-ci était aussi imposante qu’un arbre… Mais non. Rien. Pas même un cri, pas même un rire, pas même un bruissement d’escapade, ni encore l’envol d’un oiseau. Qui qu’il soit, celui-ci venait de se découvrir. Toute personne normalement constituée aurait crié dans le cas où elle aurait reçu un des deux sorts et tout animal conforme aux caractéristiques d’un animal aurait pris la fuite devant tant de remue ménage… Ainsi, 88 savait une chose : elle savait qu’elle ne savait rien, mis à part d’un humain rodait. Ou bien que son imagination lui jouait de curieux tours.

- Petrificus Totalus !

-- Un mot. Un sort plus précisément. Tournant la tête, 88 plissa les yeux sous cagoule et, levant sa baguette, envoya valdinguer l’attaque à l’aide d’un « protego »On répond à un sort simple par un sort simple. * ce gars là ne doit pas savoir à qui il s’adresse…* pensa-t-elle, trop sûre d’elle-même. Dans la nuit noire, éclairée par la seule clarté légère de la lune, il était impossible pour 88 de distinguer la moindre ombre, la moindre silhouette… pourtant, à présent, elle était certaine qu’elle avait affaire à un combattant en herbe. Heureusement, les deux explosions qu’elle avait engendrées lui permettaient à minima de distinguer son environnement. Ses yeux fixèrent un instant celui qui avait envoyé le sort… car enfin, elle le voyait, près d’elle, à moitié mangé par les ombres du feu des explosions. .

- Terra Soluenta ! Doloris !

-- Les deux nouveaux sortilèges filèrent en direction de son adversaire…. Le premier transformerait dans tous les cas le sol en sable mouvant. A voir si le combattant en herbe s’en sortirait. Le deuxième, nullement besoin de vous faire un schéma… Sans trop savoir comment, 88 remarqua que son adversaire avait réussi à se débarrasser du sol qui venait de se transformer en sable mouvant. Mais durant une fraction de seconde, il venait de recevoir la décharge d’un endoloris que 88 avait mi à puissance moindre : un avertissement. « Tu approches d’un pas, tu es mort. » Pourtant, l’artiste venait tout simplement de disparaitre. Avait-il transplané ? S’était-il retiré pour reprendre son souffle suite au sortilège impardonnable ?

-- La réponse ne se fit pas attendre… 88 sentit la présence de quelqu’un derrière elle. Mais il était trop tard. Déjà le sortilège l’atteint en pleine face. Que de haine dans un monde pourtant si calme… ironie. Infamie. Laissez là donc tranquille. Un « repulso » venait de filait à une vitesse folle et avait atterri en plein sur son nez, à cause du trop peu de distance qui séparait les deux combattants. A moitié assommée, 88 ne sut quoi faire, et tomba, d’une chute qui lui parue longtemps, très longue… sentant les sables mouvants emportés d’abord ses pieds, puis ses genoux, elle ne sut dire qu’une seule chose :

- C’est trop con…

-- Elle. 88. Combattante depuis plus de vingt ans, venait de se faire battre sans peine par un combattant en herbe qui envoyait des sortilèges d’apprenti. Ceci devait être sa première défaite depuis qu’elle avait commencé se battre… ou peut être la deuxième. Être vaincue de la sorte… aussi… Facilement ? Jamais elle n’aurait cru que sa fin serait telle… Une humiliation en d’autres termes…

-- Déjà elle sentait que l’air commençait à lui manquer. Dans son état semi comateux, elle percevait le sable qui rentrait dans sa bouche, dans son nez et dans ses yeux qui sous le coup de la surprise s’étaient ouverts. Quelques secondes plus tard, elle s’évanouit, en proie de désespoir et de détresse… elle voyait déjà arriver les remarques « ton petit jeu est terminé… tu nous as trahi… » . Mais quoiqu’elle tenta de faire, rien ne pu la sauver. Des étoiles brillaient, le sol tournait plus vite que la terre, le noir se faisait encore plus ressentir…

[suite je ne sais trop où]
Revenir en haut Aller en bas
Lileas White
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle

Re: Aux alentours de Godric's Hollow

Message par : Lileas White, Lun 19 Avr 2010 - 21:37


Ayant un mauvais pressentiment quant à l’aboutissement de son attaque surprise, le jeune homme sortit rapidement, à l’aide de sa main gauche, le Gallion qu’on lui avait donné à son entrée dans l’Ordre du Phénix. Alors qu’il inscrivait en quelques mots son emplacement, à l’aide de sa baguette, il vit du coin de l’œil que le Mangemort avait paré son sortilège et s’était retourné, pointant sa baguette sur Mateo.

Il lâcha l’objet magique après avoir inscrit « Godric’s Sud/S-E, 3 » dessus. Les indications étaient imprécises, mais le temps lui avait logiquement manqué. Le serviteur des ténèbres, n’attendant pas une seconde supplémentaire, contre-attaqua.


- Terra Soluenta !


Tout à coup, le sol, sous les pieds de Mateo, devint presque mou. Le jeune professeur avait déjà eu affaire à une attaque similaire. Il déplaça rapidement le Gallion qui se trouvait au sol afin qu’il ne soit pas englouti, et n’hésita pas à pointer sa baguette vers le sol, pour informuler un
« Ascenscio » d’une puissance modérée. Le jeune homme, qui avait déjà les pieds pris dans les sables mouvants, fit un petit bond en arrière, et atterrit quelques mètres derrière la zone de sable. Au moment où ses pieds atteignaient le sol d’un bruit sourd, un léger craquement se fit entendre.

Ni une ni deux, Mateo prononça à voix basse un
« Promptus Nebulae ». Alors que le brouillard commençait à se répandre dans la nuit et que le jeune membre de l’Ordre levait les yeux vers son ennemie, il fut frappé par un second sortilège. En l’espace d’une fraction de seconde, le jeune homme ressentit un grand froid. Cette sensation se propagea à la vitesse d’un éclair dans tout son corps. Puis, ce fut comme une brulure, qui apparut au niveau de sa poitrine, à l’endroit où il avait été touché. Cette brulure s’intensifia, devenant déflagration. Finalement, le jeune directeur de la Grande Maison d’Helga, incapable de faire le moindre mouvement ni même d’ouvrir la bouche pour crier, sentit un premier choc, celui qui le projeta quelques mètres plus loin, et un second, celui de sa chute au sol. Sa baguette, qu’il n’avait pu garder en main, retomba près de lui.

Le brouillard que l’ainé Aëndal avait créé lui permettrait probablement de survivre quelques secondes supplémentaires, le temps que son ennemie le retrouve. Néanmoins, de nature physiquement faible donc incapable de bouger dans cet état, et ne sachant transplaner, il avait conscience qu’il avait peut-être entamé la dernière minute de sa vie. Allongé sur le dos, la tête au sol légèrement tournée, le jeune homme à la longue chevelure rouge bordeaux, vit soudain, à travers l’épaisse brume, une seconde silhouette, la baguette pointée vers le Mangemort. Elle, tombait peu à peu vers le sol.

Tremblant comme jamais, épuisé au possible, le corps gelé, Mateo s’évanouit.


[Deux petites notes : Mateo ne sachant transplaner, je me suis permis de faire intervenir un membre de l’Ordre du Phénix. Je ne voyais pas d’autres solutions. L’homme qui a transplané dans la zone est Gyaltsen Kunkhyab. J’ai fait se déplacer ce personnage avec l’autorisation du joueur.]
Revenir en haut Aller en bas
Wena Horner
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Faucon


Re: Aux alentours de Godric's Hollow

Message par : Wena Horner, Ven 8 Juil 2011 - 15:49


[PV avec Anna Ride, Eleonore Wonderland et Rily Dacker (par ordre d'apparition ) ]

Un majestueux Faucon Gerfaut Blanc plana quelques instants au-dessus des toits de Godric's Hollow, avant de prendre la direction du massif montagneux qui surplombait le village. La jeune femme avait préféré se déplacer sous sa forme Animagus, plutôt que de transplaner. En effet, sentir le vent dans ses plumes et observer le monde d'en haut était nettement plus agréable que de passer à travers un entonnoir. C'était certes plus long, mais plus plaisant.

Le volatile, à la vue d'une colline, piqua soudain vers son sommet, ou se dressait un imposant rocher. Une fois sur la terre ferme, Wena Horner reprit sa forme originelle et sortit immédiatement sa baguette magique. Ne perdant une seconde, elle entreprit de jeter tout les enchantements repousse-Moldus possible. Elle insonorisa également l'endroit, et le rendit invisible aux yeux de tous. Anna savait où elle devait se rendre et ce n'était pas un problème qu'elle ne voit pas sa formatrice lorsqu'elle arriverait.

Lorsqu'elle eut pris toutes les précautions pour ne points être vue, ni entendue de quiconque, l'Irlandaise ouvrit son sac de cuir qu'elle portait en bandoulière et en sortit une grande cape noire, qu'elle enfila prestement, prenant soin de rabattre la capuche sur sa chevelure rousse. Alors elle se dirigea vers l'énorme pierre près de laquelle elle s'était posée et attendit son élève, le visage encore masqué.

Une heure passa. Anna n'était toujours pas arrivée, ce qui était logique, étant donné qu'elle lui avait donné rendez-vous au couché du soleil. Le ciel s'était empourpré et les quelques nuages qui parsemaient le plafond céleste avaient revêtus une robe orangée, offrant un réel plaisir pour les yeux.
L'Auror leva la tête et observa ce spectacle magnifique. La nuit serait clair. De plus, la lune, bien qu'elle ne fut pas pleine, était assez ronde et leur permettrait donc d'y voir clair durant l'entrainement. Cependant, la lumière blafarde de l'astre de la nuit ne suffirait pas.
Ce fut pour cette raison que la nouvelle Professeure de Métamorphose se leva et fit apparaitre d'un coup de baguette magique, quelques feus de bois, ça et là, entre les arbres et les buissons qui parsemaient le sommet.

Un hurlement retentit soudain au loin, faisant frissonner la jeune fille. Pour la énième fois, elle jeta un œil à la lune, afin de s'assurer qu'elle n'était pas pleine. En effet, une attaque de loup-garou en cet endroit aurait été fort probable si elles avaient mal choisi leur nuit. Elle songea aux risques qu'elle prenait en sortant ainsi du QG pour former son élève. Mais en même temps, il fallait bien qu'elle la forme sur le terrain. Et puis, si quelque chose n'allait pas, elles pourraient immédiatement transplaner au QG et reprendre la formation dans un lieu sur, tel que Wood Stuff.
Désormais, l'astre du jour avait complétement disparu derrière les montagnes, donnant au ciel une couleur bleu foncé. Anna était en retard...
Revenir en haut Aller en bas
Anna Ride
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Biche
Légilimens




Re: Aux alentours de Godric's Hollow

Message par : Anna Ride, Ven 8 Juil 2011 - 18:51


Ce soir, c'était le grand soir. Anna allait enfin retrouver sa formatrice pour pouvoir s'entrainer au combat en situation réel. Un moment qu'elle redoutait terriblement car malgré ses capacités, elle n'avait pas encore maitrisé l'intégralité de ses pouvoirs et était assez éffrayée à l'idée de devoir se battre avec une amie qui, elle en était persuadée, ne se laisserait pas gêner par ses sentiments.

Le matin même, avant de partir faire quelques recherches chez Fleury et Bott, elle avait fabriqué son portoloin en utilisant une vieille brosse à cheveux qu'elle n'utilisait plus. Il était vraiment temps qu'elle passe sa formation pour le transplanage... Pourquoi avait-elle mis autant de temps à se décider ?

Après une journée à réviser ses bases des sortilèges et à en étudier de nouveaux, elle se décida à rentrer chez elle, à Northampton, afin de se préparer pour cette folle soirée. Elle arriva dans sa chambre et se prépara machinalement : des vêtements sombres pour éviter d'être trop visible et sa baguette. Pas de sac, elle n'en avait pas besoin. Fin prête, elle regarda dehors et vit que le soleil commençait à peine se coucher. Bon, il était grand temps de filer étant donné qu'elles s'étaient données rendez-vous dans dix ans juste avant le crépuscule.
Elle prit alors la direction de la porte d'entrée et attendit patiemment... Puis quelques minutes plus tard, elle réalisa.


"Non mais qu'est-ce que j'attends là ? ..." Elle avait tellement l'habitude que ses nouveaux futurs-collègues viennent la chercher en transplanant qu'elle avait totalement oublié le portoloin qu'elle avait fabriqué, sur ordre de Wena, le matin-même... "Non mais vraiment, tu t'arranges pas ma pauvre fille"

Elle remonta rapidement dans sa chambre et chercha sa brosse à cheveux. D'une magnifique couleur rose fluo, c'était un vieux machin datant de son enfance. Stressée par son retard imminent et par la soirée mouvementée qui s'annonçait, elle oublia totalement l'endroit où elle avait posée la fameuse brosse avant d'en faire un portoloin. Elle regarda dans son placard, sur son bureau, sur sa table de chevet... Rien.

"Réfléchit Anna, réfléchit..." Elle s'arrêta au milieu de sa chambre, se pinçant la racine du nez avec son index et son pouce en fermant les yeux, elle se trouvait désespérante parfois. "Ah ça y est, je sais !"

Elle repartit en trombe dans la salle de bain et ouvrit l'armoire où elle rangeait toutes ses affaires de toilettes. Elle vit la brosse fluo et l'attrapa dans sa main gauche. L'objet la happa dans un immense tourbillon, elle ne voyait plus rien mais elle sentait que tout autour d'elle était en train de tourner à une vitesse ahurissante. Elle maintenait toujours la brosse rose dans sa main quand elle atterrit soudainement au sol, les deux pieds bien encrés dans l'herbe, un peu choquée comme à chaque fois. Elle resta un instant droite comme un " i " puis sentit son corps pencher sur le côté. Elle déplaça son pied pour reprendre l'équilibre et tendit les bras pour ne pas tomber.

"J'aime pas ça, j'aime pas ça, j'aime pas ça." Fulmina-t-elle en donnant un petit coup sur ses vêtements histoire de ne pas avoir l'air trop débraillée.

Elle marcha en direction de la colline qui surplombait le village et y grimpa doucement et prudament. Elle ne savait pas vraiment si Wena comptait l'attaquer ou si elle devait faire le premier pas. Elle avait glissé sa baguette dans sa veste mais la récupéra rapidement. Elle se rappela que sa formatrice lui avait indiqué qu'une fois en haut de la colline, il sufisait de faire quelques mètres sur la gauche et que le lieu se trouverait près d'une énorme pierre. Elle s'éxécuta et passa la délimitation qui rendait le lieu de rendez-vous invisible. Invisible et pas qu'un peu : au lieu de ne voir qu'une pierre, il y avait maintenant quelques arbres, quelques buissons et surtout : plusieurs feu de camp sûrement créer par l'Auror.

D'ailleurs, celle-ci était assise sur le rocher et attendait la jeune élève. Etant en retard et ne sachant pas comment elle allait devoir s'y prendre pour attaquer Wena, la blondinette se décida à se servir de son environnement. Elle lança un "personnificatum bellicis" dans un murmure. Ce qui eut pour effet de faire sortir un plante avec de longues tiges qu'elle avait rapidement remarquée, dans l'optique d'attaquer la formatrice un peu plus tard. Anna regardait autour d'elle, trop de lumière à son gout. Elle avait choisit ses vêtements en fonction de la situation et préférait que Wena ne la voit pas arriver. Après tout, elle lui avait bien dit "Les mangemorts, eux, ne feront pas les présentations".

Elle avança de quelques pas, la plante marchant à ses côtés à l'aide de ses racines, tel un petit animal de compagnie. Se cachant derrière le tronc d'un arbre elle pensa à son prochain sortilège. Elle se dit que Wena devait être rapide alors elle préféra la prendre par surprise avec quelque chose de sillencieux et discret...
Elle réfléchit un instant puis se remémora un sorts audacieux qu'elle avait lu quelques heures auparavant. Parfait pour ce début de combat.

Dos au tronc d'arbre elle dégagea sa tête pour bien situer son instructrice et ne pas manquer sa cible (une de ses spécialités..) puis se concentra dans sa formule pour ne pas se tromper (elle est douée pour ça aussi) pour enfin, sans vraiment sortir de sa planque, lancer un "Extéo Stattiga" informulé. Trois flèches sortirent instantanément de sa baguette et se dirigèrent avec une vitesse fulgurante vers l'Auror.
Certes, ce nétait pas la manière la plus fair-play de débuter un combat, mais elle voulait lui montrer qu'elle avait bien compris ses enseignements (et elle ne voulait pas se retrouver en position de faiblesse dès le début aussi..)


Dernière édition par Anna Ride le Mar 18 Oct 2011 - 17:05, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Alexander Severus
avatar
Gryffondor
Gryffondor

Re: Aux alentours de Godric's Hollow

Message par : Alexander Severus, Ven 8 Juil 2011 - 22:03


Un léger miaulement retentit de nulle part. Des yeux s'ouvrirent à travers une cheveulure brune et dense. Un léger coup d'oeil dans la pièce suffit a lui faire comprendre qu'elle s'était encore endormie sur son dossier. La jeune femme qui veait de se réveiller s'appuya contre son dossier de chaise puis soupira légèrement. Son bureau, qui était aussi celui d'Ismael, jeune homme qui était magenmage et celui de Fani, chef des gardiennes, était plongé dans le noir. Son regard se posa discrètement sur la fenêtre ouverte, en vue; la lune. Aussi belle que le mois dernier. Puis la jeune femme consentit a savoir l'heure pour qu'elle sache quoi faire.

La jeune femme seleva de sa chaise et dès qu'elle fut debout, prit sa baguette qui trainait sur son bureau et décrivit un léger arc de cercle dans la pièce pour lançer un simple Lumos qui était tout de même puissant. Une boule bleue presque argentée traina devant elle, au bout de sa baguette magique. Elle vit son chat qui l'avait réveillée quelque sinstants plus tôt, celui ci, entre temps, était passé par la porte qui était entrouverte." Bizarre" se dit la jeune femme. Car à l'évidence, elle était al dernière à être encore au boulot, du moins a cet étage du ministère. Sa baguette devant elle, la jeune femme range aun peu son bureau puis relit encore une fois la couverture du dossier. * Destiné a Eleonore Wonderland. Concernat Wena Horner.*Et en dessous de ce gros titre, était présente une grande photo de l'auror qui ne s'était pas présentée au ministère pour quelques explications. Puis la soit disante Eleonore chercha sa montre moldue, mais ne trouva pas dans son tiroir. " Banane, tu l'as a ton poignet !"

Bref, elle regarda l'heure et vit s'inscrite une heure très tardive, mais elle n'avait plus envie de dormir, seulement de partir à l'aventure, suele dans la nuit noire..Quitte a se battre contre un loup garou. Pour se rassurer, Eleonore pssa un oeil par la fenêtre et vit que la lunen'était pas pleine. Grand soulagement pour la jeune femme. Enfin après un denrire coup d'oeil, elle éteignit sa baguette avec un simple Nox puis ferma la porte derrière elle.

Devant elle, pas un bruit. Le Hall paraissait froid mais c'était un lieu morbide a cette heure. C'est pourquoi elle se depecha de partir du ministère. Sur le chemin de la gare de Londres, elle vit Taïgo qui avait eu la même idée qu'elle. Son chat, a la vue d'Eleonroe ronronna puis ralentit son allure pour atteindre la hauteur de sa maitresse. Les deux compagnons avançèrent dsans la nuit, Eleonroe se retournant a chaque bruit que faisait sa cape et l'animal tendait ses deux oreilles vers la direction de chaque mouvement de buissons. Où allait elle aller et pourquoi?

Elle ne le savait, mais elle se contenta de suivre la route de la Gare la plus proche puis s'abandonna sur un banc sans fermer un oeil. Un bruit retentit, la main toujours crispée sur sa baguette, la Wonderland se leva d'un bond, regarda son chat puis aperçut ce qui venait de faire ce bruit épouvantable. un bus moldu de nuit arriva, c'étai un bus de nuit, a en voir le chauffeur qui roulait doucement. Eleonore fit un signe, en prenant soin de ranger sa baguette dans sa poche, la porte de l'avant du bus s'ouvrit et la jeune femme entra en tendant quelques petites pièces. LE vieux chauffeur, qui n'avait pas vu que c'était une noise et non deux euros se dépecha de raasser l'argent puis fit mine de sourire a Eleonoreen lui dévoilant un dentier qui ne tenait pas en place. Eleonore se hata d'aller s'asseoir, au milieu du bus, elle avait oublié de signaler où elle allait s'arrêter masi bon..Elle irait où..elle irait!

Pas loin d'elle, ou plutùot deux rangées derrière elle, deux jeunes hommes buvaient a en perdre la raison, ils criaient mais le chauffeur lui souriait tout en regardant la route. Quelque chose de touffu frol la jambe dénudée de la jeune femme, celle ci fit un bond puis se ressaisit quand elle vit que ce n'était juste Taïgo. Le voyage se passa sans encombres et le bus s'arrêta a son terminus. Il ny avait plus qu'Eleonore et son chat dans le véhicule, celle ci sortit puis une fois dehors elle essaya de savoir où elle était vraiment. Un panneau défraichit signala la position d'Eleonore; un coin paumé. Cela rassuré bien la Wonderland qui frissona en entendant un hurlement. Son chat dressa les poils de son dos puis cracha pour enfin, détala comme un lapin. A travers la seule source de lumière( des lampadaires branlants) Eleonore courut après l'animal. Hors d'haleine, elle s'arrêta sur un grand rocher près de la mer. Le petit animal n'arrêtait pas de cracher et eleonore vit la raison de ce frustement. deux silhouettes se battaient du haut du rocher, enfin non, la plus petite des ombres enchainait quleques sorts contre l'autre, qui était sans défence.


Eleonore détailla la scène, les deux portaient des capuches noires. Mais un simple mouvement de la silhouette qui lui faisait face (à savoir celle qui ne bougeait pas) et Eleonore reconnut tout de suite de qui il s'agissait. Wena Horner! Qu'allait faire Eleonore? La laisser ou bien se battre contre elle? La dernière proposition l'attirait plus, comme ça elle pourrait l'emmener au ministère et elle ne serait pas enferlé au ministère dans un bureau, comme l'avait prévu quelques magenlages. avec un grand regret, Eleonore retira elle même de sa poche sa baguette puis s'avança pour être visibles des deux personnes puis la pointa sur Wena, apparemment l'autre personne semblait être contre l'auror. D'ailleurs une preuve était qu'elle avait lançé trois flèches sur Wena, Eleonore, elle se contenta d'un seul sort pour l'instant.

Everte Statis

Si ce sort marchait, Wea allait tombé lourdement au sol, au risque de se faire mal contre la roche. Mais Eleonore attendit, sa baguett devant elle.
Revenir en haut Aller en bas
Rily Dacker
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Ecureuil




Re: Aux alentours de Godric's Hollow

Message par : Rily Dacker, Ven 8 Juil 2011 - 23:13


- Je suis rentrée... marmonna Rily en poussant la porte de sa chambre déserte, dans le manoir tout beau tout neuf, récente acquisition de son patron chéri adoré <3 pour ses vendeuses chéries adorées <3 de la boutique d'animaux magique. C'était d'ailleurs en revenant de ladite boutique que Rily se retrouva dans sa chambre. Et sans se dévêtir de sa belle petite robe vert clair pas plus que de ses chaussures à talons de la même couleur, elle se laissa choir sur son lit (mystérieusement bien fait, alors qu'elle l'avait laissé dans un état... pitoyable, le matin même), épuisée. Non pas par la journée à la boutique, relativement calme pour une fois, mais par sa course folle dans les bois entourant la Peace's Mansion. Elle avait éprouvé l'irrésistible besoin de se dégourdir les pattes, et bien, elle ne s'était pas gênée. Et à présent, alors que le soleil en était tout juste aux trois quarts de sa course folle dans le ciel, l'Animagi avait décidé de se coucher. Bon, d'accord, la solution s'était plutôt imposée à elle, lorsqu'à peine elle eût touchée le matelas moelleux, elle s'endormit.

La bonne chose de son lit tout beau tout neuf (comme le manoir!), c'était qu'elle s'endormait vite dedans. Malheureusement, elle ne dormait pas mieux. Et deux heures plus tard, alors que le soleil se couchait enfin, elle se réveilla, échevelée, à moitié déshabillée à cause de son sommeil agité, tremblante, pantelante, bref, pas dans son assiette. Et parfaitement réveillée, il fallait le préciser. Et en sueur, aussi. Ses cauchemars n'avaient pas fait fît de son coucher tôt, et ils l'avaient harcelé dès qu'elle avait plongé dans les bras de Morphée, pour la libérer à grands coups deux heures plus tard. Lasse, la jeune fille s'en alla ouvrir la porte fenêtre de sa chambre, et elle sortit sur le balcon. L'air frais de la nuit sécha les perles de sueur et les larmes qui coulaient le long de ses joues. Ses beaux yeux vert pomme brillaient de lassitude. Elle ne pouvait pas espérer se rendormir dans l'état où elle était. Qu'allait-elle bien pouvoir faire?

Un courant d'air plein de senteur boisé vint lui apporter la réponse en châtouillant délicatement son odorat rendu un peu plus puissant grâce à son côté animal. Elle avait bien gambadé, un peu plus tôt, mais elle pouvait toujours recommencé! Il n'y avait pas de quota d'utilisation par jour, loin de là. Et puis elle avait le temps, autant en profiter. Rily vérifia qu'Aby, sa salamandre, était confortablement installé dans sa cheminée douillette (autant que pouvait l'être une cheminée...), elle céda à ses couinements (ah? ça couine une salamandre?) et lui offrit quelques grains de poivre, avant de retourner sur le balcon. Elle n'eût aucun mal à faire appel à son elle-animal. L'animagi s'imprégna des sens de l'écureuil, cherchant à sentir plus ardemment chaque odeur, à mieux saisir le chant du vent, et toux ces petits détails qu'elle ne pouvait ressentir en étant humaine.

Quelques secondes plus tard, un petit écureuil à la fourrure châtaigne, striée de blond et aux yeux vert pomme tout comme les cheveux et les yeux de Rily descendait habilement le long de la façade, à l'aide du lierre qui courrait le long de celle-ci. Comme elle avait déjà exploré en long en large et en carré la forêt, elle décida d'aller se promener du côté des plaines et des collines légèrement à l'écart de Godric's Hollow, et non loin du manoir. Bien vite, le soleil acheva de se coucher, et Rily décida de chercher un endroit où elle pourrait se terrer quelques heures pour observer les étoiles tranquillement. Se découpant sagement dans le ciel tout juste noir, assez loin, le petit écureuil repéra un rocher. Oui, là, ce serait parfait. Et le petit animal prit le chemin du rocher en question, tranquillement, en profitant pour renifler par-ci par-là les petites odeurs qui lui titillaient les narines.

Volontairement lentement, mais surement, l'animagi atteignit le rocher. Quoique, sur la fin, elle avait un peu accéléré, quand une silhouette se dirigeant elle aussi vers le rocher avait... mystérieusement disparu. Un sort d'invisibilité? Pour se convaincre qu'elle avait juste rêvé, la jeune femme reprit son apparence de... jeune femme. Ce serait plus facile ainsi. Et elle s'approcha à pas de loup, la baguette prête. Bon, d'accord, en étant en chaussure à talon et en robe, ce n'était pas l'idéal... en vert, en plus! Mais elle n'avait pas prévu de tomber sur quelque chose d'étrange... et puis au pire elle se retrouverait à brandir sa baguette face à un pauvre petit chat perdu, et au mieux elle se retrouverait aux prises avec un mangemort sanguinolent et meurtrier. Mouarf, la jeune Phénix en tremblait presque d'excitation. Aussi fût-elle très... surprise, quand elle pénétra dans la bulle et qu'elle se retrouva face à... Eléonore Wonderland ! Son ancienne amie de Poudlard, et à présent Gardienne du Ministère, donc supposée ennemie jurée de Rily, la hors-la-loi.

Sans même que l'idée qu'Eléonore puisse ignorer qu'elle faisait partie de l'Ordre du Phénix - ce qui était d'ailleurs le cas -, et comme cette dernière venait de lancer un sort à sa voisine (bah oui, il y avait une femme encapuchonnée à côté d'elle), ni une, ni deux, Rily attaqua (avant que ce ne soit Eléonore qui l'attaque, mais, encore une fois, Rily se laissa emporter par le feu de l'action et en oublia qu'en apparence, son ancienne camarade de Poudlard n'avait aucune raison de lui en vouloir).

- Convulso Crispo! lança-t-elle.


Elle ne voulait pas blesser son amie... ou du moins tant qu'elle n'aurait pas de raison valable de le faire. Pour l'instant, elle se contenterait d'essayer de la déstabiliser, et des spasmes non-douloureux ne lui feraient aucun mal. Et puis, comme il y avait une autre femme à côté d'Eléonore, Rily enchaîna vers elle (autant être prévoyante):

- Elasticus Corpus!


Bon, encore une fois, elle n'était pas méchante. A part rendre le corps de son adversaire complètement élastique si ça réussissait, rien de méchant. Ça pouvait même être... avantageux, songea Rily avec une grimace.
Elle verrait par la suite si son entraînement chez les Pioupious avait porté ses fruits...
Revenir en haut Aller en bas
Wena Horner
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Faucon


Re: Aux alentours de Godric's Hollow

Message par : Wena Horner, Sam 9 Juil 2011 - 13:51


Anna n'avait qu'un quart d'heure de retard. Les yeux vert de Wena brillèrent dans l'obscurité, à travers son capuchon, lorsqu'elle aperçut sa jeune élève se diriger vers elle, un arbre mouvant à ses côté. Un sourire de dément (qui aurait fait pâlir de jalousie un certain acteur d'un Film de science-fiction Moldu, où les personnage ne se battaient, non pas avec des baguettes magiques, mais avec des espèces de sabre-lasers, chose qui avait toujours étonné Wena), étira ses lèvres et se leva lentement de son rocher, sa baguette glissée dans sa manche, prête à être dégainée.

-Bonjour Anna, fit l'Auror d'un ton mauvais, tentant d'imiter celui qu'aurait prit un Mangemort dans cette situation.

Mais la jeune fille était rapide et, à peine arrivée qu'elle lança trois flèches de part un Extéo Stattiga informulé. Un simple mouvement de baguette cependant, permis à l'Animagus rapace de repousser l'assaut, à l'aide d'un bouclier invisible.

-Pas mal, belle entrée en matière. Cependant, j'ai quelque chose qui pourrait te plaire.

Alors qu'elle s'apprêtait à lui rendre la monnaie de sa pièce, un éclair de lumière verte surgit soudain de nul part. A la vue du sortilège meurtrier, la jeune femme se figea, ses pupilles se dilatèrent, ses yeux s'agrandirent et sa bouche s'entrouvrit dans une expression de surprise et de peur. Le maléfice la toucha en pleine poitrine et, le souffle coupé, elle se sentit s'écrouler par terre en suffoquant. Mais la mort de venait pas. Le râle froid qui l'avait envahi une fois dans sa vie, alors qu'elle avait faillit se noyer de l'intérieur ne l'engourdissait toujours pas. Elle ouvrit alors les yeux et vit quelque chose qui lui coupa une nouvelle fois la respiration. Malgré les ténèbres environnant, elle réussit à distinguer, grâce à la lueur de ses feux de bois, une femme aux cheveux bruns qui s'avéra être Eleonore Wonderland, une amie de Wena mais qui avait rejoint le camps adverse au moment où les Aurors avaient été expulsés.

Toujours alongée à terre, elle vit se profiler une seconde silhouette aux habits vers pommes. Immédiatement, elle dirigea sa baguette vers la jeune Gardienne et cria :


-Convulso Crispo!

Wena ne vit pas si le sort avait touché sa cible. Elle devait rapidement trouver Anna pour qu'elles rentrent toutes les deux au QG. Elle la vit, non loin de là, entrain d'observer la scène. Mais sa jeune élève ne vit pas le sortilège que la nouvelle venue, habillée de vert, lui lança. :

-Elasticus Corpus!

La jeune Auror reconnaissait cette voix. Elle ne sut où elle l'avait entendue, mais cela lui rappela Poudlard. Surement était-ce une ancienne camarade de classe... Bref, quoi qu'il en soit, elle venait d'attaquer Anna, et cela, il n'y avait QU'ELLE qui en avait le droit ce soir. En proie à une rage folle et à une envie de protéger son amie, elle chercha Eleonore des yeux, et informula un "Aguamenti Bucaum" en sa direction. Avec un peu de chance, le sort allait la toucher, et elle serait incapable de contrer les autres sorts, piégée par l'eau qui envahirait sa gorge. Puis, elle chercha la personne qui avait attaqué son alliée de Poufsouffle et la vit quelques mètre plus loin. Toujours en informulant son sortilège, elle lança un "Metalo Scencio" vers la silhouette en vert, dans le but de l'enfermer dans un filet en métal qui devait se resserrer si elle tentait de se débattre. Sans vérifier si ses deux maléfices avaient bel et bien atteints leur cible, elle se jeta sur Anna et lui cria, à travers le tumulte des sorts qui jaillssait de toutes part :

-Vite, il faut rentrer au QG ! Je n'ai pas vraiment envie de m'attarder ici !

Mais au moment où elle voulut transplaner, agripper à la jeune pouffy, elle en fut incapable. Quelque chose l'en empêchait. La panique peut-être ou peut-être un enchantement lancé par un ennemi présent. Quoi qu'il en soit, elles étaient bloquées ici, dans l'incapacité de s'enfuir, étant donné qu'Anna n'avait pas son permis de transplanage.
Revenir en haut Aller en bas
Anna Ride
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Biche
Légilimens




Re: Aux alentours de Godric's Hollow

Message par : Anna Ride, Sam 9 Juil 2011 - 18:32


Anna était toujours cachée derrière son arbre, accompagnée de sa nouvelle amie : la plante-de-compagnie qu'elle avait ensorcelé quelques minutes auparavant. Son "Extéo Stattiga" avait été très facilement contré par son instructrice grâce à un sortilège de bouclier. Elle savait que Wena n'aurait pas été réellement surprise par ce sortilège mais ne s'attendait pas à ce que la situation dégénère ensuite.

Un bruit vint ponctuer le silence quasi-complet du lieu et Anna, qui regardait toujours en direction de l'Auror, tourna sa tête rapidement dans la direction du son étranger. Elle faillit pousser un cri de surprise en voyant une silhouette à seulement quelques mètres d'elle mais mit sa main devant sa bouche avant de produire un seul son. Elle se déplaça silencieusement de plusieurs pas et se mit à découvert pour que sa formatrice puisse la voir. En plissant les yeux elle réussi à distinguer qu'il s'agissait d'une jeune femme aux cheveux bruns. L'intruse devait être là depuis un moment car elle n'attaqua pas Anna mais s'intéressa cependant à son amie, certainement en train de penser qu'elle et la jeune Auror en formation étaient en train de se battre.
Sans attendre, l'inconnue envoya un sortilège qu'Anna n'entendit pas. L'éclair vert toucha Wena en pleine poitrine, ce qui la fit chuter à terre immédiatement.

Anna ouvrit les yeux comme des billes ainsi que sa bouche, lui donnant un air ahurit. Cependant, elle ne poussa pas un cri tellement l'image qu'elle avait sous les yeux l’effrayait. Sa toute nouvelle amie était morte ? Non. Si ? Non.


* Non, non, non... C'est pas possible, pas maintenant, pas comme ça *

Elle avait envie de vomir, une irrépressible envie de tout rendre sur la personne à côté d'elle ! Mais elle n'eut pas le temps de réagir car un autre individu fit son entrée dans l'enceinte du lieu censé être invisible.

* Mais c'est quoi ce délire ? C'est la fête, ça y est, tout l'monde vient et on s'tape dessus ? *

Anna pétait totalement un câble. Ne voulant pas attirer les foudres de la brune sur elle, elle ne faisait que regarder la scène avec stupeur. Puis la nouvelle arrivée - oui parce que c'était une fille : avec une robe verte, difficile de penser à autre chose - lança un sortilège destinée non pas à Wena, qui était de toute façon probablement déjà morte, mais à la vilaine qui était arrivée la première. L'ex-Poufsouffle n'eut pas le temps de voir si le sortilège avait atteint sa cible car elle entendit un "Elasticus Corpus". Se retournant vivement elle se prit les pieds dans sa plante-animal-de-compagnie qui était juste à ses côtés et se vautra par terre.

" MAIS ! Saleté-de-plante-de-m*rde-tu-sers-à-rien-va-donc-attaquer-la-brunasse ! " Murmura-t-elle en fulminant contre sa plante animée tout en pointant sa baguette en direction de la jeune femme qui avait lancé le sortilège sur Wena.

Finalement, sa plante lui aura tout de même permis d'éviter de se faire avoir par le sort de sa potentielle ennemie. Elle se releva et vit deux sortilèges fuser en direction des deux folles qui leurs étaient tombées dessus sans prévenir. Elle se retourna et eut à peine le temps de réaliser que sa formatrice n'était en fait pas morte mais bel et bien en vie et qu'elle lui hurlait déjà dessus.

" Wenaaaaaaa ! "

Anna sauta au cou de l'Auror sans avoir comprit un seul mot de ce qu'elle avait dit et celle-ci l'agrippa par le bras comme une furie puis se concentra. Elle avait surement envie de transplaner avec elle mais en vain, car elles étaient toujours là. Pas le temps de profiter de l'instant, Anna se tourna vers ses deux ennemies, ne sachant pas vraiment qui était contre qui.
La première n'était pas des plus aimables : elle avait visé Wena.
La seconde, elle, avait visé Eleonore et Anna. Mais comme Anna se battait "contre" Wena à ce moment là et aux côtés de la vilaine... Peut-être était-elle du bon côté finalement ? ...


* Trop d'infos, trop d'infos. Je vise QUI moi ?! *

Elle n'avait pas vu si sa plante avait touché sa cible, mais en tout cas elle ne la voyait plus. Par ailleurs, ne sachant pas si les sorts de Wena avaient fonctionné, elle préféra lancer un "Cacae Viri" informulé en direction de la certainement-ennemie ce qui devrait avoir pour effet, avec un peu de chance, de la rendre aveugle quelques minutes laissant le temps à Wena de se concentrer pour partir et emmener Anna avec elle. Puis, se tournant vers l'autre étrangère et ne sachant pas vraiment si celle-ci était alliée ou ennemie, Anna préféra tenter un simple "Impedimenta" informulé pour simplement la faire trébucher, si le sort atteignait sa cible.
Anna se mit à courir très vite sans attendre de savoir si ses sorts avaient atteint leurs cibles puis lança un "Ragnarok" afin de faire apparaitre un giganstesque mur au mileu de la clairière. Quelques minutes pourraient peut-être suffir à sa formatrice pour transplaner... En tout cas, Anna l'espérait.
Revenir en haut Aller en bas
Alexander Severus
avatar
Gryffondor
Gryffondor

Re: Aux alentours de Godric's Hollow

Message par : Alexander Severus, Dim 10 Juil 2011 - 13:06


Tout se passa en un éclair, Wena qui était le dos tourné tomba sur le sol dur en poussant un cri qui fit bondir le coeur d'Eleonore. Qui, voulut accourir pour venir l'aider ou du moins s'excuser mais elle resta sur place, comme frappée par l'horreur qu'elle venait de faire. Pendant un instant, la Wonderland passa sa tête derrière un arbre puis essaya de vior le visage de la jeune fille qui était avec Wena, son ancienne camarade d'école. Qui était elle? Que faisait elle avec cette Auror? Eleonore en voulait pas savoir la raison, mais elle fut quand même contente qu'elle se batte contre Wena. Puis toujours sur ses gardes, la jeune femme chercha des yeux son chat, dans la pénombre mais fut tout a coup secoué de spasmes irréguliers. Elle n'avait pas mal, mais sentait que quelque chose n'allait pas, son corps bougea tout à coup, comme si elle était prise d'un fou rire ou comme si un tremblement de terre surgissait dans ses entrailles. Enfin, ce sort réussi prit fin, et la jeune feme regard derrière elle pour voir la propriétaire de ce puissant sorcier, enfin sorcière car la voix était féminine et étrangement familière a la Wonderland.

C'était..Rily! Son ancienne meilleure amie, de Serdaigle. Eleonore n'y croyait pas, elle prenait part a la bataille en se mettant du coté de Wena, mais qu'es ce qu'elle était devenue? Une Auror? non, Eleonore l'aurait su, car des photos de tous les aurors étaient placardées dans son bureau. Eleonore se baissa à temps pour éviter le sort qui était destiné a la jeune fille qui se battait contre Wena. Elle avait reçu le sort, pendant que Rily se hattait aux cotés de Wena et la jeune fille qui avait accourur entre temps sur le corps inerte de la jeune auror. cele ci se releva puis pointa sa baguette sur Eleonore, qui était paniquée, mais elle repensa très vite aux conseils de Peyton. Vitesse, confiance et précision. Qui allait elle viser? Pour l'instant il fallait qu'elle contre le sort de Wena qui envoyait de l'eau en direction de la Wonderland. Vite un sortilège de défence, utiliser l'environnement était super. Si elle transformait l'eau en glace? Celle ci ne l'atteindrait pas mais s'arrêterait en l'ai rpuis tomberait en forme de glaçon.

Glacio!

Tout à coup, le jet d'eau mortel de l'auror s'arrêta et très vite se transform en un immence glaçon, très froid. Celui ci retomba au sol en faisant trembler le sol de cailloux. un miaulement retentit, Eleonore vit Taïgo se jetter sur elle au moment ou la jeune fille qui était peut etre une ennemie lançait un sort dans sle but de rendre Eleonre aveugle pendant un bout de temps. L'animal retomba inerte sur le sol, sans faire de bruit puis Eleonore prit sa baguette l'éleva un peu et le cacha à l'ombre d'un terrier. Maintenant il fallait s'occuper des autres. La jeune gardienne pointa sa baguette sur Rily et forumla un petit Leggluten. Puis maintenant il fallait nuir a la jeune fille qui avait rendu son chat aveugle. Elle voulut lançer un sortilège de mustisme mais un mur de pierre apparut au mileiu de la clairière. eleonoe ne poivai plus rien faire, enfin pendant un moment.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Aux alentours de Godric's Hollow

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 19

 Aux alentours de Godric's Hollow

Aller à la page : 1, 2, 3 ... 10 ... 19  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Autres Lieux Magiques ~¤~ :: Les villages-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.